Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jalons pour une sociologie des ingénieurs au Maghreb

 | 
Éric Gobe

Chapitre IV. Les ingénieurs marocains et tunisiens diplômés des grandes écoles françaises : une élite mondialisée ?

Entrées d'index

Texte intégral

  • 1 Anne-Catherine Wagner, Les classes sociales dans la mondialisation, Paris, La Découverte, Coll. Rep (...)
  • 2 Saïd Ben Sedrine et Vincent Geisser, Le retour des diplômés…, op. cit., p. 10-12.

1Le constat selon lequel, depuis le milieu des années 1960, les grandes écoles françaises constituent un lieu de production et de reproduction d’une partie des élites tunisiennes et marocaines, confirme l’énoncé d’Anne-Catherine Wagner selon lequel le passage, par une université ou une grande école étrangère fait partie des conditions de reproduction des couches sociales supérieures dans les pays dominés1. Mais cette production/reproduction exige, au moins pour partie, que les ingénieurs diplômés ainsi formés à l’étranger retournent dans leur pays d’origine. Par conséquent, ce mode de formation des élites débouche, de manière directe, sur la question des dynamiques d’expatriation et celle du retour des diplômés. Il pose la question de la migration d’une population de futurs hauts cadres et dirigeants qui se sédentariseraient dans les pays développés, sitôt le diplôme obtenu. Cette interrogation a donné lieu, dans les années 1980, à divers travaux portant sur « l’exode des cerveaux » qui expliquaient que des perspectives de carrière censées être peu attractives dans les pays d’origine des diplômés les incitaient à rester dans les pays du Nord2.

  • 3 Jean-Baptiste Meyer, « Les diasporas de la connaissance : atout inédit de la compétitivité du Sud » (...)
  • 4 Anne-Marie et Jacques Gaillard, Les enjeux des migrations scientifiques internationales : de la quê (...)
  • 5 Wafa Khlif et Lotfi Slimane, « Les compétences tunisiennes à l’étranger. Peut-on parler d’une diasp (...)

2Toutefois ce type d’analyse a fait place à de nouvelles approches qui s’intéressent désormais à la participation du « migrant qualifié » au développement du pays d’accueil comme du pays d’origine. Des auteurs comme Jean-Baptiste Meyer3, Anne-Marie et Jacques Gaillard4 considèrent que le modèle de la « fuite des cerveaux », analysé comme une perte permanente pour le pays d’origine, n’est pas vraiment pertinent pour comprendre les conséquences des mobilités de scientifiques ou d’ingénieurs. In fine, ils pensent que le principal phénomène accompagnant les migrations de haut niveau est la constitution de réseaux internationaux, plus précisément de diasporas scientifiques qui, grâce au développement des nouvelles technologies de l’information et de la communication, contribuent au développement des échanges scientifiques et techniques entre personnels hautement qualifiés expatriés et cadres supérieurs locaux. Mais cette approche n’est guère utile dans la mesure où l’on n’est pas en présence d’une diaspora de diplômés tunisiens et marocains des grandes écoles5.

  • 6 Anne-Catherine Wagner, Les nouvelles élites de la mondialisation. Une immigration dorée en France, (...)
  • 7 Anne-Catherine Wagner, « Les élites managériales de la mondialisation : angles d’approche et catégo (...)

3Pour autant, ces « migrants qualifiés », ces diplômés expatriés, font-ils partie désormais d’une élite mondialisée amenée à se mouvoir en fonction des meilleures offres d’emploi destinées aux managers et aux dirigeants d’entreprise en Europe, aux États-Unis ou en Asie ? En effet, alors que les frontières se ferment pour les travailleurs non qualifiés, elles semblent s’ouvrir aux hauts cadres dont la mobilité accompagnerait le mouvement des capitaux à l’échelle internationale6. Les ingénieurs diplômés tunisiens et marocains des grandes écoles françaises deviendraient-ils alors une des incarnations de cette figure nouvelle du manager cosmopolite et polyglotte, libre de toute attache nationale, célébrée par une certaine littérature de gestion7 ? La réponse à cette interrogation me parait négative. En m’inspirant des catégories construites par Anne-Catherine Wagner dans son ouvrage sur les « nouvelles élites de la mondialisation », j’ai pu partager, grosso modo, les diplômés marocains et tunisiens des grandes écoles françaises d’ingénieurs en deux catégories. La première est constituée de dirigeants et de cadres supérieurs principalement diplômés dans les années 1970 et 1980. On les qualifiera de sédentaires dans la mesure où ils ont effectué toute leur carrière professionnelle en Tunisie ou au Maroc. La seconde catégorie est celle des hauts cadres ou managers internationaux. Elle concerne principalement les ingénieurs diplômés des années 1990 et 2000. Ces derniers se disent souvent bi-nationaux ou bi-culturels et ont effectué leur carrière soit en France, soit au Maghreb et en France, soit dans d’autres pays. Il apparaît que cette logique bi-nationale a été et continue d’être favorisée par les systèmes scolaires marocain et tunisien, dans la mesure où ses meilleurs éléments sont incités à suivre un cursus d’enseignement supérieur dans les établissements français les plus prestigieux.

La formation initiale des ingénieurs issus des grandes écoles : la permanence d’une logique bi-nationale

Encadré 2. Enquête sur la mobilité des ingénieurs tunisiens et marocains diplômés des grandes écoles françaises : cette partie s’appuie sur une partie des résultats d’une enquête qualitative menée auprès de diplômés tunisiens et marocains de trois des plus grandes écoles d’ingénieurs françaises, c’est-à-dire l’École polytechnique, l’École centrale des arts et des manufactures (Centrale) et l’École nationale des Ponts et Chaussées*. Ces trois établissements ont été choisis, car ils font partie en France des institutions d’enseignement supérieur les plus prestigieuses, autrement dit des grandes écoles du pouvoir (économique et politique) qui contribuent à la reproduction des élites françaises. Nous avons exclu les Algériens de notre étude, car les effectifs concernés sont entre cinq et dix fois moins importants que pour le Maroc et la Tunisie, l’Algérie n’ayant pas passé d’accord de coopération avec la France pour envoyer de manière systématique et organisée ses étudiants dans les grandes écoles françaises.

Ce travail a été conduit par Françoise Chamozzi, Catherine Marry (toutes les deux chercheuses au CNRS/Centre Maurice Halbwachs) et moi-même. Alors que mes deux collègues se sont chargées de piloter les entretiens avec les Marocains*, je me suis concentré sur les diplômés tunisiens, même si j’ai interviewé près d’une dizaine de Polytechniciens marocains. Nous avons réalisé plus de 90 entretiens principalement en France, au Maroc et en Tunisie, le plus souvent en face à face, parfois au téléphone, notamment avec des diplômés installés à Londres. Pour constituer notre échantillon, nous avons choisi des promotions sorties de ces écoles entre 1970 et 2002, à partir des annuaires des écoles. La base est constituée de 841 diplômés – 554 Marocains (dont 20 Marocaines, soit 3,6%) et 287 Tunisiens (dont 21 Tunisiennes, 7,3%). Les divers annuaires des écoles et des associations de diplômés présentent des limites importantes pour retracer les trajectoires géographiques et professionnelles, du fait du caractère lacunaire, mal actualisé et surtout statique des informations. Mais ils donnent quelques grandes tendances de la répartition par pays et secteurs d’activité des diplômés de différentes cohortes et écoles.

Pour faire ressortir les temporalités, les bifurcations et les variables explicatives des mobilités géographique et professionnelle, mes collègues, pour les diplômés marocains, et moi-même pour les Tunisiens, avons renseigné les parcours individuels des membres de notre échantillon dans les champs familial, scolaire et professionnel par le biais d’entretiens biographiques.
* Cette recherche s’est inscrite dans le cadre du programme collectif du FSP « Mondialisation et recompositions de la catégorie professionnelle des cadres » que j’ai coordonné de 2006 à 2009.
** Certains entretiens avec des ingénieurs diplômés marocains ont été réalisés par Grazia Scarfo Ghellab, sociologue à l’École Hassania des travaux publics

  • 8 Entretien avec MLF (Tunisien, X-Supélec, 1995-1997, 35 ans), Paris, 13 juin 2008.

4En Tunisie, pour préserver les meilleurs élèves de la massification de l’enseignement secondaire, les autorités ont institué des lycées pilotes dont les meilleurs éléments sont destinés à faire leur cursus supérieur dans les grandes écoles françaises d’ingénieurs. Les deux premiers établissements de ce type, créés en 1983 et situés dans l’agglomération de Tunis, avaient pour objectif de former les étudiants qui se rendraient dans les filières d’excellence à l’étranger. Le lycée Bourguiba, francophone, était censé alimenter les classes préparatoires françaises et, dans une moindre mesure, les universités techniques allemandes, tandis que le lycée anglophone de l’Ariana devait envoyer les bacheliers vers les universités nord-américaines. En fait, ce dernier établissement s’est largement aligné sur le lycée Bourguiba en matière de débouchés à l’étranger. En guise d’études supérieures dans les pays anglo-saxons (États-Unis et Angleterre), les bacheliers ne pouvaient accéder qu’à l’université anglophone turque et privée de Bilkent à Ankara8. D’ailleurs, à partir de 1994, le français est devenu la langue principale des matières scientifiques de l’établissement, à l’instar des autres lycées tunisiens.

  • 9 Dans ces conditions, les taux de réussite au baccalauréat sont très élevés. À titre d’exemple en 20 (...)

5L’expérience des lycées pilotes s’est généralisée tout au long des années 1990 et au début de la décennie 2000 dans les grandes villes tunisiennes (Sfax, Sousse, Monastir, Gafsa, Le Kef, Gabès, Kairouan, Médenine). Jusqu’au milieu des années 1990, ces lycées recrutaient dès l’entrée dans le secondaire (des élèves de 12 ans) sur un concours organisé au niveau national. À partir de l’année scolaire 1995-1996, le recrutement s’est fait lors de la troisième année secondaire, c’est-à-dire à l’âge de 15 ans. Encadrés par des professeurs spécialement recrutés, les élèves, pour une bonne part internes, doivent obtenir plus de 12 de moyenne générale pour passer dans la classe supérieure, et à défaut, sont contraints de s’orienter vers un autre établissement9.

  • 10 12 sont passés par les lycées pilotes, 11 y ont obtenu le baccalauréat. Si l’on prend la période de (...)

6Les premiers bacheliers, sortis des lycées pilote Bourguiba et Ariana en 1990, apparaissent dans l’échantillon en 1995, et montent en puissance à partir de 199710.

  • 11 En revanche les demandes d’inscription sont très fortes au niveau du primaire.
  • 12 CSU et KSU diplômés de Centrale (Tunisiens, 2000, 32 ans et 2001, 31 ans – l’âge indiqué est celui (...)
  • 13 Pierre Vermeren, op. cit., p. 407-410.

7Dans une telle configuration, les trois lycées du réseau des établissements scolaires français en Tunisie, situés dans l’agglomération tunisienne (Pierre-Mendes France à Tunis et Gustave Flaubert à La Marsa) et à Sousse ne sont pas les lieux de formation privilégiés des diplômés des grandes écoles11. Seuls trois bacheliers sont passés par le lycée Pierre Mendes France et viennent eux-mêmes d’un environnement plutôt francophile12. Le rôle des établissements français du secondaire dans la formation des ingénieurs diplômés des grandes écoles est ainsi nettement moins important en Tunisie qu’au Maroc13.

  • 14 Idem. p. 390.
  • 15 On ajoutera les établissements scolaires de l’OSUI (l’Office scolaire et universitaire internationa (...)

8La comparaison avec le modèle de formation des élites marocaines permet de voir dans ce dernier cas que le rôle joué par les établissements scolaires du secondaire français est beaucoup plus prégnant qu’en Tunisie dans la mesure où il n’existe pas de lycées pilotes au Maroc. Les familles issues des catégories supérieures de la société marocaine placent leur progéniture dans les établissements scolaires de la « Mission française ». Au-delà des lycées proprement dit, les établissements français au Maroc apparaissent comme « une véritable filière de substitution à un enseignement public arabisé de plus en plus dégradé »14. Si a priori, le système d’enseignement français au Maroc s’adresse aux enfants d’expatriés français, il accueille de plus en plus de Marocains : sur un effectif total en 2006-2007 de 23 600 élèves (de la maternelle au lycée) on compte 60 % d’élèves de nationalité marocaine. La plupart de ces établissements dépendent de l’AEFE (l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger), organisme placé sous la tutelle du ministère français des Affaires étrangères15.

  • 16 Mouna Izddine, Maroc Hebdo, n° 138, 30 mars 2007.
  • 17 Entretien avec BB à Casablanca (Marocain, X-Ponts, 2001-2003), juin 2009.

9La pression des demandes d’inscription est telle que depuis le début des années 1990 un test d’entrée pour les enfants a été institué dans les établissements de la Mission dès la seconde année de maternelle16. Les frais de scolarité, à la hausse d’une année sur l’autre, s’élevaient pour l’année scolaire 2008-2009 à 2 050 euros pour le collège et 2 685 euros pour le lycée. Cette situation contribue au développement d’un enseignement privé marocain primaire et secondaire qui sert parfois de tremplin pour intégrer plus tardivement les établissements de l’AEFE. Le cas de BB (X-Ponts, 2001-2003) est emblématique de cette approche des familles des catégories socioprofessionnelles supérieures marocaines. Il a fait sa scolarité primaire dans une école publique marocaine et a raté le concours d’entrée de la Mission au niveau du collège. Aussi ses parents l’ont-ils inscrit dans un établissement privé, notamment pour rattraper le retard accumulé en français. BB a repassé le concours au niveau de la troisième où sur 75 candidats il a été le seul à être accepté au lycée Lyautey de Casablanca17.

  • 18 Eric Gobe, Catherine Marry et Françoise Chamozzi, « Mobilités et attaches familiales des diplômés (...)

10Dans le cas marocain, 19 des 41 ingénieurs rencontrés par Françoise Chamozzi Catherine Marry et moi-même sont passés, à un moment ou un autre de leur cursus secondaire, par un établissement de la Mission. Tous, les « héritiers » – les 18 dont les parents font partie des catégories socioprofessionnelles supérieures de la société marocaines –, quelle que soit leur génération, sont passés par les lycées de la Mission18.

  • 19 Pierre Vermeren, op. cit., p. 391.

11Faire sa scolarité à la Mission est donc « un privilège rare » qui « constitue l’assurance d’échapper aux maux de l’enseignement public marocain, la garantie d’une culture francophone (et même bilingue en filière « Option internationale bilingue franco-arabe » créée dans les établissements secondaires AEFE au début des années 1990), mais encore une garantie pour l’avenir universitaire »19.

12Mais passer par un lycée marocain public n’empêche pas de réussir une grande École française. Le niveau en mathématique et en physique soutient la comparaison avec les établissements de la Mission. Le discours de BB, héritier passé par la Mission, est à cet égard significatif, bien qu’il mette l’accent sur l’acquisition d’une culture générale permettant une plus grande ouverture à l’international :

« Le passage à la mission était fondamental. Il m’a donné une autre vision des choses, de voir les choses. J’ai consolidé mon français, mon histoire-géo, j’ai consolidé mes acquis dans les matières généralistes, chose que je n’aurais pas pu faire dans un lycée marocain public. Dans un lycée marocain, je me serais focalisé sur les maths et la physique. »

13Les diplômés des catégories populaires et ceux en ascension sociale sont d’ailleurs passés par l’enseignement secondaire marocain. On retrouve les mêmes caractéristiques au niveau des classes préparatoires, les héritiers partant massivement en France suivre leurs classes préparatoires, alors que les autres restent dans les lycées marocains.

  • 20 À titre d’exemples, on citera Mohamed V à Casablanca, Moulay Youssef à Rabat, Moulay Idriss à Fès, (...)

14On rappellera que le Maroc, jusqu’en 1987, a abrité à Casablanca une classe préparatoire au sein d’un établissement de la Mission, le lycée Lyautey. Sa disparition a été pensée dans le cadre d’un projet de coopération franco-marocain dont l’objectif était de créer au sein du système d’enseignement supérieur marocain des classes préparatoires sur le modèle français. Par conséquent, plusieurs lycées des principaux centres urbains marocains accueillent des classes préparatoires20. Les bacheliers admis dans ces « prépas » se voient ainsi accorder la possibilité de présenter les écoles d’ingénieurs marocaines et françaises. Ceux qui réussissent les écoles les plus prestigieuses – Polytechnique, Centrale, Mines, Les Ponts et Chaussées et Télécom Paris – bénéficient d’une bourse de coopération allouée par la France.

  • 21 Mais beaucoup moins d’étudiantes… La base totale constituée de 841 diplômés marocains et tunisiens (...)

15Les systèmes de formation du Maroc et de Tunisie envoient chaque année depuis la décennie 1960 des contingents d’étudiants21 de plus en plus importants poursuivre leurs études dans les grandes écoles françaises. Pour autant, les trajectoires professionnelles revêtent des significations très différentes en fonction des générations de diplômés.

Des élites nationales sédentaires : les ingénieurs marocains et tunisiens issus des grandes écoles de 1970 au milieu des années 1980

16Au sortir de l’indépendance, dès les études finies, les diplômés tunisiens et marocains des grandes écoles rentraient directement et venaient peupler les directions des grands ministères techniques (mines, transport, équipement, industrie…). Ils constituaient ainsi une élite nationale vouée à la construction de l’économie de l’État indépendant.

17Les statistiques tirées des annuaires des diplômés des trois grandes écoles étudiées, montrent l’ampleur massive du retour des générations des diplômés des années 1970, dont le comportement ne différait guère de leurs aînés diplômés dans les années 1960.

Tableau 8a. Pays de résidence des ingénieurs diplômés tunisiens en fonction de la période d’obtention du diplôme (en %, n = 227)

1970-79

1980-89

1990-2002

Total

Tunisie

90

66

15

40

France

10

30

66

48

Angleterre

0

0

10

6

Amérique du Nord

0

2

6

4

Maroc/Émirats Arabes Unis

0

2

3

2

Total

100

100

100

100

Source : Annuaires de Polytechnique et de l’ATUGE, 2007.

Tableau 8b. Pays de résidence des ingénieurs diplômés marocains en fonction de la période d’obtention du diplôme (en %, n = 457)

1970-79

1980-89

1990-2002

Total

Maroc

93

81

44

66

France

4

14

33

21

Angleterre

1,5

0,5

11

5,5

Émirats Arabes Unis, Arabie Saoudite

0

0,5

1,5

1

Europe

0

1,5

1,5

1

Amérique du Nord

1,5

2

7

4,5

Autre

0

0

2

1

Total

100

100

100

100

Source : Annuaires de Polytechnique, Centrale et de l’Amicale marocaine des ingénieurs des Ponts et Chaussées, 2007.

  • 22 Entretien avec MZI, Tunis, 15 mars 2008. Les âges donnés sont ceux des enquêtés l’année de l’entret (...)

18Le parcours de MZI (Tunisien, X-Mines, 1974-1976, 57 ans)22 fait ressortir les liens entre les étudiants tunisiens dans les grandes écoles et les entreprises du secteur public :

« J’ai fait les Mines comme école d’application et à l’X […] J’avais pris l’option mine, exploitation minière, et pendant que j’étais à l’X, il y avait le stage ouvrier à la fin de la première année, j’avais choisi de le faire dans une société tunisienne c’était […] la compagnie minière de Gafsa. Et donc voilà, c’était la plus grande mine à l’époque du sud tunisien, j’étais avec des ouvriers, je faisais le chantier avec eux et puis c’est ça qui m’a donné l’idée de faire exploitation minière […] avant même que je rentre, les dirigeants de cette société étaient en contact avec moi et c’était naturel que je revienne avec eux, donc le cours des choses s’est fait naturellement de cette manière-là ».

  • 23 Entretien avec MNA, Tunis, 6 mai 2008.

19De façon générale, les ingénieurs rentraient directement au Maghreb dès le diplôme obtenu ou faisaient un stage d’une année. L’expérience professionnelle française était limitée dans le temps. Les propos de MNA (Tunisien, X-Mines, 1980-82, 51 ans)23 illustrent mon assertion :

« Le retour ou pas… Au sein de la communauté de Tunisiens qui faisaient leurs études dans les grandes écoles, c’était une question dont on discutait et il en ressortait que les gens de ma génération s’inscrivaient dans la perspective du retour. […] Si on regarde les statistiques du taux de retour, le point d’inflexion se situe au niveau des années 1980. Dans les années 1970, le sujet de discussion entre camarades tunisiens était toujours de rentrer au pays, mais on souffrait du manque d’information sur les perspectives de carrière. On savait forcément que de belles carrières nous attendaient en tant que diplômés de grandes écoles, quelle que soit l’entreprise, souvent publique. Il y avait très peu de privé ».

20La génération des ingénieurs tunisiens formée dans les années 1970 jusqu’au milieu des années 1980 continue à peupler les ministères techniques et les entreprises publiques. Toutefois, on constate un glissement progressif lors de leur carrière vers des fonctions au sein des sociétés privées et des banques. Certes, ils prenaient souvent leur premier poste au sein d’une entreprise publique, mais en raison de la dégradation des conditions matérielles dans le public, ils le quittaient pour rejoindre le secteur privé. Ce passage s’est fait de plus en plus rapidement au fur et à mesure que l’on s’approchait de la fin des années 1980.

21Au Maroc, à l’exception des « pontistes », les trajectoires des diplômés de la même période sont plus diversifiées : si les premiers intègrent les directions du ministère de l’équipement et des transports, ainsi que les entreprises et grands offices et publics, les centraliens et les polytechniciens n’ont pas cessé de faire des allers retours entre les secteurs public et privé.

22Le parcours de DBH (Marocain, X-Mines, 1974-1976, 58 ans) fait ressortir, bien que plutôt dominé par le secteur public est révélateur des allers retours entre secteur public et entreprises privés. Comme MZI, son confrère tunisien, et ses collègues marocains polytechniciens de la même génération, il choisit les Mines comme école d’application. L’objectif des diplômés marocains des années 1970 est d’intégrer le secteur de l’extraction du phosphate dont le Maroc est l’un des principaux producteurs mondiaux. Le Maroc ambitionne alors de devenir

  • 24 Entretien avec DBH à Casablanca, 2008

« une grande puissance chimique dans les phosphates. J’ai donc choisi une option qui m’a permis d’intégrer la chimie des phosphates. J’ai donc décidé d’entrer à l’Office chérifien des phosphates quand j’étais à l’École des Mines. J’ai fait mon premier stage de l’École des Mines à l’OCP […] Faire du phosphate à l’époque c’était servir la puissance marocaine »24.

23Devenu le plus jeune directeur d’exploitation de l’OCP, il quitte l’office national en 1992 pour devenir directeur général de la branche Maroc de la multinationale française, Air Liquide, qui lui propose un salaire 7 fois plus élevés que celui qu’il touchait à l’OCP. Sollicité à nouveau par les pouvoirs publics, il accepte d’occuper en 1994 le poste de directeur général de l’ONE, bien que son salaire soit divisé par deux. L’optique de faire une carrière administrativo-politique l’incite à accepter. Il est d’ailleurs nommé par la suite ministre du gouvernement marocain (2001-2003), puis gouverneur de la région du Grand Casablanca, le principal pôle économique du Maroc (2003-2006) et directeur l’Agence de développement du Nord (2003-2006). En 2006, il devient le PDG de la Royal Air Maroc, la compagnie nationale aérienne. TMO, polytechnicien (X-Mines, 1972-1974, 58 ans) a commencé comme DBH sa carrière à l’OCP, avant d’intégrer la société nationale de sidérurgie. En 1982, il quitte le secteur public pour occuper le poste de directeur des études et du développement du groupe ONA (le principal conglomérat privé marocain contrôlé par la famille royale). En 1995, il réintègre le secteur public avec pour mission de mettre sur pied la nouvelle direction des Études et des Prévisions financières du ministère de l’Économie et des Finances. Dans les années 2000, il est nommé successivement chargé de mission au Cabinet royal (2003), puis directeur général de l’Institut royal des études stratégiques (2007).

  • 25 Entretien avec MASS à Casablanca, (Marocain, X-Ponts, 1972-1976, 56 ans), 2008.

24Là encore, à la différence de la Tunisie, on trouve également au Maroc des diplômés de Polytechnique dans les années 1970 qui ont effectué toute leur carrière dans le secteur public, jusqu’à occuper les plus hautes fonctions politico-administratives. MASS en est la figure exemplaire. Passé à la direction d’entreprises et d’offices publics (la RAM, l’ODEP, la direction des Travaux publics), il détenu le portefeuille de ministre des travaux publics avant d’être nommé successivement en 2001 et 2005 gouverneur des régions de Marrakech et de Tanger-Tetouan25.

25Ce passage du public au privé concerne beaucoup plus les diplômés marocains que tunisiens. Certains diplômés de Polytechnique et des Ponts et Chaussées ont été amenés à occuper des postes politiques (gouverneurs ou ministres) avant d’intégrer ou de réintégrer le secteur privé à un haut niveau.

  • 26 MNA (Tunisien, X-Mines, 1980-1982), après avoir obtenu un doctorat en génie des procédés de l’École (...)
  • 27 RKN (Tunisien, X-ENSTA, 1984-1986) a intégré à la sortie de l’école la société publique de raffinag (...)
  • 28 Entretien avec MGI, Tunis, 18 mars 2008. Il était au moment de l’entretien directeur du département (...)

26Parmi les ingénieurs tunisiens rencontrés, seul un polytechnicien a fait toute sa carrière dans le secteur public. Mais c’est un cas un peu particulier dans la mesure où sa trajectoire professionnelle est proche de celle d’un enseignant-chercheur26. Les autres diplômés quittent plus ou moins rapidement les entreprises publiques où ils entament leur carrière27. En fait, la mise en place du plan d’ajustement structurel en 1986 en Tunisie a contribué à l’élargissement du secteur privé et a offert de nouveaux débouchés pour ces cadres dirigeants du secteur public. Les années 1980 ont vu également la croissance du secteur bancaire qui est devenu un recruteur des ingénieurs des grandes écoles. Dans notre échantillon, NMA (Tunisien, X-Mines, 1985-1987, 51 ans) a fait toute sa carrière dans une banque anciennement dirigée par son père, tandis que MGI (Tunisien, Ponts et Chaussées, 1987, 45 ans), après avoir exercé la fonction de cadre attaché à la direction générale chargé du contrôle budgétaire de la Compagnie des phosphates de Gafsa, a intégré une banque de développement (1989), puis l’une des principales banques tunisiennes (1991) par le biais d’un diplômé des Mines de Paris avec lequel il avait fait ses études à Paris28.

  • 29 Anousheh Karvar, « Polytechniciens algériens, tunisiens et marocains : des acteurs de l’histoire na (...)

27Des ingénieurs de la fin des années 1970 et du début des années 1980 ont été recrutés par un bureau d’études, fondé par des diplômés des grandes écoles d’ingénieurs passés par le secteur public. Ces fondateurs de bureaux d’études, qui continuent à recruter leurs cadres dirigeants parmi leurs homologues, ont gardé des liens étroits avec des camarades plus anciens, ce qui leur a facilité l’accès aux divers projets d’infrastructures mis en œuvre par les collectivités publiques29. Deux diplômés des Ponts et Chaussées (1978 et 1983) de l’échantillon ont fait toute leur carrière à la SCET-Tunisie. Cette société a d’ailleurs pour politique de recruter ses cadres dirigeants parmi les diplômés des grandes écoles françaises. Trois départements opérationnels sur cinq sont dirigés par des ingénieurs diplômés des Ponts et Chaussées. Le directeur général adjoint et le directeur du développement sont eux-mêmes des X-Ponts et Chaussées (1970-1972 et 1991-1994).

  • 30 Entretien avec AMB, cit.

28In fine, on a affaire à une élite économique (soit de dirigeants, soit de hauts cadres) relativement sédentaire dont les membres, quand ils changent d’emploi, connaissent une mobilité géographique restreinte (au Maroc ils sont concentrés à Casablanca et en Tunisie dans la capitale et ses environs). Si les membres de cette population sont amenés, dans le cadre de leur travail, à faire des missions courtes à l’étranger, un seul des diplômés de cette génération (Un Tunisien) a affirmé qu’il passait la majeure partie de son temps de travail à l’étranger : AMB (Ponts et Chaussées, 1987, 45 ans) en l’occurrence30 a créé en 1994 avec un diplômé tunisien des Mines de Paris un fonds d’investissement à capital risque qui a des filiales dans différents pays, ce qui le conduit à se déplacer régulièrement

  • 31 Anousheh Karvar, « La formation des élèves algériens, tunisiens et marocains à l’École polytechniqu (...)

29Ce retour et cette sédentarisation rapides se sont considérablement ralentis au mitan des années 1980. Ce phénomène a connu une ampleur beaucoup plus forte en Tunisie qu’au Maroc. Deux explications peuvent être avancées pour expliquer ce phénomène : d’une part, dans ce dernier pays, les conditions salariales offertes aux diplômés par le secteur public, certes moins attractives que dans le privé, ne se sont pas dégradées et, d’autre part, contrairement à la Tunisie, de grands groupes privés à structure conglomérale proposent des carrières à ascension rapide pour les ingénieurs issus des grandes écoles31.

  • 32 Entretien avec ABS, Tunis, 19 mars 2008.
  • 33 ABS est actuellement directeur général d’une banque d’affaire tuniso-algéro-française. Il a été sol (...)

30D’ailleurs nos interlocuteurs tunisiens mettent en avant la dimension « archaïque » de l’économie tunisienne pour expliquer leur réticence et celle de leurs camarades à rentrer en Tunisie. En effet, le caractère familial du management des PME tunisiennes est présenté comme un obstacle à une insertion réussie d’ingénieurs qui aspirent à accéder rapidement à des postes de haute responsabilité dans le secteur privé. Ainsi, dans la construction de sa carrière, ABS (Tunisien, centralien, 1977, 55 ans)32 s’est heurté à deux reprises au « plafond de verre » du management familial. Il a entamé classiquement sa carrière dans une entreprise publique, la SONEDE (Société nationale d’exploitation des eaux), avant d’intégrer le ministère de l’Économie et d’y faire carrière jusqu’en 1986. Nommé PDG d’une grande entreprise publique (1986-1987), il est sollicité par le PDG du groupe privé tunisien LK. Les conditions salariales qui lui sont proposées, beaucoup plus intéressantes que dans le secteur public, l’incitent à « pantoufler ». Il devient ainsi directeur général de plusieurs sociétés de ce groupe. Mais il le quitte en 1992, le PDG faisant appel à ses fils désormais en âge de travailler pour diriger les différentes sociétés du groupe. ABS réintègre en 1993, par le biais d’un camarade de promotion centralien ancien ministre du gouvernement tunisien sous Ben Ali, le giron du secteur public pour prendre un poste de responsabilité au Centre technique du textile où il reste jusqu’en 1996, année où il crée un bureau d’études dont l’activité ne correspond pas à ses attentes. Sollicité à nouveau par le groupe LK, ABS accepte d’y revenir pour diriger la société informatique du groupe, car le PDG a écarté son fils aîné du management. Le retour en grâce de ce dernier a poussé, de nouveau, ABS à présenter sa démission deux ans plus tard33.

31La permanence de ce plafond de verre du management familial est l’un des facteurs qui expliquent que les retours directs en Tunisie se raréfient à partir de la fin des années 1980 dans des proportions beaucoup plus importantes que ceux des Marocains au Maroc.

Les dynamiques de l’expatriation et de l’internationalisation dans les années 1990 et 2000

32A priori, un regard sur les statistiques tirées des annuaires donnerait à penser que les taux de retour diminuent considérablement à partir des années 1990 (cf. tableaux 8a et 8b). Mais ces chiffres globaux sont à nuancer dans la mesure où ils constituent une photographie à un moment donné. Si pour les diplômés des années 1970 à 1987, l’image n’a guère bougé et ne bougera probablement pas en termes de mobilité géographique, il n’en est pas de même pour les diplômés des années 1989-2002. Il convient d’introduire une dimension longitudinale pour mieux apprécier les mobilités des ingénieurs. Et là, force est de constater que la dichotomie retour/non retour se brouille.

  • 34 Un exemple parmi bien d’autres : le magazine français Usine Nouvelle titre le 2 octobre 2008 : « Le (...)

33Des secteurs en plein essor accueillent les diplômés de toute origine sociale, au Maghreb comme en France ou encore aux États-Unis et à Londres : grandes banques (BNP et Société Générale) et sociétés de conseil en stratégie (Mac Kinsey, Arthur Andersen, Accenture…) qui « harcèlent » les nouveaux diplômés, au sortir de l’école. Comme l’exprime un interviewé marocain, « ils sont moins regardants sur la couleur du passeport ». Ce diplômé des Ponts de 32 ans n’avait pas réussi à obtenir un stage dans l’automobile et dans l’aéronautique. Il est entré à la BNP comme analyste il y a huit ans. Les années 2000 voient la floraison de start up (finances, téléphonie, internet…), notamment dans la Silicon Valley, où nous retrouvons plusieurs de nos diplômés. Dans ces mêmes années, on voit apparaître, dans les entretiens de ceux rentrés au pays, des discours sur l’essor des économies marocaines et tunisiennes avec le lancement de grands projets d’infrastructures en Tunisie et au Maroc (port de Tanger-Med, autoroutes etc.)34, le développement des NTIC, la libéralisation des télécommunications, le développement du secteur financier et des salaires relevés.

34Mais un éventuel retour s’accompagne de manière quasi systématique d’expériences professionnelles au moins bi-nationales, plus ou moins longues. Seul un polytechnicien tunisien est rentré directement et définitivement en 2001, une fois sa scolarité finie. Le temps passé en France ou/et dans un pays autre que la Tunisie des diplômés de 1989 à 2002, résidant en Tunisie au moment de l’enquête, varie entre 3 et 16 ans.

35Les données des annuaires (tableaux 9a et 9b) tendent à accréditer le fait que les X sont les plus internationaux : les générations les plus récentes de polytechniciens marocains et tunisiens se rendent dans des proportions plus grandes que les centraliens et les pontistes en Angleterre où ils sont aptes à faire valoir leurs compétences en mathématiques financières ou dans la mise en place de systèmes d’information bancaires. D’ailleurs, près des deux tiers des diplômés travaillant dans le secteur de la banque, des finances et de l’assurance sont des polytechniciens.

Tableau 9a. Pays de résidence des ingénieurs diplômés tunisiens en fonction de la grande école fréquentée (en %, n = 227)

Polytechnique

Centrale

Ponts et Chaussées5

Tunisie

30

45

57

France

49

50

40

Angleterre

11

2

0

Maroc/Émirats Arabes Unis

3

1

3

Amérique du Nord

7

2

0

Total

100

100

100

Source : Annuaires de Polytechnique et de l’ATUGE, 2007.

Tableau 9b. Pays de résidence des ingénieurs diplômés marocains en fonction de la grande école fréquentée (en %, n = 457)

Polytechnique

Centrale

Ponts et Chaussées

Maroc

39

64,5

84,5

France

35

25,5

10

Angleterre

14,5

3

1,5

Arabie Saoudite/Émirats Arabes Unis

1,5

0,5

0

Amérique du Nord

6,5

4,5

3

Autre pays

3,5

2

1

Total

100

100

100

Source : Annuaires des écoles (Polytechnique et Centrale) et de et de l’Amicale marocaine des ingénieurs des Ponts et Chaussées, 2007.

36De manière générale, les ingénieurs diplômés des années 1990 travaillent principalement dans le conseil, l’informatique, la finance ou les télécommunications, les secteurs de l’économie qui ont connu un fort développement pendant les décennies 1990 et 2000.

37N’ayant aucun problème pour trouver un emploi, les diplômés s’insèrent rapidement sur le marché du travail, parfois recrutés par la société dans laquelle ils font leur stage. Confrontés à l’international dès leurs études dans l’école d’ingénieur, ils s’inscrivent pour la plupart dans des trajectoires scolaires et professionnelles au cours desquelles ils effectuent un séjour de plus de six mois hors de France. Pas loin de la moitié (17 sur un total de 36) de nos interviewés diplômés tunisiens entre 1989 et 2002 ont été résidents ou ont fait un stage long à l’étranger (6 mois ou plus hors de France et de Tunisie). On en dénombre 12 parmi les 27 diplômés marocains des mêmes années. La plupart (9) sont Polytechniciens et ont fait cette expérience d’études (MBA) et d’emploi aux États-Unis.

  • 35 Entretien avec HB (Centrale, 1980, 53 ans), Paris, 2008.

38Nous avons repéré deux formules de mobilité à l’international. Quelques enquêtés sont passés par les deux. La plus répandue consiste à travailler dans une entreprise basée en France dans un poste qui implique de nombreux déplacements internationaux. La moitié des Tunisiens et Marocains diplômés dans les années 1990 et au début de la décennie 2000 ont été employés, à un moment ou à un autre de leur carrière, par des cabinets de conseil ou des SSII d’origine américaine et d’envergure internationale (Price Waterhouse, Mc Kinsey, Capgemini, Accenture, KPMG, Arthur Andersen etc.) Ils sont conduits en tant que chefs de projet à faire des missions longues ou courtes à l’étranger. D’autres sont ou ont été responsables d’un département orienté à l’international d’une société (Areva, Suez Environnement), d’une banque (Société Générale, BNP…) ou d’un organisme public (Office du tourisme du Maroc à Paris, bureau de la coopération d’une grande école pour deux diplômées des Ponts). Cette position les conduit à voyager régulièrement. La seconde formule est l’expatriation dans le cadre de la société qui les emploie et qui les envoie hors de France. Elle est beaucoup moins répandue : trois interviewés tunisiens et trois Marocains seulement ont eu une expérience professionnelle d’expatriés à l’étranger. HB, centralien marocain (1980) haut cadre de Vinci, a dirigé de grands chantiers en Arabie saoudite (3 ans), en Russie (Tchernobyl), aux États-Unis (2 ans), en Chine et en Turquie35. Une variante de cette deuxième formule est celle du développement d’une filiale à l’étranger, dans la Silicon Valley par exemple pour l’un de nos interviewés (spin up de l’INRIA).

  • 36 Tel est le cas d’ASA (Tunisienne, X-Ponts et Chaussées, 2001-2004, 32 ans) qui a été débauchée de N (...)
  • 37 Idem, p. 187.

39Toutefois, la France demeure leur premier pays d’accueil. Ceux ayant quitté l’Hexagone dans les années 2000 ont choisi d’aller à Londres pour proposer leurs compétences au secteur financier36. Les destinations d’expatriation restent proches du Maghreb. Les ingénieurs des grandes écoles hésitent à se rendre aux États-Unis ou dans les pays d’Asie du Sud-Est, car ces destinations les éloignent trop de leur pays d’origine. Résider en France ou en Angleterre, leur permet de maintenir un contact familial avec la Tunisie ou le Maroc et d’envisager sans trop d’inquiétudes les modalités d’une réinsertion professionnelle au pays. Des allers retours sur un week-end sont envisageables et les ingénieurs passent leurs congés dans la famille au pays. Autrement dit, cela leur permet de ne pas prendre trop de retard « par rapport aux étapes du vieillissement social national » et de garder une maîtrise des enjeux nationaux tunisiens et le « sens du placement dans la société d’origine »37. L’extrait d’entretien mené avec le polytechnicien KMBK (Tunisien, X-Télécom, 1992-1995, 38 ans) illustre cet état d’esprit :

  • 38 Entretien, Paris, le 11 septembre 2008. De son côté, FBA affirme : « J’ai passé des entretiens pour (...)

« Rentrer en Tunisie tout de suite, non. Mais par contre, rentrer en France pour derrière rentrer en Tunisie, ça c’était mon état d’esprit, je ne me voyais pas rester en France éternellement. À l’époque, je me suis dit je vais rentrer en Tunisie tôt ou tard, c’est une des raisons pour laquelle je ne voulais pas rester dans le domaine où j’étais aux États-Unis, je savais que c’était cuit pour la Tunisie. Et le fait de faire du conseil [en France] […] pouvait peut-être me servir si jamais je rentrais en Tunisie »38.

40Par ailleurs, ils prennent rapidement conscience que la nationalité du pays d’origine est dominée à l’échelle internationale. Elle constitue un obstacle à la mobilité géographique : les États développés exigent des Marocains et des Tunisiens qu’ils aient un visa pour se rendre sur leur territoire. De ce point de vue, bien que sortis des établissements français les plus prestigieux, les diplômés maghrébins ne sont pas à égalité avec leurs homologues français. Cette position d’infériorisation les incite à s’engager dans des procédures visant à obtenir la nationalité française :

  • 39 Entretien à Casablanca avec YLH (Marocain, X-Mines, 2001-2003, 34 ans), 16 juin 2009.

« J’ai connu les désagréments de la carte de séjour, etc. j’avais pas mal de déplacements pour aller au Mexique, pour aller en Suède, pour aller en Angleterre, etc. A chaque fois, il fallait que je fasse une démarche pour avoir le visa. Quand on arrive à l’aéroport, les autres passaient rapidement, moi je devais faire la queue. Ça donne pas mal de facilités administratives »39.

  • 40 Entretien par téléphone, 21 juin 2009.

41En outre, la nationalité française fournit une assurance pour une mobilité future et un éventuel retour en France. Les propos d’ASA (2001-2004, X-Ponts et Chaussées, 32 ans, Tunisienne)40 condensent cette approche instrumentale de nationalité :

« Je l’ai demandée parce que je ne voulais plus aller tous les ans à la préfecture pour renouveler mon titre de séjour. Avoir la nationalité, ça procure énormément d’avantages. C’est beaucoup plus de liberté en termes de mobilité. Avec la nationalité, je peux partir à Londres sans aucun problème. Du jour au lendemain, je peux commencer à bosser. Je n’ai pas à attendre tout un processus d’émission d’autorisation de travail. Si je veux partir demain en Asie, ça m’ouvre aussi cette porte là ».

  • 41 AAT (Tunisien, X-Télécom, 1993-1995, 38 ans) s’est rendu au Maroc pour le compte de Nokia, une fois (...)

42Pour que les procédures de naturalisation arrivent à leur terme, il faut un minimum de temps. Par conséquent, il est préférable avant de s’expatrier ou de retourner dans le pays d’origine de résider en France le temps d’obtenir la nationalité française41.

  • 42 Entretien par téléphone, cit.

43Les ingénieurs qui ont migré en Angleterre l’ont fait une fois la nationalité française obtenue. FBA (Tunisien, X-Ponts et Chaussées, 2001-2003, 30 ans)42 a retardé son départ vers Londres dans l’attente de la fin du processus de naturalisation :

« J’ai postulé quand j’étais en stage chez CDC Ixis, j’ai envoyé aussi mon CV à Londres et donc j’ai passé des entretiens avec BNP à Londres et ils m’ont pris. J’ai signé un contrat avec eux et tout ça. Mais au dernier moment, j’ai choisi de rester là où j’étais en France. J’ai choisi de rester parce que je voulais avoir la nationalité française ».

  • 43 Les propos de NYH (Tunisien, Centrale, 1995, 34 ans) illustrent ce double mouvement du raisonnement (...)

44La nationalité donne également la possibilité de se trouver sur un pied d’égalité juridique avec les ingénieurs français issus des grandes écoles. Mais pour être complet, il convient de noter que la plupart invoquent leur double culture pour expliquer leur démarche de demande de nationalité. Ils font valoir, dans le même mouvement, le caractère instrumental de la demande (faciliter la mobilité) et la dimension bi-nationale de leur culture43. Puisqu’ils paient leurs impôts en France, ils veulent être considérés comme des citoyens à part entière, et par conséquent, jouir de tous les droits afférents à la nationalité. Concernant les Marocains, l’obtention de la nationalité française constitue la garantie pour leurs enfants d’intégrer automatiquement les établissements de la Mission :

  • 44 Entretien à Casablanca avec YLH, cit.

« En plus, dans une perspective à plus long terme, il était préférable de demander la nationalité. Mes sœurs avaient eu beaucoup de mal à faire rentrer leurs enfants dans une école française ici au Maroc. C’est devenu très difficile en fait de rentrer dans l’école française et c’est là où on a un niveau d’éducation qui est correct. Il y a des concours etc. pour les enfants marocains […]. J’ai un petit garçon qui a deux ans et demi. Il est né avec la nationalité française et il fera l’école française »44.

45L’idée principale, une fois le diplôme obtenu, est d’accumuler de l’expérience professionnelle dans des entreprises implantées sur le sol européen. C’est le facteur le plus puissant qui incite les diplômés tunisiens à rester pour un temps sur le territoire français, ou tout au moins hors de Tunisie. La totalité des membres de l’échantillon d’ingénieurs pendant la période 1989-2002, sauf un, n’envisageait pas de rentrer directement en Tunisie. Deux centraliens (la sœur et le frère) diplômés respectivement en 2000 et 2001 sont retournés sitôt le diplôme obtenu en Tunisie au début de la décennie 2000 à la demande de leur père qui souhaitait que ses enfants lui succèdent à la tête de ses entreprises. Mais, in fine, issus d’une famille francophile et ayant des difficultés d’adaptation au mode de fonctionnement de l’économie tunisienne, ils ont décidé de se réinstaller en France.

  • 45 Les « héritiers » se distinguent des diplômés « en ascension sociale » et des « transfuges » par l’ (...)
  • 46 Christian Baudelot et Frédérique Matonti, « Le recrutement social des normaliens 1914-1992, in Jean (...)
  • 47 En 1966, 10 ans après l’indépendance, plus de 70 % de la population active tunisienne est « sans in (...)
  • 48 Les résultats des recherches conduites par Etienne Gérard et Laurence Proteau vont dans le même sen (...)

46Peut-on trouver des variables sociales et familiales qui permettent de distinguer ceux qui s’inscrivent dans une trajectoire de retour ? Un premier regard porté sur les origines sociales de membres de l’échantillon montre que, si la plupart des diplômés marocains et tunisiens passent par une filière spécifique d’élite, ils ne sont pas pour autant, à la différence de leurs homologues français, le produit d’une reproduction sociale exclusive (cf. Tableau 10). En reprenant la typologie en trois catégories de la recherche effectuée en France sur les normaliens et les normaliennes par Michèle Ferrand, Françoise Imbert et Catherine Marry (1999)45, on constate que près de la moitié des diplômés est issue de l’élite économique et culturelle de la Tunisie, comme du Maroc (les héritiers), avec des pères dirigeants d’entreprises, membres de professions libérales, hauts fonctionnaires ou enseignants du supérieur. Un quart provient de la classe moyenne (en ascension sociale) disposant d’un capital économique relatif (commerçants, petits entrepreneurs), ou culturel (enseignants du secondaire et du primaire). Ce sont également les diplômés qui ont des parents ayant des situations stables (« fonctionnaires » ou employés divers). Un autre quart est issu de milieux défavorisés (les transfuges), avec des parents dont le niveau d’études est très bas (quelques années de primaire), voire analphabètes (ouvriers agricoles, maçons…) et dont les mères sont au foyer. On trouve ainsi des polytechniciens dont les parents sont des nomades analphabètes sédentarisés depuis peu. Ces trajectoires de diplômés de grandes écoles issus de familles pauvres et très peu scolarisées sont beaucoup plus fréquentes au Maroc et en Tunisie qu’en France. Ce phénomène peut surprendre au regard du poids écrasant (autour de 80 %) des polytechniciens et normaliens français issus des milieux les plus favorisés, et ce depuis plusieurs décennies46 et de la part quasi nulle de diplômés français d’origine maghrébine et ouvrière dans les grandes écoles. Il renvoie aux transformations très rapides de la scolarisation et des structures socio-professionnelles au Maroc et en Tunisie depuis les années 1960. En effet, vu le caractère étroit des élites et des cadres administratifs et économiques au sortir de l’indépendance47, il a bien fallu constituer et former une élite susceptible de prendre la place des cadres français, puis des coopérants48.

47Globalement, la proportion de ceux dont les grands-pères étaient de petits agriculteurs, ouvriers agricoles, petits artisans ou commerçants est forte. Les parents, venus en ville, ont permis le début d’une vive ascension sociale. Dans le cas marocain, les investissements très forts de familles modestes, souvent illettrées, des pères et des mères, dans l’éducation de leurs nombreux enfants, notamment dans le milieu structuré des artisans de Fès – appuyés sur la politique de détection des élites scolaires par les enseignants français et marocains – ont permis des trajectoires de réussite.

48Mais la relative diversité d’origine sociale des diplômés ne doit pas occulter la forte polarisation de leurs origines géographiques : la quasi-totalité de ceux que nous avons rencontrés (à l’exception de certains transfuges) ont vécu leur enfance et adolescence dans les grands centres urbains des deux pays.

49L’autre limite à cette ouverture des possibles est qu’elle concerne très peu les femmes (moins de 10 %). Et contrairement à ce qui se passe pour les hommes, les très rares jeunes femmes venues faire leurs études à Polytechnique, Centrale ou aux Ponts sont presque exclusivement (neuf sur 10) issues de l’élite du pays, très éduquée et souvent déjà formée en France (Tableau 10).

  • 49 Stéphanie Garneau, « Les expériences migratoires différenciées d’étudiants français. De l’instituti (...)

50In fine, l’existence d’une sur-représentation des « héritiers » ou des diplômés issus de familles très privilégiées parmi les hauts cadres ayant connu une forte mobilité internationale (hors de la France), grâce à des ressources financières, culturelles, linguistiques et des dispositions à la mobilité internationale transmises par les expériences d’au moins deux générations49, semble assez bien vérifiée pour les Marocains de notre population, moins pour les Tunisiens.

51Parmi les diplômés marocains, le tiers (6 sur 18) des héritiers sont passés par l’international, c’est à dire pour l’essentiel les États-Unis et le Royaume Uni, qu’ils soient retournés au Maroc ou qu’ils soient en France à la date de l’enquête. Cette part n’est plus que d’un quart (3 sur 12) pour ceux en ascension sociale et d’un sur dix parmi les transfuges.

52À l’inverse, ceux qui sont rentrés au Maroc peu de temps après leurs études, dans ces générations des années 1990-2000, et qui n’ont eu aucune (ou une très brève) expérience professionnelle en France ou dans un autre pays étranger, sont presque tous des diplômées d’origine modeste voire très modeste. Ils s’opposent en tout point aux cosmopolites : issus de familles rurales pauvres, uniquement arabophones et très peu scolarisées, ils ont suivi toute leur scolarité, y compris leurs classes préparatoires, dans l’enseignement marocain, ont épousé une Marocaine et fait toute leur carrière au Maroc, avec peu de changement de secteur ou d’entreprises.

53Le portrait suivant d’un transfuge marocain, revenu au Maroc est un exemple de ce refus plus ou moins conscient de ces diplômés de se projeter ailleurs que dans leur pays d’origine. Eviter d’épouser une Française (voire d’avoir des « copines » françaises) est lié à ce refus. Le récit évoque aussi des expériences de racisme auxquelles n’échappent pas toujours cette élite, surtout celle d’origine très populaire.

54Sollicité par un polytechnicien marocain, ELH, (X-Ponts, 2001-2003, 31 ans), polytechnicien diplômés des Ponts de, d’origine très modeste (son père était surveillant de prison et sa mère sans profession), rentre au Maroc après deux années passées chez Arthur/Ernst. Il était pourtant sur le point (en 2006) d’intégrer la Société Générale, entreprise qu’il avait auditée. Le propriétaire de la franchise d’une entreprise de location de voitures au Maroc, qu’il connaissait parce qu’il « donnait des cours de maths à son fils à Paris », lui propose alors d’assurer la direction générale de cette entreprise au Maroc :

  • 50 Entretien avec ELH (Marocain, X-Pont, 2001-2003), Casablanca, 15 juin 2009.

« Ce qui m’a poussé à rentrer, c’est qu’en octobre 2005, il y a eu les événements en banlieue : J’ai été submergé, dit-il, par tous les commentaires. J’ai commencé à me sentir, même si je n’étais pas concerné et que j’étais tranquille dans mon coin Paris 14e. Je n’ai pas trop aimé l’image renvoyée par les médias des Arabes. Voilà, la proposition (au Maroc) a coïncidé à ce moment-là. Sans les événements de banlieue, j’aurais intégré la Société Générale pendant je ne sais pas combien d’années. J’aurais probablement demandé la nationalité française. J’aurais certainement passé trois à quatre ans avant de rentrer. Je sentais que l’environnement en France était un peu hostile, même si cela n’avait rien à voir avec moi. J’étais obligé de justifier auprès de mes collègues, mes convictions et compagnie. Comme je ne me sentais plus à l’aise en France, je suis rentré chez moi […] C’est l’environnement en France et le poste ici qui m’ont poussé. A 27 ans, devenir DG d’une société qui fait un chiffre d’affaires d’à peu près 15 millions d’euros, on n’a pas ce type d’opportunités tous les jours. Là c’était en janvier 2006. Je suis rentré le 1er janvier 2006, le 1er avion qui quitte la France. Donc j’ai commencé en janvier pour occuper la fonction de DG de la franchise A. au Maroc »50.

55Il n’envisage pas de mobilité à l’étranger et ne « pourrait pas revenir en France ». Il ajoute alors : «  Il y a la famille, je me suis marié, j’ai une petite fille ». À la question sur la nationalité de sa femme, il répond :

  • 51 Idem.

« marocaine... De toute manière, je pense qu’inconsciemment je ne voulais jamais sortir avec une Française. Je ne voulais pas m’engager et chambouler tous mes plans. En arrière-plan, il y avait cette volonté de rentrer un jour ou l’autre au Maroc… »51.

  • 52 Entretien, Paris, 9 septembre 2008.

56Les pratiques matrimoniales devraient constituer un facteur explicatif fort d’une expatriation inscrite dans le long terme ou au contraire d’un retour plus ou moins rapide en Tunisie. Les caractéristiques du conjoint peuvent être à la fois une ressource et une contrainte. A priori, l’exogamie géographique limiterait les retours au Maghreb. Cette hypothèse est plutôt bien confirmée, mais elle se module différemment, au Maroc et en Tunisie. Dans les deux pays, épouser une Française tend à ancrer le diplômé et sa nouvelle famille en France. Mais cette exogamie géographique est plus rare en Tunisie qu’au Maroc. Force est de constater, en premier lieu, que les ingénieurs diplômés tunisiens, quel que soit leur lieu de résidence, font des mariages marqués par une endogamie géographique forte (la palme en cette matière revient aux Sfaxiens qui se marient avec des Sfaxiennes). Parmi les enquêtés diplômés des années 1989-2002, 26 sont mariés. Quatre seulement le sont avec des non-Tunisiennes. Et encore, il faut préciser que deux de ces conjointes sont issues de familles tunisiennes immigrées en France. Pour les deux autres, la belle-famille est originaire d’un pays arabo-musulman (Maroc et Égypte). Par conséquent, le mariage exogame a été contracté avec une femme de culture arabo-musulmane. Bien qu’extrêmement minoritaires, ces unions matrimoniales exogames ancrent le diplômé au territoire français : il s’inscrit désormais dans une perspective de sédentarisation. On notera également que MSM (Ponts et Chaussées, 1995, 38 ans), divorcé et actuellement résident en France, a eu la possibilité, recruté par un chasseur de tête, d’occuper un emploi de haut niveau en Tunisie. Mais devant le refus de son ex-femme française de vivre en Tunisie, il a décliné l’offre52.

57De manière générale, les probabilités de retour au Maghreb sont fortes pour les ingénieurs dont les conjointes ayant fait leur formation en Tunisie ne peuvent pas trouver en France un emploi correspondant à leurs compétences, en raison du caractère fermé de certains segments du marché de l’emploi (médecine, barreau, pharmacie, etc.).

58Sur 32 Marocains, 3 sont célibataires et 15 ont épousé des étrangères, dont 9 sont des Françaises d’origine maghrébine ou d’autres pays musulmans (Égypte). Le mariage des diplômés marocains avec une Française ou une étrangère clive fortement cette population du point de vue du retour ou non-retour définitif au pays. La totalité des 17 diplômés qui sont en France à la date de l’enquête sont mariés et 15 d’entre eux ont une épouse « étrangère ». Ces épouses sont toutes diplômées du supérieur (écoles d’ingénieur ou de commerce) et mènent une carrière de cadre dans le privé. Toutes sont très attachées à leur métier et la question est donc celle de la double carrière du couple. Certaines se font dans la même entreprise (Renault, Areva), d’autres sont très différentes (un polytechnicien a épousé une franco-marocaine, chanteuse lyrique) mais le retour au Maroc (voire en Tunisie pour une conjointe tunisienne, polytechnicienne) est refusé par l’épouse, avec le soutien plus ou moins affirmé du mari.

59Le portrait de cet héritier marocain qui a épousé une Tunisienne illustre cet ancrage en France. MM, (X-Telecom, 1998-2002, 32 ans), est un héritier par les deux lignées. Son père est un polytechnicien qui a fait principalement sa carrière dans la haute fonction publique marocaine, sa mère inspectrice de l’enseignement secondaire. Son grand-père paternel était notaire, et son grand-père maternel, fonctionnaire au Ministère des finances. Une sœur, diplômée de l’Essec, travaille à la BNP en France. À la sortie de l’X, en 1998 – il a alors à 23 ans –, il est très tenté par un poste qu’on lui propose en Californie mais le refuse, car c’est « trop loin du Maroc » :

  • 53 Entretien à Paris avec MM, 2008.

« Quand vous êtes aux États-Unis qui plus est sur la côte ouest, vous avez 15 jours de congés par an que vous pouvez rarement prendre d’affilé, si vous voulez rentrer voir la famille au Maroc vous avez une journée de voyage pour voyager, une journée aller une journée retour, si vous avez pris une semaine, vous restez trois jours sur place et vous avez épuisé vos congés de l’année. C’est vraiment ça, si je restais aux États-Unis petit à petit j’allais complètement me détacher du Maroc […] Pour moi, je n’étais pas prêt à faire le sacrifice, pour moi la France c’est vraiment la porte d’à côté par rapport aux Etats Unis et puis “y a les vacances” »53.

60Il travaille chez un constructeur automobile français jusqu’en 2007. Ce poste le conduit à de nombreux déplacements à l’étranger. Puis un ami polytechnicien le contacte pour intégrer AXA. Il espérait être envoyé par son entreprise au Maroc mais

  • 54 Idem.

« la mobilité (dans celle-ci) est un mythe » et refuse des offres « d’entreprises internationales qui essayaient de s’installer au Maroc comme Mac Kinsey, des cabinets de conseil en stratégie » car cette activité « ne l’intéressait pas du tout ». Sa perception du marché marocain est « qu’il est vraiment très opaque » : ce n’est pas un marché transparent, c’est un marché de connaissance, ça l’est encore majoritairement aujourd’hui, un petit peu moins, les entreprises commencent à publier leurs postes dans des sites qui voient le jour »54.

61Il ajoute alors qu’il n’a pas « trop activé son réseau au Maroc », car il n’a pas « eu une intention ferme de rentrer ». Les aspirations de son épouse, une Tunisienne, polytechnicienne de sa promo, qui réalise une belle carrière en France dans une grande entreprise automobile y sont pour beaucoup. Contrairement à la sienne, la famille de son épouse, en Tunisie, est peu « étoffée » et elle pourrait facilement faire venir ses parents en France.

62Les deux épouses marocaines de diplômés marocains vivant en France ont un profil atypique. L’une, de nationalité française, a fait des études de lettres à Aix en Provence puis un MBA aux États-Unis où elle a travaillé dans un cabinet de chasseurs de têtes. Elle a rencontré son futur mari pendant des vacances au Maroc. Elle n’a pu retrouver un emploi dans son domaine au Maroc, et a dû revenir à son métier de traductrice. Ils ont mal supporté l’un et l’autre l’emprise de la famille sur leur vie privée et ont fait le choix de revenir en France (elle voulait les États-Unis, lui non). Ils ont tous deux fait une belle carrière en France, avec trois enfants et n’envisagent plus de rentrer. L’autre est une Marocaine dont toute la famille a émigré en France et qu’elle a voulu rejoindre, incitant son mari à quitter le Maroc où il menait une carrière dans l’informatique.

63À l’inverse, parmi les diplômés qui vivent au Maroc, 12 sur 15 sont mariés, tous avec des Marocaines. Ces dernières ont toutes, elles aussi, suivi des études supérieures (pharmacie, médecine, kinésithérapie), parfois en France (HEC, DESS d’ergonomie au CNAM, DEA biologie à Nancy) mais plusieurs ont interrompu leur carrière. Deux interviewés (diplômés des Ponts, transfuges) disent que leur épouse « n’a jamais travaillé, par choix personnel ». Un Centralien vit à Tunis, son épouse marocaine travaille comme cadre dans une banque.

Tableau 10. Les origines sociales des ingénieurs diplômés Tunisiens et Marocains

Héritiers

En ascension

Transfuges

Ensemble N=94

45 soit 47,87%

25 soit 26,59%

24 soit 25,53%

Hommes n=84

36/84 soit 42,85%

24/84 soit 28,57%

24/84 soit 28,57%

Femmes n=10

9/10 soit 90%

1/10 soit 10%

0

Dont Tunisiens N=52

26 soit 50%

13 soit 25%

13 soit 25%

Hommes n=46

21/46 soit 45,65%

12/46 soit 26,08%

13/46 soit 28,26%

Femmes n=6

5/6 soit 83,33%

1/6 soit 16,66%

0

Dont Marocains N=42

19/42 soit 45,23%

12/42 soit 28,57%

11/42 soit 26,19%

Hommes n= 38

15/38 soit 39,47%

12/38 soit 31,57%

11/38 soit 28,94%

Femmes n=4

4/4 soit 100%

0

0

Source : Enquête Françoise Chamozzi, Éric Gobe et Catherine Marry sur les diplômés marocains et tunisiens des grandes écoles française, 2008-2009.

64Pour le reste, il est difficile de faire la part entre les explications formulées en termes professionnels et celles convoquant des facteurs familiaux. De manière générale, l’endogamie géographique apparaît comme un facilitateur pour un éventuel retour dans la mesure où elle simplifie la réinsertion dans la société d’origine. Tous les diplômés (1989-2002) rentrés en Tunisie ont une conjointe tunisienne ou sont célibataires.

65Certes, les raisons avancées par nos interlocuteurs sont plutôt professionnelles et leur retour correspond à une période d’ouverture économique tant de la Tunisie que du Maroc.

66La mondialisation n’apparaît pas comme un facteur de départ définitif des élites tunisiennes et marocaine : bien au contraire, en ouvrant l’économie locale aux capitaux et aux investissements étrangers, elle contribue à faire rentrer au pays certains de ses hauts cadres nationaux installés en France ou ailleurs. Ce raisonnement apparaît plus pertinent pour la Tunisie que pour le Maroc en raison de la structure économique tunisienne dominée plus encore par la PME que le Maroc.

Mondialisation et retour des ingénieurs diplômés

  • 55 Anne-Marie et Jacques Gaillard, op. cit.

67Les mobilités des ingénieurs issus des grandes écoles renvoient à des « schémas circulatoires »55 : les diplômés qui ont effectué des études hors de leur pays d’origine retournent chez eux après avoir exercé professionnellement pendant plusieurs années dans le pays d’étude ou dans une autre contrée.

  • 56 Cf. Marc Granovetter, « The Strength of Weak Ties: a Network Theory Revisited », in Peter V. Marsde (...)
  • 57 Jérôme Gautié, Olivier Godechot et Pierre-Emmanuel Sorignet, « Arrangement institutionnel et foncti (...)

68Le retour au pays des diplômés se prépare, voire se planifie. Il s’agit d’accumuler une expérience professionnelle en France ou à l’international et d’avoir obtenu la nationalité française avant de rentrer. De manière générale, ces retours montrent la force des réseaux sociaux professionnels et, dans une moindre mesure, amicaux que les ingénieurs ont constitués pendant la scolarité et à certains moments de leur carrière. Ils apportent une illustration supplémentaire à la thèse de Mark Granovetter sur la force des liens faibles dans l’accès aux emplois qualifiés56. C’est également par l’intermédiaire de cabinets de « chasseurs de têtes » que certains diplômés ont effectué leurs mobilités professionnelles géographiques. En cela, elles ne se différencient pas de celles des autres cadres supérieurs et dirigeants des secteurs de l’industrie financière, de l’informatique ou du conseil. Comme leurs homologues français, ils sont sollicités directement par les cabinets de chasseurs de têtes qui identifient les candidats potentiels à un changement d’emploi par le biais des annuaires des grandes écoles, des revues spécialisées dans les diffusion des nominations de cadres de haut niveau ou par l’intermédiaire des réseaux professionnels virtuels sur internet57.

  • 58 Entretien, Tunis, 22 avril 2009.
  • 59 La société compte environ 1 400 employés.

69En Tunisie, le secteur des télécommunications est particulièrement concerné par la libéralisation et la privatisation. L’attribution de la seconde licence GSM en 2002 a contribué à faire rentrer au pays des diplômés des grandes écoles. Deux ingénieurs de notre population sont dans ce cas de figure. HMI, centralien (1989)58 a fait toute sa carrière en France dans les années 1990. Recruté par la société internationale de conseil en management et stratégie, Capgemini, il y a été successivement développeur, chef de projet et directeur de projet. Il est ensuite approché par la société Bouygues Télécom où il est alors prestataire de services pour le compte de Capgemini. Après un bref passage par Neuf Télécom, il rejoint Bouygues Télécom jusqu’en 2002. Il est alors contacté par un collègue centralien qui lui conseille d’envoyer son CV au directeur exécutif des opérations internationales de la société égyptienne Orascom qui vient de remporter l’appel d’offre en Tunisie et doit s’y installer sous le nom de Tunisiana. La perspective de revenir en Tunisie dans le cadre d’une société d’envergure internationale, à des conditions salariales équivalentes, voire meilleures qu’en France (en raison de la différence du coût de la vie entre les deux pays) et avec un poste de haut cadre (il dirige un département de 420 employés59) ont poussé ce centralien à revenir au pays après 12 ans d’exercice professionnel dans l’Hexagone.

  • 60 Entretien, cit.

70Le second cas de figure s’incarne dans le polytechnicien AAT (X-Télécom, 1993-1995)60 qui jusqu’en 2002 a fait sa carrière en France et au Maroc. Embauché par une filiale de France Télécom (Télémat) à la sortie de l’école, il intègre par le biais de transfuges de France Télécom la société Nokia en 1998, qui lui propose, en 1999, de partir à Rabat au Maroc. Simple ingénieur, puis responsable d’équipe, il est resté dans la capitale marocaine jusqu’en 2002. Dans son cas, les réseaux professionnels constitués lors de la première partie de carrière ont joué un rôle fondamental dans le processus d’organisation du retour : AAT a été contacté par un diplômé tunisien de Télécom Paris, rencontré chez Télémat, qui travaille alors chez Orascom. Ce collègue lui propose de venir le rejoindre chez Tunisiana à la recherche d’ingénieurs de haut niveau pour mettre en place en Tunisie toute l’infrastructure nécessaire. Rentré comme chef de département chez Tunisiana, il chapeaute désormais une des directions techniques de la société.

  • 61 Entretien, cit.
  • 62 Un autre diplômé de Polytechnique a rejoint Tunisie Télécom dans des circonstances similaires : AZI (...)
  • 63 Entretien avec NBA, Tunis, 18 mars 2008.

71Un schéma similaire a fonctionné avec la privatisation partielle de Tunisie Télécom. Après avoir fait l’essentiel de sa carrière chez Capgemini à Paris, NYH centralien (1995)61 est recruté par l’intermédiaire d’un cabinet de chasseurs de tête dans le cabinet de conseil international Booz Allen Hamilton qui l’envoie en mission à Dubaï. À cette occasion, il conduit une opération de conseil auprès de la société émiratie TeCom-DIG qui, en juillet 2006, se porte acquéreur de 35 % du capital de Tunisie Télécom. Cet opérateur télécom propose à NYH de rentrer en Tunisie dans des conditions salariales équivalentes à celle d’un cadre dirigeant expatrié. Celui-ci accepte et se retrouve propulsé à un poste de responsabilité de très haut niveau. Mais face aux pressions et aux enjeux (« le poste est devenu de plus en plus politique »), NYH démissionne et reprend pour partie les activités entrepreneuriales de sa famille. NBA (X-Télécom, 1993-1995) est également rentré au moment de la privatisation partielle de Tunisie Télécom. Responsable du développement à l’international de France Télécom, il coordonnait l’équipe chargée d’élaborer l’offre d’achat des 35 % du capital de Tunisie Télécom mis en vente par l’État tunisien. Ce faisant, NBA s’est fait connaître des autres opérateurs alors en concurrence avec France Télécom, notamment de celui qui a remporté le marché62 : « Les Émiratis […] ont pensé qu’avec mon expérience avec France Télécom, je pourrais aider à la transformation de la société. Ils m’ont contacté plusieurs fois et m’ont demandé si je pouvais faire partie de l’équipe de Tunisie Télécom63. »

  • 64 Tel est le cas de MMK (Tunisien, X-Télécom 1999-2001, 32 ans). Choisi par le gouvernement pour deve (...)

72L’ouverture du marché des fournisseurs d’accès Internet à la fin des années 1990 a également incité certains ingénieurs issus des grandes écoles à rentrer. En effet, les autorités tunisiennes ont attribué en 2001, en priorité à de jeunes diplômés des grandes écoles ou des universités américaines, des licences leur permettant de s’installer comme fournisseur d’accès Internet64.

  • 65 Responsable de l’activité conseil dans cette société basée à Tunis, MSH (36 ans) passe 50 % de son (...)
  • 66 Entretien avec SHS, Tunis, 11 mars 2008. Par ailleurs, LBR (Tunisien, X-Télécom, 1998-2000, 32 ans) (...)

73Par ailleurs, le développement du secteur financier a été un facteur ayant poussé quatre polytechniciens de notre population à rentrer en Tunisie. Le premier par l’ancienneté dans le diplôme, MSH (X-Mines, 1996-1998) a fait sa carrière à Paribas, puis, à la BNP Paribas en France où il a fini responsable de la direction Afrique du Nord et Moyen-Orient. C’est à ce poste qu’il fait connaissance du président d’une banque d’affaires offshore installée à Tunis, avec laquelle la BNP a mené certaines opérations conjointes. Il a accepté d’intégrer cette société dans la mesure où ses activités ont une forte dimension internationale65. Le profil de SHS est quelque peu différent : X-Ponts et Chaussées (1994-1996), il a été développeur de produits financiers et trader à Paris, Londres et New York pour le compte de BNP puis de BNP Paribas pendant 10 ans (1996-2006). Les ressources financières qu’il a pu accumuler en tant que trader lui ont permis d’avoir les capitaux suffisants pour créer une société offshore de logiciels financiers à Tunis en 200766.

  • 67 Outre SHS (X-Ponts et Chaussées, 1994-1996, 36 ans), AZI (X-Télécom, 1999-2001, 33 ans), MCI (X-Tél (...)

74Les données familiales ont facilité cette mobilité. Les célibataires, comme SHS par exemple, n’ont pas de contraintes familiales et privilégient leur stratégie professionnelle avec les pratiques de mobilité qu’elle implique67. Les diplômés mariés ont des conjointes dont la situation n’était pas un obstacle à leur retour en Tunisie : la femme d’AAT, professeur de français dans le secondaire tunisien retrouverait son emploi originel ; la femme de LBR, pharmacienne, ne pouvait pas exercer en France ; celle de NYH était étudiante en Tunisie.

  • 68 Les diplômés rentrés en Tunisie qui ont des enfants en âge d’être scolarisés les envoient dans les (...)

75Par ailleurs, l’existence d’un réseau d’établissements primaires et secondaires français en Tunisie garantit que les enfants de ses ingénieurs seront socialisés, au moins pour partie (le primaire notamment), dans la culture française, et qu’ils auront une éducation bi-nationale68.

76Quant aux ingénieurs dont le retour n’est pas lié au développement de nouvelles activités, ils invoquent, pour la plupart, des raisons personnelles et familiales, combinées avec des facteurs professionnels, pour rendre compte de leur installation en Tunisie.

  • 69 Entretien avec MLF, cit.

77Finalement, il convient ni de minorer ni de surestimer l’ampleur des retours. Un certain nombre d’obstacles demeurent à un retour massif tel qu’il a pu exister par le passé. Ceux qui n’envisagent pas de rentrer en Tunisie mettent en avant des caractéristiques négatives du tissu économique tunisien pour expliquer leurs réticences à un retour au pays. MLF (X-Supélec, 1997-1999, 35 ans)69 évoque la désillusion de collègues tunisiens rentrés rapidement en Tunisie et dont les carrières sont bridées par le mode de gestion familiale des entreprises tunisiennes :

« Là ça galère. Beaucoup de désillusions, de déceptions, de recherches de mobilité. Ils [les diplômés] retournent dans le pays travailler dans les sociétés à la mode. Disons les sociétés de service informatique, de sous-traitance informatique : les logiciels financiers, etc. Très vite, ils ont déchanté parce que ça reste encore, d’après eux, sous l’emprise d’un esprit clanique, familial. On a l’exemple du jeune neveu sans diplôme qui accède tout de suite à un poste élevé ».

78La manière dont s’est passé le retour de MZA (X-Supélec, 1994-1996, 36 ans) lui donne raison. Rentré en Tunisie en 2001 après son recrutement dans un groupe privé tunisien, il a démissionné en raison du management familial du groupe. Un an et demi après avoir intégré le groupe, directeur général adjoint de l’une de ses sociétés, il ne voit pas de progression professionnelle possible :

« C’était très clair, au bout d’un an et demi, je préparais mon départ, c’était une entreprise familiale je voyais que je n’avais pas de carrière, je stagnais […]. J’étais responsable d’une société. Mais après quelle est l’étape suivante : c’est de devenir responsable d’un groupe familial où ce n’est pas seulement les intérêts de la société qui priment ! Il y a d’autres intérêts dans tout ça, j’ai appris beaucoup de choses. Là j’ai appris ce qu’est la Tunisie. Parce qu’au bout de 11 ans en France, j’étais plus Français que Tunisien. Là j’ai fait une ré-initiation à la vie en Tunisie et surtout au monde de l’entreprise en Tunisie ».

79MZA a donc démissionné et a créé sa propre affaire avec un capital initial modeste de 20 000 dinars (environ 12 000 euros). Il a augmenté le capital de l’entreprise en faisant appel à sa famille et à son réseau d’amis polytechniciens. Les trois des plus importants actionnaires de sa société sont trois X tunisiens qui résident respectivement en Allemagne, au Maroc, et en Angleterre. Ce dernier exemple montre la complexité des trajectoires professionnelles et des mobilités géographiques d’ingénieurs qui travaillent hors de France et de Tunisie tout en ayant investi dans leur pays d’origine. Par ailleurs, la « révolution » tunisienne de 2011 introduit une forte dose d’incertitude dans les schémas de mobilité : Il est difficile de savoir si elle va contribuer à faire rentrer des ingénieurs diplômés des grandes écoles désireux de servir le « nouveau régime » ou, si au contraire, les difficultés économiques engendrées par la conjoncture politique et sociale ne vont pas avoir l’effet inverse.

  • 70 Anousheh Karvar, « La formation des élèves algériens, tunisiens et marocains à l’École polytechniqu (...)

80L’exploitation des données sur le Maroc, met en exergue certaines variables explicatives du retour des diplômés des années 1990 différentes de celles concernant la Tunisie. Certes, le Maroc a connu des processus de privatisation et d’internationalisation de son économie, mais l’existence de grands groupes à structure conglomérale susceptibles d’accueillir les ingénieurs issus des grandes écoles a été l’un facteurs explicatifs des taux de retour plus importants au Maroc qu’en Tunisie70. Ces groupes ont un actionnaire familial de référence, mais, contrairement aux PME familiales, ils ont la possibilité de proposer aux diplômés des postes de cadres dirigeants répondant à leurs aspirations.

  • 71 Entretien avec BB (Marocain, X-Ponts, 2001-2003), cit.

81Ces entités ont d’ailleurs une politique de recrutement à l’égard des diplômés marocains des grandes écoles, notamment lors des forums entreprises organisés par l’Association marocaine des grandes écoles (AMGE Caravane). Un ancien président de l’AMGE71 a d’ailleurs été embauché par le plus grand groupe marocain à l’issu d’un desdits forums :

« Comme dirigeant de l’AMGE, j’ai organisé un raid dans le désert pour les élèves des grandes écoles, une trentaine de personnes. J’ai demandé le sponsoring de Managem [nda : la filiale Mines de l’ONA], Rachid Benyakhlef, le DG de Managem. C’était parmi les rares entreprises marocaines à l’époque qui avait une vision “haut potentiel”. Ils détectaient les jeunes talents dans les entreprises. Ayant demandé un sponsoring, ils m’avaient rencontré dans les forums. Ils m’avaient demandé d’organiser une visite à Managem pour les Marocains des grandes écoles. On avait organisé un voyage pour 30 personnes pour visiter les entreprises marocaines. Ils m’avaient gardé en tête et voulaient me recruter chez Managem. Siger, la holding financière a demandé à l’ONA de leur donner la liste des hauts potentiels qu’ils avaient détectés. Ils ont communiqué une liste et j’en faisais partie. Mais je ne connaissais pas les gens de Siger, ni la personne qui m’a contacté ».

82En tête de ces grands groupes, on retrouve l’ONA (32 000 salariés). De façon lapidaire, on pourrait dire que le diplômé de Polytechnique, plus particulièrement, est, a été ou sera à un moment ou un autre de sa carrière marocaine un cadre dirigeant de l’une des sociétés de l’ONA : AA (X-ENSTA, 1991-1993) est actuellement directeur général de Marona, la filiale du groupe dans le domaine des produits de la mer ; BB (X-Ponts, 2001-2003) est directeur général de la SEVAM, entreprise de fabrication de bouteilles. Il avait d’ailleurs commencé sa carrière à la SIGER, autrement dit la holding financière de l’ONA ; ID est le directeur général de la stratégie développement de la banque Attijariwafa Bank dont le principal actionnaire est l’ONA ; NA (X-Mines, 2001-2003) est responsable du développement de la mine de Tinghir au sein de Managem, la filiale secteur minier de l’ONA ; YL (X-Ponts, 2001-2003) a été entre 2003 et 2005 responsable du développement des activités à l’étranger de Managem avant d’être recruté par un autre groupe familial marocain à dominante financière, le groupe Benjelloun ; MB (X-ENSTA, 1992-1994) qui a travaillé 11 ans en France et fini comme responsable des risques marché à la Caisse d’épargne en France est rentré au Maroc en 2005 et a exercé entre 2006 et 2008 les fonctions d’auditeur général d’Attijariwafa Bank avant d’être sollicité par le PDG de la Poste marocaine pour participer à la création d’une banque postale au Maroc.

  • 72 Par l’intermédiaire d’un membre de son réseau amical, haut cadre du groupe qui lui a fait rencontre (...)

83Parmi les 8 Polytechniciens diplômés des années 1990 qui sont rentrés au Maroc, deux ne sont pas (encore) passés par l’ONA. Le premier MB (X-ENSAE, 1994-1996) a été recruté par le groupe familial Al Alami72. Le second ELH (X-Ponts, 2001-2003) est rentré au Maroc comme directeur général d’une PME marocaine. Le caractère familial du management de cette PME l’a incité à changer d’emploi et à rejoindre la banque d’affaire Mutandis dirigé par le fils du premier Polytechnicien marocain et ancien ministre du Tourisme, Adil Douiri (Ponts-1982).

Les ingénieurs marocains et tunisiens des grandes écoles : des « élites de peu » ?

  • 73 Anne-Catherine Wagner, op. cit., 2005, p. 22.

84Les trajectoires géographiques des ingénieurs tunisiens et marocains issus des grandes écoles d’ingénieurs se sont diversifiées depuis le milieu des années 1980. Les retours directs au Maghreb deviennent très rares et les mobilités entre les divers secteurs d’activité et les divers pays se complexifient. Mais la France, la Tunisie et le Maroc demeurent leurs principaux pays d’accueil. Certains secteurs en France, en Angleterre ou aux États-Unis, comme le conseil en stratégie sont demandeurs de cette population de hauts cadres ou de dirigeants d’entreprises qui ne connaît quasiment pas le chômage ni les contrats précaires. Toutefois, il ressort des carrières et des trajectoires géographiques des diplômés que les compétences professionnelles et sociales acquises pendant la scolarisation dans la grande École ne suffisent pas toujours pour jouer à armes égales, en France, sur le marché de l’emploi des dirigeants et des hauts cadres avec les lauréats français des mêmes écoles, dont l’enracinement sur le territoire national confère un surcroît de légitimité. On ne peut analyser leur statut de haut cadre ou d’élite sans revenir à la place de l’étranger dans la société française. En effet, comme le note Anne-Catherine Wagner « la direction des plus grandes entreprises reste solidement encastrée dans les structures nationales »73. Certains de nos enquêtés ont conscience de se heurter à des freins et à des blocages dans leur carrière en France.

  • 74 « I’m on the corner […] Si j’ai un conseil à donner à un jeune aujourd’hui, s’il me pose la questio (...)
  • 75 Il est vrai que ce raisonnement m’a été tenu peu avant le krach financier mondial de septembre 2008 (...)

85Ils se trouvent pris dans une sorte d’aporie. Ils peuvent avoir le désir de rentrer au pays, mais ils considèrent que les structures de l’économie ne leur donnent pas la place qu’ils mériteraient en termes de gratifications matérielles et symboliques. Dans le même temps, ils ont le sentiment de ne pas pouvoir accéder aux sommets des grandes entreprises françaises dont les places seraient réservées aux diplômés français des grandes écoles ayant leurs « quartiers de noblesse ». QBH, 37 ans (Tunisien, X-Ponts, 1993-1996), qui justement est le directeur adjoint de la direction des fusions/acquisitions d’une société française du CAC 40, incarne la figure de ces diplômés tunisiens des grandes écoles frustrés par cette situation. Il parle de « génération coincée » à propos des diplômés de la fin des années 1980 et du début des années 1990. Elle est restée en France et « n’a pas pu percer à cause du plafond de verre ». Aussi conseille-t-il aux jeunes lauréats tunisiens des grandes écoles de s’orienter vers les métiers de l’argent plutôt que ceux du pouvoir74. Autrement dit, il s’agit de s’engager dans les métiers de la finance et d’avoir une chance de gagner plus que le patron de la banque qui l’emploie75. En ce sens, ces diplômés peuvent apparaître comme une élite dominée. Toutefois, ce discours est à contextualiser dans la mesure où il est l’expression d’une subjectivité frustrée de ne pas accéder au sommet de la hiérarchie d’une très grande entreprise française. D’autres grandes sociétés apparaissent moins marquées par l’homophilie dans le recrutement de leurs dirigeants. Les diplômés marocains et tunisiens des grandes écoles peuvent plus aisément intégrer la direction de sociétés qui, en France, ont, pour reprendre la formule d’un polytechnicien, « une culture beaucoup plus internationale ». Par ailleurs, ceux qui ont eu la possibilité d’accéder aux fonctions dirigeantes des entreprises au Maroc ou en Tunisie semblent satisfaits de leur situation professionnelle.

  • 76 Anousheh Karvar, « Polytechniciens algériens, tunisiens et marocains : des acteurs de l’histoire au (...)
  • 77 Anne-Catherine Wagner, « Les classes dominantes à l’épreuve de la mondialisation », Actes de la rec (...)

86De ce point de vue, on ne peut pas dire que ces ingénieurs maghrébins constitueraient, pour reprendre l’expression d’Anousheh Karvar, une « élite de peu » et qu’elle se contenterait d’être une population « témoin de la mondialisation »76. L’étude de leurs trajectoires montre qu’ils ont les ressources sociales qui leur permettent d’être des acteurs de cette mondialisation ou tout au moins d’en tirer profit dans la construction de leur carrière. Les capitaux linguistique, culturel, et social, accumulés par les diplômés maghrébins des grandes écoles, plus ou moins hérités et renforcés par « des expériences professionnelles dans plusieurs pays » se révèlent « particulièrement bien ajustés aux transformations du champ des entreprises »77.

Notes

1 Anne-Catherine Wagner, Les classes sociales dans la mondialisation, Paris, La Découverte, Coll. Repères, 2007, p. 59.

2 Saïd Ben Sedrine et Vincent Geisser, Le retour des diplômés…, op. cit., p. 10-12.

3 Jean-Baptiste Meyer, « Les diasporas de la connaissance : atout inédit de la compétitivité du Sud », Revue internationale et stratégique, Automne, n° 55, 2004, p. 69-76.

4 Anne-Marie et Jacques Gaillard, Les enjeux des migrations scientifiques internationales : de la quête du savoir à la circulation des compétences, Paris, L’Harmattan, 2000.

5 Wafa Khlif et Lotfi Slimane, « Les compétences tunisiennes à l’étranger. Peut-on parler d’une diaspora scientifique ? », L’Année du Maghreb 2009, Paris, CNRS Editions, 2009, p. 421-436. Il existe bien une association comme l’ATUGE (Association des Tunisiens des grandes Écoles), mais elle ne fonctionne pas comme un réseau d’ingénieurs expatriés visant à promouvoir le développement scientifique et technique en Tunisie.

6 Anne-Catherine Wagner, Les nouvelles élites de la mondialisation. Une immigration dorée en France, Paris, PUF, 1998, p. 11.

7 Anne-Catherine Wagner, « Les élites managériales de la mondialisation : angles d’approche et catégories d’analyse », Entreprises et histoire, n° 41, 2005, p. 15-23.

8 Entretien avec MLF (Tunisien, X-Supélec, 1995-1997, 35 ans), Paris, 13 juin 2008.

9 Dans ces conditions, les taux de réussite au baccalauréat sont très élevés. À titre d’exemple en 2007, les 171 élèves candidats du lycée de l’Ariana ont tous obtenu leur bac. En section mathématique, 85 des 101 bacheliers avaient une moyenne supérieure à 17/20. Cf. « Bac 2007 : Lycée pilote de l’Ariana, 37 élèves avec 19/20 de moyenne (chiffres 2007) », http://www.babnet.net/. Site consulté le 25 juin 2007.

10 12 sont passés par les lycées pilotes, 11 y ont obtenu le baccalauréat. Si l’on prend la période de 1997 comme année de référence, leur nombre dépasse celui des bacheliers des lycées publics classiques (10 contre cinq dans un lycée public normal et deux au lycée Pierre Mendes-France de Tunis).

11 En revanche les demandes d’inscription sont très fortes au niveau du primaire.

12 CSU et KSU diplômés de Centrale (Tunisiens, 2000, 32 ans et 2001, 31 ans – l’âge indiqué est celui donné par l’ingénieur au moment de l’enquête), sont respectivement fille et fils d’un centralien chef d’entreprise et d’une mère médecin. Entretiens, Paris, respectivement les 11 juin et 12 juin 2008. SHM (Tunisien, Centrale, 1994, 38 ans) a vécu en France de 4 à 11 ans, alors que son père diplomate était en poste à Toulouse. Entretien par téléphone le 3 novembre 2008. Ces diplômés n’ont pas obtenu la bourse destinée à financer la scolarité du cycle préparatoire, bien que les bacheliers des lycées des établissements français en Tunisie soient intégrés dans les procédures d’orientation et, par conséquent, dans celles de distribution des bourses.

13 Pierre Vermeren, op. cit., p. 407-410.

14 Idem. p. 390.

15 On ajoutera les établissements scolaires de l’OSUI (l’Office scolaire et universitaire international) qui dépend d’une association, la Mission laïque française et dont le périmètre est défini par la convention maroco-française de partenariat de juillet 2003.

16 Mouna Izddine, Maroc Hebdo, n° 138, 30 mars 2007.

17 Entretien avec BB à Casablanca (Marocain, X-Ponts, 2001-2003), juin 2009.

18 Eric Gobe, Catherine Marry et Françoise Chamozzi, « Mobilités et attaches familiales des diplômés maghrébins de grandes écoles », Sociologies, novembre 2013, http://sociologies.revues.org.

19 Pierre Vermeren, op. cit., p. 391.

20 À titre d’exemples, on citera Mohamed V à Casablanca, Moulay Youssef à Rabat, Moulay Idriss à Fès, Ibn Taimia à Marrakech, Omar Ibn al-Khattab à Meknès. D’autres lycées ont ouvert leur porte à Agadir, Oujda, Safi, Béni Mellal, Kénitra, Mohammadia, Tanger. Par ailleurs, depuis une dizaine d’années, des classes préparatoires se sont également ouvertes dans des établissements privés.

21 Mais beaucoup moins d’étudiantes… La base totale constituée de 841 diplômés marocains et tunisiens des grandes écoles comprend 41 femmes (soit moins de 5 % de la population recensée).

22 Entretien avec MZI, Tunis, 15 mars 2008. Les âges donnés sont ceux des enquêtés l’année de l’entretien.

23 Entretien avec MNA, Tunis, 6 mai 2008.

24 Entretien avec DBH à Casablanca, 2008

25 Entretien avec MASS à Casablanca, (Marocain, X-Ponts, 1972-1976, 56 ans), 2008.

26 MNA (Tunisien, X-Mines, 1980-1982), après avoir obtenu un doctorat en génie des procédés de l’École des mines de Paris en 1986, a travaillé une année comme ingénieur de recherche à l’Agence de maîtrise de l’énergie. Maître de conférences à l’Académie militaire (1990-1992), il a été chargé de mission auprès du ministre de l’Industrie aux fins de mettre en place un système d’école préparatoire militaire calqué sur celui de la France. Au moment de l’enquête, il dirigeait depuis 1997 une École d’ingénieur tunisienne. Entretien, cit.

27 RKN (Tunisien, X-ENSTA, 1984-1986) a intégré à la sortie de l’école la société publique de raffinage de pétrole où il est resté un an et demi. Entretien, 19 mars 2008. Quant à AMB (Tunisien, Ponts et Chaussées, 1987), il a travaillé deux ans et demi à la SITEP (société italo-tunisienne d’exploitation pétrolière) avant de « pantoufler » dans le secteur privé. Entretien, Tunis, le 23 avril 2008.

28 Entretien avec MGI, Tunis, 18 mars 2008. Il était au moment de l’entretien directeur du département gestion immobilière et taux de l’établissement bancaire.

29 Anousheh Karvar, « Polytechniciens algériens, tunisiens et marocains : des acteurs de l’histoire nationale aux témoins de la mondialisation », in Éric Gobe (dir.), L’ingénieur moderne au Maghreb (XIXe-XXe siècles), op. cit., 2004, p. 207.

30 Entretien avec AMB, cit.

31 Anousheh Karvar, « La formation des élèves algériens, tunisiens et marocains à l’École polytechnique française (1921-2000) : des acteurs de l’histoire aux “élites de peu” », in Éric Gobe (dir.), Les ingénieurs maghrébins dans le système de formation, op. cit., p. 79-100.

32 Entretien avec ABS, Tunis, 19 mars 2008.

33 ABS est actuellement directeur général d’une banque d’affaire tuniso-algéro-française. Il a été sollicité pour ce poste par deux centraliens de son réseau professionnel qu’il avait connus au ministère de l’Industrie et qui ont tous les deux, à un moment de leur carrière, occupé des fonctions de ministre.

34 Un exemple parmi bien d’autres : le magazine français Usine Nouvelle titre le 2 octobre 2008 : « Les logisticiens se ruent sur le Maghreb ».

35 Entretien avec HB (Centrale, 1980, 53 ans), Paris, 2008.

36 Tel est le cas d’ASA (Tunisienne, X-Ponts et Chaussées, 2001-2004, 32 ans) qui a été débauchée de Natixis en 2008 par le biais d’un chasseur de tête pour occuper une fonction de quant sur les dérivés d’action chez City Group à Londres. De son côté, FBA (Tunisien, X-Ponts et Chaussées, 2001-2003, 30 ans) a fait une démarche en 2006 auprès de BNP Paribas Londres pour lui proposer ses services dans le domaine de la modélisation financière. Entretien par téléphone, 1er novembre 2009.

37 Idem, p. 187.

38 Entretien, Paris, le 11 septembre 2008. De son côté, FBA affirme : « J’ai passé des entretiens pour les États-Unis, mais il se trouve que j’ai eu ce poste à Londres. J’étais très ouvert […]. La mobilité, ce n’est pas un problème. J’ai quitté la maison familiale depuis l’âge de 11 ans, quand je suis rentré en internat au lycée Bourguiba. J’avais fait un stage ouvrier en Italie. L’avantage, c’est qu’à Londres, on n’est pas très loin de la Tunisie et de Paris ». LBR (Tunisien, X-Télécom, 1998-2000, 32 ans), quant à lui, a refusé un emploi proposé par KPMG aux États-Unis pour rentrer en France et se rapprocher ainsi du territoire tunisien : « On m’a proposé chez KPMG [aux États-Unis] de rester […] Je crois que même à l’époque, je ne voulais pas m’éloigner de la Tunisie et je voyais beaucoup plus la distance par rapport à la Tunisie que la France. J’étais totalement dépaysé, totalement déraciné ». Entretien, cit.

39 Entretien à Casablanca avec YLH (Marocain, X-Mines, 2001-2003, 34 ans), 16 juin 2009.

40 Entretien par téléphone, 21 juin 2009.

41 AAT (Tunisien, X-Télécom, 1993-1995, 38 ans) s’est rendu au Maroc pour le compte de Nokia, une fois la nationalité française obtenue : « La naturalisation tombait à pic. On a le passeport, il y a toujours la possibilité de retour au cas où. Du coup, c’était un feu vert pour penser à sa carrière. Puis, dans un pays arabe, le Maroc, c’était une bonne solution. » Entretien, 15 décembre 2008.

42 Entretien par téléphone, cit.

43 Les propos de NYH (Tunisien, Centrale, 1995, 34 ans) illustrent ce double mouvement du raisonnement : « La première [raison] est que j’ai vécu 13 ou 14 ans en France. Je me sentais de plus en plus français. J’avais besoin de me sentir complètement français. Je travaillais avec des Français. Je payais mes impôts et ainsi de suite. Je voulais exercer mes droits de vote et ainsi de suite. J’avais également besoin d’un passeport. Ça me permettait de voyager librement, toujours avec mes collègues dans le cadre des mes missions. C’était un besoin professionnel de ne pas être obligé tout le temps de demander des visas. C’était aussi la 2e raison ». Entretien, Tunis, 19 décembre 2008.

44 Entretien à Casablanca avec YLH, cit.

45 Les « héritiers » se distinguent des diplômés « en ascension sociale » et des « transfuges » par l’ancienneté de l’accumulation des capitaux sociaux. Les grands parents (d’une lignée au moins) des premiers appartenaient aux classes favorisées, ceux des seconds ont des grands-parents d’origine populaire et des parents des classes moyennes ; les « transfuges » ont des grands parents et parents ouvriers ou employés. Nous avons adapté cette typologie au contexte maghrébin, où la part des transfuges est beaucoup plus importante (environ le quart contre moins de 5 % en France).

46 Christian Baudelot et Frédérique Matonti, « Le recrutement social des normaliens 1914-1992, in Jean-François Sirinelli Ecole normale supérieure, Le livre du bicentenaire, Paris PUF, 1994, p. 155-190 ; « Le recrutement social de l’élite scolaire en France de 1950 à 1990 », Revue Française de Sociologie, XXXVI-3, juillet-septembre, 1995, p. 403-438.

47 En 1966, 10 ans après l’indépendance, plus de 70 % de la population active tunisienne est « sans instruction ». En 1997 ce chiffre s’élevait à 19 % Cf. Saïd Ben Sedrine et Éric Gobe, Les ingénieurs tunisien…, op. cit.

48 Les résultats des recherches conduites par Etienne Gérard et Laurence Proteau vont dans le même sens. Dans leur étude sur les étudiants marocains en France, les auteurs distinguent les « héritiers », les « pionniers » et les étudiants « d’avant-garde ». Ils constatent que leurs parents sont globalement de milieu aisé, « et ce dans des proportions bien supérieures à celles que représente leur milieu social dans la structure des classes au Maroc. Mais cela est très important à prendre en considération, une proportion non négligeable des étudiants marocains aujourd’hui en France sont issus de milieux modestes, voire très modestes : si 60 % environ des pères d’étudiants marocains en France sont cadres moyens ou supérieurs, 40 % au moins appartiennent aux classes sociales moins favorisées ». Cf. Mobilités étudiantes Sud-Nord. Trajectoires scolaires de Marocains en France et insertion professionnelle au Maroc, Paris, Publisud, 2008.

49 Stéphanie Garneau, « Les expériences migratoires différenciées d’étudiants français. De l’institutionnalisation des mobilités étudiantes à la circulation des élites professionnelles », Revue européenne des migrations internationales, vol. 23, n° 1, 2007.

50 Entretien avec ELH (Marocain, X-Pont, 2001-2003), Casablanca, 15 juin 2009.

51 Idem.

52 Entretien, Paris, 9 septembre 2008.

53 Entretien à Paris avec MM, 2008.

54 Idem.

55 Anne-Marie et Jacques Gaillard, op. cit.

56 Cf. Marc Granovetter, « The Strength of Weak Ties: a Network Theory Revisited », in Peter V. Marsden et Nan Lin, Social Structure and Network Analysis, Beverly Hills, Sage Publishers, 1982, p. 105-130; Marc Granovetter, « The Strength of Weak Ties », American Journal of Sociology, 1973, p. 1361-1380.

57 Jérôme Gautié, Olivier Godechot et Pierre-Emmanuel Sorignet, « Arrangement institutionnel et fonctionnement du marché du travail : les cabinets de chasseurs de têtes », Centre d’études de l’emploi, document de travail, n° 38, mars 2005, http://www.cee-recherche.fr/fr/doctrav/marche_travail_chasseurs_tetes.pdf

58 Entretien, Tunis, 22 avril 2009.

59 La société compte environ 1 400 employés.

60 Entretien, cit.

61 Entretien, cit.

62 Un autre diplômé de Polytechnique a rejoint Tunisie Télécom dans des circonstances similaires : AZI, (Tunisien, X-Télécom, 1999-2001, 33 ans) ingénieur dans une filiale de France Télécom à New-York connaissait NYH, Sfaxien comme lui. Il l’a sollicité pour intégrer l’opérateur historique tunisien à la recherche de cadres télécom susceptibles de « moderniser » le management d’une entreprise encore publique. Entretien, Tunis, 14 mars 2008.

63 Entretien avec NBA, Tunis, 18 mars 2008.

64 Tel est le cas de MMK (Tunisien, X-Télécom 1999-2001, 32 ans). Choisi par le gouvernement pour devenir l’un des fournisseurs d’accès Internet en Tunisie, il rentre à la fin de ses études directement en Tunisie, contrairement aux diplômés de sa génération. Entretien, Tunis, 16 décembre, 2008.

65 Responsable de l’activité conseil dans cette société basée à Tunis, MSH (36 ans) passe 50 % de son temps hors de Tunisie. Entretien, Tunis, 11 décembre 2008. MCI (X-Télécom-1999-2001, 31 ans) a été recruté par la même société après avoir passé deux ans et demi à Siticom dans le conseil en télécommunications à Paris. Entretien, 13 mars 2008.

66 Entretien avec SHS, Tunis, 11 mars 2008. Par ailleurs, LBR (Tunisien, X-Télécom, 1998-2000, 32 ans) a été sollicité par une des grandes banques tunisiennes, dont les dirigeants et les cadres supérieurs sont diplômés des grandes écoles, pour s’occuper de la stratégie et travailler à la mise en place d’un nouveau système d’information. Quant à MHI (X-Télécom, 1997-1999 34 ans), il a repris ses études pour faire un MBA et a décidé de retourner par la suite en Tunisie dans le secteur financier (en négociation au moment de l’entretien). Je me suis entretenu par téléphone avec lui la veille de son départ le 18 mai 2008.

67 Outre SHS (X-Ponts et Chaussées, 1994-1996, 36 ans), AZI (X-Télécom, 1999-2001, 33 ans), MCI (X-Télécom, 1999-2001, 31 ans), MMK (X-Télécom 1999-2001, 32 ans) sont également célibataires.

68 Les diplômés rentrés en Tunisie qui ont des enfants en âge d’être scolarisés les envoient dans les établissements du réseau français.

69 Entretien avec MLF, cit.

70 Anousheh Karvar, « La formation des élèves algériens, tunisiens et marocains à l’École polytechnique française (1921-2000) : des acteurs de l’histoire aux “élites de peu” », in Éric Gobe (dir.), Les ingénieurs maghrébins dans le système de formation, op. cit., p. 79-100.

71 Entretien avec BB (Marocain, X-Ponts, 2001-2003), cit.

72 Par l’intermédiaire d’un membre de son réseau amical, haut cadre du groupe qui lui a fait rencontrer le PDG du groupe Al Alami.

73 Anne-Catherine Wagner, op. cit., 2005, p. 22.

74 « I’m on the corner […] Si j’ai un conseil à donner à un jeune aujourd’hui, s’il me pose la question de savoir si dans 20 ans ce qui l’intéresse, c’est d’être le patron d’une grande structure, membre du Comex, le directeur général d’une petite société ou si ça l’intéresse de devenir riche, je lui dirai que c’est plus facile de devenir riche que d’avoir le pouvoir. Les lourdeurs institutionnelles, culturelles, etc. sont toujours présentes pour bloquer ta carrière ». Entretien avec QBH, Paris, 12 juin 2008.

75 Il est vrai que ce raisonnement m’a été tenu peu avant le krach financier mondial de septembre 2008 : « Parce que les métiers de l’argent sont beaucoup plus facilement accessibles. Parce qu’on sait dans les salles de marché qu’à la fin de l’année, on quantifie tes résultats… tu mérites tant, puis voilà. Tu peux avoir une certaine forme de rewards pour ton effort. Les métiers du pouvoir, c’est plus compliqué... C’est vrai pour la finance, il y a le côté lucratif, c’est plus facilement mesurable aussi. Tu peux être trader dans une salle de marché et tu gagnes plus que le patron de la banque. C’est pour te dire que tu mets de côté le pouvoir et tu as une compensation ». Entretien avec QBH, cit.

76 Anousheh Karvar, « Polytechniciens algériens, tunisiens et marocains : des acteurs de l’histoire aux témoins de la mondialisation », op. cit.

77 Anne-Catherine Wagner, « Les classes dominantes à l’épreuve de la mondialisation », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 190, 2011, p. 4-9.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540