Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Herbes, drogues et épices en Méditerranée

 | 
Georges J. Aillaud
, 
Patrick Boulanger
, 
Marcel Courdurie
, 
et al.

Le commerce des épices au Caire, du xvie au xviiie siècle*

André Raymond

Texte intégral

  • * André RAYMOND, Professeur à l’Université de Provence, Directeur de l’Institut de Recherches et d’E (...)

1Du fait de sa position sur un isthme qui lui permettait de contrôler les communications entre le monde méditerranéen et l’Océan Indien, l’Egypte jouait traditionnellement le rôle de centre de redistribution des produits orientaux qui, sous l’appellation de drogues et d’épices, étaient consommés dans les pays situés autour de la Méditerranée, et en particulier en Europe occidentale. D’autres routes étaient utilisées pour la circulation de ces produits de luxe mais celle qui passait par Suez, Le Caire et Alexandrie était une des plus importantes, une de celles dont l’activité s’était rarement interrompue depuis l’Antiquité.

2Au Moyen Age l’Egypte avait joué ce rôle de centre de transit avec un éclat tout particulier ainsi que le montrent la puissance économique et le prestige qu’avaient su s’assurer les grands négociants en épices de l’époque mamelouke, les Kârimî dont l’activité s’étendait du Maghreb à la Chine. Le déclin des Kârimî avait commencé bien avant la fin du xve siècle, accompagnant un recul commercial dont les causes sont complexes ; à la politique de monopole inaugurée par Barsbay (en 1429) et poursuivie par ses successeurs, s’ajoutèrent les effets d’une crise économique grave, et du déclin politique de la dynastie. A partir de 1484 les Kârimî cessent d’être mentionnés dans les sources contemporaines et 'Alî bin 'Ulayba (mort en 1491) est considéré comme le dernier Kârimî d’Egypte.

  • 1 Le voyage d’Outre-Mer, Paris, 1884, 208.

3La découverte de la route du Cap (1498), la pénétration des Portugais et des Européens dans l’Océan Indien et le détournement des grandes routes commerciales qui en résulta, ne firent donc qu’aggraver un déclin déjà amorcé. Mais il est vrai que l’apparition des Européens dans une région qui avait été, jusque-là, une chasse gardée de la navigation et du commerce arabes et hindous, et que les entreprises de colonisation qui commencèrent presque aussitôt dans les pays qui fournissaient les épices, ne pouvaient manquer de bouleverser profondément les circuits commerciaux traditionnels et d’affecter la place qu’y tenait l’Egypte. Dans les premières années du xvie siècle (en 1512, cinq ans avant la conquête ottomane) Jean Thenaud, visitant Le Caire, signale l’arrêt du commerce des Indes du fait de l’activité des escadres portugaises1.

  • 2 Voir A. Raymond, Artisans et commerçants au Caire, Damas, 1974, 2 vol. ; et « Les problèmes du caf (...)
  • 3 Voir Artisans et commerçants, notamment 71-73, 121-128, 133-136, 141-146, 149, 193, 196, 329-336, (...)

4Il serait cependant excessif de suggérer que le grand commerce oriental dont Le Caire était le centre s’interrompit brusquement et totalement. J’ai montré ailleurs qu’à partir du xvie siècle, et surtout au xviie, un nouveau produit se substitua aux traditionnelles épices : sur le café les grands négociants du Caire surent bâtir une prospérité commerciale qui devait durer jusqu’à l’extrême fin du xviiie siècle2. Mais le commerce des épices lui-même se maintint sous les Ottomans et il continua, à un niveau sans doute plus modeste, à contribuer à la prospérité commerciale du Caire3.

Les produits

  • 4 J. Maistre, Les plantes à épices, Paris, 1964.

5Le commerce égyptien des épices et des drogues concernait des produits très variés utilisés pour des usages très divers, alimentaires (poivre, girofle, cannelle, gingembre), médicinaux (gommes de qualités variées), cérémoniaux (encens), mais qui avaient comme point commun l’aire géographique où ils étaient récoltés, les zones tropicales4.

  • 5 M. Clerget, Le Caire, 1934, 2 vol., II, 344-357.

6Le poivre rond commun noir ou blanc venait de Ceylan, de Malabar : le poivre gawrie de Cochin ; le poivre long de Sumatra et de Java. La cannelle venait de Ceylan, de l’Inde ou de Chine ; le clou de girofle des Moluques, de Malacca et des Amboines ; la noix muscade des Moluques, des Amboines et de Banda ; la cardamone de Malabar ; le gingembre de l’Inde. Les drogues médicinales étaient tout aussi nombreuses : tamarin du Soudan et de l’Abyssinie ; noix vomitique de Malabar et de Ceylan ; manne du Sinaï et de Perse ; scammonèe de Syrie (gomme purgative). Même variété des parfums et essences diverses : camphre de Chine, de Bornéo et Sumatra ; santal de Ceylan, de Timor, de l’Indochine et de l’Inde ; benjoin de Sumatra et de l’Indochine ; encens d’Arabie et d’Abyssinie. Les principales espèces de gommes arrivaient de l’Inde, de Sumatra et de l’Indochine (gomme-laque), d’Arabie, du Soudan5.

7La variété, presque infinie, de ces produits paraît cependant avoir régulièrement diminué du xvie au xviiie siècle et l’étude des successions des grands négociants (tuggâr) cairotes en café et en épices montre que le nombre des produits faisant l’objet d’un commerce important était, en fait, assez réduit. Nous en avons relevé une demi-douzaine.

8Le poivre (filfil) se classait largement en tête des épices importées en Egypte. Il est mentionné vingt-sept fois dans les successions de négociants que nous avons étudiées du milieu du xviie à la fin du xviiie siècle, mais avec un déclin progressif qui est évidemment lié à la découverte de la route des Indes (dès le début du xviiie siècle le poivre est importé à Alexandrie par des marchands européens et il concurrence le poivre importé par Suez).

  • 6 C. Niebuhr, Description de l’Arabie, Paris, 1779, I, 202. Salah Ahmed et al., Herbs, Drugs and Her (...)

9Aussi fréquemment mentionné est le lubân (lûbân) qui était une sorte d’encens que l’on cultivait sur la côte sud de l’Arabie (Yémen et Hadramaout) ou que l’on apportait des Indes (une variété jugée très supérieure à la première). Certaines espèces de lubân étaient utilisées comme expectorants pour la toux6. Nous l’avons trouvé mentionné vingt-huit fois durant le siècle et demi qui a précédé l’Expédition d’Egypte.

10Nous avons trouvé la gomme-laque (lâk) mentionnée quinze fois dans les successions étudiées pour la période 1650 à 1798. Le kûra était une sorte de gomme qui est mentionnée au total dix fois. Enfin, le dernier produit, le plus fréquemment mentionné dans les documents du Tribunal, le qirfa (sept mentions entre 1650 et 1700), paraît correspondre à la cinnamome, cannelle de Ceylan, de l’Inde et de Chine : il avait des applications nombreuses en médecine puisqu’on l’utilisait pour remédier à la toux, aux troubles de la circulation sanguine et aux insuffisances sexuelles (une cuillerée de poudre de qirfa mélangée à du miel et prise après le dîner).

11La gomme (samgh) dont les différentes espèces venaient du Najd (samgh 'arabî), de Mascate (samgh yamani) et de Perse (samgh 'agami), la myrrhe (importée d’Arabie ou du Soudan : murryamanî et higâzi) ne font l’objet que de mentions peu fréquentes si l’on compare ces produits au poivre et aux quatre produits que l’on vient de mentionner.

  • 7 P.S. Girard, Mémoire sur l’agriculture, l’industrie et le commerce de l’Egypte, Description de l’E (...)

12Quelle que fût l’origine de ces produits, leur commerce passait par la Mer Rouge, pour aboutir à Judda qui était l’entrepôt des produits de l’Océan Indien et de l’Orient lointain. C’est à Judda qu’arrivaient, à l’automne, les « gelbi », bâtiments chargés du café et des produits du Yémen, ou encore les bateaux courts et larges du Oman dont les planches minces n’étaient pas clouées mais cousues ensemble, avec des cargaisons de café du Yémen et d’encens du Hadramaout. D’après la Description de l’Egypte, les épices et autres marchandises de l’archipel indien étaient apportées chaque année à Judda par quinze ou vingt petits bâtiments malais ou arabes et trois ou quatre vaisseaux anglais7. Des navires venus des Indes arrivaient jusqu’à Judda : la Compagnie des Indes s’y était établie depuis 1727 et les Anglais y avaient une factorerie.

  • 8 P.S. Girard, Mémoire, 682.
  • 9 J. Jomier, Le Mahmal, Le Caire, 1953, 218-219.
  • 10 Mahkama, Qisma “askariyya, vol. 66, p. 198, 28 safar 1074.

13A Judda les épices étaient débarquées ou transbordées et elles gagnaient Le Caire par la route du pèlerinage (caravane de La Mekke), par la voie maritime (via Suez) ou par une voie maritime et terrestre (via Qusayr et la vallée du Nil). Bien que nous ne disposions pas de statistiques sur ce mouvement commercial nous supposons que, comme pour le café, la voie maritime et terrestre par Qusayr et la vallée du Nil, ne jouait, dans ce commerce, qu’un rôle accessoire. D’après Girard, la douane du Vieux Caire n’avait enregistré entre 1790 et 1792 qu’une moyenne de 71/3 charges de chameau d’encens, soit une quantité tout à fait dérisoire8. Par contre, il n’est pas impossible que les épices et drogues aient souvent emprunté la route terrestre du pèlerinage. Evoquant le trafic commercial qui se déroulait entre Le Caire et La Mekke, le consul De Maillet écrivait, au début du xviiie siècle, que La Mekke était le théâtre d’une foire considérable et qu’il s’y débitait, au moment du pèlerinage, « plusieurs millions de marchandises des Indes... outre le café, la myrrhe, l’encens et les autres productions du pays ». Et quelques années plus tard (en 1750), le voyageur Hasselquist remarquait que les pèlerins rapportaient « du café, du baume de La Mecque, de la myrrhe, de l’encens... et autres drogues »9. L’importante succession du négociant Ahmad Mirza (936 298 paras constants), liquidée devant le Tribunal du Caire en 1663, est révélatrice de l’importance de ce courant terrestre par rapport au trafic maritime Judda-Suez. Elle mentionne comme arrivée d’épices (bahâr) : avec les caravanes du Hedjaz 16 ardabb de kûra, 27 qantâr de filfil, 25 qantâr de lubân, pour un montant global de 1  889 piastres ; avec les navires 300 qantâr de lubân pour un montant de 2 310 piastres10, soit une quantité comparable de produits apportés par voie de terre et par voie de mer, alors que, pour le café, la caravane n’acheminait guère plus de 10 % des quantités importées au Caire.

Le volume du commerce

14Le caractère le plus évident de ce commerce des épices et drogues au Caire est le déclin graduel qui, à défaut de statistiques chiffrées, est révélé par la diminution du nombre des produits mentionnés dans les successions des négociants conservées dans les Archives du Tribunal religieux du Caire (mahkama). D’une manière globale, on constate que, alors qu’une trentaine de produits sont mentionnés dans les successions dépouillées au xviie siècle (pour 35 successions étudiées), on n’en recense plus qu’une vingtaine dans les successions étudiées entre 1701 et 1750 (24 successions) et une dizaine seulement dans les successions étudiées entre 1751 et 1798 (10 successions). Si nous prenons les cinq produits les plus fréquemment mentionnés, le tableau auquel on arrive est très significatif de ce recul progressif :

  • 11 Nous avons classé parmi les commerçants en épices tous les tuggâr qui se livraient soit exclusivem (...)

15On doit aussi noter la diminution du nombre des successions des négociants impliqués dans le trafic des épices, qui est particulièrement marquée si on le rapproche du nombre des tuggâr se livrant au commerce du café soit 29,6 %, 25 % et 18,9 % du nombre total, une diminution dont la régularité est évidemment significative11. Il est clair que progressivement, le commerce du café, produit nouveau, prend une importance écrasante par rapport au commerce des traditionnelles épices dont la variété décroît continuellement.

  • 12 Chambre de Commerce de Marseille, Fonds Roux « 680 », 1er mars 1730 ; J 626, 12 septembre 1763.
  • 13 P.S. Girard, Mémoire, 686.

16Cependant, deux observations doivent être faites à propos du recul du commerce des épices. La première est qu’il s’est agi d’un processus relativement lent, plus lent qu’on ne l’a généralement avancé lorsqu’on a supposé que la découverte de la route directe vers les Indes avait frappé ce trafic à mort d’une manière presque immédiate. Ce caractère progressif nous semble apparaître avec évidence dans les chiffres que nous avons mentionnés plus haut. Le poivre, en particulier, reste un produit de commerce assez actif jusqu’à la fin du xviiie siècle. Dans la correspondance des agents des maisons de commerce marseillaises et des consuls résidant au Caire, cette denrée continue à faire l’objet d’un grand intérêt : en 1730 on mentionne l’arrivée du poivre par la Mer Rouge et sa baisse à 23 piastres — en 1763 on remarque qu’il n’est pas venu cette année de poivre ni par les vaisseaux de Suez ni par la caravane de La Mekke12. Les statistiques de la douane de Suez, recueillies par Girard dans la Description de l’Egypte, font état de l’entrée de 231 balles de poivre chaque année entre 1795 et 179813. C’est sans doute dans le courant du xviiie siècle que le déclin de ce commerce devint irrémédiable, en raison, en particulier, de l’introduction par les Européens d’épices dont ils assuraient la redistribution et qui rivalisaient avec les épices « orientales » suivant un processus que l’on peut suivre aussi pour le café. La concurrence de ces produits venus d’Europe s’exerça sans doute alors sur le terrain des prix ce qui explique le maintien, à un niveau assez stable, du prix des produits orientaux, avec même, semble-t-il, une tendance à la baisse qui est totalement en contradiction avec la tendance à la hausse générale des denrées qu’on relève au Caire au xviiie siècle. Ce phénomène apparaît clairement dans le cas du lubân dont le prix (en paras de valeur constante par qantâr/quintal) paraît orienté à la baisse d’un siècle à l’autre.

17Cette tendance à la baisse des prix qui est également sensible pour le poivre, fut sans doute une des causes du déclin progressif du commerce des épices (un phénomène semblable se produisit pour le café).

  • 14 Histoire du commerce de Marseille, t. V, Robert Paris, De 1660 à 1789. Le Levant, Paris, 1957, 541

18La deuxième observation est relative aux distorsions créées par l’européocentrisme habituel des études sur le commerce de l’Egypte. Il est évident, en effet, que l’exportation des drogues et épices vers l’Europe déclina très fortement du xvie au xviiie siècle, au point que ces produits ne jouaient plus, vers la fin du xviiie siècle, qu’un rôle mineur dans le commerce des « Francs ». Pour ce qui est de Marseille, R. Paris remarque que les « drogues » achetées au Levant ne représentent plus que des « chargements de très petite importance, tant par le volume que par le prix »... La valeur de l’ensemble était inférieure à un demi-million de livres, à peine 1,5 % de l’ensemble des achats marseillais au Levant, à la fin du xviiie siècle14. La concurrence des épices apportées directement des Indes Orientales ou Occidentales avait naturellement affecté le commerce de ces produits entre le Levant et l’Europe. Mais ce commerce avec l’Occident ne représentait sans doute qu’une faible partie du trafic qui avait pour centre Le Caire et par lequel s’opérait la redistribution des produits orientaux à l’intérieur de l’Empire ottoman.

19Ce commerce intérieur continua sans doute à être très actif jusqu’à la fin du xviiie siècle (en dépit de l’intrusion grandissante des produits qu’apportaient les marchands francs sur les places du Levant). C’est sans doute l’importance de ces courants « intérieurs » qui explique le grand nombre des négociants maghrébins qui figurent parmi les tuggâr en épices : entre 1660 et 1798, sur 57 négociants dont nous avons étudié les successions dans les registres du tribunal, 21 étaient originaires du Maghreb (surtout du Maroc). Si les commerçants syriens et turcs étaient nettement moins nombreux, c’est naturellement parce que la proximité relative des grandes villes de Syrie et d’Anatolie ne justifiait pas, dans leur cas, une installation permanente au Caire : cinq Syriens et Palestiniens et un Turc. Ces commerçants se consacraient évidemment à la redistribution des épices et drogues qui transitaient au Caire et le montant de leurs successions est révélateur de l’importance maintenue de ce commerce « ottoman ». Nous ne pouvons malheureusement pas le chiffrer par manque de statistiques, mais son volume devait être considérable : des produits importés des pays de la Mer Rouge et de l’Océan Indien dont le montant global était d’environ 500 000 000 de paras à la fin du xviiie siècle, une partie importante ne faisait que transiter par Le Caire et était réexportée vers la Turquie d’Europe et d’Asie, la Syrie, le Maghreb et l’Afrique (plus de 200 000 000 paras) alors que, vers l’Europe, le montant de ce commerce de transit s’élevait à 80 000 000 paras seulement. Sur un total de 267 tuggâr en café et en épices étudiés entre 1625 et 1798, 69 se livraient au commerce des épices (généralement en même temps qu’à celui du café) : la moyenne de leurs successions (808 973 paras de valeur constante) était nettement plus élevée que la moyenne générale des successions des tuggâr en café et en épices (677 119 paras). Le commerce des drogues et épices constituait donc un secteur actif et prospère du grand commerce égyptien, même si, dans la seconde moitié du xviiie siècle, l’importance relative de ce commerce tendait à diminuer, ainsi que nous venons de le constater.

  • 15 P.S. Girard, Mémoire, 686.
  • 16 J.B. Trécourt, Mémoires sur l’Egypte, ed. par G. Wiet, Le Caire, 1942, 17-24. Magallon, rapport du (...)

20Cette importance est évidente jusqu’à l’extrême fin du xviiie siècle. Dans les statistiques de la Description de l’Egypte sur la douane de Suez, déjà mentionnées, les importations d’Arabie et des Indes continuent à figurer assez avantageusement. Pendant les années 1795-1798, le volume des marchandises importées d’Arabie est, en moyenne annuelle, de 2 266, 3/4 balles (dont 2 082 balles d’encens). Pour les marchandises des Indes les chiffres sont de 879, 3/4 balles de produits divers (dont 231 balles de poivre). Un volume gobai de 3 146 1/2 balles qui n’est pas négligeable si on le compare aux 14 144 balles de café, devenu le produit dominant du commerce oriental15. On n’est donc pas surpris que Trécourt, dans ses évaluations sur le commerce extérieur de l’Egypte (pour l’année 1783) estime le montant global des importations de drogues et épiceries (auxquelles il ajoute les tissus orientaux) à la moitié du chiffre des importations de café, soit 127 500 000 paras. Vers 1795, Magallon estimera même que ce commerce était équivalent au volume des importations de café, soit 300 000 000 paras16.

21Encore une fois, c’est sous l’effet de l’européocentrisme à travers lequel l’historiographie moderne a habituellement considéré l’histoire des pays arabes, que l’on a pu estimer que le commerce des épices et des drogues avait connu un brusque déclin et avait été totalement remplacé par celui du café, qui devait connaître une prospérité croissante jusque vers 1750. En réalité, le trafic des drogues et épices se prolongea jusqu’au xviiie siècle, le déclin, en effet, brutal du commerce avec l’Europe, ne représentant qu’un aspect d’un commerce qui resta vivant dans le vaste cadre, que lui offrait l’Empire ottoman, construction politique gigantesque (2 500 000 km2) qui couvrit, jusqu’à la fin du xviiie siècle, les deux tiers des rivages de la Méditerranée.

  • 17 Archives de la guerre à Vincennes, Documents de l’Expédition d’Egypte, B6, 61, 12 janvier 1801.

22Ce n’est qu’au xixe siècle que l’inversion des courants commerciaux allait produire une véritable révolution dans le grand commerce de l’Egypte, en incluant l’Egypte dans le marché mondial dont l’Europe était devenue le centre. Tout à fait symbolique de la durée de l’ordre commercial ancien nous paraît être un des derniers documents dont nous disposions sur ce commerce, avant l’entrée dans ce fatal xixe siècle. Les archives de la guerre de Vincennes ont conservé le manifeste de la cargaison du navire « Karmouchy », commandé par le Raïs Sayyid Ahmad al-Bârr, parti de Judda le 16 novembre 1800 et entré dans le port de Suez le 11 janvier 1801. La plus grande partie du chargement est naturellement constituée par du café (114 725 ratl/livres). Mais les épices et les drogues sont fortement représentées dans la cargaison : poivre (1 425 ratl), encens (70 375 ratl), gomme de Judda (885 ratl), tombac (8 005 ratl), « sandarous » (825 ratl), drogues médicinales (1 010 ratl), au total 82 525 ratl, un poids de marchandises donc assez comparable à celui du café. L’antique trafic des drogues et des épices qui avait fait la prospérité du Caire et de ses marchands était encore actif17.

De la Gomme Arabique.

De la Gomme Arabique.

Notes

1 Le voyage d’Outre-Mer, Paris, 1884, 208.

2 Voir A. Raymond, Artisans et commerçants au Caire, Damas, 1974, 2 vol. ; et « Les problèmes du café en Egypte au xviiie siècle », dans Le café en Méditerranée, Aix, 1981.

3 Voir Artisans et commerçants, notamment 71-73, 121-128, 133-136, 141-146, 149, 193, 196, 329-336, 577-582, 619-624, 645-646.

4 J. Maistre, Les plantes à épices, Paris, 1964.

5 M. Clerget, Le Caire, 1934, 2 vol., II, 344-357.

6 C. Niebuhr, Description de l’Arabie, Paris, 1779, I, 202. Salah Ahmed et al., Herbs, Drugs and Herbalists, Tokyo [1979], 9, 77, 80-83.

7 P.S. Girard, Mémoire sur l’agriculture, l’industrie et le commerce de l’Egypte, Description de l’Egypte, Etat moderne, Paris, 1812, II, 1, 656.

8 P.S. Girard, Mémoire, 682.

9 J. Jomier, Le Mahmal, Le Caire, 1953, 218-219.

10 Mahkama, Qisma “askariyya, vol. 66, p. 198, 28 safar 1074.

11 Nous avons classé parmi les commerçants en épices tous les tuggâr qui se livraient soit exclusivement soit partiellement à ce commerce.

12 Chambre de Commerce de Marseille, Fonds Roux « 680 », 1er mars 1730 ; J 626, 12 septembre 1763.

13 P.S. Girard, Mémoire, 686.

14 Histoire du commerce de Marseille, t. V, Robert Paris, De 1660 à 1789. Le Levant, Paris, 1957, 541.

15 P.S. Girard, Mémoire, 686.

16 J.B. Trécourt, Mémoires sur l’Egypte, ed. par G. Wiet, Le Caire, 1942, 17-24. Magallon, rapport du 27 prairial an III, Archives des Affaires Etrangères, Le Caire, 25.

17 Archives de la guerre à Vincennes, Documents de l’Expédition d’Egypte, B6, 61, 12 janvier 1801.

Notes de fin

* André RAYMOND, Professeur à l’Université de Provence, Directeur de l’Institut de Recherches et d’Etudes sur le Monde Arabe et Musulman (I.R.E.M.A.M.).

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540