Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’art du Bois à Sanaa

 | 
Guillemette Bonnenfant
, 
Paul Bonnenfant

Introduction

Texte intégral

1Sanaa... Ébloui par la blancheur des décors de plâtre, admirant la richesse des motifs de briques, le promeneur perçoit souvent mal les décors de bois. Il a bien des excuses. Leurs volumes visuels sont modestes par rapport à la masse des façades : limités aux portes et menuiseries de fenêtres, ils sont souvent situés en hauteur, donc peu visibles de la rue. Ils n’occupent pas de surfaces considérables comme sur les façades de Jedda, aṭ-Ṭâ’if ou al- Ḥudayda. Ils sont souvent dégradés, étant sensibles aux intempéries et ne faisant pas l’objet d’un entretien régulier comme les stucs.

2Pourtant les décors de bois existent dans l’architecture domestique de Sanaa, oh combien ! Mais ils sont discrets et, de fait, s’apprécient surtout de l’intérieur. Seule, la porte d’entrée sur la rue peut vraiment être appréciée par le passant qui doit franchir le seuil pour goûter le reste. Dans la pénombre du dihlîz, aux bas de l’escalier, il devine une autre belle porte. Puis il découvre de petits placards blottis dans la masse du quṭb, maçonnerie maîtresse des escaliers. Aux étages, des portes parfois somptueuses séparent la ḥijra des escaliers et des pièces qu’elle dessert. Entré dans l’intimité d’un dîwân ou d’une chambre, le visiteur peut alors apprécier ce qu’il n’avait pas vu de la rue : des volets de bois aux décors sculptés ou peints commandent l’accès aux moucharabiehs. la richesse de leurs motifs apparaît pleinement en contre-jour. Que de maisons réjouissent alors les cœurs de ceux qui y pénètrent !

L’HISTORIQUE DE LA RECHERCHE

3Le présent travail est issu de nombreux voyages dans la péninsule Arabique, durant lesquels nous fîmes connaissance, dès 1974, avec les très belles architectures « traditionnelles » de cette région, une des plus mal connues du monde arabe.

4Une équipe pluri-disciplinaire de recherche se constitua pour étudier l’architecture domestique de Sanaa intra-muros. Elle associe deux architectes, Maria et Pascal Maréchaux, deux sociologues, Jean-Charles Depaule et Paul Bonnenfant, à une socio-linguiste, Samia Sanbar, un spécialiste du monde sud-arabique ancien, Christian Robin, et une historienne de l’art musulman, Guillemette Bonnenfant. Le but de cette équipe, comme l’indique sa composition, est d’associer l’étude des plans et des décors à celle des structures sociales qui les ont façonnés, de mêler architecture, anthropologie et histoire sociale. Une exposition à l’Institut du monde arabe de Paris, à l’occasion de son inauguration, est issue en grande partie de ces recherches. Ce livre sur L’art du bois à Sanaa en est une autre manifestation, et nous espérons qu’un ouvrage sur l’usage de l’espace dans la maison de Sanaa intra-muros pourra paraître peu après celui-ci.

5Des voyages nous avaient introduits à l’art du bois sur les rives de la mer Rouge, par l’opulence des mouchara-biehs de Jedda, qui ont leurs homologues dans des ports plus modestes, de Yanbu et al-Wajh jusqu’à Jîzân, al-Luḥiyya, al-Ḥudayda et Muhâ. Une chaîne d’intérêt scientifique se forgeait, de Jedda à Sanaa, et nous invitaient à approfondir pour Sanaa les éléments que nous avions rassemblés pour les décors des villes de la Tihâma ou du Ḥijâz.

6Un autre motif de ce choix du bois comme sujet d’étude était la dégradation rapide des témoins de cet art, surtout sur les façades, par manque d’entretien et de réparation. Il devenait urgent d’en dresser l’inventaire photographique avant leur disparition.

7Par ailleurs, il apparaissait clairement que, à la différence de l’art du plâtre et du vitrail, toujours bien vivant malgré renchérissement des coûts, à la différence aussi du travail de la pierre et de la brique, toujours appréciées malgré la concurrence du ciment et du béton, il apparaissait donc que la menuiserie ancienne, en une seule décennie, avait presque complètement disparu sous ses formes traditionnelles.

8Tout cela invitait à étudier d’urgence l’art du bois à Sanaa, pendant que les fragiles moucharabiehs de la capitale yéménite étaient encore en place, pendant que les maîtres artisans qui les fabriquaient, il y a dix ans encore, étaient toujours vivants, avec leur savoir-faire, leurs outils, avec leur vocabulaire et tout l’héritage accumulé et transmis de père en fils.

9Enfin, nous disposions de nombreuses photos de décors en bois sur les façades, mais la visite d’innombrables maisons avait révélé quelle beauté pouvaient atteindre certaines portes de dîwân ou de manẓar, discrètement cachées dans la pénombre d’une ḥijra, ou quel éclat pouvait revêtir une porte de mafraj planté en plein ciel.

QUESTIONS DE MÉTHODE

10Il importait tout d’abord de dresser un inventaire aussi exhaustif que possible des diverses formes de menuiserie dans l’architecture domestique de Sanaa. Un premier corpus de photographies fut donc constitué et organisé de manière méthodique : portes extérieures, portes intérieures, vantaux de fenêtres, grilles sculptées à jour. Pour compléter le recueil de photographies en noir et blanc, les seules reproductibles en grand nombre étant donné les coûts, Guillemette Bonnenfant reprit en dessin tout ce qui méritait de l’être : photos mal exposées ou gâtées par des détails inélégants, détails que le crayon ou la plume fait ressortir mieux que la photographie. Elle utilisa également le dessin pour établir le répertoire de certains éléments du décor qui exigeaient une présentation méthodique.

11Munis de ce premier recueil de photographies et de dessins, nous avons rendu visite à neuf maîtres artisans menuisiers de Sanaa ; nous leur avons montré les documents rassemblés, parfois le matin à l’atelier, le plus souvent l’après-midi, durant des séances de qât, ce qui permettait d’avoir beaucoup de temps devant soi et de discuter longuement. Certaines conversations ont pu être enregistrées au magnétophone. Moments très agréables et intenses de la recherche, durant lesquels de célèbres maîtres artisans, les uṣṭâ, rassemblaient leur souvenirs, les commentaient avec des compagnons, reconnaissaient parfois des œuvres qu’ils avaient conçues et exécutées cinquante ans plus tôt ! D’autres identifiaient les travaux de parents ou de collègues, dont ils vantaient sans envie les mérites, s’il s’agissait de quelque chef-d’œuvre. Durant ces conversations, nous interrogions systématiquement les artisans sur les types d’assemblage et de sculpture, sur les noms des décors, sur leur origine, sur les outils employés. Nous tentions également d’obtenir des renseignements d’ordre historique sur la diffusion de tel ou tel type de décoration, sur les grands artisans d’autrefois, sur la manière dont ils organisaient leurs équipes de travail, sur les maîtres qui avaient fabriqué telle ou telle œuvre réputée.

12Séances de qât fructueuses dont les résultats furent vite cumulatifs, en deux sens : les artisans rencontrés nous disaient d’aller voir tel ou tel de leurs confrères, réputé pour son savoir-faire, et celui-ci à son tour nous apportait des informations supplémentaires. Cumulatifs aussi parce qu’en voyant une belle photo, une personne de l’assemblée nous disait bientôt : « Allez donc de ma part à bayt Fulân, dans tel quartier ; au manẓar du troisième étage, il y a une porte... Vous ne regretterez pas le déplacement ! »

13Par ailleurs, dans le cadre de l’étude pluri-disciplinaire de l’architecture domestique, Paul Bonnenfant multipliait les visites de maisons de Sanaa intra muros dans un autre but, celui d’étudier l’usage de l’espace par les divers membres de la famille, et son évolution avec les biens de consommation modernes. Ces visites lui faisaient découvrir fréquemment de nouvelles portes, parfois fort belles, qui venaient enrichir le premier corpus de photographies et de dessins. Ainsi, de proche en proche, avons-nous pu établir un inventaire des formes décoratives utilisées dans la menuiserie domestique.

14S’agit-il ici d’un ouvrage exhaustif sur l’art du bois dans l’architecture domestique de Sanaa intra muros ? Nous le souhaiterions évidemment ! Mais, hélas pour l’amour-propre des chercheurs, heureusement pour le patrimoine de la vieille ville, nous ne pouvons vraiment pas le prétendre ! Disons que nous avons rassemblé un premier ensemble de documents, que nous espérons intéressant, mais qui se verra sûrement enrichi ultérieurement : en toute recherche vient le moment où il faut « arrêter » la collecte des matériaux pour les élaborer.

15Dans un second temps, apparut la nécessité de « situer » la menuiserie domestique de Sanaa dans un contexte plus large. Nous possédions déjà de nombreux documents sur Jedda et les villes du Ḥijâz : grâce à l’obligeance du Centre d’études yéménites de l’Université de Sanaa et de la Direction des antiquités et des bibliothèques, Paul Bonnenfant fut autorisé à prendre des photos sur l’art du bois dans les maisons d’al-Luḥiyya, d’al-Ḥudayda, de Bayt al-Faqîh, de Zabîd, de Muhâ et de Ta‘izz. Il sera peu fait allusion à ces matériaux dans la présente recherche : nous en réservons la publication dans des travaux ultérieurs. Mais cette collecte hors de Sanaa nous a permis de mieux discerner ce qui est propre à un certain art des hautes terres yéménites, et ce que l’art du bois à Sanaa partage avec d’autres régions de la péninsule Arabique ou du monde islamique.

16Dans un troisième temps, apparut également la nécessité d’avoir, pour cette étude des menuiseries domestiques, quelques éléments de référence dans l’architecture religieuse. En effet, personnalités ou artisans interrogés faisaient souvent référence à l’art du bois dans les édifices religieux : essentiellement les plafonds de la grande mosquée et les cénotaphes de trois mosquées de la capitale : Abhar, al-Mahdî ‘Abbâs et al-Mutawakkil. Paul Bonnenfant fut autorisé par la Direction des Antiquités à prendre des photographies dans les mosquées de Sanaa. Les riches plafonds de la grande mosquée ayant déjà fait l’objet de recherches, nous nous sommes limités ici à une brève étude des trois cénotaphes.

17Établissement de l’inventaire à Sanaa, collecte de matériaux de comparaison dans d’autres villes yéménites : la dernière étape, et non la moindre, fut de replacer cet art du bois à Sanaa dans l’art islamique.

REMERCIEMENTS

18Cette étude n’aurait certainement pas vu le jour sans la bienveillance constante des autorités yéménites à l’égard de nos recherches sur les architectures du Yémen et leurs rapports avec les structures sociales.

19Le Centre d’études yéménites, sous la direction de Monsieur ‘Abd al-‘Azîz al-Maqâlih, président de l’Université de Sanaa, et de son adjoint à la tête du Centre, Monsieur Muhammad Ahmad ar-Ra‘dî, a fourni le cadre institutionnel de la recherche sur le terrain. Nous leur devons une grande reconnaissance, ainsi que pour le soutien promis à l’édition arabe de L’art du bois à Sanaa.

20La direction des antiquités et des bibliothèques, en la personne de S.E. le qâḍî Ismâ’îl al-Akwa‘, nous a également fourni une aide précieuse, en nous livrant des informations personnelles et en nous autorisant à photographier les œuvres en bois dans les mosquées de Sanaa. Pour toute sa bienveillance, qu’il soit vivement remercié.

21Sanaa est loin de la France, les voyages en avion coûteux, même en charters longs et fatigants, la vie au Yémen assez chère. Cette recherche n’aurait pas pu prolonger l’étude réalisée sur Les vitraux de Sanaa sans le concours matériel de plusieurs institutions.

22Le thème « Architectures, structures sociales et actions de l’État dans la péninsule Arabique », programme de recherche du C.E.R.O.A.C. alors dirigé par Paul Bonnenfant, a fourni le cadre scientifique initial qui a permis, avec quelques crédits, d’obtenir les « reconnaissances scientifiques » ultérieures d’autres organismes.

23Notre gratitude va en toute priorité à M. Philippe Guillemin, directeur des sciences sociales et humaines à la D.G.R.C.S.T. du ministère des affaires étrangères. Les subventions accordées pour l’étude pluri-disciplinaire de l’architecture domestique de Sanaa intra muros, d’une part, et la création du Centre français d’études yéménites de Sanaa, de l’autre, ont permis de payer les voyages, puis, une fois sur place, d’avoir un lieu où résider et travailler dans de bonnes conditions. Qu’il en soit vivement remercié, ainsi que Mme Françoise Dumoulin. Merci à Rémy Audouin pour le travail effectué comme secrétaire général du Centre français de Sanaa.

24L’Institut du monde arabe a eu l’obligeance d’octroyer une subvention à cette recherche pluri-disciplinaire, dès son commencement. Qu’il en soit remercié, ainsi que M. Philippe Ardant : cette somme a permis de « lancer » la recherche, en attendant l’obtention d’autres crédits.

25Le bureau de la recherche architecturale, à la direction de l’architecture et de l’urbanisme, au ministère de l’équipement, du logement de l’aménagement du territoire et des transports, a aussi contribué matériellement à la recherche pluri-disciplinaire sur le vieux Sanaa, par un contrat de recherche. Que Mme Catherine Bruant soit remerciée pour le suivi de ce dossier.

26Merci aux membres du laboratoire de photographie du centre Camille Julian, à l’Université de Provence, pour le soin apporté au développement et au tirage de nombreux documents.

27Sur le plan scientifique, notre reconnaissance va tout droit à Mlle Solange Ory. Malgré ses nombreuses tâches, sa patience, son attention, ses conseils, les innombrables prêts de livres et même de matériaux encore non publiés, comme ceux de la mosquée d’al-Asnâf, nous ont été d’un précieux secours. Merci également à Marceau Gast, Lucien Golvin et Christian Robin.

28Mais il est clair que tout ce travail d’inventaire n’aurait pu voir le jour sans l’extraordinaire accueil des artisans menuisiers de la capitale yéménite. Nous ne saurions trop dire quel temps et quelle affabilité ils ont su dépenser, des heures durant, pour identifier les dessins et les photos, évoquer ce qu’ils savaient de leur histoire, nommer les motifs, raconter leurs souvenirs... Ce sont eux qui ont fourni la matière vive de cette recherche, complétée ensuite par les lectures. Qui nommer ? Tous les membres de la famille al-Uṣṭâ, bien sûr, reconnus par leurs confrères comme des « maîtres » en menuiserie : Aḥsan Qâsim, ‘Izzî ‘Abd Allâh, ‘Abd Allâh Qâsim. Il nous faut remercier également Ḥu-sayn b. Ḥusayn al-Ḥaddî, Aḥmad et Muḥammad Ṭawîl, et la famille Sayrâfî. Une mention spéciale doit aller à Muhammad et ‘Abd al-Wahhâb an-Nashî, pour tous les renseignements fournis dès le début de la recherche, quand il fallait dépouiller le vocabulaire de la menuiserie. Merci à tous, pour les bons moments passés ensemble, et qu’ils nous pardonnent leur temps perdu à l’atelier !

29Il ne faut pas oublier enfin les propriétaires de maisons ornées de belles menuiseries : ils nous ont permis de les photographier, parfois de revenir pour obtenir des éclairages différents. Et comment remercier ceux qui ont accepté qu’on décroche de leurs gonds leurs plus belles portes pour les photographier dans le soleil rasant des terrasses, le meilleur moyen de valoriser et faire chanter un art du bois, tout en pudeur et réserve dans la pénombre des ḥijra ?

Ph. l. Le portail et le kushk de bayt bint al-Imâm.

Table des illustrations

Légende Ph. l. Le portail et le kushk de bayt bint al-Imâm.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3151/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable