Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’art du Bois à Sanaa

 | 
Guillemette Bonnenfant
, 
Paul Bonnenfant

Seconde partie. Les portes

Formes et compositions décoratives

Texte intégral

1De chaque partie de la porte, jabha, heurtoir, couvre-joint et panneaux, l’artisan crée un petit ensemble décoratif remarquable par sa forme. Les compositions combinent des thèmes déjà répertoriés (ch. 1.3) et, pour s’adapter aux surfaces, s’organisent en frise ou en médaillon ; mais elles couvrent parfois tout le champ disponible.

2L’étude du décor dans les différentes parties de la porte permettra de montrer la créativité des artisans qui s’exprime en multiples variations, tantôt joyeuses et naïves, tantôt sobres et vigoureuses. Leur capacité à assimiler des influences diverses étonne souvent : les thèmes traditionnels se mêlent à des ornements baroques ou franchement modernes, preuve de la vitalité de l’art du bois jusqu’à une date très récente.

La jabha

3Le « front » de la pont, jabha, surmonte la porte-guichet qui s’ouvre dans le vantail plus grand, nous l’avons vu (fig. E 6b). Il est orné, à la différence des montants qui sont nus ou incisés, d’un galon à deux traits.

  • 1 BONNENFANT, Vitraux, p. 45, fig. 2 et ph. 25.
  • 2 ASLANAPA, Turkish Art, p. 92, pl. V, po. de la loggia du sultan, M. Selimiye, 1574, Edirne. Cf. au (...)
  • 2b Certaines jabha, comme fig. F 2, évoquent le couronnement crénelé de bâb Shu‘ûb, porte nord de San (...)
  • 3 DOE, Southern Arabia, pl. 13. BRETON, AUDOUIN, Sabwa, p. 175, pl. XII.

4L’ampleur du décor dépend de la surface disponible (H., 10 à 30 cm ; L., 100 à 145 cm). Les jabha sont rectangulaires (ph. 21 et 22) ou se silhouettent en fronton (fig. F 1, F 2, F 3). Les extrémités débordant sur les montants s’arrondissent (fig. F 5), se profilent en doucine (fig. F 4, F 6, F 7 et ph. 17), ou sont rehaussées d’une palme (fig. F 9, F 11 ; ph. 16) suivant un arrangement qui se fait encore à Sanaa dans le plâtre entourant les baies1. L’origine en est probablement ottomane2. Ces ornements flanquant la jabha sont appelés qurn, comme les cornes se dressant à l’angle des façades. La jabha dessine un arc surbaissé (fig. F 11) ou festonné en accolade (fig. F 2). Le bord supérieur est coiffé au centre d’un cartouche (fig. F 3 et ph. 16) ou se découpe en festons qui épousent la courbe des ornements de remplissage (fig. F 11, F 14)2bb. Les indentations en vaguelettes encadrant un petit fronton triangulaire ont un accent baroque (fig. F 12). Sont-elles apport occidental ou réminiscence d’un thème préislamique3 ?

5Deux types de compositions décoratives reviennent sur la surface de la jabha : des bandeaux épigraphiques et des frises à thème floral.

F 1 à F 9. Divers montages de jabha.

  • 4 Sabres et étoiles, symboles de l’imâm, sont souvent gravés dans la pierre. Cf. BONNENFANT, Vitraux(...)

6Les inscriptions courent sur toute la longueur de la jabha (ph. 7 et 20) ou s’inscrivent dans un ou plusieurs cartouches comme les éléments floraux, palmes et rosettes qui les accompagnent (ph. 19). Plus rare est l’association d’un cartouche épigraphique et d’une figure symbolique comme le sabre à cinq étoiles de l’imâm (ph. I)4. L’écriture cur-sive se détache en taille arabe. Les formules les plus fréquentes ont déjà été évoquées (ch. 2.2).

7Le décor végétal emploie surtout la palme, ra’s û nuṣ, et le fleuron, ra’s kâmil, dans de multiples variations :

  • Les fleurons bifurquent de la tige du rinceau (fig. F 13).
  • Ils s’alignent dans le même sens, individualisés par le cadre elliptique où ils s’inscrivent (fig. F 14), ou reliés par les boucles de la tige et par la pointe des lobes (fig. F 15). Les formes s’imbriquent, quand ce schéma se reproduit sur plusieurs rangs (fig. F 19).
  • Ils s’intègrent dans des frises d’arceaux en éléments isolés (fig. F 20) ou groupés en bouquet (fig. F 22).
  • Leur inversion est un procédé fréquent : les fleurons tête-bêche se disposent sur un rang (fig. F 26) ou s’emboîtent sur deux rangs superposés (ph. 25 et fig. F 21). Ils partagent avec leurs voisins les trois lobes qui les composent (ph. 16), remplissent les mailles d’un réseau dessiné par les tiges : réseau de cœurs (ph. 17) ou de zinjîrî (ph. 26). L’opposition de fleurons symétriques donne des quatre-feuilles (ph. 18). Les doubles tiges qui fusionnent à la base des fleurons festonnent les bordures de frise (fig. F 21) et créent un entrelacs de boucles circulaires, elliptiques ou en forme de cœur qui entourent ou traversent les fleurons (fig. F 26, ph. 17). Cela s’inscrit dans une tradition ancienne illustrée au Yémen par les plafonds peints des mosquées construites avant le viie/xive siècle, tradition probablement antérieure à l’Islam5. Ces boucles, comme les têtes de fleurons qui se silhouettent sur la bordure supérieure de la jabha, créent un effet de broderie.
  • Des chaînes de fleurons emboîtés se juxtaposent dans d’étroites alvéoles hexagonales (fig. F 24) ou tapissent des cercles entrelacés (fig. F 25) rappelant un thème de la mosquée de Ṣarḥa6.

F 10 et F 11. Deux types de jabha. Nous retrouvons le crénelage de F 11 au cénotaphe de la mosquée Abhar.

F 12. Porte d entrée entre cour et maison, bayt Muhammad al-Yamânî. Jabha : H., 19,5 cm ; L., 145 cm.

8Le décor palmiforme est exécuté en taille arabe. L’emploi exclusif de la taille indienne est exceptionnel.

  • 7 CRESWELL, Muslim Arch. of Egypt, t. II, pl. 35a, Madrasa du sultan Ṣâliḥ Najm ad-Dîn, 1242-1243, l (...)
  • 8 ARSEVEN, Arts turcs, p. 18, fig. 33, porte du Dagestan.
  • 9 MEHTA, Handicrafts, pl. LU, maus. de Shams-ud-din Iltumish, Delhi, d. de 1235.

9Les rosettes, warda ou zahra, contribuent à diversifier l’ornementation florale. Modelées en taille indienne, elles sont dotées de pétales ou de rayons spirales. Employées seules sur la jabha (fig. F 16), elles s’alignent en frises reprenant des modèles cairotes7, anatoliens8 ou encore indomusulmans9.

10A l’entrée de la très vieille bayt Muṭahhar (Q. aṭ-Ṭalḥa), trois rosettes à six rais fuselés inscrites dans des cercles timbrent la jabha. Des ondulations verticales obtenues par des entailles incurvées remplissent l’espace intermédiaire (fig. F 10). Ce type d’ornement revient souvent sur les portes de Ṣa‘da.

  • 10 BONNENFANT, Vitraux, p. 33, fig. H 5 ; p. 34, fig. 10.
  • 11 FINSTER-SCHMIDT, Fr. von Ṣan‘â’, II, pl. 49-53.
  • 12 FINSTER, M. von Hâu, pl. 111a.

11Le plus souvent, les rosettes en taille indienne rehaussent le décor palmiforme exécuté en taille arabe : elles tapissent des losanges en alternance avec des fleurons (ph. 6 b) ou saillent au milieu de la composition florale soulignée par un arc festonné, simplement incisé dans le bois (fig. F 30). Des compositions denses, que valorise parfois une bordure de rosettes serrées, s’ordonnent autour de tiges symétriques par rapport à l’axe vertical de la jabha ; elles déroulent, sur toute la longueur de la frise, des méandres qui s’entrelacent (fig. F 31) ou évoluent séparément. Les menuisiers appellent la‘‘âb matt le jeu des trois rinceaux qui ondulent symétriquement avant de se fermer en boucle autour d’une rosette (ph. 22). Cela évoque le thème du muḥashshar qui trouve diverses interprétations dans le bois et le plâtre10. A la même famille végétale appartient un beau décor de couronnement qui s’est déplacé de la jabha sur le haut de la grande porte (fig. F 32). Il se déploie dans un arc qui épouse le cintre de l’embrasure en pierre. Des rosettes simples ou doubles, modelées en taille indienne, en soulignent la courbe. Elles s’épanouissent à l’extrémité de tiges sinueuses qui s’ordonnent autour d’un arbre candélabre dont les branches latérales évoquent les ailes sassanides. Traitées en taille arabe, comme le reste du décor, des rosettes lisses scandent les bordures (F 23 et F 29) ; leur profil est celui des clous en étoile qui rehaussent le cœur des motifs. Des rubans de rosettes serrées bordent les tresses qui ornent les poutres du riwâq Est, dans la grande mosquée de Sanaa11, et galonnent encore les plafonds peints de la mosquée d’al-Asnâf et de Hâw12.

F 13 à F 19. Divers motifs de jabha

F 13 à F 19. Divers motifs de jabha

F 13. Jabha et tabala, quartier al-Fulayhî.

F 14. Jabha de bayt Muhsin ‘Arîd, Q. al-Quzâlî.

F 15. Maison non identifiée.

F 16. Jabha à bayt Ahmad Sabhân, Q. aṭ-Ṭalḥa.

F 17. Maison non identifiée.

F 18. Détail de jabha, maison non identifiée.

F 19. Détail de la jabha, porte principale sur rue de bayt Fâya’.

  • 13 CRESWELL, Account, pl. VI, coupole du Rocher. BURCKHARDT, Art of Islam, pl. 5, Mshattâ, bordure de (...)
  • 14 BROWN, Indian Arch., Islamic period, pl. XXVII, fig. 2, entrée de la M. Tantipara, bâtie à Gaur, B (...)
  • 15 BHAVNANI, Designs, pl. 3, 35 et 106.

12La tendance à enrouler les éléments végétaux, à aligner les rosettes et à les enfermer dans les volutes de la tige caractérise déjà le premier art umayyade13. Elle s’épanouit dans les monuments indo-musulmans14 où elle exprime le tempérament local15.

  • 16 La possibilité d’une origine umayyade a déjà été évoquée au chapitre 1.3.

13Parmi les compositions florales, citons encore la frise de clochettes (fig. F 72). Nées de simples incisions en S, elles s’emboîtent en s’inversant16.

  • 17 D’après LEWCOCK, SERJEANT, Houses, SL, Ṣan‘â’, p. 482, légende de la fig. 22.105, la construction (...)

14Les éléments géométriques sont rarement employés seuls, comme la torsade engendrée par des « poissons », ḥûtî (fig. F 27) ; elle encadre le plat des reliures kairouanaises du ixe siècle16b. Le plus souvent, losanges, carrés et croix dessinent une grille qui contient le décor floral (fig. F 18, F 23, F 28). Sur une jabha ancienne (ph. 21), des sceaux à dix pointes exécutés en ajour se détachent sur un champ foisonnant de palmes simplement incisées ou sculptées en taille arabe. Une inscription relaie le rinceau au centre de la frise de bordure. Cette jabha appartenait à un portail remarquable par l’arc polylobé de son tympan (ph. 6)17 ; il a malheureusement été détruit en 1984, tandis que la jabha était réemployée sur une porte voisine, à bayt Maḥbûb.

F 20 à F 23. Détails de jabha

F 20 à F 23. Détails de jabha

F 20. Bayt al-Hâdrî, entre l’escalier et une hijra.

F 21. Bayt al-jahdarî.

F 22. Bayt al-Makkî.

F 23. Maison non identifiée.

F 24. Serrure et jabha à bayt al-Hadramî, entre dihlîz et escalier.

F 25 à F 32. Motifs de jabha

F 25 à F 32. Motifs de jabha

F 25, Bayt Muhammad ash-Shâmî. — F 26, bayt Mutahhar, quartier de Bi’r al-’Azab. — F 27, bayt ‘Alî b. Ibrâhîm. — F 28, maison non identifiée. — F 29, bayt Fâhir, jabha de la porte entre dihlîz et escalier ; H., 24 cm ; L., 105 cm. — F 30, bayt ‘Abd Allah ad-Damârî, Q. al-Harrâz. F 31, portail de bayt al-Warshî, près de souk al-baqar ; H., 38 cm ; L., 131 cm. — F 32, maison non identifiée dans le quartier Mudayr.

15Face au visiteur, le beau coté de la porte se nomme « visage ». Son « front » présente des formules d’accueil ou d’appel à la protection divine. Rinceaux, fleurons, rosettes ou clous en étoile s’y déploient, comme pour appeler sur la demeure plénitude et abondance.

F 33. Solive de décharge en bois doublant le linteau en pierre, entre les modillons, à bayt Fâhir. H., 22 cm ; L., 133 cm.

Les linteaux

16A l’intérieur de la maison, les artisans ornent de préférence les linteaux qui surmontent la porte séparant la hijra de l’escalier et les portes du mafraj ou du dîwân. Des inscriptions en lettres cursives reprennent des formules de louange à Dieu et de bienvenue aux visiteurs. Dans le mafraj, elles sont en harmonie avec les frises épigraphiques sculptées sur les murs de plâtre. Plus rarement, le linteau disparaît sous un décor rapporté dessinant un arc en lambrequin et portant sous l’inscription un beau remplissage floral (ph. 68).

17Dans les portails, le linteau de bois est peu employé (ph. 8), mais souvent une solive de décharge, encastrée dans la maçonnerie, traverse le tympan. Elle est tangente au sommet de l’arc segmentaire qui couronne l’embrasure (ph. 7) ou double un linteau de pierre (ph. 9). Parfois simple tronc d’arbre à peine équarri (ph. 8), elle reçoit fréquemment un cloutage décoratif ou une inscription. Des clous étoiles sont disposés en rosaces (ph. 6 et 8). Des lattes de fer entrelacées dessinent des sceaux de Salomon (fig. F 34), également sculptés dans le bois et rehaussés de clous décoratifs.

  • 18 LEWCOCK, SMITH, SERJEANT, COSTA, The GM, SL, Ṣan£â’, p. 346, 492, 494, pl. 22.12 : selon les auteu (...)

18Une version sobre et vigoureuse de décors cloutés apparaît sur un linteau, au-dessus d’une porte murée de bayt Muṭahhar (Q. aṭ-Ṭalḥa) (fig. F 35). La simplicité de la composition valorise le jeu contrasté des matériaux. Le bois serti dans la pierre bichrome est rehaussé de clous serrés qui s’alignent sur un rang et cerclent des rosettes à six rais fuselés, sculptées dans le bois. Les clous, à tête hémisphérique ou à facettes, sont d’un modèle ancien, comme l’atteste leur présence au-dessus de cette très vieille entrée18.

19Sur la solive de décharge court souvent une inscription encadrée par deux listels lisses ou ornés d’une frise de petits losanges (ph. 23). L’inscription est généralement exécutée en taille arabe, dans une écriture cursive enjolivée de fleurons ou de rosettes. La solive soulageant le linteau en pierre de bayt Fâhir a un beau décor floral sculpté en taille arabe : il s’organise autour de deux médaillons du type trunja, couchés et juxtaposés. Deux cabochons en fer forgé, comme ceux qui reçoivent les anneaux de porte, en marquent le centre (fig. F 33).

F 34. Linteau décoré de clous et de petits sceaux de Salomon en métal, bayt Mutahhar, quartier al-Fulayhî.

F 35. Solive de décharge, bayt Mutahhar, quartier aṭ-Ṭalḥa.

  • 19 Idem, p. 333, pl. 18.18 ; p. 346.

20La grande mosquée de Sanaa possède un linteau en bois sculpté, sans doute antérieur à l’époque musulmane. Il surmonte la porte s’ouvrant au centre de la façade Sud. Son ornementation, vigne, rosette, croix latine et ailes, incline à penser qu’il s’agit d’un réemploi provenant d’une église chrétienne19.

F 36. Shamsa, bayt Mutahhar, quartier aṭ-Ṭalḥa.

Le couvre-joint

21Dans les portes à deux vantaux, le mishrâq est le montant central rapporté sur un des battants pour servir de couvre-joint et de feuillure où se rabat l’autre battant (ph. 8, 14 et fig. E 35). Le couvre-joint est un élément valorisé, même sur les portes modestes, mais les plus beaux ornent les portes de pièces prestigieuses, comme le dîwân ou le mafraj. Le couvre-joint est fixé sur le wajh, parement de la porte. Les portes à double parement reçoivent un mishrâq de chaque côté (ph. 79, 80). Deux ou trois couvre-joints, fixés sur le même parement, séparent les trois ou quatre battants de certaines portes ouvrant sur le mafraj.

F 37. Shamsa inférieure de la porte nord-est, mur oriental de la grande mosquée. H. de la partie sculptée, 51 cm.

22La hauteur du couvre-joint se confond généralement avec celle de la porte : autour de 1,8 m pour les portes intérieures et jusqu’à 3,9 m pour les portails monumentaux.

  • 20 Ou parfois jabhat al-mishrâq, selon l’uṣṭâ Muhammad Ḥusayn al-Faqîh.
  • 21 FINSTER, M. von Hâu, pl. 106 b. - LEWCOCK, SERJEANT, SMITH, Smaller Mosques, SL, Ṣan’â’, mosquée a (...)

23Le mishrâq est divisé en trois : deux parties symétriques, appelées shamsa20, encadrent une section centrale dite ‘amûd al-mishrâq. Le menuisier fabrique les trois pièces séparément. Le couvre-joint évoque par sa forme une colonne ou un pilier engagé dont le fût se terminerait, en haut et en bas, par deux chapiteaux identiques. La figure F 36 a d’ailleurs la facture de certains chapiteaux anciens, comme ceux de la mosquée de Hâw et de certaines mosquées de Sanaa antérieures au xe/xvie siècle21.

F 38. Shamsa, porte de la mosquée Zumar (Izdumar). H., 80 cm.

F 39. Shamsa, bayt ‘Alî al-Faqîh, hûsh at-Tabâbdî, Q. al-Fulayhî.

24Les shamsa sont ordinairement plus courtes et plus décorées que la partie centrale (fig. F 36 à F 47). Plates ou légèrement bombées, elles s’élargissent vers les extrémités en une surface trapézoïdale ou prolongée par une pointe triangulaire ; celle-ci déborde parfois de quelques centimètres du cadre de la porte, en haut et en bas, quand l’huisserie est au nu du mur. Les shamsa des portes intérieures ont de 50 à 60 cm de haut sur 12 cm de largeur au maximum ; à l’extérieur, leur hauteur peut atteindre un mètre, dans les grands portails.

  • 22 Dans les plafonds du riwâq Est de la GM de Ṣanaa, par le même procédé d’affouillement, on a détach (...)

25Les shamsa se silhouettent sur les bords latéraux qui se découpent suivant les courbes des motifs. Sur des portes anciennes, elles sont profondément échancrées en une série de cartouches (fig. F 37) ; il existe à Ṣa‘da de belles variantes de ce modèle. Le décor est généralement symétrique par rapport au centre du couvre-joint. Les motifs, traités en taille arabe ou modelés en taille indienne, s’épousent parfaitement, tout en restant bien individualisés grâce aux entailles concaves qui les dégagent du fond (ph. 45 et 46)22 ; les ornements floraux y dominent.

26Les rosettes, warda, constituent le thème principal. Elles s’emboîtent avec des figures en forme de papillon. Festonnées, elles sont lisses ou divisées en rayons droits, fuselés ou spirales (fig. F 41 à F 43), ou en pétales modelés en taille indienne (fig. F 40). Elles s’inscrivent parfois dans des cercles (ph. 67, B. al-‘Affârî). On peut assimiler à une rosette la figure qui résulte de l’accolement de quatre feuilles en forme de virgule (fig. F 46, haut).

27Le motif qui assure la transition entre la section centrale du mishrâq et les shamsa prend souvent l’aspect d’une clochette à deux pointes (fig. F 44) ou se profile en bucrane (ph. 46 et fig. F 43) : il est tentant d’évoquer l’Antiquité préislamique.

28Des feuilles étroites et souples comme celles des céréales jaillissent deux par deux d’une tige axiale. Elles sont employées seules (fig. F 45) ou en alternance avec d’autres motifs (fig. F 46 et F 47). Des fleurons se silhouettent en cartouche (fig. F 37 et F 39).

  • 23 Voir les origines de cet entrelacs hexagonal au ch. 2.5.

29Les thèmes géométriques les plus caractéristiques sont les cercles jumelés et tangents comme les deux yeux d’une figure totémique (ph. 56 ; fig. F 40) ; les sceaux de Salomon s’inscrivent dans les rosettes (fig. F 37 et F 47) ou se répètent dans un entrelacs géométrique (ph. 79)23. Moins fréquents sont les sceaux à huit pointes, timbrés d’une rosette (fig. F 38) ; les zig-zag alternant avec des galons rectilignes caractérisent un type de shamsa courte et de facture primitive qu’on trouve dans des maisons qui ont trois cents ans ou plus comme bayt al-Hamîsî (ph. 39), bayt Mutahhar (Q. aṭ-Ṭalḥa) (fig. F 36), ou à la mosquée Salâh ad-Dîn construite à la fin du viiie/xive siècle, mais remaniée dans les siècles suivants (ph. 39 bis).

F 40 à 42. Motifs de shamsa

F 40 à 42. Motifs de shamsa

F 40. Bayt Sari’, porte entre hijra et chambre.

F 41. Bayt al-Makkî, entre hijra et chambre.

F 42. Bayt al-Makkî, entre hijra et dîwân du premier étage.

F 43 à F 45. Motifs de shamsa

F 43 à F 45. Motifs de shamsa

F 43. Mishrâq, bayt al-Makkî.

F 44. Shamsa, bayt al-Makkî, entre hijra et chambre.

F 45. Mishrâq, porte de dîwân, bayt az-Zubayrî.

30L’élément épigraphique se réduit à des inscriptions assez courtes pour tenir sur le haut de la shamsa supérieure : le nom à’Allah, mâ shâ’ Allah et la date de construction de la porte reviennent le plus souvent (ph. 77).

31Dans de beaux exemples, la surface des motifs reçoit un remplissage floral où reviennent palmes et fleurons (fig. F 37, F 39, F 47) ; plus rarement, elle s’enrichit d’incrustations de nacre (ph. 79). Enfin des clous de cuivre ou de fer forgé rehaussent les rosettes (ph. 14).

32De la combinaison de ces motifs superposés en série verticale décroissant vers le centre, naît un décor parfaitement ajusté à la forme de la shamsa.

33Le ‘amûd al-mishrâq, partie centrale du couvre-joint, garde la largeur de la shamsa à sa naissance (5-15 cm). Haut de 65 à 70 cm dans les portes intérieures, il atteint 1,75 m dans certains portails. Il saille sur les shamsa quand le montant plat reçoit, en guise de moulure, une baguette rapportée qui déborde de quelques centimètres sur ces dernières, en dessinant souvent une pointe triangulaire (ph. 1, 56 et 79). Son profil est arrondi et sa surface lisse ou cannelée quand le montant est massif (pl. 2 et fig. F 39). Quand il est de section triangulaire, le ‘amûd al-mishrâq porte de profondes incisions en arêtes de poisson, appelées zafîra (ph. 13 et 14). Une rosette, insérée parfois dans d’autres motifs, ponctue le centre de certains mishrâq (fig. F 43 ; ph. 13 et 52). Quelques beaux exemples sont sculptés entièrement en taille arabe (ph. 77, frise en corde double) ou plus rarement en taille indienne. L’uṣṭâ Aḥsan Qâsim, reconnu par ses pairs comme un maître-menuisier, distingue les mishrâq « arabes », sculptés du haut en bas, des mishrâq « turcs », en chanfrein-double, ḥulîya, ornés de simples incisions. Il faudrait d’autres informations pour confirmer cette distinction.

34Le couvre-joint est souvent jalonné sur toute sa hauteur de clous à tête conique, comme le bouton du giroflier (ph. 14 et 67). Il arrive aussi qu’un décor peint le rehausse comme l’ensemble de la porte (pl. 2).

  • 24 Pour Ṣa’da, voir COSTA, Yemen, ph. 84 et 85.
  • 25 Pour’l’Oman, voir BONNENFANT, HÂRTHÏ, Mudayrib, pl. XI a-b ; p. 129, fig. 13 ; pl.XII a-b ; pl. Xl (...)
  • 26 LEWCOCK, Kuwait, p. 16, 88, 89, 90, 92, 93, 96, 97, 98, 99.
  • 27 BONNENFANT, La maison dans la péninsule Arabique.
  • 28 En Inde, le montant central est souvent divisé en une série de cartouches recevant des motifs flor (...)
  • 29 MIGEON, Manuel, t. 1, p. 293, fig. 113. Cette porte, datant de 1030, a été transportée au fort d’A (...)
  • 30 GÖNÜL ÖNEY, Anadolu Selçuklu, ph. p. 118, volet, fin xiiie s., M. de Kileci à Aksehir. MIGEON, Man (...)
  • 31 POPE, Persian Art, XII, pl. 1463, porte, M. de Bâyazîd à Bistâm, datant de 1307-1309 ; pl. 1465c, (...)

35La mise en valeur du couvre-joint n’est pas une particularité de Sanaa. On en trouve de fort beaux exemples dans d’autres régions yéménites comme la Tihâma, ou au Nord, à Sa’da24. Plus loin à l’Est, le anf al-bâb, somptueusement décoré, joue le rôle du mishrâq dans les portes omanaises, étroitement apparentées à celles de Zanzibar, Lamu ou Pemba25. Evoquons aussi les portes du Golfe26 et du Ḥijâz27. La décoration du montant central des portes à deux vantaux témoigne du style particulier à chaque région. Sur les côtes de la péninsule Arabique, l’influence indienne est claire28. Pour Sanaa, la sollicitation turco-iranienne l’a emporté. L’art ghaznavide offre, dès le xie siècle, un magnifique prototype sur la porte de la mosquée de Ghazna où se trouve le mausolée de Mahmûd Ier29. Les shamsa trapézoïdales, le fût central arrondi, parfois cannelé, parfois ponctué au centre d’une rosette, le motif campaniforme d’où naissent les shamsa, les clous à tête conique jalonnant le montant : tous ces éléments sont des traits que l’on observe dès le xiiie siècle dans l’art saljûqide d’Anatolie30, dès le xive siècle en Iran, et surtout dans le Turkestan mongol31.

F 46 et F 47. Deux shamsa récentes

F 46 et F 47. Deux shamsa récentes

F 46. Palais d’ar-Rawda, porte du mafraj.

F 47. Bayt bint al-Imâm.

Le heurtoir et son support

36Le heurtoir, madaqqa, est un attribut des portes fermant les principaux passages du public au privé : entre la rue et la cour ou le dihlîz, la cour et le dihlîz, ce dernier et l’escalier. Entre celui-ci et les appartements d’étage, nous trouvons aussi un heurtoir quand les occupants désirent marquer une limite, dans le cas de familles étendues dont les liens se sont relâchés par exemple. Situé dans la partie supérieure du farh, parfois juste sous la jabha (fig. E 6 b ; ph. 8, 10 et 12), il reçoit une décoration même dans les maisons très modestes, car il est très visible, au milieu du vantail et à-hauteur des yeux du visiteur.

37Le heurtoir comprend un socle en bois (H., 40 à 60 cm ; L, 20 à 23 cm), appelé trunja comme la forme décorative qu’on lui donne le plus souvent et qui est très fréquente dans l’art du bois à Sanaa. Il s’agit d’un médaillon ogival se terminant, sur son axe principal, par deux fleurons symétriques. Ce thème islamique, dont les origines seront évoquées plus loin, trouve une application originale dans le socle du heurtoir. Nombreuses sont les variations qu’il inspire : certains artisans dénombrent jusqu’à dix sortes de trunja, en combinant différemment les motifs et les types de sculpture. Il nous suffira d’en distinguer deux familles.

38Les trunja qui nous semblent les plus anciennes répondent à la définition donnée dans le paragraphe précédent (fig. F 48 à F 54). Le corps du médaillon, suivant qu’il s’étire ou se contracte, se rapproche du fuseau ou du disque. Sa bordure est souvent découpée en festons d’autant plus nombreux qu’ils sont plus petits (ph. 26 et fig. F 48). Les fleurons qui s’épanouissent aux extrémités sont trilobés : un lobe central lancéolé est flanqué de deux lobes ronds (fig. F 49). Ces derniers peuvent s’atrophier (fig. F 54) ou même disparaître. L’alternative est alors une figure bulbeuse (fig. F 51). La terminaison du lobe axial se ramifie très souvent en deux pointes fourchues (fig. F 48, F 50 et F 52). Entre les lobes des fleurons comme entre les festons du médaillon nichent de petits bourgeons en amande, lawza, (fig. F 50, F 52, F 53 et F 73). Beaucoup de trunja présentent une surface nue (fig. F 48 à F 51), parfois rehaussée de clous étoiles (ph. 41). Dans le corps du médaillon, seule la bordure est soulignée d’un pointillé (ph. 26 et fig. F 54) ou d’une moulure dessinant, au creux des festons, des languettes encore appelées lawza, qui tournent vers l’intérieur leurs deux ou trois pointes (ph. 11, ph. 28 ; fig. F 52 et F 53). La taille indienne donne du modelé aux fleurons terminaux (ph. 28) ou leur apporte un remplissage de palmes et de fleurons (fig. F 53) ; ces éléments sont aussi exécutés en taille arabe (ph. 26 et 27 ; fig. F 52).

La ronde des trunja

Ph. 24. Porte entre cour et dihlîz, bayt al-’Amrî. H., 65 cm ; 1., 24 cm. F 48, bayt ad-Damârî. — F 49, bayt Mutahhar, Q. Bi’r al-’Azab. — F 50, B. Ahmad Mahbûb, entre cour et dihlîz. — F 51, B. Sa’îbî. — F 52, maison non identifiée. — F 53 (au centre), B. Fâhir, porte entre cour et dihlîz. — F 54, B. ad-Damârî. — F 55, B. ‘Alî b. Ibrâhîm. — F 56 a et b, F 57, maisons non identifiées.

39La deuxième famille de trunja est caractérisée par une forme asymétrique, d’une inspiration souvent baroque (fig. F 55 à F 60). La tête où est fixé le heurtoir en fer est arrondie (fig. F 56a et ph. 47) ou tréflée (fig. F 55 et F 63) ; le corps en est rectiligne (fig. F 59), fuselé comme un poisson (ph. 47 ; fig. F 55, F 56a et F 58) ou boursouflé en une série de vessies (fig. F 60). Son extrémité inférieure est fleuronnée (fig. F 56a, F 58 et F 59), ronde (fig. F 60) ou fourchue (fig. F 55 et ph. 47). Entre les lobes, pointent des lawza en éventail (fig. F 58) ou de petits redans rectilignes (fig. F 59, F 60). La combinaison fantaisiste des ingrédients traditionnels permet toutes sortes d’innovations, comme cette trunja consistant en deux fleurons opposés et de taille inégale (fig. F 57). La surface des trunja asymétriques n’est que rarement décorée de cannelures (fig. F 60) ou de motifs palmiformes (fig. F 59).

  • 32 Voir la description qu’en donne SCOTT en 1885 : In the High Yémen, p. 126.
  • 33 MIGEON, Manuel, t. 1, p. 391, fig. 197.

40La madaqqa est le heurtoir en fer forgé que porte le socle en bois32 ; il ressemble à un bêche de jardinier. S’il faut lui chercher des antécédents dans l’artisanat musulman, c’est bien à une pelle en bronze, fabriquée en Egypte au xiiie siècle, qu’on peut le comparer33. Il s’agit d’une plaque rectangulaire surmontée d’une tige trapézoïdale ; sa surface est légèrement bombée : les deux grands côtés sont incurvés, tandis que le bord supérieur se retrousse souvent en deux cornes angulaires (ph. 25 et 30). L’ensemble mesure de 20 à 25 cm de hauteur sur 10 à 12 cm de largeur maximum dans le bas. La madaqqa, dont la tige est percée d’un trou, pivote verticalement dans un anneau, razza, fixé dans le haut de la trunja ; elle bute sur un clou à grosse tête arrondie, rawzabân ( ?) ou razdabân ( ?) : monté comme l’anneau sur une base circulaire (fig. F 50), il contribue à fixer sur la porte le socle en bois du heurtoir.

F 58 à F 60 : exemples de trunja turkîya. — F 58, bayt Muhammad al-Faqîh. — F 59, maison du quartier al-Fulayhî. — F 60, B. Muhammad al-Yamânî, porte entre cour et dihlîz. Trunja, H., 62 cm ; 1., 23 cm. Heurtoir, H., 21 cm ; 1., 10 cm.
Photos 25 à 31 : le heurtoir, madaqqa, et son support, trunja. — Ph. 25 et 26, maisons non identifiées. — Ph. 27, palais d’ar-Rawda, trunja exécutée en taille arabe. — Ph. 28, bayt al-Jindarî, trunja exécutée en taille indienne. — Ph. 29, bayt al-Jindarî, décor en pointillés. — Ph. 30, bayt Muhammad al-Yamânî, décor de cafetière à demi effacé. — Ph. 31, maison non identifiée.
Ph. 32, poignée de porte à bayt ‘Alî al-’Amrî. — Ph. 33, plaque de protection pour trou de serrure.

41Tous ces éléments sont en fer forgé. Des pointillés, obtenus avec un poinçon très dur, le sunba ( ?), ornent le heurtoir de motifs très simples : croix entourées de rosettes (fig. F 55, F 58, F 59, F 60), figures rayonnantes (ph. 24 et 27 ; fig. F 49 et 56 b), trunja rudimentaire (ph. 31) ou objets symbolisant l’hospitalité, comme la cafetière (ph. 29, 30). Des incisions géométriques se substituent parfois aux pointillés (fig. F 51, F 53). Les ornements en relief, comme la flèche qui prolonge la tige du heurtoir sur toute la hauteur de la plaque de métal, sont beaucoup plus rares (fig. F 50). Le disque en fer battu qui sert de base à l’anneau et au butoir est plat ou bombé, ourlé de festons (fig. F 50) ou de pointillés (fig. F 54). Des découpures profondes lui donnent une forme de soleil (fig. F 56 a et F 56 b).

42La madaqqa est parfois remplacée par un grand anneau, comme on en voit sur les portes intérieures (ph. 9). Autre variante, le heurtoir en métal est fixé sur la porte sans l’intermédiaire de la trunja (fig. F 56b).

43Si le style de certaines portes est d’une grande unité (ph. 11), l’harmonie n’est pas toujours réalisée entre la facture de la trunja et l’ensemble de la porte. Dans certaines entrées, comme à bayt al-Kabsî (ph. 47) ou bayt ‘Alî b. Ibrâhîm (ph. 12), la trunja modernisée n’atteint pas l’élégance des panneaux sculptés de motifs traditionnels. On trouve aussi l’inverse : une trunja de type ancien se détache sur une menuiserie de style occidental.

  • 34 LEWCOCK, Kuwait, p. 38 : l’auteur signale qu’à Bushir, sur la côte iranienne du Golfe, les heurtoi (...)
  • 34b BURCKHART, Art of Islam, p. 60, fig. 34, heurtoir du xiie s., Maghrab. MIGEON. Manuel, II, p. 81, (...)
  • 35 RÂZÎ, Târîh, p. 90 et suivantes.

44Le heurtoir de Sanaa monté sur la trunja trouve diverses interprétations à travers le Yémen. Est-il particulier à ce pays ? En d’autres régions, la forme de la trunja a été donnée tantôt au support34, tantôt au heurtoir de métal proprement dit, et cela dès le xiie siècle34b4b. Nous ignorons à quand remonte son emploi au Yémen. Des médaillons découpés en forme de trunja sont rapportés en figure centrale sur des portes du xviie siècle, mais ils ne portent pas de marteau en métal (fig. G 13). La référence la plus ancienne est probablement celle d’ar-Râzî : à propos des maisons construites aux viiie et ixe siècles, autour de Jab-bâna, pour le gouverneur ‘abbâsîde de Sanaa et sa suite, il évoque l’anneau de cuivre qui servait de heurtoir, en le comparant curieusement à une statue creuse en forme de taureau35.

F 61 a. L’anneau, mihzar, et son support, tâsâ.

F 61 b. La fixation, comme une agrafe parisienne.

45De vrais petits cœurs...

46Quelques clefs d’une grande demeure.

Ornements de serrures et décors de métal

47Sur le contre-parement, les éléments de verrouillage en bois sont galonnés de traits incisés comme les montants et les traverses (fig. D 5 b). L’extrémité des verrous verticaux en bois est souvent taillée en fleuron (fig. D 5 b). Quand la serrure en bois est fixée sur le parement d’une porte, son corps vertical est couronné d’une frise de festons ou d’un fleuron flanqué de demi-fleurons d’angle (ph. 9 et 26 ; fig. F 24).

48Les verrous verticaux, sâqiṭa, et les serrures, maghlaqa, en fer forgé, qui immobilisent les portes intérieures sont couvertes d’incisions en X ou parallèles ; des lawza ornent parfois le pourtour (fig. D 4 et ph. 79). Les plaques de métal protégeant le bois autour d’un trou de serrure reçoivent un gracieux décor palmiforme (ph. 33) ou sont découpées en forme de rosette s’harmonisant à un qallâb fleuronné (fig. D 5). Les clefs se terminent souvent par un aimable anneau ajouré en cœur (ph. 34). La madaqqa, battant en métal du heurtoir, a déjà été étudiée.

  • 36 ROSSI, Terminologia, p. 158, emploie le terme de hilgeh pour les désigner.
  • 37 ARSEVEN, Arts turcs, p. 135, fig. 361. GOODW1N, Ott. Arch., p. 440, fig. 504.

49Les anneaux, mihzar, en fer forgé ou parfois en laiton, se fixent près de la serrure ou au milieu des panneaux36. Ils permettent de tirer la porte, servent parfois de heurtoir ou n’ont qu’une fonction ornementale (fig. D 5b ; ph. 9, 11 et 51). Ronds (diam., 6 à 10 cm), parfois ajourés en un élégant trilobé (ph. 32), ils passent dans une bague, razza, fabriquée en pliant en deux une tige de métal dont les extrémités sont rabattues sur le bâti arrière de la porte comme une agrafe parisienne (fig. 61b). La bague retient à la fois l’anneau et sa base en demi-coupole, ṭâṣa qubba. Cette dernière évoque une rosace : des incisions rayonnantes en divisent la surface ; son pourtour est découpé de festons où s’inscrivent en pointillés des rosettes obtenues par un travail de repoussage (ph. 37 et 38). D’autres modèles sont godronés (ph. 77) ou ornés de perforations à la manière ottomane (fig. F 61a ; ph. 66, 74)37.

Photos 35 à 37. Les clous étoiles, najma

Photos 35 à 37. Les clous étoiles, najma

Ph. 35. Les clous étoiles, portail de bayt Ahmad Mahbûb.

Ph. 36. Leur utilisation pour fixer les traverses postérieures, porte du mausolée du Mahdî ‘Abbâs, cour de la mosquée du même nom.

Ph. 37. Fixation et décor de baguettes rapportées, bayt al-’Afïàrî, porte du 1er étage. La ṭâṣa qui tient l’anneau est du même style.

50Des clous en étoile s’allument dans le bois

  • 38 Selon Lewcock, le terme subrah désigne parfois ces cabochons décoratifs ; la po. qui les reçoit es (...)

51Sur les portes intérieures, la ṭâṣa qubba ne porte pas d’anneau aux panneaux inférieurs (ph. 56) ; elle en est encore dépourvue à l’extérieur, quand elle ponctue le cœur de motifs comme la trunja sculptée sur un panneau couché ou un linteau (ph. 44 ; fig. F 33)38.

  • 39 MIGEON, Manuel, t. I, p. 293, fig. 113.
  • 40 LEWCOCK, Kuwait, pp. 97, 98.

52Le cloutage joue un rôle essentiel dans le décor de la porte. Les clous en fer forgé, mismâr muṣabbara, étaient fabriqués à Sanaa, au souk des forgerons, comme la plupart des éléments de métal employés en menuiserie. Il existe plusieurs types de clous ouvragés. Le clou étoile, najma, appelé encore « étoile en rosace » ou « étoile fleurie », najma muzah-hara, porte un décor qui le rapproche de ṭâṣa qubba miniaturisées (ph. 35). Comme ces dernières, il était orné à l’aide d’un poinçon très dur appelé sunba ( ?). Des clous à tête étoilée sont visibles sur la porte du tombeau de Mahmûd 1er à Ghazna (début du ve/xie s.)39 ; il en existe des versions voisines dans le Golfe40.

53Les clous à tête conique jalonnent les couvre-joint (ph. 56). Le terme mismâr mujawwaz, clou en demi-noix, désigne des clous à tête hémisphérique et lisse en fer ou en laiton (ph. 39). Le nom des clous à facettes évoquant le clou de girofle est mal établi (ph. 40). De belles portes reçoivent des clous en laiton repoussé, ornés d’une rosette à six rais qui se détache sur des cercles concentriques réalisés avec des pointillés (ph. 38).

54Ces cloutages décoratifs s’alignent sur les planches qu’ils assujettissent aux traverses arrière, entourent les panneaux, rehaussent les ornements sculptés, peints, incrustés ou créent des motifs géométriques à base de carrés, de croix et de cercles (ph. 14 et 42 ; fig. E 35). Le disque flanqué de deux queues d’aronde est une figure caractéristique de portes anciennes (ph. 66 et 72).

55Des clous en fer forgé fixent encore les pentures et les traverses métalliques (ph. 40). A la mosquée al-Bakîrîya, ces dernières sont sculptées en ajour d’un rinceau triple à base de palmes (ph. 74).

56Les ornements de métal, particulièrement les décors cloutés qui ne sont plus fabriqués depuis longtemps, sont probablement l’indice de portes anciennes. Il semble que les clous en demi-noix, visibles dans les mosquées ou de très vieilles maisons (ph. 39), ont précédé les clous en étoile et qu’ils ont disparu plus tôt, mais nous ne pouvons l’affirmer avec certitude.

Photos 38 à 40. Détails de décors cloutés

Photos 38 à 40. Détails de décors cloutés

Ph. 38. Porte du mafraj, bayt Dalâl.

Ph. 39. Porte entre escalier et hijra, bayt al-Hamîsî. Clous en demi-noix, mujawwaza.

Ph. 39 b. Détail du mishrâq, placard du mur Ouest de la salle de prière, mosquée Salâh ad-Dîn.

Ph. 40. Clous à facettes, au nom mal précisé, porte Nord du mur occidental de la grande mosquée.

Photos 41 à 43 et fig. F 62 : portes de placard.

Photos 41 à 43 et fig. F 62 : portes de placard.

Ph. 41. Clous en étoile sur décor en bois rapporté, bayt Fâya’. H., 94 cm ; 1., 57 cm. — Ph. 42. Sculpture mutalla et décor clouté, dîwân de bayt ‘Abd al-Hamîd Mutahhar. — Ph. 43. Le bas est sculpté en mutalla’. La fleur supérieure est en bois ajouré et rapporté, avec insertion d’une feuille de cuivre. — Fig. F 62. Porte de placard, bayt Fadal al-Akwa’.

Le remplissage décoratif des panneaux

57Beaucoup de portes n’ont que des panneaux lisses qui ne se distinguent que par leur forme : comme nous l’avons vu (ch. 2.3), les panneaux sont rectangulaires, ou dessinent un miḥrâb ou un cartouche par le jeu des arcs qui les coiffent ou les flanquent. Quand il existe, le décor se concentre en une figure centrale ou dans les bordures de panneaux ; il envahit parfois toute la surface.

Les figures centrales

58Ce sont surtout des médaillons où domine l’élément floral ; il s’y ajoute des cartouches épigraphiques et quelques thèmes figuratifs.

LES MÉDAILLONS RONDS ORNÉS D’UNE ROSACE, « ZAHRA »

  • 41 LEWCOCK, SMITH, SERJEANT, COSTA, The GM, SL, Ṣan‘â’, p. 342 et 343, pl. 18.48. FINSTER, SCHMIDT, F (...)
  • 42 La rosace se substituant à un petit pan. au-dessus d’un miḥrâb est une compos qui revient sur les (...)

59Ils conviennent aux petits panneaux carrés qui constituent le haut et le bas des battants des portes intérieures de maisons ou des portes extérieures de mosquées. Ils décorent aussi les vantaux fermant les placards muraux. Ils s’inscrivent dans un cercle autour de la ṭâṣa qubba, base hémisphérique des anneaux. Palmes et fleurons entrelacés ou imbriqués dessinent une couronne ou une corolle (fig. F 62, F 77 ; ph. 43), rayonnent du centre (ph. 71, M. aṭ-Ṭalḥa, haut), ou tapissent les pétales tracés par les tiges qui naissent souvent des pointes d’une étoile (ph. 46, haut ; ph. 50). Les archétypes de nos rosaces se trouvent sur les plafonds de la grande mosquée, particulièrement ceux de l’aile Est qui serait antérieure au milieu du vie/xiie siècle (fig. L 2 à L 7)41. Le traitement en taille arabe est le plus courant, mais certaines rosaces sont exécutées en ajour (ph. 72) ou en taille indienne (ph. 43). Dans ce dernier exemple, la rosace qui s’épanouit au sommet du miḥrâb, à la place d’un panneau carré, résulte des deux techniques précédentes : sculptée en modelé, elle se découpe en ajour sur une feuille de cuivre glissée par dessous42. L’ornement floral est parfois remplacé par une calligraphie concentrique ou une figure géométrique comme le sceau de Salomon (ph. 46, bas), qui a trouvé un emploi analogue dans d’autres régions du monde musulman : il en existe une belle représentation sur la porte de la mosquée du tombeau de Mahmûd 1er à Ghazna, déjà évoqué. Au lieu d’une composition circulaire, on peut trouver un médaillon quadrilobé ou recto-curviligne qui est sculpté d’ornements floraux (ph. 13, bas) ou réalisé avec un cloutage décoratif (ph. 14).

  • 43 LEWCOCK, SMITH, SERJEANT, COSTA," The GM, SL, Ṣan‘â’, p. 340, pl. 18.44, p. 346. FINSTER, GM von Ṣ (...)
  • 44 SCHLUMBERGER et SOURDEL-THOMINE, Lashkari Bazar, 1B Décor p. 46 et pl. 136, n° 5.3 et 6.1. POPE, P (...)
  • 45 BHAVNANI, Designs, pl. 95, n° 1.

60Dans les portes extérieures de maisons où les panneaux sont étroits, la rosace n’entre que sous une forme répétitive, comme on le voit dans l’entrée de bayt ‘Alî b. Ibrahim (ph. 12). Le panneau couché de la grande porte est occupé par une frise de quatre-feuilles engendrés par des cercles entrelacés (fig. F 64). Celui de la porte-guichet est orné de deux médaillons polylobés où s’inscrit une rosace, composée de fleurons rayonnant des pointes d’une étoile hexagonale dessinée par les tiges curvilignes qui les relient (fig. F 63). Ce motif assez fréquent répercute un thème représenté dans la partie la plus ancienne des plafonds de la grande mosquée43 et sur ceux de la mosquée d’al-Asnâf. On en trouve des variantes au ve/xie siècle, dans le décor du Lashkari Bazar ; elles sont probablement d’origine sassanide44. Le modèle de Sanaa a sa réplique dans l’art indo-musulman, au palais d’Amber dans le Rajasthan, sur des panneaux de portes datant du début du xie/xviie siècle45.

F 63 à F 72. Le décor intérieur des panneaux couchés, tabala

F 63 à F 72. Le décor intérieur des panneaux couchés, tabala

F 63. Porte-guichet, bayt ‘Alî b. Ibrâhîm. — F 64, Tabala ‘ulîya, même porte. — F 65. Tabala ‘ulîya autre porte de la même maison. — F 66. Bayt Mutahhar, Q. Bi’r al-’Azab. — F. 67. Tabala portant ma sha’ Allah ! — F 68. Bayt Mutahhar, Q. Bi’r al-’Azab. - F 69. Bayt ‘Abd Allah al-Jindarî. — F 70. Porte du quartier Quzâlî. — F 71. Portail occidental du premier ministère. — F 72. Tabala et couvre-joint, portail de bayt ‘Alî b. Ibrâhîm.

LES MÉDAILLONS EN FORME DE « TRUNJA »

61La trunja est un médaillon fuselé se terminant sur son axe principal par deux fleurons. Nous avons vu le parti décoratif que les menuisiers de Sanaa en ont tiré dans le support du heurtoir. Sa forme s’adapte aux panneaux étroits : panneaux debout des portes extérieures ou intérieures (ph. 11 et 46), panneaux couchés des portes extérieures (ph. 44). Elle est sculptée dans le vif du bois. Quelques beaux exemples du xviiie siècle, réalisés en ajour, sont des ornements rapportés (ph. 71, 72 ; fig. G 13, pan. debout). Ils saillent dans un médaillon créé par des pièces de bois festonnées plaquées dans les angles du panneau. Les menuisiers s’ingénient à varier le tracé de la trunja : son corps fuselé s’arrondit ou s’étire (fig. F 13 et F 66) ; son pourtour s’enrichit de festons (fig. F 78 et F 81).

  • 46 SARRE, Denkmäler persischer, p.102, fig.134 : Imamzadeh Hassan, Issando, po.

62Les fleurons qui s’épanouissent aux extrémités du fuseau sont trilobés : le lobe central est flanqué de deux lobes ronds (fig. F 72), en virgule (fig. F 76) ou en quart de cercle (fig. F 81) ; il se divise souvent en deux languettes qui fourchent (fig. F 13) ou s’enroulent en palmes ; il repose parfois sur une base en cœur ou en bulbe qui se substitue aux deux lobes latéraux (fig. F 78 ; ph. 11 ; ph. 44, pan. dr.). Cette variation, qu’on rencontre en Iran46, traduit à Sanaa une complication de la forme de la trunja, qui semble dater du milieu du xive/xxe siècle ; elle reflète le style d’une génération de grands uṣṭâ unis souvent par des liens familiaux.

Fig. F 73. Portail de bustân al-Hayr. Détail du panneau couché, tabala, et du sommet, ra’s, des panneaux verticaux, miḥrâb.

  • 47 VARANDA, Art of Building, p. 86 et 123.
  • 48 WEILL, Bois sculptés jusqu’à l’époque mamlouke, pl. XX, n° 647-648.

63Un médaillon rond flanqué de deux queues d’aronde remplace parfois la trunja. Il est réalisé avec des clous étoiles sur des portes anciennes (ph. 66 ; ph. 71, bat. dr. ; ph. 72, bas) ou sculpté sur des panneaux couchés (ph. 7 et fig. F 69). Sa forme, qu’on retrouve à Sa‘da, au nord du Yémen, dans les supports de heurtoir47, évoque certains cartouches à épigraphes de l’époque mamlûke48. Le motif en soleil qui figure sur des portes faites il y a une vingtaine d’années en est peut-être une transposition moderne (fig. F 12).

64L’intérieur de la trunja reçoit une figure circulaire ou parfois elliptique, centrée sur la base arrondie d’un anneau ou sur la tête d’un clou ouvragé (ph. 44 et 48) :

  • Les sceaux, hâtim, reviennent souvent et parmi eux, les sceaux de Salomon à six branches (ph. 44, haut ; ph. 45, milieu) ou encore à huit ou douze pointes (ph. 1, milieu ; ph. 44, bas). Un décor palmiforme tapisse le pourtour et l’intérieur des étoiles. Le sceau prolongé en haut et en bas par deux fleurons symétriques apparaît comme une petite trunja dans la grande (ph. 44, pan. miḥrâb). L’emboîtement de formes gigognes est un procédé fréquent chez les artisans yéménites. Les rosaces sont composées d’une couronne de fleurons ou de rinceaux entrelacés épousant le pourtour polylobé du médaillon (ph. 71 et 72 ; fig. F 71, F 75, F 81 et G 13). Les quatre fleurons convergeant vers le centre d’une croix (fig. F 69) reproduisent un motif de la mosquée de Ẓafâr49.
  • Les jarâ’îd, composés de deux croix interférant à 45° (fig. C 80) ou d’une croix de Saint André barrée horizontalement ou verticalement (fig. C 79), sont tapissés de fleurons isolés ou imbriqués en chaîne (ph. 13 et 46 ; fig. F 80). Une structure analogue au jarâ’id était utilisée au Yémen dans la mosquée de Zafâr50 et, au milieu du viie/xiiie siècle, dans le décor architectural du Caire et d’Anatolie, avec un remplissage d’arabesques51.
  • Une simple rosette, warda, exécutée en taille arabe ou indienne, timbre le cœur de la trunja et parfois les extrémités trilobées (fig. F 13 et F 70). Elle peut être circonscrite dans un disque, une étoile (fig. F 68). Le quatre-feuilles, inscrit dans un carré sur la pointe (fig. F 66), simplifie un modèle de la grande mosquée de Sanaa52.
  • Des compositions en miroir garnissent la surface elliptique de certaines trunja : s’y répètent des rinceaux palmi-formes (fig. F 78) ou des ensembles de quatre fleurons opposés en diagonale (fig. F 65).
  • Une calligraphie remplace la garniture florale (ph. 7, 48 ; fig. F 67).
  • La trunja est dépourvue de motif central, mais une frise souligne le pourtour, frise de clochettes (fig. F 72) ou de torsades (fig. F 76). Dans les deux cas, le module de base est en « poisson », hûtî. Une trunja soulignée d’une bordure décorée est dite mubannada ( ?), fermée, band désignant la bordure ( ?).

65Les pendentifs trilobés de la trunja sont refouillés d’éléments floraux symétriques : palmes, fleurons ou rosettes s’y inscrivent et en épousent les contours.

  • 53 Pour l’Egypte, voir p. ex. CRESWELL, Muslim Arch., t. II, pl. 102c, madrasa-maus. de l’émîr Sunqur (...)
  • 54 PAPADOPOULO, L’Islam, p. 424-425, n° 378-381, 383, reliures du ixe, x/xve et xvie s., Iran et Turq (...)
  • 55 FINSTER, SCHMIDT, Fr. von Ṣan’â’, II, pl. 50.
  • 56 GAYET, L’art arabe, p. 87, fig. 25, M. al-Azhar, po. d. d’al-Mu‘izz, selon lui.
  • 57 GÖNUL ÖNEY, Anadolu Selçuklu, p. 117, porte, mosquée Alâeddîn, Ankara, 595/1197-98 AD. MIGEON, Man (...)
  • 58 BRIGGS, Muhammadan Arch., fig. 235, M. de la princesse Asalbây, Madînat al-Fayyûm ; fig. 236, M. d (...)
  • 59 LANE, Manners, p. 17.
  • 60 Un médaillon polylobé d’où partent 2 pendentifs orne un coffre en bois incrusté de nacre, fabriqué (...)

66Le médaillon fuselé, trunja, reprend un thème classique de l’Islam. S’il n’est pas absent du décor architectural53, il est surtout employé dans les arts mineurs, principalement dans la reliure. Aux xve et xvie siècles, il apparaît en motif central sur les couvertures de livres précieux dans des pays comme l’Iran et la Turquie où il est dénommé chemse, soleil54. L’uṣṭâ Ḥusayn al-Haddî a précisé que les menuisiers de Sanaa s’inspiraient des recueils de Coran. L’art du bois a peut-être devancé la reliure dans l’utilisation de ce thème. Des motifs analogues à la trunja alternent avec des rosaces sur les poutres de l’aile Est de la grande mosquée de Sanaa (fig. L 8)55. Un médaillon d’où partent deux pendentifs en écusson est l’ornement central de portes anciennes : au Caire, à l’époque fâtimide56, en Turquie, dans des ouvrages saljûqides57. Les trunja en ajour, décrites plus haut (ph. 71, 72 ; fig. G 13), évoquent certains médaillons ornant des portes d’Egypte et d’Iran, non seulement par la forme, mais encore par la technique : le décor floral y est découpé en ajour58. Ce thème reste populaire au xixe siècle en Egypte : il est peint sur les portes de demeures modestes59. Il est réalisé en cuivre sur les coffres en bois appelles hindî à Sanaa, parce qu’ils étaient importés d’Inde, aux dires de certains habitants. Il existe effectivement de beaux spécimens de coffres ainsi décorés dans l’artisanat indo-musulman marqué par l’héritage iranien60.

Ph. 44 à 46. Décors de trunja.

Ph. 44 à 46. Décors de trunja.

Ph. 44. Portail occidental du premier ministère.

Ph. 45. Une porte de bayt Fâya’, hors de son cadre. H., 156 cm ; l., 92 cm.

  • 60b Dim. de la porte, ph. 46, bayt Lutf ‘Abbâs at-Tabàbdî : H. tot., 183 cm. Largeur tot., 112 cm. Lar (...)

Ph. 46. Porte entre hijra et dîwân, 3e étage, bayt Lutf ‘Abbâs at-Tabâbdî60b0b.

LES COMPOSITIONS FIGURATIVES

  • 61 OTTO-DORN, Art de l’Islam, pp. 160 et 172.

67Aux médaillons de décor abstrait, les menuisiers substituent parfois des figures familières de cafetière ou de pipe à eau dont la forme fuselée rappelle celle de la trunja (ph. 47 et fig. F 80). Des motifs animaliers remplissent les petits panneaux de portes relativement modernes, oiseaux sculptés dans la masse (fig. F 74), couples de félins plaqués sur les panneaux et peints de couleur vive (ph. 1). Le dernier exemple cité semble une interprétation populaire d’une mise en scène héraldique : ainsi, le couple de lions qui s’affrontent sur la porte en bois sculpté de la mosquée Ôgle en Anatolie, viie/xiiie siècle61. Objets domestiques et animaux traduisent d’une manière souvent naïve un art de vivre et une symbolique déjà évoqués (voir ch. 1.3).

Ph. 47. Petits sceaux de Salomon inscrits dans des cafetières, bayt al-Kabsî.

LES CARTOUCHES ÉPIGRAPHIQUES

68Ils décorent les panneaux travers. L’inscription est contenue dans un cadre rectangulaire ou dans un cartouche étroit (ph. 11 et 47). Sur la photo 20, des formules zaydites remplissent deux trunja couchées (voir ch. 2.2).

Ph. 48. Porte du mafraj, bayt Ghanîma.

F 74. Oiseau sculpté dans la masse, bayt Ibrâhîm.

69Parfois, une naïve sculpture
symbolise le bon accueil :
une cafetière, la pipe à eau
ou encore un oiseau familier.

F 75. Pipe à eau, bayt Mutahhar, Q. Bi'r al-'Azab.

F 76. Mihrâb, porte extérieure, bayt 'Alî b. Ibrâhîm.
F 77. Panneau sup., porte de dîwân, bayt al-Makkî.
F 78. Mihrâb, portail du premier ministère.
F 79. Porte du mafraj supérieur, dâr ad-Dahab, bat. dr., pan. mil.
F 80. Mihrâb, bayt al-Makkî, dîwân du second étage.
F 81. Porte dans le quartier al-Fulayhî.

70Subtils rapports de l’art du bois et de la reliure... Le médaillon fuselé trunja, si goûté des menuisiers, est-il repris de l’art du livre ?

Les arcs et la décoration périphérique des panneaux

  • 62 Ses or. sont peut-être ott. Voir GOODWIN, Ott. Arch., p. 264, fig. 252, M. Selimiye, Edirne, 1574 (...)
  • 63 MEHTA, Handicrafts, pl. LXXIII, ex. ancien du travail de la pietra dura sur un mur du palais d’Uda (...)
  • 64 Des palmettes ailées ou des motifs dérivés des ailes sassanides entrent dans le répertoire décorat (...)
  • 65 POPE, Persian Art, t. XII, p. 2619.
  • 66 SAUVAGET, La citadelle de Damas, p. 240, fig. 28.

71L’arc qui coiffe les miḥrâb ou qui cantonne les panneaux en forme de cartouche est généralement festonné en accolade62. Il varie par sa hauteur, le tracé des lobes et l’ornementation qui l’accompagne (fig. F 82 à F 105). Des amandes, lawza, bourgeons simples ou en éventail, nichent souvent dans le creux des festons (ph. 48, fig. F 73). Souvent exécutées en taille indienne comme la moulure qui délimite l’arc, elles sont appelées lawza maqsua ou lawza hindîya. Nous trouvons des exemples indiens où l’arc poly-lobé reçoit de telles fioritures63. Les portes intérieures offrent les variations les plus riches. L’arc est coiffé tantôt d’une feuille lancéolée appelée également lawza (fig. F 91), tantôt d’un fleuron simple (fig. F 92) ou d’une palmette ailée qui pourrait être une réminiscence sassanide64 (fig. G 8, ph. 61). En Iran, l’arc festonné surmonté d’une palmette plumeuse dénote, selon Pope, une influence indienne65. Le panneau à ra’s symétriques couronnés d’un fleuron (fig. F 99) s’apparente à un cartouche à contenu épigraphique décorant un chandelier de laiton trouvé dans la citadelle de Damas, chandelier qui date de l’époque des Mamlûks circassiens66. Beaucoup d’arcs se retroussent à la naissance en deux éléments qui évoquent des cornes, d’où leur nom, qarn (ph. 5), qui désigne aussi les figures d’angle des jabha. Il en naît souvent des palmes, ra’s û nuṣ, (fig. F 94, F 100, F 101 ; ph. 13).

  • 67 A comparer avec un décor de la mosquée de Shibâm-Kawkabân, dans FINSTER, Fr. von Çibâm-Kawkabân, p (...)

72Les surfaces circonscrites par les arcs fermant l’extrémité des panneaux sont couvertes par un décor floral classique dans l’art musulman. A l’intérieur de l’arc festonné qui coiffe les miḥrâb ou qui ferme les petits côtés d’un panneau travers, des rinceaux palmiformes, parfaitement adaptés aux sinuosités de l’arc, s’ordonnent symétriquement par rapport à l’axe principal où les palmes s’accolent en un fleuron unique (fig. F 66, F 73 ; ph. 44). Des compositions réticulaires à base de quatre-feuilles (ph. 13, fig. G 1) ornent parfois le sommet des miḥrâb, mais elles sont moins répandues67. Enfin, l’artisan sculpte parfois des inscriptions.

73Ce décor de remplissage a la particularité d’être souvent exécuté en ajour. Sur les portes intérieures assemblées à l’arabe, derrière la partie ajourée du ra’s al-miḥrâb, le menuisier glisse une feuille de cuivre, ṣafâyah nuḥâsîya, qui donne un fond brillant aux motifs en bois découpé.

74Le décor précédent figure seul (fig. F 73) ou accompagne la trunja centrale qu’il coiffe dans les miḥrâb ou qu’il flanque dans les panneaux couchés (fig. F 66, F 78). L’interférence des deux compositions s’ordonnant sur un même axe est même très heureuse (ph. 11 et 44).

75Le schéma précédent s’inverse parfois. La figure centrale, médaillon ou cartouche recto-curviligne, est lisse et contraste avec les ornements sculptés en taille arabe ou indienne qui l’entourent (ph. 49).

76Les écoinçons sont tapissés de rinceaux palmiformes ou timbrés de rosettes exécutées en taille indienne, quand une forme en cartouche ou en miḥrâb s’inscrit dans un panneau rectangulaire (ph. 11, 17, pan. hor. au-dessus des miḥrâb ; fig. F 97). Sur la figure F 106, deux rameaux souples aux feuilles laniérées jaillissent du sommet du miḥrâb. Ce thème exécuté en taille indienne figure sur les coffres dits indiens qui comptaient parmi les rares meubles des maisons de Sanaa, jusqu’aux revenus du pétrole. Des ornements floraux en quart de rond, parfois en éventail, tapissent les coins, surtout dans les petits panneaux carrés dont le motif central est une zahra (ph. 11, bas ; fig. F 62).

77Nous avons déjà mentionné le procédé qui consiste à meubler les angles en y plaquant des pièces de bois découpées en festons, parfois percées à jour de manière à créer un médaillon ou un arc (ph. 41, 72 ; fig. E 35, F 102 à F 105).

  • 68 POPE, Persian Art, t. XII, pl. 1471, po. de 915/1509, musée de Téhéran. ARSEVEN, Arts turcs, p. 75 (...)

78Sur certaines portes intérieures de facture ancienne, un rinceau contenu parfois dans un galon rectiligne souligne sobrement la bordure ou les angles des panneaux (ph. 48, fig. F 77). L’élément floral domine dans les bordures. Des fleurons bifurquent de la tige sinueuse ou s’imbriquent en chaîne (fig. F 77) ; des rosettes alternent avec de courts rinceaux à enroulement contrarié (ph. 48) ; des quatre-feuilles nouent les entrelacs (fig. F 79, ph. 60). Suivant le nombre de tiges directrices, les menuisiers comme les artisans du plâtre distinguent une corde simple, ḥabal ou hît (ph. 60, frise sup.), une corde double, ḥabal ou hît matnî (ph. 59, pourtour des pan. cen.), une corde triple, ḥabal ou hît matlût (fig. F 79). Dans leur forme la plus élaborée (ph. 81), ces frises témoignent de l’héritage saljûqide68.

  • 69 CRESWELL, Muslim Arch. of Egypt, II, pl. 37 b, madrasa du sultan Najm ad-Dîn (640 AH /1242 AD), dé (...)

79Plus rares sont les tresses géométriques à deux ou quatre brins, les torsades en « poissons », ḥûtî(ph. 50, bordure int. des miḥrâb). Ces derniers alternent parfois avec des rosettes ou des fleurons (ph. 46). Les frises valorisent les formes en soulignant les pourtours doublant parfois le cloutage décoratif (ph. 46). Dans de beaux exemples anciens, elles forment une composante dynamique qui assure l’unité et le mouvement de la composition, comme nous le voyons sur la photo 50 : la frise extérieure qui s’enroule autour des petits panneaux, créant un motif en muḥashshar, s’oppose à la frise « passive » qui souligne intérieurement les miḥrâb. Le cadre hexagonal dessiné par une corde double dans les panneaux en miḥrâb (ph. 46) est peut-être d’inspiration cairote69.

80La division de la surface de la porte en panneaux qui reçoivent une forme de miḥrâb ou de cartouche, l’importance donnée à une figure centrale qui se détache sur un champ nu dont les limites sont marquées par des ornements périphériques, et la stylisation en « blason » de cette figure centrale relèvent de principes communs aux arts de l’Islam, reliure, peinture, métal, textiles... Ce schéma ornemental n’est pourtant pas le seul à s’appliquer aux portes de Sanaa. Nous allons maintenant découvrir que, parfois, le décor recouvre totalement les panneaux, intègre les formes analysées plus haut, trunja et zahra principalement, et en introduit d’autres ; il est alors basé autant sur la répétition des motifs que sur leur symétrie.

Ph. 49. Porte de dîwân, bayt al-Hamîsî. Sommet de panneau miḥrâb sculpté en taille indienne.

F 106. Sommet de miḥrâb et panneau, porte dans le quartier al-Fulayhî.

Notes

1 BONNENFANT, Vitraux, p. 45, fig. 2 et ph. 25.

2 ASLANAPA, Turkish Art, p. 92, pl. V, po. de la loggia du sultan, M. Selimiye, 1574, Edirne. Cf. aussi fig. 214, Yesil Turbe, mihrâb, Brousse, 1421. Ce couronnement aux extrémités fleuronnées existe cependant dès le XIVe s. dans la sphère indo-mus. : voir BROWN, Indian Arch., Islamic Period, pl. XXV, fig. 2, mihrâb de la M. Adina, Pandua, Bengale, 1364. Comme il surmonte les po. de la M. al-Bakîrîya construite à Ṣanaa durant la le occupation turque, nous suggérons une or. ott.

3 DOE, Southern Arabia, pl. 13. BRETON, AUDOUIN, Sabwa, p. 175, pl. XII.

4 Sabres et étoiles, symboles de l’imâm, sont souvent gravés dans la pierre. Cf. BONNENFANT, Vitraux, ph. 30, p. 55.

5 Nos ex. illustrent le propos de MARÇAIS, Arch. mus. d’Occident, p. 115 : "A la fois aboutissement et point de départ, cette forme [le fleuron] couronne fréquemment 2 tiges qui s’accouplent et engendrent 2 nouvelles tiges. Elle détermine le mouvement initial de l’arabesque". Dès le 1er siècle de l’Islam, dans le décor de la coupole du Rocher, des fleurons ou des palmes accolés s’inscrivent dans les enroulements en coeur des tiges doubles qui les portent : CRESWELL, Account, pl. 8 b. Au Yémen, les témoins les plus anciens appartiennent aux piaf, de la GM de Ṣanaa : FINSTER, Fr. von Ṣanrâ’, I, p. 117, fig. 10a et pl. 45. Sur les plafonds de la mosquée d’al-Asnâf, 519/1125, Solange ORY a relevé "des suites de fleurons simples ou disposés tête-bêche dans des médaillons circulaires ou cordiformes, dessinés par les tiges". Sur les piaf, de la M. de Zafâr (600/1204) (ph. MAFRAY), nous retrouvons ce dernier arrangement. Il existe enfin à la M. de Sarha : FINSTER, M. von Sarha, p. 238, fig. 7c et 7f ; p. 239, fig. 8a, pl. 97. Ce principe de décoration était déjà présent dans le décor sassanide : POPE, Persian Art, t. II, p. 617, fig. 195, 196.

6 FINSTER, M. von Ṣarḥa, p. 238, fig. 7e.

7 CRESWELL, Muslim Arch. of Egypt, t. II, pl. 35a, Madrasa du sultan Ṣâliḥ Najm ad-Dîn, 1242-1243, linteau en pierre orné de rosettes plates ou offrant le modelé des rosettes en taille indienne de Ṣanaa.

8 ARSEVEN, Arts turcs, p. 18, fig. 33, porte du Dagestan.

9 MEHTA, Handicrafts, pl. LU, maus. de Shams-ud-din Iltumish, Delhi, d. de 1235.

10 BONNENFANT, Vitraux, p. 33, fig. H 5 ; p. 34, fig. 10.

11 FINSTER-SCHMIDT, Fr. von Ṣan‘â’, II, pl. 49-53.

12 FINSTER, M. von Hâu, pl. 111a.

13 CRESWELL, Account, pl. VI, coupole du Rocher. BURCKHARDT, Art of Islam, pl. 5, Mshattâ, bordure de la rosace centrale.

14 BROWN, Indian Arch., Islamic period, pl. XXVII, fig. 2, entrée de la M. Tantipara, bâtie à Gaur, Bengale, vers 1475. Les deux rosaces timbrant les écoinçons sont un thème saljûqide.

15 BHAVNANI, Designs, pl. 3, 35 et 106.

16 La possibilité d’une origine umayyade a déjà été évoquée au chapitre 1.3.

17 D’après LEWCOCK, SERJEANT, Houses, SL, Ṣan‘â’, p. 482, légende de la fig. 22.105, la construction du portail remonterait au XVIe s.

18 LEWCOCK, SMITH, SERJEANT, COSTA, The GM, SL, Ṣan£â’, p. 346, 492, 494, pl. 22.12 : selon les auteurs, la façade d’entrée présente des traits propres à la maison pré-islamique. On remarque en particulier, deux consoles ornées d’une tête d’animal, probablement de taureau, qui saillent au-dessus de la porte.

19 Idem, p. 333, pl. 18.18 ; p. 346.

20 Ou parfois jabhat al-mishrâq, selon l’uṣṭâ Muhammad Ḥusayn al-Faqîh.

21 FINSTER, M. von Hâu, pl. 106 b. - LEWCOCK, SERJEANT, SMITH, Smaller Mosques, SL, Ṣan’â’, mosquée al-Madrasa, p. 362, pl. 19.22 ; p. 363, pl. 19.24 et 19.25 ; mosquée Nusayr, p. 374, pl. 19.61.

22 Dans les plafonds du riwâq Est de la GM de Ṣanaa, par le même procédé d’affouillement, on a détaché du fond les pommes de pin qui ponctuent la bordure des caissons. Voir FINSTER, SCHMIDT, Fr. von Ṣancâ’, II, , pl. 43 à 55.

23 Voir les origines de cet entrelacs hexagonal au ch. 2.5.

24 Pour Ṣa’da, voir COSTA, Yemen, ph. 84 et 85.

25 Pour’l’Oman, voir BONNENFANT, HÂRTHÏ, Mudayrib, pl. XI a-b ; p. 129, fig. 13 ; pl.XII a-b ; pl. XlIIa ; pour les ports de l’Est, africain, voir ALLEN, Swahili Ornament, pl. II. Cf. aussi LEWCOCK, Architectural Connections, fig. 16, 17.

26 LEWCOCK, Kuwait, p. 16, 88, 89, 90, 92, 93, 96, 97, 98, 99.

27 BONNENFANT, La maison dans la péninsule Arabique.

28 En Inde, le montant central est souvent divisé en une série de cartouches recevant des motifs floraux au relief accusé. C’est une partie attractive de la porte dans des régions comme le Penjab où il est appelé bini. Voir KIPLING, Punjab Wood-Carving, pl. 1, II, IV.

29 MIGEON, Manuel, t. 1, p. 293, fig. 113. Cette porte, datant de 1030, a été transportée au fort d’Agra. Trois montants profondément refouillés d’un beau décor floral, cachent le joint entre les battants. Ils présentent l’extrémité trapézoïdale du couvre-joint de Ṣanaa. L’un d’entre eux est rehaussé d’un clou à tête étoilée, appelé à Ṣanaa mismâr najma. LA ROCHE, Indische Baukunst, 1, p. 56, fig. 87 ; p. 57, fig. 87 a et pl. 31.

30 GÖNÜL ÖNEY, Anadolu Selçuklu, ph. p. 118, volet, fin xiiie s., M. de Kileci à Aksehir. MIGEON, Manuel, t. I, p. 332, fig. 140, po. saljûqide, xiiie s. ARSEVEN, Arts turcs, pl. 10, vant. de fen. provenant du tomb. de Sadreddin Konevî à Konya, d. de 1274 ; p. 197, fig. 479, vant. de fen., M. Bey Hâkim à Konya, nd ; p. 202, fig. 491, porte, M. de Zaganos Pacha à Balikesir, xve s. ; p. 205, vant. de fen., nd.

31 POPE, Persian Art, XII, pl. 1463, porte, M. de Bâyazîd à Bistâm, datant de 1307-1309 ; pl. 1465c, vant. de porte datant de 1499 ; pl. 1467, M. de Ahmad Yasavî, Turkestan, d. de 1397-99 ; pl. 1468, porte du Gûr-i-Mîr, Samarcande, 1405 ; pl. 1471, porte d. de 1509. MIGEON, Manuel, t. 1, p. 335, fig. 142, porte du maus, de Chah Zindé, Samarcande, fin du XIVe s. Mais on trouve trace des chevrons dits zafâ’ir, qui couvrent le ‘amûd al-mishrâq de Ṣanaa, sur une porte de Delhi, en Inde, dans MIGEON, Manuel, t. I, p. 243, fig. 79.

32 Voir la description qu’en donne SCOTT en 1885 : In the High Yémen, p. 126.

33 MIGEON, Manuel, t. 1, p. 391, fig. 197.

34 LEWCOCK, Kuwait, p. 38 : l’auteur signale qu’à Bushir, sur la côte iranienne du Golfe, les heurtoirs de portes sont montés sur des plaques circulaires "with terminal fleur-de-lys profiles above and below that". Mais nous n’avons pas vu de photo confirmant qu’il s’agit bien d’une forme voisine de celle de la trunja.

35 RÂZÎ, Târîh, p. 90 et suivantes.

36 ROSSI, Terminologia, p. 158, emploie le terme de hilgeh pour les désigner.

37 ARSEVEN, Arts turcs, p. 135, fig. 361. GOODW1N, Ott. Arch., p. 440, fig. 504.

38 Selon Lewcock, le terme subrah désigne parfois ces cabochons décoratifs ; la po. qui les reçoit est musabbara : voir LEWCOCK, SERJEANT, SL, Ṣan‘â’, p. 484.

39 MIGEON, Manuel, t. I, p. 293, fig. 113.

40 LEWCOCK, Kuwait, pp. 97, 98.

41 LEWCOCK, SMITH, SERJEANT, COSTA, The GM, SL, Ṣan‘â’, p. 342 et 343, pl. 18.48. FINSTER, SCHMIDT, Fr. von Ṣan’â’, 11, pl. 43-55.

42 La rosace se substituant à un petit pan. au-dessus d’un miḥrâb est une compos qui revient sur les portes de boutiques, à at-Tawîla, à 60 km au N.-O. de Ṣanaa.

43 LEWCOCK, SMITH, SERJEANT, COSTA," The GM, SL, Ṣan‘â’, p. 340, pl. 18.44, p. 346. FINSTER, GM von Ṣan’â’, pl. 79d, sous-poutre ; les ex. cités se trouvent dans la partie O. de la salle N. et sont probablement antérieurs au xie s. AD.

44 SCHLUMBERGER et SOURDEL-THOMINE, Lashkari Bazar, 1B Décor p. 46 et pl. 136, n° 5.3 et 6.1. POPE, Persian Art, t. I, p. 523, fig. 145, Ctesiphon, Tâq-i-Kisrâ : rosettes de stuc ornant le crénelage.

45 BHAVNANI, Designs, pl. 95, n° 1.

46 SARRE, Denkmäler persischer, p.102, fig.134 : Imamzadeh Hassan, Issando, po.

47 VARANDA, Art of Building, p. 86 et 123.

48 WEILL, Bois sculptés jusqu’à l’époque mamlouke, pl. XX, n° 647-648.

49 FINSTER, Survey, pl. 122 d.

50 FINSTER, Survey, pl. 122 e.

51 CRESWELL, Muslim Arch., t. II, pl. 38a, porte du mausolée du sultan Sâlih Najm ad-Dîn, 1239-40.

52 LEWCOCK, SMITH, SERJEANT, COSTA, The GM, SL, Ṣan’â’, p. 342, pl. 18.48, plafond du riwâq Est.

53 Pour l’Egypte, voir p. ex. CRESWELL, Muslim Arch., t. II, pl. 102c, madrasa-maus. de l’émîr Sunqur Sa’dî, 715/1315. LEZ1NE, Trois pal., pl. XVI, pal. de Jamâl ad-Dîn, xi/xviie s. REVAULT signale, ds les demeures mamlûkes, des "médaillons persans" (Pal. et maisons du Caire, t. I, fig. 50, Qâ’a al-Irsân, viii/xive s.).

54 PAPADOPOULO, L’Islam, p. 424-425, n° 378-381, 383, reliures du ixe, x/xve et xvie s., Iran et Turquie. ARSEVEN, Arts turcs, pl. 25, 26, fig. 707-713.

55 FINSTER, SCHMIDT, Fr. von Ṣan’â’, II, pl. 50.

56 GAYET, L’art arabe, p. 87, fig. 25, M. al-Azhar, po. d. d’al-Mu‘izz, selon lui.

57 GÖNUL ÖNEY, Anadolu Selçuklu, p. 117, porte, mosquée Alâeddîn, Ankara, 595/1197-98 AD. MIGEON, Manuel, t. 1, p. 333, lig. 141, po. de Konia, VII/XIIIe s.

58 BRIGGS, Muhammadan Arch., fig. 235, M. de la princesse Asalbây, Madînat al-Fayyûm ; fig. 236, M. de Jawhar al-Lâlâ, Le Caire. SARRE, Denkmäler persischer baukunst, p. 102, fig. 134, Imamzadeh Hassan à Issando, près de Sari : un médaillon analogue à la trunja est la fig. cen. d’un pan. de porte sculpté en ajour. MIGEON, Manuel, II, p. 7, fig. 212, porte plaquée d’argent ciselé, GM d’Isfahan.

59 LANE, Manners, p. 17.

60 Un médaillon polylobé d’où partent 2 pendentifs orne un coffre en bois incrusté de nacre, fabriqué au x/xvie s. au Gujarât et transporté au Victoria and Albert Museum : RITCHIE, Shell Carving, p. 101. On peut voir un motif analogue sur un coffre iranien, fin du ix/xve s., ds POPE, Persian Art, t. VI, p. 2624, pl. 1473.

61 OTTO-DORN, Art de l’Islam, pp. 160 et 172.

62 Ses or. sont peut-être ott. Voir GOODWIN, Ott. Arch., p. 264, fig. 252, M. Selimiye, Edirne, 1574 ; p. 374, fig. 386 et 387, fontaines du XVIIIe s. AD.

63 MEHTA, Handicrafts, pl. LXXIII, ex. ancien du travail de la pietra dura sur un mur du palais d’Udaipur dans le Rajasthan.

64 Des palmettes ailées ou des motifs dérivés des ailes sassanides entrent dans le répertoire décoratif de la GM de Ṣanaa. Voir FINSTER, SCHMIDT, Fr. von Ṣan’â’, II, p. 188, fig. 3 c et pl. 55, piaf, du riwâq Est. K1RKMAN, City of Ṣanaa,’p. 72, console sculptée venant de la GM de Ṣanaa, datant de 1110 à 1210 AD : voir LEWCOCK, SMITH, SERJEANT, COSTA, The GM, SL, Ṣan‘â’, p. 350, n. 2.

65 POPE, Persian Art, t. XII, p. 2619.

66 SAUVAGET, La citadelle de Damas, p. 240, fig. 28.

67 A comparer avec un décor de la mosquée de Shibâm-Kawkabân, dans FINSTER, Fr. von Çibâm-Kawkabân, pl. 72. Voir aussi un coffre persan de la fin du ix/xve s-, POPE, Persian Art, t. XII, pl. 1473.

68 POPE, Persian Art, t. XII, pl. 1471, po. de 915/1509, musée de Téhéran. ARSEVEN, Arts turcs, p. 75, fig. 232 b.

69 CRESWELL, Muslim Arch. of Egypt, II, pl. 37 b, madrasa du sultan Najm ad-Dîn (640 AH /1242 AD), détail de porte. HILL, GOLVIN, Islamic Arch., pl. 73, madrasa-tombeau de l’émir Sunqur Sa’dî ou de Hasan Sadaqa (1315), claustrum.

Notes de fin

2b Certaines jabha, comme fig. F 2, évoquent le couronnement crénelé de bâb Shu‘ûb, porte nord de Sanaa, détruite en 1962. Voir SL, San’â’, p. 138, fig. 10.17.

34b BURCKHART, Art of Islam, p. 60, fig. 34, heurtoir du xiie s., Maghrab. MIGEON. Manuel, II, p. 81, fig. 259, porte de la M. de Hasan au Caire, xive s.

60b Dim. de la porte, ph. 46, bayt Lutf ‘Abbâs at-Tabàbdî : H. tot., 183 cm. Largeur tot., 112 cm. Largeur du bat. dormant, 50 cm ; 1. de son pan., 29,5. Largeur du bat. ouvrant, 62 cm ; 1. de son pan., 37 cm. H. de la shamsa, 60 cm.

Table des illustrations

Légende F 1 à F 9. Divers montages de jabha.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3160/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 189k
Légende F 10 et F 11. Deux types de jabha. Nous retrouvons le crénelage de F 11 au cénotaphe de la mosquée Abhar.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3160/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 326k
Légende F 12. Porte d entrée entre cour et maison, bayt Muhammad al-Yamânî. Jabha : H., 19,5 cm ; L., 145 cm.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3160/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 322k
Titre F 13 à F 19. Divers motifs de jabha
Légende F 13. Jabha et tabala, quartier al-Fulayhî.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3160/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Légende F 14. Jabha de bayt Muhsin ‘Arîd, Q. al-Quzâlî.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3160/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Légende F 15. Maison non identifiée.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3160/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Légende F 16. Jabha à bayt Ahmad Sabhân, Q. aṭ-Ṭalḥa.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3160/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Légende F 17. Maison non identifiée.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3160/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende F 18. Détail de jabha, maison non identifiée.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3160/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende F 19. Détail de la jabha, porte principale sur rue de bayt Fâya’.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3160/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 233k
Titre F 20 à F 23. Détails de jabha
Légende F 20. Bayt al-Hâdrî, entre l’escalier et une hijra.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3160/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 337k
Légende F 21. Bayt al-jahdarî.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3160/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 286k
Légende F 22. Bayt al-Makkî.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3160/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 402k
Légende F 23. Maison non identifiée.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3160/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 417k
Légende F 24. Serrure et jabha à bayt al-Hadramî, entre dihlîz et escalier.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3160/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 266k
Titre F 25 à F 32. Motifs de jabha
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3160/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 346k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3160/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3160/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3160/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 282k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3160/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Légende F 25, Bayt Muhammad ash-Shâmî. — F 26, bayt Mutahhar, quartier de Bi’r al-’Azab. — F 27, bayt ‘Alî b. Ibrâhîm. — F 28, maison non identifiée. — F 29, bayt Fâhir, jabha de la porte entre dihlîz et escalier ; H., 24 cm ; L., 105 cm. — F 30, bayt ‘Abd Allah ad-Damârî, Q. al-Harrâz. F 31, portail de bayt al-Warshî, près de souk al-baqar ; H., 38 cm ; L., 131 cm. — F 32, maison non identifiée dans le quartier Mudayr.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3160/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 513k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3160/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3160/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende F 33. Solive de décharge en bois doublant le linteau en pierre, entre les modillons, à bayt Fâhir. H., 22 cm ; L., 133 cm.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3160/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Légende F 34. Linteau décoré de clous et de petits sceaux de Salomon en métal, bayt Mutahhar, quartier al-Fulayhî.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3160/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 410k
Légende F 35. Solive de décharge, bayt Mutahhar, quartier aṭ-Ṭalḥa.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3160/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Légende F 36. Shamsa, bayt Mutahhar, quartier aṭ-Ṭalḥa.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3160/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende F 37. Shamsa inférieure de la porte nord-est, mur oriental de la grande mosquée. H. de la partie sculptée, 51 cm.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3160/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende F 38. Shamsa, porte de la mosquée Zumar (Izdumar). H., 80 cm.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3160/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 289k
Légende F 39. Shamsa, bayt ‘Alî al-Faqîh, hûsh at-Tabâbdî, Q. al-Fulayhî.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3160/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 286k
Titre F 40 à 42. Motifs de shamsa
Légende F 40. Bayt Sari’, porte entre hijra et chambre.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3160/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 222k
Légende F 41. Bayt al-Makkî, entre hijra et chambre.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3160/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 230k
Légende F 42. Bayt al-Makkî, entre hijra et dîwân du premier étage.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3160/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 297k
Titre F 43 à F 45. Motifs de shamsa
Légende F 43. Mishrâq, bayt al-Makkî.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3160/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende F 44. Shamsa, bayt al-Makkî, entre hijra et chambre.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3160/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 195k
Légende F 45. Mishrâq, porte de dîwân, bayt az-Zubayrî.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3160/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Titre F 46 et F 47. Deux shamsa récentes
Légende F 46. Palais d’ar-Rawda, porte du mafraj.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3160/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Légende F 47. Bayt bint al-Imâm.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3160/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Légende La ronde des trunja
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3160/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 229k
Légende Ph. 24. Porte entre cour et dihlîz, bayt al-’Amrî. H., 65 cm ; 1., 24 cm. F 48, bayt ad-Damârî. — F 49, bayt Mutahhar, Q. Bi’r al-’Azab. — F 50, B. Ahmad Mahbûb, entre cour et dihlîz. — F 51, B. Sa’îbî. — F 52, maison non identifiée. — F 53 (au centre), B. Fâhir, porte entre cour et dihlîz. — F 54, B. ad-Damârî. — F 55, B. ‘Alî b. Ibrâhîm. — F 56 a et b, F 57, maisons non identifiées.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3160/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende F 58 à F 60 : exemples de trunja turkîya. — F 58, bayt Muhammad al-Faqîh. — F 59, maison du quartier al-Fulayhî. — F 60, B. Muhammad al-Yamânî, porte entre cour et dihlîz. Trunja, H., 62 cm ; 1., 23 cm. Heurtoir, H., 21 cm ; 1., 10 cm.Photos 25 à 31 : le heurtoir, madaqqa, et son support, trunja. — Ph. 25 et 26, maisons non identifiées. — Ph. 27, palais d’ar-Rawda, trunja exécutée en taille arabe. — Ph. 28, bayt al-Jindarî, trunja exécutée en taille indienne. — Ph. 29, bayt al-Jindarî, décor en pointillés. — Ph. 30, bayt Muhammad al-Yamânî, décor de cafetière à demi effacé. — Ph. 31, maison non identifiée.Ph. 32, poignée de porte à bayt ‘Alî al-’Amrî. — Ph. 33, plaque de protection pour trou de serrure.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3160/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 693k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3160/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 6,7M
Légende F 61 a. L’anneau, mihzar, et son support, tâsâ.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3160/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Légende F 61 b. La fixation, comme une agrafe parisienne.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3160/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3160/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 702k
Titre Photos 35 à 37. Les clous étoiles, najma
Légende Ph. 35. Les clous étoiles, portail de bayt Ahmad Mahbûb.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3160/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 673k
Légende Ph. 36. Leur utilisation pour fixer les traverses postérieures, porte du mausolée du Mahdî ‘Abbâs, cour de la mosquée du même nom.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3160/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Ph. 37. Fixation et décor de baguettes rapportées, bayt al-’Afïàrî, porte du 1er étage. La ṭâṣa qui tient l’anneau est du même style.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3160/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 1007k
Titre Photos 38 à 40. Détails de décors cloutés
Légende Ph. 38. Porte du mafraj, bayt Dalâl.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3160/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 738k
Légende Ph. 39. Porte entre escalier et hijra, bayt al-Hamîsî. Clous en demi-noix, mujawwaza.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3160/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 641k
Légende Ph. 39 b. Détail du mishrâq, placard du mur Ouest de la salle de prière, mosquée Salâh ad-Dîn.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3160/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 741k
Légende Ph. 40. Clous à facettes, au nom mal précisé, porte Nord du mur occidental de la grande mosquée.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3160/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 654k
Titre Photos 41 à 43 et fig. F 62 : portes de placard.
Légende Ph. 41. Clous en étoile sur décor en bois rapporté, bayt Fâya’. H., 94 cm ; 1., 57 cm. — Ph. 42. Sculpture mutalla et décor clouté, dîwân de bayt ‘Abd al-Hamîd Mutahhar. — Ph. 43. Le bas est sculpté en mutalla’. La fleur supérieure est en bois ajouré et rapporté, avec insertion d’une feuille de cuivre. — Fig. F 62. Porte de placard, bayt Fadal al-Akwa’.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3160/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3160/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3160/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 287k
Titre F 63 à F 72. Le décor intérieur des panneaux couchés, tabala
Légende F 63. Porte-guichet, bayt ‘Alî b. Ibrâhîm. — F 64, Tabala ‘ulîya, même porte. — F 65. Tabala ‘ulîya autre porte de la même maison. — F 66. Bayt Mutahhar, Q. Bi’r al-’Azab. — F. 67. Tabala portant ma sha’ Allah ! — F 68. Bayt Mutahhar, Q. Bi’r al-’Azab. - F 69. Bayt ‘Abd Allah al-Jindarî. — F 70. Porte du quartier Quzâlî. — F 71. Portail occidental du premier ministère. — F 72. Tabala et couvre-joint, portail de bayt ‘Alî b. Ibrâhîm.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3160/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3160/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3160/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 301k
Légende Fig. F 73. Portail de bustân al-Hayr. Détail du panneau couché, tabala, et du sommet, ra’s, des panneaux verticaux, miḥrâb.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3160/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Ph. 44 à 46. Décors de trunja.
Légende Ph. 44. Portail occidental du premier ministère.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3160/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Ph. 45. Une porte de bayt Fâya’, hors de son cadre. H., 156 cm ; l., 92 cm.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3160/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Légende Ph. 46. Porte entre hijra et dîwân, 3e étage, bayt Lutf ‘Abbâs at-Tabâbdî60b0b.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3160/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 5,1M
Légende Ph. 47. Petits sceaux de Salomon inscrits dans des cafetières, bayt al-Kabsî.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3160/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Légende Ph. 48. Porte du mafraj, bayt Ghanîma.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3160/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 987k
Légende F 74. Oiseau sculpté dans la masse, bayt Ibrâhîm.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3160/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 926k
Légende F 75. Pipe à eau, bayt Mutahhar, Q. Bi'r al-'Azab.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3160/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 306k
Légende F 76. Mihrâb, porte extérieure, bayt 'Alî b. Ibrâhîm.F 77. Panneau sup., porte de dîwân, bayt al-Makkî.F 78. Mihrâb, portail du premier ministère.F 79. Porte du mafraj supérieur, dâr ad-Dahab, bat. dr., pan. mil.F 80. Mihrâb, bayt al-Makkî, dîwân du second étage.F 81. Porte dans le quartier al-Fulayhî.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3160/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3160/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 398k
Légende Ph. 49. Porte de dîwân, bayt al-Hamîsî. Sommet de panneau miḥrâb sculpté en taille indienne.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3160/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Légende F 106. Sommet de miḥrâb et panneau, porte dans le quartier al-Fulayhî.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3160/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 720k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540