Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jalons pour une sociologie des ingénieurs au Maghreb

 | 
Éric Gobe

Introduction

Entrées d'index

Mots clés :

Sociologie, Maghreb

Texte intégral

  • 1 Cet ouvrage est issu du tapuscrit de synthèse de mon HDR portant sur les professions modernes au Ma (...)

1À travers la construction de l’objet « ingénieur », je souhaitais apporter un éclairage sur la manière dont s’est recomposée l’articulation des enjeux politiques, économiques et sociaux dans un contexte de libéralisation économique1 au Maghreb. Il s’agissait d’analyser le processus par lequel les ingénieurs sont passés du statut de grands commis du secteur public au service de la construction d’un projet de développement national impulsé par l’État à celui de cadres moyens ou supérieurs se présentant sur un marché du travail de plus en plus ouvert. Ce processus apparaissait lui-même lié à la massification de l’enseignement supérieur et aux transformations économiques et sociales générées par l’application, à partir du milieu des années 1980, des plans d’ajustement structurel du FMI, synonymes d’élargissement progressif du secteur privé.

  • 2 Élisabeth Longuenesse (dir.), Bâtisseurs et bureaucrates. Ingénieurs et société au Maghreb et au Mo (...)

2Par ailleurs, le choix du Maghreb pour travailler sur un questionnement de ce type prenait appui sur un constat : si les études sur la profession d’ingénieur au Moyen-Orient étaient nombreuses, elles étaient plutôt rares dans le cas du Maghreb. En 1990, Élisabeth Longuenesse avait ouvert la voie en publiant un ouvrage fondateur sur les ingénieurs du Maghreb et du Proche-Orient2. Mais ce dernier n’avait pas été suivi par d’autres recherches sur les ingénieurs au Maghreb à la différence du Machrek. Pour autant, Élisabeth Longuenesse n’avait pas renoncé à travailler sur l’objet « ingénieurs », tout en s’intéressant à d’autres groupes professionnels techniques au Moyen-Orient (techniciens, comptables, experts comptables). Elle avait placé au cœur de sa problématique la question de la libéralisation des économies du Machrek et de son impact sur des ingénieurs confrontés au « retour du marché » et à des conditions d’emploi rendues difficiles par l’accroissement rapide de leur nombre et l’inadaptation des systèmes de formations.

  • 3 Élisabeth Longuenesse, Professions et société au Proche-Orient. Déclin des élites, crise des classe (...)

3Elle faisait remarquer à propos du Liban, de la Jordanie et de la Syrie que, d’une part, les possibilités d’emplois dans la fonction et les entreprises publiques se faisaient plus rares et offraient des positions de moins en moins valorisées et que, d’autre part, le secteur privé était à la fois le lieu de « réussite professionnelle » et celui de « compétences sous-rémunérées ». La conjonction de ces deux phénomènes a produit au Moyen-Orient des phénomènes de déclassement (tout au moins vécu comme tel) chez une partie des ingénieurs où la « piétaille technico-bureaucratique »3 coexistait avec des ingénieurs exposés au chômage ou contraints d’occuper des emplois sous-qualifiés.

  • 4 Élisabeth Longuenesse, « Les diplômés du technique à l’heure des réformes économiques : formation e (...)

4Par ailleurs, au Moyen-Orient, le clivage entre les ingénieurs du secteur public et ceux du privé a eu ainsi tendance à s’aggraver. Les ingénieurs d’État, catégorie anciennement dominante, ont vu leurs effectifs se réduire du fait des privatisations et des licenciements qui les accompagnent. Quant aux ingénieurs employés dans les entreprises privées, ils ont connu un « éclatement de leurs conditions en raison de la fluidité accrue du marché du travail »4.

  • 5 Les résultats de cette recherche ont été publiés sous la forme d’un ouvrage. Cf. Saïd Ben Sedrine e (...)

5Ce sont ces assertions formulées par Élisabeth Longuenesse à propos du Machrek que j’ai voulu tester en proposant, en 1998, à l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC) de mener un programme, d’une durée de quatre ans, sur le thème « Ingénieurs et société au Maghreb ». Dans le cadre de ce projet, j’ai conduit une recherche individuelle en collaboration avec un économiste tunisien, Saïd Ben Sedrine, qui portait sur les dynamiques professionnelles récentes des ingénieurs tunisiens et s’appuyait sur une enquête quantitative5.

  • 6 Éric Gobe (dir.), L’ingénieur moderne au Maghreb (XIXe-XXe siècles), Paris, Maisonneuve & Larose et (...)

6Mais mon projet, initialement axé sur les effets de l’intégration des économies maghrébines sur la restructuration de la profession d’ingénieur, s’est progressivement élargi à des questions de caractère historique6. Cela est apparu d’autant plus nécessaire que l’ingénieur tout au long de l’histoire contemporaine du Maghreb a souvent été un acteur social placé par les pouvoirs publics au centre des stratégies de développement tant urbain, rural qu’industriel. Aussi ce programme s’est-il inscrit à la fois dans une perspective diachronique et synchronique : il s’est efforcé de saisir les figures de l’ingénieur à la fois dans le Maghreb colonial et dans des sociétés maghrébines contemporaines, confrontées depuis la fin des années 1980 à leur intégration de plus en plus poussée dans l’économie mondiale.

  • 7 Charles Gadea, Les cadres en France. Une énigme sociologique, Paris, Belin, Coll. Perspectives soci (...)
  • 8 Jean-Philippe Bras, « Préface », in Éric Gobe (dir.), L’ingénieur moderne au Maghreb (XIXe-XXe sièc (...)

7Dans le cadre de cet ouvrage, il s’agit pour moi d’évoquer les principaux apports des programmes collectifs que j’ai coordonnés, ainsi que ceux de ma recherche individuelle sur la Tunisie. C’est d’ailleurs à un véritable travail de défrichage auquel se sont adonnés les différents participants au programme « Ingénieurs et société au Maghreb ». Les investigations des uns et des autres ont montré à quel point le champ de la recherche autour de la profession d’ingénieur et, de manière générale, des populations de cadres techniques, était quasiment inexistant au Maghreb. Un travail équivalent à celui conduit en France par Charles Gadea sur les sociologues et leurs cadres (ingénieurs ou non dans le cas d’espèce) serait impossible dans le contexte maghrébin, faute de « combattants »7. Dans sa préface à l’ouvrage collectif issu du programme « Ingénieurs et société au Maghreb », Jean-Philippe Bras constatait d’ailleurs que mon projet de recherche collectif, mené dans le cadre de l’IRMC, se plaçait sur « un registre de l’identité peu exploré, sinon négligé pour le Maghreb, celui de la profession »8.

8Cette remarque de l’ancien directeur de l’IRMC conduit à une double interrogation. La première concerne les objets de recherche des sciences sociales autochtones ou étrangères (principalement françaises) inscrits dans l’aire géographique maghrébine. Autrement formulée, cette question se rapporte aux critères de définition et de légitimation des objets de recherche des sciences sociales, depuis les indépendances des États du Maghreb. La seconde interrogation concerne l’affaiblissement progressif de la recherche en sciences sociales dans cette aire régionale, notamment au cours des vingt dernières années : la sociologie et la science politique étaient, au début des années 2000, véritablement sinistrées. Je me garderai bien d’apporter ici des réponses à ces deux interrogations, même si j’ai en tête quelques hypothèses. Par conséquent, je me contenterai, dans cet ouvrage, de rendre compte des principaux acquis de la recherche sur les ingénieurs au Maghreb en me centrant plus particulièrement sur la Tunisie, pays dans lequel j’ai séjourné quatre ans pour y conduire mes enquêtes de terrain.

  • 9 Jean-Philippe Bras, « Préface », op. cit., p. 11.

9Dans sa préface, Jean-Philippe Bras insiste également sur le fait que les programmes de l’IRMC ont toujours été atteints par un très fort « tropisme historique ». Il est vrai que l’histoire en « pistant sur la longue durée les itinéraires communs et les dissemblances »9 se prête aisément à la comparaison, d’autant que les sociétés maghrébines ont été marquées, certes de manière différenciée, par la colonisation française. Mais surtout, l’histoire était, au moment de la réalisation du programme, une discipline moins sinistrée que les autres sciences humaines et sociales : par ses objets de recherche et ses interrogations se rapportant au passé, l’histoire suscitait de moindres inquiétudes que la sociologie et la science politique chez les oligarchies de régimes politiques autoritaires et, par conséquent, était moins bridée que d’autres disciplines dans la constitution de ses corpus.

10Mais par-delà la variable politique autoritaire, le programme « Ingénieurs et société au Maghreb » n’a pas échappé à l’histoire, marqué qu’il a été par une double césure historique sans laquelle il était impossible de penser la genèse de l’ingénieur moderne au Maghreb, figure largement liée au phénomène colonial.

11Le programme n’a pas échappé non plus à l’histoire du Maghreb indépendant. La perspective diachronique adoptée par la plupart des participants au projet, furent-ils sociologues, a permis de mettre en exergue les lignes de forces des mécanismes de production et reproduction et d’insertion socioprofessionnelle des ingénieurs au Maghreb depuis les indépendances. Les travaux menés dans le cadre du programme ont mis en valeur les trois temporalités historiques qui ont marqué l’organisation de la profession d’ingénieur : la temporalité coloniale (1830-1962), la temporalité étatiste-développementaliste (1960-1980) et la temporalité du libéralisme économique et de la mondialisation (1990-2010).

  • 10 Anissa Ben Hassine, « Les ingénieurs en télécommunication de Tunisie : un essai de modélisation des (...)
  • 11 Saïd Ben Sedrine et Éric Gobe, Les ingénieurs tunisiens…, op. cit.

12Les recherches de mes collègues, bien que pionnières et souvent exploratoires, ont posé des jalons qui m’ont donné la possibilité de formuler des hypothèses et de produire des résultats à propos des dynamiques de formation d’une profession dont les représentants maghrébins, au sortir de la colonisation, étaient numériquement insignifiants. Il convient de noter que certaines recherches présentées dans le cadre du programme dépassaient la question de la genèse et de la production de la profession au Maghreb. Certains participants au programme se sont intéressés aux carrières et à l’insertion des ingénieurs dans les administrations et les entreprises publiques et privées10. Mon collègue Saïd Ben Sedrine et moi-même, dans le cadre de d’une enquête quantitative, avons exploité un module s’intéressant aux rôles joués par les ingénieurs tunisiens dans les organisations11. Mais le cœur du programme, ainsi que ma recherche individuelle, s’est focalisé sur l’analyse des systèmes de formation et sur la question de l’insertion des ingénieurs sur le marché du travail.

  • 12 André Grelon et Françoise Birk (dir.), Des ingénieurs pour la Lorraine, XIXe-XXe siècles, Metz, Édi (...)

13Ces deux thématiques permettent d’embrasser au mieux la problématique de la production et de la reproduction de la profession d’ingénieur au Maghreb. Elles ne l’épuisent évidemment pas. Par exemple, se focaliser sur la question de la formation initiale des ingénieurs revenait à se concentrer sur les seuls ingénieurs diplômés et contribuait à occulter les voies internes d’accession au statut d’ingénieur dans l’organisation. Les divers travaux historiques et sociologiques d’André Grelon n’ont d’ailleurs de cesse de rappeler que la question de la promotion interne au statut d’ingénieur au sein de l’entreprise est au cœur des enjeux de lutte et de définition des catégories d’« ingénieur » et de « cadre »12.

14D’autres chantiers de recherches sont à ouvrir sur la profession d’ingénieur au Maghreb. De manière générale, cet appel vaut pour l’ensemble des professions qui n’ont guère été des objets d’investigations de la part les sociologues travaillant sur la région.

15Les résultats des travaux cités dans cet ouvrage concernent la genèse de la profession d’ingénieur (chapitre I), la formation des ingénieurs (chapitre II) ainsi que leurs rapports au marché de l’emploi (chapitre III). Le quatrième chapitre, quant à lui, articule la thématique de la formation initiale de l’élite des ingénieurs maghrébins dans les grandes écoles françaises avec la problématique des mobilités géographiques et de l’hypothétique existence d’un marché international des compétences dans une phase de mondialisation. Dans le dernier chapitre, je tire le bilan de mes travaux et trace quelques pistes de recherche qui seraient à explorer ou approfondir. En conclusion, j’évoquerai les organisations professionnelles d’ingénieurs, notamment leurs actions syndicales et politiques en me référant à la notion de corporatisme appréhendé à travers deux de ses variantes, le corporatisme d’État et le corporatisme professionnel.

16Tout au long de ce texte, je fais surtout référence à mes travaux individuels et à ceux menés de concert avec mes collègues Saïd Ben Sedrine, Françoise Chamozzi et Catherine Marry. J’évoque les recherches des participants au programme ingénieurs et société au Maghreb, ainsi que les trop rares travaux effectués précédemment, pour donner des éléments de comparaison et appuyer les assertions qui dépassent le strict cadre national de la Tunisie.

17Pour fonder l’étude de la genèse, de la production et de l’insertion socioéconomique des ingénieurs au Maghreb, je vais analyser dans le premier chapitre le processus de naissance et d’évolution du groupe professionnel depuis son origine. Cette genèse de la figure de l’ingénieur moderne au Maghreb ne peut se penser indépendamment d’une double rupture historique. La première se rapporte à l’établissement par la France de son hégémonie sur le Maghreb central (Algérie, Maroc, Tunisie), tandis que la seconde concerne le passage de la période coloniale à l’ère ouverte par les indépendances.

Notes

1 Cet ouvrage est issu du tapuscrit de synthèse de mon HDR portant sur les professions modernes au Maghreb et soutenu en novembre 2012 à l’EHESS de Paris.

2 Élisabeth Longuenesse (dir.), Bâtisseurs et bureaucrates. Ingénieurs et société au Maghreb et au Moyen-Orient, Lyon, Maison de l’Orient et CNRS, 1990.

3 Élisabeth Longuenesse, Professions et société au Proche-Orient. Déclin des élites, crise des classes moyennes, Rennes, PUR, 2007, p. 81.

4 Élisabeth Longuenesse, « Les diplômés du technique à l’heure des réformes économiques : formation et emploi », Égypte-Monde arabe, n° 33, 1er semestre 1998, p. 126.

5 Les résultats de cette recherche ont été publiés sous la forme d’un ouvrage. Cf. Saïd Ben Sedrine et Éric Gobe, Les ingénieurs tunisiens. Dynamiques récentes d’un groupe professionnel, Paris, L’Harmattan, 2004.

6 Éric Gobe (dir.), L’ingénieur moderne au Maghreb (XIXe-XXe siècles), Paris, Maisonneuve & Larose et IRMC, Coll. Connaissance du Maghreb, 2004.

7 Charles Gadea, Les cadres en France. Une énigme sociologique, Paris, Belin, Coll. Perspectives sociologiques 2003.

8 Jean-Philippe Bras, « Préface », in Éric Gobe (dir.), L’ingénieur moderne au Maghreb (XIXe-XXe siècles), op. cit., p. 11.

9 Jean-Philippe Bras, « Préface », op. cit., p. 11.

10 Anissa Ben Hassine, « Les ingénieurs en télécommunication de Tunisie : un essai de modélisation des cheminements de carrière », in Éric Gobe (dir.), L’ingénieur moderne au Maghreb (XIXe-XXe siècles), op. cit., p. 329-344 ; Kamel Mellakh, « Femme, ingénieur et fonctionnaire au Maroc », in Éric Gobe (dir.), L’ingénieur moderne au Maghreb (XIXe-XXe siècles), op. cit., p. 315-327.

11 Saïd Ben Sedrine et Éric Gobe, Les ingénieurs tunisiens…, op. cit.

12 André Grelon et Françoise Birk (dir.), Des ingénieurs pour la Lorraine, XIXe-XXe siècles, Metz, Éditions Serpenoise, 1998.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540