Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’art du Bois à Sanaa

 | 
Guillemette Bonnenfant
, 
Paul Bonnenfant

Troisième partie. Un Orient d'altitude

Les auvents des fenêtres

Texte intégral

  • 1 Kunna : de la racine arabe kanna, yakunnu : protéger, couvrir, abriter.

1Il faut une attention certaine pour découvrir la variété du décor des kunna... C’est dans un rayon de soleil qu’on découvre leurs guipures en bois, ou grâce aux ombres portées sur les façades (ph. 127). Les kunna sont des auvents placés au-dessus des fenêtres et dans le haut des moucharabiehs qu’ils protègent de la pluie et du soleil1. Ils présentent un toit plat horizontal, large de 30 à 40 cm, sur lequel est fixée une partie tombante mesurant 10 à 20 cm de haut, que nous pouvons assimiler à un lambrequin.

2La kunna s’individualise au-dessus d’une baie ou en abrite plusieurs (ph. 93). A un étage donné, elle court sur toute la largeur d’une ou même de deux façades contiguës (ph. 1). Cela est fréquent sur les maisons récentes, caractérisées par l’élargissement des fenêtres, qui a entraîné une modification du décor extérieur : disparition des panneaux verticaux de briques saillantes, accent mis sur les articulations horizontales comme les bandeaux de briques, et, à un moindre degré, sur les kunna qui jouent un rôle de liaison entre les baies.

3Le lambrequin est orné d’une frise ajourée souvent peinte, parfois couronnée d’une figure médiane et de deux figures d’angle (ph. 1, 124). L’enrichissement du décor des kunna est un trait relativement nouveau qui frappe sur des maisons construites il y a moins de 50 ans, comme bayt ‘Alî, dâr al-Usûl (devenu palais de la République), bayt ‘Abd al-Qâdir, bayt bint al-Imâm, toutes situées dans le quartier de Bi’ral-’Azab. Dans les maisons anciennes, l’enjolivement des kunna est lié des aménagements récents qui ont élargi les baies aux étages supérieurs.

4La frise du lambrequin, sharnafa al-kunna, a le plus souvent l’aspect d’une frange festonnée, parfois limitée en haut et en bas par des listels, mais ceux-ci n’existent que dans les kunna exécutées depuis une quarantaine d’années (fig. I 17 à I 22).

5Les frises les plus simples naissent de découpes rondes ou pointues :

  • frises à indentations triangulaires (fig. I 2, I 6) ;
  • frises échancrées en demi-cercles plus ou moins aplatis (fig. I 4, I 5) ;
  • frises à écailles arrondies (fig. I 3, I 8).

6Les modèles des figures I 2 et I 3 sont les plus répandus et probablement les plus anciens. Les festons en accolade sont également très fréquents et offrent bien des variantes (fig. I 9 à I 16).

7Les indentations trilobées et les languettes bifides ou trifides se répètent seules ou en alternance (fig. I 23 à I 27). Bien qu’appartenant à la même famille, le motif I 26 évoque une forme de fleuron. Moins fréquentes sont les torsades en poissons dites hûtt (fig. I 17), les cœurs (fig. I 18), les ajours dessinant des méandres comme ceux que les maçons exécutent avec des briques saillantes (fig. I 19) et les imitations de frange à pompons (fig. I 8).

8A partir de ces thèmes très simples, les menuisiers multiplient les effets en superposant des motifs semblables dans le même sens (fig. I 15, I 37) ou en sens contraire (fig. I 14 et I 20). Dans ces exemples, l’utilisation des chutes fait apparaître la même figure : en positif dans les parties pleines et en négatif dans les ajours, de part et d’autre d’un listel. Cela permet d’augmenter la hauteur du lambrequin.

9Les kunna les plus élaborées appartiennent aux maisons de Bi’r al-’Azab citées plus haut et possèdent un décor fleuri, kunna muzahhara, aux accents turquisants :

  • suite de clochettes (fig. I 28) s’emboîtant quand elles sont inversées (fig. I 29) ;
  • alignement de fleurons composés d’un lobe lancéolé, flanqué à la base de deux petits lobes ronds (fig. I 35) ;
  • -guirlande ponctuée de rosettes (fig. I 39) ;
  • rinceau d’où jaillissent des palmes, seules (fig. I 30) ou associées à des fleurons de forme symétrique (fig. I 32, 1 33) ou asymétrique (fig. I 31), épousant les ajours découpés en accolade (fig. I 32, I 33) ;
  • - ribambelle de pommes ( ?) coiffées de deux feuilles (fig. I 21).

10Les motifs floraux se lisent dans les espaces pleins (fig. I 30), mais peuvent apparaître simultanément inversés dans les parties évidées (fig. I 38).

  • 2 GÖNÜL ÖNEY, Anadolu Selçuklu, p. 160.

11Il existe enfin quelques auvents à décor animalier. Sur un lambrequin de bayt ‘Alî, s’affrontent des félins dont la queue dressée s’épanouit en palme (fig. I 22) ; ils existent dans un décor intérieur de plâtre à Sanaa et rappellent ceux qui ornent une lampe en bronze, de Konya en Anatolie, datant de la première moitié du xiiie siècle2. Bayt bint al-Imâm offre quelques-unes des plus jolies kunna de Sanaa (ph. 1 et 127). Sur l’une d’elles, deux oiseaux de profil volent vers un oiseau de face aux ailes déployées ; sur l’autre, des oiseaux becquètent un bouquet, thème qui revient sur un lambrequin du Premier Ministère (ph. 123 c).

12L’emblème des imâms, l’épée de ‘Alî flanquée de cinq étoiles, figure au-dessus de moucharabiehs appartenant à d’anciennes résidences princières comme dâr al-Bashâ’ir et bayt bint al-Imâm (ph. 127).

13Des figures d’angle, beaucoup plus hautes que le lambrequin, animent certaines kunna ; elles sont dénommées qurna parce qu’elles rappellent les merlons couronnant les terrasses ou les cornes porte-bonheur qui se profilent à l’angle des façades. Elles se composent généralement de deux parties symétriques qui s’accolent à angle droit, d’où leur allure héraldique (fig. I 23, 27, 32, 34, 36, 40-43). Les plus simples consistent en deux fleurons renversés qui, vus chacun des deux côtés de la kunna, se lisent comme des palmes (fig. I 40, I 41). Les qurna les plus élaborées déploient une arabesque à base de palmes et de fleurons (fig. I 32,1 36), ou associent des oiseaux et des motifs végétaux ; la qurna naît de deux oiseaux adossés dont la queue fleurit en palmette (fig. I 44). Oiseaux et palmes se confondent dans une arabesque qui sinue en huit (fig. I 34, I 43). La qurna de la figure I 23 reprend la forme asymétrique de certains supports de heurtoirs (fig. F 55). Par contre, toute velléité d’abstraction disparaît dans la représentation d’oiseaux qui ressemblent comme des frères aux pigeons ou aux tourterelles qui aiment se poser sur les kunna (ph. 117) ; cas rare à Sanaa, l’auvent est soutenu par des consoles serpentiformes (fig. I 38) ; elles évoquent les formes chantournées des moucharabiehs de la mer Rouge...

14Une figure centrale couronne parfois la kunna des moucharabiehs, plus rarement celle des fenêtres (ph. 117 et 124). Elle est appelée tâj, comme la haute coiffure de la mariée. Le tempérament yéménite s’y affirme dans l’association de thèmes graves et légers : un oiseau, la queue tombant en panache, est perché sur un sceau dans lequel un croissant circonscrit tantôt un fleuron (fig. Il), tantôt une calligraphie de l’expression mâ shâ’ Allah ! (ph. 117). Des félins, gueule hilare, s’affrontent seuls (fig. I 46) ou bondissent vers un oiseau aux ailes déployées (fig. I 45). Un chat joue avec une colombe (fig. I 17) et des oiseaux se perchent sur la kunna comme sur un fil (fig. I 44).

15Les kunna neuves reçoivent une couche de peinture qui les protège. Le fond est peint en bleu ou vert ; un filet blanc ou argenté rehausse les listels et le contour des motifs (fig. I 23, I 27, I 28). Ce filet est parfois festonné (fig. I 13, I 44). La couleur ne se contente pas de souligner les découpures du bois ou de valoriser l’arabesque végétale, elle crée parfois un nouveau décor, généralement floral sur la frise ajourée (fig. I 5, I 34). Très crue au départ, elle s’adoucit avec le temps.

16Au Proche-Orient arabe, les auvents ornés sont liés aux moucharabiehs, par exemple au Caire ou à Jedda. A Sanaa, ils trouvent un développement nouveau au-dessus des baies vitrées. Leur fabrication n’a d’ailleurs pas cessé. Ils sont l’expression la plus simple du décor en bois ajouré, qui s’épanouit dans les grilles ouvragées.

17C’est dans un rayon de soleil qu’on découvre la variété ornementale des auvents : dentelles de bois, sabres des imâms, petit monde d’oiseaux becquetant des bouquets ou de félins queue dressée gueule hilare...

Notes

1 Kunna : de la racine arabe kanna, yakunnu : protéger, couvrir, abriter.

2 GÖNÜL ÖNEY, Anadolu Selçuklu, p. 160.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable