Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’art du Bois à Sanaa

 | 
Guillemette Bonnenfant
, 
Paul Bonnenfant

Seconde partie. Les portes

Espace et franchissements

Texte intégral

1Suivons pas à pas un personnage qui viendrait de la montagne rendre visite à un riche commerçant de Sanaa.

2Il approche de la ville, entourée de remparts, et doit pénétrer par l’une des portes. Les plus importantes sont bâb al-Yaman au Sud, bâb Shu’ûb au Nord, bâb aṣ-Ṣabâḥ à l’Ouest. Premier franchissement, qui pouvait être difficile il y a quelques décennies, quand les tribus n’étaient pas sûres : les portes étaient alors fermées ou surveillées. Seule subsiste aujourd’hui la première.

  • 1 Sur le marché de Sanaa, voir notamment DOSTAL, Der Markt. Sur le statut de ḥijra, voir SERJEANT, S (...)

3A l’intérieur de la ville, le marché est un lieu de rencontre entre citadins et étrangers, entre producteurs de vivres venus du dehors et producteurs d’objets répartis dans les divers souks. Le marché est avant tout lieu d’échange commercial, Sanaa bénéficie du statut de ḥijra, mais, dans son sillage, l’échange social et le contrôle politique n’ont pas moins d’importance1.

4Sorti du marché, espace public, notre visiteur pénètre dans le domaine des quartiers, les ḥâra, qui portent tous un nom particulier, riche d’évocations sociales. Chacun a sa personnalité, commerçante ou politique, patricienne ou populaire. Déjà, notre visiteur est moins libre de circuler. Les gens du quartier forment une communauté possédant son responsable, le ‘âqil. Elle réagit aux gênes que peuvent leur causer divers intrus et pollueurs : ainsi, quand la moto envahit Sanaa, en 1975, des ruelles sont barrées pour empêcher certains flux circulatoires et recréer des touts protégés où les gens du quartier ne se sentent pas envahis. Etre « entre soi » : exigence fondamentale à Sanaa, comme ailleurs dans le monde arabe.

5Dans le quartier lui-même, toutes les rues n’ont pas la même valeur pour l’étranger qui passe : certaines sont ouvertes à tous, parce qu’elles sont des voies de passage obligé entre les quartiers, ou entre les portes de la ville et le souk. D’autres rues, par contre, à l’écart des grands cheminements urbains, sont déjà réservées aux riverains, gens ayant souvent, de longue date, des liens de parenté étroits : l’étranger est pris en chasse par de nombreux regards dissimulés derrière les shubbâk (voir ch. 3.4). S’il hésite, des enfants ou des adultes l’accostent bientôt pour lui demander ce qu’il désire, courtoisement mais fermement. Il faut alors avoir réponse prête, sinon les questions pleuvent jusqu’à l’identification des véritables mobiles de l’intrusion. Cela est encore plus vrai des impasses. Quelqu’un lance bien vite à l’étranger un « mâ fî-ḥ ṭarîq ! » : « ce n’est pas un passage, il n’y a pas d’issue » !

6Franchissons encore un seuil, marqué celui-lâ sur le sol : le portail ou la porte entre la rue, espace public, et le domaine approprié, mulk. C’est l’entrée de la maisonnée, bayt, terme désignant l’ensemble des constructions et terrains appartenant en un lieu à une famille étendue, identifié par le nom de son chef. Le visiteur entre par exemple dans le domaine d’un père vivant là avec son épouse et ses fils mariés. Cet ensemble est divisé, comme celui de la ville, en une succession d’espaces qui permettent de passer par étapes du plus public, la rue, au plus privé, la chambre à coucher. Ces espaces sont bien entendus séparés par des seuils, des franchissements, le plus souvent fermés par des portes.

  • 2 Différents ex. de bayt et de leurs occupants, situés ds leur cadre de vie (plans aux divers niveau (...)

7Il existe une véritable hiérarchie des portes que l’on peut classer selon leur localisation et leur fonction : elles marquent les limites de pièces aux fonctions différentes, de domaines plus ou moins privés, plus ou moins ouverts, plus ou moins accessibles. Le rôle de ces portes varie aussi en fonction de « qui » les franchit, homme ou femme, jeune ou vieillard, personne plus ou moins notable, plus ou moins étrangère, plus ou moins familière. Les fonctions des pièces et leur décoration seront étudiées plus en détail dans l’ouvrage collectif2. Notre propos est d’étudier ici comment les portes participent à la symbolique de l’espace intérieur par leur situation, leurs aménagements particuliers et leurs décors.

LE PORTAIL, ACCÈS À LA COUR

8Les demeures aisées, comme bayt al- Ḥâḍrî, bayt Fâẖir ou bayt Sabana, sont souvent précédées d’une petite cour ou d’un jardin. On y entrepose du bois, des ballots, on y loge parfois quelques chèvres et des volailles. On y installe souvent les cubes métalliques, hanafîya, servant de réserve d’eau avant qu’elle ne soit pompée vers d’autres réservoirs situés sur la terrasse : en effet, l’approvisionnement par le réseau urbain est intermittent. Une treille agrémente souvent la cour de ses frais ombrages. Certaines demeures sont précédées d’un véritable parc ombragé de grands arbres où s’appellent les oiseaux. Cour, jardin et parc sont protégés par un mur élevé ou des levées de terre surmontées de cactus. On y accède par un solide portail, bawwâb. La porte s’ouvre parfois dans un cadre rectangulaire (ph. 8), mais le plus souvent l’embrasure sommée d’un arc segmentaire s’inscrit dans une arcade cintrée (ph. 9 à 12, fig. E 6).

9Les portails les plus imposants précèdent le parc des grandes maisons. Ils sont fermés par des portes à deux vantaux qui mesurent jusqu’à 3,90 m de haut sur 3,20 m de large, comme le portail d’une ancienne résidence d’un fils de l’Imâm, ‘Abbâs (ph. 15 et 15 b).

Ph. 8. Autre portail de bayt Maḥbûb. Rangées de clous en étoile fixant les traverses postérieures.

LA PORTE EXTÉRIEURE DE LA MAISON, ACCÈS AU « DIHLÎZ »

10La plupart des maisons de Sanaa, cependant, s’ouvrent directement sur la rue par une porte principale qui commande l’accès à un vestibule inférieur, le dihlîz. Qu’elle communique sur la rue, la cour ou le jardin, on l’appelle « porte extérieure du vestibule », bâb ad-dihlîz al- ẖârjî (ph. 9, 10 et 11). Elle est couronnée d’un tympan percé de jours qui éclairent le dihlîz. On retrouve ainsi dans l’entrée, le couple arc / baie rectangulaire que l’on observe pour la fenêtre (fig. H 1 et H 2) et que nous avons étudié dans Les vitraux de Sanaa.

11Au portail entre rue et cour comme en bas de la maison, les portes extérieures marquent le passage de l’espace public à l’espace privé et sont d’une conception identique : elles frappent par leur aspect massif, leur système d’alerte et de défense. Elles protègent la maison des intrus, voire des agresseurs qui peuvent être violents, dans les périodes de conflits. Un heurtoir au socle sculpté permet, à qui veut entrer, d’obtenir l’ouverture après s’être fait reconnaître par les habitants de la maison qui, d’un shubbâk ou d’une fenêtre, voient le visiteur ou identifient sa voix. Le verrouillage impressionnant permet de moduler le passage selon la personnalité des visiteurs (voir ch. 2.2).

12La fonction de défense apparaît aussi dans l’inscription prophylactique ornant parfois la solive qui surmonte le linteau de pierre (ph. 9) ou qui traverse le tympan (dâr aḏ-Ḏahab, ph. 23) : il s’agit en général d’une formule religieuse appelant la bénédiction de Dieu sur la maison. Le répertoire en est donné plus loin (ch. 2.2). La porte est donc conçue d’une part pour refouler les indésirables, mais, de l’autre, pour souhaiter la bienvenue, inviter à la bienveillance et au respect ceux qui sont autorisés à entrer.

  • 3 CHELHOD, Les cérémonies du mariage au Yémen, Objets et mondes, p. 25. CHELHOD, Les cérémonies du m (...)
  • 4 MAKHLOUF, Changing Veils, p. 46-47.

13Fonction symbolique encore, dans certains rites accomplis à l’entrée de la nouvelle mariée dans la maison de son époux : au moment de franchir le seuil, la mariée foule une jambîya, le célèbre poignard yéménite, et des œufs sont cassés à son passage, gestes dans lesquels un auteur voit des rites de fécondité ou une conjuration du mauvais sort3, un autre un rabaissement symbolique du rôle de l’époux4.

14Fonction de protection, mais aussi de prestige : la richesse du décor exprime l’importance sociale du propriétaire, son rang dans la société et sa fortune. Pour être vu et apprécié des passants, le côté décoré regarde la rue et reste visible quand la porte s’ouvre : il porte le nom très significatif de wajh : c’est le « visage » de la porte (fig. E 6). Un menuisier appelle l’autre côté qafâ’ (fig. E 7), c’est-à-dire l’arrière de la tête, le mauvais côté d’un objet fabriqué, l’envers d’une chose. Ce côté porte la plupart des serrures et verrous : ainsi, la porte fait « beau visage », mais cache à l’arrière ses défenses, comme un chat qui ferait patte de velours.

  • 5 Ce terme de farẖ se retrouve au Yémen du Sud, où il désigne la porte d’entrée principale d’une mai (...)

15La grande porte serait trop lourde à manœuvrer tous les jours : une porte-guichet, farẖ ou al-awsaṭ, est percée dans la grande, jinaw, ou bâb mufarraẖ. « Le farẖ, c’est le poussin de la poule », expliquent les menuisiers5. Étroite, pas plus haute qu’un homme, parfois moins, la porte-guichet permet de mieux contrôler l’accès à l’habitation : quand on le franchit, il faut faire attention à ne pas se prendre les pieds dans la traverse inférieure de la grande porte et à ne pas se cogner le front à la jabha. Le farẖ permet l’accès à la maison, tout en laissant fermée la grande porte, solidement arrimée à la maçonnerie par de puissants verrous en bois. Le jinaw n’est ouvert qu’à certaines occasions : par exemple pour faire entrer de grosses charges ou pour célébrer une fête.

Ph. 9. Porte extérieur du dihlîz, bayt al-Ḥâḍrî.

16La grande porte est rectangulaire (H., 2,15 m à 3 m ; l., 1,30 à 1,90 m). Elle apparaît tout entière quand elle s’inscrit dans une embrasure surmontée d’un linteau en bois ou en pierre (ph. 8 et 9). Mais le plus souvent, la partie supérieure de la porte est cachée, vers l’extérieur par l’arc surbaissé qui somme l’embrasure de pierre (ph. 7 et 11). Dans le cas d’un portail à deux vantaux, le farẖ perce le plus large (ph. 1). Il ne se justifie pas dans les portes de dimensions modestes.

  • 6 Pour le Maroc, voir PACCARD, Le Maroc et l’artisanat, t. 2, p. 281 ; pour la Tunisie, REVAULT, Pal (...)
  • 7 LEWCOCK, Kuwait, p. 70 et 90. Pour Jedda et le Najd, notes personnelles ; à Riyadh, la petite port (...)

17La petite porte aménagée dans la grande se retrouve dans bien des demeures musulmanes du monde méditerranéen, par exemple au Maroc, en Tunisie et au Caire où elle est appelée khoka6. On la rencontre dans diverses régions de la péninsule Arabique comme les pays du Golfe7, mais son emploi n’y est pas aussi généralisé qu’au Yémen.

18Le dihlîz, au rez-de-chaussée, marque un espace de transition entre le monde extérieur et la maison, celui où des personnes autorisées peuvent pénétrer : transporteurs venant livrer des marchandises, bergers ramenant du bétail, porteurs d’eau, domestiques prenant en charge les montures de la maisonnée : bref, le dihlîz, c’est une zone de service pour toutes les familles de la demeure. Plusieurs portes, d’apparence souvent modestes, s’ouvrent de part et d’autre et permettent d’accéder à des écuries, des étables ou des réserves.

Ph. 10. Porche et porte extérieure du dihlîz, palais d’ar-Rawḍa.

Ph. 11. Porte extérieure du dihlîz, résidence de bustân al-Ḥayr.

Ph. 12. Porte d’entrée de bayt ‘Alî b. Ibrâhîm.

Ph. 13. Porte de dîwân à bayt ‘Abd al- Ḥamîd Muṭahhar. H., 1,7 m ; 1., 1,1 m. Assemblage à l’arabe.

LA PORTE INTÉRIEURE DU « DIHLÎZ », ACCÈS À L’ESCALIER

19A l’autre extrémité, l’espace du dihlîz est clos par une solide porte, souvent ornée et percée d’un farẖ comme la porte extérieure. Elle commande l’accès à l’escalier : c’est la « porte intérieure du vestibule », bâb ad-dihlîz ad-dâẖlî.

20L’escalier est commun aux familles qui habitent les différents étages et qui sont en général fortement apparentées. S’il est parent ou ami, le visiteur peut être invité à monter seul les escaliers, mais, s’il est inconnu, un homme ou un garçon vient le prendre en charge, le guider dans l’escalier obscur et l’aider à trouver le bon étage de la famille à laquelle il souhaite rendre visite. En montant l’escalier, le visiteur ne manque pas de prononcer régulièrement Allâh ! Allâh ! d’une voix puissante et grave, pour inviter les femmes qui pourraient s’y trouver à se voiler ou laisser libre le passage. Mais, comme dans l’impasse ou la ruelle, le visiteur reste « sous surveillance » : on guette le bruit de ses pas derrière les portes et, bien souvent, des systèmes de baies grillées permettent de suivre le cheminement du visiteur à chaque étage, éventuellement de lui parler s’il désire quelque chose ou si son comportement paraît suspect.

21Dans certaines maisons cependant, les liens entre les familles se relâchent ou des brouilles interviennent. Pire encore, une des familles peut louer à des tiers l’étage qu’elle occupe, au dam des autres occupants qui seront beaucoup moins « entre eux ». Le rôle de l’escalier change alors : sorte d’impasse verticale, il devient comparable à une ruelle et l’on y circule avec les mêmes précautions.

« BÂB AL- ḤÂJIZ », ACCÈS À L’APPARTEMENT D’ÉTAGE

  • 8 Un menuisier emploie le pluriel ḥawâjiz pour en désigner plusieurs.

22La porte palière située entre l’escalier et le vestibule d’entrée de chaque étage est appelée bâb al-ḥâjiz8. C’est le plus souvent une porte à un seul vantail massif dont le parement peu décoré est tourné vers l’escalier. Elle est rarement percée d’un farẖ, bien qu’on puisse le voir en certaines riches demeures, comme bayt al-Makkî ou bayt Fâẖir. Elle est fermée par une puissante serrure à clef. Les portes palières offrent tantôt le schéma décoratif des portes intérieures, tantôt celui des portes extérieures, comme on le verra plus loin.

  • 9 D’après KAZIMIRSKI, Dictionnaire.

23On ouvre au visiteur quand les femmes se sont voilées ou réfugiées dans les pièces voisines. Bâb al-ḥâjiz commande en effet l’accès à la ḥijra, pièce fondamentale dans la structuration de l’espace intérieur. Ses fonctions sont étudiées dans l’ouvrage collectif déjà cité. Disons brièvement ici qu’elle joue d’abord pour la famille « nucléaire » habitant l’étage un rôle de vestibule de distribution vers différentes pièces. Mais la ḥijra est beaucoup plus que cela : par ses dimensions, sa place et ses usages quotidiens, elle joue aussi le rôle d’espace collectif pour les membres d’une famille : d’une certaine manière celui de la cour dans la « maison arabe » traditionnelle. La ḥijra joue enfin le rôle d’un espace de transition. Le sens de la racine ḤJR est en effet celui d’empêcher quelqu’un d’approcher, d’interdire l’accès (première forme), de lune entourée d’un halo (2e forme), de couvrir, cacher (4e), de se réfugier chez quelqu’un (8e), se faire un enclos, une cellule (8e et 10e formes). Ces sens renforcent à l’évidence celui de bâb al-ḥâjiz : la racine ḤJZ signifie cacher, renfermer ; retenir, empêcher d’approcher (1re forme)9. Les termes ḥâjiz et ḥijra se joignent, dans la sémantique et le plan de la maison, pour marquer vraiment un seuil, le passage d’un espace encore semi-public, l’escalier qui prolonge l’impasse, à un espace vraiment privé, celui de la famille et des femmes. Il est sans doute significatif que, dans la maison ancienne de Riyadh, la porte ou le rideau appelé ḥâjiz désigne le seuil entre le domaine de réception des hommes, le majlis et ses annexes, et le baṭn al- ḥawî, la cour centrale de la maison du Najd, réservée aux femmes.

LES PORTES INTÉRIEURES, ACCÈS AUX PIÈCES PRIVÉES

24Les portes intérieures contrôlent le passage entre la ḥijra et les pièces familiales qui communiquent presque toutes avec elle : salles de réception, dîwân spacieux ou manẓar plus intime ; chambres à coucher, makân, parfois toutes petites comme les kumma ; toilettes, zûlî, maṭhar, mustarâḥ ; souvent cuisine et réserves, terrasse à usage privé, shamsîya. Depuis la ḥijra, on accède à ces pièces par une marche. Au seuil des pièces de réception et des chambres, on laisse ses souliers, ce qui marque bien le passage symbolique du seuil. Le rideau barda double souvent la porte et permet de la laisser ouverte, tout en conservant une intimité à la pièce ; si la porte est fermée, il empêche tout regard indiscret jeté à travers une fente de la porte.

  • 10 BONNENFANT, Vitraux, p. 75 : dans la première moitié du xxe s., le vitrail et la fenêtre inf. tend (...)

25Ces portes intérieures sont moins massives que les portes donnant sur la rue ou sur l’escalier. Dans l’ensemble, la hauteur d’une porte intérieure ne dépasse pas deux mètres avec son linteau, soit la moitié de l’élévation sous plafond. On retrouve le rapport 1/1, fréquent dans les percements10.

26La largeur de la porte, la richesse de son décor, le choix du côté mis en valeur ne sont pas constants. Au premier regard, pas d’uniformité. Certaines portes ont leur parement du côté de la ḥijra, d’autres du côté de la pièce desservie ; les unes s’ouvrent vers ce vestibule d’étage, les autres vers la pièce. En fait, de subtils critères jouent simultanément : l’importance du lieu mis en communication avec la ḥijra, le statut familial de qui occupe ce lieu pour logement ou réception, et enfin la vision de la porte depuis le vestibule.

27On décore particulièrement la porte qui ferme le dîwân ou le manẓar, pièces de réception d’un étage : comme la richesse des façades et de la porte extérieure, sa beauté signe le rang social des maîtres des lieux. Les plus belles portes ont un double parement (ph. 51, 56) ; mais elles sont réservées à de riches demeures et ne constituent pas la règle. Habituellement, les techniques de fabrication et les revenus des habitants ne permettent de décorer qu’un seul côté de la porte. Lequel choisir ? Notons d’abord que, en position ouverte, le côté visible change selon que le battant se rabat vers la pièce ou vers la ḥijra : si le parement regarde la ḥijra, la porte doit s’ouvrir vers la pièce pour qu’il reste apparent quand un visiteur franchit le seuil. A l’inverse, si le beau côté regarde la pièce, le battant doit tourner vers la ḥijra. Le choix du côté décoré et du sens d’ouverture dépend alors de la fonction de la pièce.

28Dans une salle de réception formelle comme le dîwân ou le mafraj, la porte ouverte montre son parement à ceux qui franchissent le seuil ; mais il importe que le beau côté reste visible si on la ferme, par exemple à la fin d’une séance de qât, pour conserver la tiédeur de l’ambiance, ou encore si la pièce est donnée comme chambre à coucher à un hôte de passage. Le menuisier est alors contraint de fabriquer une porte ayant un parement tourné vers la pièce de réception, mais ouvrant vers le vestibule. Même problème pour une chambre à coucher destinée à une personne de statut élevé dans la famille : un parement côté chambre est apprécié par celui qui y dort. Par contre, pour des portes desservant des pièces de service (réserves, toilettes, terrasses d’étages) ou des chambres habitées par des personnes de moindre statut, il est plus important que le parement soit côté ḥijra, pour être apprécié de tous, notamment des visiteurs qui goûteront la belle ordonnance du vestibule avant de pénétrer dans la salle de réception. La solution est alors de décorer la porte côté ḥijra et de la faire pivoter vers l’intérieur de la pièce desservie.

  • 11 Cette porte à 5 ou 6 bat. est appelée jamakân selon LEWCOCK, SERJEANT, Houses, dans SL, San‘â', p. (...)

29Le mafraj, pièce typique de la maison yéménite, sert de salle de réception pour tous les hommes d’une demeure, et particulièrement pour le chef de famille. Après une rude montée, quatre, cinq, six étages de marches raides, on découvre cette pièce, souvent fermée par une porte superbe. Il est fréquent de trouver, entre le mafraj et son vestibule d’entrée, de larges portes, comportant jusqu’à cinq ou six battants brisés11, parfois à double parement : elles offrent le plus beau travail du bois dans la maison (ph. 82, 87, pl. 5).

CONCLUSION

  • 12 Selon LEWCOCK, SERJEANT, Houses, SL, San’â’, p. 496, le vestibule d’entrée conçu comme une zone de (...)
  • 13 Pour une période récente p. ex., Sanaa est sévèrement mise à sac not. en 1268/1851, en 1270/1853, (...)

30Ainsi hiérarchisées, les portes de la maison ménagent des espaces de transition, véritables sas (cour ou jardin, vestibule inférieur, escalier, vestibule d’étage), permettant au maître de la demeure de remplir son devoir d’hospitalité tout en protégeant l’intimité de sa famille12. Cela lui permettait également, autrefois, de défendre au mieux la maison contre le pillage des tribus qui périodiquement envahissaient la ville13.

31L’art du bois exprime donc, de manière subtile, les structures sociales. Comme le reste de la décoration, les portes participent à la symbolique de la « gloire » de la demeure, à la défense et à l’accueil.

Porte du mafraj, éclatante au faîte de la demeure...
Ph. 14. Porte de mafraj, bayt Dalâl. Beaux décors cloutés.

Notes

1 Sur le marché de Sanaa, voir notamment DOSTAL, Der Markt. Sur le statut de ḥijra, voir SERJEANT, Sancâ’ the "Protected", Ḥijrah, SL, Ṣan‘â', p. 39-43 ; voir également CHELHOD, L’Arabie du Sud, t. 3, ch. I, et index.

2 Différents ex. de bayt et de leurs occupants, situés ds leur cadre de vie (plans aux divers niveaux, coupes, élévations, décors, mobiliers de tous types), sont étudiés ds La maison-tour de Sanaa. Plusieurs de ces maisons sont citées ici pour leurs belles menuiseries : B. Fâẖir, Ghanîma, ‘Abd al- Ḥamîd Muṭahhar, az-Zubayrî.

3 CHELHOD, Les cérémonies du mariage au Yémen, Objets et mondes, p. 25. CHELHOD, Les cérémonies du mariage, L’Arabie du Sud, t. 3, p. 247-8.

4 MAKHLOUF, Changing Veils, p. 46-47.

5 Ce terme de farẖ se retrouve au Yémen du Sud, où il désigne la porte d’entrée principale d’une maison fortifiée. Cf. DOE and SERJEANT, A fortified, p. 9. -Conformément à MINISTERE, Vocab. de Parch., nous préférons, au terme de portillon employé par certains auteurs, le terme de porte-guichet : "petite porte pratiquée dans le vantail d’une grande porte pour donner passage aux piétons" (t. 1, p. 79). Selon le Vocabulaire de l’architecture, le portillon désigne "un vantail de porte ne s’élevant que jusqu’à hauteur d’appui" (t. 1, p. 82).

6 Pour le Maroc, voir PACCARD, Le Maroc et l’artisanat, t. 2, p. 281 ; pour la Tunisie, REVAULT, Pal. et demeures de Tunis, xviii et xixe s., fig. 22 ; pour Le Caire, LEZINE, Trois pal. ott., p. 11, n. 4.

7 LEWCOCK, Kuwait, p. 70 et 90. Pour Jedda et le Najd, notes personnelles ; à Riyadh, la petite porte est également appelée hûha.

8 Un menuisier emploie le pluriel ḥawâjiz pour en désigner plusieurs.

9 D’après KAZIMIRSKI, Dictionnaire.

10 BONNENFANT, Vitraux, p. 75 : dans la première moitié du xxe s., le vitrail et la fenêtre inf. tendent à avoir la même hauteur.

11 Cette porte à 5 ou 6 bat. est appelée jamakân selon LEWCOCK, SERJEANT, Houses, dans SL, San‘â', p. 455 b.

12 Selon LEWCOCK, SERJEANT, Houses, SL, San’â’, p. 496, le vestibule d’entrée conçu comme une zone de transition, avec un double jeu de portes qu’on peut verrouiller, à l’entrée de la cour, de la rue et de l’escalier, relève d’une pratique zoroastrienne qui daterait de l’occupation perse à Sanaa.

13 Pour une période récente p. ex., Sanaa est sévèrement mise à sac not. en 1268/1851, en 1270/1853, 1322/1904, 1368/1948, sans parler des destructions qui ont résulté de la guerre civile (1382/1962 à 1390/1970).

Table des illustrations

Légende Ph. 8. Autre portail de bayt Maḥbûb. Rangées de clous en étoile fixant les traverses postérieures.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3157/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Ph. 9. Porte extérieur du dihlîz, bayt al-Ḥâḍrî.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3157/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Ph. 10. Porche et porte extérieure du dihlîz, palais d’ar-Rawḍa.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3157/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Ph. 11. Porte extérieure du dihlîz, résidence de bustân al-Ḥayr.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3157/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Ph. 12. Porte d’entrée de bayt ‘Alî b. Ibrâhîm.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3157/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Ph. 13. Porte de dîwân à bayt ‘Abd al- Ḥamîd Muṭahhar. H., 1,7 m ; 1., 1,1 m. Assemblage à l’arabe.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3157/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Porte du mafraj, éclatante au faîte de la demeure...Ph. 14. Porte de mafraj, bayt Dalâl. Beaux décors cloutés.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3157/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540