Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jalons pour une sociologie des ingénieurs au Maghreb

 | 
Éric Gobe

Chapitre III. De l’école au marché du travail : la fin de l’emploi public

Entrées d'index

Texte intégral

1L’échec du modèle développementaliste concerne l’ensemble du Maghreb, même s’il a frappé de plein fouet un pays comme l’Algérie. Les États maghrébins ont été contraints tout au long des années 1980 et 1990 de négocier des plans d’ajustement structurel avec les institutions financières internationales (1983 pour le Maroc, 1986 pour la Tunisie, 1991 pour l’Égypte et 1995 pour l’Algérie). Puis, au milieu des années 1990, la Tunisie, le Maroc et l’Algérie (2001) ont signé des accords de libre-échange avec l’Union européenne visant à élargir progressivement la sphère des rapports marchands.

  • 1 Saïd Ben Sedrine, « Gagnants et perdants de la transition libérale, l’insertion professionnelle des (...)

2Dans le cas tunisien, le secteur public a offert la gratuité de l’enseignement et la garantie de l’emploi jusqu’à la fin de la décennie 1980, l’État jouant son rôle régulateur sur le marché de l’emploi grâce à diverses rentes (pétrolière, minière et touristique). Dans ce cadre, plusieurs générations successives ont pu construire un même modèle de mobilité sociale : pousser le plus loin possible leurs études afin d’obtenir un emploi stable dans le secteur public1.

  • 2 Charles Gadea, « Évolution des formations d’enseignement supérieur et insertion professionnelle des (...)

3Les différentes catégories de diplômés sont plus ou moins sensibles à la fermeture du recrutement dans le secteur public. De manière générale, elles sont d’autant plus affectées par les dynamiques du marché du travail que le rythme de création d’emplois qualifiés n’a pas suivi celui d’accroissement du nombre de diplômés. Au milieu des années 1980, le taux de chômage des diplômés du supérieur était à peine supérieur à 2 %, alors qu’un peu plus de 20 ans après, le même taux de chômage dépassait le taux global. Comme le note Charles Gadéa, « le paradoxe est à son comble lorsqu’on constate que les diplômés du supérieur connaissent un taux de chômage deux fois plus fort que les analphabètes »2.

Tableau 7. Évolution du taux de chômage par niveau d’instruction (en %)

1984

1989

1994

1999

2005

2007

2008

Analphabète

15,2

11,1

16,8

11,9

7,8

5,9

5,7

Primaire

22,4

20,1

19,2

18,9

15,7

13,5

12,3

Secondaire

11,7

17,1

13,0

16,4

14,9

15,4

15,3

Supérieur

2,3

5,0

3,8

8,6

14,8

19

21,6

Total

16,4

15,9

15,8

16,0

14,2

14,1

14,2

  • 3 Idem.

Source : Observatoire national des emplois et des qualifications (Tunisie) et Enquête nationale sur l’Emploi de l’INS pour les années 2007 et 20083.

4Dans le cadre du Programme d’ajustement structurel engagé depuis 1986 et d’un « programme de mise à niveau intégrale de l’économie », les autorités tunisiennes se sont fixées pour objectif de stimuler l’initiative privée et de restructurer les entreprises publiques, afin de les privatiser. Reste à savoir comment, dans la nouvelle conjoncture, les ingénieurs ont tiré leur épingle du jeu. Se sont-ils mieux ou moins bien insérés sur le marché du travail que d’autres catégories de diplômés ? Les caractéristiques de leur emploi ont-elles été affectées par les transformations économiques ? Il s’agit ici d’apprécier les effets de la libéralisation économique sur les aspirations professionnelles des ingénieurs et sur leur insertion dans le monde du travail.

  • 4 Banque mondiale…, op. cit. p. 12. Ce rapport de la Banque mondiale et du ministère tunisien de l’Em (...)

5Notre enquête Tunisie de 2000, fournissait quelques données sur le recul de l’emploi public chez les ingénieurs. Une enquête récente de la Banque mondiale et du ministère tunisien de l’Emploi et de l’Insertion professionnelle des Jeunes, dont les résultats ont été publiés en 2008, donne l’occasion de faire une analyse longitudinale des modalités d’insertion des diplômés du supérieur (ingénieurs compris) sur le marché du travail4.

6Notre enquête, portait sur un échantillon représentatif d’ingénieurs tunisiens actifs et occupés (donc un stock) et était construite à partir du tableau de l’Ordre des ingénieurs : par conséquent, elle ne permettait pas de connaître le taux de chômage des cadres supérieurs techniques à la date de l’enquête. Par ailleurs, elle n’avait pas de caractère longitudinal : de ce fait, on ne pouvait situer précisément dans le temps les différentes activités des individus enquêtés (les emplois occupés, les périodes de chômage, etc.). Toutefois, l’introduction de la dimension temporelle dans les questions posées (date d’obtention du diplôme et l’âge des ingénieurs) a donné la possibilité de repérer des trajectoires d’insertion divergentes selon les secteurs public et privé.

Le crépuscule de l’ingénieur d’État

7Déjà en 2000, pour penser leur avenir professionnel, les ingénieurs ne misaient plus exclusivement sur les administrations et les grandes entreprises publiques, principaux employeurs des diplômés pendant plus de trois décennies. Notre enquête « ingénieur » faisait ressortir que c’était les individus ayant accédé au statut d’ingénieur après 1995 qui s’inséraient le plus dans le secteur privé.

  • 5 Idem, p. 7.

8Depuis le début de la décennie 1990, ce sont donc surtout les jeunes ingénieurs diplômés qui sont confrontés aux mutations du marché du travail. Certes, de manière globale, le secteur public demeurait le principal débouché des diplômés du supérieur en 2007, mais ces recrutements se concentraient sur les secteurs de l’éducation et de la santé, c’est-à-dire des domaines d’activité ne concernant pas au premier chef les ingénieurs5.

  • 6 FMI, Tunisia: Recent Economic Development, Country Report No. 00/37, p. 25.
  • 7 Idem, p. 25.
  • 8 Saïd Ben Sedrine et Éric Gobe, « Gagnants et perdants de la libéralisation économique ? Insertion p (...)

9Au moment de la mise en œuvre du Plan d’ajustement sectoriel (PAS) en 1986, les sociétés du secteur public étaient omniprésentes dans l’économie tunisienne puisqu’elles représentaient 40 % du total des investissements, 30 % du total de la valeur ajoutée et 33 % de l’emploi total6. En 1987, avec le soutien financier et conditionnel de la Banque mondiale, le gouvernement tunisien avait entrepris de réduire la place du secteur public marchand en restructurant et privatisant des petites et moyennes entreprises publiques (des unités de moins de 100 salariés) principalement dans le tourisme, le textile et le secteur de la construction. Ce programme, d’une ampleur modeste, avait conduit à la privatisation de 48 petites et moyennes entreprises entre 1987 et 1994 pour un montant de 80 millions de dollars. Et en 1995, date de la fin du programme, 232 sociétés restaient dans le giron de l’État7. Les ingénieurs étaient faiblement touchés par ce processus dans la mesure où ils étaient quasi absents des quelques secteurs concernés par cette privatisation (notamment le tourisme). Cette première tranche de privatisation ne comprenait pas les grandes entreprises publiques. Or, la majeure partie des cadres techniques supérieurs se concentrait dans de grandes unités de production. Près de 80 % des ingénieurs étaient employés par des entreprises ou des établissements publics de plus de 100 employés8.

  • 9 FMI, Tunisia: Statistical Appendix, IMF Country Report No. 01: 37, février 2001.

10Un second programme de privatisation nettement plus ambitieux a été lancé en 1996. Financé en partie par un prêt de la Banque mondiale, l’Economic Competitiveness Adjustment Loan, ce programme visait à privatiser ou « liquider » 63 entreprises publiques. Entre 1995 et 1997, 45 entreprises ont été touchées par cette politique, la plupart étant de petites et moyennes unités : le produit de leur vente a rapporté 220 millions de dollars. La privatisation s’est accélérée en 1998 avec la cession de deux cimenteries à des investisseurs portugais pour un total de 418 millions de dinars tunisiens (380 millions de dollars)9. L’achèvement de ce programme a abouti au retrait complet de l’État dans les secteurs du matériel électrique, de la construction et du logement. Durant les années 2000, de grandes entreprises publiques, comme la compagnie aérienne « Tunis Air » ou la société d’assurance « Star » ou Tunisie Télécom ont cédé des actions sur le marché boursier. Mais d’importantes sociétés d’État en sont exclues parce qu’elles sont considérées par les autorités tunisiennes comme stratégiques : elles appartiennent aux secteurs bancaires, miniers, de l’agro-industrie, du transport maritime et aérien.

  • 10 Pour les ingénieurs agronomes et ceux spécialisés en Télécom, le secteur public joue un rôle import (...)

11Bien que je n’aie pas de données chiffrées récentes, la privatisation ou « liquidation » des entreprises publiques a très probablement signifié des changements dans la répartition de la population d’ingénieurs entre secteurs public et privé. Mais, dans les années 2000, c’étaient les jeunes ingénieurs diplômés qui étaient concernés au premier chef par l’insertion dans les entreprises privées tunisiennes. L’enquête de la Banque mondiale et du ministère tunisien de l’Emploi et de l’Insertion professionnelle des Jeunes montre, à cet égard, que le secteur privé a été le principal employeur (70 %) des ingénieurs ayant trouvé un emploi, bien qu’il y ait des différences notables selon les spécialités10.

Emploi et chômage des ingénieurs tunisiens dans les années 2000

12Notre enquête « ingénieurs » qui comprenait une question sur la situation professionnelle occupée entre les premiers trimestres 1998 et 2000 permettait d’appréhender l’évolution du chômage d’insertion des jeunes diplômés (entre 1995 et 1998) et de voir que les ingénieurs s’inséraient rapidement sur le marché du travail. Le taux de chômage diminuait très rapidement, passant entre le premier et second semestre 1998 de 8,5 à 2,3 % (cf. graphique 2). Ensuite, il atteignait un premier plancher le 4e trimestre 1998 (0,7 %), puis s’accroissait à 2,2 % à partir du 2e trimestre et se maintenait à ce niveau jusqu’au 4e trimestre 1999. À la fin de la période d’observation le taux de chômage est nul puisque la population étudiée dans l’enquête était constituée d’ingénieurs actifs et occupés.

Graphique 2. Évolution du taux de chômage des ingénieurs (1998-2000)

Graphique 2. Évolution du taux de chômage des ingénieurs (1998-2000)

Source : Enquête Saïd Ben Sedrine & Éric Gobe, 2000.

  • 11 Banque mondiale…, op. cit., p. 15.

13L’enquête de la Banque mondiale et du ministère tunisien de l’Emploi et de l’Insertion professionnelle des Jeunes fournit des éléments de comparaison entre les taux de chômage et les modalités d’insertion sur le marché du travail des ingénieurs avec des autres catégories de diplômés. Les indicateurs sont plutôt à l’avantage des ingénieurs diplômés. Les taux de chômage les plus élevés concernent au premier chef les techniciens supérieur et les titulaires de maîtrise. Alors qu’elles représentent le gros des diplômés (90 % contre 4,2 % pour les ingénieurs), ces deux dernières catégories sont touchées par des taux de chômage élevés avec des taux respectifs de 50 et 48 %. De leur côté, près de 60 % des ingénieurs occupaient un emploi à la fin de la période étudiée et seulement 18 % d’entre eux avaient le statut de demandeur d’emploi11.

14Ces taux de chômage généraux ne doivent pas occulter le fait que l’insertion des diplômés est différenciée en fonction des spécialités. Les ingénieurs dont les taux de chômage sont les plus élevés sont ceux dont le diplôme est lié à l’agriculture. Dans cette filière, à la fin de la période étudiée, le taux de chômage s’élevait à 31,5 % contre 11,7 % pour les ingénieurs diplômés en informatique et en télécommunications. Ces résultats ne sont guère surprenants : les agronomes sont les ingénieurs qui subissent le plus le retrait de l’État de l’économie. Constituant, dans l’ensemble du Maghreb, la figure de l’ingénieur d’État par excellence, ils sont frappés plus sévèrement que d’autres par la limitation des recrutements dans le secteur public.

  • 12 Ouda Benslimane, « Ingénieurs agronomes et développement agricole en Algérie », in Éric Gobe (dir.) (...)
  • 13 Malika Amzert, « Ingénieurs agronomes et politique agricole en Algérie », in Élisabeth Longuenesse, (...)
  • 14 Idem, p. 212.

15La comparaison avec d’autres pays du Maghreb est, à cet égard, significative. En Algérie, le retrait de l’État du champ de la production agricole a débouché, paradoxalement, sur un sous-encadrement du secteur productif, bien que le système éducatif ait continué à former des ingénieurs agronomes en grand nombre : dans l’agriculture algérienne où désormais le marché est le principal régulateur de l’activité, les acteurs privés n’ont pas les moyens de recruter des cadres supérieurs techniques, alors qu’il existe une pléthore d’ingénieurs dans les administrations centrales et locales du ministère de l’Agriculture et que le chômage frappe les jeunes diplômés des formations agronomiques12. Déjà à la fin des années 1980, Malika Amzert faisait remarquer que l’Algérie avait été incapable de produire en nombre suffisant des praticiens du développement agricole, le nombre d’ingénieurs agronomes étant deux fois plus élevé que celui des agents techniques et ouvriers13. Les agronomes sont alors devenus les « orphelins de l’État »14 : formés en nombre dans des structures de formation de plus en plus nombreuses, les diplômés de ce secteur ont vu progressivement les portes du secteur public se fermer.

  • 15 Azzedine Ali Benali, « Les ingénieurs de l’Institut algérien du pétrole : formation et parcours pro (...)

16Il est à noter également que certains secteurs sont plus ou moins sensibles à la conjoncture économique. Tel est le cas du secteur des hydrocarbures en Algérie. Durant la période faste du « second choc pétrolier » (1977-1983), l’Institut algérien des pétroles (IAP) produisait de 150 à 200 ingénieurs diplômés par an. Ces derniers s’inséraient sur un marché du travail fermé par l’intermédiaire d’accords passés entre l’IAP et le ministère de l’Énergie. La chute du prix du pétrole a rendu caduque ces accords et a poussé l’IAP à réduire ses promotions pour éviter de fabriquer des ingénieurs chômeurs très spécialisés dans un domaine spécifique et ayant du mal à s’insérer dans d’autres secteurs de l’économie algérienne15.

17De manière générale, de nouvelles formes d’emploi et le chômage se développent dans le même temps : le marché du travail se segmente, de nouvelles opportunités sont offertes à certains ingénieurs, à condition de disposer des ressources matérielles et sociales leur permettant de s’en saisir. Pour d’autres, les perspectives d’embauches et de carrières se rétrécissent.

  • 16 Banque mondiale…, op. cit., p. 26. Les auteurs du rapport font remarquer que ces indicateurs sont g (...)

18Mais un marché de l’emploi ouvert ne signifie pas pour autant que les ingénieurs ont des difficultés d’insertion sur le marché de l’emploi, notamment comparés aux autres catégories de diplômés. La rhétorique du déclassement social des ingénieurs et celle de la dévalorisation de diplômes d’ingénieurs démonétisés par la massification sont à nuancer, voire à réfuter. Les données de l’enquête de la Banque mondiale et du ministère tunisien de l’Emploi et de l’Insertion professionnelle des Jeunes sur l’adéquation des compétences des diplômés à l’emploi ont plutôt tendance à montrer que les titulaires d’un diplôme d’ingénieur s’en tirent mieux que les autres. La Banque mondiale et le ministère tunisien de l’Emploi et de l’Insertion professionnelle des Jeunes ont défini, dans le cadre de leur enquête, deux indicateurs pour mesurer les relations entre diplôme et poste de travail occupé : le premier est ce qu’ils appellent le taux de déclassement et le second le taux d’inadéquation ou mismatch. Ce dernier se réfère à la part des individus en situation d’emploi dans une catégorie donnée de diplômés, mais dont le travail exige des compétences qui ne sont pas en relation avec leurs qualifications. Quant au premier, il indique la part des individus d’une catégorie de diplômés en situation d’emploi, mais dont le travail demande des compétences qui sont en dessous de celles que leur confèrent leurs qualifications16.

  • 17 Paul Bouffartigue (dir.), Cadres : la grande rupture, Paris, La Découverte, Coll. Recherches, 2001.
  • 18 Banque mondiale…, op. cit., p. 27.

19Les résultats, en dépit du caractère critiquable des indicateurs construits, sont sans appel et nuancent en Tunisie, comme d’ailleurs sous d’autres cieux, la thèse de la grande rupture et de la précarisation générale des emplois de cadres, notamment pour les ingénieurs17. Le taux de déclassement et d’inadéquation (autour de 70 %) est élevé chez les techniciens supérieurs spécialisés dans la gestion l’administration, le commerce, le droit et l’agriculture, ainsi que chez les titulaires d’une maîtrise en arabe, droit, sciences humaines, commerce, gestion et finance. Les taux de mismatch et de déclassement sont beaucoup plus faibles chez les ingénieurs : chez les spécialistes en électricité et électronique, ces taux sont d’environ 10 % alors que chez les diplômés en informatique et en télécommunication, ils sont de l’ordre de seulement 5 %. Ce sont encore les ingénieurs agronomes qui s’en sortent le plus mal, les taux d’inadéquation et de déclassement étant de 30 %18.

  • 19 Saïd Ben Sedrine et Éric Gobe, Les ingénieurs tunisiens…, op. cit., p. 232-233.

20Les résultats de l’enquête de la Banque mondiale et du ministère tunisien de l’Emploi et de l’Insertion professionnelle des Jeunes infirment une des hypothèses que Saïd Ben Sedrine et moi-même avions formulée dans le cadre de notre enquête « ingénieurs ». Partant du constat que le développement des formations courtes (les ISET) correspondait à la vision des décideurs tunisiens selon laquelle l’économie du pays manquait de techniciens et de techniciens supérieurs, nous avions avancé l’idée que sous la pression du chômage, les ingénieurs pourraient entrer en concurrence avec les techniciens supérieurs sur des emplois destinés à ces derniers. Cette situation devait déboucher sur un scénario impliquant à la fois une déqualification et une substitution des ingénieurs aux techniciens supérieurs excluant ces derniers de leur propre créneau professionnel19. Ce phénomène ne s’est pas produit : les difficultés d’insertion des techniciens supérieurs ne sont pas liés à une déqualification des ingénieurs qui, plus que d’autres catégories de diplômés, trouvent des emplois correspondant à leurs qualifications.

  • 20 Catherine Paradeise, « Les professions comme marchés du travail fermé », Sociologie et sociétés, vo (...)
  • 21 Denis Segrestin, Le phénomène corporatiste, Fayard, Paris, 1985.

21Les incertitudes économiques liées à la chute du régime de Ben Ali rendent difficile la formulation d’hypothèses quant à l’évolution du marché de l’emploi des ingénieurs diplômés. Toutefois, on peut avancer la proposition que la segmentation du marché du travail des ingénieurs, telle que nous l’avions décrite au début de la première décennie du siècle est en train de s’estomper. Les dernières évolutions montrent que notre enquête s’inscrivait dans une période de transition qui expliquait que l’on avait affaire en 2000 en Tunisie à un marché du travail segmenté en deux grandes catégories : d’une part, un marché du travail fermé, c’est-à-dire un espace social où « l’allocation de la force de travail aux emplois est subordonnée à des règles impersonnelles de recrutement et de promotion »20, et d’autre part un marché du travail ouvert où l’insertion professionnelle est soumise à la concurrence. Cette segmentation avait des effets sur les formes de mobilités professionnelles et sur les réseaux d’accès à l’emploi des ingénieurs tunisiens. Elle avait contribué à instaurer un clivage de caractère générationnel qui tendait à séparer les anciens et les nouveaux ingénieurs. Les premiers évoluaient dans un « système professionnel fermé »21 dans la mesure où leur mobilité professionnelle se déroulait au sein du secteur public, tandis que les seconds connaissaient une mobilité professionnelle interne au secteur privé ou intersectorielle, des entreprises privées vers le secteur public.

22Les évolutions du marché du travail débouchent également sur la question du chômage des ingénieurs concernés par la liquidation et la privatisation des entreprises publiques. Des recherches mériteraient d’ailleurs d’être conduites au Maghreb sur cette thématique.

  • 22 Jean-Marie Duprez, André Grelon et Catherine Marry, « Les ingénieurs des années 1990 : mutations pr (...)
  • 23 Il conviendrait de mener des enquêtes empiriques pour mesurer l’impact de la privatisation des entr (...)
  • 24 Nacer-Eddine Hammouda, « Les ingénieurs algériens : une élite économique et sociale ?... », op. cit (...)

23André Grelon, Jean-Marie Duprez et Catherine Marry soulevaient à propos de la France des années 1990, la question des ingénieurs en fin de parcours professionnel22. Ils faisaient remarquer que les ingénieurs âgés de plus de 50 ans étaient soumis dans des proportions non négligeables au chômage et à des départs en retraite anticipée. La question ne s’est guère posée jusqu’à aujourd’hui en Tunisie, les ingénieurs étant employés jusqu’à la retraite dans le secteur public. En revanche, en Algérie, le démantèlement des entreprises publiques a contribué à rendre actuel un tel questionnement23. Pour autant, au début des années 2000, l’administration demeurait le premier employeur des ingénieurs (30 % des effectifs), plus particulièrement dans l’enseignement24.

  • 25 Noureddine Grim, elwatan.com, 17 mai 2005.

24Dans le cas algérien, une des dernières enquêtes menées sur l’emploi et le chômage des ingénieurs diplômés date de 2005. Conduite sous la direction de Mohamed Benguerna, ce travail s’appuie sur l’analyse d’un échantillon étroit de 70 annonces d’offres d’emplois. Aussi les résultats de cette recherche sont-ils à utiliser avec précaution. Mais il ressort que plus de 80 % de l’offre est le fait d’entreprises privées algériennes ou étrangères25. Cette enquête montre en creux qu’il est difficile de connaître les modalités d’insertion des ingénieurs diplômés en Algérie en raison du manque de données statistiques. Cette remarque vaut également pour le Maroc et la Tunisie, en dépit de l’enquête de la Banque mondiale. Il est, par conséquent, difficile d’établir des comparaisons dans l’espace et dans le temps.

25La libéralisation des échanges de marchandises entre les deux rives de la Méditerranée conduit également à poser la question de la réalité du désenclavement du marché du travail des ingénieurs et plus particulièrement celui des ingénieurs diplômés des grandes écoles françaises. Il s’agit ici d’analyser comment s’articule le dualisme de la formation des ingénieurs à la mondialisation. On testera l’hypothèse selon laquelle disposant d’un capital social et culturel important, ces diplômés des grandes écoles d’ingénieurs constitueraient une élite économique particulièrement mobile tant du point de vue géographique que professionnelle.

Notes

1 Saïd Ben Sedrine, « Gagnants et perdants de la transition libérale, l’insertion professionnelle des diplômés en Tunisie », in Vincent Geisser (dir.), Diplômés maghrébins d’ici et d’ailleurs. Trajectoires sociales et itinéraires migratoires, Paris, CNRS, 2001, p. 105-106.

2 Charles Gadea, « Évolution des formations d’enseignement supérieur et insertion professionnelle des diplômés en Tunisie », op. cit.

3 Idem.

4 Banque mondiale…, op. cit. p. 12. Ce rapport de la Banque mondiale et du ministère tunisien de l’Emploi et de l’Insertion professionnelle des Jeunes s’appuie sur les résultats d’une enquête longitudinale du ministère tunisien de l’Emploi et de l’Insertion professionnelle des jeunes auprès d’un échantillon de 4 763 diplômés de l’année 2004. La période observée porte sur 18 mois de parcours professionnel à la sortie de l’enseignement supérieur. Malheureusement, il n’existe pas d’enquêtes équivalentes en Algérie et au Maroc. Par conséquent, on ne peut pas procéder à des comparaisons entre les trois pays du Maghreb central.

5 Idem, p. 7.

6 FMI, Tunisia: Recent Economic Development, Country Report No. 00/37, p. 25.

7 Idem, p. 25.

8 Saïd Ben Sedrine et Éric Gobe, « Gagnants et perdants de la libéralisation économique ? Insertion professionnelle et chômage des ingénieurs », in Benguerna Mohamed (dir.), Ingénieurs et marché du travail : parcours et trajectoires d’insertion professionnelle, Les Cahiers du Cread, no 66/67, 4e trim. 2003 & 1er trim. 2004, p. 61-81.

9 FMI, Tunisia: Statistical Appendix, IMF Country Report No. 01: 37, février 2001.

10 Pour les ingénieurs agronomes et ceux spécialisés en Télécom, le secteur public joue un rôle important dans l’insertion.

11 Banque mondiale…, op. cit., p. 15.

12 Ouda Benslimane, « Ingénieurs agronomes et développement agricole en Algérie », in Éric Gobe (dir.), L’ingénieur moderne au Maghreb (XIXe-XXe siècles), op. cit. p. 307-310.

13 Malika Amzert, « Ingénieurs agronomes et politique agricole en Algérie », in Élisabeth Longuenesse, op. cit., p. 209.

14 Idem, p. 212.

15 Azzedine Ali Benali, « Les ingénieurs de l’Institut algérien du pétrole : formation et parcours professionnels », in Éric Gobe (dir.), Les ingénieurs maghrébins dans le système de formation, op. cit., p. 136-138.

16 Banque mondiale…, op. cit., p. 26. Les auteurs du rapport font remarquer que ces indicateurs sont grossiers et intègrent une composante subjective dans la mesure où ils demandent aux statisticiens de définir des « tables de passage » entre diplômes et emplois qui n’impliqueraient pas de déclassement ou d’inadéquation.

17 Paul Bouffartigue (dir.), Cadres : la grande rupture, Paris, La Découverte, Coll. Recherches, 2001.

18 Banque mondiale…, op. cit., p. 27.

19 Saïd Ben Sedrine et Éric Gobe, Les ingénieurs tunisiens…, op. cit., p. 232-233.

20 Catherine Paradeise, « Les professions comme marchés du travail fermé », Sociologie et sociétés, vol. XX, n° 2, octobre, 1988, p. 9-21.

21 Denis Segrestin, Le phénomène corporatiste, Fayard, Paris, 1985.

22 Jean-Marie Duprez, André Grelon et Catherine Marry, « Les ingénieurs des années 1990 : mutations professionnelles et identité sociale », Sociétés contemporaines, n° 6, Paris, L’Harmattan, 1991, p. 41-64.

23 Il conviendrait de mener des enquêtes empiriques pour mesurer l’impact de la privatisation des entreprises publiques sur les diverses catégories d’ingénieurs.

24 Nacer-Eddine Hammouda, « Les ingénieurs algériens : une élite économique et sociale ?... », op. cit., p. 284.

25 Noureddine Grim, elwatan.com, 17 mai 2005.

Table des illustrations

Titre Graphique 2. Évolution du taux de chômage des ingénieurs (1998-2000)
Légende Source : Enquête Saïd Ben Sedrine & Éric Gobe, 2000.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3338/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 174k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540