Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Palais et maisons du Caire. Tome II

 | 
Bernard Maury
, 
André Raymond
, 
Jacques Revault
, 
et al.

Préface

Robert Mantran

Texte intégral

Manzil Suhaymī : cour et jardin intérieurs dominés par la grande mašrabiyya de la qā'a du harem, au-dessus d'un portique (tahtabuš).

Manzil Suhaymī : cour et jardin intérieurs dominés par la grande mašrabiyya de la qā'a du harem, au-dessus d'un portique (tahtabuš).

1Les Palais et Maisons du Caire trouvent avec ce deuxième volume de synthèse concernant la période ottomane, le point final aux études dont ils ont fait l'objet depuis dix ans.

  • 1 On trouvera dans le 1er volume de synthèse (époque mamelouke), le détail des ouvrages concernant le (...)

2L'équipe initiale créée en 1970 par Alexandre Lézine, maître de recherche au C.N.R.S., et André Raymond, alors Directeur de l'Institut Français d'Études Arabes de Damas, constitua la Recherche Coopérative sur programme n° 232 intitulée « Étude Scientifique des palais et maisons du Caire et de Rosette, xive-xviiie siècles », à laquelle participa dès 1971 Bernard Maury, architecte, qui résida de façon permanente au Caire. Alexandre Lézine, avant son décès soudain en 1972, avait eu le temps de mettre au point le programme détaillé des travaux et de publier le premier volume, portant sur trois palais d'époque ottomane ; ce volume, comme les suivants1, parut dans les collections de l'Institut Français d'Archéologie Orientale dont les Directeurs, Serge Sauneron, puis Jean Vercoutter apportèrent à la R.C.P. une aide matérielle non négligeable.

3Jacques Revault, maître de recherche au C.N.R.S., ayant assuré, avec André Raymond, la succession d'A. Lézine, continua avec Bernard Maury et une jeune architecte égyptienne, Mona Zakariya, l'œuvre entreprise qui, en 1976, fut incorporée parmi les travaux de la formation de recherche créée à Aix-en-Provence par le C.N.R.S. et l'Université de Provence, le « Groupe de Recherches et d'Études sur le Proche-Orient » (Équipe de Recherche Associée n° 648 du C.N.R.S.), formation constituée à partir du Département d'Études Islamiques de l'Université de Provence et dont les préoccupations scientifiques de ses membres étaient en grande partie tournées vers l'Égypte musulmane : parmi eux se trouvait Jean-Claude Garcin, professeur à cette université et spécialiste de l'Égypte mamelouke, qui dès lors collabora activement aux recherches.

4Avant même que ne fussent achevés les travaux de relevés et les études concernant les palais et les maisons du Caire, les membres de l'équipe décidèrent de pousser plus loin le travail entrepris : ils constatèrent en effet que la phase de recherche archéologique et architecturale devait être une étape vers une recherche plus large, dont elle constituerait un des supports majeurs. C'est ainsi que fut préparé le premier volume de synthèse concernant la période mamelouke, et que paraît maintenant le second volume, sur la période ottomane.

5Ces volumes de synthèse ne sont pas un résumé des volumes de relevés et d'études : leur but est, au moyen des travaux antérieurs, de présenter d'une part le contexte historique de la ville du Caire, dans ses aspects politiques, économiques, sociaux, urbains, d'autre part une idée de l'habitat cairote, de sa conception, de ses éléments divers et de son évolution : le premier volume a été préparé par Jean Claude Garcin et Jacques Revault, avec le concours de Bernard Maury et de Mona Zakariya. Le second volume, présenté ici, est l'œuvre d'André Raymond et Jacques Revault, avec la collaboration de Bernard Maury et Mona Zakariya.

6Dans une première partie, André Raymond étudie l'évolution de la ville du Caire entre les xvie et xviiie siècles : son travail représente le premier essai d'une histoire de cette évolution ; analysant les données démographiques — malheureusement peu précises —, les données économiques — vues trop partiellement et trop partialement jusqu'à présent —, les données humaines et sociales, il dresse ainsi une image vivante de la ville mettant en lumière des aspects trop souvent ignorés et négligés, tels les problèmes du déplacement de certaines zones d’activités, de transformation de l’habitat, de la création de nouveaux quartiers sous des influences politiques ou économiques ; à cet égard, l’utilisation des documents de waqfs est d’un apport extrêmement riche par les informations qu’ils fournissent dans de nombreux domaines : lorsque l’on pourra disposer d’un nombre encore plus grand de tels documents (aussi bien sur la période mamelouke que sur la période ottomane, pour laquelle on sait qu’il en existe plusieurs milliers), l’histoire du Caire prendra un tour nouveau, car il sera possible d’aller beaucoup plus loin dans l’analyse des détails et de saisir beaucoup mieux la réalité quasi quotidienne de la vie des habitants, les données profondes de l’urbanisme et des activités économiques. André Raymond nous donne ici un aperçu magistral de ce que pourra être une telle histoire du Caire.

7De leur côté, Jacques Revault et Bernard Maury apportent, dans les domaines de l’évolution de l’architecture, du décor, et de l’utilisation des matériaux divers une synthèse qui est aussi une étude comparative et permet de saisir de façon approfondie ce qu’a pu être l’architecture domestique : à côté des palais et des résidences de notables, sont aussi évoquées les habitations collectives, de type rab’ qui apportent bien des idées nouvelles, non seulement sur la conception de l’habitat en milieu musulman, mais aussi sur l’interprétation des mentalités, en opposition avec la conception traditionnelle de l’individualisme familial et du milieu fermé de l’habitat musulman. Là aussi les documents de waqf sont d’une richesse incontestable et permettent de constituer une histoire de l’architecture domestique cairote et de corriger des jugements émis autrefois et répétés sans justification. Enfin il est opportun de noter que les recherches sur les matériaux et le décor permettent d’élargir l’horizon des connaissances et d’ouvrir le domaine cairote vers l’espace proprement ottoman et les influences qui ont pu s’exercer depuis divers lieux de celui-ci, qu’il s’agisse de la Turquie ou de la Tunisie, par exemple.

8Le souhait évident des auteurs de ces ouvrages de synthèse n’est pas seulement de présenter une image plus directement accessible des travaux effectués, mais aussi de donner naissance à une réflexion approfondie sur l’espace urbain en milieu musulman. Nous pensons qu’une telle entreprise est originale et porteuse de grandes possibilités de recherches, d’abord par des monographies, ensuite par des études comparatives qui donneront une image plus exacte de l’habitat et de la vie urbaine et permettront ainsi d’élargir notre connaissance du monde musulman.

9Au moment où s’achève l’étude des palais et maisons du Caire, qu’il me soit permis tout d’abord de rendre hommage à la mémoire d’A. Lézine, trop tôt disparu hélas, et qui a été, avec A. Raymond, le promoteur de ces travaux au lendemain de la commémoration en 1969 du millième anniversaire de la fondation du Caire : il fut l’élément concepteur, l’ordonnateur des travaux, l’organisateur de la recherche sur le terrain ; la longue amitié qui m’a lié à lui me permet de dire ici que Von n’a pas rendu suffisamment hommage aux travaux de cet homme qui avait fait de son métier une véritable passion. Qu’il me soit aussi permis de mettre en avant le nom d’André Raymond, sans la ténacité et le dynamisme duquel la R.C.P. n’aurait pu prendre naissance, et qui a été constamment la cheville ouvrière de cette œuvre de longue haleine. Je tiens également à adresser mes remerciements à tous ceux qui, au sein de la R.C.P. puis du G.R.E.P.O., ont contribué à mener à bonne fin la tâche entreprise, et en premier lieu Jacques Revault, digne successeur d’Alexandre Lézine et qui η ’a ménagé ni son temps, ni sa peine, Bernard Maury, Mona Zakariya, Jean-Claude Garcin, qui tous, dans un esprit d’étroite et amicale collaboration, ont assuré la poursuite et l’achèvement des recherches. Celles-ci, cependant, n’auraient pu être possibles sans le concours de personnalités et d’organismes scientifiques égyptiens et français : la Direction Générale des Antiquités égyptiennes, et plus particulièrement la Direction des Antiquités coptes et musulmanes et son ancien directeur, Abderrahman Abdal-Tawwab ; la Direction Générale des Relations Culturelles, Scientifiques et Techniques du Ministère français des Relations Extérieures, où Philippe Guillemin, chef de la division Recherche sur les Grandes Civilisations, η ’a cessé de soutenir efficacement notre projet ; les Directeurs scientifiques du Centre National de la Recherche Scientifique, Bernard Pottier, Jean Pouilloux et Edmond Lisle, les Directeurs de l’Institut Français d’Archéologie Orientale, Serge Sauneron, qui avait dès le début encouragé ce programme et lui avait apporté des facilités, de même que son successeur Jean Vercoutter qui les a bien volontiers maintenus. Que tous ceux qui, à Aix-en-Provence ou au Caire, nous ont apporté leur concours trouvent ici l’expression de nos remerciements, et tout particulièrement Sylvie Sempère pour l’aide qu’elle a donnée ici en revoyant — comme pour le premier volume — manuscrit et épreuves.

10Nous espérons que ce travail, fruit de longs efforts, apportera un témoignage à la fois probant et vivant de l’esprit d’entreprise et de la volonté des chercheurs français et que les résultats auxquels ils sont parvenus légitiment la confiance qui avait été mise en eux et les moyens qui leur ont été attribués. Si, au premier abord, leurs recherches ont pu paraître ressortir essentiellement au domaine des spécialistes, en fait les conclusions qu’ils en ont tirées, notamment au travers des deux volumes de synthèse, montrent qu’elles ont débouché sur une connaissance plus approfondie et plus accessible de la ville du Caire : n’y aurait-il eu que ces résultats, cela constituerait une légitime satisfaction, car faire mieux connaître les hommes n’est-ce pas une des tâches fondamentales de tout chercheur ?

Notes

1 On trouvera dans le 1er volume de synthèse (époque mamelouke), le détail des ouvrages concernant les Palais et Maisons du Caire, précédemment publiés par l'Institut Français d'Archéologie Orientale : Jacques Revault et Bernard Maury, Palais et maisons du Caire, du xive au xviiie siècle, I, 1975 ; II, 1977 ; III — avec la collaboration de Mona Zakariya — 1979 ; IV, B. Maury, 1983. Ces ouvrages seront mentionnés plus loin comme suit : Palais du Caire, I, 1975 ; II, 1977 ; III, 1979).

Table des illustrations

Titre Manzil Suhaymī : cour et jardin intérieurs dominés par la grande mašrabiyya de la qā'a du harem, au-dessus d'un portique (tahtabuš).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3296/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 850k

Auteur

Directeur du Groupe de Recherches et d’Études sur le Proche-Orient (Aix-en-Provence)

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable