Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Palais et maisons du Caire. Tome II

 | 
Bernard Maury
, 
André Raymond
, 
Jacques Revault
, 
et al.

3e partie. Construction et décor

Techniques de construction

Texte intégral

LES TECHNIQUES

  • 1 Ce chapitre est extrait de la thèse de IIIe cycle de B. Maury, soutenue en 1980 à l’Université d’A (...)

1Nous pouvons nous demander quelles techniques étaient employées pour la construction des maisons du Caire1 en examinant leurs façades, tant nous sommes frappés par une multitude de détails qui choquent notre conception héritée de la Grèce et de Rome de n’accepter que les principes de symétrie et d’orthogonalité dans les constructions de grande taille. Rares sont ici les murs rectilignes ou les encorbellements verticaux ; les formes et volumes eux-mêmes n’obéissent pas aux règles élémentaires de l’orthogonalité. Certes, ce sont sans doute toutes ces irrégularités et manque de rigueur dans la construction qui lui ôtent cette monotonie, voir même cette sécheresse qui caractérisent certaines constructions européennes contemporaines, et qui font tout le charme et l’attrait de cette architecture orientale ; mais elles le font parfois au détriment de la stabilité et donc de la longévité du bâtiment.

  • 2 Granger, Voyage en Égypte en 1730, Paris, 1745, p. 142.
  • 3 J. Palerne, Le voyage en Égypte, IFAO, Le Caire, 1971, p. 42.
  • 4 J. Coppin, Voyages en Égypte 1638-1646, IFAO, Le Caire, 1971, p. 58.

2Cette imperfection dans la construction est loin d’être récente, et l’impression générale qu’elle a produite sur les voyageurs occidentaux, au cours des siècles, est unanime et confirme nos observations actuelles : Granger, au xviiie siècle, prétendait que « l’extérieur des maisons n’a rien de beau »2 ; ceci n’était pas nouveau, car dès 1581, J. Palerne mentionnait qu’au Caire « les maisons y sont bâties comme en Alexandrie.... assez mal fabriquées et laides par dehors »3 ; et J. Coppin, un peu plus tard, de confirmer que les maisons étaient sans symétrie4.

3Diverses raisons peuvent expliquer l’aspect physique de ces constructions, les principales semblant être le manque de méthode et de plan, l’emploi de techniques archaïques dans la mise en œuvre des matériaux ainsi que l’utilisation souvent irrationnelle de ceux-ci.

  • 5 Relation de l’Égypte par Abd al-Latif, trad. S. de Sacy, Paris, 1810, p. 295 et ss.

4Sur les méthodes employées par les constructeurs, peu de renseignements concrets nous sont parvenus, les voyageurs se bornant à décrire la médiocrité de la construction sans pour autant en donner la cause. Le seul document précis, qui nous soit connu, remonte au tout début du xiiie siècle, et est mentionné par ‘Abd al-Laṭīf : « on remarque dans les bâtiments des Égyptiens un art merveilleux et une disposition très sage de toutes les parties : il est bien rare qu’ils y laissent quelque place inutile et qui n’ait sa destination... Quant on veut construire un hôtel, un palais pour un prince, ou une halle, on fait venir un ingénieur, et on lui confie l’exécution. Il se rend alors sur les lieux, qui est un terrain un peu élevé, ou un emplacement quelconque, le divise dans son esprit, et dispose toutes les parties du plan suivant la nature du bâtiment qu’on lui demande : après quoi il entreprend successivement les diverses parties l’une après l’autre, et les termine entièrement ; en sorte qu’on peut faire usage de chaque partie et l’habiter, à mesure qu’elle est finie, sans attendre que le tout soit exécuté. Une partie terminée, il en entreprend une autre, et ainsi de suite jusqu’à ce que le plan se trouve rempli en entier par la réunion de toutes les parties »5.

5Généraliser à propos de ces méthodes, et en conclure à une stricte application de ces principes, quatre ou cinq siècles après, serait peut-être excessif. Cependant, dans une Égypte réputée pour la persistance de ses traditions millénaires, il suffit d’observer actuellement le processus de déroulement de la construction d’un petit immeuble de deux ou trois étages dans les mêmes quartiers populaires, comme nous avons pu le faire de nombreuses fois, et plus spécialement près de la maison al-Razzāz, pour s’apercevoir que les pratiques anciennes fondamentales sont toujours vivaces.

6Si le béton a remplacé la pierre et la brique, il n’en a pas pour autant écarté les principes de construction d’autrefois : préparation du terrain et creusement des fondations se font encore à main d’homme, avec évacuation des terres par porteurs de couffins. Ces mêmes hommes, le moment venu, porteront le ciment — toujours malaxé manuellement — dans les divers points du chantier, gravissant les échafaudages à l’aide de longs plans inclinés : ainsi pallie-t-on l’absence d’engins élévateurs...

  • 6 Il arrive également fréquemment que les étages supérieurs du bâtiment restent inachevés durant de (...)

7Une fois la structure du bâtiment sortie de terre, le même empressement pour aménager les niveaux inférieurs se fait sentir, afin d’en tirer rapidement profit. Il est courant de voir des boutiques déjà installées au rez-de-chaussée, alors que le premier étage est encore en cours de construction6.

8Une telle précipitation dans la construction peut amener de fâcheuses conséquences, contrairement à ce que pense ‘Abd al-Laṭīf : on s’aperçoit après coup du manque de développement pour placer un escalier, ou de l’impossibilité d’éclairer ou d’accéder à certaines parties de la demeure. Le constructeur doit remédier a posteriori à ces désagréments par des solutions architecturales peu rationnelles : escalier extérieur, passage en encorbellement, etc.

9Ces pratiques encore en vigueur au xxe siècle nous permettent de penser que les méthodes de construction depuis les temps anciens ont répondu à une certaine permanence dans les traditions, et que les techniques utilisées au xviie siècle pour la construction restaient proches de celles employées au xiiie siècle.

10Ces renseignements, concernant les méthodes de construction fournis par ‘Abd al-Laṭīf peuvent apporter une réponse aux observations faites sur les façades intérieures ou extérieures d’une maison : nous sommes frappés par l’irrégularité des volumes et la non concordance des niveaux d’une aile de bâtiment à l’autre. Intérieurement celà se traduit par des communications tortueuses, des escaliers nombreux se dirigeant dans tous les sens et donnant lieu parfois à des prouesses architecturales.

11En prenant la maison Šabšīrī comme exemple, on peut admettre qu’elle a été construite par ailes séparées qui furent ensuite reliées les unes aux autres en fin de construction. Cela expliquerait l’existence, dès le premier étage, pour passer de l’aile Nord à l’aile Est, d’un escalier en encorbellement sur cour (Pl. XVII/14 vers 29). De même entre les ailes Nord et Ouest un passage pris dans l’épaisseur du mur assure la communication (Pl. XVII/17 vers 19). Au deuxième étage, l’accès à la qā‛a a nécessité un passage en encorbellement (Pl. XVIII/34). Enfin, l’escalier reliant les deuxième et troisième étages, à la jonction des ailes Sud et Ouest, se contorsionne dans une étroite cage pour desservir tous les niveaux (Pl. XVIII/40).

  • 7 L. Hautecœur, G. Wiet, Les mosquées du Caire, Paris, 1932, p. 131.
  • 8 Ibid., p. 132.

12Ce manque de méthode peut avoir comme cause immédiate le manque de plan dessiné. Après les observations que nous avons faites, nous sommes contraints de nous ranger à l’avis de G. Wiet qui pense que « contrairement à ce que nous supposions, d’une façon générale, nous sommes obligés de conclure que l’architecte, tel que nous le concevons aujourd’hui, n’a pas existé dans l’Égypte musulmane »7. Il précise même « qu’en outre, le constructeur dans l’Égypte du moyen âge n’a jamais ou presque jamais fourni un plan à un client8. Il semblerait donc qu’un propriétaire voulant faire bâtir une demeure, n’ait jamais eu affaire à un spécialiste ayant fait des études scientifiques de construction, mais qu’il se soit directement adressé à un maître d’œuvre que ses travaux antérieurs ont fait connaître ».

13Ceci nous éclaire davantage sur la physionomie du plan d’une demeure d’époque ottomane, où les pièces entourant immédiatement la cour présentent une certaine ordonnance, ordonnance qui disparaît avec les pièces périphériques qui peuvent prendre des formes parfois très fantaisistes ; rares sont donc les maisons dont le plan affecte dans l’ensemble, une certaine régularité.

14La forme très souvent quelconque de la parcelle de terrain reste déterminante ; la composition architecturale devait se plier à de nombreux impératifs résultant de la situation de la rue, de la mitoyenneté, et tenir compte de l’orientation que devait prendre chaque salle. On conçoit aisément que l’on ait été conduit à procéder par tâtonnements : une fois les éléments principaux du plan — dont la cour — implantés, il fallait aménager l’espace restant, pour obtenir une composition aussi régulière que possible.

  • 9 M. Clerget, Le Caire, Le Caire, 1934, p. 304.

15La troisième cause importante, entraînant la déformation des bâtiments, provient d’une mauvaise mise en œuvre des matériaux. Le mortier, parfois mal dosé, est insuffisamment malaxé. Utilisé en joints trop épais, et trop peu arrosé lors du séchage, il tombe souvent en poussière, dénudant les joints et causant de graves désordres dans les maçonneries de briques9.

  • 10 Les résultats auxquels pourrait conduire une recherche sur ce point resteraient très relatifs, éta (...)
  • 11 La valeur de la coudée a varié dans le cours des temps, et d’un pays à l’autre. D’après E. Lane, l (...)

16Le fil à plomb et l’équerre ne semblent pas, non plus, d’un usage très courant dans l’ensemble des constructions cairotes. De même l’unité de longueur, qui y est utilisée, n’est pas immédiatement apparente10. Mais si l’on admet qu’elle ne mesurait que quelques dizaines de centimètres11, les erreurs cumulées par report successif de l’unité de longueur commises au moment des implantations au sol, ou de la mise en place d’éléments d’architecture, expliquent aussi les irrégularités de ces constructions.

ÉLÉMENTS DE CONSTRUCTION

Les fondations

17Il ne nous est malheureusement pas permis de connaître avec certitude les techniques employées dans les fondations des demeures aux xviie et xviiie siècles, aucune fouille n’ayant pu être entreprise dans ce domaine. Néanmoins, à l’occasion de la récente démolition d’une ancienne maison mitoyenne et contemporaine de celles de Sitt Wasila et Ḥarāwī, au moment où les terrassiers creusaient les puits de fondation de la nouvelle bâtisse, il nous a été possible de voir les fondations, en coupe, de l’ancienne demeure : elles apparaissent suivant une rigole dont la largeur à cet endroit fait environ 50 cm et dont la profondeur varie entre 80 cm et 1 m ; elles sont remplies de moellons de calcaire blanc que lie un mortier vraisemblablement à base de chaux. Nous avons pu remarquer, à un endroit, l’existence d’un puits de fondation descendant plus profondément, et également bourré de moellons ; malheureusement la construction qui s’élevait au-dessus étant démolie, on ne peut savoir à quoi correspondait ce puits : mais il est logique de penser qu’à certains points forts de la bâtisse où il y avait surcharge, un renforcement des fondations était prévu.

Les sols

18Les sols peuvent être de trois sortes dans la maison bourgeoise : ils sont soit en terre battue, soit dallés, soit recouverts de mosaïques de marbre. Dans aucun cas nous n’avons de sols parquetés, le bois, matériau de luxe, étant exclusivement réservé comme nous le verrons plus loin, pour les aménagements intérieurs et les plafonds.

19Le sol de terre battue se rencontre dans les pièces de service ou dans les communs, tous situés au rez-de-chaussée, parfois dans la cour et son couloir d’accès depuis la rue. Il apparaît rarement dans les pièces de l’étage.

  • 12 La meilleure pierre pour le sol provient des carrières de Batn al-Baqara et de Masara. Cf. Clerget (...)

20Le sol dallé est réservé surtout aux lieux de réception (mandara, qā‛a, maq’ad, taẖtabuš,...) ainsi qu’aux dégagements qui y mènent, et d’une façon générale aux pièces situées à partir du premier étage. Le sol est alors recouvert de dalles de calcaire tendre en provenance du Moqattam12.

21L’aspect et la proportion d’une dalle sont fonction du lieu où on la place : aux grandes salles de réception correspondent de grandes dalles longues et soigneusement appareillées ; dans les chambres annexes, les dalles sont de dimensions inférieures ; quant aux autres pièces, on observe un dallage de petites dimensions à joints irréguliers.

  • 13 Dans la maison Šabšīrī, diverses mesures sur des dalles ont été faites, et donnent les résultats s (...)

22Les dimensions des dalles sont très variables, mais restent constantes dans leur épaisseur, et vont de la dalle carrée à la dalle rectangulaire très allongée13 ; seule la largeur des pierres d’une même rangée est respectée, condition impérative pour avoir des joints réguliers et rectilignes. Par contre la largeur d’une rangée à l’autre n’est pas constante. Quant à la longueur des dalles, elle est libre et ne semble obéir à aucune règle. Ceci nous confirme dans l’idée que ces dalles étaient taillées sur le chantier même, et mises en place une à une par l’artisan qui les coupait à la dimension voulue. Cette irrégularité apparente confère au sol un aspect très vivant auquel contribue la disposition des dalles : elles sont la plupart du temps placées en joints alternés dans le sens transversal des pièces (Pl. LXXIX/A), ou plus rarement à bâtons rompus ; il est très rare de trouver d’autres types de pose.

23Les seuils de porte, de 12 cm de hauteur environ, ainsi que le nez de la marche des īwān, où l’usure due au passage est plus importante, sont constitués par une pierre beaucoup plus dure, de couleur ocre clair, vraisemblablement un calcaire provenant des carrières d’Atar al-Nabi, dans la région du Caire.

24La technique de pose des dallages est la même dans toutes les circonstances, excepté s’il s’agit de recouvrir un sol situé au rez-de-chaussée de la maison : dans ce cas, celui-ci est dammé et reçoit très souvent directement les dalles sans mortier de pose. De ce fait, il arrive très fréquemment que ce terrain non stable provoque, par des tassements différentiels, des affaissements partiels.

25Dans les étages, que ce dallage soit posé sur une voûte ou sur plancher, la technique ne varie guère.

  • 14 Ces observations ont été faites sur les terrasses de la maison Šabšīrī, dans un plafond en ruine d (...)

26Sur un plancher (Pl. LXXIX/B) un remblai d’une vingtaine de centimètres est créé à base de pierres plates éclatées provenant de la taille de la pierre du chantier, et calées avec de la terre mélangée de mortier ; la surface supérieure est ensuite nivellée avec un mortier de chaux servant de forme au carrelage lui-même. Lorsque ce plancher est au-dessus d’une salle de réception, une natte finement tressée en fibre de palmier, est posée entre le plancher et le remblai de pierre, empêchant la terre de s’écouler au travers des fentes14.

27Sur une voûte, le remblai est de même nature, en pierre éclatée, et le mortier de chaux égalise la surface supérieure, en servant également de forme au dallage (Pl. LXVIII/C).

28Le troisième type de sol, recouvert de mosaïques de marbre, se trouve exclusivement ornant la durqā‛a. Creusé ou non par une fontaine, il présente un agencement de panneaux réguliers à motifs géométriques ou à entrelacs dont le fond est en marbre blanc avec incrustation en pierre noire et rouge.

PLANCHE LXXIX

PLANCHE LXXIX

Pose du dallage : 1. dalle ; 2. forme ; 3. remblai ; 4. fibres de palmier ; 5. plafond ; 6. voûte.

Les murs

Murs en pierre

  • 15 Dans certains quartiers, près du Ḫalīğ particulièrement, les remontées d’eau dans les murs, provoq (...)

29Pour des raisons techniques15, le mur de parement extérieur au rez-de-chaussée et celui de la cour dans la maison bourgeoise sont en pierre de taille.

  • 16 A l’origine, les palais Yašbak et Alīn Aq étaient entièrement crépis extérieurement, ainsi que les (...)

30On remarque un changement dans les techniques de construction par rapport à celles du xive siècle. Sous les Mamelouks, la pierre était employée en blocs massifs dans l’édification des bâtiments sultaniens et émiriaux, blocs parallélépipédiques superposés suivant les règles classiques de la construction, mais dont la taille grossière, laissant un joint épais, nécessitait un enduit extérieur16. A la puissance de ces murs et à leur épaisseur imposante se substitue au xviie siècle des murs moins épais et de mise en place plus soignée. La pierre qui les compose est découpée suivant des blocs plus petits se présentant sous forme d’une grosse dalle épaisse.

31Seule la face externe de la dalle est taillée, et les côtés, soigneusement mis d’équerre, sont dressés sur une épaisseur de 3 à 5 cm seulement ; le reste est grossièrement éclaté sous forme de chanfrein (Pl. LXXX/B).

  • 17 Le bourrage intérieur entre parements est formé de pierres calcaires provenant des chutes de taill (...)

32Lors de la mise en œuvre, elles sont disposées par lits successifs suivant leur tranche, jouant le double rôle de parement pour l’extérieur, et de banchage pour l’intérieur. Elles sont jointoyées entre elles au mortier de chaux, et l’épaisseur du joint ne dépasse guère 3 à 5 mm ; c’est avant tout le blocage du remplissage intérieur, constitué par un mélange de pierres, terre et mortier, qui assure la rigidité de l’ensemble (Pl. LXXX/C)17.

33La dimension des pierres est très variable, seule la hauteur des lits est respectée et constante. Dans la maison Šabšīrī, elle est de 31 cm (Pl. LXIX/A). Quant à la longueur de chaque élément de pierre elle ne semble pas avoir été normalisée : les pierres étroites varient dans la majorité des cas entre 14 et 16 cm, et les longues font en moyenne 46 cm, mais peuvent aller jusqu’à 51 cm. Cependant nous remarquerons, dans l’examen d’un mur, que souvent sont incluses, dans la construction, des pierres aux cotes intermédiaires.

34Quant à l’épaisseur de la pierre, elle varie de 15 à 18 cm environ.

  • 18 Cet appareil apparaît déjà dès l’époque circassienne, mais son emploi n’est pas encore aussi systé (...)
  • 19 Ces dimensions correspondent à des échantillons mesurés dans les maisons Šabšīrī et al-Sādāt, et s (...)

35On a cru un moment que l’alternance de pierres longues et de pierres étroites18, lors de la construction des murs, correspondait, pour ces dernières, à des pierres placées en boutisse, assurant une meilleure liaison avec le remplissage. En fait, nous avons eu l’occasion de constater maintes fois qu’il s’agissait de pierres ayant la même profondeur que les autres (15 à 18 cm)19, mais de moindre largeur. Elles n’avaient d’autre but, semble-t-il, que de créer une certaine originalité, et de rendre plus vivant l’aspect de ce mur (Pl. LXXX).

36Cette technique de construction, à l’époque ottomane, représente une réelle économie dans l’utilisation de la pierre, par rapport aux époques antérieures. Cependant cette économie se fait parfois au détriment de la stabilité des murs : en effet dans les zones humides, où les remontées d’eau sont très importantes, le blocage entre parements joue le rôle d’une éponge qui peut faire éclater le mur. Ce phénomène remarqué dans les maisons Sinnārī et ‘Alī Katẖudā, et également dans d’autres monuments de même époque, est la cause de la disparition de beaucoup d’entre eux.

PLANCHE LXXX

PLANCHE LXXX

Murs en pierre : A, B, C : exemples tirés de la maison Šabšīrī ; D : exemple tiré de la maison Ḥarāwī.
Rez-de-chaussée : 1. Ancienne entrée (murée) ; 2. Antichambre ; 3. Seconde entrée ; 4. Cour ; 5. Taẖtabuš ; 6. Courette avec escalier ; 7. Cuisine ; 8. Communs ( ?) ; 9. Maẖzan (ou chambre domestique) ; 10. Latrines.
Étage : 4. Cour ; 6. Escalier ; 11. Maq’ad ; 12. Chambrette annexe ; 13. Chambre (hôtes) ou terrasse ? ; 14. Antichambre ; 15. Latrines et pièce ; 16. Couloir ; 17. Chambrette ; 18. qā‛a ; 19. Chambre annexe ; 20. Mašrabiyya.

Murs de briques

  • 20 Une analyse en laboratoire serait nécessaire. Cependant l’aspect gris sombre du liant est signific (...)

37Liées entre elles par un mortier de chaux mélangé à de la cendre20, les briques n’offrent pas de surfaces ni de joints très réguliers en raison de leur finition négligée due à leur fabrication manuelle. De plus les dimensions des joints et des briques ne sont pas toujours constants ; dans la maison Šabšīrī nous avons dénombré au moins trois dimensions de briques différentes : dans les maẖzan au rez-de-chaussée, on trouve une brique de 5 × 10 × 21 cm ; dans les communs faisant suite au porche, les dimensions des briques sont de 6 × 12 × 24 cm ; les étages supérieurs semblent être construits avec une brique de 5 × 7 × 15 cm. Dans tout les cas, l’épaisseur du joint varie de 2 à 3 cm. Il est délicat de déterminer les mesures de ces briques, car elles ne sont pas rigoureusement identiques, et sont souvent épaufrées ou éclatées par la cuisson ; une moyenne générale s’impose donc pour en déterminer les dimensions-types.

  • 21 Cette alternance n’est pas systématique, et on trouve parfois des assises de carreaux complètes.

38Le mur de brique se construit toujours par assises successives horizontales, assises de carreaux alternant avec des assises de boutisses (Pl. LXXXI/B et C)21. Lorsque l’épaisseur du mur est supérieure à celle d’une brique, ce qui est généralement le cas pour l’ensemble des murs (au rez-de-chaussée, ils peuvent atteindre aisément 50 à 80 cm d’épaisseur), l’intérieur de celui-ci est également bâti en briques appareillées suivant le même principe et non rempli par bourrage entre parements, comme pour le mur de pierre ; ceci confère au mur une très grande solidité (Pl. LXXXI/A).

  • 22 D’une manière générale, ce chaînage se répète tous les mètres et demi sur l’ensemble de la façade. (...)

39Pour les murs des étages supérieurs dont l’épaisseur est moindre, un chaînage en bois se répète systématiquement et régulièrement le long de la façade22.

Murs mixtes

40On rencontre parfois dans les maisons un mur en construction mixte. Ce type est moins courant que les deux autres. Il est constitué alternativement d’une série d’assises de briques (en général 2 ou 3) et d’une rangée de pierre ; celles-ci ne sont pas calibrées, et se présentent sous la forme de moellons grossièrement taillés (Pl. LXXX/D). D’un aspect irrégulier, le mur n’est pas crépi, et on le trouve toujours dans les pièces servant de dépôt ; un exemple est à noter dans la maison Šabšīrī (maẖzan sous le maq’ad), un second exemple se trouve dans la maison Ḥarāwī, près de l’entrée.

Le couvrement

41On observe, à l’époque ottomane, l’existence de deux grands types de couverture utilisés dans les pièces des maisons : la voûte pour les pièces du rez-de-chaussée, et le plafond à solive pour l’ensemble des étages.

Les voûtes

42Deux raisons expliquent l’usage quasi général de la voûte dans les pièces inférieures, pour l’ensemble des maisons : les problèmes d’humidité évoqués précédemment incitent le constructeur à éviter, tant que faire se peut, l’usage du bois dans les parties trop basses de la maison. D’autre part, ces pièces réparties autour de la cour correspondent à des chambres de service faisant de surcroît fonction de soubassement aux salles nobles des étages. On préférera les couvrir en voûtes, celles-ci admettant des charges bien supérieures à celles admises par un plancher en bois, et cela pour un prix de revient bien inférieur.

PLANCHE LXXXI

PLANCHE LXXXI

Murs et voûtes en briques : A. Construction d’un mur très épais ; Β et C. Mur large de 2 ou 3 briques ; D. Construction de voûtes en briques par arceaux obliques.

43On rencontre en général deux grands types de voûtes : la voûte en pierre, et la voûte en brique. Il existe un troisième type de voûte, plus tardif, uniquement réservé à la couverture des bains — ḥammām —.

  • 23 Le couloir d’accès dans les maisons Ḏahabī, Kirīdliyya, Sitt Wasīla et Suḥaymī, est traité de la m (...)
  • 24 Un exemple similaire est à noter dans la cour de la maison Āmna Bint Sālim, de même sous le maq’ad (...)

44La voûte en pierre, soigneusement appareillée, est employée dans les endroits nobles et visibles de la maison, tels que le couloir d’accès conduisant de l’entrée à la cour23 ou dans l’exécution d’un porche intérieur, par exemple dans la maison Šabšīrī24.

45Que la voûte soit en berceau, en pénétration ou voûte d’arête, elle est montée suivant les mêmes techniques employées pour construire le mur : la pierre, taillée dans ce cas suivant le cintre de la voûte, est posé en lits successifs de 30 cm d’épaisseur environ, lits composés en alternance de pierres longues ou courtes. La clef de voûte est également assurée par une pierre qui peut s’orner d’une forme étoilée à l’intersection des deux voûtes.

46La voûte en brique est la plus répandue ; moins noble que celle de pierre dans son aspect extérieur, elle sera utilisée de préférence comme couverture dans tous les maẖzan, les locaux de service ou les communs. C’est une couverture solide, de mise en œuvre facile, et d’un coût moins élevé qu’un plancher en bois.

  • 25 Cf. maison Ḥarāwī, Pl. XXXII, 5.

47Ces voûtes s’appuient, dans la plupart des cas, sur un mur de même nature, des piles ou des colonnes de remploi. Il arrive également que ce mur soit en construction mixte, voire parfois, mais plus rarement, construit en pierre ; dans ce dernier cas, cela correspond à des chambres d’aspect soigné, réservées, semble-t-il, aux étrangers ou aux hôtes de passage : seule la voûte en brique est crépie, le mur laissant apparaître le bel appareil de pierre25.

48On dénombre deux types de profil de voûtes : voûte en plein cintre, ou voûte en arc brisé. De fait, dans la maison Šabšīrī, la presque totalité des voûtes sont en arc brisé, comme dans la plupart des autres demeures. C’est ce dernier type qui prédomine en raison vraisemblablement de sa plus grande facilité de mise en œuvre.

  • 26 Particulièrement visible dans les pièces basses de la maison Šabšīrī ainsi que dans celles de la m (...)

49La construction de la voûte par tranche indépendante inclinée, technique utilisée dans nos demeures des xviie et xviiie siècles, permet de monter le berceau de la voûte sans cintre en bois ni coffrage. Une fois les deux murs d’appui mis de niveau, on place en partie supérieure un chaînage en bois (ou en pierre)26. Les briques, dans un premier temps, sont disposées horizontalement par lits successifs réguliers en encorbellement les uns par rapport aux autres, suivant la courbe de l’intrados, jusqu’aux reins de la voûte (Pl. LXXXI/C). Ensuite les briques sont placées bout à bout suivant la même courbe, par lits verticaux légèrement inclinés. Cette légère inclinaison des lits verticaux, la dimension réduite d’une brique, et un mortier à grande adhérence sont les trois éléments clefs permettant de construire rapidement et sans matériel ce type de voûte.

  • 27 Reconstruction des nouveaux villages de Kom Ombo en Haute Égypte. Sur la persistance des technique (...)
  • 28 Cf. Fusṭāṭ, p. 97.
  • 29 Cf. Fusṭāṭ, p. 97, note 1.

50Bien connu des Nubiens et encore utilisée de nos jours en Haute Égypte27, la technique de construction de la voûte par tranche indépendante a été utilisée à Fustat28 mais était déjà connue à la période pharaonique pour l’édification des couvertures des magasins entourant les temples. Ce serait en Mésopotamie, d’après A. Gabriel, qu’on trouverait l’origine de ces procédés de mise en œuvre29.

51Un troisième type de couverture — voûte ou coupole — se rencontre uniquement dans les ḥammām ; il peut affecter des formes diverses : berceau simple, berceau en cul-de-four, ou le plus souvent coupole aplatie. Ces diverses couvertures construites également en brique sont percées de trous que ferment des verres de différentes couleurs, laissant filtrer parcimonieusement la lumière. Ceux-ci peuvent être étoilés, cylindriques ou hexagonaux comme le montre le ḥammām de la maison Suḥaymī, lorsque la voûte ne dépasse pas l’épaisseur d’une brique sur chant, soit 5 à 10 cm ; ils sont alvéolaires côniques, de forme carrée ou quadrilobée, comme nous en trouvons des exemples dans le ḥammām du palais Musāfirẖāna, lorsque la voûte présente une épaisseur plus importante.

52Un enduit au plâtre recouvre uniformément l’intérieur des voûtes ou coupoles.

Les plafonds

53Le plafond à solives est la technique de couverture utilisée de préférence pour les pièces des étages, dans la maison ottomane. Malgré la réfection, à plusieurs reprises au cours des siècles, de quelques-uns d’entre eux, ou certaines restaurations trop hâtives qui en ont modifié l’aspect originel, on peut déterminer les grands types de plafonds suivant le lieu dans lequel ils se trouvent : salle noble, pièce secondaire, chambre de service :

  • plafond à solives apparentes et entre-deux à caissons
  • plafond à solives apparentes sans caissons
  • plafond lisse à décoration à baguettes
  • plafond à caisson
  • plafond ordinaire (à solives)
  • 30 Ce type de plafond décore également le vestibule d’entrée de la maison Kirīdliyya.

54Plafond à solives apparentes et entre-deux à caissons. Il s’agit ici du type de plafond le plus élaboré, que l’on rencontre dans les grandes salles nobles de la maison. Nous en trouvons des exemples dans la qā‛a de la maison Šabšīrī, l’īwān Sud de la mandara et la grande salle du rez-de-chaussée de la maison Ḥarāwī, ainsi que dans le grand īwān Est de la mandara de la maison al-Sadāt30. Ce qui retient l’attention dès l’abord, c’est l’aspect structuré et l’équilibre des formes caractérisant ce type de plafond (fig. 126, 127, 128).

55Les solives sont toujours placées transversalement dans la salle, et leur espacement est égal à deux sections de poutre. L’encastrement de la solive dans le mur est caché par un encadrement en forme de solive de rive contournant toute la salle et que prolonge, sur chaque tête de solive, une semelle décorative rapportée, qui peut se retourner également sur le bord de solive (Pl. LXXXII/A).

56La solive peut être à bord arrondi, chanfreiné ou à bord droit, ce dernier type étant réservé, comme nous le verrons, aux plafonds ordinaires.

57Au-dessus des solives sont disposées perpendiculairement des planches jointives qui, au contact des solives, sont pourvues d’un couvre-joint à profil chanfreiné. Les vides entre les couvre-joints sont recompartimentées en espaces carrés ou rectangulaires par des pièces de bois de même dimension que ceux-ci. Ainsi sont délimitées des séries de caissons de faible épaisseur (fig. 178).

  • 31 A. Lézine, Les salles nobles des palais mamelouks, An. Islam., t. X, p. 131 et ss.

58On constate que ce type de plafond à solives, au xviie siècle est directement issu du plafond mamelouk des siècles précédents31. A la solive arrondie du xve siècle, succède la solive à bord arrondi, seulement au xviie siècle, avant que celle-ci ne soit simplement chanfreinée au xviiie siècle. De même le plafond ottoman bien que de dimensions inférieures, présente le même type de construction et de proportion que le plafond mamelouk. Cependant, ce plafond à solives et entre-deux à caissons disparaîtra progressivement au xviie siècle et au début du xviiie, au profit de plafonds à solives apparentes seulement (fig. 180).

PLANCHE LXXXII

PLANCHE LXXXII

Plafonds en charpente (à solives apparentes) : A et B. entre-deux à caissons (plan) ; 1. solive de rive (encadrement) ; 2. semelle ; 3. solive ; 4. couvre-joint ; 5. caisson ; C. plafond sans caisson ; D. double plafond ; E. grand caisson.

59Plafond à solives apparentes sans caisson. Ce type de plafond présente le même aspect que le précédent : solives transversales bordées d’un encadrement, l’ensemble étant recouvert d’un plancher jointif. Seuls les couvre-joints sont absents, laissant l’entre-poutre d’un seul tenant (Pl. LXXXII/C).

60Plus simple dans son aspect, mais de mêmes dimensions que le premier type, ce plafond sans caissons peut aisément côtoyer un plafond à caissons dans une même grande salle ; cet exemple courant est illustré par la mandara de la maison Ḥarāwī dans laquelle le premier type de plafond couvre l’īwān Sud, et le second l’īwān Nord.

  • 32 Un même exemple se remarque dans la grande qā‛a de la maison Suḥaymī.
  • 33 Dans la maison Ḥarāwī, pour une portée à peu près identique, on compte sept solives dans l’īwān Su (...)

61Au xviiie siècle, on remarque, tout en notant la disparition des caissons, un changement dans ce second type de plafond : le soin apporté à l’exécution des divers éléments régressera, et l’arrondi de la solive sera remplacé par un simple chanfrein, comme on l’observe dans la qā‛a de la maison Harāwī32. La solive elle-même perdra de ses proportions, devenant plus petite de section. Pour contrebalancer cette réduction qui affecte la solidité du plancher, le nombre de solives est augmenté33, ôtant ainsi au plancher son aspect autrefois structuré.

62Plafond lisse à décoration à baguette. Dans ce type de plafond, le solivage n’est plus apparent, mais caché par un plancher à planches jointives clouées en sous-face (Pl. LXXXII/D, fig. 179).

  • 34 On remarque un type de plafond semblable dans la qā’a et la mandara du palais Musāfirhāna.

63La décoration est formée par un entrelacs de baguettes dont la section est rectangulaire, trapézoïdale ou demi-ronde, et creusée parfois d’une gorge au milieu. Clouées directement en sous-face du plancher, ces baguettes déterminent des motifs centraux étoilés simples (étoiles à six branches juxtaposées), hexagonaux, ou plus complexes (étoiles à 10 et 12 branches très élaborées), ainsi que divers motifs géométriques à entrelacs intermédiaires. Des frises de type « grec » ou « à fer de lance » découpent ou encadrent l’ensemble du plafond. Ce type de plafond apparaît timidement dans la qā‛a de la maison Harāwī (sous-face de la loge des femmes), ainsi que dans la qā‛a de la maison Šabšīrī, dans la sous-face des linteaux de fenêtre, et surtout dans le grand balcon sur cour rajouté postérieurement. Par contre il décore largement qā‛a et mandara dans la maison al-Sadāt34.

64Une gorge concave, dite de type « égyptien », commune à tous ces plafonds, les ceinture et les souligne en sous-face ; elle se compose de minces lames de bois parallèles clouées sur des supports courbés, que limitent, aux quatre angles, des retombées en stalactites. Une décoration peinte, présentant des inscriptions en cartouche ou des guirlandes florales, s’harmonise avec celle du plafond lui-même. Nous en avons un bel exemple dans l’īwān Sud de la qā‛a de la maison Šabšīrī.

65Mais il arrive aussi fréquemment que cette corniche soit plate, présentant l’aspect d’un bandeau. C’est l’exemple que nous rencontrons dans la mandara de la maison Harāwī.

  • 35 Exemple identique dans le plafond extrême Ouest de la mandara de la maison al-Sādāt.

66Exceptionnellement au xviie siècle et plus fréquemment au xviiie siècle, cette corniche peut prendre des formes plus complexes ; ainsi dans l’īwān Nord de la maison Šabšīrī, elle est constituée par une succession complète, sur les trois côtés, de stalactites — muqarnaṣ35.

67Plafond à caisson Ce troisième type de plafond rencontré dans les salles nobles ou plus souvent dans des salles de réunion, n’apparaît que tardivement au xviiie siècle.

  • 36 Cf. Palais du Caire, t. III, Pl. XC et XCIX.

68Il s’agit d’un plafond à solives non apparentes que percent suivant le cas un ou plusieurs grands caissons. Ceux-ci peuvent avoir des dimensions importantes, occupant tout ou partie du centre d’un plafond, ou du moins tout un côté de l’encadrement (Pl. LXXXII/E). Au centre d’un plafond, ils sont généralement de plan carré, parfois carré polylobé, ou sur les côtés, de plan rectangulaire allongé. En forme pyramidale, ces caissons s’enrichissent presque toujours, intérieurement et sur les plafonds qui les entoure, d’une décoration rajoutée en baguettes clouées présentant une profusion de motifs étoilés ou géométriques entrelacés. Le plafond de la petite qā‛a du premier étage, datée de 1168 H/1755 dans la maison al-Sadāt, en est un riche exemple. D’autres plafonds de ce même type couvrent qā‛a et mandara dans le palais Musāfirẖāna36.

69On remarque que ce type de plafond, contrairement aux autres, est rarement peint, à la rigueur teinté brun, le bois employé conservant de préférence sa teinte naturelle (fig. 95, 130).

70Plafond ordinaire. Ce dernier type de plafond est le plus courant et le plus simple. Dans le meilleur des cas, des solives sont calibrées et disposées à intervalles réguliers avec encadrement succint en solive de rive, ceci pour les chambres annexes des appartements privés. Mais très souvent elles sont irrégulières, voire même à peine équarries, et se trouvent dans les communs et les chambres de service. Un plafond ordinaire les recouvre qu’un simple badigeon à la chaux protège.

Plancher - Terrasse

71Qu’il s’agisse d’établir un sol ou une terrasse au-dessus d’un plafond, la technique employée est toujours la même. Seule l’épaisseur de remblai varie suivant ce que doit supporter le plafond : dallage supérieur ou terrasse. Mais à aucun moment, comme nous l’avons déjà fait remarquer, un simple plancher cloué au-dessus des solives ne sert directement de sol à la pièce supérieure.

  • 37 Un tel exemple de couverture-terrasse bien conservé, est à remarquer sur les toits du palais Emir (...)

72Nous avons déjà vu la technique de construction d’un sol dallé sur un plancher. Dans le cas d’une terrasse, une couche de terre supplémentaire est rapportée, cette couche ayant le double but d’assurer une meilleure isolation thermique, d’une part, et d’offrir une surface régulière et élastique, d’autre part, à l’enduit de mortier qui est posé en dernier ressort pour assurer l’étanchéité de la terrasse37.

73On ne peut vraiment savoir, vu le mauvais état de conservation des étages supérieurs, si les terrasses étaient accessibles et aménagées pour y séjourner, ou s’il s’agissait simplement de toitures-terrasses. Dans la maison Šabšīrī, les terrasses Nord, Sud et Ouest n’étaient pas aménagées ; la question se pose pour la partie Est, au-dessus de la grande qā‛a, où on devait accèder par un escalier aujourd’hui ruiné.

74Seule la maison Kirīdliyya témoigne actuellement de l’aménagement du dernier niveau en jardin d’été avec kiosque et fontaine. Mais sommes-nous certains de son existence dès l’origine ? ou bien s’agit-il d’un aménagement qu’apporta à cette maison Gayer-Anderson lors des travaux de restauration qu’il entreprit il y a un demi-siècle ?

Les portes

75Le compartimentage de la maison arabe en zones très cloisonnées est une de ses principales caractéristiques, et à chaque zone correspond un type de porte bien précis.

76En effet, après avoir franchi le seuil d’une grande maison grâce au portail sur rue, le visiteur pénétrant dans la cour pourra aisément déterminer les différentes répartitions des lieux ainsi que leur fonction, en examinant le type de porte qui les isole. On en dénombre quatre grands types dans la maison bourgeoise :

  1. Porte d’entrée sur rue
  2. Porte d’honneur sur cour (haram, salamlik)
  3. Porte des communs et des chambres de service
  4. Porte intérieure

Porte d’entrée sur rue

77La porte d’accès dans une demeure a beaucoup varié dans son aspect suivant les siècles et l’importance du bâtiment.

  • 38 Porche des palais Beštak, Yašbak et Alin Aq ; cf. Palais du Caire, t. II ; Pl. I, XXIII, L/A.

78Durant l’époque mamelouke où seule l’architecture palatine nous est connue, la porte d’accès prend des proportions monumentales liées à la noblesse du lieu sur lequel elle ouvre. Elle est souvent précédée d’un porche la mettant en valeur, celui-ci pouvant atteindre de grandes dimensions38.

79Au xviie siècle, il est moins question de palais, mais de riches demeures bourgeoises dans lesquelles la vie se concentre autour de la cour, et où la discrétion, côté rue, devient un principe fondamental. On assiste à l’apparition de portes beaucoup moins importantes, percées au nu de la façade et où seule une riche décoration sculptée à plat dans la pierre indique l’existence d’une grande demeure.

  • 39 Vocabulaire de l’architecture, Paris 1977 ; t. II, § IX, 17.

80C’est par un bel arc brisé surbaissé non outrepassé39, directement issu, semble-t-il, du profil des ouvertures mameloukes, que s’ouvre sur la rue, au xviie siècle, la maison Šabšīrī. De même les demeures qui lui sont contemporaines présentent exactement le même type d’ouverture : porte des maisons Ğamāl al-Dīn al-Ḏahabī et Kirīdliyya ; celles des maisons Sitt Wasīla ou Z. Hatūn, de proportion moindre, offrent également le même aspect (Pl. LXXXIII/A, B).

  • 40 Voir porte de la maison Šabšīrī.

81Les claveaux formant l’arc brisé de l’ouverture, et que souligne toujours une moulure à boucles, peuvent avoir divers aspects : claveaux à crossettes, comme dans l’arc de la porte de la maison Šabšīrī ou celle de Sitt Wasila, ou bien claveaux découpés et assemblés tels qu’en présentent les portes de Ğamāl al-Din al-Ḏahabī ou de Z. H̲atūn. Quant à la moulure à boucles entourant l’arc sur son extrados, elle se retourne toujours orthogonalement autour de la porte, déterminant des écoinçons de part et d’autre, voire parfois des panneaux supérieurs rectangulaires et décoratifs40 (fig. 17, 27, 40, 49).

  • 41 Palais du Caire, t. III, Pl. LXXXV.

82Au xviiie siècle, l’ouverture de la porte évolue, comme le montre celle de la maison Ḥarāwī : elle devient rectangulaire, et se place dans un léger renfoncement à arc segmentaire que décore, tout autour, la traditionnelle moulure à boucles. C’est aussi le cas des maisons Suḥaymī et Muṣṭafā Ğa’far, où l’ornementation sur pierre reste néanmoins précaire, alors que la maison Sinnārī et le palais Musāfirẖāna s’agrémentent de montants et linteaux de pierre particulièrement travaillés41 (Pl. LXXV, fig. 57, 67, 89, 131).

  • 42 Seule la porte de la maison al-Ḏahabī est entièrement cloutée : clous à grosse tête forgée.

83Si l’entourage des portes offre en général une belle ornementation, le portail en bois, lui, contraste par sa sobriété. De toute évidence on a opté pour la sécurité et la solidité en choisissant de larges et épaisses planches jointives montées sur un cadre puissant pour constituer le portail à un seul vantail de l’entrée principale. Seuls signes décoratifs éventuels, deux pentures de fer en haut et en bas renforcent la porte42.

PLANCHE LXXXIII

PLANCHE LXXXIII

Arcs à claveaux. A-B : arc brisé à claveaux recticurvilignes et à crossettes ; C, D, E : moulures en chaîne à boucle arrondie ou hexagonale ; F-G : arc persan ; H : arc surbaissé.

Porte d’honneur sur cour

84Ces portes, au nombre de deux, ferment l’entrée des deux parties essentielles qui constituent toute riche demeure : le salāmlik et le ḥaram.

85Présentant les mêmes proportions d’ouvertures sur la cour, ces deux portes se différencient avant tout par leur décoration. Celle-ci, traitée avec beaucoup de soin dans les deux cas, donne cependant plus d’importance à la porte du salāmlik, conformément aux mœurs et coutumes de l’époque.

86La porte du salāmlik est étroitement liée à l’existence du maq’ad auquel elle donne accès en premier lieu. Dès l’abord, elle prend un aspect majestueux par sa position surélevée par rapport à la cour. Située latéralement au maq’ad, un premier escalier extérieur, longeant la façade, s’élève jusqu’à elle. Passé la porte, un second escalier intérieur conduit directement à l’arrière de la loggia.

  • 43 Les dimensions moyennes d’ouverture des portes sont de 90 cm de large, pour 2,20 m de haut environ

87L’ouverture d’entrée, proprement dite, donnant sur la cour, de dimension courante43, est à linteau droit, monolithe ou à claveaux découpés. Elle est surmontée d’un arc de décharge à claveaux également souvent découpés. L’ensemble se termine par une fenêtre haute, grillagée par une jolie mašrabiyya, servant à éclairer la cage d’escalier auquel elle donne accès.

  • 44 A. Lézine, Trois palais d’époque ottomane, Le Caire 1972 ; Pl. IV/B. Le renfoncement se termine, e (...)
  • 45 Palais du Caire, t. I, Pl. LX.

88Quant à la décoration mettant ces portes en relief, elle est toujours de même type : moulure en chaîne à maille ronde ou hexagonale entourant et reliant entre eux les divers éléments constitutifs : montants, linteaux et imposte (Pl. LXXIII/C, D). Haut de proportions, l’ensemble ainsi formé se situe dans la majorité des cas au nu de la façade. Mais certaines variantes peuvent être apportées par le fondateur en fonction de sa fortune : ainsi dans la maison Ğamāl al-dīn Ḏahabī, la porte du salāmlik se trouve placée dans un renfoncement que termine à son sommet une retombée en muqarnas44. Au xviiie siècle surtout, des décorations supplémentaires au linteau et aux montants, ainsi qu’un encadrement complémentaire par colonnettes et muqarnaṣ à l’imposte, sont remarquées dans certaines demeures, et principalement dans la maison Ḥarāwī et la maison Sinnārī45 (fig. 30, 31, 131, 132).

89Moins en vue dans la cour, la porte du ḥaram se caractérise par une décoration plus simple et discrète. Déjà sa situation ramenée au niveau de la cour lui retire, dès l’abord, l’importance accordée à l’entrée du salāmlik.

90La porte d’entrée, dans la plupart des cas, est à linteau droit monolithe, surmonté d’une petite imposte. La traditionnelle moulure à boucle ronde ou hexagonale est toujours présente, et assure le lien et l’encadrement de tous ces éléments. On notera la grâce particulière avec laquelle a été traitée la porte du ḥaram dans la maison Šabšīrī, ainsi que la décoration étoilée de l’entourage de celle de la maison Ḥarāwī (fig. 32).

91Ces entrées de pierre, harmonieusement travaillées, se complètent, lorsqu’elle existe encore, d’une porte en bois à petits panneaux assemblés, — comme c’est le cas dans la maison Šabšīrī — dont la beauté du travail rivalise avec celle de l’ornementation de pierre qui l’entoure.

Porte des communs et chambres de service

92Ces portes, réparties au rez-de-chaussée sur les quatre côtés de la cour, se caractérisent par leur simplicité, et ont été regroupées suivant deux grands types, en fonction de la forme d’ouverture qu’elles adoptent :

  • porte à arc persan
  • porte à arc segmentaire

93Porte à arc persan : la porte à arc persan est le type d’ouverture rencontré le plus fréquemment dans les cours des demeures du xviie siècle : maison Šabšīrī, al-Ḏahabī, Kirīdliyya... Elles ferment les maẖzan et pièces de service qui se répartissent au rez-de-chaussée tout autour de la cour centrale.

  • 46 Infra. Voir § placards ; ces mêmes motifs, plus élaborés, se retrouvent sur les portes des placard (...)

94Néanmoins ce type de porte n’est pas propre au xviie siècle, et il apparaît largement déjà dans les constructions de Qāyt Bāy : on le remarque fermant les pièces du rez-de-chaussée autour de la cour de la wakāla à Bāb al-Naṣr, ainsi que celles des chambres servant de soubassement aux deux maq’ad (maq’ad du palais, et maq’ad de l’ensemble funéraire)46.

  • 47 Palais du Caire, t. I, Pl. XIV ; t. III, Pl. ΧΙΙI/Α.
  • 48 Cf. portes des maẖzan dans la cour des maisons al-Ḏahabī et Kirīdliyya.

95Cette porte, large d’un mètre environ, se termine à sa partie supérieure par un arc persan dont le sommet est à moins de deux mètres du sol ; les montants sont appareillés suivant les mêmes lits que ceux du mur, et les arcs sont constitués par de simples claveaux, à l’exemple de ceux de la maison Šabšīrī : quatre claveaux de part et d’autre, le neuvième étant la clef de l’arc. Parfois le profil de l’arc persan est mis en valeur par un encadrement complémentaire, constitué de pierres allongées soulignant l’arc et mises en place lors de la construction du mur47. Mais lorsqu’il s’agit d’une pièce d’hôte, comme ce peut-être le cas avec la porte s’ouvrant sous le maq’ad de la maison Kirīdliyya48, ou la chambre immédiatement à l’Ouest après l’entrée dans la cour de la maison Harāwī, l’arc est rehaussé d’une moulure en chaîne à maille bouclée ou hexagonale le cernant (P. LXXXIII).

96Porte à arc segmentaire : la porte à arc segmentaire est le type le plus courant. Présent à toutes les époques, il prédomine surtout au xviiie siècle (Pl. LXXXIII).

97La porte, plus étroite que celle à arc persan (80 cm de large environ), ne comporte aucune décoration. Elle se termine par un linteau en arc de cercle dont le centre est variable suivant le cas. Plus ou moins cintré, l’arc est toujours construit en pierres plates appareillées soulignant les claveaux.

98Sans doute, est-ce la facilité de mise en œuvre qui explique l’emploi généralisé de ce type de porte : la construction de l’arc ne nécessite pas de taille particulière comme le réclame, avec son changement de courbure, la porte à arc persan, ou n’a pas besoin de gros blocs monolithes onéreux comme le demande la porte à linteau droit.

Portes intérieures

99Situées dans les étages, elles n’ont d’autre but que d’isoler les pièces entre elles. Aucune décoration particulière ne met en valeur ces portes, que seul un encadrement en bois ordinaire fixe dans la cloison.

  • 49 Palais du Caire, t. III, fig. 16/16.

100Par contre, la porte en bois elle-même présente une ornementation qui contraste avec la nudité des portes extérieures : elle est compartimentée en trois panneaux de dimensions variables, un grand au centre, deux plus petits en haut et en bas présentant un décor en bois assemblé à motifs divers : svastika, chevrons, croix...49. La maison al-Sadāt n’en possède plus ; mais il en subsiste dans les maisons Harāwī et Šabšīrī, et de nombreux exemples se remarquent dans les maisons Suhaymī et Sinnārī.

Les baies

101En dehors des ouvertures pratiquées dans le plafond pour la ventilation des salles nobles, il faut noter la grande variété des ouvertures existant dans la maison d’époque ottomane.

102Aucune norme ne régit les dimensions de celles-ci, qui vont de la plus petite ouverture — type imposte —, à la plus grande baie s’ouvrant depuis le sol jusqu’au plafond. Quant aux formes et usages, ils offrent aussi un grand éventail de possibilités.

Fenêtres

103Trois fonctions essentielles sont attribuées à la fenêtre : assurer l’aération de la pièce, son éclairage et permettre aux personnes qui s’y trouvent d’avoir une vue sur l’extérieur.

104Si, en Occident, les conditions de climat et de vie permettent à une fenêtre de remplir simultanément ce triple rôle, en Orient le problème se pose différemment et les trois fonctions aération, lumière et vue, doivent être séparées.

105La plus importante des trois, dans la maison orientale est en général la vue, fonction d’ailleurs utilisée dans un seul sens, puisqu’une femme dans une salle peut voir à l’extérieur, mais ne doit pas être vue. Quant aux deux autres fonctions, air et lumière, elles prendront une importance grandissante dans la demeure, à partir du xviie siècle, avec l’adoption d’une architecture domestique moins sévère et plus élégante.

106La fenêtre à chassis vitré ouvrant sur charnière, telle que nous la connaissons en Europe, n’existe pas dans l’architecture du Caire au xviie siècle. Tout au plus apparaîtra-t-elle vers la fin du xviiie siècle, lorsque l’influence d’Istanbul se fera sentir ; mais elle conservera tout de même, dans sa partie inférieure, une grille en lattis coupant la vue, de l’extérieur.

107Au xviie siècle, la fenêtre se résume à une ouverture dans le mur que ferme une grille en bois tourné — mašrabiyya —, à qui il appartiendra de concilier les trois fonctions vue, air et lumière. Cette grille apparaît dans toutes les ouvertures de la maison, à l’exception de rares petites fenêtres barreaudées. Les formes décoratives qui la caractérisent sont fort nombreuses. Nous regrouperons les mašrabiyya selon deux grands types rencontrés au Caire : mašrabiyya en panneaux sur un mur, et mašrabiyya en encorbellement sur une façade.

Mašrabiyya en panneaux

  • 50 Mašrabiyya signifie l’endroit réservé à la boisson, correspondant aux petits balcons à claire-voie (...)

108La mašrabiyya50 en panneaux sur façade est le type le plus généralisé dans la demeure. En imposte ou en baie, carrée ou rectangulaire, haute ou basse, l’ouverture se ferme toujours par une grille en bois tourné se situant, dans tous les cas, au nu extérieur du mur de la façade.

109La grille sera à maille grosse ou petite, suivant sa position dans la pièce : grosse, elle laissera pénétrer air et lumière, et se situera dans la partie supérieure, près des plafonds ; à maille serrée, elle se placera dans les ouvertures basses, protégeant l’intimité du ḥaram, en interdisant tout regard venant de l’extérieur (Pl. XCI).

  • 51 Cette représentation de la lumière dans une niche fait référence à un verset coranique (C. XXIV, 3 (...)
  • 52 Motif courant dans la maison Ṣuhaymī et le palais Musāfirẖāna.

110Simple, si elle est placée dans une pièce secondaire, la grille est en général décorée lorsqu’elle orne une salle de réception ; certains motifs reviennent couramment tels la lampe de mosquée, la niche où brille au centre la lumière51, l’aiguière, et au xviiie siècle, le cyprès52. Parfois de simples losanges, ou carrés concentriques suffisent à enjoliver le panneau. Leur disposition combinée, rappelant les motifs des boiseries intérieures, peut représenter un thème décoratif : l’ensemble des grandes ouvertures de la maison Šabšīrī s’orne d’une composition en svastika où chaque panneau présente de surcroît une mašrabiyya différente.

111Dans les grandes salles comme la qā‛a, une belle inscription d’inspiration religieuse se détachant en contre-jour dans le ciel, vient très souvent agrémenter la grande composition d’une mašrabiyya. Dans ce dernier cas, celle-ci peut atteindre des dimensions imposantes et joindre le sol au plafond. De tels exemples significatifs sont remarquables dans les qā‛a des maisons Ḥarāwī et Šabšīrī, où les baies, vu leur hauteur, ont dû être recoupées en leur milieu par un chaînage horizontal ; celui-ci a pour but de renforcer les grandes ouvertures, et présente aussi la possibilité de les diversifier : la mašrabiyya de l’ouverture haute reste au nu de la façade, permettant à l’ouverture basse de s’avancer à l’extérieur par un balcon à mašrabiyya en encorbellement.

Mašrabiyya en encorbellement

112L’emploi de ces avancées ajourées sur rue, qui apparaissent timidement au xviie siècle, se généralise au xviiie siècle.

  • 53 Cf. grand balcon de la qā‛a du palais de Riḍāwn Bay.

113L’encorbellement se compose d’une structure en bois que garnit, sur son pourtour, un ensemble de panneaux en mašrabiyya. Les dimensions de cet encorbellement n’obéissent à aucun critère, et varient du simple support à gargoulette à pan coupé octogonal, au très grand balcon pouvant contenir plusieurs personnes53. Mais la mašrabiyya de dimension moyenne doit permettre à deux ou trois personnes d’y séjourner ou de s’y étendre selon le moment de la journée. Ainsi ces avancées surplombant la rue, permettaient-elles une vision totale sur l’extérieur, de petits châssis basculants, ménagés sur le devant ou sur les côtés, étant prévus à cet effet.

114Au xviiie siècle, ces ouvertures basculantes feront place à des châssis à guillotine, comme nous en avons de nombreux exemples dans la qā‛a d’al-Sādāt et dans celle d’al-Suhaymī. De même, si les balcons dans leurs motifs décoratifs reprennent les thèmes du xviie siècle (lampe, niche, inscription...) ils s’agrémentent au xviiie siècle de vitraux en stuc — qamariyya — aux couleurs vives et placés en partie haute des balcons, au niveau des plafonds (fig. 173).

Placards - Niches

  • 54 Voir supra.

115Il n’est pas de salles, dans la maison cairote, qui ne comportent de niches ou de renfoncements aménagés au moment de la construction54.

116La dimension de certains renfoncements dans les salles y a permis l’aménagement de placards dans la partie inférieure. Une menuiserie, avec portes, ferme ainsi ces placards. Leurs dimensions et leur utilisation n’ont guère varié d’une époque à l’autre, leur façade en bois ouvragé présentant souvent la même composition à simples ou doubles portes entourées de niches ; tout ceci est, pour l’artisan menuisier, le prétexte à un travail minutieux et esthétique.

117Les thèmes décoratifs des portes sont variés : ils sont réalisés par l’assemblage de baguettes de bois moulurés créant un réseau géométrique simple : motifs en chevrons, en croix, en svastika (fig. 177) comme nous en avons rencontré dans les maisons Harāwī et Šabšīrī. Souvent la figure géométrique de base est un hexagone dont la juxtaposition donne, avec les axes obliques de construction, une grande variété de motifs. L’examen d’une telle porte fait ressortir en premier lieu l’hexagone (Pl. LXXXIV) ; mais les axes directeurs (en pointillés) font également apparaître une suite de triangles équilatéraux en quinconce : deux triangles communs par la base donnent un losange, et deux triangles communs par un côté forment un parallélogramme ; de même, six triangles communs par le sommet constituent un hexagone concentrique au premier mais décalé de 1/12e de tour, etc. On peut également déterminer de multiples symétries par rapport à un point ou à un axe... (Pl. LXXXIX).

PLANCHE LXXXIV

PLANCHE LXXXIV

Porte à panneaux de bois assemblés en réseau hexagonal.

118Ces portes de placard s’encadrent, sur trois côtés, d’une rangée de niches qui s’ouvrent dans un arc en bois découpé reposant sur deux petites colonnettes tournées. Malgré la patine déposée par les siècles, on peut deviner que ces boiseries étaient rehaussées de rouge, et, notamment, les cannelures soulignant le dessin géométrique. Au xviiie siècle, ces placards s’agrémenteront, à l’exemple des plafonds, d’une décoration beaucoup plus florale, où de petits bouquets et semis de fleurs se répartiront dans les panneaux vides et orneront l’arc de ces niches ; des guirlandes, entrecoupées de cartouches épigraphiques, seront reprises sur la sous-face de la corniche surmontant l’ensemble de ces boiseries.

119Les niches apparaissent principalement dans les salles, surtout dans la dūrqā’a, au-dessus des portes, prolongeant le défoncement de celles-ci jusqu’au plafond. Toujours à fond plat, elles se terminent différemment dans leur partie supérieure : soit par un linteau ordinaire pour les pièces secondaires, mais plus souvent par un sommet en pointe, droit ou festonné, ces deux types apparaissant dans la dūrqā’a des maisons Šabšīrī et Ḥarāwī ; plus rarement, la niche se termine par une coquille inversée, comme nous en voyons des exemples dans la maison al-Suhaymī. Mais la niche aménagée dans l’épaisseur d’un mur existe rarement.

Escalier

120L’unique escalier visible de la cour est celui qui conduit au maq’ad. Longeant la façade extérieure et limité par une rampe en bois, il s’élève jusqu’au palier intermédiaire en une seule volée droite. Les grandes marches monolithes qui le composent, reposent sur un soubassement en pierre qu’allège un évidement inférieur.

  • 55 Les dimensions de la cage carrée n’excèdent pas 3 m de côté.

121Le second type d’escalier existant dans la maison, est l’escalier principal conduisant au ḥaram. C’est véritablement le seul, dans le bâtiment, qui dessert tous les étages, depuis le rez-de-chaussée jusqu’aux terrasses. Évoluant dans une même cage carrée de petite dimension55, il s’élève par de courtes volées droites et trois paliers intermédiaires. Les marches, taillées dans un bloc monolithe, reposent les unes sur les autres suivant le principe de la voûte rampante. Une rampe à barreaux en bois de section rectangulaire, suit l’évidement carré de l’escalier.

122D’autres escaliers se remarquent dans l’ensemble de la maison, mais ne desservent en général que deux niveaux.

Encorbellements - Consoles

123La plupart des vieilles maisons de la ville ancienne comportent encore actuellement un ou plusieurs encorbellements qui font l’agrément des étroites ruelles. Mais cet élément architectural n’est pas particulier au Caire ; les maisons de Rosette, construites au xviiie siècle, en sont également pourvues.

124L’encorbellement en général, semble être une des caractéristiques principales de l’architecture musulmane de tout le bassin méditerranéen.

  • 56 J. Revault, L’habitation tunisoise, Paris 1978, p. 156.

125Utilisé dans la médina de Tunis pour les demeures luxueuses, cet encorbellement, soutenu par des consoles de pierre, s’apparente bien à ceux du Caire dont il semble inspiré56. On le remarque à Damas, où son emploi est largement répandu : il n’y a pas une rue ou impasse qui ne comporte une suite continue de ces décrochements sur la façade. Ceux-ci, construits en poutre de bois débordant du mur et confortés par une seconde poutre en écharpe, semble très nettement provenir de Turquie.

  • 57 G. Goodwin, Ottoman Turkey, ed. Scorpion Pub. Limited, Londres 1977, p. 173 et ss. ; U. Vogt-Gökni (...)

126Quelle que soit la ville, Bursa, Amasya ou Istanbul, l’encorbellement y est présent57. A simple poutre sur béquille oblique pour les constructions simples, il est à console de bois pour toute demeure de classe ; il est dissimulé par un habillage en lattes de bois à courbe et contre-courbe que recouvre parfois un enduit de plâtre.

127Si la majorité des encorbellements, au Caire, reposent sur des consoles en bois faites de poutres mal équarries, signe d’une architecture modeste, les encorbellements des riches demeures sont construits sur des consoles de pierre taillée. Ils correspondent le plus souvent au prolongement d’une pièce que termine un balcon à mašrabiyya. Les plus importants se trouvent normalement au premier étage et vont en s’allégeant au fur et à mesure qu’on s’élève aux étages supérieurs.

128Selon l’emplacement où se trouve l’encorbellement dans la construction, la console qui le supporte sera exécutée en pierre ou en bois ; parfois les deux éléments superposés sont utilisés.

  • 58 Le type de console des maisons al-Ḏahabī et Z. H̲atūn, est exceptionnel. Supportant l’encorbelleme (...)

129Le type de console le plus courant situé au niveau du premier étage, est formé de plusieurs corbeaux : trapue dans son aspect, la console peut être faite d’une pierre, ou de deux superposées, et parfois complétée par une poutre de bois supérieure. Il n’est pas rare de constater que cet ensemble — simple, double ou triple — peut être jumelé, admettant ainsi des charges supérieures58 (Pl. LXXXV).

130Simples ou doubles, les corbeaux en pierre composant la console au xviie siècle sont de même type : profil à tête semi-arrondie, le corbeau inférieur étant en léger retrait par rapport au supérieur. Seules, les pénétrations dans la construction sont égales, correspondant au minimum à l’épaisseur du mur qui les soutient. Par contre, la poutre de bois, située au niveau du plancher intérieur, peut pénétrer plus profondément dans le mur. Au moment de sa mise en place, la console est posée suivant une certaine inclinaison vers le haut, assurant ainsi une meilleure stabilité. Les poutres de bois qui se superposent à l’ensemble décrit, servent également d’intermédiaire pour rétablir l’horizontabilité de l’encorbellement. Elles se terminent souvent de la même manière que les consoles en pierre, en tête semi-arrondie.

131Un second type de console, plus décoré mais plus léger, apparaît surtout dans les étages supérieurs. Avec un ou deux corbeaux, cette console présente une ornementation de motifs rayonnants, à la place de la tête arrondie. Les côtés des corbeaux peuvent également présenter une décoration géométrique complémentaire. Ces consoles ne sont jamais jumelées, et servent à soutenir un grand encorbellement en bois — balcon à mašrabiyya — comme dans la cour du Palais al-Razzāz, ou supportent le dernier étage d’une maison, tel qu’on peut le remarquer dans la façade Sud de la cour de la maison Šabšīrī.

132Toutes les consoles de pierre reposant sur un mur appareillé en présentent la même épaisseur, simplifiant les problèmes de pénétration murale et de taille de la pierre.

133Dans la maison Šabšīrī, où la hauteur des lits de pierre varie entre 30 et 31 cm, la hauteur de deux corbeaux plus un corbeau en bois, équivaut à 90 cm, soit la hauteur de trois lits. La largeur des corbeaux importe peu dans la mise en place des consoles ; ils présentent une dimension commune de 20 cm (ou de 40 cm car ils sont généralement jumelés).

134La saillie du corbeau inférieur par rapport au mur, est souvent égale à sa largeur, soit 40 cm. Celle du corbeau directement supérieur s’augmente de l’arrondi de la tête.

  • 59 La brique, dont le coefficient d’écrasement est faible, est utilisée pour l’édification des murs a (...)
  • 60 Cf. dernier étage (démoli) de la maison Šabšīrī.

135Enfin on trouve aux derniers étages des maisons un type de console en bois lié à l’utilisation de la brique employée pour l’édification des murs59 : ces consoles sont composées d’une ou de deux longues poutres en bois brut prolongeant celle du plancher, et dissimulées sous un habillage également en bois60. Celles-ci ont l’avantage de pénétrer largement dans le bâtiment, afin de mieux répartir les charges.

136Le dernier type de console qui apparaît au début du xixe siècle est directement emprunté aux formes en vigueur à Istanbul : l’encorbellement est supporté par le prolongement des poutres du plancher que conforte une poutre en écharpe, inclinée à 45 degrés ; cet ensemble est ensuite recouvert d’un lattis de bois enduit de plâtre, donnant son aspect définitif à la console. Des exemples de ce type apparaissent dans les dernières transformations de la maison al-Sādāt.

Notes

1 Ce chapitre est extrait de la thèse de IIIe cycle de B. Maury, soutenue en 1980 à l’Université d’Aix-en-Provence. Cette étude s’appuie principalement sur l’examen détaillé des trois maisons Šabšīrī, Ḥarāwī et al-Sadāt. Néanmoins, les autres maisons d’époque ottomane tonnant le thème de recherche sur « Les palais et maisons du Caire » ont également été examinées avant de tirer les conclusions exposées dans ce chapitre.

2 Granger, Voyage en Égypte en 1730, Paris, 1745, p. 142.

3 J. Palerne, Le voyage en Égypte, IFAO, Le Caire, 1971, p. 42.

4 J. Coppin, Voyages en Égypte 1638-1646, IFAO, Le Caire, 1971, p. 58.

5 Relation de l’Égypte par Abd al-Latif, trad. S. de Sacy, Paris, 1810, p. 295 et ss.

6 Il arrive également fréquemment que les étages supérieurs du bâtiment restent inachevés durant de longues années

7 L. Hautecœur, G. Wiet, Les mosquées du Caire, Paris, 1932, p. 131.

8 Ibid., p. 132.

9 M. Clerget, Le Caire, Le Caire, 1934, p. 304.

10 Les résultats auxquels pourrait conduire une recherche sur ce point resteraient très relatifs, étant donné les irrégularités de ces constructions.

11 La valeur de la coudée a varié dans le cours des temps, et d’un pays à l’autre. D’après E. Lane, la coudée égyptienne (servant à mesurer le tissu fabriqué en Égypte) serait de 22 inch 2/3, l’inch (le pouce) valant 2,54 cm., soit pour la coudée 57,556 cm. ; E. Lane, Manners and customs..., p. 568.

12 La meilleure pierre pour le sol provient des carrières de Batn al-Baqara et de Masara. Cf. Clerget, op. cit., I, p. 229.

13 Dans la maison Šabšīrī, diverses mesures sur des dalles ont été faites, et donnent les résultats suivants :
1re qā’a 2e qā‛a 3e qā‛a
69 × 21 64 × 26 65 × 20
66 × 21 73 × 26 65 × 24
63 × 25 58 × 23 66 × 22
64 × 25 66 × 23 62 × 26
Cela donne en moyenne une proportion de dalle de 1 sur 3. Quant à l’épaisseur de celle-ci, elle varie de 4 à 8 cm, d’une pièce à l’autre.

14 Ces observations ont été faites sur les terrasses de la maison Šabšīrī, dans un plafond en ruine de la maison Ḥarāwī ainsi que dans la petite qā‛a de la maison al-Sadāt. Ces méthodes peuvent, sans aucun doute, être étendues à l’ensemble des constructions de l’époque ottomane.

15 Dans certains quartiers, près du Ḫalīğ particulièrement, les remontées d’eau dans les murs, provoquées par l’élévation souterraine de la nappe phréatique au moment des crues du Nil, étant très importantes, les bâtisseurs pouvaient remédier partiellement à ces effets nuisibles en élevant leur maison sur un soubassement de pierre.
Actuellement encore, ces remontées sont très importantes et plus graves, car constantes. En effet, le barrage d’Assouan a bien supprimé les crues du Nil ; en contrepartie il maintient celui-ci à un niveau supérieur au niveau moyen qu’il avait au temps des crues, ce qui a provoqué une remontée permanente de la nappe phréatique, d’où une humidité accrue du sol et des fondations.

16 A l’origine, les palais Yašbak et Alīn Aq étaient entièrement crépis extérieurement, ainsi que les salles d’apparat intérieurement. Par contre il semble que seule la salle voûtée du rez-de-chaussée — iṣtabl — servant de soubassement à la qā‛a de Yašbak, l’ait été.

17 Le bourrage intérieur entre parements est formé de pierres calcaires provenant des chutes de taille, que lie un mortier composé d’un mélange de chaux et de cendres.

18 Cet appareil apparaît déjà dès l’époque circassienne, mais son emploi n’est pas encore aussi systématique qu’à l’époque ottomane.

19 Ces dimensions correspondent à des échantillons mesurés dans les maisons Šabšīrī et al-Sādāt, et sont variables d’un mur à l’autre ; à plus forte raison d’une demeure à l’autre.

20 Une analyse en laboratoire serait nécessaire. Cependant l’aspect gris sombre du liant est significatif, et un examen attentif montre la présence de fines parcelles de cendres noires. E. Lane rapporte que le mortier est généralement composé de boue pour la moitié avec 1/4 de chaux et le reste de cendres de paille et de déchets. Cf. Manners and customs, op. cit., p. 17.

21 Cette alternance n’est pas systématique, et on trouve parfois des assises de carreaux complètes.

22 D’une manière générale, ce chaînage se répète tous les mètres et demi sur l’ensemble de la façade. Par ailleurs, le maçon en profitera, au moment de la construction, pour faire coïncider le chaînage avec les hauts de ses portes ou de ses fenêtres, économisant ainsi le bois des linteaux.

23 Le couloir d’accès dans les maisons Ḏahabī, Kirīdliyya, Sitt Wasīla et Suḥaymī, est traité de la même façon.

24 Un exemple similaire est à noter dans la cour de la maison Āmna Bint Sālim, de même sous le maq’ad de la maison al-Mullā.

25 Cf. maison Ḥarāwī, Pl. XXXII, 5.

26 Particulièrement visible dans les pièces basses de la maison Šabšīrī ainsi que dans celles de la maison Harāwī, cette pièce de bois fournit une meilleure assise et une meilleure répartition des charges pour le départ du berceau de la voûte ; elle était d’autant plus utile que le mur de soubassement était en construction mixte, offrant donc un arasement irrégulier.

27 Reconstruction des nouveaux villages de Kom Ombo en Haute Égypte. Sur la persistance des techniques de construction de la voûte, cf. H. Fathy, Construire avec le peuple, Paris 1970 ; p. 31 et ss.

28 Cf. Fusṭāṭ, p. 97.

29 Cf. Fusṭāṭ, p. 97, note 1.

30 Ce type de plafond décore également le vestibule d’entrée de la maison Kirīdliyya.

31 A. Lézine, Les salles nobles des palais mamelouks, An. Islam., t. X, p. 131 et ss.

32 Un même exemple se remarque dans la grande qā‛a de la maison Suḥaymī.

33 Dans la maison Ḥarāwī, pour une portée à peu près identique, on compte sept solives dans l’īwān Sud de la mandara (1er type de plafond à caisson), alors qu’il en faut quinze pour le plafond de l’īwān Ouest de la qā‛a (2e type tardif de plafond).

34 On remarque un type de plafond semblable dans la qā’a et la mandara du palais Musāfirhāna.

35 Exemple identique dans le plafond extrême Ouest de la mandara de la maison al-Sādāt.

36 Cf. Palais du Caire, t. III, Pl. XC et XCIX.

37 Un tel exemple de couverture-terrasse bien conservé, est à remarquer sur les toits du palais Emir Tāz au-dessus de la qā‛a et du maq’ad. La couverture de la qā‛a supérieure de la maison Šabšīrī est de même type, mais en moins bon état.

38 Porche des palais Beštak, Yašbak et Alin Aq ; cf. Palais du Caire, t. II ; Pl. I, XXIII, L/A.

39 Vocabulaire de l’architecture, Paris 1977 ; t. II, § IX, 17.

40 Voir porte de la maison Šabšīrī.

41 Palais du Caire, t. III, Pl. LXXXV.

42 Seule la porte de la maison al-Ḏahabī est entièrement cloutée : clous à grosse tête forgée.

43 Les dimensions moyennes d’ouverture des portes sont de 90 cm de large, pour 2,20 m de haut environ.

44 A. Lézine, Trois palais d’époque ottomane, Le Caire 1972 ; Pl. IV/B. Le renfoncement se termine, en partie inférieure par deux étroites banquettes de pierre, disposition que l’on rencontrait fréquemment au xve siècle dans les monuments de Qāyt Bāy ou de son époque.

45 Palais du Caire, t. I, Pl. LX.

46 Infra. Voir § placards ; ces mêmes motifs, plus élaborés, se retrouvent sur les portes des placards où il seront étudiés en détail.

47 Palais du Caire, t. I, Pl. XIV ; t. III, Pl. ΧΙΙI/Α.

48 Cf. portes des maẖzan dans la cour des maisons al-Ḏahabī et Kirīdliyya.

49 Palais du Caire, t. III, fig. 16/16.

50 Mašrabiyya signifie l’endroit réservé à la boisson, correspondant aux petits balcons à claire-voie, où l’on mettait des gargoulettes à rafraîchir ; ajourés, ces balcons étaient faits de petits éléments en bois tourné puis assemblé en grille. Par extension, les grands panneaux construits suivant cette technique ont pris le même nom de mašrabiyya (fig. 172).

51 Cette représentation de la lumière dans une niche fait référence à un verset coranique (C. XXIV, 35). On la remarque dans nombre de maisons, telles les maisons Ḥarāwī, al-Sādāt, ‘Ali Katẖuda...

52 Motif courant dans la maison Ṣuhaymī et le palais Musāfirẖāna.

53 Cf. grand balcon de la qā‛a du palais de Riḍāwn Bay.

54 Voir supra.

55 Les dimensions de la cage carrée n’excèdent pas 3 m de côté.

56 J. Revault, L’habitation tunisoise, Paris 1978, p. 156.

57 G. Goodwin, Ottoman Turkey, ed. Scorpion Pub. Limited, Londres 1977, p. 173 et ss. ; U. Vogt-Göknil, Ottoman, Oldbourne-London 1966, p. 163, 165.

58 Le type de console des maisons al-Ḏahabī et Z. H̲atūn, est exceptionnel. Supportant l’encorbellement de la façade sur rue, les consoles se composent de la superposition de trois corbeaux de pierre que termine une pièce de bois faisant office de sommier.

59 La brique, dont le coefficient d’écrasement est faible, est utilisée pour l’édification des murs aux étages supérieurs ; elle ne peut admettre de corbeaux en pierre, ceux-ci répartissant trop ponctuellement les charges supérieures.

60 Cf. dernier étage (démoli) de la maison Šabšīrī.

Table des illustrations

Titre PLANCHE LXXIX
Légende Pose du dallage : 1. dalle ; 2. forme ; 3. remblai ; 4. fibres de palmier ; 5. plafond ; 6. voûte.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3310/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre PLANCHE LXXX
Légende Murs en pierre : A, B, C : exemples tirés de la maison Šabšīrī ; D : exemple tiré de la maison Ḥarāwī.Rez-de-chaussée : 1. Ancienne entrée (murée) ; 2. Antichambre ; 3. Seconde entrée ; 4. Cour ; 5. Taẖtabuš ; 6. Courette avec escalier ; 7. Cuisine ; 8. Communs ( ?) ; 9. Maẖzan (ou chambre domestique) ; 10. Latrines.Étage : 4. Cour ; 6. Escalier ; 11. Maq’ad ; 12. Chambrette annexe ; 13. Chambre (hôtes) ou terrasse ? ; 14. Antichambre ; 15. Latrines et pièce ; 16. Couloir ; 17. Chambrette ; 18. qā‛a ; 19. Chambre annexe ; 20. Mašrabiyya.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3310/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre PLANCHE LXXXI
Légende Murs et voûtes en briques : A. Construction d’un mur très épais ; Β et C. Mur large de 2 ou 3 briques ; D. Construction de voûtes en briques par arceaux obliques.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3310/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 369k
Titre PLANCHE LXXXII
Légende Plafonds en charpente (à solives apparentes) : A et B. entre-deux à caissons (plan) ; 1. solive de rive (encadrement) ; 2. semelle ; 3. solive ; 4. couvre-joint ; 5. caisson ; C. plafond sans caisson ; D. double plafond ; E. grand caisson.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3310/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 222k
Titre PLANCHE LXXXIII
Légende Arcs à claveaux. A-B : arc brisé à claveaux recticurvilignes et à crossettes ; C, D, E : moulures en chaîne à boucle arrondie ou hexagonale ; F-G : arc persan ; H : arc surbaissé.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3310/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Titre PLANCHE LXXXIV
Légende Porte à panneaux de bois assemblés en réseau hexagonal.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3310/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 366k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter