Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Palais et maisons du Caire. Tome II

 | 
Bernard Maury
, 
André Raymond
, 
Jacques Revault
, 
et al.

3e partie. Construction et décor

Matériaux et décor

Texte intégral

  • 1 Palais du Caire, T. I, 1975, Paris 1978, p. 136-137.
  • 2 Description de l’Égypte, II, État moderne, Paris, 1829.

1Dans l’étude des modes de construction en honneur à l’époque mamelouke1, nous avons rappelé la continuité avec les siècles passés qui paraît avoir été la règle observée par les nouveaux bâtisseurs musulmans au Caire. Comment s’étonner devant la survivance de techniques longuement éprouvées durant la brillante civilisation de l’Antiquité égyptienne2. Aussi bien n’avait-on cessé de transmettre d’une génération d’artisans à l’autre les anciens procédés de construction, également liés à la présence permanente, dans la vallée du Nil, de ressources matérielles de même nature. On connaît, en effet, l’importance qui fut toujours accordée, en premier lieu, à l’existence d’importantes couches d’argile s’ajoutant au limon du fleuve pour l’élévation directe des murs d’habitation et la préparation de briques séchées au soleil ou cuites au four. Ailleurs, les monts du Moqattam, voisins de la Capitale, recélaient les éléments de construction apparemment inépuisables : pierre, calcaire, chaux, plâtre et sable de qualité.

2Enfin, des matériaux plus riches, grès, marbre, porphyre, continuaient à être extraits de diverses carrières, notamment en Haute Égypte. Seule la fourniture des bois de charpente ne pouvait être entièrement satisfaite sur place, à la suite de la dégradation des anciennes forêts.

3Sous le règne des Sultans mamelouks, on a constaté que le renouvellement de l’architecture civile et religieuse s’était parfaitement accommodé du recours aux plus vieilles techniques traditionnelles comme aux matériaux régionaux d’un usage séculaire. Sans doute ne peut-on nier cependant l’apparition de certains perfectionnements, comme la stéréotomie en est un exemple, grâce à l’intervention d’une main d’œuvre étrangère, syrienne et chrétienne, à l’occasion des campagnes menées par l’Égypte dans les pays voisins.

  • 3 Ibid.

4Une description précise de l’art des bâtisseurs cairotes durant la période ottomane ne nous sera guère apportée qu’au terme de celle-ci, lors de l’expédition de Bonaparte en 17983. Aussi nous a-t-il paru nécessaire de confirmer, sinon de compléter ces renseignements par de nouvelles enquêtes effectuées sur place auprès d’artisans, de plus en plus rares dans certains métiers traditionnels en voie de disparition, poursuivant parfois l’exercice de leurs spécialités dans des conditions semblables à celles que pratiquaient leurs ancêtres.

La brique

  • 4 M. Clerget, Le Caire, I, 1934, pp. 294-295. Emploi du limon argileux prélevé sur les rives du Nil (...)
  • 5 P. Ricard, Pour comprendre l’Art musulman dans l’Afrique du Nord et en Espagne, Paris, 1924, p. 94 (...)
  • 6 V.M. Masséri — Ch. Audebeau. Les constructions rurales en Égypte, Le Caire, 1921, p. 31. Pierres a (...)

5Nous avons déjà indiqué à quelle lointaine tradition des temps pharaoniques répondaient en Égypte la fabrication et l’usage de la brique d’argile. La faveur de cette coutume, telle qu’elle fut connue de longue date sur les bords du Nil, pouvait être comparée à la même industrie pratiquée sur les rives du Tigre et de l’Euphrate4. Plus tard, on sait que ce mode de construction se répandra dans tout le Maghreb5 jusqu’en Espagne. Il y bénéficiera, comme ailleurs, d’une nouvelle solidité donnée à la brique cuite au four. Réalisée, à l’origine, par les briquetiers chaldéens et assyriens, cette amélioration n’aurait été introduite en Égypte que sous l’occupation de celle-ci par les Romains6.

  • 7 Description de l’Égypte, II, Paris, 1829, M. Jomard, Description du Kaire, p. 393.

6Dans la Description de l’Égypte, on note, au xviiie siècle, la persistance d’une technique séculaire pour la fabrication des briques de construction, procédé que nous verrons non seulement conservé au siècle dernier mais encore jusqu’à ce jour. « Les briques en usage sont de deux espèces : celles que l’on appelle crues et qui sont simplement cuites au soleil ; les autres que l’on cuit dans les fours à briques. Ces fours n’ont dans leur forme rien de particulier. La matière est le limon du Nil, plus ou moins mélangé d’argile, quelquefois sablonneuse ; on y ajoute des brins de paille pour leur donner de la ténacité ; ce procédé est suivi de temps immémorial. Le briquetier opère dans son moule avec une extrême vitesse »7.

  • 8 Id., p. 33.
  • 9 Id., p. 34. Procédé destiné à augmenter la plasticité du limon.

7On sait qu’un climat chaud et sec convient toujours à l’emploi des briques crues qui peuvent assurer aux constructions une résistance de longue durée8. Elles sont faites « au moyen d’argile pétrie avec de la menue paille (paille hachée) et séchée au soleil. L’argile est le limon du fleuve, et comme ce limon ne possède pas toujours par lui-même une cohésion suffisante, on lui ajoute de la menue paille comme matière liante...9.

8Les bonnes briques crues exigent un limon silico-argileux (ard safra) et se fabriquent dans les moules.

  • 10 Id., p. 33. La brique était connue dans l’antiquité sous le nom de toub... en copte tôbe. Terme co (...)

9Il faut attendre que les briques soient complètement sèches avant de les utiliser »10.

  • 11 Id., pp. 35-36.
  • 12 Id., p. 39.
  • 13 Id., ou plutôt charbon de bois.
  • 14 Id. L’auteur estime à 550 kg le bois nécessaire à la cuisson de 1 000 briques.
  • 15 Id. Proportions ordinaires des briques utilisées dans les habitations : 0,25× 0,12× 0,06 à 0,07.
  • 16 M. Clerget, op. cit., p. 283.
    A. Raymond, op. cit., p. 352 : La Description mentionne en 425 A 8 un (...)

10Pour la préparation des briques cuites, on aura recours à des procédés semblables à ceux qui sont utilisés depuis très longtemps pour l’exécution des briques crues. Cependant, aux alluvions du Nil et à son limon souvent de qualité inférieure, on préfèrera une terre silico-argileuse11. « En Égypte, les fours à briques (qamina)12... n’ont rien de particulier dans leurs formes. Carrés ou rectangulaires, ils ressemblent quelque peu aux fours à la flamande. Ils ne servent qu’une seule fois mais coûtent peu et se prêtent à toutes les quantités. On dispose d’ordinaire les briques en tas, sur une aire convenablement dressée. Les vides servent de foyers. La cuisson se fait, soit à la houille13, soit au bois14. Dans ce dernier cas, les vides ont des dimensions plus grandes15. Les fours à briques d’autrefois, rapporte M. Clerget, étaient situés soit au Vieux Caire, soit à la lisière orientale de la ville, au nord de la Citadelle... Le mélange du limon du Nil et d’argile plus ou moins sablonneuse, rendu plus tenace par des brins de paille, prenait la forme voulue dans les moules, puis on empilait dans le four carré 4 à 5 000 briques, parmi lesquelles étaient intercalées une dizaine ou une quinzaine de grandes jarres. Le tout cuisait environ 24 heures. Ces fours servaient d’ailleurs peu de fois »16.

  • 17 M. Clerget, op. cit., p. 283.
    A. Raymond, op. cit., p. 352 : La Description mentionne en 425 A 8 un (...)
  • 18 Aux confins des faubourgs situés au Sud du Caire, près de la campagne environnante, les briqueteri (...)

11Aujourd’hui l’usage de ces fours de type traditionnel a entièrement disparu du Caire, alors que sur l’emplacement de l’ancienne Fostat les potiers ont conservé leurs ateliers et leurs fours conformément aux coutumes d’autrefois, pour la fabrication d’ustensiles domestiques17. Depuis le début du siècle l’évolution des briqueteries cairotes se manifeste dans leurs nouvelles installations sur les rives du Nil, notamment aux abords de Guizeh ; ils s’y procurent plus commodément par bateau l’argile et la paille hachée qui rentrent toujours dans la composition de leurs briques ; utilisant de grands fours, leur mode de cuisson apparaît aujourd’hui comme une semi industrialisation18.

  • 19 M. Clerget, op. cit., p. 283. L’auteur signale l’installation en 1910, à l’Abbassieh, de nouvelles (...)
  • 20 Moule en bois (qâleb) : simple cadre pour une seule brique. Fréquemment nettoyé à l’eau.

12Pour retrouver la fabrication des briques cuites telle qu’elle a été décrite plus haut, nous avons dû effectuer nos recherches hors de la Capitale. Auprès d’un village proche du Delta, nous avons pu observer, en pleine campagne, le maintien fidèle des anciens procédés artisanaux pour la confection des briques et leur cuisson dans deux fours dressés en plein air19. Ces opérations répondaient au projet d’édification d’une habitation dans le village voisin. Travail familial avec participation de l’homme, de la femme et de leurs enfants. Prélevée sur place, la terre argileuse est mise à tremper dans l’eau d’un bassin creusé à la lisière d’un champ, choisi également comme aire de séchage des briques et leur lieu de cuisson. Trempage et fermentation de la terre nécessitent deux jours durant lesquels celle-ci sera fréquemment malaxée avec les mains. Si besoin est, lorsque la terre apparaît trop noire, on y ajoute un peu de sable. La pâte ainsi formée est ensuite retirée du bassin et mélangée à de la paille hachée avant d’être placée dans un moule en bois, (muni ou non d’un manche) correspondant aux dimensions des briques20 (fig. 139).

13Celles-ci seront ensuite disposées en plusieurs rangées sur l’aire de séchage où on les retournera alternativement pour obtenir une dessication uniforme, à l’air et au soleil.

  • 21 En forme de tronc de pyramide.
  • 22 Les intervalles laissés entre les rangées de briques permettent à la chaleur du foyer de se répand (...)
  • 23 Nécessaires au tirage du feu, ces ouvertures sont bouchées avec de l’argile au bout de trois ou qu (...)

14Lorsque leur nombre est jugé suffisant pour procéder à leur cuisson, on les rassemble en un ou plusieurs fours21. Dans les deux fours voisins qu’il nous a été permis d’examiner, les briques étaient en cours de cuisson (fig. 140). Leur empilage dans un espace quadrangulaire mesurant 6 m de côté et 3 m de haut comprenait une superposition de rangées parallèles avec l’entrecroisement des trois ou quatre premières rangées formant grille au-dessus du foyer inférieur22. Le combustible actuel, terre mélangée de paille et de mazout, remplace le charbon de bois utilisé auparavant, disposé en couches à la base du four. Quatre murs et une couverture provisoire que complète un enduit d’argile mêlé de paille hachée, forment le four. D’étroites ouvertures y sont pratiquées à la base23 et au sommet pour permettre de régler le foyer (fig. 140).

  • 24 Contenance d’un four : 58 000 briques. Leur prix de vente est calculé au mille (2L.Ε·, 500).

15On attendra vingt-six jours pour retirer les briques du four et pouvoir les utiliser dans la construction de l’habitation envisagée24.

La pierre

16Si la brique est demeurée à travers les siècles l’un des éléments les plus employés dans la construction de l’habitation égyptienne (fig. 141), elle le doit, nous l’avons dit, à la présence du Nil avec le renouvellement du limon déposé sur ses rives, s’ajoutant à des couches argileuses par ailleurs très importantes. Il en est de même de la pierre calcaire grâce aux montagnes régionales avoisinant la Capitale et donnant lieu à une exploitation incessante.

  • 25 Voir Palais et maisons du Caire, I, 1982, p. 224 et ss.

17Mais tandis que la brique crue ou cuite restait un matériau commun, à la portée des habitants les plus modestes, la pierre — avant le marbre — a toujours été reconnue comme un matériau noble réservé aux constructions luxueuses. Déjà, à l’époque mamelouke, nous avons vu quel intérêt était porté à l’emploi de la pierre de taille25, l’exemple en ayant été donné auparavant, dès les premiers siècles de l’Islam, sous le règne des Califes ommeyades et fatimides.

18La valeur des témoignages monumentaux, qui en ont été conservés dans la Capitale, ne pouvait qu’inciter les constructeurs de la période ottomane à adopter les techniques et les matériaux qui avaient été en honneur chez leurs prédécesseurs. C’est pourquoi nous en retrouverons l’usage aussi bien dans l’édification des bâtiments religieux que civils, indépendamment de l’évolution du style architectural, telle qu’elle a été présentée plus haut.

Carrières

  • 26 Op. cit., p. 391.
  • 27 M. Clerget, op. cit., p. 298. « En 1778, Sonnini écrivait : Ils n’enlèvent pas les masses de pierr (...)

19Entre la fin du xviiie siècle et le début du xixe, l’usage habituel des deux matériaux essentiels nous est rappelé dans la Description26. » Le maçon du Kaire se sert de deux espèces de matériaux : la pierre de taille et la brique. Les carrières de Torrâh et celles du Moqattam lui fournissent abondamment la première ; mais plus souvent, il puise dans les anciennes constructions et débite en fragments d’un ou deux décimètres des pierres d’assise d’un mètre ou plus de hauteur. Les outils du maçon et du tailleur de pierre sont presque grossiers, mais les ouvriers suppléent à leur imperfection par l’adresse et la dextérité »27.

  • 28 Id.

20Plus récemment, M. Clerget souligne l’importance des carrières de pierre dont dispose la Cité. « Le Caire possède un magnifique ensemble de gisements de pierre à bâtir...28.

  • 29 Id. p. 296.

21La meilleure pierre à bâtir, dite pierre de Batour, se trouve le long d’une ligne suivant le rebord nord de la dépression cultivée de Basatin, dans les flancs du plateau peu marqué qui se détache en angle droit du Moqattam pour se diriger vers le Nil... Dure, pauvre en carbonate de magnésium, la roche contient ici au moins 93 % de carbonate de calcium... Au Nord et au Sud de ce point, le calcaire diminue de qualité29.

  • 30 Id., p. 298. On note aussi des calcaires de qualité au Nord et à l’Est de la Pyramide de Gizeh (Co (...)
  • 31 L’auteur estime que les carriers sont moins experts que jadis pour reconnaître les qualités respec (...)
  • 32 V.M. Masséri — Ch. Audebeau-Bey, Les constructions rurales en Égypte, Le Caire, 1921, pp. 21-22.
    «  (...)

22Parmi les autres centres importants, il faut d’abord citer le pied du Moqattam... Au Nord de la Citadelle, la meilleure pierre du ravin (Douaiqa) où passe la route entre le G. Ahmar et le Moqattam. Les couches supérieures fournissaient un calcaire blanc et tendre... Au-delà de l’Ouadi El-Tih : calcaires très variés de Taura... »30. Cependant l’auteur critique les modes d’extraction utilisés actuellement ainsi que la compétence des carriers qu’il estime inférieure à celle de l’Antiquité31. Selon l’avis de V.M. Masséri32 « Les calcaires d’Égypte présentent des caractères variés : les uns sont jaunes, coquilliers et durs ; les autres sont tendres, d’un grain homogène et blanc, peu coquilliers. Ces derniers résistent admirablement aux influences atmosphériques, tandis que les premiers, au contraire, s’effritent à la longue et, comme disent les maçons arabes, « craignent la lune »...

23Les carrières du Caire sont nombreuses. Citons celles de Dawioqa, du Gebel Guiouchi, de Atar el-Nabi, de Bassatine, de Tourah, de Maassara, de Hélouan et de Meymoun.

  • 33 Id., p. 26. « Le grès qui forme le Gebel Ahmar et dont la couleur a donné son nom à la montagne, e (...)

24D’une manière générale, la pierre est d’autant plus dure qu’elle se trouve dans les couches plus voisines du sommet de la montagne, ou, en d’autres termes, qu’elle est soumise depuis plus longtemps à l’influence atmosphérique... »33.

25Les enquêtes personnelles que nous avons pu effectuer sur place auprès des artisans égyptiens, carriers, tailleurs de pierre et utilisateurs de ces matériaux, nous ont permis de confirmer les renseignements rapportés plus haut. De plus, ces recherches ont donné lieu à de nouvelles observations sur le mode d’exploitation des carrières de calcaire, le transport des matériaux, la taille de la pierre selon des formes diverses, ainsi que sur l’outillage employé au cours des opérations successives.

  • 34 Renseignements fournis par Sa’ad al-Habbal. chef de chantier.
  • 35 On y trouve aussi du calcaire rouge.

26Dans les différentes parties du mont du Moqattam, carriers et constructeurs distinguent trois espèces de calcaire (ḥağar ğīrī) de bonne qualité que l’on reconnaît à leur couleur particulière34 ; le calcaire blanc (haīṣam), apprécié pour sa dureté ; le calcaire jaune clair (baṭan al-bogra) et le calcaire jaune foncé (giyūšī). Le calcaire blanc est extrait surtout des carrières du Gebel Tourah et du Gebel Basatin35, alors que la provenance des calcaires jaunes correspond au nom de la montagne sous lequel on les désigne habituellement (Ğebel Baṭan al-bogra, Ğebel Ğiyūšī).

Exploitation d’une carrière

27Avant d’entreprendre l’exploitation d’une carrière (muḥağğar), son propriétaire, exerçant le rôle de maître carrier (mu‘allim ḥağğār), doit s’entendre avec un ou plusieurs chefs de chantier (maqāwīl mabānī) de la Capitale, afin de déterminer en commun accord la quantité et la forme qu’il lui faudra fournir (fig. 142).

  • 36 Observations recueillies dans deux carrières distinctes (Hélouan et Imam Chafii), visitées sous la (...)
  • 37 Ḥağğār, pl. ḥağğāra.
  • 38 Les carriers habitent avec leur famille au voisinage des carrières qu’ils exploitent et dont leurs (...)
  • 39 L’exploitation d’une carrière s’effectue en toute saison. Pour suivre les heures de la journée, on (...)

28Il organisera ensuite son équipe de carriers (ḥağğar)36 en conséquence. Cette équipe ne peut guère comprendre moins de cinq à six personnes, en raison de la diversité des tâches à effectuer. Elle paraît se composer le plus souvent de membres d’une même famille, ce métier se transmettant de père en fils, comme la plupart des spécialités artisanales. Aux plus âgés et aux plus forts iront les travaux les plus durs, aux jeunes carriers seront laissés les exercices les moins pénibles, sous la surveillance d’un père ou d’un oncle37. Cependant en raison du climat ou de la fatigue particulière que doivent endurer les carriers, leur tâche se limiterait, dit-on, à trois journées de travail par semaine ; encore celles-ci commençant à l’aube, pour éviter le plus possible les fortes chaleurs, s’arrêteraient-elles au milieu du jour38. Pour travailler plus commodément debout ou assis, jambes et bras nus, les carriers ne portent qu’une simple ğallabīya de toile serrée à la taille et relevée jusqu’aux genoux, formant alors tunique39.

  • 40 Cette tenue de travail se complète d’un foulard noué autour de la tête en guise de turban.
  • 41 A l’exclusion de tout percement de galerie.
  • 42 L’emploi de la dynamite se répand aujourd’hui de plus en plus pour provoquer l’éclatement initial (...)
  • 43 Répétition des coups dans les deux sens de la rainure (moğra), d’abord avec la pointe de la dabbūr (...)
  • 44 Coins en fer : āsfīn, pl. āsāfin ; ‘aqib, pl. ā’qāb. Coins en bois : qaṭā’.
    On versait de l’eau sur (...)
  • 45 Les anciens procédés utilisés en Égypte pour diviser un bloc de pierre en deux parties ne sont pas (...)
  • 46 Sans compter les moellons (dabš) et débris de calcaire (daqšūm šatb) recueillis en surface.

29Exploitée à ciel ouvert, par couches superposées de 1 m à 1,50 m d’épaisseur, la carrière présente souvent l’aspect d’une falaise à degrés, sinon droite, haute d’environ 30 ou 40 m40. Un groupe de deux ou trois personnes attaque tout d’abord le sommet en plusieurs endroits à l’aide d’un pic (atala), après en avoir, au besoin, dégagé la roche avec le rejet de la terre qui la recouvrait41. Plus bas, le sol de la carrière ainsi que certains côtés sont occupés par les autres carriers qui peuvent atteindre un grand nombre pour se répartir les tâches suivantes : division des premiers blocs en deux ou plusieurs parties, reprise et dégrossissage de celles-ci selon des formes et des proportions diverses. La division initiale d’un bloc s’effectue en frappant la face supérieure de petits coups répétés avec la pointe d’un marteau (dabbūra) suivant une ligne droite marquant le point de rupture à obtenir. Celle-ci est fréquemment réalisée par la seule pression de l’outil42. En cas de résistance du bloc, sa division nécessite l’emploi de deux ou trois coins43 en fer (āsfīn), autrefois en bois (qaṭṭā)44, que l’on enfonçait au marteau vers le centre de la rainure provoquant ainsi l’éclatement de la roche en deux parties45 (fig. 144). On aboutira alors, par débitages successifs de formes sommaires, à des éléments plus ou moins achevés correspondant à la commande du bâtisseur : pierres de taille, dalles, marches d’escalier ensuite, etc46.

  • 47 Des outils semblables sont encore utilisés en France par les carriers et tailleurs de pierre comme (...)

30D’autres outils sont ensuite nécessaires pour procéder à une nouvelle diversité d’opérations, depuis la scie, jusqu’à l’herminette, la hachette et les ciseaux en fer47 (fig. 143-145).

  • 48 D’un usage courant, les dalles répondent souvent à des commandes de commerçants du Caire (tāğer, t (...)

31Munis d’une longue scie (minšār), deux tailleurs de pierre debout — ou l’un debout, l’autre assis — s’emploient à diviser un bloc parallélépipédique, soit en tranches rectangulaires (marches d’escalier, dalles), soit en plaques carrées (dalles) (fig. 145). Les pierres ainsi dégrossies seront rassemblées, dressées et rangées sur le terrain, selon leur forme et leur destination. Certaines seront livrées telles quelles au commanditaire auquel incombera le soin de les faire terminer sur le chantier ; ce sera généralement le cas des pierres de taille qu’il importera de travailler et d’ajuster sur place. D’autres, comme les dalles et les marches répondant à des dimensions uniformes peuvent être réalisées sur le lieu de la carrière48.

  • 49 La taille des degrés (darğā pl. darğāt) d’un escalier (sullam, pl. salālim) — toujours à volées dr (...)
  • 50 Cet outil (saḥūṭa), aux deux extrémités dentelées, peut être comparé aux rustique grain d’orge, et (...)

32Pour donner aux degrés d’un escalier leur forme traditionnelle à coupe triangulaire, l’artisan, se tenant incliné, vers son travail (fig. 146), utilise les mêmes outils que pour l’exécution d’une pierre de taille49. Ce sont des marteaux à double tête, plate et pointue (dabbūra), plate et tranchante (šakuš), hachette (fās), et sorte d’herminette dentelée (šaḥūta)50. Utilisés par petits coups répétés, ils permettent, en dehors du partage de la pierre, l’enlèvement des aspérités et l’égalisation des différentes faces de chaque marche (fig. 143).

  • 51 Lorsque le bloc de pierre à diviser est peu important, l’un des scieurs seulement se tient debout, (...)
  • 52 Dimensions courantes adoptées pour les dalles carrées : 30 cm à 40 cm avec une épaisseur variant d (...)
  • 53 Voir infra.

33Le découpage des dalles dans un même bloc se fait en maniant la scie (minšār) horizontalement, tenue à deux mains à chaque extrémité par les scieurs se faisant face51 (fig. 145). L’amincissement des dalles à la scie s’effectue en deux temps, d’abord avec une épaisseur de 10 cm, puis de 5 cm52. Au fur et à mesure de leur mise en forme, ces divers éléments sont rangés verticalement par catégorie, afin d’en faciliter l’enlèvement. Il va sans dire qu’au contact de roches dures, une usure rapide des outils du carrier et du tailleur de pierre est inévitable. Aussi faut-il veiller constamment à leur entretien et les confier fréquemment à un forgeron ayant l’expérience de ces instruments53.

Transport

  • 54 ğamal, pl. ğamāl ; chamelier, ğammāl ; filet en corde de palmier (šabek ḥabl lūf).
  • 55 charrette de pierres, ‘arabiyya ḥağar ; mulet, baġl, pl. baġāl ; charretier de pierres, ‘arabağī ḥ (...)

34Le transport des matériaux préparés sur les lieux mêmes de la carrière continue à s’effectuer dans de nombreux cas, à l’aide des moyens traditionnels, chameau54 et charrette55. L’un et l’autre peuvent se combiner, compte tenu des charges à porter et des distances à parcourir, sentiers escarpés de montagne ou pistes élargies des plaines.

35Le chargement d’un chameau agenouillé est particulièrement aisé, auprès des rangées d’éléments dégrossis, préparées à l’avance. Ainsi pourra-t-il recevoir, retenus par un filet, cinq marches d’escalier, quatre étant partagées de chaque côté de la bête, la cinquième placée sur le dos (fig. 142).

36On connaît la curieuse disposition des charrettes égyptiennes faites d’un coffre étroit porté par deux grandes roues. Tirées par un mulet, ces charrettes ne peuvent alors transporter qu’une charge réduite, l’usage des roues de forte taille permettant d’éviter l’ensablement des pistes.

37Il est rare, cependant, dit-on, que ces deux modes de transport soient employés d’une seul traite, entre la carrière et le lieu de destination au Caire, chantier de construction ou dépôt. Un ou plusieurs relais sont, en effet, ménagés le long du parcours emprunté par les transporteurs de pierre.

  • 56 Le trafic des pierres extraites d’une carrière dépend du propriétaire qui l’exploite.

38Notons que l’on amènera aussi hors de la carrière, moellons et débris de calcaire qui trouveront leur emploi dans le blocage des murs56.

39Quant aux éléments de pierre plus ou moins sommairement dégrossis, leur mise au point sur le chantier sera examiné plus loin où nous les verrons confiés à des tailleurs de pierre recrutés par un chef d’entreprise jouant également le rôle de maître d’œuvre.

La pierre de taille sur le chantier de construction

  • 57 Sur la construction proprement dite par les maçons (bannā’ pl. bannā’īn), voir : Palais du Caire, (...)

40Organisation du chantier. Le rôle du tailleur de pierre (naḥḥāt), sur le chantier de construction de toute nouvelle demeure, devait tenir compte des travaux déjà effectués sur les lieux même de la carrière. A cet endroit, en effet, nous avons vu que les matériaux d’usage courant étaient entièrement préparés, sinon largement dégrossis. C’était le cas des pierres de taille pour les murs, des dalles pour le sol, et des marches d’escalier (fig. 150), rentrant dans la réalisation du gros œuvre57.

  • 58 Le tracé d’un arc était réalisé au moyen d’un compas rudimentaire fait d’une cordelette rattachée (...)

41Par contre un travail plus important restait à accomplir, surtout pour l’encadrement des diverses ouvertures — portes, fenêtres, loggia — donnant sur la cour intérieure ou sur la rue. C’est au mu’allim naḥḥāt qu’il incombait alors de choisir, en conséquence, parmi les blocs de pierre en provenance de la carrière, selon leur taille et leur qualité, et de désigner ensuite les artisans aptes à leur transformation satisfaisante. Si certaines parties pouvaient être faites d’une seule pièce — fût de colonne, linteau et montants de porte — il fallait compter le plus souvent avec la division en plusieurs éléments d’une forme droite ou courbe, qu’il s’agisse d’un linteau ou de montants d’une plate-bande appareillée, sinon d’un arc exigeant la préparation d’un ensemble de claveaux. A cet effet, il revenait généralement au mu’allim naḥḥāt de tracer sur le sol, de préférence dallé, la forme précise d’un arc et de ses claveaux, afin d’en déterminer l’exécution dans la pierre calcaire par le naḥḥāt58. Des précautions semblables devaient être prises pour assurer la régularité d’autres formes particulières — consoles, fenêtres géminées, oculus...

42Qu’il s’agisse d’un travail de dégrossissage sur les lieux mêmes d’une carrière ou d’un réel travail de taille, ḥağğār et naḥḥāt œuvrent souvent dans des conditions semblables.

  • 59 Seroual : culotte bouffante de coton clair. L’artisan quitte sa longue tunique (ğallabiya) qui le (...)

43Vêtu seulement de ses chemise et « seroual »59, et coiffé de son turban, — ou d’un mouchoir plié en triangle — l’artisan travaille généralement debout, penché sur son ouvrage qu’il a fixé et incliné contre une autre pierre (fig. 146, 147). Sur le chantier il utilise l’un après l’autre les outils suivants — têtus — munis d’une tête en fer et d’un manche en bois :

  • le « têtu à pointe », avec marteau et pointe (fig. 146)60, destiné à parfaire le dégrossissement du bloc en faisant disparaître toutes les aspérités sur le pourtour et la surface — celle qui reste visible — ;
  • le « têtu à deux pointes »61 qui permettra de réduire les inégalités de la face externe (fig. 143) ;
  • le têtu à double tête dentelée (fig. 147, 148)62 qui achèvera d’aplanir ce côté. Sont également utilisés un ciseau63 et un marteau (fig. 143, 144)64. Au cours de ces diverses opérations, la régularité de l’ouvrage est vérifiée au moyen d’une règle plate en bois65 (surface) et d’une équerre en fer66 (arêtes, extrémités et bords) (fig. 148).
  • 67 Ces divers renseignements ont été recueillis en 1975, à l’occasion de la restauration de Ğama’ Mit (...)

44L’emploi de ces procédés est aisément reconnaissable dans l’aspect même des murs appareillés, édifiés au Caire durant la période mamelouke et ottomane67.

La pierre de taille dans les façades extérieures et intérieures

45A l’époque ottomane comme à l’époque mamelouke, on connaît le rôle important des tailleurs de pierre dans la préparation des éléments essentiels, destinés à la construction du rez-de-chaussée d’un palais ou d’une belle demeure bourgeoise. Leur intervention se manifeste aussi bien pour l’aménagement d’une façade extérieure donnant sur la rue que pour celui des façades qui encadrent une cour intérieure (fig. 149).

Façade extérieure

  • 68 Arc brisé (non outrepassé) — ou arc à deux centres — ‘aqd maẖmūs — appelé aussi ‘aqd mudabbab. Aut (...)
  • 69 Arc surbaissé (tracé de l’arc à la base de la porte ou seuil (‘ataba) : ‘aqd mawtur (ou ‘aqd munba (...)
  • 70 Arc cintré, montage exécuté par le maçon.
  • 71 Montant (ou piédroit) : kitf, pl. āktāf.
  • 72 Claveau : sanğa, pl. sinağ.
  • 73 Voussoir (clef) : maftāḥ.
  • 74 Claveau inférieur : mẖadda (ou rağal al-ḥad).
  • 75 Murakkaba, mūsanna.
  • 76 Muzarrar.

46La porte d’entrée. Dans l’élévation habituelle d’un mur où alternent régulièrement assises et boutisses, c’est au style de la porte d’entrée ainsi qu’à ses proportions et à son décor que les bâtisseurs accordaient le plus d’attention avant d’en accroître l’effet par son couronnement d’un ou plusieurs encorbellements sur consoles de pierre. Qu’il s’agisse d’une porte s’ouvrant dans l’arc brisé68 (fig. 154) demeuré en honneur aux xvie et xviie siècles, ou dans l’arc surbaissé69 adopté aux siècles suivants (fig. 155), les artisans procédaient sans doute de la même façon ; c’est au sol qu’ils préparaient successivement le traçage de la forme générale, la taille et l’assemblage des différentes parties d’un encadrement de porte avant d’en effectuer le montage définitif fixé au mur de l’entrée70. Cet encadrement comprend alors les éléments suivants : montants (ou piédroits)71 et claveaux72 d’arc — répartis entre voussoir73 et claveaux extrêmes74 — ces claveaux pouvant être de taille simple, « à crochets75 », ou à découpage recticurviligne76 (fig. 156).

  • 77 Voir infra.

47Aux sculpteurs sur pierre incombait le soin de rehausser l’arc — plus rarement les montants — d’une ornementation surtout géométrique qui pouvait s’étendre de la base au sommet de l’arc et de ses écoinçons77.

  • 78 Kabūlī, pl. kawābīl ; kabš, pl. akbāš.
  • 79 On remplacera de plus en plus les consoles de pierre par des consoles de bois.

48Consoles d’encorbellement. On observe le maintien des encorbellements sur consoles de pierre78, aux xvie et xviie siècles, et durant une partie du xviiie siècle79 (Pl. LXXXV, fig. 151, 152, 153, 157).

  • 80 Par exemple, à l’encorbellement du premier étage de certains rab’.
  • 81 Dont le dépassement pouvait atteindre ou excéder un mètre.
  • 82 Console de pierre — longueur moyenne : 0,90 m ; hauteur : 0,31 m ; épaisseur : 0,20 m. Les deux ou (...)
  • 83 Remplacement d’une console unie par une console rehaussée d’un décor sculpté, notamment par un mot (...)

49Si, pour certains encorbellements à faible saillie, on se contentait de consoles courtes80, on avait toujours recours à des consoles de pierre plus longues et plus fortes pour le support d’un étage de réelle importance81. Les tailleurs de pierre en accordaient aussi les dimensions fondamentales — épaisseur et hauteur82 — à celles des pierres de moyen appareil utilisées dans les murs destinés à recevoir ces consoles. D’où la facilité de leur assemblage. Avant de les remplacer par des formes plus complexes83, on a longtemps conservé les formes simples à tête arrondie, déjà en honneur dans les constructions mameloukes. Selon la charge à supporter, étaient utilisées des consoles uniques ou jumelées, avec superposition fréquente de deux ou trois consoles couplées, en retrait les unes sous les autres.

Façades intérieures sur cour

  • 84 Porte de maẖzan « à arc persan » — ‘aqd mudabbab fārisī.
  • 85 Porte à linteau droit : bāb muraba’, réservée aux salons et salles de réception du rez-de-chaussée (...)
  • 86 Porte à arc surbaissé, voir supra.
    Diversité des claveaux utilisés dans le linteau (‘ateb) et l’arc (...)

50Les portes. De même qu’au dehors, dans la cour intérieure ce sont les portes du rez-de-chaussée et les consoles du premier étage qui requièrent le plus de soin de la part des tailleurs de pierre et des sculpteurs. Au début de la période ottomane, la simplicité des portes des communs contrastait encore avec les proportions majestueuses et le luxe ornemental des portes du maq’ad et du harem. Une plus grande simplicité dans les formes et les dimensions leur succèdera, avec l’emploi généralisé des portes à linteau droit84 ou arc surbaissé8586 (Pl. LXXXVI).

PLANCHE LXXXV

PLANCHE LXXXV

Consoles et angle mural en pierre sculptée (d’après J. Bourgoin).

PLANCHE LXXXVI

PLANCHE LXXXVI

Porte à linteau droit sous arc de décharge et imposte entourée de sculptures géométriques dans un encadrement général de moulures à boucles (Manzil Ḥarāwī).

  • 87 Console de bois à tête arrondie (rawušan) ; ce support supplémentaire peut être dissimulé dans un (...)

51Quelle que soit son importance, la préparation de chacune des portes sera effectuée dans les mêmes conditions que pour l’encadrement de la porte d’entrée. A l’étage, une forte console de bois à tête arrondie87 s’ajoute à la partie supérieure des consoles de pierre, son inclinaison vers le haut devant contribuer au renforcement de l’encorbellement (fig. 153).

Sculpture de la pierre

52La sculpture de la pierre calcaire constitue l’une des principales formes décoratives dans l’architecture domestique, aussi bien que dans l’architecture religieuse d’époque ottomane. L’usage s’en imposait surtout, nous l’avons vu, dans les façades externes et internes afin d’en rehausser l’encadrement des portes principales. De là, une grande diversité de formes et de dimensions dans les pierres à décorer.

  • 88 Deux sortes d’herminette à manche court sont employées successivement ;
    1° le qadūm de forme triang (...)
  • 89 Règle (masṭard), équerre (zawiya), compas (barğal).
  • 90 Maṭraqa.
  • 91 Āzmīl.

53Ce sont les tailleurs de pierre les plus habiles qui se voyaient confier naturellement le travail le plus délicat et le plus complexe de l’ornementation sculptée. Les mêmes procédés étaient utilisés pour la préparation et la décoration d’éléments très divers : d’abord le dégrossissage de la pierre et l’égalisation de la surface à sculpter à l’aide des outils habituels, tranchants et dentelés88, ce travail s’effectuant de préférence debout et légèrement penché en avant ; puis, décor proprement dit. Pour ce faire, le sculpteur traçait, au préalable, le motif choisi sur la face de la pierre à décorer en s’aidant d’une règle et d’une équerre, voire d’un compas89. Désormais, cette nouvelle tâche permettait à l’artisan de se tenir assis au sol, jambes croisées. Les outils à sa disposition étaient alors, avec le marteau90, plusieurs ciseaux en fer à bout tranchant, dentelé ou pointu91. Toutes précautions devaient être prises pour faire concorder ensemble, au moment de l’assemblage définitif, les différentes parties de pierre sculptée rentrant dans une même composition — encadrement de porte, façade de maq’ad, etc. —.

Ornementation

  • 92 Ornementation géométrique : zuẖārafa handasīya ; ornementation florale : zuẖārafa nabātīya ; ornem (...)

54La variété des formes décoratives que l’on pouvait déjà observer à l’époque mamelouke se manifeste encore à l’époque ottomane où elle se présente toujours dans les catégories suivantes : ornementation géométrique, florale, épigraphique et à stalactites92 (fig. 154 à 158). On ne doit pas s’étonner, cependant, de l’évolution de certaines formes ornementales, qui ne sont pas moins soumises que les façades et les ouvertures qu’elles doivent embellir, à subir des influences de même nature. Après une première période de fidélité aux formes architecturales et décoratives du xve siècle qui persiste jusqu’au xviie siècle, l’adoption d’éléments floraux d’un type nouveau marquera un changement notoire dans la sculpture ornementale de la pierre — voire du marbre — au xviiie siècle.

  • 93 Moulure (ğaft).
  • 94 Tore (‘āmūd), cavet (taqwīra), filet (sinna), bandeau (rab’).
  • 95 Chaîne (silsila).
  • 96 Boucle ronde (mīma da’ira).
  • 97 C’est dans le portail gigantesque de la Mosquée al-Muayyad (1415-1420) que l’on trouve, sculptées (...)
  • 98 Boucle hexagonale (mima musaddasa).
  • 99 Sur l’origine du « mima », voir Palais et Maisons du Caire à l’époque mamelouke. T. I, 1982, p. 24 (...)

55Motifs géométriques. Dans cette catégorie, on retiendra surtout trois formes essentielles : la moulure ainsi que l’étoile et la rosace entrelacées. De la moulure93 on se souvient qu’elle ne comportait, en premier lieu dans sa simplicité, qu’un tore et un cavet séparés par des filets94. Sa transformation en chaîne95 ponctuée de boucles rondes96, observée au xve siècle97, fut conservée au xvie siècle et pendant une partie du xviie siècle. Plus tard, on ne devait substituer que des formes anguleuses aux premières formes arrondies de cette nouvelle « moulure en chaîne »98 (fig. 154, 155, 156). Longtemps son emploi ne cessa d’être en honneur puisqu’on le trouve également autour des arcs brisés et des arcs surbaissés des portes d’entrée99 (Pl. LXXXVII). Dans la cour intérieure, elle se répète encore de haut en bas des portails monumentaux du salāmlik et du harem comme dans la façade du maq’ad. Son rôle ne se limite pas seulement à souligner les grandes lignes horizontales et verticales ainsi que la courbe des arcs d’un portail ou d’un maq’ad ; il s’étend aussi au compartimentage ornemental de certaines portes et façades caractéristiques aux xvie et xviie siècles. En effet, c’est à l’intérieur de ces encadrements moulurés que se répartiront bandeaux, panneaux (ou registres) carrés, rectangulaires, voire circulaires, renfermant diverses compositions géométriques ou florales. De celles-ci, les premiers montrent le plus souvent, nous l’avons dit, des rosaces ou des étoiles entrelacées.

  • 100 Ces motifs apparaissent aussi sur les tombes ottomanes d’Istambul et du Caire. Leur simplicité s’o (...)

56A côté de la survivance de ces éléments géométriques traditionnels, on ne manque pas d’être surpris de constater, au xviiie siècle, au-dessus de certaines portes donnant sur la cour — linteaux, arcs de décharge — l’emploi de motifs géométriques de type archaïque avec la seule répétition de triangles et de losanges ou d’autres éléments simplifiés lourdement sculptés, parmi lesquels figure souvent une rosace arrondie100 (fig. 158).

57Motifs floraux. On distingue trois types d’ornements floraux correspondant à des époques différentes, leur emploi dans la pierre sculptée apparaissant le plus souvent dans l’encadrement de la porte d’entrée ou des portes principales donnant sur la cour (fig. 155).

  • (xvie-xviie siècles). Composition à base de fleurons et palmettes héritées des siècles précédents, leur exécution étant effectuée soit en biseau soit en champlevé101.
  • (xviiie siècle). Motifs schématisés représentant la forme d’un cyprès ou d’un vase avec bouquet stylisé, ces éléments accompagnant parfois deux simples rosaces arrondies dans le linteau d’une porte102.
  • (xviiie siècle). Arabesques florales turquisantes couvrant piedroits et linteau de palmettes dentelées et de fleurs diverses — roses, œillets, chrysanthèmes...103.

58Décor épigraphique. Les belles inscriptions en « naskhi », dont les Sultans mamelouks aimaient à rehausser l’entrée ou la façade de leurs palais, ont le plus souvent disparu, se limitant parfois à de simples cartouches de chaque côté de la porte d’un maq’ad (xvie-xviie siècle).

PLANCHE LXXXVII

PLANCHE LXXXVII

Porte à arc persan rehaussée d’une moulure en chaîne hexagonale à boucles (Manzil Ḥarāwī).

59Une nouvelle forme d’inscriptions eulogiques apparaît, au xviiie siècle, dans des proportions plus modestes, au linteau de certaines portes de salles d’apparat où elles se mêlent à l’ornementation florale turquisante indiquée plus haut.

  • 104 On en découvre déjà un large emploi dans la décoration des monuments fatimides.
  • 105 Muqarnaṣ ḥalabī.
  • 106 Muqarnaṣ baladī.

60Stalactites. Cette frange de pierre sculptée (muqarnas) peut être considérée comme l’un des éléments décoratifs les plus anciens auxquels les bâtisseurs égyptiens se montrent particulièrement attachés (fig. 160, 161)104. Les difficultés que présente leur exécution permettent de juger de l’habileté du sculpteur capable de les résoudre, en aboutissant à l’heureux effet de multiples alvéoles aux facettes arrondies105 ou anguleuses106.

61Le recours aux stalactites répond à des applications décoratives très variées, depuis les simples surabaques des colonnes d’un maq’ad, jusqu’à la frise supérieure de son portail, ou le support en corniche d’un encorbellement.

62Leur persistance ressort enfin du décor des arcs surbaissés qui marquent l’entrée sur la rue de luxueuses demeures au xviiie siècle. On se résoudra difficilement à en abandonner l’usage, puisqu’on le verra encore, au siècle dernier, se mêler curieusement à une nouvelle décoration occidentale de type baroque.

Le marbre

La carrière

  • 107 Pour obtenir des renseignements sur l’exploitation des carrières de marbre en Égypte et sur la tra (...)
  • 108 Šayẖ al-maraẖamatīya — marbrier, marahmatī.
    Voir aussi le terme muraẖẖimīn (marbriers) cité par A. (...)
  • 109 Carrière de marbre (ou marbrière) muḥağar ruẖām.

63Lorsqu’un constructeur ou un chef d’atelier de marbriers avait besoin de marbre pour ses travaux107, il se mettait, dit-on, en rapport avec un « Cheikh de marbriers »108 qui exploitait le plus souvent une carrière de location109.

  • 110 Marbre blanc (ābiod), noir (āswad), vert (āẖḍar), ocre jaune clair (bonī fātaḥ), rouge (āḥmar). Su (...)

64Selon la nature et la couleur du marbre recherché, on se tournait alors vers différentes carrières : celles d’Edfou fournissait le marbre blanc ou le marbre noir, Qana offrait le marbre vert, Asiout le marbre ocre jaune clair, Louqsor et Assouan le marbre rouge sinon le marbre noir110.

  • 111 Albâtre, ālābasṭar.

65Ailleurs, Beni Souif demeure réputé pour ses carrières d’albâtre111.

66Le mode d’exploitation d’une carrière de marbre ne diffère guère de celui qui a été rapporté plus haut pour l’extraction et la transformation des blocs de calcaire.

  • 112 Iqaṭa’ al-ğabal.
  • 113 ‘Atala, pl. ‘atalāt.
  • 114 ‘Aqib, pl. a’qāb.

67Dans les deux cas on dit du carrier qu’il taille la montagne112, lorsqu’il s’attaque à des couches superposées — bancs ou stries —. Autrefois la première opération consistant à détacher d’énormes blocs s’effectuait aussi avec un pic en fer113. Puis le partage de ces blocs se faisait encore à l’aide de coins en bois114 enfoncés à coup de marteau, tandis qu’un jeune garçon y versait de l’eau ainsi que du sable pour activer la dilatation des coins et provoquer l’éclatement du marbre en deux parties.

  • 115 Colonnes, dalles, lambris, etc.. voir infra.

68Le débitage des divers blocs tenait compte naturellement de l’utilisation prévue pour les éléments sommairement préparés par les tailleurs de la carrière, aussi bien dans le choix de la couleur du marbre que dans celui de la forme et des dimensions115.

69Nous verrons plus loin comment l’achèvement de ces éléments était réalisé par les marbriers d’un atelier ou d’un chantier.

Le transport (ou bardage)

70Selon l’emplacement de la carrière et la distance du lieu d’utilisation des marbres, on avait recours aux moyens de transport les mieux appropriés, dont certains sont encore en usage aujourd’hui, soit par voie de terre, soit par voie fluviale.

71Les plus gros blocs étaient chargés sur des chariots à quatre roues tirés par des bœufs en nombre plus ou moins important. Le transport de marbres d’un poids et d’un encombrement inférieurs pouvait encore être effectué à dos de chameau ou par des charrettes à grandes roues.

72On utilisa enfin, de tout temps, les bateaux munis de voiles pour porter des blocs de divers calibres sur les rives les plus proches du chantier destinataire, voire d’un atelier de marbrier.

73En effet, en raison de leur poids et de leur volume, les blocs de marbre devaient atteindre, par les chemins les plus directs, le chantier qui avait fait la commande, sans tenir compte parfois des obstacles qui se trouvaient sur leur passage.

74Ainsi rappelle-t-on volontiers le cas célèbre des grandes colonnes de marbre qui furent amenées sur rouleaux jusqu’au lieu même du mausolée du Sultan Qalaoun, après la démolition des bâtiments qui se trouvaient sur leur trajet.

Le décor de marbre

  • 116 Sur l’origine de l’emploi du marbre dans les monuments musulmans du Caire, cf. K.A.C. Creswell, op (...)

75De même que dans le travail des tailleurs de pierre, l’habileté d’un marbrier se reconnaissait jadis aux diverses réalisations qu’il se montrait capable d’effectuer ; certains artisans ne dépassaient pas l’exécution de simples plaques de marbre destinées au dallage du sol ou au lambris des murs, la préparation de formes plus complexes étant le fait d’une élite, ainsi que l’ornementation sculptée ou découpée en mosaïque116.

  • 117 ‘Amūd, ‘awāmid.

76La taille d’une colonne (‘amūd)117 représentait, avec celle des muqarnas, l’une des tâches les plus difficiles en raison de la parfaite régularité qu’elle exigeait. Pour une colonne, un bloc de marbre à section carrée se prêtait à une première ébauche de forme polygonale obtenue au marteau et au ciseau ; aussi bien s’arrêtait-on parfois à ce stade relativement aisé. Sinon, l’abattage des angles aboutissait à la forme la plus courante d’un fût cylindrique. Aller au-delà constituait des difficultés supérieures lorsqu’on désirait avoir une colonne ornée de cannelures droites ou en spirales, voire de chevrons.

  • 118 Le palais de Musāfirḫāna comporte plusieurs inscriptions et ornements de cette nature. Au siècle d (...)

77L’ornementation du marbre sculpté, ne diffère pas, dans son application, de celle de la pierre sculptée, non plus que dans sa technique et ses éléments décoratifs. Motifs géométriques et floraux sont également traités en champlevé ou creusés en biseau. Au xviiie siècle, une décoration turquisante apparaît aussi dans l’encadrement de certaines portes intérieures (fig. 166), le linteau pouvant être rehaussé d’inscriptions eulogiques118.

78Une autre forme décorative ressort encore de l’alternance de marbres de couleur — noir, blanc, ocre — utilisés dans les claveaux d’arcs, de linteaux et plates-bandes appareillées, qu’il s’agisse de claveaux simples ou à découpage plus ou moins complexe.

  • 119 Cf. J. Bourgoin, Précis de l’Art arabe, II, passim.
  • 120 Voir Bayt Šabšīrī, manzil Kīrīdliyya, Ğamāl al-Dīn, etc.
  • 121 Musafirẖāna.

79Mais le décor architectural le plus raffiné est utilisé dans les mosaïques polychromes dont sont revêtus principalement sol de dūrqā’a (Pl. LXXXVIII) et murs inférieurs des grandes salles d’apparat (qā‛a)119. On y retrouve la survivance des traditions ornementales d’époque mamelouke. Ainsi les panneaux muraux conservent-ils, dans leur cadre de fines mosaïques, les anciennes bandes verticales caractéristiques — noir et blanc, voire ocre jaune et rouge120 — avant que celles-ci ne soient remplacées par des lambris unis121 (fig. 162, 164, 165).

80Le lieu d’accès (durqa’a) d’une qā‛a ou d’une mandara demeure l’objet du plus grand luxe ornemental, surtout s’il s’accompagne d’une fontaine centrale également en marbre, au milieu d’un bassin à bords incurvés.

81Qu’elle soit carrée ou rectangulaire, la composition générale est toujours faite d’un compartimentage symétrique, cercles fréquents au centre, carrés, disques et rectangles dans l’encadrement, la simplicité des surfaces unies s’opposant à la richesse des parties décorées, dans un heureux contraste.

  • 122 Tracé géométrique au compas, à la règle et à l’équerre.
  • 123 Les divers éléments de mosaïques (ẖorda) sont exécutés en chaîne, d’un artisan à l’autre, avant d’ (...)

82C’est au maître marbrier qu’incombait naturellement le soin de concevoir et de diriger la réalisation d’un tel travail122. En fonction de la composition qu’il aura imaginée, il confiera à ses aides l’exécution des divers éléments correspondants. Ceux-ci disposent, à cet effet, de gabarits métalliques de forme géométrique — carrés, triangles, losanges, etc. — permettant de tailler, au qadūm, les différentes mosaïques dans des plaques de marbre aux couleurs voulues123.

  • 124 Découpage et montage des mosaïques de marbre peuvent être comparés aux mêmes opérations effectuées (...)
  • 125 Mortier d’argile et de chaux soigneusement malaxé à l’avance après deux jours de fermentation dans (...)

83Un lambris comme un dallage orné de mosaïques est alors préparé, cette ornementation placée à l’envers sur le sol même124. Une fois achevée celle-ci est unie par une couche de mortier d’argile et de chaux. Alors que le dallage est toujours posé sur un lit de mortier125, lambris et mosaïques de marbre sont fixés au mur — après séchage et durcissement du mortier — grâce à une armature de roseaux coupés dans leur longueur et recouverts de plâtre.

PLANCHE LXXXVIII

PLANCHE LXXXVIII

Détail de mosaïques en marbre de couleurs ornant une fasqiya, au milieu de la durqā‛a d’une qā‛a (Manzil Ḥarāwī).

84La pose du dallage et des panneaux muraux est assurée par un artisan marbrier (raẖẖām), un polissage final (ğaly) devant donner au marbre tout son éclat.

Le plâtre et la chaux

  • 126 Sur le plâtre (ou gypse) et la chaux, voir La pierre de taille, p. 86, 87 et 283.

85Ces matériaux qui rentrent dans la préparation des mortiers et des enduits se trouvent en abondance dans toute la région du Caire où ils n’ont cessé d’être exploités126.

  • 127 Op. cit., p. 25.

86« Le gypse ou pierre à plâtre, nous dit Masséri, se rencontre dans presque toutes les montagnes calcaires de ce pays, quelquefois en bancs compacts, le plus souvent à l’état de filons ou d’efforescences...127.

87Autrefois, on employait au Caire un plâtre très pur qu’on extrayait de Bayadn, l’antique Thimonepsis, située en face de Béni-Souef. Depuis lors, les fournisseurs de plâtre se pourvoient à proximité de la capitale, dans les gisements de Hélouan et de Tourah. Le plâtre qui provient de ces gisements, bien que mélangé de sable et d’incuits de chaux, est parfaitement utilisable... ».

  • 128 La Description, p. 392.
  • 129 M. Clerget, Le Caire, 1934, p. 282 : « De forme cylindrique, [les fours] comprennent deux étages : (...)

88Des indications semblables étaient déjà données par Jomard dans la Description128, ajoutant que des fours à plâtre (gabbasah) étaient installés dans quatre quartiers du Caire. Il en vante particulièrement l’usage habituel pour les enduits sur les murs129.

89Quant à la pierre à chaux, qu’il jugeait comme « un calcaire ordinaire, non coquillier », elle était tirée, dit-il, du « Gebel el-Gyauchy... ».

  • 130 V.M. Masséri, op. cit., pp. 41-42 « Les fours à chaux les plus usités par les indigènes de ce pays (...)

90« La chaux se calcine, du côté de Bâb el-Nasr, dans des fours assez bien disposés (gayyârah). Le fourneau est en briques, en forme de cône renversé ; on le chauffe simplement avec des roseaux ; l’évasement supérieur est large d’environ 5 pieds130. Il y a aussi des fours à chaux du côté de Bâb el-Cha’ryeh...

91Chaque fournée produit cent cinquante qantâr de chaux et exige cinq cents bottes de bouz, qui se paient dix parats l’une ; le feu est entretenu pendant deux jours et une nuit...

92Pour éteindre la chaux [les ouvriers] jettent de l’eau par-dessus comme à l’ordinaire en petite quantité, et la remuent vivement pour la rendre pulvérulente ».

  • 131 A. Raymond, op. cit., p. 352.

93Pour le xviiie siècle, il convient de retenir aussi, sur ce sujet, les précisions apportées par A. Raymond : « Construction, four à plâtre et à chaux131.

  • 132 Ibid, « La succession d’un ğabbās, mort vers 1726, comporte pour deux moulins à plâtre : quatre ch (...)

94Les métiers qui fournissaient les matériaux nécessaires à la construction avaient également une localisation exclusivement périphérique. D’une part les matières premières encombrantes et salissantes qu’ils utilisaient étaient apportées de l’extérieur de la ville : la pierre à plâtre (ğibs) venait du Sud, de Ḥulwān ou de la région de Banī Suwaif, en général par voie d’eau, certains ğabbāsīn, fabricants de plâtre, étant propriétaires des bateaux (markab) sur lesquels s’effectuait le transport ; la pierre à chaux était extraite principalement du Ğabal al Ğuyūšī situé derrière la Citadelle. Les meules nécessitaient un bétail nombreux qu’il eut été difficile de loger et d’entretenir à l’intérieur de la ville132. Enfin la présence des fours était évidemment gênante pour le voisinage. Les moulins et fours à plâtre (ğabbāsa) et les fours à chaux (ğayyāra) fonctionnaient donc en général hors de l’agglomération, hors de ses limites orientale, septentrionale et occidentale, sur des emplacements facilement accessibles de l’extérieur, mais assez proches des ports, pour que les produits puissent être introduits en ville aisément.

  • 133 Ibid. « La Description de l’Égypte (plan du Caire) mentionne des ğayyāra en Q 4, près de Bāb al-Wa (...)

95Les fours à chaux étaient particulièrement nombreux près des portes de la ville et à proximité du Ğuyūšī133.

  • 134 Ibid. « On trouvait des fours à plâtre près de Bāb al-Ša’riyya (298 E8) et de Bāb al-Baḥr (330 D 1 (...)

96Le plâtre, qui arrivait par le Nil, était surtout travaillé dans les quartiers Ouest et Sud de la ville134...

  • 135 Id., (84 Y 7).

97La plupart des ğabbāsa mentionnés dans les documents du Maḥkma se trouvaient dans la partie sud du Caire, et une des portes conduisant au Vieux Caire portait d’ailleurs le nom caractéristique de Bâb al-Ğabbasa »135.

  • 136 Ces fours ne sont plus utilisés, en effet, que par certains villages de l’intérieur, notamment dan (...)
  • 137 Modèle de four à rapprocher de celui que les potiers yémenites utilisent encore maintenant à Ṣana’ (...)

98Il ne reste plus aujourd’hui auprès du Caire de fours à plâtre ou à chaux fonctionnant comme autrefois136. Cependant, jusqu’à la dernière guerre mondiale, on trouvait encore, à proximité de certaines carrières, des fours à chaux de type traditionnel chauffés au charbon. De forme cubique, la maçonnerie en pierre renfermait et préservait, par son épaisseur, un four intérieur en cône renversé. Deux escaliers extérieurs permettaient de charger et de décharger par le haut les tas de pierres à chaux, la première charge étant inversée après une journée de chauffage au-dessus du foyer inférieur allumé, sous une grille faite de barres de fer et de traverses en pierres137.

Enduits

  • 138 Cf. La Description, p. 391.
  • 139 De telles peintures existent dans plusieurs salles de réception et chambres de Sitt Wasila et d’Al (...)

99« On fait [du plâtre et de la chaux], au Kaire, un très grand usage pour enduits sur les murailles138 ; ils suppléent à nos tentures ; on les rehausse quelquefois par des peintures grossières qui représentent des fleurs et des ornements139, d’autres fois, par des sentences du Qorân, écrites en lettres colossales de diverses couleurs, qui ne manquent pas d’une certaine élégance.

100Le maçon égyptien excelle dans l’art d’appliquer et d’étendre ces enduits ; et quand le plâtre n’est pas assez blanc, il étend par-dessus une couche de chaux. Il sait aussi fabriquer une sorte de stuc.

  • 140 Dans l’architecture domestique ce mode de construction semble avoir été surtout utilisé avec les c (...)
  • 141 « (car il ne faut pas confondre l’uniformité des saisons avec les variations diurnes de l’atmosphè (...)

101C’est encore le plâtre qui sert pour les toitures140. L’art du couvreur se borne à latter les plafonds et à les recouvrir de cette matière. Ces couvertures légères résistent d’une manière étonnante aux vicissitudes atmosphériques, ce qui s’explique moins par la constance du climat...141 que par une sorte d’élasticité propre à ces couvertures : ce n’est pas sans surprise que l’on voit des dômes de la plus grande dimension, exécutés de cette manière depuis nombre d’années, et qui ne sont ni altérés ni fendillés dans aucune de leurs parties ».

  • 142 Renouvelés, au cours des années, en couches superposées.

102Pour juger de l’importance que l’on accordait autrefois aux enduits au plâtre à l’intérieur de palais ou de riches demeures, il suffit d’observer les grandes surfaces murales ainsi revêtues. Dans une salle d’apparat (qā‛a), la blancheur uniforme de ces revêtements142, contrastant avec le luxe ornemental des marbres et des boiseries, contribuait à donner à l’ensemble un aspect d’équilibre et d’harmonie.

  • 143 Cf. Palais et maisons du Caire, I, 1982, passim.

103Quant à l’emploi traditionnel de la chaux, on sait combien il était répandu dans la préparation des mortiers de sable, argile, pouzzolane et cendres, intéressant la construction des murs, les enduits extérieurs — notamment sur les murs en briques — et la couverture des terrasses143.

Décor du plâtre

  • 144 Qui avait bénéficié de la double influence andalouse et iranienne, op. cit., I, passim.

104Bien que l’ornementation stuquée soit loin d’occuper, à l’époque ottomane, la place qu’elle avait à l’époque mamelouke144, l’art des stucateurs conserve encore un réel attrait dans la décoration architecturale. Mais son champ d’action se limitera bientôt aux claustra dont on se plait à rehausser des mašrabiyyāt de toutes dimensions, entre le xviie et le xviiie siècle. Le compartimentage qui se manifeste ailleurs, dans l’ornementation de la pierre, du marbre et des boiseries, apparaît également de règle dans le travail du plâtre. Aussi les vitraux qui en résultent se présentent-ils généralement sous forme de rangée de panneaux au décor souvent alterné — géométrique et floral.

  • 145 Nous devons à l’atelier de Yousef Lotfi al-Šafa’i, ainsi qu’aux écoles d’apprentissage artisanal d (...)

105Aujourd’hui les rares stucateurs qui exercent encore ce métier au Caire n’en trouvent plus guère d’application en dehors de la restauration de monuments anciens. Néanmoins, les procédés et les outils traditionnels, auxquels ils sont demeurés fidèles, permettent de retrouver les conditions d’exécution des anciens claustra (šubbāk ğibs), voire des frises de même style145.

  • 146 Semblable à un métier à tisser vertical. Dimensions relevées à l’École de Sinnārī : 3,50 m (enviro (...)
  • 147 Préparé autrefois dans les fours traditionnels, le plâtre destiné au stucateur, était additionné, (...)

106Pour exécuter commodément l’armature d’un vitrail en plâtre, il semble que l’on disposait, si possible, d’un appui en bois de dimensions variables, formé par l’entrecroisement de quatre barres — verticales et horizontales — liées ensemble par des cordes146. Contre ce support en bois dressé et incliné contre le mur, l’artisan appuiera le châssis de son futur claustrum (fig. 167). Auparavant ce cadre aura été garni d’une épaisse couche de plâtre frais dont on attendra qu’il sèche et durcisse avant de le travailler147.

107On procédera alors aux opérations suivantes :

  • lissage de la surface interne destinée à recevoir le décor148 ;
  • traçage de l’ornementation géométrique ou florale à l’aide d’un grand compas en bois (à deux pointes), règle et équerre149 ;
  • perçage au vilebrequin des principaux points à creuser et tailler150 ;
  • découpage à la scie des formes intérieures151 ;
  • régularisation au ciseau et à la gouje.
  • 152 C’est-à-dire sans déformation.

108Afin de permettre une vue correcte152 de l’ouvrage lorsqu’il sera fixé au niveau élevé du mur — ou d’une mašrabiyya — le stucateur aura soin de creuser ses motifs en biais compte tenu de l’inclinaison nécessaire.

  • 153 Le découpage est effectué sommairement, à l’aide d’un diamant, les verres n’étant plus ajustés com (...)

109Après achèvement de la face (wāğiha) du claustrum, il ne restera plus qu’à fixer à son envers (ḍohr) les verres de couleur choisis et découpés à cette intention153.

110L’exécution d’une frise murale sera préparée de la même manière avec emploi plus fréquent du ciseau et de la gouje.

Le bois

  • 154 Voir Palais et maisons du Caire, I, 1982, p. 251 (1).
    M. Clerget, op. cit., p. 299 «...jusqu’au xii (...)

111Alors que les constructeurs égyptiens trouvaient aisément dans le sol de leur pays la plupart des matériaux dont ils avaient besoin, depuis l’argile jusqu’à la pierre et au marbre, les ressources en bois dont ils disposaient sur place durant la période ottomane étaient insuffisantes. Déjà, à l’époque mamelouke, on sait que le déboisement de la Haute-Égypte n’avait donné lieu à aucune reprise sérieuse, les rares essences utilisables sur les rives du Nil nécessitant alors des importations complémentaires des pays d’Orient et d’Occident154.

112Cette obligation résulta, en effet, d’un accroissement incessant, non seulement dans l’emploi des bois de charpente, mais aussi des bois de menuiserie de plus en plus répandu à l’intérieur et à l’extérieur des bâtiments nouveaux, se rattachant notamment à l’architecture domestique.

113C’est à ce moment, nous l’avons vu, que les boiseries constructives et ornementales atteignent le plus d’importance au Caire, déterminant un développement particulier des industries artisanales correspondantes.

  • 155 La Description, pp. 394-395. Charpentiers, menuisiers, etc.

114« Les scieurs de long et les charpentiers (nachāryn), rapporte Jomard dans la Description155, occupent plusieurs okels : les charpentiers travaillent principalement le bois de sount et de nabq (mimosa Nilotica et rhamnus napeca) ; le bois de lebbek (mimosa lebbek) vaut mieux encore, mais il est devenu trop rare et trop cher par l’incurie des maîtres du pays. Le bois de sycomore, à l’exception de la racine, est trop tendre, et cependant on l’emploie souvent, faute de mieux. Il en est de même du dattier, dont le tronc fournit des supports, et dont l’on fait même d’assez mauvaises planches : les meilleures sont les planches d’acacia. Je dois faire remarquer que ce dernier bois servait aux anciens habitants pour le même usage.

  • 156 Id. voir Pl. XIX, Arts et métiers, et Pl. XX.

115Le menuisier égyptien travaille avec une dextérité et une prestesse singulières, et cependant il se tient ordinairement assis à terre. Ses outils ainsi que ceux des ouvriers dont on vient de parler, ont été décrits ailleurs156, il suffit de citer le qaddoum qui lui sert à toutes sortes d’usages, savoir : entailler, fendre, frapper, arracher, etc. Un grand nombre de menuisiers et de layetiers sont établis dans une grande rue très large et couverte, appelée Taht el-Rab’ ; ils fabriquent des caisses d’une grande capacité, et très solides, en bois de cèdre et autres bois odorants. Le serrurier en bois, dobaby, fabrique des serrures en bois, dobbeh, qui sont les plus répandues dans le Kaire et dans tout le pays : elles sont trop connues pour qu’on en fasse description ; un artiste français a cherché à les introduire dans notre industrie. Ces ouvriers occupent des quartiers distincts, tels que Khorounfech et Taht el-Rab’ ».

  • 157 A. Raymond, op. cit., II, p. 286.
  • 158 Id., pp. pp. 356 à 358.

116Sur l’origine des matériaux et leur commerce, ainsi que sur l’organisation des artisans du bois et leur installation dans divers quartiers du Caire au xviiie siècle, il est encore nécessaire de se reporter à la documentation recueillie par A. Raymond157 : « ẖaššāb, ḥaṭṭāb — Les marchands de bois (ḥaṭṭābīn et ẖaššābīn) étaient presque tous des Turcs et des Syriens, principalement originaires des régions d’où provenait la plus grande partie du bois à construire et à brûler158...

  • 159 Ibid. « Bien que Maqrizi ne décrive pas les souqs du Caire, les marchands de bois (ẖaššābīn) avaie (...)

117Le bois. — Le bois de construction (ẖašab), comme le bois à brûler (ḥaṭab) venait de la Méditerranée et, pour une faible partie, de Haute-Égypte. Comme les ḥaṭṭābīn, les ẖaššābīn exerçaient donc en général leur activité à Būlāq même, où ce matériau était emmagasiné avant d’être revendu et transporté au Caire. Produit encombrant, le bois pouvait difficilement être « charroyé » dans les rues du Caire, et stocké dans le centre159...

  • 160 Ibid. «...des 3 ẖaššābīn mentionnés dans le Maḥkama pour le Caire, deux avaient leur « scierie » ( (...)

118Le centre principal d’activité des ẖaššābīn était alors situé dans la rue Taḥt al-Rab’ entre Bāb al-H̲arq et Bāb Zuwaīla, non loin de la Wakāla al-H̲ušaība160...

PLANCHE S

PLANCHE S

Scieurs de long, charpentiers et menuisiers (d’après la Description).

  • 161 Ibid. (384 M 8).
  • 162 Id., Jomard, Ville du Caire, 709. Vincesnes Β 6 193, 4 décembre 1800 : « la voûte qui couvre le qu (...)
  • 163 Id., « Le second centre de vente du bois se trouvait à mi-chemin entre Bāb al-Ḥadīd et Bāb al-Ša’r (...)

119La Description localise dans Taht al-Rab’ qui était alors un marché couvert, des scieurs de long (naššārīn) dont le centre était peut-être la Wakāla al-Naššārīn161, et des charpentiers et des menuisiers (nağğārīn162 ainsi que beaucoup d’artisanats différenciés, comme on va le voir plus loin163...

  • 164 Id., (193 6 11).
  • 165 Id., (294× 13).
  • 166 Id., (50 I 7 et 228 I 8).

120La Description mentionne encore, près de l’Azbakiyya, une Wakāla al-H̲ašab164 et un Raṣīf al-H̲ašab165 et, à l’intérieur de Qahira, deux Sūq al-H̲ašab166.

  • 167 Voir infra.
  • 168 Id., p. 358.

121Un grand nombre de corps de métiers se partageaient la production des objets de bois : les ẖarrāt/tourneur167, ṣanādīqī/fabricant de coffres, kursiğī/fabricant de tables, ‘ulabī/layetier, qabāqībī/fabricant de socques de bois, ḍabbabī/fabricant de serrures de bois, étaient les plus nombreux. Bien qu’ils fussent généralement très pauvres, les objets qu’ils produisaient étaient si couramment utilisés et leurs traditions artisanales étaient si anciennes qu’on les trouvait installés dans le centre même du Caire, à peu près à l’endroit où les situait Maqrizi168...

122Tous les ṣanadīqī, ẖarrāṭ et kursiğī dont nous avons retrouvé la succession dans le Maḥkama avaient leur boutique/atelier dans le quartier tout proche d’al-Azhar... ».

  • 169 Id., p. 577.

123Les uns et les autres étaient organisés en corporations et leurs délégations participaient, avec bannières et musique, aux principales fêtes renouvelées au Caire chaque année169.

Les applications du bois à l’architecture domestique

  • 170 Voir supra.
  • 171 Nos enquêtes ont été effectuées soit auprès d’artisans isolés, soit auprès de maîtres-artisans gro (...)

124On connaît l’importance grandissante que l’usage du bois avait déjà prise à l’époque mamelouke circassienne. Cette extension ne fera que s’affirmer davantage à l’époque ottomane, sous des formes diverses plus ou moins évoluées. Celles-ci peuvent ainsi donner lieu à la classification suivante : portes et placards ; grilles et moucharabiehs ; plafonds. On comprend alors quelle place étendue devaient occuper au Caire les dépôts de bois d’œuvre et les différentes corporations d’artisans appelés à transformer celui-ci, les uns et les autres étant installés entre rues couvertes, souqs et wakāla170. Aussi bien, chaque spécialité était-elle exercée dans un endroit particulier, dont il ne reste aujourd’hui que peu de traces. C’est auprès des rares artisans du bois pratiquant jusqu’ici ces métiers généralement oubliés qu’il a été possible d’en retenir les principales caractéristiques171.

Portes et placards

  • 172 Nous en avons montré plusieurs exemples à l’entrée de certains palais et grandes demeures (supra).
  • 173 E.W. Lane, op. cit.

125Il faut distinguer dans toute demeure citadine la porte d’entrée principale des autres portes intérieures. A l’encontre de celles-ci, la porte donnant sur la rue est faite d’un seul tenant, son vantail unique pouvant atteindre cependant de très grandes proportions172. Jadis sa face externe était parfois peinte173, voire renforcée par de fortes pentures ou par des clous à large tête plate, une serrure en bois traditionnelle constituant le mode de fermeture habituel.

  • 174 Rappelons aussi le renforcement de l’entrée constitué par son encadrement en pierre de taille à ar (...)

126Afin d’assurer une défense suffisante, l’ensemble de la porte était doublé d’un solide bâti intérieur avec fixation aux murs latéraux par des barres de fer munies de crochets174.

127A l’intérieur de la demeure, les portes de communication et celles qui fermaient l’accès des appartements privés et salles de réception comprenaient le plus souvent deux vantaux — celles des communs pouvant n’en comporter qu’un seul. Leur différence d’aspect provenait surtout de leur diversité d’exécution selon qu’elles ne montraient qu’une simple surface unie ou un assemblage compartimenté rehaussé ou non de sculptures ou d’incrustations.

128Au début de la période ottomane, il était possible de confondre les portes d’appartements et celles des placards qui en formaient le mobilier fixe : mêmes proportions et même répétition verticale dont l’effet s’accentuait encore dans les grandes salles d’apparat (qā’a).

  • 175 Sing. dulāb.

129Entre le xviie et le xviiie siècle, cette ressemblance disparaîtra dans les formes pour n’être conservé que dans le décor. En effet, les dawālīb175 s’élargissent de plus en plus, au point d’atteindre toute la largeur ou la longueur d’un īwān. Ils se répartissent alors en plusieurs corps formés par les mêmes portes à deux battants et encadrés d’étagères ouvertes en arceaux (ẖawarnā). A ce moment, le décor le plus en faveur répond aux besoins de la technique locale, résultant de l’assemblage de petits panneaux — carrés, rectangulaires, triangulaires — afin d’opposer une meilleure résistance aux variations climatiques.

  • 176 Le cadre d’une porte ou d’une fenêtre est formé de deux parties horizontales (rās) — supérieure (r (...)
  • 177 Ğalsa ‘arabī.
  • 178 Arceaux brisés, outrepassés (qanṭara maẖmūs), à lambrequins (qanṭara ‘arabī).

130A l’époque ottomane cet assemblage est fixé dans un cadre ou bâti (ḥalq)176. Il surmonte une base exécutée de la même façon177 et s’entoure de niches en arceaux et colonnettes utilisées comme étagères178.

  • 179 Endroit et envers distincts (wāgiha wa zhor).
    Les portes des placards sont fermées avec un simple t (...)
  • 180 Ḥawāši mustaṭīla nā’īm wa qā’īm.

131Les portes de placards affectent souvent le même style que les portes des appartements, aussi peut-on distinguer également les modèles suivants, selon la forme des panneaux adoptés et leur style d’assemblage179 : les portes les plus simples font alterner la superposition de panneaux rectangulaires disposés horizontalement et verticalement180.

  • 181 Le style de ces boiseries s’est étendu jusqu’en Afrique du Nord, notamment en Tunisie où il appara (...)
  • 182 L’assemblage du cadre comme celui des panneaux ne comporte que tenons et mortaises à l’exclusion d (...)

132Des compositions plus élaborées sont basées sur la répétition des svastika (fig. 177) (mafrūka), placés droits ou inclinés181. Les figures les plus complexes sont présentées par des réseaux d’hexagones ou d’octogones (toboq musaddās-mutammān), reliés entre eux par des baguettes182 (Pl. LXXXIX).

  • 183 nağğār, pl. nağğārīn.
    Le menuisier utilise les outils habituels : rabot (fāra), règle en bois (ādda (...)
  • 184 On distingue sous les appellations suivantes les types d’assemblage traditionnels les plus connus  (...)

133Qu’il ait à exécuter la porte d’une chambre ou celle d’un placard, le menuisier183 procédera de la même façon. Il effectuera tout d’abord les différentes parties du cadre qui seront assemblées avec tenons et mortaises, puis il taillera la garniture intérieure, c’est-à-dire les éléments de panneaux par ordre de similitude. Il en résultera toujours une composition géométrique à réseau octogonal et losangé ou à répétition de svastikas droits ou inclinés184.

  • 185 Communication de Hasan Ali Ibrahim.
  • 186 Samġi.
  • 187 Importé, dit-on, d’Italie.
  • 188 Bleu, rouge, vert, jaune...etc

134Pour assurer la conservation des boiseries assemblées et leur donner en même temps le meilleur aspect possible, il semble que l’on ait eu recours autrefois à une gomme d’origine africaine (sameġ)185. Dilué dans l’eau chaude, ce produit186 aurait été employé, tantôt seul, pour former une sorte de vernis, tantôt avec des colorants en poudre187 auxquels il était mélangé selon les couleurs désirées188.

135On suppose qu’autrefois portes et placards étaient également peints — tout au moins partiellement — comme les autres boiseries de la demeure.

Grilles de bois plat

  • 189 Bois plat.
  • 190 J. Bourgoin, op. cit., T. II, passim.

136Le type de grille en bois le plus simple et dont l’usage apparaît le plus ancien dans l’architecture domestique au Caire, n’était fait que de l’entrecroisement de barreaux équarris. Pour en assurer l’assemblage, sans le secours de colle ni de clous, il fallait au menuisier pratiquer la même encoche à mi-épaisseur des barreaux189, et à leur point de rencontre. Reconnue sous le terme de manğur (« menuisé »), cette technique spéciale devait donner lieu à une assez grande diversité de formes190, dûes à l’ingéniosité des nağğārīn. Ainsi leur suffisait-il d’entailler symétriquement les rebords externes des barreaux pour substituer au simple carré un carré étoilé (fig. 169). Puis l’assemblage de barreaux disposés obliquement sur la grille ordinaire devait permettre d’obtenir un réseau hexagonal ou octogonal (Pl. XC).

PLANCHE LXXXIX

PLANCHE LXXXIX

Panneaux de bois assemblé à double hexagone concentrique (Manzil al-Sādāt).

  • 191 Alors que tous les menuisiers peuvent exécuter aisément une grille ordinaire.
  • 192 Il n’existe dans cette spécialité que des « jours » découpés de forme géométrique. Certaines de ce (...)

137Cependant l’application de cette formule n’allait pas sans difficultés et n’était pas à la portée de tous les nağğārīn191. En effet, les savantes compositions géométriques, basées sur la combinaison initiale de diagonales entrecroisées, ne pouvaient être obtenues sans une préparation minutieuse et précise. Ces compositions devaient être tracées au préalable à la règle, au compas et à l’équerre sous forme de canevas sur une grande feuille — sinon une planche. Le montage du manğūr s’effectuait ensuite méthodiquement sur le modèle même où il progressait d’une extrémité à l’autre, tandis que le découpage des éléments correspondants était réalisé au fur et mesure192.

138En fait, sur le fond (papier ou bois) soigneusement dessiné et marqué de points de repère, plusieurs barreaux plats sont posés en biais pour former la couche inférieure. Ils seront encochés à intervalles réguliers pour permettre l’assemblage transversal indiqué plus haut, et leurs bords seront découpés à l’endroit des « jours » — étoilés, hexagonaux — après que la face externe des barreaux aura été marquée d’un double filet (ẖahet) gravé au trusquin (šankar).

139Il sera procédé de la même façon, au moment de l’application de la couche supérieure de barreaux, disposée en diagonale sur la couche précédente. Un assemblage rigoureux devra en résulter avec la répétition de « jours » symétriques.

  • 193 J. Bourgoin, op. cit., T. II, pl. 1 à 12.

140On doit observer aussi que, pour rehausser l’aspect extérieur de ces grilles de bois plat découpé, on pouvait y introduire certaines parties de bois plein assemblées en panneaux, agrémentés ou non de motifs sculptés193 (Pl. XC).

141Ainsi résultait-il de cette spécialité, grâce à l’ingéniosité des artisans égyptiens, une richesse et une diversité d’interprétation du manğūr que la simplicité des premières formes ne laissait pas soupçonner.

142Il n’est pas étonnant de voir apparaître ensuite les mêmes qualités dans le développement et l’élégance des grilles de bois tourné lorsque celles-ci se substitueront aux grilles de bois plat. L’emploi généralisé du manğūr pour la garniture des anciennes ouvertures donnant sur la rue ou sur la cour allait être limité, en effet, par l’extension des grilles de bois tourné — ou moucharabieh. Considéré comme un élément désuet vers le xviiie siècle, le manğūr sera alors relégué à des usages secondaires tels que les fenêtres plus étroites des communs ou les grilles complémentaires des mašrabiyyāt en bois tourné.

  • 194 Aujourd’hui la fabrication de ces grilles de bois plat semble complètement abandonnée.
    Un atelier ( (...)

143On en retrouve aussi des vestiges aux étages de certains rab’ et wakāla où l’emploi y demeura, sans doute, longtemps très répandu194.

PLANCHE XC

PLANCHE XC

Grilles en bois plat de type « manğūr » (d’après J. Bourgoin) : en haut, grille à réseau étoilé ; en bas, grille compartimentée (carrés et rectangles).

Grilles de bois tourné (moucharabieh)

  • 195 J. Jomard, T. XVIIIe, 2e partie — État moderne — Paris, 1829, p. 402-403. Voir aussi A. Raymond, A (...)

144L’extension considérable de l’industrie artisanale du bois tourné, survenue au Caire entre le xviie et le xviiie siècle, dut correspondre à un développement que la corporation des ẖarrāṭīn n’avait jamais connu auparavant. Ce fait n’a pas manqué de frapper les auteurs de la « Description de l’Égypte » qui l’ont rapporté ainsi195 : « Les tourneurs en bois, el-kharrâtyn, sont très nombreux au Kaire, attendu qu’il n’est pas une seule fenêtre qui ne soit formée de pièces de bois, tournées plus ou moins artistement. Un grand nombre sont logés près de Cha’râouy : ces ouvriers peuvent passer pour les plus adroits de la ville, et leur industrie pour une des plus avancées ».

145La faveur que connut la fabrication des grilles à moucharabieh, recherchées pour leur commodité et leur élégance par l’aristocratie et la bourgeoisie du Caire, fit abandonner en grande partie l’emploi antérieur des grilles de fer ou de bois plat.

  • 196 Maqṣūra du Calife al-Mu’izz à la Grande Mosquée de Kairouan (xe siècle) ; ḥarim du Mausolée du Sul (...)

146On se souvient pourtant que l’emploi des grilles de bois tourné demeura longtemps restreint, affecté presque exclusivement à des clôtures royales ou religieuses, aux époques fatimide et mamelouke196.

147Plus tard, si les procédés de tournage demeurèrent inchangés, certains éléments furent modifiés en même temps que les proportions et la composition des grilles s’allégeaient pour s’adapter à un nouvel usage, celui des fenêtres et des baies à dissimuler aux regards extérieurs.

  • 197 Inférieurs à ceux des menuisiers.

148On comprend la rapidité avec laquelle le nombre des artisans-tourneurs s’est accrû, en raison de l’espace et de l’outillage restreints qui leur étaient nécessaires197.

149Pour réaliser les différentes formes qui rentrent dans la contexture d’une grille à moucharabieh, le ẖarrāṭ dispose d’un tour (miẖraṭa) qu’il utilise à même le sol, placé devant lui dans son échoppe. A la simplicité de l’instrument, l’artisan devra alors suppléer par sa dextérité et l’action conjuguée de ses mains et de ses pieds (fig. 174, 175).

150Le tour qu’il utilise apparaît, en effet, sous la forme suivante :

  1. Un plateau en bois198 supporte deux traverses parallèles pouvant se rapprocher ou s’écarter selon les dimensions de la pièce à tourner.
  2. Sur la face interne de chacune de ces traverses sont fixées et opposées l’une à l’autre deux pointes en fer199 faisant fonction d’étau, une barre de fer mobile joignant les traverses.

Manzil Suhaymī : mašrabiyya surmontée de vitraux (chambre annexée au maq’ad).

  • 200 Archet (qaws) dont la ficelle en coton a été mouillée préalablement.
  • 201 La survivance de l’art du bois tourné au Caire y est maintenue grâce à l’intérêt que lui portent e (...)

151Jambes croisées, le tourneur s’installe devant son métier, tenant de la main droite un archet200, de l’autre un ciseau (ou une gouje) qu’il appuye contre la barre de fer tout en le serrant entre le gros orteil et le second doigt du pied gauche201.

  • 202 Bois de hêtre (zān).
    Le travail du tourneur (ẖarrāt) consiste à transformer un bois équarri en bois (...)
  • 203 Ciseau (āzmīl) ; gouje (ḍofra).
  • 204 Cadre (ḥalq) en bois ordinaire (‘azāzī) joint par des tenons et mortaises : avec montants parallèl (...)
  • 205 Fenêtre avec grille (šubbāk mašrabiyyd) ; encorbellement à moucharabieh (mašrabiyya).

152De la main droite il actionne le tour — auquel est fixé le bois202 à tourner — grâce à la ficelle de l’archet enroulée à son extrémité ; imprimant un mouvement de va-et-vient, le tourneur présente alternativement la pièce de bois au tranchant droit ou convexe de son ciseau selon la forme à obtenir203. La préparation de l’assemblage des pièces tournées est effectuée ensuite avec des trous percés en biais, à intervalles réguliers, dans les éléments les plus épais afin d’y introduire les chevilles des éléments inférieurs. Ce mode d’ajustement aboutit à la formation de grilles d’une grande solidité, opposant la meilleure résistance aux écarts de climat. Leur résistance se trouve encore renforcée, non seulement par le cadre en menuiserie204 qui renferme l’ensemble, mais encore par le compartimentage à l’intérieur des moucharabiehs entre panneaux carrés et rectangulaires — horizontaux et verticaux —. Cette structure permet, en outre, d’adapter les grilles de bois tourné à une très grande diversité de dimensions, selon qu’il s’agit de grilles simples (fig. 170)205 ou de grilles en encorbellement (fig. 171).

  • 206 Certains éléments, nous l’avons vu, ont une origine très ancienne.
  • 207 Disposition quadrillée à éléments cubiques (maīmūnī murabba’), ou hexagonaux (maīmūnī musaddas) re (...)
  • 208 Grosse bille ou perle (kora, okra) ; petite bille (ānbūa’) ; corolle (farẖa, nafs farẖa).
  • 209 Les éléments carrés, hexagonaux, arrondis, etc., sont exécutés au tour, non pas isolément, mais pa (...)
  • 210 Appartements de harem.
  • 211 Salons du rez-de-chaussée.

153Des différents éléments de bois tourné et de leur mode d’assemblage, on retiendra, à titre d’exemple, les plus caractéristiques206. Les uns, de forme cubique, octogonale ou triangulaire, sont reliés entre eux par des éléments cylindriques suivant un réseau général quadrillé207, losangé ou hexagonal, les autres semblables à des billes208, se joignent par des tiges parfois évasées — en forme de corolle — selon une disposition semblable à la précédente (fig. 172, 173)209. Dans les deux cas, ces modèles de grilles « à mailles serrées » permettaient aux habitants d’un appartement de voir distinctement au dehors sans être aperçus de l’extérieur210. Ils s’opposaient aux grilles « à larges mailles » qui ne répondaient pas aux mêmes besoins211.

PLANCHE Τ

PLANCHE Τ

Salon de coiffure (d’après P. Coste). Le luxe de la pièce ressort surtout du large emploi de boiseries sculptées, tournées et peintes — sièges avec accoudoirs, grande baie ouverte sur le Nil, plafond à caissons.

  • 212 ‘Arnus, ‘arnāsī, pl. ‘arānīs.
  • 213 Vase (zohriyya) ; aiguière (brik) ; arbre de vie (naẖla...) ; croix (ṣalīb).
  • 214 La représentation de certains signes et d’inscriptions particulières répondait à la demande de chr (...)

154Notons aussi l’emploi de petites balustres en bois tourné212 dont les rangées compartimentées rompaient l’uniformité des répétitions précédentes. Au xviiie siècle, certains tourneurs prendront l’initiative d’utiliser le bois tourné pour introduire dans leurs grilles des figures symboliques — vase, aiguière, arbre de vie, voire croix213 — et des inscriptions eulogiques214, réservées jusqu’alors à d’autres modes de représentation à l’intérieur des demeures citadines.

  • 215 Indépendamment de sortes de guichet (ẖuẖa) et de petites mašrabiyyāt à arêtes vives ou à pans coup (...)

155Rappelons enfin que les grilles à moucharabieh étaient fréquemment complétées, comme les grilles de bois plat, par des boiseries à panneaux assemblés, sinon rehaussées d’arabesques sculptées215 (Pl. XCI).

  • 216 Dārabzīn.
  • 217 Resserre pour jarres d’eau.
  • 218 Sidilla.
  • 219 Dekka. Voir J. Bourgoin, op. cit., T. II, Pl. 17 à 34.
    Cf. Dr As’ad Nadim, Professeur à l’Universit (...)

156Aussi bien l’usage de ces grilles de bois tourné ne se limitait pas à la seule garniture des fenêtres et balcons à encorbellement ; on sait qu’il s’étendait encore à d’autres applications telles que balustrade216, resserre de jarres d’eau217, divans218 et banquettes219 avec dossiers et accoudoirs à clairevoie.

  • 220 Cette description a été facilitée par la commande d’une grande grille à moucharabieh destinée à un (...)

157A titre d’exemple, nous donnons ci-après la description des opérations successives auxquelles donne lieu la réalisation d’une mašrabiyya de type traditionnel220 :

  • exécution en bois blanc221 fortement taillé, assemblé à tenons et mortaises222, du cadre général compartimenté destiné à recevoir la grille de bois tourné, divisée en plusieurs parties ;
  • tournage des divers éléments en bois de zān réunis ensuite en panneaux carrés ou rectangulaires (sans cadre) ;
  • fixation au marteau de certains de ces assemblages à des cadres intérieurs également en zān, grâce aux rangées de tenons des éléments tournés correspondant aux perforations (au vilebrequin) des quatre barres formant le cadre223 ;
  • après achèvement des différents panneaux, installation de l’ensemble dans le châssis général224, suivant un procédé semblable à celui des panneaux secondaires.

PLANCHE XCI

PLANCHE XCI

Grille de moucharabieh en bois tourné (ensemble et détail de placard dans la Qā’a supérieure du Manzil al-Sādāt).

158Pour donner le meilleur aspect possible à l’œuvre achevée et assurer la protection du bois contre les vers et l’humidité, toutes les parties seront enduites d’un vernis, autrefois à base de samġī (comme pour le finissage des dawālīb et des grilles en manğūr).

Plafonds en bois décorés

  • 225 En raison de la rareté des bois de construction en Égypte et de leur coût élevé à l’importation. C (...)

159Au temps des Califes fatimides, puis sous le règne des Sultans mamelouks, les plafonds de bois décoré représentaient un véritable luxe réservé, en premier lieu, aux palais des souverains et aux mosquées225. On en connaissait deux formes principales, l’une à fortes solives apparentes, l’autre à petits caissons semblables à des coupelles. Au xve siècle, ces derniers types de plafond étaient encore en honneur au Caire, rehaussés par une riche ornementation dorée et peinte, en partie géométrique, en partie florale. Une frise épigraphique à gorge et grands caractères en rehaussait la richesse décorative.

160Avec les placards et les portes des appartements, ces plafonds constituèrent longtemps les seules boiseries intérieures d’un palais ou d’une luxueuse demeure.

  • 226 Tout plafond à solives apparentes (kamara, kamarāt ; killa, kilāl) se compose des éléments suivant (...)
  • 227 Un plafond plat (saqf ḥaṣira) — ou faux plafond (saqf malaqam — ou matlaqam) — est fixé naturellem (...)
  • 228 Plafond à baguettes —-saqf īnān — Plafond à baguettes orné de rosaces hexagonales ou de motifs éto (...)
  • 229 Dans le même style et la même technique, la répétition de petits hexagones sera surtout réservée à (...)

161Les débuts de la période ottomane n’apportèrent, dans ce domaine comme dans d’autres, que de faibles modifications (fig. 178) ; c’est au xviiie siècle, avec l’apparition des grandes mašrabiyyāt, que des changements importants se manifesteront dans le style et l’aspect général des plafonds en bois décoré. Alors que les plafonds à coupelles ont disparu, les plafonds à solives apparentes s’abaissent et diminuent de volume en adoptant fréquemment une nouvelle forme arrondie (fig. 181)226. Dans les plus vastes pièces, ce type de plafond traditionnel n’en recouvrira bientôt qu’une partie, un plafond d’un nouveau style occupant l’autre partie — avant de l’accaparer entièrement — ; il s’agira alors d’un plafond plat227 dont la surface s’ornera surtout de traditionnelles rosaces à baguettes entrelacées sur fond rouge228, que dominera parfois une rosace centrale plus large, simulant une composition décorative à caissons229 (fig. 179).

  • 230 La composition de ces plafonds évoque parfois celle de tapis, répartie entre champ central souvent (...)

162Vers la fin du xviiie siècle, certains palais et riches demeures adopteront des plafonds à caissons sculptés, tandis que se poursuivront ailleurs l’aplatissement des plafonds et la généralisation d’une ornementation florale plus libre qui aboutiront à l’imitation délibérée d’un style baroque en honneur à Istambul230 (fig. 180). Cette dernière tendance ne fera que s’accentuer au siècle suivant dans la création de plafonds elliptiques d’inspiration italienne.

  • 231 Nous devons nos principales informations sur les techniques traditionnelles des plafonds en bois a (...)

163Sur le chantier de construction d’une grande demeure, la préparation matérielle de plafonds solidement charpentés ne constituait pas l’opération la plus aisée231. Le bois nécessaire — pin d’importation (‘azīzī)était d’abord acheminé jusque-là depuis certaines wakāla du Caire où il était entreposé, sinon à partir des wakāla de Būlāq.

  • 232 Solive (katla, katlāl ; kamara, āt) ; entre-deux (fāḍi) ; caisson (qaṣa’) ; encadrement de caisson (...)
  • 233 Sculpture : quwīma, ḥofr. Sculpteurs : quwīmağī, ḥaffār.
  • 234 Peintre : naqqāš, naqqāšin. Ornementation géométrique et florale (zuẖarafa hanbasīya — zuẖarafa na (...)
  • 235 Solives et voliges de plafond étaient élevées jusqu’au niveau de leur emplacement définitif à l’ai (...)
  • 236 Les ingrédients suivants étaient mélangés dans de l’eau bouillante : pelures d’oignon (qešr bāsal) (...)

164Le moment venu, l’exécution complète des poutres ou solives (katla)232 était réalisée au sol par certains menuisiers tandis que d’autres se voyaient confier éventuellement la décoration sculptée233 ou gravée, destinée à guider ensuite le travail du peintre234. Celui-ci ne serait appelé à œuvrer qu’après la pose des solives et voliges à leur place définitive235. Auparavant, le bois à décorer recevait un enduit particulier destiné à le rendre imputrescible et à lui donner une teinte rouge servant également de fond à une ornementation peinte ou dorée236.

  • 237 On choisissait de préférence le palmier non dattier (dūm).
  • 238 Demi-tronc de palmier (falq). Durcissement à l’air des fibres intérieures du palmier (šarrayin al- (...)

165En cas de pénurie de bois d’œuvre, on avait, dit-on, recours aux troncs de palmier237 pour y suppléer. Fendus sur toute leur longueur, ceux-ci fournissaient deux moitiés238, qui, réunies dos à dos, remplaçaient le corps de la poutre dont l’imitation était recherchée par un coffrage en planches peintes.

166Pour permettre au peintre (naqqāš) d’effectuer son travail sur le plafond mis en place, une plate-forme spéciale en madriers (damsa) était montée sur échafaudage, après que les maçons aient achevé enduit et blanchiment sur les murs intérieurs de la pièce.

  • 239 De coupe triangulaire, les muqarnaṣ étaient taillés, montés et assemblés en différentes figures (à (...)

167Dans le décor sculpté de certaines frises, caissons et coupoles de plafond, on doit retenir l’emploi si fréquent des stalactites (muqarnas) dont la faveur ne s’est jamais démentie. Leur exécution dans le bois — en éléments triangulaires assemblés — n’exigeait pas moins d’habileté que dans les autres matériaux — pierre, marbre, plâtre —239.

Peinture et dorure de plafonds

  • 240 Les principaux renseignements recueillis à ce sujet nous ont été fournis par al-Ḥāğğ Aḥmad Yūsef ; (...)

168Les anciens ingrédients utilisés jadis au Caire dans l’ornementation des plafonds traditionnels en bois — à solives apparentes, à caissons, à baguettes, à planches jointives — sont loin d’être oubliés des artisans égyptiens qui en conservent encore fréquemment l’usage240.

169Le plus souvent d’origine minérale, parfois végétale, les matières colorantes étaient toujours broyées et réduites en poudre avant d’être mélangées à l’eau et utilisées au pinceau par le naqqāš.

170En outre dans les plus riches demeures (ou palais) la décoration peinte était souvent rehaussée d’or par le maḏhabātī.

Peinture

  • 241 Cette sobre harmonie de couleurs devait répondre à celle des tapis étendus sur le sol des īwān, à (...)

171Avant de se modifier fréquemment au siècle dernier, sous l’influence des décorateurs européens, la peinture des plafonds cairotes demeura longtemps fidèle aux anciens procédés traditionnels correspondant à un nombre de couleurs restreint : rouge, bleu, vert, jaune, noir et blanc241.

  • 242 On obtenait l’oxyde de cuivre (aksīd al-nḥas) avec l’utilisation des retombées de cuivre fournies (...)
  • 243 Pierre ocreuse : ohra (jaune-aṣfar).
  • 244 Charbon de bois : faḥam nabātī (noir-aswad) - bois de vigne... etc.
  • 245 Suie (ḥabāb) provenant des parois des fours à pain (afrān beta’ al-’aš), ainsi que des dessous de (...)
  • 246 Oxyde de fer : moġra (rouge-aḥmar).
  • 247 Manganèse : manġanīs (brun rouge foncé). La poudre de manganèse était utilisée mélangée à l’huile (...)

172On tirait le bleu et le vert de l’oxyde de cuivre242, le jaune d’une pierre ocreuse243, le noir du charbon de bois244 ou de la suie245 ; le blanc était obtenu après délayage de la pierre à chaux à peine calcinée. Quant au rouge, il provenait de l’oxyde de fer246, le manganèse donnant encore un rouge violacé247.

  • 248 Huile de lin bouillie : zit kittān maġlī, étendue à l’ensemble du plafond, — même les parties rése (...)

173L’application de ces différentes couleurs nécessitait deux opérations complémentaires, l’une avant, l’autre après la décoration peinte. La première consistait dans l’application d’une couche d’huile de lin248 destinée à préserver le bois du plafond tout en lui assurant le fond adhésif nécessaire au travail du naqqāš.

  • 249 Le meilleur vernis (warnīš) était tiré autrefois d’un ingrédient connu sous le nom de samġa, gomme (...)
  • 250 Il convient d’observer que les divers éléments utilisés dans la peinture des plafonds, à l’époque (...)

174La seconde et dernière opération correspondait à l’achèvement du plafond avec vernissage249, afin de mettre en valeur son ornementation peinte et garantir une meilleure conservation250.

175Cependant le décor du plafond (solives apparentes) fut longtemps préparé à l’avance par un traçage des motifs géométriques et floraux gravé dans le bois. Ce travail effectué au sol constituait la première tâche du décorateur. Son remplissage de couleurs au pinceau n’intervenait ensuite qu’après la pose du plafond (solives et voliges) à leur place définitive.

176Rappelons enfin qu’autrefois le naqqāš pratiquait aussi l’usage du blanc d’œuf (zulāl al-baīd) comme adhésif, en particulier dans la décoration peinte sur plâtre.

Dorure

  • 251 Entre la décoration inhérente à l’architecture domestique et à l’architecture religieuse, on renco (...)

177Dans les principales pièces de réception où l’on déployait le plus grand luxe décoratif, on aimait rehausser l’enluminure des plafonds peints et en aviver l’éclat grâce à l’application de dorures251.

  • 252 On sait, en effet, que le prestige de l’architecture et de la décoration mameloukes ne cessera pas (...)

178A l’intérieur d’une qā’a ou d’un maq’ad, ces dorures se répétaient suivant un rythme harmonieux, à la surface des solives et des entre-deux, aussi bien que sur les cartouches épigraphiques d’une frise ou des stalactites des kuridī ou d’un salsabīl — notamment au début de l’époque turque252, demeurée fidèle au luxe ornemental de style circassien.

  • 253 Produit réalisé dans l’eau bouillante avec des os frais de petits animaux tels que le lièvre (ġera (...)
  • 254 Poudre blanche d’oxyde de zinc (sebedāğ).
  • 255 Ponçage au grès (ḥağar romlī).
  • 256 Gélatine diluée dans l’eau.

179A cet effet, les parties du bois réservées aux dorures recevaient un enduit particulier253. Celui-ci consistait en ġira arnab recouverte — à froid — de deux ou trois couches d’oxyde de zinc en poudre254. Après séchage et ponçage255, des feuilles de gélatine256 recouvertes de plâtre (ğibs) s’ajoutaient au support ainsi préparé.

  • 257 Plane ou couteau (sekkīna) fixée au dos de la planchette (miẖadda) par une lanière de cuir, une se (...)
  • 258 Pinceau : forša. Répartition méthodique du travail, feuille par feuille.

180Pour effectuer son travail, le maḏhabātī prenait alors la place du naqqāš sur le même échafaudage dressé au-dessous du plafond peint. Tenant de la main gauche une planchette munie de feuilles d’or, il prenait une par une celles-ci, de la main droite, à l’aide d’une lame257 et les appliquait avec une sorte de pinceau plat et court258.

  • 259 Brunissoir pourvu d’une petite corne — au bout d’un léger manche.

181Leur frottement au brunissoir259 achevait de fixer les feuilles d’or aux endroits choisis sur le plafond et son pourtour.

182Le procédé le plus ancien était un usage direct de poudre d’or, importée du Soudan et du Sinaï.

Peinture au brou de noix

183Dans certains cas, il arrivait que l’on remplaçat l’ornementation dorée et peinte des plafonds par une seule teinte brune couvrant uniformément solives et voliges. Ce procédé moins onéreux semblait déjà adopté dans des pièces de moindre importance, au xviiie siècle, avant de se répandre plus largement au siècle dernier.

  • 260 ḥaṣa ğoz.
  • 261 Écorce extérieure de noix : qešr (ẖarğa) al-’aīn al-ğamal.
    Importation d’Orient, notamment de Syrie (...)
  • 262 Faire griller : ḥammaṣ.
  • 263 Réduire en poudre : ğreš.
  • 264 Colle (en plaques) : ġera. Le mélange brou de noix-colle est chauffé jusqu’à ébullition.
  • 265 Éponge : safenğa.
  • 266 Cire d’abeille : šama‘ naḥl.
  • 267 Résine : qaiafonīya — voir terme grec (identique) et terme turc (qalafun).Cf. G.S. Colin, Notes de (...)

184Son extension pourrait alors correspondre au développement des boiseries murales, placards, voire moucharabieh, qui prennent une place de plus en plus importante dans l’architecture domestique du Caire où elles recourrent aussi à la même teinture brune que celle des plafonds. Il s’agit, en effet, d’un procédé semblable à celui que l’on connaît ordinairement sous le nom de « brou de noix »260. On utilise aussi les écorces de noix261 après les avoir grillées262 préalablement et réduites en poudre263. Mélangée à l’eau chaude et à la colle264, cette poudre brune est ensuite employée pour renforcer la teinte ordinaire du bois, sur lequel elle est étendue avec une éponge265. Cette simple tâche de daḥḥān — ne nécessitant pas l’intervention d’un naqqāš — est effectuée aisément par un menuisier (nağğār). C’est à lui qu’incombera ensuite le soin de passer éventuellement à la cire les boiseries teintes de cette façon, notamment sur les meubles. Après séchage de la teinture, l’artisan les recouvrira de plusieurs couches d’un mélange de cire d’abeille266 et de résine267, qu’il frottera avec un lainage pour leur donner le meilleur aspect possible et les faire briller.

Bois incrusté

185Le mode d’ornementation des boiseries dans l’architecture domestique ne s’est pas limité à la peinture et à la sculpture, ainsi qu’à l’assemblage en panneaux et au tournage en moucharabieh. Il s’y est ajouté, avec l’incrustation de matières précieuses, l’une des formes décoratives les plus riches que l’on ait également connues au Caire.

  • 268 Fauteuil du Cheikh (de mosquée) : kursī al-Šayẖ.
  • 269 Porte-coran : kursī maṣhaf ; support de candélabre : kursī šamadān.

186Après avoir été particulièrement en honneur aux époques fatimide et mamelouke, l’incrustation du bois continua à être pratiquée, au début de la période ottomane. Elle ne semble pas, en effet, avoir dépassé le xviie siècle. Alors qu’elle pouvait être utilisée auparavant, même pour l’enrichissement de certains plafonds à solives apparentes, on devait en limiter ensuite l’emploi aux portes décorées des grandes salles d’apparat, voire des placards muraux correspondants (dūlāb). On y reconnaissait encore l’une des formes les plus brillantes dont on s’était longtemps plu à embellir les principaux meubles religieux en usage dans les mosquées du Caire — minbar, chaire268, porte-coran269... etc.

  • 270 Cette habileté se manifeste jusqu’à ce jour dans l’exécution d’objets ornés de fines incrustations (...)

187Matières et procédés de transformation employés ne paraissent pas non plus avoir varié sensiblement au cours des siècles. Tout au plus, l’habileté de l’artisan se manifeste-t-elle davantage dans la complexité de figures ornementales à entrelacs et la finesse d’exécution de certains motifs270.

  • 271 M.P.S. Girard, Description de l’Égypte, T. XVII, Paris, 1824, p. 293. Importation par caravanes de (...)
  • 272 Tous ces instruments, de taille variable, étaient en bois. On disposait aussi de plusieurs équerre (...)
  • 273 Rubans de nacre (šarīt, šarāyet) préparés dans une calibreuse en bois (maẖnaqa). Longs de 10 à 15 (...)

188De même que dans les pays d’Orient, l’incrustation du bois (tata‘im) utilisa surtout la nacre (ṣadaf), l’ivoire (serin fīl) et l’ébène (abanos). Tandis que la première provenait de la Mer Rouge, les deux autres étaient importées par caravane du Soudan et de l’Éthiopie271. L’artisan incrustateur (saḍafği) devait en tirer les divers éléments correspondant à la composition décorative de son choix. Celle-ci était alors tracée préalablement sur papier ou sur bois avec les moyens habituels, règle (maṣtara), compas (barğal) et équerre (zawīya)272. Les formes le plus souvent géométriques ainsi précisées se répétaient en carrés, triangles, losanges, octogones, etc. Restait à les découper soigneusement avant de les disposer à leur place définitive, sur la face d’une porte d’appartement ou de placard réservée à cette intention, sinon celles d’un coffre ou d’une table basse. Les mêmes outils de taille réduite servaient à cette préparation, rencontrant les mêmes difficultés en raison de la dureté des matières utilisées. L’extraction de la nacre de sa large coquille rugueuse puis sa division successive en rubans273, carrés, triangles, etc., n’étaient pas la tâche la moins ardue. A l’aide d’une petite scie, la plaque de nacre était séparée du fond coquillier dont les restes disparaissaient ensuite à la meule (ḥağar masān) et à la lime (mabrad).

  • 274 L’ivoire présente, en effet, de fines stries (ša‘īrāt), contrairement aux os (‘azam).

189A l’emploi de l’ivoire on ajoutait aussi celui des os qui s’en distinguaient par leur couleur plus blanche et plus unie274.

  • 275 Cette dernière opération était précédée de l’application d’une pâte (ma’ğun), faite d’un mélange d (...)

190Dans les diverses matières, une première transformation en plaques de faible épaisseur donnait lieu à la taille de différentes formes exécutées ensuite en série. Leur pose, par incrustation et collage s’effectuait naturellement, à plat, dans la partie du bois à décorer, un ponçage final275 devant assurer à l’ensemble un aspect régulier et brillant.

191On aboutissait, de cette façon, à une réalisation décorative caractéristique de l’art musulman, rappelant dans sa conception et son exécution certaines ornementations en mosaïques de marbre ou de faïence.

Le fer

  • 276 Jomard, La Description, p. 418.

192Alors que, de tout temps, les bâtisseurs du Caire trouvèrent aisément à s’approvisionner sur place en pierre et en argile, les forgerons rencontrèrent toujours pour leur fourniture en fer les mêmes difficultés que les charpentiers et les menuisiers pour leurs achats de bois276. D’où la nécessité pour ces artisans de faire venir de l’extérieur la matière première dont ils avaient besoin pour la travailler ensuite dans leurs ateliers.

  • 277 A. Raymond, op. cit., I, pp. 73 et ss.
  • 278 Id. p. 74. « Dans l’ensemble le prix de ces matières premières baissa de la fin du xviie à la fin (...)
  • 279 Id., p. 208.

193Au xviiie siècle, nous savons par A. Raymond comment s’effectuait cette importation du fer, et dans quels endroits de la Capitale en avaient lieu la vente et la transformation277. « La plupart des métaux utilisés par les artisans égyptiens étaient importés d’Europe. C’était le cas en particulier du fer et du plomb278... L’Égypte manquait des matières premières les plus essentielles : peu de minerais utilisables, et en particulier ni fer, ni cuivre, ces deux métaux devant être importés sous forme de lingots ou de produits semi-fabriqués, principalement d’Europe, tout comme le plomb, l’étain, le laiton, etc. »279.

194De même que le bois, le fer était débarqué sur les rives les plus proches du Caire ; de là il était transporté à terre à dos de chameaux jusqu’à sa destination. On peut alors constater une grande dispersion des entrepôts, souqs et ateliers de fer comme on le montrera plus loin.

  • 280 Id., p. 214.

195« Les artisans spécialisés dans le travail des métaux (naḥḥāsīn/chaudronniers, ḥaddādīn/forgerons) vendaient de même leur production dans les boutiques de leurs souqs respectifs...280.

  • 281 Id., p. 220. « On croit sans peine Coutelle lorsqu’il assure que « le chaudronnier, le ferronnier, (...)

196Un outillage réduit, peu encombrant et peu coûteux, leur permettait de quitter leur atelier à certaines occasions pour s’installer à l’extérieur afin d’y exécuter plus commodément certaines commandes281.

Le travail du fer

  • 282 Id. p. 360. 1 ; p. 235 « Cette médiocrité explique pourquoi vers la fin du xviiie siècle l’Égypte (...)

197A la différence des naḥḥāsīn, les ḥaddādīn/forgerons étaient des artisans pauvres et sans prestige282. Mais l’importance réelle de cet artisanat du fer peut être appréciée plus justement à partir des chiffres donnés par Evliya Čelebi qui ne dénombre pas moins de 16 métiers et de 2 830 artisans.

  • 283 Id., p. 360-1, «...avant même l’époque de Maqrizi qui signale que le marché des forgerons et des t (...)

198La localisation des ḥaddādīn à la périphérie de Qahira traduisait cette infériorité économique et sociale qu’aggravait sans doute encore la présence de nombreux minoritaires chrétiens dans leurs rangs. Diverses raisons, et en particulier le caractère bruyant et salissant du travail, expliquaient également cet éloignement.. Les ḥaddādīn avaient quitté le centre de la vieille ville très anciennement...283.

  • 284 Id. (355 M 8).
  • 285 Ibid. (390 M 8).
  • 286 Ibid. (27 M 9).
  • 287 Ibid. (175 Ν 8). « Leur faisaient suite les étameurs en fer blanc (samkarī) dont les ateliers joux (...)

199A l’époque ottomane les ḥaddādīn se répartissaient en trois principaux secteurs. Le groupe le plus important se trouvait dans Taḥt al-Rab’, non loin par conséquent du quartier des Anmatuyyīn. La Description énumère entre Bāb Zuwāïla et Bāb al-Harq plusieurs centres d’activité : « forgerons » dans ‘Aṯfa al-Ḥaddādīn284 ; Sikka al-Ḥaddādīn285 ; al-Haddādīn286 ; boutiques de fripiers et de marchands de fer...287.

  • 288 Ibid. (95 E/F 6).
  • 289 Ibid. (G 6).
  • 290 Ibid. (corporation n° 13).

200Le deuxième quartier de forgerons s’étendait entre Bāb al-Futūḥ, à proximité de laquelle se trouvait le Sūq al-Ḥaddādīn288, et le quartier de Rukn al-Muḥallaq où la plupart des ḥaddādīn du Maḥkama que nous avons pu situer avec précision avaient leur boutique289. C’était probablement ici que se trouvait le centre d’activité de la corporation. Enfin il y avait à Bāb al-Ša‘rīyya un troisième quartier de ḥaddādīn dont l’importance est attestée par sa mention dans la liste de Vincennes...290.

  • 291 Id. p. 365.
    A la même époque Tunis possédait également son souq al-Ḥaddādīn à la périphérie de la m (...)
  • 292 Id. p. 393.

201Un certain nombre d’activités artisanales importantes restaient à proximité de Qahira : c’était le cas d’une fraction du travail du fer...291. D’une manière générale le nombre global des corporations de métiers paraît avoir relativement peu varié pendant les xviie et xviiie siècles »292.

  • 293 Ibid. « Beaucoup de forgerons sont réunis dans le quartier dit el-Nahāsyn ou des chaudronniers : o (...)

202La simplicité d’installation et d’outillage des ateliers du fer est soulignée dans la Description : « Les outils du forgeron, du taillandier, du serrurier, sont très imparfaits. La forge est entretenue par un double soufflet, qui ne laisse pas que de fournir un courant très rapide pour entretenir la flamme. On serait étonné de voir les noyaux de datte servir de combustible, si l’on ne savait quelle immense consommation les habitants font de ce fruit... »293.

  • 294 Visite en avril 1978.
  • 295 Appelé aussi warša.
  • 296 Ahmed Yūsef Muṣṭafa, forgeron de père en fils, a bien voulu répondre à nos questions sur le foncti (...)

203Depuis que ces observations ont été faites, il ne semble pas que le travail du fer ait été l’objet de modifications très importantes dans les ateliers de la vieille ville du Caire. En effet, l’un des ateliers les plus actifs que nous ayons pu voir dans le quartier d’Ibn Touloun294 possède l’installation suivante : dans un ma’mal295 couvert en terrasse et largement ouvert sur la rue, plusieurs forgerons s’affairent autour de la forge. Le maître-artisan296 secondé par deux aides suffit à la tâche qui se renouvelle du matin au soir. Il s’agit surtout ici de fabrication et de réparation d’outils, à la demande notamment des tailleurs de pierre qui les apportent eux-mêmes à l’atelier. A certaines heures de la journée, celui-ci se remplit d’une clientèle assez nombreuse, portant turbans et ğallabiyya.

PLANCHE U

PLANCHE U

Atelier de forgeron, porteurs d’eau et ânier (d’après la Description). Emploi de l’enclume et entretien du feu de forge à l’aide d’un soufflet formé de deux outres actionnées à la main.

  • 297 Ḥaddād nār.
  • 298 Pinces, laqṭ ; marteau, maṭraqa ; masse, marzabba ; marteau tranchant, moqṭa’ ; étau, monğala ; li (...)

204Elle se plaît à assister à la transformation du métal rougi au fer et frappé à coups de marteau, remplissant le lieu enfumé de résonnements sonores. Au centre se trouve groupé tout le matériel du forgeron297 : enclume (sindāl) sur billot de bois (orma ẖašab), foyer (nār), bassin (ḥūḍ) et table mettant à portée des ḥaddādīn tous les outils nécessaires (fig. 183, 184), tisonniers, marteaux, masses, limes, pinces, compas298.

  • 299 Grand soufflet en cuir et en bois (kūr ğeld mağar ḥaddādī) dont l’usage aurait été importé d’Europ (...)
  • 300 M. Clerget, op. cit., p. 276. L’emploi de ce soufflet primitif semble avoir été connu également da (...)

205Il y a peu de temps, la flamme du foyer entretenue maintenant au charbon (fḥam) était encore activée par un énorme soufflet (kūr) que manœuvrait un apprenti299, en remplacement de l’ancien soufflet formé de deux outres jumelées que l’on actionnait à la main alternativement300.

206Selon leur importance, les outils de fer préalablement rougis au feu nécessitent l’intervention d’une seule personne ou des trois forgerons autour de l’enclume (fig. 182). Dans ce dernier cas, le maître-artisan immobilise la pièce à l’aide d’une pince tandis que ses deux aides la frappent à tour de rôle, avec leurs masses.

207La reprise et l’amincissement du tranchant d’un outil ordinaire peuvent être effectués par un seul forgeron, le serrant sur l’enclume, de la main gauche avec une pince, tout en le frappant, de la main droite, à coups de marteau. Le tranchant ainsi obtenu, le fer est immergé dans le bassin placé près du forgeron.

208Quand on fait couper l’extrémité d’une pioche ou les dents d’une šahuta, l’intervention de deux artisans est nécessaire, l’un fixant l’outil sur l’enclume, l’autre le frappant avec sa masse dont il lui faut tenir le long manche aux deux extrémités.

209Durant leur travail, les forgerons échangent peu de paroles entre eux, les marchandages habituels avec la clientèle demeurant également assez brefs, ponctués de longs silences jugés nécessaires au temps de réflexion réciproque avant tout accord final.

210Lorsque l’activité de l’atelier se ralentit, le maître-forgeron en profite pour prendre quelque repos, sur le seuil de la warša, tout en fumant le narguilé, appréciant comme ses ancêtres l’une de leurs distractions favorites.

211Les serruriers n’ont besoin que d’une installation plus modeste. Une simple échoppe ouvrant sur la rue leur suffit, leur permettant de travailler sous les yeux des passants et de recevoir aisément leurs commandes — clefs et serrures neuves ou en réparation, en fer ou en laiton —. En conséquence l’outillage utilisé ici apparaît naturellement réduit, composé seulement d’une petite enclume, avec étau, pinces, marteaux et limes proportionnées. Son maniement ne nécessite pas moins une réelle dextérité, celle-ci étant toujours reconnue par une plus grande affluence de commanditaires, tandis que les artisans moins habiles semblent résignés à une quasi-désertion de leur échoppe par la clientèle locale.

212Bien que les artisans du fer aient certainement connu autrefois, comme les autres métiers urbains, une concentration plus importante, nombre d’entre eux ne devaient pas moins s’établir en différents points de la ville et des faubourgs afin de répondre aux besoins de citadins disséminés, voire aussi de ruraux.

Notes

1 Palais du Caire, T. I, 1975, Paris 1978, p. 136-137.

2 Description de l’Égypte, II, État moderne, Paris, 1829.

3 Ibid.

4 M. Clerget, Le Caire, I, 1934, pp. 294-295. Emploi du limon argileux prélevé sur les rives du Nil et des étangs (birkats) pour la préparation des briques. « Crue ou cuite, la brique n’a cessé pendant des siècles d’être l’élément primordial. Tout y contribuait. D’abord la tradition locale : à l’époque pharaonique la brique crue était partout utilisée ; les Coptes connaissaient parfaitement la technique de la brique cuite ».
Des coutumes semblables ont été observées dans les constructions de l’Arabie, chez les Abbassides de Mésopotamie, qui ont inspiré la ville de brique réalisée à Fostat.
Sous les Fatimides et les Ayyoubides la majorité des bâtiments était élevée en briques, comme fut également édifiée la première enceinte d’al-Qahira — et une partie de la seconde.

5 P. Ricard, Pour comprendre l’Art musulman dans l’Afrique du Nord et en Espagne, Paris, 1924, p. 94. — J. Revault, Palais de Tunis, I, Paris, 1967, p. 78. L’habitation tunisoise, Paris 1978, p. 50. — P. Lisse et A. Louis, Les potiers de Nabeul, Tunis, 1956. — G. Marçais, L’architecture musulmane d’Occident, Paris, 1954, passim.

6 V.M. Masséri — Ch. Audebeau. Les constructions rurales en Égypte, Le Caire, 1921, p. 31. Pierres artificielles. Brigues. « L’art de fabriquer les briques crues remonte à la plus haute antiquité, mais les plus anciennes briques cuites connues sont celles de Chaldée... Les Babyloniens et les Assyriens avaient atteint un haut degré de perfection en briqueterie...
En Égypte, l’emploi des briques crues est aussi ancien que l’histoire même de la contrée... Il semble que les briques cuites n’ont été connues dans ce pays que sous l’occupation romaine. En tout cas, l’usage ne s’en est généralisé qu’à partir de l’époque de Constantin... ».

7 Description de l’Égypte, II, Paris, 1829, M. Jomard, Description du Kaire, p. 393.

8 Id., p. 33.

9 Id., p. 34. Procédé destiné à augmenter la plasticité du limon.

10 Id., p. 33. La brique était connue dans l’antiquité sous le nom de toub... en copte tôbe. Terme connu des Arabes d’Espagne pour désigner les briques crues — en espagnol adobe (al).
A. Raymond, Artisans et commerçants au Caire au xviiie siècle, p. 352. « C’est... à l’ouest de la ville, donc à proximité du fleuve, qu’on fabriquait les briques (tub) avec du limon du Nil mélangé d’argile et de brins de paille ».

11 Id., pp. 35-36.

12 Id., p. 39.

13 Id., ou plutôt charbon de bois.

14 Id. L’auteur estime à 550 kg le bois nécessaire à la cuisson de 1 000 briques.

15 Id. Proportions ordinaires des briques utilisées dans les habitations : 0,25× 0,12× 0,06 à 0,07.

16 M. Clerget, op. cit., p. 283.
A. Raymond, op. cit., p. 352 : La Description mentionne en 425 A 8 un Tall al-Tawwaba « butte où l’on faisait des briques cuites », hors de Bâb al-Ša’riyya, entre le Ḫaliğ al-Misrī et la Birka al-Ratlī qui avait d’ailleurs anciennement porté le nom de Birka al-Towwābīn. Mais c’est surtout entre Le Caire et le Nil que se trouvaient les principales briqueteries : Niebuhr en signale une située à l’ouest de Qantara al-Dikka (350 F 14), au-delà du Ḫaliğ, dans la direction du Nil » (C. Niebuhr, Voyage en Arabie, I, 91 (numéros 38 sur le plan du Caire) Amsterdam, 1776, 2 vol.

17 M. Clerget, op. cit., p. 283.
A. Raymond, op. cit., p. 352 : La Description mentionne en 425 A 8 un Tall al-Tawwaba « butte où l’on faisait des briques cuites », hors de Bâb al-Ša’riyya, entre le Ḫaliğ al-Misrī et la Birka al-Ratlī qui avait d’ailleurs anciennement porté le nom de Birka al-Towwābīn. Mais c’est surtout entre Le Caire et le Nil que se trouvaient les principales briqueteries : Niebuhr en signale une située à l’ouest de Qantara al-Dikka (350 F 14), au-delà du Ḫaliğ, dans la direction du Nil » (C. Niebuhr, Voyage en Arabie, I, 91 (numéros 38 sur le plan du Caire) Amsterdam, 1776, 2 vol.

18 Aux confins des faubourgs situés au Sud du Caire, près de la campagne environnante, les briqueteries modernes se répètent notamment sur la rive gauche du Nil. Elles se reconnaissent à leurs hautes cheminées rondes dominant tas de paille hachée, aires de séchage des briques et fours de cuisson. Il ne s’agit pourtant pas ici d’une production industrielle. En effet, les matières premières employées utilisent le même mélange que l’ancienne production artisanale de la cité : terre noire locale (terrab) argile grise (ṭin) des îles voisines et paille hachée fournie par le dépiquage à l’antique stabulum et apportée par voiliers (fig. 139) ; le calibrage des briques a encore recours au moule en bois (ḳāleb ḥatab) avec manche et double cadre sans fond avant le séchage à l’air et au soleil : exposition des briques crues en simples rangées (24 h), puis en rangées superposées (3 semaines).
Les véritables innovations apportées ici apparaissent dans le remplacement du marchage antérieur de l’argile par malaxage mécanique, et la substitution à la cuisson au charbon de bois, dans les fours ordinaires, du chauffage au mazout dans des fours solidement construits en briques et présentant une capacité très supérieure (fours allongés, voire jumelés, hauts de 3 à 4 m utilisant des bidons de mazout avec brûleurs disposés sur les terrasses du four et déplacés selon les besoins). Durée de cuisson : 48 h. Les briques ainsi faites sont un peu plus épaisses que celles des anciens briquetiers. Leur usage continue à être très répandu dans la plupart des constructions du Caire.
Description de l’Égypte, p. 395. « Potiers — Aujourd’hui le potier du Kaire se borne presque à fabriquer des jarres (zyr et zela’h), des vases plats, des lampes en terre cuite, des vases communs pour l’usage domestique... La matière sur laquelle il travaille est une argile, el-tyn, qui se tire d’une plaine voisine contiguë à la vallée de l’Égarement, auprès des villages d’el-Basâtyn et de Deyr el-Tyn, dont le second tire son nom de cette circonstance locale...
On fabrique aussi au Kaire quelques faïences, des tasses appelées fingân belady... des carreaux de faïence appelés qechâny, etc. ».

19 M. Clerget, op. cit., p. 283. L’auteur signale l’installation en 1910, à l’Abbassieh, de nouvelles briqueteries modernisées.
Nous devons à l’intervention du Service des Antiquités islamiques dirigé par M. A. Abdul Tawab d’avoir pu effectuer notre enquête à ce sujet dans les meilleures conditions. Nos remerciements s’adressent aussi à MM. Ali Bagha, Directeur d’une École artisanale (Le Caire, rue Monge) et de son collaborateur, M. Abdesselem qui nous ont accompagné au village d’al-Qanatar, près duquel il a été possible de relever les anciens procédés de fabrication des briques locales.

20 Moule en bois (qâleb) : simple cadre pour une seule brique. Fréquemment nettoyé à l’eau.

21 En forme de tronc de pyramide.

22 Les intervalles laissés entre les rangées de briques permettent à la chaleur du foyer de se répandre à l’intérieur du four.

23 Nécessaires au tirage du feu, ces ouvertures sont bouchées avec de l’argile au bout de trois ou quatre jours, sauf du côté Nord.

24 Contenance d’un four : 58 000 briques. Leur prix de vente est calculé au mille (2L.Ε·, 500).

25 Voir Palais et maisons du Caire, I, 1982, p. 224 et ss.

26 Op. cit., p. 391.

27 M. Clerget, op. cit., p. 298. « En 1778, Sonnini écrivait : Ils n’enlèvent pas les masses de pierre par couches ou assises, ainsi que cela se pratique dans toutes les carrières. Mais ils en coupent et en détachent avec beaucoup de peine et de travail des blocs très gros et irréguliers... ».

28 Id.

29 Id. p. 296.

30 Id., p. 298. On note aussi des calcaires de qualité au Nord et à l’Est de la Pyramide de Gizeh (Collines de Géran el-Faul) ; grès et quartzites au Gebel Ahmar ; basaltes et gypse souvent présents entre les bancs de calcaire.

31 L’auteur estime que les carriers sont moins experts que jadis pour reconnaître les qualités respectives des bancs de calcaire et procéder à leur extraction. « A certains égards, il y a eu régression par rapport aux périodes pharaonique et romaine où on semble avoir mieux connu les diverses propriétés des matériaux, leur degré de résistance à l’air et à l’humidité, l’intérêt de creuser des galeries de plusieurs centaines de mètres. Jusqu’à une date fort récente, les méthodes restèrent très primitives. On détachait les roches avec des coins en bois ou en fer... ».

32 V.M. Masséri — Ch. Audebeau-Bey, Les constructions rurales en Égypte, Le Caire, 1921, pp. 21-22.
« Les principales pierres naturelles que l’on trouve en Égypte sont : la pierre calcaire, le grès, le quartzite, le granit et la pierre gypseuse ».
Sauf dans le Sphynx et les Pyramides de Guizeh, la pierre calcaire aurait été peu employée par les anciens Égyptiens qui préféraient le grès et le granit.

33 Id., p. 26. « Le grès qui forme le Gebel Ahmar et dont la couleur a donné son nom à la montagne, est absolument silicieux, sans la moindre trace de calcaire, extrêmement compact et d’une dureté extraordinaire, caractères qui lui font aussi donner le nom de grès porphyre ». Qualité comparable à celle du grès d’Assouan. Emploi pour les linteaux de grande portée.
p. 29. Désagrégation de la roche provoquée souvent par le sel provenant de la terre.

34 Renseignements fournis par Sa’ad al-Habbal. chef de chantier.

35 On y trouve aussi du calcaire rouge.

36 Observations recueillies dans deux carrières distinctes (Hélouan et Imam Chafii), visitées sous la conduite de MM. Ali Bagha et Abdesselem (Service des Antiquités islamiques).

37 Ḥağğār, pl. ḥağğāra.

38 Les carriers habitent avec leur famille au voisinage des carrières qu’ils exploitent et dont leurs lieux de séjour portent le nom : Arab Yasar, Al-Imam (Chafii), Al-Basatin...
Lorsqu’ils sont désœuvrés, les carriers se réunissent habituellement au café de leur localité où l’on sait les trouver en cas de besoin.

39 L’exploitation d’une carrière s’effectue en toute saison. Pour suivre les heures de la journée, on utilise parfois une sorte de cadran solaire rudimentaire fait d’un simple piquet fiché dans le sol.

40 Cette tenue de travail se complète d’un foulard noué autour de la tête en guise de turban.

41 A l’exclusion de tout percement de galerie.

42 L’emploi de la dynamite se répand aujourd’hui de plus en plus pour provoquer l’éclatement initial des blocs de roche.
La partie supérieure d’une carrière apparaît plus foncée que la partie inférieure.

43 Répétition des coups dans les deux sens de la rainure (moğra), d’abord avec la pointe de la dabbūra, ensuite avec son côté applati en marteau. Usage également d’un outil à deux pointes (qata’) et d’un outil à deux têtes, marteau et tranchant (šaquf). Ces divers outils sont munis d’un manche en bois très dur (ẖašab šūm) ne dépassant pas la longueur d’une coudée. Ils sont généralement tenus à deux mains par l’artisan aux extrémités de ce manche.
Outil : ‘edda, pl. ‘edād.

44 Coins en fer : āsfīn, pl. āsāfin ; ‘aqib, pl. ā’qāb. Coins en bois : qaṭā’.
On versait de l’eau sur les coins de préférence en bois de citronnier pour les dilater, en ajoutant parfois du sable afin d’activer la rupture du bloc à partager.

45 Les anciens procédés utilisés en Égypte pour diviser un bloc de pierre en deux parties ne sont pas ignorés de l’Afrique du Nord ; cf. J. Revault, L’habitation tunisoise, p. 85.

46 Sans compter les moellons (dabš) et débris de calcaire (daqšūm šatb) recueillis en surface.

47 Des outils semblables sont encore utilisés en France par les carriers et tailleurs de pierre comme ils l’étaient déjà au moyen âge pour la construction de monuments religieux, civils et militaires. Cf. P. Noël, Technologie de la pierre de taille, Paris 1965. passim. C. Enlart, Manuel d’archéologie française, 2 vol., Paris, 1929. passim. J. Gimpel, Les bâtisseurs de cathédrales, Bourges, 1976. passim.

48 D’un usage courant, les dalles répondent souvent à des commandes de commerçants du Caire (tāğer, tuğğār).

49 La taille des degrés (darğā pl. darğāt) d’un escalier (sullam, pl. salālim) — toujours à volées droites — s’effectue en commençant par la partie la plus épaisse dans l’ordre suivant : contremarche (ou devant) (qa’ima) avec encoche inférieure d’assemblage (korbağ) ; marche moulurée au-dessus (nā’ima) ; dessous oblique (bitingāna), avec bord arrondi (‘amūd). Dimensions communes des marches en pierre taillée : long. 80 cm à 1,10 m ; larg. 30 cm ; haut. 20 cm.

50 Cet outil (saḥūṭa), aux deux extrémités dentelées, peut être comparé aux rustique grain d’orge, et marteau taillant utilisés en France. Cf. P. Noël, op. cit., p. 257 à 266.

51 Lorsque le bloc de pierre à diviser est peu important, l’un des scieurs seulement se tient debout, l’autre reste assis, les pieds allongés s’appuyant contre le support du bloc.

52 Dimensions courantes adoptées pour les dalles carrées : 30 cm à 40 cm avec une épaisseur variant de 3/4 cm à 6 cm. On utilise une sorte de règle graduée en bois (sandū) pour mesurer l’épaisseur voulue de chaque dalle et une équerre (zawiya balādī) pour vérifier la régularité des angles.
Certains carriers semblent spécialisés dans la préparation d’éléments de construction tels que marches d’escalier et dalles en fonction de la nature de la pierre calcaire choisie à cette intention.

53 Voir infra.

54 ğamal, pl. ğamāl ; chamelier, ğammāl ; filet en corde de palmier (šabek ḥabl lūf).

55 charrette de pierres, ‘arabiyya ḥağar ; mulet, baġl, pl. baġāl ; charretier de pierres, ‘arabağī ḥağar.

56 Le trafic des pierres extraites d’une carrière dépend du propriétaire qui l’exploite.

57 Sur la construction proprement dite par les maçons (bannā’ pl. bannā’īn), voir : Palais du Caire, T. I, p. 225 et ss.
Rappelons que le naḥḥāt se chargeait de la pose du dallage et des marches d’escalier dans sa cage.

58 Le tracé d’un arc était réalisé au moyen d’un compas rudimentaire fait d’une cordelette rattachée à un ou plusieurs centres (ẖit ğar).

59 Seroual : culotte bouffante de coton clair. L’artisan quitte sa longue tunique (ğallabiya) qui le gênerait dans son travail. Tailleur de pierre, naḥḥāt, pl. naḥḥātīn.
Sculpteur de pierre, naḥḥāt zaẖaref.

60 Dabbūra, utilisé d’abord côté marteau, puis côté pointe.

61 Atta’.

62 Šaḥūṭa. « têtu à grain d’orge » muni d’un manche rond assez court en bois très dur (importé) — id š’um —. L’égalisation d’une surface obtenue par cet instrument laisse des traces visibles en longueur ou en diagonale.

63 Azmīl.

64 Matra’.

65 ‘Adda.

66 Zawiya ḥadid.

67 Ces divers renseignements ont été recueillis en 1975, à l’occasion de la restauration de Ğama’ Mithqal par l’Institut allemand d’Archéologie. Nous remercions le chef des travaux (construction et menuiserie), Sa’ad al-Habbal, pour l’aide apportée à notre enquête sur la taille de la pierre.

68 Arc brisé (non outrepassé) — ou arc à deux centres — ‘aqd maẖmūs — appelé aussi ‘aqd mudabbab. Autre appellation de l’arc : qaws, pl. aqwās.

69 Arc surbaissé (tracé de l’arc à la base de la porte ou seuil (‘ataba) : ‘aqd mawtur (ou ‘aqd munbaṭaḥ).

70 Arc cintré, montage exécuté par le maçon.

71 Montant (ou piédroit) : kitf, pl. āktāf.

72 Claveau : sanğa, pl. sinağ.

73 Voussoir (clef) : maftāḥ.

74 Claveau inférieur : mẖadda (ou rağal al-ḥad).

75 Murakkaba, mūsanna.

76 Muzarrar.

77 Voir infra.

78 Kabūlī, pl. kawābīl ; kabš, pl. akbāš.

79 On remplacera de plus en plus les consoles de pierre par des consoles de bois.

80 Par exemple, à l’encorbellement du premier étage de certains rab’.

81 Dont le dépassement pouvait atteindre ou excéder un mètre.

82 Console de pierre — longueur moyenne : 0,90 m ; hauteur : 0,31 m ; épaisseur : 0,20 m. Les deux ou trois consoles (simples ou doubles) superposées représentaient les mêmes dimensions ; la pénétration dans le mur équivalait, pour la console supérieure, au tiers ou à la moitié de sa longueur ; aux deux-tiers pour la console inférieure.

83 Remplacement d’une console unie par une console rehaussée d’un décor sculpté, notamment par un motif « en éventail » (kabūlī marwaḥa).

84 Porte de maẖzan « à arc persan » — ‘aqd mudabbab fārisī.

85 Porte à linteau droit : bāb muraba’, réservée aux salons et salles de réception du rez-de-chaussée. Le linteau est tantôt monolithe — ‘ateb ‘adel — tantôt divisé en cinq claveaux (ou plate-bande appareillée) — le claveau central (moftāḥ) étant flanqué de deux claveaux symétriques (fard), s’appuyant eux-mêmes sur deux claveaux extrêmes (mẖadda).
La porte droite est fréquemment surmontée d’un arc de décharge surbaissé et appareillé au-dessus d’un tympan réduit (nafīs, tanfiḥa).

86 Porte à arc surbaissé, voir supra.
Diversité des claveaux utilisés dans le linteau (‘ateb) et l’arc (‘aqd ou qaws), ces claveaux étant tantôt simples, tantôt munis de crossettes (murakkab, mūsanna), sinon à découpage curviligne (muzarrar). Le linteau s’appuie parfois sur deux corbelets identiques de part et d’autre de la porte (rukba, rukbatin).

87 Console de bois à tête arrondie (rawušan) ; ce support supplémentaire peut être dissimulé dans un coffrage de planches clouées.

88 Deux sortes d’herminette à manche court sont employées successivement ;
1° le qadūm de forme triangulaire, tranchant d’un côté (masḥar), dentelé de l’autre (mašaršar) ;
2° la šaẖūṭa, aux deux côtés dentelés.

89 Règle (masṭard), équerre (zawiya), compas (barğal).

90 Maṭraqa.

91 Āzmīl.

92 Ornementation géométrique : zuẖārafa handasīya ; ornementation florale : zuẖārafa nabātīya ; ornementation épigraphique : zuẖārāfa katābīya ; stalactites : muqarnas, muqarnasāt.
Sur la pierre sculptée, cf. J. Bourgoin, Précis de l’Art arabe, Paris, 1892, passim ; consoles, pp. 78-83.

93 Moulure (ğaft).

94 Tore (‘āmūd), cavet (taqwīra), filet (sinna), bandeau (rab’).

95 Chaîne (silsila).

96 Boucle ronde (mīma da’ira).

97 C’est dans le portail gigantesque de la Mosquée al-Muayyad (1415-1420) que l’on trouve, sculptées dans le marbre clair, les plus anciennes moulures à boucle arrondie d’époque mamelouke, telles qu’elles seront ensuite utilisées dans les encadrements de pierre, aux xve et xvie s.

98 Boucle hexagonale (mima musaddasa).

99 Sur l’origine du « mima », voir Palais et Maisons du Caire à l’époque mamelouke. T. I, 1982, p. 243 (3). On peut également observer ce motif géométrique au sommet des deux tours rondes fatimides de Bāb al-Futūh... sans oublier les arcs cintrés parfois bordés — comme les arcs surbaissés — d’un feston de pierre.

100 Ces motifs apparaissent aussi sur les tombes ottomanes d’Istambul et du Caire. Leur simplicité s’oppose alors aux arabesques savantes d’une flore turquisante qui sont présentées ci-après.

101 D’exécution plus facile, la sculpture en champlevé sera mieux conservée, de préférence à la sculpture en biseau.

102 Ces différents éléments décoratifs, voire prophylactiques, peuvent être comparés aux motifs de pierre sculptée qui sont apparus, à la même époque, sur les linteaux de porte et les tombes de la bourgeoisie tunisoise (cf. Palais et demeures de Tunis). Les uns et les autres semblent dûs à une même influence turque. Ajoutons que, dans certaines grandes demeures du Caire, des rosaces sculptées figurent aussi auprès d’un escalier et de la petite niche murale réservée à l’éclairage nocturne (lampe à huile).

103 Cette riche ornementation paraissait mieux convenir à la parure d’un encadrement de marbre.

104 On en découvre déjà un large emploi dans la décoration des monuments fatimides.

105 Muqarnaṣ ḥalabī.

106 Muqarnaṣ baladī.

107 Pour obtenir des renseignements sur l’exploitation des carrières de marbre en Égypte et sur la transformation de ce matériau par les artisans du Caire, nous avons interrogé l’un des principaux et derniers chefs d’atelier de marbriers, Saad Hassin Mohammad. La documentation qu’il nous a fournie apparaîtra surtout à propos du décor du marbre, spécialité qu’il exerce encore aujourd’hui, aux abords de la Citadelle. Qu’il veuille bien accepter ici nos sincères remerciements.

108 Šayẖ al-maraẖamatīya — marbrier, marahmatī.
Voir aussi le terme muraẖẖimīn (marbriers) cité par A. Raymond dans Artisans et Commerçants au Caire au xviiie siècle, p. 713.
L’auteur rappelle également l’existence, à cette époque, d’ateliers de marbriers (ma’mal ruẖām).

109 Carrière de marbre (ou marbrière) muḥağar ruẖām.

110 Marbre blanc (ābiod), noir (āswad), vert (āẖḍar), ocre jaune clair (bonī fātaḥ), rouge (āḥmar). Sur le marbre, voir Pierre Noèl, Technologie de la Pierre de taille, Paris, 1965, passim.

111 Albâtre, ālābasṭar.

112 Iqaṭa’ al-ğabal.

113 ‘Atala, pl. ‘atalāt.

114 ‘Aqib, pl. a’qāb.

115 Colonnes, dalles, lambris, etc.. voir infra.

116 Sur l’origine de l’emploi du marbre dans les monuments musulmans du Caire, cf. K.A.C. Creswell, op. cit. p. 203.
Aujourd’hui l’atelier de Sa’id Hasan Mohammed peut encore satisfaire les demandes les plus exigeantes. Il dispose des artisans suivants : scieur (naššār), porteur (‘atāl), poseurs de dalles et lambris (raẖẖām), sculpteur (daqqāq), polisseur (ğallā’).

117 ‘Amūd, ‘awāmid.

118 Le palais de Musāfirḫāna comporte plusieurs inscriptions et ornements de cette nature. Au siècle dernier, les encadrements de porte en marbre (ou en pierre) ne représenteront plus qu’une lourde sculpture baroque parfois mêlée d’éléments traditionnels.

119 Cf. J. Bourgoin, Précis de l’Art arabe, II, passim.

120 Voir Bayt Šabšīrī, manzil Kīrīdliyya, Ğamāl al-Dīn, etc.

121 Musafirẖāna.

122 Tracé géométrique au compas, à la règle et à l’équerre.

123 Les divers éléments de mosaïques (ẖorda) sont exécutés en chaîne, d’un artisan à l’autre, avant d’être rangés par ordre de grandeur et de ressemblance. Les figures décoratives sont désignées sous les dénominations suivantes : merlon (šurrāfa), motif étoile (ṭabaq), rosace (tars), chaîne entrelacée (ğufūt), cercles entrelacés (dawāer mutadaẖla), « bâtons rompus » (dalāt).

124 Découpage et montage des mosaïques de marbre peuvent être comparés aux mêmes opérations effectuées à partir de carreaux de faïence d’où sont tirés les « zelliges ». Cette ancienne industrie hispano-maghrébine est restée jusqu’à ce jour très active à Fès. Cf. A. Bel.
G. Marçais, L’architecture musulmane d’Occident, A. Paccard, Le Maroc et l’artisanat traditionel islamique dans l’architecture, 2 vol., Paris, 1980, p. 134 et ss.
K.A.C. Creswell, op. cit., p. 203. L’auteur rappelle que le premier exemple de mosaïques de marbre qu’il connaît en architecture musulmane se trouve au Māristān de Nūr al-Dīn à Damas (1154).
Lorsqu’on doit exécuter un beau modèle, on procède de la façon suivante : « le motif est dessiné au crayon sur un canevas déployé sur une planche... Les morceaux, taillés, mais autrement complètement ébauchés sauf sur un côté, sont placés face contre le sol sur le motif. Chaque morceau présente une pointe afin de permettre sa fixation au ciment. Quand la composition est terminée, du ciment est versé sur l’envers du travail et laissé reposer, après quoi l’ensemble est relevé comme un monolithe, poli et mis en position ».

125 Mortier d’argile et de chaux soigneusement malaxé à l’avance après deux jours de fermentation dans un bassin.

126 Sur le plâtre (ou gypse) et la chaux, voir La pierre de taille, p. 86, 87 et 283.

127 Op. cit., p. 25.

128 La Description, p. 392.

129 M. Clerget, Le Caire, 1934, p. 282 : « De forme cylindrique, [les fours] comprennent deux étages : l’un pour le feu, l’autre pour la pierre. Le plâtre, une fois cuit, est concassé avec des battes en bois, pulvérisé dans des moulins à manège, analogues aux moulins à huile ».

130 V.M. Masséri, op. cit., pp. 41-42 « Les fours à chaux les plus usités par les indigènes de ce pays sont à entonnoir, intermittents et à petite flamme. Le chauffage se fait par dessous, avec des tiges de maïs ou de cotonnier, des roseaux, du bois, de la paille, etc... » Voir dans les planches de la Description de l’Égypte (État moderne, t. X, pl. II), le dessin de four à chaux tel qu’il était en usage pendant l’expédition du Général Bonaparte. A cette époque on employait les tiges de maïs pour la cuisson.
M. Clerget, op. cit., p. 282.

131 A. Raymond, op. cit., p. 352.

132 Ibid, « La succession d’un ğabbās, mort vers 1726, comporte pour deux moulins à plâtre : quatre chameaux, deux bœufs et huit ânes, et deux bœufs et douze chameaux ».

133 Ibid. « La Description de l’Égypte (plan du Caire) mentionne des ğayyāra en Q 4, près de Bāb al-Wazīr (65 R4) ; pour sa part Niebuhr situe un chaufour en Κ I, au-delà de la mosquée de Qāitbāy ; et on trouve effectivement dans la liste de 1801 une corporation des « fabricants de chaux du quartier dit Kaied Bey » (n° 211). Le centre principal de fabrication de la chaux était situé hors de Bāb al-Nasr et Bāb al-Futuh où se trouvaient quatre fours, localisés en 367 E 5, 379 D 5, et en E 5 et C 5 (sur le plan). Il y en avait également hors de Bāb al-Ša’riyya en D 8 et D 10 : au sud-ouest de la porte une place portait le nom significatif de was’at al-ğir. Enfin le plan de la Description situe encore un four à chaux près de Bāb al-Luq, en L 12 ; mais il y en avait en réalité plusieurs, dans le voisinage de la rue des Fours à chaux où l’on se battit durement lors de l’insurrection de 1800 contre l’armée française ».

134 Ibid. « On trouvait des fours à plâtre près de Bāb al-Ša’riyya (298 E8) et de Bāb al-Baḥr (330 D 14), hors de Bāb al-Harq (18 H9), mais surtout, semble-t-il, dans la région située entre Qanātir al-Siba’ et Qala’a al-Kabš : la Description y situe deux ğabbāsa (171 U 10 et 172 V 10) et il est possible que la seconde corporation des fabricants de chaux... ait eu son centre à Sayyida Zaïnab (158 U 12) ».

135 Id., (84 Y 7).

136 Ces fours ne sont plus utilisés, en effet, que par certains villages de l’intérieur, notamment dans le Delta.
Une chaudière au mazout a remplacé l’ancien foyer dans les fours modernes actuellement en usage au Caire.

137 Modèle de four à rapprocher de celui que les potiers yémenites utilisent encore maintenant à Ṣana’ā pour la cuisson de leurs briques.
Voir infra l’emploi du plâtre et de la chaux dans la préparation des enduits et des mortiers.

138 Cf. La Description, p. 391.

139 De telles peintures existent dans plusieurs salles de réception et chambres de Sitt Wasila et d’Ali Katẖuda où elles accompagnent aussi la représentation de villes et de paysages.

140 Dans l’architecture domestique ce mode de construction semble avoir été surtout utilisé avec les coupoles de lanterneaux surplombant la durqa’a.

141 « (car il ne faut pas confondre l’uniformité des saisons avec les variations diurnes de l’atmosphère, qui sont... très considérables) ».

142 Renouvelés, au cours des années, en couches superposées.

143 Cf. Palais et maisons du Caire, I, 1982, passim.

144 Qui avait bénéficié de la double influence andalouse et iranienne, op. cit., I, passim.

145 Nous devons à l’atelier de Yousef Lotfi al-Šafa’i, ainsi qu’aux écoles d’apprentissage artisanal du Manzil Sinnārī et de la Wakāla al-Ğurī d’avoir pu réunir d’utiles observations à ce sujet.

146 Semblable à un métier à tisser vertical. Dimensions relevées à l’École de Sinnārī : 3,50 m (environ) de côté.

147 Préparé autrefois dans les fours traditionnels, le plâtre destiné au stucateur, était additionné, dit-on, de poudre de calcaire de même provenance (Ğebel Torah, etc.).

148 Plaque métallique rectangulaire (maššat) formant grattoir utilisé sur le côté à décorer, l’envers étant réservé aux vitraux.

149 Aujourd’hui cette pratique — connue également des stucateurs magrébins — paraît le plus souvent remplacée par l’application plus facile, sur le plâtre, de feuilles de papier préalablement dessinées au compas et à la règle.

150 Vilebrequin : malaff nağğārī.

151 Petite scie à lame effilée et dentée (zuwan, maṭwa).

152 C’est-à-dire sans déformation.

153 Le découpage est effectué sommairement, à l’aide d’un diamant, les verres n’étant plus ajustés comme auparavant, à l’intérieur des différentes figures de l’armature de plâtre, mais simplement fixés au dos du claustrum.

154 Voir Palais et maisons du Caire, I, 1982, p. 251 (1).
M. Clerget, op. cit., p. 299 «...jusqu’au xiiie siècle, la Haute Égypte a possédé des forêts assez étendues, notamment dans les régions de Qous et Achmoanein. Le bois y était vendu sur place et acheminé jusqu’au Vieux Caire, où la tyrannie gouvernementale prélevait ce qui était nécessaire à l’État... ». Ces forêts qui avaient provoqué l’admiration de Maqrizi disparurent progressivement, vouées à l’abandon. V.M. Mosséri, op. cit., p. 49. « Autrefois, en Égypte, on n’employait guère que les bois du pays : le sant (acacia), le nabq (zizyphus), le lebbek (albizzia), le sycomore, le dattier, etc. ;
Les pièces de charpente un peu solides étaient amenées à grands frais de la Syrie et de la Caramanie... ».
Plus tard on fera venir des bois de Suède, d’Autriche, de Turquie, d’Amérique...
M. Clerget, op. cit., p. 284. L’auteur rappelle les difficultés que l’on rencontrait pour se procurer du bois en Égypte, surtout depuis la fin du Moyen Age. On réussit à y pallier assez aisément grâce aux bois d’importation.
Id. p. 299 : « D’abord, les beaux résineux de Syrie et d’Asie Mineure pouvaient s’importer facilement et à peu de frais. Il y eut même de véritables expéditions dans ces pays pour en rapporter des pins, des sapins et des cèdres. Jusqu’aux Croisades, la Syrie fournissait à bon compte de l’excellent bois de charpente. Après les Croisades, on fit venir le bois de Turquie, de Russie, de Scandinavie et d’Europe Centrale. Amené par Rosette et Alexandrie, il débarquait à Boulaq... De plus en plus, il fallut faire venir de l’étranger presque toutes les pièces de charpente, la grosse majorité du bois œuvrable ».

155 La Description, pp. 394-395. Charpentiers, menuisiers, etc.

156 Id. voir Pl. XIX, Arts et métiers, et Pl. XX.

157 A. Raymond, op. cit., II, p. 286.

158 Id., pp. pp. 356 à 358.

159 Ibid. « Bien que Maqrizi ne décrive pas les souqs du Caire, les marchands de bois (ẖaššābīn) avaient cédé la place, à l’intérieur de Bāb Zuwaïla (en M 6), aux marchands de vieilles hardes (ẖal’iyyīn) et étaient vraisemblablement allés s’installer hors de Qāhira, là où nous les retrouvons à l’époque ottomane... ».

160 Ibid. «...des 3 ẖaššābīn mentionnés dans le Maḥkama pour le Caire, deux avaient leur « scierie » (maflaq) « sous le Rab’ al-Ẓāhirī », c’est-à-dire à proximité de la takīya al-Ğulšānī, le troisième dans le ẖaṭṭ de Bāb al-H̲arq (M 9).

161 Ibid. (384 M 8).

162 Id., Jomard, Ville du Caire, 709. Vincesnes Β 6 193, 4 décembre 1800 : « la voûte qui couvre le quartier Tarterope où là travaillent des charpentiers ».

163 Id., « Le second centre de vente du bois se trouvait à mi-chemin entre Bāb al-Ḥadīd et Bāb al-Ša’riyya, dans le Sūq al-Hašab (134 E/F 10/11).
Au xixe siècle, ‘Ali Pāšā signale encore des activités de ce genre à l’ouest de Bāb al-Ša’riyya : dans la Wakāla Ḥasan Katẖudā (D 8 ou E 8) on vendait du bois à construire, et dans la Wakāla al-Gāmūs (312 E8) on faisait des travaux de menuiserie ».

164 Id., (193 6 11).

165 Id., (294× 13).

166 Id., (50 I 7 et 228 I 8).

167 Voir infra.

168 Id., p. 358.

169 Id., p. 577.

170 Voir supra.

171 Nos enquêtes ont été effectuées soit auprès d’artisans isolés, soit auprès de maîtres-artisans groupés au Centre d’apprentissage artisanal de la rue Monge (Manzil al-Sinnari). Nous remercions, à cette occasion, son Directeur, M. Ali Baghat, pour son accueil et son concours particulièrement précieux.

172 Nous en avons montré plusieurs exemples à l’entrée de certains palais et grandes demeures (supra).

173 E.W. Lane, op. cit.

174 Rappelons aussi le renforcement de l’entrée constitué par son encadrement en pierre de taille à arc brisé ou surbaissé.
Notons enfin la rareté du portillon (ẖūẖa) dans le vantail de la porte, l’usage en ayant surtout été relevé dans les grandes demeures de Būlāq.

175 Sing. dulāb.

176 Le cadre d’une porte ou d’une fenêtre est formé de deux parties horizontales (rās) — supérieure (rās fūqānī) et inférieure (rās taḥtani) — et de deux parties verticales (qāīm).

177 Ğalsa ‘arabī.

178 Arceaux brisés, outrepassés (qanṭara maẖmūs), à lambrequins (qanṭara ‘arabī).

179 Endroit et envers distincts (wāgiha wa zhor).
Les portes des placards sont fermées avec un simple taquet mobile en bois tourné (aṣfūra ẖarṭ).

180 Ḥawāši mustaṭīla nā’īm wa qā’īm.

181 Le style de ces boiseries s’est étendu jusqu’en Afrique du Nord, notamment en Tunisie où il apparaît aussi bien dans les portes de la salle de prières de la grande Mosquée de Kairouan, que dans les contrevents du Dār el-Bey à Tunis et certaines armoires de taille réduite.

182 L’assemblage du cadre comme celui des panneaux ne comporte que tenons et mortaises à l’exclusion de tout emploi de colle et de clous.
Ainsi les divers panneaux (ḥašwa) taillés en carré (tarbi’a), rectangle (mustaṭīla), triangle (kinğa, sarwa), ont leurs bords biseautés afin d’en permettre une solide fixation avec la gouttière des baguettes intercalaires (inān), grâce à l’emploi du tranchant d’un étroit ciseau (faġa). L’ajustage des baguettes est effectué « en sifflet ».

183 nağğār, pl. nağğārīn.
Le menuisier utilise les outils habituels : rabot (fāra), règle en bois (ādda), etc.. pour l’exécution de ses travaux : cadre ou bâti (āīnān), panneau (ḥašwa), tenon (lisān), mortaise (naqr) : les charnières des portes sont faites de deux anneaux en fer fixés par une double pointe (rwāya). Une rainure longitudinale est gravée dans l’encadrement du placard tandis que les panneaux intérieurs sont bordés d’un chanfrein au rabot. L’envers de ces portes révèle un montage brut.
Cf. J. Bourgoin, op. cit., T. II, passim.

184 On distingue sous les appellations suivantes les types d’assemblage traditionnels les plus connus : ḥawašī naīm wa waqaf (à panneaux [rectangulaires] « couchés » et « debout ») — forme apparemment la plus simple.
maqali mafarik
— à svastika disposés vertivalement (éléments carrés et rectangulaires).
— à svastika inclinés (à 45°). — (éléments carrés et rectangulaires).
— à distribution ornementale octogonale, losangée et triangulaire (éléments triangulaires).
— disposition « à bâtons rompus ».

185 Communication de Hasan Ali Ibrahim.

186 Samġi.

187 Importé, dit-on, d’Italie.

188 Bleu, rouge, vert, jaune...etc

189 Bois plat.

190 J. Bourgoin, op. cit., T. II, passim.

191 Alors que tous les menuisiers peuvent exécuter aisément une grille ordinaire.

192 Il n’existe dans cette spécialité que des « jours » découpés de forme géométrique. Certaines de ces formes sont qualifiées de « coptes », tels les motifs cruciformes (ṣalib), que l’on voyait figurer dans les églises du Caire.
La démonstration de l’opération rapportée ici a été faite sous nos yeux par le nağğār Mustafa ben Hasan Ali ; nous lui devons également ainsi qu’à son père, Hasan Ali Ibrahim, la plus grande partie des renseignements que nous avons pu recueillir sur le travail traditionnel du bois. Nous les prions de trouver ici l’expression de notre gratitude.

193 J. Bourgoin, op. cit., T. II, pl. 1 à 12.

194 Aujourd’hui la fabrication de ces grilles de bois plat semble complètement abandonnée.
Un atelier (warša) de menuiserie dispose toujours d’un outillage important qui ne semble pas avoir été sérieusement modifié dans sa composition essentielle depuis l’époque ottomane. On y trouve notamment un établi de bois massif (bank) — dont la forme actuelle est une imitation des établis européens, remplaçant probablement une forme ancienne plus simple. — maillet (qadūm), marteaux (maṭraqa, šakuš), rabot (fāra), petit rabot étroit (ğāyūm), scie (minšār), petite scie avec manche (saḥqa), trusquin avec manche (šankar), trusquin sans manche (mahaza), lime (mībrad ẖaššābi), ciseau (āzmīl), gouje (dūfra), équerre (zawiya), règle (ādda), compas (barğal).

195 J. Jomard, T. XVIIIe, 2e partie — État moderne — Paris, 1829, p. 402-403. Voir aussi A. Raymond, Artisans et commerçants au Caire au xviiie siècle, Damas, 1973. p. 210. L’auteur signale, au début de la Domination ottomane, le départ du Caire de nombreux artisans et commerçants égyptiens pour Istambul d’où ils ne tarderont pas généralement à revenir. p. 357, la corporation des ẖarrātīn. p. 576-577, la fête des corporations au Caire.

196 Maqṣūra du Calife al-Mu’izz à la Grande Mosquée de Kairouan (xe siècle) ; ḥarim du Mausolée du Sultan Qalāwūn au Caire (xiiie s.) ; clôture de la salle de prières dans les mosquées de Saliḥ Tala‘ī (xiie s.), al-Maridānī (xive s.) et al-Mu’ayyad (xve s.). Palais du Caire, t. I, Pl. LXXII.

197 Inférieurs à ceux des menuisiers.

198 Plateau (farš) ; traverses (faẖḍa) dont l’une est fixe, l’autre mobile coulissant sur une tringle en bois plate (maddād).

199 Deux pointes en fer (ġarāb, ġarābīn), se faisant face, forment un étau ; barre de fer (ḥadid).

200 Archet (qaws) dont la ficelle en coton a été mouillée préalablement.

201 La survivance de l’art du bois tourné au Caire y est maintenue grâce à l’intérêt que lui portent encore quelques artisans égyptiens et de rares ateliers d’apprentissage. Dans certains cas on supplée parfois à l’usage du tour traditionnel au pied et à main par l’emploi d’un tour mécanique permettant un emploi plus libre des deux mains et une exécution plus rapide.
Parmi les ateliers artisanaux établis en divers endroits de la ville, nous citerons les trois suivants :
— Hasan Ali Ibrahim, rue Šayẖu ; qui a contribué à la restauration de nombreux monuments musulmans du Caire ;
— Muhammad Hussein Ḫalīl, au Han Halīlī ;
— Dr As’ad Nadim, auteur d’une thèse sur les arts du bois traditionnels au Caire.
Par ailleurs un enseignement professionnel du bois tourné est assuré dans des limites assez modestes au Manzil Sinnārī et à la Wakāla al-Ġūrī.

202 Bois de hêtre (zān).
Le travail du tourneur (ẖarrāt) consiste à transformer un bois équarri en bois arrondi puis en rangée d’éléments de taille et de forme diverses. On dispose à cet effet d’un jeu de ciseaux et de goujes, ainsi que de pointerolles et compas pour :
1° obtenir une forme cylindrique du bois avec le tranchant d’un grand ciseau placé d’abord perpendiculairement puis à plat ;
2° diviser la surface ainsi réalisée par plusieurs traits gravés avec les deux pointes du compas pour délimiter les éléments à tourner dans une même rangée ;
3° creuser les intervalles destinés à devenir ou non des tenons, à l’aide d’un étroit ciseau (‘as) ;
4° déterminer, à la gouje, des formes de boules (kora, okra), corolle (farẖa), billettes, balustres (‘arnus, qulla), etc...
5° conserver soudés les uns aux autres les éléments tournés d’une même rangée ou les séparer. Dans le premier cas sortira une rangée fixe d’un seul tenant (maẖraga) — percée de trous obliques — à laquelle viendront s’assembler par leurs tenons les éléments isolés. Pour effectuer cet assemblage (ğama’īya), on dispose parallèlement les parties fixes sur un établi, les intervalles étant garnis, au fur et à mesure, des éléments isolés. On peut alors procéder de gauche à droite en s’aidant d’un marteau.
On aboutira de cette façon, à l’exécution d’une grille faite de combinaisons cruciformes (ṣalīb), tantôt serrées, (ṣalīb malian), tantôt légérement ouvertes (ṣalīb fadī) — ou entrecroisées (maīmūnī).

203 Ciseau (āzmīl) ; gouje (ḍofra).

204 Cadre (ḥalq) en bois ordinaire (‘azāzī) joint par des tenons et mortaises : avec montants parallèles (qāīm) et extrémités inférieure et supérieure (rās).

205 Fenêtre avec grille (šubbāk mašrabiyyd) ; encorbellement à moucharabieh (mašrabiyya).

206 Certains éléments, nous l’avons vu, ont une origine très ancienne.

207 Disposition quadrillée à éléments cubiques (maīmūnī murabba’), ou hexagonaux (maīmūnī musaddas) reliés entre eux par des pirettes cylindriques à double tenon (faraẖ sara).

208 Grosse bille ou perle (kora, okra) ; petite bille (ānbūa’) ; corolle (farẖa, nafs farẖa).

209 Les éléments carrés, hexagonaux, arrondis, etc., sont exécutés au tour, non pas isolément, mais par rangée de même forme. Ils sortent donc de la maẖarṭa soudés les uns aux autres pour chacun des motifs. Ceux-ci sont ensuite séparés au tranchant pour être assemblés à d’autres formes selon des figures convenues.

210 Appartements de harem.

211 Salons du rez-de-chaussée.

212 ‘Arnus, ‘arnāsī, pl. ‘arānīs.

213 Vase (zohriyya) ; aiguière (brik) ; arbre de vie (naẖla...) ; croix (ṣalīb).

214 La représentation de certains signes et d’inscriptions particulières répondait à la demande de chrétiens (coptes).

215 Indépendamment de sortes de guichet (ẖuẖa) et de petites mašrabiyyāt à arêtes vives ou à pans coupés, sans compter les rangées de vitraux formant frise au sommet des principales mašrabiyyāt, au xviiie siècle.

216 Dārabzīn.

217 Resserre pour jarres d’eau.

218 Sidilla.

219 Dekka. Voir J. Bourgoin, op. cit., T. II, Pl. 17 à 34.
Cf. Dr As’ad Nadim, Professeur à l’Université américaine du Caire, où sont en cours de publication ses études sur les différentes formes traditionnelles de travail du bois — menuiserie et assemblage en panneaux, bois découpé et tourné, bois sculpté et incrusté.
Grâce à une expérience acquise après plus de vingt années de recherches, le Dr As’ad Nadim vient également d’ouvrir un atelier pour mettre en pratique ses connaissances particulières. Celui-ci groupe actuellement vingt et un artisans formés, pour la plupart, à l’École d’apprentissage de Sinnārī et à la Wakāla al-Ġurī. En dehors des reproductions de type classique, cet atelier pratique aussi l’application des éléments anciens à des pièces de mobilier moderne. A cette fin, sont utilisés outillage traditionnel — à main et à pied — et outillage mécanique — tour, scie, rabot — On se préoccupe de maintenir une réelle qualité dans le choix des matériaux, l’exécution et le finissage des travaux. Ceux-ci répondent à des commandes locales, mais aussi d’Arabie Séoudite et de certains pays d’Europe.

220 Cette description a été facilitée par la commande d’une grande grille à moucharabieh destinée à une villa d’Alexandrie, commande pour un particulier, sans doute exceptionnelle aujourd’hui ; elle était en cours d’exécution à l’atelier du nağğār Hasan Ali Ibrahim, en novembre 1980, au moment où nous poursuivions notre étude sur les boiseries traditionnelles du Caire dans lesquelles cet artisan apparaît l’un des plus renommés.

221 On observe ici l’usage actuel du ẖašab muṣkī, importé de Suède, sinon d’autres pays d’Europe.

222 Avec emploi des outils habituels, scie, marteau, ciseau, compas et équerre.

223 Avant leur installation définitive, maintien provisoire de la rigidité des assemblages de bois tourné entre des lattes à faible cloutage. Dans les angles du cadre, les mortaises sont taillées en « sifflet ». Malgré le soin apporté à ces travaux, l’ancienne maẖarṭa est de plus en plus remplacée par un tour mécanique.

224 Voir supra note 5, p. 324.

225 En raison de la rareté des bois de construction en Égypte et de leur coût élevé à l’importation. Cependant les plafonds en charpente se substitueront de plus en plus aux voûtes en briques ou en pierre, à l’exception des communs.

226 Tout plafond à solives apparentes (kamara, kamarāt ; killa, kilāl) se compose des éléments suivants :
1° solives à section carrée (murabba’), chanfreinée (nofs musaddas) ou arrondie (mawatūr) selon les époques ;
2° entre-deux (fadī) formé par les planches jointes (ou voliges) du plancher supérieur (tağlīd), ces entre-deux pouvant être unis ou compartimentés en petits caissons carrés (buğa) ou rectangulaires (temsaḥ), avec bords transversaux (rās) et latéraux (regl).
A l’entrée d’un īwān, d’un défoncement en alcôve ou d’une mašrabiyya, les plafonds en charpente sont supportés par des poutres ou linteaux (kuridi-karādī) sur montants (regl) se terminant souvent en pointe avec ornementation de stalactites (muqarnas).

227 Un plafond plat (saqf ḥaṣira) — ou faux plafond (saqf malaqam — ou matlaqam) — est fixé naturellement à la charpente habituelle d’un plafond à solives ordinaires.

228 Plafond à baguettes —-saqf īnān — Plafond à baguettes orné de rosaces hexagonales ou de motifs étoilés (saqf musaddasāt wa turūs). — sing. musaddas, ters.

229 Dans le même style et la même technique, la répétition de petits hexagones sera surtout réservée à des plafonds secondaires appartenant aux alcôves et aux mašrabiyyāt.

230 La composition de ces plafonds évoque parfois celle de tapis, répartie entre champ central souvent arrondi (ṭabaq mudawar), écoinçons (nāṣiya, nawāṣī) et bandes d’encadrement (barwāz, barāwīz). On peut y observer aussi une dominante jaune, complétée par des fonds alternés rouge et bleu foncé.
Une similitude de style et de couleurs a été relevée dans certains plafonds de Tunis (xviiie siècle) soumis aux mêmes influences extérieures. Cf. Palais de Tunis, T. II, (xviiie-xixe s.).

231 Nous devons nos principales informations sur les techniques traditionnelles des plafonds en bois au mua‘llim nağğār ‘Abdū Mūsā, qui possède au Caire, un atelier de menuiserie (Šara‘ Mağlis al-‘Umma, près de l’avenue Port Saïd). Nous lui exprimons ici nos sincères remerciements.

232 Solive (katla, katlāl ; kamara, āt) ; entre-deux (fāḍi) ; caisson (qaṣa’) ; encadrement de caisson (dukma).
Notons que les bois d’œuvre provenant des pays d’Europe et d’Amérique étaient déjà préparés en grande partie pour leur futur usage au moment de leur livraison.
Cf. Georges S. Colin, Notes de dialectologie, op. cit., p. 52. « Les bois importés se présentent sous forme de poutres, qawiš, pl. qawišāt... [du turc qovuš], kamar... kutla, pl. kutal..., barṭum..., de traverses, lāṭa..., de solives, qarīna..., de soliveaux, sahm, pl. ushum..., de fortes planches qaṭerğa..., de planches ordinaires, loḥ, pl. alwaḥ...

233 Sculpture : quwīma, ḥofr. Sculpteurs : quwīmağī, ḥaffār.

234 Peintre : naqqāš, naqqāšin. Ornementation géométrique et florale (zuẖarafa hanbasīya — zuẖarafa nabatīya) des anciens plafonds.

235 Solives et voliges de plafond étaient élevées jusqu’au niveau de leur emplacement définitif à l’aide de cordes (ḥebel) et de poulies (bakara).

236 Les ingrédients suivants étaient mélangés dans de l’eau bouillante : pelures d’oignon (qešr bāsal), carcadée (karkadi), suie de fumée de bois résineux (ḥebāb doẖẖān al-’azīzī).

237 On choisissait de préférence le palmier non dattier (dūm).

238 Demi-tronc de palmier (falq). Durcissement à l’air des fibres intérieures du palmier (šarrayin al-naẖla).

239 De coupe triangulaire, les muqarnaṣ étaient taillés, montés et assemblés en différentes figures (à un ou plusieurs niveaux) par le muqarnaṣātī.

240 Les principaux renseignements recueillis à ce sujet nous ont été fournis par al-Ḥāğğ Aḥmad Yūsef ; en raison de l’intérêt qu’il porta longtemps à l’étude des anciens métiers traditionnels du Caire qui étaient encore pratiqués dans sa jeunesse, celui-ci s’attacha à réunir, alors qu’il en était encore temps, une documentation très précieuse. A cet effet il interrogea longuement les vieux « mua‘llim », et s’initia personnellement à leur différentes spécialités. La riche documentation ainsi réunie mériterait certainement d’être mieux connue. Nous exprimons à son auteur notre admiration pour l’œuvre magistrale qu’il a réalisée, ainsi que notre gratitude pour l’aide qu’il a bien voulu nous apporter.

241 Cette sobre harmonie de couleurs devait répondre à celle des tapis étendus sur le sol des īwān, à l’intérieur des qā’a et des chambres. Il en était de même dans les riches appartements citadins de la Syrie et du Maghreb.

242 On obtenait l’oxyde de cuivre (aksīd al-nḥas) avec l’utilisation des retombées de cuivre fournies par les chaudronniers (naḥḥasīn). Emploi de l’oxyde de cuivre tantôt seul, tantôt mélangé au quartz et au natrem (natron). (Bleu - azrağ ; vert - aẖḍar).

243 Pierre ocreuse : ohra (jaune-aṣfar).

244 Charbon de bois : faḥam nabātī (noir-aswad) - bois de vigne... etc.

245 Suie (ḥabāb) provenant des parois des fours à pain (afrān beta’ al-’aš), ainsi que des dessous de marmites et plats en terre.

246 Oxyde de fer : moġra (rouge-aḥmar).

247 Manganèse : manġanīs (brun rouge foncé). La poudre de manganèse était utilisée mélangée à l’huile ou à l’alcool (autrefois alcool de canne à sucre, seberto min al- qaṣab).

248 Huile de lin bouillie : zit kittān maġlī, étendue à l’ensemble du plafond, — même les parties réservées éventuellement à la dorure, et qui étaient teintes tout d’abord en jaune —

249 Le meilleur vernis (warnīš) était tiré autrefois d’un ingrédient connu sous le nom de samġa, gomme provenant de l’acacia (sant) du Soudan ou d’Égypte — employé également dans l’alimentation, notamment dans la šorba.

250 Il convient d’observer que les divers éléments utilisés dans la peinture des plafonds, à l’époque ottomane, ne semble pas avoir différé de ceux qui étaient employés à l’époque mamelouke, voire aux périodes antérieures. On en reconnaîtra d’ailleurs la survivance même en des temps plus anciens, comme l’indique notamment l’ouvrage de A. Lucas : Ancient Egyptian materials and industries, Londres, 1926/1948.
Voir notamment, p. 391 et ss, les pigments de couleur, éléments adhésifs et vernis de même nature et même origine locale en usage en Égypte depuis plus de 3 000 ans.

251 Entre la décoration inhérente à l’architecture domestique et à l’architecture religieuse, on rencontre, nous l’avons vu, de nombreuses similitudes. Cette ressemblance ornementale apparait jusque dans les plafonds des sabīl-kuttāb qui présentent souvent un aspect luxueux inattendu.

252 On sait, en effet, que le prestige de l’architecture et de la décoration mameloukes ne cessera pas de s’imposer dans les riches constructions nouvelles du Caire aux xvie et xviie siècles.

253 Produit réalisé dans l’eau bouillante avec des os frais de petits animaux tels que le lièvre (ġera ‘adam arnab), voire avec des arêtes de poisson (šūk samāk).

254 Poudre blanche d’oxyde de zinc (sebedāğ).

255 Ponçage au grès (ḥağar romlī).

256 Gélatine diluée dans l’eau.

257 Plane ou couteau (sekkīna) fixée au dos de la planchette (miẖadda) par une lanière de cuir, une seconde lanière servant à tenir en main la planchette. Celle-ci est bordée, sur trois côtés, d’une feuille de parchemin afin de protéger les feullies d’or (waraq al-zahab) déposées sur la miẖadda al-zahab (dimensions : 0,14 × 0,23).

258 Pinceau : forša. Répartition méthodique du travail, feuille par feuille.

259 Brunissoir pourvu d’une petite corne — au bout d’un léger manche.

260 ḥaṣa ğoz.

261 Écorce extérieure de noix : qešr (ẖarğa) al-’aīn al-ğamal.
Importation d’Orient, notamment de Syrie, de ces ingrédients préparés à l’avance.

262 Faire griller : ḥammaṣ.

263 Réduire en poudre : ğreš.

264 Colle (en plaques) : ġera. Le mélange brou de noix-colle est chauffé jusqu’à ébullition.

265 Éponge : safenğa.

266 Cire d’abeille : šama‘ naḥl.

267 Résine : qaiafonīya — voir terme grec (identique) et terme turc (qalafun).Cf. G.S. Colin, Notes de dialectique arabe, Le Caire, 1921, p. 54.
Le mélange et la fusion des deux ingrédients sont effectués dans une sorte de « bain-marie » (ḥammām māya) — dans les proportions 1/5 (résine) et 4/5 (cire). Usage également de l’essence de térébenthine.

268 Fauteuil du Cheikh (de mosquée) : kursī al-Šayẖ.

269 Porte-coran : kursī maṣhaf ; support de candélabre : kursī šamadān.

270 Cette habileté se manifeste jusqu’à ce jour dans l’exécution d’objets ornés de fines incrustations vendus notamment au H̲ān al-Ḫālīlī (coffrets, jeux de tric-trac, etc).

271 M.P.S. Girard, Description de l’Égypte, T. XVII, Paris, 1824, p. 293. Importation par caravanes de Darfour et de Sennâr : esclaves, gomme arabique, plumes d’autruche, dents d’éléphant, poudre d’or...
p. 410 « A quelque antiquité que l’on remonte [en Égypte], on voit les Éthiopiens lui fournir de l’or, du bois d’ébène, de l’ivoire... ».

272 Tous ces instruments, de taille variable, étaient en bois. On disposait aussi de plusieurs équerres (zawiya) et compas (barğal), l’un de ceux-ci étant fait simplement d’une ficelle munie d’un clou à un bout et d’un qalam à l’autre (ẖiṭ ẖašab).
Pour effectuer dessin et découpage, l’artisan demeurait assis, bien qu’il disposât, pour le montage des incrustations sur bois, d’une sorte d’établi sommaire — planches sur tréteaux (bank) — complété par une autre planche solidement fixée avec rebord de butée (homār bank). Cf. M.P.S. Girard, op. cit., p. 254 : « Les charpentiers, les menuisiers, les serruriers travaillent assis dans leurs ateliers ; ils ne se tiennent debout que pour la mise en place des ouvrages qu’ils ont fabriqués. La planche XVIII (E.M., vol. Il) fait voir ces ouvriers en activité ».

273 Rubans de nacre (šarīt, šarāyet) préparés dans une calibreuse en bois (maẖnaqa). Longs de 10 à 15 cm ; épais de 2 à 5 mm.

274 L’ivoire présente, en effet, de fines stries (ša‘īrāt), contrairement aux os (‘azam).

275 Cette dernière opération était précédée de l’application d’une pâte (ma’ğun), faite d’un mélange de sciure de bois et de colle, destinée à remplir les moindres interstices de la pièce décorée.
Nous remercions al-Ḥāğğ Aḥmad Yūsef pour les renseignements rapportés ici au sujet des anciens procédés utilisés au Caire pour l’incrustation du bois.

276 Jomard, La Description, p. 418.

277 A. Raymond, op. cit., I, pp. 73 et ss.

278 Id. p. 74. « Dans l’ensemble le prix de ces matières premières baissa de la fin du xviie à la fin du xviiie siècle.

279 Id., p. 208.

280 Id., p. 214.

281 Id., p. 220. « On croit sans peine Coutelle lorsqu’il assure que « le chaudronnier, le ferronnier, l’orfèvre, le tourneur et presque tous les ouvriers en Égypte, transportent leur atelier et le construisent dans la cour de celui qui veut les employer devant lui. La charge d’un chameau ou d’un âne suffit au transport des outils et de tout ce qui est nécessaire à leur établissement et à leur travail ». (Description de l’Égypte : explication de la planche XXI).

282 Id. p. 360. 1 ; p. 235 « Cette médiocrité explique pourquoi vers la fin du xviiie siècle l’Égypte devait importer d’Europe des quantités importantes d’objets fabriqués en métal : armes, « quincailleries », aiguilles, clous, limes, couteaux, fil de fer ; elle explique également le désir manifesté par plusieurs beys dirigeants de faire venir d’Europe des « ouvriers en fer » pour fondre les canons que les artisans locaux n’étaient apparemment pas jugés capables de fabriquer ».

283 Id., p. 360-1, «...avant même l’époque de Maqrizi qui signale que le marché des forgerons et des tailleurs de pierre (sūq al-Ḥaddādīn wa al-Ḥağğarīn), situé au nord-ouest de la mosquée al-Mu‘ayyad connu de son temps sous le nom de marché des fabricants de tapis de selles (sūq al-Anmatiyyīn). Cependant le même auteur indique que le souq des marchands d’aiguilles (Sūq al-Abbārīn) se trouvait un peu au nord d’al-Azhar (I K5) et il place des fabricants de couteaux dans le Sūq al-H̲arrātīn (K 5/6), donc dans le centre de Qahira ».

284 Id. (355 M 8).

285 Ibid. (390 M 8).

286 Ibid. (27 M 9).

287 Ibid. (175 Ν 8). « Leur faisaient suite les étameurs en fer blanc (samkarī) dont les ateliers jouxtaient Bāb al-H̲arq (22 M 9) »

288 Ibid. (95 E/F 6).

289 Ibid. (G 6).

290 Ibid. (corporation n° 13).

291 Id. p. 365.
A la même époque Tunis possédait également son souq al-Ḥaddādīn à la périphérie de la médina. Cf. J. Revault, L’Habitation tunisoise, p. 287 et ss.

292 Id. p. 393.

293 Ibid. « Beaucoup de forgerons sont réunis dans le quartier dit el-Nahāsyn ou des chaudronniers : on y fait des clous avec assez d’adresse ».
M. Clerget, op. cit., p. 276. « Les taillandiers fabriquaient des faucilles, rasoirs, ciseaux, haches, outils de jardin, herminettes... ».

294 Visite en avril 1978.

295 Appelé aussi warša.

296 Ahmed Yūsef Muṣṭafa, forgeron de père en fils, a bien voulu répondre à nos questions sur le fonctionnement de son atelier. Nous lui en exprimons ici nos remerciements.

297 Ḥaddād nār.

298 Pinces, laqṭ ; marteau, maṭraqa ; masse, marzabba ; marteau tranchant, moqṭa’ ; étau, monğala ; lime, mabrad ; pointerolle, sonbok ; tisonnier, mibaẖaš ; compas, barğal.

299 Grand soufflet en cuir et en bois (kūr ğeld mağar ḥaddādī) dont l’usage aurait été importé d’Europe.

300 M. Clerget, op. cit., p. 276. L’emploi de ce soufflet primitif semble avoir été connu également dans toute l’Afrique du Nord. Cf. A. Delpy, Note sur la ferronnerie marocaine, in 6° Cahiers des Arts et Techniques d’Afrique du Nord, 1960-61, p. 24.
M.P.S. Girard, Description de l’Égypte, T. XVII, Paris, 1824, p. 255 : « Le forgeron fabrique la plupart des outils dont les autres ouvriers font usage.
Les soufflets de forge et de fourneaux ont été décrits par M. Coutelle, et sont représentés sur la planche XXI (E.M., vol. II), leur forme est probablement très ancienne... des soufflets de la même forme sont employés par des peuples de l’Afrique. Ce que nous venons de dire du forgeron, s’applique sans restriction au taillandier, qui fabrique les instruments d’agriculture et de jardinage, ceux du maçon, du charpentier, du menuisier. etc. ».

Table des illustrations

Titre PLANCHE LXXXV
Légende Consoles et angle mural en pierre sculptée (d’après J. Bourgoin).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3311/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 913k
Titre PLANCHE LXXXVI
Légende Porte à linteau droit sous arc de décharge et imposte entourée de sculptures géométriques dans un encadrement général de moulures à boucles (Manzil Ḥarāwī).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3311/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 355k
Titre PLANCHE LXXXVII
Légende Porte à arc persan rehaussée d’une moulure en chaîne hexagonale à boucles (Manzil Ḥarāwī).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3311/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 269k
Titre PLANCHE LXXXVIII
Légende Détail de mosaïques en marbre de couleurs ornant une fasqiya, au milieu de la durqā‛a d’une qā‛a (Manzil Ḥarāwī).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3311/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Titre PLANCHE S
Légende Scieurs de long, charpentiers et menuisiers (d’après la Description).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3311/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre PLANCHE LXXXIX
Légende Panneaux de bois assemblé à double hexagone concentrique (Manzil al-Sādāt).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3311/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 674k
Titre PLANCHE XC
Légende Grilles en bois plat de type « manğūr » (d’après J. Bourgoin) : en haut, grille à réseau étoilé ; en bas, grille compartimentée (carrés et rectangles).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3311/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Manzil Suhaymī : mašrabiyya surmontée de vitraux (chambre annexée au maq’ad).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3311/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 575k
Titre PLANCHE Τ
Légende Salon de coiffure (d’après P. Coste). Le luxe de la pièce ressort surtout du large emploi de boiseries sculptées, tournées et peintes — sièges avec accoudoirs, grande baie ouverte sur le Nil, plafond à caissons.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3311/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre PLANCHE XCI
Légende Grille de moucharabieh en bois tourné (ensemble et détail de placard dans la Qā’a supérieure du Manzil al-Sādāt).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3311/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre PLANCHE U
Légende Atelier de forgeron, porteurs d’eau et ânier (d’après la Description). Emploi de l’enclume et entretien du feu de forge à l’aide d’un soufflet formé de deux outres actionnées à la main.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3311/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter