Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Palais et maisons du Caire. Tome II

 | 
Bernard Maury
, 
André Raymond
, 
Jacques Revault
, 
et al.

2e partie. L'Architecture domestique au Caire à l'époque ottomane (XVIe-XVIIIe siècles)

Conclusion

Texte intégral

1La réalisation d’une étude sur l’architecture domestique traditionnelle au Caire aurait, sans doute, été impossible actuellement sans l’intervention, en dernier recours, du Comité de Conservation des Monuments de l’Art Arabe. On doit, en effet, à l’action éclairée de cet organisme, à son œuvre de classement et de restauration, de pouvoir connaître jusqu’à ce jour la physionomie caractéristique d’un cadre de vie particulier à l’aristocratie et à la haute société musulmane du Caire, à l’époque ottomane comme à l’époque mamelouke — dans une moindre mesure.

  • 1 Cf. A. Raymond, Artisans et commerçants au Caire au xviiie siècle, 2 vol. p. 404 : « L’installatio (...)
  • 2 La Description de l’Égypte, État moderne, II, 1882. Voir aussi P. Coste, Les monuments du Caire, 1 (...)
  • 3 Le seul souvenir de l’existence d’anciens quartiers d’habitation à l’Ouest d’al-Qāhira apparaît da (...)

2Grâce aux dispositions de protection adoptées, in extremis, plusieurs exemples de palais et belles demeures d’autrefois ont évité la disparition dont ils étaient menacés. Cependant cette préservation, nous l’avons vu, n’a pu être effectuée qu’à l’intérieur de la Cité et dans les quartiers Sud ; il n’en a pas été ainsi dans les quartiers Ouest entièrement modernisés et d’où toute trace a disparu des somptueuses résidences que les « Grands » et les notables se plaisaient à édifier autour des grandes étendues d’eau formées par les birka1. L’aspect général en a heureusement été étudié et décrit en leur temps dans les ouvrages illustrés de l’Expédition2. Aussi est-il possible d’avoir une idée précise de l’architecture domestique en honneur à cet endroit, entre le xviie et le xviiie siècle. Aussi bien, elle ne semble pas se distinguer, par son style, des constructions contemporaines relevées ailleurs, si ce n’est par l’importance des jardins qui les entourent3.

  • 4 Les cinq ouvrages que nous avons publiés dans les « Mémoires de l’Institut Français d’Archéologie (...)

3Le Comité de Conservation des Monuments de l’Art arabe s’étant surtout intéressé aux anciennes constructions islamiques présentant une réelle valeur artistique, les autres formes de l’architecture domestique n’ont pas alors retenu son attention4. Pourtant il nous a semblé également nécessaire d’étendre nos investigations hors de ces limites afin d’avancer le plus loin possible dans la connaissance des différentes formes d’habitation urbaine, artistiques ou non, à l’époque ottomane. A des degrés inférieurs, ont ainsi été découverts, d’une part la maison bourgeoise liée parfois à une wakāla, d’autre part l’ensemble des unités d’habitation collective (rab’), souvent associé également à un caravansérail.

4Quant aux logements populaires les plus simples, leur fragilité n’a pas permis d’en relever les moindres indices pour la période qui nous intéresse, comme il a déjà été dit plus haut.

5Avant de remonter la hiérarchie des divers types d’habitations citadines en honneur à l’époque ottomane, afin d’en souligner les caractéristiques essentielles, il n’est sans doute pas inutile d’en rappeler les origines communes.

  • 5 Perse et Syrie.
  • 6 Servirent parfois de modèles aux bâtisseurs égyptiens les constructions civiles, militaires et rel (...)

6On doit observer en premier lieu que les formes d’habitation d’inspiration mésopotamienne, avec cour, īwān et jardin intérieur, qui avaient été adoptées aux époques toulounide, abbasside et fatimide, ont été abandonnées définitivement sous le règne des sultans mamelouks. C’est durant cette longue période (1250-1517) que les constructeurs locaux, soumis cependant à certaines influences extérieures, — venues de l’Orient5 et de l’Occident6 — ont déterminé les grandes lignes de l’architecture domestique — avec celles de l’architecture religieuse — qui devaient désormais prévaloir au Caire et lui donner sa physionomie propre. Comme il en avait été de tout temps auparavant, en Égypte, les ressources du pays en matériaux de construction — pierre, marbre, argile, chaux, plâtre — n’ont cessé de conditionner l’œuvre des bâtisseurs.

  • 7 Notamment avec le maintien de certains modes d’aération orientés au Nord. A. Lézine « Persistance (...)
  • 8 A. Badawy, Le dessin architectural chez les anciens Égyptiens, Le Caire 1948, vol. I et II. A hist (...)

7De même n’oubliera-t-on jamais les plus lointaines traditions égyptiennes permettant la meilleure adaptation possible des habitations au climat local7, grâce à leur judicieuse conception intérieure8.

  • 9 E. Pauty, Les palais et les maisons d’époque musulmane au Caire, Mém. de l’I.F.A.O., t. LXII, 1933 (...)

8Compte tenu de ces facteurs permanents, on sait que les principales transformations intervenues dans l’architecture domestique cairote n’ont pas attendu la domination ottomane pour faire leur apparition. Dès le xve siècle, l’évolution du style architectural allait s’affirmer de plus en plus, aussi bien au dehors qu’au dedans9. L’exemple en venait naturellement de haut, les innovations inaugurées à la Cour du Sultan à l’intérieur de la Citadelle, suscitant l’imitation des émirs pour l’aménagement de leurs palais, lesquels étaient admirés à leur tour comme modèles, pour l’installation de leurs luxueuses demeures, par la haute société, urbaine — officiers, chefs religieux, riches commerçants.

9C’est à ce moment que disparaît la ressemblance frappante qui existait jusqu’alors entre les mosquées-madrasa mameloukes et les salles nobles des palais et grandes demeures (qā‛a, riwāq), longtemps unies dans un même style architectural.

10En même temps, l’architecture domestique perd de plus en plus son aspect sévère de construction fortifiée avec prédominance de murs aveugles en pierres de taille. D’abord refermée sur elle-même, avec ses pièces d’habitation et de réception obscures, l’architecture domestique de l’époque circassienne s’ouvre progressivement à l’air et à la lumière. Sur la rue extérieure comme sur les cours et les jardins intérieurs donnent des baies de plus en plus nombreuses et de plus en plus larges, garnies de moucharabieh, s’avançant souvent au dehors sur des encorbellements à consoles de pierre.

11C’est le triomphe du bois ouvragé, si rare auparavant ; tourné, assemblé, sculpté, incrusté, doré et peint, il s’étend aux portes des appartements et des placards jusqu’aux principaux plafonds à solives apparentes.

  • 10 On peut remarquer l’identité de fonctions, dans deux formes différentes, de l’ancien īwān et du no (...)
  • 11 Au moment où les arcs brisés, caractéristiques de l’architecture mamelouke, disparaissent de la (...)

12Un besoin nouveau de libération, d’ouvertures et d’ornementation croissantes, se manifeste encore par l’adoption de deux pièces de réunion et de réception d’un type récent, l’un installé au rez-de-chaussée, sous forme de portique, le taẖtabuš10, l’autre élevé au premier étage sous apparence de loggia, le maq‛ad11.

13Si les grandes salles d’apparat (qā‛a) tendent à s’humaniser avec l’abaissement progressif de leur plafond, et les appartements à devenir plus intimes et plus agréables, l’aspect général des bâtiments n’en demeure pas moins imposant. Déjà très nette au début du xvie siècle, lors de l’installation de la domination ottomane en Égypte, cette nouvelle orientation de l’architecture domestique au Caire ne fera que s’affirmer et se développer aux siècles suivants.

  • 12 Avec le développement des moucharabiehs de bois tourné et assemblé, le décor des boiseries peintes (...)

14Sans doute séduits par les charmes et les qualités réelles de cette architecture, les conquérants turcs ne semblent pas s’être soucié d’y apporter aucune modification sérieuse, celle-ci n’apparaissant que dans certains détails décoratifs12.

  • 13 On connaît une emprise semblable subie de la même façon et au même moment par les principales vill (...)

15Il faudra attendre le xixe siècle et l’avènement de Muḥammad ‛Alī pour assister à une transformation très importante de l’architecture domestique au Caire, un nouvel art baroque y étant mis à la mode sous la double influence de la Turquie et de l’Italie13.

  • 14 Situées à la périphérie des quartiers urbains, les habitations populaires sont construites en briq (...)
  • 15 La prospérité commerciale du Caire bénéficiant d’une position géographique particulièrement favora (...)

16Aussi lorsque change la situation politique du Caire assujetti à l’Empire ottoman, ce changement n’affecte pas pour autant le cadre de vie traditionnel de la population citadine. L’évolution des formes architecturales commencée auparavant se poursuivra régulièrement selon les niveaux de la hiérarchie sociale, entre le xvie et le xviiie siècle. Moins apparente en milieu populaire où l’on maintient un mode d’habitat inchangé au cours des siècles14, cette évolution ne touchera sans doute que modérément la forme de logement des classes moyennes groupées fréquemment à l’intérieur des rab‛. Une réelle transformation de l’architecture domestique restera le fait des grandes fortunes que ne cessent d’entretenir des échanges commerciaux toujours importants15.

  • 16 Un goût de l’ostentation similaire a été observé dans les pièces de réception des principales vill (...)

17On s’efforcera toujours de suivre les innovations architecturales et décoratives promues dans l’entourage du Pacha et des émirs. On se préoccupera surtout de donner le plus d’éclat et de faste possible aux salles de réception — ouvertes ou fermées — ainsi qu’aux salons du harem16.

  • 17 E.W. Lane, op. cit., p. 192 ss.

18Si le renouvellement des fêtes traditionnelles et familiales devait être l’occasion d’émerveiller les invités, ceux-ci en retenaient naturellement l’inspiration qu’ils pouvaient rechercher au bénéfice de leurs domiciles. De même ne manquaient pas d’agir de cette façon les femmes de la haute société et de la riche bourgeoisie au cours des visites qui constituaient l’une de leurs distractions favorites17.

Habitations collectives de la classe moyenne

  • 18 Hauteur limitée à deux ou trois étages. Voir Palais et maisons du Caire, t. I, C.N.R.S., 1982, pp. (...)

19Leur ancienneté est certaine dans la capitale égyptienne, que ce soit à Fusṭāṭ où elles atteignaient, dit-on, une hauteur de plusieurs étages qui devait aller ensuite en décroissant18, ou que ce soit dans le Caire mamelouk puis ottoman.

  • 19 Toute personne vivant seule ne pouvait être admise dans un rab’ ; il lui fallait alors trouver un (...)

20Les logements familiaux à l’intérieur d’un rab’ resteront l’un des modes d’habitation citadine auquels sont accoutumés les familles de moyenne aisance — artisans, commerçants...19. — Comme celles-ci ne disposent pas des ressources nécessaires à la construction d’une demeure privée convenable, la forme traditionnelle de logement, qui leur est offerte en location à l’intérieur d’un rab‛, répondra longtemps à leurs besoins et à leurs goûts.

  • 20 Supra.
  • 21 Les revenus provenant de la location d’un rabe ou d’une wakāla étaient souvent affectés à l’entret (...)

21Aussi la structure de ces habitations collectives ne sera-t-elle pas modifiée, au cours des siècles, dans sa conception essentielle, telle qu’elle a été décrite plus haut20. C’est pourquoi les émirs et les riches personnages qui prennent en charge leur construction — liée le plus souvent à celle d’une wakāla — veillent-ils à ce qu’elle soit réalisée en pierre de taille, aussi solidement que des édifices publics ou la demeure d’un notable21.

22Il s’y adjoint parfois une fontaine publique surmontée d’une école coranique (sabīl-kuttab), voire un hammam, ce qui constitue alors une véritable fondation pieuse pour le quartier.

  • 22 A. Raymond, Problèmes urbains... : Les réalisations urbanistiques, in Colloque International sur l (...)

23Déjà nombreuses à l’époque mamelouke, ces habitations collectives ne cessèrent de se multiplier à l’époque ottomane. Elles continuèrent à s’élever surtout, nous l’avons vu, le long des voies principales et dans les quartiers qui connaissaient une activité commerciale particulière, aussi bien à l’intérieur de la Cité que dans les parties situées au Sud de l’ancienne ville, marquées par une extension croissante22.

  • 23 M. Clerget, Études de géographie urbaine et d’histoire économique, I et II, Le Caire, 1934, p. 316 (...)

24On a pu dire que le « haut immeuble de rapport ou rab’ est une véritable spécialité du Caire et il a toujours étonné les voyageurs arabes habitués aux maisons fort basses des régions islamiques... »23.

  • 24 Pourvus de puits d’aération également verticaux rappelant ceux dont est dotée toute construction i (...)
  • 25 Volets s’ouvrant et se rabattant « en tabatière ».
  • 26 En raison de leur très grand nombre au Caire et à Būlāq, peu de wakāla et de rabe ont fait l’objet (...)

25A côté de l’uniformité des logements d’un rab’ répétés verticalement24 à l’intérieur du bâtiment, les rares innovations qui s’y ajoutent parfois sont inspirées des embellissements adoptés dans les luxueuses demeures privées aux xviie et xviiie siècles. Ce sont de larges encorbellements à consoles de pierre surmontant de préférence le portail de l’entrée à arc surbaissé et supportant de grands balcons à moucharabieh, indice évident d’appartements élargis ; nous en avons plusieurs exemples dans les rab’ des wakāla Riḍwān bey et Ḏulfiqār. Plus fréquent sera, dans certains cas, l’emploi d’une mašrabiyya débordant sur la rue ou la cour, destinée à remplacer les anciennes fenêtres barreaudées, fermées par des volets pleins25. Tout d’abord, de proportions restreintes, ces nouveaux balcons imiteront souvent la forme et l’élégance des mašrabiyyāt dont les « Grands » et la riche bourgeoisie cairote aimeront toujours rehausser leurs façades26.

Habitations privées de la bourgeoisie

26Dans l’architecture domestique citadine du Caire, ces habitations bourgeoises représentent une forme intermédiaire entre celle d’un rab’ et celle d’une demeure de notable. Du rab’ elles semblent présenter une situation comparable, en raison de leur implantation fréquente dans un quartier commerçant. De la demeure d’un notable elles possèdent les proportions et le mode de construction avec une préoccupation commune, celle du confort, sans pour autant faire preuve de luxe et d’ostentation.

  • 27 Voir l’étude réalisée à ce sujet par Nelly Hanna : « Bayt Stambūlī », publiée dans les Annales Isl (...)

27En raison de la simplicité et de la solidité, dans sa structure, de ce type de logement urbain, ainsi que de sa fidélité aux plus anciens éléments traditionnels, il est permis de penser que ce mode d’habitation devait déjà exister à l’époque mamelouke. Pour les mêmes motifs que le rab‛, il n’aurait sans doute pas été soumis davantage à de sérieuses variations au cours des siècles. Plusieurs exemples en ont été relevés entre la Cité et les quartiers Sud — Ğamaliyya, al-Mūski, al-Azhar, Sūq al-Silah... — sans compter les faubourgs de Būlāq27.

28Avant le xviie siècle, il est probable que les façades présentaient une sobriété assez proche de celle des rab‛, les fenêtres barreaudées de bois n’ayant été remplacées partiellement que plus tard par de plus grandes baies garnies de moucharabieh. Ce sera sans doute l’une des rares concessions du xviiie siècle consentie au luxe architectural, afin de permettre aux habitants de ces demeures de bénéficier plus largement de la vue au dehors — sur la rue extérieure sinon sur la cour ou le jardin intérieur.

29Par ailleurs, les maîtres de ces logis — surtout des commerçants — ne se soucient que de disposer d’une maison commodément placée, pour l’exercice de leurs fonctions, heureux s’il s’y ajoute une cour au sol de terre battue, ou mieux un jardin agrémenté de quelques arbres et d’une saqiya.

  • 28 Avec des courettes intérieures formant dégagement et les modes d’aération habituels.

30L’essentiel restera toujours d’avoir, dans un bâtiment limité à deux étages (sur rez-de-chaussée), en bas, outre écurie et communs, une pièce d’accueil pour les visiteurs, voire un simple portique faisant office de taẖtabuš ; en haut, accessibles par un escalier unique, chambres et salle de séjour destinées au maître et à sa famille, complétées naturellement par cuisine, hammam (ou pièce d’ablutions) et latrines28.

Habitations de notables

  • 29 A. Raymond, « La population du Caire de Maqrizī à la Description de l’Égypte », 1975. Artisans et (...)
  • 30 Notamment au faubourg de Būlāq.
  • 31 De même qu’à l’époque mamelouke.

31Elles se distinguent des habitations précédentes réservées, nous l’avons vu, à une certaine bourgeoisie, surtout commerçante, par le goût du luxe et du décor, quelle que soit la fortune du propriétaire et l’importance de sa demeure. Celle-ci peut, en effet, appartenir à des personnages religieux d’un rang plus ou moins élevé, à des chefs de corporations de marchands ou d’artisans, sinon à des officiers de la milice constituant l’aristocratie militaire ottomane considérée comme la caste dominante au Caire29. Qu’elles aient été édifiées dans la Cité et les quartiers voisins, ou bien dans les faubourgs30, les demeures des uns et des autres se répartissent en plusieurs catégories différentes par leurs proportions respectives. Cette diversité peut alors s’étendre de la simple maison à cour unique et un seul étage jusqu’à la fastueuse résidence comprenant deux ou trois étages élevés autour d’une ou plusieurs cours intérieures. Une même variation aurait sans doute pu être observée au Caire, durant toute la période ottomane31.

xvie-xviie siècles

  • 32 D’élégantes réductions de belles demeures citadines ont été observées, de la même façon, à Fès et (...)
  • 33 Martin S. Briggs, Muḥammadan Architecture, Egypt and Palestine, Oxford, 1924 (Domestic architectur (...)

32La plus petite maison de notable, relevée dans le faubourg de Būlāq, est composée au dehors comme au dedans, des mêmes éléments caractéristiques que l’on trouve dans une grande demeure dont l’habitation plus modeste apparaît alors comme une simple réduction32. A l’extérieur, une belle porte en arc brisé s’orne des moulures traditionnelles en pierre sculptée, au-dessous de l’encorbellement d’une mašrabiyya ; sur la courette intérieure donnent taẖtabuš33 et maq‛ad pour accueillir hôtes et visiteurs, l’étage étant surtout réservé aux appartements familiaux groupés autour de sa qā‛a et desservis par un seul escalier.

33Le style architectural adopté au Bayt Dabbūsiyya s’étend plus largement dans d’autres habitations citadines des xvie et xviie siècles, plus grandes et plus riches (Bayt Šabšīrī et Manzil Kirīdliyya).

34Sur la rue, une façade de deux ou trois étages superpose la même porte d’entrée à arc brisé — richement ornée de sculptures — et balcons à moucharabieh et encorbellements.

  • 34 Consoles jumelées ou non à trois têtes arrondies.
  • 35 Demeures de Šabšīrī, Ğamāl al-Dīn, Kirīdliyya...

35Le style de la porte et des encorbellements à consoles de pierre34 hérité de l’époque mamelouke, s’associe à la nouvelle adoption des mašrabiyyāt en bois tourné de grandes dimensions. Cette sorte de transition n’est pas moins apparente dans les façades internes autour de la cour, où les nouvelles grilles élargies des appartements voisinent avec la survivance des formes anciennes conservées, au rez-de-chaussée et aux étages, par le portail d’honneur du maq‛ad, les portes des communs (arc persan et certaines fenêtres géminées avec oculus)35. L’unité de conception entre différentes habitations de notables plus ou moins riches et spacieuses se trouve encore confirmée ici par la présence du maq‛ad — avec ou sans taẖtabuš — affecté au salāmlik et celle de plusieurs chambres groupées autour d’une ou deux qā‛a, donnant tantôt sur la cour, tantôt sur la rue, avec orientation habituelle au Nord et à l’Ouest.

36Enfin l’usage demeure fréquent des modes d’aération locaux — malqaf, manwār — aménagés aux endroits qui en ont le plus besoin, comme les salles de séjour, les escaliers et les couloirs.

  • 36 Voir, par exemple, les a inférieures de Sitt Wasīla, Harāwī, al-Mullā... qui resteront plus lon (...)

37Pourtant, malgré la faveur particulière que connut le maq‛ad, dès le xve siècle, en raison même de la large ouverture de cette nouvelle salle de réception à l’air et à la lumière, on continuera longtemps à lui opposer la pénombre des grandes salles d’apparat entièrement fermées, comme ce sera le cas pour la qā‛a du rez-de-chaussée36. Pour y accentuer l’impression de fraîcheur toujours recherchée, on y maintient aussi l’usage du marbre dans les parements muraux et le dallage de la dūrqā‛a, rehaussée, si possible, d’une vasque et d’une fontaine centrales.

38Bien que l’on ait abandonné définitivement, au profit des kurdī en bois, les grands arcs en pierre de taille des īwān mamelouks, il subsiste de ceux-ci la hauteur particulière de leurs plafonds à solives apparentes, qui ne diminuera que progressivement, de même que l’on ne modifiera que lentement la forme étroite des placards reproduisant le verticalisme et les proportions des portes de communication de la dūrqā‛a.

xviiie siècle

39A la fin du siècle dernier et au début de celui-ci, les rapports du Comité de Conservation des Monuments de l’Art Arabe et les ouvrages de Pauty signalent alors l’existence d’un plus grand nombre d’anciennes demeures urbaines qu’il n’en survit aujourd’hui. Aussi était-il possible de relever, à ce moment, des exemples plus variés de l’architecture domestique du Caire contemporaine de l’Expédition. Si on ne dispose plus maintenant que de quelques luxueuses demeures et de rares palais, on peut imaginer cependant qu’il n’existait pas moins qu’aux siècles précédents des habitations de moindre importance ; leur évolution devait être semblable à celle dont nous connaissons les effets au Manzil Suhaymī et au Qaṣr Musāfirẖāna.

  • 37 Ce nouveau type de porte restera cependant fidèle à son encadrement traditionnel de pierre sculpté (...)

40De la rue même, dans les différents cas, les nouvelles transformations architecturales s’imposaient à la vue du passant : l’ancienne porte d’entrée en arc brisé de type mamelouk est remplacée par une porte s’ouvrant désormais sous un arc surbaissé37. Aux longs encorbellements sur consoles de pierre s’accrochent les multiples mašrabiyyāt des chambres et salles de séjour qui se succèdent dans les étages.

  • 38 Dont certains prennent la place de communs (maẖzan, logement domestique).
  • 39 Placés au sommet des grilles à moucharabieh.

41A l’intérieur du logis, des cours spacieuses s’agrémentent de jardins aux frais ombrages. De cet heureux aménagement on s’efforcera alors de profiter le plus possible en multipliant les ouvertures à tous les niveaux, à un point inconnu auparavant. Le maq‛ad et le taẖtabuš contrastent moins que jadis avec les autres pièces également ouvertes et pourvues de moucharabieh. En effet, le rez-de-chaussée se garnit de salons de toutes dimensions38, s’éclairant aussi sur la cour et le jardin grâce à des grilles de bois à larges mailles : salons intimes, au voisinage du couloir d’entrée en chicane, pour la réunion de quelques amis ou la réception de certains visiteurs ; plus loin, grande salle d’apparat (qā‛a ou mandara) qui se remplira de nombreux invités, aux jours de fête et de cérémonie. Aux deux ou trois étages qui surmontent le rez-de-chaussée, chambres et grandes salles du harem manifestent au dehors leur présence par des balcons à moucharabieh aux mailles serrées rehaussés de vitraux39.

  • 40 Indépendamment d’autres salons familiaux.
  • 41 Supra et infra.
  • 42 Augmenté par la ventilation du malqaf, dressé désormais au-dessus d’un dégagement (ou antichambre) (...)
  • 43 En raison de la disposition transversale de certaines qā‛a (Est-Ouest) formant parfois une sorte d (...)
  • 44 Un ḥammām particulier est aménagé à portée immédiate de la grande qā‛a, à un niveau toujours diffé (...)

42La grande qā‛a du premier étage reste, comme autrefois, la salle de réunion familiale la plus importante et la plus luxueuse de la demeure40. Alors qu’elle s’élevait, à l’époque mamelouke, sur les voûtes d’un iṣṭabl, elle est souvent supportée maintenant par les plafonds, murs et colonne médiane d’un taẖtabuš de même taille. L’espace intérieur de cette belle salle de séjour et de fête a diminué en hauteur pour s’augmenter en largeur. En s’abaissant, les nouveaux plafonds à la mode changent de structure et d’aspect ; aux anciens plafonds à solives apparentes ont succédé le plus souvent des plafonds à caissons — vrais ou simulés — et des plafonds à voliges plats. Ces derniers sont peints de couleurs plus claires qu’autrefois et ornés de motifs floraux d’inspiration occidentale, sinon d’étoiles ou rosaces géométriques à baguettes41. Les deux côtés de la salle, élargis sur encorbellement, forment des alcôves et recoins supplémentaires ; leur aménagement auprès des larges grilles en moucharabieh permet d’y bénéficier d’un air plus frais42 et d’une vue s’étendant à l’ensemble de la cour et des jardins43. Les placards muraux ont perdu leur forme étroite pour se développer plus largement autour des īwān, pouvant y atteindre toute la largeur de la salle44.

  • 45 Ces nouveaux éléments décoratifs étant remplacés, au besoin, par leur imitation peinte sur des lam (...)

43Enfin, aux lambris et aux mosaïques de marbre de la qā‛a, on se plaît à ajouter des carreaux de faïences importés de Turquie — ou, à défaut, de Tunis45.

  • 46 P. Coste, Architecture arabe du Caire, Paris, 1837, Pl. XXI, XLV, XLVI.

44Cependant, comme nous l’avons observé, l’état incomplet dans lequel se trouvent actuellement plusieurs des dernières demeures d’époque ottomane qui ont été préservées par l’action du Comité, n’a pas toujours permis d’en connaître toutes les parties qui la composaient, à l’origine, notamment leurs dépendances — écuries, cuisines, logements domestiques... Afin de pallier cette lacune nous avons présenté plus haut les plans et dessins avec description que P. Coste nous a laissés d’une belle maison de notable, située au quartier de Ḥus Qadam46.

  • 47 Des dispositions comparables ont été adoptées à Ğamāl al-Dīn, Ḥarāwī et Suhaymī.

45Un escalier conduit au maq‛ad, et au salāmlik, un autre au harem47.

46En raison des similitudes que présente la demeure de Hušqadam et celles qui ont été décrites plus haut, les précisions apportées par P. Coste sur l’usage et les fonctions des divers étages de la maison qu’il a étudiée, permettent de mieux comprendre le sens des autres habitations de notables de même époque, alors que celles-ci sont aujourd’hui entièrement vides.

  • 48 P. Coste, id. p. 42.
  • 49 lbid. « Ce fut le sultan Melek el Naser Mohammed fils de Kalaoun, qui fit creuser, l’an 725 de l’h (...)
  • 50 De tout temps, les voyageurs étrangers ont été surpris par l’importance des fêtes données à l’occa (...)

47On doit aussi à P. Coste une précieuse documentation illustrée sur les résidences des « Grands » et des riches commerçants, installés le long du H̲alīğ, ou sur les bords des birkā ; ces somptueuses résidences élevées au centre de jardins, constituèrent, nous l’avons dit, une des nouvelles formes de l’architecture domestique les plus appréciées entre le xviie et le xviiie siècle. La mode en fut suivie dans des constructions plus modestes par notables et bourgeois48. « A l’époque de l’inondation du Nil49, qui a lieu du 10 au 20 août, on introduit les eaux du fleuve par la rupture d’une petite digue établie à l’entrée du canal50 ; alors, les habitants aisés de la capitale vont habiter, avec leurs familles, de petites maisons ou casins situés sur l’extrémité du canal et en dehors de la ville. Ces casins sont agréables ; ils sont ornés de petits jardins et de portiques pour prendre le frais. On y reste ordinairement jusqu’au mois de novembre ; tous les soirs les hommes se réunissent avec leurs amis sous les kiosques garnis de treilles disposés sur les bords du canal, la plupart illuminés ; on y fume, et on y prend du café et des sorbets ; souvent un Arabe, habile conteur, divertit les hôtes passagers de ces casins par les récits empruntés aux Mille et une Nuits, ou par les aventures des héros arabes. Les femmes font également leurs causeries au premier étage et à travers des balcons grillagés ».

48On vantait, en même temps, l’aspect riant et agréable des jardins plantés de vignes, de dattiers, orangers, citronniers, et bananiers, les parfums des plantes et des fleurs, la fraîcheur des eaux.

  • 51 E.W. Lane, op. cit., p. 168.

49« Des canges (gondoles) élégantes où sont placées les femmes, se promènent sur le canal au son des instruments et aux chants des alimêhs ou musiciennes particulières d’Égypte »51.

  • 52 Ailleurs le renouvellement de séjours annuels, dans des résidences secondaires, était aussi organi (...)

50Ainsi la période annuelle des inondations, correspondant à la saison estivale, était-elle toujours accueillie favorablement par la haute société et la bourgeoisie aisée du Caire ; elle leur apportait en effet, grâce à la présence bienfaisante du Nil, l’oubli d’une vie citadine moins libre et le renouvellement de divertissements, prolongés jusqu’à la nuit52.

Palais du Pacha, des Beys et des Emirs

  • 53 Léon l’Africain, Description de l’Afrique, pp. 513-514. L’auteur considérait auparavant la Citadel (...)
  • 54 Supra.
  • 55 A. Raymond, La population du Caire de Maqrizi à la Description de l’Égypte, 1975, p. 211. Problème (...)

51En rappelant le faste et la grandeur des anciens palais sultaniens édifiés à l’intérieur de la Citadelle, sous le règne des Mamelouks, Léon l’Africain déplore leur suppression par Selim, le conquérant ottoman, au début du xvie siècle53. Mais des nouveaux palais élevés plus tard, au même endroit, à l’intention des gouverneurs turcs — Pachas et Beys — on sait peu de chose, l’avènement de Muḥammad ‛Alī en ayant amené, à son tour, la destruction totale afin de faire place nette pour ses propres constructions au xixe siècle. De même ne subsiste-t-il que le souvenir des palais ottomans voisins de la Citadelle54, tels que ceux de Khayrbek (xvie siècle) ou d’Ibrāhīm Aġā (xviie siècle). On connaît mieux les résidences princières qui se sont installées ailleurs, soit dans les quartiers Sud d’al-Qāhira, soit dans l’ancienne Cité elle-même, entre le xviie et le xviiie siècle. L’une des plus intéressantes de ces résidences paraît être celle de Riḍwān bey (xviie siècle), qui se distingue des constructions antérieures par l’originalité de sa conception ; heureusement situé près de Bāb Zuwayla, le nouveau palais, auquel se rattachent une wakāla importante et le Sūq al-Qawwāfīn, s’impose au centre d’un quartier neuf, créé entièrement sur l’initiative de l’émir55.

  • 56 A. Raymond, Artisans et commerçants au Caire au xviiie siècle, II, 1974, p. 408. « Si un « Grand s (...)

52Cependant les lieux d’habitation et de réception de celui-ci établis autour d’une vaste cour ne diffèrent guère de ceux du Palais de Qāyt bay (xve siècle) reproduits aussi au Palais al-Razzāz — eux-mêmes très proches de la belle architecture domestique en honneur chez les principaux notables du Caire — Les éléments traditionnels qui les composent (qā‛a, maq‛ad etc.) s’y répètent seulement en plus grand nombre, avec le choix constant de la meilleure orientation possible au Nord et à l’Ouest pour le salāmlik et le harem. Les autres côtés sont laissés aux communs et aux écuries dont l’importance correspond au rang de l’émir et au nombre de mamelouks et de serviteurs dont il est entouré56.

53On ne doit donc pas s’étonner de l’admiration provoquée par la visite des Palais des beys auprès des étrangers.

  • 57 Voyage en Égypte de Vincent Stoehove (1631), IFAO, 1975, p. 48. Ce voyageur se plaint tout d’abord (...)
  • 58 E. Pauty, Palais et maisons d’époque musulmane au Caire, MIFAO, LXII, Le Caire, 1933, p. 81. Le Pa (...)
  • 59 « Etant toute revêtue du plus précieux marbre qu’il me souvient d’avoir jamais vu, et toute rempli (...)

54« Les maisons des Beys ou grands du païs57, quoy qu’elles ne paraissent pas le dehors, sont néantmoins par dedans très belles et délicieuses, et ont la plus part des salles faites en dosme ouvertes par le haut, et toutes revestues de marbre, de façon qu’il y fait tousiours frais, et n’y reçoit-on aucune incommodité des chaleurs qui y sont véhémentes. Nous fusmes voir le Palais d’un nommé Abdy bey58, où l’on nous montra une salle, laquelle avoit cousté plus de cinquante mille sequins, et à la vérité il ne se pouvoit rien voir de plus somptueux ny de plus superbe... »59.

  • 60 Les Voyages en Égypte de Jean Coppin (1638-1646), IFAO, Le Caire, 1971, p. 83-85.

55« Leurs maisons sont les premières et les plus spacieuses60 de la ville avec de grandes basse-cours et de belles écuries, où l’on voit jusqu’à quarante ou cinquante chevaux ; ils ont quantité de domestiques vêtus différemment selon leurs offices, mais tous avec beaucoup de propreté et ceux-là ont la permission de porter des armes.

PLANCHE Q

PLANCHE Q

Pavillon du Palais de Mohammed ‛Alī dans les jardins de Choubra édifié près du Nil, selon un nouveau style architectural et décoratif inspiré de Turquie et d’Italie, au xixe siècle (d’après P. Coste).

56Sur les trois heures, qui est un des temps de leurs prières, on la sonne dans la cour de ces seigneurs avec des trompettes et des tambours, et du reste le silence est si bien observé du grand nombre de gens qu’ils ont, que si l’on ne les voyait pas, on croirait qu’il n’y eut personne.

  • 61 Description de mosaïques de marbre de couleur. « Ces bassins sont environnés de quelques degrés, e (...)

57Les principales chambres de ces maisons sont enrichies d’or et d’azur, et dans le milieu des salles qui sont fort somptueuses il y a des bassins octogones revêtus de pièces de marbre de différentes couleurs fort délicatement rapportées...61.

  • 62 qā‛a (ou mandara).

58Avant que d’entrer dans le lieu où est le Sangiac, il faut passer deux chambres, et laisser les souliers dans une... il y avoit beaucoup de gens fort bien mis dans la salle62, mais luy seul étoit assis ».

  • 63 A. Raymond, « Signes urbains et étude de la population des grandes villes arabes à l’époque ottoma (...)
  • 64 Constructions aujourd’hui disparues.
  • 65 Op. cit. p. 86-87.

59Par ailleurs, en tête des « grands » dont on connaît l’attrait nouveau pour les grandes étendues d’eau autour desquelles ils aiment bâtir leurs résidences d’été, les Beys, qui détiennent le pouvoir aux xviie et xviiie siècle63, ne peuvent que rivaliser de luxe dans les somptueuses constructions qu’ils se font élever sur les bords des birka64. Vers le milieu du xviie siècle, rapporte J. Coppin65, lorsque la visite de certaines régions riveraines du Nil a été décidée, le Bey déploie à cette occasion le luxe habituel à un souverain, utilisant plusieurs bateaux pour son transport et celui de sa suite : son bateau personnel, muni de drapeaux, comporte différentes chambres. Les deux bateaux qui l’encadrent sont réservés, l’un à la domesticité, l’autre aux trompettes et tambours. A l’arrière suivent trois autres bateaux portant chevaux, cuisine et tentes.

  • 66 On se souvient qu’au xve siècle, le Sultan mamelouk Qāyt bāy se tenait parfois dans une tente reno (...)

60Arrivés à destination, le Bey et sa cour installent toujours leur campement hors d’une ville ou d’un bourg. Au milieu des tentes réservées à son entourage, la tente du Bey dépasse toutes les autres par ses grandes dimensions66. Avec la division de celle-ci en plusieurs chambres, et leur décor intérieur de « couleurs éclatantes », on s’est efforcé, semble-t-il, de conserver dans les campagnes organisées le long de la vallée du Nil, le confort et la pompe auxquels le maître du pays est accoutumé dans ses différentes résidences citadines.

  • 67 J.M. Rogers, Art. al-Ḳāhira, in Encyclopédie de l’Islam, IV, 1974, p. 437, Architecture commercial (...)

61Malgré les profonds changements qui ont affecté la situation politique de l’Égypte depuis le début du xvie siècle, nous constatons que ces changements ne se sont pas répercutés sur l’architecture domestique du Caire jusqu’à la fin du xviiie siècle. Celle-ci est demeurée fidèle au style particulier qui s’était déjà affirmé, à l’époque mamelouke, aussi bien dans les constructions civiles que dans les bâtiments religieux et commerciaux67. Durant trois siècles, les palais des « Grands » comme les demeures des notables et les habitations de la bourgeoisie ne connaîtront que des transformations secondaires répondant à une évolution inévitable du goût et de la mode, telle qu’elle était déjà apparue entre le xive et le xve siècle. Cette physionomie urbaine caractéristique sera maintenue jusqu’à la prise de pouvoir par Muḥammad ‛Alī.

Décadence de l’architecture domestique au xixe siècle

62De même que l’on s’était efforcé auparavant de suivre l’exemple architectural des monuments élevés par le Sultan du Caire, la véritable révolution que Muḥammad ‛Alī décida de promouvoir dans ce domaine, à l’appui d’une nouvelle politique de modernisation, ne manqua pas d’entraîner le bouleversement de l’architecture domestique de la ville à la suite de celui de la Citadelle et de ses Palais.

  • 68 E. Pauty, op. cit., p. 63 ss.
  • 69 Id. Dans les nouvelles constructions est souvent conservée la disposition traditionnelle du xviiie(...)

63« Si aux xviie et xviiie siècles68, les constructions ottomanes n’abandonnèrent pas, en Égypte, les traditions locales antérieures, avec le règne prolongé du puissant Muḥammad ‛Alī, au cours de la première moitié du xixe siècle, il n’en va pas de même. L’affranchissement est presque total. Désormais ce sera Constantinople qui donnera le ton des créations nouvelles, réglera les formes artistiques et les plans ». Après avoir rasé la Citadelle, Muḥammad ‛Alī voulut alors édifier des palais à grandes cours entourées de portiques, la nouvelle cité royale devant compter sérail, harem, grand divan, mosquée, trésor et kiosques. L’architecture cairote s’inspirera à la fois des palais du xviie siècle français ou italien et des palais persans de même époque d’Ispahan et de Téhéran, l’exécution des bâtiments étant confiée à des artisans grecs et turcs69.

64Le Pacha fit construire aussi une résidence fastueuse à Choubra, à quelques kilomètres du Caire, en la rehaussant de colonnades, pavillons d’angle et bassins. Le style architectural y était conforme à celui de la Citadelle. Les conséquences de ces réalisations insolites en haut lieu ne devaient pas tarder à apparaître en milieu urbain, des changements de cette nature étant plus adoptés tout d’abord dans les quartiers européens.

  • 70 M. Clerget, op. cit., p. 323-324. « Le plan à l’européenne ».

65« Jusqu’à la fin du xviiie siècle70, les maisons des Européens dans le quartier franc étaient construites en un style intermédiaire mi-indigène, mi-occidental. Telle nous apparaît, par exemple, la maison du consul de France dans les descriptions de Lucas et de Coppin : au rez-de-chaussée, un couloir, une cour, et entourant celle-ci, des magasins ou dépendances ; au premier étage, les appartements de réception, une grande salle à liwans pavée à la turque, une autre disposée à la franque ; au second les appartements privés. C’est surtout à partir du règne de Muḥammad ‛Alī que le succès du plan à l’Européenne s’est affirmé, d’abord pour des raisons de mode, ensuite par nécessité de s’accomoder aux conditions nouvelles de la vie. Vers 1800, on appelait ce style, le style grec. Djabarti nous apprend que le pacha fit restaurer dans ce genre ses châteaux de Choubra, de l’Ezbekieh, de Gizeh et du quartier d’Assar. Puis vint le style à l’italienne avec les galeries à arcades, les larges balcons : il fleurit surtout dans le voisinage de l’Ezbekieh ».

  • 71 Ibid., p. 325.

66De l’application de ces nouveaux plans à l’européenne, il devait résulter naturellement de sérieux changements dans l’aspect général des habitations citadines et leur configuration intérieure : « l’uniformisation et l’aplatissement des façades71 » et surtout le manque d’adaptation intérieure au climat du pays et aux coutumes locales pouvaient-ils alors donner la satisfaction espérée ?

67Il est probable que l’on s’exposa, en l’occurrence, à de fréquents regrets, au souvenir des avantages que présentaient les anciennes demeures de style traditionnel.

  • 72 Il semble que l’on ait définitivement sacrifié les aises et le confort dans les conditions auxquel (...)

68Mais devant ces changements irréversibles liés aux bouleversements de l’Histoire, il ne devait plus rester qu’une certaine nostalgie pour un cadre de vie en voie de disparition complète72.

69Sans doute évoquera-t-on ainsi les agréments du maq‛ad ouvert à la brise du Nord et surplombant de ses gracieuses arcades cour et jardin.

70De même gardera-t-on longtemps en mémoire le charme de l’ancienne qaa, les grandes proportions, la fraîcheur et le luxe de cette magnifique salle de séjour, de réception et de fête, qui semble avoir été, de longue date, l’une des formes les plus originales de l’architecture domestique au Caire.

PLANCHE R

PLANCHE R

En dehors de son usage pour les réceptions et les fêtes, la grande qā‛a était recherchée par le maître et ses familiers pour sa fraîcheur, son confort et sa tranquillité (d’après P. Coste).

Notes

1 Cf. A. Raymond, Artisans et commerçants au Caire au xviiie siècle, 2 vol. p. 404 : « L’installation des grands commerçants commença autour de l’étang [Birkat al-Azbakiyya], au début du xviiie siècle, souvent sans doute sous la forme de résidences d’été, les tuğğār conservant une maison dans le centre du Caire ». « La population du Caire de Maqrīzī à la Description de l’Égypte », Bulletin d’Études Orientales, t. XXVIII, 1975, p. 209 : « Le déplacement des résidences « émiriales » de la région de Qahira et des environs de la Citadelle vers les rives de la Birket al-Fil, puis vers les quartiers situés au-delà du Ḫalīg, nous semble lié à l’accroissement graduel de la population du Caire ; l’encombrement progressif du centre économique de la ville, où se développaient les activités commerciales, l’urbanisation de la zone située entre Bāb Zuwayla et la Citadelle ont progressivement amené les « beaux quartiers » à gagner des régions plus dégagées ».

2 La Description de l’Égypte, État moderne, II, 1882. Voir aussi P. Coste, Les monuments du Caire, 1837-1839.

3 Le seul souvenir de l’existence d’anciens quartiers d’habitation à l’Ouest d’al-Qāhira apparaît dans la survivance de certains bâtiments religieux.

4 Les cinq ouvrages que nous avons publiés dans les « Mémoires de l’Institut Français d’Archéologie Orientale », entre 1972 et 1983, concernent exclusivement les exemples de l’architecture domestique classés par le Comité.

5 Perse et Syrie.

6 Servirent parfois de modèles aux bâtisseurs égyptiens les constructions civiles, militaires et religieuses des Croisés en Syrie, tandis que des captifs chrétiens étaient utilisés sur les chantiers du Caire.

7 Notamment avec le maintien de certains modes d’aération orientés au Nord. A. Lézine « Persistance de traditions préislamiques dans l’architecture domestique de l’Égypte musulmane » Annales Islamologiques, t. XI, 1972.

8 A. Badawy, Le dessin architectural chez les anciens Égyptiens, Le Caire 1948, vol. I et II. A history of Egyptian architecture, Berkeley et Los Angeles, 1968, p. 110 et ss. Survivance de la disposition intérieure des grandes maisons-types de Tell Amarna (entrée, antichambre, salle commune, chambre, latrines, escalier, au rez-de-chaussée ; terrasse et loggia à l’étage) — supra. Les mêmes éléments primordiaux ont été relevés récemment sur les « talatat » du 9e pylone de Karnak (vers 1360 av. J.C).

9 E. Pauty, Les palais et les maisons d’époque musulmane au Caire, Mém. de l’I.F.A.O., t. LXII, 1933. L’architecture au Caire depuis la conquête ottomane, vue d’ensemble, B.I.F.A.O., t. XXXVI, 1936.

10 On peut remarquer l’identité de fonctions, dans deux formes différentes, de l’ancien īwān et du nouveau taẖtabuš, l’un et l’autre ouvrant également sur la cour ou le jardin ; le premier, d’inspiration mésopotamienne, se distingue par son arc et sa voûte brisée ; le second retrouve aux xviie et xviiie siècles la simplicité rectilinéaire des époques pharaoniques.

11 Au moment où les arcs brisés, caractéristiques de l’architecture mamelouke, disparaissent de la a et du riwāq pour y être remplacés par les kurdī, leur réapparition dans les maqad montre l’attachement des constructeurs égyptiens à l’égard de cet élément architectural — si souvent utilisé, par ailleurs, dans le kuttāb élevé au-dessus d’un sabīl.

12 Avec le développement des moucharabiehs de bois tourné et assemblé, le décor des boiseries peintes — placards, plafonds — où prédominent les motifs floraux, apparaît, au xviiie siècle, un nouvel usage ornemental des carreaux de faïence importés de Turquie. A la même origine, on peut attribuer le goût des peintures murales naïvement exécutées et représentant villes et paysages — notamment « la Ville Sainte » alternant avec des cartouches floraux (voir infra et supra).

13 On connaît une emprise semblable subie de la même façon et au même moment par les principales villes d’Afrique du Nord. Cf. Palais de Tunis, 4 vol.

14 Situées à la périphérie des quartiers urbains, les habitations populaires sont construites en brique crue, comme les habitations rurales, limitées généralement au rez-de-chaussée et ne dépassant pas l’étage. A. Raymond, « Problèmes urbains et urbanisme au Caire, aux xviie et xviiie siècles », 1969, p. 396. « La plupart des ḥāra localisées sur le plan étaient situées sur la périphérie du Caire, dans les régions où s’étendaient les quartiers populaires... ».
Sur le mode de construction des habitations populaires et rurales, voir E.W. Lane, Manners and Customs of the Modern Egyptians, Londres 1836, p. 31.

15 La prospérité commerciale du Caire bénéficiant d’une position géographique particulièrement favorable.

16 Un goût de l’ostentation similaire a été observé dans les pièces de réception des principales villes d’Afrique du Nord.

17 E.W. Lane, op. cit., p. 192 ss.

18 Hauteur limitée à deux ou trois étages. Voir Palais et maisons du Caire, t. I, C.N.R.S., 1982, pp. 132 à 142.

19 Toute personne vivant seule ne pouvait être admise dans un rab’ ; il lui fallait alors trouver un logement personnel dans une wakāla. Cf. E.W. Lane, op. cit. p. 30.

20 Supra.

21 Les revenus provenant de la location d’un rabe ou d’une wakāla étaient souvent affectés à l’entretien de monuments religieux et des personnes qui y étaient rattachées (mosquée, madrasa, ẖānqā).

22 A. Raymond, Problèmes urbains... : Les réalisations urbanistiques, in Colloque International sur l’Histoire du Caire (1969), p. 367.

23 M. Clerget, Études de géographie urbaine et d’histoire économique, I et II, Le Caire, 1934, p. 316. « Il peut contenir dix ou quinze appartements pour une dizaine de personnes chacun. On le rencontre partout dans les grandes rues, ou dans leur voisinage immédiat, entre les grands bazars... »

24 Pourvus de puits d’aération également verticaux rappelant ceux dont est dotée toute construction importante, civile ou religieuse.

25 Volets s’ouvrant et se rabattant « en tabatière ».

26 En raison de leur très grand nombre au Caire et à Būlāq, peu de wakāla et de rabe ont fait l’objet d’une restauration complète, comme celle de la wakāla al-Ġurī en constitue le meilleur exemple.

27 Voir l’étude réalisée à ce sujet par Nelly Hanna : « Bayt Stambūlī », publiée dans les Annales Islamologiques, Le Caire, 1980.

28 Avec des courettes intérieures formant dégagement et les modes d’aération habituels.

29 A. Raymond, « La population du Caire de Maqrizī à la Description de l’Égypte », 1975. Artisans et commerçants au Caire au xviiie siècle, II, 1974.

30 Notamment au faubourg de Būlāq.

31 De même qu’à l’époque mamelouke.

32 D’élégantes réductions de belles demeures citadines ont été observées, de la même façon, à Fès et à Tunis. Voir Palais de Tunis, I et II. Des cas semblables devaient être fréquents dans les autres villes d’Afrique du Nord et en Orient.

33 Martin S. Briggs, Muḥammadan Architecture, Egypt and Palestine, Oxford, 1924 (Domestic architecture), p. 150. Les visiteurs de classe modeste sont reçus pour affaires dans une pièce ou alcôve particulière (takhtabosh). C’est une pièce élargie parfois par un pilier central, meublée d’un long sofa en bois (dikkah) sur un, deux ou trois côtés. Légèrement surélevé au-dessus de la cour, le takhtabosh est rafraîchi à l’eau en été.

34 Consoles jumelées ou non à trois têtes arrondies.

35 Demeures de Šabšīrī, Ğamāl al-Dīn, Kirīdliyya...

36 Voir, par exemple, les a inférieures de Sitt Wasīla, Harāwī, al-Mullā... qui resteront plus longtemps fermées et obscures que les grandes salles supérieures.

37 Ce nouveau type de porte restera cependant fidèle à son encadrement traditionnel de pierre sculptée et moulurée (chaîne hexagonale étoilée), au-dessous d’une ou de deux impostes barreaudées.

38 Dont certains prennent la place de communs (maẖzan, logement domestique).

39 Placés au sommet des grilles à moucharabieh.

40 Indépendamment d’autres salons familiaux.

41 Supra et infra.

42 Augmenté par la ventilation du malqaf, dressé désormais au-dessus d’un dégagement (ou antichambre) voisin de la qā‛a, à la suite de l’abaissement du plafond de cette salle.

43 En raison de la disposition transversale de certaines qā‛a (Est-Ouest) formant parfois une sorte de passerelle entre deux cours, ces grandes salles possèdent de vastes grilles qui peuvent s’étendre sur toute la largeur de ces cours (ou jardins).

44 Un ḥammām particulier est aménagé à portée immédiate de la grande qā‛a, à un niveau toujours différent — supérieur ou inférieur — (Suhaymī, Musafirẖāna etc.).

45 Ces nouveaux éléments décoratifs étant remplacés, au besoin, par leur imitation peinte sur des lambris en planches.

46 P. Coste, Architecture arabe du Caire, Paris, 1837, Pl. XXI, XLV, XLVI.

47 Des dispositions comparables ont été adoptées à Ğamāl al-Dīn, Ḥarāwī et Suhaymī.

48 P. Coste, id. p. 42.

49 lbid. « Ce fut le sultan Melek el Naser Mohammed fils de Kalaoun, qui fit creuser, l’an 725 de l’hégire, le canal nommé Khalidj el-Neser ».

50 De tout temps, les voyageurs étrangers ont été surpris par l’importance des fêtes données à l’occasion des inondations du Nil et de la rupture des digues. Léon l’Africain, Description de l’Afrique, p. 512. Au moment de la grande fête qui a lieu au début de l’inondation [durée 80 jours]. « Il y a un tel vacarme de cris et de musique que la ville est sens dessus-dessous. Chaque famille prend une barque, la garnit des plus fines étoffes, des plus jolis tapis, se munit d’une quantité de victuailles, de confiseries, de très jolies torches de cire. Toute la population est dans les barques et s’amuse suivant ses moyens... Cette fête est une survivance de celle des anciens Égyptiens... ».
Le voyage en Égypte de Christophe Harant en 1598, I.F.A.O. le Caire, 1972, p. 176/236. « Maints artisans et commerçants gaspillent gaiement en faisant la fête pendant ces jours les bénéfices de toute une année... A ce moment tout le monde ressent un puissant désir d’aller se promener sur l’eau, à bord d’une barque quelconque, ornée de beaux tapis, en compagnie de quelques musiciens... Des milliers de lampes restent allumées dans les rues, sur les tours, sur les bateaux, toute la nuit jusqu’au jour ».

51 E.W. Lane, op. cit., p. 168.

52 Ailleurs le renouvellement de séjours annuels, dans des résidences secondaires, était aussi organisé à l’écart d’autres villes musulmanes en Afrique du Nord et dans les pays d’Orient ; villas et jardins autour de Fès et d’Alger, Palais et résidences d’été de la Région de Tunis, « Yali » du Bosphore à Istambūl.

53 Léon l’Africain, Description de l’Afrique, pp. 513-514. L’auteur considérait auparavant la Citadelle (Qala al-Ğabal) comme une véritable cité royale.

54 Supra.

55 A. Raymond, La population du Caire de Maqrizi à la Description de l’Égypte, 1975, p. 211. Problèmes urbains et urbanisme au Caire aux xviie et xviiie siècles, 1969, p. 368.

56 A. Raymond, Artisans et commerçants au Caire au xviiie siècle, II, 1974, p. 408. « Si un « Grand seigneur » pouvait avoir au Caire jusqu’à 150 ou 200 personnes, les maisons des « bons marchands » ne comptaient pas moins de 20 ou 30 personnes, les artisans se contentant habituellement de deux ou trois esclaves ».

57 Voyage en Égypte de Vincent Stoehove (1631), IFAO, 1975, p. 48. Ce voyageur se plaint tout d’abord de l’étroitesse, de la saleté et de la poussière des rues.

58 E. Pauty, Palais et maisons d’époque musulmane au Caire, MIFAO, LXII, Le Caire, 1933, p. 81. Le Palais d‛Abdou Eff-Wadi est daté de 1606 et localisé dans la ville (n° 364 du plan).

59 « Etant toute revêtue du plus précieux marbre qu’il me souvient d’avoir jamais vu, et toute remplie de fontaines artificielles, et le haut tout enjolivé d’or, d’azur et de diverses sortes de couleurs, et surtout d’un vermillon si vif qu’on avait de la peine à le regarder... »

60 Les Voyages en Égypte de Jean Coppin (1638-1646), IFAO, Le Caire, 1971, p. 83-85.

61 Description de mosaïques de marbre de couleur. « Ces bassins sont environnés de quelques degrés, et il en sort un petit jet d’eau du milieu et de chacun des angles ; cette eau est artificielle qu’ils font descendre par des tuyaux cachés dans le mur d’un autre bassin qui est dans un lieu plus haut que celui-là... » (bassin ou réservoir — alimenté sans doute par une noria (sāqiyeh) installée au-dessus d’un puits, à un niveau élevé — voir Palais de Musāfirẖāna).

62 qā‛a (ou mandara).

63 A. Raymond, « Signes urbains et étude de la population des grandes villes arabes à l’époque ottomane », Bulletin d’Études Orientales, XXVII, Damas, 1974-75, p. 357-358. Remplacement progressif de l’autorité du Pacha par celle des Beys.

64 Constructions aujourd’hui disparues.

65 Op. cit. p. 86-87.

66 On se souvient qu’au xve siècle, le Sultan mamelouk Qāyt bāy se tenait parfois dans une tente renommée pour ses proportions inusitées et son luxe intérieur ; on la dressait à l’intérieur de la Citadelle, à l’occasion de certaines cérémonies officielles (voir Palais du Caire, t. I, p. 95-2).

67 J.M. Rogers, Art. al-Ḳāhira, in Encyclopédie de l’Islam, IV, 1974, p. 437, Architecture commerciale et domestique.

68 E. Pauty, op. cit., p. 63 ss.

69 Id. Dans les nouvelles constructions est souvent conservée la disposition traditionnelle du xviiie siècle (cour d’honneur, salons d’apparat, appartements privés) modifiée apparemment par l’usage de fenêtres rectangulaires, les « œils de bœuf », l’exécution de plafonds à voussures et centre plat ovale ainsi que de peintures murales — paysages, croisières, combats navals — inspirées du style ornemental français ou italien au xviiie siècle.

70 M. Clerget, op. cit., p. 323-324. « Le plan à l’européenne ».

71 Ibid., p. 325.

72 Il semble que l’on ait définitivement sacrifié les aises et le confort dans les conditions auxquelles on était habitué jusque-là pour satisfaire à la mode du jour. Ces innovations qui apparaissent, dès l’entrée sur la rue, sont encore visibles aujourd’hui, dans l’aspect entièrement modifié de certaines portes de riches demeures ; en divers quartiers du Caire, des portes droites ou cintrées témoignent du choix de l’époque pour un encadrement de pierre lourdement sculptée de motifs floraux d’inspiration européenne — remplaçant l’ornementation géométrique et florale également taillée dans le calcaire auparavant.

Table des illustrations

Titre PLANCHE Q
Légende Pavillon du Palais de Mohammed ‛Alī dans les jardins de Choubra édifié près du Nil, selon un nouveau style architectural et décoratif inspiré de Turquie et d’Italie, au xixe siècle (d’après P. Coste).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3308/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre PLANCHE R
Légende En dehors de son usage pour les réceptions et les fêtes, la grande qā‛a était recherchée par le maître et ses familiers pour sa fraîcheur, son confort et sa tranquillité (d’après P. Coste).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3308/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter