Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’art du Bois à Sanaa

 | 
Guillemette Bonnenfant
, 
Paul Bonnenfant

Seconde partie. Les portes

Défense et accueil : serrures et inscriptions

Texte intégral

1Comme tout maître de maison, le propriétaire de Sanaa est pris entre deux exigences contradictoires : fermer la maison pour la protéger, l’ouvrir à ses habitants et aux hôtes de passage, devoir sacré en terre arabe. Le système de verrouillage traduit la nécessité d’interdire la demeure aux intrus, plus précisément de défendre biens et personnes contre les voleurs et les attaques des qabîlî, gens de tribus, redoutables dans un passé tout proche. Il contribue aussi à assurer l’intimité familiale. Les inscriptions se concentrent au-dessus des seuils les plus importants : elles participent d’une autre manière à la protection de la maison et témoignent de l’hospitalité de la demeure.

Verrous et serrures

2La porte extérieure, la plus menacée en cas de siège, possède un impressionnant système de verrouillage.

3La grande porte, jinaw, est immobilisée de manière presque permanente par deux verrous verticaux, sâqiṭa, solides barres de bois crantées qui coulissent verticalement à travers les encoches taillées dans les traverses. Un verrou de bois horizontal ou un loqueteau métallique maintiennent les sâqiṭa en position haute. Pour bloquer la porte, on engage le verrou vertical supérieur dans une cavité pratiquée dans le linteau et on laisse tomber la sâqiṭa inférieure dans un trou creusé dans le sol (fig. E 7). Deux verrous verticaux analogues immobilisent chaque battant dans les portails commandant l’entrée des mosquées (ph. 72, M. aṭ-Ṭalḥa) ou le jardin de grandes demeures (ph. 1 et 15b). L’extrémité des sâqiṭa qui est à portée de main est munie d’un anneau ou percée de deux trous : ils permettent de la manœuvrer. Parfois, un puissant crochet, pivotant dans un anneau scellé dans la maçonnerie de l’embrasure, est fixé au bas du battant qu’il maintient fermé.

  • 1 DIEM, Türschlösser, p. 156, fig. VII.

Fig. D l Serrure avec clef tournable en métal1
1. Vue de derrière :
a. Support du verrou
b. Verrou
c. Dents du verrou
d. Évidement dans lequel tombe le petit bloc de bois g
2. Vue de devant, quand on ouvre (détail) :
a. Support du verrou
b. Verrou
c. Dents du verrou
d. Plaque métallique de protection
e. Trou de la serrure
f. Clef
g. Petit bloc de bois qui se trouve derrière le verrou (en pointillé)
3. Clef
4. Serrure dans la position 2 avec le verrou en position fermée. Le petit morceau de bois est complètement soulevé grâce à la clef.

  • 2 DIEM, Ibidem, p. 154, fig. I.

Fig. D 2 Serrure à dents, fermant à droite2
1. Vue de devant, en position fermée
a. Support du verrou
b. Verrou
c. Clef en bois
2. Vue de derrière, quand on ouvre
d. Morceau de bois percé de trous
e. Chevilles ou dents mobiles qui sont poussées hors du verrou b par les dents de la clef.

Ph. 15 et 15 b. Le portail occidental de bayt ‘Abbâs, parement et contre-parement.

  • 1 DIEM, Türschlösser, p. 156, fig. VII.

4La porte-guichet, farẖ, reçoit sur le contre-parement deux serrures, maghlaqa, qui sont fabriquées en bois de naḏâr, réputé pour sa dureté et son imputrescibilité. Elles présentent un corps rectangulaire creusé d’une cavité où glisse une barre horizontale qui joue le rôle de pêne. La serrure du bas s’ouvre de l’extérieur, et souvent de l’intérieur, avec une grosse clef en fer forgé qui soulève une pièce de bois bloquant le verrou entaillé de dents et, à chaque tour, entraîne ce dernier d’un cran (fig. D 1, d’après Diem)1. Il faut donc plusieurs tours de clef pour désengager le pêne de la gâche aménagée dans le montant dormant. Un petit cœur orne souvent la clef en fer forgé, que le propriétaire glisse dans sa ceinture, près du célèbre poignard yéménite, la jambîya ; elle s’individualise d’une porte à l’autre (ph. 34) et lui permet de fermer la maison quand personne ne s’y trouve. Mais un voleur pourrait escalader le portail, abaisser le verrou vertical de la grande porte, relever celui du bas et ouvrir ainsi le jinaw : une astuce de fabrication consiste donc à aménager, sous la traverse du jinaw située juste au-dessus de la porte-guichet, un verrou métallique caché, sûrqî, qui maintient la sâqiṭa en position haute. Si la porte-guichet est fermée à clef, il est inaccessible et la grande porte ne peut être ouverte.

  • 3 VARANDA, Art of Building, p. 123 ; SL, San‘â’, p. 491, fig. 22 126.
  • 4 SCOTT, In the High Yemen, p. 52 et ph. 20 : "The keys look rather like wooden tooth-brushes, with (...)
  • 5 LANDBERG, Arabie mérid., vol. 1, texte 5, "Le menuisier", p. 339, 348. DOE and SERJEANT, A fortifi (...)
  • 6 LANE, Manners, p. 29. BRIGGS, Muḥammadan Arch., p. 149.
  • 7 BORG, L’habitat à Tozeur, p. 95, fig. 13.

5A Sanaa, la grosse clef en fer forgé a remplacé, à une date que nous ignorons, la clef en bois qui commandait un vieux type de serrure à gorge (fig. D 2, d’après Diem)2, notée par Varanda3, et que Scott a observée durant son voyage sur les hautes terres yéménites4. Des variantes de ce modèle de serrure existent dans plusieurs régions de la péninsule Arabique, comme le Najd et l’ Ḥaḍramawt5. On en rencontre également en Egypte, sous le nom de dabbah6, et en Afrique du Nord, à Tozeur notamment7. Aujourd’hui, les clefs en fer forgé sont elles-mêmes remplacées par de petites clefs de sécurité qui actionnent en cinq ou six tours de long pênes métalliques.

  • 8 LEWCOCK, SERJEANT, Houses, SL, San’â’, p. 484a.
  • 9 DOE and SERJEANT, A fortified, p. 11.

6En haut de la porte-guichet est fixé un verrou de bois que les habitants de la maison peuvent ouvrir de tous les étages, sans avoir à descendre, en tirant sur une corde, majarr : attachée à l’extrémité du pêne, elle passe dans des anneaux de fer ou sur une poulie en bois, maẖraṭ al-ḥabl (?), avant de monter vers le haut de la demeure, par des trous percés dans les planchers ou les shubbâk des différents niveaux (fig. E 7). Ce rustique système de télécommande est appelé ma’laqat majarr8, ou tout simplement majarr comme la corde. C’est une particularité de la maison-tour, qu’on retrouve dans d’autres régions, comme le Hadramawt9. Accessoirement, ce même verrou peut se fermer de l’extérieur, grâce à une cordelette : attachée sur le pêne à l’opposé de la corde, elle passe par un trou percé dans la porte (ph. 47, B. al-Kabsî) : celui qui quitte la maison tire ainsi le pêne et bloque le battant. Souvent, une deuxième cordelette, fixée à côté de la corde, permet d’ouvrir du dehors ; on repousse cette tirette à l’intérieur si l’on veut condamner l’ouverture depuis l’extérieur. Des rondelles de métal protègent parfois de l’usure les trous par où sortent les cordons.

7Le parement de la porte-guichet est quelquefois pourvu d’une serrure à clef en bois (ph. 9 et 26) ; elle interdit, en position fermée, l’accès au trou de la serrure à clef métallique posée sur le contre-parement (fig. E 6, B. al-Jindarî).

8Les portes intérieures contribuent à préserver l’intimité et la sécurité des biens. Elles ont des serrures en bois de naḍâr ou en laiton, avec clef de métal parfois ouvragée (ph. 55 et 56 ; fig. D 3, fig. D 5b). Les portes à deux battants sont immobilisées par deux sâqiṭa en bois ou en métal. Les premières sont analogues à celles de la porte extérieure du dihlîz et sont fixées comme elles sur le contre-parement (fig. D 5 b). Les secondes, en fer forgé, ne déparent pas le wajh (fig. D 4, ph. 56 et 79) ; elles sont munies d’un anneau permettant de les tirer, et d’un crochet, ẖuṭṭâf la‘‘âb, qui en retombant dans une petite bague, razza, fixée sur le vantail, les retient en position haute. Les sâqiṭa en métal sont accompagnées d’une maghlaqa, sorte de targette en fer qui se bloque dans une cavité du couvre-joint central (ph. 50 et 56) et qui, sans doute, s’est substituée à la vieille serrure en bois du même nom, mentionnée plus haut. Sâqiṭa et maghlaqa, divisées en sections de largeur différente, glissent dans des pattes de métal qui les maintiennent. On remplace ou on renforce la maghlaqa par différents types de crochets : le ẖuṭṭâf la‘‘âb, dont la base pivote dans un anneau, retombe dans une bague fixée sur le couvre-joint (ph. 56 et 58). Le qallâb (fig. D 5, D 5b et ph. 50) est un crochet-loqueteau dont l’axe traverse la porte et se termine par un disque de métal qu’on tourne pour actionner le crochet.

D 4. Verrou vertical de métal, sâqiṭa

9Nous retrouvons le sûrqî sous une autre forme : c’est une petite pièce de métal, cachée dans une traverse de la porte, qu’on manipule comme un verrou. Comme il faut tâtonner pour le trouver, à l’inverse des gros verrous de bois, il empêche un voleur qui se serait introduit dans la maison de s’enfuir rapidement. Un verrou cadenassé complète ou remplace parfois le système traditionnel (ph. 68).

  • 10 Fig. D 6 dessinée d’après LANDBERG, Arabie mérid., vol. 1, Ḥaḍramoût, p. 777. Dans ce même vol., v (...)
  • 11 SOURDEL-THOMINE, Clefs et serrures de la Ka‘ba, pi. VII b à pl. X c.

10Parmi les systèmes de fermeture, citons également le cadenas ghuṯaymî, utilisé encore pour fermer des portes de boutique. Il porte le nom d’une tribu du Harîb dont certains membres travaillaient comme serruriers à Sanaa. Selon Landberg, ce cadenas de métal est une fabrication yéménite qui existait déjà à l’époque préislamique, mais qui s’est tarie (fig. D 6)10. Il semble que ce type de cadenas ait été exécuté pour le temple sacré de la Ka’ba, à l’époque mamlûke, puis ottomane11.

D 5 b. Détail du contre-parement d’une porte dite bâb mu’âwbar farḏ, ici à bayt al-Makkî. Encoches triangulaires, farḏ. Traverses et montants décorés d’incisions faites avec le trusquin, sẖanjal. Verrou vertical de bois, sâqiṭa.

  • 10 10 Fig. D 6 dessinée d’après LANDBERG, Arabie mérid., vol. 1, Ḥaḍramoût, p. 777. Dans ce même vol., (...)

D 6. Cadenas de type ghutaymî.10

Les inscriptions

  • 12 LEWCOCK, SMITH, SERJEANT, COSTA, The GM, SL, San’â’, p. 337, pl. 18.34.
  • 13 Idem, p. 322, fig. 17.1 ; p. 339, pl. 18.41 ; p. 344, pl. 18.53 ; p. 345, pl. 18.57 ; p. 370, pl. (...)

11Le passage de nombreuses portes extérieures est surmonté d’inscriptions dont nous allons maintenant étudier le répertoire ; nous en trouvons également au-dessus de portes intérieures, comme les dîwân. Il s’agit d’une tradition très ancienne, comme en témoignent les inscriptions préislamiques gravées sur les feuilles de métal qui recouvrent les panneaux de la porte perçant le mur de la qibla, à la grande mosquée de Sanaa12. Les formules relevées dans les maisons sont sculptées dans une écriture cursive, scandée parfois par les hampes très longues des lettres, comme dans le ṯulṯi (ph. 39). Le kûfique, plutôt rare à Sanaa, dénote des inscriptions anciennes13 ; il n’en existe pas d’exemple sur les menuiseries domestiques, à notre connaissance.

  • 14 BONNENFANT, Vitraux, p. 35 et 5t.

12Ce sont d’abord de brèves inscriptions théophores, déjà rencontrées dans les décors de plâtre, sur les façades ou à l’intérieur des maisons14 :

13a. إمحم الله الرحمان الرحبم

14« Au nom d’Allah, le Bienfaiteur miséricordieux » ! Ces mots, qui commencent chaque sourate du Coran, sont employés dans tout l’Islam à de très nombreuses occasions de la vie quotidienne, en particulier avant d’entreprendre une action. C’est notamment le cas quand un visiteur franchit le seuil d’une demeure : la mention de Dieu marque qu’il arrive sans intention hostile ou inconvenante pour ceux qui l’habitent.

15b. ا عوذ بالله من ا لنبطا ن الرحبم

16« Je me réfugie auprès de Dieu pour chercher un abri contre Satan le maudit » ! Cette inscription peut se rapprocher de la précédente : par cette invocation, le visiteur cherche à éloigner les tentations qui pourraient l’assaillir en franchissant le seuil de la maison, par exemple l’envie, l’agressivité ou quelque pensée indécente.

17c. ما نا ء الل

18« [C’est] ce que Dieu a voulu » ! Cette expression est très souvent employée, dans toute la péninsule Arabique, soit pour la décoration des maisons, soit dans les conversations, pour exprimer une admiration dénuée d’envie ou de jalousie. La mention de Dieu éloigne en effet les tentations qui pourraient se glisser en l’homme devant la beauté des biens possédés par autrui. Au propriétaire, elle rappelle également que tout Bien vient de Dieu : il ne doit pas s’enorgueillir de ce qu’il possède et qui peut lui être enlevé si tel est le décret divin.

19d. لا فوف الا بالله

20« Il n’est de force qu’en Dieu » ! Le sens de cette invocation est à rapprocher de la précédente.

21e. وماتوفبني الا بالله

22« Ma réussite n’est qu’en Dieu » !

23f. الملك لله

24« A Dieu la Royauté » !

25g. لا اله الا اله

26« Pas d’autre Dieu que Dieu » !

Ph. 16. Le couronnement de la porte-guichet, farẖ, percée dans la grande. Jabha de bayt al-‘Atâb, près de souk al-baqar. Taille arabe.

Ph. 17. Jabha surmontée de ṭabala à bayt al-Jindarî, Q. al-Ḥarrâz.

Ph. 18. Détail de jabha, bayt ‘Alî al-‘Amrî. Taille arabe. H., 22 cm.

Ph. 19. Jabha du portail entre rue et cour, bustân al-Ḥayr.

Ph. 20. Jabha et ṭabala à bayt al-Jawdarî.

Ph. 21. Jabha à bayt Maḥbûb, datée de 918 ? [1512-3 ?].

Ph. 22. Motif de jabha évoquant le muḥashshar.

27h. محس ر محول الله

28« Muḥammad est l’Envoyé de Dieu » !

29i. فالله خبر حافظا وهو ارحم الراحصش

30« Allah est le meilleur protecteur et il est le plus miséricordieux des miséricordieux » ! (Coran, Sour. XII, Joseph, v. 64).

31j. حسنا الله ونعم الوكبل

32« Dieu nous suffit ! Quel excellent protecteur » ! (fig. G 11, porte du mafraj du palais d’ar-Rawḍa) (Sour. III, Al ‘Imrân, v. 173).

33k. نعمة المولى ونعمة النصير

34« Quel excellent Seigneur et quel excellent défenseur »

35l. ادآ دما لك سا لبعمر لك الله ما تندم من دسك

36« Nous t’avons octroyé un succès éclatant » ! (Coran, sour. XLVIII, Le Succès, v. 1) (ph. 64, porte du mafraj, palais d’ar-Rawḍa). Ce verset est parfois suivi du verset 2 : « Afin qu’Allah te pardonne tes premiers et tes derniers péchés. »

37من ا لهك نسة فنح ذا ولهدا نورخ دوام المتر الكربم١٣١٣ .m

38« De ton Dieu vient la grâce d’ouvrir cette noble porte ; pour cette raison tu la dates de 1313 [1895-6], que dure la généreuse Protection » (portail de B. ‘Abd Allah al-Yamânî).

39n. ادخلوها بلام آثن

40« Entrez là avec le salut, paisibles ! » (sour. XV, al-Ḥijr, v. 46).

41o. جرت عادف الله ض خلفه / اذا صايى امر انى الفرح

42« La “coutume” de Dieu sur sa créature est que, si elle ressent quelque angoisse, Il lui apporte le soulagement » (ph. 7, B. ‘Abd Allah al-Jindarî, sur la jabha ; B. aḏ-Ḏamârî ; ph. 20 bis ; B. al-Jawdarî, sur la jabha).

43p. رط طبك تومما والبك المسا والبك المير

44« O notre Dieu, en Toi nous nous sommes confiés, vers Toi [tend] la construction et vers Toi le devenir ! »

45La brièveté de certaines invocations permet de les combiner à d’autres, comme c’est le cas sur la porte extérieure du dihlîz de bayt al-Ḥâḍrî, photo 9, où se succèdent sur le même linteau de bois les inscriptions b, a, c et d. A dâr aḏ-Ḏahab également, dont le portail fut bâti en 1334/1915, le linteau inséré entre les deux arcs porte les inscriptions b, a, et h. Mâ shâ’ Allâh est par ailleurs gravé dans la pierre, avec la date (ph. 23).

46A part les inscriptions m et o, les autres sont courantes et on peut les retrouver partout dans le monde arabe. Il en est cependant de plus originales : elles offrent un intérêt particulier car elles font allusion à un aspect de la doctrine zaydite, en vigueur dans la capitale yéménite. La plus fréquente est la suivante, que l’on peut trouver avec des variantes :

47q. ا نسمة ا طني بهم نار الجحبم ا لما طمة المصطفى والمرنضى وبنيهما والنا هلمة

  • 15 D’après les commentaires de lettrés âgés. A propos de ces "Cinq", cf. not. l’inscr. n° 4802, dans (...)

48« Avec les Cinq, j’éteins le feu destructeur de 1 Enfer / [avec] le Purifié, [avec celui dont Dieu] a été satisfait ; [avec] leurs deux fils et Fâṭima ». Les « Cinq » dont il s’agit sont évoqués dans la seconde partie de cette inscription : il s’agit du prophète Muḥammad, le Purifié ; de son successeur ‘Alî, puis d’al-Ḥasan et d’al-Husayn, ainsi que de Fâṭima15.

49Nous trouvons l’inscription précédente sur le portail de bayt Sabana. Elle existe aussi sur une belle porte de mafraj, à bayt Muḥsin al-Yamânî (ph. 54), avec des variantes sculptées dans de petits médaillons, auxquels correspondent les barres obliques qui suivent :

50r. لا اله الا / الله محمد / رسول الله / علمب ولي [الله] / السمش مفوف الله ر فاطمة امة اللم

Ph. 23. Détail du tympan, portail de dâr aḏ-Ḏahab, construit en 1334/1915.

51« Il n’est de Dieu que / Dieu ! Muḥammad / [est] l’envoyé de Dieu / ‘Alî est l’ami [de Dieu] / Les deux Ḥasan [sont] les élus de Dieu / Fâṭima est la servante de Dieu ».

52A bayt al-Jawdarî (ph. 20), une jabha sculptée des inscriptions a et o et portant la date de 1366 [AH], est surmontée d’un panneau portant deux médaillons fleuronnés ; ils portent l’affirmation de la croyance que :

53حب علي لج من ا لنا ر ا٠ .s

54« L’amour de ‘Alî délivre / du feu [de l’enfer] ».

  • 16 Pour une présentation du zaydisme : VAN ARENDONK, Imâmat zaidite.

55L’art du bois domestique témoigne de la doctrine zaydite et proclame une filiation spirituelle. Nous retrouvons celle-ci, beaucoup plus complète, sur les cénotaphes des mosquées al-Mutawakkil et Mahdî ‘Abbâs (ch. 3.5), où est sculptée dans le bois toute la généalogie des imâms qui y reposent, jusqu’aux « deux Ḥasan » et ‘Alî16.

56Si les inscriptions théophores sont largement dominantes, elles ne sont pas exclusives d’autres phrases. Certaines évoquent la générosité du maître de maison :

57t. فف على باب كربم كلما طرق الطارق بالبر سع

58« Arrête-toi devant une porte généreuse. Chaque fois qu’on y frappe avec de bonnes [intentions], elle est ouverte » ! (ph. 7, linteau de bois inséré dans le portail en pierre, B. ‘Abd Allah al-Jindarî).

  • 16b L’inscr. sculptée sur la jabha, non déchiffrée, porte une date qui pourrait être Ramadan 918 (?). (...)

59Une autre inscription exalte probablement la gloire du maître de maison sur le panneau sculpté à jour, aujourd’hui fixé sur le grand portail de bayt Maḥbûb, après la malheureuse destruction du splendide portail de pierre polylobé (ph. 6) où il se trouvait auparavant16b.

  • 17 BONNENFANT, ḤĀRTHĪ, Muḏayrib, p. 132.

60Ces épigraphes, et l’on pourrait certainement en trouver d’autres, exaltent donc les vertus arabes spécialement estimées dans la péninsule Arabique : la générosité, la prestance, le courage, l’hospitalité et l’honneur. Elles sont à rapprocher des naïves et gracieuses inscriptions peintes sur certains plafonds ruraux, dans le sultanat d’Oman17 : l’emplacement en est différent, mais l’esprit est le même.

61Parfois encore, c’est l’artisan lui-même qui, fier de son travail, le fait savoir. Sur une porte intérieure de B. Ṣâlaḥ al-Ja’dabî (ph. 68, entre une ḥijra et un dîwân de premier étage), le menuisier appelle les visiteurs à juger de son travail :

62u. قد حار فكري رغشث ض جميع الصنع فسث ا هل العارف باب الامصاف ممنوع

  • 18 Nous remercions Nahida et Patrice COUSSCNNET qui nous ont aidés à établir et traduire le texte de (...)

63« J’ai été perplexe, puis j’ai excellé dans toute la fabrication [de cette porte]. Les gens du métier l’ont trouvée belle. La porte de l’équité est réalisée »18.

64La date de construction de la porte ou du portail est parfois inscrite, rarement seule, souvent précédée d’une des inscriptions citées plus haut ou accompagnée d’une brève louange ou prière à Dieu :

65ارخث ض اكماله طالبا خبرا من الله العربز الرحبم سه ١٣٨ .v

66« 1380 [1960]. J’ai daté [cette porte] à son achèvement, en demandant le Bien à Dieu, puissant et miséricordieux. »

67تاريخه النصل من الله الكبير محنة٣٦٠ ١ .w

68« Sa date, par la grâce de Dieu le très grand, est de 1360 [1941] » (ph. 7, B. ‘Abd Allah al-Jindarî, sur la jabha).

CONCLUSION

69Ainsi, la mention du nom de Dieu est largement prédominante dans toutes les inscriptions. C’est Lui le véritable protecteur de la demeure, quelles que soient sa beauté, sa grandeur ou la fortune de ses habitants. Les épigraphes ne peuvent échapper au regard de quiconque franchit le seuil, habitant ou visiteur. Elles appellent les habitants à la modestie : il n’est de force et de royauté qu’en Lui. C’est Lui aussi qui éloigne, chez le visiteur, les tentations d’envie, de vol ou d’atteinte à l’honneur de ceux qui vivent dans la demeure.

Notes

1 DIEM, Türschlösser, p. 156, fig. VII.

2 DIEM, Ibidem, p. 154, fig. I.

3 VARANDA, Art of Building, p. 123 ; SL, San‘â’, p. 491, fig. 22 126.

4 SCOTT, In the High Yemen, p. 52 et ph. 20 : "The keys look rather like wooden tooth-brushes, with little pegs arranged differently in each case. When the key is pushed into a slot in the heavy bolt, the pegs fit into corresponding holes in the wood. In each hole is a little wooden pin, with a head to prevent it from dropping down too far. Each pin is pushed upwards by the corresponding peg on the key. The bolt is then freed and can be slid sideways to open the door. When the bolt is shot home, the wooden pins fall into their holes by their own weight, and the door is locked. This allows of a different arrangement of pins and pegs for every lock ; a door can therefore only be unlocked with its own accurately fitting key".

5 LANDBERG, Arabie mérid., vol. 1, texte 5, "Le menuisier", p. 339, 348. DOE and SERJEANT, A fortified, pp. 4, 5, 11. - Par ailleurs, ce type de serrure semble exister sur la porte d’un des pal. figurés sur les stèles d’Axum (ii-ive s.) : voir VAN BEEK, Monuments of Axum, p. 120, pl. 2, a.

6 LANE, Manners, p. 29. BRIGGS, Muḥammadan Arch., p. 149.

7 BORG, L’habitat à Tozeur, p. 95, fig. 13.

8 LEWCOCK, SERJEANT, Houses, SL, San’â’, p. 484a.

9 DOE and SERJEANT, A fortified, p. 11.

10 Fig. D 6 dessinée d’après LANDBERG, Arabie mérid., vol. 1, Ḥaḍramoût, p. 777. Dans ce même vol., voir Qaṣîda de Sâlim bin ‘Omar bil-Hêr, commentaire du vers 13, p. 85. Du même auteur, voir dans Arabica, V, p. 89. Voir aussi DOE and SERJEANT, A fortified, p. 5. SERJEANT, A metal padiock, p. 49.

11 SOURDEL-THOMINE, Clefs et serrures de la Ka‘ba, pi. VII b à pl. X c.

12 LEWCOCK, SMITH, SERJEANT, COSTA, The GM, SL, San’â’, p. 337, pl. 18.34.

13 Idem, p. 322, fig. 17.1 ; p. 339, pl. 18.41 ; p. 344, pl. 18.53 ; p. 345, pl. 18.57 ; p. 370, pl. 19.46.

14 BONNENFANT, Vitraux, p. 35 et 5t.

15 D’après les commentaires de lettrés âgés. A propos de ces "Cinq", cf. not. l’inscr. n° 4802, dans WEILL, Les bois à épigraphes, p. 57. SCHNEIDER, Stèles funéraires, p. 77. Pour les versets coraniques qui précèdent, nous avons utilisé ici la traduction de BLACHERE, Le Coran.

16 Pour une présentation du zaydisme : VAN ARENDONK, Imâmat zaidite.

17 BONNENFANT, ḤĀRTHĪ, Muḏayrib, p. 132.

18 Nous remercions Nahida et Patrice COUSSCNNET qui nous ont aidés à établir et traduire le texte de certaines inscriptions.

Notes de fin

1 DIEM, Türschlösser, p. 156, fig. VII.

10 10 Fig. D 6 dessinée d’après LANDBERG, Arabie mérid., vol. 1, Ḥaḍramoût, p. 777. Dans ce même vol., voir Qaṣîda de Sâlim bin ‘Omar bil-Hêr, commentaire du vers 13, p. 85. Du même auteur, voir dans Arabica, V, p. 89. Voir aussi DOE and SERJEANT, A fortified, p. 5. SERJEANT, A metal padiock, p. 49.

16b L’inscr. sculptée sur la jabha, non déchiffrée, porte une date qui pourrait être Ramadan 918 (?). Son sens évoque celui de l’inscr. en plâtre de B. Mutahhar, Q. ai-Fulayhî (cf. BONNENFANT, Vitraux, p. 44) ; elle commence en effet par les mêmes mots, ‘izz yadûm wa nicma lâ ... : Que sa gloire [qui vient des hommes] dure et que la grâce [qui vient de Dieu] ne....

Table des illustrations

Légende Fig. D l Serrure avec clef tournable en métal11. Vue de derrière :a. Support du verroub. Verrouc. Dents du verroud. Évidement dans lequel tombe le petit bloc de bois g2. Vue de devant, quand on ouvre (détail) :a. Support du verroub. Verrouc. Dents du verroud. Plaque métallique de protectione. Trou de la serruref. Clefg. Petit bloc de bois qui se trouve derrière le verrou (en pointillé)3. Clef4. Serrure dans la position 2 avec le verrou en position fermée. Le petit morceau de bois est complètement soulevé grâce à la clef.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3158/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. D 2 Serrure à dents, fermant à droite21. Vue de devant, en position ferméea. Support du verroub. Verrouc. Clef en bois2. Vue de derrière, quand on ouvred. Morceau de bois percé de trouse. Chevilles ou dents mobiles qui sont poussées hors du verrou b par les dents de la clef.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3158/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Légende Ph. 15 et 15 b. Le portail occidental de bayt ‘Abbâs, parement et contre-parement.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3158/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3158/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Légende D 4. Verrou vertical de métal, sâqiṭa
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3158/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Légende D 5. Qallâb
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3158/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende D 5 b. Détail du contre-parement d’une porte dite bâb mu’âwbar farḏ, ici à bayt al-Makkî. Encoches triangulaires, farḏ. Traverses et montants décorés d’incisions faites avec le trusquin, sẖanjal. Verrou vertical de bois, sâqiṭa.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3158/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Légende D 6. Cadenas de type ghutaymî.10
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3158/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Légende Ph. 16. Le couronnement de la porte-guichet, farẖ, percée dans la grande. Jabha de bayt al-‘Atâb, près de souk al-baqar. Taille arabe.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3158/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 715k
Légende Ph. 17. Jabha surmontée de ṭabala à bayt al-Jindarî, Q. al-Ḥarrâz.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3158/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 743k
Légende Ph. 18. Détail de jabha, bayt ‘Alî al-‘Amrî. Taille arabe. H., 22 cm.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3158/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 828k
Légende Ph. 19. Jabha du portail entre rue et cour, bustân al-Ḥayr.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3158/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Légende Ph. 20. Jabha et ṭabala à bayt al-Jawdarî.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3158/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 839k
Légende Ph. 21. Jabha à bayt Maḥbûb, datée de 918 ? [1512-3 ?].
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3158/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 896k
Légende Ph. 22. Motif de jabha évoquant le muḥashshar.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3158/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 838k
Légende Ph. 23. Détail du tympan, portail de dâr aḏ-Ḏahab, construit en 1334/1915.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3158/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540