Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’art du Bois à Sanaa

 | 
Guillemette Bonnenfant
, 
Paul Bonnenfant

Troisième partie. Un Orient d'altitude

Les grilles en bois ouvragé

Texte intégral

  • 1 ḤAMDÂNÎ, Al-Iklîl, livre VIII. Sur ce palais, voir LÖFGREN, art. Ghumdân, Encyclopédie de l’Islam, (...)
  • 2 WULF, Handicrafts, p. 81 et 90. POPE, Persian Art, t. II, p. 523-524 et fig. 149 : "Bow-windows ar (...)
  • 3 GOLVIN, Essai sur l’architecture, p. 239.
  • 4 MIGEON, Manuel, t. I, p. 324.
  • 5 Voir n. 52 de notre ch. 2.5. La fig. J 31 a été dessinée d’après des photos de Solange ORY, que no (...)
  • 6 Deux souverains rasûlides dénommés al-Ashraf sont susceptibles d’avoir construit la madrasa al-Ash(...)
  • 7 LEWCOCK and SMITH, Three Medieval Mosques, part II, p. 200.

1Les grilles en bois qui ferment les baies ne sont pas désignées à Sanaa par le terme de moucharabieh, bien qu’elles en aient souvent les fonctions. Leur usage remonte probablement à l’époque préislamique : al-Hamdânî, dans sa description du palais Ghumdân, note que des ouvrages d’ébène ajouré clôturaient les fenêtres de la chambre royale, au dernier étage1. Au Yémen comme en d’autres pays, il semble que, dès les débuts de l’Islam, les claires-voies en bois aient été fabriquées d’abord pour les monuments religieux. Ainsi ornaient-elles les fenêtres des mosquées d’Iran où, déjà, à l’époque achéménide, existait un artisanat en bois tourné ; détail intéressant, des balcons en bois étaient employés dans l’architecture sassanide2. Les exemples islamiques les plus anciens que nous puissions encore admirer se trouvent dans des mosquées. La grille en bois tourné fermant la maqsûra de la grande mosquée de Kairouan a été exécutée au xie siècle3. Au Caire, nous pouvons mentionner les clôtures de la salle de prière de la mosquée d’as-Sâlih Talâ’i’ (1160), des tombeaux ayyûbides du xiiie siècle, comme le mausolée de l’imâm ash-Shâfi’î élevé en 12114. Le Yémen possède deux témoins que l’on peut situer dans le temps : à Sanaa, une grille formée d’un motif de tresses a été exécutée pour la grande mosquée entre 1110 et 1230 (fig. J 31)5 ; à Ta’izz, une claire-voie de bois (ph. 111), dressée devant les tombeaux situés au sud de la madrasa al-Ashrafîya, fondée par un souverain rasûlide encore mal identifié, date de la fin du xiiie ou du xive siècle6. La connexion avec l’Anatolie et surtout Le Caire a déjà été soulignée7.

  • 8 LEZINE, Persistance, p. 19.

2Selon Lézine, l’apparition du moucharabieh dans l’architecture domestique d’Egypte est certainement contemporaine des premières maisons musulmanes. Dans ce pays, le moucharabieh a permis de concilier un type d’habitat préislamique, la maison en hauteur dont les fenêtres ouvraient sur la rue, avec « les mœurs particulières des nouveaux utilisateurs. Celles-ci exigeaient une stricte protection de la vie privée des habitants contre toute indiscrétion »8.

  • 9 REVAULT, MAURY, Techniques de construction, in MAURY, Palais et maisons du Caire, t. II, p. 318.
  • 10 GRAY, Peinture persane, miniatures extraites de Diwan de Khwajou Kirmanî peint par Djounayd, Bagda (...)

3Pourtant, dans l’architecture domestique du Caire, les témoins les plus anciens datent du xve siècle. Ils sont réalisés en bois tourné, technique que les artisans coptes maîtrisaient bien avant la conquête arabe. Dans les palais circassiens, l’élargissement des baies exigea, pour la protection de la vie privée, l’emploi de grands moucharabiehs qui se substituèrent aux grilles de fer. Ils atteignirent leur plus grand développement à l’époque ottomane : l’emploi des moucharabiehs en surplomb se généralisa au xviiie siècle9. En Iran, les miniatures du xve siècle représentent des maisons avec des baies fermées par des grilles en bois à motifs géométriques10.

  • 11 NIEBUHR, Voyage, t. 1 p. 390.
  • 11b Dessin reproduit dans SL, San’â’, p. III, fig. 9.1.
  • 13 MANZONI, El Yemen, p. 121, "casa di S.E. Ismâaîl Haqqi Pascià".
  • 14 DEFLERS, Voyage au Yémen, 1889, p. 59.

4Il est très probable que, du Caire, le moucharabieh a gagné les ports de la mer Rouge et, dans une moindre mesure, Sanaa. Dans cette ville comme à Jedda, al-Hudayda ou Swâkin, le moucharabieh est né du besoin de contrôler les ouvertures donnant sur la rue, tout en aérant la pièce. Mais à Sanaa, son usage est limité et son apparition beaucoup plus tardive. Niebuhr, observateur perspicace, n’en signale aucun lors de son passage en 176311 ; pas de trace de moucharabieh sur le palais royal dessiné par Cruttenden en 183611b. Manzoni visite Sanaa entre 1877 et 1879 : bien qu’il fasse la distinction entre tâqa et shubbâk pour désigner les types de fenêtres, il ne fait pas allusion à des moucharabiehs en saillie sur la rue, et la maison dont il donne le dessin n’en est pas pourvue13. Cette constation est à rapprocher des observations du botaniste Deflers en 1889 : « Le premier étage présente une suite de hautes baies en plein cintre, dont l’imposte, fermée par une cloison en retraite, est percée d’un ou deux œils-de-bœuf circulaires. La partie inférieure de la baie encadre une fenêtre carrée pourvue quelquefois d’un petit meschrebieh ou mirador en bois grossièrement découpé »14. Il faut donc attendre l’élargissement des baies, au début du xxe siècle, pour voir de grands moucharabiehs à Sanaa.

  • 15 PRISSE D’AVESNES, L’art arabe, p. 187 : "Cette industrie s’est perdue aujourd’hui en Egypte et il (...)

5Le moucharabieh est resté un attribut de la maison citadine. On ne le trouve d’ailleurs que dans des villes sensibles aux influences extérieures : les ports de la mer Rouge et les villes de l’intérieur où résidaient les imâms, comme Sanaa, Ta’izz ou Hajja. Paradoxalement, la fabrication des moucharabiehs s’est développée à Sanaa quand elle s’est arrêtée en Egypte, dont l’impulsion a été probablement déterminante15.

6A Sanaa, le moucharabieh a eu une diffusion restreinte comparée à celle qu’il possède à al-Hudayda ou al-Luhiyya, ports du Yémen sur la mer Rouge, ou à Jedda et Yanbu’, en Arabie Saoudite. Dans la capitale yéménite, il n’existe pas au rez-de-chaussée où les percements ne sont que des meurtrières haut placées. Même dans les maisons basses du quartier de Bi’r al-’Azab, les fenêtres, à ce niveau, ne sont garnies que de barreaux en fer. Aux étages supérieurs des hautes demeures traditionnelles, des moucharabiehs ferment les baies rectangulaires placées sous les vitraux ou les niches percées d’oculi. Ils alternent avec les contrevents et les châssis vitrés, mais sont moins fréquents qu’eux. Ils n’ont pas l’ampleur des rawshan de la mer Rouge. Ce développement limité s’explique probablement par le climat : sur le plateau yéménite, l’altitude abaisse les températures ; le besoin d’aérer, si pressant dans la moiteur des ports de la mer Rouge, est moins contraignant que la nécessité de se défendre contre les pillages épisodiques des tribus. Les moucharabiehs, liés à un art de vivre en déclin, ne sont plus fabriqués ni même entretenus.

7Les grilles en bois encore visibles à Sanaa se distinguent par leur place à l’égard du mur, leur localisation en façade, leur forme, enfin par la technique décorative employée. Nous pouvons donc répertorier les divers types de moucharabiehs existant dans la capitale, puis décrire les décors en bois ajouré les plus caractéristiques.

Ph. 111. Détail de la claire-voie en bois entourant un des mausolées, madrasa al-Ashrafiya, Ta'izz.

1 à J 3. Divers agencements de grilles en bois
J 1. Au nu du mur, planches jointives découpées. J 2. Au nu du mur, sous des mudawwara, en lattes découpées assemblées à mi-bois. Maison du quartier at-Talha.
J 3. En retrait dans un arc, au-dessus d'un shubbâk, lattes assemblées à mi-bois. Bayt ar-Rubaydî.

Les différents types de grilles en bois

8A Sanaa, nous voyons des grilles au nu du mur et des moucharabiehs en surplomb, qui portent le nom de shubbâk ou de kushk.

Grilles au nu du mur

9Elles sont scellées dans la maçonnerie ou, plus rarement, garnissent des battants de porte ou des persiennes.

10A l’intérieur de la maison, le mur séparant la cage d’escalier du vestibule d’entrée des différents étages est parfois percé d’une ouverture rectangulaire barreaudée de bois, qui permet aux femmes de contrôler la circulation dans l’escalier. De même, une grille permet souvent de surveiller les mouvements dans le dihlîz, depuis l’escalier.

11Sur la façade de vieilles maisons, des grilles garnissent de petites baies rectangulaires isolées (fig. J 1) ou placées sous les niches percées d’oculi du premier étage (fig. J 2). Elles contribuent à l’éclairage ou à l’aération de pièces servant d’entrepôts. Certaines se substituent à un vitrail dans une baie cintrée qui surmonte un shubbâk en briques au-dessus d’une entrée (ph. 113 et fig. J 3). A bayt al-qâdî ‘Alî al-’Amrî, elles clôturent les ouvertures rectangulaires d’un parapet de terrasse, face à des fenêtres d’où l’on embrasse la vue sur le quartier : c’est une formule exceptionnelle à Sanaa, mais très courante dans les ports de la mer Rouge comme Jedda.

12Presque toutes ces grilles sont exécutées en bois découpé. Dans les exemples les plus rustiques, des planches découpées en zig-zag sur leurs bordures, sont jointes verticalement pour former un réseau de jours losanges (fig. J 1).

13Des lattes assemblées à mi-bois constituent un réseau orthogonal d’un travail plus élaboré : ces lattes sont parfois échancrées, à intervalles réguliers, de découpes qui, après assemblage, créent en ajour, un réseau de polygones étoiles. Les plus fréquents sont des sceaux à huit branches, hâtim matmûn (fig. J 2 et J 3).

  • 16 CRESWELL, Muslim Arch., t. II, pl. 102a : dans la madrasa-tombeau de l’émir Sunqur Sacdî datant de (...)
  • 17 BOURGOIN, Précis de l’art arabe, t. 111, pl. 3 à 12, "treillis lattes, assemblés à mi-bois aux ajo (...)
  • 18 REVAULT, Construction et décor, Pal. et maisons du Caire, t. II, p. 352.
  • 19 GREENLAW, Suakin, p. 123 à 126. Pour Jedda, notes personnelles.

14Cette technique a été utilisée au Caire : d’abord dans les mosquées16, puis dans les maisons, au plus tard à partir du xvie siècle, si l’on se réfère au répertoire de Bourgoin17. Remplacée au xviiie siècle par le bois tourné, elle resta limitée à des fenêtres secondaires plus étroites, éclairant des communs18 ; le même usage s’est imposé à Sanaa. En dehors du Caire, il en existe de beaux exemples dans les moucharabiehs des ports de la mer Rouge, particulièrement à Jedda et Swâkin19. Leur richesse dépend de la variété des découpes géométriques exécutées dans les lattes assemblées de manières diverses. Les treillis lattes avec ajours découpés ne se fabriquent plus à Sanaa et ne sont qu’un aspect du travail en bois découpé que les menuisiers désignent par le terme de muharram.

Ph. 112, ci-contre. Grande mosquée, salle de prière Sud : grille en bois découpé ou tourné.
Ph. 113, ci-dessous. Grille en bois tourné surmontant un shubbâk, bayt Muhsin al-Yamânî.

  • 20 LEWCOCK, SMITH, SERJEANT, COSTA, The GM, SL, Ṣan‘â’, p. 327 ; p. 334, pl. 18.24.

15La claire-voie en bois clôturant l’entrée d’une chambre funéraire, édifiée au xive siècle au sud-ouest de la grande mosquée, résulte d’un procédé voisin : un assemblage de petits bois dessine un réseau orthogonal. Des baguettes marquées d’entailles sont clouées sur les barreaux pour créer des jours polygonaux. Les lambrequins qui engendrent les arceaux du haut résultent du même procédé20.

  • 21 CRESWELL, Muslim Architecture, t. II, pl. 68 et 98b.

16Quelques exemples de grilles en bois tourné existent encore à Sanaa. Bobines, cubes aux angles arrondis, balustres dessinent des réseaux à mailles carrées dans de petits panneaux (ph. 113). Les éléments sont souvent disposés en diagonale comme dans la clôture de la madrasa al-Ashrafîya, à Ta’izz, qui a probablement inspiré plus d’un artisan yéménite (ph. 111). Ce schéma décoratif, dénommé jarâ ‘id à Sanaa, a été employé dans des ouvrages du Caire, au mausolée du sultan Qalâwûn dès 683-4/1285, et au Khânqâ de Baybars al-Gâshankîr en 709/13 1 021.

17On peut admirer à la grande mosquée de Sanaa une porte dont les deux battants sont garnis de panneaux ajourés où les deux techniques évoquées ci-dessus se combinent heureusement (ph. 112) : au milieu, le treillis est tourné, en haut et en bas, il est latte et découpé.

18Certaines fenêtres possèdent des persiennes réalisées avec un lattis croisé sans prétention décorative, ou découpées à jour (ph. 132). Ce décor ajouré sera étudié à propos des shubbâk où il revient souvent.

Le shubbâk

  • 22 PRISSE D’AVESNES, L’art arabe, p. 276 : "On appelle chibbak, les fen. grillées dont les treillages (...)

19Dans l’architecture de Sanaa, le shubbâk désigne une logette débordant d’une baie sur la façade et possédant des parois ajourées, ce qui justifie son nom : la racine shbk désigne la fenêtre, mais aussi le filet22. C’est un ouvrage en maçonnerie, construit en pierre ou en brique (ph. 114), voire avec des grilles de plâtre, mais il existe aussi des shubbâk en bois que nous étudions ici.

20Le shubbâk en bois est un petit moucharabieh dont la cage, en surplomb sur le mur extérieur, épouse la forme d’une baie rectangulaire plus haute que large, surmontée d’une niche percée d’oculi (ph. 119) ou d’un vitrail sensiblement de même largeur (ph. 116 et 117). Il arrive que l’on trouve deux shubbâk jumeaux sous un large vitrail (ph. 115).

21Le shubbâk a les dimensions du percement qu’il cache : environ un mètre de hauteur sur 0,70 à 0,80 m de largeur. La profondeur de la cage est donnée par le surplomb sur la façade : elle ne dépasse pas 25 cm. A l’intérieur, il s’y ajoute l’épaisseur du mur, soit 55 à 60 cm ; le fond du shubbâk prolonge l’appui de fenêtre. Des volets permettent d’isoler la cage de l’intérieur quand il fait froid.

22Les deux sortes de shubbâk, en maçonnerie et en bois, témoignent de l’évolution des conditions de vie. Dans un habitat fortifié comme l’était celui des hautes terres yéménites, le shubbâk en pierre pouvait jouer le rôle d’une bretèche : les trous percés dans le fond permettaient de tirer sur un ennemi éventuel. Intégré à un habitat citadin, il a gardé la forme de la bretèche, mais a perdu progressivement sa fonction militaire : pourtant, à une date récente, 1948, le propriétaire de bayt Muhammad az-Zubayrî sauva sa maison du pillage en repoussant, à coups de fusil, les assaillants ! La position en surplomb du shubbâk et ses parois ajourées en font toujours un lieu d’observation : c’est là que, sans se faire voir, on surveille les allées et venues autour de la maison et qu’on identifie le visiteur qui attend à l’entrée. C’est aussi une niche aérée où l’on dépose les gargoulettes à rafraîchir, comme dans les moucharabiehs du Caire (la racine shrb signifie boire).

23Les shubbâk en bois, dont la généralisation, sinon la présence, est attestée seulement à la fin du xixe siècle, ont hérité de certaines fonctions domestiques des shubbâk en maçonnerie, mais ils ne les ont pas remplacés, comme le prouve la diversité de localisation et d’emploi de ces derniers qui s’ouvrent sur un espace de service, si possible dans un mur exposé au Nord, pour obtenir la plus grande fraîcheur. Il s’agit des toilettes, de la cage d’escalier, et surtout de la hijra, d’où l’on tire la corde qui actionne le verrou, après avoir reconnu le visiteur. Ils s’ouvrent aussi sur les terrasses qui constituaient, avec la hijra, une position de guet. De la rue, on les voit aménagés aux divers étages, un peu décalés les uns par rapport aux autres pour ne pas gêner le coup d’œil jeté d’en haut vers la porte d’entrée.

Ph. 114. Deux shubbâk côte à côte, l'un en brique, l'autre en bois, à bayt Muhammad al-Yamânî.
Ph. 115. Deux shubbâk turkî côte à côte, dâr açL-Dahab; baguettes croisées comme les shîsh de Jedda. Ph. 116. Shubbâk 'arbî: shubbâk arabe.
Ph. 117. Les parties d'un shubbâk : le battant ouvert, shâqûs; l'auvent, kunna, avec deux ornements d'angle, qurna, et un petit couronnement, tâj; la pièce du bas, sharnâfa, soutenue par les consoles, rijl.

24Au contraire, les shubbâk en bois ajouré occultent le plus souvent les fenêtres des pièces de séjour et de réception, comme dîwân ou manzar ; mais ils n’existent pas dans les mafraj, où l’on veut jouir de la vue la plus étendue par les larges baies. On ouvre les volets qui les ferment pour ventiler la pièce et voir ce qui se passe au dehors, tout en préservant l’intimité familiale. Leur position, très près du sol, permet aux habitants de profiter du spectacle de la rue, en étant assis sur les matelas étendus à terre. Le décor ajouré des shubbâk contribue à la beauté des pièces, qu’ils éclairent d’une douce lumière.

Le « shubbâk ‘arbî » ou shubbâk arabe

25Les shubbâk arabes sont les plus nombreux et les plus proches, par leur forme, des shubbâk en maçonnerie, comme nous pouvons le constater sur la photo 114, où voisinent un shubbâk en brique, d’une facture très courante, et un shubbâk en bois. Le shubbâk arabe a une section rectangulaire ; le devant, appelle visage, wajh, est flanqué de deux côtés, jânib, également appelés murs, hît (ph. 116). La menuiserie consiste en une simple caisse de bois qui, vue de l’intérieur, apparaît comme un placard fermé par deux vantaux dont le cadre est scellé au nu intérieur du mur. En position ouverte, ils se rabattent sur les tableaux de la baie (ph. 128).

26Le toit déborde au-dessus de la cage, formant un auvent appelé kunna, parfois rehaussé de merlons d’angle, qurna, comme celui qui protège les fenêtres. L’auvent retombe en lambrequin, sharnâfa al-kunna ou sharnâfa al-a’lâ, par opposition à la frise en bois découpé qui orne le bas de la cage, à l’aplomb de la paroi, et qui est dénommée sharnâfa al-asfal ou sifâla (ph. 117) ; une pièce de bois est dite musharnaf quand elle est chantournée. Le toit repose sur deux planches perpendiculaires au mur, fixées au linteau du percement (ph. 128). Le plancher s’appuie sur deux soliveaux engagés dans le mur sous le chaînage en bois qui fait contrepoids ; un seul soliveau soutient les petits shubbâk (ph. 114).

  • 23 FINSTER, Fr. von Ṣarḥa, pl. 101.

27Les parois latérales se prolongent sous le niveau du plancher, pour former deux consoles rectilignes ou chantournées (ph. 116 et 117). Certaines évoquent, par leur galbe, les consoles qui soutiennent le châssis des caissons à lanterneaux de la mosquée de Sarha23.

28Le devant du shubbâk, son visage, est constitué d’un ensemble de panneaux rectangulaires percés à jour, s’inscrivant dans un cadre grâce à un assemblage turc.

29Le décor ajouré est exécuté en bois découpé, muharram, plus rarement en bois tourné, muharrat (ph. 124, à dr.). Les panneaux pleins, tabala, sont rares en position frontale ; ils reçoivent des ornements en bois rapporté qui dessinent des médaillons en retrait, comme sur les portes (fig. J 4). Les menuiseries de Jedda et Swâkin ont les mêmes décors plaqués.

30Comme les contrevents, le devant du shubbâk possède des ouvertures appelées shâqûs. Leur importance et leur place commandent l’agencement des panneaux :

  • Une ouverture étroite, fermée par un battant, est percée dans l’axe vertical du moucharabieh (ph. 116 et 117). Elle est rectangulaire comme les panneaux fixes qui l’encadrent. Parfois couronnée d’un arc segmentaire, elle peut être le seul panneau ajouré du devant (fig. J 5).
  • Une ouverture plus grande est fermée par deux battants qui occupent tout le front du shubbâk (1. d’un battant, 35 à 40 cm ; H., 90 à 100 cm) et qui sont compartimentés en panneaux carrés ou rectangulaires (ph. 119). Deux battants plus petits peuvent s’inscrire dans un ensemble de panneaux périphériques fixes (ph. 130).

31De l’heureuse alternance des panneaux ajourés, aux dimensions et aux motifs variés, dépend la beauté du shubbâk.

32L’art yéménite, en menuiserie comme en maçonnerie, apprécie particulièrement les surfaces et les volumes emboîtés, les formes gigognes. Le shubbâk n’échappe pas à ce goût qui allie fantaisie et services rendus : pour mieux moduler la vue, la lumière et la ventilation, un shâqûs plus petit est parfois aménagé dans chacun des deux battants (ph. 134). Il se confond avec le panneau inférieur de ces battants et peut être facilement manœuvré de l’intérieur, quand on est assis sur les matelas étendus à terre. Les crochets-charnières, huttâf ta’alluq, les révèlent de l’extérieur. A l’intérieur, ils sont munis de crochets de verrouillage et d’anneaux pour les tirer comme les grands vantaux (ph. 134).

Ph. 118. Shubbâk dans le quartier Abhar.
Ph. 119. Shubbâk dans le quartier al-Fulayhî.
Ph. 120. Rangée de shubbâk 'arbî décorant les baies d'un dîwân, quartier al-Fulayhî. Dégradation par manque d'entretien, maison inoccupée.

33Les côtés et le fond du shubbâk sont constitués d’une simple planche. Comme la plupart des shubbâk en pierre ou en brique, ils sont percés de jours, permettant de surveiller de haut les abords de la maison, et aménagés de manière décorative (ph. 120). Le motif ajouré s’inscrit parfois dans un shâqûs qui perce les côtés.

  • 24 Comparer avec un usage du Caire, dans PRISSE D’AVESNES, L’art arabe, p. 276 : "Souvent, elles [les (...)

34De la forme de base du shubbâk arabe, le menuisier tire des variantes. Parfois, la cage rectangulaire du shubbâk déborde d’une grille au nu du mur, grille scellée (fig. J 6) ou pivotante comme celle qui ferme le shâqûs frontal (ph. 121). Cage et grille sont abritées chacune par un auvent : les deux kunna se superposent. En d’autres cas, des trois côtés du shubbâk saillent des logettes, muharraja, conçues chacune comme un petit shubbâk (fig. J 7)24. Ces deux exemples illustrent encore une tendance qui a été relevée plus haut : la miniaturisation des formes et leur emboîtement dans les percements.

Le « shubbâk turkî » ou shubbâk turc

35La qualification de « turc » définit des shubbâk qui se distinguent des précédents par la forme et le type de treillis qui les garnit.

  • 25 Notes personnelles et Jeddah, Old and New, pp. 52 sq.

36Le shubbâk turc le plus commun se caractérise par un profil triangulaire, mutallat (ph. 115). Il se distingue ainsi du shubbâk arabe qui, par ses angles droits, est carré ou rectangulaire. Le devant incliné ne s’ouvre pas, mais le fond est percé de jours. Les panneaux qui constituent le shubbâk turc sont garnis de minces lattes de bois croisées obliquement et clouées ensemble, formant un treillis appelé jarâ’id. Ce terme appartient également au vocabulaire du décor de bois ou de plâtre : il désigne les motifs de droites obliques qui interfèrent en croix de Saint-André. Il évoque les longues bandes découpées dans les folioles de palmes pour en faire des tissages. Ces lattis croisés sont très employés dans les menuiseries de fenêtre des ports de la mer Rouge, spécialement à Jedda où ils portent le nom de shîsh : ils constituent des écrans protégeant des regards fenêtres et balcons25.

37D’autres modèles de shubbâk sont exécutés en lattes croisées :

  • Certains ne sont pas surmontés d’un vitrail : ainsi le shubbâk d’angle de bayt al-’Amrî (fig. J 8), ou encore, à dâr ad-Dahab, un shubbâk rectangulaire qui clôture un percement du premier étage, dans une pièce servant d’entrepôt. Dans ce dernier exemple, le treillis en jarâ’id est orné, comme les shîsh de la mer Rouge, de grands losanges dessinés avec des baguettes rapportées.
  • Une large baie sous un vitrail peut être fermée par une grille posée au nu du mur : il en déborde deux logettes rectangulaires s’ouvrant par un battant (fig. J 11).
  • Les treillis en jarâ ‘id sont souvent une solution expé-ditive pour réaliser persiennes et shubbâk (fig. J 9) ; ils se substituent aussi à des panneaux découpés à jour qui constituaient les parois d’un shubbâk arabe et qui ont été endommagés.
  • Il existe des compromis entre la tradition et la modernité : ainsi, dans certains shubbâk, les panneaux à jour ont été remplacés par des châssis vitrés, comme cela s’est fait au Caire et dans l’habitat citadin de la mer Rouge (fig. J 4, haut). A l’inverse, on greffe de l’ancien sur du moderne : dans une croisée, une logette rectangulaire exécutée en jarâ’id s’avance entre deux châssis vitrés (fig. J 10).
  • Sont appelées turkî, bien qu’elles ne possèdent pas de surfaces travaillées en jarâ ‘id, ni de profil triangulaire, les persiennes d’où saillent deux logettes hexagonales, percées de jours en quatre-feuilles (fig. J 12).

38Est turkî également le shubbâk de dâr al-Bashâ’ir, résidence de l’imâm Badr (fig. J 13) : il présente le schéma déjà décrit de la cage rectangulaire saillant d’une grille à l’aplomb de la façade. Tous les panneaux sont percés de jours serrés en quatre-feuilles. Les formes simples sont enrichies par la multiplication des frises en bois chantourné, mais surtout par deux auvents superposés qui coiffent le shubbâk et qui créent deux niches latérales. La multiplication des consoles au tracé sinueux contribue aussi à enrichir le décor : certaines s’animent d’oiseaux perchés sur un croissant ou sur une coupe. Ces formes et ces motifs décoratifs appartiennent aux kushk que nous étudions plus loin : rien d’étonnant puisque le menuisier de dâr al-Bashâ’ir, ‘Abd Allah Qâsim al-Ustâ, a réalisé au moins deux des plus grands kushk de Sanaa.

J 8. Shubbâk d'angle exécuté en jarâ'id, bayt al-'Amrî.
J 9a. Battants garnis de jarâ'id au droit du mur.
J 9b. Shubbâk garni de jarâ'id.
J 10. Baie vitrée d'un jarf, équipée d'une logette.

  • 26 RATHJENS, Jewish Domestic Architecture, p. 17.

39Le terme turkî qualifiant les shubbâk précédents semble a priori indiquer une origine turque. Les artisans ont spontanément employé ce terme en voyant les exemples cités plus haut. Selon eux, ce sont les Turcs qui demandèrent ces modèles que l’on voit beaucoup à Bi’r al-’Azab, le quartier où ils habitaient. Cela est confirmé par une observation de Rathjens, qui note que les moucharabiehs de bois, dans le quartier juif, sont appelés « shubbâk turkiya » parce qu’ils ont remplacé les shubbâk en briques pendant l’occupation ottomane, vraisemblablement celle de 1872 à 191826. Remarque intéressante, car Rathjens séjourna à Sanaa à une époque où les souvenirs de la période turque étaient encore tout frais dans les mémoires. S’il en est bien ainsi, il est probable que les shubbâk turkî ont fait leur apparition à cette époque.

J 11 et J 12. Shubbâk à double logette dits «turcs».

40Par extension, turkî a. pris un sens un peu flou : est turkî ce qui traduit une mutation sous l’effet de modes extérieures, ce qui s’écarte donc du modèle originel, ici le shubbâk ‘arbî en bois, calqué sur une forme en maçonnerie employée depuis très longtemps, semble-t-il, dans l’architecture yéménite. Le qualificatif « d’arabe », ‘arbî, se rapporte ainsi au patrimoine yéménite et équivaut à « local », baladî, avec, en sous-entendu, un jugement de valeur : les produits du terroir restent les meilleurs ! Cette conviction est inscrite dans les esprits : au sûq, les produits baladî sont plus appréciés et plus chers que les produits étrangers.

J 13. Kushk de dâr al-Bashâ'ir.

Le kushk

  • 27 GOODWIN, Ottoman Architecture, p. 433.

41L’influence ottomane est confirmée par l’existence de moucharabiehs, plus grands et plus complexes que les shubbâk, et qui portent précisément le nom de kushk, nom certainement dérivé du mot turc kôsk. Ce terme, qui a donné le mot « kiosque » en français, désigne en Turquie un pavillon dont les fenêtres débordent sur la rue ou les jardins27. Le mot kushk employé à Sanaa aurait transité par al-Hudayda, d’après un vieil habitant de Sanaa possédant une maison dans ce port, très marqué par l’influence turco-égyptienne, comme Jedda, Swâkin, Yanbu’ et beaucoup d’autres villes de la mer Rouge. L’ustâ Husayn al-Haddî rend à chacun son dû : « Kushk est un terme importé des Turcs. En langue égyptienne, on dit mashrabîya, en langue de Sanaa, shubbâk ; les kushk sont de grands shubbâk ».

42Les kushk de Sanaa appartiennent à de grandes demeures élevées pour les derniers imâms et leurs parents proches : ainsi dâr ash-Shukr, construite en 1357/1938 pour le futur imâm Ahmad (ph. 126) ; bustân al-Hayr, datant de la même année (ph. 125) ; dâr Jadîd, bâtie également pour l’imâm Ahmad en 1366/1946-47 (ph. 123 et 123b) ; bayt ‘Abbâs, fils de l’imâm Yahyâ, datant de 1373/1953-54 (ph. 123 c) ; bayt bint al-Imâm, dite aussi bayt ibn Hajar qui épousa la fille de l’imâm, et qui date de 1375/1955-56 (ph. 127).

Ph. 121. Shubbâk à côté du minaret de la mosquée Abhar. Combinaison, rare à Sanaa, de la sculpture à iour et de la taille indienne

  • 28 Selon la jolie formule de MATTHEWS, The Red Sea Style, p. 67.
  • 29 Voir par exemple l’intéressant ouvrage de J.-Ch. DEPAULE, A travers le mur.

43Il s’agit donc de maisons âgées en 1986 de 30 à 50 ans, situées presque toutes dans le quartier de Bi’r al-’Azab. Avec de très beaux vitraux, elles développent une mode probablement turquisante, celle du moucharabieh, manifestation « d’une architecture éolienne »28 visant sur les côtes de la mer Rouge à capter les brises marines rafraîchisantes, et expression en pays d’Islam d’un art de vivre citadin sur lequel on a déjà beaucoup disserté29 : le moucharabieh offre la possibilité à la femme dans la maison de voir sans être vue, de prendre possession du dehors sans être dépossédée de soi par le regard de l’autre ; il rend le même service que le voile qui permet, dans la rue, de dévisager sans être reconnu... Imâms et hauts dignitaires du régime, qui circulaient entre al-Hudayda et Ta’izz, rapportent à Sanaa le goût du moucharabieh et le diffusent en créant une demande.

  • 30 BONNENFANT, Vitraux, p. 59 sq.
  • 31 PRISSE D’AVESNES, L’art arabe, p. 226 : "Ces fen. [les chibbak, fen. grillées] sont quelquefois re (...)

44Les artisans de Sanaa ont satisfait aux exigences de cette mode qui reprenait, nous l’avons vu, certains traits du fonds local. C’est là que jaillit l’étincelle : de même que les plâtriers de Sanaa surent combiner avec ingéniosité un patrimoine ancien, celui de plaques d’albâtre serties dans des arcs, et une mode nouvelle, celle de larges baies vitrées, pour épanouir l’art du vitrail30, de même les menuisiers vont enrichir et agrandir le shubbâk yéménite en s’inspirant probablement du moucharabieh de Jedda et d’al-Hudayda, le rawshan, et au-delà, des modèles du Caire31. Ils vont l’adapter avec bonheur aux données anciennes de l’architecture de Sanaa, en sachant lui trouver une juste place parmi les autres matériaux décorant les façades, la pierre, la brique et le plâtre.

45D’implantation récente, comme nous venons de le voir, les kushk sont peu nombreux ; il est exceptionnel d’en trouver deux sur la même demeure, alors qu’on peut trouver plusieurs shubbâk. Ils occupent en façade une position centrale sous un large vitrail et débordent sur la rue (ph. 91) ou, plus souvent, sur la cour-jardin qui entoure la résidence (ph. 1 et 125). Ce jardin, séparé du quartier par un simple mur, n’est pas l’espace clos qu’on trouve dans les vieux palais du Caire. La maison-tour permet d’échapper à l’enclavement : plus le moucharabieh est haut perché, mieux on embrasse la ville et sa ceinture de montagnes. A l’intérieur, les kushk sont desservis soit par un vestibule d’étage, la hijra (dâr ash-Shukr), soit par une pièce plus intime (dâr Jadîd, bayt Muhammad al-Yamânî).

46Plus grands que les shubbâk, les kushk remplissent mieux qu’eux le programme du moucharabieh, évoqué ci-dessus. Certains sont assez spacieux pour qu’on puisse s’y tenir debout, s’y coucher pour une sieste, s’y asseoir en mâchant le qât ou en buvant le qishr, décoction d’écorce de grains de café chère aux Yéménites. Ainsi en est-il à dâr ash-Shukr et à bustân al-Hayr : ce sont alors des endroits intimes, couverts de tapis, pièces de réception miniaturisées, à l’écart du mouvement général de la maison, jouant aussi le rôle de salon d’été comme les rawshan de la mer Rouge. Cette fonction s’ajoute donc à celles que nous avons déjà mentionnées pour les shubbâk. Mais beaucoup de kushk sont trop petits pour qu’on puisse s’y installer confortablement, même assis. La différence est donc grande avec le rawshan des ports de la mer Rouge, véritable salon dans le salon par toutes ses dimensions : on peut vraiment y recevoir et y dormir, y boire et y manger, y vivre en un mot.

  • 32 Comparer avec des mouch. de demeures du Caire comme le palais d’al-Razzâz, dans REVAULT et MAURY, (...)

47Mais revenons aux kushk de Sanaa. Ils se distinguent encore des shubbâk par une forme et un décor plus complexes. La cage a généralement un plan de base rectangulaire, qui se transforme parfois à mi-hauteur. Elle s’additionne de logettes saillantes, muharraja ou jawf ( ?) ; le kushk est alors dit mujawwaf ( ?). Les logettes sont arrondies, rectangulaires ou polygonales, et leur fond percé de trous32. Le toit débordant en auvent est recouvert, comme les terrasses, d’un enduit qui le protège des intempéries (ph. 125).

48Le plancher repose sur des solives rectangulaires soulagées par des consoles en bois. Il prolonge vers l’extérieur l’appui de la baie qui sert de marche, l’allège n’ayant que 30 cm de hauteur. Le dessous du plancher garde un aspect fruste, parfois dissimulé par un décor peint. Il ne présente pas le grand déploiement des surplombs décorés, qui caractérise les rawshan de la mer Rouge.

Ph. 122 à 123b. Les kushk de dâr Jadîd
Ph. 122. Le kushk du premier étage, vu de l'intérieur. A gauche, un des volets scellés au droit du mur intérieur de la pièce. — Ph. 123. Kushk du premier étage, vu de l'extérieur (vue intérieure, ph. 137). — Ph. 123b. Kushk du quatrième étage, vu de l'extérieur (vue intérieure, ph. 138).

  • 33 Citons le mouch. du pal. d’al-Razzâz surplombant la rue Bâb al-Wazîr, demeure du xve s., transform (...)
  • 34 GREENLAW, Suakin, p. 103 sq. Jeddah, Old and New, p. 38, 63,71. Notes pers.

49Les panneaux qui compartimentent les parois de la cage sont assemblés à la turque, dans des cadres à tenons et mortaises. Dans les petits kushk, ils sont découpés à jour sur les trois côtés percés de shâqûs, et défoncés de logettes à hauteur des yeux (ph. 123b). Dans les plus grands, ils sont répartis en trois registres horizontaux. Le soubassement est divisé en panneaux aveugles : à l’intérieur, on s’adosse aux coussins posés contre la menuiserie pleine quand on s’installe sur les tapis et les matelas étendus sur le plancher, le long des côtés. Dans les deux étages supérieurs, alternent panneaux fixes, shâqûs et logettes en surplomb. Dans le niveau intermédiaire, les surfaces ajourées dominent : on regarde en position assise, à travers le bois découpé, ou par un battant entrouvert. Au sommet, les châssis en verre dépoli ou coloré s’ajoutent aux panneaux en bois ajouré ou les remplacent : ce niveau supérieur assure l’aération, la diffusion de la lumière et permet de jeter un coup d’œil à l’extérieur, en position debout (ph. 125 à 127). Cette répartition horizontale reprend en la simplifiant l’ordonnance de beaucoup de moucharabiehs du Caire et de la mer Rouge33. Dans les deux exemples du Caire cités en note, on remarque sous les vitraux, dans le registre intermédiaire, le grand développement, des surfaces ajourées en bois tourné, qui assurent la ventilation et comportent, dans le bas, de petites ouvertures mobiles s’ouvrant dans des logettes qui saillent de la grille. Dans les ports de la mer Rouge, une des formules traditionnelles consiste à placer, entre le garde-corps de panneaux pleins et le niveau supérieur de panneaux percés à jour pour la ventilation, une partie intermédiaire présentant une série d’ouvertures qu’on occulte avec des volets34. Dans la même formule occidentalisée, volets et panneaux en bois découpé sont remplacés par des persiennes à lamelles inclinées obliquement et des châssis vitrés. Les ustâ de Sanaa n’ont pas appliqué strictement les formules du Caire et de Jedda : le climat ne les imposaient pas. Les kushk de leur ville sont un compromis entre le shubbâk traditionnel et une mode nouvelle : ils constituent un bon exemple de diffusion de modèles culturels en architecture.

50Nous remarquons le développement des frises en bois découpé : elles soulignent l’articulation des parois avec le toit et le plancher, dans la cage principale comme dans les logettes. Leur décor est plus varié que dans les shubbâk : les auvents sont couronnés de merlons d’angle, qurna, et d’une figure centrale appelée tâj, comme la coiffure de la mariée (ph. 124 et 126). Lesjawla ( ?), équivalant aux sifâla ash-shubbâk, ourlent le plancher débordant sous la cage. On note aussi la multiplication des consoles, littéralement « pieds », rijl, à différentes échelles de grandeur : elles soulagent les solives portant toit et plancher. Leur profil sinueux contribue à créer un décor gracieux, parfois maniéré.

51Comme les shubbâk, les kushk peuvent être isolés de la pièce à la manière d’un placard, par une porte à deux battants parfois vitrés, ou par des volets brisés à deux ou trois panneaux. Cela semble une particularité de Sanaa, rendue possible par la faible dimension des kushk : il serait difficile d’isoler un rawshan de Jedda.

52Au-delà des fonctions analogues et des éléments communs (grilles percées de petites ouvertures mobiles ou défoncées de logettes carrées ou polygonales, lambrequins et consoles associées aux auvents et aux planchers), les kushk de Sanaa se distinguent des moucharabiehs d’autres régions par leur décor ajouré : pas de bois tourné comme au Caire, pas de treillis lattes assemblés à mi-bois ou de persiennes à lamelles inclinées obliquement comme dans les ports de la mer Rouge, mais des surfaces couvertes de motifs variés sculptés en ajour, qui seront étudiés plus loin.

53Chaque kushk constitue un ouvrage particulier qui mérite une description.

54A la découverte des kushk

LES KUSHK DE DÂR JADÎD

55Dâr Jadîd fut construite entre 1366 et 1368/1948 pour l’imâm Ahmad, à l’emplacement, dit-on, d’un palais appartenant à des héritiers de l’imâm al-Mansûr ‘Alî. C’est la seule demeure à posséder deux kushk sur la même façade, exposée à l’Ouest et dominant directement la rue. Ils sont l’œuvre de ‘Izzî ‘Abd Allah al-Ustâ, chef du chantier de menuiserie à dâr Jadid.

56Le kusjik du premier étage se détache sur le parement en pierre (ph. 123). Comme beaucoup de shubbâk en bois, il communique avec un dîwân, dont il est séparé par des volets assemblés à l’arabe (ph. 122). Il est considéré comme shubbâk arabe, ou encore comme kushk arabe, par certains artisans, à cause de sa cage rectangulaire dépourvue de logettes débordantes ; mais il est beaucoup plus vaste. Les parois sont compartimentées en panneaux ajourés, sauf dans le bas des petits côtés où la menuiserie est pleine. Sur le devant, six panneaux fixes encadrent un grand châssis mobile que remplissent quatre panneaux ; ce châssis pivote verticalement sur des crochets fixés en haut. La jawla ( ?), frise en bois découpé ourlant le plancher, déborde de la cage autant que l’auvent. Ce dernier est coiffé de merlons d’angle, qurna, qui se profilent en deux fleurons opposés par la base ; il est orné d’une ribambelle de fruits qui ressemblent à des pommes. Le plancher repose sur deux solives soulagées par des consoles qui ressemblent, par leur profil sinueux, à celles que l’on trouve dans les moucharabiehs de la mer Rouge, avec une caractéristique de Sanaa : leur galbe suggère des figures d’oiseaux qui auraient un bec de canard (cf. fig. J 4). Le décor floral des panneaux ajourés est élégant : le bois est largement évidé, palmes et palmettes s’enroulent souplement en rinceaux symétriques, de part et d’autre de l’axe principal des panneaux (ph. 122, 137, 140).

  • 35 Fig. J 13 b : schéma et dim. des parois frontale et latérale, kushk de dâr Jadîd, 4e étage. Cf. ph (...)

57Au quatrième étage, un second kushk domine le précédent. Il ouvre sur une chambre centrale qui donne elle-même sur une hijra (ph. 123 b). La cage rectangulaire (fig. J 13b) (h., 1,58 m ; 1., 1,76 m) saille de 57 cm sur la façade, à quoi s’ajoute l’épaisseur du mur, 45 cm : dimensions modestes par conséquent, sans commune mesure avec celles d’un rawshan de Jedda35. Au nu intérieur du mur, deux châssis mobiles et dissymétriques garnis de vitres très épaisses (8 mm), permettent d’isoler la pièce du kushk par temps froid ou humide.

58En haut, la cage du kushk est fixée au mur par deux soliveaux (7,5 x 6,5 cm) engagés dans la maçonnerie : sur les côtés, la traverse supérieure du bâti y est ajustée par deux gros clous en fer forgé. En bas, le kushk repose sur trois solives soulagées par des consoles offrant le profil en « canard » déjà rencontré au premier étage. Plancher et auvent débordent également des parois de la cage. Ils sont en partie dissimulés par de larges frises en bois découpé limitées par deux listels. Un rinceau palmiforme en fil double, hît matnî, se déroule sur la kunna rehaussée aux angles de figures de « canard ». Les motifs qui se répètent dans la jawla sont probablement des qandîl, ou flammes de bougie, crées par des palmes inversées. Sur les parois, trois rangées de panneaux ajourés surmontent un garde-corps en bois plein.

59Tous les panneaux découpés à jour devaient être doublés à l’intérieur par des volets ou des châssis vitrés, aujourd’hui disparus : en témoignent les feuillures aménagées dans le cadre des panneaux ajourés et les trois anneaux, razza, qui y sont fixés : deux pour recevoir les crochets-charnières, le troisième pour retenir le crochet de verrouillage.

60La deuxième rangée à partir du haut comprend plusieurs panneaux mobiles : quatre shâqûs percent les joues et le front de la cage. Dans l’axe vertical du devant, une logette à sept pans coupés déborde d’un cadre de 55 cm de haut. L’ensemble de la logette s’ouvre comme un battant. Son fond arrondi, percé d’un trou étoile (ph. 136), repose sur deux petites consoles du même type que les grandes.

61L’arabesque des panneaux ajourés possède la même élégance fluide que dans le kushk du premier étage. Le rinceau palmiforme à un fil, hît wahtd, s’adapte parfaitement aux étroits panneaux (ph. 136). Ailleurs, les palmes s’ordonnent en compositions symétriques centrées sur une figure florale (ph. 135) ou sur un motif géométrique : étoiles à six ou à huit branches (ph. 138).

Ph. 123 c. Le kushk du premier ministère.

LE KUSHK DE BAYT ‘ALÎ IBN IBRÂHÎM

62Edifiée il y a une quarantaine d’années, bayt ‘Alî b. Ibrâhîm est une belle maison du quartier Bi’r al-’Azab, remarquable par l’équilibre et l’harmonie de ses décors de briques et de plâtre (ph. 91). La qualité des menuiseries, portes et kushk, retient également l’attention.

63Le kushk se projette au second étage de la façade Ouest, au-dessus de la porte d’entrée sur la rue. s’il est plus large qu’un shubbâk, il s’y apparente par ses formes simples et carrées. Dans le tiers supérieur de la grande cage rectangulaire, saillent trois logettes : une petite sur les côtés et, sur le devant, une grande où s’ouvre un shâqûs. Ces logettes sont des shubbâk miniaturisés : leur section est rectangulaire, des panneaux ajourés couvrent le devant, les côtés se prolongent en consoles sous le niveau du plancher et sont percés, comme ce dernier, de jours circulaires. Ces formes carrées s’imposent à l’œil parce que les éléments en surplomb qui pourraient les dissimuler sont réduits et ne font pas diversion par leur décor qui reste sobre. Il n’y a pas - ou plus ? - de sharnâfa al-asfal ; les consoles qui dissimulent latéralement les solives grossièrement équarries portant la cage principale, sont simplement galbées en doucine comme celles des logettes. Les auvents se remarquent à peine parce qu’ils sont étroits et peu débordants. Celui de la cage principale, rehaussé de merlons d’angle fleuronnés, est une frise de demi-cercles évidés, en accord avec le décor rustique des parois entièrement ajourées. Les motifs géométriques y dominent, cercles juxtaposés ou entrelacés dans lesquels s’inscrivent des étoiles à six branches fuselées ou des éléments végétaux, réseau de losanges ou de quatre-feuilles (fig. J30).

64Des jours assemblés en rosace dans le plancher de la cage principale indiquent que le kushk de bayt ‘Alî b. Ibrâhîm avait les mêmes fonctions qu’un shubbâk : on ne s’y asseyait pas, on s’y penchait pour jeter un coup d’œil dans la rue et vérifier l’identité des visiteurs.

Ph. 124. Le kushk de bayt Muhammad al-Yamânî.

LE KUSHK DU PREMIER MINISTÈRE

65Cet édifice, entouré d’un grand jardin, est l’ancienne demeure d’un des fils de l’imâm Yahyâ, Sayf al-Islâm ‘Abbâs. Le kushk est le point de mire de la façade orientale dont le style un peu solennel tire ses effets décoratifs d’un appareil en pierre bichrome montant très haut : la brique n’apparaît qu’au dernier étage (ph. 123c). Le kushk occupe une position axiale au deuxième étage, à mi-hauteur de l’élévation ; il est surmonté d’une baie cintrée malheureusement privée de vitrail.

66Les parois de la cage rectangulaire, soutenue par trois consoles, offrent une division horizontale en trois parties égales :

  • Un étage de panneaux aveugles, tabala, en constitue le soubassement, comme dans les moucharabiehs du Caire.
  • L’accent est mis sur le niveau intermédiaire d’où saillent cinq logettes polygonales, deux sur les côtés, trois sur le devant, la plus grande dans l’axe du moucharabieh. Les parois sont découpées en ajpur. Les rinceaux à fleurs « en crête de coq » alternent avec des compositions à base de fleurons et de palmes, dans les pans coupés des logettes.
  • L’étage supérieur, composé d’une série de petits châssis vitrés rectangulaires, comme dans les moucharabiehs ottomans, serait un peu terne sans la présence de deux panneaux percés à jour, ornés d’un rameau fleuri, qui encadrent la fenêtre centrale.

67La cage rectangulaire du kushk disparaît un peu dans l’ombre des frises en bois découpé, qui soulignent les articulations horizontales, et derrière les consoles qui créent des rythmes verticaux. Les oiseaux consoles soutiennent l’auvent et le plancher des logettes polygonales ; ils sont seuls ou nichent deux par deux entre ces dernières. Des oiseaux affrontés ornent également la sharnâfa al-asfal comme les kunna des fenêtres voisines. Auvents et consoles sont peints de bleu ; un filet blanc relève les bordures, ce qui renforce la note populaire.

68Ce kushk, œuvre de al-Hâjj Alî al-Ustâ et ‘Abd Allah Qâsim al-Ustâ, fut exécuté après les événements de 1948.

Ph. 125. Le &KSM de bustân al-Hayr, vue latérale.

LE KUSHK DE BAYT MUHAMMAD AL-YAMÂNÎ

69Ce gracieux kushk surplombe la façade orientale, donnant sur la cour, de la maison bâtie en forme de l (ph. 124 et 133). On y accède à partir d’un dîwân du second étage. Pour les uns, c’est un kushk à cause de sa largeur, (1,76 m à Tint., pour 1,09 m de h.) ; pour les autres, comme lustâ Ahsan Qâsim, sa faible profondeur, 26 cm, en fait un shubbâk ‘arbî. Il en a les formes simples et carrées. La cage rectangulaire se compose, sur le devant, de trois registres verticaux de même largeur : une logette rectangulaire fermée par deux battants s’avance entre deux shâqûs à un seul battant. Dans les trois parties, les panneaux, tous ajourés, offrent la même répartition : rectangles dressés (h., 38 cm ; 1., 13,5), bordés par deux rectangles couchés en haut et en bas (h., 14,5 ; 1., 45 cm).

70Les éléments saillants sont peu voyants. La logette centrale se distingue à peine des shâqûs voisins parce qu’elle est garnie comme eux de panneaux droits. Les consoles ont le même tracé curviligne que celles des shubbâk. La frise en bois découpé qui borde le fond de la cage retombe au nu de la paroi. l’auvent, ponctué aux angles de quatre mer-Ions fleuronnés, est simplement festonné comme dans les shubbâk. Une gracieuse « coiffure » le couronne au centre : c’est le tâj, où se superposent fleuron, croissant et oiseau.

71Certains thèmes décoratifs sont peut-être turquisants, comme les bouquets dans des vases appelés ici shajara al-qrunfil, le second terme signifiant clou de girofle ou renvoyant peut-être au mot turc karanfil qui désigne l’œillet. Mais ils sont traités avec une fraîcheur toute yéménite et s’ordonnent dans des compositions très simples. L’oiseau perché sur le tâj, ceux qui animent les rameaux fleuris sortant des vases, contribuent à donner un accent familier, tout comme une flore naïve, bien moins abstraite qu’ailleurs : fleurons anguleux, fleurs à trois pétales se soudant dans un long calice, feuilles découpées en cœur.

72Le kushk est doublé, au droit du mur intérieur de la pièce, par des volets brisés à deux panneaux qui se rabattent sur les tableaux de la baie (ph. 133). Les quatre vantaux (h., 93 cm ; 1., 41 cm) possèdent un shâqûs : ceux du milieu se soulèvent en auvent, les deux autres pivotent latéralement.

73Cette maison fut achetée en 1358/1939 par le père de l’actuel propriétaire : il fit détruire puis reconstruire une partie qui menaçait ruine. L’ensemble des menuiseries de la maison, volets du kushk notamment, fut exécuté à cette date par Sâlih Bâkir, artisan originaire de ‘Umrân. Le kushk, lui, est plus récent : commandé à l’ustâ Muhammad Jawdam de Sanaa « pour permettre aux femmes de voir sans être vues », il fut exécuté en 1375/1956. Le kushk est donc l’enjolivement ultérieur d’une baie fermée à l’origine par des contrevents : détail intéressant, indice de la diffusion de la mode du kushk depuis une cinquantaine d’années.

Ph. 126. Le kushk de dâr ash-Shukr, devenu musée.

LE KUSHK DE BUSTÂN AL-HAYR

74Bustân al-Hayr, haute demeure bâtie en 1357/1938 dans le quartier de Bi’r al-’Azab, pour l’imâm Ahmad, sous le règne de son père Yahyâ, possède un des plus grands kushk de Sanaa (ph. 125 et pl. 3). Situé au dernier étage de la demeure, le quatrième, en façade Sud donnant sur la cour, il est l’œuvre de ‘Izzî al-Hâjj ‘Abd Allah al-Ustâ, frère de ‘Alî ‘Abd Allah al-Ustâ qui exécuta les autres menuiseries de la maison. Malheureusement, il s’est beaucoup dégradé.

75La cage, rectangulaire à la base, présente un nouveau surplomb aux deux-tiers de la hauteur et change de plan par le jeu des angles coupés et des logettes.

76La partie inférieure présente, au-dessus d’un garde-corps en panneaux pleins, une suite de neuf ouvertures rectangulaires plus larges sur le devant que sur les côtés. Deux châssis vitrés et un panneau en ajour garnissent encore les percements latéraux. Ils ont été détruits sur le devant où ne subsistent que le toit et le plancher semi-circulaire d’une logette qui débordait de l’ouverture centrale. Les châssis vitrés en verre cathédrale coloré laissaient passer la lumière, tout en protégeant l’intimité familiale. S’ils sont signe de modernité, ils n’ont pas l’intérêt esthétique des grilles en bois découpé. Certains, mobiles, permettaient aux personnes assises dans le kushk de profiter du spectacle de la cour.

77A l’étage supérieur, les panneaux ajourés alternent encore avec les châssis vitrés. Sur les côtés contigus au mur de briques, avancent deux logettes constituées de huit panneaux étroits percés à jour.

78Le décor en bois découpé, où les vides l’emportent sur les pleins, présente l’aspect aéré d’une grille en fer forgé où les motifs géométriques dominent. Une flore abstraite de palmes, de fleurons et de rosettes rondes ou cruciformes s’intègre dans le réseau des cercles et des zinjîrî entrelacés ou superposés (fig. J 17 à J 21). La sévérité du décor ajouré est à peine atténuée par le rinceau palmiforme (fig. J 16, J 19).

79Notons l’impact visuel des frises en bois découpé qui débordent de la cage du kushk et soulignent les articulations horizontales du toit, du plancher et des deux étages. Dans l’auvent, rehaussé aux angles de merlons fleuronnés et au centre d’une inscription, les palmes bifurquent d’un rinceau appelé la’âb ; elles s’enroulent en boucles circulaires dans la sharnâfa al-asfal. Sous les ouvertures supérieures et sous la logette disparue, des fleurons ornent les lambrequins moins larges.

80Des consoles ornithomorphes soutiennent le plancher de la cage principale et des logettes latérales. Sous le plancher, un réseau d’hexagones juxtaposés, peints d’une couleur sombre, se détachent sur un fond clair.

LE KUSHK DE DÂR ASH-SHUKR

81Dâr ash-Shukr, imposante demeure tout en pierre, fut construite pour l’imâm Yahyâ en 1352/1933, prés de bâb as-Sabâh, à côté de la mosquée al-Mutawakkil. Transformée en musée, elle domine aujourd’hui la place centrale modernisée de la ville, maydân at-Tahrîr. Son kushk, situé sur la façade Est (ph. 126), permettait aux familiers de la demeure de profiter des allées et venues dans la cour et autour de bâb as-Sabâh, mais aussi de jouir du spectacle somptueux de la ville dominée par le jabal Nuqûm. Par la hijra du troisième étage, on accède à ce kushk, véritable petit salon-belvédère où plusieurs personnes peuvent se tenir debout (H., 1,94 m ; 1. 2,16 m à l’int. de la loge). Une porte à quatre battants, dont le dormant est scellé au nu intérieur du mur de la hijra, permettait de l’isoler ; deux châssis vitrés garnissaient le haut des battants centraux.

82Fabriqué en 1956, le plus beau kushk de Sanaa témoigne de la vitalité de l'art du bois jusqu'à une date récente. Oiseaux ou félins goguenards, réconciliés pour jouer aux atlantes, expriment une verve populaire. Mais la profusion du décor n’empêche pas le juste rapport des volumes : enjouement et bonhomie s'expriment dans la dignité et l'harmonie

83C’est un bon exemple, comme le palais pour lequel il a été conçu, d’un style officiel imprégné d’influence ottomane. Son bois sombre se détache sur une façade tout en pierre, où de riches effets décoratifs sont tirés de l’appareil bichrome. Il a été réalisé par al-Hâjj Muhammad al-Wadîdî, kabîr des ustâ, donc chef des menuisiers engagés pour la construction de dâr ash-Shukr.

84Les formes débordantes s’imposent au regard. Le devant du kushk présente dans son axe vertical un avant-corps. Celui-ci s’ouvre par deux battants à panneaux ajourés dans sa moitié inférieure et projette, dans sa moitié supérieure, une petite loge rectangulaire, fermée à l’avant par une fenêtre à double châssis, garnis de vitraux ornés de médaillons ovales à la manière baroque turque. Deux logettes plus petites flanquent l’avant-corps, de manière asymétrique : l’une saille de la paroi du kushk, l’autre coupe l’angle constitué par l’avant-corps et la cage en retrait. Par leur forme, elles appartiennent à l’héritage turc : elles comportent un battant incurvé dont le plan de base a un tracé en « chapeau de gendarme » ; ce battant en surplomb, pivotant sur des paumelles, ménage une échappée sur la cour puisqu’il n’y a pas de plancher pour masquer le vide. Certains artisans appellent muharraja ou jawf ( ?) ces logettes arrondies ; le kushk d’où elles saillent est dit mujawwaj’( ?). Dans l’alignement des précédentes, deux autres logettes, analogues à deux petits shubbâk, débordent des côtés du kushk : elles s’ouvrent par deux battants treillissés de lattes, du type jarâ’id. Les panneaux sculptés à jour sont doublés à l’intérieur de châssis vitrés qui s’ajoutent à des barreaux métalliques dans le registre inférieur.

85Au-dessus du soubassement en bois plein ponctué de cabochons en métal, se déploie le décor en ajour. On y voit des motifs géométriques très employés dans les vitraux de plâtre. Sur le devant, l’entrelacement d’hexagones allongés donne un réseau de croix et d’étoiles à huit branches, hâtim matmûn (fig. C 78). Sur les côtés, des quatre-feuilles s’intègrent dans un réseau de carrés sur la pointe. Les motifs végétaux sont empruntés à l’art baroque turc : rinceaux symétriques et bouquets dans des vases.

86Les lignes courbes abondent dans les frises en bois où se découpent palmes et pendeloques trilobées. Des figures rehaussent les angles : fleurons dans l’auvent, volutes dans la sharnâfa al-asfal. Les consoles galbées ont des sinuosités de reptile sous la cage principale ; elles se profilent en oiseaux ou en rinceaux palmiformes sous les logettes.

  • 36 REVAULT, MAURY, Pal. et mais. du Caire, I, pl. XVI, pal. Qâyt Bay, xve s.

87Le kushk est soutenu par quatre solives dont deux reposent sur des corbeaux en pierre comme cela se voit dans les moucharabiehs du Caire36. Les consoles en bois qui les doublent sont autant fonctionnelles que décoratives.

LE KUSHK DE BAYT BINT AL-IMÂM

88Ce kushk est l’un des plus décorés de Sanaa. Cette demeure aux proportions équilibrées appartint à une fille de l’imâm Ahmad, qui avait épousé un fils ash-Shâmî. Elle est aujourd’hui occupée par l’ambassade de la République Démocratique Allemande. Situé au second étage d’une maison entourée d’une cour-jardin, comme beaucoup d’habitations de Bi’r al-’Azab, le kushk donne sur la façade Ouest (ph. 1, 127 ; fig J 15).

89Sa date de fabrication, 1375/1955, en fait l’un des kushk les plus récents de Sanaa. Son auteur, ‘Abd Allah Qâsim al-Ustâ, l’exécuta en trois mois, avec l’aide de deux ouvriers. Toutes les menuiseries de la maison, y compris la porte extérieure (ph. 1), lui demandèrent un an et sept mois. Ce témoignage, donné par ‘Abd Allah Qâsim qui vit encore près de la mosquée al-Bakîrîya, a été confirmé par les menuisiers Muhammad Husayn al-Faqîh et al-Hâjj ‘Alî ‘Abd Allah al-Ustâ. ‘Abd Allah Qâsim posséderait encore les formes ayant permis d’exécuter les lions.

90Le kushk a les proportions des plus grands moucharabiehs de Sanaa. Le toit et le plancher, largement débordants, accusent le plan hexagonal de la cage ; le premier est soutenu par neuf soliveaux, le second par trois solives soulagées, comme les précédents, par des consoles et un jeu de six soliveaux disposés en diagonale.

  • 37 Fig. J 14 b : schéma et dimensions de la paroi frontale, shubbâk de bayt al-Ḥâḍrî, représenté sur (...)

J 14 et J 15. Détail du décor, kushk de bayt bint al-Imâm.
Ph. 128. Shubbâk, 2e étage, bayt at-Tawr, Q. Dâwûd. Ph. 129. Shubbâk, bayt al-Hâdrî, dîwân du premier étage. Voir dimensions à la note37.
Ph. 130. Shubbâk, bayt al-Hâdrî, dîwân du 2e étage.
Ph. 131. Shubbâk, bayt az-Zubayrî. En haut, motifs de rosaces, zahra.

91Les parois de la cage s’ordonnent en trois zones horizontales. Entre un soubassement de panneaux pleins et une série de petits châssis vitrés, une rangée de cinq logettes polygonales défonce la paroi du kushk dont elles constituent la partie la plus attractive. Chacune, abritée par un auvent, se dresse sur un plancher débordant en chapeau de gendarme ; le plancher est soutenu par trois consoles, l’auvent par deux. Les facettes de ces petites loges sont d’étroits panneaux rectangulaires percés à jour. Le décor ajouré a la délicatesse d’une guipure ; le rinceau palmiforme en est la principale source d’inspiration (fig. J 17). Les logettes diffèrent par la forme et les dimensions. La plus large, au centre du kushk, a un plan en demi-étoile qui délimite dix facettes à arêtes saillantes. Les plus étroites, à six côtés, flanquent la précédente et sont elles-mêmes encadrées de deux étroits châssis vitrés. Les deux dernières logettes, qui débordent des parois du kushk contiguës au mur de façade, sont divisées en huit pans.

92Au-dessus des logettes, le kushk est percé d’une rangée de dix petites fenêtres rectangulaires garnies de verre cathédrale, à raison de deux fenêtres par côté.

93Le soubassement est compartimenté en dix panneaux pleins où se détache, en brun foncé, un champ rectangulaire aux angles coupés en quart de rond. Au centre de chaque panneau, ont été plaqués des sceaux de Salomon, peints en jaune et rehaussés d’un cabochon en métal sur le modèle des tâsa qubba qui reçoivent les anneaux de porte.

94L’impression de profusion décorative résulte en grande partie de la multiplication des frises en bois découpé et des consoles : elles rythment en les soulignant les articulations horizontales et verticales et sont ornées avec une certaine exubérance.

95Les frises en bois découpé accusent les changements de plan introduits par les auvents et planchers de la cage principale et des logettes. Elles déroulent des ribambelles de fleurons (kunna des logettes et sharnâfa al-asfal de la cage principale), ou d’oiseaux face à face ou à la queue leu leu (frise ourlant le plancher des logettes). La kunna supérieure du kushk reprend sur quatre côtés le gracieux motif des oiseaux affrontés pour becqueter un bouquet, motif qui se répète dans les auvents courant au-dessus des fenêtres voisines du kushk (ph. 1) : l’artisan ‘Abd Allah Qâsim l’a interprété plusieurs fois (ph. 123c). Au milieu de la kunna, l’emblème de l’imâm, une épée entourée de cinq étoiles, est représenté deux fois en symétrie. On le retrouve sur les battants de la grande porte donnant accès à la cour de la demeure (ph. 1). En-dessous, l’auvent de la logette centrale porte deux félins bondissants, la queue enroulée en S.

96Les consoles soutenant les auvents et les planchers prolifèrent : elles marquent les divisions entre fenêtres, logettes et panneaux pleins, donnant de la profondeur à l’espace qu’elles compartimentent. Leurs sinuosités se prêtent aux thèmes animaliers : des félins bondissants portent l’auvent de la cage principale, queue dressée et gueule hilare, comme ceux qui animent la kunna de la logette centrale. Les consoles, qui soutiennent deux par deux l’auvent des logettes et trois par trois leur plancher, sont des oiseaux étroitement liés au rinceau végétal : palmes, fleurs campaniformes ou en crête de coq évoquent les modes turquisantes. Ces oiseaux se désaltèrent dans le calice d’une tulipe ( ?) ou sont associés à la cafetière, symbole d’hospitalité. Trois félins goguenards, un oiseau perché sur leur queue dressée, servent de consoles aux solives du plancher. Ce petit monde de félins et d’oiseaux réconciliés pour jouer aux atlantes, apporte une note de gaieté naïve, renforcée par des traits et des taches de couleur qui précisaient le caractère des animaux, mais qui s’effacent aujourd’hui. Les tons employés étaient certainement ceux qui apparaissent, encore intacts, dans le décor peint sous les auvents, mieux protégés des intempéries. Des motifs géométriques, triangles, losanges et sceaux de Salomon, y sont peints en jaune sur un fond bleu de Prusse ou inversement ; ils mettent en valeur le jeu des solives sous la cage principale.

Le décor en ajour a la délicatesse d'une guipure.

97Des traits apparemment antinomiques, déjà relevés ailleurs, caractérisent ainsi le kushk de bayt bint al-Imâm : un certain maniérisme, né des sinuosités de l’arabesque végétale et du foisonnement des formes chantournées, est contrebalancé par la fraîcheur et la verve des thèmes animaliers. La profusion des décors n’empêche pas l’équilibre et le juste rapport des volumes. Enjouement et bonhomie s’expriment dans la dignité et l’harmonie.

Le décor ajouré des panneaux

98Le décor ajouré par découpe dans le bois, muharram, s’épanouit dans les moucharabiehs où il se localise dans les frises ornant les auvents et les sharnâfa al-asfal, dans les consoles, et surtout dans les panneaux compartimentant les parois des shubbâk et des kushk. Il garnit parfois les persiennes et les shâqûs percés dans les contrevents (voir ph. 94, 132). Plus rarement, il est plaqué, comme dans les portes, sur des panneaux pleins (fig. J 4 ; ph. 127, garde-corps). Le bois est découpé perpendiculairement à la surface des panneaux ; la taille indienne, qas’ hindî, est exceptionnelle : il en existe un bel exemple près de la mosquée Abhar (ph. 121).

99Les menuisiers choisissent les thèmes en fonction du format des panneaux rectangulaires. Parfois, un seul motif est retenu pour un shubbâk (ph. 117) ; il est plus fréquent d’en trouver quatre à six et même davantage dans les kushk (ph. 138), répartis symétriquement (ph. 129). Mais le « principe de symétrie » subit bien des entorses par la fantaisie de l’artisan (ph. 118) qui peut même changer de sujet à l’intérieur d’un panneau (ph. 130, bat. g. du shâqûs). Les outrages du temps, par ailleurs, entraînent des réparations plus ou moins heureuses.

100Les éléments de base ont déjà été décrits (ch. 1.3). Les motifs floraux ou géométriques se prêtent à de multiples combinaisons que nous tenterons de classer dans quelques types de composition. Les motifs calligraphiques, animaliers et symboliques qui animent auvents et consoles sont peu représentés dans les panneaux sculptés à jour.

Les compositions florales

101Elles sont fondées sur la palme et le fleuron. Dans beaucoup de shubbâk, ces éléments se caractérisent par leur simplicité, voire leur rusticité (ph. 142), qui s’oppose aux sinuosités et parfois au maniérisme des formes végétales relevées dans les kushk (ph. 140). Les moucharabiehs des résidences construites pour les imâms et leur famille, comme dâr Jadîd ou bustân al-Hayr, offrent un répertoire floral classique avec des caractères turquisants. Les formes végétales se diversifient, se ramifient et adoptent un tracé sinueux. Elles gagnent parfois en préciosité ce qu’elles perdent en vigueur (fig. J 15). Fréquentes sont les palmes qui naissent les unes des autres ou qui s’accolent pour donner des fleurons largement évidés. Les tiges souples s’enroulent autour des palmes ou des fleurons (fig. C 10 à C 15). Le trait le plus marquant est la forme en virgule que prennent les lobes ajourés composant palmes et palmettes et qu’on retrouve dans les espaces évidés de la grille (fig. C 3, C 4). Cette forme en virgule est présente dans l’arabesque saljûqide (voir ch 1.3).

102Parfois s’ajoutent aux fleurons des formes moins abstraites, feuille en cœur, feuille tréflée ou grappe de raisin à trois grains, fleurs à corolle ronde, en crête de coq ou à long calice de tulipe (ph. 133). Par un phénomène d’imitation, le décor des kushk se répète dans les shubbâk les plus récents.

103Les compositions florales sont basées tantôt sur la répétition des éléments floraux, tantôt sur le mouvement de l’arabesque.

104Dans les shubbâk anciens (sur des maisons comme bayt al-Hâdrî, B. al-Yadûmî, B. ar-Rubaydî), les motifs sont denses. Parfois même, les pleins l’emportent sur les vides (ph. 118, pan. infi). Priorité est donnée aux compositions répétitives où les motifs sont placés côte à côte.

105Significatives à cet égard sont les séries de fleurons juxtaposés ou emboîtés :

  • Les fleurons tangents s’alignent en s’inversant d’une rangée horizontale à l’autre (ph. 118, pan. inf.) ou se disposent en quinconce sans s’inverser.
  • Les fleurons s’imbriquent en chaîne en perdant leur lobe médian qui ne subsiste que dans le fleuron de tête. Ainsi soudés entre eux, ils dessinent avec leur tige des méandres (ph. 130, pan. inf). Ces chaînes de fleurons emboîtés sont très fréquentes et remplissent des réseaux géométriques.

106Le thème de l’arbre, shajara, dont nous avons vu sur les portes les beaux développements en taille arabe ou indienne (ch. 2.5), est traduit en ajour avec plus de simplicité. Les éléments symétriques rapportés à un axe vertical sont tantôt des feuilles superposées (fig. J 22), tantôt des palmes ou des fleurons naissant deux par deux d’une tige droite pour donner un « arbre à fleurons », shajara bi r-ru’ûs (ph. 114 et 129, pan. lat.). La comparaison s’impose avec l’art du plâtre (ph. 91, vitrail g.). Dans d’autres versions, les fleurons affrontés de part et d’autre de l’axe vertical s’enferment dans les ondulations de leurs tiges (ph. 94, g.).

107En frise périphérique, les hûtî, feuilles courbées en S, se répètent en alternance avec des fleurons inversés plantés sur une palme couchée (ph. 130, pan. péri, à dr. et à g.).

108L’arabesque végétale, avec palmes et fleurons bifurquant d’une tige souple, n’est pas absente des grilles des shubbâk. Encore balbutiante dans les fleurons qui s’inversent dans les boucles de la tige (fig. J 7), elle est parfois d’une grande élégance. Elle apparaît dans des frises de bordure où la palme engendre la tige qui porte une autre palme, tandis que des fleurons tapissent les circonvolutions ainsi créées (fig. J 24). De ce mouvement naît par exemple une torsade de « poissons », hûtî, qu’engendrent les ondulations du rinceau palmiforme (fig. J 14). Ainsi, le même motif de base, ici le hûtî, donne lieu à des interprétations statiques (ph. 130) ou dynamiques (fig. J 14). Les sinuosités de la tige, qu’épousent des palmes asymétriques, dessinent une résille de zinjîrî où n’intervient aucun élément géométrique (fig. J 5). L’entrelacs s’ordonne aussi dans des compositions symétriques plus ou moins complexes : l’axe principal est déterminé par un fleuron (ph. 130, bat. dr. du shâqûs) ou par le jeu des rinceaux : ainsi quatre tiges, entrelacées deux par deux, portent des palmes qui convergent quatre par quatre dans une grille très composée (ph. 121, décor péri.).

109L’arabesque trouve de beaux développements dans les kushk des résidences princières comme bayt bint al-Imâm et dâr Jadîd. Les motifs végétaux, au tracé largement délié, donnent des grilles plus aérées que celles des shubbâk anciens. Les panneaux longs et étroits, particulièrement dans les logettes saillantes, conviennent aux ondulations de la tige d’où jaillissent fleurs ou palmes qui ferment les circonvolutions (fig. J 15, J 16, ph. 136).

110Les panneaux plus larges reçoivent des compositions symétriques. Elles se construisent à partir d’un ou deux fleurons axiaux parfois opposés (dâr Jadîd, ph. 137 ; 138, pan. cen. inf. ; 135, milieu ; 140) ou de palmes qui s’affrontent (ph. 138, dâr Jadîd, pan. lat. du reg. interm.). Le bouquet dans un vase est un thème également prisé qui s’apparente à celui de l’arbre. Dans les kushk, il est traité sobrement (ph. 135, dâr Jadîd, bas) ou témoigne du style baroque turc (ph. 126, pan. des logettes sup. et cen.) ou relève d’une verve naïve (ph. 124 et 133).

Les compositions géométriques

111L’entrelacs géométrique peut être dépourvu d’ornements végétaux dans les panneaux percés à jour. Les combinaisons ne diffèrent pas de celles que les plâtriers créent encore aujourd’hui dans les vitraux :

  • Les réseaux de ‘aqîq sont fréquents (ph. 94, shâqûs, vant. de dr., fig. C 76).
  • Les chaînes de zinjîrî ont des maillons recto-curvilignes (fig. J 14, en note), comme on en voit dans les grilles ottomanes ou iraniennes d’époque qâjâr38.
  • Les sceaux à huit branches, associés à des croix (ph. 126), ne manquent pas d’antécédents dans l’art musulman du Yémen (ch. 1.3) et d’ailleurs39.
  • Des rosaces, zahra, à rais fuselés (ph. 116, bas), arrondis (ph. 119) ou pointus (fig. J 6) s’imbriquent entre elles (ph. 118, bat. dr. du shâqûs), s’inscrivent dans des cercles (ph. 116, bas et fig. J 15) ou dans une structure hexagonale (ph. 119, fig. J 6, pan. cen.), ponctuent enfin l’intersection de carrés (fig. J 6, pan. lat. ; fig. J 32). On retrouve ainsi la tradition classique de l’entrelacs polygonal à étoi-lement qui a donné de beaux développements dans les claires-voies de bois40.

112Enfin, beaucoup de panneaux sont percés de jours cruciformes, parfois découpés dans un réseau de carrés sur la pointe (fig. J 13, ph. 116, 117 et 118).

113Une version plus complexe résulte de l’emploi de quatre-feuilles pleins ou évidés, les premiers s’inscrivant en diagonale dans les seconds (ph. 132, bas).

Les compositions géométriques à remplissage floral

114Elles offrent une grande variété. Palmes et fleurons s’intègrent en séries répétitives ou jaillissent de l’arabesque dans une trame géométrique qui se présente en réseau ou en figure isolée.

115Le cercle détermine quelques compositions caractéristiques. Des demi-cercles dessinés par deux palmes à un seul lobe étroit, dites lawza, s’entrelacent, parfois noués par des rosettes (fig. J 21). Dans une autre grille, le même principe est appliqué aux chaînes de fleurons liés par leurs tiges et leurs lobes incurvés (fig. J 17). La symbiose entre éléments géométriques et végétaux est presque totale.

  • 41 POPE, Persian Art, t. XII, pl. 1086, tunique brodée du xviie ou xviiie s., provenant d’Abiâna.
  • 42 BHAVNANI, Décorative Designs, pl. 65 n° 3, claustra en pierre, pal. de Jodhpur, Rajasthan, xve s ; (...)

116Fréquents sont les réseaux de zinjîrî qui se touchent (ph. 129, bas), s’épousent (ph. 144) ou s’entrelacent (fig. J 19). Dans chaque maille fuselée se loge une rosace tapissée de fleurons rayonnants (ph. 144) ou une palme, suivant un arrangement déjà rencontré dans la taille arabe (ph. 129, à comp. avec ph. 56). Dans les panneaux du kushk de bustân al-Hayr, le contour des zinjîrî noués par des quatre-feuilles se confond avec des palmes à un seul lobe allongé (fig. J 19) ou avec les festons que tracent les tiges de feuilles lancéolées convergeant vers une rosette centrale (fig. J 20). Le réseau de zinjîrî construit avec une trame végétale que ponctuent des rosettes est employé dans le décor textile du xviiie siècle, en Turquie et en Iran41, et dans les grilles en pierre ou en bois destinées à l’architecture domestique en Inde42.

117Les rosaces, zahra, à remplissage floral constituent une riche famille ornementale.

  • 43 FINSTER, SCHMIDT, Fr. von San’â, I, pl. 54, riwâq Est.
  • 44 CRESWELL, Account, pl. 18, GM de Damas, déc. de mosaïques du riwâq Ouest.

118En figures isolées, elles s’adaptent parfaitement au cadre des petits panneaux carrés. Elles s’inscrivent presque toujours dans un cercle (ph. 131, haut ; ph. 130, petits pan. cen., en haut et en bas), plus rarement dans un zinjîrî quand le panneau est rectangulaire (ph. 130, petits pan. lat. en haut). Elles tissent ou tapissent des réseaux d’une grande délicatesse (ph. 128 et 144). La structure géométrique, quand elle apparaît, comprend six, huit ou douze rayons (ph. 97, 130, 144). Aux pointes d’une rosette centrale, s’épanouissent, comme des pétales, des fleurons qui dirigent les extrémités de leur lobe axial tantôt vers le cœur de la zahra (ph. 131), tantôt vers la périphérie (ph. 97, 144). Parfois, les rayons s’enroulent en crosse, d’où naissent des palmes qui dessinent une couronne (ph. 130) suivant un principe décoratif déjà appliqué aux plafonds de la grande mosquée de Sanaa (fig. L 5)43, peut-être tributaire du premier art umayyade44.

  • 45 SOURDEL, SPÜLER, Die Kunst, fig. 49b.

119Une zahra marbû’a, qui existe également dans le décor des portes, est à l’origine de belles combinaisons. En guise de pétales, quatre fleurons rayonnent en diagonale des pointes d’un petit carré qui constitue le cœur de la rosace (ph. 130, bat. g., moitié sup.). Parfois, le carré central est posé sur la pointe. Sans revenir sur les antécédents de ce motif (voir ch. 1.3), signalons que, dès l’époque umayyade, une rosace cruciforme obéissant au même principe apparaît dans un claustrum en pierre de Hirbat al-Mafjar45. Dans le décor sculpté à jour de Sanaa, les zahra marbua créent un réseau quadrillé (ph. 95). S’y imbriquent parfois deux types de rosaces qui naissent du mouvement des fleurons divergeant des angles des petits carrés, pour converger dans les espaces intermédiaires où se réunissent les pointes de leur lobe central. Deux lectures de la grille sont possibles suivant que l’on considère les surfaces pleines ou évidées (ph. 128, pan. sup.). Des carrés aux angles fleuronnés remplissent en alternance avec des quatre-feuilles et des rosettes à huit pétales, les mailles d’un filet orthogonal où des droites inclinées à 45° engendrent des sceaux à huit branches (ph. 121, bat. cen.). Cette grille ancienne au tracé vigoureux est exécutée en taille indienne, habituellement réservée à la sculpture dans la masse. Des clous en étoile jalonnent son cadre couronné d’un arc festonné.

120Pour certaines compositions où une figure étoilée s’impose dans une ornementation florale, les artisans utilisent le terme de hâtim, sceau, mais la frontière est floue entre la rosace et le sceau. Dans un des kushk de dâr Jadîd, des rinceaux symétriques tapissent l’espace autour d’une étoile à six pointes et d’un « sceau à huit » (ph. 138, pan. excentriques haut et bas), h’ustâ Ahsan Qâsim a donné une interprétation originale des sceaux en les associant à une frise épigraphique : les inscriptions encadrent un sceau à huit pointes (ph. 139) ou surmontent une étoile à onze branches coiffée d’un croissant renversé (ph. 141). L’étoile s’apparente à une zahra par sa couronne de palmes qui jaillissent deux par deux de chaque rayon. Les deux panneaux précédents appartiennent au kushk de bayt al-Hûtî, déjà cité (voir ch. 2.5), qui offrait la grande originalité d’être monté sur rails : on le glissait à l’extérieur, en surplomb sur la façade, quand on voulait s’y installer, on le rentrait ensuite ! L’artisan marque là sa maîtrise et son goût de l’invention.

Ph. 132. Bayt az-Zubayrî, battant découpé à jour doublant extérieurement le volet.
Ph. 133. Le kushk de bayt Muhammad al-Yamânî, vu de l'intérieur (cf. ph. 124). Au premier plan, volets au droit du mur intérieur de la pièce.
Ph. 134. Dans un shubbâk, multiplication des combinaisons d'ouverture pour moduler au mieux éclairage, ventilation et vue sur l'extérieur.

121Les réseaux losanges reçoivent un remplissage de rosettes ou de fleurons accompagnés ou non de palmes (ph. 131, bas, et 142). Ce sont des jarâ’id avec des fleurons ou des zahra. Les jarâ’id désignent encore des croix de Saint André, barrées souvent d’une traverse horizontale et tapissées de fleurons (ph. 131 et 132). Les antécédents locaux et cairotes ont été signalés (ch. 1.3).

122Les compositions cruciformes offrent de belles variantes où s’affirme le tempérament yéménite. Des litanies de fleurons emboîtés ou juxtaposés soulignent avec bonheur la structure.

123Des croix grecques se succèdent sur l’axe vertical d’un panneau, créant un motif sobre et vigoureux (ph. 145). Des croix plus petites, enfermées dans des cercles et relayées en haut et en bas par des zahra à huit pétales, ponctuent les espaces libres entre les bras des grandes croix. Le remplissage de fleurons imbriqués deux par deux enlève toute austérité à un décor surtout géométrique où un artisan voit des carrés avec des « fleurons arabes ». Dans une composition apparentée, des zahra timbrent les écoinçons de la croix fleuronnée (ph. 94, pan. du haut). Des rosaces cruciformes, déjà décrites sous le terme de zahra marbû’a, s’épanouissent parfois dans les angles (fig. J 27).

  • 46 POPE, Persian Art, t. VIII, pl. 478 B. ORAZI, Grate lignee, fig. 59, Hašt Behešt, piaf, de bois, t (...)

124On retrouve le même équilibre et la même densité dans les panneaux d’un shubbâk de bayt ar-Rubaydî (fig. J 23) : dans les battants du shâqûs, une longue chaîne de fleurons emboîtés souligne l’axe vertical d’une croix à triple traverses ; huit petites zahra à pétales ronds marquent les angles. Dans les panneaux supérieurs, des guirlandes de fleurons entourent une croix aux bras transversaux très courts (fig. J 28). A Isfahan, dans le palais ‘Alî Qapû datant du début du xviie siècle, un entrelacs de croix du même modèle orne les stucs de la salle du trône46.

125Sur un autre shubbâk de bayt ar-Rubaydî, un médaillon quadrilobé circonscrit quatre fleurons qui divergent du cœur constitué par quatre autres fleurons convergents (fig. J 26).

126Aux yeux des habitants de Sanaa, la croix n’est qu’un motif décoratif dépourvu de signification symbolique. Souvent, elle n’est pas perçue comme thème principal : les artisans n’ont pas employé le terme salîb pour désigner les compositions précédentes où pourtant elle s’impose.

  • 47 LEWCOCK, Cathédrale de Sanaa, p. 80-3. FINSTER, Fr. von Sanfâ\ I, pl. 60-1.
  • 48 SERJEANT, Building and builders, p. 281.
  • 49 PIRENNE, Arabie préislamique, p. 923 ; Les Sud-Arabes, p. 40.
  • 50 Comp. avec les boiseries de l’église Abu Sayfayn (1094-1 121 AD), vieux Caire, dans GAYET, L’art c (...)

127Les petites croix grecques inscrites dans un cercle (ph. 145) sont-elles un héritage byzantin datant de la brève occupation éthiopienne du vie siècle ? A cette occasion, les Abyssins entreprirent la construction d’une cathédrale à Sanaa dont ils voulaient faire un foyer chrétien, capable de concurrencer le pèlerinage de La Mecque. Une croix grecque, encadrée par deux feuilles d’acanthe, est sculptée sur les chapiteaux de facture byzantine qui proviennent de la cathédrale de Sanaa47. Signalons qu’en Hadramawt, de petites croix cerclées ornent les chapiteaux et les fûts de colonnes en bois d’une maison décrite par Serjeant48. L’art copte, dont la parenté avec l’art sud-arabique a été relevée49, explique peut-être certaines compositions en croix réalisées à Sanaa (fig. G 8 ; ph. 85, 88, 145)50.

  • 51 SARRE, Seldschukische Kleinkunst, p. 16, fig. 20.
  • 52 LEZINE, Trois palais, pl. XXIb et XXIIb : mouch. de la qâfa, parois O. et N.

128L’art islamique a souvent intégré les figures cruciformes dans l’entrelacs géométrique. Beaucoup de pays musulmans les ont employées seules, sans leur prêter de charge symbolique, ou en l’oubliant. En Anatolie seljûqide, des croix grecques apparaissent dans l’ornementation de la madrasa Kara-taî à Konia51. En Egypte, la croix copte associée à des inscriptions arabes surmonte des vases et des aiguières dans le décor des beaux moucharabiehs en bois tourné du palais de ‘Alî Kathûda52.

129Le motif en forme du symbole mathématique de l’infini orne souvent les grilles garnissant les shâqûs des contrevents. La section qui réunit les boucles fermées est tantôt courbe (ph. 143), tantôt rectiligne (ph. 103). Une broderie de fleurons imbriqués en chaînette se déroule dans le motif dont les boucles se ferment sur un sceau de Salomon (ph. 143), une palme ou une zahra cruciforme (ph. 103).

Le regard est sensible a ces ornements en dentelle, détails de rien a l’échelle d’une façade, et qui pourtant opèrent leur charme dans le contre-jour.

Ph. 135 à 138. Les kushk de dâr Jadîd, vus de l'intérieur
Ph. 135. Kushk du 4e étage, détails du côté.
Ph. 136. Kushk du 4e étage, décor de la logette centrale.
Ph. 137. Kushk du 1e r étage, vue d'ensemble.
Ph. 138. Kushk du 4e étage, vue d'ensemble.

Le décor des jours percés sur les côtés et le fond des shubbâk

130Dans les shubbâk, les panneaux en muharram se répartissent sur le devant, parfois sur les côtés. Ces derniers et le fond ne sont le plus souvent que percés d’un ou plusieurs jours permettant aux gens de la maison de jeter un coup d’oeil dans toutes les directions.

131Dans les jours en forme de disque ou de trunja, s’inscrivent toutes sortes de sceaux et de rosaces : sceaux de Salomon ou étoiles à huit pointes (ph. 120), rosaces à pétales fuselés (ph. 116) ou à fleurons rayonnant d’une rosette centrale ou des quatre pointes d’un petit carré (ph. 120, fig. J 29). Parfois le jour se découpe en cartouche étroit où se dessine un décor géométrique ou floral.

132Le regard est sensible à ces petits ornements en dentelle, détails de rien à l’échelle d’une façade, et qui pourtant opèrent leur charme dans le contre-jour.

  • 53 BRETON, Šibâm, p. 83.
  • 54 MEHTA, Handicrafts, pl. XXXVIII, XLIX, L, LI, LUI, LV1.

133Ainsi, le décor en ajour dans le bois s’est manifesté surtout au Yémen dans la sculpture en bois découpé, par opposition à l’Egypte et aux régions voisines où dominent les grilles en bois tourné ou en baguettes assemblées. C’est un trait commun avec le Hadramawt53 et, au-delà, avec l’Inde où la sculpture en ajour, par découpe de la pierre ou du bois, atteint une virtuosité et une délicatesse inégalée54. Ce procédé s’est-il diffusé à l’occasion des échanges entre le monde indien et le sud de la péninsule Arabique ?

Conclusion

134Le shubbâk en bois est le successeur du shubbâk en briques et en pierres, dont la présence s’expliquait dans une architecture fortifiée. Son développement à Sanaa est indissociable de l’élargissement de la baie qui a produit également l’élargissement du vitrail, à la fin du xixe et dans la première moitié du xxe siècle. Cette transformation a entraîné la disparition des panneaux verticaux en briques saillantes qui ornaient le mur entre les ouvertures étroites.

135La diffusion du shubbâk en bois ajouré nous paraît commencer à la fin du xixe siècle sous une influence venue de la mer Rouge. On ne peut que souligner la cascade des modèles culturels en matière d’architecture, depuis Le Caire où le moucharabieh s’épanouit à partir du xviie siècle, puis à Jedda où l’empilement vertical et l’enchaînement horizontal des rawshan et des tâqa se déploient au xixe siècle. De Jedda, pôle économique dominant, cette mode gagne les ports de la mer Rouge, notamment à al-Luhiyya et al-Hudayda, puis, à la fin du xixe siècle, monte timidement sur les hautes terres. Le désir d’ostentation entraîne l’élargissement et l’embellissement des shubbâk sous la forme du kushk.

La pénombre des pièces laisse admirer la délicatesse de ces grilles fragiles.

Notes

1 ḤAMDÂNÎ, Al-Iklîl, livre VIII. Sur ce palais, voir LÖFGREN, art. Ghumdân, Encyclopédie de l’Islam, 2e éd. A l’époque préislamique, des dispositifs de fermeture, vraisemblablement du type moucharabieh, ont été décelés au palais de Shabwa, dans le Ḥadramawt : BRETON, AUDOUIN, SEIGNE, Sabwa, p. 170.

2 WULF, Handicrafts, p. 81 et 90. POPE, Persian Art, t. II, p. 523-524 et fig. 149 : "Bow-windows are a characteristic feature of the domestic architecture of Western Asia and the building represented on the Hermitage silver plate shows that such constructions usually called in Persia today shâh-nishîn, were already used in Sâsânian architecture. On either side on both stories, there are projections of this type, partly supported by brackets and with the roof carried by little columns. It is clearly indicated that these were built of wood".

3 GOLVIN, Essai sur l’architecture, p. 239.

4 MIGEON, Manuel, t. I, p. 324.

5 Voir n. 52 de notre ch. 2.5. La fig. J 31 a été dessinée d’après des photos de Solange ORY, que nous remercions ici, et de FINSTER, GM von San’â’, pl. 80 b.

6 Deux souverains rasûlides dénommés al-Ashraf sont susceptibles d’avoir construit la madrasa al-Ashrafîya : le premier, ‘Umar, a régné de 694 à 697 / 1295 à 1297 ; le second, lsmâ’îl b. ‘Abbâs, de 778 à 803 / 1376 à 1400 : LEWCOCK and SMITH, Three Medieval Mosques, part II, p. 192.

7 LEWCOCK and SMITH, Three Medieval Mosques, part II, p. 200.

8 LEZINE, Persistance, p. 19.

9 REVAULT, MAURY, Techniques de construction, in MAURY, Palais et maisons du Caire, t. II, p. 318.

10 GRAY, Peinture persane, miniatures extraites de Diwan de Khwajou Kirmanî peint par Djounayd, Bagdad, 1396, p. 46 ; de l’anthologie d’Iskandar, Chiraz, 1410 AD, p. 75 ; du Khamseh de Nizamî, 1494 p. 117. POPE, Persian Art, III, p. 1360.

11 NIEBUHR, Voyage, t. 1 p. 390.

13 MANZONI, El Yemen, p. 121, "casa di S.E. Ismâaîl Haqqi Pascià".

14 DEFLERS, Voyage au Yémen, 1889, p. 59.

15 PRISSE D’AVESNES, L’art arabe, p. 187 : "Cette industrie s’est perdue aujourd’hui en Egypte et il n’y a plus guère que sur les côtes de la mer Rouge, à Djiddâ et à Hodeida que l’on fabrique encore de véritables chefs-d’oeuvre de goût et de patience".

16 CRESWELL, Muslim Arch., t. II, pl. 102a : dans la madrasa-tombeau de l’émir Sunqur Sacdî datant de 715 AH /1315 AD, au-dessus de l’entrée, une grille faite de baguettes assemblées à mi-bois dessine des sceaux à huit branches.

17 BOURGOIN, Précis de l’art arabe, t. 111, pl. 3 à 12, "treillis lattes, assemblés à mi-bois aux ajours découpés, des maisons du Caire, du xvie s. jusqu’à nos jours".

18 REVAULT, Construction et décor, Pal. et maisons du Caire, t. II, p. 352.

19 GREENLAW, Suakin, p. 123 à 126. Pour Jedda, notes personnelles.

20 LEWCOCK, SMITH, SERJEANT, COSTA, The GM, SL, Ṣan‘â’, p. 327 ; p. 334, pl. 18.24.

21 CRESWELL, Muslim Architecture, t. II, pl. 68 et 98b.

22 PRISSE D’AVESNES, L’art arabe, p. 276 : "On appelle chibbak, les fen. grillées dont les treillages de bois laissent passer l’air et permettent de voir sans être vu".

23 FINSTER, Fr. von Ṣarḥa, pl. 101.

24 Comparer avec un usage du Caire, dans PRISSE D’AVESNES, L’art arabe, p. 276 : "Souvent, elles [les fenêtres grillées appelées chibbak] sont percées par de petites ouvertures garnies d’un guichet mobile, également en treillage, qui permet de passer la tête pour regarder et appeler au besoin".

25 Notes personnelles et Jeddah, Old and New, pp. 52 sq.

26 RATHJENS, Jewish Domestic Architecture, p. 17.

27 GOODWIN, Ottoman Architecture, p. 433.

28 Selon la jolie formule de MATTHEWS, The Red Sea Style, p. 67.

29 Voir par exemple l’intéressant ouvrage de J.-Ch. DEPAULE, A travers le mur.

30 BONNENFANT, Vitraux, p. 59 sq.

31 PRISSE D’AVESNES, L’art arabe, p. 226 : "Ces fen. [les chibbak, fen. grillées] sont quelquefois remplacées par des mouch. du même genre, mais qui offrent l’avantage de pouvoir s’y asseoir pour jouir de la fraîcheur et du coup d’oeil".

32 Comparer avec des mouch. de demeures du Caire comme le palais d’al-Razzâz, dans REVAULT et MAURY, Palais et maisons du Caire, t. 1, pl. XXXIII, B, D.

33 Citons le mouch. du pal. d’al-Razzâz surplombant la rue Bâb al-Wazîr, demeure du xve s., transformée au xviiie s., dans REVAULT et MAURY, Pal. et maisons du Caire, t. I, pl. XVIII, XXIX, XXX ; le mouch. de la qâca de Manzii aî-Suhaymî, fondée au xviie s., restaurée au xviiie s., dans Ibidem, t. III, pl. LXIII.

34 GREENLAW, Suakin, p. 103 sq. Jeddah, Old and New, p. 38, 63,71. Notes pers.

35 Fig. J 13 b : schéma et dim. des parois frontale et latérale, kushk de dâr Jadîd, 4e étage. Cf. ph 123b (vue extérieure) et ph. 138 (vue intérieure) :
Image img21.jpg

36 REVAULT, MAURY, Pal. et mais. du Caire, I, pl. XVI, pal. Qâyt Bay, xve s.

37 Fig. J 14 b : schéma et dimensions de la paroi frontale, shubbâk de bayt al-Ḥâḍrî, représenté sur la ph. 129 :
Image img28.jpg

38 ARSEVEN, Arts turcs, p. 184, fig. 458 et 460. ORAZI, Grate lignee, fig. 242, maison Angûrestân à Esfahàn.- Localisation des fig. J 16 à J 27 : Fig. J 16 à J 21 : bustân al-Hayr. Fig. J 22 à J 26 : bayt ar-Rubaydî. Fig. J 27 : bayt al-Yadûmî.

39 CRESWELL, Muslim Archit. of Egypt, t. I, p. 82, fig. 29, M. al-Hâkim, 1003 AD, fen. à claire-voie à g. du mihrâb. Pour l’Egypte, citons encore dans le même, t. I, p. 240, fig. 135, le mashhad de Umm Kulthûm, 516 AH / 1122 AD, mihrâb principal dont le décor est comparé par CRESWELL à celui de la Qalca des Banî Hammâd reproduit t. I, p. 241, fig. 137. POPE, Persian Art, t. XII, pl. 146S, porte du Gûr-i-Mîr, Samarqand, datant de 80S AH / 1405 AD.

40 BRIGGS, Muslim Arch., fig. 218, clôture du maus. de Barqûq (1399-1410 AD). BOURGOIN, Arabie Geom. Pattern, pl. V à la fin du livre, en bas à g. POPE, Persian Art, t. IX, pl. 875. ORAZI, Grate lignee, fig. 248, Emâmzâdeh. Voir en Inde, MEHTA, Handicrafts, décor géom. du Penjab, en travail pinjra, fig. accompagnant table des matières ; pl. XLVI, à dr., pal. Lalgarh, Bikaner, Rajasthan, grille de grès sculptée à jour ; pl. XXXV, paravent en bois découpé à jour, xviii-xixe s. A la différence du Yémen qui employait la sculpture à jour, les pays mentionnés ci-dessus préféraient réaliser les réseaux de polygones étoiles avec un assemblage de petites baguettes qui s’encochaient dans des châssis quadrillant la claire-voie. En Inde, les artisans pratiquaient autant la technique précédente, appelée pinjra, que la sculpture à jour.

41 POPE, Persian Art, t. XII, pl. 1086, tunique brodée du xviie ou xviiie s., provenant d’Abiâna.

42 BHAVNANI, Décorative Designs, pl. 65 n° 3, claustra en pierre, pal. de Jodhpur, Rajasthan, xve s ; pl. 107, claires-voies en bois percé à jour (jali) appartenant à des maisons du Gujarât d’époque récente. MEHTA, Handicrafts, pl. L, Diwan-i-Khas, Delhi, règne de Shah Jahan.

43 FINSTER, SCHMIDT, Fr. von San’â, I, pl. 54, riwâq Est.

44 CRESWELL, Account, pl. 18, GM de Damas, déc. de mosaïques du riwâq Ouest.

45 SOURDEL, SPÜLER, Die Kunst, fig. 49b.

46 POPE, Persian Art, t. VIII, pl. 478 B. ORAZI, Grate lignee, fig. 59, Hašt Behešt, piaf, de bois, tâlâr Est et O., époque séfévide.

47 LEWCOCK, Cathédrale de Sanaa, p. 80-3. FINSTER, Fr. von Sanfâ\ I, pl. 60-1.

48 SERJEANT, Building and builders, p. 281.

49 PIRENNE, Arabie préislamique, p. 923 ; Les Sud-Arabes, p. 40.

50 Comp. avec les boiseries de l’église Abu Sayfayn (1094-1 121 AD), vieux Caire, dans GAYET, L’art copte, p. 244 ; PAUTY, Bois coptes, pl. XVIII, XXI, XXII.

51 SARRE, Seldschukische Kleinkunst, p. 16, fig. 20.

52 LEZINE, Trois palais, pl. XXIb et XXIIb : mouch. de la qâfa, parois O. et N.

53 BRETON, Šibâm, p. 83.

54 MEHTA, Handicrafts, pl. XXXVIII, XLIX, L, LI, LUI, LV1.

Notes de fin

11b Dessin reproduit dans SL, San’â’, p. III, fig. 9.1.

Table des illustrations

Légende Ph. 111. Détail de la claire-voie en bois entourant un des mausolées, madrasa al-Ashrafiya, Ta'izz.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3166/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Légende 1 à J 3. Divers agencements de grilles en boisJ 1. Au nu du mur, planches jointives découpées. J 2. Au nu du mur, sous des mudawwara, en lattes découpées assemblées à mi-bois. Maison du quartier at-Talha.J 3. En retrait dans un arc, au-dessus d'un shubbâk, lattes assemblées à mi-bois. Bayt ar-Rubaydî.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3166/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3166/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 387k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3166/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 949k
Légende Ph. 112, ci-contre. Grande mosquée, salle de prière Sud : grille en bois découpé ou tourné.Ph. 113, ci-dessous. Grille en bois tourné surmontant un shubbâk, bayt Muhsin al-Yamânî.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3166/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 787k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3166/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Légende Ph. 114. Deux shubbâk côte à côte, l'un en brique, l'autre en bois, à bayt Muhammad al-Yamânî.Ph. 115. Deux shubbâk turkî côte à côte, dâr açL-Dahab; baguettes croisées comme les shîsh de Jedda. Ph. 116. Shubbâk 'arbî: shubbâk arabe.Ph. 117. Les parties d'un shubbâk : le battant ouvert, shâqûs; l'auvent, kunna, avec deux ornements d'angle, qurna, et un petit couronnement, tâj; la pièce du bas, sharnâfa, soutenue par les consoles, rijl.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3166/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3166/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 478k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3166/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 952k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3166/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 699k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3166/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 936k
Légende Ph. 118. Shubbâk dans le quartier Abhar.Ph. 119. Shubbâk dans le quartier al-Fulayhî.Ph. 120. Rangée de shubbâk 'arbî décorant les baies d'un dîwân, quartier al-Fulayhî. Dégradation par manque d'entretien, maison inoccupée.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3166/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1001k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3166/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 238k
Légende J 8. Shubbâk d'angle exécuté en jarâ'id, bayt al-'Amrî.J 9a. Battants garnis de jarâ'id au droit du mur.J 9b. Shubbâk garni de jarâ'id.J 10. Baie vitrée d'un jarf, équipée d'une logette.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3166/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3166/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Légende J 11 et J 12. Shubbâk à double logette dits «turcs».
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3166/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 241k
Légende J 13. Kushk de dâr al-Bashâ'ir.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3166/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 471k
Légende Ph. 121. Shubbâk à côté du minaret de la mosquée Abhar. Combinaison, rare à Sanaa, de la sculpture à iour et de la taille indienne
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3166/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 3,4M
Légende Ph. 122 à 123b. Les kushk de dâr JadîdPh. 122. Le kushk du premier étage, vu de l'intérieur. A gauche, un des volets scellés au droit du mur intérieur de la pièce. — Ph. 123. Kushk du premier étage, vu de l'extérieur (vue intérieure, ph. 137). — Ph. 123b. Kushk du quatrième étage, vu de l'extérieur (vue intérieure, ph. 138).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3166/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 919k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3166/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Ph. 123 c. Le kushk du premier ministère.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3166/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Ph. 124. Le kushk de bayt Muhammad al-Yamânî.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3166/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende Ph. 125. Le &KSM de bustân al-Hayr, vue latérale.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3166/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Ph. 126. Le kushk de dâr ash-Shukr, devenu musée.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3166/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3166/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 3,2M
Légende J 14 et J 15. Détail du décor, kushk de bayt bint al-Imâm.Ph. 128. Shubbâk, 2e étage, bayt at-Tawr, Q. Dâwûd. Ph. 129. Shubbâk, bayt al-Hâdrî, dîwân du premier étage. Voir dimensions à la note37.Ph. 130. Shubbâk, bayt al-Hâdrî, dîwân du 2e étage.Ph. 131. Shubbâk, bayt az-Zubayrî. En haut, motifs de rosaces, zahra.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3166/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 762k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3166/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3166/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 294k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3166/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 989k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3166/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Le décor en ajour a la délicatesse d'une guipure.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3166/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3166/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 617k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3166/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 591k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3166/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3166/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 230k
Légende Ph. 132. Bayt az-Zubayrî, battant découpé à jour doublant extérieurement le volet.Ph. 133. Le kushk de bayt Muhammad al-Yamânî, vu de l'intérieur (cf. ph. 124). Au premier plan, volets au droit du mur intérieur de la pièce.Ph. 134. Dans un shubbâk, multiplication des combinaisons d'ouverture pour moduler au mieux éclairage, ventilation et vue sur l'extérieur.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3166/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 373k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3166/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 299k
Légende Le regard est sensible a ces ornements en dentelle, détails de rien a l’échelle d’une façade, et qui pourtant opèrent leur charme dans le contre-jour.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3166/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 535k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3166/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 317k
Légende Ph. 135 à 138. Les kushk de dâr Jadîd, vus de l'intérieurPh. 135. Kushk du 4e étage, détails du côté.Ph. 136. Kushk du 4e étage, décor de la logette centrale.Ph. 137. Kushk du 1e r étage, vue d'ensemble.Ph. 138. Kushk du 4e étage, vue d'ensemble.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3166/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 423k
Légende La pénombre des pièces laisse admirer la délicatesse de ces grilles fragiles.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3166/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 819k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3166/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540