Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jalons pour une sociologie des ingénieurs au Maghreb

 | 
Éric Gobe

Chapitre II. La formation des ingénieurs de l’indépendance entre « élitisme » et « massification » ?

Entrées d'index

Texte intégral

  • 1 Un résumé de ces travaux sociologiques se trouve dans Paul Bouffartigue et Charles Gadea, « Les ing (...)

1La croissance du nombre d’ingénieurs vise, jusqu’au milieu des années 1980, à satisfaire les besoins en cadres supérieurs des différentes administrations de l’État et des sociétés du secteur public. La stratégie de formation mise au service du « développement national » contribue à donner ses caractéristiques au « modèle d’organisation du travail technique » au Maghreb. À la question concernant la formation et la sélection de leurs cadres techniques, les pouvoirs publics adoptent une réponse qui rattache leur pays à ce que certains sociologues anglo-saxons appellent l’« organisation étatique du travail technique ». Cette organisation se caractérise « par une stratification du travail technique explicitement fondée sur les diplômes »1 : elle est très présente en Algérie, en Tunisie et au Maroc, car l’État est resté le principal recruteur des diverses promotions d’ingénieurs formées dans ses écoles ou à l’étranger jusque dans les années 1990.

2Par ailleurs, il convient de signaler que l’organisation de l’enseignement technique a été l’objet d’une attention particulière de la part des pouvoirs publics : dans les années 1960 et 1970, il est un monopole d’État par excellence. Il l’est d’autant plus que les cadres techniques qu’il forme ont pour mission de mettre en valeur le pays : aussi la plupart des écoles d’ingénieurs sont-elles placées sous la tutelle d’un ministère technique. Cela est particulièrement vrai pour le secteur agricole, puisque dans les trois pays du Maghreb les établissements formant des agronomes ont été systématiquement rattachés, dans un premier temps, au ministère de l’Agriculture.

  • 2 Élisabeth Longuenesse, « Ingénieurs et médecins en Syrie : formation, emploi, statut social », Revu (...)

3La politique de formation de masse, l’idéologie méritocratique et l’égalitarisme apparent du système éducatif ont laissé penser un temps que n’importe quel titulaire d’un diplôme de l’enseignement supérieur pouvait avoir accès aux positions les plus élevées au sein de l’administration ou des entreprises publiques à condition d’en avoir les capacités2.

  • 3 François Siino, Science et pouvoir dans la Tunisie contemporaine, Paris, Karthala-Iremam, 2004. Sur (...)

4En fait, les premiers responsables des nouvelles filières d’ingénieurs, issus du système d’excellence français, ont mis en place un modèle de formation qui tendait à reproduire la dualité caractéristique du système français entre « grandes » et « petites » écoles ou facultés, et entre « petite porte » et « grande porte »3.

  • 4 Pierre Vermeren, La formation des élites marocaines et tunisiennes. Des nationalistes aux islamiste (...)

5Cette opposition a pris au Maroc et en Tunisie une forme spécifique dans la mesure où les filières d’excellence réservées aux meilleurs étudiants sont localisées à l’étranger, en premier lieu, en France, avec les grandes écoles d’ingénieurs4.

Un exemple de politique volontariste de formation scientifique et technique : le cas de la Tunisie indépendante

  • 5 Lilia Ben Salem, Développement et problème de cadres, le cas de la Tunisie…, op. cit., p. 65.
  • 6 Il convient pourtant d’indiquer que la Tunisie est le pays du Maghreb qui, durant la colonisation, (...)
  • 7 Lilia Ben Salem, « Les ingénieurs tunisiens aux xixe et xxe siècles », op. cit., p. 68.

6En 1956, au moment de l’Indépendance, la Tunisie ne comptait que 84 ingénieurs diplômés dont 48 ingénieurs agronomes : les autres sortaient de l’École polytechnique (5), des Mines de Paris ou de Saint-Étienne (10), de l’École centrale des Arts et des manufactures de Paris (1) ; trois ingénieurs avaient étudié les télécommunications et quatre, l’hydraulique à Grenoble. Seulement deux ingénieurs sortaient des Ponts et Chaussées et onze étaient issus de l’École spéciale des travaux publics5. L’administration du Protectorat n’avait guère intégré dans son administration ces jeunes diplômés formés en France (voir supra)6. La plupart d’entre eux possédaient peu d’expérience et n’avaient occupé aucun poste de responsabilité. Cependant, le départ précipité des ingénieurs français peu après la « bataille » de Bizerte en 1961, en paralysant l’économie nationale, constitua « un test révélateur de la dépendance dans laquelle la Tunisie se trouvait pour faire fonctionner les services vitaux du pays »7. Elle fit prendre conscience aux autorités tunisiennes de l’impérieuse nécessité de former rapidement des ingénieurs nationaux.

  • 8 J. G. Magnin, « La profession d’ingénieur en Tunisie », Ibla, n° 98, 2d sem. 1962, p. 189.
  • 9 Idem, p. 189.

7En août 1961, sur l’initiative du secrétariat d’État à l’Éducation nationale, fut rassemblée dans un « amphi » la quasi-totalité des 620 bacheliers de l’année. Lors de cette réunion, les ingénieurs chefs de service des administrations, examinèrent, directement avec les candidats à des carrières techniques, les orientations concrètes qui s’offraient à eux8. Désormais, chaque administration allait suivre individuellement les étudiants boursiers, qu’ils soient inscrits dans des classes préparatoires aux grandes écoles en France, élèves de ces écoles ou encore étudiants de licences ès-sciences. En 1962, plus de 400 boursiers patronnés par les services des Travaux publics et de l’Agriculture figuraient dans les classes préparatoires9.

  • 10 La Tunisie se serait vue refuser sa demande de financement de l’école d’ingénieurs sous prétexte qu (...)
  • 11 Mokhtar Latitri, « Libres propos sur l’origine de l’ENIT », conférence prononcée à l’occasion du 30(...)
  • 12 En août 1968, Ahmed Ben Salah installe également le conseil scientifique de l’ENIT et annonce la no (...)

8À la même époque, le deuxième polytechnicien tunisien, Mokhtar Latiri (X-1947), à la fois directeur général des Ponts et Chaussées et des Enseignements techniques au ministère de l’Éducation nationale, est chargé de mettre en place une première école d’ingénieurs. Pour fonder la future École nationale d’ingénieurs de Tunis (ENIT), son concepteur s’adresse tout d’abord aux États-Unis, dès 1960, pour obtenir le financement de la construction de l’établissement. Mais le Development Loan Fund (DLF), l’agence américaine d’aide au développement, lui fait savoir que les États-Unis ne financeraient que la construction de l’Institut supérieur de gestion et de la Faculté de droit de Tunis10. Après le refus américain, le futur directeur de l’ENIT s’est alors rendu en URSS où il réussit à obtenir une aide au financement de l’établissement : l’URSS en dessine les plans, fournit le matériel et les engins de construction, soit la moitié du coût de la construction. Pour sa part, la Tunisie investit à hauteur de 40 %, les 10 % restants étant pris en charge par divers États tels que la Suisse et les États-Unis11. La construction de l’ENIT est achevée en 1968, mais elle n’a pas encore de laboratoires ni de corps professoral. Alors que les nouveaux locaux de la Faculté des sciences sont également en voie d’achèvement, le Premier ministre, Ahmed Ben Salah, met en place un « tronc commun » de deux ans où sont regroupés les futurs ingénieurs et les étudiants de la Faculté des sciences12. En 1970, les premiers élèves ingénieurs, titulaires du diplôme universitaire d’études supérieures (DUES) sanctionnant le tronc commun, sont envoyés dans des écoles françaises d’ingénieurs pour y suivre les enseignements appliqués, en particulier à l’École des mines de Saint-Étienne et à l’École spéciale des travaux publics (ESTP).

  • 13 La Jaune et la Bleue, n° 5, mai-juin 1973. « Pour moi la filière A préparait en 8 ans et plus les 5 (...)
  • 14 « Cette démarche, comme l’affirme Anousheh Karvar, explique sans doute le contingent important d’él (...)

9Dans le même temps, Mokhtar Latiri, nommé directeur de l’ENIT en août 1968, conçoit la structure de l’établissement. Il institue quatre filières. La première, instaurée dès 1965, est en fait une voie de sélection sous-traitée à l’étranger, par de grandes écoles françaises, des universités allemandes et américaines. Initialement, la filière dite A devait préparer les meilleurs bacheliers scientifiques au titre d’ingénieur-docteur dans le cadre d’un cursus de huit ans13. Entre 1968 et 1975, le directeur de l’ENIT organise la sélection et le départ d’une cinquantaine de lauréats dans les lycées préparatoires parisiens les plus réputés (Saint-Louis ou Louis Le Grand)14. Après le remplacement de Mokhtar Latiri à la direction de l’ENIT en 1975, ce processus de sélection, pour les classes préparatoires françaises, est pris en charge par une commission du ministère de l’Éducation nationale, mais sa logique de fonctionnement restera la même.

  • 15 Entretien avec Mokhtar Latiri, cit.

10La filière B forme des « ingénieurs diplômés » en 6 ans. Ce cursus comporte trois cycles de deux ans chacun : sur le modèle de l’Institut national des sciences appliquées (INSA) de Lyon, un cycle préparatoire intégré dispense un enseignement général scientifique, technique et en sciences humaines ; un deuxième cycle porte sur l’art de l’ingénieur, le troisième cycle étant consacré à l’une des options de l’art de l’ingénieur15.

  • 16 La Jaune et La Bleue, « L’ENIT en 1975 », p. 20, document aimablement fourni par Mokhtar Latiri. La (...)

11La troisième filière, dite « C », forme des « ingénieurs techniciens ». Elle propose trois cycles d’études dont les durées sont fixées respectivement à un an, deux ans et un an. Le premier cycle porte sur l’enseignement général scientifique et technique. Le second est consacré à « l’art de l’ingénieur technicien », tandis que le troisième propose une spécialisation. Enfin, la filière D produit des techniciens supérieurs et dispense un enseignement analogue aux actuels Instituts universitaires de technologie français16.

  • 17 Anousheh Karvar, op. cit., p. 276.
  • 18 En 1975, le corps enseignant de l’ENIT était composé de 131 Français (47 à temps plein et 84 à temp (...)

12Dès la mise en place de l’ENIT, son concepteur a associé des responsables de grandes écoles françaises à la réflexion sur les orientations pédagogiques de l’établissement17. En outre, durant la décennie 1970, le corps enseignant de l’école était composé en majorité d’enseignants français et, dans une moindre mesure, d’enseignants soviétiques18. Il importe d’insister sur l’organisation des études de l’ENIT dans la mesure où, de la naissance de l’établissement jusqu’à la réforme du cursus de l’ingéniorat en Tunisie au milieu des années 1990, l’enseignement des autres écoles d’ingénieurs devait être organisé sur le modèle des filières B et C.

13Les résultats de l’enquête que Saïd Ben Sedrine et moi-même avons conduit auprès d’un échantillon représentatif d’ingénieurs montre que c’est parmi les cadres techniques supérieurs formés en France et en Amérique du Nord que nous trouvons les pourcentages de titulaires de maîtrises les plus importants, soit respectivement 18 et 16 % (cf. tableau 1). Ceux qui ont suivi leur cursus en France ont obtenu, dans une large majorité, leur maîtrise avant 1980 (38,5 % avant 1975 et 23 % entre 1976 et 1980).

14Dans l’absolu, 50 % des ingénieurs diplômés ayant obtenu une maîtrise ont été formés dans un établissement français. Ce résultat confirme, pour les cadres techniques supérieurs diplômés de l’Hexagone, l’importance de la voie de l’intégration des écoles d’ingénieurs sur titre (cf. tableau 2).

Tableau 1. Taux des ingénieurs diplômés titulaires d’une maîtrise en fonction du pays de formation (en %)

Amérique du Nord

France

Monde arabe

Europe de l’Ouest

Tunisie

Europe de l’Est

Ensemble

16

18

7

5

2

3,0

9,5

Source : Enquête Saïd Ben Sedrine & Éric Gobe, 2000.

Tableau 2. Distribution des ingénieurs diplômés titulaires d’une maîtrise en fonction du pays de formation (en %)

Tunisie

France

Monde arabe

Amérique du Nord

Europe de l’Ouest

Europe de l’Est

Total

24

50

10

8

5

3

100

Source : Enquête Saïd Ben Sedrine & Éric Gobe, 2000.

Encadré 1. L’enquête ingénieur Tunisie de 1999-2000 : une partie des résultats de recherche exposés ici s’appuie sur l’exploitation statistique de la base de données des inscrits au tableau de l’Ordre des ingénieurs tunisiens. Durant le dernier trimestre 1999 et au début 2000, nous avons réalisé une pré-enquête qui nous a permis d’exploiter la base de données de l’Ordre des Ingénieurs tunisiens. Notre population mère comprenait 9 861 ingénieurs sur un total de 17 876 « ingénieurs et architectes » en activité, recensés par l’enquête sur l’emploi d’avril 1997. Ce décalage entre les ingénieurs recensés par l’Institut national de la statistique (INS) et ceux inscrits au tableau de l’Ordre n’était pas nouveau dans la mesure où tous les ingénieurs ne s’inscrivaient pas à l’Ordre en dépit de l’obligation qui leur en est faite. Avant d’élaborer notre échantillon, nous avions réalisé les opérations techniques de codification de l’information relatives aux variables figurant dans le fichier de l’Ordre. Ensuite, nous avions construit un échantillon de 1 000 ingénieurs représentatif de la population inscrite au tableau de l’Ordre en fonction de deux critères de stratification. La distribution des ingénieurs dans les différentes branches d’activité de l’économie tunisienne et la distribution des ingénieurs par pays de formation. Le premier critère nous est apparu d’autant plus important que nous cherchions à analyser la place et le rôle joué par les ingénieurs dans un système d’emploi marqué inégalement par la libéralisation de l’économie tunisienne. Le fait qu’une partie des ingénieurs ait été envoyée dans des pays étrangers et plus spécialement dans l’ancien pays colonisateur nous a poussé à prendre le pays de formation comme un critère essentiel de la stratification de l’échantillon. L’enquête, financée par l’Institut français de coopération a été réalisée sur l’ensemble du territoire de la République tunisienne. Pour élaborer le questionnaire nous nous sommes inspirés des divers guides d’entretien des enquêtes du Conseil national des ingénieurs et des scien­tifiques de France (CNISF). Depuis 1958, cet organisme, héritier de la Fédération des associations et sociétés françaises d’ingénieurs diplômés (FASFID), réalise des enquêtes « socioéconomiques » sur la situation des ingénieurs diplômés**. Nous avons évidemment modifié les questionnaires du CNISF en fonction de nos hypothèses et des spécificités tunisiennes. Le guide d’entretien comprenait au total cent quarante-six questions et se divisait en sept modules thématiques.
- Le premier module, intitulé Études supérieures, recueillait de manière exhaustive les informations sur la nature et le lieu d’obtention des diplômes, sur la spécialité de formation et le niveau d’études.
- Le deuxième module, Expérience professionnelle, permettait de mesurer et de déterminer les causes de la mobilité professionnelle et géographique des enquêtés.
- Le troisième module, Caractéristiques de l’emploi actuel, visait à obtenir une description précise de la fonction exercée, de la durée du travail, de la nature du contrat de travail, de l’adéquation entre l’emploi occupé, le niveau et la spécialité de formation. La seconde partie de ce module s’intéressait aux caractéristiques de l’entreprise ou de l’administration employant les ingénieurs enquêtés : le statut juridique de l’employeur, la taille et la localisation de l’établissement, ainsi que l’activité principale de l’établissement.
- Le quatrième module, Participation à la mise à niveau de l’administration publique, avait pour objet d’apprécier dans quelle mesure les ingénieurs d’État participaient à la réforme de l’administration tunisienne.
- Le cinquième module, Participation au développement de la compétitivité d’une entreprise s’intéressait aux conditions de participation des ingénieurs à l’amélioration de la compétitivité des entreprises qui s’inséraient dans le programme national de mise à niveau du tissu industriel, afin d’affronter la concurrence induite par la constitution d’une zone de libre-échange euro-maghrébine.
- le sixième module, Formation continue, permettait de décrire les systèmes de formation continue destinés aux ingénieurs et les raisons qui les poussaient à y recourir. Il s’agissait de déterminer dans quelle mesure le processus d’ouverture économique était un facteur incitant les ingénieurs à suivre des formations continues.
- Le septième module, Vie associative et état civil, regroupait les informations sur l’activité associative des enquêtés, ainsi que l’ensemble des données signalétiques (date et lieu de naissance, situation matrimoniale, profession des parents, etc.).

Ce sont les résultats des premier, deuxième et troisième modules, c’est-à-dire ceux se rapportant à la formation, l’emploi et la mobilité professionnelle qui sont utilisés dans le cadre de la problématique de cet ouvrage.
* INS, Enquête nationale sur l’emploi sur l’emploi en 1997, République tunisienne, p. 93. On peut en tirer la conclusion que les ingénieurs constituaient au moment de l’enquête environ 0,6 % de la population active occupée.
** Les résultats sont publiés dans ID, Ingénieurs diplômés, bulletin trimestriel du CNISF.

Le développement et la diversification des formations initiales (1969-1990)

  • 19 Source : Base de données de l’Ordre des ingénieurs, 1999.
  • 20 Pour la différence entre ces deux grades, voir infra.

15Parallèlement à la voie des classes préparatoires, les autorités tunisiennes ont négocié des admissions directes dans certaines écoles d’ingénieurs françaises (l’École supérieure des travaux publics, Centrale, les Mines etc.). Tout au long des années 1960 et 1970, de nombreux étudiants tunisiens, titulaires de maîtrises de sciences, ont pu ainsi intégrer sur titre les grandes écoles d’ingénieurs françaises. L’ENIT est demeurée la seule école d’ingénieurs (hors agronomie) du pays, jusqu’à la création de l’École nationale des ingénieurs de Gabès en 1975. Toutefois, à partir des années 1980, le développement des formations d’ingénieurs s’est accéléré. En deux décennies (1972-1996), le nombre des diplômés formés à l’ENIT, et inscrits au tableau de l’Ordre des ingénieurs, a tendu à augmenter19. Quant à l’effectif cumulé durant cette période, il atteignait les 3 211 ingénieurs qui se répartissaient entre 2 300 « ingénieurs techniciens » et seulement 911 « ingénieurs principaux »20.

  • 21 Taïeb Hadhri, « Ingénierie de la formation de l’ingénieur. Expérience tunisienne 1969-1999 », L’ing (...)

16Par ailleurs, afin d’élargir la gamme de spécialités enseignées et de rapprocher les établissements de formation des pôles d’activités industrielles, des écoles d’ingénieurs ont été créées sur le modèle de l’ENIT. L’École nationale d’ingénieurs de Gabès (ENIG), en particulier, était conçue pour fournir une main-d’œuvre technique qualifiée au pôle des industries chimiques de la ville du sud tunisien. L’École nationale d’ingénieurs de Sfax (ENIS) a été mise en place, en 1983, à la suite de la transformation de la filière ingénieur ouverte, en 1975, à la Faculté des sciences et techniques de Sfax. En 1984, l’École nationale des sciences de l’informatique (ENSI) vient renforcer la filière d’ingénieur informaticien créée à la Faculté des sciences de Tunis, également en 1975. Selon le même principe, l’École nationale d’ingénieurs de Monastir (ENIM) a pris la relève de la filière ingénieur ouverte à la faculté des sciences et techniques de Monastir en 1977. En 1990, l’École supérieure des postes et des télécommunications de Tunis (ESPTT) a vu le jour en remplacement de l’École des postes. En 1998, elle prend le nom d’École supérieure des communications de Tunis (ESCT)21.

17Premier constat, les écoles d’ingénieurs qui ont vu le jour pendant les années 1980 ont été créées à partir de départements universitaires. Juridiquement, la plupart des établissements délivrant un diplôme d’ingénieurs fonctionnaient sous la tutelle du ministère de l’Enseignement supérieur et étaient administrativement rattachés à l’Université tunisienne. Les départements universitaires scientifiques qui pouvaient dépendre administrativement de la même université se distinguaient de ces écoles sur un point essentiel : ils ne délivraient pas le titre scolaire d’ingénieur, à l’exception de trois filières au sein de la Faculté des sciences de Tunis.

  • 22 Mokhtar Latiri, « Des ingénieurs… Pour quoi faire ? », Journées de l’ingénieur, 21 octobre 1994, do (...)

18Cette dernière propose, depuis 1979, trois filières de formation d’ingénieurs (en informatique, en géoscience et en chimie analytique). C’est l’administration qui, après avis du Conseil de l’ordre des ingénieurs, fixait la liste des établissements habilités à délivrer un diplôme d’ingénieur. Les écoles d’ingénieurs agronomes étaient placées sous la cotutelle du ministère de l’Agriculture et de celui de l’Enseignement supérieur qui se contentait d’exercer une tutelle pédagogique. Il en était de même pour l’ESPTT qui dépendait des ministères des Communications et de l’Enseignement supérieur. La tutelle exercée par un ministère technique signifiait, à l’origine, que ce dernier, ainsi que les établissements ou entreprises publics qui en dépendaient, avait vocation à recruter les diplômés de l’école qu’il chapeautait. Cela n’est désormais plus vrai. Mais à la grande époque de l’ingénieur d’État, l’ENIT avait justement été rattachée en 1971 au Premier ministère pour affirmer sa vocation à former les cadres supérieurs techniques de l’administration et des entreprises publiques22.

  • 23 Hocine Khelfaoui, « Le champ universitaire algérien entre pouvoirs politiques et champ économique » (...)

19On retrouve un schéma similaire en Algérie. La poignée des premiers diplômés algériens des grandes écoles françaises qui participe à la mise en place du système de formation scientifique considère que l’enseignement supérieur doit œuvrer « au service d’un programme de modernisation de type saint-simonien »23. Pour ce faire, ces ingénieurs considèrent que les ministères techniques et certaines grandes entreprises doivent s’impliquer dans la réalisation d’importants projets de formation supérieure. Dans cette optique, le gouvernement algérien crée l’Institut national des hydrocarbures et de la chimie (1964), puis l’Institut algérien des pétroles (1965) qui sont placés sous la tutelle du ministère de l’Industrie et des Énergies.

  • 24 Idem, p. 35. Voir également Hocine Khelfaoui, Les ingénieurs dans le système éducatif…, op. cit., p (...)
  • 25 Ahmed Taleb Ibrahimi, ministre de l’Éducation cité in Mohamed Benguerna, « L’École polytechnique d’ (...)
  • 26 Idem, p.103. Ces coopérants sont chargés d’épauler un peu moins d’une quarantaine d’enseignants alg (...)

20Jusqu’en 1986, année de la réunification du système d’enseignement supérieur, le secteur hors éducation nationale est alors dominé par les filières techniques d’ingénieur dont les effectifs sont plus importants que ceux des établissements du même type placés sous la tutelle du ministère de l’Éducation24. Par ailleurs, au sortir de l’indépendance, l’objectif des gouvernants algériens est de créer rapidement un établissement national ayant vocation à former les futures élites techniques du pays. Ce n’est pas par hasard si ledit établissement prend le nom d’École polytechnique d’Alger, par référence au nom de la grande école française par excellence. Ainsi, en 1962, cet établissement, qui prend la suite de l’École nationale des ingénieurs algériens, créée en 1958 (voir supra), puis fermée après le départ des Français, symbolise dans l’esprit des dirigeants algériens « l’une des orientations fondamentales de notre enseignement, l’orientation scientifique et technique »25. Si l’École polytechnique se veut un emblème de la future indépendance scientifique de l’Algérie, les pouvoirs publics, faute de moyens humains, sont amenés à solliciter, pour aider au démarrage et au développement de l’école, le Programme des Nations-Unies pour le développement (PNUD) et l’UNESCO, ainsi que l’ancienne puissance coloniale qui fournit une cinquantaine de coopérants26.

  • 27 Kamal Mellakh et Grazia Scarfo-Ghellab, « Mondialisation et itinéraires socioprofessionnels : le ca (...)

21Quant à l’État marocain, il a envoyé ses meilleurs bacheliers dans les cycles préparatoires du lycée Lyautey de Casablanca et des grands lycées français de Paris tout en créant des écoles d’ingénieurs qui avaient vocation à former des cadres moyens et supérieurs destinés à peupler les administrations et les entreprises publiques. La monarchie se positionnait alors comme l’acteur central du développement économique du pays et comme le principal recruteur des ingénieurs. Ainsi s’est constituée au Maroc, une élite formée dans les grandes écoles françaises qui a occupé les postes de dirigeants des ministères et des grandes entreprises publiques et a intégré la classe dirigeante marocaine. La première génération de diplômés des établissements français les plus prestigieux a conçu et mis en œuvre une politique de création d’un réseau d’école d’ingénieurs. Le premier polytechnicien marocain, M’hamed Douiri (X-1948), devait soutenir auprès des autorités politique qu’il était nécessaire, pour moderniser le Maroc, de planifier la formation des cadres scientifiques marocains. À la fin des années 1950, un petit groupe d’ingénieurs formés dans des grandes écoles françaises – entre autres Abraham Serfati et Mohamed Berrada – a proposé et préparé la création de la première école d’ingénieur marocaine hors agriculture, l’École Mohamedia d’ingénieurs (EMI, 1960)27.

  • 28 Kamel Mellakh, « La formation des ingénieurs par le système d’enseignement supérieur au Maroc », in(...)

22En un peu plus de deux décennies ont été créées une dizaine écoles d’ingénieurs dont les plus importantes sont l’EMI, l’Institut national de statistiques et d’économie appliquée (INSEA-1961), l’Institut agronomique et vétérinaire Hassan II (IAV-1966), l’École nationale forestière des ingénieurs (ENFI-1968), l’École Hassania des travaux publics (EHTP-1971), l’École nationale de l’industrie minérale (ENIM-1972), l’École nationale d’architecture (ENA-1980) et l’École nationale supérieure d’électricité et de mécanique (ENSEM-1984)28. À l’origine, la plupart de ces établissements recrutaient des bacheliers, ainsi que des techniciens ayant quatre ans d’expérience, les formaient en trois ans et leur délivraient un diplôme d’ingénieurs d’application. De la fin des années 1970 au milieu des années 1980, les autorités marocaines ont mis en place des classes préparatoires calquées sur le modèle français avec l’instauration d’un concours national dont les lauréats étaient recrutés par les divers établissements.

  • 29 Grazia Scarfo-Ghellab, « Les écoles d’ingénieurs marocaines, lieu de passage des élites ? Le cas de (...)

23La dualité de la formation des ingénieurs marocains répond à une logique sociale de reproduction du groupe professionnel des ingénieurs. Les écoles françaises sont le lieu de production et reproduction des élites économiques et politiques marocaines, tandis que les établissements marocains, fréquentés par un public constitué des enfants des classes moyennes et populaires, fournissent les cadres techniques moyens et supérieurs des secteurs publics et privés29.

  • 30 Mustapha Haddab, « Les évolutions de la formation et du statut social des ingénieurs dans l’Algérie (...)
  • 31 Nacer-Eddine Hammouda, « Les ingénieurs algériens : une élite économique et sociale ? Étude de leur (...)

24On notera également que, pour l’Algérie, l’intense conflictualité de l’accès à l’indépendance n’a pas été sans conséquence sur la forme de dualité du système de formation des ingénieurs : La logique binationale à l’œuvre dans la formation des ingénieurs tunisiens et marocains a été atténuée en Algérie. Certes, à l’indépendance, les quelques Algériens qui avaient fréquenté les grandes écoles françaises ont constitué le noyau des ingénieurs qui allait créer l’industrie lourde d’État algérienne et mettre en place les branches économiques nouvelles (sidérurgie, constructions mécaniques, constructions électriques…). Mais en l’absence d’accords de coopération avec la France en matière de formation d’ingénieurs dans les grandes écoles, les bacheliers algériens, formés à l’étranger, ont connu une dispersion géographique beaucoup plus importante qu’en Tunisie et au Maroc, bon nombre d’entre eux se rendant, certes en France, mais aussi dans les pays du bloc socialiste30. Le boum de l’envoi en masse à l’étranger d’étudiants des filières scientifiques et techniques recouvre la période qui va de la fin des années 1970 et au début des années 1980 : elle coïncide avec la phase de forte hausse des prix des hydrocarbures déclenchée par le second choc pétrolier de 1979. L’Algérie a pu ainsi distribuer sans compter des bourses d’étude à ses étudiants qui, à tous les stades de leur cursus (du 1er au 3e cycle), se sont rendus en France, dans les pays de l’Est ou aux États-Unis pour faire ou achever leurs études. Cette période correspond d’ailleurs à un trou dans la pyramide des âges de la population des ingénieurs, ce qui signifie que les ingénieurs algériens formés à l’étranger pendant cette période ont quitté définitivement le territoire national31.

  • 32 La Jaune et la Bleue, « L’ENIT en 1975 », op. cit., p. 13.

25En Tunisie, dans les années 1970 et 1980, le dispositif de formation était censé dans l’esprit de ses promoteurs, répondre aux besoins de l’économie tunisienne en « ingénieurs de conception » (filière A et bac + 6), ainsi qu’en « ingénieurs de production et de maintenance » (bac + 4). Les premiers étaient conçus par le promoteur de l’ENIT comme des cadres techniques supérieurs capables d’inventer des systèmes et être des experts dans la gestion des organisations, alors que les seconds étaient là pour exploiter les systèmes mis au point par d’autres. La référence utilisée pour illustrer le « rôle » des « ingénieurs techniciens » était empruntée à un exemple français. En effet, ces derniers devaient, selon les propos du premier directeur de l’ENIT, jouer « un rôle analogue à celui que jouaient autrefois les ingénieurs-maisons qui ont constitué l’ossature de firmes comme Citroën et Peugeot »32.

  • 33 Pour éviter toute confusion, nous n’utilisons pas dans ce texte le titre « d’ingénieur diplômé », m (...)

26Les premiers sortaient de l’école avec le titre d’ingénieur diplômé leur donnant le droit d’entrer dans l’administration comme ingénieur principal, tandis que les seconds étaient titulaires du diplôme d’ingénieur technicien qui leur permettait d’accéder au grade d’ingénieur des travaux de l’État dans la fonction publique33.

  • 34 Paul Bouffartigue, Les cadres. Fin d’une figure sociale, Paris, La Dispute, 2001, p. 127.

27Cette répartition par grade était donc une conséquence de la manière dont a fonctionné le système de formation des ingénieurs en Tunisie jusqu’à la mise en place progressive de la réforme du cursus, au milieu des années 1990. Elle était caractéristique d’une certification scolaire qui filtrait l’accès à l’encadrement technique et renvoyait au « modèle d’organisation étatique du travail technique » précédemment décrit. La nature du diplôme obtenu, non seulement donnait la possibilité aux ingénieurs de travailler dans la fonction publique, mais déterminait les profils de carrière. Par conséquent, ce modèle d’organisation favorisait « des orientations catégorielles fondées sur la défense des titres scolaires »34. On peut ainsi en conclure que la reconnaissance par l’État du statut des diplômes délivrés par les écoles d’ingénieurs (étrangères ou tunisiennes) revêtait des enjeux matériels et symboliques très forts dont témoignent également l’histoire et le développement des formations d’ingénieurs agronomes.

Le cas des formations d’ingénieurs agronomes

  • 35 Habib Zaghounda, « L’École supérieure d’agriculture de Tunis », in l’INAT : un siècle sur la voie d (...)
  • 36 Seuls les enseignants et les chercheurs reprendront leur poste.

28Au moment de l’indépendance, l’agriculture présentait un déficit en cadres techniques supérieurs moins grand que les autres secteurs de l’économie tunisienne, l’existence de l’ECAT ayant permis à quelques Tunisiens d’y poursuivre leurs études. À la suite de la proclamation de l’autonomie interne en 1955, le gouvernement tunisien a décidé de débaptiser l’ECAT et de lui donner le nom d’École supérieure d’agriculture de Tunis (ESAT). Jusqu’en 1962, cette nouvelle école, placée sous la tutelle du ministère de l’Agriculture, n’a pas subi de changements notables, tant du point de vue du régime des études (trois ans), que de la composition du corps professoral : les quatre enseignants tunisiens y représentaient une minorité face à douze Français et à un Belge35. Entre 1954 et 1964, les ingénieurs diplômés de l’ESAT ont été contraints d’occuper les postes laissés vacants à la suite du départ des ingénieurs français. Ce processus s’est accéléré avec la nationalisation, en mai 1964, des terres des colons, la France retirant alors tous ses techniciens du ministère de l’Agriculture36.

  • 37 Le nombre d’étudiants formés par l’établissement augmente progressivement : de 10 en 1960, 21 en 19 (...)
  • 38 Abderrahmen Jerraya, « Parcours de l’École depuis l’indépendance en raccourci », in l’INAT…, op. ci (...)

29Ceux qui ont obtenu leur diplôme durant cette période ont accédé au grade d’ingénieur des travaux de l’État dans la fonction publique. Par ailleurs, en vue de former les futurs formateurs de l’École et d’avoir à sa disposition des « cadres de conception », le gouvernement tunisien a attribué des bourses aux étudiants désireux de préparer l’entrée aux écoles d’agronomie et de génie rural en France, notamment le concours de l’Institut national agronomique (INA) de Paris-Grignon37. En 1963, la direction de l’établissement, devenu École nationale supérieure d’agriculture de Tunis (ENSAT), a décidé d’allonger la durée des études à quatre ans (une année préparatoire plus trois ans) dans le souci de former des enseignants et des ingénieurs à part entière. Un an auparavant, la direction de l’École avait autorisé les lauréats de chaque promotion à poursuivre des études à l’université de Tunis, en vue de compléter leur formation avant de pouvoir s’inscrire en doctorat à l’étranger. Le passage par la Faculté des sciences n’était plus exigé pour les diplômés du nouveau régime (bac + 4), candidats à un troisième cycle38.

  • 39 Mohamed Skouri, « L’épisode faculté d’agronomie : chronique d’une période de turbulences », in l’IN (...)
  • 40 Voir Abderrahmen Jerraya, op. cit., p. 28. Le recrutement par l’ENSAT d’ingénieurs agronomes formés (...)

30À partir de 1965, un troisième cycle de formation est venu enrichir le cursus de l’établissement : ce dernier offrait alors aux « bons » étudiants du cycle normal (bac + 4), porteurs du titre d’ingénieur agricole, la possibilité de suivre un cycle de deux années supplémentaires pour accéder au titre d’ingénieur agronome39. Ici encore, cette réforme n’a pas été dénuée d’enjeux symboliques et matériels, dans la mesure où l’administration reconnaissait à l’ENSAT l’habilitation à délivrer un diplôme accordant à son titulaire l’accès au grade d’ingénieur principal dans la pyramide de la fonction publique. Par ailleurs, l’État montrait que l’enseignement agricole dispensé en Tunisie permettait d’accéder à des diplômes équivalents à ceux délivrés par les grandes écoles d’agronomie à l’étranger. Entre 1965 et 1968, ce cycle d’étude se déroulait encore entièrement hors de Tunisie, faute d’un encadrement suffisant sur place. Mais, à partir de 1968, la première année théorique de ce cycle de spécialisation est sous-traitée à l’INA Paris-Grignon, dans le cadre d’un accord de coopération entre les deux établissements, tandis que la seconde année d’application a lieu dans un laboratoire relevant de l’ENSAT ou d’un autre organisme de recherche40.

  • 41 Mohamed Skouri, « L’épisode faculté d’agronomie : chronique d’une période de turbulences », in l’IN (...)

31La fin des années 1960 a constitué une période de turbulence pour l’établissement. L’accentuation du dirigisme économique appliqué depuis le début de cette décennie, a débouché sur une réforme de l’École. Cette dernière se devait de participer à l’œuvre de collectivisation des terres qui s’est généralisée début 1969. Le gouvernement tunisien lui fixait un double objectif : il s’agissait non seulement d’alimenter en cadres techniques les organismes chargés de la gestion des terres domaniales héritées de la colonisation ; mais aussi de former les dirigeants des coopératives de production de grande taille constituées à partir des exploitations privées expropriées41. À la rentrée universitaire 1968, l’ENSAT s’est trouvée intégrée à l’enseignement supérieur sous le nom de Faculté d’agronomie de Tunis. Cette mesure a remis en cause le système de formation qui venait d’être mis en place : les étudiants orientés vers la Faculté d’agronomie étaient ainsi appelés à passer deux ans à la Faculté des sciences de Tunis, avant de rejoindre l’École pour y suivre une formation technique de deux années supplémentaires.

  • 42 Ce rétablissement du régime des études se situe dans la logique administrative créée par la mise en (...)

32L’abandon de la politique de collectivisation, fin 1969, a eu pour conséquence de replacer l’établissement sous la tutelle du ministère de l’Agriculture. L’École a alors troqué le nom de Faculté d’agronomie contre celui d’Institut national agronomique de Tunis (INAT). Ces rattachements successifs ouvraient une période d’incertitude concernant le régime des études. Un décret de mai 1971 ramena l’École au statu quo ante avec deux diplômes. Celui d’ingénieur agricole nécessitait quatre années d’études dont deux préparatoires et deux autres de formation agronomique générale. Celui d’ingénieur agronome était réservé à ceux qui avaient été choisis, sur dossier, par le conseil des professeurs et qui avaient été proposés au ministère de l’Agriculture en vue d’une spécialisation de deux ans, soit au total six ans d’étude42. Mais certaines questions restaient en suspens. Quel devait être le régime de la scolarité pour les étudiants qui était passé deux ans à la Faculté des sciences ? Et à quel diplôme étaient-ils en droit de prétendre ?

  • 43 Un diplôme d’ingénieur spécialisé est décerné à ceux qui ont réussi un concours et suivi un cycle d (...)
  • 44 Kamel Belkhodja, op. cit., p. 56.

33Des mouvements de contestation et de grève se sont produits au sein de l’établissement. Selon le compromis trouvé à la rentrée de 1972, le diplôme d’ingénieur agronome était délivré à ceux qui étaient passés par la faculté des sciences après cinq ans43 : après leur tronc commun, il était prévu qu’ils fassent deux ans d’études agronomiques et une année de complément de formation et de stage. Néanmoins, ces étudiants n’ont pu être recrutés par l’administration qu’au grade d’ingénieur des travaux de l’État. On leur a accordé tout de même, lors de leur nomination, une bonification d’ancienneté44. Quant à ceux qui souhaitaient continuer en troisième cycle de spécialisation, ils devaient réussir un concours.

  • 45 De nombreux établissements français ont accueilli ces étudiants de 3e cycle de l’INAT : on peut cit (...)

34Ainsi, l’INAT, comme l’ENIT, allait former des ingénieurs techniciens et principaux à travers deux filières. Mais à la différence de ce qui s’est passé dans la toute nouvelle école d’ingénieurs, ces deux filières sont restées non individualisées. En d’autres termes, les ingénieurs agronomes s’inscrivaient dans un cursus entièrement intégré où la filière longue (bac + 6) constituait le prolongement de la filière moyenne (bac + 4). En outre, l’INAT qui proposait plusieurs spécialités au niveau du 3e cycle, continuait d’en sous-traiter certaines à l’étranger jusqu’à la fin des années 198045.

  • 46 À partir du milieu des années 1970, l’INAT forme des promotions d’environ 60 ingénieurs techniciens (...)
  • 47 Kamel Belkhodja, « Principaux traits de l’agriculture après l’indépendance », in l’INAT…, op. cit., (...)

35Les ambitieux programmes de développement mis en œuvre à partir du milieu des années 1970 – construction de barrages, aménagement de périmètres irrigués, actions d’intensification de l’élevage… – nécessitaient un nombre accru de techniciens et d’ingénieurs que ne pouvaient fournir ni l’INAT46, ni les écoles françaises d’agronomie. Pour répondre à cette demande, ont été créés de nouveaux établissements d’enseignement supérieur agricole avec pour mission de développer des filières spécialisées. Ils ont été localisés dans les principales régions de grandes cultures, d’élevage, et d’agrumiculture :
- 1972 : École supérieure des ingénieurs de l’équipement rural (ESIER) de Medjez El Bab (machinisme et génie rural) ;
- 1975 : École supérieure d’horticulture et d’élevage (ESHE) de Chott Mariem ;
- 1976 : École supérieure d’agriculture (ESA) de Mateur (élevage) ;
- 1976 : École supérieure d’agriculture (ESA) du Kef (grandes cultures) ;
- 1976 : École supérieure des industries agroalimentaires (ESIA) de Tunis ;
- 1981 : École supérieure d’agriculture (ESA) de Mograne (agro-économie)47.

  • 48 Abderrahmen Jerraya, « Le temps de la maturité », in l’INAT…, op. cit., p. 84.

36Dans un premier temps, seules les écoles de Chott Mariem et de Medjez El Bab ont été autorisées à former des ingénieurs techniciens. Les autres instituts ont suivi à la fin des années 1970 et au début de la décennie 1980. Ce développement institutionnel a été la conséquence de la stratégie mise en œuvre par l’État tunisien pour remédier à la dépendance de la Tunisie, notamment en produits céréaliers. Pour augmenter la productivité et moderniser l’outil de production, les autorités centrales ont misé sur la formation d’ingénieurs chargés de diffuser leur savoir-faire en milieu rural, ainsi que les techniques adaptées pour atteindre les objectifs fixés par les plans de développement48. La recherche de l’autosuffisance alimentaire et le développement des exportations de produits tunisiens compétitifs sur les marchés internationaux et tout particulièrement européen demeurent encore aujourd’hui les deux principaux axes de la politique tunisienne de développement agricole.

  • 49 Source : Base de données de l’Ordre des ingénieurs, 1999, exploitation statistique par Saïd Ben Sed (...)
  • 50 Tahar Tissaoui, « L’ingénieur dans l’agriculture. Aperçu sur les évolutions durant un siècle de for (...)

37Ce volontarisme politique explique la prédominance des agronomes dans la population des ingénieurs tunisiens au début des années 2000 : ils en constituaient un peu plus du quart49. De 1956 à 1998, l’INAT, sous ses différentes appellations, a formé 2 546 ingénieurs, alors que les six autres instituts réunis ont, en vingt-cinq ans, délivré des diplômes d’ingénieurs à 2 197 personnes50.

  • 51 Cf. Mustapha Haddab, « Formation et insertion sociale des ingénieurs pour l’agriculture en Algérie  (...)

38Les ingénieurs agronomes ont été formés, pour la plupart, en Tunisie (62 % des ingénieurs agronomes diplômés de l’échantillon), et, dans une moindre mesure, en France (14 %). Les ingénieurs agronomes ont constitué, par excellence, un corps d’ingénieurs d’État. Jusqu’en 1986, première année de l’application du plan d’ajustement structurel du FMI, le ministère de l’Agriculture et les organismes apparentés offraient un débouché exclusif aux ingénieurs agronomes. En 2000, ceux-ci formaient la catégorie de cadres techniques supérieurs travaillant le plus massivement sous la tutelle de l’État, que cela soit dans l’administration (à hauteur de 68 %) ou dans une moindre mesure les entreprises publiques (25 %) (cf. tableau 3). Et ce sont également eux qui, à la fin de la décennie 2000, dans le cadre d’un marché de l’emploi en voie de libéralisation, ont rencontré la plus grande difficulté d’insertion professionnelle en Tunisie ou dans les autres pays du Maghreb51 (voir infra).

Tableau 3. Distribution des ingénieurs agronomes diplômés selon le statut juridique de l’employeur (en %)

Adminis­tration publique

Entreprise publique

Entreprise d’un parent

Entreprise privée tunisienne

Entreprise tuniso-étrangère

Entreprise privée étrangère

Total

68

25

2,5

2,5

1,0

1,0

100

Source : Enquête Saïd Ben Sedrine & Éric Gobe, 2000.

  • 52 Source : Base de données de l’Ordre des ingénieurs, 1999, exploitation statistique par Saïd Ben Sed (...)

39En raison du développement des établissements tunisiens délivrant un diplôme d’ingénieur (en agronomie ou autre), la place des cadres supérieurs techniques formés à l’étranger et notamment en France a régressé. Néanmoins, ils représentaient encore le premier contingent des diplômés au début des années 197052. Quelle place les ingénieurs formés en Tunisie pouvaient-ils trouver dans le dispositif de formation mis en place dans les années 1960-1980 ?

La montée en puissance des ingénieurs formés en Tunisie : un produit de la tunisification et de la massification de l’enseignement supérieur

40Au fur et à mesure de la mise en place d’établissements supérieurs techniques, le nombre d’ingénieurs tunisiens formés en France a tendu à diminuer si on le rapporte à l’ensemble des titulaires d’un diplôme d’ingénieur. Ils constituaient respectivement 28 % des ingénieurs de l’échantillon qui avaient obtenu leur diplôme avant 1980, 16 % de ceux qui sont sortis d’une école entre 1981 et 1985, et seulement 12 % des diplômés durant la période 1986-1990 (cf. graphique 1).

41De leur côté, les effectifs formés en Tunisie rapportés aux titulaires d’un diplôme d’ingénieur se sont fortement accrus. À partir du moment où les pouvoirs publics ont mis en place une filière tunisienne d’ingénierie (hors agriculture), ces derniers ont formé la majorité des diplômés. Leur effectif passe de 60 % (1981-1985) à 75 % (1991-1995) et 86 % (après 1995) de l’ensemble des ingénieurs diplômés.

  • 53 L’enseignement et la formation en chiffres (1989, 1994 et 2001), ministère de l’Enseignement supéri (...)

42Le flux annuel des ingénieurs issus des écoles tunisiennes est passé de 438 en 1981 à 656 en 1985. Il a stagné, et même baissé, entre 1986 et 1989 avant de se remettre à augmenter régulièrement dans les années 1990, pour atteindre le chiffre de 1 242 en 200153. Cette tendance conduit à poser la question de l’ampleur et de la portée de la massification du système de formation des ingénieurs.

Graphique 1. Distribution des flux d’ingénieurs par pays de formation selon la période d’obtention du diplôme

Graphique 1. Distribution des flux d’ingénieurs par pays de formation selon la période d’obtention du diplôme

Source : Enquête Saïd Ben Sedrine & Éric Gobe, 2000.

  • 54 Charles Gadea, « Évolution des formations d’enseignement supérieur et insertion professionnelle des (...)
  • 55 Cf. ministère de l’Enseignement supérieur, http://www.mes.tn.

43L’enseignement supérieur a connu une forte croissance des effectifs étudiants au cours de la décennie 1990 qui ont été multipliés par 2,5, passant de près de 88 000 en 1992 à 226 000 en 2001 (le chiffre a été doublé entre 1995 et 2001). L’augmentation des effectifs s’est poursuivie tout au long des années 2000 : le nombre d’étudiants est passé 121 800 en 1996-1997 à 366 000 en 2006-2007, ce qui signifie que le nombre d’inscrits dans l’enseignement supérieur a triplé en 10 ans54. Ainsi le taux de scolarisation de la tranche d’âge des 19-24 ans est passé de 22 % en 2000 à 37 % 2006 (contre 13 % en 1995 et moins de 10 % à la fin des années 1980), signe de la massification de l’enseignement supérieur55. Celle-ci s’explique par la très forte augmentation du nombre de bacheliers qui s’est accélérée sous l’effet combiné du relèvement du taux de réussite au baccalauréat (celui-ci était de 40 % en 1989, 32 % en 1991, 40 % en 1996, 55 % en 1997 et 59,5 % en 2000 et 64 % en 2002) et de l’arrivée de classes d’âge relativement nombreuses à la fin du secondaire.

  • 56 Bernard Fourcade, Antoine Gennaoui et Jean-Paul Nicaulau, Étude de pré-faisabilité pour une partici (...)

44L’augmentation du nombre de diplômés de l’enseignement supérieur devait permettre, dans l’esprit de l’oligarchie du régime de Ben Ali « l’avènement d’une société du savoir, dans une logique où c’est l’offre qui crée sa propre demande. À partir du postulat que la société exige de nombreuses compétences, il est proposé de produire ces compétences qui joueront le rôle moteur de l’économie »56.

45De manière générale, les progrès quantitatifs constatés, dans la mesure où l’effort financier de l’État n’a pas suivi la croissance de l’effectif des étudiants, ont débouché sur un affaiblissement des taux d’encadrement dans l’enseignement supérieur et ont rendu la question du chômage des diplômés du supérieur de plus en plus aiguë (voir infra).

46Toutefois, entre 1980 et le début de la décennie 2000, la croissance du nombre d’ingénieurs diplômés est relativement moins importante que celle d’autres diplômés. Rapportée à l’ensemble des diplômés, leur part a tendu à diminuer. En effet, si, entre 1981 et 1985, le nombre de diplômés de la filière « ingéniorat » progresse tant en valeur relative qu’absolue, ce n’est plus le cas à partir de 1989 : leur effectif augmente, mais leur part dans la population des diplômés diminue. Il représentait en 1985 13 % de l’ensemble des diplômés contre 12,5 % en 1990, 6,6 % en 1994 et moins de 5 % au milieu des années 2000. En revanche le nombre des maîtres en droit, économie et gestion a littéralement explosé. Entre 1981 et 2000, leur effectif a été multiplié par dix. En 2000 ils constituaient 30 % du total des diplômés contre 13 % en 1981. La question de la massification en Tunisie ne concerne donc pas au premier chef les filières de l’ingéniorat dont les effectifs en valeur relative ont sans cesse diminué depuis le milieu des années 1980.

  • 57 Mustapha Haddab, « Évolutions dans la formation… », op. cit., p. 123.

47Ce n’est pas le cas de l’Algérie où le nombre de diplômés des filières d’ingénieurs nationales a augmenté dans la population totale annuelle des diplômés : il est passé de 1 120 en 1981, à 6 000 en 1991 – soit 23,4 % du total des diplômés – pour atteindre le chiffre de 12 519 en 1998 – soit 31,6 % du total des diplômés57.

48En dépit de l’accroissement de l’offre de diplômés de l’enseignement supérieur par son système éducatif, la Tunisie, comme l’Algérie et le Maroc, a continué d’envoyer des ingénieurs se former à l’étranger. Bien que la France, par exemple, se soit progressivement fermée aux étudiants des premier et deuxième cycles, elle est restée la principale des destinations d’excellence universitaire.

Le modèle de formation des ingénieurs tunisiens : prégnance du modèle français et pérennisation de la dualisation

  • 58 Taïeb Hadhri, op. cit., p. 36.

49Vingt ans après la création de l’ENIT, certains enseignants et quelques ingénieurs ont commencé à formuler un certain nombre de critiques à l’égard du système de formation. Deux commissions ministérielles ont été alors chargées d’examiner, respectivement, la situation des cycles préparatoires aux études d’ingénieurs et celle de l’enseignement supérieur technique58.

  • 59 Idem, p. 35-36.

50Les critiques formulées au sein de ces commissions étaient de deux catégories. La première, et la principale, mettait en évidence les faibles rendements des écoles d’ingénieurs. Sur l’ensemble des bacheliers orientés vers les études d’ingénieurs, seulement 10 % sortaient avec un diplôme d’ingénieur principal et 30 % avec celui d’ingénieur technicien59. Ces résultats étaient en outre mal vécus par les élèves ingénieurs de la filière moyenne qui ne pouvaient entrer dans la fonction publique qu’avec le grade d’ingénieur des travaux de l’État. Leurs perspectives de carrière étaient ainsi limitées dans la mesure où ils étaient obligés de passer par la formation continue ou par des concours pour accéder au grade d’ingénieur principal. De fait, dans leur majorité, les élèves de la filière bac + 6 redoublaient après une année de préparation au sein de la filière bac + 4 ; et la majorité de ceux qui étaient recrutés pour devenir des ingénieurs techniciens se trouvaient relégués dans la filière de techniciens supérieurs. Ces arguments étaient explicites dans les propos du rapporteur de la commission de réforme du cycle préparatoire :

  • 60 Entretien avec Tahar Belakhdar, octobre 2000 et juillet 2001. M. Tahar Belakhdar, a été, entre autr (...)

« Les statistiques montrent que plus de 50 % des étudiants de bac + 4 étaient des anciens de la filière bac + 6. Et les bac + 2 étaient des ex bac + 4 ! On retrouvait le même phénomène dans toutes les écoles qui d’ailleurs avaient été calquées sur le modèle de l’ENIT. Pourquoi un tel déchet ? Les élèves arrivaient en “prépa” avec d’excellentes moyennes au baccalauréat, mais en fait ils avaient été dopés grâce à des cours particuliers de mathématiques et de physique. Ils n’avaient pas l’étoffe pour suivre la filière longue et se retrouvaient en bac + 4. Ils pensaient rentrer par la grande porte et passaient par le trou de la serrure ! L’ingénieur de production, celui dont on a besoin, était ravalé au rang d’un ingénieur de seconde zone qui était recruté dans l’administration avec le grade d’ingénieur des travaux de l’État. Les clients de la filière bac + 4 étaient pour beaucoup des titulaires du bac technique. On les boxait avec des mathématiques et de la physique. Ils tombaient KO, on oubliait leurs qualités de techniciens et on les éjectait vers la filière moyenne »60.

51Une seconde critique formulée par la commission ministérielle concernait l’existence d’un cycle préparatoire intégré au sein des établissements. Avec l’accroissement du nombre d’étudiants accédant à l’enseignement supérieur, les écoles d’ingénieurs, en premier lieu l’ENIT, devaient gérer des collèges préparatoires hypertrophiés :

  • 61 Idem. En 1986, le cycle préparatoire de l’ENIT a été délocalisé à Nabeul avec la création d’un inst (...)

« Avec l’augmentation des effectifs de bacheliers, on nous demandait de prendre de plus en plus d’élèves en “prépa” […]. L’ENIT est ainsi devenu un monstre avec une grosse tête : la préparation, et des petites jambes : les deux filières d’ingénieurs. Il y avait, dans les années 1980, 1 600 étudiants à l’ENIT, la filière moyenne et la filière longue ne dépassaient pas 200 élèves […]. L’ENIT est devenue une école de préparation et de filière courte et accessoirement une formation d’ingénieur »61.

52Autre facteur déterminant, le souvenir de l’agitation estudiantine islamiste dans les écoles d’ingénieurs, pendant la première moitié des années 1980, a contribué à faire avancer l’idée que des cycles préparatoires indépendants des écoles d’ingénieurs pourraient préserver le calme dans les établissements :

  • 62 Entretien avec Taïeb Hadhri (X-1977), ancien recteur de l’académie de Tunis et ex-directeur de l’Éc (...)

« Avoir des cycles préparatoires intégrés dans les écoles n’était pas sans inconvénients. Les universités étaient perturbées à cette époque. Or, si la moitié du programme n’était pas étudiée en raison des grèves, les enseignants ne posaient pas de sujets dessus. Du coup, la formation était tronquée. Tandis qu’avec un système préparatoire indépendant du cycle ingénieur, les élèves courent derrière leur professeur pour terminer le programme, tout simplement parce que ceux qui posent les sujets des concours nationaux d’entrée aux différentes écoles d’ingénieurs ne sont pas ceux qui enseignent dans le cycle préparatoire »62.

  • 63 Entretien avec Tahar Belakhdar, cit., « Le système de l’Orientation ne doit pas être à l’origine du (...)
  • 64 Entretien avec Taïeb Hadhri, cit.

53Un cycle préparatoire séparé serait également censé introduire la concurrence entre des élèves qui désormais tenteraient d’intégrer la meilleure école63. De plus, la coexistence de filières courte, moyenne et longue dans le même établissement était, semble-t-il, préjudiciable au contenu des enseignements. Il apparaissait, en effet, que ce système avait conduit à une redondance des programmes pour les nombreux redoublants qui passaient dans les filières « ingénieurs de production » et « techniciens supérieurs ». Les enseignants qui, souvent, dispensaient des cours dans les différents niveaux étaient, selon Taïeb Hadhri, « amenés à enseigner des recettes aux ingénieurs et trop de théorie aux techniciens »64. Un autre argument était également avancé pour dénoncer les limites du double cursus : l’âge moyen de l’ingénieur principal était supérieur au standard international et décourageait ceux qui envisageaient de poursuivre des études doctorales.

54La réforme de 1990 devait mettre fin à la dualité de la formation ingénieur technicien-ingénieur principal. Elle prévoyait d’homogénéiser à cinq ans l’ensemble des formations. En ce sens, elle s’inspirait du modèle des « écoles traditionnelles françaises » qui recrutent leurs élèves après deux ans de classe préparatoire scientifique et qui proposent un cursus de trois ans. Après deux années préparatoires dans un institut, les étudiants tunisiens passent aujourd’hui un concours national sur épreuves écrites et orales qui leur donne accès aux écoles ou aux départements des facultés des sciences formant des ingénieurs. Ces établissements délivrent un diplôme unique appelé « diplôme national d’ingénieur » (DNI). Aussi n’existe-t-il plus de critères juridiques différenciant « ingénieur de production » et « ingénieur de conception », les filières et les options choisies par les étudiants au sein des écoles devant déterminer les caractéristiques professionnelles des cadres techniques supérieurs.

  • 65 « J’ai exposé mon projet devant un comité des sages convoqué par le ministre de l’Éducation. Il y a (...)
  • 66 Pour tous les détails voir Pierre Vermeren, La formation des élites marocaines et tunisiennes, op.  (...)

55Ce modèle a été défendu par le principal promoteur de la réforme avec d’autant plus de vigueur que le Maroc avait ouvert en 1985 et en 1986 une série de « math sup. » et de « math spé. » dans plusieurs lycées de Rabat, Casablanca et Fès65. Ce projet marocain avait été financé par la coopération française qui avait mis à la disposition des classes préparatoires la quasi-totalité des enseignants et avait soutenu la création par les autorités marocaines de centres de préparation aux agrégations scientifiques, afin de remplacer à moyen terme les coopérants français66.

  • 67 Entretien avec Tahar Belakhdar, cit.

56À partir des recommandations présentées par la commission et avec le soutien de la coopération française, le ministère tunisien de l’Éducation et des Sciences a élaboré le schéma du système préparatoire actuellement en vigueur. Un nouvel établissement de préparation, l’Institut préparatoire aux études scientifiques et techniques (IPEST) a vu le jour en juin 1991. Dans un premier temps, l’Ambassade de France a mis à la disposition de l’établissement la majeure partie du corps enseignant : celui-ci devait assurer la préparation de professeurs tunisiens aux agrégations de physique et de mathématiques, afin de former en priorité des agrégés qui prendraient à l’avenir la place des coopérants. Cette préparation à l’agrégation avait également pour but de revaloriser le statut du corps des enseignants agrégés et d’éviter qu’ils ne soient tentés d’obtenir un doctorat, seul diplôme donnant la possibilité de développer une carrière au sein de l’Université tunisienne67.

  • 68 Les copies tunisiennes étaient corrigées anonymement en France.

57Les promoteurs du projet ont largement calqué l’agrégation tunisienne sur l’agrégation française. Pour ce faire, les agrégatifs doivent traiter les mêmes sujets qu’en France68. Une fois l’admissibilité prononcée, les candidats passent les oraux devant un jury mixte de professeurs tunisiens et français.

  • 69 Entretien avec Taïeb Hadhri, cit.
  • 70 Cet établissement est situé dans la banlieue résidentielle de Tunis à La Marsa.
  • 71 Entretien avec Tahar Belakhdar, cit.

58Quant au cycle préparatoire, il a été mis en place à la rentrée de 1992. Les élèves ne sont plus sélectionnés uniquement en fonction du score au baccalauréat, mais également à partir du dossier scolaire, plus précisément, à partir des résultats obtenus dans les trois dernières années du secondaire. Il s’agit de ne pas écarter d’un cursus d’excellence les étudiants ayant eu des résultats moyens au baccalauréat69. Les bacheliers inscrits à l’IPEST70 passent les concours d’entrée aux écoles françaises « traditionnelles » d’ingénieurs pour lesquels des centres d’écrit sont ouverts à Tunis. Mais ils présentent aussi leur candidature pour les concours nationaux d’accès aux cycles de formation d’ingénieur. Afin de garder d’excellents étudiants en Tunisie et d’améliorer le niveau des écoles tunisiennes, il a été prévu, dans un premier temps, que les bourses ne seraient allouées qu’aux lauréats des établissements français les plus prestigieux (Polytechnique, Ponts et Chaussées, Centrale, les Mines, Télécom)71. Cette règle a pourtant rapidement été abandonnée. Les élèves de l’IPEST réussissant à des concours d’écoles moins prestigieuses ont pu ainsi bénéficier de bourses. Les écoles d’ingénieurs françaises intégrées par les élèves de l’IPEST ont vu leur liste s’allonger au cours des années. En fait, la France, jusqu’à la fin des années 2000, donnait des bourses aux lauréats des concours des très grandes écoles, alors que la Tunisie aidait financièrement les autres.

  • 72 Ceci au grand dam du promoteur du projet : « Je pensais que le système de l’IPEST serait généralisé (...)
  • 73 Le ministère de l’Éducation et des Sciences a créé en 1993 un Comité de rénovation des études d’ing (...)

59Outre l’IPEST, des Instituts préparatoires aux études d’ingénieurs (IPEI) ont été créés sur l’ensemble du territoire national. Mais ces derniers sont entièrement dédiés à la préparation du concours donnant accès aux écoles ou aux départements des facultés des sciences délivrant des diplômes d’ingénieur. À la différence de ceux de l’IPEST, les étudiants intégrant les IPEI sont recrutés seulement sur la base du score au baccalauréat72. Ces préparations ont commencé à fonctionner en 1992, la première session du concours national s’est déroulée en juin 1994, et les premiers DNI ont été délivrés en juillet 199773.

  • 74 Mohamed Jaoua, docteur en mathématiques, a été le premier directeur de l’École polytechnique de Tun (...)
  • 75 « Le polytechnicien promu de l’École polytechnique de Tunis sera un ingénieur généraliste de haut n (...)

60Pour autant, le nouveau système de formation n’a en rien fait disparaître la dualité du système d’enseignement supérieur, bien au contraire. Dans la première moitié des années 1990, le premier directeur de l’IPEST, Mohamed Jaoua74, avait tenté de résoudre la quadrature du cercle en proposant la création d’une école polytechnique à Tunis, destinée à recruter les étudiants de qualité ne pouvant se rendre à l’étranger faute de places. À l’origine de cette décision, on trouve l’affirmation selon laquelle les ingénieurs formés dans les grandes écoles françaises, en particulier Polytechnique et Centrale ne rentrent plus en Tunisie. Par conséquent, l’École polytechnique de Tunis (EPT) a été conçue comme devant former des « ingénieurs de conception » du même profil que ceux issus des deux grandes écoles françaises75. Par ailleurs, le promoteur du projet souhaitait également voir les bacheliers les plus performants suivre un cursus d’ingénieur plutôt que de s’orienter vers des études de médecine ou de gestion. Taïeb Hadhri faisait, à ce sujet, la remarque suivante :

  • 76 Entretien avec Taïeb Hadhri, cit.

« De jeunes bacheliers brillants ont commencé à être attirés de plus en plus vers la médecine ou la gestion. Il était nécessaire de trouver le bon équilibre. L’EPT est un modèle qui est là pour tirer vers le haut l’ensemble des formations d’ingénieur et motiver les jeunes à suivre des carrières techniques de haut niveau »76.

  • 77 Les élèves de l’EPT, tous boursiers, résident sur place dans des chambres individuelles situées dan (...)

61C’est donc dans le contexte de la réforme générale des formations d’ingénieurs que l’EPT voit le jour en juin 1991, puis accueille en 1994 ses premiers élèves. Le vivier « naturel » de recrutement de l’EPT devait être l’IPEST et les IPEI77.

62Mais la préférence des élèves de l’IPEST pour les écoles d’ingénieurs françaises a fait revenir, à la fin des années 2000, la question de l’impact de la dualité du système de formation sur l’expatriation des diplômés tunisiens à l’étranger.

  • 78 D’une année sur l’autre, les trente premiers du baccalauréat continuent d’opter pour une scolarité (...)

63De fait, le fonctionnement de l’IPEST s’est éloigné des aspirations initiales de ses promoteurs78 : le nombre d’étudiants de l’IPEST réussissant chaque année à intégrer une école française d’ingénieurs n’a cessé de progresser (de 9 en 1994, à 78 en 2001, 127 en 2007 et 134 en 2008), alors que celui des élèves ayant intégré les écoles d’ingénieurs tunisiennes a tendu symétriquement à diminuer. Par ailleurs, en 2008, sur les 134 admis de l’IPEST aux écoles d’ingénieurs françaises, seuls deux ont réussi à intégrer les deux établissements les plus prestigieux, c’est-à-dire Polytechnique et Centrale (cf. tableau 4).

  • 79 Entretien, Tunis, 6 mai 2008.

64Cette situation est, selon MNA, diplômé de Polytechnique et des Mines (1980-82)79 qui a participé à la mise en place de cet établissement, source de concurrence pour les écoles d’ingénieurs tunisiennes :

« Si on regarde très bien les premières statistiques de l’IPEST, ne partait en France que le quart de la formation pour intégrer les plus grandes écoles. En 1996, la direction de l’IPEST a changé et a décidé d’ouvrir un centre pour le concours commun des ENSI. Et dès lors que l’on a ouvert les portes aux grandes et aux petites écoles, on a remonté quantitativement les résultats, et on arrive comme ça à 95 % de taux d’intégration dans les écoles françaises au détriment des écoles tunisiennes. »

65Pour stopper ce qu’elles considèrent comme une dérive alimentant un « exode des cerveaux » (sans en avoir d’ailleurs de preuves formelles), les autorités tunisiennes ont décidé, en 2008 et 2009, de limiter drastiquement le nombre de bourses pour aller étudier en France. Il s’agissait de revenir aux principes qui avaient présidé à la naissance de l’IPEST, puisqu’il était prévu que les bourses ne seraient accordées qu’aux lauréats des plus grandes écoles (Polytechnique, Centrale, les Ponts et Chaussées, Les Mines, Télécom Paris). Considérant que la plupart des élèves de l’IPEST ne réussissent que les concours des « petites écoles de province » dont le niveau n’est pas supérieur aux établissements du pays, les pouvoir publics ne voient pas pour quelle raison ils continueraient à financer leurs études à l’étranger, alors qu’un cursus équivalent existe en Tunisie.

  • 80 Cf. l’hebdomadaire tunisien L’Expression, 16-22 janvier 2009.
  • 81 La Presse de Tunisie, « Préparation aux grandes écoles – IPEST : grève terminée, revendications mai (...)

66Les étudiants de l’IPEST, qui ont vu la possibilité d’accéder à des bourses pour étudier en France se restreindre, ont fait grève en 2008 et 2009 pour protester contre la nouvelle politique des pouvoirs publics80. La chute du régime de Ben Ali a donné une nouvelle actualité à leurs revendications : aussi se sont-ils lancés en avril et mai 2011 dans une vaine grève des études de cinq semaines pour exiger qu’une bourse soit accordée aux lauréats des supposées vingt meilleures écoles françaises auxquelles le concours commun de Polytechnique donne accès81.

67En fait, la question de la migration des élites économiques tunisiennes ne se pose que depuis la seconde moitié des années 1980. Avant cette époque, les diplômés tunisiens des grandes écoles rentraient en Tunisie.

68Quant à la réforme du cursus des études d’ingéniorat, elle a débouché au final sur la création d’institutions chargées des cycles préparatoires et la mise en place de quatre concours nationaux d’accès aux écoles d’ingénieurs dont le recrutement reflète pour partie la hiérarchisation sur système d’enseignement supérieur tunisien.

Tableau 4. Écoles d’ingénieurs françaises intégrées par les élèves tunisiens de l’IPEST en 2008

Nom des écoles d’ingénieurs

Nombre d’admis

ENSEIR Bordeaux

29

INP-ENSIMAG, INP-Phelma Grenoble, INP-ENSE3

16

ENSEEIHT Toulouse

13

Télécom SudParis (ex-INT)

11

Supmeca Paris et Toulon

10

ENSI de Bourges

6

Mines de Saint-Étienne et de Nancy

5

ENSICAEN informatique

5

ENAC de Toulouse

5

ENSIACET Toulouse

4

ISAE-ENSICAT Toulouse

2

MATMECA Bordeaux

2

Techniques avancées (ENSTA)

2

ENSMA Poitiers

2

ENSIC Nancy

2

ENSEM Nancy

2

ENSIAME Valencienne

2

ISIMA Clermont-Ferrand

1

ENSAE Paristech

1

ESIEE Paris

1

ENSIETA Brest

1

ENST cursus Paris

1

Polytechnique

1

Centrale

1

ESTP

1

CPE Lyon électronique

1

ENSC Mulhouse

1

ENSP Bordeaux

1

ENSC Rennes

1

ENSC Clermont-Ferrand

1

Total

134

Source : Institut français de coopération, 2008.

69L’orientation des bacheliers en Tunisie constitue un moyen de savoir quels établissements sont perçus comme les plus prestigieux. Dans un contexte marqué par les possibilités d’accueil limitées des écoles d’ingénieurs et des universités, l’une des principales fonctions du baccalauréat est de réguler et de répartir le nombre des inscrits de l’enseignement supérieur.

  • 82 Saïd Ben Sedrine et Vincent Geisser, Le retour des diplômés. Enquête sur les étudiants tunisiens fo (...)

70Le caractère plus ou moins sélectif des différentes filières du système éducatif supérieur se manifeste principalement après l’examen du baccalauréat, dans la mesure où, depuis 1976, l’affectation des bacheliers dans l’enseignement supérieur est réalisée par un système d’orientation centralisé, aujourd’hui informatisé, combinant la performance scolaire de l’élève (le score) aux capacités d’accueil des diverses institutions de l’enseignement supérieur82. Autrement dit, ce procédé distribue les bacheliers dans les établissements en fonction de leurs vœux, des notes obtenues au baccalauréat et, dans une moindre mesure, de leurs résultats pendant la 7e année du cycle secondaire. Un tel mode d’affectation avantage les meilleurs élèves et produit une forte hiérarchisation des filières. Il convient de préciser que celle-ci est difficile à établir de manière rigoureuse dans la mesure où les publications du ministère de l’Enseignement supérieur ne donnent pas le score moyen nécessaire pour avoir le droit de s’inscrire dans une filière ou un établissement universitaire donné, mais le score du dernier orienté de l’année précédente.

71Toutefois, les données fournies par le Guide de l’Orientation universitaire pour 2010, publiées par le ministère de l’Enseignement supérieur, donnent une idée des filières d’excellence de l’enseignement tunisien à la fin de la décennie 2000.

Tableau 5. Classement de certains établissements d’enseignement supérieur selon le score du dernier orienté en 2010 (par ordre décroissant)

Établissement

Filière

Capacité d’accueil

Score du dernier orienté en fonction du baccalauréat

Faculté de médecine de Tunis

Médecine

M* : 140

SE* : 259

M : 187,30

SE : 185,80

Faculté de médecine de Sfax

Médecine

M : 77

SE : 143

M : 181,87

SE : 184,15

Faculté de médecine de Sousse

Médecine

M : 70

SE : 130

M : 175,80

SE : 176,76

Faculté de médecine de Monastir

Médecine

M : 76

SE : 140

M : 174,68

SE : 178,18

Faculté de médecine dentaire de Monastir

médecine dentaire

M : 76

SE : 140

M : 168,75

SE : 169,18

Faculté de pharmacie de Monastir

Pharmacie

M : 76

SE : 140

M : 166,73

SE : 167,68

Institut préparatoire aux études d’ingénieurs (IPEI) de Tunis

Cycle préparatoire scientifique

M : 497

SE : 140

I : 69

M : 163,65

SE : 160,71

I : 112,75

Institut préparatoire aux études d’ingénieurs (IPEI) d’el Manar

Cycle préparatoire scientifique

M : 119

SE : 56

I : 28

M : 159,13

SE : 163,95

I : 148,45

Institut des hautes études commerciales de Carthage (IHEC)

Gestion, commerce comptabilité

M : 63

SE : 64

EG : 306

M : 153,46

SE : 149,10

EG : 128,34

Institut supérieur de gestion de Tunis (ISG)

Gestion, commerce comptabilité

M : 54

SE : 53

EG : 255

M : 151,83

SE : 143,15

EG : 136,49

Institut préparatoire aux études d’ingénieurs (IPEI) de Sfax

Cycle préparatoire scientifique

M : 324

SE : 91

I : 45

M : 150,95

SE : 164,59

I : 127,91

ENAU de Tunis

Architecture

M : 76

SE : 63

I : 30

M : 149,30

SE : 160,42

I : 128,04

Institut préparatoire aux études d’ingénieurs (IPEI) de Monastir

Cycle préparatoire scientifique

M : 265

SE : 72

I : 35

M : 139,90

SE : 160,95

I : 101,84

Institut préparatoire aux études d’ingénieurs (IPEI) de Nabeul

Cycle préparatoire scientifique

M : 145

SE : 41

I : 20

M : 135,47

SE : 149,77

I : 97,05

Faculté des sciences de Tunis

Physique

M : 9

SE : 44

I : 6

M : 132,19

SE : 116,97

I : 97,27

Institut préparatoire aux études d’ingénieurs (IPEI) de Bizerte

Cycle préparatoire scientifique

M : 172

SE : 48

I : 24

M : 126,85

SE : 144, 55

I : 92,71

Ecole supérieure de sciences économiques et commerciales de Tunis

Gestion, commerce comptabilité

M : 26

SE : 26

EG : 81

M : 120

SE : 102,92

EG : 110,63

Faculté des sciences de Monastir

Physique

M : 33

SE : 163

I : 22

M : 105,87

SE : 97,90

EG : 79,50

Faculté des sciences de Sfax

Physique

M : 12

SE : 62

I : 8

M : 104,11

SE : 76,76

I : 76,91

Faculté des sciences de Gabès

Physique

M : 22

SE : 112

I : 15

M : 95,36

SE : 75,78

I : 78,04

Faculté de sciences économiques et de gestion de Sfax

Économie et gestion

M : 27

SE : 27

EG : 83

M : 90,96

SE : 71,20

EG : 99,64

Faculté des sciences de Gafsa

Physique

M : 19

SE : 95

I : 13

M : 85,90

SE : 79,09

I : 84,19

Source : Guide l’Orientation universitaire 2010,
M = Baccalauréat de mathématiques,
SE = Baccalauréat de sciences expérimentales,
EG = Baccalauréat Économie et gestion,
I = Baccalauréat sciences informatiques.

  • 83 Banque mondiale et ministère tunisien de l’Emploi et de l’Insertion professionnelle des Jeunes, Dyn (...)

72Ce classement montre que l’instauration d’un diplôme national d’ingénieur (DNI) a fait de l’ingéniorat une filière d’excellence qui se place en seconde position derrière la médecine, tout au moins pour ce qui concerne les IPEI les plus importants par le nombre d’admis, c’est-à-dire ceux de Tunis et d’el-Manar. Les meilleurs élèves du secondaire, qui sont d’ailleurs ceux qui obtiennent le baccalauréat les plus jeunes et qui décrochent le plus facilement les mentions « bien » et « très bien », s’inscrivent principalement en médecine et dans les cycles préparatoires d’ingénieurs (tableau 6)83.

Tableau 6. Filière choisie selon la mention obtenue au baccalauréat (en %)

Filières

Passable

Assez bien

Bien

Très bien

Technicien supérieur

38,91

31,68

21,7

7,7

Maîtrise

79,85

15,46

3,81

0,87

Ingénieur

17,11

38,97

29,49

14,43

Architecte

38,01

28,21

22,06

11,74

Médecin

26,69

39,25

22,7

11,36

Licence en beaux-arts

7,05

42,59

41,47

8,89

Maître d’école

37,72

59,17

17,8

11,0

Total

60,71

23,54

11,72

4,02

Source : Banque Mondiale et ministère tunisien de l’Emploi et de l’Insertion professionnelle des Jeunes, Dynamique de l’emploi et adéquation de la formation parmi les diplômés universitaires. Volume I : rapport sur l’insertion des diplômés de l’année 2004, 2008.

  • 84 Si l’on se réfère au baccalauréat de sciences expérimentales, moins prestigieux que celui de mathém (...)

73Pour élaborer le classement des divers établissements d’enseignement supérieur (les disciplines les plus prisées), j’ai tenu compte du seul score au baccalauréat de mathématiques, le plus prestigieux. En dépit des limites que représente l’usage des scores affichés par ce guide, on peut tirer quelques enseignements du tableau 5. Les facultés de médecine apparaissent comme des filières d’excellence particulièrement prisées par les étudiants qui restent en Tunisie pour effectuer leur cursus, du moins pour les premier et second cycles. Des écoles de commerce comme l’IHEC ou l’ISG de Tunis, quant à elles se positionnent au-dessus de certains IPEI84. Les quelques exemples d’université scientifique cités montrent qu’elles se positionnent pour la plupart loin derrière les cycles préparatoires d’ingénieurs et les facultés de médecine. Certes, la Faculté des sciences de Tunis dans le domaine de la physique demeure un établissement attractif, mais les scores nécessaires pour intégrer les facultés des sciences sont très nettement inférieurs à ceux exigés pour s’inscrire dans les cycles préparatoires ou suivre des études médicales.

74La hiérarchie scolaire de ces cycles de préparation se retrouve au niveau des écoles d’ingénieurs, tout au moins si l’on en croit les choix effectués par les étudiants des instituts préparatoires lorsqu’ils constituent leur dossier de candidature aux différents concours nationaux d’entrée. De fait, ils classent les écoles et contribuent ainsi à consacrer leur hiérarchie. L’École polytechnique de Tunis se situe au premier rang, suivie, selon les années, l’ENSI, l’ESCT et l’ENIT. L’établissement que l’on intègre à l’issue du cycle préparatoire dépend plus de sa place dans une hiérarchie calquée sur la valeur scolaire des candidats admis que des affinités des étudiants pour tel ou tel domaine technique.

75In fine, on se trouve devant une double dualité du système de formation des ingénieurs, entre, d’une part, la Tunisie et des pays comme la France ou l’Allemagne continuant de former une « élite » dont une partie reste dans le pays de formation ; et, d’autre part en Tunisie, entre des écoles ayant une vocation d’excellence accueillant les « bons étudiants » n’ayant pas intégré une grande école à l’étranger et des facultés scientifiques ou des établissements situés en province.

76Dans ce système dual, les facultés des sciences apparaissent comme des filières de relégation. C’est du moins ce qui ressort de l’entretien accordé au politologue François Siino par un professeur de physique de la Faculté des sciences de Tunis :

  • 85 Entretien cité in François Siino, Science et pouvoir dans la Tunisie contemporaine. Contribution à (...)

« En Tunisie, les institutions qui sont responsables de la formation, ce sont les facultés. Mais si vous regardez bien la réalité tunisienne, les étudiants que l’on envoie dans les facultés, ce sont les étudiants qui n’ont pas trouvé ailleurs où aller. Parce que les meilleurs se détachent par couches successives. Les meilleurs des meilleurs, une cinquantaine, vont en France, au Canada… disons une centaine. Ensuite les meilleurs vont en médecine. Par la suite, il y a toutes les préparations qui écrèment, l’IPEST, HEC, l’ENIT, toutes ces institutions-là. Et on crée encore des préparations ; avant il y en avait deux, maintenant, il y en a cinq ou six. Tout ça passe avant. Celui qui peut accéder à ces choses-là ne demande jamais la fac. Sauf quelques cas qui sont très brillants, mais qui représentent 2 à 3%du lot. On nous envoie des gens tout juste moyens, et ces gens là, on doit en faire des formateurs qui vont ensuite former à l’École polytechnique. C’est incroyable. On crée l’École polytechnique et on supprime l’École normale supérieure ! Pourquoi l’École polytechnique ? On veut qu’elle carbure au niveau de l’École polytechnique de France »85

  • 86 Saïd Ben Sedrine et Vincent Geisser, « Les diplômés à la sortie de l’Université. Devenir social et (...)
  • 87 Tahar Belakhdar tire un bilan assez mitigé des réformes qu’il a contribué à finaliser. Il en attrib (...)

77La réforme a également consacré la séparation entre les formations d’ingénieurs et celles de techniciens supérieurs qui n’ont plus lieu dans les mêmes établissements. Des Instituts supérieurs d’études technologiques ont été créés en 1992. Ces ISET proposent des formations initiales de techniciens supérieurs d’une durée de deux ans et demi, réparties en cinq semestres finalisés, dans des spécialités industrielles (génie électrique, électronique, mécanique, etc.) et tertiaires (informatique, technique de commercialisation, etc.)86. L’existence du principe d’un écart de deux ans et demi entre le titre d’ingénieur et celui de technicien supérieur engendre une claire distinction des positions professionnelles de ces deux catégories87.

  • 88 Cette situation fait dire à Mokhtar Latiri que l’INSAT est condamné à faire son aggiornamento, car (...)
  • 89 Dans la hiérarchie des établissements telle qu’il ressort du processus d’orientation, l’INSAT se cl (...)

78Pourtant, dans ce nouveau paysage du système de formation, un établissement demeure atypique : l’Institut national des sciences appliquées et de technologie (INSAT). Cette institution, qui fonctionne depuis 1996, apparaît largement comme l’œuvre de l’ancien président de l’université de Tunis, Mohamed Amara. Sa construction a été financée par la coopération française et sa création a suscité l’opposition des promoteurs du DNI. En effet, cet établissement n’entrait pas dans le cadre défini par la réforme de 199088. Il s’agit d’un institut qui forme successivement des techniciens supérieurs en trois ans, puis des ingénieurs en cinq ans et demi89. Après deux ans et demi d’études dans la filière de techniciens supérieurs, les étudiants désirant suivre le cursus de l’ingéniorat doivent réussir aux examens du semestre de confirmation. Un tiers environ des étudiants peut être autorisé à suivre le cycle d’ingénieur.

79On voit ainsi combien le paysage des établissements délivrant un diplôme d’ingénieur s’est largement complexifié depuis la naissance de l’ENIT, à la fin des années 1960. La volonté d’accroître le nombre d’ingénieurs en Tunisie a contribué à multiplier les écoles, tout en faisant émerger la question de la hiérarchisation des établissements.

  • 90 Pierre Bourdieu, La noblesse d’État…, op. cit., p. 20 et 301.
  • 91 Du grade le moins élevé au plus élevé : ingénieur des travaux, ingénieur principal, ingénieurs en c (...)
  • 92 En vertu du décret, les candidats doivent être inscrits au tableau de l’Ordre des ingénieurs pour c (...)

80Un autre constat de ce panorama peut être fait à partir des transformations du système de formation des ingénieurs en Tunisie : il s’agit de la prégnance de la figure de l’ingénieur d’État pendant la majeure partie de l’histoire du Maghreb indépendant, de manière générale, et de la Tunisie, en particulier. La valorisation du titre scolaire a été d’autant plus forte que pendant plus de trente ans la plupart des ingénieurs ont été employés dans les administrations et les entreprises publiques ; et que le grade auquel le cadre technique supérieur entrait dans la fonction publique, ainsi que son plan de carrière, était déterminé par le diplôme obtenu. Par un effet d’hystérésis90, c’est-à-dire en raison d’un décalage temporel entre la cause et l’effet, l’un des principaux enjeux de la réforme du cursus de l’ingéniorat a concerné la suppression des diplômes définissant justement le profil de carrière de l’ingénieur d’État, alors que le recrutement d’ingénieurs dans le secteur public était de moins en moins à l’ordre du jour. C’est seulement en 1999 que le premier ministère a pris un décret créant un corps commun des ingénieurs des administrations publiques comprenant quatre grades91. Les cadres techniques supérieurs sont désormais recrutés par la fonction publique au grade le moins élevé d’ingénieur des travaux par voie de concours externe sur épreuves, sur titres ou sur dossiers92.

  • 93 Ministère du développement économique, Le 10e plan de développement (2002-2006), Volume I, contenu (...)

81L’omniprésence de la figure de l’ingénieur « public » n’est pas seule à peser sur les questions qui concernent la formation initiale. Le 10e plan donne une des clés d’une politique de l’enseignement supérieur consistant à augmenter les effectifs des diplômés qu’ils soient ingénieurs ou non. Dans son chapitre sur l’enseignement supérieur, il précise : « La Tunisie n’a pas cessé d’œuvrer pour édifier la société du savoir qui se présente comme une orientation essentielle permettant d’atteindre des niveaux de croissance plus élevés et de relever les défis de la prochaine étape, en particulier celui de l’emploi […]. L’investissement dans l’enseignement supérieur constitue un important levier pour la réalisation de cet objectif compte-tenu de sa contribution à la formation de cadres compétents […] capables d’assimiler les progrès scientifiques et technologiques »93.

  • 94 L’employabilité « englobe les compétences, connaissances et qualifications qui renforcent l’aptitud (...)

82Cette logique de l’offre pose la question de l’employabilité des diplômés de l’Enseignement supérieur, notamment celle des primo-demandeurs d’emplois94. Ingénieurs diplômés ou non, il est acquis que l’insertion s’opère désormais sur un marché du travail de plus en plus ouvert.

Notes

1 Un résumé de ces travaux sociologiques se trouve dans Paul Bouffartigue et Charles Gadea, « Les ingénieurs français. Spécificités nationales et dynamiques récentes d’un groupe professionnel », Revue française de sociologie, XXXVIII, 1997, p. 301-326. Ces deux auteurs décrivent également trois autres modèles d’organisation du travail technique auxquels se rattachent divers pays développés. Ils reprennent les catégories construites par Peter Meiksins et Chris Smith, qui distinguent, outre l’organisation étatique, trois autres modèles d’organisation du travail technique. Le premier est présent en Grande-Bretagne et se caractérise par une continuité de l’échelle des qualifications techniques dont les ingénieurs constituent le sommet. Dans ce modèle, dénommé craft organization, les ingénieurs ne bénéficient pas d’un statut social prestigieux. À l’inverse, « l’organisation managériale du travail technique » (plutôt nord-américaine) tend à intégrer le travail technique au travail d’encadrement des entreprises, accordant une place plus importante à la formation au sein des universités. Le statut social est plus élevé et les formes de représentations collectives sont beaucoup plus distantes du syndicalisme ouvrier que dans le modèle précédent. « L’organisation corporative » qui caractérise le Japon se singularise par le développement d’une forte identité d’entreprise. Les ingénieurs sont principalement formés à l’université pour y acquérir des compétences très générales ne déterminant pas directement les carrières. Les jeunes ingénieurs sont affectés à des activités de production et obtiennent progressivement un statut distinct des autres salariés au cours d’une carrière essentiellement interne à la firme. Cf. Peter Meiksins et Chris Smith, « Organizing Engineering Work. A Comparative Analysis », Work and Occcupations, vol. 20, n° 2, Mai 1993, p. 123-146.

2 Élisabeth Longuenesse, « Ingénieurs et médecins en Syrie : formation, emploi, statut social », Revue Tiers Monde, Tome 36, n° 143, Juillet-septembre 1995, p. 499-513.

3 François Siino, Science et pouvoir dans la Tunisie contemporaine, Paris, Karthala-Iremam, 2004. Sur la théorisation de cette distinction voir Pierre Bourdieu, La noblesse d’État. Grandes écoles et esprit de corps, Paris, Minuit, 1989, p. 188 et p. 198-199.

4 Pierre Vermeren, La formation des élites marocaines et tunisiennes. Des nationalistes aux islamistes (1920-2000), Paris, La Découverte, Coll. Recherches, 2002.

5 Lilia Ben Salem, Développement et problème de cadres, le cas de la Tunisie…, op. cit., p. 65.

6 Il convient pourtant d’indiquer que la Tunisie est le pays du Maghreb qui, durant la colonisation, a vu le plus grand nombre d’ingénieurs « autochtones » formés en France. Si dans l’entre-deux-guerres les premiers ingénieurs tunisiens ont eu toutes les peines du monde à être embauchés dans les services techniques du Protectorat, en revanche, après la seconde guerre mondiale, en raison des nécessités de la reconstruction, les autorités coloniales ont été obligées de recruter des cadres locaux.

7 Lilia Ben Salem, « Les ingénieurs tunisiens aux xixe et xxe siècles », op. cit., p. 68.

8 J. G. Magnin, « La profession d’ingénieur en Tunisie », Ibla, n° 98, 2d sem. 1962, p. 189.

9 Idem, p. 189.

10 La Tunisie se serait vue refuser sa demande de financement de l’école d’ingénieurs sous prétexte que les Tunisiens sont plus des commerçants que des bâtisseurs. Entretien avec Mokhtar Latiri, septembre 2001.

11 Mokhtar Latitri, « Libres propos sur l’origine de l’ENIT », conférence prononcée à l’occasion du 30e anniversaire de l’ENIT, 12 décembre 1998, document aimablement fourni par Mokhtar Latiri. La conjoncture politique du moment (la crise de Bizerte) explique que la France n’a pas été le premier pays sollicité.

12 En août 1968, Ahmed Ben Salah installe également le conseil scientifique de l’ENIT et annonce la nomination par le président Bourguiba du directeur de l’établissement, Mokhtar Latiri. Entretien avec Mokhtar Latiri, cit.

13 La Jaune et la Bleue, n° 5, mai-juin 1973. « Pour moi la filière A préparait en 8 ans et plus les 5 % des meilleurs élèves tunisiens. Il était prévu qu’ils épuisaient le pipeline français, faisaient leur école d’application et allaient s’inscrire en doctorat ou en Ph.D. L’exemple par excellence de cette filière est le professeur Farouk Kammoun : lauréat de Supelec, il s’est inscrit aux États-Unis à UCLA ». Entretien avec Mokhtar Latiri, cit. En fait, la filière A a surtout consisté à envoyer les meilleurs bacheliers tunisiens dans les grandes écoles françaises, Mokhtar Latiri se chargeant du placement professionnel en Tunisie des diplômés de retour de France.

14 « Cette démarche, comme l’affirme Anousheh Karvar, explique sans doute le contingent important d’élèves tunisiens à l’École polytechnique française ». Anousheh Karvar, La formation des élites scientifiques et techniques étrangères à l’École polytechnique au xixe et xxe siècle, op. cit., p. 277.

15 Entretien avec Mokhtar Latiri, cit.

16 La Jaune et La Bleue, « L’ENIT en 1975 », p. 20, document aimablement fourni par Mokhtar Latiri. La première promotion de l’ENIT (1973) concerne les diplômés de la filière D.

17 Anousheh Karvar, op. cit., p. 276.

18 En 1975, le corps enseignant de l’ENIT était composé de 131 Français (47 à temps plein et 84 à temps partiel), de 54 Soviétiques (53 à temps plein et 1 à temps partiel), de 55 Tunisiens (29 à temps plein et 26 à temps partiel) et de 11 ressortissants d’autres pays, La Jaune et La Bleue, « L’ENIT en 1975 », op. cit., p. 74. L’ENIT s’est caractérisée par la lenteur du remplacement des effectifs d’enseignements étrangers par des Tunisiens (ce n’est qu’à partir du milieu des années 1980 que ces derniers deviendront majoritaires). Cette évolution tient en grande partie au démarrage plus tardif des activités de l’ENIT et à la captation des enseignants par les facultés des sciences. Pour plus de détails, voir à ce sujet François Siino, « La construction du système universitaire tunisien. Flux croisés et importation des pratiques scientifiques », in Vincent Geisser (dir.), Diplômés maghrébins d’ici et d’ailleurs. Trajectoires sociales et itinéraires migratoires, Paris, CNRS, 2001, p. 83-84.

19 Source : Base de données de l’Ordre des ingénieurs, 1999.

20 Pour la différence entre ces deux grades, voir infra.

21 Taïeb Hadhri, « Ingénierie de la formation de l’ingénieur. Expérience tunisienne 1969-1999 », L’ingénieur tunisien, n° 21, p. 37.

22 Mokhtar Latiri, « Des ingénieurs… Pour quoi faire ? », Journées de l’ingénieur, 21 octobre 1994, document aimablement fourni par l’auteur.

23 Hocine Khelfaoui, « Le champ universitaire algérien entre pouvoirs politiques et champ économique », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 148, 2003, p. 34.

24 Idem, p. 35. Voir également Hocine Khelfaoui, Les ingénieurs dans le système éducatif…, op. cit., p. 57.

25 Ahmed Taleb Ibrahimi, ministre de l’Éducation cité in Mohamed Benguerna, « L’École polytechnique d’Alger… », op. cit., p. 102.

26 Idem, p.103. Ces coopérants sont chargés d’épauler un peu moins d’une quarantaine d’enseignants algériens et dix experts du PNUD et de l’UNESCO.

27 Kamal Mellakh et Grazia Scarfo-Ghellab, « Mondialisation et itinéraires socioprofessionnels : le cas des ingénieurs marocains », working paper présenté dans le cadre du FSP « Mondialisation et recompositions de la catégorie professionnelle des cadres au Maghreb ». En 2007, le Maroc comptait 30 000 ingénieurs diplômés dont 3 500 avaient été formés dans les écoles françaises.

28 Kamel Mellakh, « La formation des ingénieurs par le système d’enseignement supérieur au Maroc », in Éric Gobe (dir.), Les ingénieurs maghrébins dans le système de formation, op. cit., p. 31-32. Cf. également Grazia Scarfo-Ghellab, « Les écoles d’ingénieurs. Lieux de production et de reproduction d’une fraction des élites marocaines », in Éric Gobe (dir.), Les ingénieurs maghrébins dans le système de formation, op. cit., p. 109-119.

29 Grazia Scarfo-Ghellab, « Les écoles d’ingénieurs marocaines, lieu de passage des élites ? Le cas des élèves de l’École Hassania des travaux publics de Casablanca », in Éric Gobe (dir.), L’ingénieur moderne au Maghreb (XIXe-XXe siècles), op. cit. p. 223.

30 Mustapha Haddab, « Les évolutions de la formation et du statut social des ingénieurs dans l’Algérie indépendante », in Éric Gobe (dir.), Les ingénieurs maghrébins dans le système de formation, op. cit., p. 124.

31 Nacer-Eddine Hammouda, « Les ingénieurs algériens : une élite économique et sociale ? Étude de leur comportement d’activité et de leurs conditions de vie », in Éric Gobe (dir.), Les ingénieurs maghrébins dans le système de formation, op. cit., p. 280.

32 La Jaune et la Bleue, « L’ENIT en 1975 », op. cit., p. 13.

33 Pour éviter toute confusion, nous n’utilisons pas dans ce texte le titre « d’ingénieur diplômé », mais le grade d’ingénieur principal pour désigner les titulaires d’un bac + 6.

34 Paul Bouffartigue, Les cadres. Fin d’une figure sociale, Paris, La Dispute, 2001, p. 127.

35 Habib Zaghounda, « L’École supérieure d’agriculture de Tunis », in l’INAT : un siècle sur la voie de l’excellence, ministère de l’Agriculture, 1998, p. 43.

36 Seuls les enseignants et les chercheurs reprendront leur poste.

37 Le nombre d’étudiants formés par l’établissement augmente progressivement : de 10 en 1960, 21 en 1963, et 35 en 1965, les promotions passent à une quarantaine de diplômés entre 1967 et 1971, Habib Zaghounda, op. cit, p. 35.

38 Abderrahmen Jerraya, « Parcours de l’École depuis l’indépendance en raccourci », in l’INAT…, op. cit., p. 28.

39 Mohamed Skouri, « L’épisode faculté d’agronomie : chronique d’une période de turbulences », in l’INAT…, op. cit., p. 51.

40 Voir Abderrahmen Jerraya, op. cit., p. 28. Le recrutement par l’ENSAT d’ingénieurs agronomes formés en France permet de fournir l’encadrement nécessaire au fonctionnement de la deuxième année du troisième cycle.

41 Mohamed Skouri, « L’épisode faculté d’agronomie : chronique d’une période de turbulences », in l’INAT…, op. cit., 1998, p. 47. Attaché au ministère de l’Agriculture, l’enseignement supérieur agricole est placé sous la tutelle du ministère de l’Éducation nationale. Ce passage, dans l’optique d’une mobilisation centralisée des ressources du pays, visait dans le discours officiel, à mettre l’ensemble des structures de l’enseignement supérieur au service du développement de la Tunisie.

42 Ce rétablissement du régime des études se situe dans la logique administrative créée par la mise en place de l’ENIT. Deux décrets de 1971 et de 1972 ont organisé le statut des cadres techniques de la fonction publique et fixé la durée des études donnant accès aux grades d’ingénieur adjoint (c’est-à-dire un grade réservé aux titulaires d’un diplôme de technicien supérieur) – 2 ans, d’ingénieur des travaux de l’État – 4 ans et d’ingénieur principal – 6 ans. Kamel Belkhodja, « Les difficultés d’une renaissance », in l’INAT…, op. cit., p. 56.

43 Un diplôme d’ingénieur spécialisé est décerné à ceux qui ont réussi un concours et suivi un cycle d’une année de spécialisation et d’une année d’application.

44 Kamel Belkhodja, op. cit., p. 56.

45 De nombreux établissements français ont accueilli ces étudiants de 3e cycle de l’INAT : on peut citer entre autres, l’INA Paris-Grignon, l’École nationale du génie rural des eaux et forêts de Paris (ENGREF), École nationale supérieure d’agronomie et des industries alimentaires de Nancy (ENSAIA), le Centre international des hautes études agronomiques méditerranéennes (CIHEAM), les Écoles nationales supérieures d’horticulture (ENSH).

46 À partir du milieu des années 1970, l’INAT forme des promotions d’environ 60 ingénieurs techniciens et de 20 à 40 ingénieurs principaux (sans compter les spécialités sous traitées en totalité à l’étranger). Pour davantage de précisions voir Abderahmen Jerraya, « Le temps de la maturité », in l’INAT…, op. cit., p. 92.

47 Kamel Belkhodja, « Principaux traits de l’agriculture après l’indépendance », in l’INAT…, op. cit., p. 265.

48 Abderrahmen Jerraya, « Le temps de la maturité », in l’INAT…, op. cit., p. 84.

49 Source : Base de données de l’Ordre des ingénieurs, 1999, exploitation statistique par Saïd Ben Sedrine & Éric Gobe.

50 Tahar Tissaoui, « L’ingénieur dans l’agriculture. Aperçu sur les évolutions durant un siècle de formation », L’ingénieur tunisien, n° 21, p. 42.

51 Cf. Mustapha Haddab, « Formation et insertion sociale des ingénieurs pour l’agriculture en Algérie » in Éric Gobe (dir.), L’ingénieur moderne au Maghreb (XIXe-XXe siècles), op. cit., p. 237-251.

52 Source : Base de données de l’Ordre des ingénieurs, 1999, exploitation statistique par Saïd Ben Sedrine & Éric Gobe.

53 L’enseignement et la formation en chiffres (1989, 1994 et 2001), ministère de l’Enseignement supérieur.

54 Charles Gadea, « Évolution des formations d’enseignement supérieur et insertion professionnelle des diplômés en Tunisie », working paper présenté dans le cadre du Fonds de solidarité prioritaire (FSP) du ministère des Affaires étrangères « Mondialisation et recompositions de la catégorie professionnelle des cadres au Maghreb ».

55 Cf. ministère de l’Enseignement supérieur, http://www.mes.tn.

56 Bernard Fourcade, Antoine Gennaoui et Jean-Paul Nicaulau, Étude de pré-faisabilité pour une participation de l’Union européenne au programme de modernisation de l’enseignement supérieur en Tunisie/amélioration de l’employabilité des jeunes diplômés, 2002, p. 27.

57 Mustapha Haddab, « Évolutions dans la formation… », op. cit., p. 123.

58 Taïeb Hadhri, op. cit., p. 36.

59 Idem, p. 35-36.

60 Entretien avec Tahar Belakhdar, octobre 2000 et juillet 2001. M. Tahar Belakhdar, a été, entre autres, directeur de l’ESPTT et du collège préparatoire de l’ENIT.

61 Idem. En 1986, le cycle préparatoire de l’ENIT a été délocalisé à Nabeul avec la création d’un institut préparatoire dans cette même ville.

62 Entretien avec Taïeb Hadhri (X-1977), ancien recteur de l’académie de Tunis et ex-directeur de l’École Polytechnique de Tunis, janvier 2001.

63 Entretien avec Tahar Belakhdar, cit., « Le système de l’Orientation ne doit pas être à l’origine du recrutement dans telle ou telle école. Pour moi, les écoles sont à l’instar des crus de vin, chacune a sa valeur et les élèves doivent se bagarrer pour entrer dans la meilleure. En plus, avec des préparations séparées, on introduit une émulation entre les écoles d’ingénieurs et tout le monde y trouve son compte. C’est déjà ce qu’on aurait dû faire dans les années 1980, avec l’expérience de l’Institut préparatoire de Nabeul. Mais les résistances locales et le changement de ministre ont empêché le projet de voir le jour. Au bout du compte, on s’est retrouvé devant une monstruosité. On pensait créer un système de préparation et on avait simplement déménagé le collège préparatoire de l’ENIT, point à la ligne. L’avantage de Nabeul par rapport à l’ENIT résidait dans le fait que les élèves étaient bien logés dans un cadre agréable ».

64 Entretien avec Taïeb Hadhri, cit.

65 « J’ai exposé mon projet devant un comité des sages convoqué par le ministre de l’Éducation. Il y avait dans ce comité les plus grands ingénieurs du pays : des polytechniciens, des centraliens d’une soixantaine d’année. Je leur ai dit qu’il ne fallait pas que l’on reste avec un système bâtard qui n’existe nulle part ; il faudrait que l’on adopte un système, mais à 100 %. Si c’est le système français, on doit le faire à 100 %. Nos jeunes adorent faire des “prépas” en France. Mais après tout qu’est-ce qu’une “prépa” ? Ce sont des sciences que nous maîtrisons. Nous avons de bons mathématiciens et de bons physiciens. Si nous choisissons ce système, choisissons-le à 100 %. J’ai cité l’exemple du Maroc qui avait démarré des “prépas” qui commençaient à faire réussir des élèves à Polytechnique. À la suite de mon exposé, il y a eu un débat, il y avait des ingénieurs pour et d’autres qui étaient contre. Le ministre a arbitré en faveur du projet. Un mois plus tard la commission d’étude était créée ». Entretien avec Tahar Belakhdar, cit.

66 Pour tous les détails voir Pierre Vermeren, La formation des élites marocaines et tunisiennes, op. cit., p. 426-428.

67 Entretien avec Tahar Belakhdar, cit.

68 Les copies tunisiennes étaient corrigées anonymement en France.

69 Entretien avec Taïeb Hadhri, cit.

70 Cet établissement est situé dans la banlieue résidentielle de Tunis à La Marsa.

71 Entretien avec Tahar Belakhdar, cit.

72 Ceci au grand dam du promoteur du projet : « Je pensais que le système de l’IPEST serait généralisé à l’ensemble des “prépa”. Je croyais que les élèves des autres “prépa” seraient choisis sur dossier. Le projet s’est arrêté avec le départ du ministre de l’Éducation. Plus personne ne s’intéressait à ce dossier », Idem.

73 Le ministère de l’Éducation et des Sciences a créé en 1993 un Comité de rénovation des études d’ingénieur (CREDIT) avec pour mission de valider les cursus de formation conduisant au DNI.

74 Mohamed Jaoua, docteur en mathématiques, a été le premier directeur de l’École polytechnique de Tunis.

75 « Le polytechnicien promu de l’École polytechnique de Tunis sera un ingénieur généraliste de haut niveau, susceptible de maîtriser la technologie et de la faire progresser, de conduire les grands projets et d’animer les équipes pluridisciplinaires qu’ils impliquent. Il est appelé donc à assumer d’importantes responsabilités dans le développement scientifique, industriel et économique du pays », interview de Mohamed Jaoua, in « Les enjeux d’une grande école », L’Économiste maghrébin, n° 103, 13-26 avril 1994, p. 11.

76 Entretien avec Taïeb Hadhri, cit.

77 Les élèves de l’EPT, tous boursiers, résident sur place dans des chambres individuelles situées dans un mini-campus entièrement câblé et équipé d’installations sportives.

78 D’une année sur l’autre, les trente premiers du baccalauréat continuent d’opter pour une scolarité dans les classes préparatoires françaises, les trente suivants partant en Allemagne, tandis qu’aujourd’hui plus de 150 étudiants s’inscrivent à l’IPEST.

79 Entretien, Tunis, 6 mai 2008.

80 Cf. l’hebdomadaire tunisien L’Expression, 16-22 janvier 2009.

81 La Presse de Tunisie, « Préparation aux grandes écoles – IPEST : grève terminée, revendications maintenues », 23 mai 2011.

82 Saïd Ben Sedrine et Vincent Geisser, Le retour des diplômés. Enquête sur les étudiants tunisiens formés à l’étranger : Europe, Amérique et Monde arabe, Tunis, Centre de publication universitaire, p. 44-45. Le système tunisien n’accorde qu’une faible importance au premier choix du bachelier. En 1994, le taux moyen de satisfaction des bacheliers par rapport à leur orientation universitaire était compris entre 20 et 50 %.

83 Banque mondiale et ministère tunisien de l’Emploi et de l’Insertion professionnelle des Jeunes, Dynamique de l’emploi et adéquation de la formation parmi les diplômés universitaires. Volume I : rapport sur l’insertion des diplômés de l’année 2004, 2008, p. 12.

84 Si l’on se réfère au baccalauréat de sciences expérimentales, moins prestigieux que celui de mathématiques, on a affaire à une hiérarchie quelque peu différente.

85 Entretien cité in François Siino, Science et pouvoir dans la Tunisie contemporaine. Contribution à une analyse de la politique scientifique tunisienne (1956-1996), Institut d’études politiques, Université Aix-Marseille III, octobre 1999, p. 423.

86 Saïd Ben Sedrine et Vincent Geisser, « Les diplômés à la sortie de l’Université. Devenir social et stratégies d’insertion professionnelle », Monde arabe Maghreb-Machrek, n° 157, juillet-septembre 1997, p. 27. Les lauréats des ISET peuvent accéder en première année des écoles d’ingénieurs après étude de leur dossier.

87 Tahar Belakhdar tire un bilan assez mitigé des réformes qu’il a contribué à finaliser. Il en attribue l’échec relatif au fait que les enseignants titulaires sont exclusivement des universitaires et que le statut des agrégés n’ait pas été revalorisé : « On a créé un nouveau corps d’enseignants, les technologues. Ils ne sont plus recrutés à partir de thèses mais à partir d’agrégations de génie électrique, génie mécanique, génie civil avec un statut assez intéressant leur permettant de progresser et de rester en contact avec le monde professionnel […]. Mais le statut des agrégés est en train de se casser la figure. On a oublié de revaloriser leur salaire. Les agrégés fuient et sont en train de faire des thèses, ils veulent intégrer l’université classique afin d’avoir de meilleures conditions matérielles », Entretien…, cit. Il est à noter que Mokhtar Latiri regrette que le statut de l’ingénieur enseignant ne soit pas valorisé. Entretien…, cit.

88 Cette situation fait dire à Mokhtar Latiri que l’INSAT est condamné à faire son aggiornamento, car ses statuts sont en contradiction avec la législation qui réglemente les écoles d’ingénieurs délivrant le DNI, Idem.

89 Dans la hiérarchie des établissements telle qu’il ressort du processus d’orientation, l’INSAT se classe derrière l’IPEI de Sfax.

90 Pierre Bourdieu, La noblesse d’État…, op. cit., p. 20 et 301.

91 Du grade le moins élevé au plus élevé : ingénieur des travaux, ingénieur principal, ingénieurs en chef, ingénieur général.

92 En vertu du décret, les candidats doivent être inscrits au tableau de l’Ordre des ingénieurs pour concourir, JORT, 23 avril 1999, p. 613.

93 Ministère du développement économique, Le 10e plan de développement (2002-2006), Volume I, contenu global.

94 L’employabilité « englobe les compétences, connaissances et qualifications qui renforcent l’aptitude des travailleurs à trouver et à conserver un emploi, progresser au niveau professionnel et s’adapter au changement, trouver un autre emploi s’ils le souhaitent ou s’ils ont été licenciés et s’intégrer plus facilement au marché du travail à différentes périodes de leur vie », définition de La Conférence internationale du travail (CIT) de l’OIT, citée in Bernard Fourcade, Antoine Gennaoui et Jean-Paul Nicaulau, Étude de pré-faisabilité…, op. cit., p. 33.

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Distribution des flux d’ingénieurs par pays de formation selon la période d’obtention du diplôme
Légende Source : Enquête Saïd Ben Sedrine & Éric Gobe, 2000.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3332/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 288k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540