Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Palais et maisons du Caire. Tome II

 | 
Bernard Maury
, 
André Raymond
, 
Jacques Revault
, 
et al.

2e partie. L'Architecture domestique au Caire à l'époque ottomane (XVIe-XVIIIe siècles)

Évolution de l'architecture domestique au Caire entre les périodes mamelouke et ottomane

Texte intégral

PÉRIODE MAMELOUKE

  • 1 Palais et Maisons du Caire d'époque mamelouke (xiiie-xvie siècles), édit. C.N.R.S., I, 1982, pp. 2 (...)
  • 2 En même temps que l'on renonçait à des bâtiments fastueux s'étendant surtout horizontalement et li (...)

1On sait que cette époque s'est imposée par l'importance de ses innovations architecturales aussi bien dans le domaine des constructions domestiques, que dans celui des constructions religieuses et militaires. Tout en restant fidèles à certaines conceptions essentielles de l'habitation égyptienne séculaire, en fonction du climat, des matériaux disponibles et des besoins traditionnels, les bâtisseurs musulmans ont réussi à concilier le maintien de ces survivances locales avec l'adoption d'un nouveau style architectural inspiré du dehors, notamment de la Perse et de la Syrie, sans compter les influences dues aux croisades. On a pu alors observer que l'application des premières formes architecturales avec cour intérieure entourée d'īwān, apportées de la Capitale des Califes par les conquérants musulmans, n'avait pas survécu aux Dynasties Ommeyades, Abbassides et Fatimides dans les nouvelles cités égyptiennes de Fostat et d'al-Qāhira1. Sans doute doit-on attribuer la durée éphémère de ces innovations architecturales en Égypte, au début de l'ère musulmane, à une transplantation hâtive et systématique du mode d'habitation urbain — cours et pièces très ouvertes tenant insuffisamment compte du climat et des coutumes particuliers à la vallée du Nil2.

  • 3 Ibid., voir p. 38 et ss., luttes contre les Croisés et les Mongols.

2Il en va différemment sous le règne des Sultans mamelouks — bahrites et circassiens. A ce moment, la construction des palais et des maisons du Caire semble mieux répondre aux conditions de vie habituelles tout en s'adaptant à une époque de troubles intérieurs et de conflits extérieurs3.

3Aussi l'architecture domestique des xiiie et xive siècles apparaît-elle comme une architecture fortifiée, surtout dans l'aspect général des palais du Sultan et des émirs.

  • 4 ld., cf. p. 50 et ss. Palais des émirs Qawṣūn (ou Yašbak), Emir Ṭāz, Ālīn Aq, Baštak. J. Revault e (...)
  • 5 Par le choix des monts du Muqaṭṭam pour y élever sa nouvelle résidence royale, le Sultan Qalāwūn d (...)

4Élevés sur les monts du Muqaṭṭam et entourés de remparts, les Palais de la Citadelle présentent l'exemple le plus caractéristique de la nouvelle architecture en honneur au Caire où ils serviront de modèle aux « Grands ». Ceux-ci choisissent alors de préférence les abords du Palais sultanien ou le cadre de l'ancienne cité fatimide pour y établir leurs résidences personnelles4. En dépit des différences de civilisation, d'époque et de style architectural, le goût des proportions monumentales cher aux constructeurs de l'ancienne Égypte paraît se manifester encore au temps des Sultans mamelouks bahrites. L'un des signes les plus évidents en ressort de la superposition de la haute salle d'apparat (riwāq) sur les rangées de pièces voûtées formant écuries (isṭabl)5.

  • 6 Id., p. 75 et ss. Qā'a Dardīr, Qā'a al-Irsān, Qā'a Qohia, Qā'a al-Gannām... L'affectation fréquent (...)

5Avec ses fenêtres inférieures barreaudées et ses ouvertures supérieures garnies de vitraux, on peut également noter quelle similitude cette nouvelle salle de réception et de fête présente avec les nouvelles formes architecturales d'inspiration seldjoukide en honneur dans les madrasa, mosquées et ẖanqa édifiées à l'époque mamelouke. On imagine aussi quel attrait la grande salle (qā‘a, riwāq), à dūrqā'a centrale et deux īwān extrêmes s'ouvrant dans des arcs brisés, dut exercer sur les notables cairotes contemporains, à en juger par l'unique survivance de cette pièce, à l'exclusion des autres parties des anciennes demeures maintenant disparues6.

6On peut supposer cependant, qu'à l'imitation des palais, ces riches habitations citadines devaient comporter, autour d'une cour intérieure agrémentée parfois d'un jardin, un rez-de-chaussée réparti entre communs (écuries, magasins à vivres, logements domestiques, cuisine) et pièces éventuelles pour la réception des hôtes, l'étage étant réservé aux appartements du maître et de sa famille.

  • 7 Id., p. 132 et ss. Certains rab‛ étaient rattachés à un caravansérail (wakālā), comme pouvait en f (...)

7Pour leur part, les citadins appartenant à la classe moyenne occupaient sans doute fréquemment des habitations collectives (rab)7 comme nous en verrons, plus tard, la coutume se prolonger, la conception et le mode de construction en rappelant souvent ceux des logements (ou cellule) aménagés dans les couvents (ẖānqā) à l'intention des « Soufis ».

  • 8 On aboutira, en effet, à des changements tels que l'architecture domestique cairote de la période (...)

8Pendant la seconde partie de la période mamelouke, correspondant au règne des Sultans mamelouks-circassiens (xve siècle, début xvie), le style architectural subit de profondes modifications. L'évolution des formes et du décor qui se manifeste à cette époque dans les palais et les habitations citadines du Caire ne fera alors que se poursuivre et s'accentuer ensuite durant la période ottomane8.

  • 9 Op. cit., p. 35 et ss. ; p. 55 et ss.
  • 10 Op. cit., p. 97 et ss.

9Ces changements apparaissent naturellement, en premier lieu, à la cour du Sultan où émirs et notables cherchent également leur inspiration habituelle à l'occasion de leurs propres constructions. Ainsi s'étendent de plus en plus à travers la ville les innovations limitées tout d'abord à la Citadelle. Il faut observer que celles-ci semblent souvent s'ajouter, dans des édifices neufs, à la conservation des palais antérieurs. En effet, la découverte de constructions monumentales, survivance de l'époque mamelouke bahrite, ne sera pas le moindre sujet d'étonnement et d'admiration pour les membres de l'Expédition Française en 17989. Ainsi les principaux exemples d'architecture palatine réalisés entre le xive et le xvie siècle auront été maintenus sur les hauts lieux du Caire jusqu'à la fin du xviiie siècle. Dès lors, on pouvait en établir aisément la comparaison d'une époque à l'autre. Les changements les plus caractéristiques, qui s'affirment surtout au xve siècle, affectent aussi bien l'aspect extérieur et intérieur de l'architecture domestique. On renonce de plus en plus aux murs aveugles — en pierre de taille ou brique — des bâtiments de « type fortifié » pour adopter progressivement, sur le dehors et sur les cours intérieures, des ouvertures barreaudées ou garnies de grilles en bois plat ou tourné (moucharabieh). En même temps, l'usage des encorbellements sur console de pierre permet un élargissement appréciable des étages habités. Les appartements bénéficient principalement de ces innovations10.

  • 11 Op. cit., p. 101 et ss.

10On doit, en effet, reconnaître une plus longue hésitation à accepter une complète transformation de la grande salle de séjour ou de réception, soit au rez-de-chaussée (a), soit à l'étage (riwāq). Les proportions imposantes qui y semblent fixées par la tradition vont de pair, semble-t-il, avec le maintien d'une pénombre liée à l'entretien de la fraîcheur intérieure qui interdisent encore l'ouverture de fenêtres murales. Aussi l'emploi persistant d'un grand auvent (malqaf) et d'un lanterneau à coupole (manwār) sur les terrasses continue-t-il à répondre exclusivement aux besoins d'aération et d'éclairage de la salle11.

11Cependant l’aménagement intérieur de celle-ci n’en subit pas moins de sérieuses modifications, ne serait-ce que par la disparition des arcs en pierre de taille qui marquent l’ouverture des deux îwān sur la dūrqāa centrale, et leur remplacement par un support en bois sculpté et peint (kurdī) relié directement au plafond à solives apparentes.

12Par ailleurs, le rôle grandissant des boiseries décorées ressort encore des portes de communication ouvrant sur la durqāa et des portes de placard entourant les īwān, leur unité d’aspect résultant de formes identiques et d’une ornementation semblable, à base d’incrustations d’ivoire et d’ébène.

  • 12 Op. cit., p. 105 et ss.

13L’alternance de ces boiseries et des parements de marbre muraux contribue à l’heureux effet de la parure inférieure de la salle d’apparat, répondant au décor du dallage de la durqāa et des plafonds enluminés des īwān12.

14Une des conséquences de l’évolution de la a, avec la disparition de ses grands arcs brisés sera de la différencier désormais de la madrasa et de la mosquée avec lesquelles on avait pu remarquer jusqu’alors une forte ressemblance.

15De toutes les parties qui composent un palais ou une demeure bourgeoise ce sont, sans doute, les communs qui subissent le moins de changement, n’étant pas soumis aux fluctuations de la mode, comme les lieux de réception et d’habitation des maîtres.

  • 13 Doris Abu Saif, A circassian mamluk suburb north of Cairo, in p. 17-23.
  • 14 Palais du Caire, I, 1975, pp. 21 à 33.
  • 15 Vers le Nord et l’Ouest.
  • 16 Le maqad le plus important, conservé jusqu’à ce jour, est celui de l’Emir Māmāī’, qui l’édifia au (...)

16Au temps des Sultans circassiens, on doit aussi retenir deux tendances particulières qui se manifestent parfois dans certaines de leurs installations : d’une part, leur propension à étendre leurs résidences de campagne avec création de pavillons royaux au milieu de vastes jardins, tels qu’en subsiste le souvenir au Nord de Bāb al-Futūḥ et Bāb al-Naṣr13, d’autre part, le choix des quartiers situés au sud du Bāb Zuwayla pour y implanter des palais d’un type nouveau. De cette dernière tendance, le palais édifié par le Sultan Qayt bay, à proximité de la grande voie Nord-Sud (rue al-Mu‛ïzz), apparaît un exemple caractéristique14. Son aspect général se distingue de celui des grands bâtiments officiels rassemblés dans la Citadelle. Il semble que l’on se soit rapproché ici de la conception et du style qui prévaudront de plus en plus dans les riches demeures citadines. Une vaste cour intérieure, sans doute agrémentée de jardins, convenait aux allées et venues des nombreux mamelouks et serviteurs attachés au service du Sultan. On a renoncé, dans les constructions qui l’entourent, à l’ancienne superposition écuries (isṭabl)-salle d’apparat (riwāq), avec l’établissement des communs, côtés Ouest et Nord, distinct de celui des lieux d’accueil et de séjour réservés au Sultan, à sa famille et à ses hôtes, où ils bénéficiaient de la meilleure orientation15. A la faveur de ces innovations apparaît la création du maq‘ad16. Cette nouvelle salle de réception, à l’encontre des salles précédentes entièrement fermées (a, riwāq), a l’apparence d’une galerie (ou loggia) surélevée, s’ouvrant au Nord, entre plusieurs arcades à colonnes, sur cour et jardins. L’importance que l’on y attacha ressort notamment du luxe ornemental que présentent son portail d’accès monumental en pierre sculptée et son plafond doré et peint à solives apparentes.

  • 17 Id. pp. 35 à 82 : Palais d’al-Razzāz et de Raḍwān bay.

17On ne doit pas s’étonner de voir, aux siècles suivants, le Palais citadin de Qaytbay retenu comme modèle par certains émirs et notables, qui s’en inspireront pour édifier des résidences de même nature dans les mêmes quartiers17.

  • 18 Palais du Caire, III, 1979, pp. 1 à 12.

18L’époque mamelouke circassienne n’a laissé, à un niveau moins élevé, qu’un seul exemple de belle demeure urbaine, édifiée à proximité d’al-Azhar. Connue sous le nom de Zaynab Hātūn, cette demeure, aujourd’hui incomplète, semble cependant devoir sa fondation à un personnage important18. Bâtie partiellement en pierre de taille, elle présente au dehors comme au dedans les dispositions caractéristiques qui marqueront ensuite les constructions de la période ottomane.

19La porte d’entrée s’ouvre dans un arc brisé rehaussé de moulures ornementales au-dessous d’encorbellements garnis de moucharabieh. Un couloir en chicane débouche sur une cour dallée de calcaire de dimensions réduites. Communs et pièces d’accueil pour les visiteurs et les hôtes occupent le rez-de-chaussée. L’importance passée de cette demeure est surtout visible dans ses deux pièces de réunion et de réception aménagées au premier étage. Un maq‘ad à deux arcs s’ouvre au Nord, au voisinage d’une luxueuse qā‛a autrefois fermée. En dehors de l’accueil de visiteurs et de l’organisation de fêtes dans les plus belles salles du logis, il est permis de penser que celles-ci répondaient à l’usage quotidien du maître et de ses familiers ; la présence d’un petit hammam auprès de la qā‛a complétait une installation traditionnelle fréquente dans toute riche habitation urbaine. Des appartements s’ajoutent aux deux salons ; salles de séjour secondaire et chambres s’éclairent sur la cour par des fenêtres à moucharabieh, débordant parfois sur un encorbellement. Des pièces plus petites, proches des terrasses, étaient réservées à la domesticité.

  • 19 E. Pauty, Les Palais et les Maisons d’époque musulmane, au Caire, Le Caire 1933, pp. 9-10.

20Avant d’aborder l’étude de l’architecture domestique au Caire à l’époque ottomane, nous rappellerons la conclusion d’E. Pauty sur l’évolution de cette architecture pendant la seconde partie de la période mamelouke19 : « Avec les Circassiens, l’architecture civile cesse totalement de présenter l’aspect rébarbatif des organisations défensives. Si les Barḳouḳ et les Faradj repoussèrent les attaques violentes de Timour, ces actions hors des frontières n’eurent pas sur les ouvrages égyptiens de notable influence. Une période de tranquillité favorise l’éclosion d’œuvres délicates. L’architecture civile devenue plus humaine recherche l’élégance des lignes, la richesse du décor qui va parfois jusqu’à la profusion. Les palais et les maisons abritent des souverains, des notables lettrés, artistes, bien décidés à profiter, en gens de goût, des ressources de l’art.

21Le règne de Ḳâïtbâï amena à son point culminant cet art du palais et de la grande demeure, qui offrait tout ce que l’art du bâtiment peut donner : habitat confortable à la fois cérémonieux et familial, conçu dans le goût le plus sûr. Le maq‘ad de Mamā’ī témoigne de la maîtrise des maîtres du xve siècle, dans l’étude des proportions d’un édifice, des agréments du décor...

  • 20 Sur l’évolution de l’architecture au Caire à l’époque mamelouke, voir aussi L. Hautecœur et G. Wie (...)

22Ainsi, l’architecture civile des Mamelouks, guerrière et farouche avec les premiers Bahrites, devint majestueuse et fastueuse au temps de Mohammed an-Naṣir. Plus humaine avec les premiers Circassiens, riche et maniérée au xve siècle, elle ne pourra que décroître après le règne de Ḳâïtbâï20.

PÉRIODE OTTOMANE

23On sait qu’après la victoire de Sélim Ier sur Ašraf al-Ġūrī (1507), avant-dernier Sultan circassien, l’Égypte tomba sous la domination des Ottomans, également maîtres de l’Asie Mineure et de la Perse. La perte de son indépendance ramène alors ce pays à une situation politique semblable à celle qu’il avait connue au temps des Abbasides, avant sa conquête successive par les Fatimides et les Mamelouks. De même qu’à l’époque de sa sujétion antérieure, Le Caire voit à nouveau le remplacement de ses souverains par des gouverneurs étrangers qui se succèderont nombreux au Palais de la Citadelle.

  • 21 E. Pauty, op. cit., p. 11.

24« Quelles furent les réactions de la conquête ottomane sur l’architecture civile égyptienne ? Assez peu sensibles au début de l’occupation. Les Ottomans qui devaient renouveler, à la fin du xviiie siècle, les formules de l’esthétique, rattacher le mouvement artistique aux traditions occidentales, laissèrent le pays s’endormir sur son passé au cours des xvie et xviie siècles, démarquer en les altérant les éléments de son architecture. De fait, si dans l’architecture religieuse l’on voit s’introduire des plans de type anatolien et constantinopolitain, la maison et le palais restent encore fidèles aux principes de construction des Mamelouks »21.

Manzil Suhaymī : le jardin intérieur, vu du taẖtabuš, face à l’entrée et au maq‘ad.

25Dans le développement de la ville et de ses faubourgs, une riche bourgeoisie occupe une place privilégiée, notamment parmi les hauts fonctionnaires et les commerçants. Leurs demeures maintiennent la division traditionnelle entre pièces de réception pour les visiteurs et appartements privés réservés à l’intimité familiale.

  • 22 Malgré l’intérêt incontestable accordé à l’embellissement de la principale pièce du harem, on ne s (...)

26Il semble, selon E. Pauty, que le harem prenne insensiblement le pas sur le salamlik22. « Tout le luxe passe dans la ḳāa, retraite jalousement cachée où le propriétaire vit avec ses femmes et ses enfants... ».

  • 23 Une première tentative d’indépendance fut réalisée par ‛Alī Bey en 1768.

27A la fin du xviiie siècle, alors que les gouverneurs du Caire les plus hardis s’efforceront de se libérer de la tutelle ottomane23, celle-ci n’en accentuera pas moins son emprise sur la transformation de l’architecture civile cairote, suivant l’exemple de celle de Constantinople, elle-même de plus en plus soumise à l’influence occidentale.

  • 24 Dans lequel l’influence française semble prédominante.

28En 1798, à son arrivée au Caire, Bonaparte y découvrira encore des palais de style traditionnel alors que d’autres constructions auront adopté les formes architecturales et ornementales de l’art ottoman contemporain24.

  • 25 Op. cit., p. 11.
  • 26 Ibid. Ces grand salons empruntent à ceux de l’Europe leurs rangées de hautes fenêtres, leur orneme (...)

29Au début du xixe siècle, devenu le maître incontesté de l’Égypte, Mohammed Ali se tourne délibérément vers l’Europe où il choisit l’esthétique de style baroque — italien et méditerranéen (retenu par la Grèce et la Turquie)25 — afin de s’y conformer dans la création de ses nouveaux palais et de leurs salons de réception de style moderne26.

  • 27 Id., p. 12. Les transformations insolites de l’architecture domestique au Caire aboutiront à l’aba (...)

30Comme il en avait été auparavant, les innovations architecturales adoptées à la cour du Sultan et dans son entourage immédiat ne manqueront pas de se répercuter dans les différentes couches de la Société urbaine du Caire la plus aisée ; elles se substitueront malheureusement aux constructions traditionnelles qui avaient contribué jusqu’alors à donner à la ville son originalité et sa beauté architecturales27.

xvie-xviie siècles

  • 28 Il leur aurait été, sans doute, difficile d’agir autrement en présence de constructions de haute v (...)
  • 29 L’usage de ces boiseries qui existait déjà auparavant, a surtout connu à l’époque ottomane une imp (...)

31Contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, les bouleversements politiques que va subir l’Égypte, à partir du xvie siècle, avec sa mise en tutelle et sa dépossession de la Syrie, ne paraissent pas avoir modifié sérieusement un style architectural qui restera fidèle à ses traditions essentielles jusqu’au xviiie siècle. Comme ils le montreront également dans d’autres pays conquis, notamment en Afrique du Nord, les nouveaux maîtres turcs ne semblent guère se soucier de transformer le cadre de vie auquel leurs sujets égyptiens sont habitués et qui paraît les satisfaire également eux-mêmes28. Aussi l’influence ottomane se limite-t-elle tout d’abord à certains apports ornementaux, en dehors de la multiplicité des boiseries intérieures et extérieures, au développement desquelles cette influence n’est sans doute pas étrangère29.

32Le style architectural des somptueuses résidences des pachas, beys et kachefs comme celui des luxueuses demeures des notables, chefs religieux et riches commerçants, n’en apparaît pas moins conforme aux principales traditions locales.

  • 30 Peut-être en aurait-il été autrement si l’Égypte avait pu éviter la conquête ottomane, provoquant, (...)

33Jusqu’à la fin du xviie siècle, commanditaires, bâtisseurs et décorateurs se montrent très attachés au maintien de l’élégance et de l’éclat du style mamelouk circassien 30 correspondant aux différents niveaux de l’architecture domestique. Aussi devrons-nous constater une réelle continuité entre les constructions urbaines des palais princiers, demeures particulières et habitations collectives du xve siècle et celles des deux siècles suivants.

Le Palais

34On est peu renseigné sur l’aspect que pouvaient présenter la Citadelle et ses palais au moment de l’installation des gouverneurs ottomans à cet endroit. Cependant on peut supposer que ceux-ci se contentèrent souvent d’occuper les édifices laissés par les Sultans circassiens, bâtiments correspondants, nous l’avons vu, aux deux périodes mameloukes successives, bahrite et circassienne. On devait alors y trouver un mélange de constructions monumentales en pierre de taille, élevés autour de cours multiples agrémentées parfois de jardins ; certaines parties y avaient survécu des anciens palais fortifiés, voisinant avec les créations plus évoluées des xve et xvie siècles, reconnaissables à leurs proportions diminuées et à l’apparition de fenêtres et balcons à moucharabieh.

  • 31 Palais de Hayrbak et d’Ibrāhim Aġā.

35On ne connait pas mieux les palais que de hauts personnages se plurent à élever non loin de la Citadelle, et dont il ne reste plus de traces aujourd’hui31.

  • 32 Installation du Palais de Ridwān bey sur l’emplacement d’une ancienne dār mamelouke. Cf. Palais et (...)

36Par contre, il subsiste encore de somptueuses résidences édifiées en pleine ville selon la conception même du palais citadin de Qāyt Bāy. A l’exemple de celui-ci, un Riḍwān Bey n’hésitera pas à choisir également un quartier artisanal et commerçant pour y établir une luxueuse résidence qu’il doublera d’une wakāla32. La disposition générale du palais est conforme à celle du palais du Sultan circassien. Sa configuration se rapproche alors davantage de celle d’une maison bourgeoise fortement élargie, dont elle aurait conservé les éléments caractéristiques (Pl. XXII).

37Deux grands portails donnent accès, l’un à la cour d’honneur du palais, l’autre à la wakāla. Tandis que les parties situées au Nord et à l’Ouest de la cour du palais sont toujours réservées aux dépendances, la partie opposée est affectée de préférence aux pièces de réception et d’habitation de l’émir, dominées par la présence d’un maq‘ad et de plusieurs a.

  • 33 Palais al-Razzāz.

38Dans le même quartier, on verra au siècle suivant, l’installation du palais d’un riche notable bénéficier des mêmes avantages, grâce à une fondation antérieure attribuée également à Qāyt Bāy33.

La demeure

  • 34 Bayt Zaynab Hātūn, cf. Palais du Caire, III, 1979, p. 1 à 12.
  • 35 Rappelons que le Comité de Conservation des Monuments de l’Art arabe fonctionna de 1881 à 1953. Cf (...)

39Alors que rien n’a survécu des belles demeures de la première période mamelouke, à l’exception de certaines salles d’apparat (qā’a), la préservation d’une seule maison d’époque circassienne nous permet cependant d’établir une transition relative avec la période ottomane34. De celle-ci, heureusement, des exemples en nombre moins restreint ont pu être sauvegardés grâce à l’intervention du Comité de Conservation des Monuments de l’Art Arabe35. Nous en verrons l’établissement, non seulement à l’intérieur de l’enceinte de l’ancienne Cité al-Qahira, mais aussi, au Sud de celle-ci, puis à l’Ouest, dans les nouveaux quartiers en extension progressive entre le xvie et le xviiie siècle.

40En dehors de l’évolution de certains détails architecturaux et ornementaux, on ne pourra que constater une réelle permanence de style liée, semble-t-il, à un profond attachement à des formes de constructions séculaires aussi bien qu’à des dispositions intérieures correspondant à des fonctions traditionnelles, déjà en honneur auparavant.

41Souvent relevées par des observateurs et voyageurs étrangers, ces particularités s’accordent avec les descriptions détaillées, qui seront présentées plus loin, de la demeure urbaine à l’époque ottomane.

  • 36 Pascal Coste. L’architecture arabe du Caire, Paris, 1837, p. 40. Pl. XLV et XLVI.
  • 37 Cette demeure semble avoir été voisine et contemporaine de celle de Ǧamal al-Din al-Ḏahabi, à prox (...)

42Pascal Coste36 a choisi, comme exemple caractéristique de l’époque qui nous intéresse en premier lieu, la demeure d’un notable maintenant disparue, pour en donner la description générale suivante, accompagnée de plans, coupes avec élévation ainsi que de la représentation intérieure de la grande salle d’apparat du rez-de-chaussée 37 (Pl. G).

  • 38 Ou Ḥušqadam.
  • 39 Désignée sous le nom de qā‛a à l’époque mamelouke, puis fréquemment sous l’appellation de manḍara (...)
  • 40 Ecuries, magasins à vivre, logements domestiques.

43« Les maisons particulières ont ordinairement de deux à trois étages ; celle qu’on a prise pour sujet de la pl. XLV, établie dans le quartier Houch-Kadan38, appartient à un riche négociant arabe. Elle est élevée de trois étages sur rez-de-chaussée. Celui-ci est composé d’une cour, d’une pièce pour les étrangers, d’une grande salle fraîche pour l’été39, de cuisine et dépendances40. La porte d’entrée est gardée par un portier qui n’a d’autre logement que le vestibule. Il y a deux portes pour entrer de la cour dans la maison, l’une pour les hommes, l’autre pour les femmes.

  • 41 Il s’agit apparement du maqad ouvert, en forme de portique surélevé avec pièce annexe fermée.
  • 42 Ainsi qu’au maître et à ses enfants.
  • 43 C’est aussi une grande pièce de séjour (a).

44Le premier étage est divisé en deux parties, où le maître reçoit les visites41. Le second et le troisième sont réservés aux femmes42. Au dernier étage se trouve toujours la salle de festin pour les femmes43.

  • 44 Vaste salle de type traditionnel composée d’une dūrqā‛a centrale entre deux iwān (qāa ou manḍara)
  • 45 Manwār complété par l’ouverture d’aération en auvent tournée vers le Nord ou l’Ouest (malqaf).
  • 46 Niveau surbaissé de la dûrqâ’a.
  • 47 Étagères aménagées à l’intérieur des placards ou surmontant ceux-ci pour contourner l’ensemble de (...)

45L’élégance dans la construction de cette maison est remarquable, surtout dans la pièce du rez-de-chaussée destinée à servir de salon l’été44. Au centre une cour couverte par une coupole en bois et à jour, très élevée, de manière que le soleil ne puisse pénétrer, et que l’air circule librement dans les ouvertures de la coupole45 ; au-dessous est un bassin en marbre avec des eaux jaillissantes qui entretiennent la fraîcheur. Les parties de la salle, qui sont couvertes à droite et à gauche du bassin, sont moins élevées46 ; les plafonds sont en bois peint et doré ; les tablettes47 supportent des vases de porcelaine de la Chine. Les lambris en marbre et en bois précieux ; les sophas couverts de riches étoffes, et le plancher garni de beaux tapis, annoncent le luxe et l’opulence d’un riche propriétaire. La construction est en pierre de taille par assises réglées jusqu’à la hauteur du premier étage. Les murs supérieurs sont en briques reliées par des pièces de bois servant de tirants. Ces murs sont couverts en stuc intérieurement, de même que les ornements d’architecture.

PLANCHE G

PLANCHE G

Plans et coupes d’une demeure au quartier de Ḥūš Qadam (d’après P. Coste) :
1. Rez-de-chaussée ; 2. Entrée ; 3. Siège du portier ; 4. Cour ; 5. Kiosque sous lequel le maître reçoit pendant l’été ; 6. Chambre pour loger les étrangers ; 7. Chambre pour les domestiques ; 8. Escalier pour un logement des étrangers avec leurs femmes ; 9. Ecurie ; 10. Sellerie ; 11. Dépôt de fourrage ; 12. Citerne et abreuvoir ; 13. Escalier pour le maq‘ad et le logement du maître ; 14. Entrée du logement du harem ; 15. Petite cour ; 16. Grande salle fermée pour l’été (qā‛a ou mandara) avec bassin et jet d’eau, complétée par une chambre annexe et des latrines ; 17. Cuisine ; 18. Boulangerie ; latrines.
20. Premier étage. 21. Entrée du logement du maître ; 22. maq‘ad ou salle ouverte pour recevoir ; 23. Chambre annexe du maq‛ad avec latrines ; 24. Porte de communication vers le harem réservée au maître ; 25. Chambres des esclaves blanches ; 26. Dépense et lingerie ; 27. Escalier vers le 2e étage ; 28. Logement pour une famille étrangère ; 29. Vides des cours et des salles inférieures ; 30. Latrines.
31. Deuxième étage. 32. Logement de la femme légitime ; 33. Bain ; 34. Sopha (pièce de repos du hammam) ; 35. Chaudière (étuve) ; 36. Chambre avec moucharabieh ; 37. Lingerie et autre usage ; 38. Logement pour une famille étrangère ; 39. Latrines ; 40. Vides des cours et des salles inférieures.
41. Troisième étage. 42. Grand salon réservé aux femmes les jours de fête ; 43. Chambres pour les esclaves noires ; 44. Terrasses ; 45. Latrines ; 46. Dôme à claire-voie pour l’éclairage de la salle d’été ; 47. Coupoles munies de verre au-dessus des pièces du hammam ; 48. Réservoir d’eau pour le bain ; 49. Vides des cours et des salles inférieures ; 50. Coupe sur les lignes A Β des plans — façade sur cour et salle d’été — (dûrqā‛a entre les īwān) ; 51. Coupe sur la largeur de la salle d’été (dûrqâ’a).

46Chaque étage est pavé en dalles de pierres tendres, et les terrasses revêtues d’un fort enduit fait de chaux, plâtre et de la cendre des fours. Des latrines commodes et propres se trouvent à chaque étage.

  • 48 Les mêmes couleurs devaient aussi rehausser les portes des placards.

47Toutes les maisons du Caire ont plus ou moins les mêmes dispositions et sont décorées à l’intérieur suivant la fortune du propriétaire. Les portes d’entrée sont généralement peintes en rouge avec des bordures en blanc et des petits filets en noir48, et portent souvent l’inscription : « Dieu, le Créateur, l’Eternel ».

  • 49 Martin J. Briggs, Muhammadan Architecture, Egypt and Palestine, Oxford, 1924. (Domestic architectu (...)

48A cette description de P. Coste, on ajoutera, pour définir d’autres demeures bourgeoises de même type, la description parfois plus précise qui en a été donnée par Martin J. Briggs49.

  • 50 Id., p. 140. L’auteur évoque la représentation du maq‛ad et du malqaf dans certaines fresques de T (...)

49L’auteur rappelle tout d’abord l’origine lointaine de deux éléments importants déjà en honneur dans les habitations de l’ancienne Égypte : l’auvent de ventilation intérieure (malqaf) placé sur les terrasses et la salle de réception surélevée ouverte au Nord (maqad)50.

  • 51 Id., p. 150.
  • 52 lbid. Auprès de la cour souvent ornée de palmiers ou d’autres arbres, se tiennent des réunions d’h (...)

50La porte d’entrée est gardée par un portier (bawwāb) qui dispose d’une banquette en pierre ou en bois (maṣṭaba) au-devant d’un couloir d’accès en chicane51. La cour intérieure (ḥawš) dallée, parfois agrémentée d’orangers, est protégée, selon les cas par une sorte de velum52. Autour se tiennent les communs, notamment les écuries qui abritent montures et bêtes de somme (chevaux, chameaux, ânes, etc.).

  • 53 lbid., portique au sol légèrement surélevé.

51Les visiteurs de classe modeste sont reçus, pour y traiter d’affaires, dans une pièce ouverte sur la cour (taẖtabuš) en forme d’alcôve, que peut élargir une colonne médiane53. Un long « sofa » en bois (dikka) suffit à meubler cet endroit, sur un, deux ou trois côtés, le sol étant aspergé d’eau en été pour y répandre plus de fraîcheur.

  • 54 Ou iwān.
  • 55 lbid., La présence de deux ou trois « liwānāt » (īwān) autour de la durqā‛a rappelle une dispositi (...)
  • 56 lbid., p. 152. L’usage en aurait sans doute été apporté de Turquie et de Syrie.

52Dans une grande salle fermée (mandara), les visiteurs de classe plus élevée sont accueillis selon leur rang. Avant de pénétrer sur les tapis des īwān54, ils se déchaussent dans la dūrqāa centrale55. Les divans bas (sarīr) sur lesquels prennent place l’hôte et ses invités sont souvent faits en cippes de palme et peuvent être disposés également dans certains défoncement muraux (sidilla). En été, le sol des īwān est recouvert de nattes de palmes (lif) en usage dans les mosquées, auxquelles s’ajoutent en hiver des tapis. Des meubles transportables, le seul exemple généralement admis dans les appartements est le kursī, petite table polygonale incrustée de nacre, d’ivoire et d’ébène56. De même sont utilisés couramment les ustensiles suivants : bassins et aiguière pour ablutions, gargoulettes, tasses à café, flacons à parfum, etc.

  • 57 Notamment dans l’ornementation des plafonds et de leur frise.

53Quelquefois, on trouve, près de la cour, un oratoire avec miḥrāb. En outre toute maison importante possède, surplombant le ḥawš, un maq‘ad (ou loggia) ouvert au Nord entre 2, 3 ou 4 arcs sur colonnes de calcaire ou de marbre, protégées fréquemment par un auvent. Entre les bases des colonnes, une balustrade basse en bois tourné (mašrabiyya) borde l’ouverture du maq‘ad vers la cour. Le décor peint des boiseries adopte le plus souvent le bleu foncé et l’or57.

  • 58 Edward Lane, The Manners and Customs of the Modem Egyptians 1833-1835, Londres, 1908-1963.

54En dehors des descriptions rapportées plus haut, d’autres observations méritent d’être rappelées ici, notamment celles qu’Edward Lane a recueillies sur le même sujet58.

  • 59 Id., p. 6. Encorbellements sur corbeaux de pierre.
  • 60 Id., p. 6 et 21. Serrures composées de trois parties.

55L’aspect extérieur des belles demeures citadines à encorbellements59, nous dit-il, montre fréquemment des portes d’entrée ornées d’inscriptions peintes en blanc ou noir sur fond rouge entouré de vert, avec heurtoir en fer et serrure en bois60.

56Du rez-de-chaussée, les seules ouvertures barreaudées donnant sur la rue sont étroites et hautes, hors de la vue des passants même des cavaliers.

  • 61 Id., p. 7.
  • 62 On sait que le nom de mašrabiyya s’est étendu aux balcons garnis de moucharabieh de toutes dimensi (...)

57Aux étages, les fenêtres à moucharabieh qui éclairent les appartements apparaissent, tantôt à l’état naturel, tantôt entièrement ou partiellement peintes en vert et rouge61. Certaines de ces grilles en bois tourné possèdent, en leur milieu, une petite mašrabiyya62 pour le rafraîchissement de gargoulettes d’eau par évaporation.

  • 63 Id. Dans un coin de ces cours sont placées des jarres remplies d’eau du Nil — renouvelée chaque jo (...)

58Les riches demeures du Caire renferment souvent deux cours, la plus importante pouvant être assortie d’un jardin planté de vignes, bananiers, palmiers et autres arbres, tandis qu’une cour secondaire est réservée au harem. Sur ces cours donnent les appartements des divers étages63.

  • 64 Id., p. 12. Aiguière et bassin pour le lavage des mains avant et après les repas ; vases, services (...)

59La présence de la grande salle du rez-de-chaussée (« manḍarah ») pour la réception des hommes est encore évoquée avec sa « durḳaah » dallée de marbre noir, blanc et rouge rehaussée parfois d’une fontaine (« faskeeyeh »), sans compter une sorte de dressoir mural également en marbre (« suffeh ») sur lequel sont déposés divers ustensiles de cuivre ou de faïence 64 (Pl. H).

  • 65 Disposition des divans en U ouvert sur la durqāa.

60Sur les « leewân » de dimensions inégales, des divans garnis de coussins occupent trois côtés, indépendamment des défoncements latéraux formant alcôves, très appréciées en hiver65.

  • 66 Id., p. 13, 14.
  • 67 Id., p. 17.

61Dans cette salle, de même que dans les autres pièces de la demeure, les portes de communication et celles des placards sont faites de panneaux de bois assemblés qui opposent une meilleure résistance au climat local. Elles sont revêtues ou non d’une couche de peinture (jaune ou doré, vert, rouge, bleu)66. Des dispositions semblables sont prises à l’égard de fermetures extérieures placées devant certaines baies67.

PLANCHE H

PLANCHE H

Demeure Ḥušqadam : vue intérieure de la grande salle d’été (qā‛a ou mandara) entièrement fermée au rez-de-chaussée (d’après P. Coste).

  • 68 lbid. Disposé sur un, deux ou trois côtés. La cour est arrosée dans la journée pour raffraîchir le (...)

62Pour répondre aux mêmes besoins de réception que la « manḍarah », E. Lane mentionne encore l’existence fréquente d’un « mak’ad » surélevé à deux arcs (ou plus) et celle d’un « takhtabosh » à colonne médiane garni d’un long sofa en bois (« dikkeh »)68.

  • 69 lbid., Comme la manḍara, la qā‛a possède une durqā‛a avec ṣuffa et lanterneau (mamraq). Les étagèr (...)
  • 70 La composition de ces vitraux — placés à la partie supérieure des fenêtres et mašrabiyyāt — demeur (...)

63Au milieu des appartements du harem, la « ka’ah » représente toujours la salle la plus importante69. A cette grande salle de séjour et de fête sont parfois annexées des pièces particulières réservées aux séances de musique. Des chanteurs peuvent s’y tenir, dissimulés à la vue des hommes de la famille et de leurs hôtes éventuels, réunis dans la « ka’ah » (en l’absence des femmes du harem). Au décor habituel des grilles de moucharabieh en bois tourné s’ajoutent parfois des vitraux (« kamareeyehs »)70. Par ailleurs, ne se limitant plus à l’ornementation épigraphique de type traditionnel, des artistes musulmans se hasarderont plus tard à représenter sur les murs de certaines pièces, sans souci de perspective, des lieux saints (La Mekke, le tombeau du Prophète...), des fleurs et autres sujets.

  • 71 Chambres et salons sont meublés partiellement de nattes (ou tapis) et de divans.
  • 72 Id., p. 20, aucun mode de chauffage n’étant pratiqué en dehors de la cuisine, on se défendait cont (...)
  • 73 Le malqaf est resté fréquemment en usage pour capter la brise fraiche du soir à l’intention des ap (...)

64Il est à remarquer qu’aucune maison ne comporte de pièce aménagée en chambre à coucher71. Durant la journée, nattes et matelas de couchage sont roulés dans un coin de la chambre ou rangés dans une pièce annexe (« khazneh »), utilisée comme lieu de repos en hiver72, Pendant les nuits d’été, les habitants d’une demeure citadine préfèrent souvent s’installer à son sommet pour y dormir plus commodément73.

  • 74 Ainsi doit-on éviter d’ouvrir des fenêtres qui donneraient sur les maisons voisines.
  • 75 Id., p. 21. On prévoit aussi des caches pour dissimuler un trésor ; des portes secrètes permettant (...)

65E. Lane relève enfin le souci d’indépendance qui se manifeste pour chaque demeure, en raison notamment de l’occupation permanente de celle-ci par les femmes du harem74. A l’intérieur d’une même habitation, cette indépendance est encore favorisée par la différence de niveaux qui existe entre les appartements75.

  • 76 P. Coste, op. cit., Pl.XIV, p. 40.
  • 77 On remarquera la situation de cette maison à l’intersection de deux rues ; cette position semble a (...)
  • 78 Des latrines sont installées, d’un côté pour les maîtres, de l’autre pour la domesticité. Cette in (...)
  • 79 Appelée ici « salle d’été ».
  • 80 Les deux ouvertures sur le ciel de la courette et de la cage d’escalier répondaient à des besoins (...)

66Les descriptions empruntées ici à trois auteurs différents sur la demeure traditionnelle au Caire en fournissent les éléments les plus caractéristiques. Pour mieux comprendre la distribution intérieure de cette habitation citadine et les fonctions relatives aux divers niveaux, nous renvoyons aux plans avec coupe et élévation donnés par P. Coste sur la maison du quartier « Houch-Kadan »76. Au rez-de-chaussée77, l’entrée joignant rue et cour permettait au maître, à ses hôtes (ou visiteurs) et à ses serviteurs de gagner aisément leurs lieux de séjour ou de travail respectifs : en avant, chambre d’hôtes et salle d’apparat (ou d’été) avec pièce annexe ; au fond, accessibles par des couloirs distincts, les communs : écuries, cuisines et boulangerie78. La courette du harem sépare et dessert également mandara79 et cuisine, complété par un escalier s’élevant aux étages supérieurs jusqu’aux terrasses80. Sur l’un des côtés de la cour principale, un bâtiment isolé était réservé au logement des domestiques et des hôtes (rez-de-chaussée et étages).

  • 81 Nommé ici « manḍareh ». Sur le maq‛ad, cf. Jomard, Description du Kaire, Etat moderne, p. 124.
  • 82 S’élevant parfois jusqu’aux terrasses, les salles d’apparat (mandara, maq‛ad, qāa) occupent les e (...)

67Au premier étage, le maq‘ad81 du maître donne sur la cour, s’ouvrant au Nord dans sa double arcade brisée, pourvu en outre d’une pièce de repos. A l’arrière du logis, surmontant les communs, deux chambres étaient réservées à une partie du harem. Le second étage était entièrement affecté aux appartements familiaux : chambres, salle de séjour (qāa) et hammam82.

  • 83 Chambres occupées, selon P. Coste, par des esclaves noires.

68En dehors des terrasses importantes à ce niveau, le troisième étage comprend un salon aménagé au-dessus du maqad, à l’intention des femmes du harem et bénéficiant également d’ouvertures au Nord. La partie postérieure de l’édifice abritait les chambres les plus élevées83.

  • 84 Comme on peut en relever ailleurs d’autres exemples, le malqaf de la mandara aurait été supprimé i (...)

69Le style architectural que montre sur la cour la façade Sud témoigne d’une grande fidélité aux formes particulières de l’époque mamelouke circassienne, tout au moins au rez-de-chaussée et au premier étage (arcs brisés du couloir d’entrée et du maq‛ad, triforium cintré à oculi de la pièce annexe, portail monumental du maq‛ad)84.

  • 85 Cette innovation devait apparaître ici, non seulement dans la partie du 3e étage surplombant la co (...)

70Le nouvel intérêt porté aux balcons à moucharabieh85 du troisième étage correspond apparemment à des aménagements apportés ultérieurement à une demeure édifiée, semble-t-il, entre le xvie et le xviie siècle.

  • 86 Voir Pl. XXI (op. cit.).

71La persistance des anciennes traditions architecturales n’est pas moins frappante à l’intérieur de la grande salle d’apparat du rez-de-chaussée. Sa représentation complète dans une gravure de P. Coste86 permet de mieux en comprendre la configuration générale et les usages courants — en dehors des fêtes de réception fastueuses (Pl. H).

  • 87 Portes à panneaux assemblés, de même style que les portes de placard et les contrevents (pièce ann (...)

72Des qā‛a antérieures, cette « salle d’été » a maintenu les proportions imposantes et les murs aveugles afin de conserver le plus de fraîcheur possible. La lumière ne parvient que par les fenêtres barreaudées du lanterneau central surplombant la dūrqāa. C’est aussi à cet endroit que s’ouvrent exclusivement les portes d’accès et de communication87, la dûrqā‛a tenant lieu de dégagement entre les deux īwān. Son luxe particulier ressort de sa fontaine centrale, de son dallage à mosaïques et de son ṣuffa également en marbre répondant aux lambris qui entourent la salle et contribuent à lui donner la fraîcheur recherchée.

  • 88 Une niche à linteau droit entre deux niches à sommet anguleux.
  • 89 Voir qā‛a Dardir, in Palais du Caire, I, 1975, Pl. IV.

73En outre, trois hautes niches murales88 s’élèvent jusqu’au plafond, de part et d’autre de la durqāa, rappelant les premières formes constructives des anciennes qā‛a89.

74De chaque côté, les īwān, légèrement surélevés, semblent former deux salles distinctes, de dimensions inégales, la plus grande étant sans doute réservée à l’accueil des invités de marque, la plus petite restant à l’usage du maître et de ses familiers.

75Autour des nattes et des tapis recouvrant un simple dallage de calcaire, des divans à fond et bord cannelés encadrent chacun des īwān, assortis de coussins de soie ou de velours brodés.

76Avec leurs linteaux de support (ou kurdī) à stalactites, les plafonds de bois décorés ne constituent pas le moindre luxe de la mandara, plafond à caisson sur l’un des īwān, à solives apparentes au-dessus de l’autre.

  • 90 Inspirée du style décoratif d’époque mamelouke.
  • 91 Inscriptions bénéfiques reproduisant des versets du Coran ou des poèmes de la Burda.

77A leur ornementation géométrique et florale, dorée et peinte90, s’ajoutent encore les stalactites des frises et les cartouches épigraphiques de bandeaux circulaires91. Ceux-ci sont surmontés d’étagères portant de précieux vases importés d’Extrême Orient.

  • 92 Cf. E. Pauty, Les palais et les maisons d’époque musulmane au Caire, Le Caire, 1933, p. 50. Selon (...)

78La scène familiale représentée ici par P. Coste devait correspondre à l’un des emplois ordinaires de la mandara, le maître étant assis sur un divan auprès de l’une de ses épouses, entouré et servi par plusieurs servantes, tandis que d’autres femmes du harem pénétrent dans la salle avec leurs enfants. On peut alors imaginer qu’en dehors des jours de fête et des réceptions de visiteurs, les deux salles d’apparat, mandara et maq‛ad, étaient utilisées couramment et particulièrement appréciées par le maître et les membres de sa famille qui ne restaient pas confinés aux appartements du harem92 (Pl. H et R).

xviii-xixe siècles

79Avant d’arriver au changement définitif de l’architecture domestique du Caire au xix siècle, on peut considérer que les transformations les plus importantes apportées au style traditionnel des habitations citadines instauré à l’époque mamelouke apparaissent surtout au xviiie siècle.

80Encore, faudra-t-il distinguer les constructions peu évoluées réalisées aux xvie-xviie siècles — auxquelles ont été ajoutés, au xviiie siècle, certains aménagements nouveaux — de bâtiments entièrement neufs (ou renouvelés) édifiés durant cette période. Dans le premier cas — illustré par l’étude de P. Coste présentée plus haut — les innovations, introduites dans l’ancienne demeure, n’apparaissent guère que dans sa partie supérieure ainsi que dans l’ouverture probable de fenêtres plus larges pourvues des balcons à moucharabieh de plus en plus répandus en milieu aisé. On en garnira désormais les divers étages, au-dessus de la rue et de la cour.

  • 93 Moulures hexagonales à boucles étoilées.

81Dans le second cas l’évolution de la belle demeure urbaine ressortira aussi bien de son aspect extérieur que de sa configuration intérieure. A la porte d’entrée, qui s’ouvrit longtemps dans un arc brisé, succède un nouvel arc surbaissé, sans préjudice cependant du maintien d’un encadrement de pierre sculptée de même nature qu’auparavant93.

82Avec l’augmentation du nombre et des dimensions des mašrabiyyāt, on aura moins souvent recours aux encorbellements sur consoles de pierre, celles-ci étant remplacées plus facilement par des corbeaux en bois reliés ou non à la charpente des plafonds.

83Dès l’abord, on s’aperçoit également que, si l’emploi de la pierre de taille et des briques sans enduit demeure inchangé, par contre, l’usage du bois s’est accru considérablement.

84Le couloir d’accès en chicane adopte aussi d’autres portes s’ouvrant dans un arc surbaissé, avec un plafond à solives apparentes remplaçant la voûte en pierre de taille.

  • 94 Ces inscriptions étaient réservées à certains linteaux de marbre, marquant l’entrée de salons impo (...)
  • 95 En raison des nouvelles constructions d’appartements sur les terrasses d’une manḍara ou d’une a (...)
  • 96 C’est au xviiie siècle que l’ornementation murale des plus belles salles du salāmlik et du harem a (...)

85L’arc surbaissé alternera encore avec le linteau droit dans les ouvertures des portes autour de la cour intérieure ; celles-ci seront rehaussées fréquemment d’éléments géométriques sculptés, plus rarement d’inscriptions eulogiques94. Au début de la cour et de son jardin éventuel prédomine toujours un élégant maq‛ad dont les arcs s’arrondissent et la porte d’entrée diminue d’importance. Il s’y ajoute maintenant, dans toute riche demeure, un autre lieu de réunion ouvert, le tahtabuū, qui dépassera souvent le maq‛ad en importance (Pl. I). Pourtant, on multipliera encore les pièces de réception autour de la cour, les moins grandes occupant alors la place réservée auparavant aux logements domestiques et aux magasins à vivres (maẖzan). Ces nouveaux salons sont éclairés par de grandes baies garnies de grilles en bois tourné à larges mailles ; ils se répartissent, sans doute, entre les divers membres de la famille, leurs visiteurs et leurs hôtes, tandis que le mandara restait la principale salle d’apparat du salamlik. Après avoir été particulièrement préservée de toute innovation importante — en dehors de l’ancien remplacement de ses arcs intérieurs par des kurdī, au xve siècle — cette vaste salle de réception et de cérémonie admet de nombreux changements tels que l’adoption, en certains cas, d’un plan en Τ (ou à trois īwān), l’abaissement des plafonds et leur diversité (à solives apparentes, à caisson, à coupoles), l’élargissement des placards muraux, et l’ouverture de grandes baies munies de grilles en bois tourné, sur plusieurs côtés95. Il en résulte naturellement une sérieuse transformation dans l’aspect général de cette pièce. On y bénéficie alors d’une vue sur l’extérieur — cour et jardin — et d’une aération plus libre que jadis. Aussi bien, ces nouvelles dispositions ne manqueront-elles pas d’être adoptées également dans les aménagements de la grande salle de séjour du harem (qā‛a). En effet, si l’on recherche des changements dans la physionomie du salāmlik, on ne les désire pas moins à l’intérieur du harem96. La principale transformation apportée à la qā‛a et aux chambres qui l’entourent proviendra encore de l’adoption de mašrabiyyāt souvent rehaussées de vitraux ; dès lors, les vastes baies à moucharabieh permettent à l’air et à la lumière de pénétrer plus largement à l’intérieur de la salle, en y rendant le séjour plus agréable, dans un cadre moins majestueux qu’autrefois, mais plus raffiné et plus riant. On y jouit enfin d’une vue reposante sur la cour et ses jardins, sinon du spectacle toujours distrayant des rues voisines et de leur animation bruyante et colorée.

  • 97 Canal et étangs — aujourd’hui comblés — ne se remplissaient d’eau qu’au moment des inondations du (...)

86L’attrait du citadin pour les jardins, avec l’agrément que procurent leurs ombrages, leurs fleurs et leurs fruits, se développera plus librement au xviiie siècle. L’installation par les « Grands » de somptueuses résidences au milieu de jardins sur les bords des étangs (birkāt) situés au Sud-Ouest de la Cité ne manquera pas d’être imitée par les notables du Caire. On enviera alors ceux qui pourront conserver en ville leur habitation principale et disposer d’une maison de plaisance près de l’eau d’une birka ou du ẖalīğ al-Nāṣirī97.

87Les nouvelles conditions d’implantation de riches villas à la limite des anciennes zones d’habitation ne seront sans doute pas étrangères à une évolution plus accentuée de l’architecture domestique ; cependant, jusqu’à la fin du xviiie siècle et à l’avénement de Muḥammad ‛Alī, on continuera à construire des palais et demeures de style local conformément aux règles essentielles fixées par la tradition auxquelles on paraît très attaché (Pl. J, K, L).

PLANCHE I

PLANCHE I

Maison de Hasan Kašif — ou de l’Institut — (d’après la Description) : plans du rez-de-chaussée et du 1er étage avec élévation sur cour et jardin. Elévations : en haut : portique (taẖtabuš) entre portes de communication et grande salle d’apparat, largement éclairée sur cour et jardins (qā‛a ou mandara). En bas : loggia du maq‛ad (avec son portail) surmontant porche d’entrée et maẖzan ; en avant-corps, superposition de deux qā‛a à moucharabieh, dominées par les grands malqaf d’aération.

PLANCHE J

PLANCHE J

En haut : cour du Palais d’Osman bey avec maq‛ad à cinq ares (d’après la Description).
En bas : taẖtabuš et maq‛ad du Palais de Qasim bey donnant sur cour et jardin.

PLANCHE Κ

PLANCHE Κ

Maison de plaisance (ou casin) bâtie le long du canal ; en haut : vue de la cour avec jardin situé entre bâtiment d’angle et l’entrée ; en bas : plan du rez-de-chaussée avec salon donnant sur le ẖalīğ (d’après P. Coste).

PLANCHE L

PLANCHE L

Maison de plaisance — hors Bāb al-Šariyya — avec jardins, terrasses et moucharabieh, bordant le canal utilisé pour l’irrigation, le transport et les promenades (d’après P. Coste).

  • 98 ’Ali Zouari, in Annales Islamologiques, n° 17, 1981, p. 311-322.

88La présentation de l’une de ces maisons de plaisance, aujourd’hui disparue, permettra d’en mieux faire comprendre, à titre d’exemple, la distribution intérieure et ses principales caractéristiques ; celles-ci sont, en effet, décrites dans un acte notarié (waqfiyya)98, avec les appellations respectives des différentes parties du logis.

  • 99 ‛Abd al-‛Azīz Ġurāb al-Maġribī al-Ṣafāqasī.
  • 100 Rappelons l’intérêt particulier que la bourgeoisie sfaxienne portait, à la même époque, aux habita (...)
  • 101 Non loin des quartiers d’al-Gūrī et de ses souqs.
  • 102 Située, rue al-Sakit, face à la Birkāt al-Ezbekieh, l’habitation du commerçant sfaxien comprenait (...)

89Il s’agit de la demeure qu’un riche négociant en café, ‛Abd al-‛Azīz Ġurāb99, originaire de Sfax (Tunisie)100, choisit d’édifier sur les bords de la Birkat Ezbekieh101. C’était une grande habitation entourée d’un magnifique jardin rempli de fleurs et d’arbres fruitiers, défendu par un mur de clôture102.

  • 103 Avec cheminées (maḥall al-ağrān wa al-duẖẖān).
  • 104 Cette wakāla renfermait 11 magasins (ḥāsil) au rez-de-chaussée et 13 chambres (ṭabaqa) aux étages (...)

90Auprès de son domicile, le tāğir avait installé son lieu de travail et de commerce puisque s’y trouvaient, à côté l’un de l’autre, un bâtiment pour torréfier le café103 et une wakāla avec cour, magasins et chambres, destinées à l’exercice de son négoce et l’entrepôt de ses marchandises104.

  • 105 Selon ’Ali Zouari ce porche serait d’inspiration sfaxienne.
  • 106 Construction en pierre de taille (ḥağar al-faṣṣ al-naḥit). Porte d’entrée s’ouvrant dans un arc (b (...)
  • 107 Grande cour à ciel ouvert (ḥawš kabīr kašf samāwī).
  • 108 qā‛a à quatre iwān.

91Curieusement abrité, au dehors, par un porche à quatre piliers105, la porte d’entrée106 donnait accès successivement à une antichambre (darka) à double mastaba et à un couloir (mağāz) débouchant sur la cour intérieure107. Autour de celle-ci, la plus grande partie du rez-de chaussée était réservée aux communs dont l’importance témoignait de la fortune du maître : douze magasins à vivres (ḥāṣil), un moulin à grains (ṭaḥūna), une cuisine (maṭbah), et deux écuries (isṭabl). Pour accueillir hôtes et visiteurs, on disposait, près de la porte sur la cour (ṣadr), des deux salles traditionnelles, l’une fermée, au rez-de-chaussée (qā‛a)108, l’autre ouverte à l’étage (maq‛ad).

  • 109 qā‛a à deux īwān séparés par la durqā‛a habituelle, l’aménagement de la salle comprenant aussi des (...)
  • 110 Cette maison possédait encore une porte d’accès secondaire (bāb sirr). La composition de cette lux (...)

92Les appartements privés ne comprenaient pas moins de quatre salons (qā‛a)109 autour desquels se distribuaient chambres et chambrettes (uwad wa tïbaq). Enfin, pour rehausser l’agrément (furğa) de sa demeure, ‛Abd al-‛Azīz Ġurāb ajouta au Nord de sa cour un pavillon de plaisance (qaṣr) avec une spacieuse salle haute (fusḥa), dallée et lambrissée de marbre, sur laquelle donnaient plusieurs chambres. De là, grâce à des baies (muṭillāt) garnies de moucharabieh, on pouvait jouir d’une vue étendue, depuis les jardins voisins jusqu’aux eaux de la Birka110.

  • 111 Il n’en subsiste que la Mosquée du Sultan Nāṣir Muḥammad ibn Qalāwūn (xive s.).
  • 112 Disparu récemment dans un incendie.
  • 113 E. Pauty, op. cit., p. 64. Muḥammad ’Ali voulait un palais élevé autour de vastes cours à portique (...)

93On sait qu’au début du siècle dernier, Muḥammad ‛Alī décida, suivant l’exemple donné par la Métropole, une modernisation de ses nouvelles constructions officielles. Après avoir démoli les anciens monuments d’époque mamelouke111 et ottomane qu’il avait trouvés, lors de son installation à la Citadelle, il entreprit d’élever sur leur emplacement un nouveau palais de style baroque112, auprès d’une mosquée neuve inspirée de celle d’Istanbul113.

  • 114 lbid., p. 65. Le Pacha fit aussi construire une résidence fastueuse à Choubra, à quelques kilomètr (...)
  • 115 lbid. « Désormais ce sera Constantinople qui donnera le ton des créations nouvelles, réglera les f (...)

94Cette initiative114 ne manqua pas de se répercuter aussitôt dans l’entourage du souverain, puis parmi les principaux notables et riches commerçants du Caire. La faveur qui s’ensuivit à l’égard d’un style architectural étranger ne pouvait que grandir trop rapidement, au détriment notamment de l’architecture domestique de type traditionnel. A l’originalité et au charme de celle-ci ainsi qu’à son heureuse adaptation aux coutumes et au climat du pays, on devait alors lui préférer, sacrifiant à une mode insolite, de nouveaux types d’habitation de caractère uniforme et dépourvus des commodités habituelles115. Cette décadence architecturale, qui apparut d’abord dans l’aspect extérieur et intérieur des palais de Muḥammad ‛Alī et des « Grands », devait gagner progressivement les maisons bourgeoises et les habitations collectives elles-mêmes.

95Ces événements peuvent alors expliquer la disparition accélérée, depuis plus d’un siècle, des palais et maisons longtemps dominés par le style circassien dans les anciens quartiers du Caire et leur nombre devenu aujourd’hui si restreint.

96En dehors des types d’architecture domestique les plus connus pour leur valeur artistique, la bourgeoisie cairote a utilisé des habitations citadines différentes et d’aspect plus modeste.

97Habitations particulières et familiales pour les uns, habitations collectives pour les autres, semblent bien constituer des formes de construction civile également héritées de lointaines traditions.

  • 116 Par exemple l’ancienne demeure du Cheikh al-Gawhari, au quartier al-Muski, celle des Zayaha au Gam (...)

98Des habitations particulières existent encore dans plusieurs quartiers anciens du Caire où elles font parfois figure de demeures familiales (familles de cheikhs ou de commerçants)116.

99Fréquemment surélevés de deux ou trois étages, ces logements souvent spacieux, peuvent apparaître aussi soigneusement édifiés, en pierre de taille et en briques cuites, que les belles demeures de notables. Mais de celles-ci on n’observe ni luxe architectural extérieur et intérieur, ni grandes pièces de réception et de séjour aussi spacieuses et aussi richement ornées. Ce genre d’habitation destiné à la bourgeoisie aisée paraît alors appartenir à une catégorie intermédiaire, entre la riche demeure urbaine et la simple habitation collective.

  • 117 Pluriel riba.
  • 118 M. Clerget, op. cit., p. 316. A. Lézine, Persistance de traditions pré-islamiques dans l’architect (...)
  • 119 Les revenus provenant des locations de ces bâtiments étaient souvent affectés à l’entretien de mon (...)

100L’habitation collective (rab)117 était déjà connue à l’époque mamelouke, voire en des temps plus anciens encore118. Édifié à proximité des portes de la ville, ainsi que dans les quartiers commerçants, le rab’ a toujours été considéré comme l’une des formes les plus originales de l’architecture domestique cairote. On sait tout l’intérêt que portèrent à sa construction les Sultans mamelouks eux-mêmes, ces bâtiments répondant aux besoins de logement d’une population nombreuse de moyenne aisance119.

  • 120 Calcaire du Muqaṭṭam.
  • 121 Parmi les rab’ les plus caractéristiques de l’époque ottomane, on retiendra notamment le Rab’ de T (...)

101Pendant la période ottomane, des émirs ne s’attachèrent pas moins à doter certains quartiers de ce mode d’habitation particulier, bien adapté aux coutumes locales et au climat du pays. On observera la survivance du style antérieur dans l’édification des rab’ aux xvie et xviie siècles. Construits en belle pierre de taille120, ces bâtiments apparaissent tantôt indépendants, tantôt rattachés à un caravansérail (wakāla) dont ils surmontent le rez-de-chaussée autour de la cour intérieure121. Les uns et les autres atteignent deux ou trois étages, soit de même niveau que les demeures bourgeoises. Il arrive que certains d’entre eux aient été pourvus d’un sabīl-kuttab s’élevant comme une tour carrée, en leur milieu, ou à leur extrémité. La façade extérieure présente généralement une rangée inférieure de boutiques de commerçants sinon d’échoppes d’artisans, tandis que les étages sont percés de fenêtres semblables correspondant aux logements intérieurs alignés au bord de la rue ou autour d’une cour.

  • 122 Cf. Mona Zakariya, Le Rab’ de Tabbāna (ou Ibrahim Aġa), in Annales Islamologiques, T. XVI, Le Cair (...)
  • 123 S’ouvrant et se fermant en « tabatière ».

102La porte d’accès au rab’ donne le plus souvent sur l’extérieur, un escalier droit permettant de gagner le couloir de communication qui dessert les différentes unités d’habitation122. Celles-ci se répètent suivant un plan uniforme comprenant : 1°) une antichambre avec latrines et réserve à provisions, son plafond bas permettant l’aménagement d’une chambre haute reliée à l’antichambre par un étroit escalier particulier ; 2°) une pièce de séjour (riwāq) au plafond surélevé, au sol à deux niveaux — durqā‛a et īwān — entre des murs garnis de placards et une façade éclairée par une double rangée de trois étroites et hautes fenêtres, les ouvertures inférieures étant protégées par des volets pleins123, remplacés plus tard par des mašrabiyyāt — les ouvertures supérieures, seulement barreaudées, permettant une meilleure aération de la pièce principale.

  • 124 La salle de séjour y étant généralement moins haute de plafond.
  • 125 A l’abri des regards du voisinage, ce lieu aéré forme un ensemble de courettes semblables, utilisé (...)

103La famille installée à cet endroit pouvait encore disposer d’un logement semblable situé au second étage124. On y accédait, grâce au prolongement du petit escalier de l’antichambre, escalier qui s’élevait ensuite jusqu’aux terrasses, elles-mêmes cloisonnées afin de séparer l’espace revenant à chaque unité d’habitation125.

  • 126 En vert, jaune ou brun.

104Cependant le rab‛ n’a pas échappé à l’évolution dont nous avons indiqué les effets sur les formes des plus riches habitations privées. Le remplacement des volets pleins par une mašrabiyya de dimensions variables, aux fenêtres du riwāq, apparaît comme l’une des principales innovations qui se soient répandues au xviiie siècle. Au siècle suivant, on verra aussi l’adoption de persiennes de bois peint126, à l’instar des palais et des maisons bourgeoises modernisées.

  • 127 Voir infra.
    Certaines maisons bourgeoises, dépourvues de luxe, ont été aussi mieux préservées et so (...)
  • 128 Ce fait tient à l’occupation actuelle des anciens rab’ par des familles pauvres ou de faibles ress (...)

105Aujourd’hui, alors que les anciennes résidences des « Grands » et les luxueuses demeures des notables ont entièrement disparu, à l’exception des rares exemples sauvés par le Comité de Conservation des Monuments de l’Art Arabe127, on peut encore constater la survivance, jusqu’à ce jour, de nombreuses habitations collectives appartenant aux époques mamelouke et ottomane128.

Notes

1 Palais et Maisons du Caire d'époque mamelouke (xiiie-xvie siècles), édit. C.N.R.S., I, 1982, pp. 23 et ss.
Il semble bien aussi que la rupture qui s'est produite, à ce moment, entre les premiers types d'habitation islamique — Fustāt, al-'Askar, al-Qātà‘, al-Qāhira — et les créations mameloukes ait été activée par la volonté même des conquérants d'apporter une transformation complète de la physionomie de leur capitale. Ainsi, abandonna-t-on délibérément la reproduction de palais inspirés de ceux de Bagdad ou des demeures de type mésopotamien.

2 En même temps que l'on renonçait à des bâtiments fastueux s'étendant surtout horizontalement et limités fréquemment au rez-de-chaussée, on ne donnait plus la préférence à la brique dans l'emploi des matériaux de construction.

3 Ibid., voir p. 38 et ss., luttes contre les Croisés et les Mongols.

4 ld., cf. p. 50 et ss. Palais des émirs Qawṣūn (ou Yašbak), Emir Ṭāz, Ālīn Aq, Baštak. J. Revault et B. Maury, Palais du Caire, II, 1977, passim.

5 Par le choix des monts du Muqaṭṭam pour y élever sa nouvelle résidence royale, le Sultan Qalāwūn devait encore se distinguer nettement de ses prédécesseurs qui s'étaient installés à proximité des rives du Nil. On sait que la domination générale de la Cité qui en résulta s'accompagna du renforcement général des défences de celle-ci. Aussi bien ces dispositions correspondent-elles à la conception architecturale que les Sultans mamelouks introduisirent au Caire. Architecture fortifiée à développement vertical, basée sur la superposition des communs-lieux de réception et d'habitation.

6 Id., p. 75 et ss. Qā'a Dardīr, Qā'a al-Irsān, Qā'a Qohia, Qā'a al-Gannām... L'affectation fréquente de ces « salles nobles » à un lieu de prières en a souvent déterminé la préservation.

7 Id., p. 132 et ss. Certains rab‛ étaient rattachés à un caravansérail (wakālā), comme pouvait en fournir un exemple le bâtiment édifié par l'Emir Qawṣūn près de Bāb al-Naṣr.

8 On aboutira, en effet, à des changements tels que l'architecture domestique cairote de la période circassienne se distinguera davantage de la période précédente (bahrite) qu'elle ne le fera à l'égard de l'époque suivante (ottomane).

9 Op. cit., p. 35 et ss. ; p. 55 et ss.

10 Op. cit., p. 97 et ss.

11 Op. cit., p. 101 et ss.

12 Op. cit., p. 105 et ss.

13 Doris Abu Saif, A circassian mamluk suburb north of Cairo, in p. 17-23.

14 Palais du Caire, I, 1975, pp. 21 à 33.

15 Vers le Nord et l’Ouest.

16 Le maqad le plus important, conservé jusqu’à ce jour, est celui de l’Emir Māmāī’, qui l’édifia au xve siècle, dans la partie Nord d’al-Qaḥira. Cf. Palais du Caire, I, pp. 11 à 20.

17 Id. pp. 35 à 82 : Palais d’al-Razzāz et de Raḍwān bay.

18 Palais du Caire, III, 1979, pp. 1 à 12.

19 E. Pauty, Les Palais et les Maisons d’époque musulmane, au Caire, Le Caire 1933, pp. 9-10.

20 Sur l’évolution de l’architecture au Caire à l’époque mamelouke, voir aussi L. Hautecœur et G. Wiet, Les mosquées du Caire, I, Paris, 1932 ; L. Bréhier, Histoire générale de l’Art (l’Art musulman), Paris, 1938 ; J.M. Rogers, art. Al-Ḳāḥira, in Encyclopédie de l’Islam, IV, 1974, p. 453.

21 E. Pauty, op. cit., p. 11.

22 Malgré l’intérêt incontestable accordé à l’embellissement de la principale pièce du harem, on ne saurait sous-estimer l’importance que présente également le développement et le luxe du salamlik (mandara, maqad, taẖtabuš).

23 Une première tentative d’indépendance fut réalisée par ‛Alī Bey en 1768.

24 Dans lequel l’influence française semble prédominante.

25 Op. cit., p. 11.

26 Ibid. Ces grand salons empruntent à ceux de l’Europe leurs rangées de hautes fenêtres, leur ornementation florale et les plafonds elliptiques « à l’italienne ».

27 Id., p. 12. Les transformations insolites de l’architecture domestique au Caire aboutiront à l’abandon actuel des formes d’habitation adaptées au climat local et soumises à des règles longuement éprouvées.

28 Il leur aurait été, sans doute, difficile d’agir autrement en présence de constructions de haute valeur architecturale, bien adaptées au climat et aux coutumes du pays.
Les nouveaux maîtres ottomans ont témoigné d’un même esprit d’adaptation dans certaines villes nord-africaines, comme Tunis et Alger. Cf. G. Marcais, L’architecture musulmane d’Occident, Paris, 1954. J. Revault, Palais et Demeures de Tunis. T. II et III, 1971-1974, passim.

29 L’usage de ces boiseries qui existait déjà auparavant, a surtout connu à l’époque ottomane une importance particulière.

30 Peut-être en aurait-il été autrement si l’Égypte avait pu éviter la conquête ottomane, provoquant, avec la perte de son indépendance, une forte diminution de ses ressources économiques.

31 Palais de Hayrbak et d’Ibrāhim Aġā.

32 Installation du Palais de Ridwān bey sur l’emplacement d’une ancienne dār mamelouke. Cf. Palais et Maisons du Caire. I, p. 67.

33 Palais al-Razzāz.

34 Bayt Zaynab Hātūn, cf. Palais du Caire, III, 1979, p. 1 à 12.

35 Rappelons que le Comité de Conservation des Monuments de l’Art arabe fonctionna de 1881 à 1953. Cf. Palais du Caire, C.N.R.S., T.I., in avant-propos de A. Lezine.

36 Pascal Coste. L’architecture arabe du Caire, Paris, 1837, p. 40. Pl. XLV et XLVI.

37 Cette demeure semble avoir été voisine et contemporaine de celle de Ǧamal al-Din al-Ḏahabi, à proximité de Bāb Zuwayla. Voir infra.

38 Ou Ḥušqadam.

39 Désignée sous le nom de qā‛a à l’époque mamelouke, puis fréquemment sous l’appellation de manḍara à l’époque ottomane.

40 Ecuries, magasins à vivre, logements domestiques.

41 Il s’agit apparement du maqad ouvert, en forme de portique surélevé avec pièce annexe fermée.

42 Ainsi qu’au maître et à ses enfants.

43 C’est aussi une grande pièce de séjour (a).

44 Vaste salle de type traditionnel composée d’une dūrqā‛a centrale entre deux iwān (qāa ou manḍara).

45 Manwār complété par l’ouverture d’aération en auvent tournée vers le Nord ou l’Ouest (malqaf).

46 Niveau surbaissé de la dûrqâ’a.

47 Étagères aménagées à l’intérieur des placards ou surmontant ceux-ci pour contourner l’ensemble de la salle.

48 Les mêmes couleurs devaient aussi rehausser les portes des placards.

49 Martin J. Briggs, Muhammadan Architecture, Egypt and Palestine, Oxford, 1924. (Domestic architecture).

50 Id., p. 140. L’auteur évoque la représentation du maq‛ad et du malqaf dans certaines fresques de Thèbes, vieilles de 30 siècles. Il associe cette survivance à d’autres éléments de même ancienneté, encore visibles sur le Nil ou ses rives, tels que le šadūf, la sāqiya et les voiles des bateaux. Ct. Palais et Maisons du Caire, I, 1982, p. 19 et ss.

51 Id., p. 150.

52 lbid. Auprès de la cour souvent ornée de palmiers ou d’autres arbres, se tiennent des réunions d’hommes devisant entre eux et fumant la pipe.

53 lbid., portique au sol légèrement surélevé.

54 Ou iwān.

55 lbid., La présence de deux ou trois « liwānāt » (īwān) autour de la durqā‛a rappelle une disposition similaire adoptée dans la madrasa ou la mosquée de plan cruciforme.

56 lbid., p. 152. L’usage en aurait sans doute été apporté de Turquie et de Syrie.

57 Notamment dans l’ornementation des plafonds et de leur frise.

58 Edward Lane, The Manners and Customs of the Modem Egyptians 1833-1835, Londres, 1908-1963.

59 Id., p. 6. Encorbellements sur corbeaux de pierre.

60 Id., p. 6 et 21. Serrures composées de trois parties.

61 Id., p. 7.

62 On sait que le nom de mašrabiyya s’est étendu aux balcons garnis de moucharabieh de toutes dimensions — qui plus tard se doubleront de vitres intérieurement (op. cit., pp. 2, 3, 10). La petite mašrabiyya forme au dehors, une saillie de plan carré ou octogonal.

63 Id. Dans un coin de ces cours sont placées des jarres remplies d’eau du Nil — renouvelée chaque jour par des porteurs d’eau (saqqā). Voir p. 327 et ss.

64 Id., p. 12. Aiguière et bassin pour le lavage des mains avant et après les repas ; vases, services à café ; etc.

65 Disposition des divans en U ouvert sur la durqāa.

66 Id., p. 13, 14.

67 Id., p. 17.

68 lbid. Disposé sur un, deux ou trois côtés. La cour est arrosée dans la journée pour raffraîchir les appartements environnants.

69 lbid., Comme la manḍara, la qā‛a possède une durqā‛a avec ṣuffa et lanterneau (mamraq). Les étagères qui entourent la salle portent aussi des porcelaines de Chine, moins pour leur usage que pour leur agrément. L’aménagement d’un bain privé existe fréquemment auprès de la a.

70 La composition de ces vitraux — placés à la partie supérieure des fenêtres et mašrabiyyāt — demeurée géométrique aux xvie et xviie siècles, adoptera, aux xviiie et xixe siècles, des formes de fleurs et d’oiseaux empruntées à la Turquie et à l’Europe.

71 Chambres et salons sont meublés partiellement de nattes (ou tapis) et de divans.

72 Id., p. 20, aucun mode de chauffage n’étant pratiqué en dehors de la cuisine, on se défendait contre le froid dans les appartements en se chauffant à l’aide de braséros (en terre ou en cuivre) et de charbon de bois.

73 Le malqaf est resté fréquemment en usage pour capter la brise fraiche du soir à l’intention des appartements.

74 Ainsi doit-on éviter d’ouvrir des fenêtres qui donneraient sur les maisons voisines.

75 Id., p. 21. On prévoit aussi des caches pour dissimuler un trésor ; des portes secrètes permettant de s’enfuir en cas d’attaque de la maison ; d’autres sont destinées à favoriser des rendez-vous amoureux (« bab sirr »).

76 P. Coste, op. cit., Pl.XIV, p. 40.

77 On remarquera la situation de cette maison à l’intersection de deux rues ; cette position semble avoir déterminé une implantation particulière des bâtiments, élevés, non autour de la cour, mais à son extrémité Sud et Sud-Ouest, afin de bénéficier à la fois d’ouvertures sur les deux voies extérieures et la cour intérieure.

78 Des latrines sont installées, d’un côté pour les maîtres, de l’autre pour la domesticité. Cette installation se répétera aux étages. L’écurie avec sellerie et réserve de fourrage est la dépendance la plus proche de l’entrée.

79 Appelée ici « salle d’été ».

80 Les deux ouvertures sur le ciel de la courette et de la cage d’escalier répondaient à des besoins d’éclairage et d’aération, la présence de ces dégagements et moyens de communication facilitant, en outre, les allées et venues habituelles et le service domestique entre rez-de-chaussée et étages.

81 Nommé ici « manḍareh ». Sur le maq‛ad, cf. Jomard, Description du Kaire, Etat moderne, p. 124.

82 S’élevant parfois jusqu’aux terrasses, les salles d’apparat (mandara, maq‛ad, qāa) occupent les espaces les plus importants du salāmlik et du harem.

83 Chambres occupées, selon P. Coste, par des esclaves noires.

84 Comme on peut en relever ailleurs d’autres exemples, le malqaf de la mandara aurait été supprimé ici (sans doute vers le xviiie siècle) afin de permettre l’extension des appartements du 2e étage. On aurait alors suppléé à cet ancien mode d’aération par l’ouverture d’une fenêtre haute, côté Ouest, à l’intérieur de la salle d’été.
La forme prismatique du lanterneau correspond aussi à un aménagement tardif, en remplacement de l’ancienne coupole arrondie.

85 Cette innovation devait apparaître ici, non seulement dans la partie du 3e étage surplombant la cour, mais aussi dans les principales chambres donnant sur la rue.

86 Voir Pl. XXI (op. cit.).

87 Portes à panneaux assemblés, de même style que les portes de placard et les contrevents (pièce annexe du maq‛ad).

88 Une niche à linteau droit entre deux niches à sommet anguleux.

89 Voir qā‛a Dardir, in Palais du Caire, I, 1975, Pl. IV.

90 Inspirée du style décoratif d’époque mamelouke.

91 Inscriptions bénéfiques reproduisant des versets du Coran ou des poèmes de la Burda.

92 Cf. E. Pauty, Les palais et les maisons d’époque musulmane au Caire, Le Caire, 1933, p. 50. Selon cet auteur, la mandara du rez-de-chaussée servait aussi aux réceptions masculines en hiver, de préférence au maq‛ad.
Hans Wehr, A dictionnary of modem written arabic edited by J. Milton Cowan, Wiesbaden, 1966, p. 977 : manzara, pl. manāzīr, guestroom, reception room... observatory, etc. Le terme mandara est aujourd’hui employé à la campagne pour désigner la pièce principale servant de lieu de repos.

93 Moulures hexagonales à boucles étoilées.

94 Ces inscriptions étaient réservées à certains linteaux de marbre, marquant l’entrée de salons importants.

95 En raison des nouvelles constructions d’appartements sur les terrasses d’une manḍara ou d’une a, on notera aussi le déplacement fréquent du malqaf, à proximité de cette salle, notamment au-dessus d’une antichambre ou d’un hall, des ouvertures de séparation garnies de moucharabieh permettant la pénétration et la circulation de l’air extérieur.

96 C’est au xviiie siècle que l’ornementation murale des plus belles salles du salāmlik et du harem ajoute à l’emploi traditionnel des panneaux de marbre et des boiseries peintes, l’usage de revêtement des carreaux de faïence importés de Turquie, sinon de Tunis.

97 Canal et étangs — aujourd’hui comblés — ne se remplissaient d’eau qu’au moment des inondations du Nil, qui se produisaient régulièrement en été. Cf. P. Coste, op. cit., p. 42.

98 ’Ali Zouari, in Annales Islamologiques, n° 17, 1981, p. 311-322.

99 ‛Abd al-‛Azīz Ġurāb al-Maġribī al-Ṣafāqasī.

100 Rappelons l’intérêt particulier que la bourgeoisie sfaxienne portait, à la même époque, aux habitations secondaires ou villégiatures qu’elle se plaisait à édifier au milieu de jardins entourant les remparts de la ville de Sfax. Mais, pour des raisons de sécurité, ces bâtiments avaient adopté un type de construction fortifiée (borğ pl. abrāğ) les distinguant nettement du style architectural citadin. Cf. Cahiers des Arts et Traditions Populaires, Tunis, 1968, pp. 11-39, Mohammed Masmoudi, L’habitation traditionnelle dans la banlieue de Sfax.

101 Non loin des quartiers d’al-Gūrī et de ses souqs.

102 Située, rue al-Sakit, face à la Birkāt al-Ezbekieh, l’habitation du commerçant sfaxien comprenait un jardin de 24 fiddan — appelé git muṣbāḥ — avec noria (sāqiya al-mā).

103 Avec cheminées (maḥall al-ağrān wa al-duẖẖān).

104 Cette wakāla renfermait 11 magasins (ḥāsil) au rez-de-chaussée et 13 chambres (ṭabaqa) aux étages où elles étaient accessibles par deux escaliers donnant sur une cour intérieure. Pour la commodité de leur profession, on peut imaginer que de nombreux marchands fortunés adoptèrent les dispositions rapportées ici, transférant hors de la ville habitations et bâtiments commerciaux. Il en était autrement pour les Beys, Kāšifs et personnages religieux qui se souciaient seulement de posséder, au même endroit, palais ou maison de plaisance, voire de fréquentes résidences secondaires.

105 Selon ’Ali Zouari ce porche serait d’inspiration sfaxienne.

106 Construction en pierre de taille (ḥağar al-faṣṣ al-naḥit). Porte d’entrée s’ouvrant dans un arc (bāb muqantar).

107 Grande cour à ciel ouvert (ḥawš kabīr kašf samāwī).

108 qā‛a à quatre iwān.

109 qā‛a à deux īwān séparés par la durqā‛a habituelle, l’aménagement de la salle comprenant aussi des divans (sidilla) et des placards (hazā’in, sing. hazina).
Chaque étage dispose enfin de latrines (kursi rāḥa).

110 Cette maison possédait encore une porte d’accès secondaire (bāb sirr). La composition de cette luxueuse demeure montre combien on restait attaché aux formes architecturales et fonctionnelles en honneur dans l’ancienne Cité et ses quartiers les plus proches, même dans des conditions d’implantation nouvelle très différentes qui auraient pu déterminer de sérieuse transformations à l’égard d’un mode d’habitation extra-muros. En fait, celles-ci se limitent ici, à la création d’un pavillon de repos ; son attrait s’associait à celui d’un jardin (Ǧanīna), dont l’étendue dépassait celle de tout jardin citadin contemporain.

111 Il n’en subsiste que la Mosquée du Sultan Nāṣir Muḥammad ibn Qalāwūn (xive s.).

112 Disparu récemment dans un incendie.

113 E. Pauty, op. cit., p. 64. Muḥammad ’Ali voulait un palais élevé autour de vastes cours à portiques, comprenant sérail, harem, grand Divan, Mosquée, Trésor, kiosques...

114 lbid., p. 65. Le Pacha fit aussi construire une résidence fastueuse à Choubra, à quelques kilomètres du Caire, avec colonnades, bassins, pavillons d’angle, etc., dans le même style que son palais de la Citadelle. Cf. M. Clerget, Le Caire, 1934 ; ce palais fut édifié en 1808, au Nord-Ouest du Caire. « Enfin, pour sa famille, Muḥammad ’Ali fit construire près du Nil, entre Boulaq et Kasr al-Aïni une série de châteaux qu’il relia au centre par un nouveau boulevard » (préludant à la création et au développement d’une ville moderne sur les deux rives du Nil).

115 lbid. « Désormais ce sera Constantinople qui donnera le ton des créations nouvelles, réglera les formes artistiques et les plans... ».

116 Par exemple l’ancienne demeure du Cheikh al-Gawhari, au quartier al-Muski, celle des Zayaha au Gamaliyya (étudiée par E. Kiente), Cf. Nelly Hanna, Bayt al-Istambulī à Boulac, in Annales Islamologiques, T. XVI, 1980, pp. 299-319.

117 Pluriel riba.

118 M. Clerget, op. cit., p. 316. A. Lézine, Persistance de traditions pré-islamiques dans l’architecture domestique de l’Égypte Musulmane, in Annales Islamologiques, T. XI, 1972, passim.

119 Les revenus provenant des locations de ces bâtiments étaient souvent affectés à l’entretien de monuments religieux du quartier (mosquées, madrasa, hanqa...). Cf. Layla ’Ali Ibrahim, « Middle-Clan Living Units in Mameluk Cairo », in A.A.R.P. (Art and Archeology Research Papers), Londres, 1978, p. 26-30.

120 Calcaire du Muqaṭṭam.

121 Parmi les rab’ les plus caractéristiques de l’époque ottomane, on retiendra notamment le Rab’ de Tabbāna (ou Ibrahīm Aġā) à titre d’exemple de bâtiment indépendant (xviie s.), tandis que les constructions suivantes (xvii-xviiie s.) sont rattachées à une wakāla dans leurs quartiers respectifs : Rab’ Kizlar (sara’ al-Hilmiya), Rab’ Ridwān Bey (Bāb Zuwayla), Rab’ Bazar’a et Rab‛ Dūlfiqār (Ǧamaliyya). Cf. A. Raymond, Le Rab‛ : Un type d’habitation collective au Caire pendant la Période ottomane in « The Aġa Khan Award for architecture », Fès, 1979, p. 55-61.

122 Cf. Mona Zakariya, Le Rab’ de Tabbāna (ou Ibrahim Aġa), in Annales Islamologiques, T. XVI, Le Caire, 1980, pp. 275-297.

123 S’ouvrant et se fermant en « tabatière ».

124 La salle de séjour y étant généralement moins haute de plafond.

125 A l’abri des regards du voisinage, ce lieu aéré forme un ensemble de courettes semblables, utilisées pour les travaux ménagers ou certaines réunions familiales durant le jour, tandis que l’on peut s’y reposer durant les nuits d’été

126 En vert, jaune ou brun.

127 Voir infra.
Certaines maisons bourgeoises, dépourvues de luxe, ont été aussi mieux préservées et sont encore fréquemment habitées dans les anciens quartiers du Caire et ceux de Boulaq.

128 Ce fait tient à l’occupation actuelle des anciens rab’ par des familles pauvres ou de faibles ressources, auxquelles ce mode d’habitation traditionnel semble toujours convenir.

Table des illustrations

Légende Manzil Suhaymī : le jardin intérieur, vu du taẖtabuš, face à l’entrée et au maq‘ad.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3304/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1018k
Titre PLANCHE G
Légende Plans et coupes d’une demeure au quartier de Ḥūš Qadam (d’après P. Coste) :1. Rez-de-chaussée ; 2. Entrée ; 3. Siège du portier ; 4. Cour ; 5. Kiosque sous lequel le maître reçoit pendant l’été ; 6. Chambre pour loger les étrangers ; 7. Chambre pour les domestiques ; 8. Escalier pour un logement des étrangers avec leurs femmes ; 9. Ecurie ; 10. Sellerie ; 11. Dépôt de fourrage ; 12. Citerne et abreuvoir ; 13. Escalier pour le maq‘ad et le logement du maître ; 14. Entrée du logement du harem ; 15. Petite cour ; 16. Grande salle fermée pour l’été (qā‛a ou mandara) avec bassin et jet d’eau, complétée par une chambre annexe et des latrines ; 17. Cuisine ; 18. Boulangerie ; latrines.20. Premier étage. 21. Entrée du logement du maître ; 22. maq‘ad ou salle ouverte pour recevoir ; 23. Chambre annexe du maq‛ad avec latrines ; 24. Porte de communication vers le harem réservée au maître ; 25. Chambres des esclaves blanches ; 26. Dépense et lingerie ; 27. Escalier vers le 2e étage ; 28. Logement pour une famille étrangère ; 29. Vides des cours et des salles inférieures ; 30. Latrines.31. Deuxième étage. 32. Logement de la femme légitime ; 33. Bain ; 34. Sopha (pièce de repos du hammam) ; 35. Chaudière (étuve) ; 36. Chambre avec moucharabieh ; 37. Lingerie et autre usage ; 38. Logement pour une famille étrangère ; 39. Latrines ; 40. Vides des cours et des salles inférieures.41. Troisième étage. 42. Grand salon réservé aux femmes les jours de fête ; 43. Chambres pour les esclaves noires ; 44. Terrasses ; 45. Latrines ; 46. Dôme à claire-voie pour l’éclairage de la salle d’été ; 47. Coupoles munies de verre au-dessus des pièces du hammam ; 48. Réservoir d’eau pour le bain ; 49. Vides des cours et des salles inférieures ; 50. Coupe sur les lignes A Β des plans — façade sur cour et salle d’été — (dûrqā‛a entre les īwān) ; 51. Coupe sur la largeur de la salle d’été (dûrqâ’a).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3304/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Titre PLANCHE H
Légende Demeure Ḥušqadam : vue intérieure de la grande salle d’été (qā‛a ou mandara) entièrement fermée au rez-de-chaussée (d’après P. Coste).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3304/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre PLANCHE I
Légende Maison de Hasan Kašif — ou de l’Institut — (d’après la Description) : plans du rez-de-chaussée et du 1er étage avec élévation sur cour et jardin. Elévations : en haut : portique (taẖtabuš) entre portes de communication et grande salle d’apparat, largement éclairée sur cour et jardins (qā‛a ou mandara). En bas : loggia du maq‛ad (avec son portail) surmontant porche d’entrée et maẖzan ; en avant-corps, superposition de deux qā‛a à moucharabieh, dominées par les grands malqaf d’aération.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3304/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre PLANCHE J
Légende En haut : cour du Palais d’Osman bey avec maq‛ad à cinq ares (d’après la Description).En bas : taẖtabuš et maq‛ad du Palais de Qasim bey donnant sur cour et jardin.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3304/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre PLANCHE Κ
Légende Maison de plaisance (ou casin) bâtie le long du canal ; en haut : vue de la cour avec jardin situé entre bâtiment d’angle et l’entrée ; en bas : plan du rez-de-chaussée avec salon donnant sur le ẖalīğ (d’après P. Coste).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3304/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre PLANCHE L
Légende Maison de plaisance — hors Bāb al-Šariyya — avec jardins, terrasses et moucharabieh, bordant le canal utilisé pour l’irrigation, le transport et les promenades (d’après P. Coste).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3304/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter