Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’art du Bois à Sanaa

 | 
Guillemette Bonnenfant
, 
Paul Bonnenfant

Troisième partie. Un Orient d'altitude

Volets et contrevents

Texte intégral

  • 1 Déf. qui sont conformes à MINISTERE, Vocab. de l’arch., t. 1, p. 82, art. 104.

1Ces deux termes ont été employés dans un sens strict, même si les auteurs que nous citons ne font pas toujours cette distinction. Volets et contrevents sont des panneaux pivotant sur un de leurs bords verticaux. Les premiers doublent intérieurement une grille en bois ou un châssis vitré. Les seconds sont la seule protection de la baie ou doublent extérieurement un châssis vitré1.

Aménagements passés et présents

  • 2 NIEBUHR, Voyage, t. 1, p. 390.
  • 3 LEZINE, Salles nobles, p. 129.
  • 4 3b MANZONI, El Yemen, p. 120, 125.

2A Sanaa, dans l’aménagement traditionnel, les ouvertures inférieures n’étaient pas vitrées. Comme l’avait constaté Niebuhr au xviiie siècle, les volets étaient la seule protection contre le froid : « Je n’ai vu des vitrages qu’à un seul palais près du château. Les autres édifices ont, au lieu de fenêtres, des volets ouverts dans le beau temps, et fermés quand il pleut. Dans ce dernier cas, il entre un peu de jour par une ouverture ronde, garnie de verre de Moscovie, et pratiquée au-dessus des volets »2. Nous trouvons encore cette disposition dans l’habitat des régions montagneuses, à Tulâ’ ou Jibla par exemple, et dans quelques vieilles maisons de Sanaa où les baies inférieures ont des volets, mais pas de vitres. Dans les palais du Caire datant des xiiie et xive siècles, le palais de Alîn Aq par exemple, des volets en bois à deux battants fermaient, par temps froid, les baies servant à la ventilation, surmontées, comme à Sanaa, par des vitraux enchâssés dans le plâtre3. Durant son séjour au Yémen de 1877 à 1880, Manzoni constate encore que les fenêtres inférieures n’ont pas de vitre, sauf dans les maisons habitées par les Turcs qui, par ailleurs, avaient construit à al-Mutawakkil, un hôpital militaire aux fenêtres hautes et larges, vitrées à l’européenne34b.

  • 5 BONNENFANT, Vitraux, p. 67.
  • 6 RATHJENS, Jewish Domestic Arch., p. 32 et 52.

3Les Turcs ont joué un rôle déterminant dans l’évolution de la baie, comme nous l’avons déjà souligné5. Rathjens, qui visita Sanaa à quatre reprises entre 1927 et 1937, rapporte qu’il y avait une industrie du verre dans le sud-ouest de l’Arabie préislamique ; oubliée durant les premiers siècles de l’Islam, elle n’a pas repris. Les ‘aqd zijâj, arcs vitrés, n’ont pas été employés avant la conquête turque, il y a plus de trois cents ans. Rathjens note que tous les panneaux de verre sont importés et appelle fenêtre turque la fenêtre moderne avec châssis de bois et verre transparent6.

4La disparition progressive, à Sanaa, des volets et des contrevents est liée à l’arrêt de leur fabrication durant les décennies 1960 et 1970. Dans les maisons où ils subsistent, le manque d’entretien favorise leur délabrement et leur destruction.

5Trois types d’aménagement de la fenêtre reflètent cette évolution.

6Un aménagement moderne se généralise. Dans les constructions nouvelles, mais aussi dans les vieilles maisons restaurées, la tâqa n’est garnie que de deux châssis vitrés. Pour assurer l’intimité, on se contente désormais d’occulter les fenêtres avec des rideaux qu’on maintient relevés dans l’embrasure du vitrail situé au-dessus, quand on veut profiter de la vue et de la lumière. Des barreaux de fer protègent souvent des voleurs les baies du rez-de-chaussée, et même celles des étages supérieurs, où ils servent aussi de garde-corps. La fenêtre vitrée de fabrication courante comprend deux battants, farda ; elle en compte jusqu’à six dans les larges baies du mafraj, qui permettent de jouir de la vue sur les jardins et les montagnes environnantes et qui laissent la lumière pénétrer à flot (fig. H 2).

  • 7 Ces grilles sont découpées à jour ; il n’y a pas de persiennes à lamelles inclinées comme au Caire (...)

7Un aménagement traditionnel subsiste : la baie est close par un moucharabieh en surplomb ou par des grilles en bois ajouré pour filtrer l’air et la lumière7 ; elles sont doublées par des volets intérieurs. Ces derniers pivotent sur un cadre scellé au nu intérieur du mur (ph. 128), plus rarement sur le châssis des contrevents ou du moucharabieh fixé sur le plan extérieur du mur (ph. 103 et 132). Dans les deux cas, ils se rabattent sur les tableaux de la baie. La cage de certains grands moucharabiehs est fermée intérieurement par des volets brisés dont les battants se replient les uns sur les autres (ph. 133).

8Un compromis entre l’ancien et le moderne apparaît dans les contrevents qui doublent extérieurement le châssis vitré. En position fermée, ils sont au nu de la façade, grâce à une feuillure aménagée dans la maçonnerie pour recevoir le bâti dormant en bois, dissimulé ensuite sous l’enduit de plâtre (ph. 94). Le plus souvent, ils sont fixés sur le même cadre que la fenêtre vitrée qui s’ouvre vers l’intérieur. En position ouverte, ils se rabattent plus ou moins bien sur les façades : quand les baies sont trop voisines, les battants gênés les uns par les autres ne peuvent approcher le mur extérieur. Même quand la place existe, l’absence de logement prévu dans la maçonnerie les empêche d’être plaqués. Ainsi, les contrevents ne paraissent pas tout-à-fait intégrés à l’architecture des façades : est-ce l’indice d’une diffusion relativement récente ? Les auvents les protègent partiellement des intempéries. Dans les mosquées, ils s’intercalent aujourd’hui entre des barreaux de fer scellés à l’extérieur et une croisée tournante à l’intérieur, suspendue au même dormant ; ils se rabattent sur les tableaux de la baie.

9Les contrevents sont composés d’un ou plusieurs battants, appelés farda ou encore masra’a, dénomination complétée souvent par le nom du percement que ferment les contrevents. La fenêtre fermée par un contrevent à un seul battant s’appelle taqâ ou parfois sharshawa ( ?). Un percement protégé par une paire de contrevents est une tâqa ou tâqa masra’a (ph. 95) : il s’agit du type ancien décrit par Niebuhr. Dans une large baie, jarf, s’insèrent des contrevents brisés à plusieurs battants se repliant l’un sur l’autre en position ouverte. Il existe des jarf à trois battants ou plus (ph. 92 et 93) : dans une maison comme bayt Fadal al-Akwa’, les baies en comptent sept à l’étage du mafraj.

10Surprise ! On voit parfois une tête de femme ou d’homme s’encadrer dans une petite ouverture aménagée dans les contrevents et fermée par un battant miniaturisé (ph. 92). On l’utilise quand les contrevents sont fermés pour aérer la pièce ou jeter un coup d’œil dans la rue, sans être trop visible. Ce petit battant est appelé shâqûs, celui où il s’inscrit est dit alors mushawqas : on note la similitude de langage avec le shâqûs d’aération, percé dans le mur de part et d’autre du vitrail. Le battant contenant le shâqûs est également appelé masra’a mufarrah : dans ce cas, c’est la grande porte percée d’une plus petite que le terme évoque. Les shâqûs pivotent latéralement vers l’extérieur comme les battants où ils s’inscrivent. Dans les jarf, le ou les battants du milieu peuvent recevoir un shâqûs s’ouvrant vers le haut (ph. 92 et 93). Dans les exemples précédents, le shâqûs wâsitî, c’est-à-dire celui du milieu, est dit matla’, ou ‘ilwî, ou encore marzâh ( ?), parce qu’il se soulève. Les shâqûs latéraux sont le shâqûs ayman, ouvrant à droite, et le shâqûs aysar, ouvrant à gauche. Le désir de moduler au mieux lumière, ventilation et vue sans se montrer, conduit à d’ingénieuses combinaisons. Dans chaque contrevent, le shâqûs est fermé par un châssis mobile garni d’une grille ajourée que double intérieurement un volet plein, suspendu au même châssis (ph. 95, 96, 97 et 103). On a donc un shâqûs double, shawâqîs matnîya : le shâqûs mahraj percé à jour, pivote vers le dehors, le shâqûs madhal en bois plein, vers le dedans ; le shâqûs intérieur est encore appelé shâqûs farh parce qu’il s’ouvre dans le shâqûs extérieur qui est plus grand (fig. H 3).

11Le menuisier raffine davantage encore en aménageant un deuxième shâqûs au-dessus du précédent. La grille en bois ajouré qui le ferme est fixe ; le petit volet qui l’occulte se tire de l’intérieur (ph. 94, 96 et 97). Ainsi multiplie-t-on les possibilités d’ouverture sur les contrevents : une dizaine pour deux battants ne dépassant pas un mètre de hauteur et 80 cm de largeur ! Ils offrent alors presque toutes les fonctions d’un moucharabieh et témoignent du goût et de la capacité des menuisiers yéménites à multiplier les percements emboîtés.

  • 8 Ph. 106, dâr Jadîd : H. des bat., 130 cm ; 1., 50 cm.

12Châssis vitrés, contrevents et volets ont des dimensions comparables pour un percement donné. Pour chaque battant d’une tâqa, les dimensions relevées varient de 90 cm à un mètre de haut sur 35 à 40 cm de large. Les shâqûs inscrits dans une tâqa ont de 45 à 50 cm de haut sur 20 à 25 de large, mais il en existe de plus hauts. Les jarf ont des battants plus hauts et plus larges (ph. 106, dâr Jadîd)8.

13Les battants, grands ou petits, pivotent grâce à des crochets de suspension, huttâf ta’alluq. Ils sont fixés par deux ou trois pointes en haut et en bas du vantail. Ils s’insèrent dans de petits anneaux de fer forgé formant pivot, razza, fixés dans le cadre scellé au mur (ph. 94 et 102). Quand la baie possède plus de deux battants, le système est le même, mais l’anneau razza où se suspend le second battant est fixé sur le premier vantail, et ainsi de suite pour les autres battants. Les forces exercées sur les premiers vantaux sont donc considérables, et, s’ils ne sont pas entretenus, ces ensembles se détériorent assez vite avec le vent, le soleil et la pluie.

14Les crochets de suspension ont de 5 à 10 cm de long et se prolongent parfois par une latte de fer formant penture, comme sur les portes (ph. 43). Cette latte traverse les battants mushawqas sur toute leur largeur (ph. 102).

Ph. 92. La tâqa est une baie à deux battants (à droite), le jarf une baie à trois battants ou davantage (à gauche).

15Deux crochets, fixés en haut et en bas du châssis dormant par des anneaux, pour qu’ils puissent tourner sur eux-mêmes, maintiennent les battants en position fermée : ils sont appelés huttâf la’âb. Ils sont parfois remplacés par des sâqita en fer du même modèle que celles qui permettent d’immobiliser les portes (ph. 106). Le grand crochet qui soutient en position haute un shâqûs s’ouvrant vers le haut s’appelle huttâf marzâh ( ?) (ph. 92).

16Comme pour les portes, des anneaux de fer forgé, mihzar, montés sur une base hémisphérique, tâsa, permettent de manœuvrer de l’intérieur de la maison tous les battants, y compris les shâqûs (ph. 102).

Ph. 93. Contrevents de jarf à cinq battants.

Ph. 94. Baies, tâqa, équipées de leurs contrevents à double shâqûs.

Le décor des volets et des contrevents

17Volets et contrevents reproduisent des types d’assemblage et des agencements décoratifs qui caractérisent les portes intérieures des maisons. La face la plus visible des battants reçoit la décoration. Dans le cas des contrevents, c’est celle qui apparaît à l’extérieur quand les battants sont ouverts et à l’intérieur quand ils sont fermés (ph. 98 et 99). Des contrevents à double parement garnissent certaines fenêtres donnant sur une terrasse où ils se voient des deux côtés. Dans le cas des volets qui, eux, se rabattent sur les tableaux intérieurs de l’embrasure, un seul côté apparaît en position ouverte ou fermée quand les battants sont fixés dans le plan intérieur du mur (ph. 101, 122 et 128), les deux successivement quand ils sont fixés dans le plan extérieur. Les deux côtés sont alors parés.

LA DÉCORATION DES BATTANTS

18L’étroitesse des battants permet le plus souvent de les fabriquer avec une seule planche renforcée sur le contre-parement par des traverses ; celles-ci sont réparties sur toute la hauteur ou groupées en haut et en bas dans le cas des contrevents percés d’un shâqûs Les traverses sont biseautées à leur extrémité près du mur, pour permettre de mieux plaquer les battants au mur, en position ouverte (ph. 95, à dr.). L’ouverture du shâqûs est réduite de manière à ne pas affaiblir l’ensemble du battant ; le petit volet qui le ferme est une planche découpée en mihrâb, souligné sur le contreparement par un cadre rapporté. Il est d’ailleurs assez rare de trouver des shâqûs dans ce type de menuiserie.

  • 9 Il ne s’agit pas de pan. au sens strict,mais de champs saillants simulant des pan.
  • 10 VARANDA, Art of Building, p. 123.

19Le parement des vantaux faits d’une seule pièce de bois est divisé en panneaux9 sculptés dans la masse suivant la technique mutalla, qui donne à l’artisan une grande liberté dans le choix des formes décoratives et des motifs. On retrouve le schéma classique du mihrâb simple ou à deux arcs symétriques ; il est surmonté ou encadré par de petits panneaux carrés (fig. H 4). On découvre des ordonnancements moins habituels : les petits panneaux qui accompagnent les mihrâb sont ronds (ph. 98 et 101) ou évoquent une rosace par leur pourtour festonné (fig. H 5). Le bord des champs saillants est rehaussé d’une moulure (ph. 101), d’ornements d’écoinçon (fig. H 4), d’une frise de « poissons », hûtî, alternant avec des rosettes cloutées (ph. 98). Dans les mihrâb, s’épanouissent un médaillon fuselé (ph. 98) ou un arbre de vie sculpté en taille arabe (ph. 99). Une rosace ou un sceau de Salomon remplissent les petits panneaux (ph. 99). Une autre composition accuse un caractère indien (ph. 100) : une frise de bordure où s’entrelacent deux rinceaux palmiformes, hît matnî, sculptés en taille arabe, s’enroule en crosse dans les deux panneaux mutalla’ qui dessinent un arc en bulbe axé sur le mishrâq ; cette figure apparentée au muhashshar a trouvé d’autres interprétations sur des portes de boutiques, au souk d’at-Tawîla, à une soixantaine de kilomètres au nord-ouest de Sanaa, ou encore dans la même région de hauts plateaux, à Kawkabân10.

20On trouve aussi, dans de vieilles maisons comme bayt at-Tawr, des contrevents faits de deux planches jointives réunies à l’arrière par des traverses. Le parement lisse, mash, reçoit les mêmes ornements cloutés que les portes du même type (voir ph. 36).

21Les vantaux fermant les fenêtres des mosquées at-Talha et Mahdî ‘Abbâs sont faits de planches jointives sur lesquelles sont cloués des panneaux sculptés d’un beau décor en taille arabe : les motifs en ont déjà été répertoriés à propos des portes. A la mosquée al-Fulayhî, des pièces de bois festonnées dessinent un mihrâb ou un médaillon en retrait, suivant un agencement fréquent dans les portes (fig. F 102). Signalons encore, à la mosquée du Mahdî ‘Abbâs, parmi les décors rapportés, les petits panneaux saillants où se superposent en oblique trois pièces de bois carrées. Les côtés du plus grand ont été prolongés comme pour suggérer un svastika (fig. H 6).

H 4. Bayt Fâhir, volets fermant une fenêtre de la pièce dite qiblîya.

H 5. Bayt 'Abd al-Hamîd Mutahhar, volets ou porte de placard. Sculpture mutalla .

  • 11 STARK, Winter in Arabia, p. 52. BRETON, DARLES, Šibâm, p. 83.

22Beaucoup de volets et de contrevents sont composés de panneaux, tabala, assemblés dans un cadre à tenons et mortaises. C’est la formule a plus courante quand les battants sont percés d’un ou de deux shâqûs superposés (ph. 97, 102 et 103). Le battant plein occultant le shâqûs est traité comme un panneau rectangulaire ou en mihrâb saillant sur le cadre. Une feuillure aménagée dans son épaisseur lui permet de bien se plaquer en position fermée. Sur le contre-parement, les panneaux fixes ou mobiles apparaissent en retrait ; ils sont ornés d’un cadre rapporté qui souligne la forme en mihrâb. Des traverses consolident parfois l’arrière. Les shâqûs engendrent un emboîtement de formes caractéristiques : le percement aménagé dans le bas des contrevents, le cadre de la grille qui pivote dans l’ouverture, le petit volet qui double la grille, dessinent trois mihrâb concentriques jouant entre eux quand les battants s’entrouvrent (ph. 96, 97). Cette manière d’appréhender le monde extérieur à travers une fenêtre rétrécie à de minuscules ouvertures découpées en arc, se retrouve dans l’habitat du Hadramawt11.

H 6. Mosquée du Mahdî 'Abbâs, détail de volet, mur Ouest, fenêtre Nord.

H 7. Contrevents assemblés à la turque, vus de l'intérieur.

23Le décor en ajour des shâqûs mahraj ne diffère pas de celui qui orne les shubbâk (voir ch. 3.4). Il faut un peu d’attention pour le découvrir de l’extérieur, sur les contrevents fermés (ph. 94). La grâce du contre-jour, dans la douce pénombre des pièces, permet d’en admirer la délicatesse. On ne peut que regretter sa disparition, due à sa fragilité. Les panneaux pleins sont lisses ou sculptés en taille arabe ou indienne. Il existe dans cette dernière technique de belles interprétations de motifs déjà identifiés sur les portes : jarâ’id (ph. 104, pan. du haut), arbre de vie (ph. 104, shâqûs), réseau d’hexagones tapissés de fleurons (ph. 105). Ainsi traité, ce dernier thème a déjà été rencontré sur la porte du mafraj de bayt ash-Shahârî (ph. 85).

Ph. 95. Contrevents à doubles shâqûs, en position ouverte.

Ph. 96 et 97. Contrevents à bayt Zabâra, vus de l'intérieur; chacun des battants possède deux grilles découpées à jour (l'une est cassée), doublées d'un volet plein. — Ph. 96, avec les shâqûs fermés (H., 101 cm; 1., 36 cm) (le contrevent a été déplacé pour la photo). Ph. 97, avec les shâqûs ouverts.

  • 12 BONNENFANT, Vitraux, p. 44, ph. 24 a.

24De belles menuiseries de fenêtre ont été assemblées à l’arabe pour de grandes demeures princières bâties au milieu du xxe siècle, comme dâr Jadîd. Les compositions décoratives en sont bien connues : les panneaux en mihrâb reçoivent une ornementation palmiforme d’un caractère délié. Les palmes évoquent parfois des têtes d’oiseau comme dans la sculpture sur plâtre12. Frises, médaillons centraux en forme de trunja ou de rosaces, sont exécutés en taille arabe, tandis que les rinceaux symétriques qui tapissent le sommet des mihrâb se détachent en ajour sur une feuille de cuivre (ph. 106 à 110). Des ornements dessinés à l’encre s’y ajoutent : le trait qui souligne les motifs a guidé l’artisan dans l’exécution du décor sculpté ou ajouré (ph. 109 et 110). L’influence ottomane ne surprend pas dans une résidence comme dâr Jadîd, construite par l’imâm Ahmad. Quarante ans après, le maître menuisier, ‘Izzî ‘Abd Allah al-Ustâ, reste très fier de son travail qu’il trouve parfait !

25Beaucoup de vantaux d’époque récente ont été assemblés à la turque. Ils présentent un assemblage de panneaux rectangulaires à plate-bande comme dans les menuiseries occidentales (fig. H 7).

Ph. 98, un contrevent et son cache-joint, mishrâq, en position ouverte. — Ph. 99, contrevents s'ouvrant sur le devant d'un shubbâk, bayt Sarî', dîwân. — Ph. 100, volets à bayt al-Haymî. — Ph. 101, volets sculptés en mutalla, bayt Zabâra (H., 101 cm; 1. tôt., 66 cm). — Ph. 102, volets de dîwân à bayt az-Zubayrî, parement intérieur. — Ph. 103, volets à bayt Fâhir, shâqûs ouverts. — H 8, mishrâq de contrevent à bayt as- Sirâjî. — H 9, mishrâq de contrevent à bustân al-Hayr. — H 10, mishrâq de volet à bayt az-Zubayrî.

L’ORNEMENTATION DU COUVRE-JOINT

26Le mishrâq, fixé sur un des deux battants, côté parement, pour servir de cache-joint et de feuillure, offre à plus petite échelle, les mêmes caractéristiques que le couvre-joint des portes (voir ch. 2.4). La réduction des surfaces entraîne néanmoins une simplification de l’ornement (fig. H 8, H 9 et H 10). Les shamsa ne s’élargissent pas toujours vers les extrémités, en haut et en bas du battant ; elles se distinguent à peine de la partie centrale du couvre-joint, quand celle-ci est entièrement sculptée. Elles offrent une série verticale de cartouches recto-curvilignes (ph. 99), de cercles jumelés, de rosettes s’emboîtant avec des figures en papillon (ph. 98), de feuilles laniérées disposées deux par deux (ph. 102 et 107). Elles se terminent vers le centre par un motif évoquant tantôt une clochette, tantôt un petit bucrane. La partie centrale du couvre-joint, proportionnellement plus courte que sur les portes, présente généralement un profil triangulaire. Sa surface est striée du motif en arêtes de poisson appelé za-fîra ( ?) (ph. 102) ; ce motif, traité en modelé sur les menuiseries anciennes (ph. 98 et fig. H 8), a un aspect anguleux dans ses interprétations récentes (fig. H 9). Le centre du couvre-joint est ponctué d’une rosette.

27Le cloutage décoratif rehausse les battants et parfois le couvre-joint, comme sur les portes (ph. 102). Des motifs géométriques ornent les sâqita en fer forgé qui ferment les battants de certains volets de facture soignée (ph. 106).

Ph. 104, contrevent sculpté en taille indienne à bayt Fâhir, dîwân (H., 94 cm; 1., 32 cm). — Ph. 105, shâqûs sculpté en taille indienne à bayt Fâya'; comparer avec un des motifs de bayt ash-Shahârî, ph. 84. — Ph. 106, contrevents en cours de restauration, jarf au mafraj de dâr Jadîd (H., 130 cm; largeur d'un battant, 50 cm). — Ph. 107, contrevent au mafrajàt dâr Jadîd; en second plan, une partie du quartier Jadîd. — Ph. 108 à 110, détails de contrevents à dâr Jadîd; ph. 108, tête de mihrâb sculptée à jour et trunja au centre du panneau; ph. 109 et 110, sculpture en taille arabe et dessin à l'encre : travail inachevé ou fantaisie du maître menuisier?

Notes

1 Déf. qui sont conformes à MINISTERE, Vocab. de l’arch., t. 1, p. 82, art. 104.

2 NIEBUHR, Voyage, t. 1, p. 390.

3 LEZINE, Salles nobles, p. 129.

5 BONNENFANT, Vitraux, p. 67.

6 RATHJENS, Jewish Domestic Arch., p. 32 et 52.

7 Ces grilles sont découpées à jour ; il n’y a pas de persiennes à lamelles inclinées comme au Caire ou à Jedda.

8 Ph. 106, dâr Jadîd : H. des bat., 130 cm ; 1., 50 cm.

9 Il ne s’agit pas de pan. au sens strict,mais de champs saillants simulant des pan.

10 VARANDA, Art of Building, p. 123.

11 STARK, Winter in Arabia, p. 52. BRETON, DARLES, Šibâm, p. 83.

12 BONNENFANT, Vitraux, p. 44, ph. 24 a.

Notes de fin

4 3b MANZONI, El Yemen, p. 120, 125.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3164/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 202k
Légende Ph. 92. La tâqa est une baie à deux battants (à droite), le jarf une baie à trois battants ou davantage (à gauche).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3164/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 791k
Légende Ph. 93. Contrevents de jarf à cinq battants.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3164/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Légende Ph. 94. Baies, tâqa, équipées de leurs contrevents à double shâqûs.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3164/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende H 4. Bayt Fâhir, volets fermant une fenêtre de la pièce dite qiblîya.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3164/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende H 5. Bayt 'Abd al-Hamîd Mutahhar, volets ou porte de placard. Sculpture mutalla .
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3164/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 357k
Légende H 6. Mosquée du Mahdî 'Abbâs, détail de volet, mur Ouest, fenêtre Nord.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3164/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende H 7. Contrevents assemblés à la turque, vus de l'intérieur.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3164/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende Ph. 95. Contrevents à doubles shâqûs, en position ouverte.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3164/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 465k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3164/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 327k
Légende Ph. 96 et 97. Contrevents à bayt Zabâra, vus de l'intérieur; chacun des battants possède deux grilles découpées à jour (l'une est cassée), doublées d'un volet plein. — Ph. 96, avec les shâqûs fermés (H., 101 cm; 1., 36 cm) (le contrevent a été déplacé pour la photo). Ph. 97, avec les shâqûs ouverts.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3164/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 349k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3164/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 301k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3164/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende Ph. 98, un contrevent et son cache-joint, mishrâq, en position ouverte. — Ph. 99, contrevents s'ouvrant sur le devant d'un shubbâk, bayt Sarî', dîwân. — Ph. 100, volets à bayt al-Haymî. — Ph. 101, volets sculptés en mutalla, bayt Zabâra (H., 101 cm; 1. tôt., 66 cm). — Ph. 102, volets de dîwân à bayt az-Zubayrî, parement intérieur. — Ph. 103, volets à bayt Fâhir, shâqûs ouverts. — H 8, mishrâq de contrevent à bayt as- Sirâjî. — H 9, mishrâq de contrevent à bustân al-Hayr. — H 10, mishrâq de volet à bayt az-Zubayrî.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3164/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 851k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3164/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 694k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3164/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 859k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3164/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 675k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3164/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3164/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 765k
Légende Ph. 104, contrevent sculpté en taille indienne à bayt Fâhir, dîwân (H., 94 cm; 1., 32 cm). — Ph. 105, shâqûs sculpté en taille indienne à bayt Fâya'; comparer avec un des motifs de bayt ash-Shahârî, ph. 84. — Ph. 106, contrevents en cours de restauration, jarf au mafraj de dâr Jadîd (H., 130 cm; largeur d'un battant, 50 cm). — Ph. 107, contrevent au mafrajàt dâr Jadîd; en second plan, une partie du quartier Jadîd. — Ph. 108 à 110, détails de contrevents à dâr Jadîd; ph. 108, tête de mihrâb sculptée à jour et trunja au centre du panneau; ph. 109 et 110, sculpture en taille arabe et dessin à l'encre : travail inachevé ou fantaisie du maître menuisier?
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3164/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable