Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sanaa

 | 
Eugen Wirth
, 
Horst Kopp

C. Le souk de Sanaa : centre traditionnel des échanges commerciaux de la vieille ville

Texte intégral

1. Généralités

1Le souk de Sanaa a déjà fait l’objet de recherches scientifiques dix ans avant notre propre étude : l’ethnologue Walter Dostal, bernois devenu viennois depuis, a mené en 1971, 1972 et 1974 des enquêtes de terrain dans le souk de Sanaa ; les résultats ont été publiés dans deux ouvrages. Le premier d’entre eux porte le titre de Der Markt von Ṣan‘ā’ (Le souk de Sanaa) (Vienne, 1979) ; il est en allemand et représente la version originale et autorisée de l’auteur. La seconde publication constitue le chapitre 14 de l’ouvrage collectif intitulé Ṣan‘ā’ (1983, 241-275) ; elle est en anglais, sous le titre de Analysis of the Sanaa market today. Cette version a été coupée par endroits et largement remaniée par R.B. Serjeant et R. Wilson.

2Ces deux études de W. Dostal sont certainement d’un grand intérêt et d’une grande valeur pour les ethnologues. Les géographes sont quant à eux déconcertés par les conceptions de l’auteur et la manière dont elles sont exposées dans le détail ; l’organisation de l’espace, tout comme l’architecture urbaine, y sont abordées trop brièvement. Le plan du souk donné dans les deux publications constitue, à cet égard, un bon exemple : seuls les espaces libres, non construits, c’est-à-dire les rues et les places du souk, sont reproduits à peu près correctement et à la bonne échelle. En revanche, les bâtiments qui les bordent, mosquées et samsara par exemple, ne sont signalés que par de petits signes conventionnels, placés approximativement à l’endroit où sont réellement situés les édifices. Cette remarque vaut également pour les bâtiments encore utilisés de manière intensive pour le commerce de gros ; ils sont pourtant étroitement liés à l’organisation et à la vie du souk, tant économiquement que socialement. Dans le texte non plus, on n’apprend presque rien sur le commerce de gros et l’organisation financière du souk, alors que, dans la version en allemand du moins, les outils propres à chacun des secteurs artisanaux sont étudiés dans toutes leurs variétés et jusque dans leurs moindres détails, à la fois dans les illustrations et dans le texte.

3L’auteur justifie lui-même cette perspective, qui ne peut être qu’incomplète aux yeux d’un géographe. Le souk est pour lui un «centre d’interactions socio-économiques» et se trouve «intégré à la complexité culturelle de la société urbaine en tant qu’élément déterminant» (1979, 5). Pour W. Dostal, ce sont les activités économiques et sociales des personnes qui jouent un rôle dans le souk, qui présentent de l’intérêt et non la scène, ou le théâtre, sur lesquels se déroulent ces activités. Le complexe architectural que l’homme s’est construit lui-même comme le cadre des activités matérielles propres à sa civilisation, dans le but de faciliter, d’affermir et de rendre plus efficaces ses échanges économiques et sociaux, l’intéresse encore moins. Cette manière de considérer les choses n’est pourtant pas très logique. S’il accorde tant d’attention à la forme des outils des artisans en tant qu’objets, pourquoi laisse-t-il à ce point de côté le complexe architectural formé par les échoppes et les ateliers en tant que réalité matérielle ?

4Il est probable que ce ne sont pas ses seules conceptions scientifiques, mais aussi les circonstances rencontrées sur le terrain, qui ont poussé W. Dostal à écarter l’architecture de son champ de recherche : le souk de Sanaa est en effet né d’une foule de ruelles et places très proches les unes des autres, imbriquées, et où, à l’origine, le marché avait heu en plein air. Seules quelques petites ruelles sont aujourd’hui couvertes et encore ne l’ont-elles toutes été que récemment. Pour ce qui est des samsara, ces grands édifices consacrés au commerce de gros, très peu remontent au xviie ou xviiie siècle, époque florissante de l’exportation du café ; la plupart d’entre eux ont dû être construits au cours du siècle dernier seulement, après le début de la seconde occupation ottomane. Les rangées bien ordonnées d’échoppes à un seul étage du souk central datent quant à elles très vraisemblablement du xxe siècle seulement.

5C’est ce qui fait encore aujourd’hui la différence essentielle du souk de Sanaa avec les grands souks et bazars des célèbres centres de commerce international des Empires ottoman et safavide. La carte de Sanaa établie en 1879 par Manzoni montre très clairement que les rues et ruelles du souk de la vieille ville s’élargissaient alors pour former de multiples places et qu’à l’intérieur même du noyau central du souk, on avait gardé de nombreux espaces libres. On reconnaît encore sur la carte Rathjens-Wissmann de 1928 nombre de ces places et espaces. Les toits, les longues rangées d’échoppes formant un ensemble architectural harmonieux, tout comme l’intégration intentionnelle des édifices consacrés au commerce de gros dans la structure spatiale des ruelles du souk - avec pour conséquence l’obstruction et la construction progressives des places publiques et des ruelles élargies en forme de places - n’ont dû apparaître qu’à la seconde période ottomane, il y a donc un siècle environ. Cette hypothèse est quelque peu confortée par le fait que les ensembles architecturaux des bazars d’Istanbul et des grands centres de commerce international syriens ont servi de modèle. De la même manière, par exemple, toutes les constructions du souk de Ṣa‘da sont récentes : ce n’est qu’en 1933/34 que le futur imam Aḥmad ordonne la création d’un souk permanent intra muros et en lance la construction ; on se conforme alors très nettement au modèle du souk de Sanaa (E. Niewöhner-Eberhard, 1985, 175 et sq.).

6Laissons cependant l’architecture et les bâtiments un instant de côté. Si l’on s’intéresse au souk du point de vue de son organisation spatiale et de la manière dont il s’intègre à l’ensemble de la vieille ville, on s’aperçoit qu’il correspond presque en tous points au modèle d’organisation spatiale de la ville orientalo-islamique, évoqué ailleurs par l’auteur (fig. 12) ; le souk se situe presque exactement au centre géométrique de la vieille ville densément construite et se trouve dans le voisinage immédiat de la Grande Mosquée. Les emplacements les plus recherchés et les plus favorables du souk sont occupés par le commerce de détail et par le commerce de gros, apparu plus tardivement ; les artisans du souk ont été très nettement refoulés vers l’ouest, à la périphérie. Notre carte TAVO fait apparaître très clairement le grand axe de circulation qui relie ce quartier commerçant central à la porte de Bāb Šu‘ūb au nord et à la porte de Bāb al Yaman au sud. De chaque côté de ces deux artères, où vient se concentrer le flux des passants, des rangées presque continues de boutiques sont apparues pour répondre aux besoins des quartiers d’habitation voisins.

7On voit encore très nettement que le parcours de l’artère menant vers la porte de Bāb Šu‘ūb au nord, aujourd’hui très tortueux, était plus large autrefois et s’ouvrait par endroits sur des places, et que le tracé actuel a été déterminé par la présence de constructions relativement récentes. On distingue encore sur la carte Rathjens-Wissmann le rectangle allongé que formait ce «marché aux chameaux».

8Les marchandises et services qu’on y trouve sont entièrement liés aux besoins du quartier : cordonniers ambulants, tissus, ustensiles de ménage, matelas, fruits secs et noix, alimentation. Avant la Première Guerre mondiale, la population agricole des environs de Sanaa pénétrait dans la ville par cette porte nord. On trouve aujourd’hui encore dans ce quartier des produits d’origine rurale.

Fig. 12 : Modèle de la ville islamique “typique.”

9L’axe qui conduit à la porte de Bāb al Yaman, au sud, débouche sur une assez grande place, située encore à l’intérieur des murailles, et qui, tout comme celle qui se trouve de l’autre côté de la porte, est un emplacement de choix pour les marchands ambulants. Cet axe sud est la voie d’accès principale au souk, tandis que l’axe nord est une «entrée par l’arrière». Aussi le souk se développe-t-il vers le sud, avec des constructions modernes qui semblent venir à la rencontre du flot des passants. Avant la Première Guerre mondiale, les voyageurs arrivant de Ḏamār, Yarīm, Ibb et Ta‘izz accédaient à la ville par la porte sud. C’est pourquoi la gare routière des bus assurant les liaisons nationales s’y trouve encore de nos jours.

10Une grande artère, largement fréquentée par les passants, conduit du souk vers la citadelle, à l’est. Elle débouche non pas sur une porte de la ville, mais sur l’entrée de la citadelle, Bāb al Qaṣr ; on y trouve pourtant des marchés et commerces, pareils à ceux que l’on rencontre aux portes de la ville qui mènent vers les campagnes environnantes. Au temps de la domination ottomane, la citadelle était, nous l’avons déjà montré, le centre de la vie urbaine et les administrations civile et militaire étaient concentrées à l’intérieur de son enceinte ; on trouvait dans les quartiers voisins la plupart des services destinés aux élites. Dans les décennies qui ont précédé la Première Guerre mondiale, les magasins tenus par des Européens, qui offraient une marchandise occidentale moderne, étaient concentrés sur l’axe qui reliait le souk à la citadelle.

11W.B. Harris (1893, 207) en parle d’une manière très vivante : «The most important of these streets leads from the square into which the Government buildings look to the bazaars. It is only a few hundred yards in length, it is true, but still it is sufficiently wide, and the shops on either side sufficiently good, to compare favourably with many in European town. The «square» itself is a large oblong open space.... At one end of the square an enterprising Turk has built a large café where the officers and the few Greek shop-keepers love to congregate, and from the large doors and windows of which float clouds of pale-blue-tobacco-smoke,... It is from this point that the main steet leads off to the bazaars, and in the few hundred yards of thoroughfare are to be seen the best shops, kept eitheer by Turks or by Greeks, in which every imaginable article can be procured, from tins of sardines and inferior Turkish cigarettes to photograph-frames and musty chocolate creams. One or two have large glass windows in which the goods are exposed to view, ... There, too, is a small restaurant, where all the favorite Turkish dishes can be obtained, some of which are by no means to be despised. » Il y a dans cette rue en 1914 plusieurs «ostensible cafés...much frequented by the Turkish... In those cafés an habitué can get something stronger than coffee in spite of the Islamic code» (Wyman Bury, 1915, 80). On trouve aujourd’hui sur cette artère qui traverse la vieille ville d’est en ouest et qui est appréciée par le chaland depuis plus d’un siècle, commerces et services destinés à répondre à des besoins raffinés ; ce sont essentiellement tissus, étoffes, chaussures, vêtements pour femmes et enfants, ainsi qu’articles de parfumerie, réservés à une clientèle au mode de vie occidentalisé.

12Avant la Première Guerre mondiale, la porte ouest de la vieille ville, Bāb aṣ Ṣabaḥ, débouchait sur la route conduisant de Sanaa à Hodeida. Elle est bien plus éloignée du souk que ne le sont les trois autres portes, nord, sud et est, évoquées jusqu’à présent. C’est pourquoi, comme le montre très clairement la carte TAVO, aucun axe de communication direct, que les passants emprunteraient plutôt que tout autre, n’a pu se développer entre cette porte occidentale et le cœur traditionnel de la vieille ville. Le chemin qui mène de la porte vers l’intérieur de la ville se divise au contraire en une voie nord et une voie sud ; elles sont toutes deux bordées de petites boutiques jusqu’au lit du wadi qui traverse la vieille ville du nord au sud.

13La voie nord est la plus ancienne ; elle est aussi la plus traditionnelle. Elle est représentée sur la carte Rathjens-Wissmann avec une place en son milieu ; l’une des photos prises par ces deux savants en 1928 nous montre un marché animé, plein de marchands ambulants. De nombreux bouchers y tenaient leur échoppe. Aujourd’hui, beaucoup de boutiques et services s’y sont installés pour répondre aux besoins du quartier : ustensiles de ménage, tapis, tissus, chaussures et vêtements.

14Lors de notre premier voyage, en 1972, il y avait encore, sur une grande place qui bordait la rue sur son côté nord, de nombreux petits ateliers et échoppes. Lors de nos relevés de 1981, ils avaient été remplacés par un centre commercial moderne, à plusieurs étages, qui se trouvait encore en construction (inv. n° 46).

15La voie sud est plus récente. Ses rangées de boutiques attirent aujourd’hui une clientèle aisée ; les magasins de style occidental moderne situés extra muros commencent ainsi à étendre leur influence sur la vieille ville par le sud-ouest. Les activités commerçantes de cette rue sont de très loin dominées par la vente de bijoux en or ou de joaillerie traditionnelle. Plusieurs éléments permettent d’affirmer qu’il ne s’agit pas là d’un «bazar de bijoutiers» ancien, mais bien d’une rue commerçante très récente ; s’il y avait déjà eu un souk de l’or à cet endroit en 1930, Carl Rathjens et Hermann von Wissmann n’auraient très certainement pas manqué de le signaler dans leurs travaux. Ils ont en effet dû emprunter cette voie fréquemment pour se rendre de l’endroit où ils logeaient vers le centre de la vieille ville.

2. Son complexe architectural

a. Le souk central et les ruelles commerçantes

16En dépit de toutes les particularités régionales spécifiques à l’Arabie du sud qu’elle présente, Sanaa est à bien des égards, nous l’avons déjà vu, une ville typiquement orientale-islamique Prenons par exemple la séparation qui existe, dans le centre de la ville, entre les zones d’habitation et la zone d’activité économique : comme dans quasiment toutes les autres grandes villes du Proche et Moyen-Orient, le souk central de Sanaa est presque exclusivement un lieu d’activité économique ; on n’y trouve qu’un petit nombre d’habitations. Aussi le souk se vide-t-il de toute population la nuit et les jours fériés ; des gardiens sont spécialement chargés de veiller à la sécurité et à l’intégrité des marchandises entreposées dans le souk. Conformément à l’usage général, les échoppes et boutiques du souk central ne comportent qu’un seul étage ; la silhouette de la ville s’abaisse donc vers le centre, formant une sorte de cuvette (cf. reproduction photographique n° 2).

17En revanche, à la périphérie du souk de Sanaa, ainsi que le long des axes de circulation qui mènent au souk et des ruelles où l’on s’affaire, habitat et activités économiques se combinent en ensembles divers. Souvent, le rez-de-chaussée des maisons sert de boutique ou d’entrepôt ; les rues et ruelles très fréquentées par les passants prennent ainsi par endroits le caractère de rues à la fois habitées et commerçantes. Dans les rues et ruelles assez larges, il est fréquent de voir des marchands ambulants étaler leurs marchandises devant les maisons, des deux côtés de la rue. Un tissu ou un carton posés à même le sol leur suffisent ; il arrive aussi que ces marchands utilisent de simples brouettes ou de petits stands. Comme partout dans le monde, le commerce ambulant de Sanaa a fortement tendance à se sédentariser : les petits stands, qu’il faut monter chaque matin et démonter chaque soir se transforment progressivement en de véritables «baraques», qui deviennent à leur tour peu à peu de petites échoppes qui, le long des rues et ruelles, viennent s’accrocher aux maisons.

18C’est de cette manière qu’ont dû apparaître dans le souk central de Sanaa les premières boutiques et échoppes : on a construit au fil des ans, sur les divers espaces libres du souk où, jusqu’alors, on étalait les marchandises et opérait des transactions, de petits stands et «baraques» qui, peu à peu, ont fini par former des rangées de boutiques. On les a reconstruits, après les incendies ou les pillages, sous forme d’ensembles d’échoppes homogènes. Sur notre carte du centre de la ville (fig. 14), nous avons attribué un signe conventionnel spécial à cet ensemble de constructions qui, datant certainement d’avant 1872, est le plus ancien.

19L’essor du commerce de détail et de gros apparu sous la seconde occupation ottomane (1872-1918) a évidemment entraîné des travaux de transformation et de construction dans le souk de Sanaa ; la plupart des ruelles du souk sont aujourd’hui bordées de rangées d’échoppes solidement maçonnées, toutes de même conception architecturale, qui remontent très vraisemblablement à la période ottomane d’avant la Première Guerre mondiale.

20Il existe enfin une «génération plus jeune» d’échoppes modernes, très différentes, ayant pour la plupart meilleure apparence, souvent construites en béton. Elles se trouvent dans la partie sud du quartier commerçant central, là où ce dernier, formant une «poche de croissance» récente, rejoint la porte sud de la ville, Bāb al-Yaman.

21Les ruelles commerçantes et les rangées d’échoppes du souk central de Sanaa abritent essentiellement commerce de détail et artisanat. Le souk assure toutefois d’autres fonctions, auxquelles correspondent des types d’édifices particuliers. La première de ces fonctions est le commerce de gros, qui nécessite des bureaux de vente, des entrepôts, des logements pour les négociants étrangers à la ville et des étables et écuries pour les animaux de trait ; à Sanaa, tous ces éléments sont concentrés en des édifices spéciaux, appelés samsara. Dans toute ville islamique, les mosquées sont également présentes dans le souk central : la population en activité dans le souk doit pouvoir s’y rendre plusieurs fois par jour pour accomplir son devoir de prière ; on trouve aussi, çà et là, des hammams. Un grand nombre de fontaines assurent l’approvisionnement en eau du souk central ; il y a par ailleurs de nombreuses latrines publiques. De petits postes de garde, servant de base aux gardiens, sont dispersés dans le souk ; quelques foyers traditionnels assurent un logement, au moins temporairement, aux immigrants célibataires qui exercent une activité dans le souk.

b. Les samsara de Sanaa

22Un chapitre spécial, très complet, est consacré aux samsara de Sanaa dans l’ouvrage collectif intitulé Ṣan‘ā’ (1983, 277-298) ; on a choisi d’y traiter en détail certains aspects, en particulier l’organisation architecturale. Six de ces édifices - les samsara S 3, S 6, S 12, S 13, S 15 et S(A) - y sont également présentés en coupes horizontale et verticale. Pour compléter ce chapitre écrit par Ronald Lewcock, il nous faut insister tout particulièrement sur les aspects relatifs à la géographie urbaine et à l’histoire de la construction et sur quelques-uns des problèmes qui nous sont apparus sur le terrain. Une liste et une brève description de tous les samsara figurent dans l’inventaire D 2, «Liste des samsara de Sanaa».

23Au Yémen, des édifices de conception architecturale très variable répondent aux différents objectifs et besoins du commerce de gros ou intermédiaire et du commerce international. Dans les souks des villes yéménites de plus petites dimensions - à Ṣa‘da, par exemple, et aussi dans le quartier traditionnel du souk de Hodeida - c’est le rez-de-chaussée des maisons situées dans le voisinage immédiat du souk qui sert à la fois d’entrepôt et de lieu de transaction pour le commerce de gros. Le rez-de-chaussée des maisons yéménites sert traditionnellement d’étable, de réserve et d’entrepôt et n’est, pour cette raison, divisé qu’en un petit nombre de grandes pièces. Une telle organisation architecturale permet l’utilisation de cet étage comme entrepôt pour le commerce de gros, sans avoir à y opérer aucune transformation. On trouve, en bordure du souk de Sanaa, quelques maisons d’habitation dont l’étage inférieur est ainsi utilisé ; elles sont indiquées sur notre carte par un signe conventionnel spécial.

24Dans le passé, la plupart des moulins à sésame de Sanaa ont dû être installés dans ces rez-de-chaussée de maisons ; d’après R. Lewcock (1983, 293), il en existe encore quelques-uns à la périphérie du souk central. On a cependant de la peine à identifier la plupart d’entre-eux, dans la mesure où ils n’abritent plus des moulins à sésame mais des entrepôts pour le commerce de gros. Leur nombre est, en outre, limité. Les établissements de commerce en gros les plus importants sont, quant à eux, installés dans des édifices dont les fonctions sont exclusivement économiques et qui ont été construits spécialement à cet effet, les samsara. On distingue en premier lieu trois types différents de samsara, auxquels il faut ajouter quelques bâtiments originaux :

25a) De nombreux samsara, les plus simples et les moins coûteux, consistent en une halle à un étage, plus ou moins spacieuse ; ils sont pour la plupart situés en bordure du souk. Leur plafond de poutres est soutenu soit par de simples poteaux, colonnes ou piliers isolés, soit par une à trois rangées d’arcades qui divisent la halle en plusieurs «nefs». Dans les petites halles, l’éclairage ne se fait généralement que par quelques petites fenêtres et par l’ouverture de la porte. Les halles de plus grandes dimensions, en revanche, disposent souvent, au centre de leur toit plat, d’une ouverture rectangulaire, sorte d’impluvium, qui laisse pénétrer la lumière du jour - et la pluie aussi, d’ailleurs.

26b) Deux grands samsara s’apparentent, dans leur architecture, aux khans ottomans traditionnels : une cour ouverte, assez grande, y est entièrement entourée de portiques, en arrière desquelles se trouvent les échoppes habituelles. L’étage supérieur s’ouvre sur une galerie circulaire bordée des mêmes échoppes. Ces deux khans ottomans S(A) et S(B) ont en commun une fonction importante : ils abritent le gumruk, c’est-à-dire la douane. Tous les animaux de trait et les caravanes ayant Sanaa pour destination doivent, aussitôt la porte de la ville franchie, se rendre en tout premier heu au poste de douane pour y faire contrôler et dédouaner les marchandises introduites, conformément au règlement. De nombreux éléments permettent d’affirmer que cette «douane urbaine» et les deux bâtiments qui l’abritent ont été fondés par les Ottomans. Le samsara S(A) pourrait remonter à la fin du xvie ou au début du xviie siècles, c’est-à-dire à la première époque ottomane. Le samsara S(B) a été au moins complètement rénové et organisé durant la seconde période ottomane ; il se trouve peut-être à l’emplacement d’une construction datant de la première période ottomane.

27c) Enfin, le troisième type de samsara - le plus imposant de tous - représente un exemple unique dans l’histoire de l’architecture : il n’existe, sous cette forme, qu’à Sanaa. Il est le résultat d’une combinaison d’éléments architecturaux propres d’une part à la maison yéménite, d’autre part aux fondouks, khans ou wakala orientaux. Les murs extérieurs de ce bâtiment, qui se dresse parfois comme une véritable forteresse, sont construits comme ceux des maisons d’habitation : le rez-de-chaussée, et quelquefois aussi le premier étage, sont faits de pierres soigneusement taillées. Les murs des étages supérieurs sont quant à eux en briques cuites, saillantes ou en retrait, assemblées en long, en large ou en diagonale, de sorte que le mur semble paré d’ornements artistiques.

28Une halle complètement couverte constitue le rez-de-chaussée de ces samsara ; seules les grandes salles ont une ou deux ouvertures dans leur plafond pour laisser entrer la lumière. Quand la halle est haute, on construit un entresol (une mezzanine) accessible par plusieurs escaliers. A partir du premier étage, parfois à partir du deuxième étage seulement, les pièces s’ouvrent sur une cour intérieure, entourée de galeries circulaires. Les ailes du bâtiment sont souvent construites un peu plus en retrait à chaque étage, de sorte que la cour intérieure s’élargit d’étage en étage. Tout comme dans les maisons d’habitation yéménites, le rez-de-chaussée, qui a la forme d’une halle, ne sert que d’écurie, d’étable ou d’entrepôt. On trouve les chambres et appartements réservés aux marchands et autres hôtes de passage, ainsi que les bureaux et espaces de vente consacrés au commerce de gros, uniquement dans les étages supérieurs ouverts sur la cour. Comme dans les maisons, enfin, les pièces de l’étage le plus élevé sont les mieux décorées et les plus recherchées (cf. fig. 13).

29d) Deux autres édifices du souk, très proches des samsara, constituent pour chacun d’entre eux un exemple unique. Le premier est la halle S 29 qui se trouve dans le marché aux céréales. Elle consiste en un toit plat soutenu par des piliers et n’a pas de mur. Si elle offre aux marchands de céréales du voisinage un abri contre le soleil ou la pluie, elle n’empêche pourtant pas l’entrée de ceux qui n’ont rien à y faire. La seconde de ces «curiosités» est le restaurant S 16 que R. Lewcock décrit en détail. Cet édifice n’est pas fondamentalement différent dans son organisation spatiale des samsara «normaux». L’aile orientale du rez-de-chaussée n’y est toutefois pas utilisée comme entrepôt ou magasin, mais comporte une cuisine et plusieurs petites salles à manger. Il y a à l’étage supérieur, ouvert sur une cour entourée d’une galerie circulaire, des chambres pour la nuit, ainsi que les installations sanitaires indispensables.

30Aucune des fonctions assurées par les samsara de Sanaa n’est différente de celles des khans, sérails, fondouks et wakala des autres villes du Proche et Moyen-Orient ; tout comme ces derniers, ils sont presque tous des waqfs et sont dirigés par des gérants ou des régisseurs. A l’origine, les samsara servaient essentiellement de logements pour les marchands étrangers à la ville, dont les activités à Sanaa n’étaient qu’épisodiques. Ils laissaient au rez-de-chaussée leurs animaux et les marchandises volumineuses qu’ils transportaient. Dans les étages supérieurs, ouverts sur une cour, se trouvaient les bureaux de vente et les entrepôts réservés aux marchandises de valeur, ainsi que les logements réservés aux marchands eux-mêmes et à leur personnel. Voici ce qu’écrit E. Glaser (s.d., 35 et sq) sur l’importance des samsara pour l’hébergement des personnes extérieures à la ville : «A Sanaa, l’hospitalité n’existe pas ; même quand un homme rend visite à son frère, il descend dans un samsara ; le frère l’invite alors pour le déjeuner ou le dîner. Il existe à Sanaa beaucoup de ces établissements, mais on n’y sert habituellement rien d’autre que du qis‘hr ; si on veut manger ou boire autre chose, il faut le commander à l’avance, ou le faire préparer par son propre domestique».

Fig. 13 : Coupes horizontale et verticale du samsara al-Mağğa (S 6) (d’après J. Kirkman Ed., 1976, 23)

31Au cours de ces dernières années, le logement des hommes et des animaux - c’est-à-dire la fonction d’hôtel, d’écurie et d’étable assurée par les samsara - a perdu beaucoup de son importance. Pour autant qu’ils continuent à être entretenus et dirigés, les samsara ne servent généralement plus que d’entrepôt pour le commerce de gros ou intermédiaire. En cette ère de l’automobile, leur situation dans la zone centrale du souk représente en effet un handicap majeur : il n’est possible d’accéder aux samsara qu’avec des animaux de trait ou, au mieux, de petites carrioles à moteur. C’est la raison pour laquelle le commerce de gros se déplace de plus en plus vers les quartiers extérieurs de Sanaa, bien desservis par des routes asphaltées ; il y entraîne la construction de grands entrepôts de style occidental moderne, adaptés à ses besoins.

32Les samsara de la zone centrale du souk ne sont pratiquement plus utilisés ; ils ne sont par conséquent plus entretenus. Leur état laissait d’ailleurs déjà beaucoup à désirer il y a cent ans. Voici ce que W.B. Harris (1893, 311) dit des samsara de Sanaa : «The buildings vary in size, but some are very large, though nearly all in bad repair». Beaucoup d’entre eux ont aujourd’hui atteint l’un des différents stades de la ruine (cf. notre liste, ainsi que la carte fig. 14) ; d’autres sont fermés en permanence et on ne peut plus y accéder.

Fig. 14 : La zone centrale de la vieille ville : son complexe architectural

Fig. 15 : La zone centrale de la vieille ville : ses fonctions.

33La Direction des Antiquités du Yémen s’efforce depuis peu de sauver, conserver et, dans la mesure du possible, remettre en activité ces édifices, du moins les plus remarquables et les plus beaux d’entre eux. Cela entraîne une évolution considérable de leurs fonctions : pour soutenir financièrement l’œuvre de protection des monuments et permettre l’entretien des bâtiments, on veut désormais installer dans les samsara des cafés pour touristes, des centres d’apprentissage pour les artisans d’art et des espaces d’exposition et de vente pour les produits de l’artisanat local. «Restaurés en tant que monuments patrimoniaux, ils doivent être plus attractifs sur le marché et, pour ce faire, adopter de nouvelles fonctions qui répondent aux exigences du tourisme et stimulent l’artisanat traditionnel» (U. Malisius, 1989, 9). L’avenir nous dira si ces efforts seront couronnés de succès à long terme.

34On ne peut faire que de vagues suppositions sur l’âge des samsara de Sanaa. Beaucoup d’éléments vont dans le sens de l’hypothèse de W. Dostal (1979, 108) selon laquelle, à Sanaa, un marché permanent, assurant le commerce des produits locaux destinés à l’exportation (le café) et des produits importés, n’est venu s’ajouter qu’assez tardivement au traditionnel marché rural hebdomadaire. Les samsara n’avaient d’utilité que dans le cadre de ce marché permanent consacré aux échanges internationaux. Aussi les plus anciens de ces édifices ne doivent-ils dater que du xvie, du xviie ou du début du xviiie siècles, c’est-à-dire de la première période de domination ottomane, époque de la prospérité de l’exportation de café.

35C’est à cette époque que s’est formée l’architecture, si particulière au Yémen, des bâtiments réservés au commerce de gros. La plupart des samsara ne doivent pas avoir plus de cent ans, du moins dans leur forme actuelle ; ils remonteraient donc à la période d’essor économique de la seconde occupation ottomane.

36Intéressons-nous enfin brièvement à la manière dont les samsara s’intègrent à la mosaïque spatiale du souk. On rencontre grosso modo à Sanaa la même disposition des bâtiments du souk, les uns dans les autres, les uns avec les autres, les uns à côté des autres, que l’on trouve dans d’autres grandes villes orientales, Alep, Tabriz ou Ispahan, par exemple. A la différence de ces villes, toutefois, les samsara de Sanaa forment plus souvent que la moyenne de grands complexes architecturaux clos, qui peuvent rassembler de deux à six samsara. On voit aussi très nettement que les samsara de Sanaa sont concentrés principalement en bordure occidentale ou orientale du souk. D n’y a dans la zone centrale du souk que trois samsara, qui assurent des fonctions très spéciales : le bâtiment S 14, qui servait de banque et de caisse de dépôt pour les marchands de Sanaa, et les deux postes de douane S(A) et S(B).

c. Les édifices et établissements particuliers du souk

37Notre carte TAVO et la carte spécialement consacrée au quartier commerçant du centre de la ville permettent de voir clairement que le souk central est entouré presque de toutes parts de mosquées ; aucun endroit dans le souk ne se trouve à plus de cinq minutes à pied de la mosquée la plus proche. Cela va quasiment de soi dans une ville dont la population est encore très profondément musulmane ; ce n’est qu’ainsi, en effet, que l’on peut se rendre sans perte de temps inutile plusieurs fois par jour de son lieu de travail à une mosquée, pour y accomplir sa prière. Deux ḥammams se trouvent également à une courte distance à pied du souk. Ils peuvent ainsi être facilement fréquentés tant par la population des quartiers voisins que par les personnes en activité dans le souk.

38On remarque que le souk de Sanaa ne comporte que peu de portes, bien que son accès soit interdit la nuit. Contrairement à beaucoup d’autres grands souks et bazars du Moyen-Orient, celui de Sanaa ne peut pas être fermé la nuit ou les jours fériés, ni entièrement, ni même en partie. Cette particularité s’explique en partie par le fait que le souk ne consistait à l’origine qu’en plusieurs espaces libres et n’a été pourvu d’échoppes et boutiques qu’à une époque relativement tardive.

39A Sanaa, la sécurité contre le vol n’est pas assurée par de lourdes portes garnies de ferrures, mais par une troupe bien organisée de gardiens. Les travaux de W. Dostal (1979, 97-99) et F. Mermier (1989) fournissent des informations plus précises à ce sujet. De nombreux petits postes de garde, servant d’abris aux gardiens par temps de pluie ou par nuit froide, figurent aussi sur la carte du souk publiée par W. Dostal (1979).

40Il est également assez important pour la vie quotidienne du souk de pouvoir disposer à tout moment d’eau potable fraîche. Les fontaines, aujourd’hui en partie raccordées aux conduites d’eau de la ville, et leurs jolies «maisonnettes», sont représentées sur notre carte du centre de la ville. Elles appartiennent pour la plupart à des fondations pieuses ; W. Dostal (1979, 144) en a répertorié 18, avec le nom de la fondation à laquelle elles appartiennent. Elles portent parfois l’inscription de leur date de construction, ou d’une rénovation importante ; il s’agit des années 1918-19, 1924-25, 1929-30, 1930-31, 1939 et 1946.

41Les latrines des mosquées proches du souk peuvent être utilisées aussi par les visiteurs du souk et les gens qui y travaillent toute la journée. Quelques latrines publiques sont venues s’y ajouter ces dernières années.

3. Ses fonctions

42Malgré le développement moderne de la ville et le déplacement des secteurs secondaire et tertiaire qu’il a entraîné, on trouve encore dans le souk de Sanaa les fonctions essentielles de l’économie urbaine, organisées selon des structures sociales et spatiales traditionnelles : commerce de détail, commerce de gros, artisanat et services s’ordonnent au centre de la vieille ville en une structure bien organisée, comparable jusque dans les détails à celle des autres souks ou bazars orientaux.

  • 1 La cartographie des différents commerces a été réalisée à l’automne 1981. Pour des raisons d’échel (...)

43La figure 15 donne un premier aperçu de cette organisation spatiale : les artisans sont établis essentiellement en bordure du souk, avec une nette concentration à l’ouest ; les commerces de gros et de détail forment un ensemble compact, très resserré, et les services s’entremêlent sans ordre apparent. Les chiffres dont on dispose fournissent des informations plus précises ; ils sont publiés en détail dans le chapitre D et permettent une analyse plus fine1, qui suscite tout d’abord les questions suivantes :

  1. Quels sont les secteurs représentés dans le souk et comment se situent-ils dans l’espace les uns par rapport aux autres ? Une séparation des différents secteurs -commerce de détail, commerce de gros, artisanat, services - ne semble avoir ici que peu de signification ; l’imbrication des secteurs est en effet l’une des caractéristiques essentielles de l’organisation spatiale du souk oriental.
  2. Quel rôle le souk joue-t-il dans la vie économique de la ville depuis l’apparition de nouveaux quartiers commerçants en dehors de la vieille ville ?
  3. Les changements fonctionnels et/ou spatiaux relevés dans le souk par W. Dostal (1971-1974) ont-ils connu une évolution significative ?

44On est tout d’abord frappé, par comparaison avec d’autres souks orientaux, par le fait que la Grande Mosquée de Sanaa soit située nettement à l’écart de la zone du marché et que l’on ne trouve dans son voisinage aucun des secteurs artisanaux les plus recherchés. Tant que nous ne connaîtrons le développement urbain de la vieille ville et du souk que dans ses grandes lignes, toutes les tentatives que nous ferons pour expliquer ces phénomènes ne pourront rester que des hypothèses. Il est toutefois établi que les deux khans ottomans, S(A) et S(B), ont constitué le centre des activités économiques, à partir de la première occupation du Yémen par les Ottomans au moins. Ils sont situés à l’opposé de la Grande Mosquée et attirent la foule des passants. Les secteurs les plus recherchés se trouvent dans leur voisinage :

  • Etablis à l’est du souk, les bijoutiers (argent) (E 8) occupent une position traditionnelle pour ce secteur ; le travail artisanal a cependant presque disparu dans ce domaine et il est évident que c’est le commerce de bijoux en argent, de ğanbīya et d’antiquités qui prédomine. Ce phénomène a fait son apparition dans les années 1970 ; de plus en plus de familles yéménites vendent aujourd’hui leurs bijoux d’argent, pour en réinvestir immédiatement le revenu dans l’achat de bijoux en or : plus de dix magasins spécialisés ont fait leur apparition depuis 1970. L’artisanat des bijoux en argent ayant été par le passé exercé exclusivement par les juifs, leur situation géographique - loin de la Grande Mosquée - résulte d’une politique délibérée.
  • On trouve au sud-est le marché au qāt (E 10), dont la fréquentation varie considérablement selon les moments de la journée : l’activité y est intense de 10 heures à 14 heures ; cette position s’explique par les facilités d’accès, par le sud et par l’est.
  • On a, au sud, le marché des droguistes et apothicaires (E 9), ainsi que le marché aux épices (E 12) - ou ‘aṭṭārīn - qui occupent également une place privilégiée dans beaucoup d’autres villes.
  • Le commerce des vêtements (E 5), ainsi que celui des raisins secs et sucreries (E 7) se fait à l’ouest.

45Empruntons maintenant la voie qui mène des samsara «ottomans» à la Grande Mosquée, traversons d’abord la zone du marché et le souk aux tissus (E 6), pour atteindre une petite rue où l’on trouve des produits exclusivement destinés aux élites religieuses (E 14). Une petite place, avec un marché au raisin (E 21), débouche sur la rue de la Mosquée. On trouve à son extrémité, déjà en vue des murs de la Grande Mosquée, deux relieurs, très clairement liés aux besoins de la Mosquée.

46Le rôle central, que nous venons de mettre en évidence, des samsara et de la Mosquée a dû se mettre en place dans ses grandes lignes dès le xviie siècle. Ce principe d’organisation reste toutefois assez théorique : comme dans tous les souks, on voit s’y superposer et s’y ajouter des principes d’établissement liés à la fréquentation massive des passants. Le flux des visiteurs du marché venus de la ville elle-même et, surtout, celui des visiteurs venus de l’extérieur se concentrent sur la principale voie d’accès au souk central. Nous savons que cette voie était déjà tracée lors de la première occupation ottomane ; nous pouvons en déduire que l’organisation du souk devait alors être déjà fixée dans ses grands principes, exceptés le complexe architectural et quelques transformations intervenues à la suite d’innovations techniques. Cette hypothèse est confirmée par W. Dostal dans un chapitre consacré pour l’essentiel à l’histoire du souk (1979, 18-31) ; en outre, la plupart des noms des différentes parties du souk cités dans le Qānūn Ṣan‘ā’ (xviiie siècle) sont encore employés aujourd’hui (cf. Ṣan‘ā’, 1983, 179 et sq.).

47La principale voie d’accès au souk est sans aucun doute celle qui part du sud, de Bāb al-Yaman. Ses abords sont infiniment plus peuplés que la partie nord de la vieille ville ; la plupart des marchandises introduites à Sanaa ont toujours franchi les murailles à cet endroit ; c’est là que se trouve aujourd’hui le terminus des lignes nationales de bus assurant des liaisons avec le sud et l’ouest, etc. Aussi cette rue est-elle empruntée par les passants toute la journée ; elle est même parfois désespérément embouteillée car d’innombrables marchands ambulants en encombrent le passage. Le commerce y est particulièrement tourné vers une clientèle rurale ; on trouve, en plus d’un large choix d’articles correspondant aux besoins quotidiens ou assez courants, de petits restaurants populaires (D 1), des coiffeurs et plus de dix cordonniers ambulants. Un peu à l’écart, se trouvent des ateliers de fabricants de matelas, qui achètent de l’herbe et de la paille aux paysans, ainsi que quelques moulins à huile de sésame (D 5), dont la «matière première» provient également des campagnes environnantes.

48La ruelle qui part de l’Est est tout à fait différente. La place qui est située devant le Qasr offre les meilleures possibilités de stationnement pour voitures privées existant aux abords du souk. Les catégories sociales moyennes ont donc accès au marché par cette ruelle, où l’on trouve essentiellement un commerce de produits courants de bonne qualité (vêtements, chaussures, jouets, radio-télévision, cassettes, parfumerie). C’est le seul endroit dans tout le souk où l’on peut trouver, en quantité importante, un choix d’articles modernes et occidentaux. Un précédent historique a favorisé ce développement encore tout récent : c’est à cet endroit que, dans les années qui ont précédé la Première Guerre mondiale, les magasins des commerçants européens étaient concentrés (cf. chap. C.1.). On ne peut, certes, parler d’une continuité des fonctions ; le style des boutiques est toutefois resté le même.

49Ces deux axes se rejoignent à l’extrémité sud de la zone du souk ; cela entraîne, là aussi, un commerce spécifique : chaussures (E 17), vêtements (E 15), outils (E 18), sans oublier tabac et henné (E 19), ainsi que café et thé (E 20). La disposition des édifices montre bien que la zone du souk devait autrefois se prolonger encore vers le sud-ouest (E 5 et G 3).

50Les voies qui partent de l’ouest et du nord sont quant à elles de bien moindre importance. Elles sont très ramifiées, donc moins stabilisées et sont, pour cette raison, bordées uniquement de magasins destinés au ravitaillement quotidien de la population des alentours.

51Ce n’est absolument pas par hasard que les ateliers artisanaux sont concentrés dans ce secteur ouest-nord/ouest de la zone du souk ; ils sont d’ailleurs établis selon un ordre très intéressant. On trouve, complètement à la périphérie - comme le veut l’usage, en raison des risques d’incendies - les forgerons (H 1) et les menuisiers (H 2) ; ces derniers sont séparés en deux zones différentes. Les ferblantiers occupent eux-aussi une place relativement périphérique, à cause du bruit qu’ils font en travaillant. Ces trois secteurs artisanaux produisaient autrefois l’essentiel des ustensiles de ménage ; cela explique que le commerce de ces ustensiles se trouve dans leur voisinage immédiat, bien qu’il s’agisse aujourd’hui presque exclusivement d’articles importés. On reconnaît ainsi aujourd’hui encore des rapports de voisinage directs : les ferblantiers travaillant de nos jours essentiellement l’aluminium, le commerce d’objets en aluminium est particulièrement important dans leur entourage ; les forgerons, quant à eux, vendent leurs produits tout autour d’une petite place située près de leur souk (E 3).

52Le poignard recourbé, la ğanbīya, occupe une place de premier plan dans la tradition culturelle du Yémen. Les divers secteurs artisanaux qui en assurent la fabrication sont donc situés dans des endroits du souk proches des zones centrales. Le poignard, le fourreau et la ceinture, et quelquefois aussi des éléments de décoration en argent constituent l’équipement complet de la ğanbīya. Les fourreaux de bois sont produits dans la partie sud de la zone des menuisiers (H 2) ; ils sont ensuite recouverts de cuir par d’autres artisans spécialisés (H 6). Puis ils sont encore entourés de soie brodée, tout comme les ceintures ; ce travail revient à l’artisan qui fabrique les ceintures (H 12). Les fabricants de poignards reçoivent des forgerons une pièce brute, dont ils n’ont plus, à vrai dire, qu’à limer et polir la lame ; ils assurent également le montage final de tous les éléments. Ils sont établis, de manière très significative, en un point central par rapport à tous leurs fournisseurs.

53Les fabricants de coiffes (H 10) font partie des artisans «considérés» ; comme les tailleurs (H 7) ils sont établis tout près du souk aux tissus (E 6) et des endroits où l’on vend du fil (E 16). Les tourneurs (H 11) vendent aujourd’hui essentiellement des pipes à eau, qu’ils montent à partir de pièces détachées importées ; seules les housses des tuyaux sont réalisées au crochet dans le souk lui-même.

54Les cordiers (E 4), qui vendent exclusivement des cordes de plastique importées, les cordonniers (H 3), qui ne font plus que travailler de vieux pneus, et les chaudronniers (H 9) qui, toujours situés au même endroit, réparent des réchauds à pétrole, appartiennent tous à des secteurs artisanaux en voie de disparition.

55Il faut également rattacher à cette catégorie les selliers (H 17) et les teinturiers (H 14), situés en bordure du souk. W. Dostal avait recensé deux teinturiers ; en 1981, un seul exerçait encore cet artisanat si particulier à Sanaa (production des voiles traditionnels de femmes).

56Les changeurs (D 4) sont maintenant installés dans une partie relativement centrale du souk ; leur nombre est passé de trois en 1971 à vingt et un en 1981, signe évident d’une demande croissante, provoquée par l’énorme afflux de l’argent des émigrés. Ce n’est pas un hasard si les changeurs sont installés en un «lieu traditionnel», immédiatement à côté du samsara Muhammad b. Hasan (S 14), fermé depuis 1948 ; ce samsara était autrefois la caisse de dépôt et la «banque» du souk ! On pourrait tout à fait envisager de le remettre en activité dans ses fonctions passées.

57Nous ne mentionnerons que deux autres services : tout près des tailleurs, se trouvent deux ateliers de réparation de machines à coudre (H 16) ; dans un «angle mort» du souk que nous n’avons pas encore évoqué (sud-est de la zone du souk), de nombreux petits restaurants populaires (D 1) se sont établis, à un endroit tout à fait «propice» : la circulation des passants y est intense (c’est une zone de carrefour des voies principales, à proximité du souk au qāt) et il y a, tout à côté, les souks aux épices et aux céréales (E 11, E 12) ; un moulin à farine, qui n’est pas représenté sur la fig. 15, fournit en permanence la farine nécessaire à la fabrication de pain frais. Aux petits restaurants s’ajoutent, sur la place I, les stands ambulants de plats à emporter destinés aux passants pressés.

58Les places - ainsi que leurs abords - ont elles aussi leur fonction bien précise et définie au sein de l’ensemble que constitue le souk (cf. présentation dans le chapitre D). Ainsi, les marchés aux bestiaux (bovins, chameaux, ânes) se tiennent à dessein sur des places situées en bordure du souk, là où ils n’entravent pas trop la circulation des passants, c’est-à-dire au nord-ouest. Tout à côté, on trouve également l’ancien marché au fourrage (VI), ainsi que le souk des selliers (H 17). En revanche, la place (III), sur laquelle des particuliers vendent des affaires d’occasion, est relativement centrale. Le marché aux fruits et légumes se trouve depuis des siècles sur la place de Bāb al-Yaman, à l’endroit même où le plus grand nombre de passants franchissent les murs de la ville. Cet emplacement n’a pas été choisi uniquement en fonction de la livraison des marchandises (produits des campagnes environnantes), mais aussi dans la perspective des acheteurs : ils préfèrent acheter ces produits frais à la fin de leur visite au souk, juste avant de quitter la ville.

59Les arguments avancés jusqu’à présent montrent l’importance des relations spatiofonctionnelles existant dans le souk de Sanaa ; c’est vrai également, et peut-être dans une plus large mesure encore, des interpénétrations spatiales qui existent entre commerce de gros et commerce de détail. Nous nous contenterons ici de signaler brièvement les rapprochements suivants : G5-E6, G11-E7, G3-E13, G8-H4, G7-E2, G13-E11. Dans chacun de ces cas, il n’y a pas plus de 80 mètres de distance entre les établissements de gros et les magasins de vente au détail. Nous devons toutefois constater que le commerce de gros se retire progressivement de la vieille ville ; beaucoup de samsara ont été fermés et/ou tombent en ruine (cf. fig. 14). Les raisons en sont évidentes ; ce sont les mêmes que dans les autres souks orientaux : le passage du transport à l’aide d’animaux ou de charrettes à bras (existant encore à Sanaa en D 7) au transport automobile, la croissance des volumes de marchandises et la transformation des besoins ; tous ces facteurs agissent en même temps. On imagine aisément à quel point le souk de Sanaa est mal adapté à la circulation automobile, ce qui entrave particulièrement la livraison de marchandises pour le commerce de gros, dans la mesure où la plupart des marchandises proviennent aujourd’hui de l’extérieur de la vieille ville. Les contraintes sont devenues encore plus fortes pour l’artisanat : il est tout à fait impossible de faire tenir des machines modernes dans les petites échoppes du souk, sans parler des graves problèmes de transport.

60Reprenons, pour finir, la question que nous nous posions sur le rôle que peut encore jouer le souk dans la vie économique actuelle de la ville. La première des constatations est la suivante : la plus grande partie de l’artisanat (et tout particulièrement le dynamique secteur du bâtiment), l’essentiel du commerce de gros, ainsi que presque tous les détaillants vendant des articles d’usage peu courant et de luxe se trouvent à l’extérieur de la vieille ville ; les maisons de gros possèdent dans le souk, au mieux une succursale, et même, dans la plupart des cas, un entrepôt seulement, leur siège se trouvant dans la ville nouvelle ; il n’existe pas, dans tout le souk, une seule succursale de banque ! Les problèmes de circulation ont déjà été invoqués comme l’une des raisons de cette diminution de l’importance du souk. Il existe d’autres facteurs de paralysie : il est certain que les commerçants et les artisans, qui continuent à se constituer en corporations, résistent à la pénétration des marchandises «modernes» dans le souk ; c’est là l’une des raisons de l’étonnante permanence de l’organisation spatiale et fonctionnelle du souk. Les élites urbaines, qui quittent de plus en plus leurs demeures de la vieille ville, préfèrent d’autres lieux de commerce : les supermarchés des nouveaux quartiers, faciles d’accès en voiture.

61Comment se fait-il alors que ce souk soit encore si vivant, que les symptômes de déclin soient perceptibles tout au plus à sa périphérie, qu’il comporte même, de toute évidence, des secteurs en expansion (vêtements, tissus, chaussures, tailleurs) ? La principale raison en est sans aucun doute l’énorme accroissement de la population de la ville. L’énumération des secteurs représentés dans le souk montre qu’il est essentiellement fréquenté par les catégories sociales moyennes et inférieures. Alors même que les élites évitent de plus en plus le souk en raison de leurs nouvelles habitudes de consommation, l’arrivée d’immigrants ruraux augmente de jour en jour le nombre d’acheteurs aux besoins traditionnels. Bien que des magasins aient ouvert partout dans les nouveaux quartiers où ils habitent pour répondre à leurs besoins quotidiens, ils apprécient tout particulièrement le choix que leur offre le souk. Il est pour eux un magasin idéalement achalandé qui, en outre, leur permet non seulement de satisfaire leurs besoins, mais constitue aussi un lieu de rencontre extrêmement apprécié.

62Il faut y ajouter d’autres particularités, qui ne sont du reste absolument pas inhabituelles dans un souk oriental. Les élites yéménites ne sont elles-mêmes pas totalement «occidentalisées» et ont conservé des comportements traditionnels. En des occasions précises au moins (mariages, fêtes), ils recherchent des produits «traditionnels» qu’on ne trouve nulle part ailleurs dans la ville, du moins pas dans cette variété ni dans cette qualité ; robes de mariées et henné pour les femmes, ğanbīya pour les fils atteignant l’âge adulte, herbes et épices spéciales, mais aussi café du pays et tabac pour pipes à eau, fil et bijoux d’argent, livres et tissus. En revanche, les articles destinés aux touristes - très importants dans les autres souks orientaux - sont très peu nombreux à Sanaa, et exclusivement limités aux bijoux d’argent et aux antiquités. Il faudrait pourtant bien qu’à l’avenir ce secteur prenne de l’expansion et se diversifie. On pourrait disposer des samsara S 12, S 31, et S 15, aujourd’hui inutilisés.

63Il nous faut constater, pour conclure, que si le souk de Sanaa a de toute évidence perdu depuis 1962 le rôle prédominant qu’il occupait dans la vie économique de la ville, il n’en reste pas moins un centre important de commerce pour des catégories sociales moyennes et inférieures qui ne cessent de s’accroître, mais aussi, dans une moindre mesure, pour les catégories supérieures. A l’exception du secteur des ğanbīya, l’artisanat y disparaît de plus en plus et ne survit tout au plus que sous la forme de quelques ateliers de réparation. Il faudrait donc susciter de nouvelles fonctions, essentiellement liées au tourisme.

Notes

1 La cartographie des différents commerces a été réalisée à l’automne 1981. Pour des raisons d’échelle, la figure 15 est à nouveau généralisée.

Table des illustrations

Légende Fig. 12 : Modèle de la ville islamique “typique.”
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3385/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Légende Fig. 13 : Coupes horizontale et verticale du samsara al-Mağğa (S 6) (d’après J. Kirkman Ed., 1976, 23)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3385/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 371k
Légende Fig. 14 : La zone centrale de la vieille ville : son complexe architectural
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3385/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende Fig. 15 : La zone centrale de la vieille ville : ses fonctions.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3385/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter