Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jalons pour une sociologie des ingénieurs au Maghreb

 | 
Éric Gobe

Chapitre V. Bilan et perspectives de recherche

Entrées d'index

Texte intégral

1En m’intéressant à l’histoire de la formation des ingénieurs, à leur position socio-professionnelle, aux lignes de clivage qui les traversent, à l’importance qui leur a été accordée par les États, j’ai analysé les conditions de leur production et de leur reproduction au Maghreb depuis la colonisation. On a vu à quel point en Tunisie et au Maroc la référence extérieure française a eu un impact sur la structuration des systèmes de formation. La force symbolique du système des grandes écoles est toujours aussi prégnante tant dans le fonctionnement des écoles d’ingénieurs locales que dans le mode de sélection des élites qui se déroule dans les établissements français les plus prestigieux. Ainsi un maître-mot demeure pour comprendre les modalités de la production des ingénieurs : c’est celui d’une dualité qui passe encore par la France. Autrement dit, la dualité coloniale a connu dans l’histoire récente des sociétés maghrébines des métamorphoses, mais elle reste présente, ne serait-ce que par la langue de formation des filières scientifique qui est encore aujourd’hui le français.

  • 1 Élisabeth Longuenesse, Professions et société au Proche-Orient…, op. cit., p. 233.

2Pour paraphraser Élisabeth Longuenesse à propos du Moyen-Orient, je soutiens que les circonstances de la modernisation des sociétés du Maghreb à partir du XIXe siècle, plus particulièrement à travers la domination coloniale, ont fait qu’une « multiplication d’héritages et d’influences, de facteurs exogènes, se conjuguent de façon complexe et certainement plus contradictoire que dans les sociétés industrielles »1. De ce point de vue, l’Algérie, comparée au Maroc et à la Tunisie, constitue un cas à part : le refus des autorités d’organiser l’envoi systématique des meilleurs bacheliers du pays dans les grandes écoles françaises a gommé, pour partie, le dualisme « grande porte » (formation dans les établissements français les plus prestigieux) et « petite porte » (scolarité dans une école d’ingénieur nationale). Aujourd’hui, l’Algérie, lestée par une économie de rente qui fonctionne uniquement selon des logiques de redistribution clientéliste, offre probablement à l’élite de ses ingénieurs des perspectives de carrière moins intéressantes qu’en Tunisie et au Maroc.

3La double dualité évoquée précédemment – entre écoles d’ingénieurs locales et université, d’une part et entre établissement nationaux et grandes écoles françaises, d’autre part – induit une insertion des ingénieurs différenciée sur le marché du travail. Autrement dit, les inégalités d’accès à l’emploi et les perspectives de carrière sont, pour une large part, déterminées par le cursus de l’étudiant, du fait des compétences acquises et des réseaux sociaux et professionnels constitués pendant la période de formation. Pour autant, ces inégalités ne doivent pas occulter le fait que depuis les indépendances, la politique de démocratisation du système éducatif a bénéficié incontestablement aux catégories sociales populaires et aux fractions modestes des classes moyennes. Notre enquête de 2000 mettait en exergue les origines sociales relativement modestes des ingénieurs, tout en montrant des différences entre les diplômés de France, d’Europe de l’Ouest et des Etats-Unis, d’une part, et les diplômés de Tunisie et des pays de l’Est, d’autre part.

  • 2 Cf. Lemonde.fr, « Les diplômés chômeurs, moteur de la révolte tunisienne », 10 janvier 2011.

4Reste à savoir si, après plus de quatre décennies de mobilité sociale, celle-ci, confrontée à une expansion de l’enseignement supérieur qui a évolué à un rythme plus fort que celui de l’industrialisation et de l’emploi ne va pas se gripper. Alors que d’aucuns ont trouvé une des causalités de la « révolution tunisienne » dans l’émergence de la catégorie des diplômés chômeurs2, de nouvelles recherches restent à conduire pour analyser les logiques sociales à l’œuvre dans l’insertion des ingénieurs et des autres diplômés sur le marché du travail.

5De manière générale, une analyse fine du marché de l’emploi permettrait d’apprécier le rôle joué par différentes variables dans l’explication de l’insertion des ingénieurs. Il convient de comprendre comment se conjuguent la libéralisation économique, l’élévation du niveau d’éducation, la diversification des spécialités et la féminisation de la profession. Il est à noter que ce dernier phénomène n’a été qu’effleuré au Maghreb. Mais les quelques données sur le sujet que Saïd Ben Sedrine et moi-même avons pues récolter à travers notre enquête ingénieurs font ressortir des évolutions comparables aux sociétés occidentales.

Genre et profession d’ingénieur au Maghreb

6Au Maghreb, comme sous d’autres cieux, le sexe constitue une variable discriminante de l’insertion socio-économique des ingénieurs : la progression de la présence des jeunes filles dans les écoles d’ingénieurs est différenciée selon la discipline ; leurs réseaux d’accès à l’emploi sont moins performants que celui des hommes ; et elles exercent peu de responsabilités d’encadrement.

  • 3 Kamel Mellakh, « Les femmes ingénieurs fonctionnaires au Maroc : éléments d’enquête », in Éric Gobe (...)
  • 4 Sari Hanafi, La Syrie des ingénieurs. Une perspective comparée avec l’Égypte, Paris, Karthala, 1997 (...)
  • 5 Sabeha Benguerine, « Quelle insertion professionnelle pour les femmes ingénieurs », in Mohamed Beng (...)

7Les effectifs féminins scolarisés n’ont pas cessé de progresser depuis l’indépendance. Le taux de féminisation de l’enseignement supérieur dépasse depuis 2005 en Tunisie les 50 %. La proportion de femmes ingénieurs a augmenté de façon fulgurante depuis l’indépendance. Les chiffres de l’enquête ingénieur sont sans appel : les femmes constituent 26 % des ingénieurs de moins de 30 ans contre seulement 6 % de ceux de plus de 50 ans. Toutefois l’ingéniorat demeure la filière la plus largement masculine de l’enseignement supérieur. En 2000, les femmes ne représentent encore que 21 % des titulaires d’un diplôme national d’ingénieurs. À titre de comparaison, dans d’autres pays arabes, on sait qu’au Maroc, la part des filles dans l’effectif des écoles d’ingénieurs s’élevait à 20 % en 19963, tandis qu’en Syrie, on est passé de 16 % de filles diplômées en 1979 à 22,5 % en 19884. Quant à l’Algérie, selon la sociologue Sabeha Benguerine, les femmes représentaient 7 % du total des ingénieurs diplômés en 1987 contre 24 % en 19975.

  • 6 Catherine Marry, Les femmes ingénieurs. Une révolution respectueuse, Paris, Belin, Coll. Perspectiv (...)

8Il conviendrait d’analyser dans quelle mesure le caractère limité de la féminisation des études et des métiers d’ingénieurs, par rapport à d’autres professions supérieures, renvoie largement au fait que ce groupe professionnel cristallise « les traits symboliques et pratiques de la domination masculine » : le pouvoir d’État, la maîtrise des techniques industrielles et l’autorité sur les ouvriers6.

  • 7 Catherine Marry, « Les femmes ingénieurs et la chimie », in Georges Bram, Françoise Chamozzi, Alain (...)
  • 8 Idem, p. 33-48.

9Les quelques données rassemblées lors de notre enquête permettent de conclure que le mouvement de féminisation de ces dernières années a affecté, de façon différenciée, les filières de l’ingéniorat : les femmes sont proportionnellement plus présentes que les hommes en agronomie, en informatique, en électricité. À l’opposé, la féminisation est bien plus faible en électromécanique, dans la filière textile et dans une moindre mesure en télécommunication. On notera leur absence en mécanique. En reprenant l’analyse de Catherine Marry, on pourrait formuler l’hypothèse que « ces orientations sexuées renvoient à des représentations plus ou moins “masculines” ou “féminines” associées aux différentes spécialités scientifiques, qui perdurent au-delà des transformations des conditions objectives et subjectives d’apprentissage des savoirs et des professions exercées »7. En Tunisie, comme en France et dans les autres pays du Maghreb et du Moyen-Orient, les filles qui choisissent les disciplines scientifiques et techniques afficheraient toujours une préférence pour les sciences médicales et biologiques. Dans l’ingéniorat proprement dit, l’étude et l’exercice de métiers liés à la mécanique et l’électromécanique renvoient massivement à un monde masculin. L’agronomie est la spécialité la plus féminisée dans de nombreux pays. Cette présence plus forte des femmes dans la filière agronomique renverrait à la construction de représentations, tels les rapports particuliers que les femmes entretiendraient avec la nature, ainsi qu’à leur goût supposé pour le concret8.

  • 9 Charles Gadea, « Évolutions des formations d’enseignement supérieur et insertion professionnelle de (...)

10Ces résultats mériteraient d’être actualisés et complétés, d’autant que la féminisation de la profession, comme de l’enseignement supérieur y a été beaucoup plus rapide qu’en Occident. L’enquête de la Banque mondiale et du ministère tunisien de l’Emploi et de l’Insertion professionnelle des Jeunes décrit des femmes diplômées en difficulté sur le marché du travail : elles mettent plus de temps que les hommes à trouver un premier emploi, tout comme elles sont soumises à des durées de chômage plus importantes que les hommes9.

  • 10 Grazia Scarfo-Ghellab, « Femmes ingénieurs au Maroc et accès au marché du travail », in Mohamed Ben (...)

11Les difficultés rencontrées par les femmes sur le marché du travail renvoient en miroir à la question du plafond de verre auquel elles se heurteraient dans leur parcours professionnel. Toutefois pour compléter les analyses, il serait pertinent de vérifier dans quelle mesure les femmes développent des stratégies professionnelles pour briser ce « plafond de verre », notamment en créant leur entreprise ou en changeant d’emplois10.

  • 11 André Grelon, « Les ingénieurs au Maghreb : un bilan d’avenir », in Éric Gobe (dir.), L’ingénieur m (...)

12De manière générale, par-delà la question des discriminations sexuelles dans les trajectoires des ingénieurs, des enquêtes rétrospectives sur les promotions de divers établissements à des périodes différentes seraient les bienvenues. Elles permettraient aux chercheurs d’introduire systématiquement une dimension longitudinale dans leurs travaux et de renseigner sur les trajets individuels des ingénieurs, ainsi que sur les modalités de leur adaptation au marché de l’emploi11. La question des trajectoires professionnelles soulève également celle du travail des ingénieurs.

Quels ingénieurs pour quelles entreprises ?

  • 12 Oumelkhir Touati, Rapport au travail et dynamique de transformation du métier d’ingénieur dans le c (...)
  • 13 Idem, p. 325.

13De manière générale, les travaux portant sur les ingénieurs dans l’entreprise au Maghreb sont plutôt rares. La thèse d’Oumelkhir Touati sur l’Algérie, en s’intéressant au rapport au travail des ingénieurs de la Sonatrach (Société nationale pour la recherche, la production, le transport, la transformation, et la commercialisation des hydrocarbures), fait exception12. Elle distingue, dans sa recherche, deux grandes catégories d’ingénieurs au sein du fleuron des entreprises publiques algériennes. Les premiers, les « professionnels », souvent les ingénieurs les plus jeunes de la société, mobilisent des connaissances techniques pointues et n’encadrent pas de personnels. Ils sont soumis à des procédures précises en fonction desquelles ils organisent la production et son contrôle, ainsi que la maintenance et les activités d’études. Les seconds, les « gestionnaires », sont appelés à encadrer le personnel. Ils se définissent principalement par leur position hiérarchique et non, comme les « professionnels », par leur métier. Les carrières de ces deux types d’ingénieurs sont relativement cloisonnées, ce qui ne va pas sans poser de frictions au sein de la Sonatrach. En effet, la carrière des « gestionnaires » est nettement plus valorisée que celle des « professionnels »13.

  • 14 Hocine Khelfaoui, « Évolution du profil de l’ingénieur algérien : du technicien au développeur », i (...)
  • 15 Idem, p. 199.

14Les quelques chercheurs travaillant sur les ingénieurs dans l’entreprise en sont restés à l’hypothèse formulée par Hocine Khelfaoui sur l’évolution du profil de l’ingénieur algérien14 : ce dernier décrivait l’ingénieur employé dans les entreprises publiques. Cantonné à des tâches de fonctionnement des équipements importés, il se trouverait confronté aux techniciens, et parfois même aux ouvriers expérimentés qui ne voient pas quel peut être l’apport spécifique de sa qualification. Alors qu’ils le percevaient comme un inventeur et un innovateur, « l’ingénieur de fonctionnement » viendrait les concurrencer dans leur propre domaine professionnel, celui de la technicité et du savoir-faire15.

  • 16 Lilia Ben Salem, « Les ingénieurs tunisiens aux XIXe et XXe siècles », op. cit., p. 71.

15D’autres auteurs ont mis en exergue la contradiction existant entre « la faiblesse d’un développement technologique endogène et des phénomènes tels que la marginalisation des ingénieurs dans le processus de production, en particulier au niveau des choix technologiques »16. À partir de ces assertions, il serait intéressant de prolonger le travail accompli par des enquêtes qualitatives qui chercheraient à appréhender la manière dont la restructuration et la privatisation des entreprises publiques contribuent à changer le rapport des ingénieurs au travail. Par exemple, les cadres supérieurs techniques s’orientent-ils plus que dans leurs anciennes structures vers des activités plus en prise avec la production et l’innovation ? Poser cette question ne signifie pas pour autant que la composante technique prend l’essentiel du temps de travail de l’ingénieur, mais plutôt qu’elle se révèle qualitativement décisive.

16Il est également probable que l’accentuation des contraintes en matière d’objectifs et de délais, pour les ingénieurs comme pour d’autres catégories de salariés, soit à l’origine de nouvelles formes de compétences techniques. Il s’agirait alors d’appréhender dans quelle mesure et comment les ingénieurs s’adaptent et participent à la construction de nouveaux rapports de force et d’un nouveau type de relations professionnelles au sein de l’entreprise privatisée. Une telle approche débouche également sur la question, plus générale, des relations de pouvoir qui s’établissent au sein de l’entreprise entre ingénieurs et cadres commerciaux passés par les instituts de gestion ou écoles de commerce. Face à ces « managers » potentiellement concurrents, l’ingénieur revendique-t-il le monopole de décision au nom de ses compétences techniques ? Se pose-t-il en détenteur d’une légitimité scientifique et technique pour apporter des solutions à des problèmes d’ordre industriel ou relevant de la gestion ?

17S’intéresser aux ingénieurs dans l’entreprise revient à s’interroger sur les transformations économiques et sociales qui affectent les trois pays du Maghreb central. Aussi convient-il de se donner les instruments pour analyser le rôle des ingénieurs dans le processus de développement du Maghreb.

  • 17 Élisabeth Longuenesse, « Les ingénieurs au Maghreb et au Moyen-Orient. Politiques de développement (...)

18Cette analyse ne peut être faite qu’en ayant en mémoire la force de l’aspiration au développement et à la modernisation chez les ingénieurs. Dans les années 1960-1970, cette aspiration a été imprégnée d’idéologie développementaliste (voir supra). Les « révolutions arabes » de 2011 ont réactualisé la question de la montée en puissance de mouvements politiques se réclamant de l’islam. À la fin de 2011 en Tunisie, l’arrivée au poste de Premier ministre de Hamadi Jebali, l’un des dirigeant du mouvement « islamiste » Ennahda, ingénieur formé en France, rappelle combien les courants qui se réclament de la religion dans la construction de leur projet politique recrutaient dans les années 1970 et 1980 chez les diplômés de formation scientifique et technique17.

L’idéologie des ingénieurs : éthique religieuse et esprit du libéralisme

  • 18 Olivier Roy, « Les nouveaux intellectuels en monde musulman ? », Esprit, n° 7-8, septembre 1988, p. (...)

19Partant du constat que les mouvement islamistes, au Maghreb et dans le reste du monde arabo-musulman, étaient particulièrement bien représentés chez les ingénieurs diplômés, des politologues, tels que François Burgat et Olivier Roy, ont donné leur interprétation des raisons du succès de l’islam politique parmi les scientifiques. Pour ce dernier, la manière dont sont appréhendées les sciences l’expliquent : elles « sont présentées non comme une démarche propre mais comme illustration de la cohérence du tout, de la volonté divine, de la rationalité de l’Un […]. Le réinvestissement des savoirs techniques par les nouveaux intellectuels […] est caractéristique de cette perception de l’unicité, qui battue en brèche par les sciences humaines, est au contraire réaffirmée, sur le mode paradigmatique et apologétique par les “sciences”. L’ingénieur est ici un prêcheur plus qu’un militant : il dispose par son métier d’un stock de paradigmes et d’illustrations de la grandeur de Dieu. Le positivisme s’allie fort bien avec le religieux »18.

  • 19 François Burgat, L’islamisme au Maghreb, Paris, Payot, 1995.
  • 20 André Grelon et Françoise Subileau, « Le mouvement des cadres chrétiens et la Vie nouvelle : les ca (...)

20Quant à François Burgat, il affirmait que « l’acculturation a sans doute fonctionné de manière plus efficace dans les matières juridiques et littéraires que dans l’univers abstrait des sciences exactes où le vide culturel s’est fait plus vite sentir. »19. Sans me prononcer sur ces interprétations qui n’ont pas connu le début d’une confirmation empirique, force est de constater que l’association de l’éthique religieuse et du discours technicien n’est pas nouvelle. Dans les années 1930, influencés par la doctrine sociale de l’Église, les ingénieurs français de l’Union sociale des ingénieurs catholiques se sont présentés comme des intermédiaires entre les ouvriers et les patrons. Ils pouvaient d’autant mieux jouer ce rôle que, détenteurs d’une rationalité technique et porteur des valeurs catholiques, ils affichaient leur neutralité dans le conflit entre ouvriers et patronat20.

  • 21 Nilüfer Göle, op. cit., p. 309-320.

21Qu’en est-il aujourd’hui au Maghreb ? Dans sa thèse sur les ingénieurs turcs, Nilufer Göle fait une distinction entre les « ingénieurs islamistes » et les « ingénieurs musulmans », les deux étant distincts, non seulement dans leur appréhension de l’islam et de l’Occident, mais également dans leur mode d’approche du développement économique21. Les premiers politiseraient fortement l’islam dans une stratégie de rupture avec l’Occident, tandis que les seconds intégreraient la religion en tant que valeur éthique, dans une stratégie de compétition. Ils font appel à l’islam pour « rattraper » et « devancer » l’Occident : ils articulent le discours religieux à celui du libéralisme économique.Il conviendrait d’apprécier dans quelle mesure cette proposition est pertinente au Maghreb. Les évolutions actuelles de la Tunisie conduiraient plutôt à penser que le mouvement Ennahda se rattache plus à une forme de conservatisme religieux, fondée sur une valorisation d’une économie de marché débarrassée de la corruption, qu’il ne s’inscrit dans une logique de rupture avec l’Occident.

22On le voit, les chantiers de recherche à ouvrir sur la profession d’ingénieur sont nombreux. La condition nécessaire, mais non suffisante, pour aborder ces thématiques est que les sciences sociales au Maghreb reprennent vie. La disparition des régimes autoritaires au Maghreb – si elle advient, il est encore trop tôt pour se prononcer – devrait, en libérant la parole, œuvrer à relancer des recherches de qualité en sociologie et en science politique. Pour autant, la profession d’ingénieur pourrait ne pas être au cœur des problématiques de sciences sociales s’intéressant en priorité aux processus de transition et de construction de sociétés démocratiques.

Pour ne pas conclure : des organisations professionnelles d’ingénieurs pour quoi faire ? Retour sur la notion de corporatisme

  • 22 Claude Dubar et Pierre Tripier, Sociologie des professions, op. cit., p. 74.

23A priori, les ingénieurs constitueraient plutôt une occupation, un « emploi », un « métier » au sens anglo-saxon du terme par opposition à la profession, c’est-à-dire à une activité de service organisée « sous la forme d’associations professionnelles volontaires et reconnues légalement »22.

24Mais en Tunisie et dans d’autres pays arabes, cette distinction n’a pas toujours été nette dans la mesure où les ingénieurs se sont constitués en un ordre obtenant le monopole de l’État, non pas de l’exercice professionnel, ce qui n’aurait pas grand sens pour des ingénieurs, mais celui de la reconnaissance du titre d’ingénieur. Autrement dit, l’adhésion à l’Ordre, en principe obligatoire, était censée permettre à un individu de prétendre occuper un poste correspondant à la qualification et au titre d’ingénieur, lui-même certifié par un diplôme reconnu par l’État.

25Aussi un travail sur la profession d’ingénieur ne pouvait se passer d’une réflexion sur les organisations d’ingénieurs et sur leurs relations avec les pouvoirs publics. On le fera en s’intéressant plus particulièrement au cas tunisien.

  • 23 Philippe Schmitter, « Still the Century of Corporatism », The Review of Politics, vol. 36, n° 1, 19 (...)

26Une telle approche m’a amené à revisiter la notion de corporatisme autoritaire ou d’État. En effet, les gouvernants de la Tunisie indépendante ont construit des formules politiques populistes et autoritaires s’appuyant sur ce que Philippe Schmitter appelle le « corporatisme d’État »23. Le principal but de ce corporatisme était d’« incorporer » des groupes socioprofessionnels dans des structures verticales de mobilisation au profit d’un projet national de développement se réclamant du socialisme.

  • 24 Éric Gobe, « Corporatismes, syndicalisme et dépolitisation », in Élisabeth Picard, La politique dan (...)
  • 25 Alan Richards et John Waterbury, A Political Economy of the Middle East. State, Class and Economic (...)

27Les diverses idéologies corporatistes qui sous-tendaient la mise en place des différentes formes de corporatisme autoritaire développaient une vision organique de la société qui refusait le conflit, ainsi que l’idée de lutte des classes. Elles présentaient donc la société comme un corps composé de groupes fonctionnellement complémentaires qui s’inséraient dans des organisations hiérarchisées, disciplinées, non concurrentielles représentant les intérêts de leurs membres vis-à-vis de l’État24. Les gouvernants donnaient à ces organisations des fonctions quasi-étatiques dans leur catégorie respective et cooptaient leurs dirigeants dans les institutions gouvernementales. Dans ce cadre, les négociations portant sur l’allocation des ressources se déroulaient non pas entre les différents groupements, mais entre ceux-ci et les gouvernants qui constituaient à la fois le « cerveau » et l’arbitre des divers intérêts25. Dans la mesure où le corporatisme autoritaire tendait à organiser la société en groupes fonctionnels verticaux, ainsi qu’à prévenir l’expression d’intérêts pluralistes et concurrentiels, il constituait un instrument de contrôle et d’encadrement des divers groupes sociaux dans leur accès aux ressources matérielles.

  • 26 Éric Gobe, « Corporatismes, syndicalisme et dépolitisation », op. cit., p. 171-192.
  • 27 Philippe Droz-Vincent, Moyen-Orient : pouvoirs autoritaires, sociétés bloquées, p. 205.
  • 28 Élisabeth Longuenesse, « Le “syndicalisme professionnel” en Égypte entre identités socio-profession (...)
  • 29 Albert O. Hirschman, Défection et prise de parole, Paris, Fayard, 1995.

28Dans un article publié en 2006 pour un manuel de science politique consacré au monde arabe, j’ai tenté de montrer que plusieurs organisations professionnelles ont pu constituer, selon les conjonctures historiques, dans certains pays de Maghreb (Tunisie et Algérie) et du Moyen-Orient (Égypte et Syrie) des lieux où se réfugie le politique26. Ces groupements professionnels se sont souvent substitués aux partis politiques lorsque ceux-ci échouaient à remplir leur fonction politique. Ils sont ainsi devenus des enjeux de lutte tant pour les acteurs de l’opposition que pour les gouvernants. Ces derniers se sont efforcés d’ailleurs de transformer les groupements professionnels en « lieux fictifs » de pouvoir27. En fonction des rapports de force, ces organisations passaient ainsi du statut d’instrument de contrôle de l’État à celui de lieu de cristallisation d’une opposition28. Aussi leurs directions balançaient-elles entre allégeance au pouvoir – loyalty – et protestations – voice29.

  • 30 Des nuances sont bien sûr à apporter à ce constat. Il est rare qu’une organisation regroupe des mem (...)
  • 31 Élisabeth Longuenesse, Contribution à une socio-histoire des professions modernes au Proche-Orient, (...)

29Les groupements rassemblant les « élites intellectuelles », autrement dit les avocats, les médecins et, dans une moindre mesure, les ingénieurs, occuperaient des positions socioprofessionnelles qui leur permettraient souvent de s’affranchir relativement de la tutelle étatique30. Cette capacité de résistance signalerait la force d’un corporatisme professionnel (entendu ici comme « esprit de corps » d’une catégorie soucieuse de défendre ses intérêts) qui en s’opposant aux tentatives de mise sous tutelle illustrerait la confrontation entre « corporatisme sociéto-centré » et corporatisme autoritaire31.

  • 32 Éric Gobe, « Les ingénieurs tunisiens et leur “Ordre” : une crise de représentativité ? » in Ana Ca (...)

30Inspiré par les travaux d’Élisabeth Longuenesse se rapportant aux syndicats professionnels du Moyen-Orient, je me suis attaché à faire l’histoire de l’Ordre des ingénieurs tunisiens et de ses relations avec le pouvoir politique32. L’émergence de cette organisation professionnelle est liée au projet développementaliste et à la place prépondérante du secteur public dans l’économie tunisienne dans les années 1960 et 1970.

31Il existait en Tunisie depuis 1937, une Association des ingénieurs et des techniciens tunisiens (AITT) qui regroupait ingénieurs et techniciens, car il n’y avait pas suffisamment d’ingénieurs tunisiens pour constituer une entité spécifique. L’AITT a continué à fonctionner jusqu’en 1972, date à laquelle les ingénieurs se sont sentis suffisamment nombreux et forts pour constituer une entité autonome. Pour cette raison, l’AITT s’est scindée en deux : d’un côté, l’Association nationale des techniciens tunisiens regroupait les agents techniques, les adjoints techniques et les ingénieurs adjoints ; de l’autre, l’Union nationale des ingénieurs tunisiens (UNIT) réunissait les cadres techniques supérieurs. Cette séparation entre ingénieurs et techniciens ne s’est pas faite sans résistance. En effet, les techniciens craignaient de ne plus bénéficier de la possibilité de changer de corps facilement, c’est-à-dire d’accéder au statut d’ingénieur tandis que de leur côté, les ingénieurs diplômés réclamaient déjà la protection de leur titre.

32-même lié à l’obtention du diplôme d’ingénieur. L’UNIT voulait créer une structure prenant en charge les cadres techniques et les représentant auprès des autorités. Or l’UNIT, régie par la loi de 1959 sur les associations, n’avait juridiquement le droit ni de défendre les intérêts matériels du corps des ingénieurs, ni de réguler l’exercice du métier.

33Dans la mesure où les ingénieurs étaient à plus de 90 % employés par l’administration et les entreprises publiques, il fallait également éviter que des personnels sans qualification puissent être nommés ingénieurs. De là, le besoin ressenti par les ingénieurs du secteur public de protéger le titre et la revendication, par les dirigeants de l’UNIT, de créer un ordre.

34Dans les années 1970, les ingénieurs diplômés ont ainsi formulé des revendications professionnelles visant à faire reconnaître par l’État leur expertise spécifique pour empêcher que les techniciens ou les personnels sans qualification puissent être nommés « ingénieurs » dans les organigrammes de l’administration et des entreprises publiques. Cependant, il faudra dix ans et une grève illégale des ingénieurs, en mars 1977, pour que le projet de constitution de l’Ordre aboutisse. Les autorités tunisiennes, alors réticentes à la constitution d’une organisation ayant un caractère syndical trop marqué, avancent comme argument qu’un ordre n’est guère adéquat pour encadrer la profession d’ingénieur.

35La direction de l’UNIT réplique qu’il faut réguler au plus vite la profession pour défendre le titre d’ingénieur dans le secteur public, ainsi que l’éthique et la déontologie du métier. Tout au long des années 1970, les ingénieurs refusent également de voir se dégrader tant leur statut que leur revenu au sein des administrations et des entreprises publiques. La création d’une organisation ayant un caractère plus ou moins syndical apparaît ainsi comme un moyen de donner plus de force aux exigences matérielles des membres de l’UNIT. Dans le même temps cela signifie que les cadres techniques supérieurs se considèrent comme insuffisamment défendus par le syndicat censé représenter l’ensemble des salariés, l’UGTT (Union générale tunisienne du travail).

36Les ingénieurs vont se heurter à l’UGTT qui refuse de voir une profession revendiquer la constitution d’une organisation pouvant la concurrencer sur le terrain des revendications. La centrale syndicale tunisienne considère qu’elle est la seule institution habilitée à défendre les intérêts de l’ensemble des salariés tunisiens. Elle craint également que la création d’une organisation représentant les ingénieurs ne vide l’UGTT de ses cadres et ne débouche sur une coupure entre les différentes catégories professionnelles salariées inscrites dans le syndicat.

37Au début des années 1980, les ingénieurs tirent profit d’un rapport de force favorable pour exiger le vote d’une loi instituant un ordre : en 1980, le président de l’UNIT, l’ingénieur des Ponts et Chaussées, Sadok Ben Jemaa, accède au portefeuille du Transport et des Communications. Il convainc en 1982 le Premier Ministre et le Président Bourguiba d’accepter la création de l’Ordre des ingénieurs,

38Il ressort de cette brève histoire que la constitution de l’Ordre des ingénieurs est un produit de la phase développementaliste de la Tunisie. Il est rapidement apparu comme une organisation défendant les « intérêts » des ingénieurs du secteur public. Peu après sa création, entre 1983 et 1985, l’Ordre a négocié avec le gouvernement pour faire aboutir un certain nombre de ses revendications. Ces discussions ont débouché sur la signature, le 3 mai 1985, d’un procès-verbal d’accord dans lequel les deux parties étaient convenues « des grands axes de l’action à entreprendre en vue d’améliorer l’emploi et la rémunération de l’ingénieur ». Le procès-verbal d’accord proposait, entre autres, une revalorisation des diverses indemnités (logement, transport, prime de rendement), de la prime d’ingénierie et de résultat.

  • 33 Cette « corporatisation » (corporatization) pour reprendre la formulation de Robert Bianchi à propo (...)

39Mais cet accord, à l’été 1989, n’était toujours pas appliqué et les ingénieurs réunis en assemblée générale en juillet envisageaient de faire grève. Le régime de Ben Ali leur a alors rappelé qu’un ordre n’était pas un syndicat et qu’il n’était pas autorisé à déposer un préavis de grève. Cet épisode a donné un coup d’arrêt aux velléités « syndicales » de la direction de l’Ordre des ingénieurs. L’organisation est ainsi devenue une structure largement « corporatisée » 33 dont les dirigeants ont été jusqu’à la « révolution » de 2010-2011 des membres ou des proches du parti de Ben Ali, le Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD).

Notes

1 Élisabeth Longuenesse, Professions et société au Proche-Orient…, op. cit., p. 233.

2 Cf. Lemonde.fr, « Les diplômés chômeurs, moteur de la révolte tunisienne », 10 janvier 2011.

3 Kamel Mellakh, « Les femmes ingénieurs fonctionnaires au Maroc : éléments d’enquête », in Éric Gobe (dir.), L’ingénieur moderne au Maghreb (XIXe-XXe siècles), op. cit., p. 317.

4 Sari Hanafi, La Syrie des ingénieurs. Une perspective comparée avec l’Égypte, Paris, Karthala, 1997, p. 62.

5 Sabeha Benguerine, « Quelle insertion professionnelle pour les femmes ingénieurs », in Mohamed Benguerna (dir.), Ingénieurs et marché du travail : parcours et trajectoires d’insertion professionnelle, Les cahiers du CREAD, no 66/67 – 4e trim. 2003 et 1er trim. 2004, p. 139-150.

6 Catherine Marry, Les femmes ingénieurs. Une révolution respectueuse, Paris, Belin, Coll. Perspectives sociologiques, 2004.

7 Catherine Marry, « Les femmes ingénieurs et la chimie », in Georges Bram, Françoise Chamozzi, Alain Fuchs, André Grelon, Caroline Lanciano-Morandat et Laurence Mordenti, La chimie dans la société. Son rôle, son image, Paris, CNRS, L’Harmattan, 1995, p. 35.

8 Idem, p. 33-48.

9 Charles Gadea, « Évolutions des formations d’enseignement supérieur et insertion professionnelle des diplômés en Tunisie », op. cit.

10 Grazia Scarfo-Ghellab, « Femmes ingénieurs au Maroc et accès au marché du travail », in Mohamed Benguerna (dir.), Femmes diplômées du Maghreb : de l’accès à l’emploi à l’exercice de la responsabilité, Les cahiers du CREAD, n° 74, 2005, p. 117-128.

11 André Grelon, « Les ingénieurs au Maghreb : un bilan d’avenir », in Éric Gobe (dir.), L’ingénieur moderne au Maghreb (XIXe-XXe siècles), op. cit., p. 378.

12 Oumelkhir Touati, Rapport au travail et dynamique de transformation du métier d’ingénieur dans le contexte algérien : le cas de l’entreprise Sonatrach, Thèse de doctorat en sociologie, Faculté des Arts et des sciences, Université de Montréal et Écoles des Hautes Études en Sciences Sociales, 2007.

13 Idem, p. 325.

14 Hocine Khelfaoui, « Évolution du profil de l’ingénieur algérien : du technicien au développeur », in Éric Gobe (dir.), Les ingénieurs maghrébins dans le système de formation, op. cit., p. 197-211.

15 Idem, p. 199.

16 Lilia Ben Salem, « Les ingénieurs tunisiens aux XIXe et XXe siècles », op. cit., p. 71.

17 Élisabeth Longuenesse, « Les ingénieurs au Maghreb et au Moyen-Orient. Politiques de développement et nouveaux acteurs sociaux », in Élisabeth Longuenesse (dir.), Bâtisseurs et bureaucrates…, op. cit., p. 22-24.

18 Olivier Roy, « Les nouveaux intellectuels en monde musulman ? », Esprit, n° 7-8, septembre 1988, p. 64.

19 François Burgat, L’islamisme au Maghreb, Paris, Payot, 1995.

20 André Grelon et Françoise Subileau, « Le mouvement des cadres chrétiens et la Vie nouvelle : les cadres catholiques militants », Revue française de science politique, Paris, n° 3, juin 1989, p. 314-340.

21 Nilüfer Göle, op. cit., p. 309-320.

22 Claude Dubar et Pierre Tripier, Sociologie des professions, op. cit., p. 74.

23 Philippe Schmitter, « Still the Century of Corporatism », The Review of Politics, vol. 36, n° 1, 1974, p. 93-94.

24 Éric Gobe, « Corporatismes, syndicalisme et dépolitisation », in Élisabeth Picard, La politique dans le monde arabe, Paris, Armand Colin, 2006, p. 172.

25 Alan Richards et John Waterbury, A Political Economy of the Middle East. State, Class and Economic Development, Boulder San Francisco, Oxford, Westview Press, 1990, p. 337.

26 Éric Gobe, « Corporatismes, syndicalisme et dépolitisation », op. cit., p. 171-192.

27 Philippe Droz-Vincent, Moyen-Orient : pouvoirs autoritaires, sociétés bloquées, p. 205.

28 Élisabeth Longuenesse, « Le “syndicalisme professionnel” en Égypte entre identités socio-professionnelles et corporatisme », Égypte/Monde arabe, n° 24, 4e trim. 1995, p. 139-171.

29 Albert O. Hirschman, Défection et prise de parole, Paris, Fayard, 1995.

30 Des nuances sont bien sûr à apporter à ce constat. Il est rare qu’une organisation regroupe des membres ayant tous le même statut socioéconomique. Elles peuvent compter dans leurs rangs « aussi bien des salariés que des employeurs, ou des personnes travaillant en libéral ». Cf. Élisabeth Longuenesse, « Les syndicats professionnels, Enjeux de société et luttes nationales », op. cit. Cependant, on retrouve des dominantes dans les statuts socioéconomiques des membres. Par exemple, dans le cas égyptien, de nombreux médecins travaillent dans les hôpitaux du secteur public, mais ils complètent leur maigre salaire en occupant un second emploi dans le privé.

31 Élisabeth Longuenesse, Contribution à une socio-histoire des professions modernes au Proche-Orient, Mémoire soumis en vue de l’habilitation à diriger des recherches, Université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines, 2005, p. 102.

32 Éric Gobe, « Les ingénieurs tunisiens et leur “Ordre” : une crise de représentativité ? » in Ana Cardoso de Matos, Maria Paula Diogo, Irena Gouzévitch, André Grelon (dir.), The Quest for a Professional Identity: Engineers between Training and Action, Edicões Colibri; CEDEHUS/UE; CUHCT, 2009, p. 419-431.

33 Cette « corporatisation » (corporatization) pour reprendre la formulation de Robert Bianchi à propos de l’Égypte participait d’une mise sous tutelle de la société par l’État autoritaire. Cf. Robert Bianchi, Unruly Corporatism. Associational Life in the Twentieth-Century Egypt, Oxford et New York, Oxford University Press, 1989.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540