Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Palais et maisons du Caire. Tome II

 | 
Bernard Maury
, 
André Raymond
, 
Jacques Revault
, 
et al.

1re partie. Le Caire sous les ottomans (1517-1798)

L’extension de la ville et sa population

Texte intégral

Planche A

Planche A

Carte du Caire et de ses environs (d’après la Description de l’Égypte).

La ville au début du xvie siècle

  • 1 Nous avons étudié ce problème de l’évolution de la population du Caire, de l’époque mamelouke à la (...)

1Il est très difficile d’écrire l’histoire du Caire à l’époque ottomane parce que nos informations de base sur le Caire mamelouk sont étonnamment lacunaires. Les données les plus élémentaires nous échappent presque totalement : nous ne disposons, en particulier, d’aucune carte définissant, avec quelque précision, l’extension de la zone bâtie, carte que notre connaissance des édifices mamelouks et que la qualité et l’abondance des sources devraient pourtant permettre de dresser. Il n’est donc pas surprenant que notre connaissance d’un élément moins directement accessible, la population, soit plus médiocre encore1.

  • 2 Voir : Marcel Clerget, Le Caire, 1. 240-241 (un minimum de 600 000 h. dans la première moitié du x (...)
  • 3 M. Clerget, Le Caire, I. 240-241 : 430 000 habitants, en comptant Būlāq (25 000) et le Vieux Caire (...)

2On admet traditionnellement que la ville du Caire a atteint son apogée sous le long règne du sultan Nāṣir Muḥammad ibn Qalāwūn (entre 1293 et 1340). Plusieurs spécialistes du Caire considèrent que sa population aurait alors atteint 5 ou 600 000 habitants2. L’épidémie de peste de 1348 et l’invasion mongole du début du xve siècle auraient sensiblement réduit ce chiffre, l’époque de Maqrīzī (1364-1441) représentant, sans doute, le point le plus bas de la courbe à l’époque mamelouke. Un rétablissement partiel au xve siècle aurait ramené la population de la ville à un niveau plus élevé : Clerget propose le chiffre de 385 000 hab. vers 15503. La période ottomane aurait été ensuite caractérisée par une décadence urbaine à peu près continue, le chiffre de la population du Caire diminuant régulièrement jusqu’à la fin du xviiie siècle, pour laquelle Clerget donne le chiffre de 245 000 hab., 215 000 pour le Caire seul, sensiblement inférieur à celui de la Description de l’Égypte (263 000). Ce problème présente une grande importance pour nous puisque, pour apprécier l’évolution du Caire durant la période ottomane, il est évidemment essentiel de pouvoir déterminer, avec assez de précision, quel a été le point de départ.

  • 4 Dans son livre sur le Caire, J. Abu-Lughod, reproduisant les cartes dressées par Popper (Systemati (...)
  • 5 Nous avons essayé de montrer précédemment que leur nombre et leur localisation constituent des ind (...)
  • 6 Nous appellerons « Ḥusaïniyya », le faubourg situé au nord du Caire fatimide ; « Qāhira », la fond (...)

3Dans l’état actuel de notre documentation, le seul moyen qui nous permette de formuler des hypothèses sur l’importance de la population du Caire à l’époque mamelouke, est d’apprécier l’étendue de la ville. En attendant une cartographie précise du Caire mamelouk4, on peut essayer d’interpréter les indications que nous livre la localisation des monuments, des bains publics5, et enfin des quartiers d’habitation (ḥāra), telle que les H̲iṭaṭ de Maqrīzī nous permettent de la reconstituer, avec toute la prudence nécessaire, compte tenu des nombreuses incertitudes que l’on rencontre lorsque l’on s’efforce d’interpréter les données fournies par cet ouvrage, et dont la plus grave est parfois la datation même de ces informations. Cette réserve faite, la localisation des bains publics et des ḥāra d’après Maqrīzī, dans les grandes zones du Caire, nous paraît significative6 :

  • 7 Voir A. Raymond et G. Wiet, Les marchés du Caire.

4L’examen de la répartition des ḥammām et des ḥāra sur un plan du Caire amène à un certain nombre d’observations : très forte concentration dans Qāhira (90 % et 71 %) ; nombre appréciable de bains (7,8 % du total) et de quartiers (23,7 %) dans la zone sud ; très petit nombre (environ 2 % pour chaque élément) à l’ouest du H̲alīğ. Les conclusions qu’on doit en tirer ne sont pas moins évidentes. Nous pensons qu’aux xiv et xve siècles la population du Caire restait, pour l’essentiel, concentrée dans l’ancienne ville fatimide ; que l’urbanisation de la zone sud était déjà avancée, en particulier le long des grandes artères reliant bāb Zuwaïla à la Citadelle (par le darb al-Aḥmar) et à Fusṭāṭ (par la région d’Ibn Ṭūlūn) ; que le peuplement de la zone ouest était limité à des franges, le long du H̲alīğ — et de quelques axes de circulation vers bāb al-Baḥr et bāb al-Lūq. Cette hypothèse nous paraît confirmée par ce que nous savons de la répartition des centres économiques (marchés et caravansérails) à l’époque de Maqrīzī7 :

5Ce tableau, et la carte du Caire qui en rassemble les données, montrent bien que l’activité économique spécialisée (marchés et caravansérails) était, pour l’essentiel, concentrée dans Qāhira, le long de la Qaṣaba, avec quelques centres isolés dans la zone sud. Les marchés non spécialisés (suwaīqa), relativement nombreux dans la zone ouest, étaient groupés le long des grandes rues conduisant vers l’extérieur de la ville, à partir de bāb al-Ša’riyya et de bāb al-H̲arq autour desquelles se concentrait sans doute la population à cette époque.

  • 8 Mais il est bon de remarquer que, dans aucune des plus grandes villes de l’Occident (Constantinopl (...)

6Il est naturellement très hasardeux de tenter de tirer de données topographiques aussi lacunaires des évaluations concernant la superficie du Caire aux xiv-xve siècles, et encore plus de formuler des hypothèses sur sa population. Si nous nous y risquions, nous suggèrerions que, même au milieu du xive siècle, la surface effectivement construite ne pouvait guère dépasser 450 hectares dont Qāhira, avec 153 hectares, représentait le tiers. En tablant sur une densité moyenne de 400 habitants par hectare, ce qui nous paraît représenter un maximum pour des villes arabes à cette époque, le chiffre de la population du Caire vers 1340, se situerait aux environs de 200 à 250 000 habitants. Nous sommes donc très loin des chiffres proposés plus haut8.

7Les conséquences désastreuses qu’eurent pour le Caire la crise de 1348 et l’invasion mongole de 1400 sont longuement commentées par Maqrīzī dont le description de la ville énumère l’interminable chapelet des monuments et des quartiers abandonnés et tombés en ruines. Mais il n’est pas plus facile d’évaluer la perte de population que subit le Caire en un peu plus d’un demi siècle que de chiffrer cette population vers 1340. Un des rares éléments dont nous disposions est l’énumération des bains publics et la comparaison du nombre total des ḥammām mentionnés (cinquante-et-un) et du nombre que Maqrīzī signale comme étant en activité de son temps (vingt-neuf) : cette diminution de près de 40 % peut, dans une certaine mesure, être considérée comme un indice de l’ordre de grandeur du dépeuplement du Caire entre 1350 et 1440.

  • 9 Léon l’Africain, Description de l’Afrique, II, 503-507. Le chiffre des « unités recensées » d’Alep (...)

8La ville en déclin que décrit Maqrīzī bénéficia vraisemblablement d’une certaine restauration pendant la seconde moitié du xve siècle. Dans l’état actuel de nos connaissances il est à peu près impossible de l’apprécier avec précision et il est donc très difficile de décrire l’état de la ville au moment de la conquête de l’Égypte par les Ottomans en 1517. Sur sa population, nous ne pouvons tabler que sur les évaluations faites par Léon l’Africain qui séjourna en Égypte en 1517 et 1518, et qui connut donc le Caire dans les premiers temps de l’occupation ottomane. Bien que ce genre de chiffres soit généralement suspect, il nous paraît intéressant de commenter ceux que donne ce voyageur pour la population du Caire, en raison de la qualité des informations qu’il transmet en général. D’après Léon, la ville du Caire intra muros renfermait « dans les 8 000 feux ». Le faubourg « dit Beb Zuaila » (qui paraît correspondre à ce que nous appelons « zone sud ») comptait « dans les 12 000 feux ». Le faubourg de « Beb el-Loch » (c’est-à-dire sans doute la zone ouest, au-delà du Halīg) « dans les 3 000 feux ». Le total de 23 000 feux pour le Caire (Léon évalue la population de Būlāq à 4 000 feux) paraît raisonnable si on le compare aux chiffres des recensements faits, à peu près à la même époque, à Alep (10 270 unités recensées vers 1537) et à Damas (8 749 unités)9 car, à l’époque ottomane, la population du Caire semble avoir été toujours supérieure aux populations additionnées des deux grandes villes syriennes. Nous ne disposons pas du recensement ottoman qui a certainement été réalisé au Caire, comme à Damas et à Alep ; mais il n’est peut-être pas trop hardi de supposer que Léon a pu connaître, au Caire, des évaluations faites par les Ottomans après leur arrivée. 23 000 feux pourraient représenter environ 150 000 habitants, un chiffre qui nous paraît mieux correspondre à ce que nous savons du Caire mamelouk que les presque 400 000 hab. que propose Clerget. Par ailleurs la répartition même de la population, telle qu’elle résulte des chiffres donnés par Léon, nous paraît significative. La presque totalité de la population du Caire aurait alors habité « Qāhira » et la zone sud. La région ouest, avec seulement 3 000 feux sur 23 000, aurait été très peu urbanisée encore (13 % de la population totale).

  • 10 Voir l’article de Viktoria Meinecke-Berg, « Eine Stadtansicht des mamlukischen Kairo aus dem 16. J (...)

9Ces évaluations ne nous semblent pas être infirmées par les conclusions que l’on peut tirer de l’étude du plan de Matheo Pagano, qui a fait récemment l’objet d’études successives10. Il apparaît clairement que, en dépit de sa date de publication (1549), ce document remonte, pour l’essentiel de son information, à la fin de l’époque mamelouke, avec un complément de renseignements contemporains de l’arrivée des Ottomans (c’est ainsi que les chiffres de population donnés dans l’explication du plan sont empruntés à Léon l’Africain). La traduction graphique est remarquablement fidèle pour ce qui concerne la structure générale de la ville (contours extérieurs, tracé des rues principales). Mais le réalisateur de la carte en a rempli les vides en se préoccupant davantage de l’effet artistique produit que de la représentation de la densité réelle des constructions. Ceci est évident dans la zone sud (où un site naturel aussi important que la birka al-Fīl n’est pas mentionné) et surtout dans la zone ouest où aucune construction n’est identifiable, et où les étangs et espaces libres ne sont pas indiqués (exception faite de l’Azbakiyya). On doit donc en conclure que, dans cette région, l’occupation humaine était, comme aux xiv et xve siècles, limitée à un certain nombre de « coulées » de constructions, le long des principaux axes. Ainsi, tout en s’étendant sur un espace aussi vaste que l’agglomération dont les savants de l’Expédition feront le plan en 1798, la ville de 1517 n’était occupée d’une manière dense que dans la zone fatimide de Qāhira, et, à un moindre degré, dans la zone sud. Le peuplement de la zone ouest devait être un phénomène ultérieur, lié au développement de la ville sous les Ottomans.

Planche I

Planche I

Étendue du Caire à l’époque de Maqrīzī. (indiquée en pointillé sur le fond de carte de la Description).

Le développement du Caire sous les Ottomans

  • 11 Voir André Raymond, « Signes urbains », et « La conquête ottomane et le développement des grandes (...)

10Les difficultés que nous avons rencontrées pour rendre compte de l’évolution du Caire dans le dernier siècle de la période mamelouke se retrouvent pour la période ottomane. Si nous disposons d’un terminus ad quem apparemment satisfaisant avec l’évaluation faite par les auteurs de la Description de l’Égypte vers 1800, aucun chiffre véritablement solide ne nous permet de définir avec certitude ce que fut l’évolution de la ville à partir de l’installation des Ottomans. De ce point de vue, l’absence de tout document relatif aux recensements que firent certainement exécuter les occupants dans les premières décennies de la conquête (comme ils le firent ailleurs, et notamment en Syrie) est particulièrement regrettable. Les chiffres de Léon l’Africain dont nous avons déduit une évaluation voisine de 150 000 h. pour 1517 ne constituent qu’un médiocre palliatif à cette lacune. Du moins permettent-ils de donner une certaine assise à notre proposition que la période ottomane fut marquée, au Caire comme dans d’autres grandes villes arabes, par un net développement de la zone construite, et, corrélativement, par un accroissement sensible de la population. Mais c’est dans l’histoire de la ville elle-même, dans l’histoire des constructions qui y furent élevées et des évènements urbains dont elle fut le théâtre, que nous devrons rechercher l’essentiel des éléments de cette démonstration, sans que nous échappe le caractère aléatoire, et lacunaire, des résultats auxquels cette enquête sur les signes urbains permet de parvenir11.

11Un certain nombre d’éléments conduisent à conclure à une expansion de la ville, en particulier dans les deux premiers siècles de l’époque ottomane, le développement démographique expliquant une poussée progressive, d’abord vers la zone sud, puis vers la zone ouest, moins densément occupées que la région de Qāhira.

  • 12 Voir : A. Raymond, « Le déplacement des tanneries à Alep, au Caire et à Tunis à l’époque ottomane  (...)
  • 13 Voir la thèse de Madame Hadaya Taïmur, Ğāmi al-Malika Ṣafiya. Ces deux mosquées sont classées sou (...)

12Le déplacement des tanneries constitue dans toute ville un utile « indicateur » de croissance urbaine. Les tanneries (āmadbiġ) sont généralement installées sur la lisière des villes pour des raisons bien connues : nécessités de l’approvisionnement en peaux qui les lient souvent aux marchés aux bestiaux et aux abattoirs, eux-mêmes normalement installés à la limite de la ville ; besoins en eau ; besoins en espaces libres pour le séchage des peaux ; nuisances diverses qui en rendent le voisinage pénible (odeurs). Un déplacement des tanneries peut être rendu nécessaire en période de croissance urbaine lorsqu’elles sont englobées dans le tissu urbain, ce qui soumet la population à des contraintes difficilement supportables. C’est à un phénomène de ce genre que l’on a assisté au Caire vers 1600. Jusqu’à la fin du xvie siècle les tanneries du Caire s’étendaient sur une surface d’environ quatre hectares dans une zone située à trois cents mètres seulement de la limite sud de la ville fatimide, à mi-chemin entre bāb Zuwaïla et birka al-Fīl, leur présence constituant d’ailleurs une raison supplémentaire pour penser que la ville de la fin de la période mamelouke n’était guère développée dans cette direction. Le déplacement des tanneries est mentionné par l’historien égyptien ’Alī Pacha Mubārak qui cite, dans ses H̲iṭaṭ, des documents du xie siècle de l’Hégire faisant état du transfert des madābiġ de la région de bāb Zuwaïla vers la région suburbaine de bāb al-Lūq, à l’extrême ouest de la ville. ‘Alī Pacha mentionne explicitement les causes de ce transfert : l’accroissement de la population du Caire et l’installation d’un nombre sans cesse croissant d’habitants dans une région toute proche du cœur de la ville obligèrent à déplacer les tanneries en raison des désagréments (et en particulier des mauvaises odeurs) que leur présence causait au voisinage. La nouvelle localisation présentait de ce point de vue de nombreux avantages : cette région était peu urbanisée encore ; l’eau y abondait (birka, canal, Nil) ; enfin, la situation excentrique de bāb al-Lūq favorisait l’installation de marchés au bétail et d’abattoirs. La date mentionnée par ‘Alī Pacha pour cet important événement urbain est malheureusement imprécise : le « xie siècle » de l’Hégire commence en 1592 et se termine en 1687. Mais plusieurs documents (ḥuğğa) conservés dans les archives des Maḥkama du Caire, dans lesquels il est question du « quartier des anciennes tanneries » (ẖaṭṭ al-madābiġ al-qadīma) et des « nouvelles tanneries » (al-madābiġ al-ğadīda), permettent de préciser la date du transfert et de le fixer dans les premières années du xviie siècle, ou même les dernières du xvie12. Ce déplacement permit le développement des quartiers situés immédiatement au sud du Caire fatimide où s’installa le trop-plein de la population de Qāhira. C’est à ce développement qu’il faut lier, naturellement, la construction, entre bāb Zuwaïla et birka al-Fīl, de quelques unes des plus importantes mosquées du Caire ottoman, et en particulier de la mosquée de Malika Ṣafiya (1610) et de celle de Burdaïnī (1616)13. Ce transfert rendit également possible, un peu plus tard, les grandes entreprises d’urbanisme de l’émir Riḍwān Bey, qui installa près de là sa résidence et son grand souq couvert (Qaṣaba Riḍwān).

Planche II

Planche II

Le Caire à l’époque ottomane.

  • 14 A. Raymond, « Essai de géographie des quartiers de résidence aristocratique au Caire au xviiie siè (...)
  • 15 A. al-Ğabartī, ‘Ağā’ib al-āṯār, IV, 40 ; traduction, VIII, 85.

13Un second indice de cette croissance urbaine et du peuplement progressif, d’abord de la zone sud, puis de la zone ouest, nous est fourni par les déplacements successifs des quartiers de résidence de la caste dominante de l’Égypte14. Au début du xvie siècle, beaucoup d’émirs résidaient encore dans les quartiers anciens de Qāhira (17 % des résidences recensées) et à proximité de la Citadelle (36 %). Nous pensons que le peuplement du centre de la ville, et le développement des activités commerciales dans Qāhira et près de la Citadelle, avec la multiplication des marchés et des caravansérails (ẖān et wakāla) figurent parmi les raisons qui amenèrent les émirs à rechercher des quartiers plus calmes, et où ils pouvaient disposer d’espaces libres nécessaires pour la construction de palais où devaient également loger leurs suites et leurs troupes. Un recensement, effectué entre 1650 et 1755, montre que, à cette époque, 40 % des émirs dont nous connaissons la résidence habitaient autour de la birka al-Fīl, au centre de la zone sud : débarrassé, vers 1600, de la gênante présence des tanneries, ce vaste étang était à cette époque le lieu de résidence par excellence des émirs qui avaient déserté Qāhira (6 % seulement des résidences) et les environs de la Citadelle (17 %) monopolisés par des activités économiques diverses. Enfin, au xviiie siècle, c’est probablement l’urbanisation progressive de la zone sud qui amena les émirs à aller s’installer, en nombre croissant, à l’ouest de la ville, au-delà du Halīg, dans une zone plus aérée où abondaient les espaces libres (jardins et étangs) et où les activités artisanales et commerciales étaient peu développées. En 1798, 47 % des résidences d’émirs localisées étaient situées sur la rive gauche du Halīg, dont un tiers à peu près autour du grand étang de l’Azbakiyya (15 % du total). A cette date, la birka al-Fīl n’était plus habitée que par 20 % des émirs. Nous reviendrons plus loin sur cette migration des émirs dont seule nous intéresse ici la signification urbaine, le peuplement progressif de Qāhira puis de la zone sud : c’est ce mouvement qui chassait progressivement les émirs qui, tels al-Alfī Bey (dont la résidence était établie sur la rive de l’Azbakiyya), évitaient le centre de la ville15.

  • 16 A. Raymond, « Les porteurs d’eau du Caire » ; à corriger et compléter par A. Raymond, « Les fontai (...)

14De cette urbanisation des quartiers sud, puis des quartiers ouest de la ville, sous l’effet de la progression de la population et de son débordement des zones anciennes vers des zones encore libres, le mouvement de construction des sabīl/fontaines rend parfaitement compte16. La localisation des sabīl qui sont les édifices les plus typiques de l’époque ottomane (nous avons pu en localiser 308, et il en subsiste 62 sur la liste des monuments classés) est naturellement en rapport avec celle de la population à laquelle ils fournissaient, souvent grâce à une fondation charitable financée par un waqf, l’eau potable dont elle avait besoin pour sa subsistance quotidienne. Elle fournit donc une indication utile sur la répartition de la population à l’intérieur du Caire. D’autre part le mouvement de construction de ces édifices est évidemment lié au mouvement de la population, l’édification de nouveaux sabīl suivant, avec un certain retard, l’augmentation de la population dans une zone déterminée. Le tableau des constructions de sabīl, abreuvoirs et citernes publics construits entre 1517 et 1798, par périodes de cinquante ans, est parfaitement démonstratif de ce point de vue :

15Si l’on admet qu’il y avait en effet une certaine corrélation entre l’implantation de sabīl et la population qu’ils desservaient, les conclusions auxquelles conduisent ces chiffres sont évidentes et elles nous paraissent confirmer ce que nous avons dit plus haut de l’évolution de la population au Caire à l’époque ottomane : le fort mouvement de construction de sabīl dans la zone sud à partir du début du xviie siècle, suit une forte expansion démographique dans cette région. La zone ouest n’est guère touchée par ce mouvement jusqu’à la fin du xviie siècle. C’est à partir de 1700 que le mouvement de construction de sabīl dans la région située au-delà du H̲alīg indique le peuplement dont cette zone est maintenant le théâtre, peuplement qui a dû commencer dès le siècle précédent, et qui a pour effet la construction de fontaines publiques.

  • 17 Sur ce problème voir A. Raymond, « La conquête ottomane », et « The Ottoman conquest and the devel (...)

16Cette expansion du Caire et l’essor démographique dont elle était la conséquence ne peuvent surprendre que si l’on s’en tient aux stéréotypes qui ont longtemps eu force de loi dans l’histoire de la période ottomane, stéréotypes suivant lesquels la domination ottomane aurait représenté pour les pays arabes une ère de décadence ininterrompue, dans tous les domaines : déchéance politique, recul économique, atonie culturelle auraient été le lot des provinces arabes, de la conquête à l’effondrement de l’Empire. Or un certain nombre d’éléments permettent au contraire de décrire les débuts de la conquête ottomane comme une ère de développement économique, du moins dans les grandes villes arabes, dont l’essor est frappant, qu’il s’agisse d’Alep, du Caire ou de Damas17. Notons d’abord que le déclin avait précédé la conquête ottomane : la chose est évidente en ce qui concerne l’État mamelouk, et nous l’avons vérifiée plus haut pour le Caire en particulier. Il est vrai que la conquête ottomane ravala le Caire, capitale d’un État jadis puissant et prospère, au rang de métropole provinciale d’un empire dont la capitale était Istanbul et que dominait l’ethnie turque. Mais il s’agissait d’un empire immense, la plus vaste construction politique qu’ait connue l’Occident depuis la chute de l’Empire Romain. Au sein de cet ensemble, unifié des steppes de la Russie méridionale au Yémen, et des frontières de l’Iran à celles du Maroc, la circulation des hommes, et des biens, devait rester libre pendant quatre siècles. Un énorme marché commercial fut ainsi ouvert aux villes que leur situation géographique, leurs activités et leurs aptitudes économiques plaçaient dans une situation favorable pour profiter des occasions que leur offrait la constitution de l’Empire et de son énorme marché intérieur.

17C’était naturellement le cas du Caire, ville qui, située à la charnière de la Méditerranée, de l’Afrique et de l’Asie, était le centre de redistribution normal des produits de l’Occident (objets manufacturés et en particulier tissus) et l’Orient (épices et étoffes). Même l’entrée des Européens dans l’Océan Indien, dans les dernières années du xve siècle, ne devait pas compromettre à long terme la puissance commerciale du Caire, tant était forte sa position comme point de passage du trafic maritime, de l’Océan Indien et de la Mer Rouge vers la Méditerranée, et du trafic terrestre, de l’Afrique à l’Asie antérieure. Si le commerce lointain (Asie du Sud-est et Extrême-Orient) fut effectivement détourné vers l’Europe, les relations avec les régions plus rapprochées restèrent sous le contrôle du Caire qui bénéficia par ailleurs largement de l’essor que l’existence de l’Empire donna à ses activités de redistribution. Le commerce des produits orientaux qui avait fait la prospérité des marchands kārimī du Caire sous les Mamelouks ne se tarit pas immédiatement ; dans les successions des grands négociants du Caire (tuğğār) les épices, et en particulier le poivre, se maintiennent jusqu’au xviiie siècle. Surtout, dès le milieu du xvie siècle, apparaît un nouveau produit, le café, bunn qahwa, qui s’impose en quelques années et fait bientôt l’objet d’un trafic actif à l’intérieur de l’Empire (dès 1554 un café s’ouvre à Istanbul), puis avec les pays européens. Vers la fin du xviie siècle, sur les 200 000 qx de café qu’exporte le Yémen, la moitié environ passe par le Caire, dont 50 000 sont redistribués dans l’Empire, et de grandes quantités vers l’Europe : au début du xviiie siècle la France consacre au café la moitié de ses achats en Égypte (plus de 20 000 qx). A la fin du xviiie siècle encore, malgré un fléchissement dû à la concurrence du café des Îles, le commerce d’importation du café représente, avec environ 300 000 000 de paras, le tiers des importations de l’Égypte et, au Caire, plus de soixante caravansérails (sur un total de 360) sont consacrés au commerce de ce produit. Le Caire reste donc un des principaux centres du grand commerce international dont la création de l’Empire a renforcé, non affaibli, la position.

18Il y a un autre domaine dans lequel l’existence d’un très vaste ensemble politique devait avoir des conséquences bénéfiques pour le Caire : la libre circulation des individus, et la sollicitude des gouvernants ottomans, eurent pour résultat un développement du pèlerinage qui fut particulièrement avantageux pour le Caire, principal lieu de rassemblement et de départ des pèlerins. Les caravanes de pèlerins qui se concentraient, chaque année, au Caire (30 000 ou 40 000 personnes) servaient de véhicule à un trafic commercial qu’il est difficile d’évaluer, mais qui était évidemment considérable. Des courants ayant leur origine dans toutes les parties de l’Empire, et dans les régions islamisées de l’Afrique, apportaient au Caire les produits les plus variés ; au retour les produits de l’Orient affluaient au Caire avant d’être redistribués dans toutes les provinces.

  • 18 C’est à cet essor commercial que l’on doit, à Rašīd/Rosette, la floraison des admirables maisons e (...)
  • 19 Ces chiffres sont fondés sur les listes données en appendices du livre de A. Raymond et G. Wiet, L (...)

19Cet essor commercial qui ne bénéficia pas au seul Caire ainsi que le montre le développement spectaculaire des ports de Būlāq et de Rašīd/Rosette, au xvie siècle18, est difficilement mesurable : aucune statistique ne nous permet de le chiffrer. Mais il apparaît avec netteté dans l’impressionnant appareil commercial dont la ville fut alors dotée. La comparaison entre le nombre des centres commerciaux recensés par Maqrīzī, au début du xve siècle, et le nombre des marchés et caravansérails dont l’existence est attestée à l’époque ottomane est, de ce point de vue, tout à fait significative. Maqrīzī mentionne 87 sūq et suwaīqa ; pour la période ottomane nous avons pu en relever 145. Mais le bond en avant est surtout impressionnant en ce qui concerne les caravansérails où s’effectuait l’essentiel du grand commerce international et du commerce de gros : alors que Maqrīzī énumére 58 qaīsāriyya, ẖān et funduq, les sources ottomanes utilisées nous ont permis de relever 360 wakāla et ẖān pour la période 1517-179819. Sur le plan du Caire, la zone de grande activité commerciale, que le texte de Maqrīzī permet de délimiter, ne déborde guère de la Qaṣaba, artère centrale du Caire, entre bāb al-Futūḥ et bāb Zuwaïla, et des rues adjacentes, soit une superficie d’environ 20 hectares. A l’époque ottomane, cette zone centrale prolifère, s’étend à des régions nouvelles (par exemple Ğamāliyya) et couvre une quarantaine d’hectares. Par ailleurs des zones d’activités économique spécialisées se développent, en dehors même de Qāhira, et des centres indépendants se constituent, dans la région de bāb al-Ša‛riyya, de la Citadelle, d’Ibn Ṭūlūn et de bāb al-Lūq.

Planche Β

Planche Β

(En haut) wakāla Ḏūlfiqār (xviie s.) : cour intérieure entourée de galeries superposées.
(En bas) wakāla Qāyt-bāy (xve s.) : portail monumental et façade avec boutiques (d’après P. Coste).

La ville vers 1798

20Le développement du Caire, à partir du début du xvie siècle, eut pour étapes le surpeuplement de la zone de Qāhira, dont le centre était de plus en plus exclusivement voué aux activités commerciales et artisanales, le peuplement progressif de la zone sud, puis de la zone ouest ; tous ces caractères nouveaux apparaissent dans la carte de la Description de l’Égypte, vers 1798. A cette époque, il ne restait plus guère d’espaces non bâtis à l’intérieur du « périmètre urbain ». La zone de Qāhira (153 hectares) était entièrement construite. Dans le quartier sud les seules zones libres étaient la vaste birka al-Fīl, autour de laquelle s’élevaient beaucoup de belles résidences (14 hectares), et les grandes places de Rumaïla et de Qarāmaīdān (11,5 ha) : au total 25,5 ha, ce qui laissait une surface bâtie de 266 hectares. La zone ouest faisait encore exception avec ses birka (la plus vaste, celle de l’Azbakiyya mesurait 19 hectares), ses jardins (16,4 hectares) et ses cimetières : un peu plus de 43 hectares sur une surface totale de 259, soit une surface bâtie de 215 hectares.

21Pour l’ensemble de la ville, la zone bâtie (rues et petites places non défalquées) s’élevait, Ḥusaīniyya compris, à 660 hectares (pour une surface totale de 730). La carte de la Description qui donne le détail des rues montre bien qu’il s’agissait désormais d’une zone véritablement bâtie, et non d’un remplissage de fantaisie comme dans les plans les plus anciens de la ville. Sur ce point l’étude de certains types de monuments nous apporte une confirmation utile. La répartition des ḥammām (bains publics) et des sabīl (fontaines publiques) dans les grandes zones du Caire, qui est conforme à celle de la population qui les utilisait pour ses besoins quotidiens, est à peu près égale. En se référant aux seules données fournies par la Description on aboutit au tableau suivant :

  • 20 Sur l’ensemble de ces problèmes, voir A. Raymond, « Signes urbains ».

22La concordance relative de ces deux séries de données, qui concernent l’une, la surface, et l’autre, des constructions dont la répartition est en rapport direct avec celle de la population, est frappante et autorise deux conclusions : la première, que l’ensemble de la zone couverte par la carte de la Description était assez également peuplé ; la seconde, que les écarts constatés s’expliquent vraisemblablement par des différences de densité suivant les diverses zones du Caire20. Pour une population estimée à 263 000 hab. par Jomard la densité globale du Caire s’établit à 398 hab/ha (total de la surface bâtie 660 ha). En estimant, d’après le nombre relatif des sabīl et des ḥammām, la population de Ḥusaīniyya à environ 3 % du total, celle de Qāhira à un peu plus d’un tiers, celle de la zone sud aux deux cinquièmes, et celle de la zone ouest à un peu moins d’un quart, on peut proposer les chiffres suivants pour la population et la densité de chaque grande région :

  • 21 L. Torrès Balbas, « Les villes musulmanes d’Espagne et leur urbanisation ». Voir en particulier, p (...)
  • 22 A. Lézine, Deux villes d’Ifriqiyya, 169.

23La densité globale du Caire, voisine de 400 habitants, paraît conforme aux indications (peu nombreuses) que nous avons sur la densité moyenne des villes arabes. Torrès Balbas arrive à un chiffre très proche pour les villes andalouses médiévales : 348 hab/ha21 ; pour une époque et pour une région très différentes (Tunis vers 1881) Lézine propose une évaluation tout à fait semblable ((380 hab/ha)22. On peut donc considérer cette moyenne de 400 hab/ha comme vraisemblable. Les chiffres par grande zone du Caire paraissent également « raisonnables » : la densité particulièrement forte dans Qāhira s’explique par le surpeuplement relatif du centre économique de la ville où abondaient les structures élevées, de 2, 3 et même 4 étages (wakāla et rab’) dans lesquelles vivait une population très concentrée (plusieurs centaines de personnes dans certains immeubles collectifs) ; la densité moyenne, dans les quartiers sud, correspond aux caractères de cette zone où coexistaient des régions de grande activité économique et des zones de résidence ; la densité faible de Ḥusaīniyya et de la zone ouest est en rapport avec le caractère marginal de ces quartiers, déjà proches de la campagne, et où les zones vouées à la résidence (bourgeoise et riche à l’ouest) étaient particulièrement étendues.

  • 23 La Description donne plusieurs évaluations différentes : 300 000 habitants (Chabrol, Essai sur les (...)
  • 24 Voir la communication présentée par Daniel Panzac, « Épidémies et démographie en Égypte au xixe si (...)
  • 25 Voir A. Raymond, « La population du Caire de Maqrīzī à la Description de l’Égypte » ; et « La popu (...)

24Le rapprochement du chiffre de la population du Caire que donne la Description, 263 000 habitants vers 179823 et de l’évaluation que nous avons proposée plus haut pour le début du xvie siècle (150 000 au plus) illustre l’augmentation de population que connut Le Caire pendant ces trois siècles, augmentation dont nous avons essayé de trouver des indices dans l’histoire même de la ville. Mais il serait inexact d’imaginer que cette progression fut régulière : tous les éléments dont nous disposons nous font penser le contraire. Dans les conditions qui étaient celles d’une ville restée « médiévale », le taux d’accroissement naturel ne devait guère dépasser une moyenne de 5 pour mille24. Un rythme d’accroissement aussi faible ne mettait pas le Caire à l’abri des calamités naturelles qui l’affectaient périodiquement, famines souvent suivies de graves épidémies. Les pertes énormes qu’éprouvait la population en quelques mois (pertes dont la crise de 1348 donne un exemple particulièrement catastrophique) ne pouvaient être réparées qu’au terme de longues décennies de calme et de relative prospérité. Les nombreux accidents démographiques que mentionnent nos sources vinrent donc certainement interrompre la progression qui, commencée au xvie siècle et poursuivie au xviie, eut pour conséquence le peuplement progressif des zones situées au sud et à l’ouest de Qāhira. Bien qu’une telle évaluation ne repose sur aucun élément précis, nous pensons que la population du Caire put atteindre, vers la fin du xviie et le début du xviiie siècle, environ 300 000 habitants. La seule justification d’un chiffre aussi élevé est la constatation que l’évaluation de la Description, vers 1798, se place certainement à un point bas de la courbe, alors que le Caire commençait à peine à se remettre d’une des crises les plus violentes, et les plus longues, qu’il eût connues depuis le début de la période ottomane25.

  • 26 Ğabartī, I, 203, 252 ; traduction, II, 141-142, 219.
  • 27 Sur cette crise voir André Raymond, Artisans et commerçants au Caire au xviiie siècle, I, 100-104. (...)
  • 28 Ğabartī, II, 238-239 ; traduction, V, 177-178.

25Les crises périodiques de subsistances (une cherté tous les dix ans environ), les épidémies avaient marqué l’histoire du Caire pendant deux siècles, certaines d’une manière particulièrement grave, comme la crise de 1694-1696. Des périodes de relative prospérité permirent en général le rétablissement d’une situation normale. Ce fut le cas par exemple entre 1740 et 1770, lorsque le Caire, et l’Égypte, connurent une ère de prospérité que le chroniqueur célèbre avec un lyrisme que la perspective des malheurs qu’allait connaître l’Égypte justifie assez : à l’époque d’Ibrāhīm et de Riḍwān Kathudā (entre 1743 et 1755), écrit Ğabartī, « la sécurité et la tranquillité n’avaient cessé de régner. La population jouissait d’un bien-être général et les articles de consommation étaient à un bon marché incroyable... L’Égypte était, à cette époque, éblouissante de beauté... Le pauvre y menait une vie large, le petit, aussi bien que le grand y vivaient à l’aise »26. La situation changea à partir de 1770. Des changements politiques, sur lesquels nous reviendrons plus loin, accentuèrent l’oppression qui pesait sur les indigènes, alors que les bases mêmes de la prospérité économique de l’Égypte, commençaient à être ébranlées, sous l’effet, en particulier de la pénétration commerciale européenne, et de l’affaiblissement de la cohésion interne de l’Empire. A partir de 1780 le pays se trouva plongé dans une crise qui allait durer jusqu’après 179027. L’aggravation des rivalités entre les principaux clans mamelouks pour la conquête du pouvoir et l’exploitation des profits qu’il assurait à celui qui le détenait maintinrent un état d’anarchie presque permanent, avec le cortège d’exactions et de violences auxquelles donnaient inévitablement naissance les conflits entre émirs. Enfin, après 1780, l’Égypte subit une crise économique et monétaire comme elle n’en avait pas connu depuis 1517. La cherté fut extrême, le prix du blé atteignant des sommets (1 300 niṣf fiḍḍa l’ardabb en 1784), et elle produisit ses effets habituels, disette, famine et épidémie qui décimèrent la population du Caire. Le voyageur Potocki, arrivé au Caire le 23 août 1784, décrivait les rues jonchées de vieillards, de femmes et d’enfants exténués par la faim, et, en décembre de la même année, le consul de France assurait qu’il mourait au Caire 500 personnes par jour. Après une brève accalmie, l’Égypte entra, en 1789, dans une crise encore plus grave : redoublement de violences intérieures dont le résultat fut parfois de menacer le ravitaillement en blé du Caire ; épidémie de peste qui, en 1791, fit des ravages dans les rangs même des émirs (14 sandjaqs beys moururent successivement), et fit jusqu’à 1 500 ou 2 000 morts par jour ; cherté et famine : le blé atteignit, en 1792, le prix record de 1620 paras l’ardabb. La ville, écrit Ğabartī, était remplie de gens qui criaient misère : « dans les rues on ne pouvait faire un pas sans mettre le pied sur des créatures humaines accablées de misère et de faim. On se disputait la chair des cadavres... Il y eut même des gens qui mangèrent des petits enfants »28. Pendant plusieurs années encore les prix restèrent anormalement élevés et, en trois ans, de 1793 à 1796, le para perdit un tiers de sa valeur, autant que ce qu’il avait perdu pendant les soixante ans qui avaient précédé.

26C’est donc une ville en partie dépeuplée et sortant à peine d’une crise exceptionnellement violente que découvrirent, et décrivirent les savants de l’Expédition de 1798. Mais ce déclin était récent et des temps meilleurs auraient pu en effacer les traces, comme avaient été effacés les effets des crises précédentes. De toute manière, en dépit de ces malheurs récents, le Caire était plus étendu, et plus peuplé, qu’il ne l’avait jamais été avant 1517 ; et le nombre et l’activité de ses marchés et de ses caravansérails témoignaient de la vitalité d’une métropole qui ne le cédait en importance qu’à Istanbul.

Notes

1 Nous avons étudié ce problème de l’évolution de la population du Caire, de l’époque mamelouke à la fin de l’époque ottomane, dans « La population du Caire de Maqrīzī à la Description de l’Égypte », et dans une communication présentée au symposium « Art of the Mamluks », à Washington (13-16 mai 1981) : « The size and population of Cairo at the beginning of the xvth century » (en cours de publication).

2 Voir : Marcel Clerget, Le Caire, 1. 240-241 (un minimum de 600 000 h. dans la première moitié du xive siècle) ; Janet Abu-Lughod, Cairo, 37 (un demi million d’habitants) ; Michael Dols, The Black Death, 202 (qui donne un chiffre un peu inférieur, 451 008, mais admet que les évaluations de Clerget et Abu-Lughod « are not at all unlikely »).

3 M. Clerget, Le Caire, I. 240-241 : 430 000 habitants, en comptant Būlāq (25 000) et le Vieux Caire (20 000). M. Dols, en se basant sur les évaluations de Léon l’Africain, avance des chiffres plus modestes (entre 177 500 et 213 000, c’est-à-dire, Būlāq et le Vieux Caire exclus, entre 132 500 et 159 000) (Black Death, 196).

4 Dans son livre sur le Caire, J. Abu-Lughod, reproduisant les cartes dressées par Popper (Systematic Notes, plans 8 à 11), suggère que Le Caire du xve siècle avait une étendue bâtie à peu près égale à celle de la ville de la Description de l’Égypte. Mais si Popper a utilisé le plan du Caire de la Description comme fond de carte, il n’a pas avancé que Le Caire du xve siècle avait les mêmes dimensions que la ville de 1798.

5 Nous avons essayé de montrer précédemment que leur nombre et leur localisation constituent des indices utilisables pour définir l’étendue et la population d’une ville. Voir en particulier : A. Raymond, « Signes urbains et étude de la population des grandes villes arabes à l’époque ottomane ».

6 Nous appellerons « Ḥusaïniyya », le faubourg situé au nord du Caire fatimide ; « Qāhira », la fondation fatimide limitée par les murs au nord, à l’est et au sud, et par le canal du Caire (H̲alīğ), à l’ouest ; « zone sud », la région qui s’étend au delà du mur sud de Qāhira, et à l’est du Halīğ ; « zone ouest », la région située à l’ouest du Halīğ. Pour la localisation des ḥammām à l’époque mamelouke, voir A. Raymond, « La localisation des bains publics au Caire au xve siècle, d’après les H̲iṭaṭ de Maqrīzī », Pour les ḥāra, nous avons dépouillé le chapitre correspondant des H̲iṭaṭ de Maqrīzī (II, 2-23), ce qui nous a amené à compléter, et à corriger, la carte donnée par J. Abu-Lughod (Cairo, 42-43).

7 Voir A. Raymond et G. Wiet, Les marchés du Caire.

8 Mais il est bon de remarquer que, dans aucune des plus grandes villes de l’Occident (Constantinople exceptée) la population n’approchait un tel chiffre. La population de Paris, en 1328, est estimée à 80 000 habitants (pour 437 hectares bâtis) ; celle de Londres, en 1377, à 60 000 habitants (pour 288 hectares). (Voir J.C. Russell, Medieval Regions and their Cities, 124, 150). Voir la planche I « Étendue du Caire à l’époque de Maqrīzī ». Le fond de carte, et le carroyage, sont ceux de la Description de l’Égypte.

9 Léon l’Africain, Description de l’Afrique, II, 503-507. Le chiffre des « unités recensées » d’Alep, obtenu en totalisant les différents éléments mentionnés, ẖāna, muğarrad, imām, est tiré du Tapu defteri n° 397, pp. 12-75, dont l’original est déposé dans le Başvekâlet arşiv dairesi (Istanbul), et dont nous avons pu consulter le microfilm dans le Centre Historique de l’Université de Amman, grâce à l’obligeance et à l’aide de M. A. Bakhit, à qui nous sommes heureux de pouvoir exprimer ici notre vive reconnaissance. Pour Damas nous avons utilisé la thèse de M. Adnan Bakhit, The Ottoman Province of Damascus in the sixteenth century, 57, où sont données les informations tirées du Tapu defteri 401 (1543) : ici encore nous additionnons les données concernant les « households », les « bachelors » et les imām.

10 Voir l’article de Viktoria Meinecke-Berg, « Eine Stadtansicht des mamlukischen Kairo aus dem 16. Jahrhundert ». Cette carte et sa notice ont été étudiées par Sylvie Denoix dans un mémoire de maîtrise, Cartographie et Littérature de voyage : un exemple cairote, soutenu à Aix en Provence en 1979.

11 Voir André Raymond, « Signes urbains », et « La conquête ottomane et le développement des grandes villes arabes ». Voir sur la topographie du Caire la planche II, « Le Caire à l’époque ottomane ».

12 Voir : A. Raymond, « Le déplacement des tanneries à Alep, au Caire et à Tunis à l’époque ottomane : un « indicateur » de croissance urbaine ». Également : « Problèmes urbains et urbanisme au Caire aux xviie et xviiie siècles », 369-370. Je dois à Madame Hadaya Taïmur, à qui j’exprime ma très vive reconnaissance, la communication de plusieurs documents significatifs en ce qui concerne la date du transfert des tanneries du Caire. Diverses ḥuğğa des Archives du Maḥkama mentionnent la présence des madābiġ près de bāb al-H̲arq à la fin du xvie siècle : par exemple le document n° 36 du registre 371 du Tribunal des Portes Sa’âda wa l-H̲arq (années 998-999/1589-1591). Quelques années plus tard la waqfiyya de la mosquée Malika Ṣafiya (1033/1623) mentionne déjà les « anciennes tanneries » (al-madābiġ al-qadīma), sur le même emplacement.

13 Voir la thèse de Madame Hadaya Taïmur, Ğāmi al-Malika Ṣafiya. Ces deux mosquées sont classées sous les numéros 200 et 201 et localisées par la Description de l’Égypte en 153 08 et 322 07.

14 A. Raymond, « Essai de géographie des quartiers de résidence aristocratique au Caire au xviiie siècle ».

15 A. al-Ğabartī, ‘Ağā’ib al-āṯār, IV, 40 ; traduction, VIII, 85.

16 A. Raymond, « Les porteurs d’eau du Caire » ; à corriger et compléter par A. Raymond, « Les fontaines publiques (sabīl) du Caire à l’époque ottomane (1517-1798) ». Voir les planches C et D.

17 Sur ce problème voir A. Raymond, « La conquête ottomane », et « The Ottoman conquest and the development of the great Arab towns ».

18 C’est à cet essor commercial que l’on doit, à Rašīd/Rosette, la floraison des admirables maisons et caravansérails dont un certain nombre ont subsisté jusqu’à nos jours : voir A. Lézine et A. Abdultawab, « Introduction à l’étude des maisons anciennes de Rosette ». Dans son article « Būlāq, an endangered historic area of Cairo », Nelly Hanna donne une liste des principaux monuments de Būlāq qui montre bien la vigueur du développement de ce port à l’époque ottomane : elle ne comporte pas moins de 25 wakāla sur un total de 64 monuments mentionnés.

19 Ces chiffres sont fondés sur les listes données en appendices du livre de A. Raymond et G. Wiet, Les marchés du Caire. Voir la planche B.

20 Sur l’ensemble de ces problèmes, voir A. Raymond, « Signes urbains ».

21 L. Torrès Balbas, « Les villes musulmanes d’Espagne et leur urbanisation ». Voir en particulier, parmi ses nombreux articles, « Extension y demografia de los Ciudades hispano musulmanas ».

22 A. Lézine, Deux villes d’Ifriqiyya, 169.

23 La Description donne plusieurs évaluations différentes : 300 000 habitants (Chabrol, Essai sur les mœurs, 364-365) ; 263 700 et 263 000 (Jomard, Description abrégée de la ville du Kaire, 586, et Ville du Kaire, 695).

24 Voir la communication présentée par Daniel Panzac, « Épidémies et démographie en Égypte au xixe siècle », lors du colloque d’Aix sur l’Égypte au xixe siècle (1979), publié dans L’Égypte au xixe siècle, CNRS, 1982.

25 Voir A. Raymond, « La population du Caire de Maqrīzī à la Description de l’Égypte » ; et « La population du Caire et de l’Égypte à l’époque ottomane et sous Muḥammad ‛Alī ».

26 Ğabartī, I, 203, 252 ; traduction, II, 141-142, 219.

27 Sur cette crise voir André Raymond, Artisans et commerçants au Caire au xviiie siècle, I, 100-104. Archives Nationales, Alexandrie, B 1 113, 5 décembre 1784. J. Potocki, Voyages en Turquie et en Égypte, 113.

28 Ğabartī, II, 238-239 ; traduction, V, 177-178.

Table des illustrations

Titre Planche A
Légende Carte du Caire et de ses environs (d’après la Description de l’Égypte).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3298/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3298/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3298/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre Planche I
Légende Étendue du Caire à l’époque de Maqrīzī. (indiquée en pointillé sur le fond de carte de la Description).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3298/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 812k
Titre Planche II
Légende Le Caire à l’époque ottomane.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3298/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 730k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3298/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre Planche Β
Légende (En haut) wakāla Ḏūlfiqār (xviie s.) : cour intérieure entourée de galeries superposées.(En bas) wakāla Qāyt-bāy (xve s.) : portail monumental et façade avec boutiques (d’après P. Coste).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3298/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3298/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3298/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 68k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter