Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Herbes, drogues et épices en Méditerranée

 | 
Georges J. Aillaud
, 
Patrick Boulanger
, 
Marcel Courdurie
, 
et al.

Quelques notes sur les Juifs et le commerce des épices à Aix-en-Provence à la fin du xve siècle*

Danièle Iancu

Texte intégral

  • * Danièle IANCU, Chargé de Recherche.
  • 1 N. Coulet, Aix-en-Provence. Espace et relations d’une capitale (milieu xive-milieu xve), Aix, 1979 (...)

1La documentation aixoise sur le commerce des épices est « d’une insigne pauvreté ». Ce sentiment, exprimé par Noël Coulet, on en trouve justification dans sa thèse sur Aix1 où la part accordée au commerce des épices est infime.

2Restreint aux seuls Juifs, ce commerce devient naturellement peu signifiant. Et pourtant, malgré ces réserves, nous n’avons pas cru inutile de livrer la moisson glanée dans les archives aixoises sur les activités de quelques Juifs autour du commerce des épices ; cette collecte, fin xve siècle, est bien sûr maigre. Elle donnera cependant une idée de la nature et de la quantité des épices que certains Juifs acquéraient ou revendaient sur le marché aixois, et permettra d’établir un bilan, si ténu soit-il.

  • 2 Deux volumes, Marseille, 1884-1885. Cf. aussi I. Loëb, « Les négociants juifs à Marseille au début (...)
  • 3 R. Pernoud, Les statuts municipaux de Marseille, Paris-Monaco, A. Picard, 1949, p. 156. Cf. aussi (...)

3Que possédons-nous pour la Provence médiévale pour les siècles précédents ? C’est surtout l’historiographie marseillaise qui livre des données : Louis Blancard dans ses Documents inédits sur le commerce de Marseille au Moyen Age2 soulignait la part des Juifs dès le xiiie siècle dans le trafic des épices de la cité phocéenne. Il faisait état, pour l’année 1248, grâce aux notules commerciales du notaire Almaric, de nombreuses commandes de clous de girofle, safran, cumin, noix muscades ; commandes toutes effectuées par des Juifs marseillais (Ansaret fils d’Abram ; Astruc Cordier) à des Juifs de la famille Ferrussol en particulier3 se rendant à Bougie (peuvent être comptées sept occurrences pour Bougie : avec quatre pour des clous de girofle, deux pour du safran, un pour de la noix muscade) ; se rendant à Acre (une occurrence : safran), à Valence (un cas pour du cumin), à Majorque (deux occurrences pour des clous de girofle et de la noix muscade).

  • 4 T. II, Paris, 1951, p. 95, note 3.
  • 5 Au printemps 1332, nombre de cas sont relevés de marchands génois vendant de grosses quantités de (...)

4Pour les siècles suivants, il faut se reférer aux auteurs de l’Histoire du commerce de Marseille4. Ils rapportent, pour le xive siècle, quelques cas de Juifs revendant des épices dans un marché où en fait les Marseillais s’adressent aux intermédiaires génois5 pour satisfaire les besoins du commerce local en droguerie et épicerie. On pourra donner l’exemple, en 1311, d’une société composée de deux marins génois, d’un Juif marseillais Habraam et de deux marchands narbonnais (les frères Raymond et Dominique de Febresano) qui s’occupe de vendre des épices en divers lieux de Provence.

  • 6 Ibid., p. 66 (Arch. dép., Chanot. 18, f° 33 v°).

5Un peu plus tard, c’est en Sardaigne que les demandes se font, avec la puissante famille marseillaise des Austria qui donne commande en novembre 1346 pour Alghero de trois quintaux de poivre, un demi-quintal de sucre et un cartairon de cannelle6.

  • 7 Le 29 juillet 1397, Thomas Colomier reçoit en commande d’Antonio de Nicolin, florentin habitant Ma (...)

6On peut citer encore, pour la fin du xive siècle, le Juif Cregud Profach qui est associé à Antoine Ricaud, pour revendre à Estève Symondel et Jean de Raucroy une charge de poivre et deux de gingembre pour 536 florins et 9 gros (en même temps que du bois de Brésil et du bois d’Inde). A relever encore pour la fin du xive siècle, hormis le safran d’Espagne dont on trouve commande, les traces d’une importation de poivre de Guinée appelé aussi « maniguette » ou « graine de Paradis », épice de qualité inférieure si on la compare aux produits d’Orient, mais qui mérite d’être signalée sur le marché marseillais7.

7Pour le xve siècle, Marseille demeure toujours l’endroit où les Provençaux viennent s’approvisionner en épices. Ce trafic n’a pas laissé de bien nombreuses traces, les petits achats se faisant vraisemblablement au comptant, dans la boutique des marchands, sans donner lieu à la rédaction d’actes notariés. Ce qu’il faut retenir, c’est que les Juifs au xve siècle, n’importaient plus rien par eux-mêmes ; ils avaient recours aux offices des négociants chrétiens auxquels ils achetaient ces marchandises pour les revendre : les quantités qu’ils acquéraient étaient en effet trop importantes pour être destinées à leur seule consommation personnelle (par exemple des quintaux de poivre achetés à Perceval Vento, gros marchand marseillais que l’on repère souvent chez les notaires aixois, ou à d’autres négociants de son importance).

  • 8 Ibid., t. II, p. 696.
  • 9 On a livré le testament de sa soeur, Boniaqua Salaminas. Cf. D. Iancu-Agou, « Autour du testament (...)

8Parmi ces gros négociants, il faut compter aussi les néophytes, ces nouveaux marchands qui annoncent les nombreux « mercatores » néophytes du début du xvie siècle : Pierre de Coret, professeur de médecine, d’origine juive si l’on en croit F. Reynaud8, vendant vers 1440, du poivre par quintaux. Un autre néophyte, puissant courtier de l’entourage du roi René, Pierre de Ribiers (dont on connaît bien ici la souche juive)9, s’embarquant souvent sur des galéasses, fait commerce de denrées rares et précieuses dont les épices.

  • 10 Cf. D. Iancu-Agou, « Les relations entre les Juifs de Marseille et les communautés juives d’Afriqu (...)

9Mais dans les dernières décennies du xve siècle, le négoce juif marseillais s’étiole à tous les niveaux, y compris dans le domaine des épices, préludant sans doute à l’amenuisement de la communauté juive, et à son éviction de Provence à l’aube du xvie siècle10.

10Ce que l’on peut apporter de nouveau dans cette contribution, ce sont les traces que l’on repère chez les notaires d’Aix de transactions effectuées par quelques Juifs de cette cité autour du commerce des épices. En fait ce sont quelques glanes, car les traces laissées par ce petit trafic sont fugaces et occasionnelles. On en fait vite le tour : je les ai regroupées dans un tableau.

11On peut d’emblée dire que le petit commerce d’épices, tel qu’il est reflété par les actes notariés, est une infime partie de la foisonnante activité des Juifs autour du commerce des blés par exemple, des draps ou des laines. Dans leur négoce fait d’une multitude de petits achats, ventes ou prêts, aussi bien d’ailleurs que de nombreuses acquisitions en gros, ce sont les étoffes (ou les fruits secs comme les amandes dont ils avaient le quasi-monopole) qui occupent une place de choix.

12Cependant la revente de ces produits d’importation que sont les épices n’est pas tout à fait négligeable : parce que sous un faible volume, ils pouvaient procurer de gros bénéfices ; les Juifs d’Aix participèrent vraisemblablement à ce commerce en acquérant cette denrée chez les gros marchands aixois, puis en l’écoulant en Provence intérieure, pour satisfaire le plus souvent aux besoins des coreligionnaires des collectivités voisines.

13Que peut-on dégager de ce tableau ?

14Dans les trois cas (sur huit) où ce sont les Juifs qui ont avancé des épices, l’exemple qui retient l’attention est celui de l’année 1483 : un compromis intervient entre Guillerm Fustier, apothicaire, et les héritiers de Dieulosal Profach ; ce dernier, de son vivant, avait vendu (à crédit) à l’apothicaire une certaine quantité de safran (pour 20 florins, 8 gros et 10 deniers), et il lui avait pris de son côté des remèdes ou drogues. La sentence du 7 mars ordonne que chacun (l’apothicaire d’une part, et les héritiers de D. Profach d’autre part) paiera ses dettes.

  • 11 Girard Nas est mercier et Léonard, marchand et mercier, travaille aussi à la confection des vêteme (...)

15Dans tous les autres cas, les Juifs des cités voisines (Trets, Pertuis, Saint-Maximin) ou plus lointaines (Draguignan, Manosque) viennent s’approvisionner en épices (et en textiles) auprès de marchands et merciers aixois largement repérés dans la documentation, et fort actifs sur le marché : la famille Nas en particulier (quatre cas sur huit avec des clients juifs ; trois cas sur trois avec les clients chrétiens) avec les frères Léonard et Girard ; originaire de Belgique (Liège), elle est installée à Aix depuis le milieu du xve siècle. Fort entreprenants, Girard est avec son frère Léonard un des fournisseurs attitrés de la cour du roi René qu’ils pourvoient en toiles, satins, serges et futaines11. Dans les années 70 du xve siècle, ils sont omniprésents dans les transactions notariales, avec une clientèle aussi bien juive que chrétienne ; les prélèvements les concernant que l’on peut opérer sur le tissu documentaire sont foison.

  • 12 Ce médecin opulent est maître Massip Abram qui octroie en 1469 une dot exceptionnelle de 2 000 flo (...)
  • 13 De Roure (« Les néophytes en Provence et leur taxe par Louis XII en 1512 », Bulletin de la Société (...)
  • 14 D. Iancu-Agou, « La communauté juive aixoise à l’extrême fin du xve siècle : dissensions internes (...)
  • 15 Cf. mon étude dans \aR.E.J. (dans le t. CXLVI, 1987, fasc. 1-2, p. 5-62) sur « Une vente de livres (...)
  • 16 D. Iancu, Les Juifs en Provence..., op. cit., p. 125, 135, 147, 157, 240.
  • 17 Arch. dép. des B.-du-Rh (Aix), 306 E 418, P 42 v°, 11 avril 1487.

16Les Juifs qui s’approvisionnent chez les frères Nas viennent de toute la Provence : tels ces Juifs de Saint-Maximin (dont un médecin) rencontrés dans la boutique de Léonard, venus acheter des étoffes, et des épices (gingembre, gingembre blanc, poivre) ; de Draguignan, c’est le fils d’un riche médecin bien connu12 qui vient en 1474 acquérir draps et poivre (ici, en plus grande quantité, destinée sans doute à la revente). C’est le document de 1496 qui fait état des plus gros achats, avec quelques Juifs associés pour opérer une commande importante chez le marchand aixois Aymeric Males-pine13. Cette association regroupe en 1496 sept Juifs (quatre Aixois, deux de Pertuis et un de Manosque), tous fréquemment rencontrés chez les notaires aixois : Josse de Lunel et Bonsenhor Profach sont en 1496 des « maïores », des Juifs « riches » selon la classification de 1493 étudiée ailleurs14, souvent « bayions » ou dirigeants communautaires ; les médecins de Pertuis viennent fréquemment régler leurs affaires dans la cité aixoise : maître Nathan Passapayre y a d’ailleurs une maison dans la juiverie, et Mosse Nathan est le fils du chirurgien de Pertuis, maître Astrug Nathan, appartenant à la famille savante et réputée des Nathan d’Arles15. Quant à Ferrier Marnan, c’est lui dont la maison a été attaquée dans le sac de la juiverie de Manosque en mai 1495, un an plus tôt16. S’est-il réfugié à Aix ? Cela n’est pas exclu ; d’autant plus que son épouse Bella est aixoise, fille de Vitalis Jacob Bonsenhor et de Régine17.

  • 18 Variété de gingembre, selon P. Pansier, Histoire de la langue provençale à Avignon du xiie au xixe(...)

17Ces Juifs s’entendent donc pour acheter ensemble à Aymeric Malespine des marchandises en quantités importantes : ils acquièrent pour 504 florins, deux quintaux et 16 livres de poivre, deux quintaux et 16 livres de gingembre belledin18, et 36 quintaux d’amandes émondées et concassées. On ne peut certes pas utiliser ces données sur les prix, dès lors que les achats ne concernent pas seulement les épices : un seul exemple fait état de la seule acquisition de poivre (un quintal pour 50 florins) par Josse de Lunel justement, en 1475.

  • 19 Cf. plus haut note 12.

18Les trois autres transactions où n’interviennent pas des Juifs ont été relevées cependant : on peut y voir les frères Nas toujours concernés par ce commerce des épices ; d’autres marchands opèrent aussi sur ce marché : les Penchinat, appartenant à une famille de marchands et nourriguiers aixois possédant de nombreux biens dans le terroir d’Eguilles. Ici justement, c’est un marchand milanais, qui pour un achat non négligeable de 253 florins et 4 gros de cuirs de basane et de laines, a laissé en gages à Jean Penchinat une caisse pleine de « sinamon » ou cannelle pesant 187 livres, et une balle de poivre pesant avec la toile de jute 184 livres. Ce qu’il y a d’intéressant en outre, c’est que lors de la restitution des gages, un apothicaire et trois autres marchands sont sollicités pour vérifier leur poids : Thomassin de Thomassin marchand originaire du Vesoul, installé à Aix depuis le milieu du xve siècle ; Girard Nas et son fils Simon (ce dernier, Simon Nas, épousera au début du xvie siècle une néophyte, l’ex-juive Régine Abram, fille du médecin dracennois évoqué plus haut)19.

19En définitive, au terme de l’examen de ces quelques actes notariés, il est permis de dire que les Juifs d’Aix et de Provence acqueraient certaines quantités d’épices pour les revendre ; ces denrées (safran, gingembre, poivre) ils les acqueraient auprès d’apothicaires et d’épiciers, auprès de marchands chrétiens qui dominaient le marché.

20Achat d’épices pour le petit négoce, la revente ; achat d’épices aussi pour satisfaire à d’autres besoins : les exigences fiscales (les redevances en épices auxquelles les collectivités juives étaient souvent astreintes) ; les besoins de la consommation ; la composition de remèdes et recettes médicales.

Redevances en épices

  • 20 D. Iancu, Les Juifs en Provence..., op. cit., p. 190.

21On sait par exemple pour Arles au xve siècle, que l’archevêque percevait sur les Juifs de sa cité une redevance de 20 livres de poivre à l’occasion de la fête des Rameaux. On trouve dans les archives aixoises semblable imposition pour les Juifs de Trets : dans l’acte de vente de la petite synagogue de Trets, enregistré chez notaire en 149320 par deux médecins juifs de Trets, il est inscrit que cette synagogue devait un cens de 6 gros au seigneur de cette ville à acquitter à chaque fête de la Nativité, et une redevance d’une livre de poivre destinée au prélat aixois Philippe Herbert, archevêque d’Aix.

  • 21 Annales de la Sainte Eglise d’Aix, 1668, p. 160.

22Ces redevances en poivre sont certes une survivance de cens fixés très tôt et conservés tels quels : on peut rappeler à cet égard une vieille charte de l’an 1283, citée par Pitton au xviie siècle21, mais dont aucune trace n’a été retrouvée dans les archives, selon laquelle, l’archevêque d’Aix Rostang de Noves accordait aux Juifs de Saint-Maximin, Lambesc, Pertuis et des villages d’Istres, Cadenet, Trets et Lançon, l’autorisation d’avoir synagogue et cimetière à condition de payer tous les ans une certaine quantité de poivre (une demi-livre à deux livres).

  • 22 Archives du Musée Arbaud (Aix), Cahier « Vulpes », Pierre Sénéquier, f° 48.

23On peut citer aussi cet acte du 27 juin 1403 signalant la livre de poivre due par la communauté juive d’Aix à Guillaume de Littera, pour droit d’enterrer au « Podium judaïcum »22.

Les besoins alimentaires

  • 23 Comptes du roi René (par G. Arnaud d’Agnel), 3 vol., Paris, 1908-1909-1910. Mention de provisions (...)
  • 24 L. Stouff, Ravitaillement..., op. cit., p. 214-215.

24Si l’on sait que les potages du roi René comportaient des épices23, si pour la Table des Papes la liste des achats hebdomadaires en épices nous est rapportée par Louis Stouff24 (liste faite de cannelle, girofle, safran et graine de Paradis) qui nous indique aussi que le clavaire de l’archevêché d’Arles se procure en 1431 gingembre blanc, girofle, noix muscades, safran, poivre, cannelle et graine de Paradis, à un niveau plus humble, la présence de mortiers dans les maisons est peut-être le signe d’une consommation d’épices assez répandue.

  • 25 Arch. dép. des B.-du-Rh., Aix, 308 E 360, f° 274.

25Dans l’inventaire après décès des biens d’Astruc Orgier en 1444, on trouve deux mortiers de pierre (duos morterios lapidis) ; de même, chez Benvegut Jacob en 1465, trouve-t-on un mortier de pierre (unum bunum morterium lapidis) ; ces mortiers devaient servir à piler les épices, mais aussi le sel, l’ail25.

26Quant aux épices entrant dans la composition des remèdes, on en trouve mention dans les Comptes du roi René :

  • 26 G. Arnaud d’Agnel, op. cit. : source donnée D 2510, f° 9 v°, mai-juin 1479.

« Paiement à Christophe Brotart, apothicaire de 10 florins et 10 gros pour 52 livres, autres noix confites au miel, garnies de girofles, cannelle, galmigal (coquelicot) et graines de paradis et autres espèces qu’il a semblablement faites, lesquelles il nous a baillées et délivrées à raison de 2 gros et 3 patacs par livre »26.

  • 27 N. Coulet, « Documents aixois (première moitié du xve siècle) », Razo n° 4, Le corps souffrant : m (...)

27De même Noël Coulet dans Razo a relevé pour le remède contre la goutte une référence à Arnaud de Villeneuve qui conseille, pour prévenir les crises, d’user fréquemment de diurétiques dont entre autres la noix muscade. La décoction de graine de moutarde est requise, semble-t-il aussi, dans la composition du remède contre les hémorroïdes27.

  • 28 D. Iancu-Agou, « Documents sur les Juifs aixois et la médecine au xve siècle : médications et ouvr (...)

28De mon côté, fin xve siècle, j’ai trouvé un seul acte de ce genre28 : il s’agit de l’achat à crédit d’une « certaine quantité de lin et de sénevé ou moutarde » (certe quantitatis Uni et cinapi sive « mostarde ») par deux Juifs aixois, Josse Crescas de Riez et Mosse Crescas de Riez, fils de médecin. Ces deux frères s’engagent pour le Carême, à payer à parts égales la somme de 7 florins au vendeur qui est un notaire de Pertuis. C’est en somme un sinapisme ou cataplasme (dont la moutarde fait la base et que l’on applique pour déterminer la rubéfaction de la partie et produire une excitation générale ou révulsion) que ces deux Juifs ont acheté en 1481. Un seul exemple ayant trait à une médication, ici en l’occurrence un emplâtre, que deux Juifs se procurent chez un chrétien. Ainsi échangeait-on des recettes, des thérapeutiques criculant d’un milieu à l’autre.

29Tels sont les éléments que l’on a pu collecter.

30On n’a pas ambitionné, dans cette contribution, de traduire ce qu’était tout le commerce des Juifs en matière d’épices ; en livrant ces données, on a voulu davantage faire état de ce que l’on trouve dans les archives, même s’il faut constater que cela recouvre peu de choses. Par ailleurs, il faut compter avec les hasards de la transmission : on ne possède pas tous les actes, et pour la fin du xve siècle, les dépouillements d’archives sont en cours ; en outre, quand il y a eu enregistrement d’un achat (ou d’une vente, ou d’un prêt) chez notaire, les contours sont parfois flous dans l’objet de la transaction qui n’est pas toujours explicitée : plus d’un acte fait état d’un paiement (ou délai de paiement) « pour cause d’achat d’une certaine quantité de marchandises » (certe quantitatis mercanciarii).

31Dans le trafic des épices, qui sont en somme en Provence des articles d’importation venant diversifier le régime alimentaire, le Juif apparaît dans sa fonction d’intermédiaire. On a montré ailleurs qu’il fut un intermédiaire culturel par excellence grâce à ses vertus linguistiques. Ici encore, il semble faire le relai entre les gros marchands et les consommateurs, entre ceux qui stockent et vendent, et ceux qui achètent au détail et consomment.

TRANSACTIONS D’EPICES OU APPARAISSENT LES JUIFS

TRANSACTIONS D’EPICES OU APPARAISSENT LES JUIFS

AUTRES TRANSACTIONS OU N’APPARAISSENT PAS DE JUIFS

AUTRES TRANSACTIONS OU N’APPARAISSENT PAS DE JUIFS

Notes

1 N. Coulet, Aix-en-Provence. Espace et relations d’une capitale (milieu xive-milieu xve), Aix, 1979 (dactylographiée, p. 498, notes 418, 419), paru aux Editions de l’Université de Provence. L. Stouff, par contre, dans son Alimentation et ravitaillement en Provence aux xive et xve siècles (Paris Mouton et Cie, La-Haye, 1970) avance « que le trafic des épices fut une spécialité des Juifs » (p. 214) ; il fait état des « comptes de péage signalant les passages de quelques Juifs transportant ces denrées » (p. 214).

2 Deux volumes, Marseille, 1884-1885. Cf. aussi I. Loëb, « Les négociants juifs à Marseille au début du xiiie siècle », Revue des Etudes Juives (R.E.J.), 1888, t. XVI, p. 73-83.

3 R. Pernoud, Les statuts municipaux de Marseille, Paris-Monaco, A. Picard, 1949, p. 156. Cf. aussi R. Pernoud et R. Busquet Histoire du commerce de Marseille, t. 1, Plon, Paris, 1949 : « C’est à chaque instant que l’on rencontre dans les navires en partance pour Tunis ou Bougie des noms de commerçants juifs parmi lesquels se distingue surtout la famille Ferrus-sol, dont certains étaient probablement fixés à Bougie, où se trouvait une puissante colonie juive ».

4 T. II, Paris, 1951, p. 95, note 3.

5 Au printemps 1332, nombre de cas sont relevés de marchands génois vendant de grosses quantités de poivre et de gingembre à des commerçants marseillais et avignonnais.

6 Ibid., p. 66 (Arch. dép., Chanot. 18, f° 33 v°).

7 Le 29 juillet 1397, Thomas Colomier reçoit en commande d’Antonio de Nicolin, florentin habitant Marseille, 16 rames de papier toscan et deux pièces de camelot d’Asie Mineure (chemellorum) à porter à Bône sur le St-Jean, qu’il doit échanger là-bas in grana paradisus (sinon en cire ou en cuir). Ibid., p. 111.

8 Ibid., t. II, p. 696.

9 On a livré le testament de sa soeur, Boniaqua Salaminas. Cf. D. Iancu-Agou, « Autour du testament d’une juive marseillaise (1480) », Revue municipale de Marseille, n° 132-133,1983, p. 30-35.

10 Cf. D. Iancu-Agou, « Les relations entre les Juifs de Marseille et les communautés juives d’Afrique du Nord à la fin du xve siècle », Les relations intercommunautaires juives en Méditeranée occidentale xiiie-xxe siècles, Paris, C.N.R.S., 1984, p. 23-33.

11 Girard Nas est mercier et Léonard, marchand et mercier, travaille aussi à la confection des vêtements de l’entourage du roi et plus particulièrement des serviteurs de l’écurie du roi. Fr. Piponnier, costume et vie sociale à la cour d’Anjou, xive-xve siècle, Paris-La Haye, 1970.

12 Ce médecin opulent est maître Massip Abram qui octroie en 1469 une dot exceptionnelle de 2 000 florins à sa fille Régine lorsqu’elle épouse le futur médecin aixois Bonet Astrug de Lattes (présent dans le tableau avec les 10 onces de safran avancées à un laboureur de Trets). Cf. D. Iancu-Agou, « Mariage et conversion chez les Juifs provençaux sous le roi René », Minorités et marginaux en Espagne et dans le Midi de la France, viie-xviiie siècles, Paris, C.N.R.S., 1986, p. 353-384.

13 De Roure (« Les néophytes en Provence et leur taxe par Louis XII en 1512 », Bulletin de la Société Scientifique et Archéologique de Draguignan, XXV, 1904-1905) le présentait comme un néophyte ; chez les notaires d’Aix, nous n’avons trouvé nulle trace de souche juive. Par contre, on l’a vu, à l’extrême fin du xve siècle, consentir de gros prêts aux Juifs de Provence. Cf. D. Iancu, Les Juifs en Provence (1475-1501). De l’insertion à l’expulsion, Marseille, 1981, p. 104, note 75.

14 D. Iancu-Agou, « La communauté juive aixoise à l’extrême fin du xve siècle : dissensions internes et clivage social », Proceeding of the Seventh World Congress of Jewish Studies, Jerusalem, 1981, p. 9-27. Ces deux notables embrasseront le christianisme au moment de l’expulsion. Cf. D. Iancu, Les Juifs en Provence..., op. cit., p. 183.

15 Cf. mon étude dans \aR.E.J. (dans le t. CXLVI, 1987, fasc. 1-2, p. 5-62) sur « Une vente de livres hébreux à Arles en 1434. Tableau de l’élite juive arlésienne à la fin du xve siècle ». Cf. surtout L. Stouff, Arles à la fin du Moyen Age, Aix (éd. de l’Université de Provence), 1986.

16 D. Iancu, Les Juifs en Provence..., op. cit., p. 125, 135, 147, 157, 240.

17 Arch. dép. des B.-du-Rh (Aix), 306 E 418, P 42 v°, 11 avril 1487.

18 Variété de gingembre, selon P. Pansier, Histoire de la langue provençale à Avignon du xiie au xixe siècle, Avignon, 1924-1927, t. III, p. 22.

19 Cf. plus haut note 12.

20 D. Iancu, Les Juifs en Provence..., op. cit., p. 190.

21 Annales de la Sainte Eglise d’Aix, 1668, p. 160.

22 Archives du Musée Arbaud (Aix), Cahier « Vulpes », Pierre Sénéquier, f° 48.

23 Comptes du roi René (par G. Arnaud d’Agnel), 3 vol., Paris, 1908-1909-1910. Mention de provisions de bouche pour le 10 mai 1476 (B. 215, f° 13) : « A Coline, 4 gros et 4 patacs, à acheter des espices et autres choses pour faire des potages pour le roi ».

24 L. Stouff, Ravitaillement..., op. cit., p. 214-215.

25 Arch. dép. des B.-du-Rh., Aix, 308 E 360, f° 274.

26 G. Arnaud d’Agnel, op. cit. : source donnée D 2510, f° 9 v°, mai-juin 1479.

27 N. Coulet, « Documents aixois (première moitié du xve siècle) », Razo n° 4, Le corps souffrant : maladies et médications, Univ. de Nice, 1984, p. 124.

28 D. Iancu-Agou, « Documents sur les Juifs aixois et la médecine au xve siècle : médications et ouvrages », Actes du 110 Congrès des Sociétés Savantes (Montpellier, 1985). Santé, médecine et assistance au Moyen Age, Paris, éd. du C.T.H.S., 1987, p. 253-254 et 261-262.

Notes de fin

* Danièle IANCU, Chargé de Recherche.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3139/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre TRANSACTIONS D’EPICES OU APPARAISSENT LES JUIFS
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3139/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 449k
Titre AUTRES TRANSACTIONS OU N’APPARAISSENT PAS DE JUIFS
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3139/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3139/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 735k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540