Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Palais et maisons du Caire. Tome II

 | 
Bernard Maury
, 
André Raymond
, 
Jacques Revault
, 
et al.

1re partie. Le Caire sous les ottomans (1517-1798)

Les quartiers de résidence

Texte intégral

  • 1 Nous reprenons ici les thèmes abordés dans « The Residential Districts of Cairo during the Ottoman (...)

1La localisation des quartiers de résidence au Caire était conforme au modèle qui se retrouve dans toutes les grandes villes arabes à l’époque moderne (comme à l’époque médiévale) et qui est caractérisé par un contraste très fortement marqué entre les zones vouées à l’activité économique, et les zones consacrées à la résidence. Au Caire, les grandes activités économiques se concentraient dans la zone centrale de la Qaṣaba (entre bāb al-Naṣr, bāb al-Futūḥ au nord, et bāb Zuwaïla au sud), le long de quelques grands itinéraires conduisant vers les principales portes, et dans quelques noyaux plus dispersés. Dans le reste de la ville, se déployaient des quartiers dont la vocation résidentielle était presque exclusive, suivant une organisation spatiale qui répondait si exactement à la structure socio-économique de la population que la description que nous allons d’abord esquisser pourrait indifféremment s’organiser suivant des critères géographiques, ou sociaux1.

1. LA GÉOGRAPHIE DES QUARTIERS DE RÉSIDENCE

Les quartiers d’habitation populaire

  • 2 Voir A. Raymond, « Quartiers et mouvements populaires au Caire », et « La géographie des ḥāra du C (...)

2Les quartiers populaires s’étendaient, comme il arrive le plus communément, dans les zones proches de la périphérie de la ville. Dans ces régions, le contact restait assez étroit avec les zones rurales pour que soit facilitée l’installation de populations récemment venues de la campagne. Il s’agissait également de zones où s’étaient établies des activités économiques gênantes dont une population défavorisée devait accepter la proximité. Le relatif bon marché du terrain, et sa relative abondance, qui découlaient en partie des raisons qui précèdent, étaient également de nature à attirer une population pauvre2.

3Les quartiers populaires formaient donc, au Caire, une ceinture remarquablement continue le long des limites nord, est et sud de la ville. C’est là que s’étendaient la plupart des quartiers dont les noms reviennent dans les textes historiques lorsque sont évoqués des mouvements populaires : al-‛Uṭūf, al-Ḥaṭṭāba, ‛Arab al-Ysār, Ḥabbāla, Darb al-H̲alīfa, Qanāṭir al-Sibā‛. A l’ouest, où l’expansion de la ville était plus tardive et où les limites du xviiie siècle n’avaient été atteintes qu’assez récemment, la ceinture de quartiers populaires était moins continue : des quartiers aisés, et des zones de jardins, s’intercalaient entre les quartiers populaires dont les plus connus sont ceux de bāb al-Lūq ou de Fawwāla.

4Il y avait coïncidence presque parfaite entre la géographie des quartiers populaires et celle des « ḥāra ». Les ḥāra du Caire (ou de Damas) se retrouvent dans les autres villes arabes sous d’autres noms (maḥalla à Alep, ḥawma à Alger...) mais ils appartiennent à un type presque invariable : ils constituent des entités relativement fermées, ne comportant qu’un nombre limité d’ouvertures sur l’extérieur, une seule dans le cas le plus typique, avec un réseau hiérarchisé de rues, de la plus importante, le darb, qui donne souvent son nom au ḥāra, jusqu’aux impasses qui prennent fin dans la profondeur du quartier ; ils constituent d’autre part des unités de caractère quasi-administratif, avec des cheikhs vaquant aux affaires de leurs ressortissants, des portiers et des gardes assurant la sécurité des habitants ; ils sont enfin le cadre d’une vie communautaire active avec des organisations populaires qui ont à la fois le caractère d’associations religieuses et de milices d’auto-défense (futuwwa). Les soixante-trois quartiers que nous avons pu identifier pour Le Caire ottoman (auxquels s’ajoutent huit quartiers de minorités religieuses sur lesquels nous reviendrons) sont effectivement localisés au nord, à l’est et au sud, sur les franges de la ville. La surface globale de ces quartiers, que l’on peut évaluer à 160 hectares, permet d’estimer la surface moyenne d’un ḥāra à environ 2,5 hectares, et sa population à un millier d’habitants, soit environ 200 familles ; une telle population pouvait constituer une véritable unité humaine et pouvait être aisément contrôlée par son cheikh.

PLANCHE Χ

PLANCHE Χ

Localisation des ḥāra et des rab‛ (partie en pointillé : ḥāra ; en quadrillé : quartier juif ; en hachures : quartiers coptes ; points : rab‛).

  • 3 C. Niebuhr, Voyage en Arabie, I, 88.

5Les témoignages dont nous disposons sur ces ḥāra s’accordent pour les décrire comme habités par une population plutôt pauvre : « Les quartiers, écrit, par exemple, le voyageur allemand Niebuhr, servent communément de demeure à des artisans et d’autres habitants pauvres qui... travaillent... non dans leurs propres maisons, mais dans de petites boutiques du sūq ou le long des rues marchandes »3. L’étude des successions des habitants des ḥāra nous permet de chiffrer leur situation matérielle. Dans les différentes régions du Caire la fortune moyenne des habitants des ḥāra s’établit, suivant les cas, à un chiffre situé entre la moitié et le septième de la fortune moyenne des habitants de la région concernée. C’étaient donc bien les éléments les plus pauvres de la population qui habitaient dans les ḥāra, gens des petits métiers ambulants (dont l’exemple le plus frappant était celui des saqqā‛īn/porteurs d’eau), ouvriers des corporations de métiers, ou petits artisans et boutiquiers.

  • 4 Jomard, Ville du Kaire, 622, 696.

6Si l’archéologie ne nous éclaire guère sur la nature des habitations de cette classe, auxquelles leur médiocrité même a interdit de parvenir jusqu’à nous (à la différence des résidences riches), nous savons du moins, par les textes, et par la toponymie, que c’était là que se trouvaient la plupart des ḥawš qui constituaient au Caire le prototype de l’habitat pauvre et qui étaient aussi utilisées par des professions travaillant sur les matières animales et servaient de dépôts d’immondices4.

Les quartiers de résidence de la classe moyenne

  • 5 Tribunal, ‘arabiyya, v. 75, 89 (1705). A. Raymond, Artisans et commerçants, 398.

7Les artisans et les boutiquiers, généralement possesseurs d’une échoppe ou d’un atelier, qui formaient la masse des membres des corporations de métiers, constituaient une classe moyenne dont la condition économique était si diverse qu’il n’est pas aisé de déterminer les caractères de sa résidence. Une partie habitaient dans les ḥāra, où les successions des tribunaux religieux nous ont permis de retrouver leurs traces. Un certain nombre résidait dans des logements loués, dans des maisons qui pouvaient abriter plusieurs familles : un qawwāf/cordonnier de Qaṣaba Riḍwān, dont la modeste succession s’élevait à 10 075 paras, habitait ainsi un logement dans le quartier de Ṭūlūn dont le loyer annuel, 540 paras seulement, n’était guère plus élevé que celui d’une boutique5. Mais d’autres, plus fortunés, étaient propriétaires de leurs maisons, dont le prix variait naturellement suivant leur importance et le quartier où elles étaient situées, mais qui représentaient souvent la moitié de la succession. Enfin un des types de logement les plus caractéristiques de cette strate sociale, en même temps d’ailleurs que de la ville du Caire, était l’habitat collectif, wakāla, ou rab‛, sur lequel nous reviendrons plus loin.

  • 6 Prisse d’Avennes, Mœurs et coutumes, 427 a.

8Ceux qui appartenaient à cette strate sociale habitaient en général non loin des grands marchés où ils avaient leurs activités, parfois dans ces marchés eux-mêmes : c’était le cas, en particulier, des habitants des wakāla ou des rab‛. Sur 75 individus possédant des fortunes comprises entre 5 000 et 20 000 paras dont nous avons pu étudier les successions entre 1776 et 1798, 24 (soit le tiers) résidaient sur les lieux de leur travail ou à proximité immédiate. Relativement peu nombreux étaient ceux qui, habitant Qāhira, la région sud, ou la région ouest, franchissaient les limites de ces grandes zones pour se rendre à leur boutique (13 au total, soit environ le sixième). La moyenne des déplacements effectués par l’ensemble de ces 75 individus de leur domicile à leur lieu d’activité ne dépassait guère 350 mètres, quelques minutes de marche. La plupart habitaient dans la zone située entre les quartiers populaires de la périphérie et les grands marchés, la localisation des résidences des artisans et des commerçants moyens, ou riches, constituant comme un « négatif » de la localisation des souqs et des ḥāra. La vie de ces marchands et de ces artisans se déroulait, telle que la décrivit plus tard Prisse d’Avennes, suivant le rythme d’un déplacement quotidien entre la boutique et la maison : « le marchand riche ou pauvre qui a boutique sur la rue ou dans le khan ne s’occupe de son commerce qu’une partie de la journée. Dès sept à huit heures du matin le marchand apparaît dans sa boutique et la ferme le soir avant le coucher du soleil, heure à laquelle la population se retire pour les prières, le repas et les relations de famille... L’habitation du marchand est toujours séparée de sa boutique »6.

  • 7 A. Raymond, « The rab‛ : a type of collective housing in Cairo ». Pour la localisation des rab‛ vo (...)
  • 8 Des exemples de chacun de ces deux types existent ou sont mentionnés dans les documents historique (...)

9Il nous paraît utile de nous étendre quelque peu sur l’habitat collectif, parce qu’il est très caractéristique de cette classe sociale, et aussi parce qu’il est si peu conforme à ce que l’on considère habituellement comme l’habitat musulman « traditionnel » qu’on l’a en général passé sous silence7. Une partie non négligeable de cette population moyenne habitait pourtant dans des rab‛, immeubles collectifs à destination locative qui étaient souvent situés dans les étages supérieurs des wakāla, mais qui pouvaient aussi constituer des édifices séparés8. Nous en avons identifié 46, mais leur nombre réel était beaucoup plus élevé puisque nombre de wakāla (dont il y avait 360 au Caire) comportaient des rab‛. Ces immeubles avaient pour caractéristique d’être situés à proximité immédiate des principaux centres d’activité économique : la plupart des 36 rab‛ localisés dans Qāhira étaient construits le long de la Qaṣaba ou des rues qui donnaient dans cette artère centrale. Les caractéristiques et les dimensions des rab‛ étaient très variables : le seul élément constant était l’étagement des appartements en hauteur, sous forme de « duplex » ou de « triplex », desservis par des escaliers intérieurs et bénéficiant, en général, de terrasses privatives, une formule qui conciliait heureusement les nécessités de la vie en commun dans un immeuble collectif et les aspirations traditionnelles à l’isolement de la vie privée. Comme ces rab‛ pouvaient compter jusqu’à 20 appartements et plus, le nombre des habitants y était élevé (dans certains cas largement plus de 100 personnes). Aussi pensons-nous qu’ils pouvaient héberger, au total, entre dix et vingt mille personnes. L’étude des successions des habitants des rab‛ montre qu’il s’agissait d’artisans et de commerçants moyens, tenant boutique, et situés, dans l’échelle sociale, à égale distance du prolétariat et de la grande bourgeoisie des négociants : la succession moyenne des 29 résidents de rab‛ que nous avons identifiés pendant la période 1776-1798 s’établit à 22 646 paras, un chiffre qui paraît bien caractéristique de la population dont nous étudions actuellement l’habitat. La valeur de ces appartements se situe aux environs de 4 000 paras, chiffre qui n’est modeste qu’en apparence : il représente une part importante des successions considérées, et il n’est pas beaucoup inférieur aux prix de maisons que nous avons pu relever pour cette strate de la population. Aussi les résidents dans les rab‛ n’étaient-ils en général que locataires de leurs appartements.

10La localisation des résidences des cheikhs paraît obéir à des principes assez proches de ceux qui concernent l’habitat de la bourgeoisie moyenne. La plupart des 67 cheikhs dont nous avons pu situer avec précision le domicile, entre 1774 et 1798, habitaient dans la même zone intermédiaire entre les principaux centres commerciaux, et la ceinture des quartiers populaires. Mais, comme il est naturel, une proportion importante des cheikhs résidaient dans les environs immédiats d’al-Azhar, qui était le cœur du monde des ‛ulamā : 22 (soit un tiers du total) habitaient à moins de 200 mètres de la mosquée-université.

La grande bourgeoisie

11La partie la plus puissante économiquement, et socialement, de cette grande bourgeoisie était constituée par les grands commerçants (tuğğār) en café et en épices, et par les négociants en tissus, dont le négoce était fortement concentré dans un petit nombre de caravansérails du centre de Qāhira. Ils se distinguaient nettement de la strate de la moyenne bourgeoisie que nous venons d’étudier, aussi bien par le caractère de leurs résidences que par celui des quartiers qu’ils habitaient.

  • 9 Ces deux palais ont été publiés respectivement par : A. Lézine, Trois palais d’époque ottomane au (...)
  • 10 Ḥuğğa des Archives de la Citadelle du Caire, carton VI, numéros 569, 570, 578.

12Nous n’insisterons pas ici sur le caractère somptueux de leurs demeures qui ressemblaient assez aux palais des membres de la caste dominante. Leur train de maison, souvent considérable, puisque les grands marchands pouvaient avoir une vingtaine ou une trentaine de personnes à leur service, exigeait d’ailleurs des demeures spacieuses, dont quelques exemplaires ont été conservés jusqu’à nous. Une des plus remarquables est la maison de Ğamāl al-Dīn al-Ḏahabī, prévôt des marchands vers 1630, avec sa jolie cour, son gracieux maq‛ad à deux baies, sa qā‛a à lambris de bois et à marbres polychromes, et ses nombreuses dépendances. La maison de Maḥmūd Muḥarram, autre šāh bandar, était si vaste, et si semblable à un véritable palais que Muḥammad ‛Alī en fit plus tard une résidence pour les hôtes de marque de l’Égypte, d’où le nom de Musāfirhāna sous lequel elle est connue9. La maison des grands tuğğār d’origine maghrébine, les Šarāïbī, située à l’Azbakiyya, passa, vers 1750, entre les mains de l’émir dominant, Riḍwān Kathudā, qui la jugea donc digne de sa puissance. Ces résidences valaient naturellement des sommes considérables : les plus importantes, telle celle du tāğir Maḥmūd Ḥasan à l’Azbakiyya (279 697 paras en 1789) atteignaient le prix d’une wakāla, c’est-à-dire de l’édifice à vocation économique le plus coûteux qui existât au Caire10.

  • 11 Le palais de Muṣṭafā, classé sous le numéro 471, a été publié par J. Revault, B. Maury, M. Zakariy (...)
  • 12 Les planches XI et XII donnent la localisation des résidences des commerçants et artisans travaill (...)

13Pour ces grands commerçants qui exerçaient tous leur activité dans la région centrale de la Qaṣaba (entre bāb al-Futūḥ et bāb Zuwaïla), où se trouvaient les principaux caravansérails et marchés spécialisés dans le grand commerce international, le lieu privilégié de résidence restait la zone proche des grands souqs : c’est dans les rues adjacentes qu’ils se construisirent des maisons dont la façade souvent modeste n’annonçait en rien le luxe intérieur, Les palais de Ğamāl al-Dīn (construit en 1634 dans la rue H̲ušqadam) ou de Muṣṭafā Ğa‛far (construit en 1713 dans darb al-Aṣfar)11 sont tout à fait caractéristiques à ce point de vue. Du début du xviie siècle à la fin du xviiie siècle, la proportion des résidences de tuğğār en café construites dans Qāhira reste stable : 22 sur 31 entre 1627 et 1700, 29 sur 40 entre 1701 et 1750, 23 sur 32 entre 1751 et 1798, soit respectivement 71 %, 72,5 % et 71,8 % du total. Les zones de prédilection sont les rues de H̲ušqadam et la région de la mosquée al-Ḥusaïnī. Mais une partie également importante de ces résidences de grands négociants s’établissait hors de Qāhira, 12 sur 27 pendant la période de 1776 à 1798. Tout comme les membres de la caste dominante les grands commerçants recherchaient hors d’un centre surpeuplé et trop animé des lieux de résidence dans les zones plus calmes, où la verdure et l’eau étaient encore disponibles. Très significative, de ce point de vue, est la faveur grandissante des rives du H̲alīğ sur lequel donnaient les « casins » relevés par Pascal Coste, et, au-delà du canal, de la région ouest de la ville, dont les jardins et les birka (étangs), inondées au moment de la crue du Nil, permettaient l’installation de résidences secondaires, particulièrement agréables pendant les mois d’été. Une statistique relative aux résidences des tuğğār en café, du début du xviie et à la fin du xviiie siècle, montre bien cette progression : entre 1627 et 1700, 3 résidences dans les quartiers ouest (sur 31) ; entre 1701 et 1750, 7 sur 40 ; entre 1751 et 1798, 7 sur 32. Soit des pourcentages croissants de 9,7 %, 17,5 % et 21,9 %. Les caractères même de leurs habitations, comme leur migration progressive vers les quartiers de l’ouest, révélaient chez les grands commerçants des comportements assez proches de ceux de la caste dominante avec laquelle ils avaient par ailleurs beaucoup de liens12.

PLANCHE XI

PLANCHE XI

Localisation des résidences des artisans et commerçants du Ḫānal-Ḫalīlī (1776-1798).

PLANCHE XII

PLANCHE XII

Localisation des résidences des artisans et commerçants du Ġūriyya (1776-1798).

Les membres de la caste dominante

  • 13 Sur les quartiers de résidence de la caste dominante voir A. Raymond, « Essai de géographie des qu (...)

14La caste qui gouvernait l’Égypte constituait, vers 1798, une population d’environ 10 000 personnes dont les membres, profondément différents de la masse de la population indigène, par leurs activités (ils avaient le monopole des activités politiques et militaires), comme par leurs origines (ils se recrutaient par la cooptation de mamelouks, achetés hors de l’Égypte) ; n’en avaient pas moins des liens avec cette population, à niveaux socio-économiques équivalents. Cette originalité, et cette ambiguïté, se retrouvent dans leur comportement en ce qui concerne le choix de leurs résidences13.

  • 14 Ces palais ont été publiés par J. Revault et B. Maury, Palais et maisons du Caire, I, Le Caire 197 (...)

15De l’ampleur des programmes architecturaux des palais des membres de cette caste nous ne pouvons malheureusement juger que d’une manière très imparfaite. Les exemplaires les plus importants, situés aux alentours de l’Azbakiyya et de birka al-Fīl, ont été détruits au xixe siècle et nous ne conservons que des édifices très dégradés, palais al-Razzāz (xve-xviiie siècles), palais de Riḍwān Bey (reconstruit avant 1656), ou relativement modestes, palais al-Sinnārī (construit peu avant 1798)14. Mais les gravures de la Description de l’Égypte, ou les relevés de Pascal Coste consacrés à des édifices plus considérables, nous permettent d’apprécier l’importance de constructions qui devaient abriter des « maisons » pouvant comprendre deux cents personnes, et qui devaient donc offrir des aménagements « publics » (maq‛ad et qā‛a) largement conçus, et des dépendances très vastes. De telles résidences ne pouvaient, de toute évidence, se déployer dans les régions les plus denses et les plus actives du centre de la ville. Cette considération, autant qu’un exclusivisme de caste, expliquent la « mobilité » des quartiers de résidence de la caste dominante qui constitue un trait distinctif, particulièrement frappant si on le compare à la relative stabilité géographique des zones de résidence de la population indigène, à l’exception des grands commerçants.

16La géographie des zones de résidence de la caste dominante paraît avoir connu trois phases successives, du début du xvie siècle à la fin du xviiie. Dans les premiers temps de la domination ottomane, les résidences des émirs étaient fortement concentrées à l’intérieur de la fondation fatimide de Qāhira (17 % des résidences recensées), et dans les environs de la Citadelle, où se trouvait le centre politique du pouvoir (36 % des résidences), avec un début d’implantation autour de la très vaste birka al-Fīl (17 % des résidences).

  • 15 Fulgence, Description de la situation de l’Égypte, 206-207. Voir la planche C.

17La période du xvie et du xviie siècle fut marquée par un déplacement de ces résidences vers la zone sud de la ville. A ce déplacement on peut assigner plusieurs causes. Une cause négative d’abord : la croissance urbaine du Caire, le développement des activités économiques accroissaient la congestion du centre ancien qui devenait de moins en moins favorable à l’installation de résidences un peu vastes. Des causes positives : l’attraction de la région de la Citadelle où se trouvait le pouvoir, l’attrait de régions moins peuplées, où des espaces assez vastes pouvaient être aménagés, autour de la birka al-Fīl en particulier. Le déplacement des tanneries, de la région située immédiatement au sud-ouest de bāb Zuwaïla, vers l’extérieur de la ville, qui se produisit vers 1600, joua un rôle important dans ce mouvement, en permettant l’installation de belles résidences dans la zone de Dāwudiyya, située immédiatement au sud. Entre 1650 et 1755 on ne trouvait plus dans Qāhira que 6 % des résidences d’émirs ; par contre la région de la Citadelle en comptait 17 % et celle de birka al-Fīl 40 %. Au total le quartier sud comptait 74 % des résidences aristocratiques. « Les plus belles maisons du Caire tournent sur cette Birque, écrivait, vers 1700, un Européen qui résidait au Caire. Elle est inondée pendant huit mois de l’année ; et c’est un jardin perpétuel pendant les quatre autres ; pendant l’inondation on voit un grand nombre de brigantins dorés sur lesquels des personnes de considération et leurs femmes se promènent à l’entrée de la nuit. Il n’y a pas de jour qu’on n’y tire de l’artifice et que la musique ne s’y fasse entendre ; les jalousies qui règnent autour sont pleines d’une infinité de femmes de qualité qu’on ne laisse pas d’entrevoir à la faveur des illuminations dont tous les faistes des maisons sont éclairés. C’est un des plus beaux spectacles que la nuit peut fournir aux yeux »15.

PLANCHE XIII

PLANCHE XIII

Résidences des beys et des kāšif (d’après la Description de l’Égypte).

  • 16 Savary, Lettres sur l’Égypte, II, 183.

18Au xviiie siècle on voit se développer un fort mouvement vers la zone ouest de la ville, au-delà du H̲alīğ. Le souci des émirs de s’éloigner des zones très peuplées et très actives les conduisait à chercher, à l’ouest de la ville, des zones encore peu urbanisées, et libres d’activités économiques, sauf le long des axes conduisant aux portes. Les émirs étaient également attirés par l’existence dans cette région de zones où l’eau (des birka) et les espaces libres (jardins) étaient encore abondants et permettaient la construction de résidences vastes et agréables. Le plus attrayant de ces espaces était la grande birka al-Azbakiyya qui allait tenir, vers la fin du xviiie siècle, dans la vie luxueuse des grands émirs, la place qu’occupait, au début du siècle, la birka al-Fīl. Savary qui avait, il est vrai, la plume optimiste, fait une description enchanteresse des plaisirs de l’Azbakiyya pendant la saison de la crue qui fait écho à celle de birka al-Fīl par Fulgence : « Cette place, la plus grande de la ville, a près d’une demi-lieue de circuit ; elle forme un immense bassin environné des palais des Beys, éclairés de lumières de diverses couleurs. Plusieurs milliers de bateaux, aux mâts desquels des lampes sont suspendues, y produisent une illumination mobile dont les aspects varient à chaque instant »16. Nous avons vu que, dans ce mouvement vers l’ouest, les grands bourgeois accompagnaient les membres de la caste dominante. Vers la fin du xviiie siècle la région de la Citadelle comptait 10 % des résidences d’émirs, et celle de birka al-Fīl 20 % (35 % pour l’ensemble de la région sud du Caire). A cette époque, près de la moitié des résidences d’émirs (47 %) s’élevaient dans la région ouest de la ville, dont 15 % autour de la seule Azbakiyya. Dans leur déplacement vers le sud puis vers l’ouest, les émirs n’avaient fait que suivre le développement de la ville entre le xvie et la fin du xviiie siècle.

Les quartiers de minorités

19Les quartiers de minorités religieuses obéissaient à une ségrégation qui est suffisamment traditionnelle pour qu’il ne soit guère nécessaire de la commenter longuement. Ses causes sont bien connues : volonté des gouvernants d’isoler et de contrôler les minoritaires ; désir des ḏimmī de se regrouper et de faciliter ainsi leur défense. La concentration était particulièrement marquée en ce qui concerne les juifs : le ḥāra al-Yahūd s’étendait sur environ 6 hectares au centre même du Caire, à proximité du quartier des orfèvres (Ṣāġa) où se déroulaient les opérations concernant les métaux précieux (y compris le change) dans lesquelles les juifs jouaient un rôle actif. Mais ce quartier était relativement ouvert sur l’extérieur, puisqu’on pouvait y accéder par cinq rues et qu’on y trouvait une mosquée, dans la partie médiane de la rue principale qui desservait le quartier (mosquée Barakāt Qurumīt).

20On tirera les mêmes conclusions de la dispersion des quartiers qu’habitaient les chrétiens coptes au xviiie siècle, sept ḥāra al-Naṣārā, d’une surface totale de 16,7 hectares. Cinq étaient situés dans la région ouest du Caire, la plus tardivement urbanisée : les deux principaux touchaient à la birka al-Azbakiyya, et au H̲alīğ, qui étaient, nous l’avons vu, les régions favorites de résidence pour les émirs et les riches bourgeois musulmans du Caire.

21Les Francs (surtout des négociants français et italiens) étaient très fortement regroupés dans un ḥāra al-Afranğ, pour d’évidentes raisons de sécurité et aussi de commodité commerciale (Description : 24 J 9), dans une région par ailleurs agréablement située le long du H̲alīğ, à proximité immédiate de la zone des grands marchés. La concentration dans ce quartier des chrétiens syriens (pourtant sujets du Grand Seigneur) était évidemment commandée par les relations commerciales étroites que cette communauté dynamique entretenait avec le grand commerce étranger, et aussi par la volonté de ces uniates (ils appartenaient presque tous au rite syrien catholique) de s’émanciper de la tutelle de l’église orthodoxe, en s’appuyant sur la protection des consuls européens et des missions chrétiennes de rite latin.

22Par contre les communautés musulmanes étrangères, fortement présentes au Caire (Turcs, Syriens et Maghrébins) ne constituaient pas véritablement de groupements géographiques individualisés, bien que des traditions souvent fort anciennes, ou les nécessités professionnelles, les aient souvent amenées à se concentrer dans des secteurs particuliers de l’agglomération. Les Turcs étaient nombreux à habiter à proximité du H̲ān al-H̲alīlī où ils exerçaient beaucoup de leurs activités et dont le caractère turc était fortement marqué : on trouvait dans les environs immédiats de ce marché près du tiers des Turcs habitant au Caire. Une proportion remarquablement forte des Maghrébins du Caire (un peu plus du quart) résidait dans les environs de la mosquée Ibn Ṭūlūn qui était, depuis des siècles, le lieu de rassemblement des pèlerins venus d’Afrique du Nord, si bien que tout le quartier avait pris une forte coloration maghrébine. On expliquera de la même façon la concentration des Syriens et des Palestiniens dans les environs du H̲ān al-Ḥamzāwī, et du Ğamāliyya où se trouvaient les centres de leur commerce, le Ğamāliyya constituant par ailleurs le point de départ de la route qui, par bāb al-Naṣr, conduisait vers la Syrie. Mais en dehors de ces zones privilégiées, ni les Turcs, ni les Maghrébins, ni les Syriens, ne constituaient à proprement parler des quartiers distincts.

2. LES FACTEURS DE LA LOCALISATION DES QUARTIERS DE RÉSIDENCE

23Au cours de la rapide étude de la géographie des quartiers de résidence que nous venons de faire, nous avons évoqué certains des principes qui rendent compte de leur localisation. Cette localisation était, pensons-nous, logique, comme d’ailleurs la plupart des faits de structure urbaine, dans Le Caire ottoman, mais les facteurs qui étaient à l’œuvre étaient nombreux, et ils jouaient parfois en sens opposé, aussi la localisation a-t-elle une certaine complexité.

  • 17 A. Raymond, « La conquête ottomane et le développement des grandes villes arabes », 27.

241. La localisation des quartiers de résidence était naturellement liée à l’histoire urbaine globale de la ville. En ce qui concerne Le Caire ottoman, le phénomène urbain fondamental avait été une croissance, fortement marquée aux xvie et xviie siècles, pour des raisons surtout économiques17. Cette croissance, qui a d’abord affecté Qāhira, puis la région sud, et enfin la région ouest, a influé directement sur l’implantation et le développement des quartiers de résidence. Le surpeuplement de Qāhira et le développement des activités économiques dont cette région a été le théâtre ont certainement été des éléments qui ont amené le déplacement des résidences des émirs vers la région sud du Caire.

  • 18 Nous avons évoqué plus haut le déplacement des bārūdiyya.

25De la même manière, un évènement urbain comme le transfert des tanneries de la région située entre bāb Zuwaïla et birka al-Fīl vers bāb al-Lūq, aux environs de 1600, a rendu possible le peuplement de la zone située au sud-ouest de bāb Zuwaïla, et, en fait, de toute la moitié nord de birka al-Fīl. Il explique donc, en bonne partie, l’installation massive des résidences d’émirs autour de birka al-Fīl qui est une des caractéristiques du xviie siècle. En sens contraire, l’installation des bārūdiyya/marchands de poudre à Rumaïla, au début du xviiie siècle, a pu être une des causes de la désaffection croissante des émirs pour les quartiers proches de la Citadelle en raison des risques auxquels le voisinage était exposé18.

26La localisation des ḥāra de la rive ouest du H̲alīğ correspond peut-être à un état ancien de la ville, à une époque où elle ne s’étendait guère au-delà du canal. La reprise de l’expansion de l’agglomération vers l’ouest explique sans doute le développement de ḥāra sur une ligne située plus à l’ouest, correspondant à la nouvelle limite occidentale du Caire.

272. Un certain nombre d’éléments « politiques » ont joué un rôle important dans l’évolution des quartiers de résidence. L’attirance des zones proches de la Citadelle s’explique naturellement par la présence, en ce lieu, du centre du pouvoir. A l’inverse, le déplacement des résidences émirales vers l’ouest, au-delà du H̲alīğ, est peut-être lié à l’affaiblissement du pouvoir des pachas, et à l’essor, au xviiie siècle, du pouvoir beylical, le siège réel de l’autorité se trouvant désormais dans les palais des émirs dominants, et non plus dans la Citadelle.

28Les émeutes populaires dont la région de la Citadelle fut le théâtre dans les dernières décennies du xviie siècle, les conflits entre émirs qui dégénèrèrent parfois en guerre civile (par exemple en 1711) avec des combats et des bombardements dans la région située immédiatement au-dessous de la Citadelle contribuèrent peut-être aussi à décourager les émirs d’y avoir leur résidence.

293. Plusieurs facteurs matériels ont exercé une influence qui a été mentionnée précédemment :

  • l’agrément du cadre extérieur, la présence d’espaces libres, de zones inondées (canal ou birka), d’espaces verts, constituèrent naturellement des éléments qui attirèrent les personnages les plus riches et les plus puissants, émirs, ou grands bourgeois. Ainsi s’explique le succès des bords du H̲alīğ, de la birka al-Fīl, puis de la birka al-Azbakiyya. Le récit pittoresque que fait Ğabartī de la création d’un jardin public dans la région de Nāṣiriyya par un émir de la fin du xviiie siècle, montre bien l’attraction qu’exerçait sur les Cairotes de toutes conditions la présence de la verdure et de l’eau19.
  • la commodité pour les artisans et les commerçants d’être logés à proximité de leurs lieux de travail explique que, d’une manière générale, les déplacements à effectuer du domicile à l’atelier ou à la boutique aient été aussi réduits que possible ; en moyenne environ 500 mètres, soit dix minutes de marche. Mais il y avait une certaine contradiction entre cette préoccupation et des considérations matérielles, le prix élevé du terrain près de la Qaṣaba et sa rareté pouvant rendre difficile la résidence à proximité des souqs centraux, sauf pour les éléments les plus aisés de la population indigène. La formule de l’habitat collectif du type des rab‛ et des rab‛-wakāla permettait de résoudre ce problème pour la classe moyenne grâce à la « surdensification » à laquelle il permettait de parvenir. En définitive la conciliation entre le désir de résider près du centre économique et le coût du terrain fut réalisée par une disposition à peu près radio-concentrique de l’habitat indigène, les représentants de la couche moyenne de la bourgeoisie pouvant s’établir à proximité du centre, tandis que les plus pauvres étaient rejetés dans des quartiers périphériques. Mais les bourgeois les plus riches, souhaitant bénéficier des avantages d’une résidence plus agréable ou plus calme purent préférer une région plus éloignée, le long du H̲alīğ ou de la birka al-Azbakiyya. L’action simultanée de ces différents facteurs explique la variété des types d’occupation qui pouvaient prévaloir à la périphérie des villes, du moins dans sa partie ouest où coexistaient zones résidentielles pauvres, zones à activités économiques et quartiers aisés ou riches. L’homogénéité des franges nord, est et sud du Caire, avec leur ceinture continue de quartiers pauvres, organisés en ḥāra, est, par contraste, très frappante. Pour expliquer dans le détail cette dissymétrie urbaine (qui se retrouve dans beaucoup de grandes villes) il serait nécessaire de faire entrer en ligne de compte des facteurs historiques que nous connaissons encore assez mal, et dont beaucoup remontent à la période mamelouke, et des phénomènes économiques qui nous échappent presque totalement (c’est en particulier le cas du mécanisme du prix des terrains, suivant les régions, qui reste à étudier).
  • 20 A. Raymond, « Essai de géographie des quartiers de résidence aristocratique », 95.

304. Le rôle que jouait la mode dans l’attraction plus ou moins grande qu’exerçait tel ou tel quartier, telle ou telle rue, était probablement très important, mais il n’est pas toujours facile de le saisir. Pour établir une hiérarchie un peu sûre des zones de résidence, et expliquer ses variations, il faudrait en particulier pouvoir suivre de près les changements de résidence, ce que nos sources ne nous permettent pas toujours de faire avec précision. Les Ğalfiyya, importante maison (baït) mamelouke, transportèrent leur résidence du H̲urunfiš à birka al-Fīl, et enfin à l’Azbakiyya, dans le cours d’un demi-siècle, entre 1700 et 175020, une migration qui a évidemment une signification pour ce qui est du prestige social dont bénéficiaient ces différents quartiers. Sans que nous puissions en donner la raison, la rue de Darb al-Ğamāmīz fut abandonnée par l’élite des mamelouks vers la fin du xviiie siècle. En ce qui concerne la grande bourgeoisie, on assista, entre la fin du xviie et la fin du xviiie siècle, au déclin de la faveur dont jouissait, jusque vers 1700, le quartier de Daïlam (qui prit au xviiie le nom de H̲ušqadam), au profit du quartier de H̲urunfiš situé plus au nord dans Qāhira. Nous savons que le quartier de Sākit, sur la rive sud-ouest de l’Azbakiyya, connut une grande vogue vers 1770 et que l’élite des tuğğār s’y fit alors construire des résidences. Les exemples nombreux qui existent de tels phénomènes ne pourraient être expliqués que par des études très précises des quartiers, de leur histoire et des changements de leur activité économique d’une époque à l’autre. Ces variations dans les comportements sociaux n’étaient pas futiles : pour les émirs, la maison était un élément essentiel de prestige, et sa localisation fournissait donc une indication non négligeable sur la puissance de son occupant.

  • 21 Ğabartī, II, 3 ; traduction, III, 232.

315. La tendance à ce qu’on pourrait appeler l’exclusivisme social des différents groupes socio-économiques n’était que le résultat de leur propension à se rassembler et à exclure plus ou moins complètement les autres groupes. Dans le cas des minoritaires, ce regroupement était en quelque sorte imposé à la communauté d’une manière traditionnelle et il avait aussi un caractère défensif. La caste dominante avait poussé cet exclusivisme jusqu’à ses conséquences ultimes dans le cas de la birka al-Fīl qu’elle monopolisait si totalement que nous n’y avons localisé aucun résident qui ne fût un émir aux xviie et xviiie siècles. Il resterait à déterminer le processus par lequel les émirs purent s’assurer, puis se réserver, la jouissance exclusive de ce quartier, soit qu’ils aient usé de leur autorité, soit qu’ils aient laissé jouer les facteurs « naturels » (prix du terrain et de la construction). Très significatif est, de ce point de vue, le commentaire de Ğabartī sur l’installation de très riches marchands dans le quartier d’al-Sākit, le long de l’Azbakiyya, après l’incendie qui le ravagea, en 1776 : « Les propriétaires qui n’avaient pas les moyens de reconstruire vendirent leurs terrains ; ils furent achetés par des gens qui avaient les moyens et qui construisirent »21. C’est sans doute de cette manière que les zones les plus recherchées furent progressivement monopolisées par les plus puissants et les plus riches.

  • 22 Qui fut presque immédiatement occupé par Bonaparte dont il devint la résidence et le quartier-géné (...)
  • 23 Ğabartī, IV, 40 ; traduction, VIII, 85.

32Au xviiie siècle, l’Azbakiyya paraît avoir présenté un cas assez différent de celui de la birka al-Fīl, puisqu’on y trouvait deux quartiers chrétiens, au nord et au sud-ouest de la birka, et de nombreuses résidences de « sujets » (en particulier de riches négociants), installés là de longue date, bien avant que les émirs ne commencent à venir habiter cette région en grand nombre. Mais la très forte densité de résidences émiriales qui s’élevaient sur les bords de l’Azbakiyya en 1798 amène à se demander si les membres de la caste dominante n’étaient pas en train de monopoliser l’Azbakiyya comme ils l’avaient fait pour birka al-Fīl deux siècles plus tôt, un processus qui fut peut-être interrompu par les bouleversements politiques et sociaux qui suivirent l’expédition française de 1798. Un des principaux beys du temps, Muḥammad Bey al-Alfī, qui avait lui-même choisi les rives de l’Azbakiyya pour y construire son somptueux palais22 exprimait d’une manière particulièrement vigoureuse cette volonté d’isolement des émirs dont le résultat était une ségrégation presque complète de leurs quartiers de résidence : « Il habitait le plus souvent dans les palais qu’il avait fait construire en dehors du Caire, note Ğabartī. Lorsqu’il voulait se rendre de l’un à l’autre... il ne passait jamais dans l’intérieur de la ville, disant à ceux qui l’interrogeaient sur cette habitude qu’il avait honte de se faire voir dans les rues par les boutiquiers et les passants »23.

33Le jeu de ces différents facteurs avait progressivement déterminé une répartition des quartiers de résidence qui faisait apparaître sur le terrain les frontières des classes sociales concernées, quartiers populaires, quartiers de la classe moyenne, quartiers de l’élite où la puissance de leur fortune permettait aux riches négociants de partager avec les émirs les agréments des régions les plus recherchées du Caire. La géographie des quartiers de résidence tenait compte à la fois des différences d’« ordres » (qui séparaient une caste dominante, d’origine étrangère, des ra‛iya/sujets indigènes), mais aussi des clivages de statut socio-économique (qui divisaient la population en strates sociales d’après la fortune). Dans une certaine mesure, cette géographie était donc bien la projection, sur la carte, de la structure globale (politique, économique, sociale, nationale) de la société du Caire.

Notes

1 Nous reprenons ici les thèmes abordés dans « The Residential Districts of Cairo during the Ottoman period ».

2 Voir A. Raymond, « Quartiers et mouvements populaires au Caire », et « La géographie des ḥāra du Caire ». La localisation des ḥāra et des rab‛ que nous avons pu identifier est donnée dans la planche X. Voir planche F : une porte de quartier.

3 C. Niebuhr, Voyage en Arabie, I, 88.

4 Jomard, Ville du Kaire, 622, 696.

5 Tribunal, ‘arabiyya, v. 75, 89 (1705). A. Raymond, Artisans et commerçants, 398.

6 Prisse d’Avennes, Mœurs et coutumes, 427 a.

7 A. Raymond, « The rab‛ : a type of collective housing in Cairo ». Pour la localisation des rab‛ voir la planche X.

8 Des exemples de chacun de ces deux types existent ou sont mentionnés dans les documents historiques. Le rab‛ de ‛Abdarraḥmān Čāwīš, situé au dessus d’une wakāla, dans le ḫaṭṭ al-Wazīriyya, est décrit dans la waqfiyya numéro 941 des archives du Ministère des Waqfs du Caire. Le rab‛ de Tabbāna, construit à l’époque de Ḫāïr Bey (et décrit dans la waqfiyya numéro 292), subsiste encore de nos jours : il a été étudié par Mona Zakariya dans son article « Le rab‛ de Tabbāna ».

9 Ces deux palais ont été publiés respectivement par : A. Lézine, Trois palais d’époque ottomane au Caire, 1-16 (numéro de classement : 72) ; et par J. Revault, B. Maury et M. Zakariya, Palais et maisons du Caire, III, 133-157 (numéro de classement : 20).

10 Ḥuğğa des Archives de la Citadelle du Caire, carton VI, numéros 569, 570, 578.

11 Le palais de Muṣṭafā, classé sous le numéro 471, a été publié par J. Revault, B. Maury, M. Zakariya, Palais et maisons du Caire, III, 121-132. Voir aussi A. Abdul Tawab et A. Raymond, « La waqfiyya de Muṣṭafā Ğa‛far ».

12 Les planches XI et XII donnent la localisation des résidences des commerçants et artisans travaillant au Ḫān al-Ḫalīlī et au Ġūriyya dont nous avons étudié les successions pour la période 1776-1798. Ces deux cartes montrent la variété des types de résidence de la bourgeoisie cairote. Sur 38 individus travaillant au Ḫān al-Ḫalīlī, 12 habitaient dans le voisinage immédiat, 20 dans divers endroits à l’intérieur de Qāhira, 6 à l’extérieur de Qāhira. En ce qui concerne le Ġūriyya, sur 24 individus, 7 habitaient dans le voisinage, 12 à l’intérieur de Qāhira, 5 hors de Qāhira. Les proportions sont peu différentes dans l’un et l’autre cas : sur place, 31,6 et 29,2 % ; à l’intérieur de Qāhira, 52,6 et 50 % ; à l’extérieur de Qāhira, 15,8 et 20,8 %. La moyenne des déplacements est réduite : 330 mètres dans le cas du Ḫān al-Ḫalīlī ; 480 mètres dans le cas du Ġūriyya.

13 Sur les quartiers de résidence de la caste dominante voir A. Raymond, « Essai de géographie des quartiers de résidence aristocratique ». La planche XIII donne la localisation des résidences des beys et des kāšif d’après la Description de l’Égypte.

14 Ces palais ont été publiés par J. Revault et B. Maury, Palais et maisons du Caire, I, Le Caire 1977 : pp. 35-65, palais al-Razzāz (classé sous le numéro 235) ; pp. 67-82, palais de Riḍwān Bey (classé sous le numéro 208) ; pp. 83-101, manzil al-Sinnārī (classé sous le numéro 283).

15 Fulgence, Description de la situation de l’Égypte, 206-207. Voir la planche C.

16 Savary, Lettres sur l’Égypte, II, 183.

17 A. Raymond, « La conquête ottomane et le développement des grandes villes arabes », 27.

18 Nous avons évoqué plus haut le déplacement des bārūdiyya.

19 Voir plus haut, page 73.

20 A. Raymond, « Essai de géographie des quartiers de résidence aristocratique », 95.

21 Ğabartī, II, 3 ; traduction, III, 232.

22 Qui fut presque immédiatement occupé par Bonaparte dont il devint la résidence et le quartier-général.

23 Ğabartī, IV, 40 ; traduction, VIII, 85.

Table des illustrations

Titre PLANCHE Χ
Légende Localisation des ḥāra et des rab‛ (partie en pointillé : ḥāra ; en quadrillé : quartier juif ; en hachures : quartiers coptes ; points : rab‛).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3302/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 787k
Titre PLANCHE XI
Légende Localisation des résidences des artisans et commerçants du Ḫānal-Ḫalīlī (1776-1798).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3302/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 735k
Titre PLANCHE XII
Légende Localisation des résidences des artisans et commerçants du Ġūriyya (1776-1798).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3302/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 625k
Titre PLANCHE XIII
Légende Résidences des beys et des kāšif (d’après la Description de l’Égypte).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3302/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 737k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter