Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Herbes, drogues et épices en Méditerranée

 | 
Georges J. Aillaud
, 
Patrick Boulanger
, 
Marcel Courdurie
, 
et al.

Le commerce des herbes, drogues et épices à Istanbul (xviiie siècle)*

Edhem Eldem

Texte intégral

  • * Edhem ELDEM, Chercheur à l’Université de Provence, 1985-1986.

1Sujet très vaste, le problème des herbes, drogues et épices est plus ou moins directement lié à des phénomènes primordiaux tels l’alimentation, la médecine et certaines formes d’industrie. Il n’est donc pas étonnant que la question revête une importance toute particulière dans le cas d’une ville comme Istanbul, presque entièrement vouée à la consommation.

2Le nombre de produits aromatiques, pharmaceutiques et tinctoriaux consommés y est impressionnant ; toutefois la plus grande partie en est importée, d’Orient — de Perse, d’Inde, d’Extrême-Orient — mais aussi d’Europe. D’autre part, Istanbul étant rarement, à la différence de la plupart des échelles du Levant, un point de transit et de redistribution, nous pouvons affirmer sans risque d’erreur que ces importations sont presque exclusivement destinées à la consommation de la population de la capitale.

  • 1 Savary des Bruslons, J., Dictionnaire universel de commerce, Paris, 1723, t. II, p. 691. Le mastic (...)
  • 2 Larousse du xixe siècle, article « salep ». Le salep, racine d’orchis en poudre, se boit encore tr (...)

3Avant d’entrer dans le vif du sujet, il est toutefois nécessaire d’apporter quelques éclaircissements relatifs à la terminologie utilisée. En effet, bien des produits classés sous l’appellation générale de « drogues » ou « épices » au xviiie siècle ne le sont plus aujourd’hui, généralement à cause de la redéfinition ou de l’abandon pur et simple des produits en question ou de leurs fonctions et applications. A noter aussi certaines différences d’utilisation entre Le Levant et l’Occident : le mastic de Chio, mâché comme du chewing-gum à Istanbul — notamment par les dames du harem impérial —, est utilisé en France uniquement pour soigner les maux de dents ou fabriquer du vernis1 ; le salep, utilisé comme analeptique en Occident, n’est qu’un breuvage parmi tant d’autres à Constantinople2.

4Pour pallier ces problèmes de terminologie, il suffira de distinguer trois classes principales de produits :

  • les épices : épices, aromates, graines aromatiques et fourragères,
  • les drogues : drogues, gommes, résines, plantes à extraction, plantes médicinales, produits chimiques,
  • les produits tannants et tinctoriaux.

Importations

  • 3 Bibliothèque Nationale, manuscrits français, n° 6430, pièce n° 15, f° 194, « Mémoire de M. Anthoin (...)

5Nous avons déjà souligné l’existence de deux fournisseurs d’épices et de drogues : l’Orient et l’Occident. La documentation sur le commerce indo-ottoman étant fort restreinte, et nos recherches surtout centrées sur l’axe Marseille-Istanbul, la discussion portera seulement sur ce dernier circuit. Toutefois, l’extrait suivant d’un mémoire d’Anthoine, négociant français de Galata, daté de 1780, sur le « commerce des Indes orientales fait par les Turcs de Constantinople »3 apporte quelques renseignements sur l’importance et les inconvénients de ce commerce :

« Les mousselines et autres productions du Bengale, comme poivre, gingembre, sandal, cardamone, safran, fausse cannelle s’expédient de Calcutta à Bassora sous pavillon anglais ou hollandais. De Bassora on les expédie à Constantinople par trois routes différentes. Les uns les y font charger sur des bateaux qui remontent le Tigre jusqu’à Bagdad, où des caravanes les prennent et les portent jusqu’à Diarbékir. Là les balles sont défaites et chargées à dos de mulet qui les portent à Constantinople.
« Les autres font expédier leurs effets de Bassora à Alep par caravane. A Alep d’autres caravanes s’en chargent pour les lieux de consignation. Enfin on expédie les marchandises des Indes par des chameaux de Bassora à Damas, et de Damas à... par mer, d’où on les envoie par mer à Constantinople. Il faut cinq mois environ pour le trajet de Calcutta à Bassora, et sept mois pour les transports des marchandises de Bassora à Constantinople, de manière que pour l’exportation et l’importation des objets de ce commerce, il se consume deux ans de temps pendant lesquels les marchandises sont en route, au risque périls et fortune des propriétaires, sans qu’ils aient les moyens de se mettre par les assurances à l’abri des événements multipliés auxquels leur bien est journellement exposé. « Leur situation doit continuellement leur causer les inquiétudes et les alarmes les plus vives. L’expérience nous apprend que dans les trajets de Bassora à Calcutta et de cette ville à Bassora, plusieurs bâtiments ont fait naufrage. Elle nous apprend que les caravanes employées au service de ce commerce ont été souvent rançonnées ou déprédées ; que si elles échappent à ces dangers éminents, elles ne sont jamais sans crainte de se voir pendant des mois entiers arrêtées par les troubles qui surviennent dans les lieux de leur passage, de se voir rebuter aux avanies des commandants des provinces et à leur payer des droits arbitraires.
(...)
« Enfin la voie de terre est très dispendieuse. Ce qui coûte à Calcutta cent piastres revient environ à cent quatre-vingts vendu à Constantinople ».

  • 4 BN, Mss Fr., 6430, f° 194 v°, « Mémoire de M. Anthoine sur le commerce des Indes orientales fait p (...)

6L’auteur de ce mémoire estime à 5 000 000 de piastres la consommation annuelle à Istanbul de produits originaires des Indes. Sur cette somme impressionnante —les importations en provenance de Marseille varient entre 500 000 et 1 500 000 piastres par an —, les drogues et épices représentent environ 400 000 piastres4.

7Ces informations, quoique succinctes, témoignent cependant de l’importance de ce circuit oriental que nous serons obligés d’ignorer dans la suite de cette étude. Il peut en être déduit que le retournement des courants commerciaux, bien que très réel, est loin d’avoir entièrement interrompu l’utilisation des routes commerciales traditionnelles. L’exemple cité illustre toutefois les difficultés inhérentes à ce commerce, difficultés qui expliquent en partie la facilité avec laquelle les Européens réussissent à le concurrencer.

8Les produits importés de Marseille sont extrêmement nombreux. La liste suivante permet d’en apprécier la variété.

9La part de ces produits dans la valeur totale des importations à Istanbul en provenance de Marseille, quoique variable à court terme, présente, à long terme, une tendance constante à la hausse (v. graphique page suivante). Cette progression est rendue plus claire par le découpage du siècle en quatre périodes :

101730-1743 5,2 %

111749-1769 7,2 %

121773-1779 12,4 %

131786-1792 15,6 %

14Les drogues, épices et produits tinctoriaux rivalisent donc avec le sucre antillais pour une deuxième place, loin derrière les draps, principal article d’entrée, au palmarès des marchandises importées de France. L’augmentation sensible de leur valeur, notamment après 1770, traduit en fait une modification progressive du commerce français à Istanbul, modification due surtout aux problèmes et à la diminution du commerce des draperies. A l’intérieur de cette classe, les produits tinctoriaux constituent sans conteste l’essentiel, les épices et les drogues dépassant très rarement la barre des 25 % (diagramme 1). A remarquer parmi ces produits tinctoriaux, les deux principaux : l’indigo et la cochenille, utilisés pour la teinture des toiles et des tapis.

  • 5 Cette liste a été établie à partir de plusieurs documents et ouvrages dont voici les principaux : (...)

Produits importés avec leurs correspondances turques5

Produits importés avec leurs correspondances turques5

15Les épices, la cannelle, le gingembre, les girofles, les noix muscades et le poivre sont importés plus ou moins régulièrement, mais dans des quantités et à des prix bien inférieurs aux produits tinctoriaux.

16Quant aux drogues, malgré leur grande variété, il serait difficile d’en citer dont l’importation puisse être qualifiée de régulière. Conséquence logique de leur marché plus réduit, elles font en général l’objet d’envois périodiques. Parmi les plus fréquentes, peuvent être cités l’ambre, le benjoin, le bois de campêche, la salsepareille et le vif argent (mercure).

Diagramme 1 - Drogues, épices et produits tinctoriaux : répartition des trois catégories à l’importation

Exportations6

  • 6 Pour les mêmes raisons que dans le cas des importations, nous ne prendrons en considération que le (...)

17Importatrice d’une grande variété et quantité de drogues, épices et produits tinctoriaux, Istanbul en exporte beaucoup moins, phénomène qui caractérise en fait tout son commerce extérieur : ville-ventre par excellence, la capitale ottomane importe en moyenne quatre ou cinq fois plus qu’elle n’exporte. Alors qu’Izmir (Smyrne), par exemple, sert de débouché à quantité de produits d’Anatolie, de Perse et d’Arabie, Istanbul n’exporte pratiquement que ses propres produits, ceux d’une région fort restreinte allant d’Edirne (Andrinople) à Bursa (Brousse) et ceux de la Mer Noire, encore interdite à la navigation européenne. C’est en particulier le cas de deux des principaux articles chargés par les négociants français : la cire jaune de la Mer Noire et d’Edirne et l’alun de roche de Macry (aujourd’hui Bakirköy), aux portes de Constantinople. Les autres produits, constituant en moyenne le quart des exportations vers Marseille, sont originaires de contrées plus lointaines, mais leur volume réduit laisse supposer qu’ils représentent en fait une sorte de surplus des importations orientales destinées à la consommation locale.

Exportations (de Marseille à Istanbul) de drogues, épices et produits tinctoriaux (1732-1792).
(ACCM, J 190 à 209, correspondance des députés de Constantinople, série I, états des marchandises envoyées en Levant et Barbarie (1747-1769, 1776-1779 et 1786-1789).

18Les exportations de produits tinctoriaux, d’épices et de drogues sont sujettes à de très fortes variations, rendant difficile une estimation de la tendance générale au cours du xviiie siècle. On observe cependant un semblant de diminution pendant la seconde moitié du siècle, la moyenne de leur rapport à la valeur totale des exportations étant de 14 % entre 1700 et 1744 et de 8 % entre 1745 et 1792.

  • 7 Cf. sources citées en (5).

Produits exportés avec leurs correspondances turques7

Produits exportés avec leurs correspondances turques7

19La situation est toutefois beaucoup plus claire dans le cas des parts respectives des trois « sous-groupes » de produits. A l’inverse des importations, ce sont ici les drogues, et en particulier la cire, qui forment la classe prédominante. Les épices sont pratiquement absentes et les produits tinctoriaux atteignent difficilement et très irrégulièrement une moyenne de 13 % de la valeur des produits en question.

Diagramme 2 - Drogues, épices et produits tinctoriaux : répartition des trois catégories à l’exportation.

Exploitation du commerce des drogues et épices

  • 8 Unver, S., « Türck ispençiyarî tarihine ait bazl notlar » (Quelques notes sur l’histoire de la pha (...)
  • 9 Cezar, M., Typical commercial buildings of the Ottoman classical period and the Ottoman constructi (...)

20Nous essaierons maintenant d’aborder la question de la distribution et de l’utilisation à Constantinople même des produits cités. Plusieurs corps de métiers sont directement intéressés à l’exploitation de ce commerce. Toutefois, à la base de tout le système apparaissent les droguistes et épiciers droguistes ou attar, installés pour la plupart au Misir Carsisi, marché égyptien d’Eminönü8. C’est dans ce marché couvert, appelé aussi le nouveau marché (yeni çarsi) et datant du début du xviie siècle, que sont concentrés les dépôts d’épices et de drogues9.

  • 10 Dallaway, J., Constantinople ancienne et moderne, Paris, 1799, p. 127.
  • 11 Martin, Guillaume, attr., Voyage à Constantinople, fait à l’occasion de l’ambassade de M. le comte (...)

« Le bazar appelé misr cartshè (sic), ou marché égyptien, est particulièrement destiné aux marchandises du Caire, et principalement aux drogues et aux minéraux10 ».
« Dans celui (le bezistin) d’Egypte, on trouve toutes sortes de drogues, d’aromates et de parfums tirés de différents endroits de l’Orient. On y éprouve une odeur si forte, quoique suave, que la tête en souffre pour peu qu’on y séjourne11 ».

21Bien que les voyageurs cités soulignent l’origine orientale des produits vendus dans ce marché, le corps des épiciers est aussi importateur de marchandises européennes. Les négociants français se plaignent d’ailleurs souvent de cette corporation toute puissante à tendance monopsoniste :

  • 12 ACCM, J 1591, Mémoire de Guys et Puzos, députés de la nation, sur l’échelle de Constantinople, adr (...)

« Le corps des épiciers la pluspart Turcs est celui qui achète presque toutes nos marchandises de poids et surtout le sucre et le caffé. Ce corps a un Kiaya qui en est le chef, et qui prend un droit assés considérable sur les achats. Les plus riches composent, pour ainsy dire, le conseil du Kiaya. Ils décident ensemble du prix de la marchandise, jamais pour le comptant, parce que ceux qui sont aisés, qui ont des fonds escomptent les mois de terme souvent à raison de vingt ou vingt quatre pour cent l’an. On ne sauroit refuser l’argent qu’ils offrent à quelque condition que ce soit par la peine qu’il y a à le retirer ensuite, et pour ménager leur appuy. Nous vendons cent barriques à soixante ou quatre vingt acheteurs, que nous ne connaissons pas. Nous livrons sans savoir à qui, sans billets, sans promesses, sans assûrances, sans témoins. Tel est l’usage qu’il n’a jamais été possible de réformer. Il est vrai qu’aucn de nos débiteurs n’a jamais nié la dette, il est vray aussi qu’il n’a pas besoin de nier pour ne pas payer. Un compte pour six mois n’est souvent pas liquidé avant plusieurs années, et toujours est soldé avec perte »12.

  • 13 ACCM, J 207, Traduction d’un commandement de la Porte adressé à l’Istambol Effendy, juin 1784.
    Le g (...)

22C’est seulement en 1784 que les Français obtiendront, suite aux démarches de l’ambassadeur Saint-Priest, l’abolition des prérogatives de ce corps et l’autorisation de vendre leur sucre, leur café et leurs épices à qui bon leur semblera13.

  • 14 Cité par Unver, S., Osmanli Turklerinde hekimlik ve eczacilik tarihi hakkinda (Sur l’histoire de l (...)

23Le commerce des drogues et épices à Constantinople repose donc sur cette corporation de grossistes à partir de laquelle se ramifient des réseaux de détaillants plus ou moins spécialisés dans certains produits. C’est notamment le cas des apothicaires, pharmaciens et herboristes. Evliya Celebi cite dans son Seyahatname les deux corporations suivantes14 :

  1. Mesrubat-i deva esnafi — marchands de boissons médicinales, comptant 600 membres et 500 boutiques, occupés à l’extraction d’essences de chicorée sauvage, de sapin, de menthe, de sarriette, etc.
  2. Esnaf-i ispençiyariyan yani otbuluciyan — apothicaires et herboristes, récoltant et vendant des racines de patience, de chicorée sauvage, d’agaric, de réglisse, de sarriette...
  • 15 Unver, S., « Türk ispençiyarî... », p. 3-4.
  • 16 Unver, S., Osmanli Turklerinde..., p. 10.

24Cependant, outre ces deux corps de métiers à caractère quelque peu artisanal, la distribution des produits médicinaux se fait surtout par l’intermédiaire des droguistes-apothicaires de quartier, répondant eux aussi au nom d’attar, disséminés à travers la ville. Ces derniers vendent toutes sortes de drogues, préparent des remèdes et les administrent sur place ou à domicile15. Fort populaires, ces apothicaires ne disparaîtront pas avant le début du xxe siècle, faisant longtemps face à la concurrence des pharmacies modernes à l’européenne. Vers la fin du xixe siècle, Mehmet Muhtar Efendi, conseiller au ministère de la Santé, ira jusqu’à prendre la défense de ces boutiques dont les pharmacies chrétiennes de la ville exigeaient la fermeture16.

  • 17 Le médecin Ali Münsi de Bursa, par exemple, rédige, au début du xviiie siècle, un traité sur l’ipe (...)
  • 18 Pouqueville, Voyage en Morée, à Constantinople et en Albanie, Paris, 1805, p. 131.
  • 19 Refik, Ahmet, Hicrî on ikinci asirda Istanbul hayati (La vie à Istanbul pendant le xiie siècle de (...)

25Contre toute attente, l’utilisation des drogues à des fins médicales diffère en fait peu des pratiques pharmaceutiques occidentales : tout en conservant leurs traditions orientales, les médecins ottomans sont sans cesse influencés par la science européenne et introduisent aussi dans leurs pharmacopées (akrabadin) bien de nouvelles drogues occidentales, souvent d’origine américaine17. Autre facteur de grande importance de cette perméabilité de la pharmacie ottomane, l’existence d’un grand nombre, voire d’une majorité de médecins et d’apothicaires minoritaires (non-musulmans) et européens. D’après Pouqueville, les médecins de la ville sont turcs (lire musulmans), grecs, juifs, arméniens ou francs (lire européens) et les apothicaires turcs, grecs, juifs ou francs18. De même, une liste, datée de 1111 (1700), des médecins ayant reçu l’autorisation de pratiquer à Istanbul ne compte que quatre médecins musulmans sur un total de vingt-cinq19.

  • 20 Unver, S., « Eski evlerimizde mualece dolaplari, sandiklari ve ihtiva ettigi ilaçlara ait bir misa (...)

26Un inventaire de remèdes, établi à la fin du xviiie siècle par un certain Bogso, médecin arménien, pour l’usage du Seyhülislam Molla Bey, permet de retracer une partie importante des pharmacopées ottomanes de l’époque20. On y distingue tout d’abord un grand nombre de calmants et d’analgésiques, tels le laudanum, l’ammoniaque, l’esprit de camphre, l’huile d’anis et de fenouil et le baume de la Mecque. Suivent quelques astringents (crème d’ail, corail en poudre, bois de cerf en poudre ou râpés, pillules d’ambre) et des laxatifs (crème de tartre, manne, pillules de fumeterre, poudre de rhubarbe). Enfin des anticatarrhaux (pillules et huile d’ambre jaune), l’ipecacuanha comme vomitif et l’absinthe et des pillules d’éther contre les troubles gastriques. Nous citerons aussi, pour ce qu’elle vaut, une préparation polypharmacique prescrite au sultan Ahmed III (1703-1730) par le Hekimbasi (archiatre) Omer Efendi :

275 drachmes de grande cardamone

28" de petite cardamone

29" cannelle

30" girofle

31" encens

32" bétoine

33" racine de salep

34" aloès

35" ambre

36" noix muscade

372 drachmes opium

385 drachmes macis

39" thériaque supérieure

40" rhubarbe

41" musc

  • 21 Unver, S.,Hekimbasi Omer Efendi. Hayati ve eserleri hakkinda (L’archiatre Omer Efendi. Sa vie et s (...)

42Ce remède est décrit comme étant digestif, fortifiant, bon pour le rhume tout en soulageant le cœur et l’estomac21. Enfin, certaines drogues sont d’une consommation plus ou moins courante ne relevant pas forcément de la pratique médicale :

  • 22 Dallaway, op. cit., p. 133.

« Aux cafés, il faut joindre les boutiques appelées teriaki-kana, situées près de l’Osmanie, où se vend l’afioni ou opium, et où les Turcs vont le prendre à la dose, depuis dix jusqu’à cent grains dans un jour. La passion des Turcs pour ce pernicieux usage est moins générale qu’on ne le dit communément ; celui qui en use habituellement est regardé avec pitié et avec dégoût. On y prépare l’opium avec différents sirops, pour le rendre agréable au goût et moins enivrant, et il ressemble à ce que l’on appelle en pharmacie un rob ; on le prend avec une cuiller. Quelquefois aussi il est en petites tablettes, sur lesquelles sont imprimés ces mots : mash Allah, c’est-à-dire l’ouvrage de Dieu »22.

Bilan

43La grande importance du commerce des drogues, épices et produits tinctoriaux à Istanbul est entièrement justifiée par les dimensions et par la tradition de consommation de la capitale ottomane. Cette dernière caractéristique explique d’ailleurs que ses exportations restent extrêmement faibles par comparaison à ses importations, phénomène unique dans un Levant presque entièrement voué à l’approvisionnement en matières premières de l’Europe.

44Dans le cas des drogues et des épices, il est nécessaire de souligner l’importance de deux facteurs essentiels influant sur la consommation : la présence du palais impérial et des hauts fonctionnaires de l’Empire ainsi que celle d’une grande richesse culturelle découlant de la diversité ethnique de la population.

45Il faut d’autre part observer qu’au xviiie siècle, l’Empire ottoman a déjà perdu depuis longtemps son monopole sur le transit des produits orientaux et extrême-orientaux. Le retournement des courants commerciaux, commencé dès la fin du xvie siècle, continue encore au xviiie. Pour cette période, l’exemple du café n’est que trop connu. Celui de la rhubarbe, quoique minime, n’en est pas moins significatif : alors que ce produit est traditionnellement importé dans l’Empire par caravane et réexporté vers l’Europe, on en relève à plusieurs reprises des envois de Marseille à Istanbul.

46La conclusion soulignera les imperfections et les limites de cette étude. Outre le fait qu’une analyse plus approfondie de ce sujet aurait demandé plus de connaissances « techniques », il faut aussi rappeler que nous avons du nous limiter à des statistiques marseillaises. Le problème du manque de documentation relative au commerce oriental de la ville a déjà été abordé mais, même pour le commerce avec l’Europe, les statistiques marseillaises représentent en fait une seule facette d’un phénomène plus général : le dépouillement des sources anglaises et hollandaises pourrait peut-être faire basculer en faveur de tel ou tel produit les proportions établies. Enfin, comment ne pas reconnaître la nécessité absolue d’avoir recours à des sources ottomanes ? Bien évidemment, il s’agit ici seulement d’un essai sur une question demandant des recherches beaucoup plus poussées.

Notes

1 Savary des Bruslons, J., Dictionnaire universel de commerce, Paris, 1723, t. II, p. 691. Le mastic, gomme de lentisque, est encore de nos jours mâché en Turquie en y ajoutant de la cire. D’ailleurs, le chewing gum y est appelé çiklet (de Chiclet’s) ou sakiz (mastic).

2 Larousse du xixe siècle, article « salep ». Le salep, racine d’orchis en poudre, se boit encore très fréquemment en Turquie, surtout en hiver, saupoudré de cannelle.

3 Bibliothèque Nationale, manuscrits français, n° 6430, pièce n° 15, f° 194, « Mémoire de M. Anthoine sur le commerce des Indes orientales fait par les Turcs de Constantinople ».

4 BN, Mss Fr., 6430, f° 194 v°, « Mémoire de M. Anthoine sur le commerce des Indes orientales fait par les Turcs de Constantinople ». Ces 400 000 piastres sont, d’après l’auteur réparties comme suit : 400 balles de poivre (120 000 piastres) et « drogues et épices » (280 000 piastres). Les 4 600 000 piastres restantes consistent essentiellement en toiles, étoffes et mousselines.

5 Cette liste a été établie à partir de plusieurs documents et ouvrages dont voici les principaux : A.C.C.M. (Archives de la Chambre de Commerce de Marseille), J 190 à 209, états du commerce de Marseille à Constantinople, envoyés par les députés de la nation (1718-1792), ACCM, série I, états des marchandises envoyées en Levant et Barbarie (1747-1769, 1776-1779, 1786-1789), Archives de Venise, Dispacci – G. Morosini, f° 159, tarif des marchandises d’entrée et de sortie à Constantinople (1677), Bibliothèque Marciana, cod. Ital. Cl. VII, MCCXXIII, 9139, tarif du 21 avril 1736 (documents très aimablement communiqués par Robert Mantran), Unver, Süheyl, Türk tib tarihi hakkinda M. Cevdet’in bibliyografyasi (La bibliographie de M. Cevdet sur l’histoire médicale turque), Istanbul, 1937, p. 16.

6 Pour les mêmes raisons que dans le cas des importations, nous ne prendrons en considération que les exportations d’Istanbul vers Marseille.

7 Cf. sources citées en (5).

8 Unver, S., « Türck ispençiyarî tarihine ait bazl notlar » (Quelques notes sur l’histoire de la pharmacie turque), in Dirim, XV, mars-avril 1940, p. 3.

9 Cezar, M., Typical commercial buildings of the Ottoman classical period and the Ottoman construction system, Istanbul, 1983, p. 130-133.

10 Dallaway, J., Constantinople ancienne et moderne, Paris, 1799, p. 127.

11 Martin, Guillaume, attr., Voyage à Constantinople, fait à l’occasion de l’ambassade de M. le comte de Choiseul.

12 ACCM, J 1591, Mémoire de Guys et Puzos, députés de la nation, sur l’échelle de Constantinople, adressé au comte Des Alleurs, 30 décembre 1750.

13 ACCM, J 207, Traduction d’un commandement de la Porte adressé à l’Istambol Effendy, juin 1784.
Le gouvernement ottoman annule par ce commandement les commandements antérieurs accordés aux épiciers, cherbetgis et akidegis selon lesquels le sucre, le café et les épiceries apportées par les négociants français devaient forcément être vendus à ces trois corps. Il autorise donc les Français de vendre à qui ils voudront et oblige les trois corps cités à payer leur dette comptant ou de fournir des obligations dûment signées.

14 Cité par Unver, S., Osmanli Turklerinde hekimlik ve eczacilik tarihi hakkinda (Sur l’histoire de la médecine et de la pharmacie des Turcs ottomans), Istanbul, 1952, p. 6-7. Les chiffres avancés par Evliya Celebi doivent être acceptés avec réserve, vu sa tendance à une certaine exagération.

15 Unver, S., « Türk ispençiyarî... », p. 3-4.

16 Unver, S., Osmanli Turklerinde..., p. 10.

17 Le médecin Ali Münsi de Bursa, par exemple, rédige, au début du xviiie siècle, un traité sur l’ipecacuanha et le quinquina (Unver, S., Osmanli Turklerinde..., p. 6).

18 Pouqueville, Voyage en Morée, à Constantinople et en Albanie, Paris, 1805, p. 131.

19 Refik, Ahmet, Hicrî on ikinci asirda Istanbul hayati (La vie à Istanbul pendant le xiie siècle de l’Hégire), Istanbul, 1930, p. 28-29.

20 Unver, S., « Eski evlerimizde mualece dolaplari, sandiklari ve ihtiva ettigi ilaçlara ait bir misai » (Les caisses et armoires à pharmacie dans nos anciennes maisons et un exemple de leur contenu), in Türk Tib Tarihi Arkivi, v. 4, n° 15, 1940, p. 120-124.

21 Unver, S.,Hekimbasi Omer Efendi. Hayati ve eserleri hakkinda (L’archiatre Omer Efendi. Sa vie et ses œuvres), Istanbul, 1955, p. 9-10.

22 Dallaway, op. cit., p. 133.

Notes de fin

* Edhem ELDEM, Chercheur à l’Université de Provence, 1985-1986.

Table des illustrations

Titre Produits importés avec leurs correspondances turques5
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3136/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 583k
Légende Diagramme 1 - Drogues, épices et produits tinctoriaux : répartition des trois catégories à l’importation
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3136/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Exportations (de Marseille à Istanbul) de drogues, épices et produits tinctoriaux (1732-1792). (ACCM, J 190 à 209, correspondance des députés de Constantinople, série I, états des marchandises envoyées en Levant et Barbarie (1747-1769, 1776-1779 et 1786-1789).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3136/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 265k
Titre Produits exportés avec leurs correspondances turques7
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3136/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 503k
Légende Diagramme 2 - Drogues, épices et produits tinctoriaux : répartition des trois catégories à l’exportation.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3136/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre De la Muscade.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3136/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 529k

Auteur

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540