Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Palais et maisons du Caire. Tome II

 | 
Bernard Maury
, 
André Raymond
, 
Jacques Revault
, 
et al.

2e partie. L'Architecture domestique au Caire à l'époque ottomane (XVIe-XVIIIe siècles)

Palais, demeures et résidences urbaines

Texte intégral

PLANCHE XIV

PLANCHE XIV

Carte des palais et maisons du Caire.

1Les palais princiers élevés au Caire, sous la Domination ottomane, ne pouvaient manquer de s’imposer, comme ceux de leurs prédécesseurs, par leur nombre, leurs grandes proportions et leur luxe architectural. En dehors de la Citadelle où Pacha et Aġa, représentants de « la Porte », avaient succédé aux sultans mamelouks, les nouveaux émirs choisirent encore, pour y édifier leurs résidences, l’ancienne Cité fatimide et ses faubourgs — Sud et Ouest — ainsi que les abords du halīğ et des bīrka. Cependant, le nombre de ces palais qui ont survécu jusqu’à ce jour apparaît particulièrement réduit. Leurs vestiges ne peuvent alors donner qu’une idée incomplète de l’importance des constructions personnelles réalisées par les « Grands », au cours des derniers siècles.

Palais de la Citadelle

  • 1 La Description de l’Égypte.
  • 2 Les palais de la Citadelle avaient déjà été en butte aux violences des conquérants ottomans, dès l (...)

2On sait que les Palais des Sultans mamelouks-bahrites, puis burğites, conservèrent, durant plusieurs siècles, les constructions prestigieuses élevées sur les hauteurs du Muqaṭṭam par le grand bâtisseur Nāṣir Muḥammad ibn Qalāwūn. Leurs salles immenses et les hautes colonnades du Grand Iwān étaient encore debout en 1798, lorsque les membres de l’Expédition Française en firent la découverte. Sans leur souci de laisser un souvenir précis de ces lieux, grâce à une description et à des relevés architecturaux effectués avec le plus grand soin, il aurait été difficile d’imaginer aujourd’hui la survivance de ces bâtiments royaux après plus de quatre siècles d’existence1. En effet, en dehors de la mosquée construite également par le Sultan Nāṣir Muḥammad, ainsi que certains soubassements voûtés, épargnés dans son voisinage, l’ensemble de l’ancien Palais mamelouk allait être condamné à disparaître entièrement, au début du xixe siècle, par la volonté de Muḥammad ‛Alī2. Celui-ci désirait alors faire place nette afin de substituer aux vestiges d’une architecture grandiose mais vétusté et jugée démodée, des bâtiments neufs — comme nous le verrons — inspirés de la Métropole ottomane et de l’architecture occidentale.

  • 3 H. Dehérain, op. cit., p. 22.
    Le nouveau gouverneur, nommé par la Sublime Porte débarqua à Rosette (...)

3Jusque-là, les prédécesseurs du grand réformateur s’accomodèrent sans doute de l’ancien palais mamelouk et de ses dépendances dont ils avaient hérité, aussi bien pour s’y installer eux-mêmes que pour y établir leurs services administratifs et leurs casernes militaires3. Selon H. Dehérain, la Citadelle du Caire... « se composait d’une partie haute occupée par le quartier des Janissaires et d’une partie basse où s’élevaient les casernes des ‛Azab, autre corps de milice, et divers palais ; les gouverneurs habitaient l’un d’eux. Se sachant simples passants, ils ne prenaient aucun soin de leur demeure ; « Le château » est dans un état pitoyable, écrira de son côté de Maillet, il est extrêmement rare que les pachas s’avisent d’y faire la moindre réparation ».

  • 4 J.M. Rogers, op. cit., p. 435, Khadim Sulaymān Pāshā (wālī, 1524/1534) édifie dans la Citadelle un (...)

4En fait, la faible durée de leur mandat en qualité de représentants de l’autorité ottomane en Égypte et la limite des ressources mises à leur disposition ne pouvaient guère permettre aux Pachas de promouvoir des transformations importantes, dans le cadre de l’ancienne Cité royale4. Sans doute apprécièrent-ils cependant les aménagements réalisés par les Sultans burğites, notamment au xve siècle, marquant, nous l’avons vu, la plus récente évolution architecturale au Caire. Le développement des boiseries ouvragées dans les vastes salles d’apparat, la multiplicité d’appartements privés aux proportions plus mesurées qu’autrefois, enfin l’élargissement des baies garnies de grilles ou de balcons à moucharabieh, toutes ces innovations, qui allaient être particulièrement prisées durant la période ottomane, étaient déjà apparues sous le règne du Sultan Qāyt bāy, sinon depuis al-Mu‛ayyad Cheikh.

5Il est donc permis de penser que, si les gouverneurs ottomans établis en Égypte délaissèrent certains des grands bâtiments fondés à l’époque des Croisades par Nāṣir Muḥammad, ils durent accepter plus aisément les constructions du xve siècle dont la distribution et le style architectural allaient être maintenus au cours des siècles suivants.

  • 5 Le faubourg de Bab Zuwayla avait déjà été choisi auparavant par les Sultans Qāyt bāy et al-Gūrī po (...)

6Nous verrons aussi qu’indépendamment de leur installation officielle entre les remparts de la Citadelle, des gouverneurs et des émirs ottomans suivirent l’exemple de certains Sultans et émirs mamelouks, en édifiant, à l’écart du « Château de la Montagne », de luxueuses résidences privées à l’intérieur de l’ancienne Cité fatimide ou des faubourgs d’al-Qahira5.

Notes

1 La Description de l’Égypte.

2 Les palais de la Citadelle avaient déjà été en butte aux violences des conquérants ottomans, dès leur arrivée au Caire. Cf. H. Dehérain, L’Égypte turque, Paris, 1931, p. 7 à 9. « La Citadelle souffrit des déprédations des vainqueurs ». (Enlèvement des marbres muraux des appartements ainsi que des colonnes de la salle du Divan embarqués pour Constantinople). Par ailleurs le Sultan Sélim semblait se désintéresser du sort de l’ancienne cité mamelouke en s’installant personnellement dans l’Ile de Rôda où il séjourna peu de temps et fit construire une mosquée.

3 H. Dehérain, op. cit., p. 22.
Le nouveau gouverneur, nommé par la Sublime Porte débarqua à Rosette où il effectua une arrivée imposante, accompagné d’un cortège officiel. De là il se rendit au Caire.
« Après avoir traversé la ville, le pacha pénétrait dans le château, sa résidence. Quelques jours plus tard, il recevait en audience solennelle les beys, qui juraient entre ses mains obéissance et fidélité à l’empereur ottoman et étaient revêtus de pelisses d’honneur ».
Les wālis ottomans avaient peu d’argent à leur disposition pour construire. Nommés en Égypte pour un temps très limité, ils préféraient élever en complexe des mosquées funéraires à Istanbul, n’envisageant pas généralement de mourir au Caire.

4 J.M. Rogers, op. cit., p. 435, Khadim Sulaymān Pāshā (wālī, 1524/1534) édifie dans la Citadelle une mosquée à plan ottoman et décor mamelouk (1528) ainsi qu’une tekke voisine.

5 Le faubourg de Bab Zuwayla avait déjà été choisi auparavant par les Sultans Qāyt bāy et al-Gūrī pour l’installation de leurs palais respectifs. En revanche, le voisinage de la Citadelle devait être délaissé par les émirs ottomans, peut-être en raison des troubles fréquents qui s’y produisirent. Cf. A. Raymond, op. cit., p. 369.

Table des illustrations

Titre PLANCHE XIV
Légende Carte des palais et maisons du Caire.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3305/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 432k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter