Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’art du Bois à Sanaa

 | 
Guillemette Bonnenfant
, 
Paul Bonnenfant

Première partie. Savoir-faire et création

Les techniques de décoration

Texte intégral

L’encre et les décors peints

  • 1 La fabrication d’encre à base de gomme arabique, ṣamgh, a été citée par deux artisans. Notons qu’e (...)

1Un décor linéaire qui ne manque pas de grâce orne souvent les panneaux de volets ou de portes : il se détache ton sur ton, brun foncé tirant parfois sur le noir, dessiné sur la nuance plus claire du bois (ph. 109 et 110). Il est tracé au qalam ḥalâl, ou qasab ḥalâl, « plume » en roseau de bonne venue, à l’encre midâd ; celle-ci, fabriquée à base de gomme arabique, ṣamgh, broyée et mélangée à de l’eau et d’autres ingrédients, est indélébile1. Sur les exemples précédents, un trait à l’encre souligne les contours des motifs en relief : avant de devenir ornement, il servait de guide au menuisier qui sculptait le bois. Le procédé, certainement ancien, semble aujourd’hui abandonné.

  • 1b Voir à ce sujet LEWCOCK, SMITH, SER3EANT, COSTA, The GM, SL, Ṣan‘â’, p. 337 et 343.

2Certaines portes intérieures commandant des espaces de prestige, comme les mafraj ou les dîwân, sont ornées de décors polychromes, que nous trouvons aussi sur des volets, des portes de placard et des cénotaphes. Ils s’enracinent dans une tradition locale : les témoins les plus anciens à Sanaa se trouvent probablement dans les plafonds peints de la grande mosquée dont la datation reste encore hypothétique1bL’art ottoman n’est peut-être pas étranger à l’application de la décoration peinte aux menuiseries. Elle était l’œuvre du menuisier ou d’un peintre attitré. Nous n’avons obtenu aucun renseignement sur la composition de la peinture ancienne, appelée ranj comme aujourd’hui. Les artisans utilisent maintenant des peintures à l’huile d’origine étrangère.

Les bois sculptés

3L’art du bois à Sanaa offre un riche répertoire de décors sculptés, qui vont de la simple incision jusqu’à des formes élaborées de sculpture à jour.

Les décors incisés

4Les décors incisés sont fréquents dans les maisons modestes parce que leur réalisation était rapide, donc peu coûteuse.

5Assez souvent, l’artisan embellit son œuvre d’ornements géométriques à base de cercles exécutés à la pointe sèche. Parfois, d’un ou deux traits parallèles gravés en creux, il crée une forme décorative ou un galon d’encadrement (ph. 108) ou simule un agencement de panneaux (fig. E 32). Des incisions se combinent avec la sculpture champlevé dans le remplissage des formes décoratives (ph. 21).

La sculpture sur fond levé : « naqsh » ou « qas‘ ».

6Elle s’obtient en réservant, dans la masse du bois, une épaisseur qui est le fond de la sculpture. Le décor des œuvres étudiées ne comporte que deux plans : les parties saillantes constituent le plan supérieur qui se distingue également du fond par une différence de patine. Le menuisier dessine à l’encre la composition avant de creuser avec les ciseaux à bois, maqadda et minqâb. Les artisans distinguent divers types de sculpture, opération qu’ils appellent naqsh, mais aussi qas‘.

B 1. Section de la taille arabe, naqsh ‘arbî.
B 2. Section de la taille indienne, qas’ hindî.

LA SCULPTURE DITE « MUTALLA’ »

7Le nom même de cette technique, muṭalla‘ (seconde forme de la racine ṬL‘, monter), indique que l’artisan « fait monter » le champ en défonçant la surface de bordure, shîya : le sujet apparaît alors en relief par rapport aux franges. On emploie ce procédé pour dégager dans la masse un ou plusieurs champs saillant sur un battant (ph. 101).

8Ce type de sculpture, d’une sobre élégance, est très utilisé quand l’objet à décorer n’est composé que d’une planche, mais il arrive que l’artisan emploie ce procédé sur plusieurs planches jointives (ph. 12, petite porte). Le champ ainsi sculpté peut être traité en « taille arabe » ou « taille indienne ».

LA TAILLE ARABE, « NAQSH ‘ARBΠ»

9Dans ce type de taille, qualifiée « d’arabe » par les artisans, les motifs apparaissent en relief par évidement des espaces, bayt (litt. : maison) situés entre eux. Dans le vocabulaire de la maçonnerie, bayt désigne, de la même manière, les parties creuses cernées par un galon de briques saillantes. Les motifs dégagés dans le bois présentent une section carrée ou rectangulaire, dite marbû‘ ou murabba‘ (fig. B 1). Le menuisier les obtient en enlevant le champ à angle droit à partir du dessin tracé sur le bois : la sculpture est méplate, sans modelé. Les parties saillantes occupent une surface égale ou supérieure aux parties évidées : il en résulte une impression de densité (ph. 55 et 56).

LA TAILLE INDIENNE, « QAS‘ HINDΠ»

  • 2 HERZFELD, Der Wandschmuck der bauten von Sâmarrâ, p. 10-116, Berlin, 1923. OTTO-DORN, Art de l’Isl (...)

10Comme dans la taille arabe, le motif apparaît sur un champ peu défoncé ; la différence réside dans la section du motif, qui n’est pas carrée, mais triangulaire (fig. B 2). L’artisan, expliquent les frères Nashî, enlève le bois obliquement de chaque côté du trait qui dessine le motif et qui apparaît « comme un cheveu », comme un « fil triangulaire », hit matt. Dans cette taille indienne, le décor est dit maqsû‘, parfois maṭrûḥ (de la racine ṬRḤ, rejeter, enlever) (ph. 104 et 105). On a donc un relief linéaire sur fond plat à l’inverse de ce qu’on appelle la taille oblique à défoncement linéaire, technique qui caractérise les stucs du premier style à Sâmarrâ, et aussi certains bois d’époque ṭûlûnide2. Des entailles concaves donnent parfois du modelé aux motifs réalisés en qas‘ hindî comme les rosettes de la photo 6 b.

Ph. 6 b. Exemple de taille arabe (losanges et fleurons) et de taille indienne (rosettes). Jabha au palais de l’imâm à ar-Rawḍa.

11L’exemple précédent montre que la taille indienne s’emploie seule ou combinée à la taille arabe.

  • 3 KIPLING, Punjab Woodcarving, p. 3 et pl. 4 : porte "moderne" en cèdre sculpté, Bhera, district de (...)
  • 4 PAUTY, Bois sculptés jusqu’à l’époque ayyoubide, pl. E, n° 9048.

12Quelles sont les origines de cette qualification « d’indienne » appliquée à la sculpture en qas‘ hindî ? Les artisans la considèrent comme moins ancienne que la taille arabe. Elle a été employée avec une grande maîtrise sur des ouvrages du xviiie siècle attribués à des menuisiers d’origine indienne. Sont-ils à l’origine du qualificatif « indien » ? Cette technique est effectivement pratiquée en Inde3, mais on la reconnaît dans des bois tûlûnides du iiie/ixe siècle4.

13Quoi qu’il en soit, les artisans soulignent que les deux tailles, « arabe » ou « indienne », sont appréciées l’une comme l’autre et sont exécutées par des artisans arabes. Ils ajoutent que les termes de turkî, que nous trouverons plus loin, ou de hindî, qualifient une certaine élégance dans l’exécution : on valorise le « venu d’ailleurs » tout en étant fermement attaché au patrimoine local, ‘arbî, baladî, yamanî.

Le travail en ajour

14Plusieurs procédés, plus ou moins utilisés par les artisans de Sanaa, permettent d’obtenir un décor en bois ajouré.

LA SCULPTURE À JOUR, « MUHARRAM »

15Comme pour les vitraux de Sanaa, le tahrîm désigne la sculpture à jour obtenue en découpant la matière, ici le bois. Le travail une fois effectué s’appelle muharram ; il est fréquent dans la capitale yéménite et s’est épanoui, il y a une centaine d’années, avec le développement de petits moucharabiehs sur les façades de Sanaa.

16L’artisan utilisait pour ce type de sculpture des panneaux de bois de 40 à 50 cm de large au maximum. Il dessinait d’abord le motif à l’encre sur la pièce de bois, puis commençait en perçant un trou avec le qaws ; il continuait avec la scie à guichet à lame triangulaire fine, la maqṣara ṣaghîra.

  • 5 Pour l’Iran, ORAZI, Grate lignée, fig. 124-125, grille d’albâtre à la GM d’Esfahân, iwân Sud. Pour (...)

17La surface des motifs est plate, sauf quand la sculpture à jour et la taille indienne se combinent (ph. 121), suivant une technique appliquée à certaines grilles de pierre dans l’Iran séfévide et dans l’Inde des Grands Moghols5.

  • 6 BRETON et DARLES, Shibâm, p. 83.
  • 7 MEHTA, Handicrafts, p. 51 et 55.
  • 7b En Turquie, ce procédé, appelé kesme, était peu apprécié des artisans "peut-être à cause des cassu (...)

18Le travail de type muharram, qui se retrouve dans les gracieux moucharabiehs du Ḥa ḍramawt6, atteignit un grand raffinement en Inde, aussi bien dans la pierre que dans le bois7. D’autres régions, comme la Turquie ou l’Iran, la connaissaient aussi7bb.

  • 8 BOURGOIN, Précis, pl. III-XII. Technique appelée au Caire mangûr, d’après REVAULT, Matériaux et dé (...)
  • 9 P. ex., pour les villes de la mer Rouge, voir GREENLAW, Suakin, p. 123 et sq. ; pour le Punjab où (...)

19Un procédé voisin consiste â réaliser un réseau géométrique en croisant dans un cadre, par un assemblage à mi-bois, des lattes découpées au préalable sur les bords (fig. J 3). Ce procédé, moins employé que le précédent, vient probablement du Caire où il était parfaitement maîtrisé8 ; on le rencontre dans d’autres pays musulmans, y compris le nord de l’Inde9.

LE BOIS TOURNÉ « MUHARRAṬ »

  • 10 Anglais, lathe, DOSTAL, SL, Ṣan‘â’, p. 260. All., Drehstuhl, DOSTAL, Markt, p. 83.
  • 11 BRIGGS, Muhammadan Arch., p. 210 ; MIGEON, t. I, p. 324- 325 : au Caire, mushrabiyya, au sens stri (...)

20Pour tourner le bois, les artisans utilisaient le tour, mahraṭa, qui sert encore aujourd’hui à façonner les pipes à eau10. Les éléments en bois tourné étaient assemblés pour former des moucharabiehs, comme au Caire où ils ont connu leur plus beau développement11. A Sanaa, on voit surtout des treillis à mailles carrées obtenus par un assemblage de bobines de deux types : des cubes aux angles arrondis et des pirouettes. Les pirouettes s’encastraient par deux tenons dans les cubes creusés de deux mortaises de section carrée, maḥallât murabba‘a. Certaines grilles étaient composées de balustres (ph. 113).

LA SCULPTURE D’APPLIQUE

21Le bois découpé ou même percé à jour comme dans la sculpture muharram, est appliqué sur un fond à l’aide de pointes. Ce travail, désigné par le terme de muṭabbaq, est plus rapide que la taille arabe puisqu’il n’y a pas de fond à dégager. Le bas relief ainsi obtenu semble, au premier coup d’œil, exécuté en champlevé, mais l’effet n’atteint pas la vigueur de la sculpture effectuée dans le vif du bois (ph. 41 et 71).

22Les mosaïques de bois résultent d’un procédé analogue, bien que le terme muṭabbaq ne soit pas employé à leur sujet. Des pièces de bois, quṭ’a, sont taillées en forme de polygones. Un menuisier les appelle sambûsa, comme les petits beignets triangulaires farcis d’un hachis de viande ! L’artisan fixe d’abord les baguettes, ‘amûd, dans des rainures creusées dans le support, puis il remplit de ces sambûsa les espaces laissés vides. L’ensemble est dit mu‘abbâ ( ?) ta‘bîya ( ?) et donne un décor réticulaire (ph. 69). Ce décor de placage est évidemment plus simple à obtenir que les structures géométriques réalisées avec de petits panneaux assemblés par leurs rainures, technique peu pratiquée à Sanaa, nous semble-t-il.

Les incrustations

23Les quelques beaux exemples de portes présentant un travail d’incrustations ou de marqueterie ne sont pas considérés comme un travail yéménite, mais semblent l’œuvre d’artisans indiens.

  • 12 POPE, Persian Art, t. VI, p. 2620, n. 2.

24Les incrustations rehaussent un bois sculpté (ph. 85) ou lisse (ph. 78). La nacre, ṣadaf baḥrî, est l’une des matière insérées ; un bois incrusté de nacre est dit muṣaddaf. On utilise encore l’ivoire, ‘âj, le verre et une ou deux essences de bois qui contrastent par leur couleur avec le support en tunub. Nous n’émettons que des suppositions sur leur origine. La nacre pouvait provenir de la mer Rouge où proliférait une variété dite black lip ; quant à l’ivoire, son origine était peut-être l’Inde ou Zanzibar qui approvisionnait l’Iran ; des voyageurs attestent que le travail d’incrustations s’y pratiquait au xve siècle12. L’influence du monde indo-iranien a probablement été déterminante (voir ch. 2.5).

25Les artisans dessinaient d’abord sur le support le contour des motifs à réaliser. Puis, dans les cavités pratiquées selon le dessin, ils introduisaient les pièces à incruster, qut’a, ou encore mudahhala, dont l’épaisseur était égale à la profondeur des alvéoles pour que la surface des incrustations soit dans le même plan que celle du support. Les pièces étaient serties (litt. : ensevelies, racine DFN), avec une colle, ma’jûn (litt. : pâte) ou ‘aqab. Sur la fabrication de cette colle et des colles à bois en général, les informations varient et sont douteuses. Selon les uns, on utilisait la sécrétion de l’intestin d’un veau nouveau-né. Pour les autres, la colle, gharâ’, était extraite des cuirs de bovidés après tannage, à l’aide d’eau bouillante ; après séchage, on obtenait une poudre qui, mélangée avec de l’eau tiède, fournissait une colle très résistante. Pour certains enfin, on employait une colle fabriquée en pétrissant une céréale broyée avec de l’eau.

26Parfois les incrustations sont cernées d’un trait noir qui servait peut-être à dessiner la composition. Un menuisier appelle ṣabgha cette teinture et ajoute qu’elle provenait de grenades qu’on brûlait et qu’on pulvérisait. Certains bois étaient colorés ou ombrés, mais nous ignorons par quel procédé.

  • 13 RAMOND, La marqueterie, p. 87.

27Un véritable travail de marqueterie est réalisé quand les matières insérées, bois, nacre ou ivoire, recouvrent toute la surface du support (ph. 88 et 89) suivant la technique appelée en Europe tarsia certosina, « procédé mixte dérivé de la sculpture qui consiste à creuser des cavités dans un panneau massif pour y rapporter des éléments découpés »13. La marqueterie ne s’y distingue du travail d’incrustations que par la densité des morceaux incrustés dans le support. On ne connaissait pas à Sanaa, semble-t-il, le procédé de placage assemblé élément par élément et couvrant totalement le champ défoncé du panneau.

28Avant d’étudier comment les techniques précédentes ont été appliquées aux portes et menuiseries de fenêtre, nous dresserons l’inventaire des motifs décoratifs qui inspiraient les artisans dans leur œuvre créatrice.

Ph. 7. Ordonnance fréquente du portail en pierre, ouvrant sur cour ou jardin : le portail de bayt ‘Abd Allah al-Jindarî. H. de la porte, 2,23 m ; 1., 1,52 m. Le texte de la page ci-contre y est gravé.

Ph. 7. Ordonnance fréquente du portail en pierre, ouvrant sur cour ou jardin : le portail de bayt ‘Abd Allah al-Jindarî. H. de la porte, 2,23 m ; 1., 1,52 m. Le texte de la page ci-contre y est gravé.

Arrête-toi devant une porte généreuse !
Chaque fois qu’on y frappe avec de bonnes intentions, elle est ouverte !

Notes

1 La fabrication d’encre à base de gomme arabique, ṣamgh, a été citée par deux artisans. Notons qu’elle entre dans la plupart des recettes d’encre données par MASSOUDY, Calligraphie, pp. 28-31.

2 HERZFELD, Der Wandschmuck der bauten von Sâmarrâ, p. 10-116, Berlin, 1923. OTTO-DORN, Art de l’Islam, p. 88, 91, fig. 43 ou PAUTY, Bois sculptés jusqu’à l’époque ayyoubide, pl. E, n° 9049.

3 KIPLING, Punjab Woodcarving, p. 3 et pl. 4 : porte "moderne" en cèdre sculpté, Bhera, district de Shalipur, Punjab ; les motifs de cette porte présentent "une section en V".

4 PAUTY, Bois sculptés jusqu’à l’époque ayyoubide, pl. E, n° 9048.

5 Pour l’Iran, ORAZI, Grate lignée, fig. 124-125, grille d’albâtre à la GM d’Esfahân, iwân Sud. Pour l’Inde, BURCKHARDT, Art of Islam, pl. 46, claire-voie de marbre, tombe de Shaykh Salīm Chisti à Fatehpur Sikri.

6 BRETON et DARLES, Shibâm, p. 83.

7 MEHTA, Handicrafts, p. 51 et 55.

8 BOURGOIN, Précis, pl. III-XII. Technique appelée au Caire mangûr, d’après REVAULT, Matériaux et décors, dans MAURY et autres, Pal. et maisons du Caire, t. Il, p. 350-353.

9 P. ex., pour les villes de la mer Rouge, voir GREENLAW, Suakin, p. 123 et sq. ; pour le Punjab où ce travail analogue à celui du Caire est appelé pinjra, voir KIPLING, Punjab Woodcarving, p. 3.

10 Anglais, lathe, DOSTAL, SL, Ṣan‘â’, p. 260. All., Drehstuhl, DOSTAL, Markt, p. 83.

11 BRIGGS, Muhammadan Arch., p. 210 ; MIGEON, t. I, p. 324- 325 : au Caire, mushrabiyya, au sens strict, désigne une grille en bois tourné. REVAULT, Pal. et maisons, t. II, pp. 354-359.

12 POPE, Persian Art, t. VI, p. 2620, n. 2.

13 RAMOND, La marqueterie, p. 87.

Notes de fin

1b Voir à ce sujet LEWCOCK, SMITH, SER3EANT, COSTA, The GM, SL, Ṣan‘â’, p. 337 et 343.

7b En Turquie, ce procédé, appelé kesme, était peu apprécié des artisans "peut-être à cause des cassures qui se produisaient souvent dans les parties étroites et faibles des motifs où le sens des fibres du bois est contraire à celui de la coupe" (ARSEVEN, Arts turcs, p. 195-197). En Iran, le procédé est appelé mosabbak (WULFF, Crafts of Persia, p. 97-98, fig. 145). Il a été employé dans les grilles du palais ‘Âlî Qâpû seulement pour exécuter les motifs de bordure ; la composition centrale était exécutée avec un assemblage de baguettes (voir ORAZI, Grate lignee, p. 93, fig. 163, 165-168). Noter la parenté de ce terme mošabbak avec le mot yéménite de shubbâk étudié plus loin

Table des illustrations

Légende B 1. Section de la taille arabe, naqsh ‘arbî.B 2. Section de la taille indienne, qas’ hindî.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3154/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 6,3k
Légende Ph. 6 b. Exemple de taille arabe (losanges et fleurons) et de taille indienne (rosettes). Jabha au palais de l’imâm à ar-Rawḍa.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3154/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Titre Ph. 7. Ordonnance fréquente du portail en pierre, ouvrant sur cour ou jardin : le portail de bayt ‘Abd Allah al-Jindarî. H. de la porte, 2,23 m ; 1., 1,52 m. Le texte de la page ci-contre y est gravé.
Légende Arrête-toi devant une porte généreuse !Chaque fois qu’on y frappe avec de bonnes intentions, elle est ouverte !
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3154/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540