Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’art du Bois à Sanaa

 | 
Guillemette Bonnenfant
, 
Paul Bonnenfant

Première partie. Savoir-faire et création

Matériaux, outils et techniques

Texte intégral

Les matériaux

LE TUNUB, PRINCE DES BOIS ET BOIS DES PRINCES

1Les bois utilisés par les menuisiers de Sanaa sont divers, mais aucun n’égale, pour l’artisan de la capitale, le bois de ṭunub, dont la louange est ainsi chantée par Aḥsan Qâsim, un uṣṭâ menuisier reconnu comme un des plus grands par ses confrères : « Le bois de ṭunub est très particulier. Il dure des centaines d’années sans s’altérer. Les vers ne l’attaquent pas ; l’humidité n’a pas prise sur lui, pas plus que le soleil, car sa structure est comme un tissage. Si tu en fais une porte exposée à l’eau, elle s’ouvre toujours bien au fil des siècles ».

2Bien d’autres témoignages cautionnent cet enthousiasme. « Le ṭunub yéménite, c’est le meilleur bois qui soit ! Ni l’eau, ni le soleil, ni l’air ne l’altèrent ! Il ne gauchit pas ! Pas comme tous ces bois d’importation, ceux des Indes ou le sapin d’Europe ! ». Ou bien encore : « Il n’y a pas mieux que lui ! Non seulement il est très solide, mais il donne un bel aspect au travail ! Les années ne l’affectent pas, il ne gauchit même pas à l’humidité ! Et rien de mieux pour la découpe et la sculpture, il ne se fend pas sous l’outil ». Un autre menuisier ajoute : « Il est très résistant à l’eau bouillante dont les femmes arrosent les vieilles portes pour tuer les petites araignées qui se nichent dans les sculptures ! »

3Le ṭunub (nom latin : Cordia abyssinica) est un bel arbre pouvant atteindre une trentaine de mètres de hauteur. Son tronc à l’écorce gris argent évoque un peu une bouteille et peut atteindre, pour des individus plusieurs fois centenaires, « sept ou huit » empans de diamètre (1,4 m). Comme il a été abondamment exploité depuis 1970, on le trouve surtout, actuellement, sous forme de rejets, en petits troncs de 10 à 15 cm de diamètre appréciés dans les villages pour fournir des linteaux et du bois de charpente qui ne pourrira pas avec le temps.

  • 1 Notes pers. et LEWCOCK, SERJEANT, Houses, SL, Ṣan’â’, p. 482, note 34.

4Il a besoin pour prospérer de pluies suffisantes et d’un climat chaud et humide : on le trouve généralement associé au caféier, dans des fonds de wâdî bien protégés des vents, sur les pentes de l’escarpement, entre 1 000 et 2 500 m d’altitude, notamment dans les deux Ḥayma, au pied du Jabal Banî al-‘Awwâm, dans les régions de Ḥajja et al-Maḥwît1.

  • 2 Nous retrouvons donc là l’usage encore pratiqué en bien des campagnes françaises d’abattre le bois (...)
  • 3 Mais d’autres raisons, d’ordre esthétique, doivent jouer. Cf. l’ouvrage par BONNENFANT G. et P., D (...)

5On abattait l’arbre de préférence au cinquième mois du calendrier agricole en usage au Yémen, sinon à la fin du mois lunaire2. Après la coupe, on le laissait sécher sur place un ou deux ans, pour qu’il soit plus léger : il s’agissait en effet de le transporter sur son lieu d’utilisation, et le poids comptait beaucoup. On le débitait donc en nombreuses billes, qudma, de 1,7 m à 2,1 m de longueur, rarement plus, pour ne pas surcharger le dromadaire et le laisser manœuvrer sur les sentiers souvent vertigineux reliant aux hautes terres les villages de l’escarpement. Certains menuisiers expliquent ainsi que les portes yéménites n’ont que rarement plus de deux mètres de hauteur3. Avec les vieux outils d’autrefois, le minshâr et le jâzil, l’abattage et le débitage en billes pouvaient prendre une dizaine de journées, épuisantes dans la chaleur moite des wâdî...

6Après séchage, on chargeait les dromadaires, une bille de chaque côté. La charge, ḥaml, se divisait ainsi en deux waṣla. Les plus beaux ṭunub pouvaient fournir, affirment les artisans, jusqu’à une centaine de charges, entre le tronc et les branches.

  • 4 NIEBUHR, Travels, vol. 1, p. 375.
  • 5 DOSTAL, Market, SL, Ṣan‘â’, p. 253-254.

7Pour toutes ses éminentes qualités, le bois de ṭunub revêtait une grande importance pour les menuisiers de Sanaa. La concurrence était vive pour s’en procurer et sa rareté croissante en faisait monter le prix. Déjà au xviiie siècle, Niebuhr signalait sa rareté et son prix élevé4. Du temps de l’imâm, les principaux marchés où il se vendait étaient les souks de Bâjil, al-Ḥayma et ‘Amrân. Après la révolution de 1962, sa commercialisation fut assez importante pour être réglementée. Par une décision prise ensemble à la mosquée du Mahdî [‘Abbâs], lieu fréquent de réunion pour eux, les menuisiers déclarèrent [vers 1974 ?] qu’il était obligatoire de rassembler les troncs de ṭunub apportés à Sanaa dans deux dépôts, l’un situé à Sanaa [c’est-à-dire la ville ancienne], l’autre à Bâb al-Balaqa [porte du quartier de Bi’r al-’Azab]. A l’arrivée des troncs, le ‘âqil des menuisiers devait se rendre au dépôt, accompagné de deux garants choisis par les artisans. La fixation du prix s’opérait avec le vendeur. Le bois de ṭunub était ensuite distribué entre les menuisiers, à chacun selon ses besoins si l’offre était suffisante, ou en parts dans le cas contraire. Aucun menuisier n’avait le droit d’acheter avant l’arrivée du ṭunub dans les deux dépôts, ni même dans d’autres villes et, en cas d’infraction, il risquait 500 riyâls d’amende et une semaine de prison. Le soin de faire respecter ces décisions était confié au ministère de l’intérieur, après aval du ministère de l’approvisionnement. Ces presciptions montrent l’importance qu’avait le ṭunub pour les artisans, puisqu’elles visaient, en réglementant le marché, à instaurer une concurrence loyale entre artisans5. Etaient-elles tombées en désuétude en 1985 ? A cette date, les menuisiers qui avaient besoin de ṭunub se rendaient eux-mêmes dans les montagnes pour en chercher.

  • 6 Nom latin : Mimosa gummifera, d’après SERJEANT, SL, Ṣan‘â’, p. 596 b.

8Pour les portes extérieures, un bois fréquemment utilisé était une variété d’acacia, ṭalḥ, très répandu au Yémen6. Sa robustesse le recommandait pour de larges portes, qu’il fallait solides pour résister aux assauts des pillards, mais qui ne requéraient pas une finition très soignée. Pour des usages plus raffinés, on ne l’aimait pas à cause de sa fâcheuse propension à éclater d’un bout à l’autre dès que l’artisan y enfonçait une pointe. On le travaillait quand il était encore vert, car une fois sec, il était trop dur. Mais ce défaut le faisait justement apprécier pour la fabrication de charrues. Pour les portes extérieures, les artisans employaient également le bois de jujubier, ‘ilb, quand ils pouvaient trouver des billes assez longues, ou encore du sayyâl, variété d’acacia. Ils appréciaient également beaucoup le bois de ḥumar, si dur que le plomb des fusils ne pouvait le transpercer ; il grandit dans les mêmes conditions climatiques que le caféier ou le ṭunub.

  • 7 Naḍâr, nom yéménite du tamaris, d’après Dan Varisco que nous remercions pour les noms latins donné (...)
  • 8 En Arabie Saoudite, dans le Najd, nous avons vu des portes et surtout des poulies de puits exécuté (...)

9Le bois de tamaris, naḍâr7, servait pour les serrures à cause de sa solidité : « Son fil est dur comme le fer, mais en même temps c’est un bois très léger. Son aspect blanc un peu brillant est apprécié, et plus encore sa résistance à l’usure, au temps et aux vers du bois ». Outre les serrures, on en faisait des pièces délicates à sculpter, comme des cuillers, des pilons et des mortiers8. Les maçons l’emploient encore beaucoup pour des linteaux, mardam, soutenant la maçonnerie ; ils en tirent aussi des poutres pour le plafond des pièces.

  • 9 Nom latin : Prunus armeniaca.
  • 10 Nom latin : Pyrus communis.
  • 11 Nom latin : Juglans regia.

10L’abricotier, barqûq9, est employé pour des pièces destinées au tournage, celles qui exigent un bois très dur, en particulier pour le corps et les embouts des pipes à eau, madâ‘a, tournés également en bois de grenadier, de poirier, ‘ambarûd10 et de noyer, jawz11. Mais ces essences n’étaient pas retenues pour la menuiserie courante. Du bois de noyer, on refaçonnait aussi des crosses de fusil cassées. Pour les fourreaux de jambîya, on fait toujours appel au qur‘ qui supporte bien d’être fortement aminci ; mais ce n’est pas un travail de menuisier. Le bois de pistachier, fasdaq, et de mûrier, tût, sert à fabriquer les pieds et traverses des banquettes utilisées dans la Tihâma. Le bois de shalhot, enfin, « dur comme l’acier », est réservé aux endroits très exposés à l’humidité, comme les toilettes, car il n’en est pas affecté.

L’HUILE DE MOUTARDE

  • 12 Une pratique analogue existait en Iran au début du xixe s. : cf. OLEARIUS A., Voyage de Moscovie e (...)
  • 13 Hardal : Brassica campestris, d’après LEWCOCK, SL, Ṣan’â’, p. 293.

11Avant l’invasion du marché par les peintures à l’huile industrielles, les habitants soigneux de Sanaa entretenaient et embellissaient leurs menuiseries avec l’huile appelée ṣalîṭ at-tartar12, extraite de la minuscule graine de la moutarde, hardal, qui pousse sur les hautes terres yéménites13. En 1984, les gens de tribu qui la cultivaient l’apportaient au vieux pressoir situé près de Bâb ai-Yémen, où le propriétaire l’achetait à la mesure, mikyâl. La graine était broyée à l’aide d’une meule actionnée par un dromadaire. Avec d’autres huiles, l’huile ṣalîṭ at-tartar était utilisée autrefois pour l’éclairage. En 1984, elle était vendue fort cher (40 riyals pour 75 cl) aux gens qui la regardaient comme un remède contre les rhumatismes, les maladies de peau et la calvitie. Elle est encore parfois employée pour enduire les menuiseries qu’elle protège de l’humidité, de la pluie et du soleil. Le bois prend alors une agréable couleur dorée : l’effet est comparable à celui que produit l’huile de lin en Europe, en plus satiné peut-être.

12Une autre huile, utilisée parfois pour l’entretien du bois, mais surtout pour l’alimentation, est l’huile de sésame, sam-sam ou jiljilân, qui prospère dans la Tihâma. Le vieil uṣṭâ as-Sayrâfî nous a raconté qu’on obtenait une huile de moindre qualité avec les noyaux d’abricots.

13Ce même vieillard nous a également raconté qu’autrefois, certains artisans gardaient le secret d’une teinture qui ne se gâtait pas durant des centaines d’années. Pour sa fabrication, ils utilisaient notamment les déjections des bêtes de somme, recueillies dans les ḥarr, au bas des maisons... Nous n’avons pu en savoir davantage.

  • 14 Nous avons encore vu, en 1983, fabriquer du goudron pour enduire des portes, et des huiles pour so (...)

14Il semble que le goudron, qaṭrân, obtenu par distillation du bois des montagnes, n’est plus en usage depuis longtemps à Sanaa : on l’associe aujourd’hui à une technique ancienne et villageoise, quelque peu rustique. On ne goûte pas non plus sa couloir noire intense, jugée détestable. Pourtant certaines portes anciennes pourraient bien avoir été traitées de cette manière : leur couleur très sombre, légèrement brillante, offre le même aspect mystérieux que des portes ou des volets récemment traités au goudron, dans le Bilâd Ghâmid d’Arabie Saoudite par exemple14.

15Dans les années 1970, certains utilisaient de l’huile de vidange d’automobiles pour enduire leurs portes ou leurs volets... Il semble que cette fâcheuse habitude se soit perdue.

L’outillage

  • 15 RORET-NOSBAN, Menuisier en bâtiment. Paris, Laget, 1977.

16Les menuisiers de Sanaa utilisaient, jusqu’à une date récente (1970 environ), un outillage à main que les machines ou les outils d’importation ont supplanté dans tous les ateliers : c’est pourquoi nous ne pouvons pas, à notre grand regret, détailler davantage le mode d’emploi des outils sommairement décrits ici. Nous avons adopté, pour leur classement méthodique, les divisions d’un manuel français classique de menuiserie, le « Roret-Nosban »15.

FIXATION

  • 16 LANDBERG, Arabie mérid., vol. 1, texte "Le menuisier", p. 343, donne ‘arâsh pour "étable" (sic) : (...)

17Pour travailler ses pièces de bois, le menuisier de Sanaa les pose parfois sur un établi, dont nous n’avons pu savoir le nom16, de même que nous ne savons rien sur les noms locaux des griffes, valets et presses, s’ils existaient.

18Mais il arrive fréquemment que l’artisan travaille assis par terre, la pièce à façonner calée entre ses jambes repliées, ses pieds ou ses orteils, comme nous l’avons souvent vu faire (ph. 3).

DÉBIT

  • 17 En anglais, frame saw, DOSTAL, SL, Ṣan‘â’, p. 261. Ail., Rahmensage, DOSTAL, Markt, p. 80.

19On ne voit plus, au souk de Sanaa, la grande scie, minshâr17. Elle avait l’aspect général d’un cadre de bois en forme de rectangle (fig. A 1). La lame joignait le milieu des petits côtés, où elle pouvait être plus ou moins tendue par l’usage de deux coins opposés (fig. A 2).

A 1. La scie à débiter, minshâr.
A 2. Détail du montage de la lame sur le cadre.

  • 18 18 GERARD Bernard, Yémen, Boulogne, Delroisse, nd, [1974 env.], p. 79.

A 3. Ouvriers débitant un tronc à la scie minshâr1188.

  • 20 20 NIEBUHR, Voyage en Arabie, t. II, sect. XXVIII, pl. IV, C. Une pratique iranienne analogue a été (...)

Ph. 2. Le débitage d’un tronc à la scie minshâr, vu par Carsten Niebuhr à la fin du xviiie siècle2200.

  • 18 GERARD Bernard, Yémen, Boulogne, Delroisse, nd, [1974 env.], p. 79.

20De grandes dimensions, puisqu’elle pouvait mesurer environ 1,20 m de long sur 0,6 de large, elle permettait de débiter une bille d’arbre dans la longueur. Actionnée par deux hommes qui la tenaient chacun par deux poignées, elle était encore utilisée vers 1970, comme l’atteste une photo reprise sur la figure A 318. Mais le diamètre des billes qu’elle pouvait débiter était limité à 60 cm, à cause des deux pièces parallèles à la lame.

21Il existait donc, pour les pièces de bois plus grosses, une scie de type passe-partout, jâzil, souvent prononcé djâzel, également actionnée par deux hommes, tirant chacun sur une poignée de bois, ‘ûdî, fixée à la lame forgée en forme d’anneau, huzqa. Outre la différence de montage, le minshâr et le jâzil se distinguaient par la coupe : le minshâr n’attaquait que dans un sens, le jâzil à l’aller et au retour de la lame.

  • 19 Nous avons relevé ce terme de tanj pour la coupe en long des plaques d’albâtre. Voir : BONNENFANT, (...)
  • 20 NIEBUHR, Voyage en Arabie, t. II, sect. XXVIII, pl. IV, C. Une pratique iranienne analogue a été r (...)

22Pour ce sciage en long, les pièces de bois, qudma, étaient posées au creux central d’un gros bloc de pierre évidé, le ṭanj19, et des cales de bois, ujan, wajan, permettaient de l’assujettir solidement (fig. A 3). C’est le procédé que nous ont cité les artisans interrogés. Mais il existait autrefois un autre système, comme l’atteste la gravure (ph. 2) reproduite de Niebuhr20 : deux pièces de bois constituaient avec le tronc à débiter une sorte de trépied. Nous voyons sur la gravure deux ouvriers utilisant le minshâr, l’un assis par terre, l’autre sur une sorte de tabouret à deux pieds, les jambes de l’ouvrier assurant l’équilibre.

23Avant d’attaquer la bille de bois, les ouvriers y traçaient des repères, hîṭ, littéralement des « fils » : c’était tout un art que de ne pas dévier pour obtenir une planche sans défaut ! La bille, qudma, mûna, était ainsi débitée en divers types de planches (fig. A 4).

A 4. Noms des planches débitées d’un tronc

24Les plus appréciées pour leur largeur, leur solidité et la beauté du fil étaient celles du centre, planches appelées « cœur », qalb. D’après les artisans, les plus larges pouvaient atteindre sept ou huit empans, shibr, soit 1,60 m, ce qui paraît un maximum, si l’on imagine la peine de couper de telles pièces au passe-partout ! Si l’arbre était très gros, une dizaine de qalb pouvaient ainsi être extraites du cœur, en planches de 25 à 40 mm d’épaisseur. C’étaient ces planches que le menuisier utilisait pour des panneaux sculptés ou les assemblages prestigieux.

25- Quand on s’éloigne du diamètre de la bille, les planches découpées, farda, présentent une face plane, le « visage », wajh. L’autre face possède une partie arrondie correspondant à la circonférence de l’arbre : planches moins avantageuses car il y a de la perte si l’on supprime ces parties amincies par la courbe. La farda peut mesurer de deux à quatre empans de largeur.

26- Quand le coup de scie approche de la tangence, les planches découpées présentent sur une face une large partie arrondie, mabrûm, voire la totalité pour la dernière planche : ce sont les zahr, correspondant aux « avant-planches » des scieries françaises.

  • 21 Angl. : foxtail saw, DOSTAL, SL, Ṣan‘â’, p. 260. AU., Fuchsschwanz-Säge, DOSTAL, Markt, p. 83.
  • 22 Angl., fretsaw, DOSTAL, SL, Ṣan’â’, p. 260. All., Stichsäge, DOSTAL, Markt, p. 83.

27Une fois le tronc débité en qalb, farda et zahr, le menuisier coupait ces planches à la longueur désirée en utilisant une sorte de scie égoïne, maqsara, de 40 à 60 cm de longueur (fig. A 5)21. Une autre scie de même type, mais plus courte, maqsara saghîra, pouvait être employée : la « scie à guichet »22. La courte lame (20 cm environ) avait une forme triangulaire (fig. A 6). Très effilée, elle permettait notamment de découper des motifs décoratifs à l’intérieur de panneaux, pour la sculpture à jour.

  • 23 Angl., broad saw, DOSTAL, SL, Ṣan’â’, p. 261. All., Breitsäge, DOSTAL, Markt, p. 80.

28Pour certains travaux, le menuisier utilisait la tahrîqa23, scie à placage de forme rectangulaire (fig. A 7).

  • 24 Nom latin : Breonadia salicina.

29Le manche, nuṣâb ou yadd, parfois mamsak, de tous ces outils était en bois de tamaris, naḍâr, apprécié pour ses qualités de façonnage aisé, de solidité et de légèreté. On utilisait également le bois de dârih24. L’acier des lames était travaillé au souk des forgerons, à Sanaa. Après en avoir façonné la forme générale, le forgeron y taillait les dents, asnân, à l’aide de limes à métaux, en inclinant les dents soit d’un côté, soit de l’autre.

A 5. Maqṣara, sorte de scie égoïne.
A 6. Maqsara ṣaghîra, scie à guichet.
A 7. Tahrîqa, scie à placage.
A 8 et A 9. Qaṭṭûm, herminette.

LE CORROYAGE

  • 25 BONNENFANT, Vitraux, p. 62.

30Le corroyage, qui a pour but de donner aux pièces de bois leurs dimensions définitives, pouvait se faire à Sanaa à l’aide de l’herminette, qattûm (fig. A 8 et A 9), sorte de piochon dont le tranchant est perpendiculaire au manche. Aujourd’hui, il sert encore à la taille des pierres, mais plus au travail de l’albâtre25.

  • 26 Angl., plane, DOSTAL, SL, San‘â’, p. 261. All., Hobel, DOSTAL, Markt, p. 80.

31Cependant, l’essentiel du corroyage était pratiqué à Sanaa avec le rabot, mamshaq26, employé aussi pour creuser des feuillures. Sa longueur ne dépassait pas une vingtaine de centimètres (fig. A 13). Il semble que la « varlope », nom français du long rabot muni d’une poignée, était inconnu au Yémen, de même que le riflard, rabot à dégrossir, muni d’une lame au tranchant arrondi pour enlever de gros copeaux sans trop de peine.

MESURE ET TRAÇAGE

  • 27 Pour les mesures utilisées au Yémen, voir SL, Ṣan‘â’ index.

32Pour la mesure, le menuisier utilisait en général l’empan, shibr. Rappelons que l’empan est la distance du bout du pouce au petit doigt très écartés, soit 20 cm environ au Yémen27. Mais les mesures « de report » étaient fréquentes : quand un qabîlî venait à Sanaa commander une porte, il se munissait d’une ficelle où il avait fait trois nœuds : du premier au second, c’était la largeur qu’il voulait pour sa porte ; du second au troisième, c’était sa hauteur ! La baguette, ‘ûd, est encore utilisée : on prend la mesure en incisant la baguette avec l’ongle, puis on la reporte sur l’objet à tracer.

33Le menuisier utilisait comme règle la maṣṭara. Pour tracer les portes, il utilisait une grande équerre, appelée aussi mastara, de fabrication yéménite, dont les branches mesuraient environ 80 cm de longueur. L’équerre ordinaire se nomme zâwiya.

34La shawzaqa est une équerre permettant de tracer les coupes à 45° (fig. A 12) : par exemple, pour insérer un panneau dans un cadre, celui-ci doit être découpé à 45° aux angles du panneau. La coupe s’appelle mshawzaqa, la pièce de bois ainsi travaillée mushawzaq.

35Comme pour le dessin des vitraux, on utilisait le compas à pointe sèche, bîkâr, aux diverses dimensions. Il était fabriqué à Sanaa.

36Autre outil à pointe sèche, le shanjal, constitué d’un corps dans lequel coulisse une baguette munie d’une pointe sèche qui lui est perpendiculaire. La baguette peut être assujettie dans le corps en un point souhaité par une petite cheville oblique que l’on enfonce à force. Le shanjal, comparable au trusquin, permet de tracer rapidement un trait à une distance égale du bord de la pièce, par exemple sur tout le pourtour d’un panneau dont on veut sculpter le centre.

A 10 et A 11. Mashrama, rapes rectangulaires et semi-rondes.

A 12. Zâwîya, équerre à 45e.

A 13. Mamshaq, rabot.

A 14. Bouvet yéménite.

A 15. Rabot à chanfreiner.

A 16 et A 17. Minqâr, ciseaux à bois.

A 18 à A 20. Maqadda malwîya, gouges.

Ph. 2 b. Un rabot d’origine turque. Noter les guides à pas de vis en bois.

L’OUTILLAGE À CREUSER ET À PERCER

37Les artisans menuisiers de Sanaa utilisent au moins deux sortes de ciseaux :

  • 28 Angl., chisel, DOSTAL, SL, Ṣan‘â’, p. 260. All., Stemmeisen, DOSTAL, Markt, p. 83.

38Le minqâr28, est un ciseau à bois dont le manche est presque aussi long que la lame aplatie (fig. A 16 et A 17, reprises de Dostal). Le minqâb est un autre nom du ciseau.

39La maqadda constitue une autre sorte de ciseau, tandis que la maqadda malwîya désigne la gouge, ciseau à section cintrée, dont il existe des modèles aux diverses dimensions (fig. A 18, A 19 et A 20).

40En travaillant avec ces outils, comme avec le rabot, le menuisier prend bien garde à respecter le fil du bois, sha‘ra, pour qu’il ne se hérisse pas et pour que la pièce reste lisse et belle. Le ṭunub, travaillé par des mains maladroites, rougit et perd son bel aspect quand on le prend à contre-fil.

  • 29 Il s’agit à l’évidence de la même racine, ḤFR, creuser, avec interversion de lettre pour l’outil.

41Pour préparer les assemblages et creuser les rainures où s’inséreront les vitres, le menuisier utilise un bouvet (fig. A 14), sorte de rabot spécialisé dans le façonnage de rainures et de languettes. La rainure ou feuillure s’appelle ḥafr, tandis que l’outil, confectionné par l’artisan lui-même, se nomme mafḥara29.

42La photo 2 b présente un rabot muni de vis en bois, qulâṣ, qui permettaient de calibrer exactement l’emplacement d’une rainure. D’origine ottomane d’après son propriétaire, il était actionné par deux ouvriers à la fois.

43Nous avons également observé une sorte de rabot muni d’une lame permettant de chanfreiner l’arête d’une pièce de bois en lui imprimant un dessin à une ou deux courbes (fig. A 15).

  • 30 Chantourner : tailler des bois courbes à partir d’un calibre.
  • 31 La pièce cintrée s’obtient à partir d’un calibre ou sous l’action du feu, de l’eau chaude, de la v (...)

44Nous n’avons pas vu ni entendu parler d’outillage de chantournage30 ou de cintrage31, ce qui ne veut pas dire qu’il n’existait pas.

  • 32 Angl., rasp, DOSTAL, SL, Ṣan‘â’, p. 261. All., Raspel, DOSTAL, Markt, p. 83.
  • 33 Angl., flat file, DOSTAL, SL, Ṣan’â’, p. 261. All., Flachfeile, DOSTAL, Markt, p. 83.

45Pour les ajustages et les finitions, le menuisier commençait par dégrossir à l’aide d’une série de râpes à bois, mashrama32, de section rectangulaire ou en segment de cercle (fig. A 10 et A 11, d’après Dostal). Pour affiner, il utilisait des limes mabrad33, dont il existe un modèle à section triangulaire, le mabrad matt. La râpe cylindrique dite « queue de rat » s’appelle kûra. Ces outils étaient forgés au souk de Sanaa jusqu’à une date récente : 1980 environ. Selon qu’ils étaient destinés au façonnage du bois ou du métal, ces outils étaient dits hashabî ou ḥadîdî.

A 21. Le perçoir à archet, qaws.

Ph. 3. Un artisan utilise le perçoir à archet : la main droite tend la lanière à la force voulue, le bras droit « joue du violon », le pied gauche appuie sur le perçoir proprement dit.

  • 34 Angl., bow/curve for drill, DOSTAL, SL, Ṣan‘â’, p. 261. All., Bogen für Bohrer, DOSTAL, Markt, p. (...)
  • 35 Angl., drill, DOSTAL, SL, Ṣan‘â’, p. 260. All., Bohrer, DOSTAL, Markt, p. 83.
  • 36 Dans les années 1970, le perçoir à archet était encore largement utilisé dans toute la péninsule A (...)

46Pour percer, les menuisiers utilisaient le système du « perçoir à archet », qaws34. Celui que nous avons étudié (fig. A 21) se compose de trois parties : le bâton lui-même, ‘ûd, d’environ 70 cm de long, à l’extrémité duquel est fixée une lanière de cuir, jilda, elle-même attachée à une pièce de bois, zambarîta. Celle-ci, plus ou moins serrée contre la poignée du ‘ûd, permet de régler la tension de la lanière qui fait un tour mort autour du manche en bois du perçoir mahdar35. Le mouvement est ainsi communiqué à un foret en métal, ḥadîdat al-mahdar, de type « langue d’aspic » qui tourne dans un sens ou dans l’autre selon le mouvement que lui imprime l’arc. Du côté opposé au foret, une partie du manche reste immobile sous la main pour l’empêcher de s’échauffer. L’outil est très efficace : tout en ayant l’air de jouer du violon (ph. 3), l’artisan perce rapidement de grosses pièces de bois. Il existe bien entendu des forets de différentes grosseurs et longueurs36

Les techniques de fabrication

LES ASSEMBLAGES SANS CADRE

47Pour de petites ouvertures comme les placards, certains contrevents ou volets, la formule la plus simple est de prendre une belle planche large, jusqu’à 60 cm, et d’y fixer les crochets servant de gonds et d’attache. L’arrière de ce battant reste nu, tandis que le devant peut être décoré grâce aux diverses techniques que nous exposons plus loin : encre, sculpture en creux ou en relief.

48Si le menuisier craint que la planche ne gauchisse, il fixe par derrière deux traverses, ‘âbira, qui la raidiront.

49Quand il ne dispose plus de planches suffisamment larges pour ses besoins, le menuisier est obligé d’en juxtaposer deux ou plus. L’assemblage peut être à plat joint (fig. A 23), généralement sans colle. L’assemblage est parfois à feuillure (fig. A 24), très rarement à rainure et languette (fig. A 25). Dans ce dernier cas, on dit que les pièces sont mutaḥâshîya.

50Quel que soit le type d assemblage, les planches sont tenues entre elles par des traverses, ‘âbira : deux au moins pour les volets ou contrevents, quatre ou plus pour les portes. La porte ou le volet est alors dit mu’âwbar, littéralement « traversé ». Les traverses sont évidemment disposées sur le côté qui se verra le moins. Le parement est dit mash, adjectif dont la racine évoque l’idée de lisser et de polir.

ASSEMBLAGES CLOUÉS SUR UN CADRE

51Au-dessus d’un mètre de large, l’artisan ne se contente plus de clouer des traverses derrière les planches juxtaposées. Pour gagner en solidité, il réalise souvent un véritable cadre sur lequel sont clouées les planches.

52Les montants latéraux s’appellent râdif. Tous les 30 cm environ sont taillées des encoches triangulaires, fard, où viennent s’encastrer les traverses dites, en ce cas, ‘âbirât fard (fig. A 26).

53La porte offre ainsi un double aspect. Le côté sans prestige est celui où l’on voit les traverses : pour une porte donnant sur la rue, il regarde la cour ou l’intérieur de la maison. Pour une porte d’étage, entre escalier et ḥijra, il est tourné vers celle-ci. Le parement d’une porte entre ḥijra et chambre est orienté tantôt vers l’une, tantôt vers l’autre, selon de subtils critères qui sont étudiés au chapitre 2.2. L’essentiel est que le beau côté de la porte, littéralement son « visage », wajh, soit toujours visible pour le visiteur qui pénètre plus avant dans l’intimité de la maison. Il peut être richement décoré, comme nous le verrons plus loin.

ASSEMBLAGES ENCASTRÉS DANS UN CADRE

54Beaucoup plus soignés sont les travaux de menuiserie utilisant le principe d’un panneau encastré dans un cadre. C’est notamment le cas des portes, mais cela se trouve également pour des volets ou des portes de placards.

55Le cas le plus simple est celui d’un cadre de petites dimensions, par exemple pour un placard ou un contrevent (fig. A 27). Les montants s’appellent maṣṭara, parfois qâ’ima, les traverses ‘arḍî ou ‘âriḍ. Si le cadre est plus grand, la traverse inférieure, soumise à plus d’efforts, est plus large que la traverse supérieure. Les montants sont également rejoints par des traverses supplémentaires, usâdî (fig. A 28), dont le nombre croît avec les dimensions de la porte. Usâdî et ‘ardî sont liés par des potelets dont nous n’avons pas le nom arabe (fig. A 28).

56L’assemblage entre traverses et montants peut être réalisé à mi-bois (fig. A 29), procédé simple souvent employé pour les cadres de petites dimensions (volets, fenêtres vitrées), mais aussi pour les portes.

57Le procédé le plus employé aujourd’hui, grâce aux machines-outils, est celui de l’assemblage « à enfourchement simple », où un tenon, dakar (litt., mâle), s’insère dans une mortaise, hafr (fig. A 30 et A 31). Là aussi, l’assemblage doit être renforcé par des chevilles de bois, mismâr al-hashab, faites en bois de tamaris, choisi pour sa résistance. Deux pièces ainsi assemblées sont dites mutarâḅit.

  • 37 Les fig. A 29, A 30, A 31 et A 32 ont été réalisées d’après GAILLARD, Le menuisier, p. 120, fig. 3 (...)

58Un procédé assez fréquent est l’assemblage « à enfourchement arasé d’onglet sur un parement » (fig. A 32)37 : montants et traverses s’opposent suivant une ligne à 45°, ce qui permet de raccorder les fibres du bois et de donner belle apparence au cadre. L’assemblage est consolidé par des chevilles.

59Dans ce cadre plus ou moins complexe s’insèrent des panneaux, ṭabala. L’assemblage le plus grossier est un simple placage du tableau sur le cadre (fig. A 33). Travail un peu plus soigné, une feuillure est creusée dans le cadre, une autre, inversée, dans le panneau qui vient ainsi s’encastrer dans le cadre (fig. A 34). La feuillure peut n’être réalisée que sur l’une des deux pièces (fig. A 35). Une moulure masque parfois la jointure sur le contre-parement (fig. A 36). Il faut noter que le panneau est généralement saillant sur le côté noble de la porte, et en retrait du cadre sur l’envers de celle-ci.

  • 38 D’après fig. 12, p. 113 de GAILLARD, Le menuisier.

60Plus difficile est la réalisation de l’assemblage turc, ḥishwa turkîya (fig. A 37 ; ph. 4). Avant l’assemblage, l’artisan a creusé dans les montants et les traverses des rainures, dites ḥafr ou untâ, où s’insèrent les languettes, dakar, des panneaux. Sur l’envers de la porte, ceux-ci sont presque toujours en retrait par rapport au cadre. Plusieurs formules sont possibles : l’assemblage est à plate-bande sur le parement (fig. A 38)38 ; à glace sur deux parements (fig. A 39).

61Ce type d’assemblage est appelé « turc » car il se serait généralisé à Sanaa lors de la dernière occupation ottomane. Quoi qu’il en soit, il est réputé plus récent, moins solide, mais plus facile à exécuter que l’assemblage « arabe ». C’est lui qui prévaut actuellement dans la menuiserie, mais de nombreuses œuvres anciennes l’utilisent. C’est le cas en particulier des moucharabiehs, où les panneaux découpés à jour sont encastrés dans des cadres.

62Plus délicat en effet, et très estimé des bons artisans, est « l’assemblage arabe », ḥishwa ‘arabîya (fig. A 41 ; ph. 5). Il s’agit d’un assemblage à table saillante. Le panneau déborde souvent de plusieurs centimètres sur les montants et traverses, en les cachant plus ou moins. C’est le cas notamment pour un des panneaux favoris des menuisiers de Sanaa, le miḥrâb, dont nous détaillerons plus loin les décors.

Ph. 4. Exemple de ḥishwa turkîya, bayt al-’Amrî.

Ph. 5. Exemple de ḥishwa ‘arabîya, bayt az-Zubayrî.

63L’assemblage arabe sert beaucoup pour les portes, mais on le trouve aussi pour des volets ou des placards. Il est réputé pour son ancienneté et sa difficulté de réalisation, largement compensée par sa solidité et son absence de jeu avec le temps.

64Quand le menuisier veut obtenir un parement sur chaque côté de la porte, il réalise l’assemblage des figures A 42 et A 43, dont nous ignorons le nom arabe : il s’agit d’un assemblage arabe renforcé.

LA FIXATION À LA MAÇONNERIE

65La fixation avec un cadre de bois est la plus courante. Le cadre scellé dans la maçonnerie, lawâl, se compose des montants verticaux, lâla, et des traverses horizontales inférieure et supérieure : al-ma’qam al-asfal et al-ma’qam al-a’lâ. Cette dernière ne doit pas être confondue avec le véritable linteau, mardam, aménagé par le maçon à l’aide de troncs d’arbres (ph. 92) ou de pièces de bois importé.

66Des clous, mismâr, fixés dans le cadre de bois, le rendent solidaire de la maçonnerie. Le scellement se fait le plus souvent au plâtre.

LA ROTATION DES BATTANTS

67Quand la rotation se fait dans la maçonnerie, le montant de la porte formant pivot se prolonge au-delà des traverses supérieure et inférieure du battant pour aller s’insérer, arrondi, dans un trou prévu à cet effet dans la pierre ou le bois du linteau et la pierre du seuil (fig. E 7, ph. 15 b). Le trou inférieur, haraza, correspond à la crapaudine. Cet antique système a été adopté dans des régions aussi éloignées du Yémen que le Maroc et l’Inde.

  • 39 Ce procédé très ancien dans la péninsule Arabique existait en Iran dès l’époque achéménide : WULFF (...)

68Le prolongement supérieur du montant s’appelle yadd, main39, tandis que le prolongement inférieur est nommé rijl, pied. Ce dernier est soumis à un travail intense, puisqu’il supporte tout le poids de la porte en train de pivoter : il est souvent protégé par une sorte de « chemise » métallique, rijl hadîd. La crapaudine peut aussi être revêtue d’une plaque de métal, huzq ḥadîd, que l’on change en cas d’usure.

69Dans certaines maisons, pour éviter les regards indiscrets, la porte se loge dans un encadrement de pierres taillées à cet effet, que les maçons appellent couronne, iklîl (fig. A 44). Il s’agit d’une feuillure, travail de précision qui exige un bon tailleur de pierres : aussi n’existe-t-elle que dans les maisons fortunées.

A 44. Schéma de la couronne de pierre, iklîl, et de la porte.

LA ROTATION DANS UN BÂTI DE BOIS

70Pour les fenêtres, volets et même certaines portes, des anneaux de fer, razza, forgés au souk des forgerons, sont enfoncés dans le bois des montants scellés et servent de pivots à des crochets, huṭṭâf ‘allâqa ou huṭṭâf ta’alluq, fixés par deux ou trois clous sur le montant de la fenêtre ou du volet (ph. 42, 43). D’autres crochets pivotant sur un clou, huṭṭâf la’âb, permettent, en se logeant dans un anneau, de garder la fenêtre ou le volet en position ouverte ou fermée (ph. 102).

71La petite porte, farh, s’ouvrant dans la grande (voir ci-dessous), possède pour pivoter un système de pièces en fer forgé : en bas de la porte, une pièce évoque l’ergot d’un coq et se nomme précisément coq, dîk (fig. A 46) ; elle pivote sur un anneau de métal fixé sur un montant de la grande porte. Plus haut, la ẓafîra est constituée d’une pièce plate clouée à une traverse de la porte-guichet ; elle pivote autour d’un anneau métallique enfoncé dans le montant de la grande porte (fig. A 45).

A 45. Anneau et pièce de métal en fer forgé, ẓafîra.
A 46. Pièce de métal forgée en ergot de coq, dîk. Enfoncée dans les deux anneaux, razza, elle permet à la petite porte de pivoter.

Ph. 6. Le portail de bayt Maḥbûb, quartier al-Fulayḥî, aujourd’hui démoli. Il pourrait dater du xvie siècle.

Notes

1 Notes pers. et LEWCOCK, SERJEANT, Houses, SL, Ṣan’â’, p. 482, note 34.

2 Nous retrouvons donc là l’usage encore pratiqué en bien des campagnes françaises d’abattre le bois "en lune descendante" pour que les vers "ne s’y mettent pas" ultérieurement. Sur les calendriers d’étoiles, SERJEANT, Star-Calendars.

3 Mais d’autres raisons, d’ordre esthétique, doivent jouer. Cf. l’ouvrage par BONNENFANT G. et P., DEPAULE 3.- Ch., MARECHAUX M. et P., ROBIN Cet SANBAR S., La maison-tour de Ṣanaa, à paraître sous la responsabilité de Paul BONNENFANT dans le cadre de l’étude pluri-disciplinaire de Sanaa intra-muros.

4 NIEBUHR, Travels, vol. 1, p. 375.

5 DOSTAL, Market, SL, Ṣan‘â’, p. 253-254.

6 Nom latin : Mimosa gummifera, d’après SERJEANT, SL, Ṣan‘â’, p. 596 b.

7 Naḍâr, nom yéménite du tamaris, d’après Dan Varisco que nous remercions pour les noms latins donnés ici.

8 En Arabie Saoudite, dans le Najd, nous avons vu des portes et surtout des poulies de puits exécutées en bois de tamaris, petits chefs-d’oeuvre d’assemblage.

9 Nom latin : Prunus armeniaca.

10 Nom latin : Pyrus communis.

11 Nom latin : Juglans regia.

12 Une pratique analogue existait en Iran au début du xixe s. : cf. OLEARIUS A., Voyage de Moscovie et de Perse, p. 756.

13 Hardal : Brassica campestris, d’après LEWCOCK, SL, Ṣan’â’, p. 293.

14 Nous avons encore vu, en 1983, fabriquer du goudron pour enduire des portes, et des huiles pour soigner la gale du bétail, par distillation du bois, dans certains piémonts de Tihâma du ‘Asîr, en Arabie Saoudite.

15 RORET-NOSBAN, Menuisier en bâtiment. Paris, Laget, 1977.

16 LANDBERG, Arabie mérid., vol. 1, texte "Le menuisier", p. 343, donne ‘arâsh pour "étable" (sic) : "deux poutres placées parallèlement par terre, un appareil en bois fort primitif".

17 En anglais, frame saw, DOSTAL, SL, Ṣan‘â’, p. 261. Ail., Rahmensage, DOSTAL, Markt, p. 80.

18 GERARD Bernard, Yémen, Boulogne, Delroisse, nd, [1974 env.], p. 79.

19 Nous avons relevé ce terme de tanj pour la coupe en long des plaques d’albâtre. Voir : BONNENFANT, Vitraux, p. 62.

20 NIEBUHR, Voyage en Arabie, t. II, sect. XXVIII, pl. IV, C. Une pratique iranienne analogue a été relevée par WULFF, Crafts of Persia, p. 79, fig. 112, où les ouvriers emploient un jâzil.

21 Angl. : foxtail saw, DOSTAL, SL, Ṣan‘â’, p. 260. AU., Fuchsschwanz-Säge, DOSTAL, Markt, p. 83.

22 Angl., fretsaw, DOSTAL, SL, Ṣan’â’, p. 260. All., Stichsäge, DOSTAL, Markt, p. 83.

23 Angl., broad saw, DOSTAL, SL, Ṣan’â’, p. 261. All., Breitsäge, DOSTAL, Markt, p. 80.

24 Nom latin : Breonadia salicina.

25 BONNENFANT, Vitraux, p. 62.

26 Angl., plane, DOSTAL, SL, San‘â’, p. 261. All., Hobel, DOSTAL, Markt, p. 80.

27 Pour les mesures utilisées au Yémen, voir SL, Ṣan‘â’ index.

28 Angl., chisel, DOSTAL, SL, Ṣan‘â’, p. 260. All., Stemmeisen, DOSTAL, Markt, p. 83.

29 Il s’agit à l’évidence de la même racine, ḤFR, creuser, avec interversion de lettre pour l’outil.

30 Chantourner : tailler des bois courbes à partir d’un calibre.

31 La pièce cintrée s’obtient à partir d’un calibre ou sous l’action du feu, de l’eau chaude, de la vapeur d’eau, du sable chauffé, qui permettent d’amollir le bois pour obtenir des formes variées.

32 Angl., rasp, DOSTAL, SL, Ṣan‘â’, p. 261. All., Raspel, DOSTAL, Markt, p. 83.

33 Angl., flat file, DOSTAL, SL, Ṣan’â’, p. 261. All., Flachfeile, DOSTAL, Markt, p. 83.

34 Angl., bow/curve for drill, DOSTAL, SL, Ṣan‘â’, p. 261. All., Bogen für Bohrer, DOSTAL, Markt, p. 80.

35 Angl., drill, DOSTAL, SL, Ṣan‘â’, p. 260. All., Bohrer, DOSTAL, Markt, p. 83.

36 Dans les années 1970, le perçoir à archet était encore largement utilisé dans toute la péninsule Arabique, notamment sur les chantiers de construction navale, où nous l’avons vu utilisé à Baftrayn, à Dubayy, en Oman et al-Luhiyya.

37 Les fig. A 29, A 30, A 31 et A 32 ont été réalisées d’après GAILLARD, Le menuisier, p. 120, fig. 37 et 38 ; p. 118, fig. 35.

38 D’après fig. 12, p. 113 de GAILLARD, Le menuisier.

39 Ce procédé très ancien dans la péninsule Arabique existait en Iran dès l’époque achéménide : WULFF, Crafts of Persia, p. 86.

Notes de fin

18 18 GERARD Bernard, Yémen, Boulogne, Delroisse, nd, [1974 env.], p. 79.

20 20 NIEBUHR, Voyage en Arabie, t. II, sect. XXVIII, pl. IV, C. Une pratique iranienne analogue a été relevée par WULFF, Crafts of Persia, p. 79, fig. 112, où les ouvriers emploient un jâzil.

Table des illustrations

Légende A 1. La scie à débiter, minshâr.A 2. Détail du montage de la lame sur le cadre.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3153/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Légende A 3. Ouvriers débitant un tronc à la scie minshâr1188.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3153/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Légende Ph. 2. Le débitage d’un tronc à la scie minshâr, vu par Carsten Niebuhr à la fin du xviiie siècle2200.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3153/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 773k
Légende A 4. Noms des planches débitées d’un tronc
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3153/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Légende A 5. Maqṣara, sorte de scie égoïne.A 6. Maqsara ṣaghîra, scie à guichet.A 7. Tahrîqa, scie à placage.A 8 et A 9. Qaṭṭûm, herminette.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3153/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende A 10 et A 11. Mashrama, rapes rectangulaires et semi-rondes.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3153/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende A 12. Zâwîya, équerre à 45e.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3153/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende A 13. Mamshaq, rabot.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3153/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende A 14. Bouvet yéménite.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3153/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende A 15. Rabot à chanfreiner.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3153/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende A 16 et A 17. Minqâr, ciseaux à bois.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3153/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende A 18 à A 20. Maqadda malwîya, gouges.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3153/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Ph. 2 b. Un rabot d’origine turque. Noter les guides à pas de vis en bois.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3153/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 359k
Légende A 21. Le perçoir à archet, qaws.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3153/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende Ph. 3. Un artisan utilise le perçoir à archet : la main droite tend la lanière à la force voulue, le bras droit « joue du violon », le pied gauche appuie sur le perçoir proprement dit.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3153/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 767k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3153/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3153/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 246k
Légende Ph. 4. Exemple de ḥishwa turkîya, bayt al-’Amrî.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3153/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 822k
Légende Ph. 5. Exemple de ḥishwa ‘arabîya, bayt az-Zubayrî.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3153/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Légende A 44. Schéma de la couronne de pierre, iklîl, et de la porte.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3153/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende A 45. Anneau et pièce de métal en fer forgé, ẓafîra.A 46. Pièce de métal forgée en ergot de coq, dîk. Enfoncée dans les deux anneaux, razza, elle permet à la petite porte de pivoter.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3153/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 338k
Légende Ph. 6. Le portail de bayt Maḥbûb, quartier al-Fulayḥî, aujourd’hui démoli. Il pourrait dater du xvie siècle.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3153/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 2,9M

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540