Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sanaa

 | 
Eugen Wirth
, 
Horst Kopp

D. Inventaire

Texte intégral

1. Liste des lieux et édifices d’intérêt
(cf. les numéros correspondants sur la carte TAVO)

1. Nouvelle université. L’université de Sanaa a été fondée - d’abord sous la forme d’un « Teachers College » - pendant la guerre civile. Dès 1977, l’ancien terrain s’est révélé trop petit (n° 59). Le nouveau terrain s’étend de chaque côté de la route de Wādī Ẓahr, vers le nord-ouest.

2. Usine d’ustensiles de cuisine en aluminium. Des usines de fabrication de biens de consommation sont créées à Sanaa en nombre croissant depuis la deuxième moitié des années 1970, essentiellement le long de l’avenue Zubairi et au nord de la ville.

3. Administration et laboratoire centraux des services vétérinaires.

4. Banque de crédit agricole.

5. Nouveaux bâtiments de l’administration centrale de la Statistique, qui dépend de la Central Planning Organization (n° 57).

6. Bâtiments (achevés en 1973) du NIPA (National Institute of Public Administration), centre de formation pour les fonctionnaires, construit avec l’aide de l’Allemagne (G.T.Z., 1982).

7. Hôpital du Koweit. Construit pendant la guerre civile avec l’aide financière du Koweit sur un terrain alors complètement vide. Meilleur hôpital de Sanaa jusqu’en 1980.

8. Foyer des infirmières de l’hôpital du Koweit, construit vers 1978.

9. « Health Manpower Institute » : centre de formation pour infirmières, construit vers 1978.

10. Espace non-constructible, servant de bassin de recueillement des eaux lors de fortes pluies.

11. Laboratoire médical central.

12. Hôtel « Dar al-Hamd », ancien palais de la famille des imams, datant des années 1940. Il y a, au sud du bâtiment, un puits ancien, aujourd’hui équipé d’une pompe. D permet d’irriguer le grand jardin situé au sud de l’hôtel (aujourd’hui propriété de l’Etat), où l’on cultive de la luzerne et des céréales. Il y a, au milieu du jardin, un autre puits, aujourd’hui en ruine.

13. Un des rares immeubles modernes de Sanaa, comportant des appartements de location. Au rez-de-chaussée, ateliers d’artisans (fabricants de meubles, de matelas).

14. Ministère de l’agriculture. Avant la construction du « Ring Road », la « rue de l’Agriculture », qui passait par là, constituait l’axe nord-sud le plus important de l’ouest de la ville.

15. Ambassade soviétique. Les bâtiments sont dessinés d’après la carte topographique officielle car nous n’avons pas été autorisés à pénétrer dans l’enceinte de l’ambassade. Ce grand terrain est parsemé d’espaces verts et comporte beaucoup de vieux arbres. La carte Rathjens-Wissmann ne montre que des jardins à cet endroit.

16. Rangée de boutiques visiblement destinées aux visiteurs de l’hôpital du Koweit (4 fondouks, 4 restaurants populaires, 2 blanchisseries, 1 coiffeur, 6 épiceries, etc.).

17. Large rue, bordée de bâtiments très récents, pas encore achevés dans la partie orientale. Rez-de-chaussée exclusivement consacrés à la vente du qāt, étages supérieurs habités ; dans la rue, vente ambulante de qāt et de sandwiches.

18. Ensemble architectural moderne du ministère de la Justice. Immédiatement à l’est, restes d’un noyau agricole avec une petite mosquée.

19. Terrain vide, soigneusement entouré d’un mur. Au sud, grande halle moderne ; au nord, fondations de deux halles rectangulaires, dépassant du sol. Ensemble de bâtiments en cours de construction vraisemblablement pour abriter une maison de commerce de gros.

20. Zone du « Police Department ». Accès interdit ; bâtiments représentés d’après la carte topographique 1:2 000.

21. Ensemble de bâtiments modernes du « Cultural centre », comportant des salles de conférences et de concerts ; encore entièrement entouré de terres autrefois irriguées aujourd’hui en friches, avec un puits asséché.

22. Bâtiments modernes du ministère de l’Intérieur.

23. Terrain rectangulaire, entièrement entouré d’un mur haut de 30 à 50 cm : chantier de construction d’un tribunal.

24. Ministère de l’information ; accès interdit (bâtiments représentés d’après la carte topographique 1:2 000).

25. Ambassade de la République démocratique d’Allemagne.

26. Bâtiments modernes à plusieurs étages, situés dans une cour : « Board for Government Land » (Amlak = terrain qui appartenait autrefois à l’imam).

27. Très beau palais ancien de la famille de l’imam, comportant 6 étages et datant probablement de rentre-deux-guerres : « Boy Scout committee ». Jardin d’agrément à l’abandon, équipé d’un système traditionnel de pompage pour alimenter des jets d’eau.

28. Grands bâtiments et terrains du « Army Headquarter ». Accès interdit ; bâtiments représentés d’après la carte topographique 1:2 000.

29. Grand complexe d’immeubles tous semblables, composés d’appartements à louer ; 4 étages et 5 cages d’escaliers ; un des rares immeubles de location de Sanaa.

30. Ensemble des bâtiments du « Ministry of Supply and Trade ». Le terrain qui le jouxte au sud est utilisé comme parking.

31. Rue bordée de magasins de type occidental : épicerie, électro-ménager, décoration, cadres en aluminium pour portes et fenêtres.

32. Rue commerçante complètement moderne : nombreux petits restaurants et tailleurs ; agences immobilières, bijoutiers, ustensiles de ménage, drogueries, chaussures, photographes.

33. Rue commerçante moderne : bureaux ; magasins de radio-télévisions, pompes et accessoires, confection pour femmes et enfants, chaussures ; tailleurs pour dames et messieurs, photographes, pharmacies.

34. Rue commerçante moderne : grand hôtel, serruriers, tailleurs ; magasins d’alimentation, tissus pour hommes, appareils électriques.

35. Rue commerçante moderne : ustensiles de ménage de type occidental, chaussures, tailleurs, vêtements pour enfants, pharmacies, radios et appareils électriques ; restaurant Kentucky Fried Chicken ; à l’extrémité sud, bureau American Express et agence Mitsubishi.

36. Grand hôtel moderne à plusieurs étages, dépassant largement les autres bâtiments de la rue. Un terrain de jeu pour enfants le jouxte à l’ouest.

37. Rue commerçante moderne : articles pour dames (parfumerie, vêtements de luxe et chaussures), pharmacie, radio-télévision et appareils électriques, alimentation et boucheries.

38. Rue commerçante moderne : plusieurs agents immobiliers (vente et location), radio et appareils électriques, épiceries, joailliers, ustensiles de ménage et appareils électro-ménagers, tapis et tissus de décoration, machines à écrire, tailleurs pour hommes.

39. Rue commerçante moderne : machines agricoles et pompes avec leurs pièces de rechange, outils et machines artisanales simples, quincaillerie et pièces de rechange ; dentiste, tailleur pour hommes, tapis et couvertures, télévisions et antennes.

40. Ensemble des bâtiments du « Ministry of Finance ».

41. Dans les bâtiments traditionnels de l’ancien palais de l’imam : « Government Highquartee » et administration provinciale de la province de Sanaa.

42. Ensemble de bâtiments du « Ministry of Economics and Industry ».

43. Grande place où l’on vend du bois de chauffage.

44. Immeuble moderne de magasins et bureaux. Au rez-de-chaussée, magasins de radio et télévision, ustensiles de ménage et appareils électro-ménagers occidentaux, articles pour hommes. Au quatrième étage, bureaux : National Co. for Industrial and Construction Materials, entreprises de commerce de gros et de commerce international, cabinets médicaux, laboratoires médicaux.

45. Bâtiment simple, comportant de petites boutiques d’épicerie. A l’étage supérieur, appartements.

46. En 1972, sorte de place entourée de petits ateliers artisanaux établis dans des baraques provisoires. En 1981, chantier de construction d’abattoirs modernes.

47. Agence de presse publique yéménite.

48. Dans l’ancien palais majestueux de l’imam, Musée national yéménite.

49. Parc d’attraction, avec auto-tamponneuses.

50. Petite rue commerçante : ateliers de réparation et pièces de rechange, bouteilles de gaz, cassettes, photocopies, photographes, tailleurs, coiffeurs, restaurants populaires.

51. Sur une place, sous des arbres, petit café en plein air.

52. Sur une place, sous des arbres, petit café en plein air.

53. Sur une place, sous des arbres, petit café en plein air.

54. Rue commerçante moderne : nombreuses boutiques de cassettes, quincaillerie et ustensiles de ménage, radios et machines à coudre ; coiffeur, pharmacie, papeterie, tissus pour hommes, chaussures.

55. Rue bordée presque tout du long de bijouteries et joailleries.

56. Siège du Premier ministre (accès interdit). Dans le grand parc, nombreux bâtiments.

57. Central Planning Organization.

58. Restaurant en plein air : en 1981, c’était le seul de Sanaa, en dehors de celui de la place Taḥrir.

59. Ancienne université, à l’emplacement de l’ancien cimetière juif. L’ » espace vert » est un terrain de sport (cf. aussi le n°1).

60. Ancien quartier juif, avec un souk de quartier bien achalandé (à l’entrée, sur la place Qā‘, fruits, légumes et qāt ; plus loin, ustensiles de ménage et épicerie). Toutes les boutiques se trouvent au rez-de-chaussée des maisons, qui ne comportent toutes que deux ou trois étages. La mosquée située au centre de ce quartier est toute récente. Le quartier est aujourd’hui habité par de simples immigrants ruraux, qui ont en partie modifié et surélevé les vieilles maisons. Sur les méthodes traditionnelles de construction du quartier juif, voir C. Rathjens, 1957.

61. Grande place entre le quartier juif (Qā‘ al-Yahūd) et Bīr al-‘Azab. D’abord nommée « Solbi » (cf. carte Rathjens-Wissmann), elle est maintenant connue sous le nom de « al-Qā‘ (la plaine) et constitue un point de circulation important à l’ouest de la ville (station de taxis). Au milieu, square ombragé d’eucalyptus, dont l’extrémité sud comporte un café et un jardin (= n° 62).

63. Ministère des Affaires étrangères.

64. Marché quotidien, composé exclusivement de marchands ambulants (en partie des commerçants, en partie des paysans des environs venus vendre leur propre production). Marchandises : petit bétail, viande, pain, bois, charbon de bois, épices, fruits, légumes, herbes, œufs, poulets vivants, luzerne, épis de maïs grillés. A l’entrée de ce marché, vente de qāt dans des boutiques.

65. Place située à l’extrémité du carrefour de l’ancienne Bāb al-Qā‘ (cf. carte n°1). Articles destinés à une clientèle d’étudiants (il y a là l’une des trois entrées de l’université ; certes, l’entrée principale se trouve sur le Ring Road, mais cet endroit est préféré par les étudiants, en raison des facilités de circulation ; station de taxis) : librairie, nombreux restaurants, marchands de jus de fruits et de thé.

66. Centrale électrique la plus ancienne de Sanaa, construite sous le règne de l’imam Aḥmad.

67. Dépôt des Ponts-et-Chaussées (Highway Authority).

68. Un des deux bidonvilles de Sanaa, habité par des adām. L’autre se trouve au sud de Bāb al-Yaman. Les adām sont essentiellement employés dans la ville comme éboueurs et reçoivent de la municipalité un salaire certes modeste, mais régulier. Leurs huttes, dans le style de la Tihāma, sont essentiellement construites à l’aide de matériaux de récupération (tôle, carton), mais possèdent parfois un certain confort (quelquefois même la télévision). Ils disposent, à côté, d’un branchement d’eau public.

69. Hôpital de la République, le plus ancien de la ville. Sur le vaste terrain qui l’entoure, quelques espaces verts et un bosquet ancien, ainsi que des bâtiments de différentes époques. A l’angle sud-est, une vieille tour de l’ancien mur d’enceinte de la ville.

70. Siège de la Yemen Tourism Company, agence publique pour le développement du tourisme dans le pays.

71. Ensemble de bâtiments situés dans une sorte de parc : ambassade des Etats-Unis.

72. Court de tennis (le seul dans toute la zone cartographiée).

73. Magasins de type occidental : presque uniquement des magasins de textile et tissus, essentiellement destinés à une clientèle féminine.

74. La rue commerçante qui va de la place Taḥrīr vers l’ouest est en train de perdre de son importance ; l’un de ses tronçons est toutefois encore apprécié pour les marchandises de qualité qu’offrent ses magasins.

75. Deux passages commerciaux modernes. Dans chacun d’eux, exclusivement des tissus, des étoffes et des vêtements pour femmes.

76. Résidence du Président (« Presidential Palace »), établie dans un ancien palais de l’imam, somptueux et élevé, datant de l’entre-deux-guerres. Accès interdit ; bâtiment représenté d’après la carte officielle 1:2 000.

77. Bâtiments du « Government Guest House ».

78. De chaque côté de cette rue, presque exclusivement des magasins de tissu et des tailleurs.

79. Bâtiment moderne de la Bibliothèque nationale (Dār al-Kutub).

80. Une des très typiques petites entreprises : fabrication de sachets en plastique à partir de rouleaux de feuilles de plastique importées, à l’aide de machines très simples.

81. Bâtiments de l’ambassade de la République de Chine. Accès interdit ; bâtiments représentés d’après la carte officielle 1:2000.

82. Terrain d’entrepôt, avec un grand hangar en construction. Entreprise de l’importateur de gros Naṣr.

83. Magasins modernes : pharmacie, entrepreneur général, cabinet médical, bureau d’un avocat, bureau d’une société de consultants.

84. Bureau et entrepôt destiné aux paquets et caisses de la société de fret « Yemen-Express ».

85. Concentration intéressante du commerce en gros de fruits : hangar moderne servant d’entrepôt et espace de vente des caisses et cartons de pommes et oranges importées. Elles sont directement acheminées depuis le port d’Hodeida par camions réfrigérés.

86. Portion de rue comportant quelques magasins modernes : épiceries, agence immobilière, grand bureau de Yemen Air, bureau d’un entrepreneur s’occupant de « Water Projects ».

87. Deux immeubles offrant aux étages supérieurs des logements pour fonctionnaires ; deux cages d’escalier par immeubles, comportant chacune six appartements. Au rez-de-chaussée, boutiques s’ouvrant sur une galerie. Dans une rangée supplémentaire d’échoppes située à l’est, logements provisoires pour les immigrants (cf. fig. 16).

Fig. 16 : Croquis d’un bâtiment destiné au logement d’agents de l’Etat (inv. n° 87).

88. Ambassade d’Arabie Saoudite. Accès interdit.

89. Rue commerçante moderne avec essentiellement des vêtements pour femmes, de la mercerie et des tissus pour femmes. En outre, parfumeries, drogueries, magasins de photo, radios et bagages, souvenirs et bibelots ; changeur, horloger, bijoutier, divers commerces de gros.

90. « Ministry of Education ».

91. « Ministry of Interior : Public Security Department ».

92. « Ministry of Health », devenu Musée militaire.

93. « Ministry of Telecommunication » ; à l’intérieur, poste centrale et bureau des télécommunications.

94. Rue commerçante moderne, comportant des magasins d’horlogerie, mobilier, linge de maison, articles ménagers, outils, machines à coudre, appareils électriques, radios et télévisions ; 2 agences bancaires, une agence d’assurance, une agence de voyage, le bureau d’une entreprise de construction, un magasin de vente automobile, un photographe et un magasin de photos.

95. « British Embassy ».

96. Ambassade de la République fédérale d’Allemagne.

97. Grand stade de football moderne. Un des rares stades modernes de type occidental existant à Sanaa.

98. Rue commerçante moderne de type occidental : du côté ouest de la rue, 3 hôtels, un horloger, un opticien, des magasins d’appareils électriques et de photos. Du côté est, plusieurs magasins d’horlogerie, de radios et de magnétophones ; une librairie, l’agence de Alitalia, Volkswagen, appareils électriques de marque Siemens ; magasins de machines à coudre, jouets, vêtements, instruments de musique simples, chaussures, appareils photo, articles de droguerie, quincailleries et outils.

99. Rue commerçante moderne de type occidental, comportant des magasins de luxe au rez-de-chaussée d’un hôtel (parfumerie et articles pour dames) ; agences des compagnies aériennes Kuwait Air, Saudi Air et Yemenia ; bureau de vente de la « National Printing and Publishing » ; agence de voyage de qualité, bon restaurant, magasins de réfrigérateurs, tissus pour dames, articles de droguerie ; importateur de machines, rôtisserie de poulets.

100. Immeuble élevé de l’hôtel Taj-Sheba.

101. Trois rangées de magasins modernes en construction.

102. « President’s Office ».

103. « Ministry of Public Works ».

104. Grand immeuble moderne de la « National Bank ».

105. Rue commerçante moderne, répondant à la demande du quartier ; en outre, magasins proposant des instruments de pointe, outils et gros appareils ménagers.

106. Bâtiment du « Officers’ Club », dans un parc entretenu.

107. Bâtiment du « Police Officers’ Club », dans un parc entretenu.

108. Lotissement, entouré d’un grand mur, de villas de luxe, de conception homogène, allant deux par deux, avec un grand jardin irrigué attenant.

109. Grand ensemble de bâtiments du « Military Hospital ».

110. Sur le côté est de la rue, vente ambulante de qāt ; la plupart du temps, vente directe par le producteur. Plus loin vers le sud, vente de qāt dans des boutiques. Dans la partie sud, station de taxis. Cette partie de la rue (début de la route de sortie vers le nord) est, en fin de matinée, le point de rencontre de la population rurale d’une tribu vivant au nord de Sanaa.

111. « Ferme allemande » (Šu‘ūb farm), comprenant des bâtiments administratifs, des maisons d’habitation, des communs et des terrains expérimentaux. Ce terrain a été mis à la disposition d’un projet allemand de développement agricole dès les années 1960 (propriété d’Etat). Ce projet a parfaitement réussi l’introduction de nouvelles sortes de légumes au Yémen, a propagé l’emploi d’engrais minéraux et généralisé la culture de la pomme de terre. Au milieu des années 1970, on a opéré une réorientation du projet vers la protection des végétaux.

112. Marché d’alimentation ambulant (quotidien) ; dans les magasins, marchandises pour le ravitaillement du quartier ; en retrait, nouveau bâtiment (bouchers).

113. Nouvelle mosquée moderne en béton, selon le modèle saoudien (elle a d’ailleurs été financée par l’Arabie Saoudite), à l’emplacement de l’ancienne Ğabbāna (également appelée Muṣallā al-‘Idayn). La Ğabbāna était un heu de prières ouvert, entièrement entouré de murs, pour les prières des fêtes du ‘Id ; elle a dû être fondée dès l’époque du prophète. L’ensemble a été maintes fois restauré (vers 710, en 893/94, 1015/16, 1205/6, 1559/60, vers 1700), et, a doublé de surface sous le règne de l’imam Yaḥyā au début de notre siècle (sic !). Le miḥrāb a été rénové pour la dernière fois en 1968 (R. Lewcock et al., 1983a, 351). Nous ne savons pas s’il a été intégré à la nouvelle mosquée ; cela est probable étant donné l’âge et l’importance de ce monument. Dans sa forme ancienne, la Ğabbāna correspond tout à fait à la conception qu’avait le prophète d’un lieu de prières ; c’est la forme la plus ancienne de mosquée. Ce monument tout à fait impressionnant se trouvait, jusqu’à la Révolution, en rase campagne, devant la ville. Il est intéressant de noter qu’il ne figure pas sur la carte Rathjens-Wissmann et que les auteurs ne le citent pas dans leur texte : il est vraisemblable que l’on n’a pas emmené des Européens en ce « lieu sacré ».

114. Combinaison typique de magasins consacrés au ravitaillement du quartier, pièces pour voitures, matériaux de construction (environ un tiers des magasins), et beaucoup de commerce en gros.

115. Ravitaillement de quartier, avec peu de produits. Ici, et de l’autre côté de la place, dans la rue principale de la banlieue de Muzayk, très nombreux ateliers artisanaux de fabrication de vitraux.

116/117. Quartier de la vieille ville très peu construit ; la plupart des maisons sont isolées (tout comme, nous l’avons montré, à l’ouest de la vieille ville, n° 117) et généralement plus récentes que le reste des constructions de la vieille ville. Leur apparence modeste (petites, presque toutes à deux étages seulement) pourrait être le signe que des immigrants ruraux s’établissaient ici déjà avant la Révolution.

118. Du côté est de la rue, beaucoup de cordonniers ambulants.

119. Dans la partie nord de la rue, vente de fruits secs et noix, tissus, ustensiles de ménage, bagages, tapis, matelas. Plus au sud, ravitaillement de quartier et alimentation.

120. Trois immeubles à un étage, ouvert chacun sur une cour. Certainement le reste d’un ancien samsara (cf. dans la liste des samsara, S 25 et S 27).

121. Principal marché au bois de construction (essentiellement d’importation) de la ville ; à côté, également vente de bois de chauffage et de piquets (pour les vignes). Il existe d’autres marchés au bois à Sanaa, à l’ouest de la vieille ville (n° 43), dans le Sā’ila (l’un à peu près au milieu, l’autre au sud, dans la zone de la vieille ville) et dans divers quartiers extérieurs.

122. Principal marché au qāt (également commerce de gros). La vente se fait en partie dans des échoppes (maçonnées ou en tôles), en partie directement dans des camionnettes. Le marché central aux bestiaux le jouxte à l’est.

123. Réservoir d’eau.

124. Qaṣr as-Silāḥ (forteresse, citadelle), zone militaire interdite (cf. texte, chapitre B.l). La porte sud (Bāb as-Sitrān) était autrefois l’entrée principale de la ville ; on faisait entrer par là en particulier les étrangers. Nous ignorons quand elle a été fermée.

125. Presque exclusivement des matelassiers (au nord, coussins, matelas ; au sud, réparation de sièges de voitures).

126. Grande Mosquée, la seule mosquée de Sanaa qui ait deux minarets entièrement blanchis à la chaux (cf. l’abondante bibliographie, en particulier R. Lewcock et al., 1983b ; B. Finster, 1978, 1979, 1982, 1986). La mosquée se trouve à environ 2 mètres en contrebas de ce qui l’entoure, ce qui prouve sa grande ancienneté.

127. Bâtiment de la « Civil Aviation Meteorological Authority ».

128. Briqueterie abandonnée. Au sud, essentiellement des ruines ; au nord, nombreuses carcasses de pick-up et de petites bétonnières. Entrepôt de tuyaux d’égoûts et de plaques d’égoûts en ciment. Entrepôt abandonné d’une entreprise de construction ?

129. Ensemble de magasins destinés aux voyageurs : guichet des lignes nationales de bus, 11 restaurants, 3 coiffeurs, 2 photographes, 8 magasins vendant des accessoires et des pièces détachées automobiles.

130. Marchands ambulants, changeant souvent d’emplacement, pourvoyant aux besoins de la foule des passants toujours très dense à cet endroit.

131. Marchandes somaliennes ambulantes vendant de l’encens, des épices et des remèdes traditionnels.

132. Centre commercial moderne à deux étages, bien achalandé : appareils et films vidéo, appareils ménagers modernes, horlogerie, radios, parfums, vêtements à la mode ; quelques petits restaurants.

133. Centres commerciaux de même conception, à deux étages. Marchandises : articles ménagers, jouets, tapis, vêtements, tissus (commerce de gros également).

134. Centres commerciaux modernes de même conception. Essentiellement commerce de gros pour fruits et légumes (le marché d’alimentation se trouve tout près, au sud), outils, matériaux de construction, articles ménagers.

135. Rue de commerce ambulant ; bordée de chaque côté par des pick-ups, des camions et des taxis, dont l’arrière est tourné vers les passants. Vente directe de qāt par les producteurs, dans leurs véhicules.

136. Hôpital de la Révolution, construit pendant la Guerre civile avec l’aide des Soviétiques. Au moment de l’établissement de la carte, on commençait la reconstruction complète de l’ensemble.

137. Terrain vague et ruines ; agrandissement futur du cimetière militaire voisin.

138. Dans de modestes boutiques et en vente ambulante, commerce de blé, grains pour les poulets, engrais minéraux et huile.

139. Point de vidange central pour les camions à Sanaa ; à côté, petits restaurants populaires.

140. Vente de camions de toutes sortes, mais surtout de véhicules tout terrain (en partie de contrebande).

141. Réservoir d’eau.

2. Liste des samsara de Sanaa

La numérotation de S 1 à S 29, ainsi que S(A) et S(B), suit celle de W. Dostal (1979, 113). Tous les numéros de la liste ci-dessous ont été reportés sur le plan du centre ville (fig. 14).

S 1 : S. al-Qūzī. Halle simple, sans cour intérieure, à un étage. Aujourd’hui utilisée comme lieu d’habitation.

S 2 : S. al-Imām al-Mahdī ( = S. an-Naḥḥās). Bâtiment de trois étages comportant des cours intérieures. Rez-de-chaussée couvert, ou halle surélevée. Cours intérieures au premier et au deuxième étages. Le premier étage s’ouvre sur une cour à portiques. Au-dessus de ces portiques, au deuxième étage, galerie sur laquelle s’ouvrent des échoppes. Bâtiment relativement récent. Description dans an‘ā’, p. 283. Commerce en gros de dattes et de beurre.

S 3 : S. Yaḥyā b.Qāsim (al-Ġaudāni). Décrit dans an‘ā’. avec un plan, p. 297. Bâtiment à trois étages, avec une cour intérieure dès le rez-de-chaussée. Les étages supérieurs s’ouvrent sur des portiques circulaires. Aujourd’hui utilisé comme heu d’habitation.

S 4 : S. ‘Alī at-Tinā. Halle simple sans cour intérieure, à un seul étage.

S 5 : S. Muammad Hāšim al-Manūrī. Fermé, impossible d’accès ; grands murs bien conservés.

S 6 : S. ‘Alī b. aš-Šāwī (= S. al-Mağğa). Deux bâtiments construits l’un à côté de l’autre, ayant chacun une cour dans les étages supérieurs. Le rez-de-chaussée consiste en une halle couverte qui comporte deux entresols. La cour du côté Est commence au premier étage, sur le toit du rez-de-chaussée ; celle du côté ouest, elle, ne commence qu’au deuxième étage, sur le toit du premier étage. Plan dans an‘ā’, p. 283 (il y est d’ailleurs par erreur orienté non pas au nord, mais au sud) ainsi que dans cet ouvrage, fig. 13. Description dans an‘ā’, p. 283 et sq. Ce complexe architectural doit avoir environ 300 ans. Commerce en gros de sucre et d’articles ménagers simples.

S 7 : S. Sūq al-Minqāla. Deux étages, avec une cour intérieure à l’étage supérieur. Aujourd’hui utilisé comme heu d’habitation.

S 8 : S. Az-Zubairī. Bâtiment simple à un seul étage, avec un petit puits de lumière au milieu du toit. Commerce en gros de vaisselle en aluminium.

S 9 : S. Muḥammad Luṭf aḏ-Ḏiraira (= S. az-Zuraira). Halle simple à un seul étage, sans cour. Aujourd’hui utilisée comme lieu d’habitation.

S 10 : S. Yaḥyā an-Na‘āmi (= S. Yaḥyā Ṯābit). Halle simple à un seul étage. Courte description dans an‘ā’, p. 283. Aujourd’hui utilisée comme lieu d’habitation.

S 11 : S. Warda (= S. as-Sawwārī). Bâtiment à trois étages, avec une cour intérieure ; sur le plan de W. Dostal, il a été placé trop à l’ouest. Commerce en gros d’articles ménagers simples.

S 12 : S. al-Bau‘āni (= al-Bo‘āni). Plan dans an‘ā’, p. 279, description ibid. p. 281 et sq ; ill. Malisius p. 8. Ancien, pas accessible, en ruine, avec une cour intérieure à partir du premier étage. Rez-de-chaussée élevé, couvert d’un toit, avec deux entresols ; deux étages ouverts sur la cour intérieure.

S 13 : S. al-Mutarrib (= S. awā’ī). Bâtiment simple avec une cour intérieure et un étage supérieur. Plan dans an‘ā’, p. 288. Commerce en gros de tissus, raisins secs et alimentation.

S 14 : S. Muammad b. asan. Le plus grand samsara de Sanaa. Datant d’environ 1660, a été modifié par la suite. Caisse de dépôt et « banque » traditionnelles du souk, pillées en 1948 ; en ruine, fermé, avec une cour intérieure. M. Malisius, p. 10 ; an‘ā’, p. 278, p. 283.

S 15 : Pour Dostal, S. al-Qāt, pour Malisius, S. al-Muzzayyin. Bâtiment à deux étages, avec une double cour ouverte, en ruines. Autrefois utilisé comme café/restaurant. Description dans an‘ā’, p. 290 et sq., plan ibid. p. 294 et sq.

S 16 : Pour Dostal, S. as-Saud (« entrepôt de charbon de bois, devenu aujourd’hui un café »). Pour Malisius, S. Yaḥyā Ṯābit. Deux étages ; au-dessus de la halle du rez-de-chaussée, au premier étage, une cour entourée de portiques soutenus par des colonnes. Commerce en gros de tissus.

S 17 : S. al-Muqaṭrān. Halle traditionnelle à un seul étage, sans cour. Fabrication de matelas, à partir de déchets de laine travaillée à la machine.

S 18 : S. Amad al-‘Awāī. Petite halle traditionnelle ; un seul étage, sans cour. Etable pour ânes.

S 19 : S. ‘Aṭīya. Halle simple à un seul étage, sans cour. Stockage et vente de fourrage.

S 20 : S. ‘Alī aš-Šāmī. Tout au plus une halle simple (non cartographiée).

S 21 : S. al-‘Umarī. Tout au plus une halle simple (non cartographiée).

S 22 : Pour Dostal : S. Warda. Utilisé en 1981 comme polyclinique (dispensary).

S 23 : S. Sa‘āda. Halle simple, sans cour, fermée. Sur le plan de W. Dostal, deux samsara portent le numéro 23. Selon une communication personnelle de l’auteur, le S. Sa‘āda (S 23) est celui qui figure à l’est ; à l’ouest se trouve celui que W. Dostal nomme S. ad-Daumarī (S 23a).

S 24 : Pour Dostal : S. ad-Daumarī. Tout au plus une petite halle, qu’on ne peut localiser. Peut-être identique au S 23a ?

S 25 : S. al-Ḥiddayyid. Ruine d’un samsara.

S 26 : S. Bait al-Ğindārī. Entrepôt de commerce en gros, couvert d’un toit de tôle ondulée. Sur le plan de W. Dostal (1979, 8/9), trois samsara portent le numéro S 26. Selon une communication personnelle de l’auteur, le Bait al-Ğindārī est celui qui est situé le plus au sud ; selon W. Dostal, viennent ensuite vers le nord, le S. al-Tāyifī (S 26a) ainsi que le S. al-‘Atīyeh (S 26b).

S 27 : S. aṭ-Ṭa‘ifī. Ensemble à un seul étage, composé d’appartements ouverts sur une cour ; certainement ruines d’un samsara. Distinct de S 26a.

S 28 : Pour Dostal : Maḫzan as-Salīṭ. Impossible à localiser ; il n’y a à cet endroit que des échoppes.

S 29 : Maḫzan al-Ḥabb. Halle ouverte, sans mur, soutenue par des piliers, à un seul étage ; des stands de vente de céréales s’y abritent. Selon W. Dostal (p. 13), elle a été fondée par une grande famille de la ville.

S(A) : Ğumruk al-Qišr (= S. al-Mīzān). Douane, ancien (xviie siècle ou première époque ottomane ?). Deux étages, ouverts sur une galerie circulaire. Description dans an‘ā’, p. 284 et sq, plan ibid., p. 289. Balance. Toutes les marchandises entrant dans Sanaa y étaient encore dédouanées en 1920. Aujourd’hui, entrepôt d’écorces de café. Selon Dostal (p. 13), c’était à l’origine un entrepôt de qišr et d’huile. Il n’a été transformé en poste de douane que par l’imam Ṣalāḥ ad-Dīn. Depuis la République, dédouanement des marchandises introduites dans la ville près de Bāb as-Sitrān. Commerce en gros de café, qišr, raisins secs et alimentation.

S(B) : Ğumruk az-Zabīb. Grand khan « ottoman » à deux étages, avec une grande cour ouverte ; rénové au xxe siècle (il porte l’inscription de 1363). Au-dessus des échoppes du rez-de-chaussée, il y a une galerie circulaire, sur laquelle s’ouvrent les échoppes du premier étage. Aujourd’hui, entrepôt de raisins secs. Ill., Malisius, p. 10. Bureau du chef des veilleurs de nuit. Commerce en gros de raisins secs, dattes et sucre.

S 30 : Halle simple à un seul étage. Aujourd’hui utilisée comme heu d’habitation.

S 31 : Samsara qui a été reconstruit et divisé en appartements individuels. Au rez-de-chaussée, ont été maintenus l’entrée sud, et le corridor central qui dessert des échoppes à droite et à gauche ; la galerie sud du premier étage a également été gardée. Aujourd’hui utilisé comme lieu d’habitation.

S 32 : S. al-Mağlas. Samsara à deux étages, avec une cour entourée de portiques à l’étage supérieur. Commerce en gros de légumes secs.

S 33 : Samsara à deux étages ; l’étage supérieur s’ouvre sur une galerie circulaire reposant sur les échoppes du rez-de-chaussée. Commerce en gros de céréales.

S 34 : Ruines d’un samsara.

S 35 : Grand ensemble solidement maçonné, avec une grande cour en partie couverte de tôle ondulée. Ce sont visiblement les restes d’un samsara qui avait les dimensions des samsara S(A) et S(B). Quelques-unes des façades et des parties du bâtiment laissent encore bien voir sa fonction d’origine. Aujourd’hui, il abrite essentiellement des appartements et une entreprise de menuiserie.

C’était soit un très grand, soit deux petits samsara. Dans le premier cas, la façade principale et l’entrée se trouvaient à l’ouest. En arrière de la façade ouest, il y a un ensemble de bâtiments encore plus grands et plus élevés, qui lui sont à la fois parallèles et attenants. Dans l’aile qui jouxte la cour au sud, restes de galeries circulaires qui s’ouvrent sur la cour au nord. S’il s’agissait de deux samsara, le deuxième bâtiment devait avoir son entrée et sa façade principale au sud. La halle (S 4) à un étage qui s’y trouve encore est peut-être le noyau, ou le reste, d’un ancien complexe de bâtiments plus grand. L’ensemble est aujourd’hui divisé en plusieurs appartements et ateliers.

S 36 : Ruines d’un samsara. Etage supérieur ouvert sur une galerie qui entoure la cour.

S 37 : Samsara. Halle à un seul étage, avec un petit puits de lumière dans le toit. Hôtel traditionnel simple (funduq).

3. Les mosquées de Sanaa

Voir en outre la fig. 17.

1) Mosquée al-Hazwara

2) Mosquée as-Sanaidār

3) Mosquée et tombeau al-Mutawakkil

4) Mosquée at-Taqwā

5) Qubbat al-Mahdī ‘Abbās

6) Mosquée an-Nahrain

7) Mosquée aṭ-Ṭabarī

8) Mosquée al-Ḥurqān

9) Mosquée Samra

10) Mosquée Ma‘mar (an-Nūr)

11) Mosquée al-‘Alamī

12) Mosquée al-Filaiḥī

13) Mosquée al-Ḫarrāz

14) Mosquée Ibn al-Ḥusain

15) Mosquée al-Ğīlā’

16) Mosquée aṭ-Ṭāwūs

17) Mosquée Dāwūd

18) Qubbat Ṭalḥa

19) Mosquée al-Wušalī

20) Mosquée al- Wušalī al-Kabīr

21) Mosquée Mu‘āḏ Ibn Ğabal

22) Mosquée al-Ğadīd

23) Mosquée Abi ’l-Rūm

24) Mosquée al-Qāsīmī

25) Mosquée al-Abhar

26) Mosquée ar-Riḍwān

27) Mosquée Mūsā

28) Grande Mosquée

29) Mosquée al-Ḥumaidī

30) Mosquée al-Maḏhab

31) Mosquée Ğanāḥ

32) Mosquée ‘Alī

33) Mosquée Maḥmūd

34) Mosquée aš-Šahīdain

35) Mosquée ‘Aqīl

36) Mosquée aṭ-Ṭlīhī

37) Mosquée aṭ -Ṭawāšī

38) Mosquée az-Zumur

39) Mosquée al-Ḥuḍair

40) Mosquée al-Qarmazī (Šu‘ūb)

41) Mosquée Farwa

42) Musallā, extra muros, (actuelle mosquée Mašhād)

43) Mosquée al-Madrasa

44) Mosquée al-Maftūn

45) Mosquée et tombeau Imam Ṣalāḥ ad-Dīn

46) Mosquée al-Bakīrīya

47) Qubbat al-Murādīya (dans la citadelle)

48) Mosquée al-Abzar

49) Mosquée al-Bāšā

50) Mosquée Nuṣair

51) Mosquée al-Fallaḥ

52) Mosquée aṣ-Ṣādaq

Fig. 17 : Les mosquées et tombeaux de la vieille ville : leurs noms et leur localisation

4. Liste des fonctions du souk de Sanaa

Tous les numéros sont présents sur la fig. 15

a. Commerce de détail (E)

E 1 Ravitaillement de quartier

E 2 Articles ménagers (S. al-Ḥalaqa)

E 3 Divers produits forgés à la main, soudés, essentiellement pour des besoins agricoles et de construction.

E 4 Cordes en plastique ; ancien souk des cordiers (S. as-Sallābīn)

E 5 Vêtements

E 6 Tissus (S. al-Bezz)

E 7 Raisins secs/sucreries (S. az-Zabīb)

E 8 Bijoux en or et en argent, antiquités (S. al-Foḍḍa)

E 9 Articles traditionnels de droguerie, remèdes, parfums (S. al-Ma‘aṭāra)

E 10 Qāt (S. al-Qāt)

E 11 Céréales/légumes secs (S. al-Ḥabb)

E 12 Epices (S. al-Ḥelba wa l-Milḥ)

E 13 Epicerie

E 14 Livres (ainsi que chapelets, lutrins, cannes) (S. an-Naḥḥās)

E 15 Chaussures/tissus/vêtements

E 16 Fil, laine (S. al-Fetela)

E 17 Chaussures

E 18 Outils, jouets

E 19 Tabac/tabac à chiquer/balais/ennā (S. al-Ḥennā)

E 20 Café/qišr/tabac à chiquer/thé

E 21 Raisin/fruits (S. al-‘Aynab)

E 22 Tracteurs/pompes/charrues

E 23 Vêtements/chaussures (de qualité)

b. Commerce de gros (G)

G 1 Charbon de bois

G 2 Fourrage

G 3 Epicerie

G 4 Vêtements

G 5 Tissus, souvent accompagnés de chaussures, articles ménagers

G 6 Articles électriques/outils

G 7 Articles ménagers

G 8 Fer-blanc

G 9 Fil, articles de bureau

G 10 Céréales

G 11 Raisins secs, le plus souvent avec d’autres articles d’alimentation (café, qišr, dattes)

G 12 Dattes, beurre

G 13 Légumes secs

G 14 Articles de parfumerie

c. Artisanat (H)

H 1 Forgerons (S. al-addādīn)

H 2 Menuisiers (S. an-Nağğārīn)

H 3 Cordonniers (S. al-Minqāla) : aujourd’hui, il n’y a plus que cinq ateliers de récupération de vieux pneus (fabrication de seaux)

H 4 Ferblantier (S. al-Mawāqed)

H 5 Relieurs

H 6 Fabricants d’enveloppes de cuir pour les fourreaux de poignards (S. al- Aṣwāb)

H 7 Tailleurs (S. al-Ğillā)

H 8 Fabricants de poignards (montage final et vente) (S. al-Ğannabī)

H 9 Chaudronniers (S. an-Naḥḥās) : il ne reste aujourd’hui que six ateliers de réparation de réchauds à pétrole.

H 10 Fabricants de coiffes (S. al-Qawāfī)

H 11 Tourneurs (S. al-Miḫrāṭa) : aujourd’hui, principalement vente de pipes à eau

H 12 Fabricants de ceintures (S. al-Maḥāzim)

H 13 Vitriers

H 14 Teinturiers (S. al-Miṣbāġa)

H 15 Fabricants de matelas

H 16 Réparation de machines à coudre

H 17 Selliers (S. Ḥarāt al-Madar) : fabrication et vente de sacs de bât et d’ustensiles servant à la cuisson du pain

d. Prestation de services (D)

D 1 Petits restaurants populaires

D 2 Cafés

D 3 Funduq (auberges)

D 4 Changeurs

D 5 Moulins à huile de sésame

D 6 Coiffeurs

D 7 Location de carrioles, à proximité de l’étable aux ânes

e. Les plus grandes places du souk et leur utilisation

I. S. al-Ḫubz : place où l’on trouve du pain et des plats chauds à emporter (vente ambulante).

II. S. al-‘Ayš : Elargissement d’une rue. A cet endroit, et au sud-ouest, concentration de petits restaurants populaires.

II. S. al-Mubsāṭa/S. al-Qamla : Elargissement en forme de place. Vente par des particuliers d’affaires d’occasion de toutes sortes, essentiellement de poignards et de montres.

IV. S. al-Bahā’im : place du marché aux ânes, qui n’est plus en activité (W. Dostal, 1979, p. 14, signale qu’il existait encore au début des années 1970).

V. S. al-Baqar : place de l’ancien marché aux bœufs, déplacé vers Bāb Šu‘ūb vers 1960, et, depuis environ 1975, vers l’est de la ville (cf. inv. n° 122).

VI. S. al-‘Alaf : « marché au fourrage ». Il n’y a plus de vente de fourrage depuis bien longtemps sur cette place bien protégée de l’agitation du souk. C’est ici que les ânes infirmes et boîteux reçoivent leur « pain quotidien » offert par une fondation pieuse (waqf).

VII. S. Dār ai-Ğāmī‘ : place pavée située devant la Grande Mosquée. Un marché aux moutons s’y tient chaque année avant le ‘Id al-kabīr (W. Dostal, 1979, 13).

VIII. Elargissement en forme de place, à l’embranchement de la rue principale menant de Bāb al-Yaman à la Grande Mosquée ou au souk. Commerce constamment changeant des marchands ambulants.

IX. Immédiatement au sud de la zone représentée sur la carte, il y a une place (S. Bāb al-Yaman) offrant une grande concentration de commerces ambulants. C’est là que s’est tenu pendant des siècles le marché d’alimentation de Sanaa (fruits et légumes), avant d’être transféré dans les années 1970 dans un quartier situé à l’est de Bāb al-Yaman, devant la vieille ville.

X. Au nord de la zone représentée sur la carte, la principale rue conduisant du souk à Bāb Šu‘ūb sélargit en une place (S. al-Ğimāl/actuel souk az-Zumr). C’est là que se tenait autrefois le marché aux chameaux.

Table des illustrations

Légende Fig. 16 : Croquis d’un bâtiment destiné au logement d’agents de l’Etat (inv. n° 87).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3386/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 17 : Les mosquées et tombeaux de la vieille ville : leurs noms et leur localisation
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3386/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter