Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’art du Bois à Sanaa

 | 
Guillemette Bonnenfant
, 
Paul Bonnenfant

Troisième partie. Un Orient d'altitude

Les moucharabiehs des morts

Texte intégral

1Trois mosquées renferment des œuvres en bois très attachantes par la qualité de leur décor. Au terme de cette étude, il nous paraît intéressant de donner un bref aperçu sur ces ouvrages, cénotaphes en bois surmontant les tombes d’imâms enterrés à leur ombre.

2A Sanaa, on les appelle qafaṣ : le mot évoque la cage des oiseaux, le réseau et le grillage, comme si l’on voulait capter quelque chose de l’aura des personnages enterrés là, tout en la mettant à distance. Le haut de ces cages est sculpté à jour, et de petites portes permettent de voir l’intérieur ; la pierre tombale est ainsi visible, mais isolée. Rapport modulé entre dehors et dedans : toujours cette idée d’honorer et de protéger, d’échanger et de défendre.

3Ces trois cénotaphes présentent de nombreux traits communs qui recouvrent une assez grande diversité d’exécution.

4Tout d’abord leur date de fabrication : ils remontent tous au xviiie siècle et furent sans doute préparés par les imâms, avant leur mort, pour décorer leur tombe.

  • 1 Nous n’avons pu déterminer le type d’assemblage des montants et traverses entre eux et avec les pa (...)

5Leur structure, ensuite, présente de nombreuses analogies. Un socle rectangulaire, ayant plus d’un mètre de haut, est surmonté d’un « second étage » de même forme, à peine plus petit. Chaque côté est constitué d’un cadre muni de nombreux montants et traverses intérieurs qui délimitent les panneaux1. Aux angles extérieurs, des équerres de métal renforcent l’assemblage. Les montants d’angle se prolongent en haut par des bobéchons. Au second étage, chaque cénotaphe porte de petits battants, évoquant la porte d’un tabernacle et permettant de voir à l’intérieur ou d’y déposer des livres.

6C’est au niveau du « troisième étage » qu’interviennent les différences, avec cependant le même schéma d’ensemble : un « toit » longitudinal est coupé en son centre par le support d’un tambour surmonté d’une couverture à pans coupés ou en coupole.

7Mêmes analogies dans la décoration : le socle est constitué de panneaux pleins sculptés ou peints, ou les deux, le second étage de panneaux sculptés à jour. Le troisième niveau offre les plus grandes variantes, que nous exposerons à propos de chaque cénotaphe.

8Analogies encore dans les inscriptions qui constituent un élément majeur de la décoration : les unes reprennent des versets du Coran, les autres retracent les généalogies des imâms enterrés là.

  • 1b Même situation pour le mausolée dit de Dâwûd : SCHNEIDER, Inscriptions arabes de Ẓafâr - Dî Bîn, p (...)

9Chaque qafaṣ est édifié dans l’angle sud-est de la pièce où il se trouve, et non au centre1b. Les parois du cénotaphe sont rapprochées du mur et il est difficile, voire impossible, d’en faire le tour. Désir de conserver la majeure partie de la salle comme lieu de prière ou de réunion ? Volonté d’interdire une circumambulation et l’instauration d’un culte, comme au Maghreb ? Nous ne savons. Quoiqu’il en soit, nous nous limiterons ici aux deux côtés les plus visibles, que nous avons pu photographier. Les deux autres, difficiles d’accès, présentent une structure et un agencement décoratif très comparables. Il n’est pas dans notre propos d’effectuer une étude exhaustive de ces cénotaphes, mais simplement de rassembler quelques notes prises à leur sujet pour faire ressortir leur parenté avec la menuiserie domestique et suggérer ce que celle-ci peut devoir à l’architecture religieuse.

Le cénotaphe de la mosquée Abhar

  • 3 ḤAJARÎ, Masâjid, p. 5-6, ne donne pas d’indication. LEWCOCK, SERJEANT, SMITH, Smailer Mosques, SL, (...)

10Le cénotaphe de la mosquée Abhar s’élève dans une pièce séparée, au sud-est de la salle de prière principale (ph. 146). Il ne semble pas porter de date de fabrication. L’imâm al-Mansûr al-Husayn, fils d’al-Mutawakkil Qâsim, est enterré là. IÍ régna de 1139 à 1161 / 1727 à 1748 : la fabrication du qafaṣ qui surmonte sa tombe doit se situer à cette époque. Plusieurs dates figurent sur les murs de la salle qui abrite le qafaṣ, mais nous n’avons pu étudier les textes qui s’y rapportent : 1144 [1731-32] dans le coin nord-est, qui pour une source orale serait la date de construction du mausolée ; 1145 dans les stucs du mur sud, qui serait l’année de la décoration. Le qafaṣ fut-il exécuté à cette occasion ? C’est probable, sans que nous puissions l’affirmer3.

Ph. 146. Cénotaphe de la mosquée Abhar

  • 4 C’est à cette figure K 1 que se rapportent les coordonnées qui suivent dans le texte (lettre + chi (...)
  • 5 ARSEVEN, Arts turcs, p. 195, fig. 477, sarcophage en bois sculpté de Mahmoud Hayranî (côté tête), (...)

11Il est composé de deux parallélépipèdes rectangles superposés de taille légèrement décroissante (fig. K l)4. Au second étage, sur le grand côté, deux petits battants permettent de regarder à l’intérieur. Le troisième étage comprend un avant-corps central surmonté d’un tambour polygonal qui porte un toit en pyramide à six pans ; les ailes moins hautes sont couvertes d’un toit à deux versants. Si l’ensemble a l’aspect d’un grand reliquaire occidental, le profil des petits côtés offre une forte ressemblance avec celui de sarcophages turcs des xiiie et xve siècles5.

12La technique décorative dominante est la taille arabe, que l’artisan utilise sur des panneaux pleins pour le socle ; la sculpture à jour est réservée aux deux parties supérieures. Il existe également des décors rapportés.

13Un rinceau triple, ponctué de rosettes, ondule sur les cadres, assurant l’unité de l’ensemble ; il a déjà été relevé (ph. 60 et fig. F 79). Des palmes bifurquant d’une seule tige entourent les calligraphies et les battants de la petite porte (ph. 148).

14Les couronnements comportent, dans la partie supérieure du cénotaphe, des frises de fleurons inversés qui se silhouettent à leur sommet comme dans les jabha (fig. F 11 et F 22). Un crénelage de denticules surmonte le socle et les pignons (ph. 146 et 150).

Le cénotaphe de la mosquée Abhar
Fig. K 1. Schéma d’identification des panneaux.
Ph. 146b. Détail du panneau F 1 : arbre exécuté en taille arabe.
Ph. 147. Sceaux de Salomon en lattes de métal et clous en étoile, panneau G 2.
Ph. 148. Petit côté occidental, premier étage, panneaux E 5, F 6 et F 7.

15Les panneaux inférieurs portent des ornements de métal (ph. 147) : des sceaux de Salomon en lattes de fer sont accompagnés de clous étoiles comme sur les portes (fig. E 19).

16Les thèmes floraux décorent plusieurs panneaux. L’arbre, shajara, est exécuté en taille arabe en F 1 et F 5 sous un arc festonné (ph. 146b) ; en ajour, en B 4, sous un arc en mitre qui épouse la forme du pignon (ph. 150). Dans les deux cas, le bouquet jaillit d’un vase en cœur tracé par des palmes et comporte des fleurons indiens. Trois rosaces composées de fleurons dont les pointes convergent au centre remplissent les panneaux F 6 et F 9 (ph. 148). Des palmes dessinent un réseau de zinjîrî interprété en taille arabe en F 7, F 8 (ph. 148) et en muharram en C 1-4 (ph. 146 et 149). En D 2, des rinceaux palmiformes à trois fils, sculptés en ajour, se juxtaposent le long d’un axe vertical (ph. 149), suivant un arrangement connu (ph. 59 et ph. 121).

  • 6 Stèle n° 866, Ahlâṭ, ph. extraite du cat. de la photothèque de VAN BERCHEM, établi par S. ORY en 1 (...)

17Parmi les thèmes géométriques, notons la grille losangée qui couvre B 1, B 3 et les versants du toit. L’entrelacs hexagonal ponctué de rosettes à six rais fuselés, en F 3 (ph. 146), orne aussi la porte est de la mosquée du Mahdî ‘Abbâs (ph. 70 b). Des sceaux à douze pointes, dans une couronne de palmes et de fleurons, apparaissent en figure isolée sur F 2 et F 4 et en réseau sur le panneau B 2, (ph. 149), suivant un schéma qui revient souvent à Sanaa (fig. C 91, G 7, ph. 63 et 70) et qui couvre une stèle funéraire d’Ahlâṭ en Turquie6. Palmes et fleurons tapissent encore des motifs cruciformes (pan. C 5 et C 6 ; ph. 150) ; leurs lobes sont percés à la base de minuscules œillets.

Le décor épigraphique

  • 7 Les numéros de sourates sont ceux de la Vulgatc coranique. La traduction est celle de BLACHERE, Le (...)

18Les panneaux supérieurs du socle, douze au total, six sur la partie étudiée (pan. E 1 à E 6), sont ornés d’une inscription sculptée en caractères cursifs d’une facture simple. Le texte se développe en général sur deux lignes, encadrées d’un léger rectangle, puis d’un rinceau. Il s’agit du verset du Trône, dans la sourate II, la Génisse7 ; il commence à l’angle nord-est du qafaṣ et se poursuit entre le mur et le cénotaphe, avant d’arriver à la partie étudiée. La photo 146 montre les panneaux E 1 à E 4, la photo 148 le panneau E 5. Les barres obliques indiquent les coupures entre panneaux, effectuées parfois de manière maladroite, au milieu de mots brefs comme ard et idn par exemple.

19باسم الله الرحمان الرحيم / الله لا اله الاهو / الحي القيوم / لا تأخد، نة ولا

20ينفع عنده الاE5/ض من ذا الذي E6 نوم م له ما في السموات وما/ في الار

21يحبطون بحيء من علمه الا بما E2 / ما بين أبديهم وما خلعهم ولا E3 / نه يعلم E4 / باذ

22وسع كرسيه السموات |والاردسإ E1/ ثاء

23« Au nom d’Allâh, le Bienfaiteur miséricordieux / Allâh - nulle Divinité excepté Lui -, / est le Vivant, le Subsistant. / Ni somnolence ni sommeil ne Le prennent. / A Lui ce qui est dans les cieux et ce qui est sur la ter-/ E 6 : re. Quel est celui qui / E 5 : intercédera auprès de Lui, sinon sur Sa per-/ E 4 : mission ? Il sait / E 3 : ce qui est entre les mains des [Hommes] et derrière eux, alors / E 2 : qu’ils n’embrassent de Sa science, que ce qu’il veut. /El : Son Trône s’étend sur les cieux ». La sourate du Trône se poursuit juste au-dessus, sur le panneau D 1 du second étage :

241D ولا يؤده حفظهما وهو الطي العظيم

25« Le conserver ne Le fait point ployer. Il est l’Auguste, l’Immense ».

26De l’autre côté de la porte, le panneau D 3 porte le verset final de la sourate XVI, Les Abeilles :

273D ان الله مع الذين انقوا والذين هم محسنون

28« Allâh est avec ceux qui sont pieux et ceux qui son bienfaisants ».

29Sur le panneau B 4 garnissant le pignon du côté ouest (ph. 150), une frise épigraphique, exécutée en ajour, entour le bouquet central. En descendant à partir de l’angle à droit du triangle, nous trouvons un extrait de la sourate III, L famille de Tmrân, v. 187/190 :

304B ان في خلق السموات والارض واختلاف الليل والنهار لايات لاولى الالباب

31« En vérité, dans la création des cieux et de la terre, [dans] l’opposition de la nuit et du jour, sont certes des signes pour ceux doués d’esprit ». Plus bas, la partie inférieure du second étage porte dans les panneaux D 6 à D 4 le verset 147 de la même sourate :

32وما كان قولهم D5الا ان فالوا ربنا / D46D اغفر لنا ذنوبنا /

33Leur seul propos était : « Seigneur ! pardonne-nous nos péchés ». L’exécution est ici beaucoup plus fruste que dans le panneau B 4 et plusieurs lettres sont escamotées.

34Le cénotaphe de la mosquée Abhar frappe par sa sobriété. L’interprétation parfois un peu gauche ne manque pas de vigueur. Nulle peinture ne vient rehausser la sculpture qui ne doit sa beauté qu’à la qualité des motifs et à leur juste intégration dans l’ensemble du décor.

Ph. 149 et 150. Cénotaphe de la mosquée Abhar, détails de la partie supérieure : ph. 149, côté nord ; ph. 150, côté ouest.

Ph. 151. Le cénotaphe et la grille de la mosquée al-Mutawakkil.

Le cénotaphe de la mosquée al-Mutawakkil

  • 8 ḤAJARÎ, Masâjid, pp. 91-2.

35La partie la plus ancienne de cette mosquée, à l’angle sud-est d’une salle de prière plus récente, a été bâtie par l’imâm al-Mutawakkil ‘alâ Allâh al-Qâsim en 1139 / 1726-78 ; c’est là que repose cet imâm qui régna de 1128 à 1139 / 1716-1727.

36Le cénotaphe d’al-Mutawakkil se distingue des deux autres par la clôture de bois qui l’entoure sur les côtés nord et ouest (ph. 151). Elle reprend l’usage des claires-voies de bois isolant les chambres funéraires : il en est ainsi à la madrasa al-Ashrafîya de Ta’izz (ph. 111) ou au mausolée de l’imâm ash-Shâffî élevé au Caire en 1211. Dans ses deux parois rectangulaires, quatre petites ouvertures laissent voir le cénotaphe, et une porte peinte à deux battants, que somme un arc segmeritaire, en assure l’accès. Cette porte étant fermée durant notre visite, seule cette clôture a été étudiée avec quelque détail, le cénotaphe étant peu visible de l’extérieur.

  • 9 Dimensions. Socle : longueur, 211 ; largeur, 121 ; hauteur, 129 cm. Second étage : L., 189,5 ; 1-, (...)

37Disons seulement que le qafaṣ comporte deux parallélépipèdes rectangles superposés. Le plus haut, percé d’une ouverture sur le grand côté, est couvert d’une toiture à deux versants galbés. Au milieu, une calotte pyramidale s’élève sur un tambour polygonal succédant à une base rectangulaire9. Un disque où se profile un croissant qui se referme sur le nom d’Allâh en coiffe le sommet. Les panneaux du socle sont sculptés dans la masse et les deux rangées supérieures portent des inscriptions en tulti, contenues dans des cartouches (ph. 152). La Fâtiḥa occupe le registre du haut, en commençant à l’angle sud-ouest. Elle se continue sur la première moitié du côté nord, suivie de la sourate Les Prophètes, versets 101-102 :

38ان الذين سبفت لهم منا الحسنى اولئك عنها مبعدون/ لا يسمعون حسيسها وهم في

39ما اشتهت انفسهم خالدون

40« Ceux qui [au contraire] auront déjà reçu la Très Belle [Récompense], ceux-là seront éloignés [de la Géhenne]. Ils n’en entendront pas le bruit et goûteront éternellement ce que convoitait leur âme ».

41Toujours au Nord, la rangée de panneaux située au-dessous de la précédente porte le verset 7 de la sourate XL, Le Croyant (fragment sur fig. K 2) :

42الذين يحملون العرش / ومن حوله يسبحون بحمد ربهم ويومنون به / ويستغفرون

43للذين امنوا ربنا وسعت كل ثيء رحمة وعلما ا فاغفر للذين تابوا واتبعوا سبيلك

44« [Les Anges] qui portent le Trône et ceux qui sont autour de Lui exaltent la louange de leur Seigneur. Ils croient en Lui et demandent pardon pour ceux qui croient : “Seigneur” ! [disent-ils], “Tu embrasses toute chose en [Ta] miséricorde et [Ta] science. Pardonne à ceux qui sont revenus [de leur erreur] et ont suivi Ton Chemin” »

Fig.K 2 et K3. Mosquée al-Mutawakkil, cénotaphe proprement dit. K 2 : sourate XL, vers. 7. — K 3 : motifs floraux.
Ph. 152. Cénotaphe proprement dit, angle sud-ouest du socle.
Planche 7. Détail de la clôture.

La décoration florale et géométrique

45Le décor est sculpté dans la masse en taille arabe (pan. F 13, F 15)8b ou avec un modelé qui rappelle la taille indienne (pan. D 7, F 8). Les panneaux sculptés en ajour sont nombreux dans les deux rangées supérieures, peut-être pour laisser entrevoir le qafaṣ. Des pièces de bois sont rapportées dans les angles des baies pour dessiner des arcs ou, sur les panneaux, pour composer un motif géométrique (pan. H 11). La peinture rehausse la sculpture ou crée son propre décor, sur la porte, les cadres et même l’envers des panneaux. Nous avons donc là un condensé de toutes les techniques décoratives employées à Sanaa.

46Les thèmes décoratifs nous sont également familiers. Les motifs géométriques frappent par leur simplicité. Dans les quadrillages coupés par des diagonales (pan. F 5, F 11, H 11), se détachent des octogones (pan. F 8, H 7-9) ; des cercles s’entrecroisent en quatre-feuilles (pan. B 8, H 1, H 3-6) ou se centrent sur les quatre pointes d’un carré (pan. F 1, F 3, H 2). Des obliques à 60° engendrent l’entrelacs d’hexagones (pan. B 13, B 16, H 17-19) et le sceau de Salomon (pan. D 10, D 12, F 4, F 6). L’étoile à six rais fuselés a un accent floral (pan. D 4, D 6). Les sceaux à huit pointes dessinent un réseau ajouré (pan. B 5, B 10, B 12, B 14, B 15, D 11) ou une figure isolée (pan. D 5, F 14).

  • 10 CRESWELL, Account, pl. 3-4, Coupole du Rocher, pl. 42, M. al-Aqṣâ. MARÇAIS, Arch. mus. d’Occident, (...)
  • 11 MARÇAIS, Arch. mus. d’Occident, p. 50, fig. 24, 25 H, GM de Kairouan, niches aux écoinçons de la c (...)
  • 12 OTTO-DORN, Art de l’Islam, p. 39.

47Les thèmes floraux gardent des traits archaïques ou sont traités de manière naïve. Des palmes dessinent les pétales des zahra tapissées de fleurons disposés en croix (pan. B 2, B 11, B 18) ou rayonnant du centre (F 16, F 18). Des semis de rosettes accusent un léger modelé (B 1, B 3, D 16, D 18). Le rinceau à enroulement contrarié, enfermant un fleuron dans ses boucles (B 7, B 9, D 1, D 3), a des antécédents umayyades et ‘abbâsides10. Il compte peut-être dans sa postérité le motif sinuant en S ou en 8, symbole mathématique de l’infini, que les plâtriers continuent à représenter sur les vitraux. Dans ses développements sur les panneaux de notre clôture, il renvoie encore au premier art islamique : le double rinceau symétrique tangent à une tige médiane (B 4, B 6, D 13, D 15), évoquant parfois l’arbre de vie persan (F 13, F 15) perpétue des compositions de la grande mosquée de Kairouan11 à relier aux arbres-candélabres de la Coupole du Rocher, à Jérusalem, caractérisés par leurs rinceaux « s’enroulant en tiges spiraliformes ou se déployant en palmettes ailées opposées »12.

  • 13 WULFF, Crafts, p. 99, fig. 146 ; p. 226, fig. 314, tampons à imprimer les étoffes.
  • 14 ARSEVEN, Arts turcs, p. 231, fig. 540, pl. 15.

48Le shajara, bouquet ou arbre coiffé d’un arc festonné, apparaît sous une forme rudimentaire (B 17, B 19) ou dans une interprétation naïve (D 7 et D 9 ; pl. 7) qui existe dans l’art populaire iranien13. L’influence du style floral turc explique peut-être que l’œillet se substitue au fleuron sur un panneau du cénotaphe (fig. K 3) ou que des fleurs proches de la nature, iris par exemple, composent les bouquets animés de perruches qui sont peints sur les battants de la porte. On reconnaît encore des œillets parmi les semis de fleurs à demi-effacées qui sont peints sur les cadres et la surface des panneaux regardant vers le cénotaphe. Le réseau de fuseaux, zinjîrî, qui couvre l’arrière de la porte, évoque par sa fluidité et l’intensité des couleurs, le rouge et le noir, certains décors textiles ottomans14. Il est touchant de voir comment l’artisan, tiraillé entre ses conditionnements anciens et son goût de la nouveauté, a mélangé les genres : ainsi, les pétales dentelés de l’œillet engendrent des palmes (fig. K 3) !

Le décor épigraphique de la clôture

49Les inscriptions se concentrent dans les frises qui couvrent les trois traverses supérieures de la clôture. Au-dessus de la porte peinte, commence la série A qui se poursuit sur le même côté, puis au Nord (fig. K 4). Elle est exécutée dans une écriture cursive assez fruste. Les caractères s’étagent sur 10 cm de hauteur environ, souvent sur deux lignes. Ils apparaissent en relief sur fond défoncé. Un trait noir en souligne le contour : est-ce volontaire ou s’agit-il des restes du tracé à l’encre qui a guidé la main du sculpteur ? De petites palmes, un cœur ou un fleuron miniaturisés ornent parfois un espace vide d’écriture.

50باسم الله الرحمان الرحبم هذا ضريح مولانا A1

51امير المؤمنين وسيد المسلمين المجاهد في سبيل رب العالمين المتوكل A2

52ابن الصين ابن الأمام المهدي لدين (sic) على الله ابي الحسين القسم A3

53ابن محمد ابن (sic) الله ابن احمد ابن الحسين ابن الامام المنصور بالله القمم A4

54علي ابن محمد ابن علي ابن الراشد ابن احمد ابن الامير الحسين

55ابن (sic) ابن علي ابن يحيى ابن محمد ابن الامام يوسف الملقب بالاثل ابن القمم A5

56يوسف الداعي الى

57الله ابن الامام المنحور بالله يحيى ابن الامام الناصر لدين النه احمد ابن الامام A6

58الهادي

59ابن ابراهبم ابن سبل ابن ابراهبم (sic) لدين الله يحيى ابن الصين ابن الفم A7

60ابن الحسن السبط ابن امير المؤمنين ومي سيد المرسلين علي ابن ابي طالب كرم C1

61النه

62وجهه في الجئة وسلامه علميهم اجمعين. نسب تحسب العلى بحلاه قلدته نجومها C2

63الجوزاء

64وكان تمام عمل هذا النابوت العظيم شهر جمأديى الازل سنة ٤ ه ١ ١ C3

65وذلك باعتناء الامير الماجد المجاهد بمن ر؟ا مولا هذا الامام المتوكل على النه C4

66جزاه النه خيرا

67لله ما ضمه التابوت من كرم ومن فخار ومن فضل ومن شيم E1

68عدلا هماما زكيا زاهدا وادعا سامي الذرى علما ناهك من علم E2

69وكان عمله بمحروسة (؟) (...) مولانا امام الرجال صدت (؟) الاقران الامام E3

70المنصعور بالله ابي العناس الحسين ابن القسم نصمه الله

  • 15 13b Nous remercions Denis GRIL qui nous a aidés à établir plusieurs fragments du texte de cette clô (...)

71A 1 : Au nom d’Allâh, le Bienfaiteur miséricordieux. Ceci est la tombe de notre maître / A 2 : l’émir des croyants, le maître des musulmans, le combattant dans la voie de Dieu maître des mondes, al-Mutawakkil /A 3 : ‘alâ llâh, père d’al-Ḥusayn, al-Qâsim fils d’al-Ḥusayn fils de l’imâm al-Mahdî li-dîn /A 4 : Allâh b. Aḥmad b. al-Hasan b. al-imâm al-Manṣûr bi-llâh al-Qâsim b. Muḥammad b. ‘Alî b. Muḥammad b. ‘Alî b. ar-Râshid b. Aḥmad b. al-amîr al-Ḥusayn / A 5 : b. ‘Alî b. Yaḥyâ b. Muḥammad b. al-imâm Yûsuf surnommé Ashal b. al-Qâsim b. ibn Yûsuf ad-Dâ’î ilâ / A 6 : Allâh b. al-imâm al-Manṣûr bi-llâh Yaḥyâ b. al-imâm an-Nâṣir li-dîn Allâh Aḥmad b. al-imâm al-Hâdî / A 7 : li-dîn Allâh Yaḥyâ b. al-Ḥusayn b. al-Qâsim b. Ibrahim b. Ismâ’îl b. Ibrâhîm b. al-Hasan (...) / C 1 : b. al-Hasan le petit-fils, fils de l’émir des croyants, légataire du maître des envoyés, ‘Alî b. Abî Ṭâlib, que Dieu honore / C 2 : son visage et que son salut soit sur eux tous ! Une généalogie dont les joyaux donnent du prix aux sublimes vertus1153b. / C 3 : Ce cénotaphe splendide fut achevé au mois de Jumâda I de l’année 1154 [1741] / C 4 : et cela par les soins de l’émir illustre et combattant ( ?), et par la faveur ( ?) de l’affranchi de cet imâm al-Mutawakkil ‘alâ llâh, que Dieu le récompense en bien / E 1 : A Dieu [revient] ce que ce cénotaphe a rassemblé d’excellence, de prestance, de mérite et de distinction. La traverse E 2 semble faire suite au vers cité sur la traverse C 2 située au-dessus et concerne l’imâm al-Mutawakkil Qâsim, « juste, aux nobles desseins, pur, détaché du monde, plein de scrupules, montagne dépassant toutes les hauteurs, sans comparaison avec les autres ». E 3 : [Le cénotaphe] fut exécuté dans la ville bien gardée ( ?) (nom de la ville ?) de notre maître, l’imâm des grands dignitaires ( ?), (...) al-imâm al-Manṣûr bi-llâh, père de ‘Abbâs, al-Ḥusayn fils d’al-Qâsim, que Dieu l’assiste !

Ph. 153 et 154. La clôture du cénotaphe d’al-Mutawakkil.
Ph. 153, côté nord.
Ph. 154, partie du côté ouest.
Fig. K 4 : schéma d’identification des panneaux.

72Cette généalogie retrace donc la filiation de l’imâm al-Mutawakkil Qâsim, en passant par le fondateur de la dynastie qâsimite, Qâsim (mort en 1029/1620), le fondateur du zaydisme au Yémen, al-Hâdî ilâ 1-Ḥaqq Yaḥyâ (mort en 298/910-11), jusqu’aux deux Hasan et ‘Alî ibn Abî Ṭâlib.

73Si nous pouvons penser que le cénotaphe lui-même date de l’époque d’Al-Mutawakkil Qâsim, la date et l’inscription qui figurent sur la clôture montrent qu’elle fut exécutée sous le règne de son fils et successeur, al-Manṣûr al-Ḥusayn : à peu d’années près, elle est donc contemporaine du cénotaphe de la mosquée Abhar.

74Cette grille frappe par le caractère robuste, et parfois ingénu, de son décor. Nous y sentons l’artisan sans complexe, faisant de son mieux pour une belle œuvre, sculptant et peignant joyeusement pour l’honneur du Prince et l’exaltation de sa propre gloire. Nous ne pouvons qu’évoquer les uṣṭâ du xxe siècle, bien conscients de leur valeur, ciselant pour la famille princière ou de riches commerçants une porte de mafraj ou une délicate grille ajourée de shubbâk.

Le cénotaphe du Mahdî ‘Abbâs

  • 16 SHAWKÂNÎ, Al-badr aṭ-ṭâlic, I, p. 312.

75Le cénotaphe sous lequel repose le Mahdî ‘Abbâs est placé dans une chambre funéraire séparée de la mosquée, à l’angle nord-ouest de la cour (pl. 7 b). Il porte deux fois la date de 1189 [1775], qui est celle de sa mort. Cet imâm succéda à son père al-Mansûr al-Husayn, cité à propos du qafaṣ de la mosquée Abhar, et régna de 1161 à 1189 / 1748 à 1775. Il prépara de son vivant le mausolée à coupole qui surmonte sa tombe16, et probablement aussi son cénotaphe.

  • 17 Dimensions d’un des huit côtés du tambour : L., 29,5 cm ; H-, 21,5.

76La couverture en berceau du qafaṣ est coupée en son milieu par une plate-forme, soubassement rectangulaire d’une coupolette à tambour octogonal17. Il se dégage de la voûte ; la toiture présente donc un plan cruciforme. Aux extrémités de la croix, quatre tympans couronnent comme des frontons les deux étages inférieurs et surmontent chacun une petite porte à deux battants. L’arc cintré qui circonscrit les tympans dessine à son faîte une pointe, à la manière des arcs sommant les baies de Sanaa.

77Le cénotaphe du Mahdî ‘Abbâs se singularise par un somptueux décor peint qui le recouvre entièrement, que le bois soit lisse, sculpté dans la masse ou en ajour. La palette en est très riche. La technique s’apparente à celle de l’enluminure par le raffinement des couleurs souvent traitées en camaïeu, par le chatoiement des ors, la multiplication des filets et galons de bordure, le compartimentage des compositions en cartouche et médaillon. Les motifs offrent une grande diversité.

Le décor géométrique et floral

78Les thèmes géométriques sont peu nombreux. Dans les panneaux, ils sont traités en taille arabe et se détachent en or cerné de blanc ou de rouge sur le fond sombre ou clair. Sur les panneaux 25 à 28 (pl. 11), le sceau à huit pointes, rehaussé d’une rosette en modelé, est engendré par l’intersection à 45° de deux croix et s’inscrit dans un octogone comme sur une porte de bayt Muhsin al-Yamânî (ph. 63). Les battants fermant l’ouverture du côté ouest (pl. 9) sont couverts d’un réseau étoile dont il existe des variantes dans les moucharabiehs (fig. J 28, ph. 119). Des galons de chevrons peints sur les cadres lisses soulignent la base des tympans (pl. 9) et entourent la plate-forme sur le petit côté.

79Deux sources d’inspiration animent le décor végétal. Certaines compositions relèvent d’un style classique : elles font appel aux éléments abstraits que sont le fleuron et la palme peints d’or pâle ou brun et cernés de rouge ou de blanc sur le fond bleu, blanc ou vert émeraude. Les frises de fleurons tête-bêche, l’un dessinant l’autre dans une parfaite économie de l’espace, ceinturent la base de la coupole et se découpent en crénelage sur le tympan des grands côtés (fig. K 6) : ainsi couronnent-elles les portes dans les jabha (fig. F 16). Toutes les autres compositions sont traitées en taille arabe, avec parfois des détails en taille indienne. Les élégants rinceaux à trois tiges, qui s’unissent en une suite de fleurons le long d’un axe vertical ou horizontal (pl. 10 et 11), reviennent sur les panneaux 10, 33 et 34. Ils ont été relevés sur plusieurs beaux ouvrages en bois (ph. 57, 63, 73, 149). Plus rustique est l’interprétation des zinjîrî, fuseaux dessinés par les tiges qui se ferment sur des fleurons à lobes étages (pl. 11 ; pan. 32, 35). Les zahra remplissant les panneaux carrés 22, 23, 30 et 31 (fig. K 7) sont interprétées avec une certaine exubérance : aux fleurons trilobés se substituent des palmettes à cinq pétales souples et pointus rayonnant d’une rosette centrale modelée en taille indienne. Elles présentent une parenté avec les motifs du deuxième groupe où se manifeste nettement l’influence ottomane.

  • 18 PETSOPOULOS, Tulips, p. 8.
  • 19 ARSEVEN, Arts turcs, p. 93, 94.
  • 20 PETSOPOULOS, Tulips, p. 8 et 9.

80Il s’agit du décor peint sur bois lisse. L’absence de sculpture donne une grande liberté à l’artiste qui multiplie les détails, les traits de pourtour et les dégradés de couleur. Les frises ornant les cadres du socle (pl. 11) adoptent la structure organique du style saz18. Les feuilles, allongées et dentelées sur les bords, dessinent un mouvement de rotation autour des éléments floraux : fleurs rondes à pétales en cœur et palmettes à cinq lobes relevant de l’héritage mongol comme les inflorescences touffues qui composent la rosace des panneaux 38,40, 43 et 45 (pl. 8). Le même mouvement anime les rinceaux miniaturisés qui tapissent les écoinçons et les galons bordant les calligraphies : enluminés d’or ou de blanc, ils se détachent comme une broderie sur les fonds bleus ou rouges (pl. 10). Une tendance naturaliste s’affirme souvent. Plusieurs fleurs sont identifiables, bien que traitées suivant les conventions d’un genre appelé tantôt style floral19, tantôt style « des quatre fleurs »20. Sur le petit côté du soubassement, l’œillet (pan. 39, 44 ; pl. 8) remplit les mailles d’un réseau de zinjîrî qui revient souvent dans le décor ottoman. Autour des panneaux précédents, des fleurs évoquant le chèvrefeuille ou la renoncule s’épanouissent sur des guirlandes feuillues aux ondulations naturelles. Des bouquets de roses, analogues à ceux qui ornent la porte fermant le kushk de bustân al-Hayr (pl. 3), garnissent les médaillons recto-curvilignes de la coupole et de la toiture, et les mandorles festonnées qui s’alignent dans les frises du deuxième étage et des tympans (pl. 9, 10) : alliance délicate des tons pastels et des fonds dorés contrastant avec la polychromie soutenue du socle.

Fig. K 5. Le cénotaphe du Mahdî ‘Abbâs, schéma d’identification des panneaux.
Fig. K 6 et K 7 : détails du décor.
Pl. 7 b. Le cénotaphe du Mahdî ‘Abbâs, vue générale.
Pl. 8. Le socle, côté occidental peint.

Raffinement des couleurs souvent traitées en camaïeu, chatoiement des ors, multiplication des filets et galons de bordure : le plus récent des cénotaphes évoque l’enluminure.

Le décor épigraphique

81Sur les panneaux, la plupart des inscriptions sont contenues dans des cartouches dont les extrémités dessinent un arc segmentaire ou festonné en accolade. Quelques-unes se présentent en frises garnissant les arcs concentriques des tympans. Les caractères cursifs se détachent en or sur le fond ajouré ou peint de bleu ou de blanc. Ils sont cernés d’un filet blanc ou rouge suivant que le fond est sombre ou clair.

Planche 9. Partie supérieure du côté occidental.

  • 21 MASSOUDY, Calligraphie, p. 166. Voir aussi, p. 37, un autre "haut d’étendard".
  • 22 PETSOPOULOS, Tulips, p. 7, 186.
  • 23 MASSOUDY, Calligraphie, p. 64.

82La lecture du décor épigraphique commence au sommet de la coupole (ph. 156) : une flèche porte un emblème de métal, sans doute du laiton, qui offre une étroite ressemblance avec un « haut d’étendard » du musée de Topkapi à Istanbul21. Le profil général est le même : une sphère sculptée en ajour porte un médaillon coiffé d’un fleuron et cerclé d’une tige qui se ploie aux deux extrémités en tête de dragon ; même calligraphie en tulti des noms de Allâh, Muḥammad et ‘Alî se découpant dans un disque. Plus encore, le fond végétal est tout à fait caractéristique du style « Corne d’or » dont on trouve une belle illustration dans la tughra de Soliman le Magnifique au début du xvie siècle22 : des vrilles portant de petites feuilles, rosettes et fleurons s’enroulent en large spirale suivant un principe déjà appliqué au Caire, à la mosquée al-Ḥasan (764 / 1362-63)23. Une calligraphie du même style, non déchiffrée, tapisse le fleuron terminal de notre médaillon.

83La coupole peinte repose sur un tambour dont les huit côtés sculptés à jour portent la Fâtiḥa, la sourate qui ouvre le Livre Sacré.

84Dans les quatre tympans, trois frises épigraphiques garnissent les arcs concentriques :

85Sur le tympan nord, l’inscription du bandeau extérieur (pan. 4 a) affirme une obédience chiite :

86لا اله الا الله سد رسول الله عل ولى الله فاطمة امة الله المسن والحي.4a

87سبطا رسول الله مطو الله عليهم

88« Pas d’autre Dieu que Dieu ! Muḥammad [est] l’envoyé de Dieu ! ‘Alî [est] l’ami de Dieu ! Fatima [est] la servante de Dieu ! Al-Hasan et al-Husayn [sont] les petits-fils de l’envoyé de Dieu ! Que la prière de Dieu soit sur eux ! ». Cette inscription est tout à fait comparable à celles de la porte du mafraj bayt Muḥsin al-Yamânî (ch. 2.2, lettre r).

Ph. 156. « Haut d’étendard » couronnant le cénotaphe.

89Le bandeau intermédiaire (pan. 4 b) porte un verset coranique (v. 3, sour. XXXIII) :

90ان الله وملائكنه يصلون على النبي يا ايها الذين امنوا صلوا عليهاوسلموا تسليما.4b

91« Allâh et Ses Anges prient sur le Prophète. O vous qui croyez !, priez sur le Prophète et appelez sur lui le salut ! ». Le demi-cercle central (pan. 4 c) porte « Les actes [se jugent] par les intentions » :

92الاعمال بالنبات.4c

93Le tympan sud appelle la miséricorde de Dieu sur le Mahdî ‘Abbâs dont il fait l’éloge, et mentionne l’année de sa mort.

94Le tympan est concerne lui aussi le Mahdî. Le bandeau central contient :

95هذا ناريخ وفات مولانا اصبر المؤمنين وسيد المسلمين الامام المهدي لدين لله سيف الله

96رب العالمين

97« Ceci est la date de la mort de notre maître, l’émir des croyants, le maître des musulmans, l’imâm al-Mahdî li-dîn Allâh, l’épée de Dieu maître des mondes... ». Cette inscription se continue sur le demi-cercle central, sur fond blanc :

98١١٨٩ رضوان النه عليه في يوم الخميس ناسع عشر رجب منة

99« Que Dieu soit satisfait de lui, le jeudi 19 rajab de l’année 1189. »

100Sur le tympan ouest (pl. 9), la frise extérieure (pan. 6 a) porte deux fois lâ ilâha illâ llâh, « Pas d’autre Dieu que Dieu », mais il ne nous a pas été possible de déchiffrer le reste. Le bandeau intermédiaire (pan. 6 b) porte les versets 101 et 102 de la sourate Les Prophètes, déjà cités pour le qafaṣ d’al-Mutawakkil. Enfin le demi-cercle intérieur (pan. 6 c) porte le verset 103 de la même sourate :

101لا بحزنهم الفزع الاكبر وننلقاهم الملائكة

102« La Très Grande Frayeur ne les attristera pas et les Anges les accueilleront ».

103Au-dessous, de nombreux panneaux du second étage, sur les grands et petits côtés, sont sculptés à jour d’une élégante calligraphie qui proclame les attributs de Dieu. Elle commence sur le côté est par le verset 180 de la sourate Les A’râf :

104ولاه الاسماء الحسنى فادعوه بها

  • 24 MASSOUDY, Calligraphie, p. 88.

105« Allâh possède les noms les plus beaux. Priez-le avec [ces noms] ». Il serait sans intérêt de les reproduire tous ici. Signalons seulement que la fréquence de l’article al précédant les attributs permet un effet comparable, en plus modeste, à la « forêt dense de alif et de lâm » de la madrasa al-Ghûrîya du Caire24. Sur notre cénotaphe, les hampes verticales sont régulièrement recoupées par des lettres couchées comme le bâ’ ou le tâ’, un jîm crée parfois une gracieuse courbe : l’effet esthétique est certain. La mention des plus beaux noms de Dieu s’achève sur le panneau 9 (pl. 10) :

106الصبور الذي ليس كمثله ثيء وهو السميع العليم صدق الله

107« ... le Patient. Rien n’est à Sa ressemblance. Il est l’Audient l’Omniscient. Allâh a été véridique ».

108Sur les deux grands côtés, le registre supérieur de la plateforme porte, comme à la mosquée Abhar, le verset du Trône de la sourate II. Seule change la répartition entre les panneaux. Nous avons par exemple, au Nord, sculpté dans la masse :

109وما في الارض.19/ سنة ولا نوم له ما فى السموات .20/ الحي الفيوم لاناخده .21

110يشفع عنده الا بادئه يعلم .18/ من ذا الذي

Planche 10. Panneaux 8 et 9 portant calligraphie des plus beaux noms de Dieu.

« Allâh possède les noms les plus beaux. Priez-le avec eux ! »

111Au-dessous, les panneaux 24 et 29 (pl. 11), côté nord, portent la généalogie de l’imâm, à partir de son père :

112امير المؤمنين الامام المنصمور / بالله رب العالمين الحسين ابن/ امير المؤمنين.29

113الامام الموكل على / الله الثامم ابن الصين ابن

114امير المؤمنين الامام المهدي/ لدين الله احمد ابن الحسن ابن امير/ المؤمنين .24

115الامام القاسم ابن محمن / ابن علي ابن الرشيد ابن احمد ابن الحسين

116Les panneaux symétriques de 24 et 29, sur le côté sud, portent la suite de cette généalogie :

117منصور بالله يحيى ابن المهني/ لدين الله احمن ابن الهادي الى دين/ الله ايحبى /

118ابن الميز ابن القاسم / الرس ابن ابراهبم الديباج / ابن اسماعبل ابن ابراهبم / ابن

119الحسن الرضا ابن الحسن السبط / ابن امبر المؤمنين علي ابن ابي طالب

120Traduction : 29a, « L’émir des croyants al-Manṣûr / 29b, bi-llâh maître des mondes al-Husayn fils du / 29c, prince des croyants l’imâm al-Mutawakkil ‘alâ / 29d, Allâh al-Qâsim b. al- Ḥusayn fils du / 24a, prince des croyants l’imâm al-Mahdî / 24b, li-dîn Allâh Aḥmad b. al-Hasan fils du prince / 24c, des croyants l’imâm al-Qâsim b. Muḥammad / 24d, b. ‘Alî b. ar-Rashîd b. Aḥmad b. al-Ḥusayn / (côté sud) al-Manṣûr bi-llâh Yahyâ b. al-Mahdî / li-dîn Allâh Ahmad b. al-Hâdî ilâ dîn / Allâh [Yaḥyâ] b. al-Ḥusayn b. al-Qâsim / ar-Rassî b. Ibrâhîm ad-Dîbâj / b. Ismâ’îl b. Ibrâhîm / b. al-Ḥasan ar-Riḍâ, fils de Ḥasan le petit-fils / (panneau peint) / fils du prince des croyants ‘Alî ibn Abî Ṭâlib. »

121Si nous comparons cette généalogie avec celle de la clôture d’al-Mutawakkil, nous constatons qu’il manque quelques chaînons de la filiation. L’artisan n’a-t-il pas su les retrouver ? Nous ne savons. Arrivé au terme, le sculpteur laisse un panneau vide d’inscription : a-t-il mal calculé la place nécessaire, qu’il a en excédent, ou bien souhaitait-il rendre hommage à ‘Alî en isolant la mention de son nom ? Autre détail qui pose question : on s’attendrait à voir la généalogie commencer sur le côté sud par le père du Mahdî ‘Abbâs, sous l’éloge du Mahdî, et s’achever sur le côté nord par la mention des deux Hasan et de ‘Alî, dont la louange est précisément sculptée sur le tympan de ce côté. Or c’est l’inverse qui se produit : s’agit-il d’une erreur au moment de l’assemblage, ou y a-t-il une raison que nous ignorons ? La réponse serait peut-être dans un dépouillement complet des inscriptions du cénotaphe.

122Volonté pédagogique du sculpteur ? Désir de bien resituer le défunt Mahdî ‘Abbâs dans la foi musulmane et la tradition zaydite ? L’ordonnance de ce cénotaphe constitue, du haut en bas, une véritable leçon sur les articles essentiels de la foi. Comme un minaret dressé vers le ciel, le médaillon sommital proclame d’abord les noms de Dieu, de Muḥammad et de ‘Alî, puis le décor affirme des aspects fondamentaux de la doctrine, jusqu’à l’enracinement dans la longue lignée des imâms zaydites du Yémen, en remontant jusqu’à ‘Alî : une boucle doctrinale et artistique est ainsi accomplie.

  • 25 Sur le Mahdî cAbbâs : cCAMRÎ, Cent ans, p. 9-45. SHAWKÂNÎ, Al-badr aṭ-ṭâlic, I, p. 310-313. SERJEA (...)

123Ouvrage précieux, exécuté avec une grande maîtrise par un artisan imprégné des modes ottomanes, le cénotaphe où repose le Mahdî ‘Abbâs glorifie un imâm qui a bien incarné l’idéal zaydite du roi guerrier, fin politique, généreux bienfaiteur et scrupuleux observateur de la loi musulmane25.

Conclusion

  • 26 SCHNEIDER, Inscriptions arabes de Zafâr Dî Bîn, I, p. 107-113’ ; fig. 18-24. II, p. 301-307, fig. (...)
  • 27 OTTO-DORN, Art de l’Islam, p. 138-139 : la partie supérieure est réservée au cénotaphe, c’est-à-di (...)

124Ces trois cénotaphes en bois ont des précédents au Yémen. Ainsi, les cénotaphes de Dâwûd et de l’imâm fondateur de la mosquée de Ẓafâr, près de Dî Bîn, simples parallélépipèdes couverts d’inscriptions kûfiques, sont placés dans des mausolées à coupole, près de cette mosquée26. La forme plus complexe de nos trois cénotaphes du xviiie siècle témoigne peut-être d’emprunts à l’art funéraire turc. Le toit à pignon (ph. 150) caractérise les tombes ottomanes et nous pouvons nous demander si la structure étagée, avec le soubassement abritant la tombe en maçonnerie édifiée sur le sol et, au sommet, la calotte polygonale, ne reprend pas l’idée du tombeau monumental saljûqide à deux niveaux27.

125Quoi qu’il en soit, les trois qafaṣ de Sanaa offrent un véritable répertoire des techniques décoratives et des motifs utilisés dans les menuiseries domestiques. Bien datés, ils aident à situer celles-ci dans le temps : ils constituent un repère de qualité pour une histoire de l’art du bois à Sanaa et au Yémen.

126Sont-ils de simples témoins de l’art qui existait dans les hautes terres à cette époque ou, au contraire, ont-ils joué un rôle de relais et de modèle en introduisant des nouveautés dans l’art du bois à Sanaa ?

127Témoins, ils le sont certainement : en effet, la taille arabe, s’exprimant en de beaux décors géométriques, sculptés dans le vif du bois et sobrement agrémentés d’éléments floraux, existe à coup sûr à Sanaa au début du xviiie siècle : rappelons seulement ici les portes de bayt Fâya‘ ou de dâr Jadîd (ph. 61 ; fig. G 7, G 8, G 9), pour les comparer à certains panneaux du cénotaphe d’Abhar (ph. 149).

128Par contre, nous n’avons pas de certitude sur le degré d’expansion des grilles découpées à jour dans les menuiseries domestiques du xviiie siècle. Existaient-elles ou bien les cénotaphes sont-ils les précurseurs des moucharabiehs de Sanaa ? Ou, plus précisément, ont-ils servi à relancer, à remettre à la mode la vieille idée de grille de bois ajouré, déjà connue au Yémen par les œuvres citées : porte de bayt ‘Alî as-Simâh (ph. 59), tympan de la grande mosquée de Sanaa (fig. J 31), claires-voies de la madrasa al-Ashrafîya de Ta’izz (ph. 111) ? Nous penchons pour cette seconde hypothèse. En ce xviiie siècle, les moucharabiehs du Caire sont en pleine diffusion. Les artisans qui ont exécuté les cénotaphes s’en sont peut-être inspiré, les concevant dans leur partie supérieure comme une cage ajourée à la manière du Caire, et donnant ensuite à leurs confrères des modèles à imiter. La technique de la découpe à jour, plus simple que celle du bois tourné, a été retenue pour les cénotaphes, les shubbâk et les kushk de Sanaa.

  • 28 DIM AND, Unpublished Metalwork, p. 229-237.

129Dans le décor des cénotaphes, s’exprime aussi la rencontre d’une tradition locale et de modes turquisantes. Celles-ci se manifestent par l’ornementation peinte en style floral et par certaines calligraphies. L’exemple le plus parlant est le ‘alam qui surmonte le cénotaphe du Mahdî ‘Abbâs (ph. 156). Néanmoins, les inscriptions gravées sur les objets de cuivre commandés par les souverains rasûlides, dans les ateliers du pays ou du Caire, rappellent que l’on cultivait la belle écriture cursive à l’époque mamlûke28.

130Il est intéressant enfin de noter que trois souverains successifs, pères et fils, éprouvent le besoin de faire exécuter des cénotaphes. Désir sans doute de se glorifier eux-mêmes, mais probablement aussi d’affirmer la légitimité de leur lignée, donc d’une partie de leur pouvoir, en affirmant leur filiation zaydite, jusqu’aux « deux Ḥasan » et ‘Alî.

Planche 11. Côté nord. Détail des panneaux 20 et 21 (verset du Trône, fragment), 29 a, b, c, d (fragment de la généalogie) et des panneaux 27 et 28, sculptés en taille arabe et peints.

Notes

1 Nous n’avons pu déterminer le type d’assemblage des montants et traverses entre eux et avec les panneaux. Certains éléments du cadre sont assemblés par tenons et mortaises, avec chevilles de bois.

3 ḤAJARÎ, Masâjid, p. 5-6, ne donne pas d’indication. LEWCOCK, SERJEANT, SMITH, Smailer Mosques, SL, Ṣan‘â’, p. 384, datent l’extension de la mosquée Abhar par l’imâm al-Husayn de 1 171/1757-58.

4 C’est à cette figure K 1 que se rapportent les coordonnées qui suivent dans le texte (lettre + chiffre), quand elles ne sont pas précédées du mot "fig". -Dimensions principales du cénotaphe. Socle : longueur, 211 cm ; largeur, 122 ; hauteur, 121 cm. Panneaux E 1, E 4, G 1, G 4 : 37 cm de côté. Premier étage : longueur, 196 ; hauteur, 82 cm. Troisième étage : hauteur, 52 cm environ.

5 ARSEVEN, Arts turcs, p. 195, fig. 477, sarcophage en bois sculpté de Mahmoud Hayranî (côté tête), musée des œuvres d’art turc et mus. à Istanbul. GOODWIN, Ottoman Arch., p. 68, fig. 61 : Yesil Türbe, Bursa, Tombe de Mehmet I, 1421.

6 Stèle n° 866, Ahlâṭ, ph. extraite du cat. de la photothèque de VAN BERCHEM, établi par S. ORY en 1975, stèle non d. par VAN BERCHEM. Selon ASLANAPA, les pierres tombales d’ Ahlâṭ ont été édifiées du xiie au xive s. : Turkish Art, p. 145.

7 Les numéros de sourates sont ceux de la Vulgatc coranique. La traduction est celle de BLACHERE, Le Coran.

8 ḤAJARÎ, Masâjid, pp. 91-2.

9 Dimensions. Socle : longueur, 211 ; largeur, 121 ; hauteur, 129 cm. Second étage : L., 189,5 ; 1-, 105,5 ; H., 55,5 cm. H. du sol jusqu’en haut de la toiture cintrée, 228 cm. Hauteur du sol jusqu’en haut du cadre des petits mihrâb, 236 cm. 8b Les panneaux et les traverses sont numérotés sur la figure K 4 et photographiés sur les photos 151, 153 et 154.

10 CRESWELL, Account, pl. 3-4, Coupole du Rocher, pl. 42, M. al-Aqṣâ. MARÇAIS, Arch. mus. d’Occident, p. 51, fig. 25 F, GM de Kairouan.

11 MARÇAIS, Arch. mus. d’Occident, p. 50, fig. 24, 25 H, GM de Kairouan, niches aux écoinçons de la coupole précédant le miḥrâb, et panneaux du miḥrâb.

12 OTTO-DORN, Art de l’Islam, p. 39.

13 WULFF, Crafts, p. 99, fig. 146 ; p. 226, fig. 314, tampons à imprimer les étoffes.

14 ARSEVEN, Arts turcs, p. 231, fig. 540, pl. 15.

16 SHAWKÂNÎ, Al-badr aṭ-ṭâlic, I, p. 312.

17 Dimensions d’un des huit côtés du tambour : L., 29,5 cm ; H-, 21,5.

18 PETSOPOULOS, Tulips, p. 8.

19 ARSEVEN, Arts turcs, p. 93, 94.

20 PETSOPOULOS, Tulips, p. 8 et 9.

21 MASSOUDY, Calligraphie, p. 166. Voir aussi, p. 37, un autre "haut d’étendard".

22 PETSOPOULOS, Tulips, p. 7, 186.

23 MASSOUDY, Calligraphie, p. 64.

24 MASSOUDY, Calligraphie, p. 88.

25 Sur le Mahdî cAbbâs : cCAMRÎ, Cent ans, p. 9-45. SHAWKÂNÎ, Al-badr aṭ-ṭâlic, I, p. 310-313. SERJEAN’i, Post Médiéval and Modem History, SL, Sancâ‘, p.’85-86.

26 SCHNEIDER, Inscriptions arabes de Zafâr Dî Bîn, I, p. 107-113’ ; fig. 18-24. II, p. 301-307, fig. 38 à 41.

27 OTTO-DORN, Art de l’Islam, p. 138-139 : la partie supérieure est réservée au cénotaphe, c’est-à-dire le sarcophage d’apparat vide, tandis que le sous-sol correspondant à la base carrée renferme la sépulture réelle.

28 DIM AND, Unpublished Metalwork, p. 229-237.

Notes de fin

1b Même situation pour le mausolée dit de Dâwûd : SCHNEIDER, Inscriptions arabes de Ẓafâr - Dî Bîn, p. 96.

15 13b Nous remercions Denis GRIL qui nous a aidés à établir plusieurs fragments du texte de cette clôture et a trouvé la référence du vers cité : le 10e de la Hamziyya d’al-Busîrî (mort en 694 ou 696/1294 ou 1297), auteur d’un autre éloge célèbre du Prophète, la Burda.

Table des illustrations

Légende Ph. 146. Cénotaphe de la mosquée Abhar
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3167/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 4,1M
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3167/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 981k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3167/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 350k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3167/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Légende Le cénotaphe de la mosquée AbharFig. K 1. Schéma d’identification des panneaux.Ph. 146b. Détail du panneau F 1 : arbre exécuté en taille arabe.Ph. 147. Sceaux de Salomon en lattes de métal et clous en étoile, panneau G 2.Ph. 148. Petit côté occidental, premier étage, panneaux E 5, F 6 et F 7.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3167/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 622k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3167/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3167/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3167/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3167/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 3,4M
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3167/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 330k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3167/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1021k
Légende Fig.K 2 et K3. Mosquée al-Mutawakkil, cénotaphe proprement dit. K 2 : sourate XL, vers. 7. — K 3 : motifs floraux.Ph. 152. Cénotaphe proprement dit, angle sud-ouest du socle.Planche 7. Détail de la clôture.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3167/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 766k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3167/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3167/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0M
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3167/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 306k
Légende Ph. 153 et 154. La clôture du cénotaphe d’al-Mutawakkil.Ph. 153, côté nord.Ph. 154, partie du côté ouest.Fig. K 4 : schéma d’identification des panneaux.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3167/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3167/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 366k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3167/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3167/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3167/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 297k
Légende Fig. K 5. Le cénotaphe du Mahdî ‘Abbâs, schéma d’identification des panneaux.Fig. K 6 et K 7 : détails du décor.Pl. 7 b. Le cénotaphe du Mahdî ‘Abbâs, vue générale.Pl. 8. Le socle, côté occidental peint.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3167/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende Planche 9. Partie supérieure du côté occidental.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3167/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Ph. 156. « Haut d’étendard » couronnant le cénotaphe.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3167/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Légende Planche 10. Panneaux 8 et 9 portant calligraphie des plus beaux noms de Dieu.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3167/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Légende Planche 11. Côté nord. Détail des panneaux 20 et 21 (verset du Trône, fragment), 29 a, b, c, d (fragment de la généalogie) et des panneaux 27 et 28, sculptés en taille arabe et peints.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3167/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0M

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable