Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’art du Bois à Sanaa

 | 
Guillemette Bonnenfant
, 
Paul Bonnenfant

Seconde partie. Les portes

Le programme décoratif

Texte intégral

1De seuil en seuil, de franchissement en franchissement, les portes affirment ainsi la position sociale des maîtres du lieu, leur notoriété et leur sens de l’hospitalité. La qualité et la richesse de leur décoration en sont les symboles. Divers schémas décoratifs s’imposent selon l’emplacement des portes.

Portes extérieures de maisons

2Sur ces portes, le décor apparaît sur le wajh, parement tourné vers l’extérieur. A l’arrière, sont visibles le cadre à traverses, qui constitue l’armature de la porte, et les éléments de verrouillage (fig. E 6 et E 7).

PORTES EXTÉRIEURES UNIES, AVEC ORNEMENTS DE MÉTAL

3Ces portes sont appelées « unies, lisses », maṣh, parfois amlas, parce que le parement n’est pas sculpté (fig. E 1 à E 5). Quelles que soient leurs dimensions, elles sont constituées de planches jointives assemblées verticalement sur un cadre robuste, mais assez fruste. Le décor ordinaire comporte plusieurs rangées horizontales de clous à tête étoilée, najma, ou de clous à tête en demi-noix, mujawwaza : ils fixent les planches sur les traverses arrière. Des lattes de fer, ṣafâyaḥ, remplacent parfois les rangées de clous ou alternent avec elles (ph. 10 et 27 ; fig. E 1 et E 2).

4Les portes unies reçoivent fréquemment une porte-guichet qui n’existe pas dans les entrées modestes et ne perce qu’un des deux vantaux des portails fermant cour ou jardin (ph. 8). Très souvent, le menuisier découpe la porte-guichet dans la grande porte, puis il fixe sur celle-ci des couvre-joints, mishrâq, servant de cadre à la découpe.

5La sculpture sur bois se limite :

  • A la jabha, littéralement le « front » de la porte. Avec ce terme, nous retrouvons l’évocation de la porte-visage. Elément horizontal du couvre-joint, il est fixé au jinaw, juste au-dessus de la porte-guichet : c’est là que la tête se cogne si l’on n’y prend garde ! Si la jabha n’est pas ornée ou n’existe pas, en l’absence de farh, la décoration se déplace vers le haut de la porte. Ainsi, un placage de bois dessine une arcature aveugle (fig. E 5) ou un arc festonné (fig. E 3) ; parfois encore, la traverse supérieure du cadre de bois cloué à la porte sans farh se découpe en festons. L’important, c’est que le visiteur, qui se courbe pour entrer, passe sous un décor de couronnement : on mesure l’ambivalence du seuil de Sanaa, qui joue les Fourches Caudines et l’arc de triomphe !
  • A la trunja, support en bois du heurtoir de métal (ch. 2.4). Ce nom vient d’une forme décorative très employée au Yémen, nous y reviendrons. Elle est située au milieu de la porte-guichet, à hauteur de tête du visiteur.
  • Parfois aussi à la serrure en bois, placée sous la trunja (ph. 9), mais en bordure de porte.
  • Au mishrâq des portes à deux vantaux : il s’agit ici du montant central fixé sur un battant et servant de couvre-joint (ph. 8).

6Les portes des boutiques installées au rez-de-chaussée des maisons sont, elles aussi, constituées de planches jointives ornées de rangées de clous. Leur sommet est découpé en arc cintré ou segmentaire ; elles sont divisées en plusieurs battants brisés qui pivotent sur des pentures et se rabattent les uns sur les autres.

  • 1 LEWCOCK, COSTA, SERJEANT, WILSON, Urban Development, SL, Ṣan‘â’, p. 123 et 126, pl. 10.5 et 10.7. (...)
  • 2 1b SEBAG, Kairouan, ph. 15, p. 119, porte au fond de la salle de prières.

7Le type des portes unies à ornements de métal est probablement très ancien et convenait à une architecture fortifiée. Bâb as-Sitrân, qui commande l’accès du qasr as-Ṣilâḥ, la citadelle de Sanaa, est sans doute l’une des plus vieilles portes à planches jointives ; elle était autrefois entièrement bardée de lattes de fer1. Au cœur de la péninsule Arabique, la porte du qasr al-Maṣmak, à Riyâdh, datant au moins du xixe siècle, a les mêmes caractéristiques. Dans la grande mosquée de Kairouan, une porte donnant accès à la chambre de l’imâm et à la bibliothèque offre, en plus du décor clouté, un beau couvre-joint sculpté12b.

PORTES EXTÉRIEURES À PANNEAUX SAILLANTS

8La plupart de ces portes n’ont qu’un seul vantail percé d’une porte-guichet (fig. E 6, ph. 7 et 12). Sur la figure E 6 b, on voit comment s’articulent les différentes parties :

  • Un panneau travers, tabala ‘ulîya, orne le haut du jinaw (H., 25-30 cm ; L., 90-95 cm). Il est tantôt rectangulaire (fig. E 6 b, ph. 12), tantôt en forme de cartouche (ph. 11). Dans ce dernier cas, ses extrémités latérales dessinent un arc festonné en accolade. On retrouve ainsi une forme décorative très employée dans l’art islamique3.
  • Un cadre saillant, mishrâq, fixé sur la grande porte, sert de couvre-joint au farh comme dans les portes unies. Une frise anime la traverse supérieure, jabha. Les montants sont simplement incisés d’un galon à filet (ph. 11).
  • Dans la porte-guichet, un panneau travers surmonte deux panneaux droits qui sont symétriques par rapport à l’axe vertical du battant et occupent sensiblement la même largeur que le panneau travers (hg. E 6 b). Ce dernier revêt, comme la tabala ‘ulîya de la grande porte, la forme d’un cartouche (ph. 7) ou d’un rectangle (ph. 11), avec quelques variantes. Certaines semblent d’origine occidentale : panneaux rectangulaires aux angles coupés en quart de rond ou présentant une indentation rectiligne (ph. 12 ; fig. E 16 ; fig. F 73). Le panneau de la porte-guichet est moins long, mais souvent plus haut que celui de la grande porte.

9Les deux panneaux verticaux dressés sous le précédent sont tantôt rectangulaires (fig. E 8), tantôt couronnés d’un arc festonné en accolade (ph. 7 et fig E 9 à E 14) semblable à celui qui ferme les extrémités des panneaux en cartouche. C’est à cet arc que les panneaux verticaux doivent leur nom de miḥrâb (H., 100-140 cm ; L, 25-44 cm) qui, par extension, les désigne même quand ils sont dépourvus d’arc. L’évocation de la niche où se place l’imâm pour diriger la prière, à la mosquée, est évidente. La surface des miḥrâb délimitée par l’arc est appelée ra’s. Le sommet de l’arc déborde sur le cadre jusqu’à toucher le panneau travers supérieur.

  • 4 POPE, Persian Art, t. XII, pl. 1467, porte de la M. Ahmad Yasavî, 800-2 / 1397-99 et pl. 1474, por (...)
  • 5 ARSEVEN, Arts turcs, p. 115, fig. 123, p. 183, fig. 451.
  • 6 MEHTA, Handicrafts, pl. LXXIII.

10Les arts de l’Islam ont souvent usé de l’arc pour encadrer un sujet. De nombreux tapis sont ornés d’un miḥrâb. Les arcs polylobés ou recto-curvilignes reviennent dans de telles compositions en Iran4, en Turquie5 ou en Inde musulmane6.

11La trunja, base en bois sculpté du heurtoir en fer, est plaquée dans l’axe vertical de la porte, sur le cadre des panneaux qu’elle touche, jouant ainsi un rôle de liaison (ph. 47).

E 6, page de droite. Ordonnance générale d’une porte extérieure, ici bayt al-Jindarî, Q. al-Harrâz. — E 6 b, ci-dessus. Schéma d’une porte extérieure à panneaux saillants. 1. Trunja, support du heurtoir. 2. Madaqqa, heurtoir. 3. Maghlaqa, serrure.

12Le visiteur, qui se courbe pour entrer,
passe sous un décor de couronnement :
ambivalence du seuil de Sanaa,
qui joue les arcs de triomphe
et les Fourches Caudines !

13Parfois, elle mord sur le panneau couché (fig. E 9, E 10) ou même déborde au-dessus (fig. E 12).

Comme une chatte qui ferait patte de velours, la porte fait beau visage, mais cache à l’arrière ses défenses !

14Des rangées de clous en étoile maintiennent le parement sur le châssis arrière, identique à celui qui assemble les portes constituées de planches jointives. Un anneau en fer forgé, placé près de la serrure, permet de tirer la porte-guichet.

E 7. Le système de verrouillage d’une porte extérieure et de sa porte-guichet, vue postérieure. Bayt Muḥammad al-Yamânî.

15L’agencement des panneaux est obtenu par différents types de montage. L’assemblage arabe, ḥishwa ‘arabîya, est le plus prisé à cause de sa robustesse et de l’aspect soigné du travail (ph. 5), mais, comme sa réalisation demande de l’habileté et un bois de qualité, il n’est pas le plus fréquent. Les panneaux aux bordures chanfreinées saillent sur le cadre ; leurs extrémités le recouvrent souvent en dessinant des arcs que l’artisan sculpte en ajour (ph. 47, B. al-Kabsî). Ainsi amincis et sculptés, ils résistent mal aux dégradations de toutes sortes.

16Les menuisiers réalisent la même composition décorative par un travail muṭalla‘. Les panneaux sont sculptés dans la masse. Dans un battant constitué de larges planches jointives, l’artisan, nous l’avons vu, « fait monter » les panneaux en les dégageant d’une bordure qu’il ravale (ph. 12, farh de B. ‘Alî b. Ibrâhîm). Comme sur la photo précédente, il arrive que la grande porte soit réalisée en assemblage arabe et la porte-guichet en planches jointives, avec ou sans panneaux muṭalla‘.

17Plus hâtivement, le menuisier réalise le même agencement avec des panneaux rapportés qu’il cloue sur un fond de planches jointives maintenues sur un cadre. Si l’on n’y regarde pas de trop près, on a l’illusion d’un assemblage arabe. L’illusion est plus forte quand les panneaux s’insèrent dans un cadre à feuillure (fig. A 34 à A 36).

18L’assemblage turc, ḥishwa turkîya, est de diffusion plus récente. Les panneaux rectangulaires sont en retrait sur le cadre. La mouluration des surfaces et des arêtes donne parfois une touche occidentale (fig. E 8).

19Le travail muṭalla‘ permet de donner une table saillante à un panneau assemblé à la turque (fig. E 8), mais aussi à un panneau rapporté. Ainsi, le cartouche couché de la figure F 73 est sculpté dans la masse d’un panneau cloué.

20Les portes doubles fermant les portails sur cour ou jardin des demeures princières datant du milieu du xxe siècle, répètent sur chaque vantail le schéma décoratif qui vient d’être décrit (ph. 1, B. bint al-Imâm ; ph. 15, B. ‘Abbâs ; fig. E 15 et E 16). Elles présentent quelques particularités :

  • Elles sont monumentales : celle de bayt ‘Abbâs a 3,9 m de haut pour 3 m de large57b. Pour cette raison, le châssis arrière est renforcé par de nombreux montants secondaires (ph. 15 b).
  • Un seul des deux vantaux, le plus large, est percé d’une porte-guichet. L’autre a néanmoins, sans doute pour des raisons de symétrie, le cadre à jabha qui accompagne habituellement le farh.
  • Le haut des vantaux, pourtant rectangulaires, est occupé par un panneau en quart de cercle qui suit la courbe de l’arc du tympan en pierre. Il remplace ou surmonte le panneau travers qu’on trouve ordinairement dans la grande porte. Dans les exemples cités, ces panneaux sont en assemblage turc avec table saillante en muṭalla’, tandis que les panneaux sous les deux jabha sont assemblés à l’arabe.
  • Le mishrâq, couvre-joint entre les deux vantaux, est toujours décoré.

E 17. Type de porte souvent fabriquée aujourd’hui.

  • 8 5c Les pan. sont assemblés en svastika sur des po. anatoliennes ou cairotes : voir ARSEVEN, Arts tu (...)

21L’agencement traditionnel tend à disparaître. Les portes fabriquées aujourd’hui à Sanaa sont dépourvues de farh et du décor qui l’accompagne. Ce sont des menuiseries à petit cadre : les panneaux assemblés à la turque sont souvent taillés en pointes de diamant. Les portes ainsi traitées présentent encore des traits anciens, malgré leur caractère moderne. C’est le cas de portes monumentales qui ferment les bâtiments officiels élevés par le gouvernement républicain (ph. 65, ministère du pétrole), mais aussi de portes plus modestes comme celle de la figure E 17, couverte de petits panneaux agencés en svastika. C’est un thème qui a été représenté très tôt dans l’aire islamique, et plus particulièrement à Sanaa58c.

Portes intérieures de maisons

22Les portes qui, nous l’avons vu, assurent la transition entre un domaine relativement public et un domaine plus privé, bâb ad-dihlîz ad-dâhlî, au pied de l’escalier, et bâb al-ḥâjiz, entre escalier et vestibule de chaque étage, adoptent souvent le schéma décoratif des portes extérieures dont elles partagent les fonctions.

23Les portes étudiées ci-dessous assurent le passage entre la ḥijra, vestibule d’étage, et les pièces qu’elle commande : chambres, makân, pièces de séjour et de réception, dîwân, mafraj, manẓar, parfois aussi entre ḥijra et terrasse. Il faut y ajouter des portes basses fermant de petites pièces, kumma, ou des réserves, mahzan, directement accessibles des chambres ou de l’escalier ; les plus petites closent des placards muraux, aux localisations très variées. Certains sont aménagés dans le qutb, pilier central de l’escalier ; d’autres, dans un dîwân ou une chambre, défoncent un mur ou créent de gracieux volumes en surplomb dans un angle de la pièce.

24Les portes intérieures ont en général un ou deux battants. Le couvre-joint, mishrâq, articule la liaison entre deux vantaux souvent asymétriques (fig. E 18). Comparativement à l’élévation des pièces, leur hauteur est modeste : 1 m à 1,5 m pour les portes de réserve, 1,6 à 1,8 m pour les autres. Les portes de mafraj atteignent parfois 2 m de hauteur et comportent jusqu'à six battants se repliant les uns sur les autres, avec un ou plusieurs couvre-joints. Certaines sont surmontées d'un linteau où court une inscription qui rappelle la frise sculptée dans le plâtre des murs.

E 18. Porte entre ḥijra et cuisine, bayt al-Hâdrî.

25Les types de montage ont déjà été exposés pour les portes extérieures, mais le programme décoratif s'adapte aux portes intérieures, dépourvues de porte-guichet, de heurtoir et de grosses serrures en bois. Des astuces de métier permettent d'obtenir un travail plus soigné, en particulier un double parement.

PORTES INTÉRIEURES UNIES, AVEC ORNEMENTS DE MÉTAL

26Montées comme les portes masḥ extérieures, elles développent un décor de métal plus riche : pentures, anneaux, clous étoiles ou en demi-noix, disposés en rangées parallèles ou en couronne autour des anneaux (fig. E 18). Le couvre-joint reçoit en outre, des clous à tête conique ou à facettes (ph. 39). On remarque les sceaux de Salomon (fig. E 19) exécutés en lattes de fer qui circonscrivent les ṭâa supérieures. Ce décor ancien figure sur le cénotaphe de la mosquée Abhar, datant du xviiie siècle (ph. 147).

PORTES INTÉRIEURES À PANNEAUX

27Sur les portes à un seul battant, on retrouve souvent l'ordonnancement du farh perçant la porte extérieure : un panneau couché, rectangulaire ou en forme de cartouche, surmonte deux panneaux dressés symétriques appelés miḥrâb, qu'ils soient ou non couronnés d'un arc analogue à celui qui revient sur les portes extérieures (fig. E 20, E 22, E 23). Un autre arrangement est fréquent : deux panneaux travers encadrent deux miḥrâb (fig. E 21). Un agencement d'inspiration occidentale consiste à encadrer un panneau travers avec deux paires de panneaux droits symétriques (fig. E 24).

  • 9 Le schéma de la fig. E 25 est adopté en Iran et au Turkestan dès le xve s. : DIMAND, Persian Doors (...)
  • 10 L’arrangement de la fig. E 30 se réfère à des traditions islamiques anciennes qui se reflètent dan (...)

28Les portes à deux battants ou plus reproduisent sur chacun le schéma suivant : deux petits panneaux carrés ou rectangulaires encadrent, en haut et en bas, un panneau dressé en forme de rectangle ou de miḥrâb (fig. E 25, E 26)9. Sur les portes basses, un petit panneau suffit au-dessus du grand (fig. E 28). Signalons enfin deux belles variantes anciennes : dans la première, les petits panneaux sont remplacés par deux disques saillants (ph. 50, B. al-Hamîsî) ; dans la seconde, un panneau rectangulaire moins haut qu’un miḥrâb est encadré en haut et en bas par deux panneaux travers superposés (fig. E 30, ph. 68, B. al-Ja‘dabî)10.

29Les panneaux en miḥrâb offrent une plus grande diversité à l’intérieur qu’à l’extérieur. Il existe des miḥrâb simples (fig. E 20, E 22) ou à ra’s symétriques se répétant en haut et en bas du panneau qui prend alors une forme de cartouche debout (fig. E 21 et E 26). Le plus souvent, le sommet de l’arc est tangent au panneau supérieur (fig. E 26 ; ph. 5) ; il s’allonge parfois jusqu’à mordre sur ce dernier (fig. D 3).

30L’agencement décoratif résulte soit d’un véritable assemblage de panneaux dans un cadre, soit d’artifices simulant un assemblage sur un battant constitué en fait d’une ou plusieurs planches jointives maintenues à l’arrière par un cadre à encoches, fard.

31Dans le premier groupe, nous rangeons les portes, assemblées à l’arabe, qui ont les mêmes caractéristiques que celles qui donnent sur l’extérieur : les panneaux à table saillante ont des bordures chanfreinées ; le ra’s des miḥrâb circonscrit par un arc festonné en accolade est aminci et plaqué sur le cadre (ph. 5 et 48). L’assemblage à feuillure se confond souvent avec un assemblage arabe (ph. 14). Sur le contre-parement, une moulure peut cacher le joint entre le bâti et le panneau (fig. A 36). Moins estimé, l’assemblage turc permet de réalise des panneaux rectangulaires en retrait sur le cadre. Ils prennent néanmoins un aspect traditionnel quand le menuisier dégage d’une plate-bande, un miḥrâb ou un cartouche en relief (ph. 4).

32Dans le deuxième groupe de portes, les panneaux sont exécutés sur des battants en planches jointives. Le travail muṭalla‘ fait saillir les panneaux de la masse du battant constitué de planches jointives, parfois d’une seule quand il s’agit d’une porte de placard ou d’un battant étroit. Il arrive que le menuisier masque la fissure entre deux planches en la faisant coïncider avec la limite d’un champ en relief.

33Les montages en trompe-l’œil sont les plus nombreux. Sur beaucoup de portes anciennes, les panneaux sont simplement plaqués sur les planches jointives. Les clous étoiles qui jalonnent la bordure des panneaux sont à la fois fonctionnels et décoratifs (ph. 52). En clouant un cadre à tenons et mortaises sur le battant en planches jointives, on obtient un panneau en retrait qui, de loin, se confond avec un assemblage turc. Un autre procédé consiste à créer un miḥrâb en retrait en plaquant, dans les angles supérieurs d’un cadre fixé sur le battant, deux pièces de bois symétriques découpées en festons (fig. E 31). Ce décor festonné répété dans les quatre angles crée un médaillon défoncé (fig. E 33, haut ; ph. 41, B. Fâya‘). Ces ornements plaqués sont d’origine très ancienne, comme nous le verrons à propos des portes de mosquées (voir ch. 2.3). Enfin, le schéma du miḥrâb surmonté d’un panneau travers peut être simplement suggéré par un trait incisé (fig. E 32).

34Les plus belles portes ont deux parements, comme celle du mafraj de bayt ash-Shahârî (ph. 82 et 87). L’assemblage est une ḥishwa ‘arabîya double : les panneaux saillants sur les deux parements sont faits d’une planche plus épaisse que le bâti (fig. A 42). Le même résultat est obtenu en insérant dans le cadre deux panneaux accolés suivant la figure A 43 (ph. 77, B. al-Hûtî ; ph. 45, B. Fâya‘). Dans d’autres portes, le côté le plus noble présente des panneaux assemblés à l’arabe et un décor en bois rapporté sur le côté le moins visible (ph. 82 et fig. G 13, porte du man. zar de B. ash-Shahârî).

35Les portes à panneaux sont rehaussées d’ornements de métal : fer ou, plus rarement, cuivre. Le centre des panneaux porte un anneau sur une base hémisphérique appelée ṭâṣa qubba. Dans les panneaux inférieurs, la ṭâṣa est dépourvue d’anneau. Les pentures, les verrous verticaux, sâqita, et horizontaux, maghlaqa, sont des éléments attractifs (ph. 56, B. az-Zubayrî, porte du dîwân). La serrure est plus rarement ornée. Des clous décoratifs jalonnent les cadres, le pourtour des panneaux et parfois les champs sculptés (ph. 51, B. Sarî‘, bat. g.). Ils créent un beau décor géométrique sur les surfaces lisses (ph. 14, B. Dalâl, mafraj).

E 31. Bayt Fâya’. Porte entre cour intérieure et escalier, côté cour. Décor en bois rapporté. xviiie siècle ?

E 32 et E 33. Bayt Fâya‘. Porte de kumma, parement et contre-parement.

Les portes de mosquées

36L’étude des ouvrages en bois appartenant aux mosquées apporte d’utiles repères pour connaître l’évolution de la menuiserie de Sanaa. Quelques mosquées ont de belles portes anciennes qui sont peut-être des prototypes. Il est néanmoins difficile d’en connaître la date de fabrication : par suite de la fragilité du bois et des remplois possibles, elle ne correspond pas obligatoirement avec la date de construction ou de restauration des mosquées, plus facilement connue par des inscriptions dans la pierre ou le plâtre.

  • 11 LEWCOCK, SMITH, SERJEANT, COSTA, The GM, SL, Ṣan‘â’, p. 337, pl. 18. 34.
  • 12 Idem, p. 336, pl. 18.30 ; p. 211, pi. 32.

37Dans l’ensemble, des portes monumentales, presque toutes à deux battants (H., 2,2 à 2,6 m ; 1., 1,4 à 1,6 m), font communiquer la salle de prière avec l’extérieur ou des annexes : salle des ablutions ou mausolée. On voit peu de portes à un battant comme celle qui assure, dans la grande mosquée, le passage entre la salle de prière et la salle des ablutions (fig. E 34), celle qui perce le mur de la qibla11, ou encore celle qui ferme le minbar dans la grande mosquée, la mosquée aṭ- Ṭalḥa12 et la mosquée du Mahdî ‘Abbâs (ph. 53).

38L’agencement décoratif est comparable à celui des portes intérieures d’habitations. Les assemblages à encochement sont peu employés. Dans l’ensemble, les battants sont constitués de planches jointives raidies sur un cadre dont les traverses s’encastrent dans les entailles des montants. Il s’agit du cadre mu‘âwbar fard, d’usage courant dans la menuiserie domestique.

39Les portes unies, masḥ, offrent un parement lisse ; seul le couvre-joint central est sculpté. Les ornements de fer sont le principal élément d’animation : lattes et pentures renforçant sur le parement les traverses arrière, anneaux montés sur une base hémisphérique. Des clous de modèles variés, enfin, rehaussent les lattes de fer. Ils jalonnent montants, traverses et couvre-joint ou circonscrivent la base des anneaux : clous à tête étoilée (ph. 36), hémisphérique ou à facettes (ph. 40). Un décor très sobre résulte de l’emploi de clous très serrés ou de tailles différentes.

40Sur les autres portes, les battants en planches jointives sont parés de panneaux ou d’ornements rapportés qui s’inscrivent dans un cadre fixé sur le lit de planches. Ce dernier est donc pris entre deux cadres : l’un, assemblé à mi-bois sur le contre-parement, lui sert de support ; l’autre, à tenons et mortaises (ou simplement constitué de montants et de traverses juxtaposés), entoure le décor du parement. Les ornements en bois découpé sont plaqués dans les angles supérieurs de manière à créer un miḥrâb en retrait (fig E 34 et E 35) ; ils sont parfois disposés dans les quatre angles, délimitant la surface défoncée d’un médaillon orné d’une figure centrale, elle aussi en bois rapporté (ph. 72).

  • 13 PAUTY, Bois sculptés coptes, pl. XVI, clôture provenant de l’église de Sitt Barbara : les ornement (...)
  • 14 PAUTY, Bois sculptés ... ayyoubide, pl. XCV, clôture de placard, mil. vi/xiie s.
  • 15 MIGEON, Manuel, I, p. 318, fig. 132, M.-tombeau de Barqûq, 802-813/1399-1410.
  • 16 LEWCOCK, SMITH, SERJEANT, COSTA, GM, SL, Ṣan‘â’, p. 327 et pl. 18.24.
  • 17 Voir p. ex. GOODWIN, Ott. Arch., p. 434, fig. 487, porte de la maison Kavasun Aptullah, Karaman, 2 (...)
  • 18 LEWCOCK, SMITH, SERJEANT, COSTA, The GM, SL, Ṣan‘â’ p. 336, pl. 18, 30.

41Ces décors d’applique, déjà signalés sur les portes intérieures, relèvent du même principe que les arcs découpés dans le bois, qui couronnent les baies dans les menuiseries ouvragées. A l’époque fâtimide, les clôtures des églises coptes en donnent de beaux exemples13. Un arc festonné encadre les ouvertures qui percent une clôture de placard provenant de la mosquée de Mâlik Ṣâliḥ Ṭalâ’i’14. Cet agencement existe dans l’Egypte mamlûke15. Au Yémen, il est visible au viiie/xive siècle dans des claires-voies clôturant des mausolées situés, l’un dans la grande mosquée de Sanaa16, l’autre dans la madrasa al-Ashrafîya de Ta‘izz (ph. 111). Durant l’ère ottomane, il connaît une faveur particulière17. Dans la grande mosquée de Sanaa, la porte fermant le minbar restauré en 984/1576 par le gouverneur ottoman Murâd Pacha en est peut-être un témoin18.

42L’agencement des panneaux plaqués sur les portes de mosquées varie peu. Sur chaque battant, deux petits panneaux carrés ou rectangulaires encadrent un panneau droit (ph. 71, 73). Un petit panneau surmonte un miḥrâb en retrait (fig. E 35). Parfois, les panneaux supérieurs sont trapézoïdaux (fig. E 37). Un jeu de carrés cloués en diagonale les uns sur les autres donne du saillant aux petits panneaux inférieurs qui évoquent des svastikas quand des moulures prolongent leurs côtés (fig. E 36).

  • 19 Idem, p. 337, pl. 18.34 et p. 340.
  • 20 RÂZÎ, Târîh Ṣan‘â’, p. 87.

43Les ornements de métal jouent sur les portes à décors et à panneaux rapportés un rôle aussi important que sur les portes unies. Notons la prédominance des clous étoiles qui jalonnent les traverses et le pourtour des panneaux et qui encerclent la base des anneaux (fig. E 34). Des sceaux de Salomon, dessinés avec des lattes en fer, ornaient jusqu’à une date récente les portes de la mosquée aṭ-Ṭalḥa (ph. 75, haut de la po. E. ; ph. 71, po. S., pan. inf.). La porte qui perce le mur de la qibla, à la grande mosquée, possède un décor unique. Les panneaux du milieu, couverts de feuilles de cuivre, portent des inscriptions en écriture sud-arabique ancienne. Des arcs byzantins caractéristiques du vie siècle ornent les panneaux inférieurs19. Il s’agit d’une porte de remploi plus ancienne que la grande mosquée qui, selon ar-Râzî, reçut ses portes du premier gouverneur ‘abbâside, ‘Umar b. ‘Abd al-Ḥamîd, au milieu du iie/viiie siècle20.

E 34. Grande mosquée, porte entre salle de prière et salle d’ablutions.

  • 21 LEWCOCK, Kuwait, p. 16, 70, 88.
  • 22 Idem, p. 96, 97.
  • 23 BONNENFANT, ḤĀRTHĪ, Muḍayrib, pl. XIa face à la p. 125.
  • 24 LEWCOCK, Kuwait, p. 89.
  • 25 GREENLAW, Suakin, p. 114.

44Les correspondances ne manquent pas entre les portes de Sanaa et celles d’autres régions de la péninsule Arabique. La porte à deux vantaux constitués de planches jointives, rehaussées de rangées de clous, existe avec ou sans guichet dans les régions du Golfe, en particulier à Kuwayt21, à Zubayr22 et dans le sultanat d’Oman23. Les portes avec panneaux à plate-bande sont un héritage turc à Kuwayt24. Enfin, sur les deux rives de la mer Rouge, la porte d’entrée reçoit souvent des sculptures d’applique qui dessinent un arc festonné sur chaque battant25.

Notes

1 LEWCOCK, COSTA, SERJEANT, WILSON, Urban Development, SL, Ṣan‘â’, p. 123 et 126, pl. 10.5 et 10.7. Bâb as-Sitrân est flanquée de 2 tours édifiées dans un appareil de pierre analogue à celui des constructions sabéennes. L’entrée en chicane est typique des vieilles cités d’Arabie du Sud comme Sacda. Les bat. en bois, matériau périssable, sont peut-être plus récents que la construction.

3 P. ex., un cartouche aux extrémités festonnées décore un chandelier du xve s. reproduit dans POPE, Persian Art, t. XII, p. 1377.

4 POPE, Persian Art, t. XII, pl. 1467, porte de la M. Ahmad Yasavî, 800-2 / 1397-99 et pl. 1474, porte du pal. Chihil Sutûn, 999/1590.

5 ARSEVEN, Arts turcs, p. 115, fig. 123, p. 183, fig. 451.

6 MEHTA, Handicrafts, pl. LXXIII.

9 Le schéma de la fig. E 25 est adopté en Iran et au Turkestan dès le xve s. : DIMAND, Persian Doors, p. 80 ; GODARD, Les po. de ia M. d’Afuhsté, p. 104-106.

10 L’arrangement de la fig. E 30 se réfère à des traditions islamiques anciennes qui se reflètent dans quelques portes saljûqides du xiie s. en Asie Mineure et dans des ouvrages de la période mamlûke. Voir DIMAND, Dated Persian Doors, p. 80.

11 LEWCOCK, SMITH, SERJEANT, COSTA, The GM, SL, Ṣan‘â’, p. 337, pl. 18. 34.

12 Idem, p. 336, pl. 18.30 ; p. 211, pi. 32.

13 PAUTY, Bois sculptés coptes, pl. XVI, clôture provenant de l’église de Sitt Barbara : les ornements en bois découpé dessinent un arc identique à celui qui orne la portes d’accès à la salle des ablutions de la GM (fig. E 34) ; voir aussi, pl. XVIII et XXII, clôture de l’église Abu Sayfayn.

14 PAUTY, Bois sculptés ... ayyoubide, pl. XCV, clôture de placard, mil. vi/xiie s.

15 MIGEON, Manuel, I, p. 318, fig. 132, M.-tombeau de Barqûq, 802-813/1399-1410.

16 LEWCOCK, SMITH, SERJEANT, COSTA, GM, SL, Ṣan‘â’, p. 327 et pl. 18.24.

17 Voir p. ex. GOODWIN, Ott. Arch., p. 434, fig. 487, porte de la maison Kavasun Aptullah, Karaman, 2e moitié du xviiie s.

18 LEWCOCK, SMITH, SERJEANT, COSTA, The GM, SL, Ṣan‘â’ p. 336, pl. 18, 30.

19 Idem, p. 337, pl. 18.34 et p. 340.

20 RÂZÎ, Târîh Ṣan‘â’, p. 87.

21 LEWCOCK, Kuwait, p. 16, 70, 88.

22 Idem, p. 96, 97.

23 BONNENFANT, ḤĀRTHĪ, Muḍayrib, pl. XIa face à la p. 125.

24 LEWCOCK, Kuwait, p. 89.

25 GREENLAW, Suakin, p. 114.

Notes de fin

2 1b SEBAG, Kairouan, ph. 15, p. 119, porte au fond de la salle de prières.

7 5b Autres dim. en cm de ce portail de B. ‘Abbâs (cf ph. 15) : 1°/ Bat. dormant, au Sud : 1. tot., 146. Tabala, L., 79 ; H., 30,5. Mihrâb, 1., 28 ; H., 138. L. et H. de la jabha au-dessus de la fausse porte-guichet, 116,5 et 18 ; H. du motif sculpté, 13. 2°/ Bat. ouvrant, au N., avec vrai farh : l.tot., 171. Tabala, L., 91 ; H-, 31. Mihrâb, 1., 32 ; H., 138. Jabha, L., 132 ; H. 18 ; H. du motif, 13. Trunja, l., 23 ; H., 67. Madaqqa, 1., 11,5 ; H., 28. Diam. de la tâsa au milieu du tabala, 8. - Ce portail, d. de 1367/1948, est l’œuvre de Muhammad Muqbil Mi’yâd qui travailla également à dâr al-Hamd, quelques années plus tôt.

8 5c Les pan. sont assemblés en svastika sur des po. anatoliennes ou cairotes : voir ARSEVEN, Arts turcs, p. 22, fig. 56 ; MAURY et alii, Pal. et maisons, II, fig. 177. Dans la GM de Ṣanaa, voir aussi le jeu des charpentes ds les écoinçons du lanternon principal en avant du miḥrâb : SL, Ṣan‘â’, pl. 24, fig. 18.35. Ce thème apparaît encore sur la claire-voie d’un mausolée, madrasa al-Ashrafîya, Ta‘izz (ph. 111).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3159/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Légende E 6, page de droite. Ordonnance générale d’une porte extérieure, ici bayt al-Jindarî, Q. al-Harrâz. — E 6 b, ci-dessus. Schéma d’une porte extérieure à panneaux saillants. 1. Trunja, support du heurtoir. 2. Madaqqa, heurtoir. 3. Maghlaqa, serrure.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3159/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Comme une chatte qui ferait patte de velours, la porte fait beau visage, mais cache à l’arrière ses défenses !
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3159/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 671k
Légende E 7. Le système de verrouillage d’une porte extérieure et de sa porte-guichet, vue postérieure. Bayt Muḥammad al-Yamânî.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3159/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3159/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
Légende E 17. Type de porte souvent fabriquée aujourd’hui.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3159/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3159/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Légende E 18. Porte entre ḥijra et cuisine, bayt al-Hâdrî.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3159/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3159/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3159/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Légende E 31. Bayt Fâya’. Porte entre cour intérieure et escalier, côté cour. Décor en bois rapporté. xviiie siècle ?
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3159/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Légende E 32 et E 33. Bayt Fâya‘. Porte de kumma, parement et contre-parement.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3159/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende E 34. Grande mosquée, porte entre salle de prière et salle d’ablutions.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3159/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3159/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 200k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540