Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Palais et maisons du Caire. Tome II

 | 
Bernard Maury
, 
André Raymond
, 
Jacques Revault
, 
et al.

1re partie. Le Caire sous les ottomans (1517-1798)

L’organisation urbaine

Texte intégral

  • 1 Nous avons abordé l’ensemble de ces problèmes dans deux articles, « Problèmes urbains et urbanisme (...)

1On hésite à employer les termes d’« organisation » et d’« administration » pour une ville qui, ainsi que nous allons le voir, était peu organisée et peu administrée, du moins dans le sens que nous donnons aujourd’hui à ces notions. Mais, d’un autre côté, on ne saurait se contenter de dire qu’était totalement abandonnée à une évolution spontanée une ville de près de 300 000 habitants dont les principales fonctions urbaines étaient assurées d’une manière relativement satisfaisante, et dont la structure même était à la fois lisible et cohérente. Le premier problème qui se pose à nous est donc de découvrir, et de décrire, les systèmes régulateurs qui lui permettaient d’échapper à l’anarchie qui aurait dû la caractériser1.

1. L’ADMINISTRATION DE LA VILLE

  • 2 I.M. Lapidus, Muslim Cities in the later Middle Ages, 78 ; R. Mantran, Istanbul dans la seconde mo (...)

2Les problèmes concernant l’« administration » du Caire n’étaient pris en charge ni par des institutions spécifiques, mises en place par les autorités, ni par des organismes communaux. En somme la ville, en tant que telle, n’était vraiment administrée ni « par en haut », ni « par en bas ». Cette situation n’était pas particulière au Caire, non plus qu’à l’époque qui nous intéresse : dans les cités musulmanes médiévales « la responsabilité pour les besoins communaux n’était pas confiée à des services réguliers gouvernementaux ou communaux » ; à l’époque moderne, il en allait de même pour les autres villes de l’Empire, et d’abord pour la plus importante, Istanbul, où il y avait, en fait, confusion entre « l’administration centrale du gouvernement ottoman » et « l’administration de la ville »2.

Préposés urbains

  • 3 Voir : A. Raymond, « Problèmes urbains », 359 ; Artisans et commerçants, 608-609 ; « Le Caire au x (...)
  • 4 Description abrégée de la Ville du Kaire, 238 Ν 6 et 239 Ν 6.

3On ne trouvait au Caire que très peu de préposés affectés d’une manière spécifique à la gestion des affaires urbaines. Les deux seules « magistratures » véritablement urbaines que l’on puisse relever étaient même en déclin, et elles ne pesaient que d’un poids assez faible dans l’organisation politico-administrative des Ottomans. Le « gouverneur » (wālī) (également appelé za‛īm ou ṣūbāšī) avait conservé quelques-unes des attributions de son prédécesseur de la période mamelouke3. Nommé par le pacha, il était chargé, pour l’essentiel, de la police à l’intérieur du Caire, en particulier la nuit. Pour remplir ces fonctions il commandait des Janissaires qui étaient cantonnés soit dans des postes (qulluq), soit dans le casernement principal qui se trouvait au centre même du Caire, à proximité immédiate de bāb Zuwaïla4. Le wālī pouvait prononcer des peines d’amende et des punitions plus sévères. Il était autorisé à lever des droits sur les individus qui étaient placés sous sa juridiction. Le contrôle qu’exerçait le wālī sur les mœurs (par la surveillance des débits de boisson et des prostituées) était en réalité l’occasion de peu honorables perceptions sur certains des métiers les plus décriés : il levait un droit sur les filles publiques dont, apparemment il tenait le registre. Enfin il intervenait dans des problèmes concernant l’édilité (nettoyage du canal du Caire) et le fonctionnement des services publics : il dirigeait ce qui tenait lieu, au Caire, de brigade des incendies, et il requérait, en cas de besoin, les membres des corporations compétentes, en particulier des porteurs d’eau. Mais, au total, le wālī était un officier de rang modeste, qui était soumis à l’autorité de l’agha des Janissaires.

  • 5 A. Raymond, « Problèmes urbains », 359 ; Artisans et commerçants, 588-600 ; « Le Caire au xviiie s (...)

4Des vastes attributions de la ḥisba médiévale, le muḥtasib ne conservait qu’une autorité sur un certain nombre de métiers concernant l’alimentation et sur les marchés correspondants. Ses tournées (ṭawāf) étaient pittoresques, mais son importance réelle était limitée, et ses pouvoirs de police, en particulier, étaient très réduits ; le muḥtasib avait perdu toute l’autorité que ses prédécesseurs détenaient en matière d’édilité et d’urbanisme, par exemple le contrôle de la propreté des souqs et des rues, de l’arrosage, de l’éclairage, etc. Les titulaires de cette charge appartenaient à l’odjaq des Čawīšiyya qui était en fait contrôlé par les Janissaires5.

  • 6 A. Raymond, « Problèmes urbains », 357-358 ; « Le Caire au xviiie siècle », 52 ; Laïla ‛Abd al-Laṭ (...)

5De fait la plupart des problèmes urbains qui se posaient étaient réglés par des autorités « nationales » dont une des préoccupations principales était le maintien de l’ordre au Caire, ce qui les amenait à intervenir toutes les fois que cet ordre était menacé. Le pacha était chargé d’assurer la sécurité de l’Égypte et du Caire, et il disposait pour cela de forces importantes qui lui permirent de s’acquitter de cette mission, tant que son autorité n’eut pas été annihilée par les « Puissances » locales : c’est ainsi qu’en 1678, au moment d’une émeute provoquée par la hausse des prix, ’Abdarrahmân Pacha envoie des troupes pour rétablir l’ordre, ce qui est fait, non sans que treize personnes soient tuées. Jusqu’au début du xviiie siècle, les pachas montrèrent d’autre part un intérêt assez remarquable pour l’urbanisme, ainsi que le montrent un certain nombre de décisions de caractère édilitaire : Muḥammad Pacha (1607-1611) fait enlever une coudée de terre dans les rues du Caire où s’étaient accumulées poussière et ordures ; Maqṣūd Pacha (1642-1643) fait creuser les deux halīğ (canaux) menacés d’ensablement ; Muḥammad Pacha (1652-1656) ordonne aux nāẓir des mosquées du Caire de les faire réparer et blanchir ce qui lui vaudra le surnom d’« Abū l-nūr » ; ‛Alī Pacha fait de même en 1669 ; Muḥammad Pacha enfin (1699-1704) prescrit la démolition de couvertures et de boutiques pour élargir les rues, et fait recreuser et niveler le sol pour faciliter la circulation. Mais avec l’affaiblissement de leur autorité les pachas eurent ensuite de moins en moins la possibilité de s’occuper des affaires de la ville6.

  • 7 J.J. Marcel, Contes du Cheykh el-Mohdy, III, 388.
  • 8 A propos de Būlāq. Ğabartī, I, 383 ; traduction, III, 162.
  • 9 Ğabartī, II, 107 ; traduction IV, 184. Sur le rôle des aghas des Janissaires voir : A. Raymond, «  (...)

6Dans une large mesure c’est aux Janissaires, auxquels d’ailleurs le sultan Salīm avait confié le soin de garder la ville et la Citadelle du Caire, qu’échut la responsabilité d’assurer le maintien de l’ordre et de la sécurité dans la capitale. On peut supposer que les liens qui s’étaient tissés entre l’odjaq et la population du Caire, par le système des protections, contribuèrent à renforcer cet intérêt et à augmenter l’efficacité de l’intervention des Janissaires. L’agha des Janissaires, même lorsque son autorité eut été éclipsée par celle du Kathudā de l’odjaq, assuma la responsabilité de la police au Caire. Les Janissaires, écrivait Marcel à la fin du xviiie siècle, ont pour principale fonction « d’assurer la tranquilité publique » ; leur agha « est chargé spécialement de toute la portion de la police de la ville qui n’est pas soumise à la surveillance du Mohtesseb » ; ses attributions « s’étendent sur les malfaiteurs de toute espèce, les voleurs, les prostituées, sur ceux qui vendent du vin en secret, ou qui commettent quelque désordre »7. D’une manière générale, l’agha des Janissaires se chargeait plutôt de la police de jour, le wālī vaquant, nous l’avons vu, à la police nocturne. L’action de l’agha se fit sentir avec une efficacité toute particulière dans les périodes de crise, lorsqu’on lui donna pleins pouvoirs pour maintenir l’ordre, ce qui l’amena à substituer son autorité à celle du muḥtasib. Il arriva assez souvent que l’agha intervienne dans les affaires proprement urbanistiques, tel ‛Alī Agha qui, lors de la crise des subsistances de 1703, manifesta son intérêt pour la voirie du Caire et ordonna d’enlever la terre qui s’y était accumulée sur une épaisseur de une ou deux coudées, et de démolir les banquettes (maṣṭaba) construites devant les boutiques qui gênaient la circulation ; en 1711, le même ‛Alī Bey ordonna à nouveau de nettoyer les rues et de blanchir les monuments publics (minarets des mosquées, fontaines, écoles). De même Ğabartī notera, plus tard, l’intérêt de ‛Abdarraḥmān Agha Mustaḥfiẓān pour ces problèmes d’édilité, pour regretter que son exemple n’ait plus été suivi après lui8 ; en 1786 encore, Salīm Agā fera rouvrir la porte de la mosquée de Sulṭān Ḥasan (fermée depuis les incidents de 1736) et ordonnera la destruction des constructions parasites et des boutiques qui avaient été construites là et qui gênaient la circulation des fidèles9.

  • 10 Ğabartī, II, 249, 263 ; traduction, V, 196, 219.

7Un rôle important fut joué dans ce domaine par les qāḍī à l’occasion de décisions rendues au jour le jour. C’était inévitablement devant les tribunaux (maḥkama) du Caire que se règlaient les contestations de caractère urbanistique, relatives par exemple aux empiètements sur les domaine public, à la règlementation sur la liberté de passage dans les rues, lorsqu’elle était menacée par les agissements arbitraires d’individus puissants. Nous donnerons comme exemple ce qu’écrit Ğabartī du cheikh Aḥmad ibn Sālim al-Nafrāwī, mort en 1207/ 1792-3, qui avait profité de son influence, à l’époque de ‛Alī Bey, pour commettre des injustices ; la fortune ayant tourné, les langues se délièrent et les plaintes se multiplièrent contre lui (kaṯarat fīhi al-šakāwā) : « on détruisit sa maison de Ğīza parce que, pour la construire, il avait empiété sur une parcelle de terrain faisant partie de la voie publique » (ahaḏa qiṭ‛atan mina l-tariq allatī yasluku minhā l-nās). Nous pouvons supposer dans ce cas qu’une décision de justice donna raison aux plaintes des citadins qui avaient été lésés. Dans le récit indigné que fait Ğabartī des agissements d’un autre ‛ālim, le cheikh Ḥasan ibn Sālim al-hawārī qui avait empiété sur les maisons voisines, démoli un maktab pour l’englober dans sa construction (ta‛addā ḥudūdahu wa ḥāfa ‛alā amākin ğīrānihi) on trouve la même notion d’un droit urbain que les qāḍī devaient veiller à préserver10.

  • 11 R. Brunschvig, « Urbanisme médiéval et droit musulman ».
  • 12 Voir les articles de Baber Johansen : « Eigentum, Familie und Obrigkeit in hanafitischen strafrech (...)

8Sans doute ne disposons-nous pas, pour l’époque qui nous intéresse, d’un travail comparable à celui que R. Brunschvig a réalisé pour l’époque médiévale et qui a permis de mettre en évidence l’existence d’une doctrine implicite des qāḍī, en matière d’urbanisme11. Mais, d’une part, il serait absurde de penser que, sur ce point, la tradition se soit interrompue et que, à l’époque ottomane, la ville arabe et ses problèmes, eussent été envisagés d’une manière différente qu’à l’époque médiévale. D’autre part, des travaux récents comme ceux de Baber Johansen montrent bien que les juristes de l’école hanafite avaient une conception assez claire de ce qu’était la ville, et de certains des problèmes que posait l’existence des citadins, et que le système élaboré aux iii/ive siècles s’était naturellement perpétué jusqu’à l’époque moderne, pendant laquelle, rappelons-le, le rattachement des Turcs à ce maḏhab lui conférait une apparence presque officielle dans les territoires ottomans. Voir par exemple la distinction que ces juristes faisaient, à propos des règles de la qasāma, entre les zones en quelque sorte « privées » de la ville (quartiers d’habitation à réseau de rue hiérarchisé se terminant en impasses) et les zones « publiques » (région des principaux marchés et des grandes mosquées traversées par des artères ouvertes)12.

  • 13 Galal h. El-Nahal, The judicial administration of Ottoman Egypt, 52-54.

9Les quelques décisions de justices mentionnées par Galal h. El-Nahal dans son étude récente montrent bien, en effet, comment les qāḍī du Caire purent intervenir, au coup par coup, afin de faire respecter les règles d’un urbanisme plus ou moins explicite. En cas de construction, ou de modification, d’une maison, des notaires (‛udūl) pouvaient être amenés à enquêter et à certifier que la construction se conformait aux règles admises : « a mounted warrior or a loaded camel can pass through the main street in which the building is located, unhampered. Moreover, the building does not infringe on it’s neighbor’s right to light, air and scenery ». Inversement le juge pouvait imposer la suppression d’une porte, d’une ouverture qui perturbaient l’intimité des voisins, interdire l’installation d’un moulin qui constituait une gêne pour le voisinage, exiger la réparation d’un immeuble dont l’état de ruine était une menace pour la sécurité des passants, etc.13.

10Des enquêtes plus étendues menées dans les registres des maḥākim du Caire permettront évidemment de dégager une doctrine urbanistique, même modeste, à travers les décisions rendues par les qāḍī à propos des cas innombrables qui leurs étaient soumis, et dont un certain nombre touchaient d’une manière directe à des problèmes d’urbanisme. Remarquons simplement que, dans le cas des qāḍī comme dans celui des autorités que nous avons évoquées plus haut, l’intervention dans les affaires urbanistiques revêtait, invariablement, le caractère d’une réponse à une situation critique, ou insupportable. Dans ces différents cas, il s’agissait de résoudre une crise, et l’action « publique » ne s’exerçait donc que par à-coups, et d’une manière répressive plus que normative.

Institutions populaires

  • 14 Sur ces problèmes voir : A. Raymond, « Problèmes urbains », 354-357 ; « Le Caire au xviiie siècle  (...)

11On ne peut naturellement pas parler, à propos du Caire, d’institutions « municipales » puisque la ville ne disposait pas d’une autonomie et des institutions que cette autonomie eût impliquées. Mais il y avait au Caire un certain nombre de groupements (ṭawā’if) qui jouaient un rôle actif dans la vie de la ville, et dans son organisation, et dont, à ce titre, on ne peut s’abstenir d’évoquer l’activité ici. Ces groupements étaient de natures très variées : professionnelle (corporations de métiers), nationale (Turcs, ou Maghrébins), religieuse (coptes, juifs), géographique (organisations de quartiers/ḥāra). Mais, d’une manière générale, les Ottomans qui étaient fort peu centralisateurs et qui préféraient gouverner au travers, et au moyen, des groupements naturels dans lesquels s’intégraient les « sujets », laissaient à ces communautés une assez large autonomie et compensaient ainsi les lacunes de l’administration qu’ils avaient installée dans les provinces conquises. En usant d’un vocabulaire abusivement moderne, qui impliquerait qu’il s’agissait d’une politique délibérée, ce qui est évidemment excessif, on pourrait dire que les Ottomans suivaient, dans ce domaine, une politique « décentralisatrice »14.

12Les principales communautés nationales (c’est-à-dire les Turcs, les Maghrébins et les Syriens) étaient placées sous la tutelle de cheikhs, une certaine confusion existant, dans beaucoup de cas, entre la communauté (ṭā’ifà) et le riwāq correspondant d’al-Azhar. Il arrivait que l’exercice de certains métiers fût presque monopolisé par un groupe non-égyptien (par exemple la vente des étoffes aḥrima à Ibn Ṭūlūn, entièrement contrôlée par les Maghrébins, ou la vente du savon, à la wakāla al-Ṣābūn, par les Palestiniens) : il y avait alors coïncidence presque totale entre la structure nationale et la structure professionnelle. Enfin la stricte localisation géographique de la plupart des métiers introduisait une dimension spatiale dans cette organisation. Il en allait à peu près de même pour les communautés religieuses « minoritaires » (coptes et juifs) et étrangères (Syriens chrétiens), avec, dans ce cas, un « déterminisme » géographique plus marqué encore, puisque, ainsi que nous aurons l’occasion de le voir, il y avait au Caire un quartier juif (ḥāra al-Yahūd) situé en plein centre de la ville, à proximité du Ṣāġa (quartier des orfèvres), et sept quartiers coptes. L’autonomie qui était accordée à ces communautés était assez large : peu soucieuses d’intervenir dans leurs affaires intérieures, dans la mesure où était assuré le maintien de l’ordre et la collecte des taxes, problèmes qui leur importaient surtout, les autorités laissaient aux cheikhs de larges pouvoirs de juridiction sur leurs compatriotes et coréligionnaires. Aussi étaient-elles fortement conservatrices, tout changement étant susceptible d’être cause de désordre : c’est ainsi qu’elles s’opposèrent longtemps aux désirs des chrétiens syriens melkites de secouer le joug des orthodoxes, et de constituer une communauté séparée. Ces communautés fournissaient un des cadres qui permettaient de contrôler indirectement une partie importante de la population du Caire.

  • 15 A. Raymond, « Une liste des corporations de métiers au Caire en 1801 » ; G. Baer, Egyptian guilds (...)

13Les corporations de métiers jouaient un rôle comparable dans un domaine différent, celui des activités économiques. D’après un document de l’Expédition d’Égypte daté de 1801, il y avait au Caire, au Vieux-Caire et à Būlāq 278 corporations de métiers, dont 204 pour Le Caire seul ; mais ce chiffre doit probablement être majoré, et le chiffre réel avoisinait 230 ou 24015. Par l’intermédiaire des cheikhs qui les coiffaient les autorités avaient le moyen de contrôler la quasi-totalité de la population indigène. Les cheikhs réglaient les disputes intérieures, les différends avec les clients, ils collectaient les taxes, assuraient auprès des ra‛iya la diffusion des ordres, des communications de l’autorité, servaient d’intermédiaires entre le pouvoir et les sujets. Mais d’autre part, du fait de la très forte concentration géographique des métiers, les corporations avaient en général une implantation très précise, parfois explicite (corporation n° 13 : ouvriers en clous « de bāb al-Ša‛riyya »), parfois implicite (les « naḥḥāsīn/artisans du cuivre étaient en fait groupés dans le souq qui portait ce nom et que la Description localise en 276 h 6). Tout permet donc de supposer que la corporation exerçait dans la rue, ou le quartier, où elle était installée une action de caractère administratif et y contribuait, en particulier au maintien de l’ordre, cette action pouvant aller jusqu’à l’exercice d’attributions ayant un caractère « urbanistique » plus affirmé : nous pouvons le supposer, par exemple, dans deux cas précis, sur lesquels nous reviendrons, le transfert des tanneurs, et celui des marchands de poudre, décisions édilitaires dans lesquelles les corporations intervinrent peut-être.

  • 16 Voir A. Raymond, « La géographie des ḥāra au Caire, au xviiie siècle ». Également : « Problèmes ur (...)

14Plus important encore, peut-être, mais fort mal connu, est le rôle que jouèrent les « quartiers » (ḥārāt) qui constituaient, eux aussi, des ṭawā’if placées, comme sous les précédentes, sous l’autorité de cheikhs. L’existence de quartiers d’habitation, souvent clos, situés en marge des zones économiquement actives, est un des traits distinctifs des grandes villes arabes, le Caire ne constituant qu’un cas particulier d’un phénomène général. Nous reviendrons plus loin sur leur nombre (nous en avons identifié 71), sur leurs caractéristiques, sur leur localisation (en bordure de la ville) sur la nature de leur population (en général pauvre). Nous nous contenterons de noter ici que les ḥāra constituaient des circonscriptions quasi-administratives qui permettaient aux autorités de contrôler une proportion importante de la population du Caire (peut-être le tiers) et d’en assurer l’administration de la même façon que les corporations professionnelles permettaient de le faire sur la base du métier. La maigreur des informations dont nous disposons, en l’absence de dépouillement étendu des registres du Maḥkama, où la vie intérieure des quartiers apparaît sans doute au fil des contestations journalières, ne nous permet pas d’apprécier le rôle joué par les quartiers, et par leurs cheikhs, dans le domaine de l’organisation proprement urbaine16.

15Ces trois types de groupements que nous venons d’énumérer contribuaient à l’encadrement de la population envisagée sous l’angle du métier (corporations), de l’appartenance à une communauté nationale ou religieuse (ṭawā’if de minorités), sous l’angle enfin de la résidence (organisations de quartiers), soit que ces différents groupements se juxtaposent, soit qu’ils se superposent. Malgré l’absence d’une administration urbaine, les habitants du Caire étaient donc enserrés dans un réseau complexe de solidarités et de dépendances qui ne laissait à l’écart aucun aspect de la vie sociale ou économique, aucun secteur géographique de la ville, et qui assurait la cohésion de la société indigène. Ces organisations jouaient dans le maintien de la sécurité un rôle qui complétait l’action des « autorités » ; c’était aussi par l’entremise de certaines de ces ṭawā’if (corporations de porteurs d’eau, de transporteurs...) qu’était assuré le fonctionnement des « services publics ». Mais ces communautés jouaient un rôle plus modeste dans le domaine proprement « urbanistique ».

Le rôle des waqfs

  • 17 A. Raymond, « Les grands waqfs et l’organisation de l’espace urbain à Alep et au Caire à l’époque (...)

16A défaut d’une véritable politique urbaine dont le manque de responsables et l’absence d’institutions rendaient difficiles la conception et l’exécution, les waqfs ont pu fournir, dans certains cas, le cadre nécessaire à des opérations urbaines de grande envergure. La nécessité d’assurer aux buts pieux que se proposait le waqf, et aux monuments religieux qu’il s’agissait de construire et d’entretenir, un financement suffisant (pour en assurer le maintien), amena généralement les constituants à inclure dans le waqf des constructions à caractère économique (wakāla, boutiques, rab‛, ḥammām), d’autant plus nombreuses que les revenus nécessaires étaient plus importants. Pour cette raison la constitution d’un waqf en faveur d’une mosquée, ou d’une œuvre pie, pouvait aisément constituer le point de départ d’une vaste opération immobilière, dans la mesure où les constructions étaient groupées dans une région bien déterminée, à proximité du ou des bâtiments à entretenir, comme c’était souvent le cas. La réalisation du programme conçu dans le cadre du waqf pouvait donc conduire, dans les cas les plus importants, au remodelage d’une rue ou d’un quartier, et prendre le caractère d’une opération d’urbanisme avec un plan général cohérent. A l’époque ottomane les waqfs rencontrèrent un très grand succès pour des raisons multiples, qui sont bien connues, en dehors du souci de faire œuvre pie, qui, bien entendu, ne saurait être passé sous silence : commodité du cadre juridique fourni par l’institution du waqf, qui permettait, en particulier, de régler le difficile problème de l’entretien ultérieur des constructions — perpétuité et inaliénabilité du fonds constitué en waqf, qui le garantissaient contre les spoliations — possibilité de tourner les règles successorales ordinaires — maintien du fonds entre les mains des dévolutaires. On s’explique donc que le waqf ait couvert une partie considérable de la propriété immobilière et foncière : vers 1920 18 500 immeubles dans les villes égyptiennes appartenaient aux waqfs. Le nombre des documents de waqfs d’époque ottomane conservés est à l’image de cette importance de l’institution (trois mille environ dans le seul Ministère des waqfs au Caire). Les waqfs ont dû jouer, dans l’organisation de la ville, un rôle dont l’ampleur ne pourra être appréciée que lorsque les plus importantes de ces fondations auront été étudiées. Dans l’état actuel de la recherche on ne peut que proposer des exemples isolés17.

  • 18 Une partie des constructions d’Iskandar Pacha est mentionnée dans la Description de l’Égypte : mos (...)
  • 19 Sur Riḍwān Bey, voir P.M. Holt, « The Beylicate in Ottoman Egypt ». Sur ses constructions : A. Ray (...)
  • 20 Voir A. Raymond, « Les grands waqfs », 121-123. Plusieurs waqfiyya d’Ibrāhīm Agha sont conservées (...)

17Nous en prendrons trois qui concernent des personnages importants de l’État, un pacha, un bey et un haut dignitaire des Janissaires. Les constructions d’Iskandar Pacha, qui gouverna l’Égypte de 1555 à 1558, ont complètement disparu, au xixe siècle au moment des opérations du tanẓīm. Mais nous savons qu’elles comprenaient, outre une mosquée, une takiya, et un sabīl, des boutiques, des constructions diverses (makān, rab‛), cet ensemble important étant organisé dans un waqf et concentré aux alentours de Bāb al-Harq, ce qui nous fait penser que les entreprises du pacha contribuèrent à l’aménagement d’un quartier qui était alors en pleine expansion : le développement de la région située dans les environs de bāb al-Harq et bāb Zuwaïla contribua à imposer le déplacement ultérieur des tanneries situées immédiatement au sud18. Les constructions effectuées, dans une région très voisine, par Riḍwān Bey, sont par contre bien connues car il en subsiste des restes impressionnants qui illustrent les dispositions contenues dans les waqfiyya. Cet émir mamelouk, qui domina la vie politique de l’Égypte entre 1631 et 1656, contribua activement aux opérations de réaménagement urbain qui se déroulèrent au sud de bāb Zuwaïla après le déplacement des tanneries. Ses constructions qui comprenaient un palais, qu’il restaura profondément, un très grand souq (de 125 mètres de long, en partie couvert), avec un rab‛ et une wakāla, deux zāwiya, un sabīl, étaient d’une ampleur telle que l’ensemble du quartier, et le réseau de rues, furent remodelés sur près de 150 mètres19. Nous pensons que les activités de Ibrāhīm agha des Janissaires, qui est mentionné dans les sources entre 1632 et 1657, eurent des effets similaires dans le quartier de Tabbāna, lui aussi situé au sud de bāb Zuwaïla, dans une région qui, nous l’avons dit précédemment, connut un développement urbain considérable, vers la fin du xvie et le début du xviie siècle. De ses constructions, dont un certain nombre subsistent encore, nous connaissons sur le côté est de la rue, un sabīl, un tombeau, des makān, la mosquée Aqsunqur (qu’il restaura), des immeubles de rapport, un abreuvoir, et en face une maison et un rab‛ (dans lequel il fit peut-être des travaux). Cet ensemble, où alternaient monuments religieux, constructions à usage public, immeubles de rapport, se développait sur une longueur totale de 250 mètres, et sa réalisation dut entraîner une réorganisation de la voirie20.

PLANCHE C

PLANCHE C

(En haut) Sabīl-kuttāb et takiya du Sultan Maḥmūd (xviiie s.) : Sabīl de type mamelouk (au premier plan) s’opposant à un sabīl arrondi de type ottoman (d’après P. Coste).
(En bas) La Birkat al-Fīl entourée de maisons de plaisance (xviiie-xixe s.) (d’après la Description).

18Tout n’est pas clair dans la manière dont ces grandes opérations furent conçues et réalisées. Nous ignorons comment elles s’insérèrent dans le développement général de la ville : nous serions portés à penser qu’il n’y eut pas de grandes décisions d’urbanisme et que ces opérations fractionnées s’intégrèrent plutôt dans un « flux » urbain à l’échelle du quartier, l’accumulation d’opérations de détail déterminant une évolution urbaine globale. Nous ne savons pas davantage comment ces opérations montées dans le cadre des waqfs furent exécutées, suivant quels projets, et quelles modalités techniques. Mais il ne nous en paraît pas moins clair que les grands waqfs contribuèrent à modeler l’espace urbain, et à introduire un élément de cohérence dans le développement de la ville. D’autre part le rôle que jouèrent les waqfs dans le fonctionnement de certains « services publics » (en particulier la fourniture de l’eau) est lui tout à fait évident, ainsi que nous le constaterons plus loin.

2. LE “FONCTIONNEMENT” DE LA VILLE

19Les considérations qui précèdent peuvent aider à comprendre comment une ville de l’importance du Caire pouvait vivre et se développer. Si cependant il nous est possible de décrire, avec une certaine précision, le fonctionnement des principaux « services publics », ainsi que nous le verrons plus loin, les procédures suivant lesquelles étaient réglés les problèmes proprement urbanistiques (développement de la ville, organisation de la voirie) restent enveloppées d’une grande obscurité qui ne pourra être dissipée que lorsque les archives des Tribunaux, et la correspondance officielle entre les gouvernants de l’Égypte, et les qāḍī, avec la Porte, auront fait l’objet de dépouillements étendus, le fonctionnement de ce système largement empirique ne pouvant être expliqué que dans le cadre de la pratique quotidienne.

Les grandes décisions de caractère urbanistique

20Dans l’état actuel de nos connaissances sur l’histoire du Caire entre 1517 et 1798, nous ne pouvons faire état que de deux grands évènements de caractère urbanistique. Mais si les faits nous sont connus, leurs modalités exactes demeurent pour nous assez obscures.

  • 21 Voir plus haut, page 19. A. Raymond, « Le déplacement des tanneries », 195-197 ; « Problèmes urbai (...)
  • 22 Nous rectifions, sur ce point, ce que nous écrivions dans « Problèmes urbains », 370, où nous sugg (...)

21Nous avons noté précédemment que, à une date assez voisine de 1600, les tanneries du Caire, qui s’étendaient jusque là sur une surface de près de quatre hectares immédiatement au sud de bāb Zuwaïla, avaient été transférées dans une position plus excentrique, afin de libérer la région située entre le mur sud de la ville fatimide et la birka al-Fīl des inconvénients que présentait la présence de ces activités pour une population en pleine expansion21. Les faits sont relativement clairs ; la date peut être précisée, par approches successives. Il reste à savoir si ce déplacement se produisit sous la forme d’une émigration progressive, et spontanée, des tanneurs, émigration qui s’organisa peut-être dans le cadre de leur corporation. Ou bien s’il fut le résultat d’une décision d’édilité prise au Caire même, ou à Istanbul, hypothèse qui nous paraît plus vraisemblable : encore faudrait-il en retrouver la trace dans les archives ottomanes, ce qui permettrait de cerner avec plus de précision le mécanisme des décisions en matière d’urbanisme au Caire22.

  • 23 Incident de 1671 rapporté dans : Manuscrit de Paris, Β Ν. 1854, 212 b ; Muẖtaṣar, 55b ; Kitāb tarā (...)
  • 24 Aḥmad Čelebi, 317.

22Nous avons heureusement une vision plus claire de ce qui se passa pour les bārūdiyya/marchands de poudre, dont le déplacement fut provoqué par des incidents assez retentissants pour que les chroniqueurs l’aient enregistré. Au xviie siècle, les bārūdiyya étaient établis, non loin de bāb Zuwaïla et de la mosquée al-Mu‛ayyad, dans le quartier appelé al-Bāsiṭiyya (en M 6-7), à proximité de darb al-Aḥmar où travaillaient beaucoup de marchands d’armes à feu (la Description localise les qundaqğiyya/m. de fusils en 251 M 6). Compte tenu des dangers que faisait peser cette activité sur la population du voisinage, il s’agissait d’une localisation évidemment peu logique, dès lors que la zone située au sud de bāb Zuwaïla était fortement peuplée. On s’en aperçut en 1671 lorsqu’un incendie éclata dans les boutiques des bārūdiyya et fit des dégâts importants et de nombreuses victimes, parmi lesquelle la fille de Yūsuf Bey qāïmaqām. Un buyuruldi (décret) fut pris par le pacha, décidant le transfert de la vente de la poudre dans un emplacement moins central, à Rumaïla. Mais dès que les boutiques des bārūdiyya eurent été reconstruites, les marchands de poudre revinrent s’y installer, au grand soulagement des gens de Rumaïla qui ne voyaient évidemment pas d’un bon œil ce voisinage. Il fallut un second incendie, en 1703 pour que la fabrication de la poudre soit transférée, définitivement cette fois, à Rumaïla, l’ancien emplacement des marchands de poudre gardant le nom de bārūdiyya23. Quelques années plus tard, en 1721, dans des circonstances analogues (incendie d’une poudrerie située à proximité de l’Azbakiyya), c’est à l’odjaq des Janissaires que s’adressera la population du quartier, et c’est l’aġā Mustaḥfiẓān qui prendra les mesures nécessaires pour démolir la fabrique dont l’existence menaçait le quartier24. Pacha dans un cas, agha des Janissaires dans l’autre, ce sont donc bien des autorités « nationales » que l’on voit intervenir. Mais ces décisions prises dans une situation de crise sont plus des mesures d’ordre public que des mesures édilitaires.

La voirie

  • 25 A. Raymond, « Problèmes urbains », 365-367 » ; « Le Caire au xviiie siècle », 53-54. Ğabartī, II, (...)

23L’insuffisance de l’« encadrement » administratif eut naturellement des conséquences fâcheuses dans le domaine de la voirie qui aurait nécessité une surveillance continue. Nos sources nous montrent comment des individus puissants pouvaient en prendre à leur aise avec le domaine public : Ğabartī nous en donne deux exemples. L’émir Yūsuf Bey al-Kabīr (mort en 1777), désireux de donner à sa maison un accès digne de sa puissance, décide d’élargir la rue qui y conduit, et démolit, dans ce but, les maisons qui le gênent : il faut les objections de Ḥasan al-Ğabartī pour qu’il renonce à abattre une mosquée afin d’ouvrir une grande place devant le portail de son palais. Le cheikh Aḥmad al-Nafrāwī (mort en 1792), fort de l’estime qu’a pour lui ‛Alī Bey, s’empare d’une parcelle de la voie publique pour construire sa maison25. Sans doute ne s’agissait-il pas de situations véritablement exceptionnelles.

  • 26 Jomard, Description abrégée, 580 ; Doguereau, Journal, 71.
  • 27 Thévenot, Voyages, II, 408 ; ‛Ali Pacha Mubārak, Ḫiṭaṭ, III, 83. Voir Galal H. El-Nahal, The judic (...)
  • 28 Ğabartī, IV, 201-202 ; traduction IX, 72.

24De tels agissements ne pouvaient qu’avoir des conséquences désastreuses sur un réseau de voies souvent étroites et sinueuses : Jomard remarquait que les rues du Caire avaient de cinq à quinze pieds de large, et parfois seulement deux ou deux et demi. Et Doguereau assurait qu’il y en avait « où deux hommes de front ne pourraient marcher »26. Cette étroitesse ne choquait d’ailleurs pas les contemporains : consultés, quelques années plus tard, par Muḥammad ‛Alī sur la largeur qu’il convenait de donner à la rue nouvelle (sikkat al-ğadīda) qu’il voulait percer vers le Mūskī, les ‛ulamā devaient répondre qu’il fallait qu’elle puisse permettre à deux chameaux chargés de se croiser sans difficultés. C’est à peu de choses près la conclusion à laquelle arrivaient deux siècles plus tôt les ‛udūl dépêchés pour vérifier qu’un immeuble était conforme à la réglementation. Il est vraisemblable que beaucoup d’irrégularités dans le tracé des rues provenaient d’empiètements de cette sorte : « point où la rue est bouchée » note la Description en 124 L 5. Et Thévenot commentait la situation de la manière suivante : « il n’y a pas une belle rue au Caire, mais quantité de petites qui font des tours et détours, ce qui fait bien connaître que toutes les maisons du Caire ont été bâties sans aucun dessin de ville, chacun prenant les lieux qui leur plaisaient pour bâtir, sans considérer s’ils bouchaient une rue ou non »27. Il n’est donc pas étonnant qu’on y ait mal circulé : au cours de l’une des « révolutions » que connut Le Caire sous les Ottomans, l’un des partis ne put acheminer ses canons à l’endroit prévu, en raison de l’étroitesse des rues. Et lorsque, en 1814, Muḥammad ‛Alī, mariant une de ses filles, voulut célébrer l’évènement avec faste, par un cortège de zaffa particulièrement brillant (auquel participeraient cent six chars de corporations) on prit la précaution d’envoyer préalablement une équipe d’agents chargés de s’assurer, instruments de mesure en mains, que l’itinéraire était praticable, et de faire abattre éventuellement les constructions gênantes : encore le cortège passait-il par quelques-unes des rues les plus importantes de la ville28.

  • 29 A. Raymond et G. Wiet, Les marchés du Caire, 221 (Maqrīzī, II, 29) ; J.J. Ampère, Voyage en Égypte (...)

25Deux points cependant doivent être relevés. Le premier est que la situation n’était guère différente avant l’arrivée des Ottomans : la ville que décrit Maqrīzī est à peu de choses près celle que nous montre la Description de l’Égypte. Et le tableau pittoresque que fait Ampère, vers 1840, des « embarras du Caire » semble faire écho, à quatre siècles de distance, au passage dans lequel Maqrīzī évoque les foules qui circulaient, avec quelle difficulté, dans la Qasaba29. Mais naturellement cette immobilité, si on la rapproche des progrès faits par l’Occident dans le même laps de temps, est, en elle-même, inquiétante. Le second est que le réseau des rues du Caire était adapté à un type de trafic urbain qui ignorait la voiture, tout le transport étant effectué à dos d’animal, ou d’homme. Ici la permanence du système des rues trahissait en quelque sorte la stagnation de l’économie. Mais pour avoir une vue plus précise du problème que posait l’entretien et l’évolution du système des rues il serait évidemment nécessaire ici encore de connaître dans le détail ce que fut l’activité des qāḍī.

L’ordre public

  • 30 S.J. Shaw, The Financial, 148 ; Ottoman Egypt, 92. A. Raymond, « Problèmes urbains », 360-361 ; «  (...)

26Nous avons remarqué plus haut que la police de la ville du Caire était assurée concurremment par le wālī al-šurṭa, sous l’autorité supérieure de l’Agha des Janissaires, et éventuellement du Pacha, qui intervenaient directement en cas de désordres graves (émeutes populaires, en général provoquées par la disette, ou par une hausse des prix ; troubles causés par les militaires et les émirs). Le centre de la police du Caire se trouvait au cœur même de la ville, à proximité immédiate de bāb Zuwaïla. La Description y localise la « maison des gens de l’Oualy » (238 Ν 6) et la « bawwāba al-Wālī » (239 Ν 6) où se trouvait vraisemblablement le principal poste de police : c’est sans doute pour cette raison que bāb Zuwaïla était l’endroit où l’on procédait aux exécutions capitales. Le wālī faisait des tournées en ville avec une troupe composée de Janissaires. C’étaient également des Janissaires qui étaient cantonnés dans de petits postes répartis dans toute la ville : ces qulluq étaient commandés par des sous-officiers (bulūkbāšī), et les Janissaires y servaient à tour de rôle, d’où le nom de nūbatğī qui leur était donné. Les qulluq étaient en particulier chargés d’assurer la sécurité des quartiers. Les ‛Azab assistaient les Janissaires à un niveau subordonné et ils paraissent avoir été plus spécialement chargés de garder les postes, cependant que les Janissaires formaient les patrouilles. Dans cette tâche du maintien de l’ordre et de la sécurité, un rôle majeur était joué par les ṭawā’if, dont chacune contrôlait les individus qui dépendaient d’elle, dans son domaine, et en particulier par les corporations de métier et de quartiers. Du fait de leur habituelle localisation dans un secteur déterminé de la ville, les corporations de métiers exerçaient de toute évidence une sorte de juridiction dans leur zone d’activité professionnelle. Tout à fait caractéristique de ces attributions est l’engagement pris, le 26 octobre 1798, par le cheikh et les négociants du Ġūriyya envers Bonaparte, chez qui ils avaient été réunis, quelques jours après la fin de la révolte du Caire : « Dorénavant nous préserverons toutes les rues de notre arrondissement de tout trouble... nous donnerons tous nos soins pour contenir les méchants ». Les marchands promettaient encore de saisir les gens du quartier qui voudraient « commettre du désordre », de faire connaître les étrangers qui s’y établiraient. Ils se déclaraient enfin « personnellement responsables » du désordre qui se produirait dans leur arrondissement30.

  • 31 A. Raymond, « Problèmes urbains », 356-357 ; « Le Caire au xviiie siècle », 56.
  • 32 Ahmad Čelebi, 545-546.
  • 33 « Les gens fermèrent les boutiques et les rues (des quartiers) ». Voir Ğabartī, II, 193 (1791) ; I (...)

27Le rôle que jouaient dans le maintien de l’ordre et de la sécurité les ḥāra/quartier, rôle qui, au point de vue géographique était complémentaire de celui des corporations de métiers, était plus important encore31. Les quartiers étaient habituellement clos par des portes, simples vantaux de bois que l’on fermait avec une serrure de bois (ḍabba), et qui ne pouvaient pas jouer un rôle défensif contre des agressions venues de l’extérieur (dont Le Caire n’eut d’ailleurs pas à souffrir à cette époque), mais qui permettaient par contre d’assurer la sécurité nocturne. Dès la tombée de la nuit, les portes des quartiers étaient fermées et l’on ne pouvait plus se déplacer qu’avec des lanternes, les portes ne s’ouvrant qu’aux personnes connues. Un bawwāb/portier gardait la porte, sous le contrôle des gens du ṣūbāšī, parfois avec le concours d’un poste de Janissaires. Ce système permettait aux autorités de contrôler les déplacements des individus suspects, et éventuellement, de faire les enquêtes nécessaires : c’est ainsi qu’en 1724 le quartier de Darb al-Maḥrūq (Description, 100 M Ν 4) fut fermé pendant une journée pour permettre de vérifier si des émirs fugitifs s’y étaient introduits, comme le bruit en avait couru32. En cas de troubles graves les quartiers étaient fermés, ce qui permettait à la fois d’assurer la sécurité des habitants et d’empêcher la circulation des fauteurs de troubles : aġlaqa l-nās al-dakākīn wa-l-durūb, note le chroniqueur à plusieurs reprises33.

  • 34 Ibn Abī l-Surūr, Kitāb al-kawākib, 75 b, 169 a.

28Cette combinaison de la vigilance des autorités et de l’action d’auto-défense des habitants semble avoir été efficace. En dehors de circonstances exceptionnelles (révoltes militaires, mouvements populaires) la sécurité intérieure paraît avoir été maintenue d’une manière à peu près satisfaisante, pendant les trois siècles que dura la domination ottomane. Les chroniques mentionnent peu d’exemples d’incidents comparables à ceux de l’année 1642 pendant laquelle les différents quartiers de la ville furent victimes de bandes de voleurs (manāsir) : facilitées par la vénalité du wālī de l’époque, ces déprédations ne prirent fin qu’après le cambriolage, particulièrement spectaculaire, de 48 boutiques à Ibn Ṭūlūn, qui amena le pacha à intervenir en personne. Ibn Abī l-Surūr, qui rapporte longuement cette affaire, sans doute exceptionnelle, note par ailleurs que le Caire avait pour caractéristique « la grande sécurité qui y régnait pendant la nuit » (kaṯratu l-amn bihā fī l-laīl)34.

3. LES “SERVICES PUBLICS”

29Le Caire était, pour l’époque, une agglomération considérable, d’abord par son étendue (une surface de près de 800 hectares, une longueur de près de 5 kilomètres, une largeur de 2,5 km), et également par sa population, un peu plus de 250 000 habitants vers la fin du xviiie siècle, sans doute près de 300 000 au moment de son apogée. La vie quotidienne d’une telle concentration de population représentait donc un ensemble très complexe de problèmes divers, alimentation, circulation, dont la solution, en l’absence de véritables « services publics », fut trouvée dans la combinaison de l’activité de corporations de métiers spécialisées, et de l’action de fondations pieuses, l’intervention des autorités restant assez lointaine et ne se faisant sentir que pendant les périodes de crise.

L’approvisionnement en eau

  • 35 Voir sur ce problème : A. Raymond, « Les porteurs d’eau du Caire » et « Les fontaines publiques (s (...)

30Le problème de l’approvisionnement en eau était particulièrement difficile à résoudre dans une ville qui ne pouvait compter sur l’eau de pluie (30 millimètres seulement par an en moyenne), ni sur celle que fournissaient les puits (elle était trop saumâtre pour qu’on pût la consommer en dehors de périodes de crise) ou le halīg (qui n’était en eau que pendant la crue du Nil). Le Caire ne pouvait s’approvisionner qu’au Nil qui, à l’époque ottomane, était éloigné de 1 300 mètres environ de la limite occidentale de la ville, sauf à la hauteur de bāb al-Lūq qui n’était distant que de 800 mètres de la rive du fleuve. La distribution de l’eau se faisait donc, pour l’essentiel, à partir du Nil, suivant deux modalités différentes : portage de l’eau par des saqqā‛īn organisés en huit corporations de métiers ; stockage dans les fontaines publiques (sabīl), généralement entretenues par des waqfs35.

PLANCHE D

PLANCHE D

Al-Ġūriyya : Sabīl-kuttāb al-Ġūrī (xvie s.) (d’après P. Chardin, 1879).

31Le portage de l’eau était effectué par des saqqā‛īn, dont le nombre atteignait peut-être une dizaine de mille et qui faisaient le va-et-vient entre le Nil et la ville, avec des milliers de chameaux et d’ânes pour porter les outres (rāwiya en peau de buffle, ou qirba en peau de bouc). Ils étaient organisés en cinq corporations de métiers suivant une double spécialisation technique et géographique : une corporation utilisait les chameaux, et était localisée à bāb al-Lūq, dans une position centrale, à proximité du fleuve ; quatre corporations utilisaient les ânes et étaient localisées à bāb al-Baḥr, bāb al-Lūq, ḥāra al-Saqqā‛īn, Qanāṭir al-Sibā‛, points échelonnés sur la limite ouest de la ville. La distribution en ville était répartie entre trois corporations, une de vendeurs d’eau au détail, une de porteurs d’eau des citernes, une de porteurs d’eau salée. L’eau était vendue aux passants ou à domicile et payée immédiatement ou suivant des modalités d’« abonnements » souvent ingénieuses (le porteur d’eau inscrivait sur la porte de son client des traits correspondants à la quantité d’eau apportée, ou se servait de colliers de perles bleues, dont il retirait une perle par outre apportée).

  • 36 Voir par exemple les waqfiyya de Iskandar Pacha (Ministère des Waqfs, numéro 919), 52-61 ; de Ibrā (...)

32Dans le système d’approvisionnement en eau du Caire, un rôle important était joué par les sabīl dont les réservoirs permettaient de stocker l’eau en vue de sa distribution ultérieure. Nous avons pu localiser 308 de ces sabīl ; ce chiffre ne doit pas être très éloigné du nombre réel que l’on trouvait au Caire à la fin du xviiie siècle, puisque la Description évalue effectivement leur nombre à 300. La répartition de ces sabīl sur la carte du Caire est, en gros, conforme à la répartition de la population, la construction de fontaines étant logiquement liée à la présence d’une population dense. Ces sabīl étaient habituellement constitués d’un réservoir où était stockée l’eau, d’un rez-de-chaussée où se faisait la distribution de l’eau et d’un étage occupé par un maktab. La fourniture de l’eau était, par excellence, une œuvre pie, aussi trouve-t-on parmi les fondateurs de sabīl, des pachas, des beys, des officiers, des odjaqs, des membres de la bourgeoisie indigène. Les sabīl sont mentionnés dans de nombreuses fondations pieuses, les waqfs constituant un moyen efficace pour assurer la pérennité de ce service public, à valeur religieuse. Des dispositions minutieuses fixent le montant des sommes affectées au paiement de l’eau, à la rémunération du ou des préposés à sa distribution, à l’entretien du monument et de son matériel, jusques et y compris la fourniture d’huile et de fanaux pour l’éclairage de la façade durant le mois de ramaḍān36.

33L’approvisionnement en eau du Caire fut parfois perturbé par les répercussions des crises politiques : la source où puisaient les saqqā‛īn était trop lointaine pour que, en période de trouble, la fourniture de l’eau ne fût pas compromise. Mais, au total, cette combinaison originale de l’entreprise individuelle (les saqqā‛īn membres des corporations professionnelles spécialisées) et du mécénat (construction et entretien des fontaines dans le cadre de fondations religieuses) paraît avoir fonctionné d’une manière satisfaisante, sans intervention des « pouvoirs publics » en temps normal.

Les transports en ville

  • 37 A. Raymond, « Problèmes urbains », 363-364 ; « Le Caire au xviiie siècle », 58-59. Chabrol, Essai (...)

34La ville du Caire était trop étendue pour qu’un système de transport des personnes et des biens n’existe pas, sous une forme ou une autre. Il était assuré, pour l’essentiel, par des âniers dont Chabrol évalue le nombre à 30 000, ce qui ne paraît pas invraisemblable37. Les animaux de louage étaient tenus à la disposition des clients dans de véritables « stations » dont les plus importantes étaient situées à proximité des entrées de la ville, et au coin des rues principales et des souqs. Les âniers recevaient une rétribution qui variait selon la longueur de la course, suivant une sorte de tarif que nous a transmis Chabrol : 8 à 10 paras pour aller d’un bout du Caire à l’autre ; 30 à 40 lorsque le client conservait sa monture une journée entière. Les âniers ne constituaient pas moins de quatre corporations différentes : trois pour le transport d’hommes et de femmes (numéros 62, 272 et 273 de la liste de Vincennes) et une pour le transport des effets (numéro 70). Les chameliers étaient spécialisés dans le transport des marchandises : ils constituaient une corporation unique des chameliers de transport des effets (numéro 195). On trouvait de même des corporations de transport d’hommes et de femmes, et de transport des effets à Būlāq (numéros 278 et 68) et au Vieux Caire (numéros 142 et 69). Ici encore, c’est donc par le moyen de corporations professionnelles qu’était assuré un « service public » essentiel. Les autorités n’intervenaient guère que pour en entraver le fonctionnement, en particulier lorsque la préparation d’une expédition nécessitait des moyens de transport qu’il était tentant de trouver en recourant aux ânes et aux chameaux des porteurs d’eau et des âniers et chameliers. L’histoire du Caire au xviiie siècle fournit de nombreux exemples de ce genre de « réquisitions » qui prirent un tour plus ordonné (mais non moins gênant pour la population) avec l’armée d’occupation française.

PLANCHE III

PLANCHE III

L’alimentation du Caire en eau : localisation des fontaines publiques.

Autres « services publics »

  • 38 S.J. Shaw, Ottoman Egypt, 40.
  • 39 Marcel, Contes du Cheykh el-Mohdy, I, 449. Des incendies sont mentionnés vers 1740 (Damurdāšī, al- (...)

35Nous avons noté plus haut que la lutte contre les incendies était placée sous la responsabilité du wālī qui convoquait, en cas de besoin, les membres de diverses corporations spécialisées, principalement celles des porteurs d’eau, des démolisseurs, et des foulons (qaṣṣārīn). Il y avait, apparemment, à proximité de bāb Zuwaïla, des guetteurs (baṣṣāṣa) qui étaient chargés de signaler les incendies38. Ce système rudimentaire paraît avoir fonctionné au total d’une manière satisfaisante, peut-être parce que les matériaux employés dans la construction étaient peu combustibles, le bois de construction étant trop rare et trop cher pour qu’on l’emploie largement : quoi qu’il en soit les chroniqueurs mentionnent peu d’incendies vraiment graves avant 179839.

  • 40 A. Raymond, « Problèmes urbains », 361. Ğabartī, II, 83 ; III, 7 ; IV, 204, 279. Archives de Vince (...)
  • 41 Ğabartī, I, 79 ; traduction, I, 188.

36L’entretien des rues posait deux problèmes : le nettoyage « au jour le jour » et l’évacuation des immondices et de la terre. Le balayage des rues, et leur arrosage (pour y faire tomber la poussière, plus que pour les nettoyer) était normalement effectué par les riverains qui pouvaient utiliser les services de balayeurs professionnels (zabbāl) qu’ils rétribuaient. Pour l’arrosage on utilisait l’eau des puits dont la consommation était difficile. Lorsque, en 1798, les habitants du Caire en état de porter les armes se rendirent aux retranchements dressés à Būlāq pour arrêter les Français, il ne resta plus au Caire que les femmes, les enfants, et les impotents et les rues restèrent sales « faute de balayage et d’arrosage » (min ‛adam al-kans wa l-rašš). Il n’est pas certain que ces prescriptions aient été toujours bien observées, ce qui explique sans doute des rappels à l’ordre par les autorités responsables (agha, wālī, muḥtasib). La situation était d’ailleurs sans doute très différente dans les grandes rues et les souqs du centre, et dans les petites rues tortueuses des quartiers de résidence. D’où des appréciations contradictoires des voyageurs, et par exemple des Français de l’expédition, en 1798. Kléber décrit « la rue des cordonniers » (sans doute la qaṣaba Riḍwān) comme « large, propre, bien alignée et bien couverte ». Mais Doguereau assure que Le Caire n’offre qu’« un tableau dégoûtant, hideux, malpropre », impression que confirme Dupuis : « cette ville est abominable. Les rues y respirent la peste par leurs immondices »40. Observations qui paraissent faire écho aux vers vengeurs du cheikh Ḥasan al-Ḥiğāzī d’après qui les rues (ḥārāt) arabes « contiennent sept choses mauvaises : l’urine, les immondices, la boue, la poussière, l’impolitesse, le bruit, et les habitants eux-mêmes de ces rues qui ressemblent aux esprits qui hantent les cimetières »41 formule sans doute excessive, mais qui ne devait pas tout à la veine satirique du poète.

  • 42 A. Raymond, « Problèmes urbains », 361. Ğabartī, I, 25 (incident de 1694) ; III, 33 (apparition de (...)
  • 43 Ibn Abī l-Surūr, Kitāb al-kawākib, 37 b ; Meryi, « Passe-temps chronologique », III, 1896, 179 (Mu (...)

37Le problème le plus complexe que posait le nettoyage de la ville était celui de l’évacuation des immondices et de la terre qui s’accumulaient dans les rues. Des transporteurs de terre sur des ânes (corporation n° 145 de la liste de Vincennes), les tarrābīn, en étaient chargés. Ils évacuaient la terre, les déblais et les immondices vers les collines (« tell », « kawm » ou « ḫarāb ») qui s’étaient constituées autour du Caire au cours des siècles, et en particulier au nord-est de la ville où elles ont subsisté jusqu’à nos jours. Ces collines étaient responsables des nuages de poussière qui, les jours de grand vent, obscurcissaient le ciel du Caire, au point qu’en 1694 on crut que la fin du monde était arrivée. Dans leur travail les tarrābīn utilisaient des paniers et des pots : il faudra attendre l’arrivée des Français pour voir apparaître de « petites voitures comportant deux bras à l’arrière » (lisons des brouettes). En attendant cette véritable révolution technique, l’efficacité du travail des tarrābīn était très médiocre42. C’est sans doute une des raisons de la hausse graduelle du niveau des rues qui imposa des décisions de salut public prises, de loin en loin, par des gouvernants soucieux du bien général. Nous en avons signalé quelques-unes précédemment : Muḥammad Pacha (1607-1611) ordonna d’enlever une coudée (ḏirā‛) de terre devant les maisons et les boutiques, ordre d’une nature tellement exceptionnelle, apparemment, que le pacha pensa utile de le justifier en disant qu’il s’agissait d’enlever le sol même qu’avaient foulé les mutins qu’il venait de ramener à la raison, et que le cheikh ‛Abdallah al-Danūšarī crut devoir consacrer quatre vers à l’événement ; près d’un siècle plus tard, Qarā Muḥammad Pacha (1699-1704) ordonna d’enlever la terre accumulée dans les rues et les souqs jusqu’à ce que les fondations soient dégagées : on creusa sur une profondeur d’une coudée. En 1711, après la fin de la « révolution » de 1711, Alī Agha fit enlever la terre dans les rues. Mais il fallut ensuite attendre 1818 pour voir un muḥtasib s’intéresser à nouveau au problème et ordonner aux habitants d’enlever la terre accumulée devant leurs boutiques et leurs maisons43. Il était donc inévitable que, entre temps, et faute d’action suivie de la part des autorités, Le Caire ait continué à s’ensevelir sous ses propres débris, ainsi que le montrent de nombreux monuments enfouis parfois jusqu’à hauteur des fenêtres, et vers lesquels on doit aujourd’hui descendre par plusieurs marches.

  • 44 S.J. Shaw, The Financial, 226, 233 ; A. Raymond, « Problèmes urbains », 362. A.N. Caire, B 1 321, (...)
  • 45 Ibn Abī l-Surūr, Kitāb al-kawākib, 79 b ; Muẖtaṣar, 48 a ; Zubda, 7 b ; Aḥmad Čelebī, 150 ; Ğabart (...)

38L’entretien du halīg qui traversait Le Caire par son milieu et qui lui servait à la fois, suivant les saisons, d’égout collecteur et de conduite d’eau, était placé sous la responsabilité du wālī : celui-ci devait contrôler le curage du canal, et il recevait des fonds publics dans ce but. Mais c’étaient les riverains qui en faisaient les frais, et qui rétribuaient eux-mêmes les tarrābīn : « Pour l’enlèvement des boues du canal ou Calige, c’est une dépense que chaque maison qui tourne de ce côté le paye en particulier et par quotité » remarquait le Consul de France en 174644. Il ne semble pas que ce travail ait toujours été fait d’une manière satisfaisante, aussi le canal avait-il tendance à s’ensabler. Vers 1643 Maqṣūd Pacha (1642-1643) ordonna de faire enlever une coudée et demie de terre dans les ẖalīg Ḥākimī et Nāṣirī, le wālī surveillant l’opération. En 1808 l’ensablement du canal était tel que le courant y était très faible en pleine période de crue, en raison de la négligence des autorités45.

  • 46 A. Raymond, « Problèmes urbains », 362. A.N. Caire, Β 1 319, 29 avril 1721 ; Β 1 321, 1731 ; Β 1 3 (...)
  • 47 Ğabartī, III, 48, 208 ; Paul Kahle, « The Arabic shadow play in Egypt » ; Archives de Vincennes, E (...)

39L’éclairage des rues du Caire était une tradition très ancienne : vers le milieu du xviie siècle, Ibn Abī 1-Surūr mentionne comme une des particularités du Caire que des lampes (qanādīl) étaient allumées toute la nuit dans les souqs et les rues, et il assure que l’habitude en avait été prise en 1431. Ici encore c’est l’usager qui devait faire les frais de l’éclairage urbain : les comptes de la Nation française mentionnent régulièrement le prix de la lampe allumée devant la porte du Consul « selon l’usage du pays » ; et les waqfs prévoient, de même, les dépenses nécessaires pour assurer l’éclairage des sabīl. Evliya Čelebi note l’existence d’une corporation de kandilğiyān, forte de 200 individus. L’éclairage, sans doute assez modeste en temps normal, était renforcé au moment des fêtes (en particulier en ramadan). En temps de crise, les autorités rappelaient l’obligation d’éclairer les maisons et les boutiques pour rassurer la population et empêcher les agissement délictueux : en 1798, après le débarquement des Français, l’agha et le wālī ordonnent d’ouvrir les souqs et les cafés la nuit et de suspendre des lampes devant les maisons et les boutiques ; une fois maîtres du Caire, les Français font crier qu’on devra allumer une lampe devant chaque maison et une lampe pour trois boutiques (ce qui paraît avoir été la règle, si on en juge par des rappels faits en 1814 et 1817), et ils mettent à l’amende les gens du souq Amīr al-Ğuyūš dont les lampes se sont éteintes, une nuit de pluie46. Pour les mêmes raisons de sécurité, les gens qui circulaient en ville après le coucher du soleil devaient porter, ou faire porter, des fanaux (fānūs ou maš‛al) : il existait une corporation des « éclaireurs de nuit » (n° 71 de la liste de 1801). Ces « falotiers » (en arabe ḍawwī ou mašā‛ilī) constituaient une corporation décriée dont les membres remplissaient traditionnellement de nombreuses autres fonctions tout aussi peu considérées47.

40Il serait possible de donner d’autres exemples, d’évoquer les corporations de fossoyeurs des différents cimetières du Caire (numéros 89, 110, 117, 210, 213, 217, 245, 251, 252) qui se chargeaient des « pompes funèbres », ou les « courriers » du Caire (corporation n° 144). Dans ces cas, comme dans les cas évoqués précédemment, le problème des « services publics » avait été résolu au moyen de corporations de métiers spécialisés qui pourvoyaient aux besoins de la population avec, dans le cas de la fourniture de l’eau par exemple, l’aide de fondations pieuses, sans intervention des autorités. De la même manière l’absence de toute administration urbaine, de toute institution municipale et même, apparemment, de toute politique urbaine, n’empêchait pas la ville de s’organiser, et de se développer d’une manière non-anarchique, l’espace urbain révélant, à l’analyse, une ordonnance logique et une structure cohérente.

Notes

1 Nous avons abordé l’ensemble de ces problèmes dans deux articles, « Problèmes urbains et urbanisme au Caire aux xviie et xviiie siècles », et « Le Caire au xviiie siècle : Structure et fonctions urbaines ».

2 I.M. Lapidus, Muslim Cities in the later Middle Ages, 78 ; R. Mantran, Istanbul dans la seconde moitié du xviie siècle, 123.

3 Voir : A. Raymond, « Problèmes urbains », 359 ; Artisans et commerçants, 608-609 ; « Le Caire au xviiie siècle », 52-53 ; S.J. Shaw, The Financial, 148 ; Laïla ’Abd al-Laṭīf, 233-235.

4 Description abrégée de la Ville du Kaire, 238 Ν 6 et 239 Ν 6.

5 A. Raymond, « Problèmes urbains », 359 ; Artisans et commerçants, 588-600 ; « Le Caire au xviiie siècle », 52 ; Laïla ‛Abd al-Laṭīf, al-Idāra fī Miṣr, 235-238.

6 A. Raymond, « Problèmes urbains », 357-358 ; « Le Caire au xviiie siècle », 52 ; Laïla ‛Abd al-Laṭīf, al-Idāra fī Miṣr, 77-79.

7 J.J. Marcel, Contes du Cheykh el-Mohdy, III, 388.

8 A propos de Būlāq. Ğabartī, I, 383 ; traduction, III, 162.

9 Ğabartī, II, 107 ; traduction IV, 184. Sur le rôle des aghas des Janissaires voir : A. Raymond, « Problèmes urbains », 358-359 ; « Le Caire au xviiie siècle », 52 ; Laïla ‛Abd al-Laṭīf, al-Idāra fī Miṣr, 229-232, 238-239.

10 Ğabartī, II, 249, 263 ; traduction, V, 196, 219.

11 R. Brunschvig, « Urbanisme médiéval et droit musulman ».

12 Voir les articles de Baber Johansen : « Eigentum, Familie und Obrigkeit in hanafitischen strafrecht » ; « The claims of men and the claims of God : the limits of government authority in Hanafite law » ; « The all embracing town and its mosques, al-Miṣr al-gāmi‛ ».

13 Galal h. El-Nahal, The judicial administration of Ottoman Egypt, 52-54.

14 Sur ces problèmes voir : A. Raymond, « Problèmes urbains », 354-357 ; « Le Caire au xviiie siècle », 55-57 ; Artisans et commerçants, 451-501 (communautés minoritaires et étrangères), 503-585 (corporations de métiers).

15 A. Raymond, « Une liste des corporations de métiers au Caire en 1801 » ; G. Baer, Egyptian guilds in Modem times.

16 Voir A. Raymond, « La géographie des ḥāra au Caire, au xviiie siècle ». Également : « Problèmes urbains », 355-357 ; Artisans et commerçants, 440-449 ; « Le Caire au xviiie siècle », 56.

17 A. Raymond, « Les grands waqfs et l’organisation de l’espace urbain à Alep et au Caire à l’époque ottomane (xvi-xviie siècles) ».

18 Une partie des constructions d’Iskandar Pacha est mentionnée dans la Description de l’Égypte : mosquée Iskandar (21 M 9) ; sabīl Iskandar (25 M 9). Sur ce pacha et ses constructions voir : Mar‛ī, Nuzhat al-Nāẓirīn, 337 ; Isḥāqī, 230 ; ‛Ali Pacha Mubārak, Ḫiṭaṭ, IV, 56-57 ; Prisse d’Avennes, Mœurs et coutumes des Égyptiens, 71 a ; Creswell, The Muslim Architecture of Egypt, I, 29-30. Les archives du Ministère des Waqfs au Caire conservent deux waqfiyya d’Iskandar Pacha : numéro 919 (965/ 1558) ; numéro 918 (966/1559). Le seul témoin qui subsiste des constructions d’Iskandar Pacha est le relevé que fit Coste du minaret de la mosquée, d’allure typiquement ottomane (Pascal Coste, Architecture arabe).

19 Sur Riḍwān Bey, voir P.M. Holt, « The Beylicate in Ottoman Egypt ». Sur ses constructions : A. Raymond, « Les grands waqfs », 120-121. Le Ministère des Waqfs du Caire conserve plusieurs waqfiyya concernant cet émir : notamment les numéros 994 (1038/1629), 995 (1039/1630), 996 (1047/1638), 998 (1057/1647).

20 Voir A. Raymond, « Les grands waqfs », 121-123. Plusieurs waqfiyya d’Ibrāhīm Agha sont conservées au Ministère des Waqfs : numéros 1499 (1041/1632), 952. Voir Mona Zakariya « Le rab‛ de Tabbāna ».

21 Voir plus haut, page 19. A. Raymond, « Le déplacement des tanneries », 195-197 ; « Problèmes urbains », 369-370.

22 Nous rectifions, sur ce point, ce que nous écrivions dans « Problèmes urbains », 370, où nous suggérions que l’hypothèse « d’une émigration progressive des tanneurs » paraissait plus plausible que celle « d’une décision spécifique d’édilité ».

23 Incident de 1671 rapporté dans : Manuscrit de Paris, Β Ν. 1854, 212 b ; Muẖtaṣar, 55b ; Kitāb tarāğim, 687 ; Zubda iẖtiṣār, 17 a ; Aḥmad Čelebi, 170. En ce qui concerne l’incendie de 1703 : Aḥmad Čelebi, 209. Effectivement tous les bārūdī mentionnés après 1706 dans les archives du Maḥkama sont localisés à Rumaïla, dans le ḫaṭṭ al-Maḥmūdiyya.

24 Aḥmad Čelebi, 317.

25 A. Raymond, « Problèmes urbains », 365-367 » ; « Le Caire au xviiie siècle », 53-54. Ğabartī, II, 249 (cité plus haut).

26 Jomard, Description abrégée, 580 ; Doguereau, Journal, 71.

27 Thévenot, Voyages, II, 408 ; ‛Ali Pacha Mubārak, Ḫiṭaṭ, III, 83. Voir Galal H. El-Nahal, The judicial administration, 52.

28 Ğabartī, IV, 201-202 ; traduction IX, 72.

29 A. Raymond et G. Wiet, Les marchés du Caire, 221 (Maqrīzī, II, 29) ; J.J. Ampère, Voyage en Égypte, Paris, 1881, 136.

30 S.J. Shaw, The Financial, 148 ; Ottoman Egypt, 92. A. Raymond, « Problèmes urbains », 360-361 ; « Le Caire au χviiie siècle », 53. Archives de Vincennes, Expédition d’Égypte, B 6 10, 26 octobre 1798.

31 A. Raymond, « Problèmes urbains », 356-357 ; « Le Caire au xviiie siècle », 56.

32 Ahmad Čelebi, 545-546.

33 « Les gens fermèrent les boutiques et les rues (des quartiers) ». Voir Ğabartī, II, 193 (1791) ; III, 240 (1803) ; III, 284 (1804) ; III, 342 (1805), etc.

34 Ibn Abī l-Surūr, Kitāb al-kawākib, 75 b, 169 a.

35 Voir sur ce problème : A. Raymond, « Les porteurs d’eau du Caire » et « Les fontaines publiques (sabīl) du Caire ». Aussi : « Problèmes urbains », 362-363 ; « Le Caire au xviiie siècle », 57-58. Voir la planche III « L’alimentation en eau du Caire : localisation des fontaines publiques au Caire ». Voir les planches C et D.

36 Voir par exemple les waqfiyya de Iskandar Pacha (Ministère des Waqfs, numéro 919), 52-61 ; de Ibrāhīm Agha (n° 952), 225-228 ; de ‛Abdarraḥmān Katḫūdā (n° 941), 167-169, 175-179.

37 A. Raymond, « Problèmes urbains », 363-364 ; « Le Caire au xviiie siècle », 58-59. Chabrol, Essai sur les mœurs, 425.

38 S.J. Shaw, Ottoman Egypt, 40.

39 Marcel, Contes du Cheykh el-Mohdy, I, 449. Des incendies sont mentionnés vers 1740 (Damurdāšī, al-Durra, 504), et en 1786 et 1787 (Ğabartī, II, 106, 142).

40 A. Raymond, « Problèmes urbains », 361. Ğabartī, II, 83 ; III, 7 ; IV, 204, 279. Archives de Vincennes, Mémoires historiques, Ν 539, Carnet de Kleber. Doguereau, Journal de l’Expédition d’Égypte, Paris, 1904, 71. Correspondance de l’armée française en Égypte, 185-186.

41 Ğabartī, I, 79 ; traduction, I, 188.

42 A. Raymond, « Problèmes urbains », 361. Ğabartī, I, 25 (incident de 1694) ; III, 33 (apparition des brouettes).

43 Ibn Abī l-Surūr, Kitāb al-kawākib, 37 b ; Meryi, « Passe-temps chronologique », III, 1896, 179 (Muḥammad Pacha) ; Ğabartī, I, 29-30 ; Aḥmad Čelebi, 209 ; Muẖtaṣar, 73 a (Qarā Muḥammad Pacha) ; Damurdāšī, 175 (‛Alī Agha) ; Ğabartī, IV, 290 (Muṣṭafā Agha).

44 S.J. Shaw, The Financial, 226, 233 ; A. Raymond, « Problèmes urbains », 362. A.N. Caire, B 1 321, 1731 ; B 1 325, 9 juillet 1738 ; B 1 327, 5 octobre 1746 ; B 1 336, 29 juillet 1777. Archives de Vincennes, B 6 35, 10 novembre 1799.

45 Ibn Abī l-Surūr, Kitāb al-kawākib, 79 b ; Muẖtaṣar, 48 a ; Zubda, 7 b ; Aḥmad Čelebī, 150 ; Ğabartī, IV, 81.

46 A. Raymond, « Problèmes urbains », 362. A.N. Caire, Β 1 319, 29 avril 1721 ; Β 1 321, 1731 ; Β 1 327, 5 octobre 1746 ; Ğabartī, III, 4, 19, 39, 41, 208 ; IV, 215 (en 1814 : une lampe pour quatre boutiques), 279 (en 1817 : une lampe pour trois boutiques).

47 Ğabartī, III, 48, 208 ; Paul Kahle, « The Arabic shadow play in Egypt » ; Archives de Vincennes, Expédition, Β 6 61, 15 janvier 1801.

Table des illustrations

Titre PLANCHE C
Légende (En haut) Sabīl-kuttāb et takiya du Sultan Maḥmūd (xviiie s.) : Sabīl de type mamelouk (au premier plan) s’opposant à un sabīl arrondi de type ottoman (d’après P. Coste).(En bas) La Birkat al-Fīl entourée de maisons de plaisance (xviiie-xixe s.) (d’après la Description).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3300/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre PLANCHE D
Légende Al-Ġūriyya : Sabīl-kuttāb al-Ġūrī (xvie s.) (d’après P. Chardin, 1879).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3300/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre PLANCHE III
Légende L’alimentation du Caire en eau : localisation des fontaines publiques.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3300/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 656k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter