Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Palais et maisons du Caire. Tome II

 | 
Bernard Maury
, 
André Raymond
, 
Jacques Revault
, 
et al.

1re partie. Le Caire sous les ottomans (1517-1798)

La structure de la ville

Texte intégral

PLANCHE Ε

PLANCHE Ε

Bāb Zuwaïla : cortège de mariage devant la Mosquée al-Mu’avyad (in h. Moreau, 1841).

1Apparemment anarchique dans le détail, la ville ottomane apparaît comme relativement cohérente et claire lorsqu'on l'étudie dans ses grandes lignes, à grande échelle. Un certain nombre de principes fondamentaux permettent alors de rendre compte, pour l'essentiel, de sa structure générale.

2La principale irrégularité que révèle une étude du plan du Caire ottoman est évidemment son décentrement par rapport à la cellule originelle, la fondation fatimide (Qāhira), un rectangle assez régulier de 1 500 mètres de long sur 1 100 mètres de large (superficie en 1798, 153 hectares), fortement organisé de part et d'autre d'une rue radiale, la Qaṣaba, de bāb al-Futūh à bāb Zuwaïla, et autour de ses deux palais et de sa mosquée. Du réseau primitif de voies secondaires qui fut peut-être orthogonal par rapport à la direction nord-sud dominante, nous ne pouvons rien dire, faute d'éléments pour le reconstituer. La ville s'est ensuite développée, en subissant les effets de contraintes géographiques et de circonstances politiques.

  • 1 Voir l’article de Nelly Hanna, « Būlāq, an endangered historic area of Cairo ».
  • 2 Dans le travail de Doris Behrens-Abouseïf sur les faubourgs nord du Caire à l’époque mamelouke, l’ (...)

3Si le relief permettait un développement presque indéfini vers le sud, et vers l'ouest, par contre le profil plus accidenté de la bordure est limitait inévitablement l'extension urbaine, la ville venant buter sur le rebord du plateau du Muqaṭṭam. Le développement de vastes zones de cimetières à l'est et au sud-est, l'habitude prise de déverser à l'est de Qāhira les déchets de la ville, qui finirent par constituer de véritables collines, contribuèrent également à bloquer le développement de la ville de ce côté. L'existence de Fusṭāṭ au sud, puis l'installation du centre politique et militaire de la ville dans la Citadelle, à partir de Saladin, encouragèrent la tendance de la ville à s'étendre dans cette direction. Le quartier sud, qui s'était développé au xive siècle, mais sans doute avec de larges vides, s'étendait, au xviiie siècle, le long des deux axes urbains partant de bāb Zuwaïla et se rejoignant à Ṣalība, l'un par Darb al-Ahmar, Tabbāna et Rumaïla, l'autre par Qawṣūn. Vers l'ouest, l'attraction du fleuve, voie commerciale et source d'approvisionnement, devait favoriser le peuplement des zones qui furent graduellement abandonnées par le Nil ; le développement de Būlāq à l'époque ottomane1 accéléra ce mouvement, le long des deux axes principaux, le premier de bāb al-Ša‛riyya à bāb al-Baḥr, le second de bāb al-Harq à bāb al-Lūq, qui aboutissaient, l'un et l'autre, au port. Vers le nord existaient des facteurs puissants d'expansion : c'est la direction qu'empruntaient la grande route commerciale terrestre vers la Syrie, et la route du pèlerinage vers les Lieux Saints. Ḥusaïniyya avait donc été un faubourg très actif du Caire à l'époque mamelouke2 et on comprendrait mal la stagnation de cette zone sous les Ottomans, si on ne prenait en considération le fait que, en partie pour des raisons de sécurité, les routes fluviales l'emportèrent sur les routes terrestres dans le Delta, ce qui assura la prospérité de Būlāq et de Rosette. Il n'y avait donc de ce côté, au xviiie siècle, qu'un faubourg médiocre, sans activité économique autonome, et habité par une population très pauvre. Du fait de cette expansion inégale vers les quatre points cardinaux, la zone centrale du Caire historique (que l'on continuait à appeler Qāhira dans les textes, le mot de Miṣr désignant l'ensemble de l'agglomération), se trouva occuper, dans le quart nord-est de la ville, une position très excentrée. Par ailleurs une complication supplémentaire était apportée par la séparation du centre politique qui continuait à être établi dans la région sud-est de la ville, à distance du centre économique du Caire.

4A ces irrégularités près, qui affectaient cependant profondément la physionomie de la ville, Le Caire se développait suivant une structure radio-concentrique, le classement des activités par rapport au centre se faisant en obéissant à quelques principes fondamentaux, dont le libre jeu paraissait suffire à organiser l'espace urbain et à lui donner son équilibre, sans intervention délibérée de la part des autorités. L'importance économique des activités déterminait largement leur localisation, les plus importantes (le grand commerce international, et les principaux artisanats) s'établissant à proximité du centre, cependant que les activités secondaires étaient refoulées vers la périphérie : corollaire de ce principe, le déclin d'une activité pouvait entraîner ipso facto son déplacement du centre vers la périphérie, et inversement. L’étude des variations dans la localisation des métiers d’une époque à l’autre fournirait donc des indications utiles sur l’évolution économique de la ville. Les motivations « techniques » constituaient, le plus souvent, un facteur d’éloignement par rapport au centre, la nature encombrante, ou salissante, des matières premières employées, les nuisances entraînées par le processus de fabrication (bruit, odeur, fumée), le besoin d’espaces libres, étant les principales raisons qui pouvaient amener le déplacement de certaines activités vers la périphérie de la ville. Par contre le poids de la tradition favorisait le maintien des métiers dans leur emplacement ancien. Rien ne montre mieux cette forte tendance à la fixité des métiers que la localisation, à peu de chose près inchangée, des orfèvres et des changeurs, des grands commerçants en épices et en tissus, des marchands d’esclaves, dans le centre du Caire, du xive siècle à la fin du xviiie. La force de la tradition apparaît aussi avec évidence dans le cas où les conditions qui avaient amené la localisation de certains métiers avaient changé, ces métiers gardant cependant leur emplacement primitif. C’est ainsi que les métiers liés au travail du cuir (selliers, marchands d’outres de cuir, cordonniers) qui étaient groupés au sud de bāb Zuwaïla, à proximité du sūq al-Ganam (N 5), et des tanneries (Ν Ο 8/9), conservèrent cette localisation après que le marché aux moutons se fut déplacé vers le sud de la ville (en V 7) et les tanneries vers la région de bāb al-Lūq (M Ν 15). Le réseau de relations entre des activités apparentées et leur proximité géographique créaient des solidarités qui survivaient au départ d’une ou de plusieurs des composantes du complexe économico-social que les siècles avaient forgé.

5Du jeu, contrasté, et parfois contradictoire, de ces divers facteurs résultait une disposition générale relativement cohérente de la ville : les activités économiques, mais aussi les résidences, avaient tendance à se disposer en auréoles successives par rapport au centre, la structure urbaine du Caire pouvant être « lue » suivant un schéma empruntant une partie de ses caractéristiques à une description concentrique, et une partie à une description par secteurs, avec toutes les réserves que l’inégal développement du Caire et le poids des facteurs historiques doivent suggérer contre toute schématisation trop poussée.

Le noyau central

  • 3 Maqrīzī, Ḫiṭaṭ, II, 29 ; traduction dans A. Raymond et G. Wiet, Les marchés du Caire, 221.
  • 4 Ces localisations sont effectuées d’après l’appendice III et les cartes de A. Raymond et G. Wiet, (...)

6Au xviiie siècle, le noyau central de la ville s’étendait de part et d’autre de la Qaṣaba, artère historique qui partageait la fondation fatimide en deux, d’une porte à l’autre. C’est là que s’était trouvé le cœur de la ville, dans la place « Entre-les-deux-Palais » (Baïn al-Qaṣraïn), qui avait conservé ce nom bien après que les palais fatimides eurent disparu. Rappelons seulement le passage où Maqrīzī cite un voyageur qui était venu au Caire en 1390 et avait été émerveillé par le spectacle qui s’offrait à lui : « La première fois que je pénétrai sur la place Entre-les-deux-Palais, je crus que j’assistais au passage d’une noce ou d’un grand enterrement, à cause du défilé ininterrompu des passants »3. Si, à l’époque mamelouke, le centre politique se trouvait ailleurs, dans la Citadelle, c’était bien le long des 1 500 mètres de la Qaṣaba que se concentrait l’activité économique. Sur 87 sūq et suwaïqa localisés, 57 (soit 65,5 %) se trouvaient à l’intérieur de Qāhira, dont 25 le long de la Qaṣaba (28,7 % du total). En ce qui concerne les caravansérails, où se faisait l’essentiel du grand commerce et du commerce de gros, la concentration était plus forte encore : sur 57 caravansérails localisés, 47 (soit 82,5 % du total) étaient situés à l’intérieur de Qāhira, dont 27 (soit 47,3 %) le long de la Qaṣaba. La plus forte densité d’activités économiques (et surtout commerciales) était observée entre le Ṣāġa (46 I 6) et le Ka‛kiyyīn (223 L 5) où on ne localise pas moins de 23 souqs (soit 26,4 % du total) et 22 caravansérails (soit 38,6 % du total), dans une zone de 400 mètres de long et de 200 mètres de large (sur une superficie de huit hectares)4.

  • 5 A. Raymond et G. Wiet, Les marchés du Caire, appendice V, et cartes. Voir les planches IV « Locali (...)
  • 6 A. Raymond, « The Ottoman conquest and the development of the great Arab towns », 89.
  • 7 Chiffres donnés dans Artisans et commerçants, I, 366.

7A l’époque ottomane la prépondérance économique de Qāhira et de la Qaṣaba restait très forte. Citons à nouveau quelques chiffres. Sur 144 souqs localisés pour la période ottomane, 68 (soit 47,2 %) se trouvaient à l’intérieur de Qāhira, dont 36 le long de la Qaṣaba (25 % du total). En ce qui concerne les caravansérails (surtout des wakāla et quelques ẖān), sur 348 édifices localisés, 244 se trouvaient à l’intérieur de Qāhira (soit 70,1 % du total), dont 52 le long de la Qaṣaba (14,9 % du total). A trois siècles de distance c’était toujours dans le même secteur de la Qaṣaba, entre le Ṣāġa et le Ka‛kiyyīn, que la concentration de marchés et d’immeubles voués au grand commerce était la plus forte : 22 marchés (15,3 %) et 61 wakāla et ẖān (17,5 %)5. La comparaison avec les chiffres que l’on peut tirer de Maqrīzī est intéressante en ce qui concerne l’évolution de la ville du Caire de l’époque mamelouke à l’époque ottomane. Nous avons déjà remarqué que la croissance des chiffres globaux indique un développement de l’activité économique au Caire. D’une époque à l’autre le poids de Qāhira reste écrasant, un peu moins cependant à l’époque ottomane en raison du développement des quartiers sud et ouest, sur lequel nous avons précédemment attiré l’attention. Dans Qāhira même, la prépondérance de la Qaṣaba, bien que nette, est moins forte à l’époque ottomane, pour deux raisons : d’abord la saturation du centre du Caire en activités de toutes sortes qui rendait difficile un accroissement des fonctions artisanales et commerciales dans cette zone ; ensuite l’extension de la zone où se concentraient les principales activités économiques, dans la Qaṣaba et de part et d’autre de la Qaṣaba, zone dont nous avons estimé la surface à 22 hectares sous les Mamelouks et 38 sous les Ottomans6. Au xviiie siècle elle englobait le Gamāliyya (où nous localisons 36 caravansérails) et le Marğūš (24 caravansérails) et des zones étendues à l’ouest et à l’est de la Qaṣaba (Bunduqāniyyīn, Ḥamzāwī, région du mašhad al-Ḥusaïnī et d’al-Azhar). Nous avons essayé d’apprécier le poids économique de cette zone centrale, en comparant le montant des successions des artisans et des commerçants dont l’activité s’exerçait ici avec le montant de l’ensemble des successions étudiées pour une période déterminée. Les chiffres sont, ici encore, significatifs : pour 391 successions étudiées entre 1776 et 1798 (montant total 34 080 031 paras constants), on relève 256 successions pour la région de la Qaṣaba (Ğamāliyya, H̲ān al- H̲alīlī, al-Azhar, Mu’ayyad, Marğūš, Ṣāġa, Ġūriyya/Ḥamzāwī) (soit 65,5 % du nombre total), d’un montant de 30 107 185 paras constants (88,3 % du total). L’activité du Caire était donc concentrée pour les neuf dixièmes dans le centre historique de la ville7.

  • 8 Sur les métiers à localisation centrale voir A. Raymond, Artisans et commerçants 319-325, 329-343, (...)
  • 9 Localisation de ces centres : savon, dans la wakāla al-Ṣābūn, 343 F 6 (et corporation numéro 182 : (...)

8On trouvait en effet à l’intérieur de Qāhira, dans la zone entourant la Qaṣaba, les activités les plus importantes, celles qui comptaient le plus dans l’économie de l’Égypte8. Le commerce et le travail des métaux précieux, avec les activités de change, étaient concentrés dans la région du Ṣāġa (46 I 6) ; le grand commerce international du café et des épices, dont le rôle était dominant dans le commerce extérieur de l’Égypte, se déroulait pour l’essentiel dans 62 ẖān et wakāla qui se trouvaient tous dans la zone d’activité commerciale maximale que nous avons définie plus haut (14 dans le H̲ān al-H̲alīlī, 12 dans le Ğamāliyya, 11 dans le Bunduqāniyyīn et le Ḥamzāwī, 10 dans le quartier d’al-Azhar, 8 dans le Ṣāġa, 7 dans le Ġūriyya). La localisation du grand commerce des tissus avait exactement le même caractère : du xvie au xviiie siècle la vente des tissus était concentrée dans la zone située entre le sūq al-Ġūrī (173 Κ 6) et le Faḥḥāmīn (282 L 6) ; entre 1776 et 1798 nous avons relevé 33 commerçants dans ce secteur, sur un total de 78 étudiés (41 %) et leurs successions représentaient 62 % du total, mais on trouvait des lieux de vente des tissus dans toute la région comprise entre le Ğamāliyya et bāb Zuwaïla. Le commerce de la soie était localisé, à l’époque ottomane, presque exactement à l’endroit qu’il occupait à l’époque mamelouke ; le sūq al-Ḥarīriyyīn de Maqrīzī était situé en 30 Κ 6 ; la Tarbī‛a al-ḥarīr ne se trouvait, au xviiie siècle, qu’à cent mètres de là (26 Κ 6) et c’est sans doute la présence des lieux de vente (et le caractère de grand luxe de la production) qui expliquent la proximité des teintureries de soie, presque toutes localisées à proximité de la Qaṣaba. Le léger glissement vers le sud des fabricants et marchands de cordons de soie (‛aqqāḍīn) (277 et 278 L 6), des marchands et fabricants de fils d’or et d’argent (qaṣabğiyya) ne les avait guère éloignés du centre. Les commerces du savon et du tabac, de la porcelaine et de la verrerie, de la quincaillerie, le trafic des esclaves et des produits du Soudan, activités commerciales qui avaient un caractère international, se groupaient de même le long de la Qaṣaba et de Ğamāliyya9.

PLANCHE IV

PLANCHE IV

Localisation des wakāla et des ẖān dans Qāhira à l’époque ottomane (en noir les caravansérails localisés par la Description de l’Égypte).

PLANCHE V

PLANCHE V

Localisation des marchés au Caire à l’époque ottomane (en noir les marchés localisés par la Description).

  • 10 Voir la planche E.

9La domination de ces activités commerciales ne laissait que peu de place pour les activités artisanales qui, de toute manière, auraient pu constituer une gêne dans une zone aussi animée. De ce point de vue la localisation très centrale des artisans du cuivre constituait une exception très notable : la plupart des naḥḥāsīn avaient leurs boutiques dans la rue de Baïn al-Qaṣraïn entre al-Ašrafiyya et al-Rukn al-Muhallaq ; le sūq al-Naḥḥāsīn (276 h 6) s’étendait des monuments du sultan Qalāwūn au Ṣāġa. L’importance de cet art, et la place qu’il tenait dans la vie quotidienne des Cairotes, expliquent sans doute une localisation aussi étonnante. Mais la présence de ces bruyants artisans est sans doute une des raisons pour lesquelles la densité des marchés et des caravansérails était relativement réduite dans cette région de la Qaṣaba. C’est probablement à des causes similaires, la place de leur production dans la vie courante, et sa qualité, qu’il faut attribuer la présence des ẖarrāṭīn (tourneurs sur bois), des ṣanādiqī (fabricants de boîtes) dans le centre même du Caire, à proximité de al-Ašrafiyya (232 I Κ 6) et au début de la rue conduisant à al-Azhar (191 Κ 6), et celle de plusieurs souqs de cordonniers le long de la Qaṣaba (sūq al-Ṣarmātiyya en 245 I 6) : en ce qui concerne le Faḥḥāmīn (282 L 6), où se trouvait une corporation des « cordonniers qui font les souliers pour les moghrabins » (numéro 100), la localisation de ces artisans était évidemment liée à la forte présence de Maghrébins qui vendaient là des tissus et des chaussures importées. Enfin la concentration des marchands de sucre, de sucreries et de confitures, métiers de haut luxe, dans la Qaṣaba et, en particulier, près de la mosquée de Mu’ayyad (sūq al-Sukkariyya, 257 M 6)10, explique que la quasi totalité des fabriques de sucre (maṭbaẖ al-‛asal) et de jus de réglisse (maṭbaẖ ‛araqī) aient été localisées à l’intérieur de Qāhira, à peu de distance des centres de vente.

  • 11 Ğabartī, III, 8-9 ; IV, 143 ; A.A. Paton, A history of the Egyptian revolution, II, 324 ; A. Raymo (...)

10La présence, à proximité immédiate de la Qaṣaba, de la mosquée-université d’al-Azhar et de nombreuses autres institutions de culte et d’enseignement, constituait le second pôle d’activité de cette zone centrale. Les activités universitaires et culturelles dont al-Azhar était le centre concernaient une population numériquement très importante de cheikhs et d’étudiants (que nous avons évaluée à trois mille personnes, dont une proportion élevée d’étrangers), et, parmi les activités commerciales très variées qui s’étaient développées de tout temps le long des rues qui conduisaient à la mosquée, une place particulière doit être faite à celles qui étaient liées au rôle intellectuel de l’Azhar : le sūq al-Kutubiyyīn (marché des libraires) que Maqrīzī situe en 245 I 6, s’était notablement rapproché de l’université, puisque la Description le localise en 185 Κ 5. Un certain nombre de cheikhs exercèrent, à l’ombre même de la mosquée, des métiers qui se rattachaient aux activités dont l’Université était le centre : librairie, copie de manuscrits, calligraphie. Rien d’étonnant donc à ce que des solidarités de groupe se soient développées dans cette zone : nombre d’émeutes y prirent naissance qui n’avaient pas toujours pour cause les problèmes de la mosquée ou de l’univers qui gravitait autour d’elle, et, au xviiie siècle au moins, les cheikhs d’al-Azhar s’efforcèrent d’obtenir pour la mosquée et le quartier qui l’entourait, une sorte de franchise à l’égard des autorités urbaines. A la suite d’un incident survenu, en 1777, entre les étudiants maghrébins et un émir, les cheikhs obtinrent que le muḥtasib, l’agha ou le wālī se voient désormais interdire de passer dans le quartier de la mosquée. Il est difficile de dire si cette sorte d’immunité avait des précédents, et si elle fut vraiment respectée : en tout cas il y avait bien, au début du xixe siècle, des personnages appelés ğundī al-maṭbaẖ qui exerçaient dans le voisinage d’al-Azhar les attributions de la ḥisba11.

  • 12 Nous reviendrons dans le chapitre suivant sur les problèmes concernant les quartiers d’habitation.

11Telle la « Cité » de Londres, la région de la Qaṣaba était alternativement grouillante d’activité le jour et presque déserte la nuit quand les boutiquiers et les artisans abandonnaient leurs échoppes pour rentrer chez eux. Mais la zone qui avoisinait la région des grands souqs était une zone résidentielle importante : dans les rues plus calmes qui se détachaient des grandes artères commerciales ou qui étaient proches de la mosquée d’al-Azhar, étaient établies des résidences de marchands et de cheikhs dont quelques-unes ont subsisté jusqu’à nos jours, et dont le luxe discret témoigne de la prospérité et de la puissance sociale de cette bourgeoisie égyptienne. On trouvait encore dans cette zone centrale la plupart des immeubles collectifs, les rab‛, où les Cairotes de la petite bourgeoisie, artisans et boutiquiers moyens, louaient des appartements, et qui étaient souvent liés à des wakāla12.

PLANCHE VI

PLANCHE VI

Les centres du commerce du café (la grosseur des points correspond à la fréquence des mentions des caravansérails dans les documents du Maḥkama).

12Par contre, du fait de l’installation de la caste dirigeante dans la Citadelle, depuis l’époque de Saladin, le centre du Caire ne jouait qu’un rôle limité dans la vie « politique » de la ville. Le gouvernement, l’administration, l’armée étaient ailleurs, et ce déplacement du centre « officiel », qui avait entraîné la migration de la caste dirigeante, avait eu pour effet de créer, en dehors de Qāhira, un centre économique lié à cette caste. De ce point de vue, on ne peut guère mentionner, en ce qui concerne Qāhira, qu’un petit nombre d’institutions : nous avons déjà évoqué l’Azhar, centre de la vie religieuse, universitaire et intellectuelle ; mentionnons encore le baït al-Qāḍī pour l’organisation judiciaire (265 h 5), le baït al-ḥisba où siégeait le muḥtasib, qui était peut-être située près de l’endroit où s’élevait la dikkat al-ḥisba (376 L 7), à proximité immédiate des grands souqs ; enfin le « poste » du wālī, situé immédiatement au sud de bāb Zuwaïla, qui était donc le centre de la police du Caire (238, 239 Ν 6).

La zone intermédiaire

13Compte tenu de la dissymétrie que nous avons déjà signalée dans le développement du Caire, et compte tenu également du développement de la zone centrale qui avait progressivement absorbé une partie importante de l’espace disponible dans Qāhira, les quartiers intermédiaires ne se déployaient largement que dans les régions sud et ouest de la ville. On y trouvait à la fois des activités économiques dont l’échelonnement obéissait aux principes généraux de localisation que nous avons définis plus haut, et des quartiers d’habitation de caractères très divers.

  • 13 Chiffres tirés des appendices III et V et des cartes de A. Raymond et G. Wiet, Les marchés du Cair (...)

14Des zones d’activité commerciale s’étaient développées le long des principaux axes de circulation qui conduisaient vers les portes de la ville, à partir de bāb al-Ša‛riyya et de bāb Zuwaïla et des centres autonomes d’activité s’étaient constitués autour de quelques points à l’extérieur de Qāhira. Dans la zone qui s’étendait entre le passage sur le H̲alīg (vers 303 Ε 8) et sūq al-Zalaṭ (450 Ε 10), et dont bāb al-Ša‛riyya était le centre, on comptait huit marchés et quatorze caravansérails. Le long des trois rues qui prenaient leur départ à bāb Zuwaïla étaient situés cinq marchés et seize wakāla et ẖān. La région située à proximité de la Citadelle (sūq al-Silāḥ (20 R 6), Rumaïla (228 Τ 5), Qarāmaïdān (29 V 5) comptait onze marchés et dix-sept caravansérails (dont huit pour le seul sūq al-Silāḥ). Enfin le secteur d’Ibn Ṭūlūn (146 V 9)- Ṣalība (122 Τ 8) comptait neuf marchés et quatorze caravansérails. Ce développement des activités commerciales hors de Qāhira constituait le grand changement apporté par l’essor économique dont la ville avait été le théâtre sous les Ottomans : la zone sud qui comptait à l’époque de Maqrīzī 13 marchés (14,9 % du total) et 6 caravansérails (10,5 %) en comptait respectivement 44 (30,5 % du total) et 60 (17,2 %). Dans la zone ouest où Maqrīzī mentionnait 8 souqs (9,2 % du total) et 3 caravansérails (5,2 %), les chiffres étaient, pour l’époque ottomane, de 25 souqs (17,4 % du total) et de 32 caravansérails (9,2 %) : en moyenne un doublement de l’importance relative des zones sud et ouest dans l’activité commerciale globale du Caire13.

15La localisation d’un certain nombre d’activités artisanales dans la zone intermédiaire de la ville était largement liée à des facteurs historiques dont nous avons précédemment noté l’importance dans la structure économique de la ville : divers foyers d’activité qui s’étaient développés dans des zones alors peu urbanisées, à l’extérieur des limites de la ville fatimide, s’y étaient ensuite maintenus, alors même que le développement de la ville les avait englobés à l’intérieur d’un tissu urbain devenu dense. Si les tanneries avaient été déplacées, compte tenu de leur caractère particulièrement désagréable pour le voisinage, d’autres activités avaient gardé leur localisation primitive (par exemple les verreries), et certains métiers avaient survécu aux conditions qui en avaient amené le développement (les métiers du cuir au sud de bāb Zuwaïla). Pour bien comprendre la topographie économique de cette région à l’époque ottomane il serait donc nécessaire de connaître d’une manière précise la localisation des métiers à l’époque mamelouke, ce qui n’est pas le cas.

PLANCHE VII

PLANCHE VII

Localisation des ẖān et des wakāla à l’époque ottomane (Qāhira excepté) (en noir les caravansérails mentionnés par la Description).

16L’abondance des toponymes en ṭāhūn dans une bande large de 400 à 500 mètres le long des limites ouest et sud de Qāhira, fait penser que cette zone, à mi-chemin entre l’extérieur de la ville (d’où arrivaient les grains) et le marché de consommation urbain, avait été riche en activités de meunerie, activités qui étaient peut-être plus dispersées et plus éloignées au xviiie siècle. La présence des grands marchés de fabricants et marchands de tamis et de cribles à proximité de bāb Zuwaïla (al-Manāhiliyya, en 258 M 6 ; al-Muġarbiliyyīn, en 51 Ο 6, 43, 115 Ο 7) était évidemment liée à ces activités. Les fabriques de vinaigre, qui ne causaient aucune gêne au voisinage, étaient localisées dans cette zone : c’est le cas des sept fabriques que mentionne la Description sur les 12 ma‛mal al-hall qu’aurait comptés Le Caire (269 F 8, 290 F 9, 252 M 6, 351 M 7, 385 M 8, 83 M 12, 133 Q 11).

17Une partie importante de l’artisanat des tissus était installée dans la région située à l’extérieur de bāb al-Sa’riyya, entre le H̲alīg et sūq al-Hašab (134 Ε 10) : vente du coton (sikkat Mīdān al-Quṭn, 128 F 10, wakālat al-Quṭn, 449 F 10), préparation du coton (et de la laine) pour le filage (279 F 8, 128 F 10), filature et blanchissage (263 et 266 Ε 12). Le tissage était plus dispersé (la Description mentionne des ateliers en 19 I 9, 181 I 11, 251 Κ 12, 199 R 12, 114 S 12, dans la zone ouest ; 172 Ν 9, 152 Ο 8, 64 S 7 dans la zone sud), ainsi que la teinturerie (avec une forte densité d’ateliers à l’ouest de bāb al-Sa’riyya : 124 et 133 F 10, 213 F 11). Certaines productions étaient concentrées au sud de bāb Zuwaïla, où se trouvait le grand marché du lin (sūq al-‛Asr, 169 Ν 8) : notamment le tissage, la teinturerie (335 Ν 7), la friperie, et des activités liées à la fourrure (trois wakāla al Farrā‛īn en 34 Ρ 5, 104 Ρ 7, 49 R 10), cette localisation relativement excentrique d’un métier qui était jadis très central (le sūq al-Farrā‛īn est localisé en 309-310 Κ 6 par Maqrīzī) devant sans doute être interprétée comme un signe de son déclin économique.

  • 14 Un troisième groupe de ḥaddādīn était localisé en 95 Ε F 6 (sūq al-Ḥaddādīn), à l’intérieur de Qāh (...)

18Divers métiers liés à l’utilisation du cuir étaient fortement concentrés au sud de bāb Zuwaïla, localisation qui était évidemment en rapport avec la présence ancienne du sūq al-Ġanam (marché aux moutons), dans Darb al-Aḥmar (en Ν 6), et des Tanneries en Ν Ο 8/9, et qui avait survécu à leur déplacement : cordonniers dans Qaṣabat Riḍwān (M Ν 6) et dans Darb al-Aḥmar (233 M 6), selliers et brodeurs (al-Surūğiyya, 104 Ρ 7), fabricants de selles et de bâts (al-Barādi‛iyya, 192 Ν 5), fabricants d’outres de cuir (al-Qirābiyya, 240 Ν 7). Un centre important de travail du bois était établi dans Taḥt al-Rab‛, entre bāb Zuwaïla et bāb al-Harq, où s’étaient installés des menuisiers, des charpentiers, des layetiers, des fabricants de serrures en bois (ḍabba). C’est également dans la région de Taḥt al-rab‛ que l’on trouvait les forgerons (ḥaddādīn en 355, 387 et 27 M 8), et un marché de ferblanterie (Samkariyya, 22 M 9). La liste de 1801 mentionne une corporation de fabricants de « mors, boucles, chaînes en fer » du quartier de Taḥt al-rab‛ (numéro 9). Une corporation d’« ouvriers en clous » (numéro 13) était localisée à bāb al-Sa’riyya14.

  • 15 Voir A. Raymond, Artisans et commerçants, II, 475.

19D’une manière générale, ces indications sur la localisation des activités artisanales à l’extérieur de Qāhira font ressortir l’importance de deux zones, la première située en dehors de bāb al-Sa’riyya (carrés Ε F 8, 9 et 10), et la seconde en dehors de bāb al-Zuwaïla, qui constituaient des centres économiques autonomes assez fortement diversifiés. Dans le même ordre d’idées on doit noter la présence, aux environs de Ibn Ṭūlūn, de nombreuses activités liées au commerce des tissus qui constituent une exception par rapport à la concentration assez rigoureuse de ce genre d’activités à l’intérieur de Qāhira, autour de la Qaṣaba et de Ğamāliyya : cette localisation était une conséquence du caractère maghrébin qu’avait eu le quartier d’Ibn Ṭūlūn, dès le Moyen Age, en raison de la présence des pèlerins qui se servaient de la mosquée comme d’un lieu de campement ; de ce fait le quartier était tout naturellement devenu un centre pour le commerce des produits maghrébins, et en particulier pour les tissus de laine (burnous et aḥrima) qui étaient importés en grande quantité en Égypte. Le sūq al-Maġāriba (136, 144 V 8), les wakāla al-Maġāriba (137 V 8) et al-Milāyāt (138 V 8)15, étaient les centres géographiques principaux d’une activité qui avait pour cadre professionnel une corporation (al-Maġāriba bi-sūq al-aḥrima bi-Ṭūlūn), à laquelle correspondait, pour un autre produit typiquement maghrébin, l’huile d’olive, la corporation des zayyātīn bi-ẖaṭṭ Ṭūlūn.

PLANCHE VIII

PLANCHE VIII

Les activités économiques dans la zone intermédiaire.

  • 16 Sur ces activités de divertissement, voir G. Wiet « Fêtes et jeux au Caire »,
  • 17 Ğabartī, I, 144 (‛Abdallah Pacha) ; III, 49 (danseuses à Rumaïla) A.N., Alexandrie, Β 1 104, 29 ma (...)

20Non moins remarquable était le groupement d’activités auquel avait donné naissance l’installation du centre politique dans la Citadelle, réalisée dès la fin du xiie siècle, et confirmée ensuite sous les Mamelouks et les Ottomans. Les besoins de milliers de militaires des odjaqs, encasernés ou non, et des « maisons » des émirs expliquent assez la présence “taḥt al-Qal‛a” (sous la Citadelle) d’un certain nombre de marchés, pour qu’il suffise de les énumérer, sans autre commentaire : marché des armes (sūq al-Silāḥ, 20 R 6), marché de la poudre (sūq al-bārūdiyya à Maḥmūdiyya, S 5), marché aux chevaux, ânes, mulets et chameaux (sūq al-H̲aïl, à Rumaïla, Τ 5), fabrication et vente du matériel de transport et des harnachements (al-Murāḥiliyya, 2 et 5 Τ 6, et 223 Τ 6-7 ; al-Šukāliyya, 3 et 7 Τ 6 ; al-Rukubiyya, 112 U 7) ; vente des grains (halles en 79 U 5, ruq‛at al-qamḥ, 75 U 6). A toutes ces activités il convient d’ajouter les activités de divertissement dont les militaires étaient sans doute friands lorsqu’ils n’étaient pas en campagne : certaines étaient innocentes, c’était le cas des équilibristes, danseurs, funambules, montreurs d’animaux qui amusaient les badauds à Rumaïla16. D’autres étaient sans doute moins licites, et, sans avoir sur ce point une aussi mauvaise réputation que le quartier de bāb al-Lūq, celui de Rumaïla comptait un bon nombre de mauvais lieux, cafés où se produisaient des danseuses, débits de boisson, maisons de tolérance ; il y en avait également, tout près de là, à Ṭūlūn, qu’un pacha rigoriste fit fermer, vers 1730, mais évidemment temporairement. Nous avons vu plus haut que le wālī tirait quelques revenus de l’exploitation des prostituées, et que certains Janissaires arrondissaient les leurs par l’exercice du proxénétisme17.

  • 18 Voir A. Raymond, « Essai de géographie ».
  • 19 A. Raymond, « La géographie des ḥāra du Caire au xviiie siècle ».

21Cette zone intermédiaire était aussi une zone de résidence et, en particulier, de résidence aisée et riche. La croissance de l’agglomération, le surpeuplement de Qāhira qui était voué de plus en plus exclusivement aux activités économiques, avaient mené les émirs à transporter leurs palais d’abord dans la zone sud, dans des quartiers proches de la Citadelle, le long du H̲alīg et surtout autour de la birka al-Fīl. A partir de 1750 les quartiers « chics » se déplacèrent vers la rive gauche du H̲alīğ où les espaces libres étaient encore assez vastes pour permettre l’édification de palais comportant des jardins18. Les quartiers situés sur la rive gauche du H̲alīg étaient également caractérisés par la présence de ḥāra (quartiers de résidence) dont la localisation dans la zone intermédiaire s’explique sans doute par des raisons historiques, le développement de ces ḥāra s’étant effectué à une époque où la limite du Caire ne dépassait guère le H̲alīg et où leur localisation était donc périphérique. Du fait de la croissance ultérieure de la ville au-delà de la ligne des birka, ces ḥāra se trouvèrent absorbés par le tissu urbain. Mêlés à ces ḥāra on trouvait encore des quartiers de minorité, ḥāra al-Yahūd sur la rive droite du H̲alīg, quartiers chrétiens, presque tous situés dans la zone ouest de la ville19.

La périphérie de la ville

  • 20 Voir les considérations de R. Le Tourneau, dans Les villes musulmanes de l’Afrique du Nord, 16-17, (...)

22Les zones situées à la périphérie de la ville étaient d’une très grande hétérogénéité : comme il arrive généralement dans les villes arabes20 on y trouvait tout à la fois des activités économiques rejetées en bordure de la ville, ou liées à la campagne, des quartiers d’habitation pauvres, des espaces encore libres qui attiraient au contraire les résidences riches, en somme toute une gamme de types d’occupations dont la variété était à l’image de celle des fonctions de la ville.

23La facilité du contact avec la campagne, et aussi le besoin d’espace, expliquent la localisation des marchés de produits agricoles près des portes de la ville. Les grands marchés en plein air des grains (raḥba, ‛arṣa, ruq‛a) étaient installés : à Ğamāliyya (301 G 5), où une corporation de marchands de grains avait son siège (numéro 57) ; hors de bāb Sa’riyya (une corporation de transporteurs de grains, numéro 73) ; près de bāb al-Lūq (242 Κ 12, 283 L 13) ; près de ḥāra al-Saqqā‛īn (212 Ρ 13) ; à Rumaïla (79 U 5, 75 U 6 ; une corporation de transporteurs de grains, numéro 48). Les grands marchés aux légumes se trouvaient à bāb al-Futūḥ (marché aux herbes, 366 Ε 6), près d’Ibn Ṭūlūn (al-H̲uḍāriyya, 176, 213, 215 U 9) et près de darb al-H̲alīfa (al-H̲udāriyya, 101 V 7). Le marché au bétail, sūq al-ġanam, longtemps installé en Ν 5, avait été transporté dans darb al-H̲alīfa (100 V 7). Six des sept abattoirs du Caire avaient également une localisation périphérique, qui s’expliquait à la fois par la commodité qu’elle offrait pour l’approvisionnement en bétail, et par les nuisances (bruits, odeurs, écoulement du sang) qu’une telle activité entraînait inévitablement : un dans Ḥusaïniyya (où la liste de 1801 mentionne une corporation de bouchers de moutons) ; un hors bāb Ša‛riyya ; un à bāb al-Lūq (où une birka portait le nom de birka al-Dam, parce que « le sang des tueries » s’y écoulait) ; un à ḥāra al-Saqqā’īn (près du sūq Maska, 127-128 Q R 11 où l’on vendait le bétail) ; un à Qanāṭir al-Sibā‛ (162 U 12/13) ; un à darb al-H̲alīfa (88 X 7 : corporation des bouchers de mouton, numéro 51). Faisaient seuls exception les abattoirs situés dans le quartier juif, pour des considérations communautaires et cultuelles évidentes. Les marchés au poisson (sūq al-Samak) étaient également localisés en bordure de la ville (129 F 11, 137 Q 12, 120-221 Τ 7) pour des raisons identiques, avec, ici encore, l’exception du sūq al-Samak du quartier juif (130 I 7). Il en allait de même pour certaines matières premières encombrantes dont les marchés étaient en général situés à la périphérie de la ville : bois à brûler (ḥaṭṭāba : 117 Ν 14) ; certains produits textiles comme la laine (ṣawwāfa : 101 M 13), ou le lin brut (sūq al-‛Asr : 345 F 5).

24Nous avons déjà évoqué, à plusieurs reprises, le déplacement des tanneries (madābiġ) d’une localisation devenue centrale, au sud ouest de bāb Zuwaïla (154-155 Ν Ο 8/9), vers la région excentrique de bāb al-Lūq (127 Ν 15 et 114 Ο 14) où se trouvaient des abattoirs. Toute une série d’autres activités gênantes (ou polluantes, par les odeurs, ou la fumée dont elles étaient responsables, par les matières premières salissantes qu’elles utilisaient) étaient également refoulées sur la périphérie. Les presses à huile (mi‛ṣara) se trouvaient dans Ḥusaīniyya (292 D 5), entre bāb Ša‛riyya et bāb al-Baḥr (275 F 8, 297 Ε 8, 211 E 8, 219 Ε 11, 331 D 13, 351 F 14), près de l’Azbakiyya (181 et 172 I 11), près de bāb al-Lūq (88 M 12), près de birka al-Saqqā‛īn (208 et 213 Q 12, 198 R 12), à Qanāṭir al-Sibā‛ (166 U 12). Les fabriques de charbon de bois étaient proches de la limite ouest de la ville (189 G 11, 288 L 13 : faḥḥāmīn, fabriques de charbon) ; et le marché où l’on vendait les « mottes à brûler » (à base de bouse de buffle et de paille) se trouvait lui aussi près de la limite ouest (sūq al-Ğilla, 206 Q 12). Les fabricants de poterie avaient des ateliers hors les murs (ma‛mal al-fawāhīr en D 11) et près de l’Azbakiyya (196 G 11), à proximité de laquelle on trouvait aussi les verriers (ma‛mal al-qizāz en 109 h 10, 185 h 11, 103 I 11, 2 L 9, 282 L 13). Les fours à chaux (ğayyāra) et à plâtre (ğabbāsa), les fabriques de briques, étaient de même relégués à l’extérieur ou à la limite de la ville : dans la zone située à l’est des murs (KL 1, Q 4), dans Ḥusaīniyya, hors bāb Sa’riyya, près de bāb al-Ḥadid et de bāb al-Lūq, au sud de birka al-Fīl (171-172 V 10). Plutôt que les nuisances qu’elles entraînaient, ce sont leurs besoins en espace et le caractère encombrant de la matière première qu’elles utilisaient qui expliquent que des activités comme la corderie ou la natterie étaient, elles aussi, périphériques : la fabrication des nattes se faisait en 127 Τ 6 (al-ḥuṣuriyya) et 168 V 10 ; celle des cordes (126 Τ 6) avait donné son nom au quartier de Ḥabbāla, un des plus pauvres du Caire.

  • 21 Sur la localisation des quartiers populaires et sur les ḥāra, voir A. Raymond « Quartiers et mouve (...)

25C’est également sur la périphérie de la ville que s’étendaient les quartiers populaires du Caire dont les habitants devaient s’accommoder des nuisances diverses dont nous venons de faire état. Le « choix » que faisaient ainsi les éléments les plus pauvres de la population était dicté par des considérations économiques (le prix du terrain était moins élevé dans ces zones que dans les secteurs plus favorisés), par des raisons sociales (les gens aisés évitaient les zones pauvres), et aussi, sans doute, par la pesanteur historique qui figeait l’utilisation des quartiers, avec cependant des possibilités de changement sur une période assez longue. Il est enfin probable qu’une partie de la population pauvre qui habitait ces quartiers n’était arrivée que récemment dans la grande ville, et qu’elle s’installait donc naturellement sur les marges de la cité, là où le contact avec la campagne était encore assez intime pour que quelques-uns de ces quartiers aient conservé une allure rurale, dans leur structure comme dans leur population. C’est dans cette région périphérique qu’étaient établis les ḥāra/quartiers dont l’organisation était en effet liée à la présence d’une population pauvre. La ceinture que formaient les ḥāra autour du Caire était à peu près continue au nord et à l’est de Qāhira, à l’est et au sud de la zone sud, la coupure la plus nette se situant à la hauteur de la Citadelle. Sur la rive gauche du Ḫalīğ les ḥāra s’alignaient du nord au sud, un peu à l’ouest du H̲alīg, localisation que nous pensons être une relique d’une époque où la ville du Caire ne dépassait guère le canal vers l’ouest, et où les quartiers pauvres s’étaient développés juste au-delà du H̲alīg. Le développement de la ville en direction du Nil avait ensuite ajouté à la ville des zones nouvelles, au-delà de cette première ligne de ḥāra, et des quartiers populaires, sans doute plus récents, s’étaient développés plus à l’ouest21.

PLANCHE F

PLANCHE F

Cortège de cérémonie de circoncision sortant par une porte de quartier (in h. Moreau, 1841).

  • 22 A. Raymond, « Essai de géographie ».

26Mais cette bordure ouest de la ville se caractérisait aussi par le développement de quartiers aisés où s’était installée la bourgeoisie des commerçants du Caire et, à partir du xviiie siècle, les membres de la caste dominante22. Ce mouvement vers l’ouest était d’abord la conséquence de l’émigration qu’imposait aux gens aisés et aux puissants la congestion progressive de Qāhira, puis de la zone sud, alors que la zone ouest, encore relativement peu peuplée, conservait de vastes espaces libres (jardins et étangs) qui permettaient de construire des résidences étendues. On peut supposer aussi que le prix du terrain, moins élevé que dans les zones les plus actives et les plus peuplées du centre, constituait un facteur supplémentaire d’attraction. Quelques zones formant des créneaux de belles résidences entre les secteurs occupés par les ḥāra, et les activités économiques périphériques constituèrent donc progressivement les quartiers « chics » qui attirèrent, à partir de 1750, un nombre proportionnellement croissant d’émirs. Les plus recherchés de ces quartiers étaient l’Azbakiyya, la zone qui s’étendait entre le grand jardin d’Abū Šawārib et la birka al-Farrā’īn, le quartier de Nāṣiriyya (entre le jardin de Ḥasan Agha et le jardin de Qāsim Bey).

  • 23 Ğabartī, III, 218-219 ; traduction, VII, 103-104. Ce grand jardin est représenté sur le plan de la (...)
  • 24 Ğabartī, III, 243 ; traduction, 168-169. Pour la localisation de ces jardins voir la planche XIII.

27C’est enfin dans ces quartiers périphériques, zones de contacts avec l’extérieur, et points de passage, que s’étaient développées des activités de distraction très variées. Qāsim Bey Abū Saïf créa une sorte de « Robinson » dans le jardin qu’il avait aménagé en face de son palais de Nāṣiriyya et en fit un lieu de détente et de promenade où le public était admis : « on y installa des cafés, des bancs pour se reposer... Toutes les classes de la population s’y réunissaient. Des chanteurs, des musiciens, des danseuses s’y établirent aussi », note le chroniqueur, dont l’indulgence ne va pas jusqu’à fermer les yeux sur « les excès qui s’accomplissaient dans cet endroit » et qui conclut, sur un ton plus chagrin, que « les gens honnêtes ou qui se respectaient finirent par refuser d’y entrer »23. L’emplacement où s’éleva, à la fin du siècle, le palais d’al-Alfī (310 h 13), sur la rive ouest de la birka al-Azbakiyya, avait eu, jusque vers 1770, la même destination et avait connu la même évolution choquante pour les bonnes mœurs : le propriétaire de la maison qui avait été d’abord construite là, al-Sayyid Ibrāhīm Iskandar, un faqīh hanéfite, avait fait construire, au-dessous de sa résidence, du côté du lac, « des ponts et des arcades, où le public pouvait venir se promener. On s’y rendait en foule : toutes les classes de la population s’y donnaient rendez-vous. Il y avait des cafés, des marchands, des chanteurs. Des barques portant de nombreux promeneurs s’y arrêtaient. On trouvait alors dans cet endroit, comme sur la digue qui lui faisait face, toutes sortes de plaisirs et de divertissements qu’on ne peut décrire, et cela depuis l’après-midi jusqu’à la fin de la nuit ». Mais plus tard ‛Alī bey interdit ce lieu au public « parce que souvent des gens de mauvaises mœurs et des fumeurs de hachich s’y rassemblaient »24. Cette région ouest du Caire avec ses jardins et ses étangs était donc un lieu de détente relativement populaire.

PLANCHE IX

PLANCHE IX

Les activités périphériques.

  • 25 A. Raymond, « Quartiers et mouvements populaires », 107-108. Damurdāšī, 111 ; Ğabartī, IV, 213.

28Moins recommandables étaient les divertissements que l’on trouvait dans d’autres quartiers, également situés sur les marges de la ville. Ḥusaïniyya, faubourg pauvre, et bien déchu de l’éclat qu’il avait eu sous les Mamelouks, avait un caractère ambigu. Profondément marqué par la présence simultanée de plusieurs corporations de bouchers et de la confrérie des Bayyūmiyya qui entretenaient entre elles des liens de quasi symbiose, le quartier fut le théâtre de mouvements populaires, parfois violents, dans les dernières années du xviiie et les premières du xixe siècle. Par ailleurs Ḥusaïniyya était situé sur la route du pèlerinage, et sur la route commerciale vers la Syrie, ce qui explique sans doute que les mauvais lieux y aient fleuri25.

  • 26 Maqrīzī, Ḫiṭaṭ, II, 51 ; Evliya Čelebi, Seyahatname, X, 381 ; P. Davity, Description générale de l (...)
  • 27 Voir par exemple les expéditions punitives de ‛Alī Agha qui ferma les débits de boisson et les mau (...)

29Mais c’est surtout bāb al-Lūq qui était célèbre pour le grand nombre de ses débits de boisson et de ses maisons de tolérance, qui lui avait valu une réputation plutôt douteuse, très ancienne d’ailleurs, puisque Maqrīzī, déjà, décrivait l’endroit comme un centre de divertissements. Les voyageurs ont glosé à l’envie sur ces activités : « C’est en ce bourg, écrit Davity, vers 1660, que se tiennent les taverniers, les femmes du bas métier, et les charlatans qui servent à donner plaisir au peuple avec leurs inventions ». Le tableau n’est sans doute pas exagéré car, évoquant les métiers honteux, Evliya Čelebi rattache à bāb al-Lūq des corporations d’« entremetteurs » (deyyusani) et de chaouch, de prostituées (fahişei : il en dénombre 800), et de « garçons » (sibyani)26. Nous avons vu précédemment que la présence du centre politique et militaire à la Citadelle avait entraîné la création d’activités de divertissement dans le quartier voisin de Rumaïla et près d’Ibn Ṭūlūn. Certaines autorités tiraient un bon parti du contrôle de ces activités (le wālī et les Janissaires en particulier), ce qui explique sans doute que les efforts faits, de loin en loin, pour mettre un terme aux scandales les plus voyants n’aient pas eu d’effets durables27.

  • 28 Voir Nelly Hanna, « Būlāq. An endangered historic area of Cairo ».

30Būlāq et le Vieux Caire formaient des agglomérations indépendantes, géographiquement séparées du Caire, et on y trouvait d’ailleurs des corporations de métiers autonomes. Būlāq, qui comptait 24 000 habitants, était l’avant-port du Caire pour les relations avec le Delta, avec les pays de l’Empire ottoman, et avec l’Europe : le commerce des céréales, du riz, du lin, des cuirs, du bois y était concentré, et une bonne partie des 34 corporations de métiers particulières à Būlāq (d’après la liste de 1801) étaient en rapport avec ces activités. Centre de construction de navires, Būlāq comptait également des corporations de calfats, de charpentiers, de menuisiers, de scieurs. La conquête ottomane avait donné un vif essor à ce port ainsi que le montrent les nombreux bâtiments (et en particulier les wakāla) qui y furent construits à partir du début du xvie siècle28. Par contre le Vieux Caire achevait un déclin qui avait commencé avant l’arrivée des Ottomans : cette petite agglomération de 10 000 habitants restait le port naturel de la Haute-Égypte : on y stockait des grains, des dattes, du sucre, du bétail. Mais cette activité commerciale ne saurait être comparée à celle de Būlāq. Quant à l’activité artisanale, elle était, elle aussi, assez réduite : le Vieux-Caire ne comptait que 13 corporations particulières, et la seule fabrication qui lui fut propre était celle des bardaques (vases d’argile).

31Ville peu « organisée », Le Caire n’était donc nullement une ville anarchique : les facteurs économiques et sociaux exerçaient, sur la structure de la ville, une influence régulatrice. L’économie, en déterminant l’importance relative des différentes activités, était un facteur d’organisation ; une sélection s’opérait « naturellement » entre ces activités dont la situation géographique dépendait du rôle qu’elles jouaient dans l’ensemble de l’économie, et de facteurs techniques. La répartition des quartiers de résidence obéissait aux règles d’une ségrégation sociale assez rigoureuse, les quartiers de résidence populaire, les quartiers bourgeois, les quartiers de la caste dominante occupant des places déterminées sur la carte du Caire. De même que la structure d’ensemble du Caire obéissait à des principes dont on peut mettre en lumière le caractère rationnel, de même les modifications qui se produisirent à l’époque ottomane à l’intérieur du système que nous avons essayé d’analyser, obéissaient à des règles assez logiques, qu’il s’agisse de transfert d’activités, ou de déplacement des quartiers de résidence : mais il est vrai que nous ignorons les conditions exactes dans lesquelles ces transferts se réalisèrent, en grande partie parce que les sources, qui existent, n’ont pas fait l’objet des études nécessaires. Nous soupçonnons seulement que les interventions délibérées des autorités jouèrent peut-être un rôle plus important qu’on n’a pu le supposer sur la base de recherches incomplètes. De toute manière, une simple description du Caire à l’époque ottomane montre bien qu’un équilibre urbain tendait à s’y établir sous l’effet de l’interaction des forces matérielles et humaines qui y étaient à l’œuvre.

Notes

1 Voir l’article de Nelly Hanna, « Būlāq, an endangered historic area of Cairo ».

2 Dans le travail de Doris Behrens-Abouseïf sur les faubourgs nord du Caire à l’époque mamelouke, l’expansion de cette région du Caire est parfaitement mise en lumière. Voir « The North-Eastern Extension of Cairo under the Mamluks » in Annales Islamologiques, XVII, 1981.

3 Maqrīzī, Ḫiṭaṭ, II, 29 ; traduction dans A. Raymond et G. Wiet, Les marchés du Caire, 221.

4 Ces localisations sont effectuées d’après l’appendice III et les cartes de A. Raymond et G. Wiet, Les marchés du Caire.

5 A. Raymond et G. Wiet, Les marchés du Caire, appendice V, et cartes. Voir les planches IV « Localisation des wakāla et des ẖān dans Qāhira à l’époque ottomane », et V « Localisation des marchés au Caire à l’époque ottomane ».

6 A. Raymond, « The Ottoman conquest and the development of the great Arab towns », 89.

7 Chiffres donnés dans Artisans et commerçants, I, 366.

8 Sur les métiers à localisation centrale voir A. Raymond, Artisans et commerçants 319-325, 329-343, 357-360. Sur la localisation des marchés et des caravansérails voir A. Raymond et G. Wiet, Les marchés du Caire, appendice V et cartes. Voir la planche VI « Les centres du commerce du café ».

9 Localisation de ces centres : savon, dans la wakāla al-Ṣābūn, 343 F 6 (et corporation numéro 182 : « marchands de savon de la wakāla al-Sābūn). Tabac : corporation des vendeurs de tabac à fumer de bāb Zuhūma, numéro 135 (bāb Zuhūma : 236 I 6). Porcelaine, verrerie importée : marchands de cafetières, tasses... (Description : 205 I 5). Quincaillerie : al-Ḫurdağiyya (Description : 237 I 6). Vente des esclaves noirs : wakāla al-Ğallāba, 191-192 Κ 6.

10 Voir la planche E.

11 Ğabartī, III, 8-9 ; IV, 143 ; A.A. Paton, A history of the Egyptian revolution, II, 324 ; A. Raymond, Artisans et commerçants, II, 597-598.

12 Nous reviendrons dans le chapitre suivant sur les problèmes concernant les quartiers d’habitation.

13 Chiffres tirés des appendices III et V et des cartes de A. Raymond et G. Wiet, Les marchés du Caire. Voir la planche V, la planche VII « Localisation des ẖān et des wakāla à l’époque ottomane (Qāhira excepté) », et la planche VIII « Les activités dans la zone intermédiaire ».

14 Un troisième groupe de ḥaddādīn était localisé en 95 Ε F 6 (sūq al-Ḥaddādīn), à l’intérieur de Qāhira, mais dans une situation relativement excentrique.

15 Voir A. Raymond, Artisans et commerçants, II, 475.

16 Sur ces activités de divertissement, voir G. Wiet « Fêtes et jeux au Caire »,

17 Ğabartī, I, 144 (‛Abdallah Pacha) ; III, 49 (danseuses à Rumaïla) A.N., Alexandrie, Β 1 104, 29 mai 1738 ; Le Caire, Β 1 332, 9 juin 1758.

18 Voir A. Raymond, « Essai de géographie ».

19 A. Raymond, « La géographie des ḥāra du Caire au xviiie siècle ».

20 Voir les considérations de R. Le Tourneau, dans Les villes musulmanes de l’Afrique du Nord, 16-17, sur les zones périphériques dans les villes du Maghreb. Voir la planche IX « Les activités périphériques ».

21 Sur la localisation des quartiers populaires et sur les ḥāra, voir A. Raymond « Quartiers et mouvements populaires au Caire au xviiie siècle » et « La géographie des ḥāra du Caire ». Voir la planche X.

22 A. Raymond, « Essai de géographie ».

23 Ğabartī, III, 218-219 ; traduction, VII, 103-104. Ce grand jardin est représenté sur le plan de la Description de l’Égypte (Gaït Qāsim Bey, jardin de l’Institut, 285 S Τ 13-14). Le palais de l’émir est situé en 253 Τ 13 sur le même plan du Caire.

24 Ğabartī, III, 243 ; traduction, 168-169. Pour la localisation de ces jardins voir la planche XIII.

25 A. Raymond, « Quartiers et mouvements populaires », 107-108. Damurdāšī, 111 ; Ğabartī, IV, 213.

26 Maqrīzī, Ḫiṭaṭ, II, 51 ; Evliya Čelebi, Seyahatname, X, 381 ; P. Davity, Description générale de l’Afrique, 270 ; ‛Alī Pacha Mubārak, Ḫiṭaṭ, III, 61.

27 Voir par exemple les expéditions punitives de ‛Alī Agha qui ferma les débits de boisson et les mauvais lieux, au Caire, à Ḥusaïniyya, à Būlāq et au Vieux Caire (février 1703 : Qīnalī, 42 b) ; ou, un peu plus tard, du pacha ‛Abdallah al-Kupūrlī qui opéra à Būlāq, à bāb al-Lūq, à Ṭūlūn et au Vieux Caire (en 1729-1730 : Ğabartī, I, 144).

28 Voir Nelly Hanna, « Būlāq. An endangered historic area of Cairo ».

Table des illustrations

Titre PLANCHE Ε
Légende Bāb Zuwaïla : cortège de mariage devant la Mosquée al-Mu’avyad (in h. Moreau, 1841).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3301/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre PLANCHE IV
Légende Localisation des wakāla et des ẖān dans Qāhira à l’époque ottomane (en noir les caravansérails localisés par la Description de l’Égypte).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3301/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre PLANCHE V
Légende Localisation des marchés au Caire à l’époque ottomane (en noir les marchés localisés par la Description).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3301/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 705k
Titre PLANCHE VI
Légende Les centres du commerce du café (la grosseur des points correspond à la fréquence des mentions des caravansérails dans les documents du Maḥkama).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3301/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 604k
Titre PLANCHE VII
Légende Localisation des ẖān et des wakāla à l’époque ottomane (Qāhira excepté) (en noir les caravansérails mentionnés par la Description).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3301/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 669k
Titre PLANCHE VIII
Légende Les activités économiques dans la zone intermédiaire.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3301/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 683k
Titre PLANCHE F
Légende Cortège de cérémonie de circoncision sortant par une porte de quartier (in h. Moreau, 1841).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3301/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre PLANCHE IX
Légende Les activités périphériques.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3301/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 826k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable