Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sanaa

 | 
Eugen Wirth
, 
Horst Kopp

Avant-propos

Horst Kopp et Eugen Wirth

Texte intégral

1En 1983 paraissait à Londres, sous la direction de R.B. Serjeant et R. Lewcock, un ouvrage volumineux, remarquablement documenté, intitulé an‘ā’. An Arabian Islamic City. La ville de Sanaa y était étudiée sous ses aspects les plus variés par des spécialistes dont certains très renommés. N’avait-on pas, dès lors, suffisamment écrit sur Sanaa ? Par quels arguments pouvait-on justifier la publication d’un nouvel ouvrage, petit et certes bien plus modeste, sur la vieille capitale d’Arabie du Sud ? La réponse à une telle question s’inscrit dans le contexte des publications du Tübinger Atlas des Vorderen Orients (TAVO) - (Atlas du Proche-Orient de Tübingen).

2Dans la collection du TAVO, une série de cartes est publiée sur le thème suivant : « Exemples de grandes villes islamiques. Organisation fonctionnelle ». Leur objectif est de présenter les modèles urbains proche-orientaux dans toute leur variété. La réalisation de chaque carte repose sur une enquête minutieuse (relevés topographiques) menée par ses auteurs ; ces cartes sont donc, dès le départ, essentiellement le résultat d’une enquête sur le terrain.

3Bien des années avant la parution de la monographie de Serjeant et Lewcock, on avait prévu, dans le projet de cartographie, d’établir la carte de Sanaa (A IX 9.7) pour les raisons suivantes : la ville constitue un exemple du type urbain caractéristique de l’Arabie du Sud, avec toutes les particularités structurelles et fonctionnelles qui lui sont propres ; la vieille ville représente un ensemble architectural exceptionnel, qui n’a pas été classé sans raison «monument du patrimoine de l’humanité» par l’UNESCO ; par ailleurs, le développement de la ville moderne a été, à Sanaa, d’autant plus violent qu’il a été tardif. Ce retard est, d’une part, le résultat d’une politique durable d’isolationnisme, menée jusqu’en 1962 par les imams régnant sur le Yémen, qui a préservé le pays d’une domination coloniale européenne, et, d’autre part, l’expression des structures sociales traditionnelles yéménites, dont l’organisation spatiale se distingue nettement du reste du Moyen-Orient.

4Jusqu’en 1970, les enquêtes de terrain n’étaient possibles au Yémen que d’une manière extrêmement limitée ; bien que la plupart des Européens alors autorisés à entrer dans le pays soient venus à Sanaa, les sources sur le développement de la ville sont, il faut bien le dire, relativement pauvres. R. Manzoni élabora certes un plan de la ville en 1879 ; il n’en est pas moins très simplifié, approximatif, et bien souvent faux dans le détail. Seuls les travaux de C. Rathjens et H. von Wissmann (vers 1930) constituent une base sûre. Quoi qu’il en soit, notre travail de cartographie de l’automne 1981 représente le premier et, jusqu’à présent, le seul inventaire complet des structures fonctionnelles de Sanaa.

5Dès le départ, il nous est apparu évident qu’il nous faudrait joindre un texte d’accompagnement à la carte. En effet, malgré la précision de notre représentation cartographique, nous ne pouvions faire apparaître sur une carte toutes les observations faites sur le terrain ; beaucoup n’y sont signalées que par un numéro pour être ensuite développées dans l’annexe D de cet ouvrage. La partie centrale de la vieille ville (le souk) ne pouvait, pour des raisons d’échelle, être rendue dans le détail ; un chapitre entier (C) lui est ici consacré, avec des cartes supplémentaires, auxquelles viennent s’ajouter des numéros d’inventaire, correspondant aux samsara par exemple. De plus, tant les particularités de la structure urbaine que l’insuffisance relative des sources dont nous disposons à ce jour, exigeaient une interprétation des cartes, au-delà de leur simple description.

6Lors de la préparation des cartes et notices destinées à l’impression, en 1983 et 1984, il nous est apparu que la grande monographie sur Sanaa mentionnée plus haut, tout en étant un ouvrage monumental, n’en était pas moins incomplète ; elle présente beaucoup de lacunes importantes, ainsi que des conceptions divergentes et des contradictions non résolues entre les différents auteurs ; de plus, la plupart des chapitres sont nés dans le cabinet du philologue et non de la confrontation directe avec la réalité. Il nous apparut donc qu’il nous faudrait accompagner la carte d’un texte qui aborderait les aspects de géographie urbaine, insuffisamment ou même pas du tout traités dans l’ouvrage collectif intitulé an‘ā’, en particulier les multiples aspects du récent développement urbain, considérés du point de vue du géographe. Tel n’est pas, en effet, le propos d’une vaste monographie consacrée à une cité ; en revanche, le lien est évident avec le contenu de la carte TAVO, et c’est bien là le sens du terme de «supplément».

7Nous adressons, en premier lieu, nos plus vifs remerciements pour la réalisation de cette carte et de son supplément, à la Deutsche Forschungsgemeinschaft (Société allemande pour la recherche) et à sa section de recherche spécialisée (Sonderforschungsbereich) n° 19, qui ont pris en charge les frais de voyage pour l’étude de terrain et nous ont attribué une importante subvention pour couvrir les frais d’impression. Nous les adressons également au directeur de la section n° 19, M. le Professeur Dr. W. Röllig, pour sa patience et l’aide qu’il nous a apportée pour la publication de ce supplément. Nous avons bénéficié des précieux conseils et informations de MM. le Dr. E. Betzler, M. Ebner, le Dr. B. Müller et le Professeur Dr. W. Dostal ainsi que de Mme le Dr. B. Finster et Mme U. Dreibholz. M. le Dr. R. Vossen du Musée d’ethnologie de Hambourg a mis à notre disposition des photographies aériennes du fonds C. Rathjens père, et M. F.J. Hansen ses propres travaux cartographiques non publiés. Le Public Record Office de Londres a permis une nouvelle fois à E. Wirth de consulter sans restriction et gratuitement toutes les archives consulaires demandées. Les travaux cartographiques de ce supplément ont été essentiellement réalisés par M. R. Rössler, la figure 15 l’a été par M. U. Matthies ; les travaux de reprographie ont été effectués par MM. W. Mehl, P. Weber et W. Gerber. Mme E. Göncü, Mme E. Nitsche, Mme M. Henninger et Mme E. Wörner se sont chargées de dactylographier le manuscrit. Qu’ils reçoivent tous nos sincères remerciements.

8Les deux auteurs ont lu l’un et l’autre tous les chapitres de la présente monographie, et se sont mis d’accord après en avoir discuté dans le détail. Quoi qu’il en soit, la conception et la mise en forme de chaque chapitre revient clairement à l’un des deux auteurs : H. Kopp s’est chargé des chapitres B 3 et C 3, E. Wirth des chapitres A, B 1 et 2 ainsi que C 1 et 2. L’avant-propos, l’inventaire (D) et la bibliographie (E) ont été écrits conjointement par les deux auteurs.

9Erlangen - Tübingen, août 1989/janvier 1994

10Nous remercions bien cordialement Franck Mermier, directeur du Centre français d’études yéménites, initiateur de la traduction de l’ouvrage en français ainsi que Blandine et François Blukacz qui l’ont établie avec beaucoup de talent. Nous remercions, également, à l’IREMAM, Jean-Charles Depaule qui a coordonné l’édition française Gisèle Seimandi et Roger Lecoq qui en ont assuré, avec compétence, l’entière réalisation et Jean-Paul Pascual dont les conseils nous ont été précieux.

H. K. - E. W.

juin 1994

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable