Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La plurinationalité en Méditerranée occidentale

 | 
Delphine Perrin

L’utopie d’une citoyenneté méditerranéenne

Jean-Robert Henry

Résumé

La référence à une citoyenneté méditerranéenne virtuelle est un thème récurrent des discours contemporains sur l’idée méditerranéenne. Mais il s’agit moins de promouvoir un horizon de citoyenneté commune sur le modèle européen que de chercher à impliquer les citoyennes et citoyens de l’espace régional dans la mise en place d’une « communauté de destin » imaginée qui jure avec la réalité du « cimetière marin » qu’est devenue la Méditerranée. Si une citoyenneté méditerranéenne a un sens aujourd’hui, ce ne peut être qu’en rapport avec un espace humain commun que s’approprient les individus.

À côté des stratégies dramatiques des « migrants clandestins » pour rejoindre au péril de leur vie une Europe dont ils refusent la frontière méditerranéenne, les stratégies légales de franchissement de la cette frontière par les individus et les familles se sont développées considérablement. La plus significative est la binationalité, beaucoup moins visible médiatiquement que la migration « irrégulière », mais qui touche plusieurs millions de d’individus, notamment dans l’espace franco-maghrébin. Considérée parfois avec suspicion, la possession de plusieurs nationalités contribue pourtant à inventer une « citoyenneté des deux rives », et à conforter un continuum transnational qui ruse avec les politiques nationales et européennes. C’est la seule forme concrète à ce jour de « citoyenneté méditerranéenne ».

The reference to a virtual Mediterranean citizenship is a recurring theme in contemporary discourses about the Mediterranean idea. It is less to promote a common citizenship horizon on the European model than to seek to involve the citizens of the regional space in the establishment of an imagined "community of destiny", which clashes with the reality of a Mediterranean turned into a "marine cemetery". If a Mediterranean citizenship has meaning today, it can only be in relation to a common human space that individuals take for their own. Besides the dramatic strategies of "illegal migrants" to join Europe and thereby to refuse its Mediterrean border, legal strategies of individuals and families to cross this border have considerably grown. The most significant one is binationality, much less visible in the medias than “irregular migration” but which concerns several millions of people, especially in the French-Maghrebian area. Sometimes regarded with suspicion, possessing several nationalities yet helps invent a "citizenship of the two banks" and consolidates a transnational continuum, which tricks with national and European policies. This is the only concrete form of "Mediterranean citizenship" today.

Texte intégral

1L’appel d’offre de la région PACA intitulé « Soutien régional à la citoyenneté méditerranéenne », qui nous a donné l’occasion et les moyens d’organiser une rencontre sur la binationalité le 26 mai 2015 à la Villa Méditerranée à Marseille, appelle quelques réflexions sur la notion de citoyenneté méditerranéenne mise en avant par des acteurs politiques. Il porte aussi en lui une question implicite : comment le discours politique abstrait sur la citoyenneté méditerranéenne cohabite-t-il avec les pratiques et les enjeux de la double nationalité, qui constitue un des seuls moyens concrets dont disposent les individus pour tenter de construire à leur échelle un espace humain et social transméditerranéen ?

2Alors que des milliers de réfugiés politiques et économiques ont perdu la vie en Méditerranée au cours des deux dernières années pour tenter de rejoindre l’Europe avec l’espoir d’y vivre, d’y travailler et d’en devenir un jour citoyens, il peut paraître paradoxal et indécent de discourir sur la citoyenneté méditerranéenne, une réalité qui n’existe pas aujourd’hui et n’est pas prêt d’exister, sauf comme un horizon d’attente lointain, comme la projection d’un modèle antique sur un avenir à inventer, comme une utopie au total, pour le meilleur et pour le pire.

3C’est en réalité avec beaucoup de prudence que l’appel d’offres, rédigé avant qu’on reparle de la Méditerranée comme d’un cimetière marin, associe les termes citoyenneté et Méditerranée. Malgré son intitulé « Soutien régional à la citoyenneté méditerranéenne », il ne vise pas à favoriser l’émergence juridique d’une citoyenneté méditerranéenne, mais seulement à impliquer les citoyennes et citoyens de notre région et d’autres régions de la Méditerranée dans la mise en place d’une « communauté de destin » solidaire dans l’espace méditerranéen. L’appropriation par les individus d’un tel objectif n’est pas évidente. L’appel d’offre ne s’intéresse pas vraiment à la façon dont ils combinent en pratique le rêve de citoyenneté et la conscience d’intérêts partagés pour promouvoir concrètement à leur mesure et à leur usage ce que certains appellent une « citoyenneté des deux rives ».

Une rhétorique foisonnante et ambigüe

4Le décalage entre la projection d’un rêve de citoyenneté commune sur l’espace méditerranéen et la formulation des moyens concrets susceptibles d’y contribuer n’est pas nouveau. Il se retrouve dans d’autres initiatives récentes, qui ont eu notre région pour théâtre.

5En avril 2013, à quelques centaines de mètres d’ici au Pharo, la Fondation Anna Lindh (FAL), une des rares institutions du partenariat euro-méditerranéen à maintenir une activité significative, avait tenu son grand rendez-vous triennal – qui remplace plus ou moins le Forum civil euro-méditerranéen – sur le thème « Citoyens pour la Méditerranée ». Lors de la cérémonie d’ouverture du Forum de la FAL, son président, André Azoulay, avait déclaré : « Nous sommes en train d’assister à l’émergence historique d’une citoyenneté méditerranéenne, avec des aspirations pour la dignité, la démocratie ainsi qu’une meilleure qualité de vie partagée et reconnue par l’ensemble des citoyens de la région euro-méditerranéenne. Le millier de participants ici à Marseille prend acte de cette occasion historique et posera les jalons d’un nouveau mouvement consacré à défendre cette vision, celle des Citoyens pour la Méditerranée ».

6En quatre lignes, l’orateur énumérait trois façons différentes d’accommoder la notion de citoyenneté à l’idée méditerranéenne : émergence d’une citoyenneté méditerranéenne, citoyens de la région euro-méditerranéenne, citoyens pour la Méditerranée. Pour être davantage éclairée, cette cohabitation des termes gagnait à être rapprochée d’une autre déclaration de André Azoulay, cosignée avec Martin Schultz, président du Parlement européen, à la veille de la réunion de la FAL. « Un vent de citoyenneté doit souffler sur la Méditerranée », affirmaient les auteurs ; le partenariat euro-méditerranéen doit être pensé par les citoyens pour les citoyens ; « il faut édifier l’union des citoyens de la Méditerranée ». Dans le contexte encore proche du printemps arabe, il était tentant de fonder les espoirs d’un renouveau du partenariat euro-méditerranéen sur la mobilisation des citoyens face à l’impuissance ou la mauvaise volonté des États.

7En septembre 2014, Michel Vauzelle, alors Président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, était élu Président de la Commission Inter-Méditerranéenne de la Conférence des Régions Périphériques Maritimes (CRPM). À cette occasion, il exprimait le souhait que les peuples méditerranéens, à travers leurs gouvernements régionaux, unissent leurs voix pour promouvoir une Méditerranée forte dans l’échiquier mondial par sa richesse humaine et son potentiel économique : « La Méditerranée est un espace géographique à la fois déchiré par les crises et les conflits, et cependant de plus en plus interdépendant. Les gouvernements régionaux et locaux ont la responsabilité de lutter contre les amalgames et d’éviter que l’occident ne considère la Méditerranée uniquement sous le spectre de la guerre, de la violence et du djihadisme, qui alimentent par ailleurs les discours de l’extrême droite. Il y a urgence à recréer du lien pour faire face aux conservatismes nationaux, aux phénomènes de xénophobie et de racisme qui favorisent le repli identitaire et portent atteinte à l’esprit de citoyenneté méditerranéenne qui nous anime ».

8La « citoyenneté méditerranéenne » dont Michel Vauzelle entend alors favoriser l’émergence s’entend par rapport aux « bouleversements de 2011 », qui invitent à soutenir la volonté de démocratie et de liberté d’expression de la société civile. Et pour lui c’est l’affirmation de cette citoyenneté méditerranéenne qui « favorisera l’identité méditerranéenne ».

9Chez Vauzelle comme chez Azoulay, la notion de citoyenneté appliquée à la Méditerranée cesse donc d’être un statut juridique porteur de droits pour devenir une idée virtuelle, une Cité idéale (avec réminiscences romaines) un horizon d’attente, un esprit, voire même un vent…

10Cependant le propos de Vauzelle ne s’arrête pas là et touche à la composante humaine de cette « citoyenneté méditerranéenne » : « Les Européens ne sont pas seulement les « voisins » du Maghreb ou de l’Est de la Méditerranée. Ils vivent en cohabitation avec eux. À ‎l’image des familles dont la moitié vit sur la rive sud et l’autre sur la rive nord »

11Michel Vauzelle est un des rares hommes politiques français de droite ou de gauche à soutenir explicitement l’existence d’une communauté humaine entre les deux rives de la Méditerranée et à admettre la légitimité d’une revendication de mobilité des personnes en Méditerranée. Par ailleurs, il entend remettre la « priorité méditerranéenne » au cœur de l’agenda européen et favoriser l’émergence d’une « stratégie macro-régionale en Méditerranée ». Mais son rapport sur « La Méditerranée des projets » remis en octobre 2013 au Président de la République, après avoir été sensiblement édulcoré par le Ministère des affaires étrangères, n’est pas toujours à la hauteur de cette vision des choses. La pensée méditerranéenne de Michel Vauzelle a néanmoins inspiré de façon évidente les projets de la région PACA à l’époque où il la présidait.

12C’est une raison qui avait poussé l’Assemblée des citoyennes et citoyens de la Méditerranée, une structure informelle soutenue par la Fondation Léopold Meyer, à tenir à la Villa méditerranéenne, en novembre 2014, son Assemblée générale annuelle sur le thème « Citoyenneté et construction d’une communauté méditerranéenne des peuples ».

13Ayant suivi les travaux de l’ACM pendant quatre ans, j’y participais pour la dernière fois, lassé par la rhétorique vaine tenue sur la citoyenneté méditerranéenne. Malgré la qualité intellectuelle, la bonne volonté et l’expérience de nombreux participants, nous n’avions pas réussi à faire avancer la réflexion et l’action sur l’espace humain et citoyen méditerranéen.

14« Citoyens de la Méditerranée » était une formule volontariste, mais aussi une notion polysémique et faussement évidente : comme dans le « rêve méditerranéen », chacun y trouve ce qu’il y apporte. Dans un groupe relativement restreint de spécialistes de la Méditerranée, il n’y avait pas consensus en réalité sur ce que veut dire « Citoyens de la Méditerranée » : on pouvait y voir les membres d’une Cité méditerranéenne virtuelle, les citoyens d’un futur espace euro-méditerranéen, ou simplement des citoyens des divers pays ou régions périphériques de la Méditerranée... Il était plus facile de parler dans notre cénacle de cette « citoyenneté » imaginaire que de la mobilité concrète des hommes et des hommes qui cherchaient à la mettre en œuvre au péril de leur vie.

15À ‎travers ces quelques exemples, je cherche à montrer que la rhétorique actuelle sur l’idée de « citoyenneté méditerranéenne » donne l’impression de tourner en rond et peut même apparaître régressive par rapport à des débats moins timorés qui se tenaient vingt ans plus tôt.

  • 1 Le Lien, 1994.

16Ainsi le colloque d’Aubagne, réuni en septembre 1993 puis en mai 1994 (avant donc la Conférence de Barcelone), à l’initiative de refondateurs du Parti communiste (comme Philippe Herzog) se présentait déjà comme un « Forum des citoyens de la Méditerranée », ayant vocation à devenir une association internationale. L’objectif était sobrement formulé mais audacieux. Le Forum n’avait pas pour ambition de promouvoir une citoyenneté commune à l’échelle méditerranéenne mais de mettre en mouvement des citoyens de la Méditerranée pour changer les rapports économiques et politiques entre pays du nord et du sud et promouvoir la démocratie. En vue de promouvoir une « avenir partagé en Méditerranée » – qui sortirait les Européens du clivage culturel avec le monde musulman et de la psychose de « forteresse assiégée » –, il proposait d’agir dans deux directions : mener une ambitieuse politique de co-développement avec les pays du sud, et ouvrir largement la porte de l’Europe aux migrations du sud considérées comme un phénomène structurel et durable. Mettant sur un pied d’égalité l’ensemble des habitants du bassin méditerranéen, il plaidait pour une large reconnaissance du droit à la mobilité, pour la construction d’une société interculturelle en Europe et pour un accès progressif des immigrés à la citoyenneté des pays d’accueil1.

17À ‎peu près à la même époque, en 1994, dans une perspective politique assez semblable, l’Union des travailleurs immigrés tunisiens prenait le nom de Fédération des Tunisiens pour une « citoyenneté des deux rives », en cultivant délibérément la référence au pays de résidence (France) et au pays d’origine (Tunisie).

À ‎la recherche d’une politique du possible

18Face au foisonnement des discours sur la citoyenneté méditerranéenne, la tentation est grande d’envoyer cette rhétorique au musée des illusions méditerranéennes. Mais il convient de résister à cette tentation pour réfléchir davantage aux rapports de cette rhétorique avec la politique du possible.

19À ‎quelles conditions un rêve de citoyenneté commune peut-il se convertir en mythe opératoire, en utopie agissante : l’utopie est utile et nécessaire si elle ne masque pas la réalité souvent complexe et contradictoire du jeu des acteurs publics et civils, si elle prend en compte cette réalité pour la faire évoluer en lui donnant un cap. C’est ce qui s’est passé pour l’Europe dans un contexte assez différent il est vrai de celui que nous connaissons aujourd’hui pour l’espace méditerranéen.

20À ‎l’échelle macro-régionale, l’exemple européen de citoyenneté commune nous apprend beaucoup, et montre surtout qu’il est impossible de sauter les étapes. En Europe, l’espace humain commun est aujourd’hui reconnu (non sans résistances), et l’idée d’une société civile européenne a progressé doucement, grâce à des dispositifs comme ERASMUS, sans remettre en cause des solidarités plus anciennes relevant d’échelons nationaux ou régionaux. Il n’y a aujourd’hui qu’une citoyenneté européenne modeste, fragile, presque symbolique à travers le passeport. Elle est incarnée politiquement par un Parlement européen qui a du mal à s’imposer, et dans chaque pays elle peut être remise en cause par le premier démagogue venu à l’occasion d’une campagne électorale. Les Roms en ont fait les frais à plusieurs reprises malgré leur statut de citoyens européens. Même dans le champ des imaginaires, le sentiment d’une appartenance commune peine à se faire jour : il n’y a pas eu de commémoration commune de la première guerre mondiale, et on connait la difficulté de réaliser des manuels communs d’histoire.

21En Méditerranée, on est encore plus loin d’une « citoyenneté méditerranéenne », du moins au niveau du droit et des institutions politiques. Le système euro-méditerranéen, dont l’activité est presque paralysée depuis 2009, entendait promouvoir un espace économique commun entre l’Europe et le sud de la Méditerranée, mais pas un espace humain commun sur le modèle européen et encore moins une société civile méditerranéenne, malgré les pétitions de principe sur le troisième volet du Processus de Barcelone. Reprenant la logique de Schengen, celui-ci considère la Méditerranée comme une frontière humaine de l’Europe et limite la mobilité des personnes du sud vers le nord dans un espace qui connaissait jusqu’au début des années 1980 une assez large liberté de circulation. En réalité, celle-ci est devenue de plus en plus dissymétrique puisqu’on observe au même moment un accroissement important des flux touristiques du nord vers le sud. Un autre effet pervers de l’invention de cette frontière discriminatoire de l’Europe en Méditerranée est qu’elle tranche dans des espaces humains et culturels très imbriqués, notamment en Méditerranée occidentale.

22C’est un des rares aspects de la politique méditerranéenne de l’Europe qui continue aujourd’hui à s’appliquer, avec une rigueur dramatique : plus de quatre mille morts parmi les « migrants clandestins » en 2014, au moins autant en 2015, et plusieurs dizaines de milliers depuis vingt ans. Certes, des centaines de milliers de naufragés ont été sauvés par les Italiens notamment, qui réclament l’aide de leurs partenaires européens. Mais ceux-ci peinent à définir une politique commune et se contentent de rejeter la responsabilité des victimes sur les passeurs, « nouveaux négriers ». On se garde de mettre en cause les effets d’une politique de fermeture des frontières européennes qui a pourtant beaucoup contribué à générer ces victimes et à stimuler l’activité des passeurs.

23Beaucoup de voix ont dénoncé cette politique mortifère de l’Europe, incarnée par Frontex, et qui institue en Méditerranée un apartheid tempéré par des considérations humanitaires, Elle ne tue pas seulement des hommes, mais aussi l’esprit du projet européen. Oubliant ses ressorts humanistes et universalistes de l’après-guerre, l’idée européenne cède aux logiques identitaires et à la peur de l’autre qui travaillent une opinion touchée par la crise, et surtout désorientée par les discours populistes ou nationalistes de dirigeants politiques prisonniers des préoccupations électorales. Le modèle européen de construction d’un espace de paix perd de plus en plus son sens et son exemplarité, alors que nombreux sont ceux qui, depuis la conférence euro-méditerranéenne de Valence en 2002, appellent à sa refondation sur d’autres bases que l’économie.

24Cette refondation impliquerait de reconfigurer complètement les rapports euro-méditerranéens, en donnant priorité à leur dimension humaine, ou du moins en renforçant significativement cette dimension, devenue inhumaine. Il s’agirait de faire progressivement de la Méditerranée un espace de mobilité, de libertés et de citoyenneté comme l’Europe. C’est une idée qui avait été avancée par certains groupes de réflexion et reprise par quelques acteurs politiques, autour notamment de la notion d’Union euro-méditerranéenne, qui élargirait progressivement vers le sud l’espace humain européen. Il ne s’agirait pas d’européaniser la Méditerranée mais de « re-méditerraniser » l’Europe.

25Mais cette refondation du système euro-méditerranéen – qui ne subsiste depuis 2009 qu’à à l’état végétatif – a peu de chances d’être entreprise actuellement « par le haut ». Le moment n’est pas propice à des initiatives institutionnelles fortes dans le champ euro-méditerranéen. Il n’y a pas de leader susceptible de porter une refondation du projet euro-méditerranéen. Les intentions du premier ministre italien sont restées sans lendemain, victimes d’autres priorités. Et même la très chancelière allemande n’en fait pas un objectif prioritaire. Quant à l’action du Parlement européen, elle n’est pas à la hauteur de ce qu’on attendrait dans ce domaine. Au sud, le printemps arabe semble aujourd’hui bien loin de ses espoirs et beaucoup de gouvernants ne sont pas en mesure de formuler et de faire valoir leurs politiques internationales. Même l’exemplaire Tunisie est submergée par ses problèmes internes.

26Face à la paralysie du système euro-méditerranéen, l’appel de la FAL aux « citoyens » est donc un peu celui du désespoir. Mais quelles initiatives collectives peuvent prendre les acteurs politiques de base dans une Europe où la peur des sociétés et des hommes du sud s’exprime désormais à visage découvert ? Même les hommes politiques de gauche se disent « tétanisés » par la question de la mobilité des personnes.

27Dans ce contexte morose, le seul espoir de voir évoluer les choses semble se réfugier dans le jeu des acteurs civils.

La reconquête de l’espace transméditerranéen par les acteurs de base

28Les acteurs civils organisés sont à la fois mobilisés et désorientés par l’enlisement des perspectives euro-méditerranéennes. Ceux qui demeurent actifs sur le terrain sont ceux qui ont un objet d’action concret, plus humanitaire et social que culturel, comme la CIMADE, comme Médecins sans frontière, qui équipe des navires pour recueillir les naufragés, ou comme le RESF (Réseau éducation sans frontières). Mais leurs préoccupations sont peu relayées dans les instances collectives, on l’a vu pour la grande réunion de la Fondation Anna Lindh en avril 2013. Que reste-t-il aujourd’hui de ce vaste rassemblement de « Citoyens pour la Méditerranée » sinon le repli sur une vision culturaliste de la dimension humaine des rapports euro-méditerranéens ?

29Finalement, ce qui fait davantage prendre en considération aujourd’hui la dimension humaine des rapports transméditerranéens, ce sont les stratégies des individus.

  • 2 Le premier de ces droits est celui de circuler dans un monde où la mobilité devrait être une règle (...)

30Il y a d’abord bien sûr les stratégies dramatiques des « migrants irréguliers », la détermination désespérée de centaines de milliers d’hommes et de femmes à vouloir rejoindre l’Europe au péril de leur vie. Longtemps inexistants dans les calculs diplomatiques, ils se sont désormais imposés à l’opinion, aux autorités religieuses et parfois aux décideurs politiques comme des acteurs de moins en moins passifs de leur destin et comme des porteurs potentiels de droits2. Mais si la dramatisation de leur sort émeut beaucoup d’Européens, elle n’a pas fait bouger vraiment les lignes de la politique européenne, du moins jusque tout récemment avec les prises de positions de Madame Merkel en faveur de l’accueil des réfugiés en Allemagne et plus largement en Europe.

  • 3 BALIBAR E., 2015.

31Un article très stimulant de Etienne Balibar, en date du 15 septembre 2015, soutient que le « crise migratoire » est en train de faire changer l’Europe, de provoquer un « élargissement » de la construction européenne, qui ne serait pas territorial mais démographique, humain et finalement citoyen : « ce qui entre dans l’Europe en ce moment », affirme l’auteur, « et qui devra y être ‘intégré’, ce ne sont pas de nouveaux États, ce sont des hommes, des femmes et des enfants. Ce sont des citoyens européens virtuels ». Le processus bouscule l’idée d’une citoyenneté européenne fondée seulement sur la nationalité des États membres, et pousse à inventer une sorte de citoyenneté fédérale. De même, selon cet auteur, la crise migratoire bouleverse le système frontalier européen conçu à Schengen et remet en cause la liberté de circulation à l’intérieur de l’espace européen. Plus globalement, le « défi migratoire » est une épreuve de vérité pour la construction européenne, ses valeurs, son mode de fonctionnement politique ; mais là encore, comment interpréter la passivité du Parlement européen sur cette question qui clive l’Europe entre les partisans de la solidarité et le front du refus des réfugiés3.

32La politique européenne s’est montrée jusqu’à présent plus compréhensive à l’égard du développement des pratiques et stratégies légales de franchissement ou de négociation de la « frontière méditerranéenne » de l’Europe par les individus et les familles.

  • 4 Séverine Labat évalue les seuls Franco-Algériens à quatre millions d’individus, ce qui parait un ch (...)

33La plus significative de ces pratiques qui reflètent l’existence d’une société civile transméditerranéenne et la font vivre est la plurinationalité. Beaucoup moins visible médiatiquement que la migration « irrégulière », elle touche un nombre plus important d’individus. Pratiquée depuis longtemps par les Israéliens, la plurinationalité est un phénomène qui ne cesse de prendre de l’ampleur en Méditerranée occidentale ; on compterait plusieurs millions de binationaux effectifs ou potentiels dans l’espace franco-maghrébin4. Les États s’accommodent désormais de ce qu’ils ne peuvent empêcher (80 000 binationaux franco-algériens sont enregistrés au consulat d’Algérie de Marseille pour le département des Bouches du Rhône). Pour les individus, la possession de deux ou plusieurs nationalités est bien sûr instrumentale, puisqu’elle permet de contourner sans risque les effets de la fermeture des frontières humaines de l’Europe, mais c’est aussi un moyen d’inventer une « citoyenneté des deux rives » à leur mesure, de gérer des doubles appartenances symboliques, de construire un espace humain commun qui ruse avec les logiques étatiques.

  • 5 Cf. la position exprimée par LE CERCLE DES ECONOMISTES ET VEDRINE H., 2007, p. 157. Ils appellent à (...)

34Longtemps considérée avec suspicion au sud et au nord, la binationalité a progressivement été reconnue comme une réalité incontournable par les États, et parfois comme un atout par les décideurs économiques et politiques5. Dans des villes françaises où existe, comme à Marseille, une forte population française d’origine maghrébine, les hommes politiques – de droite comme de gauche – sont de plus en plus à l’écoute des attentes de cette population et savent valoriser le rôle d’interface assumé par les individus « franco-algériens » ou franco-maghrébins jouissant d’une double appartenance. Vue depuis le Maghreb, c’est une diaspora de plus en plus importante en quantité et en qualité, avec de très hauts responsables dont les avis sont recherchés. Mais elle commence à faire peur à certains détenteurs du pouvoir : la Constitution algérienne a récemment adopté une disposition qui limite l’accès des binationaux aux hautes fonctions politiques et administratives. Ce n’est pas le cas en France, puisque trois ministres importants du gouvernement français sont franco-marocains. Mais la suspicion potentielle à l’égard des binationaux reste présente comme le montre la polémique déclenchée après les attentats de novembre 2015 sur la déchéance de la nationalité française applicable aux binationaux de naissance condamnés pour terrorisme…

35Cette citoyenneté pratique des deux rives – installée sur des espaces humains et culturels mixtes très actifs entre l’Europe du sud et le Maghreb – apparait en fait comme la seule forme concrète à ce jour de « citoyenneté méditerranéenne ». Mais cette citoyenneté est en réalité beaucoup moins méditerranéenne que « transnationale », voire bilatérale. Elle ne s’édifie pas à l’échelle euro-méditerranéenne et n’est pas pensée par les acteurs comme méditerranéenne ou euro-méditerranéenne. Elle contribue davantage à refléter et institutionnaliser la proximité humaine et culturelle entre certains pays du nord et du sud de la Méditerranée. En Méditerranée occidentale particulièrement, on peut considérer que les binationaux forgent à leur échelle – et non sans contradictions – un continuum franco-maghrébin qui relativise l’invention des frontières européennes dans cet espace.

36Ce n’est pas un phénomène négligeable, puis qu’il oblige les acteurs publics du nord et du sud - États et en particulier les collectivités locales - à en tenir compte, et à tenter d’organiser des réseaux politiques et culturels susceptibles de le canaliser et d’en tirer parti.

37Cette nouvelle réalité contribuera-t-elle à réveiller le système euro-méditerranéen, à lui donner la dimension humaine qui lui fait défaut aujourd’hui ? Rien n’est moins sûr quand on sait que le Parlement européen a refusé en 2013 d’élargir à l’espace méditerranéen le système ERASMUS qui a tant contribué à humaniser l’espace européen.

38Finalement, ce sont peut-être des préoccupations de réalisme politique et sécuritaire qui obligeront les Européens à tenir compte de la multitude des plurinationaux qui peuplent la frontière méditerranéenne de l’Europe et lui donnent une épaisseur humaine que les artisans de Barcelone avaient sous-estimée. Il faudra bien que les Européens en arrivent à gérer cette réalité, en l’acceptant plus qu’en la rejetant. On peut espérer que cela les amènera aussi à repenser leur vision de la frontière méditerranéenne de l’Europe et du rapport à la Méditerranée dans le projet européen.

Bibliographie

BALIBAR Étienne, 2015, « Europe et réfugiés : l’élargissement par Etienne Balibar », Le blog de ebalibar, Mediapart, 15 septembre 2015, https://blogs.mediapart.fr/ebalibar/blog/150915/europe-et-refugies-l-elargissement-par-etienne-balibar

LABAT Séverine, 2012 « les binationaux franco-algériens : un nouveau rapport entre nationalité et citoyenneté », Critique internationale, Presses de sciences po, n° 56, 2012-3.

LE CERCLE DES ECONOMISTES ET VEDRINE Hubert, 2007, 5+5 = 32. Feuille de route pour une Union méditerranéenne, Paris : Librairie académique Perrin.

Le Lien, Bulletin de l’Association des Amis de Max marchand et de ses compagnons, 1994, n° 22, octobre.

Notes

1 Le Lien, 1994.

2 Le premier de ces droits est celui de circuler dans un monde où la mobilité devrait être une règle du jeu valable pour tous, rappelle Bertrand Badie, « L’avenir appartient aux migrants », La Croix, 5 novembre 2013.

3 BALIBAR E., 2015.

4 Séverine Labat évalue les seuls Franco-Algériens à quatre millions d’individus, ce qui parait un chiffre élevé. LABAT S., 2012.

5 Cf. la position exprimée par LE CERCLE DES ECONOMISTES ET VEDRINE H., 2007, p. 157. Ils appellent à favoriser le développement de populations binationales qui soient à même de servir d’interface économique entre l’Europe et les pays d’origine.

Auteur

Iremam, UMR7310, Aix Marseille Université, Cnrs, IEP, Aix-en-Provence, France, http://iremam.cnrs.fr/spip.php?article35

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter