Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jalons pour une sociologie des ingénieurs au Maghreb

 | 
Éric Gobe

Chapitre I. La genèse d’une figure technique moderne au Maghreb : l’ingénieur colonial

Entrées d'index

Mots clés :

ingénieur colonial, Maghreb

Texte intégral

  • 1 André Grelon, « Emergence and Growth of the Engineering Profession in Europe in the 19th and Early (...)
  • 2 André Grelon, « Les ingénieurs du Maghreb et du Moyen-Orient : vue d’Europe », in Élisabeth Longuen (...)
  • 3 Idem, p. 31.

1L’apparition de la figure de l’ingénieur « moderne » au Maghreb est liée à l’ambition modernisatrice d’États confrontés à l’expansionnisme des puissances européennes. La fonction d’ingénieur a bien sûr existé avant le XIXe siècle. Elle désignait au Moyen-âge en Europe, le concepteur de machines de guerre, le constructeur de ponts et de routes ou l’expert hydraulicien supervisant le creusement de canaux. Ce détenteur d’un savoir technique était un « expert itinérant » recruté par un monarque ou un prince pour conduire un chantier ponctuel dans un temps déterminé1. L’ingénieur moderne, quant à lui, est né au XVIIe siècle : à demeure au service de l’État, il est d’abord un expert militaire qui construit des forteresses et produit des pièces d’artillerie avant de s’occuper sous une forme « plus civile » des voies de communication et de l’exploitation des mines2. Progressivement au XVIIIe siècle, les États européens, et plus particulièrement la France monarchique, puis révolutionnaire, ressentent le besoin de créer des établissements d’enseignement pour leurs agents militaires et civils qui exercent des responsabilités techniques. Détenteur d’un savoir scientifique mis au service d’abord de l’État, puis de l’entreprise, l’ingénieur devient au XIXe siècle le porteur d’une modernité conçue comme « un projet visant à mettre en œuvre la science et les techniques, et la raison par la science, aux postes de commande dans les activités humaines »3.

  • 4 Fayçal Rifaï, « Éléments pour une histoire des ingénieurs à Alep », in Élisabeth Longuenesse (dir.) (...)

2Dans les empires arabo-musulmans, le mot muhandis, qui est aujourd’hui en arabe l’équivalent du mot ingénieur, servait à désigner celui qui mesurait le débit de l’eau dans les galeries drainantes souterraines. L’hydraulique et la mécanique relevaient en terre d’islam de la « science des ruses » ‘Ilm al-hiyâl, car l’homme de science faisait usage de « stratagèmes pour mettre les forces de la nature à son service »4. Le mot a progressivement pris un sens plus large pour désigner au XVIe siècle, dans l’Empire ottoman, les champs du génie civil et mécanique.

  • 5 Le bey est à l’origine un officier de l’armée ottomane chargé des expéditions fiscales visant à réc (...)

3Au Maghreb, la figure moderne de l’ingénieur est née dans la première moitié du XIXe siècle. Les souverains tunisiens d’abord, et marocains ensuite, ont fait appel à des experts étrangers pour mettre en place les réformes administratives et techniques qui devaient leur permettre de rivaliser avec l’Europe conquérante. Par ailleurs, les beys5 de Tunis, comme, plus tardivement, les sultans marocains, ont envoyé des missions d’étude et ont créé des institutions d’enseignement technique, plus particulièrement dans le domaine militaire. Mais au bout du compte, ces efforts de modernisation se sont révélés insuffisants pour empêcher la France coloniale de prendre pied au Maghreb.

De l’ingénieur réformateur à l’ingénieur colonial

  • 6 Anne-Marie Planel, « État réformateur et industrialisation : les avatars d’une manufacture (1837-18 (...)

4La Tunisie des beys recrute dès 1820 un polytechnicien français, ancien membre du corps des Poudres et des Salpêtres, pour réorganiser son armée et promouvoir le développement d’établissements industriels rattachés au secteur militaire. En sollicitant le concours d’ingénieurs européens, les dirigeants de la régence ottomane tentent d’importer un « nouveau savoir technique fondé sur la mécanisation et l’utilisation de machines à vapeur »6. L’ingénieur de l’armement est perçu par les beys comme un technicien censé apporter des solutions efficaces pour lutter militairement contre les puissances européennes.

  • 7 Anne-Marie Planel, De la nation à la colonie : la communauté française de Tunisie au XIXe siècle, T (...)

5Le champ d’intervention de ces « experts pour la réforme » ne se limite pas au domaine militaire : par exemple, l’ingénieur des Mines français Édouard Dubois est chargé d’accroître les ressources monétaires et les capacités énergétiques de la Tunisie des beys. Son enquête minéralogique (1855) et les réformes monétaires et fiscales (1855-1858) qu’il conduit visent à faire passer progressivement la régence de Tunis d’un État patrimonial à un État territorial7.

  • 8 Anne-Marie Planel, « Les ingénieurs des beys de Tunis : experts des réformes au XIXe siècle ? », in(...)

6Les « experts » étrangers ont joué, de manière générale, un rôle important dans la mise en place des premiers cursus scientifiques et techniques : Édouard Dubois, toujours lui, persuadé de la nécessité de former en Tunisie des ouvriers qualifiés, contribue à la création d’une école des arts et métiers à Tunis (1857)8.

  • 9 Noureddine Sraïeb, Le collège Sadiki de Tunis (1875-1956). Enseignement et nationalisme, Tunis, Ali (...)
  • 10 Idem, p. 322. Cf. également du même auteur « Aux origines de la modernité en Tunisie : Le Cheikh Ma (...)

7Dès 1838, en raison des craintes suscitées par la pénétration française en Algérie, Ahmed Bey (1837-1855) crée l’École des ingénieurs (maktab al-muhandisîn) du Bardo – connue également sous le nom d’École polytechnique. L’établissement commence à fonctionner à partir de 1840, date à laquelle le bey nomme à sa tête Calligaris, officier piémontais ayant servi dans l’armée ottomane et orientaliste sachant parfaitement l’arabe9. Professeurs, officiers italiens et français sont recrutés pour enseigner aux futurs officiers de l’armée du bey les mathématiques, la géodésie, l’artillerie, la tactique militaire, les fortifications, la géographie, l’histoire, ainsi que les langues italienne et française. À côté de cet enseignement « moderne », est maintenu un enseignement traditionnel de littérature arabe et de sciences religieuses. Le cheikh Mahmud Qabadu, une des premières figures du réformisme tunisien, est nommé au sein de l’École pour enseigner la langue arabe et l’instruction religieuse. Il se charge également, en collaboration avec Calligaris et les meilleurs étudiants de l’école, de rédiger les résumés des cours de professeurs étrangers et de traduire des ouvrages européens portant sur les arts militaires. Le cheikh insiste d’ailleurs dans ses écrits sur la nécessité pour les « États musulmans » d’adopter les sciences et techniques modernes développées dans les pays européens afin d’atteindre leur niveau de prospérité et de richesse10.

  • 11 Jean Ganiage, Les origines du protectorat français en Tunisie (1861-1881), Paris, PUF, 1959, p. 116 (...)

8Mais les résultats de l’enseignement militaire dispensé se révèlent particulièrement décevants : la plupart des élèves, de jeunes mamelouks grecs ou circassiens arrivaient avec un niveau insuffisant au sein de l’école pour pouvoir suivre un cursus scientifique11.

  • 12 Mongi Smida, Kheredine : ministre réformateur (1873-1877), Tunis, Maison tunisienne de l’édition, 1 (...)
  • 13 Cf. Chennoufi, « Un rapport inédit en langue arabe sur l’École de guerre du Bardo », Les cahiers de (...)

9Le successeur d’Ahmed Bey, Mohammed Bey (1855-1859), devait infléchir l’œuvre de son prédécesseur dans un sens plus modeste en transformant, en novembre 1855, l’École polytechnique en une école de guerre, maktab al-harb. Pour ce faire, il confie sa direction à un officier français détaché à Tunis, le capitaine Jean Taverne. Ce dernier fait de l’établissement une simple école de sous-officiers12 dans laquelle les élèves, recrutés entre 13 et 15 ans et formés en six ans, passaient un simple examen probatoire d’entrée en lecture et en écriture. Dans cet établissement qui va fonctionner jusqu’en 186913, le français devient la seule langue d’enseignement scientifique et militaire, tandis que l’arabe est maintenu pour l’enseignement religieux.

  • 14 Mongi Smida, op. cit., p. 292-293.

10En dépit de leur durée de vie relativement brève, ces deux écoles n’en constituent pas moins une expérience originale. Pour la première fois dans la régence de Tunis est créé, un peu à l’image européenne, un type d’enseignement étatique relevant, non des autorités religieuses, mais directement du pouvoir beylical14.

11Au Maroc, l’exemple de l’œuvre réformatrice de l’Égypte de Mohammed Ali et la défaite subie devant les armées françaises par les troupes marocaines à Isly, en 1844, incitent le sultan Sidi Mohammed à créer la madrasat al-mohandisîn (l’École d’ingénieurs) :

  • 15 Lucien Paye, Introduction et évolution de l’enseignement moderne au Maroc (des origines jusqu’à 195 (...)

« Cet essai de modernisation consiste dans l’introduction de sciences exactes, géométrie et calcul (hindasa et hisâb) dans le programme destiné à des techniciens de l’armement. Analogue dans son principe à l’école militaire du Bardo, à Tunis, cette institution se limite à peu de chose et ne tarda pas à péricliter »15.

  • 16 Laroui Abdallah, L’histoire du Maghreb. Un essai de synthèse, Casablanca, Centre culturel arabe, 19 (...)

12En fait, les sciences et les techniques modernes n’étant introduites à aucun stade de l’enseignement traditionnel, les élèves ont un niveau insuffisant pour suivre les programmes proposés. Pour la même raison, les sultans du Maroc ont eu les pires difficultés à recruter des candidats ayant la formation de base requise pour tirer profit de séjours d’étude à l’étranger16.

  • 17 Mohammed Ennaji, « Réforme et modernisation technique dans le Maroc du XIXe siècle », in Modernités (...)

13À l’instar de la Tunisie, le sultanat du Maroc a fait appel à des experts étrangers dans la seconde moitié du XIXe siècle pour créer des établissements industriels. Mais les projets gérés par les techniciens occidentaux – parfois égyptiens, voire renégats – périclitent rapidement, la main d’œuvre employée étant souvent constituée d’esclaves, recrutés pour l’armée, peu soucieux des rendements, et ne disposant pas des qualifications requises17.

  • 18 Anne-Marie Planel, « État réformateur et industrialisation… », op. cit., p. 114.

14En fait, l’ambition modernisatrice limitée principalement au domaine militaire est un échec. Contrairement à ce qui se passe en Europe, la création d’écoles formant des responsables techniques n’accompagne pas la croissance industrielle. Le coût du financement des innovations scolaires et industrielles est devenu rapidement insupportable pour le budget de la régence (Tunisie) ou le Trésor sultanien (Maroc). Et surtout, le développement d’un appareil de production de type industriel efficient s’est heurté aux logiques de fonctionnement des États beylical et sultanien : la gestion des établissements industriels « fondée sur une confusion entre les attributs publics et privés de la puissance, détournant une partie des bénéfices industriels dans la rente d’État, n’a pas permis de réinvestir les éventuels profits dans le renouvellement nécessaire de l’équipement »18. Par conséquent, l’embryon d’industries ainsi mis en place ne pouvait pas soutenir la concurrence des industries européennes.

  • 19 André Grelon, « Les ingénieurs du Maghreb et du Moyen-Orient… », op. cit., p. 13.
  • 20 André Grelon, « Ingénieurs et sociétés dans le Maghreb contemporain : l’itinéraire d’un programme d (...)
  • 21 Cf. Oumelkhir Touati, « Les ingénieurs en Algérie de l’époque coloniale à la crise des années 1990  (...)
  • 22 Mohamed Benguerna, « L’École polytechnique d’Alger : la formation inachevée d’une élite technique » (...)
  • 23 Idem, p. 102.
  • 24 Benjamin Stora, Histoire de l’Algérie depuis l’indépendance, t. 1, 1962-1988, Paris, La Découverte, (...)

15La colonisation va de surcroît constituer un frein à l’industrialisation des pays conquis et donc, à l’accroissement du nombre d’ingénieurs. Au fondement du pacte colonial, on trouve l’idée qu’il est indispensable de ne pas créer de concurrence aux industries françaises et que les colonies doivent se spécialiser dans la production de minerais et de denrées agricoles destinées à la Métropole19. Les autorités coloniales ne privilégiant pas l’industrialisation du Maghreb, les écoles de formation qui accompagnent le développement de pôles industriels pour doter ceux-ci de cadres techniques ne pouvaient pas être créées20. Rares sont les établissements techniques hors agriculture créés par la France coloniale. Ils concernent, au premier chef, la formation de techniciens et ce n’est qu’après la seconde guerre mondiale qu’ils seront transformés en écoles d’ingénieurs. La France crée, en 1925, un Institut industriel algérien sur le modèle des écoles nationales professionnelles qui ont commencé à voir le jour à la fin du XIXe siècle et se sont développés dans l’entre-deux-guerres21. Dès l’année suivante, cet établissement forme des techniciens supérieurs destinés à peupler les entreprises de bâtiments et de travaux publics et les quelques sociétés industrielles implantées en Algérie22. Au sortir de la seconde guerre mondiale, l’Institut prend le nom d’École nationale d’ingénieurs des travaux publics et du bâtiment (ENITPB), propose un cursus articulé autour de quatre spécialités (bâtiment, travaux publics, électronique et mécanique) et délivre un diplôme d’ingénieur à ses étudiants, pour l’immense majorité français. À partir de 1955, cet établissement, qui devient en 1958 l’École nationale des ingénieurs algériens (ENIA), élargit sa palette de spécialités enseignées à l’électronique et l’électrotechnique23. En effet, l’idée d’industrialiser le pays commence à faire son chemin : il s’agit de faire participer les populations « indigènes » au développement économique afin de désamorcer la contestation nationaliste de la domination coloniale. Aussi, à la fin des années 1950, l’ouverture d’un enseignement scientifique et technique supérieur destiné aux Algériens musulmans est-il à l’ordre du jour. En 1959, la France met en place le plan dit de Constantine pour industrialiser l’Algérie. Mais celui-ci vient bien tard : au moment de la décolonisation, le secteur industriel en Algérie ne représente qu’un peu plus du quart de la production du pays et son activité principale consiste en la transformation de produits agricoles24.

  • 25 Hocine Khelfaoui, Les ingénieurs dans le système éducatif. L’aventure des instituts technologiques (...)
  • 26 Oumelkhir Touati, op. cit., p 597.
  • 27 Mostefa Lacheraf, Écrits didactiques sur la culture, l’histoire et la société, Alger, Entreprise Al (...)

16De manière générale, l’enseignement technique pendant toute la période coloniale a été quasiment inaccessible aux Algériens musulmans. Les écoles existantes recevaient un public très majoritairement européen. En 1949-1950, on ne comptait que 77 Algériens musulmans sur les 453 élèves inscrits dans l’enseignement technique agricole. Parmi les 1 973 élèves inscrits dans l’enseignement technique professionnel, on dénombrait 271 « Algériens musulmans » contre 1 702 « Européens »25. De surcroît, la plupart de ces formations ne concernaient que des postes subalternes et d’exécution. À l’indépendance, on ne compte en Algérie que 28 ingénieurs et assimilés26. À cette époque, la population musulmane est principalement agricole ou employée comme ouvriers non qualifiés dans les exploitations minières : 88 % des autochtones sont analphabètes et un peu plus de 80 % vivent d’une agriculture de subsistance27.

  • 28 Habib Belaïd, « Les ingénieurs de la Poste et des Travaux publics en Tunisie à l’époque coloniale : (...)
  • 29 Habib Belaïd, « Figures d’ingénieurs pendant le protectorat français en Tunisie… », op. cit., p. 15 (...)

17En Tunisie, à part quelques individualités, la présence d’ingénieurs et de techniciens tunisiens dans le corps des ingénieurs du protectorat a été insignifiante. À la veille de l’indépendance, les membres de la direction des travaux publics étaient dans leur immense majorité des ingénieurs français diplômés des Ponts et Chaussées (12 sur 13). Dans les services routiers, on ne comptait qu’un seul ingénieur tunisien contre 39 ingénieurs français. Le service maritime comprenait 10 ingénieurs français, tandis que dans le service topographique, les ingénieurs tunisiens occupaient une place un peu plus importante puisque sur les 91 ingénieurs du service, 14 étaient de nationalité tunisienne28. En revanche, les grandes entreprises coloniales minières – la Compagnie des phosphates Sfax-Gafsa – et de transport – la Compagnie fermière des chemins de fer et la Compagnie d’électricité et de transport – n’employaient aucun ingénieur tunisien29.

  • 30 Lilia Ben Salem, Développement et problème de cadres, le cas de la Tunisie. Un exemple : les cadres (...)
  • 31 Idem, p. 65.

18La sociologue tunisienne, Lilia Ben Salem, fait valoir que la politique du Protectorat en Tunisie a consisté à décourager toute velléité de formation de cadres capables de maîtriser les techniques modernes30. Elle cite à l’appui de son raisonnement les propos du résident général Peyrouton qui déclarait en février 1935 : « Nous ne voulons pas de techniciens supérieurs, nous ne voulons pas avoir de chômeurs pour demain. Il n’y a pas de faute plus grave que de faire des diplômés pour les rejeter ensuite »31.

  • 32 Hocine Khalfaoui, op. cit., p. 19.

19À cette explication économique, Hocine Khelfaoui en ajoute une de caractère socio-politique : dans le contexte colonial, il était impensable de confier une fonction d’encadrement technique à un « indigène », l’exercice du métier d’ingénieur s’opérant au sein de « hiérarchies sociales » et de « réseaux susceptibles de transformer des liens professionnels en liens de solidarité sociale »32. Craignant de voir se transformer des cadres techniques en leaders d’opinion auprès des salariés « indigènes » et de les voir mener des actions susceptibles de paralyser l’activité des entreprises ou des administrations, les autorités coloniales n’auraient pas promu la formation d’ingénieurs locaux.

  • 33 J. G. Magnin, « La profession d’ingénieur en Tunisie », Ibla, n° 98, second semestre 1962, p. 186.
  • 34 André Grelon, « Ingénieurs et sociétés dans le Maghreb contemporain… », op. cit., p. 13.
  • 35 G. Roubaud, Les problèmes de l’enseignement technique en Tunisie, Mémoire du CHEAM non daté, probab (...)
  • 36 Idem, p. 15. Il existait également des sections techniques dans les collèges de Sfax, Bizerte et So (...)
  • 37 Hélène Vacher, « Du métier à la profession : l’émergence de l’ingénieur géomètre et l’exercice colo (...)
  • 38 André Grelon, « Ingénieurs et sociétés dans le Maghreb contemporain… », op. cit., p. 12.

20Aussi le métier d’ingénieur, aux débouchés très incertains, subit-il la concurrence de « professions plus payantes et plus sûres »33. La majorité des étudiants maghrébins s’oriente à l’époque coloniale vers l’enseignement ou les professions libérales : l’idéal de notabilité des classes aisées maghrébines s’incarne dans les professions d’avocat, de médecin ou de pharmacien34. C’est d’ailleurs avec regret que G. Roubaud, enseignant dans un établissement technique de Tunisie sous le protectorat, note que les hauts fonctionnaires locaux, les notables et autres propriétaires fonciers tunisiens « ont conservé du passé des habitudes seigneuriales »35, servis qu’ils étaient par une partie de la population à laquelle il incombait les tâches manuelles. Faire de leurs enfants des travailleurs manuels était impensable pour cette élite tunisienne. Aussi le principal établissement d’enseignement technique secondaire établi en Tunisie, le collège technique Émile Loubet ne comptait quasiment pas d’« indigènes » dans ses effectifs. Ledit établissement, qui a préparé jusqu’à l’indépendance au baccalauréat technique, proposait des départements spécialisés (Travaux publics, Mines, Arts et Métiers, Électricité, Mécanique) qui formaient les étudiants aux écoles techniques françaises et fournissaient des techniciens ayant vocation à répondre aux besoins techniques locaux36. De plus, certaines tentatives de création d’établissements à vocation scientifique et technique ont échoué. L’histoire de l’éphémère École des géomètres et dessinateurs, créée en 1920 à Rabat, censée recruter des élèves français et marocains est emblématique de la difficulté de mettre en place un établissement d’enseignement technique en contexte colonial. Dès 1922, l’école a fermé en raison du manque d’élèves ayant un niveau d’instruction suffisant et du manque de perspective d’embauche au sein de l’administration coloniale37. La création d’établissements de formation scientifique et technique est d’autant plus difficile que ces derniers constituent « un investissement lourd (bâtiment, matériel, personnel) qui doit rencontrer son public (ce qui suppose un bassin de recrutement régional déjà constitué) et supposer des débouchés »38.

  • 39 Habib Belaïd, « Aux origines des postes et des télécommunications dans la Régence de Tunis : postes (...)
  • 40 Habib Belaïd, « Figures d’ingénieurs pendant le protectorat français en Tunisie… », op. cit., p. 16 (...)
  • 41 Anousheh Karvar, La formation des élites scientifiques et techniques étrangères à l’École polytechn (...)

21Pendant toute la période du protectorat en Tunisie, les administrations techniques clés, comme la Poste et les Travaux publics, sont restées dans une large mesure une prérogative française : les fonctions de conception et de direction étaient le quasi-monopole des cadres français (souvent métropolitains). Les Tunisiens dans leur immense majorité étaient des agents d’exécution39. Les quelques ingénieurs « indigènes » n’occupaient pas de postes correspondant à leur qualification40 : le premier ingénieur tunisien en communication, Mohamed El Mili, était chargé de la gestion du parc automobile du ministère des Transports, alors que le polytechnicien tunisien, Mokhtar Latiri, s’était vu refuser en 1951 par l’administration du protectorat le poste d’adjoint à l’ingénieur en chef des Ponts et Chaussées41.

  • 42 Hélène Vacher, « Les figures de l’ingénieur colonial à la fin du XIXe siècle », Le Mouvement social(...)
  • 43 Hélène Vacher, « L’association des ingénieurs civil outre-mer au miroir de la mise en valeur du Mag (...)
  • 44 Idem.
  • 45 Habib Belaïd, « Les ingénieurs de la Poste et des Travaux publics en Tunisie à l’époque coloniale…  (...)

22La figure du cadre technique qui va dominer le Maghreb jusqu’aux indépendances est celle de l’ingénieur colonial. La fin du XIXe siècle voit la création par un ingénieur conseil de la Société française des ingénieurs coloniaux (1895). Cette dernière publie dans ses bulletins des débats sur l’expansion coloniale, des comptes rendus des assemblées annuelles de l’association portant sur le rôle de l’ingénieur dans la colonisation et des notes techniques consacrées aux travaux publics. On y insiste sur le chemin de fer conçu comme « l’instrument par excellence de l’aménagement territorial aux colonies »42. Cette association participe à la fois de la légitimation d’une entreprise coloniale qui se veut porteuse de progrès scientifique et technique, d’une politique d’exportation de l’industrie des travaux publics et d’une tendance à la spécialisation du génie civil français. Mais les ingénieurs membres de cette association sont loin de « faire souche » dans les colonies : ce sont des « voltigeurs de chantier » circulant dans les pays d’outre-mer43. La majorité d’entre eux, et plus particulièrement au Maghreb, ne se stabilise pas (à l’exception de quelques ingénieurs souvent indigénophiles). Implantés dans les colonies pour un temps relativement bref, et passant d’une contrée à l’autre en fonction du développement des infrastructures, les ingénieurs étudiés par Hélène Vacher44 travaillent, pour la plupart, en tant que cadres techniques de sociétés privées de travaux publics (surtout de chemins de fer). En revanche, les ingénieurs coloniaux décrits par l’historien Habib Belaïd45 sont, dans leur immense majorité, des fonctionnaires issus de la métropole, détachés en Tunisie et employés par l’administration de la Poste ou la direction des Travaux publics.

23Force est de constater que le secteur qui a produit le plus d’ingénieurs « autochtones » est l’agriculture, la France ayant investi dans l’enseignement supérieur agronomique pour mettre en valeur le secteur agricole de ses colonies.

L’agronome : un ingénieur pris dans les contradictions de la société coloniale

  • 46 Dans le cas de l’ECAT, quelques Tunisiens, généralement fils de propriétaires terriens, ont pu y po (...)
  • 47 Georges Boüé, L’École coloniale d’agriculture de Tunis et ses anciens élèves, Toulouse, à compte d’ (...)
  • 48 Pierre Vigreux, « Le rôle des ingénieurs dans l’agriculture, les forêts et l’équipement rural au Ma (...)

24Le colonisateur a créé, en 1898, l’École coloniale d’agriculture de Tunis (ECAT) et, en 1905, l’École d’Alger à Maison-Carrée. L’objectif principal de ces établissements est alors de former techniquement les colons destinés à s’installer au Maghreb ou dans d’autres pays de l’Union française46. Mais le développement de ces écoles ne s’est pas fait sans difficultés. L’opposition est venue des colons eux-mêmes. En Tunisie, ces derniers et leur représentant, de Carnières, le président de la chambre d’Agriculture de Tunis, ne voyaient pas d’un bon œil la création d’un établissement qui dispenserait une formation supérieure agricole pour l’ensemble des pays chauds, alors que les colons étaient avant tout confrontés à la mise en valeur du pays. Partisans d’un enseignement pratique destiné exclusivement à leur progéniture, les grands propriétaires terriens de Tunisie préféraient la création d’une école pratique d’agriculture, comme il en existait une en Algérie (à Rouiba) depuis 188247. Au Maroc, en raison de l’hostilité des colons qui envoyaient leurs enfants poursuivre leur formation en France, la première école d’agriculture a vu le jour tardivement, à Meknes, en 194548.

  • 49 David Lambert, « Dissensions coloniales : fonctions politiques et sociales de l’École coloniale d’a (...)

25Quant aux débats des années 1920 autour de l’éventuelle suppression de l’ECAT, ils étaient révélateurs des contradictions de la société coloniale. Les polémiques concernant cet établissement mettaient aux prises des notables ruraux, les « prépondérants », et ceux qui, d’inspiration plus ou moins radical-socialiste critiquaient leur pouvoir oligarchique. Pour les premiers qui aspiraient à la mise en œuvre d’un gouvernement d’experts dont ils auraient été le centre d’impulsion, l’ECAT constituait un instrument de pouvoir qui donnait une légitimité scientifique et intellectuelle à leur hégémonie socio-économique. Pour les seconds, critiquer l’ECAT et exiger sa suppression revenait à tenter de remettre en cause le pouvoir des « agrariens » sans attaquer frontalement un système colonial dont ils tiraient profit49.

  • 50 Georges Boüé, op. cit., p. 282.

26L’ECAT faillit d’ailleurs disparaître en février 1934. Toutefois, la décision de fermeture prise alors par la résidence générale était probablement bien plus imputable aux restrictions budgétaires consécutives à la crise des années 1930 qu’aux opposants à l’existence de l’école. Quatre mois plus tard, à la suite d’une campagne des anciens diplômés de l’école, l’établissement rouvrait ses portes avec un budget de fonctionnement amputé d’un tiers50.

  • 51 André Grelon (dir.), Les ingénieurs de la crise : titre et profession entre les deux guerres, Paris (...)
  • 52 Georges Boüé, op. cit., p. 225.

27Les années d’avant-guerre constituent une période difficile pour l’ECAT. La question de l’attribution du titre d’ingénieur à ses anciens élèves devient une question récurrente. En effet, les associations d’ingénieurs diplômés en France, confrontées à la croissance du chômage et animées par une logique malthusienne, obtiennent par la loi du 10 juillet 1934 la reconnaissance et la protection du titre d’ingénieur51. Ce texte législatif confie à une commission des titres le soin d’établir chaque année la liste des écoles délivrant un diplôme d’ingénieur. Or, l’ECAT, située en pays de protectorat, est considérée comme une école technique étrangère. Et ce n’est qu’après moult interventions des membres de l’association des anciens élèves de l’ECAT et de l’administration du protectorat que la commission des titres se décide à inscrire, en 1938, l’école sur la liste des établissements délivrant un diplôme d’ingénieur52.

  • 53 Pierre Vigreux, op. cit.

28Il convient de préciser que les agronomes coloniaux en poste au Maghreb n’étaient pas tous les membres ou les serviteurs d’une « oligarchie agraire ». Fonctionnaires de l’administration de l’Agriculture, ils devaient sans cesse composer avec une politique coloniale dont les logiques pouvaient être contraires à leur idéologie ou à leur rationalité technique : ils ont été, peu après le déclenchement de la guerre d’Algérie, les agents de la « politique du paysannat » conçue par Guy Mollet. Le dirigeant socialiste, analysant le conflit colonial qui éclatait au grand jour en termes de « lutte des classes », avait chargé les ingénieurs des services agricoles de mettre en place une politique favorisant les petits agriculteurs « indigènes » au détriment des colons53.

  • 54 Jean-Jacques Pérennès, L’eau et les hommes au Maghreb. Contribution à une politique de l’eau en Méd (...)
  • 55 Omar Bessaoud, « Hyppolite Lecq (1856-1922) : apôtre d’une agrologie nord-africaine », in Éric Gobe (...)

29En fait, l’agriculture au Maghreb a vu officier certains ingénieurs hétérodoxes. Situés à l’interface des autorités coloniales et des paysans locaux et par conséquent « médiateurs principaux d’une transformation volontariste des campagnes que tente de réaliser l’État »54, certains agronomes ont produit un discours critique à l’égard de leurs collègues et de la colonisation agraire. À cet égard, la figure d’Hippolyte Lecq, est emblématique : inspecteur de l’agriculture en Algérie à la charnière du XIXe et du XXe siècle, il n’a eu de cesse de réhabiliter l’agriculture traditionnelle. Contrairement aux affirmations de certains de ses collègues, il affirmait qu’elle devait être mise en valeur et qu’il convenait bien plus de la faire progresser que de la négliger. Éloigné d’une vision raciste qui fait de l’« agriculteur indigène » un individu arriéré et fataliste, il montrait que ce dernier était ouvert aux progrès si les conditions économiques et sociales qui lui étaient faites s’amélioraient. Cependant, conscient que le conflit entre paysans algériens et colons européens était au centre de la question foncière, il ne put remettre en cause de manière frontale la colonisation agraire. Aussi s’est-il contenté, la plupart du temps, de préconiser des réformes techniques d’amélioration foncière55.

  • 56 Mohamed El Faïz, « Les ingénieurs et la politique de l’eau au Maghreb : le passé peut-il éclairer l (...)
  • 57 Mohamed El Faïz, « La grande Hydraulique dans le Haouz de Marrakech : fascination technologique et (...)
  • 58 Jean-Jacques Pérennès, op. cit, p. 129.
  • 59 René Arrus, L’eau en Algérie : de l’impérialisme au développement (1830-1962), Alger, OPU, 1985, p. (...)
  • 60 Jean-Jacques Pérennès, op. cit., p. 131.

30Dans le champ de l’hydraulique, les premiers ingénieurs de la période coloniale étaient admiratifs des performances du « modèle de gestion participatif » de l’eau en Andalousie et au Maghreb56. Mais, si Maurice Aymard, ingénieur des Ponts et Chaussées, attribuait en 1864 la prospérité agricole de l’Espagne musulmane à son système social de répartition de l’eau, ses successeurs étaient des partisans de la construction de grands barrages. Au début du XXe siècle, adeptes et opposants de la grande hydraulique se sont affrontés : les ingénieurs des travaux publics étaient favorables aux barrages réservoir, tandis que les géographes et les agronomes coloniaux, plus sensibles aux impacts environnementaux et sociaux, en dénonçaient les effets pervers57. Selon Jean-Jacques Pérennès, le débat a été tranché en faveur de la grande hydraulique en Algérie au début des années 1920 sous la pression d’entreprises de BTP françaises à la pointe du progrès technique58 : elles trouvaient dans ce pays un champ d’expérimentation privilégié qui leur permettait à la fois de tester de nouvelles techniques et de vendre leurs matériels59. Au Maroc, l’option pour les grands barrages répondait à une logique quelque peu différente. En effet, jusqu’en 1927, la politique du protectorat, inspirée par le mythe du « grenier à blé de Rome », a consisté à développer la production céréalière. Mais à la fin des années 1920, alors que le marché métropolitain de blé est saturé, les autorités du protectorat prennent conscience que la céréaliculture coûte cher, les rendements des terres n’étant pas à la hauteur des attentes. Dans ce contexte de crise, le « mythe californien » prend la relève de celui du « grenier à blé ». Ainsi une série de facteurs favorise l’option pour la grande hydraulique : le successeur de Lyautey, le résident général Steeg, favorable à une colonisation de peuplement, soutenait la construction de grands barrages afin de développer rapidement l’irrigation. De leur côté, colons et agronomes, qui se sont rendus de nombreuses fois en mission en Californie entre 1929 et 1933, préconisaient la généralisation de l’agrumiculture grande consommatrice d’eau60.

  • 61 André Grelon, « Ingénieurs et sociétés dans le Maghreb contemporain… », op. cit., p. 14.
  • 62 Idem, p. 14.

31À ce stade, il s’agit de ne pas se contenter d’analyser des choix techniques comme répondant uniquement à des intérêts capitalistes et impérialistes d’accumulation, à la façon de René Arrus ou d’autres auteurs. L’idéologie des ingénieurs a son importance : or, ces derniers se perçoivent comme les agents par excellence du progrès technique. Vecteurs de la « modernité », ils considèrent que leurs solutions sont les meilleures « face aux porteurs de traditions rétrogrades, aux tenants de la routine, aux milieux fixés sur un présent sans devenir »61. Ce mode de pensée ne disparaît pas avec les indépendances. Les ingénieurs maghrébins convaincus « d’être investis d’une mission historique » mettent au service de la construction de l’État national « un raisonnement, une manière d’être fondée sur une croyance en l’objectivité des faits »62.

  • 63 Nilüfer Göle, « Entre le “gauchisme” et l’“islamisme” : l’émergence de l’idéologie techniciste en T (...)
  • 64 L’expression est de Habib Bourguiba, premier président de la République de Tunisie.

32Dans les années 1960, le volontarisme des États indépendants plus ou moins empreints de « socialisme » et d’un saint-simonisme inconscient a préparé un terrain propice à l’émergence et au déploiement d’une idéologie technocratique et unanimiste63. Forts de leur formation scientifique et technique, les ingénieurs se sont affichés dans les décennies 1960 et 1970 comme étant les représentants des intérêts rationnels de la science. Peu nombreux et formés dans les grandes écoles françaises, ils constituaient une élite de combattants chargés par les jeunes États indépendants de faire œuvre pédagogique et de lutter contre le « sous-développement intellectuel »64 de la majeure partie de la population. Le cadre technique était alors perçu par les autorités des États issus de la décolonisation comme l’agent du développement industriel et le détenteur du secret de la modernité.

33Dans les années 1960, les jeunes États du Maghreb, portés par l’idéologie développementaliste, entreprennent une politique de formation d’ingénieurs à long terme dans le cadre d’une stratégie de planification économique et de nationalisation des principales entreprises. Ils incitent alors les jeunes étudiants à s’orienter vers les branches scientifiques et encouragent les meilleurs d’entre eux à se lancer dans des études d’ingénieur.

  • 65 Élisabeth Longuenesse et Roland Waast, « Professions scientifiques en crise. Ingénieurs et médecins (...)
  • 66 Élisabeth Longuenesse, « Ingénieurs et médecins dans le changement social en Syrie. Mobilité social (...)
  • 67 Étymologiquement le terme « élite » désigne ceux qui sont « élus » ou « choisis » et, par conséquen (...)

34Les institutions de formation se multiplient entre 1960 et 1980 et leurs effectifs augmentent dans des proportions sans précédent. L’État se fait lui-même entrepreneur : son premier objectif est souvent « l’homogénéisation nationale et la satisfaction des besoins intérieurs. Dans son souci social, l’État entreprend aussi de gérer de considérables appareils d’éducation »65. À cette époque, partout au Maghreb, le métier d’ingénieur devient une priorité nationale. Une part importante des budgets de l’éducation revient à l’enseignement des sciences et des technologies, filières récentes dans les systèmes de formation supérieure des sociétés maghrébines. Autrement dit, dans la double perspective de former les cadres techniques dont il a besoin et d’ouvrir l’accès à l’éducation, chaque État multiplie les structures de formation66. Dans le même temps, envoyés dans le cadre de programmes de coopération (en France, en Allemagne, dans les pays de l’Est ou encore en Amérique du Nord), les meilleurs élèves continuent à se former à l’étranger. Ainsi la production et la reproduction des ingénieurs au Maghreb, plus précisément au Maroc et en Tunisie, ne peuvent être pensées indépendamment de la dualité d’une formation bi-nationale qui se reflète dans une dualité professionnelle qui s’est cristallisée progressivement tout au long de l’histoire du Maghreb indépendant entre des élites dirigeantes67 (économiques et parfois politiques) formées dans les écoles françaises d’ingénieurs les plus prestigieuses (Polytechnique, Centrale, Les Mines, les Ponts et Chaussées et Télécom Paris) et des ingénieurs, cadres moyens et supérieurs, formés dans écoles nationales progressivement mises en place par les autorités.

Notes

1 André Grelon, « Emergence and Growth of the Engineering Profession in Europe in the 19th and Early 20 th Century », in Philippe Goujon et Bertrand Hériard Dubreuil (dir.), Technology and Ethics. A European Quest for Responsible Engineering, Louvain, Peeters, 2001 a, p. 78-79.

2 André Grelon, « Les ingénieurs du Maghreb et du Moyen-Orient : vue d’Europe », in Élisabeth Longuenesse (dir.), Bâtisseurs et bureaucrates : ingénieurs et société au Maghreb et au Moyen-Orient, table ronde CNRS (Lyon, 16 au 18 mars 1989), Lyon, Maison de l’Orient Méditerranéen, 1990, p. 30.

3 Idem, p. 31.

4 Fayçal Rifaï, « Éléments pour une histoire des ingénieurs à Alep », in Élisabeth Longuenesse (dir.), Bâtisseurs et bureaucrates : ingénieurs et société au Maghreb et au Moyen-Orient, op. cit., p. 97.

5 Le bey est à l’origine un officier de l’armée ottomane chargé des expéditions fiscales visant à récolter les impôts auprès des populations sur lesquelles l’État central exerçait sa domination.

6 Anne-Marie Planel, « État réformateur et industrialisation : les avatars d’une manufacture (1837-1884) », Monde arabe Maghreb-Machrek, n° 157, juillet-septembre 1997, p. 101.

7 Anne-Marie Planel, De la nation à la colonie : la communauté française de Tunisie au XIXe siècle, Thèse en histoire, Paris, EHESS, 3 vol., 2000.

8 Anne-Marie Planel, « Les ingénieurs des beys de Tunis : experts des réformes au XIXe siècle ? », in Éric Gobe (dir.), L’ingénieur moderne au Maghreb (XIXe-XXe siècles), op. cit., p. 59-77.

9 Noureddine Sraïeb, Le collège Sadiki de Tunis (1875-1956). Enseignement et nationalisme, Tunis, Alif, Coll. Monde arabe/ Monde musulman, 1997, p. 14.

10 Idem, p. 322. Cf. également du même auteur « Aux origines de la modernité en Tunisie : Le Cheikh Mahmûd Qâbâdû (1825-1871) », The Maghreb Review, vol. 19, n° 3-4, 1994, p. 319-326.

11 Jean Ganiage, Les origines du protectorat français en Tunisie (1861-1881), Paris, PUF, 1959, p. 116-117.

12 Mongi Smida, Kheredine : ministre réformateur (1873-1877), Tunis, Maison tunisienne de l’édition, 1970, p. 292.

13 Cf. Chennoufi, « Un rapport inédit en langue arabe sur l’École de guerre du Bardo », Les cahiers de Tunisie, tome XXIV, nos 95-96, 3e et 4e trimestre 1976, p. 46-47. L’historien tunisien Mongi Smida fait remonter la dissolution de l’École militaire à 1864.

14 Mongi Smida, op. cit., p. 292-293.

15 Lucien Paye, Introduction et évolution de l’enseignement moderne au Maroc (des origines jusqu’à 1956), Rabat, édition, introduction et notes Par Mohamed Benchekroun, s.d., p. 96.

16 Laroui Abdallah, L’histoire du Maghreb. Un essai de synthèse, Casablanca, Centre culturel arabe, 1995, p. 285-286.

17 Mohammed Ennaji, « Réforme et modernisation technique dans le Maroc du XIXe siècle », in Modernités arabes et turque : maîtres et ingénieurs, Revue de la Méditerranée et du Monde musulman, vol. 72, n° 2, 1994, p. 76.

18 Anne-Marie Planel, « État réformateur et industrialisation… », op. cit., p. 114.

19 André Grelon, « Les ingénieurs du Maghreb et du Moyen-Orient… », op. cit., p. 13.

20 André Grelon, « Ingénieurs et sociétés dans le Maghreb contemporain : l’itinéraire d’un programme de recherche », in Éric Gobe (dir.), Les ingénieurs maghrébins dans le système de formation, Tunis, IRMC, 2001, p. 12.

21 Cf. Oumelkhir Touati, « Les ingénieurs en Algérie de l’époque coloniale à la crise des années 1990 : approche socio-historique d’un métier », L’Année du Maghreb 2009, Paris, CNRS Éditions, 2009, p. 595. Ces écoles préparaient principalement aux concours des écoles nationales des Arts et Métiers.

22 Mohamed Benguerna, « L’École polytechnique d’Alger : la formation inachevée d’une élite technique », in Éric Gobe (dir.), Les ingénieurs maghrébins dans le système de formation, Tunis, IRMC, 2001, p. 102. Les spécialités proposées concernaient le BTP, la mécanique et l’électricité.

23 Idem, p. 102.

24 Benjamin Stora, Histoire de l’Algérie depuis l’indépendance, t. 1, 1962-1988, Paris, La Découverte, 3e édition, 2001, p. 10.

25 Hocine Khelfaoui, Les ingénieurs dans le système éducatif. L’aventure des instituts technologiques algériens, Paris, Publisud, 2000, p. 17-18.

26 Oumelkhir Touati, op. cit., p 597.

27 Mostefa Lacheraf, Écrits didactiques sur la culture, l’histoire et la société, Alger, Entreprise Algérienne de Presse, 1988 cité in Oumelkhir Touati, op. cit., p 597.

28 Habib Belaïd, « Les ingénieurs de la Poste et des Travaux publics en Tunisie à l’époque coloniale : rôle stratégique et profils », in Éric Gobe (dir.), L’ingénieur moderne au Maghreb (XIXe-XXe siècles), op. cit., p. 84-85

29 Habib Belaïd, « Figures d’ingénieurs pendant le protectorat français en Tunisie… », op. cit., p. 154.

30 Lilia Ben Salem, Développement et problème de cadres, le cas de la Tunisie. Un exemple : les cadres supérieurs de l’économie tunisienne, Tunis, Cahiers du CERES, 1976, (série sociologique), p. 86.

31 Idem, p. 65.

32 Hocine Khalfaoui, op. cit., p. 19.

33 J. G. Magnin, « La profession d’ingénieur en Tunisie », Ibla, n° 98, second semestre 1962, p. 186.

34 André Grelon, « Ingénieurs et sociétés dans le Maghreb contemporain… », op. cit., p. 13.

35 G. Roubaud, Les problèmes de l’enseignement technique en Tunisie, Mémoire du CHEAM non daté, probablement rédigé dans les années 1940, p. 5.

36 Idem, p. 15. Il existait également des sections techniques dans les collèges de Sfax, Bizerte et Sousse qui dispensaient un enseignement technique et dont le niveau d’instruction était équivalent au certificat d’études primaires.

37 Hélène Vacher, « Du métier à la profession : l’émergence de l’ingénieur géomètre et l’exercice colonial au début du XXe siècle », in Éric Gobe (dir.), Les ingénieurs maghrébins dans le système de formation, op. cit., p. 184-185.

38 André Grelon, « Ingénieurs et sociétés dans le Maghreb contemporain… », op. cit., p. 12.

39 Habib Belaïd, « Aux origines des postes et des télécommunications dans la Régence de Tunis : postes et postiers en Tunisie aux XIXe et XXe siècles ». Actes du Colloque international : Les relations franco-tunisiennes au miroir des élites, XIXe et XXe siècles, les 2-3 décembre 1994, Tunis, Faculté des lettres de la Manouba, 1997, p. 88.

40 Habib Belaïd, « Figures d’ingénieurs pendant le protectorat français en Tunisie… », op. cit., p. 161-162.

41 Anousheh Karvar, La formation des élites scientifiques et techniques étrangères à l’École polytechnique au XIXe et XXe siècle, thèse d’épistémologie, d’histoire des sciences et des techniques, université Paris VII, décembre 1997, p. 275.

42 Hélène Vacher, « Les figures de l’ingénieur colonial à la fin du XIXe siècle », Le Mouvement social, octobre-décembre 1999, p. 49.

43 Hélène Vacher, « L’association des ingénieurs civil outre-mer au miroir de la mise en valeur du Maghreb », in Éric Gobe (dir.), L’ingénieur moderne au Maghreb (XIXe-XXe siècles), op. cit., 2004, p. 117-142.

44 Idem.

45 Habib Belaïd, « Les ingénieurs de la Poste et des Travaux publics en Tunisie à l’époque coloniale… », op. cit.

46 Dans le cas de l’ECAT, quelques Tunisiens, généralement fils de propriétaires terriens, ont pu y poursuivre leurs études durant toute la période du protectorat.

47 Georges Boüé, L’École coloniale d’agriculture de Tunis et ses anciens élèves, Toulouse, à compte d’auteur, 1991, p. 27-28.

48 Pierre Vigreux, « Le rôle des ingénieurs dans l’agriculture, les forêts et l’équipement rural au Maghreb (1890-1970) », in Éric Gobe (dir.), L’ingénieur moderne au Maghreb (XIXe-XXe siècles), op. cit., p. 145-158.

49 David Lambert, « Dissensions coloniales : fonctions politiques et sociales de l’École coloniale d’agriculture de Tunis dans l’entre-deux-guerres », in Éric Gobe (dir.), L’ingénieur moderne au Maghreb (XIXe-XXe siècles), op. cit., p. 159-172.

50 Georges Boüé, op. cit., p. 282.

51 André Grelon (dir.), Les ingénieurs de la crise : titre et profession entre les deux guerres, Paris, EHESS, 1986, p. 7-31.

52 Georges Boüé, op. cit., p. 225.

53 Pierre Vigreux, op. cit.

54 Jean-Jacques Pérennès, L’eau et les hommes au Maghreb. Contribution à une politique de l’eau en Méditerranée, Paris, Karthala, 1993, p. 21.

55 Omar Bessaoud, « Hyppolite Lecq (1856-1922) : apôtre d’une agrologie nord-africaine », in Éric Gobe (dir.), L’ingénieur moderne au Maghreb (XIXe-XXe siècles), op. cit., p. 173-192.

56 Mohamed El Faïz, « Les ingénieurs et la politique de l’eau au Maghreb : le passé peut-il éclairer le présent ? », in Éric Gobe (dir.), L’ingénieur moderne au Maghreb (XIXe-XXe siècles), op. cit., p. 39-58.

57 Mohamed El Faïz, « La grande Hydraulique dans le Haouz de Marrakech : fascination technologique et émergence du pouvoir des ingénieurs », in Éric Gobe (dir.), Les ingénieurs maghrébins dans le système de formation, op. cit., p. 215-216.

58 Jean-Jacques Pérennès, op. cit, p. 129.

59 René Arrus, L’eau en Algérie : de l’impérialisme au développement (1830-1962), Alger, OPU, 1985, p. 261.

60 Jean-Jacques Pérennès, op. cit., p. 131.

61 André Grelon, « Ingénieurs et sociétés dans le Maghreb contemporain… », op. cit., p. 14.

62 Idem, p. 14.

63 Nilüfer Göle, « Entre le “gauchisme” et l’“islamisme” : l’émergence de l’idéologie techniciste en Turquie », in Élisabeth Longuenesse (dir.), Bâtisseurs et bureaucrates : ingénieurs et société au Maghreb et au Moyen-Orient ; table ronde CNRS (Lyon, 16 au 18 mars 1989), Lyon, Maison de l’Orient Méditerranéen, 1990, p. 309-320.

64 L’expression est de Habib Bourguiba, premier président de la République de Tunisie.

65 Élisabeth Longuenesse et Roland Waast, « Professions scientifiques en crise. Ingénieurs et médecins en Syrie, Égypte, Algérie », Revue Tiers Monde, Tome 36, n° 143, Juillet-septembre 1995, p. 490.

66 Élisabeth Longuenesse, « Ingénieurs et médecins dans le changement social en Syrie. Mobilité sociale et recomposition des élites », Monde arabe Maghreb-Machrek, n° 146, octobre-décembre 1994, p. 59-71.

67 Étymologiquement le terme « élite » désigne ceux qui sont « élus » ou « choisis » et, par conséquent, se définit relationnellement par opposition à la masse. Comme le note Anne Catherine Wagner, « les contours de cette population sont flous et à géométrie variable. […] On ne peut définir une élite selon un critère unique ». Il existe « autant d’élites que de domaines de compétences, de concurrence et de légitimation ». Ma population appartient à l’élite économique dans la mesure où elle occupe dans les entreprises des fonctions dirigeantes rémunératrices. Cf. Anne-Catherine Wagner, « Des élites consanguines », Constructif, n° 14, juin 2006, http://www.constructif.fr/Article_30_47_339/Des_elites_consanguines.html

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540