Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Herbes, drogues et épices en Méditerranée

 | 
Georges J. Aillaud
, 
Patrick Boulanger
, 
Marcel Courdurie
, 
et al.

Le mastic de Scio vu par les voyageurs européens aux xvie et xviie siècles*

Jean-Pierre Farganel

Texte intégral

  • * Jean-Pierre FARGANEL, Professeur agrégé d’Histoire-Géographie.

1La collecte et la consommation du mastic de Scio, gomme résineuse, sécrétée par le Lentisque Pistachier, sont attestées depuis des temps très reculés. Sans remonter jusqu’à la plus haute antiquité comme n’hésitaient pas à le faire certains érudits des temps modernes, une brève histoire de son exploitaton et de son rôle social peut être retracée à travers l’étude de quelques relations de voyages significatives des xvie et xviie siècles. Une telle approche ne prétend pas être exhaustive, toutefois, elle peut apporter quelques compléments d’information à des sources qui envisagent essentiellement les xviiie et xixe siècles.

LE MASTIC DE SCIO : LE POINT SUR LES SOURCES CLASSIQUES

2Le centre de production du mastic est traditonnellement l’Ile de Scio, située à peu de distance d’Izmir ou Smyrne sur la côte anatolienne de la Mer Egée. Le mastic est secrété par un petit arbre connu sous le nom d’arbre à mastic.

3C’est un petit arbre à feuilles persistantes, appartenant à l’espèce des Lentisques Pistachiers (Lentiscus Pistacia), qui croît dans les régions arides du bassin méditerranéen. Son fruit globuleux et noirâtre produit une huile comestible. Toutefois, ce végétal est plus particulièrement prisé pour son suc résineux communément appelé mastic. Celui-ci revêt la forme de larmes plus ou moins grosses qui sourdent le long du tronc de la plante. Ce suintement est grandement facilité par la pratique d’incisions sur l’écorce. Les larmes du mastic sont oblongues, jaune pâle et recouvertes d’une poussière blanchâtre, leur cassure présente un aspect vitreux.

4Le grand dictionnaire Larousse du xixe siècle consacre un article au mastic. Il présente l’arbre qui secrète le mastic de Scio comme une variété de Lentisque dont les feuilles sont plus grandes que celles du Lentisque ordinaire. Elle est obtenue, selon lui, par une sélection fondée sur les techniques traditionnelles que sont les greffes et les marcottes. Plus vraisemblablement, il ne s’agit pas d’une variété nouvelle mais d’arbres qui croissent dans un milieu plus favorable que le nord de la Méditerranée.

5De nos jours, l’usage du mastic n’est pas tombé en désuétude, et si certaines de ses utilisations sont restées traditionnelles, d’autres entrent dans des techniques industrielles très élaborées. En effet le mastic de Scio est encore utilisé comme masticatoire en Grèce et en Turquie, et les Turcs le mêlent à une eau de vie " le Raki ". L’industrie du xxe siècle n’a pas non plus négligé les étonnantes propriétés de cette résine : elle entre dans la composition de certains vernis fins à l’alcool ou encore dans l’élaboration de ciments dentaires.

6A l’époque moderne, les utilisations du mastic étaient aussi nombreuses, Pierre Pomet dans son " Histoire générale des drogues " (Paris, 1694) et Savary des Bruslons dans son " Dictionnaire universel de commerce " (Paris, 1723) fournissent de précieuses indications à ce sujet.

7Savary des Bruslons rapporte que le mastic était non seulement un masticatoire très recherché mais aussi une panacée à usage médical dont la principale vertu était, paraît-il, d’apaiser les maux de dents. Déjà au xviiie siècle, cette résine servait à fabriquer des vernis, et les joalliers la mélangeaient à de la térébenthine au noir d’ivoire afin de constituer un fond qui rehaussait l’éclat des diamants.

8Le grand dictionnaire Larousse du xixe siècle est à peine plus complet et précise que : " Dans l’Empire ottoman, les femmes turques, grecques, arméniennes et juives mâchent avec délices cet odorant mastic, surtout le matin ; il se ramollit, parfume l’haleine, fortifie les gencives et blanchit les dents. On le brûle dans des cassolettes pour parfumer les appartements, on le mêle à la pâte et on en fait un pain agréable ".

9On emploie encore le " mastic " pour fumigations importantes, la teinture faite avec une partie de mastic pour quatre d’alcool est un tonique usité en Europe dans le traitement des catarrhes chroniques ; on considère le mastic comme utile dans les diarrhées séreuses ; on l’administre en pilules, à la dose de 0,50 à 2 grammes.

  • 1 Larousse du xixe siècle, t. X, p. 1318.

10Au temps d’Hippocrate, on considérait le mastic comme un balsamique vulnéraire d’une application utile, comme anticalculeux, antigoutteux, anticatarrhal1. Si ces sources sont précieuses pour la connaissance de l’usage du mastic aux xviiie et xixe siècles elles ne le sont pas moins quand il s’agit de préciser la nature de ce produit :

  • 2 Savary des Bruslons, Dictionnaire universel de commerce, Paris, 1723, p. 691.

" Cette gomme coule du tronc et des grosses branches de l’arbre pendant les grandes chaleurs, sans qu’il soit besoin d’y faire d’incision ; mais avec plus d’abondance quand l’arbre est incisé. On prépare seulement une fosse pavée, pour y recevoir la larme du mastic quand elle tombe "2.

11Comme Savary des Bruslons, Pierre Pomet s’est attaché à décrire cette gomme sans s’attarder aux caractéristiques de la plante qui la secrète. Toutefois, malgré sabrièveté, le chapitre qu’il consacre au mastic en larme n’en est pas moins digne d’intérêt. Dans une certaine mesure il permet de cerner la différence qui était faite entre le mastic en larme et le mastic en sorte :

  • 3 Pierre Pomet : Histoire générale des drogues, Paris, 1694, p. 112.

" On choisira le mastic en grosses larmes, d’un blanc doré, lequel étant un peu mâché, devienne comme de la cire blanche. Le meilleur est celui de Scio, étant plus gros et d’un goût plus balsamique que celui qui nous est apporté du Levant par la voye de Marseille ; mais ce dernier est presque le seul qu’on nous apporte en France, il faut le choisir en sorte, c’est-à-dire qu’il n’aye point été trayé, en grosses larmes et de la couleur cy-dessus, et le moins chargé d’ordures qu’il se pourra "3.

12Malheureusement " Le Dictionnaire universel de commerce " et " l’Histoire générale des drogues " sont pauvres en informations sur la plante, elle-même, qui secrète le mastic, aussi, faut-il se reporter une fois de plus au Larousse du xixe siècle, dont les indications sont très succinctes :

  • 4 Larousse du xixe siècle, t. X, p. 1318.

" Le Lentisque Pistachier qui fournit la résine à laquelle on donne le nom de mastic n’est pas la seule espèce qui en fournisse mais c’est la plus remarquable ; c’est celle que l’on cultive dans l’Ile de Chio ; elle n’en diffère que par de larges feuilles de celles du sud de l’Europe... "4.

13Ces sources apportent peu de renseignements sur l’exploitation et la commercialisation du mastic de Scio. Elles précisent tout au plus que celles-ci font l’objet d’un monopole d’Etat qui se traduit par l’affermage par le sultan des revenus du mastic au douanier de Constantinople.

  • 5 N.B. Les archives de la Chambre de commerce de Marseille recèlent quelques données sur les importa (...)

14Les sources sont pratiquement muettes en ce qui concerne les quantités de mastic collectées et commercialisées. Savary des Bruslons mentionne que chaque année à Smyrne l’on vend trois cents caisses de ce produit pesant chacune un quintal un tiers5.

15Malheureusement Savaray des Bruslons ne cite pas ces sources et nous ne savons pas quel crédit nous pouvons accorder à ces chiffres. Par conséquent, les interrogations sur la culture, la collecte et la commercialisation du mastic restent pratiquement entières. De même peu de choses sont révélées en ce qui concerne les techniques de culture du Lentisque, ou encore la place que prend ce produit dans la société ottomane. Heureusement, ces insuffisances sont palliées dans une certaine mesure par les relations de voyages.

UN APPPORT ORIGINAL A LA CONNAISSANCE DU MASTIC DE SCIO LES RELATIONS DE VOYAGES FAITS AU LEVANT

16Les voyageurs français qui ont parcouru l’Empire ottoman aux xvie et xviie siècles, furent pour la plupart frappés par les remarquables propriétés du " Mastic de Scio et du Lentisque Pistachier " qui le secrète.

17Les relations de voyage, à de rares exceptions près, mentionnent l’existence de cette résine. Malheureusement ces sources sont d’inégale qualité. En effet, si quelques-unes sont particulièrement riches, d’autres sont au contraire indigentes et se réduisent à quelques généralités.

18Cette brève enquête, fondée sur une douzaine de relations de voyages, permet déjà de dégager des éléments intéressants et surtout de percevoir une évolution dans la perception du mastic par les voyageurs.

19Il est remarquable que les voyageurs de la seconde moitié du xviie siècle aient été plus exhaustifs que ceux des périodes précédentes, notamment sur le plan des observations botaniques et sur celui du rôle social joué par le mastic dans l’Empire ottoman.

20Déterminer les relations précises de ce changement d’attitude nécessiterait une étude complète qui nous entraînerait trop loin de notre propos initial, toutefois, quelques hypothèses peuvent être esquissées.

21Celles-ci puisent leurs sources dans l’évolution de la pensée à l’époque moderne. En effet, si beaucoup de voyageurs du xvie siècle et du premier xviie siècle accordaient peu d’importance aux descriptions botaniques, c’est qu’ils étaient profondément imprégnés des philosophies platoniciennes et aristoteliciennes ; pour eux, le Lentisque n’était qu’un avatar de l’idée, de l’essence d’arbre, un aspect particulier d’une vérité plus générale.

22Au contraire, les auteurs de la fin du xviie siècle et du premier xviiie siècle ont parfaitement assimilé les leçons de la révoluton scientifique des années 1640-1700. On constate chez eux une volonté d’approche systématique de leur sujet non seulement sur le plan qualitatif, mais encore quantitatif. Leur démarche était devenue scientifique, cela était particulièrement vrai pour Joseph Pitton de Tournefort qui fut l’un des fondateurs de notre botanique contemporaine en inventant une classification des végétaux fondée sur la notion d’espèces naturelles. Cette même démarche s’appliquait aussi aux aspects sociologiques de la question.

23Les remarques de Pierre Belon concernant le mastic de Scio sont succinctes et un peu décevantes. En effet, cet humaniste célèbre pour avoir jeté les bases de l’anatomie comparée, médecin et botaniste de surcroît, n’accordait que peu de place au Lentisque dans la relation qu’il faisait du mastic de Scio. Tout au plus identifiait-il l’arbre qui sécrétait cette résine comme un Lentisque cultivé par les insulaires.

  • 6 Belon, Voyages et observations, Paris, 1553, p. 86.

" La seule Isle de Chio entre toutes les autres baille le Mastic, combien que Galien au second de Glaucon loue le mastic égyptien : toutefois je sçay que pour le jourd’huy il n’y en a qu’en Chio, ou les arbres de Lentisques y sont cultivez avec telle diligence ; qu’ils n’y font moindre despence et labeur en les cultivant, que ne font nos vignerons aux vignes "6.

24Les successeurs de Pierre Belon, ceux du xvie siècle comme André Thevet, ou ceux de la première moitié du xviie siècle comme Pietro Della Valle, Beauvau ou Deshayes ne furent guère plus précis. André Thevet s’étonnait qu’un arbre puisse secréter une gomme aux extraordinaires, quant à Della Valle et Deshayes ils daignaient à peine nommer le végétal. Seul Beauvau introduisait quelques éléments descriptifs dans sa relation.

  • 7 Beauvau, Relation journalière..., Nancy, 1615, p. 26.

" Le Mastic et les arbres qui le portent sont tout au long de la marine fort petitz et bas de terre ayant la feuille comme buys ou Lentisque. L’on les taille treize fois l’an prés du tronc, pour en faire distiller ledict mastic, qui sort comme des larmes "7.

25Les descriptions ne devinrent plus précises que dans le second tiers du xviie siècle. Les indications portant sur la localisation des arbres devenaient plus nombreuses, l’arbre à mastic, surtout, était vraiment apparenté au Lentisque. La relation de Fermanel était exemplaire à cet égard, face à Du Loir qui ne se démarquait pas d’un Pierre Belon :

  • 8 Fermanel, Voyage d’Italie et du Levant..., Rouen, 1687, p. 201.

" Ce mastic croît à la partie de l’Isle qui regarde le midy et le Levant en l’espace deviron trois à quatre lieües, où il y a de petits arbres qui ont la feuille assez semblable du Lentisque "8.

26La seconde moitié du siècle marquait vraiment une évolution nette dans l’approche de la plante et de la gomme. Ce changement d’attitude caractérisait la relation de Jean Thevenot, qui n’était pas dénuée d’intérêt malgré une approche botanique encore indigente par moments.

  • 9 Thévenot, Relation d’un voyage fait au Levant..., Paris, 1664, p. 176-177-178.

" Ce village a proche de luy soixante arbres de Mastic que i alla y voir, se sont des Lentisques tortus comme des vignes, et rampans à terre. Dioscoride assure qu’ils rendent du mastic en plusieurs autres lieux, advoûant toutefois que le mastic qui vient d’ailleurs est plus rare et moins bon que celuy de Chio... "9.

27Jean-Baptiste Tavernier ne fut pas, lui non plus indifférent à la remarquable résine et porta son attention aux arbres qui la produisaient :

  • 10 Tavernier, les six voyages " page 30 livre 3e ", Paris, 1679.

" A troids lieües de la ville de Scio dans une montagne qui est au midy, il croit de petits arbrisseaux qui sont bien particuliers. Ils ont la feuille approchante de celle du myrrhe, et jettent leurs branches si longues qu’elles sont à terre en serpentant. Mais ce qui est admirable est qu’aussitôt qu’elles sont en bas, peu à peu elles se relèvent d’elles-mêmes... "10.

28La description effectuée par Joseph Pitton de Tournefort, compte sans doute, parmi les plus précises et les plus complètes de la période envisagée par cette enquête. Le fameux botaniste avait été chargé d’une mission d’étude au Levant par Monseigneur de Pont-chartrain. Il devait non seulement procéder à des observations zoologiques et botaniques, mais encore aborder des disciplines aussi diverses que l’archéologie ou l’histoire. L’esprit de Tournefort était marqué par une véritable démarche scientifique, non seulement, ce botaniste envisageait la plante sous tous ses aspects mais encore il accompagnait sa description systématique de données chiffrées.

  • 11 Tournefort, Relation d’un voyage fait au Levant, lettre IX, Paris, 1777, p. 68 à 70.

" Ces arbres sont arrondis et fort étendus sur les côtés, hauts d’environ dix ou douze pieds, à plusieurs tiges branchues, dès leur naissance, tortues dans la suite ; les plus gros troncs ont près d’un pied de diamètre, couverts d’une écorce grisâtre, raboteuse, gersée ; les branches se subdivisent en plusieurs rameaux chargez de feuilles composées de plusieurs paires rangées sur une côte creusée en goutière, longue d’environ deux pouces et demi sur une ligne de large, et comme dilatée en deux petites aîles vers l’insertion des feuilles disposées par trois ou quatre paires sur chaque côte, longues d’environ un pouce, étroites à leur naissance, pointues à leur extrémité, larges de demi pouce vers le milieu, relevées d’un filet considérable, répandu sur les cotez en subdivisions assez légères ; celui des cotez qui regarde la cote des feuilles est plus large et comme bossu ou anguleux. Les pieds de Lentisque qui fleurissent ne portent pas de fruits, et ceux qui portent des fruits ne fleurissent pas : dans les aisselles des feuilles poussent des fleurs entassées en grappes de neuf ou dix lignes de long : chaque fleur est à cinq étamines hautes de près d’une ligne, chargées d’un sommet un peu plus long, verdâtre ou purpurin, étroit, sillonné sur le dos, canelé de l’autre côté et rempli de poussière : les jeunes fruits naissent sur d’autres pieds ; et ces fruits ou embryons sont entassez en grappes pareilles d’abord à celles des fleurs, mais un peu plus longues dans la suite : chaque embryon est presque ovale, long d’environ deux tiers de ligne, orné de trois petites crêtes soyeuses, crochues couleur d’écarlate : il devient une coque de même forme, haute de trois lignes couverte d’une écorce un peu charnue, rouge, brun, puis noirâtre, luisante, aromatique, remplie d’un noyau blanc dont la pelure est roussâtre : ces arbres fleurissent au mois de mai ; les fruits ne meurissent qu’en automne et en hiver.
" Les Lentisques ne sont pas rares en Provence, en Languedoc ; mais leurs feuilles ne sont pas si grandes que dans le Levant... "11.

29Dans cette approche, pourtant très complète, Tournefort a négligé un aspect important de la question : le milieu naturel de la plante. Ce problème n’a pas été oublié par d’autres voyageurs qui affirmaient que les terroirs de prédilection du Lentisque Pistachier étaient particulièrement stériles, comme le faisait remarquer Della Valle :

  • 12 Della Valle, " Le fameux voyage... ", Paris, 1670, p. 8.

" Et il est à remarquer qu’en la moitié de cette Isle, où croissent ces arbres le terroir est tout pierreux et presque stérile et que l’autre moitié où l’on n’en voit point est très fertile... "12.

30Si beaucoup de voyageurs ont noté que le mastic de Scio se présentait naturellement sous la forme de larmes blanches, leurs descriptions sont imprécises, et il faut à nouveau se reporter à Tournefort :

  • 13 Tournefort, Relation d’un voyage fait au Levant, lettre IX, Paris, 1717, p. 68 à 70.

" On voit distiller le suc nourricier par petites larmes dont se forment peu à peu les grains de mastic ; ils se durcissent sur la terre et composent souvent des plaques assez grosses... "13.

31Les données sont beaucoup trop rares pour tirer la moindre conclusion en ce qui concerne la part de l’arbre dans la couverture végétale de l’Isle de Scio, tout au plus peut-on risquer quelques estimations hasardeuses pour le xviie siècle parce que les auteurs sont muets sur les origines de leurs informations.

32Nous tenterons néanmoins d’établir une grossière estimation à partir des quelques données chiffrées glanées dans les relations de voyages et le " Dictionnaire universel de commerce " de Savary des Bruslons.

33La relation de Pierre Belon est beaucoup trop imprécise pour être utile, en effet elle ne mentionne que les valeurs du tribut versé au sultan vers 1550, soit 5 000 ducats. Le quintal de mastic valant 105 ducats, ce tribut correspondant sensiblement à un poids de 2 300 kg. Toutefois dans l’ignorance de la part que ce tribut représentait dans la récolte totale du mastic, nous ne pouvons pas tenir compte de ces données. Aussi, nous fonderons-nous sur les relations de Deshayes, Fermanel, Thévenot et Tournefort qui mentionnent la totalité de la collecte.

34Pour Deshayes, on recueillait en 1621, deux cent cinquante caisses de mastic pesant chacune deux cents livres soit environ 24 475 kg. Une dizaine d’années plus tard, Fermanel ne trouvait plus que deux cent cinquante caisses de cent cinquante livres soit : 18 350 kg.

35Les chiffres avancés par Thévenot étaient du même ordre et présentaient une récolte qui atteignait les 27 000 oques, soit à peu près 27 000 kg. Seules les données de Tournefort s’éloignaient sensiblement de cet ordre de grandeur. Il estimait en effet, que le poids du mastic recueilli était de 100 025 oques, soit un peu plus de 100 tonnes. Les évaluations de Thévenot et de Tournefort étaient données respectivement pour les années 1650 et 1700-1702.

36Les chiffres de Tournefort semblent exagérés, d’une part, parce que ceux-ci sont multipliés par quatre ou même cinq, par rapport aux autres estimations et d’autre part surtout parce que ceux-ci, semble-t-il, excédent la capacité de production de l’îsle. En effet, en moyenne, un arbre à mastic produit annuellement quatre cents grammes de résine. Dans le cas où les conditions de la collecte seraient idéales, il ne faudrait pas moins de 250 000 arbres pour fournir les 100 tonnes de mastic avancées par Tournefort, et beaucoup plus, si l’on tient compte des pertes inévitables, parce qu’il est impossible de recueillir toute la résine qui s’écoule du tronc.

37Les estimations de Thévenot sont plus plausibles :

  • 14 Thévenot, Relation d’un voyage fait au Levant..., Paris, 1664, p. 176-177-178.

" Ils sont vingt deux villages qui ont des arbres de mastic, et entr’eux tous ils ont cent mille arbres de mastic, dont ils doivent donner au Grand Seigneur tous les ans, trois cens caisses qui font vingt sept mil oques, à quatre-vingt dix oques la caisse. Chaque oque est de quatre cens drag-mes "14.

38Ces arbres à mastic sécrètent une quantité théorique de résine de quarante mille kilogrammes, ce qui, compte tenu des pertes inévitables et des aléas climatiques correspond à la fourchette élaborée d’après les indications de Deshayes, Fermanel et Thévenot. Ces ordres de grandeur sont et autant plus plausibles qu’ils sont en accord avec ceux que l’on relève chez Savary des Bruslons, soit trois cents caisses pesant chacune un quintal un tiers vendues chaque année à Smyrne (19 500 kg).

39Les aspects essentiels du mastic de Scio sur le plan botanique, tels que les voyageurs des xvie et xviie siècles les ont perçus, ont été cernés, néanmoins notre vision de la question serait trop étroite si nous ne tentions pas de lui restituer sa dimension sociale.

LE MASTIC DANS LA SOCIETE OTTOMANE AUX xvie ET xviie SIECLES

40Si parfois les voyageurs européens se montrèrent peu empressés pour décrire le Lentisque et la résine qu’il secrète ceux-ci se révélèrent dans bien des cas de précieux informateurs en ce qui concerne la culture du mastic, sa collecte, et son rôle social.

a) Les travaux et les jours

41Les sources classiques jettent quelques clartés sur les techniques de culture du Lentisque et sur les méthodes employées pour la collecte de sa résine. Il en ressort que la marcotte (repiquage d’une branche dans le sol, à fin de reproduction) et l’incision afin de recueillir la gomme étaient les opérations essentielles de cette culture qui faisait également appel aux greffes selon le Larousse du xixe siècle. Malheureusement ces sources sont muettes à propos de la périodicité de ces opérations.

42Les voyageurs du xvie siècle et du premier xviie siècle n’étaient guère plus précis. Pierre Belon, par exemple, notait dans sa relation que les travaux dans les champs de Lentisques s’apparentaient fortement à ceux de la vigne. La plupart des auteurs envisagés dans cette étude étaient assez vagues et révélaient tout au plus que la période de production de l’arbre se situait en juillet en août.

43Les relations de la seconde moitié du xviie siècle contiennent les informations des plus substantielles, c’est notamment le cas de celles de Thévenot et de Tournefort. Ces dernières dénotaient une grande permanence dans la pratique de la culture du Lentisque Pistachier. A près d’un demi siècle de distance les observations de Thévenot et de Tournefort présentaient beaucoup de points communs, toutefois la relation de Tournefort était plus complète. D’après ces auteurs, la culture du Lentisque se partageait entre trois grandes phases. La première, était le marcottage, parfois accompagné de l’émondage en octobre, la seconde était marquée par l’incision des arbres en août et en septembre. La dernière phase, quant à elle, était sans nul doute la plus pénible. Elle consistait à recueillir le mastic tombé sur le sol et à le passer au sas afin de le séparer des ordures qui s’y étaient agglutinées. Cette opération était si salissante qu les sasseurs devaient se laver la figure à l’huile pour se débarrasser de la poussière gluante qui leur collait au visage.

  • 15 Tournefort, Relation d’un voyage fait au Levant, lettre IX, Paris, 1717, p. 68 à 70.

" Tout bien considéré, ce n’est pas la culture qui les rend propres à donner ce mastic... Il faut donc conserver et provigner les pieds, dont le suc nourricier s’épanche abondamment par les incisions : c’est par cette raison que les Lentisques ne sont pas alignés dans les champs ; mais qu’ils naissent par gros pelotons... l’entretien de ces arbres ne demande aucun soin ; il n’y a qu’à les bien choisir et les faire multiplier en couchant dans terre les jeunes tiges : on émonde quelque fois les Lentisques dans la lune d’octobre ou pour mieux dire, on décharge leur tronc des nouveaux jets qui empêcheraient les incisions... "15.

  • 16 Tournefort, Ibid.

44Tournefort notait que les incisions se faisaient le 1er août : " Coupant en travers et en plusieurs endroits l’écorce des troncs avec de gros couteaux sans toucher aux jeunes branches "16. La récolte du mastic était soumise à certains aléas climatiques, et la pluie en particulier pouvait ruiner la première récolte en détrempant le sol. Les quantités de mastic les plus importantes étaient collectées durant la première quinzaine du mois. A ce moment, le mastic se présentait sous la forme de grosses larmes ou de plaques que l’on recueillait en balayant soigneusement le sol sous l’arbre.

45En septembre, le Lentisque fournissait encore du mastic, mais en moindre quantité, aussi fallait-il le passer au sas pour le séparer de la poussière et des ordures auxquelles il était mêlé. Cette diminution de la production du mastic était liée au fait que l’arbre entrait dans sa phase de sommeil hivernal.

b) De l’usage du mastic de Scio

46Beaucoup de voyageurs ont perçu les applications " gastronomiques " du mastic de Scion, sans pour autant aborder les autres aspects de son utilisation.

47Tournefort avait une vision plus large de la question, sans doute parce qu’il était médecin. Pour lui ce n’était pas seulement une gomme à mâcher ou un ingrédient culinaire que l’on mêlait à la pâte du pain, mais aussi un remède.

  • 17 Tournefort, Ibid.

" Les sultanes consomment la plus grande partie du mastic destiné pour le serrail, elles en maschent pour s’amuser, pour rendre leur soufle plus agréable le matin à jeun : on met aussi des grains de mastic dans des cassolettes et dans le pain avant que de le mettre dans le four ; le mastic d’ailleurs est bon pour les maladies de l’estomac et des premières voyes, pour arrêter les pertes de sang, et pour fortifier les gencives... "17.

48Les applications artisanales du mastic de Scio n’ont pas été envisagées par Tournefort, peut-être est-ce parce que celles-ci étaient peu fréquentes en Orient ? Les relations de voyage, pas plus que le Dictionnaire universel de commerce de Savary des Bruslons ou le Larousse du xixe siècle ne permettent de trancher.

c) Le rôle social du mastic

49Les relations de Jean Thévenot et de Joseph Pitton de Tournefort constituent à bien des égards, des précieux témoignages sur l’importance que revêtait le mastic de Scio dans la société ottomane. Sa production et sa commercialisation faisaient l’objet d’un monopole d’Etat, et les autorités ottomanes veillaient avec un soin jaloux sur toutes les opérations de son exploitation.

50Thévenot et Tournefort confirment et précisent les observations d’autres voyageurs comme Fermanel qui précisait que toute infraction au règlement était punie de mort. Par la suite, la loi semble s’être adoucie puisque le contrevenant n’était plus passible que des galères et de la confiscation de ses biens. Jean Thévenot avait été très sensible aux mesures draconiennes instaurées par les autorités ottomanes afin de prévenir toute fraude dans l’exploitation du mastic.

  • 18 Thévenot, Relation d’un voyage fait au Levant..., Paris, 1664, p. 176-177-178.

" Et c’est pour cela mesme qu’ils tiennent sur toutes les avenues des lieux où il y a de ces arbres, des gardes qui demeurent dans des petites maisonnettes basties exprès, ces gardes visitent tous ceux qui passent, pour voir s’ils n’emportent point de mastic, et ils visitent si exactement que mon janissaire me contoit qu’ils en trouvèrent une fois à une femme un bon morceau qu’elle avait caché dans ses parties les plus secrettes. Ceux qui sont surpris emportans ainsi du mastic sont envoyez en galère sans remission... "18.

51Tournefort fut plus sensible à l’aspect administratif et social de la question. Il soulignait dans sa relation comment les dignitaires ottomans prélevaient leur quote-part sur la récolte du mastic :

  • 19 Tournefort, Relation d’un voyage fait au Levant, lettre IX, Paris, 1717, p. 68 à 70.

" Le Cadi de Scio reçoit trois caisses de poids du quatre vingt dix oques chacune, il en revient une caisse à l’écrivain du village qui tient les registres de ce que les particuliers doivent de mastic : l’homme du douanier qui pèse le mastic, en prend une poignée sur la part de chaque particulier : une autre personne qui est encore au douanier en prend autant pour la peine qu’il a de ressasser cette part : si quelqu’un est surpris portant du mastic à la ville ou aux villages où l’on ne cultive pas des Lentisques, il est condamné aux galères et dépouillé de tous ses biens... "19.

52Thévenot, comme Tournefort ont noté la solidarité qui s’était développée chez les paysans sciotes face aux autorités ottomanes, afin de pallier les conséquences d’une mauvaise récolte. En effet, les paysans qui disposaient d’un surplus le vendaient volontiers à ceux qui ne pouvaient pas fournir le quota de mastic qui leur était demandé, ou encore le gardaient pour l’année suivante en prévision d’une mauvaise récolte. Bon an mal an les Sciotes fournissaient toujours le contingent de mastic qui leur était imposé et dans ces conditions il était difficile de vendre du mastic en dehors des circuits officiels. Dans le cas où ceux-ci désiraient vendre un surplus, ils ne pouvaient guère s’adresser au douanier, à moins de courir le risque de frauder. Tournefort notait enfin que les paysans qui cultivaient le Lentisque bénéficiaient d’un statut privilégié qui les mettait à l’abri des nombreuses vicissitudes que pouvaient connaître leurs coreligionnaires.

  • 20 Tournefort, Ibid.

" Les paysans qui ne recueillent pas assez de mastic pour payer leur portion, en achettent ou en empruntent de leurs voisins et ceux qui en ont de reste le gardent pour l’année suivante, ou le vendent secrètement : quelquefois ils s’en accomodent avec le douanier qui le prend à une piastre l’oque, et le vend à deux piastres et demi : ceux qui cultivent les Lentisques ne payent que la moitié de la capitation et portent la Sesse blanche autour de leur turban de même que les Turcs... "20.

53Les indications concernant les courants commerciaux dont le mastic de Scio faisait l’objet sont rares. Les relations de voyages comme les sources classiques sont pratiquement muettes à ce sujet à l’exception de quelques données fournies par " Le Dictionnaire universel de commerce " ou les archives de la Chambre de Commerce de Marseille.

54Le bilan est maigre et laisse nos interrogations entières. Sans doute faudrait-il se reporter à d’autres sources comme les rapports des consuls de Scio ou les enregistrements de nolisements pour parvenir à une conclusion. Toutefois cette entreprise sortirait du cadre de cette étude qui se fixait modestement le but de préciser la vision que les voyageurs occidentaux et surtout français avaient du mastic de Scio au cours des deux premiers siècles de l’époque moderne.

Importations de mastic (1700-1730)

Importations de mastic (1700-1730)

55La vision que les voyageurs des xvie et xviie siècles ont eu du mastic de Scio, constitue un saisissant résumé de l’histoire de la pensée européenne à l’époque moderne. En effet on discerne une lente évolution dont le tournant se situe au début de la seconde moitié du xviie siècle. Progressivement les voyageurs se dégagent des apriorismes hérités de l’Humanisme et adoptent une démarche intellectuelle nouvelle. Non seulement ceux-ci envisagent la question du mastic de Scio sous tous ces aspects qu’ils soient botaniques ou humains mais encore abandonnent petit à petit une analyse qualitative au profit d’une approche de plus en plus quantitative qui est une des marques du véritable esprit scientifique. Cette évolution s’achève à l’orée du xviiie siècle avec Pitton de Tournefort, mais celui-ci n’appartient-il pas déjà aux " Lumières " ?

De l’Ecorce de Mandragore.

De l’Ecorce de Mandragore.

Bibliographie

Bibliographie

SOURCES

Pomet, P., 1694.- Histoire générale des drogues, Paris.

Savary des Bruslons, J., 1723.-Dictionnaire universel de commerce, t. II, Paris.

Larousse, P.- Dictionnaire universel du xixe siècle.

Larousse, P.- Dictionnaire universel du xxe siècle, t. X.

Belon, P., 1553.- Les observations de plusieurs singularités et choses mémorables trouvées en Grèce, Asie, Judée, Arabie, et autres pays étrangers, rédigées en trois livres, Paris.

Beauvau, H. de, l615.-Relation journalière du voyage du Levant par Henri de Beauvau, Nancy.

Della Valle, 1670.- Les fameux voyages de Pietro Della Valle, Paris.

Deshayes de Cormenin, 1629.- Voyages du Levant, faits par le commandement du Roy en l’année 1621, Paris.

Fermanel, 1687.-Le voyage d’Italie et du Levant, Rouen.

Coppin, 1689.- Le bouclier de l’Europe ou la guerre sainte avec les voyages de l’auteur dans la Turquie, la Thébaïde et la Barbarie, Lyon.

Du Loir, 1654.- Les voyages du Sieur Du Loir au Levant, Paris.

La Boullaye Le Gouz, 1657.- Voyages et observations, Paris.

Tavernier, J.-B., 1679.- Les six voyages de L. J.-B. Tavernier en Turquie, en Perse et aux Indes, Paris.

Thévenot, J., 1664.- Relation d’un voyage fait au Levant, Paris.

Thevet, A., 1554.- Cosmographie du Levant, Lyon.

Tournefort, J. Pitton de, 1717.- Relation d’un voyage au Levant, Paris.

Notes

1 Larousse du xixe siècle, t. X, p. 1318.

2 Savary des Bruslons, Dictionnaire universel de commerce, Paris, 1723, p. 691.

3 Pierre Pomet : Histoire générale des drogues, Paris, 1694, p. 112.

4 Larousse du xixe siècle, t. X, p. 1318.

5 N.B. Les archives de la Chambre de commerce de Marseille recèlent quelques données sur les importations de mastic en provenance de Smyrne et de Constantinople. Les fluctuations sont importantes d’une année sur l’autre.

6 Belon, Voyages et observations, Paris, 1553, p. 86.

7 Beauvau, Relation journalière..., Nancy, 1615, p. 26.

8 Fermanel, Voyage d’Italie et du Levant..., Rouen, 1687, p. 201.

9 Thévenot, Relation d’un voyage fait au Levant..., Paris, 1664, p. 176-177-178.

10 Tavernier, les six voyages " page 30 livre 3e ", Paris, 1679.

11 Tournefort, Relation d’un voyage fait au Levant, lettre IX, Paris, 1777, p. 68 à 70.

12 Della Valle, " Le fameux voyage... ", Paris, 1670, p. 8.

13 Tournefort, Relation d’un voyage fait au Levant, lettre IX, Paris, 1717, p. 68 à 70.

14 Thévenot, Relation d’un voyage fait au Levant..., Paris, 1664, p. 176-177-178.

15 Tournefort, Relation d’un voyage fait au Levant, lettre IX, Paris, 1717, p. 68 à 70.

16 Tournefort, Ibid.

17 Tournefort, Ibid.

18 Thévenot, Relation d’un voyage fait au Levant..., Paris, 1664, p. 176-177-178.

19 Tournefort, Relation d’un voyage fait au Levant, lettre IX, Paris, 1717, p. 68 à 70.

20 Tournefort, Ibid.

Notes de fin

* Jean-Pierre FARGANEL, Professeur agrégé d’Histoire-Géographie.

Table des illustrations

Titre Importations de mastic (1700-1730)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3137/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 321k
Titre De l’Ecorce de Mandragore.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3137/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 762k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540