Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Herbes, drogues et épices en Méditerranée

 | 
Georges J. Aillaud
, 
Patrick Boulanger
, 
Marcel Courdurie
, 
et al.

Le quotidien d’une pharmacie hospitalière : la boutique de l’Hôtel-Dieu de Carpentras*

Colette Dubois

Texte intégral

  • * Colette DUBOIS, Professeur agrégé, Docteur de 3° cycle, Carpentras.

1L’Hôtel-Dieu de Carpentras édifié dès 1750, grâce à la générosité de l’évêque Dom Malachie d’Inguimbert, renferme dans une de ses ailes, une admirable pharmacie. Cette apothicairerie a pu préserver son authenticité.

2Figée dans son décor, où les camaïeus bleus des paysages peints par Duplessis s’harmonisent avec la sobre élégance des céramiques blanches et bleues de Moustiers, cette grande salle donne aux visiteurs un aperçu global de ce que pouvait être l’élégance du xviiie siècle, dans un lieu qui se voulait, avant tout, fonctionnel. Ainsi si la sauvegarde de ce patrimoine culturel entreprise dès 1910 a permis la survivance intacte de cet ensemble homogène, on aimerait pouvoir recréer l’ambiance laborieuse où dans le silence, à peine perturbé par la manipulation des pots de faïence, par le crépitement du feu, les sœurs hospitalières vacquaient à leurs occupations, où le droguier renfermait des simples et des drogues odorantes, où les nombreux albarelli et chevrettes, rendus à leurs vocations initiales, contenaient les préparations qui requéraient tant d’ingrédients et tant de savoir-faire.

3L’histoire des hôpitaux a suscité de nombreuses études et monographies. Cette institution urbaine qui, dès son origine, a recueilli les défavorisés, est maintenant fort bien connue. Par contre, les pharmacies hospitalières n’ont pas toujours entraîné des recherches aussi exhaustives, tiraillées entre les spécialistes de l’histoire de l’art et les membres des professions médicales qui s’intéressent soit à l’origine des pots à pharmacie, soit aux contenus de ces faïences. La bibliographie relative à l’apothicairerie de l’Hôtel-Dieu carpentrassien reflète cette dichotomie. En outre, la mauvaise sauvegarde des archives, très déclassées, a dû dérouter les éventuels chercheurs.

4Malgré les obstacles rencontrés, les archives dépouillées, le droguier d’origine nous permettent de mieux connaître le fonctionnement de la « boutique », nom donné au xviiie siècle à la pharmacie, de mieux suivre son approvisionnement. Toute une série de problèmes surgit. Cette boutique, construite dans la deuxième moitié du xviiie, donne-t-elle un état des connaissances médicales au siècle des Lumières ? D’où provenaient les drogues nécessaires ? Quelles étaient celles les plus communément employées ? Quels budgets fallait-il dégager pour assurer le renouvellement des stocks ? Comment procédaient les sœurs responsables pour que leur boutique puisse rendre tous les bienfaits souhaités ?

LA BOUTIQUE DANS L’ENSEMBLE HOSPITALIER

1) La création de l’Hôtel-Dieu : rappel historique

  • 1 Bibliothèque Inguimbertine Carpentras (B.I.C.). Fonds Tissot 1724, f° 857. Conditions acceptées pa (...)

5Dès le xiiie siècle, Carpentras s’est soucié des pauvres et des malades pour lesquels plusieurs hôpitaux et ladreries furent construits. Ainsi en 1345, un Hôtel-Dieu s’édifia intra-muros, près de la porte Notre-Dame. Cette fondation pieuse mal gérée, périclita très vite, au grand mécontentement des Recteurs de la ville qui déposèrent une plainte auprès du pape Clément VII. Au terme de longues et ardues discussions, le pape accorda la Bulle Quia contingins, datée du 10 des Calendes de mars 1391 qui transforma les statuts de l’hôpital. Devenu ainsi fondation laïque, son entretien et sa gestion seront assumés par la ville. Les statuts du 21 mars 1535 n’apportèrent aucune modification à ceux de 13911.

6A l’aube du xviiie siècle, le bâtiment ne peut plus recevoir le nombre sans cesse accru de patients. Le rapport annuel de 1735 signale « l’Hôtel-Dieu de Carpentras a eu reçu jusqu’à 90 malades mais que cette maison n’est guère propre au logement de tant de malades ».

7Ce document révèle aussi l’existence d’une pharmacie.

  • 2 B.I.C. Fonds Tissot 1754, f° 243. Rapport annuel, août 1735.

« Dans cette maison, il y a une boutique de pharmacie qui fournit des remèdes aux malades ce qui est considérable, et de plain pied d’icelle, il y a un laboratoire. Cette boutique est entretenue par les sœurs Elizabeth et Anne Uturie, avec une apprentisse Marie Anne Bertrand »2.

  • 3 Emile Bonnel, dans son article « L’Hôtel-Dieu de Carpentras », paru dans Congrès archéologique de (...)

8Telle était la situation de l’hôpital lorsqu’arrive en 1735, le nouvel évêque de Carpentras, Dom Malachie d’Inguimbert. Ce dernier, voulant doter sa ville natale d’institutions dignes d’elle, désireux d’aider les défavorisés, envisage le financement d’un hôpital neuf. Il négocie le projet avec les Recteurs qui acceptent en 1750 certaines conditions, « en particulier, faire appel à des sœurs hospitalières qui se dévoueraient au service des pauvres malades ». En contrepartie, la municipalité en obtient le contrôle. La générosité de l’évêque est prodigue. Il cède le terrain — l’espace choisi est situé extra-muros, mais contigu à la porte Notre-Dame — il avance la somme énorme de 350 000 livres, il fait appel au meilleur architecte de la ville, Messire Antoine d’Allemand3.

9Reportons-nous à son témoignage.

« En 1750, j’ai fait le plan d’un hôpital que l’évêque d’Inguimbert veut faire construire dans la terre de l’évêché contre la porte Notre-Dame. En 1750, le 27 août, j’ai tracé le plan de l’hôpital sur le terrain et j’ai fait déblayer les fondations. En 1750, Mrg d’Inguimbert étant parti pour aller à Rome, il députa mon frère Joseph Ange d’Allemand, chanoine de l’église Saint-Siffrien, pour poser la première pierre. Mon frère, accompagné des consuls, le posa le 8 du mois de septembre, dans l’angle occidental-méridional de l’hôpital, au bruit des trompettes, tambours et de la mousqueterie des troupes qu’on avait mis sous les armes ».

  • 4 B.I.C. Fonds Tisot 1736, f 63 et suivants. Extraits du prix fait, concernant la construction du no (...)

10Les bâtiments hospitaliers s’ordonnent autour d’une cour presque carrée, l’aile ouest contient, au rez-de-chaussée, la pharmacie. Pendant une décennie, les travaux se poursuivent inlassablement et demandent l’expérience des meilleurs maçons et artistes locaux4.

  • 5 Les recteurs de Carpentras, malgré les promesses données à l’évêque d’Inguimbert, ne se montrent g (...)

11Ni le donateur, ni l’architecte ne purent voir l’achèvement des travaux, le premier étant décédé en 1757, le second en 1760, quelques mois avant l’inauguration. Le 6 septembre 1761, les malades de l’ancien Hôtel-Dieu, étaient transposés dans leurs nouveaux locaux, somptueux, spacieux, admirablement bien aérés. Mais il faut attendre 1764 pour que les sœurs de la localité voisine — Caromb — qui appartiennent à l’ordre de la Sainte-Famille, viennent s’y installer, le nouvel évêque de Carpentras, Joseph Vignoli, ayant mené à bien les dernières volontés de son prédécesseur5.

12Pour mémoire, ayons bien à l’esprit que les Recteurs de la ville ont toujours agi afin que le nouvel établissement soit fondation laïque. Ils ont passé un contrat très précis dans lequel l’autonomie du couvent et de l’hôpital sont nettement affirmées.

  • 6 Le contrat est publié dans l’ouvrage de l’Abbé Sage, p. 44 et suivantes. AH.C. E4, folio 19. Délib (...)

13Relevons l’article 25 du contrat, relatif à la pharmacie6.

« Les dites religieuses ne se mêleront en aucune façon de la régie et administration de la boutique de la pharmacie qui continuera à être régie et administrée par les sœurs qui y sont à présent ou qui seront placées à l’avenir par le bureau, autres toutefois que des religieuses, et ce sera au bureau seul de leur donner congé et d’en recevoir d’autres ».

14Une distinction apparaît nettement : les religieuses de la Sainte-Famille aideront les servantes pour les soins, les sœurs de la Miséricorde qui étaient responsables de la pharmacie du vieil hôpital conserveront leurs prérogatives dans les nouveaux locaux.

2) Le personnel de la pharmacie

a) Composition

  • 7 Il faut attendre 1789 pour que leurs gages soient augmentés. Les pharmaciennes percevront 60 livre (...)

15En 1761, les Recteurs transfèrent dans le nouvel établissement les malades mais aussi le personnel. On retrouve ainsi Sœur Maire Anne Bertrand directrice de la boutique depuis 1758. Une apprentie Madeleine Paulin et une servante complètent l’effectif. Toutes reçoivent des gages : 45 livres pour les sœurs de la pharmacie, 30 livres pour la servante7.

16A la disparition de Sœur Bertrand en 1765, la relève est assurée par Sœur Fallet qui gérera la pharmacie jusqu’en 1789, aidée dans ses fonctions par la sous-directrice Sœur Paulin. Le personnel reste très stable.

  • 8 AH.C. E4 f° 85. Délibération du Bureau de l’Hôpital, 19 avril 1779 « Réception à vie de Sœur Falle (...)

« Sœur Agnès Fallet du Thor, chargée de la pharmacie depuis 23 ans, ayant consacrée sa vie aux malades, est déterminée à s’y fixer pour le reste de ses jours.
Les recteurs acceptent de la recevoir à vie dans cette maison, tant en santé qu’en maladie, avec les mêmes honoraires. Le bureau étant disposé, d’après les sollicitations de la Sœur Agnès, à lui assurer une aide qui lui succède, accepte de recevoir pareillement Sœur Paulin, son élève, dont l’union intime avec sa maîtresse et la capacité qu’elle s’est acquise pendant l’espace de 10 ans consécutifs annotent qu’elle concourra au bien de l’œuvre »8.

  • 9 Idem, f° 143, délibération du 2 mars 1788.

17Le recrutement se fait donc par promotion interne. Lorsqu’il faut prévoir la relève, on constate que le choix se porte sur des personnes présentées par le personnel en place. Il y aurait même une transmission des charges au sein d’une famille9.

« Le 2 mars 1788, s’est présentée devant les recteurs Sœur Fallet laquelle a exposé qu’ayant servi plus de trente ans, avec zèle, soins, assuiduité la pharmacie, qui se trouvant infirme et avancée en âge, il lui conviendrait de lui donner une élève aux fins que si la providence venait à disposer d’elle, il y eut quelqu’un qui fut en état d’aider Sœur Paulin, sa collègue en pharmacie... Que si le bureau voulait agréer pour élève Brigitte Fallet sa nièce qui paraît disposée à consacrer sa vie au service des pauvres...
Le bureau a délibéré de recevoir pour élève de la pharmacie Brigitte Fallet, sans aucun honoraire, étant seulement nourrie, logée dans la maison pendant qu’elle restera en qualité d’élève et aide de la pharmacie ».

b) Qualification du personnel

  • 10 Voir la thèse : Ibert Michel, Contribution à l’étude de l’Hôpital Sainte-Marthe d’Avignon (1670-17 (...)

18Le service de la pharmacie n’est pas assuré par des apothicaires et aides apothicaires ayant suivi des études spécifiques, comme c’était le cas à l’hôpital Sainte-Marthe (Avignon)10. Les sœurs Bertrand, Fallet, Paulin ne semblent pas avoir reçu leurs lettres de maîtrise, apprenant de manière empirique le noble art d’apothicaire. La longueur de l’apprentissage, le côtoiement quotidien des aînées, telle est la formation des pharmaciennes qui se sont succédées, à la direction de la boutique de l’Hôtel-Dieu de Carpentras. Cette forma-ton « sur le tas » ne risque-t-elle pas d’entraîner une certaine sclérose dans la pratique du métier ? N’a-t-on pas les conditions empêchant toutes mutations possibles ?

c) Les responsabilités

19Le bureau de l’hôpital les a clairement définies au cours de la séance du 13 janvier 1764. Leurs fonctions sont multiples. Les sœurs accompagnent le médecin dans toutes leurs visites, elles notent elles-mêmes, sur un tableau, les différents remèdes ordonnés à chaque malade. La tournée matinale achevée, elles se rendent dans leur laboratoire et préparent les divers médicaments. Elles veillent à tenir correctement l’ordonnancier, à fournir dans les meilleurs délais les remèdes en prenant soin d’indiquer sur chaque bouteille et chaque pot le nom de la composition, le destinataire (nom et surnom du malade, lit où il est couché).

  • 11 AH.C. E40. f° 40-41. Délibérations du bureau 13 janvier 1763.

20A ces activités journalières, s’ajoutent des tâches de gestionnaire11.

« Article 8 : elles informeront le bureau annuellement des produits à acheter en foire de Beaucaire et au retour de ce qu’elles auront acheté.
Article 9 : elles rendront compte de leur voyage au bureau et lui remettront les factures, avec acquit des achats pour les registres du bureau.
Article 10 : elles achèteront toutes les drogues, huiles, eau de vie, charbon, tout ce qui est nécessaire à la pharmacie, les sommes étant prises dans la caisse de la boutique ».

21Responsables de la bonne administration de leur boutique, chargées de la préparation des médicaments puisque l’hôpital se suffit à lui-même, les sœurs de la pharmacie jouent un rôle essentiel.

22Leur domaine reste l’aile qui abrite leurs principales activités : composer les remèdes. Comment se présentent ces lieux où sont réunis le matériel et les produits ? Cette apothicairerie hospitalière répond-elle, pour son équipement, aux normes de la profession ?

LA BOUTIQUE ET SES ANNEXES

23La pharmacie de l’Hôtel-Dieu de Carpentras, avec celle de l’hôpital de Tarascon, présente encore de nos jours, son agencement primitif.

1) Présentation

  • 12 Se reporter à la bibliographie donnée, articles Chompret, Mugler et Nayral.
  • 13 On guérit par les plantes et non pas, par des paroles.

24L’apothicairerie qui attire toujours de nombreux visiteurs, vaste pièce de 14 mètres de longueur, s’ouvrant sur la cour intérieure par deux larges fenêtres, abrite, sur trois côtés, une série d’étagères garnies de chevrettes et d’albarelli et une quadruple rangées de tiroirs — le droguier — dont les étiquettes peintes donnent un inventaire assez complet des produits pharmaceutiques en usage au xviiie siècle. La partie inférieure de ces belles étagères ouvragées s’agrémente d’autre part, d’une vingtaine de panneaux de bois, représentant des paysages et de jolies singeries, dus en partie aux pinceaux d’artistes de talent12. Ajoutons pour clore ce rapide panorama, que le panneau principal, faisant face aux fenêtres, est couronné d’une banderolle, soutenue par trois amours ailés, dont l’inscription justifie l’utilité du heu : « Herbis non verbis fiunt medicamina vitae »13.

  • 14 AH.C. E292. Inventaire, 13 août 1763.
    A la dernière délibération exceptionnelle du bureau, le 13 dé (...)
  • 15 Très bonne étude : Descomps Gabriel, La pharmacie de l’hôpital de Tarascon ; son origine et celle (...)

25Un inventaire très détaillé de 1763 permet de reconstituer le décor matériel de cette boutique et des quatre pièces annexes14. Avant de procéder au descriptif, peut-on évaluer le rôle et l’influence de la directrice de la pharmacie du vieil hôpital dans l’agencement de ces nouveaux locaux ? Aurait-elle agi comme sa collègue de l’hôpital de Tarascon, Sœur Marguerite Janin, qui de 1727 à 1742, accumule une véritable bibliothèque spécialisée (60 ouvrages), achète du matériel sophistiqué avant d’inciter les Recteurs de son établissement à construire une boutique dont le cadre soit plus en rapport avec la richesse de ses acquisitions ?15. Hélas, la documentation dépouillée ne nous a pas permis de répondre à cette question. Malgré tout, elle a dû donner des consignes très strictes aux menuisiers et aux peintres du droguier puisqu’on retrouve exactement les noms des drogues qu’elle utilisait couramment avant le changement de site. Les nouveaux locaux sont conçus pour répondre aux besoins de la profession : préparation des médicaments, stockage des produits entrant dans les compositions, parfois très complexes, conservation des herbes médicinales, sans oublier le bureau où sont centralisés les fonds, les registres administratifs.

26Dans son plan, l’architecte avait doté la boutique d’une série de pièces annexes : une cave en sous-sol, de plain-pied avec la pharmacie ; trois salles, reliées par un long corridor, aux fonctions définies : le cabinet attenant à l’apothicairerie, un laboratoire contenant une immense cheminée, prolongé par une réserve. Un escalier, prenant naissance à la porte du cabinet de travail, conduit à « un sol perdu », courant au-dessus des pièces du rez-de-chaussée.

2) L’équipement matériel des annexes et leurs spécialisations

a) Le laboratoire

27L’inventaire de 1763 répertorie 41 objets et meubles. Ne signalons que le matériel proprement professionnel :

  • 3 alambics de cuivre pour distiller les herbes y compris leurs grilles de fer pour maintenir le charbon,
  • 1 balance en cuivre avec ses poids,
  • 2 réchauds à grille de fer, 1 réchaud en tôle, 1 crémaillère, 3 trépieds en fer,
  • divers objets en cuivre : 3 chaudrons, 10 bassines à anses, 1 grande bassine à anses servant à faire la composition des emplâtres, 1 marmite avec son couvercle pour les infusions, 3 « bombes » pouvant contenir les eaux distillées, nombreux ustensibles : louches, écumoires, passoires, couvercles...,
  • 7 écuelles avec ou sans bec verseur, en étain,
  • 1 bouteille en fer blanc pour tenir l’huile.

b) Annexe du laboratoire

  • 1 pressoir affiché dans le mur,
  • 7 tamis,
  • 1 grand mortier de bronze avec son pilon en fer,
  • 2 autres mortiers en marbre de grandeurs différentes avec leurs pilons en bois,
  • 1 « réfrigératoire » pour conserver les médicaments au frais,
  • quantité de fioles en verre blanc, en verre noir dont une partie remplie de fleurs d’orangers ou d’eau distillée,
  • 1 table à pied de bois sur laquelle il y a un marbre de 3 pans, en carré, et des « molettes », cailloux pour broyer sur le tablier de marbre.

28Il s’agit bien de l’équipement propre aux préparateurs en pharmacie, exécutant les ordonnances des médecins. Les directrices successives se sont équipées au cours des ans et des acquisitions, en particulier en foire de Beaucaire. Prenant certaines précautions, ce matériel ne se détériore guère : il avait fait ses preuves dans l’ancien hôpital, il est encore en usage lors du transfert et équipe durablement le nouveau laboratoire.

29Notons les achats en foire de 1690, d’un fourneau de fer à deux étages d’une valeur de 16 livres, d’une balance en laiton coûtant 3 livres en 1771. En 1756, on constate que l’équipement se complète avec l’arrivée d’une balance (7 l.), d’un bain-marie (7 l.), d’un pot en étain pur les clystères (2 l.), de 6 couvercles de pot, de 78 pots en faïence (3 l.), d’une seringue (4 l.).

  • 16 AH.C, Livre de pharmacie, 1693-1790. Ce livre d’environ 300 pages, reçoit, année par année, toutes (...)

30Les achats locaux sont rares. Mais en 1757, les sœurs y acquièrent un mortier en bronze (4 l. 10 s.), deux douzaines de bouteilles en verre (18 l.), trois douzaines de pots de verre (4 l.)16.

31Si Carpentras offre peu d’intérêt pour trouver le matériel spécialisé, elle bénéficie d’un atout favorable : les artisans nombreux et habiles peuvent réparer l’équipement existant. Ainsi, en 1758, les sœurs s’adressent à un menuisier et à un serrurier « pour faire raccommoder la presse ». L’entretien de cette pièce, indispensable aux préparations, a coûté 22 livres.

c) Le cabinet

32Il abrite la petite biliothèque, renfermant pharmacopées et ouvrages de référence auxquels peuvent se reporter les pharmaciennes en cas de doute ou de méconnaissance. Certains livres y sont encore conservés :

  • un livre des œuvres d’Ambroise Paré,
  • le dictionnaire pharmaceutique de Monsieur de Meuve,
  • un autre intitulé « Pharmacie Royale » par Moïse Charas,
  • le dernier, Dictionnaire pharmaceutique de Laurent d’Houry.

33Les livres de compte de la pharmacie, les ordonnanciers, et surtout « le petit coffre en bois, fermant à clefs, pour tenir l’argent » y sont aussi répertoriés. En ce mois d’août 1763, on y a aussi trouvé deux caisses de bois de sapin, renfermant la réglisse. Mais, la réserve des produits se fait ailleurs.

d) Les réserves

34Tout d’abord la cave. Elle contient peu de choses : une caisse de « casse », d’une valeur de 25 livres, un barril à demi-plein de térébenthine de Venise, deux pots d’onguent, un d’althea, l’autre de basilicum, des « bombes » d’eau de vie, une émine d’huile d’olives.

35Le « sol perdu » paraît mieux convenir au stockage des drogues :

  • 3 sacs, un d’amandes amères, l’autre de fleurs de pêchers, le dernier de baies de genièvre,
  • 60 livres-poids de réglisse,
  • 3 petits sacs dans lesquels se trouvent les drogues de la pharmacie,
  • 1 sac de racines d’althea,
  • 1 caisse de manne, d’environ deux quintaux.
  • 17 Voir la note 14.

36Troisième lieu : le corridor du rez-de-chaussée. L’inventaire datant du 13 août, les sœurs retournent tout juste de la foire de Beaucaire, elles n’ont pas encore eu la possibilité de procéder au rangement de tout ce qui a été acheté. Elles stockent « dans un garde-meuble en bois de noyer, à deux battants, fermant à clés, une partie des drogues dont un mémoire a déjà été remis au bureau ». De même, dans ce lieu de passage, sont laissées « deux grandes caisses de sapin, fermant à clés, avec des anses et dont les coins sont ferrés » qui servent au transport des marchandises acquises en foire de Beaucaire17.

3) L’apothicairerie

37L’inventaire permet de connaître l’ameublement de cette pièce. Un comptoir en bois de noyer contenait deux longues boîtes remplies de drogues et épices. L’armoire prolongeant les étagères, du côté de la porte d’entrée renferme quatorze écuelles, six tasses, six bouteilles en verre blanc, à grand goulot, pleines d’eau distillée, deux pots de faïence façonnés et quatre bouteilles de fer blanc, « le tout plein de drogues ». Les onze armoires suivantes sont moins bien garnies. Rien n’est ignoré, les recteurs poursuivent le récapitulatif.

« Nous avons vérifié sur les étagères. Il y a 172 pots avec leurs couvercles, chacun avec son étiquette.
Se trouvent aussi 40 bouteilles d’eau distillée, 7 mortiers et 4 pilons de bronze, servant à faire la médecine, 3 paires de balances en laiton, avec leurs petits poids, 1 versitoire en bronze à petites anses, 3 pots à clystères en étain, 6 petits entonnoirs, 12 spatules en fer et argent.
Avons fait ouvrir le cabinet de chimie contenant : 3 urnes de faïence à anses ; 3 grands pots à l’antique, 2 douzaines de petits pots de faïence, quantité de bouteilles remplies de drogues de chimie.
Au-dessus du cabinet, 3 grandes urnes de faïence, contenant environ 36 pots chacune, avec leurs étiquettes, lesquelles urnes sont vides.
Après quoi, nous avons vérifié les petits tiroirs au nombre de 178 qui règent autour de la boutique chacun avec son étiquette, dans lesquels se sont trouvées les différentes drogues.
Dans le poudrier, 35 verres pleins en partie.
Avons vérifié l’emplâtrier où il y a cinq rayons de 6 trous dans lesquels sont trouvés quantité d’emplâtres.
Avons vérifié que dans l’ensemble de la boutique reste la même quantité de drogues qui ont été achetées à la dernière foire de Beaucaire ».

a) Les pots à pharmacie

38Le descriptif ne permet pas de répondre à la question que se posent les spécialistes en céramique sur l’origine des divers ateliers ayant fabriqué cette belle collection de pots pharmaceutiques. Certains proviennent sans ambiguïté de l’atelier de Pierre Céricy, famille de potiers établie à Moustiers ; ils constituent l’essentiel du dépôt actuel. Notons en particulier, les trois grandes urnes renfermant les préparations reines : la thériaque, la confection d’alkermès, la confection de hyacinthe. De même la facture, les chevrettes et les albarelli de faïence blanche et bleue, par leur grand nombre et leur élégance, apportent une note de raffinement dans cet ensemble fonctionnel.

39Les chevrettes, destinées à contenir des liquides visqueux, reposent leur partie ventrue, sur de délicats et minces pieds, leurs anses dont certaines adoptent la forme d’une sirène de proue, aident la manipulation. Un couvercle assorti, une délicate étiquette peinte dans les mêmes tons, en complètent l’heureuse harmonie.

40Les cornets ou albarelli, pots cylindriques à étranglement médian destinés par leur forme en diabolo à être manipulés aisément, renfermaient les onguents.

41Les piluliers, ressemblant aux précédents, s’en distinguent malgré tout, par un étranglement moins prononcé.

b) Le poudrier

42La collection, encore présente dans l’armoire vitrée, se compose de petits verres, au pied parfois œuvré. Ces délicats contenants recevaient les drogues rares et précieuses, achetées parcimonieusement : les pierres précieuses réduites en poudre, le corail, les blanches concrétions de certains crustacés « les yeux d’écrevisses », les divers sels...

c) Le droguier

  • 18 La gomme sérapine est orthographiée « séraphique », la tacamaque ou tacamahaque devient « glacamah (...)

43Les 178 tiroirs étiquetés sont à la portée des mains ; les sœurs y rangeaient méthodiquement les drogues. Comme l’inventaire de 1763 passe rapidement sur le contenu de ses tiroirs, nous allons procéder à une étude en utilisant les noms peints sur chacun d’entr’eux. Signalons l’existence de quelques mauvaises transcriptions, dues à l’ignorance ou à l’inattention des hommes chargés du travail de calligraphie18.

44Un classement s’impose. Les drogues qui appartiennent à l’ordre végétal, sont les plus nombreuses. A elles seules, elles représentent 85 % de l’ensemble. On les trouve sous différentes formes : feuilles (asarum, bétoine, cétérac, frêne, malabathrum, oseille, poli-tric...), fleurs (muguet, mauve, rose, pourprier, pivoine, véronique, violette...), fruits (thlaspi, myrobolans, prune, coloquinte...), racines et rhizômes (esquine, contrayerva, gingembre, aunée, consoude...), gommes et résines (gommes adragante, arabique, ammoniaque, élémi, sérapine, gutte, « sang dragon », ladanum, poix de Bourgogne, opium...), grabeaux qui signifient déchets, produits de qualité inférieure et par là, d’un prix moins élevé (sené, manne...). Quelques tiroirs reçoivent des drogues ayant déjà subi une première transformation : sucre candi, cassonnade, sucre d’orge, sucre rosat.

45La diversité, l’abondance des plantes révèlent en outre une large ouverture de la thérapeutique sur le monde extra-européen. Même si la moitié des drogues végétales viennent de la Provence, du Languedoc, en particulier les fleurs, malgré l’absence notable de la flore typiquement méditerranéenne — sauge, thym, romarin — l’autre moitié a alimenté le trafic des grandes routes commerciales, avant d’arriver là.

46Le Levant est bien présent avec 28 % des drogues végétales. Les gommes et résines arrivent d’Alexandrie, des ports de la Mer Egée, ou ont traversé les étendues désertiques avant d’être embarquées pour Marseille. Les plantes purgatives dont la consommation est importante alimentent ce commerce de plantes médicinales. Signalons les drogues agissant modérement : telles la casse, la manne, l’hermodacte, celles aux effets violents, telles les drastiques : la scammonée, le jalap. Le Levant approvisionne les apothicaireries en asarum, aux propriétés émétiques, en encens, en myrrhe dont le caractère religieux ne doit pas occulter les valeurs médicinales. Quant à l’opium, ses vertus calmantes et narcotiques en font un excellent médicament.

47L’Océan Indien est lui aussi pourvoyeur de drogues (11 %). La racine de squine, dépurative, le benjoin, aidant l’expectoration, les fruits du tamarin, les rhizomes de rhubarbe, les racines de turbith qui complètent la gamme des purgatifs, font partie du Codex et sont rentrés dans les habitudes et usages médicaux.

48Onze pour cent des plantes arrivent du continent américain. En effet, avec la découverte du Nouveau Monde, la thérapeutique occidentale s’est enrichie de produits nouveaux qui ont connu un succés très rapide, encouragé même par le pouvoir royal dans le cas du puissant fébrifuge : la poudre de quinquina. D’autres drogues sont à citer : l’hipécanuana aux vertus émétiques, les bois sudorifiques : gayac, salsepareille, sassafras, les résines guérissant les maux de poitrine : les baumes de Tolu, du Mérou, de Copahu.

  • 19 Rasure ou râpure obtenue en limant une défense d’éléphant.

49Le règne animal est très faiblement représenté. Citons les cantharides, mouches vertes achetées en grande majorité en Espagne, utilisées comme stimulant et dont on pensait qu’elles avaient une influence heureuse sur la repousse des cheveux ; les « rasures »19 d’ivoire, les copeaux des cornes d’élan ou de cerf agissant sur le cerveau, le corail blanc et rouge. La munie, poussière recueillie dans les tombes des corps préalablement embaumés, constitue, dans le droguier, la seule référence au règne humain, alors que le sang et le crâne des hommes rentraient dans certaines compositions. Les vipères jouent aussi un rôle important dans la pharmacopée du temps. Bien qu’elles ne figurent pas dans les tiroirs, les livres de comptes en signalent des achats périodiques : 6 douzaines en 1761, 2 douzaines en 1784, ces serpents étant vendus séchés.

50Dix pour cent des drogues restantes se classent dans le règne minéral : soufre, alun, vitriol, bol d’Arménie, litarge d’or et d’argent, sel d’Epsom, tartre, tutie — insolite oxyde de fer recueilli au sommet des fourneaux des fondeurs de bronze, utilisé en collyre — en dernier point, citons l’antimoine qui, malgré des dangers d’utilisation (présence d’arsenic) possède trois qualités essentielles, selon le médecin Petrus Severnius (1542-1600) qui se résument en trois mots « vomere, sudare, cacare ».

51Ce survol attire trois remarques.

  • Cette pharmacie hospitalière est particulièrement bien pourvue et les sœurs sont en mesure de préparer toutes les compositions pouvant être ordonnées par les médecins.
  • Même si certains archaïsmes se perçoivent — utilisation de la munie, par exemple — dans l’ensemble, les pharmaciennes ont adopté très rapidement les drogues étrangères : l’hipécacuana est acheté pour la première fois en 1689 et apparaît ensuite couramment, de même, le quinquina.
  • La diversité des drogues, leurs utilisations et leurs consommations différencielles réclament une gestion attentive des stocks. Les sœurs, au fil des années, ont acquis de l’expérience quant aux produits à acheter, quant aux quantités exactes qu’il fallait, quant aux qualités recherchées.

52Cette dernière réflexion nous amène à nous pencher sur les problèmes posés par l’approvisonnement de cette pharmacie hospitalière, modèle dans son genre.

LES ACHATS

  • 20 Il faut attendre 1804 pour que l’année civile commençant le 1er janvier soit adoptée.

53Les achats propres à la pharmacie sont consignés dans un livre, en particulier celui intituté « Livre de la pharmacie » qui couvre quasiment un siècle (1693-1790) d’approvisionnement. Les sœurs directrices ont pris soin à chaque acquisition d’en indiquer la nature, la quantité, le prix et les fournisseurs seulement à partir de 1754. Une fois par an, elles établissent un bilan financier. Notons que les comptes commencent début août et sont clôturés fin juillet. Une explication s’impose. L’importance de la foire de Beaucaire qui est inaugurée le jour de Sainte Madeleine et se tient pendant six jours (globalement la dernière semaine de juillet), est primordiale pour le ravitaillement en drogues et épices. Les comptes vont donc d’une foire à l’autre. Les habitudes étant bien adoptées, même lorsque les sœurs ne se déplaceront plus, cette périodisation est maintenue20.

1) La répartition des achats : des choix et des priorités s’affirment

54De 1760 à 1790, cinq phases peuvent être distinguées, les sœurs trouvant localement ou extérieurement les matières premières nécessaires à leurs activités.

a) 1760-1770

55Pendant cette décennie, la directrice Sœur Agnès Fallet qui a pris la succession de Sœur Bertrand, répartit ses achats entre les fournisseurs carpentrassiens qui perçoivent un tiers des sommes allouées à l’approvisionnement de la pharmacie et les marchands participant à la foire de Beaucaire qui reçoivent les deux tiers du budget « achat ».

56Elle prend livraison directement sur place des bonbonnes d’eau de vie, d’huile d’olives dont la consommation annuelle est de six émines. Elle s’adresse à des producteurs locaux pour obtenir les fleurs de pêchers, d’orangers qui sont vendues par centaines, les sacs contenant les amandes. En cas de rupture de stocks, ce qui peut arriver dans la période de soudure (début du printemps, fin juillet), elle fait appel aux droguistes de Carpentras, pour être tirée d’embarras. Le sucre et la manne figurent dans ces achats exceptionnels.

57La directrice veille à établir un bilan prévisionnel des besoins pour que la foire de Beaucaire soit privilégiée. La documentation trouvée ne permet pas de dater l’apparition de la foire de Beaucaire, mais elle est citée sans discontinuité deuis 1694. Les directrices se sont rendues compte de manière empirique, qu’il est plus avantageux pour leurs cassettes, de regrouper annuellement leurs achats plutôt que de procéder à des commandes locales ponctuelles. La foire de Beaucaire offre une série d’avantage, non négligeables pour des personnes soucieuses de leurs deniers. Beaucaire attirant des droguistes et des négociants languedociens et provençaux, les sœurs ont la possibilité de faire la tournée de tous les bancs afin de trouver la marchandise, offrant le meilleur rapport qualité-prix.

b) 1770-1780 prépondérance de Beaucaire

58Sœur Agnès ne donne aucun achat effectué à Carpentras, même les livraisons d’eau de vie et d’huile disparaissent. Est-ce un oubli ce qui paraît douteux car les recteurs du bureau vérifient étroitement la gestion de la boutique ? Ces achats auraient-ils été payés par la sœur économe ? Quoiqu’il en soit, toutes les drogues, les épices, les sucres sont pris à Beaucaire.

c) 1780-1784 retour à une plus grande diversification

59Comme dans la première phase, 1/4 des acquisitions se font à Carpentras, les 3/4 à Beaucaire.

60Relevons le cas du fournisseur Arnaud, herboriste d’Avignon. La directrice lui passe commande en cours d’année, des plantes venant à faire défaut mais s’adresse au même, présent à la foire, pour ses besoins annuels. Des liens se tissent entre marchands et clients, mis en relation lors de la rencontre annuelle, sur les bords du Rhône. La foire permet de mieux se connaître, d’apprécier et de juger la qualité des produits. Ce contact direct va jouer un rôle primordial lorsqu’en 1790, les sœurs ne fréquenteront plus la foire. Elles écriront aux maisons spécialisées, connues pendant la foire, pour recevoir les produits : les maisons Olivier de Montpellier et Rousson de Marseille prennent le relais des fournisseurs venus à Beaucaire.

d) 1785 : une rupture, Marseille détrône Beaucaire

61En septembre 1785, la sous-directrice de la pharmacie effectue la globalité des achats auprès des négociants de la cité phocéenne. Rupture totale dans les habitudes séculaires. Expérience unique mais malheureuse comme l’expose Sœur Madeleine.

  • 21 Voir note 16. Ce commentaire conclut les comptes pour l’année août 1784-septembre 1785.

« La sœur n’étant point allée faire ses emplettes en foire de Beaucaire mais à Marseille..., il a été observé, à cette occasion, qu’il est beaucoup plus avantageux à cette œuvre, d’aller à Beaucaire qu’à Marseille — parce que les drogues n’y sont pas à meilleur compte — qu’il y a des droits à payer pour l’exportation d’icelles — parce que l’on ne trouve pas à Marseille toutes les drogues dont on peut se pourvoir à Beaucaire21 ».

e)1786-1790 : un retour aux habitudes anciennes

62Beaucaire reprend son rôle, laissant la portion congrue aux fournisseurs du Comtat Venaissin.

2) Comparaison des avantages offerts par Beaucaire et Marseille

63Que peut-on penser des arguments avancés par les responsables de la pharmacie ?

a) Variété des offres

64En 1784, trente et un articles et trois catégories de sucre ont été chargés en foire de Beaucaire. Ce chiffre correspond à la moyenne globale des besoins annuels.

65Les drogues acquises à Marseille en 1785 sont au nombre de trente, non compris deux variétés de sucre. Les références d’emplettes d’épices font défaut. Les quantités restantes devaient être suffisantes pour satisfaire la consommation de l’année 1786.

  • 22 Le droguiste Millot a livré à lui seul 22 produits : manne, manne en larmes, senné de Malte, rhuba (...)

66Une première constatation s’impose : Marseille est en mesure de fournir autant de choix en plantes médicinales que Beaucaire. Les négociants en droguerie, les droguistes se montrent très entreprenants et leurs boutiques, particulièrement bien achalandées22.

b) Comparaison des prix

67Si une comparaison de prix reste très aléatoire car d’une année sur l’autre, en fonction du rapport entre l’offre et la demande, des fluctuations sensibles peuvent être enregistrées, nous pouvons malgré tout constater que les écarts ne sont pas excessifs, voire favorables à Marseille.

  • 23 Musée Calvet Avignon. Manuscrit 3222, f 130, lettre du négociant Millot, Marseille, 18 juillet 177 (...)

68Parmi les fournisseurs de la cité phocéenne, le marchand Millot avait déjà lié des relations commerciales, avec des établissements hospitaliers du Comtat Venaissin, plus particulièrement avec l’hôpital Sainte-Marthe d’Avignon. Une lettre manuscrite du 18 juillet 1777 révèle les qualités de ce négociant, soucieux de conserver sa clientèle23.

« Nous ferons tous nos efforts pour ne pas perdre la confiance des Recteurs, en donnant la plus grande attention à ne vous envoyer que des articles de première qualité. Nous ne pouvons vous remettre 200 livres de manne de Calabre. Il ne reste plus de cette qualité là, nous la remplacerons par de la manne de Geracy. C’est la seule qualité qui reste et la nouvelle récolte ne se fait en Sicile qu’au mois d’août ou septembre et ne vient à Marseille qu’en octobre, celle de Calabre, qui se fait au même moment, n’arrive qu’en mai... Vous trouverez que le senné n’est pas bien beau ; c’est un défaut général à tous ceux qui sont venus cette année et qui durera longtemps. Pour la rhubarbe, il n’y a pas ici de bien belle... ».

69Cette volonté de soigner le client se perçoit dans les rapports éphémères avec la pharmacie de l’Hôtel-Dieu de Carpentras. Alors que cette maison ne fait pas partie de sa clientèle, lorsque Sœur Madeleine vient lui acheter pour 639 livres de marchandises, sieur Millot lui consent une ristourne de 38 livres. Ce rabais de 6 % peut-il faire pencher la balance au profit des négociants marseillais ?

70Au terme de cette réflexion, peut-on penser que les sœurs sont de mauvaise foi, en dénigrant Marseille ? Le poids des habitudes n’a-t-il pas pesé dans cette condamnation ? Se rendre à Beaucaire où elles connaissent leurs fournisseurs, les lieux où ils tiennent leurs bancs, l’auberge qui les abrite, ne représente pas une expédition alors que Marseille fait figure d’inconnu.

  • 24 Frais du voyage à Beaucaire, juillet 1784. Source : Livre de pharmacie :

71A leur décharge, signalons que leur argument financier est bien réel. Les frais de déplacement, de séjour, de transport des marchandises s’élèvent à 60 livres, soit moins de 5 % des dépenses engagées à Beaucaire24.

  • 25 Récapitulatif des frais, septembre 1785 :

72Ce taux augmente considérablement lors du déplacement au profit de Marseille25. A cela se greffent des frais de voiturage plus lourds et des taxes supérieures — ces dernières n’existent pas à Beaucaire qui bénéficie, pendant la foire, de franchises exceptionnelles.

73Les dépenses occasionnées par l’ensemble des frais — y compris les sommes déboursées pour assurer un emballage correct des produits — se chiffrent à 200 livres, ce qui correspond à 13 % du budget « achat » de la boutique. En conséquence de quoi, Beaucaire conserve la prééminence sur Marseille.

3) Les achats en foire de Beaucaire

  • 26 Cette lutte entre apothicaires et sœurs hospitalières semble existée dans toutes les villes où ces (...)

74Un rite immuable codifie ces opérations. Début juillet, la directrice de la pharmacie dresse un inventaire des drogues restantes, estime les quantités et les produits à acheter en foire mais surtout, veille à alimenter la cassette de la boutique en réclamant à leur clientèle privée ayant ouvert un compte chez elle, les sommes dues. En effet, au grand mécontentement des apothicaires de Carpentras qui parlent de « concurrence déloyale », les sœurs de la boutique hospitalière ont coutume de préparer des remèdes, vendus à l’extérieur26. Elles retirent de ce commerce illicite des sommes fort appréciables qui leur garantissent le paiement intégral des emplettes spécifiques à la pharmacie ; elles arrivent même à dégager un bénéfice, variant autour de 700 livres. La boutique s’autogère.

75Le 20 juillet, la directrice ou la sous-directrice lorsque Sœur Fallet sera trop âgée, quitte Carpentras, accompagnée par une servante. Elle a pris soin de faire charger sur la voiture, les deux grandes caisses de pin qui recevront les drogues et épices. L’accueil est assuré par une auberge -généralement les chambres sont réservées d’une année sur l’autre -. Le premier jour de la foire, elle compare les produits offerts par ses fournisseurs attitrés, mais ne se porte acquéreuse que le lendemain, paie comptant, exige des quitii qu’elle remettra aux Recteurs, quitte la ville, ses emplettes terminées.

a) Les quantités achetées

76Douze à treize quintaux sont ainsi acquis à Beaucaire, ce qui correspond à 500-550 kg, de nos poids actuels. Deux produits à eux seuls — la manne et le sucre, surtout cassonnade — constituent la moitié du chargement.

  • 27 Pour comparaison, se reporter à l’étude du docteur Ibert sur l’hôpital avignonnais (note 10). L’hô (...)

77A titre de comparaison, l’hôpital Sainte-Marthe y achète un volume trois fois supérieur, celui d’Orange, deux fois moindre27. Une permanence : la prédominance du sucre et de la manne.

b) Les sommes dépensées

78Elles varient d’une année sur l’autre, en fonction du renouvellement total ou partiel des stocks. En moyenne, 1 400 livres y sont dépensées — l’établissement d’Orange y consacre 600 livres, celui d’Avignon, entre 5 000 et 6 500 livres —.

79Les vendeurs de manne et de sucre perçoivent entre 30 % et 50 % de cette somme mais le bois de réglisse qui occupe en poids la troisième place ne se range qu’en queue de liste, pour les paiements.

80Les sœurs achètent beaucoup de drogues et épices, une trentaine, mais ne prennent que des petites quantités, entre 1 et 4 livres-poids, sauf bien sûr pour les purgatifs et le sucre. Certains produits sont particulièrement onéreux : la rhubarbe, le quinquina, l’hypecacuana, le thé, les épices...

  • 28 La thèse Beaucaire « foire des petits » est défendue par Patrick Boulanger dans sa communicaton «  (...)

81La faiblesse des budgets des hôpitaux ne doit occulter les bénéfices, recueillis par les négociants, participant à la foire. Car si Beaucaire reste le lieu privilégié des petits et modestes clients, n’est-il pas aussi avantageux pour un droguiste d’avoir plusieurs douzaines d’acheteurs plutôt que quelques-uns, dépensant beaucoup ? Le débat sur l’absence des négociants droguistes marseillais en foire de Beaucaie reste ouvert. Pourquoi leurs collègues de Montpellier ou d’autres villes du Languedoc continuent-ils à fréquenter ce lieu de foire, s’ils n’y trouvaient des compensations financières ?28.

c) Les fournisseurs

82Le nom et l’origine des fournisseurs apparaissent dès 1754. Si dans l’ensemble les sœurs restent très attachées à leurs marchands, certains noms disparaissent, sans que les archives dépouillées puissent en donner quelques explications.

  • 29 Le dynamisme des droguistes de Montpellier est très bien analysé dans la magistrale étude de l’his (...)

83De 1754 à 1760, le droguiste marseillais Cléricy assurait la moitié des livraisons pour la pharmacie de Carpentras. Ensuite, il n’apparaît plus. Les fournisseurs phocéens ont-ils laissé le champ libre aux marchands très dynamiques du Mont-Peyrou ?29.

84Relevons les noms des fournisseurs languedociens qui ravitaillent la boutique : Sieur Pessemesse ou son commis David, se place en tête, pendant vingt ans (1759-1779). Ce fournisseur de Montpellier est remplacé par un de ses compatriotes, Sieur Cambon qui est régulièrement cité de 1780 à 1790. La ville de Nîmes est représentée par le droguiste Rousson (1765 à 1788), son nom est ensuite associé à celui de Biaise (1789) puis devient Rousson Cadet.

85Les sœurs veillent à diversifier leurs sources d’approvisionnement, en privilégiant malgré tout un fournisseur : Pessemesse puis Cambon, la famille Rousson restant toujours en position secondaire. Permanence et mouvement de noria caractérisent le choix des sœurs. Les droguistes principaux offrent une gamme étendue de produits, parfois complémentaires, parfois cumulatifs (la manne et le sens s’achètent auprès de Pessemesse et de Rousson).

86Les choses changent complètement pour le sucre. Les sœurs s’adressent indifféremment à Sieur Isnard, en 1765, à Sieur Vache deux années consécutives 1766 et 1767, à Sieur Simili de 1771 à 1781, tout en maintenant des achats à Sieur Fagon (1780), à Sieur Giraudeau (1781). En outre, dans la rubrique « divers », des achats sont signalés, sans indication de fournisseurs. Pour un produit-clé — le sucre —, les acheteuses préfèrent chercher, à chaque foire, le marchand offrant la meilleure compétitivité quant à la valeur du produit, quant aux prix pratiqués.

87Les droguistes ne sont pas en mesure de tout fournir. Les sœurs font appel à des marchands plus spécialisés : les épiciers, les herboristes, les apothicaires — les apothicaires de Montpellier, soucieux de leur réputation, désireux que leur profession ne soit pas ternie par des charlatans, delèguent, pendant la foire, des collègues, chargés de contrôler les préparations offertes aux clients.

L’épicier

88Ce négociant est choisi pour ses épices mais il est en mesure de livrer des drogues, voire des préparations pharmaceutiques. Pourquoi les sœurs préfèrent-elles limiter leurs achats aux épices, accessoirement aux sucres ?

L’herboriste

89Sieur Arnaud, nommément cité en 1773, devient le fournisseur attitré pour tout ce qui est plantes, fleurs, exceptionnellement vipères. Même si avec 5 % des dépenses de la pharmacie, il fait figure de vendeur de seconde catégorie, par l’éventail et la spécificité de ses produits, il occupe une place privilégiée.

L’apothicaire

  • 30 Cette eau est un alcoolat de romarin, auquel sont ajoutées diverses autres plantes : sauge, lavand (...)
  • 31 Dès 1611, les Carmes Déchaussés fabriquent l’Eau de Mélisse, « panacée contre les vapeurs, l’apopl (...)

90A partir de 1758, les pharmaciennes de l’Hôtel-Dieu préparent de plus en plus leurs propres remèdes. Malgré tout, elles recourrent au service de quelques apothicaires, présents sur le champ de foire. Permanence d’un vendeur, Sieur Gireaudeau qui les ravitaille en eau de lavande, en eau de Hongrie dont les mérites ont été si bien défendus par Madame de Sévigné30 31.

Achats de la pharmacie auprès du fournisseur Gireaudeau (1774-1783) (une absence en 1779)
Source : A.H.C. Livre de pharmacie
N.B. Les divers produits sont vendus en bouteilles, sauf l’essence de bergamote contenue dans un « fiction ».

Conclusion

91De 1760 à 1790, la pharmacie de l’Hôtel-Dieu de Carpentras ne connaît aucune crise. Les nouveaux locaux spacieux et fonctionnels, le personnel efficace et dévoué, la gestion saine et dynamique en font une officine pilote. Les foires de Beaucaire rythment la vie paisible de cet établissement. Les grandes novations liées à la découverte du Nouveau Monde, sont tout à fait assimilées : le quinquina, l’hipecacuana appartiennent, dans la deuxième moitié du xviiie siècle, à la pharmacopée classique.

92Face aux permanences du xviiie, la dernière décennie apporte des bourrasques violentes, balayant les systèmes établis. Aux changements liés proprement à la période révolutionnaire, vont se superposer des modifications résultant des progrès de la chimie.

93Les sœurs traversent les phases de la révolution sans inquiétude pour leur vie mais doivent abandonner leur migration annuelle pour Beaucaire et passer plus simplement leurs commandes à des maisons spécialisées (Olivier de Montpellier, Rousson de Marseille).

94Concomittant à ces graves événements, une Révolution aux effets aussi profonds, sinon moins spectaculaires, prend ses racines. Les découvertes en chimie et en physique permettent d’isoler les éléments d’une molécule et de les réassocier, ouvrant la porte à la création artificielle de nouvelles substances.

95A long terme, la Révolution de la chimie ne menace-t-elle pas plus les pharmaciennes dans leurs principales fonctions — la préparation des remèdes — que la Révolution française en elle-même ?

Bibliographie

Bibliographie

I – SOURCES

Les Archives

1) Archives départementales du Vaucluse (Avignon)

Archives Hospitalières d’Avignon

Hôpital Sainte-Marthe, série E., série F. 4 (supplément 1737-1752).

Archives bien exploitées par le docteur Ibert (se reporter à sa thèse).

Hôpital d’Orange (archives consultées et bien connues de Madame Odette Callamand), série EE. 75 : livre des recettes et des dépenses de l’apothicairerie de l’hôpital 1763-1802 (an XI), série FF. 9 : ordonnances de MM. les Médecins de l’hôpital d’Orange 1760-1769, 1770-1776, 1787-1794.

2) Archives Hospitalières de Carpentas (A.H.C.)

Si les archives départementales d’Avignon conservent les dossiers des hôpitaux d’Avignon et d’Orange, il faut se rendre à Carpentras pour trouver le fond concernant les quatre établissements hospitaliers de cette ville. Signalons aux futurs chercheurs que l’inventaire de ce fond existe uniquement en Avignon ; il date de 1937 et signale des côtes, en particulier les travées qui n’existent plus.

Ces très riches archives peuvent être consultées à l’Hôtel-Dieu de Carpentras. Ignorées des chercheurs, elles nécessiteraient d’être reclassées entièrement et surtout mériteraient d’être exploitées de manière plus systématique.

Il nous a été difficile de compiler certains dossiers, signalés dans l’inventaire. Malgré tout, nous pouvons citer des références de registres, traitant des problèmes de l’apothicairerie.

Livre de la pharmacie, une seule côte 11. La page de garde précise : « Livre de l’achat des drogues pour la boutique de pharmacie de l’Hôpital Saint-Pierre des Grâces de la présente ville de Carpentras et de l’argent qui proviendra de la vente qui se faira des remèdes hors dudit hôpital année par année depuis 1693 ». Ces compte s’achèvent en l’an VIII.

Livre de la pharmacie, une seule côte 10. Ce deuxième livre prend le relais du précédent, on peut suivre les comptes de la boutique de l’hôpital de l’an IX jusqu’en 1833.

E. 292 : Inventaire de l’Hôtel-Dieu effectué en août 1763. Livre très précieux pour connaître la pharmacie de cet hôpital.

E. 4 : Registre de 186 feuillets, recouverts de parchemin, permettant de suivre les conclusions prises, par le bureau des Recteurs qui se réunit du 12 au 18 de chaque mois. Période de 1762 à 1792.

F. 56 : Livre des comptes. Remèdes vendus par la boutique 1783-1820.

Il faudrait pouvoir dépouiller tous les comptes des recettes et dépenses de l’hôpital pour mieux connaître les artistes, les artisans ayant pris part à la construction de cet hôpital et accessoirement dater l’achat de la célèbre collection des pots moustiers.

E. 46 et E. 47 : comptes au profit de François Filon pour la peinture des panneaux de la pharmacie ; comptes au profit du Duplessis pour la peinture des paysages de la pharmacie.

Sans côte : recettes pharmaceutiques (fin du xviii-xixe siècles). Livre conservé par la pharmacienne de l’hôpital de Carpentras, dans son bureau.

Les manuscrits

1) Musée Calvet Avignon (M.C.A.)

Manuscrit 3222, f° 130 : Lettre du marchand-droguiste Millot de Marseille, 18 juillet 1777.

2) Bibliothèque Inguimbertine Carpentras (B.I.C.)

a) Fonds Tisso, registre 1724, f° 952 : délibérations du bureau de l’hôpital 1762-1763 et registre 1754, f° 105-f° 257, pièces relatives à l’hôpital de Carpentras. Registre 1729, f° 342, liste des malades de Loriol soignés à Carpentras 1766-1777.

b)Manuscrit 828 : Livre de Raison de la famille d’André : une recette pharmaceutique (Le baume de M. Crozet).

II – LES PHARMACOPEES ET OUVRAGES ANCIENS

Charas (M.), 1681. -Pharmacie royale galénique et chimique, 3e ed., Paris, Ed. L. de Houry.

Gauthier (M.),1760.-Introduction à la connaissance des plantes. Catalogue des plantes usuelles de la France. On y a ajouté une notice abrégée des drogues étrangères, Avignon, Ed. Robinot.

Hecquet (Ph.), 1740.- Médecine, Chirurgie et pharmacie des pauvres, Paris, 3 vol., Ed. Vve Alix.

Houry (L. d’), 1689.- Dictionnaire pharmaceutique ou apparat de Médecine. Pharmacie et chimie, 2e ed., Paris, Ed. L. de Houry.

Lamure (M. de), 1784.- Nouveaux éléments de matière médicale, Montpellier.

Lemery (N.), 1732.- Traité universel des drogues simples, 4e ed., Paris, Ed. L. de Houry.

Meuve (P. de), 1695.- Dictionnaire pharmaceutique ou apparat de médecine, pharmacie et chimie, 3e ed., Lyon, Ed. Rey, 2 vol.

Pomet, 1735.- Histoire générale des drogues simples et composées, par le Sieur Pomet, marchand épicier et droguiste. Nouvelle édition corrigée et augmentée des dons et des usages par le Sieur Pomet fils, apothicaire, Paris, Garreau, 2 vol.

Savary des Bruslons, 1723-1730.- Dictionnaire universel du commerce, 3 vol., 1ère ed., Paris, Ed. J. Etienne.

III – OUVRAGES SPECIALISES

Bonnel (E.), 1963.- Avignon et le Comtat Venaissin. Congrès archéologique de France, CXXIe session (chap. : L’Hôtel-Dieu de Carpentras, p. 312-327).

Carbonnel (M.), 1869.- Etudes historiques sur les institutions charitables de la ville d’Apt, Apt.

Candille (M.), 1979.- Le patrimoine hospitalier. Le patrimoine artistique des hôpitaux du Vaucluse, Société française d’histoire des Hôpitaux.

Carrière (Ch.), 1970.- Négociants marseillais au xviiie contrition à l’étude des économies maritimes, Marseille, 2 vol. (se reporter à la bibliographie pour tous les ouvrages relatifs au commerce de Marseille), ed. Institut Historique de Provence, 1113 p.

Chambonnet (F.), 1978.- Faïences pharmaceutiques de la région lyonnaise, Le Puy en Velais, p. 207.

Dorvault (Dr. P.), 1923.-Les pots de Pharmacie. Leur historique suivi d’un dictionnaire de leurs inscriptions, 2e éd., Toulouse, p. 89 + XV planches.

Dousset (J. Cl.), 1985.- Histoire des médicaments des origines à nos jours, Paris, Payot, p. 405 (dernier ouvrage sorti avec des annexes et une courte bibliographie).

Faqis (A.), 1943.- Beaucaire et sa foire à travers les siècles, Lyon, p. 352.

Guigue (J.), 1934.- L’hôpital et les hospices de l’Isle sur Sorgue, Avignon, Ed. Rullière, p. 182.

Grehange (Dr. P. A.), 1934.- Les livres anciens de médecine et de pharmacie. Promenade à travers la médecine du passé, Office du Livre, Paris, 278 p.

Imbert (J.), 1947.- Les hôpitaux en droit canonique, Paris.

Imbert (J.), 1975.- Les hôpitaux en France, Paris, P.U.F., coll. « Que sais-je ? », 128 p.

Jouve (M.), 1904.- Journal d’un chanoine au dioscèse de Cavaillon, 1664-1668, Cavaillon, ed. Mistral, 128 p.

Lunel (A.), 1975. - Juifs du Languedoc, de la Provence et des états français du Pape, Paris, Albin Michel, p. 203.

Paris (R.), 1957.- Histoire du commerce de Marseille, Le Levant, Paris, Plon, VI-621p.

Rambert (G.), 1957.- Histoire du commerce de Marseille, Le Levant, t. V, Paris, Plon, XX-667 p.

Reutler de Rosemont (Dr. L.), 1931.- Histoire de la Pharmacie à travers les âges, Paris, J. Peyronnet, (ouvrage classique de référence).

Sage (Abbé J.), 1899.-Les religieuses augustines de l’Hôtel-Dieu de Carpentras, Imp. Marseillaise, Marseille, p. 88.

IV – ARTICLES

Ashford White (F.), 1927.- The evolution of the drug pot. The Faience of Moustiers, in American druggist, New York, p. 13-16, février, 56.

Caille (J.), 1970.- Les apothicaires de Montpellier à la foire de Beaucaire, Rev. Hist. de la Pharmacie, t. 20, p. 191-197.

Callamand (O.), 1978.- La foire de Beaucaire et les achats de drogues par les hôpitaux d’Orange, du Comtat Venaissin au cours du xviiie siècle, Acta Congressus Internationalis Historiae Pharmaciae Bremae, MCMLXXV, Stuttgart, p. 59-67.

Le rôle éminent de la foire de Beaucaire dans l’histoire de la pharmacie en Provence, in Revue d’histoire de la Pharmacie, XXVI, n° 241, juin 1979, p. 112-117.

Chompret (D.), 1936.- Où voir les céramiques ancienne ? Carpentras, in Les amis de Sèvres, novembre, p. 447-449, n° XIX

Dermigny (L.), 1955.- De Montpellier à la Rochelle, route de commerce, route de médecine au xviiie siècle in Annales du Midi, p. 31-58.

Descomps (G.), 1956.- La pharmacie de l’hôpital de Tarascon. Son origine et celle de ses faïences, in Rev. d’Hist. Pharma, p. 424-432.

Dubled (H.), 1967.- Un inventaire de pharmacie au début du xviie siècle, in Rencontres, n° 67, mars-avril (revue de Carpentras), p. 376-377.

Dupieux (P.), 1936.- Troyes et la foire de Beaucaire. Courants commerciaux sous la Révolution et l’empire, extrait de la Nouvelle revue de Champagne et de Brie, avril.

Guyot-Jeannin (J.), 1951.- * Documents inédits sur la pharmacie et les apothicaires de Carpentras, in Rev. Hist. Pharma., n° 129, mars, p. 23-29.

*Quelques vieilles pharmacies d’hôpitaux vauclusiens, quelques apothicaires d’Avignon, in Rev. Hist. Pharm., n° 134, septembre 1952, p. 405-415.

Jouve (M.), 1908.- La pharmacie de l’ancien hôpital de Cavaillon, in Revue du Midi.

Kallinich (G.), 1975.- Pharmacies anciennes. Intérieurs et objets, Office du Livre, Fribourg, Paris, p. 251 (très belles illustrations, importante bibliograhie).

Léon (C), 1953.- Vie et mort d’une grande foire internationale : la foire de Beaucaire, in Revue de Géographie, Lyon, n° 4.

Mugler (F.), Nayral (G.), 1962.- La pharmacie de l’Hôtel Dieu de Carpentras, in Rencontres, juillet-août, n° 40, p. 12-15.

Pansier (Dr. P.), 1981.- * La pharmacie à l’hôpital d’Avignon aux xvie, xviie, xviiie, siècles, in Cahiers de pratique Médico-Chirurgicale, mai-juin, p. 167-172.

* Les anciens hôpitaux d’Avignon, in Annales d’Avignon et du Comtat Venaissin, 1929, p. 5-12.

* Le service médical à l’hôpital Sainte-Marthe du xive au xviiie siècles, in Cah. de pratique Médico-Chirur., 1930, n° 2, p. 63-74.

Annexes

ANNEXE I – LE DROGUIER DE LA PHARMACIE DE L’HOTEL-DIEU DE CARPENTRAS (1761)

ANNEXE II – ACHATS DE LA PHARMACIE DE L’HOTEL-DIEU DE CARPENTRAS

Source : A.H.C. Livre de la pharmacie 1693-1790

Notes

1 Bibliothèque Inguimbertine Carpentras (B.I.C.). Fonds Tissot 1724, f° 857. Conditions acceptées par le Conseil pour l’établissement du nouveau hôpital, août 1950.

2 B.I.C. Fonds Tissot 1754, f° 243. Rapport annuel, août 1735.

3 Emile Bonnel, dans son article « L’Hôtel-Dieu de Carpentras », paru dans Congrès archéologique de France, 1963 (p. 312 à 327), a donné en annexe le mémoire des ouvrages exécutés depuis 1700, par l’architecte d’Allemand.

4 B.I.C. Fonds Tisot 1736, f 63 et suivants. Extraits du prix fait, concernant la construction du nouvel hôpital, par les entrepreneurs d’Avignon : Messires Joseph Jourdan et Jean-Baptiste Lambertin. 21 mars 1750. Ce devis, très pointilleux, est d’un grand intérêt pour connaître l’hôpital, dans ses moindres recoins.

5 Les recteurs de Carpentras, malgré les promesses données à l’évêque d’Inguimbert, ne se montrent guère pressés de recevoir les religieuses de Caromb, refusant toute participation financière pour les aider à édifier leur couvent, attenant à l’Hôtel-Dieu.
Pour cette question, se reporter : Abbé J. Sage, Les religieuses augustines de l’Hôtel-Dieu de Carpentras, Imprimerie marseillaise, Marseille, 1899, 88 pages.

6 Le contrat est publié dans l’ouvrage de l’Abbé Sage, p. 44 et suivantes. AH.C. E4, folio 19. Délibération du Bureau, 14 juillet 1764.

7 Il faut attendre 1789 pour que leurs gages soient augmentés. Les pharmaciennes percevront 60 livres, la servante 45 livres.

8 AH.C. E4 f° 85. Délibération du Bureau de l’Hôpital, 19 avril 1779 « Réception à vie de Sœur Fallet ».

9 Idem, f° 143, délibération du 2 mars 1788.

10 Voir la thèse : Ibert Michel, Contribution à l’étude de l’Hôpital Sainte-Marthe d’Avignon (1670-1740), Marseille, Faculté de médecine, 1979, 2 volumes, 912 p.
B.I.C. Fonds Tissot 1724, f° 964. Honoraires du personnel de l’hôpital Sainte-Marthe, 19 juin 1763.
1° garçon apothicaire 75 livres
2° garçon apothicaire 48 livres
servantes 36 livres

11 AH.C. E40. f° 40-41. Délibérations du bureau 13 janvier 1763.

12 Se reporter à la bibliographie donnée, articles Chompret, Mugler et Nayral.

13 On guérit par les plantes et non pas, par des paroles.

14 AH.C. E292. Inventaire, 13 août 1763.
A la dernière délibération exceptionnelle du bureau, le 13 décembre 1762, il avait été décidé « de faire un inventaire de tous les meubles, effets se trouvant dans l’hôpital » (B.I.C. Fonds Tissot 1724, f° 952).

15 Très bonne étude : Descomps Gabriel, La pharmacie de l’hôpital de Tarascon ; son origine et celle de ses faïences, in Revue d’histoire de la pharmacie, 3e trimestre 1956, p. 424-432.

16 AH.C, Livre de pharmacie, 1693-1790. Ce livre d’environ 300 pages, reçoit, année par année, toutes les références d’achats pour la boutique.

17 Voir la note 14.

18 La gomme sérapine est orthographiée « séraphique », la tacamaque ou tacamahaque devient « glacamahaca ». Carrame et gomme caragne semblent indiquer un seul et même produit. Ces erreurs compliquent les identifications. Je remercie le Docteur Lemordant pour l’aide apportée dans la reconnaissance de toutes ces drogues d’origine végétale.

19 Rasure ou râpure obtenue en limant une défense d’éléphant.

20 Il faut attendre 1804 pour que l’année civile commençant le 1er janvier soit adoptée.

21 Voir note 16. Ce commentaire conclut les comptes pour l’année août 1784-septembre 1785.

22 Le droguiste Millot a livré à lui seul 22 produits : manne, manne en larmes, senné de Malte, rhubarbe, jalap, hémiltocorton, camphre en pains, gomme arabique, tamarin, blanc de baleine, gomme élémi en masse, thé vert, zédoaire, suc de réglisse, casse fine, céruse, alun de Roch, fleur de soufre, cannelle fine, crocus, munie, cicotrin. Messire Rousson l’aîné a fourni 7 drogues : quinquina, suc de réglisse, gomme arabique, cantharides, opium, crème de tartre, vitriol blanc.

23 Musée Calvet Avignon. Manuscrit 3222, f 130, lettre du négociant Millot, Marseille, 18 juillet 1777.

24 Frais du voyage à Beaucaire, juillet 1784. Source : Livre de pharmacie :

  • pour les portefaix 2 livres 8 sous
  • pour le billet de l’Hôtel de ville 11 sous
  • pour la chambre 15 livres
  • pour la voiture en allant 10 livres
  • pour la voiture en retrounant 4 livres
  • pour la nourriture 12 livres
  • pour 14 quintaux transportés 16 livres 16 sous
  • pour les droits 1 livre 4 sous

25 Récapitulatif des frais, septembre 1785 :

  • pour le port des 9 quintaux de marchandises de Marseille à Carpentras 18 livres
  • pour les droits de péage de Septèmes 4 livres
  • voiture d’y à’Marseille, le retour, frais de nourriture 24 livres 12 sous
  • pour 12 Roy – amendes à 6 livres 72 livres

Total 168 livres 12 sous

26 Cette lutte entre apothicaires et sœurs hospitalières semble existée dans toutes les villes où ces deux dépositaires du savoir pharmaceutique co-habitent. Se reporter aux articles de Guyot-Jeanin cités en bibliographie.
Appuyons cette remarque par les démélés, opposant ces deux corps, dans une cité proche de Carpentras.
« Une réclamation élevée par les apothicaires d’Apt contre les religieuses de l’Ordre de Saint-Charles de Lyon qui exerçaient elles-mêmes les fonctions d’apothicaire pour l’hôpital Castor, fut portée devant le Parlement d’Aix, au commencement de 1782 mais les Recteurs ayant apporté un mémoire justificatif, l’affaire n’eut pas de suite. Les apothicaires renouvelèrent leurs réclamations en 1784 avec plus d’insistance et demandèrent que l’hôpital fût condamné à leur payer une amende de 3 000 livres au cas où les sœurs continuerainet à débiter des drogues et remèdes au public ».
in Carbonnel (M.).- Etudes historiques sur les institutions charitables de la ville d’Apt, J.S. Jean, Apt, 1869.

27 Pour comparaison, se reporter à l’étude du docteur Ibert sur l’hôpital avignonnais (note 10). L’hôpital d’Orange a fait l’objet de recherches ponctuelles, présentées par Madame Odette Gallamand (voir la bibliographie).

28 La thèse Beaucaire « foire des petits » est défendue par Patrick Boulanger dans sa communicaton « Droguistes marseillais à la fin du xviiie siècle », publiée dans ce volume.

29 Le dynamisme des droguistes de Montpellier est très bien analysé dans la magistrale étude de l’historien Dermigny, parue dans « les Annales du Midi » (voir bibliographie).

30 Cette eau est un alcoolat de romarin, auquel sont ajoutées diverses autres plantes : sauge, lavande, serpolet, gingembre. La Marquise, dans une lettre adressée à sa fille, écrit : « Elle est divine... Je m’en énivre tous les jours, j’en ai dans ma poche. C’est une fiole comme du tabac ; quand on y a goûté, on ne peut plus s’en passer. Je la trouve bonne contre la tristesse ».

31 Dès 1611, les Carmes Déchaussés fabriquent l’Eau de Mélisse, « panacée contre les vapeurs, l’apoplexie, les syncopes, les obstructions du foie, de la rate, des reins et surtout un ami du cœur qu’il réjouit et fortifie ».
L’annexe donnée à la page 360, du livre « Histoire des médicaments » de Jean-Claude Dousset, dresse un bon historique de la diffusion de ce remède.

Notes de fin

* Colette DUBOIS, Professeur agrégé, Docteur de 3° cycle, Carpentras.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3134/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 223k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3134/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Légende Achats de la pharmacie auprès du fournisseur Gireaudeau (1774-1783) (une absence en 1779) Source : A.H.C. Livre de pharmacieN.B. Les divers produits sont vendus en bouteilles, sauf l’essence de bergamote contenue dans un « fiction ».
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3134/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 350k
Titre De la Reglisse.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3134/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 545k
Titre REGNE VEGETAL
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3134/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3134/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre REGNE ANIMAL
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3134/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 230k
Titre REGNE MINERAL
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3134/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 546k
Légende Source : A.H.C. Livre de la pharmacie 1693-1790
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3134/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 887k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540