Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Herbes, drogues et épices en Méditerranée

 | 
Georges J. Aillaud
, 
Patrick Boulanger
, 
Marcel Courdurie
, 
et al.

L’ergot du seigle et le mal des Ardents*

Georges J. Aillaud

Texte intégral

  • * Georges J. AILLAUD, Maître de Conférences à l’Université de Provence, Laboratoire de Phytomorpholo (...)

1Choisir de parler de l’ergot du seigle comme plante médicinale peut paraître a priori surprenant. Et pourtant, cette formation d’un centimètre de longueur, dure, noire, fait bien partie du règne végétal. C’est la forme de résistance d’un champignon. De plus, l’ergot du seigle a bel et bien été inscrit à la pharmacopée et il est aujourd’hui à l’origine de très nombreux médicaments importants.

2L’histoire de l’ergot du seigle est vraiment exemplaire : à l’origine d’une terrible maladie d’allure épidémique qui a provoqué des milliers de morts et entraîné l’apparition de milliers d’estropiés pendant des siècles, le rôle du champignon est soupçonné dès le xviie siècle, puis mis en évidence au xviiie siècle, il est étudié activement par les chimistes au xixe et donne au xxe siècle — après l’isolement du premier alcaloïde en 1918 — un grand nombre de produits très importants par leur utilisation dans de nombreuses maladies ou dysfonctionnements.

3Stoll, en 1965, a dit de l’ergot que c’était « un véritable monument de trésors pharmacologiques ». Pour mieux comprendre ce « monument » et aller à la recherche de ces « trésors », nous aborderons successivement son histoire, ce qu’il est botaniquement parlant et la symptomatologie de la maladie, sa chimie et ses utilisations actuelles.

I - LE MAL DES ARDENTS ET LES ANTONINS

4Au Moyen Age, souvent, on appelait « peste », parfois sans autres précisions, toute maladie d’allure épidémique et à forte mortalité ; à l’inverse, certaines épidémies imputées au Mal des Ardents pouvaient aussi bien être la peste à bubons (Chaumartin).

5Ce Mal des Ardents était désigné par plusieurs noms suivant les lieux et les symptômes : Peste de Feu, Feu Sacré, Feu Saint-Antoine, Saint Martial ou Saint Michel, Gangrène des Solognots...

6Parmi les épidémies qui ont ravagé l’Europe au Moyen Age, certaines peuvent être considérées comme dues à l’ergot surtout celles apparues après des pluies abondantes et des disettes. Mais les descriptions des chroniqueurs de l’époque étant nos seules sources, certains cas sont douteux. Plusieurs auteurs citent l’épidémie de Xanten en Westphalie en 857, mais d’après Delaigue, la première qui puisse être incontestablement due à l’ergot est celle de 945 à Paris, rapportée par la chronique de Flodoart «... une peste de feu brûlait et détruisait les différents membres jusqu’à ce que la mort mit fin à leur supplice... ».

7L’épidémie de 994 fit 40 000 morts dans le sud-ouest de la France (Aquitaine et Périgord) ainsi que dans l’Angoumois et le Limousin. C’est la chronique de Raoul Glaber, moine de Cluny, qui donne les précisions suivantes : « A cette époque sévissait parmi les hommes un fléau terrible, à savoir un feu caché qui, lorsqu’il s’attaquait à un membre, le consumait et le détachait du corps ; la plupart en l’espace d’une seule nuit furent complètement dévorés par cette affreuse combustion... ».

8Durant plusieurs siècles, la terrible maladie fit des ravages, aussi bien en France — notamment épidémies de 1039 en Bretagne, 1105 en Artois (qui a provoqué le miracle de la Sainte Chandelle d’Arras), 1131 à Paris (avec la consécration de l’église Sainte-Geneviève), — que dans le reste de l’Europe où l’on signale des épidémies de feu sacré en Espagne (xie siècle), au Danemark (xiiie) et en Saxe ainsi qu’au Portugal (xive). Durant tout le xvie et le xviie siècle, le mal dévasta plusieurs régions d’Allemagne (le Duché de Luxembourg en 1581, la Silésie en 1587, la Hesse en 1596, la Saxe en 1650, 1670, et 1674). Dans les mêmes temps, la France n’était pas épargnée avec des épidémies, notamment en Aquitaine et en Sologne (1650, 1670 et 1674). Au cours du xviiie siècle, les épidémies furent un peu moins fréquentes, mais peu avant que la nature du mal ne soit clairement reconnue, une épidémie eut lieu en 1770 dans toute l’Europe.

9Comment se présentait ce mal redouté et redoutable ?

10Après des maux de tête, des vertiges, des hallucinations, des tremblements et autres troubles, la maladie évoluait en provoquant des douleurs atroces, les malades étaient comme brûlés par un « feu intérieur », et pourtant les mains et les pieds atteints, restaient froids et insensibles au toucher. Bientôt, les parties atteintes « devenaient noires comme du charbon » — appuyant cette idée de « feu intérieur » qui consumait les malades — puis « spontanément et sans douleur, elles se détachaient du corps ».

11Dans « la vie de Saint-Hugues, évêque de Lincoln », une description quasi-médicale du Mal des Ardents est donnée par l’auteur (c’est le chapelain de Saint-Hugues, en visite à Saint-Antoine en Dauphiné en 1119), qui précise l’état des malades ayant contracté le feu sacré :

« Leurs chairs avaient été en partie brûlées, leurs os consumés et certains membres détachés, et malgré ces mutilations, ils paraissaient jouir de la meilleure santé... ce qu’il y a de plus extraordinaire dans ce miracle même, c’est qu’après l’extinction du feu, la peau, la chair et les membres qu’il avait dévorés ne se restauraient jamais. Mais chose étonnante, les parties qu’il avait épargnées restaient parfaitement saines, protégées par des cicatrices si solides qu’on voyait des gens de tout âge et des deux sexes, privés de l’avant-bras jusqu’au coude, d’autres de tous les bras jusqu’à l’épaule, enfin d’autres encore qui avaient perdu leurs jambes jusqu’au genou ou la cuisse jusqu’à l’aîne et aux lombes, montrent la gaieté de ceux qui se portent le mieux ».

12Une des caractéristiques aussi de la maladie, c’est la perte du sommeil : toute la nuit, les malades » criaient, suppliaient, priaient, mais ils ne dormaient pas », cette insomnie n’était pas due qu’à leurs souffrances, on ne comprendra que plus tard sa signification.

13Par ailleurs, Sigisbert de Gembloux entre autres, signale des convulsions pour l’épidémie de 1089, «... de nombreux malades réellement tordus par la contraction des nerfs souffraient de cruels tourments ». Mais après ces formes mixtes de la maladie provoquant gangrène et convulsions, des formes uniquement convulsives, au Mal Saint-André furent décrites. Les crises convulsives s’accompagnaient d’hallucinations. Un malheur ne venant jamais seul, la maladie sévissait, les années de disette, après un printemps froid et humide suivi d’un été pluvieux. On mettra des années pour établir une relation entre ces faits.

14Pour combattre ces épidémies, on employa les moyens habituels de l’époque : la prière, le recours à Dieu et à tous ses saints, avec en sus des pratiques relevant le plus souvent de la magie et de la sorcellerie et quelquefois de la médecine !

15Dans Antoninae Historiae compendium, Falco, historien de l’ordre des Antonins en 1533 écrit : « en l’an 1090... une cruelle peste et maladie de feu, ou persécution du feu sacré, tuait un grand nombre de personnes entre l’Occident et le Septentrion, et en estropiait plusieurs, brûlant misérablement leurs membres, et pour porter un efficace remède à cette horrible misère et calamité, on ne trouva de meilleur, ni plus assuré moyen que d’implorer l’aide et se mettre par prières sous la protection du grand Saint-Antoine ».

16En effet, depuis une vingtaine d’années, les restes de Saint-Antoine l’Egyptien, sont à la Motte-aux-Bois, petit bourg du Dauphiné, sur les dernières collines molassiques de Chambaran dominant la plaine de l’Isère. Ces restes font l’objet d’un pélerinage : on vient prier le Saint et aussi lui demander la guérison du « feu sacré » qui devient très vite le « feu Saint-Antoine ». Une foule de malades dans un grand dénuement, dont beaucoup meurent en route ou sur place, a envahi littéralement le bourg. En 1095, un seigneur de la Valloire toute proche, Gaston, son fils ainsi que quelques compagnons, fonde « l’ordre des Hospitaliers de l’Aumône de Saint-Antoine » qui se donne pour tâche de soigner les victimes du « Mal des Ardents » ou « Feu Saint-Antoine », et surtout de les aider à survivre malgré leur handicap. C’est ainsi que fut créé le premier hôpital pour les victimes du terrible fléau.

17En 1119, le pape Calixte II (ex-archevêque de Vienne) promulgue une bulle en faveur des Hospitaliers (ainsi que des Bénédictins venus de Montmajour en 1083 pour garder les restes du Saint Ermite, et constructeurs de la première église) : « nul n’a le droit de violer leurs demeures, de voler leurs biens ». Cette recommandation est bien utile, mais peut-être pas suffisante, en ces temps troubles où certains seigneurs et les bandes de voleurs, employaient les mêmes méthodes pour vivre aux dépens du « pauvre peuple ».

18L’ordre sous la direction de ses Grands-Maîtres successifs (dix-sept issus des nobles familles du terroir de 1095 à 1289) va se développer. Gaston de Valloire, le premier Grand-Maître a donc créé le premier hôpital avec une organisation fonctionnelle : accueil et réception, examen et diagnostic, amenant un tri des malades avec les soins adéquats. Ces soins étaient à la fois simples et complexes. Simples, car la partie purement médicale comportait l’utilisation de potions et d’onguents à base de plantes médicinales (différentes suivant les régions et les commanderies) ; la chirurgie, elle, ôtait les membres condamnés. Complexes, par le rituel : l’invocation à Saint-Antoine était complétée par l’usage du Saint-Vinage (vin recueilli le jour de l’Ascension après arrosage des ossements de Saint-Antoine) suivant un cérémonial bien défini. Mais c’est surtout la partie hygiène qui était importante : l’hébergement, l’hygiène corporelle et vestimentaire et surtout l’hygiène alimentaire. La qualité de l’alimentation était déterminante dans les guérisons, ainsi que la quantité et les fameux cochons élevés par les moines y étaient pour beaucoup !

19Etienne 1er, qui succède à Gaston de Valloire, en 1120 fait construire un deuxième hôpital : l’hôpital des « démembrés » qui recevra les rescapés du « Mal des Ardents » devenu le « Feu Saint-Antoine ». C’est en quelque sorte un des premiers, sinon le premier, hospices qui est ainsi créé : il accueillera les « démembrés », qui seront hébergés leur vie durant, nourris, habillés, appareillés, certains apprendront même un métier. Cette idée novatrice coûte très cher, mais les quêtes des Hospitaliers — reconnaissables à leur écu (un Tau d’azur sur fond d’or) sur leur manteau de bure — ainsi que les héritages et donations, les achats et les échanges, et, par dessus tout, une gestion rigoureuse, assure la prospérité de l’ordre et son développement.

20Cette prospérité porte ombrage aux Bénédictins gardiens des restes de l’ermite. Des incidents se produisent, se multiplient, s’amplifient. La cohabitation devenant impossible, c’est le pape Boniface VIII (en mai 1289) qui prend la seule décision possible : les Bénédictins sont renvoyés à leur maison mère à Montmajour, les « Hospitaliers de l’Aumône » deviennent les « Chanoines Réguliers de Saint-Antoine », avec à leur tête un abbé. Tout en continuant leurs soins aux malades, ils sont chargés de la garde des reliques du saint ainsi que du rôle spirituel qu’assumaient auparavant les Bénédictins (notamment la construction de l’église).

21L’Ordre comptera au début du xive siècle, 200 commanderies, regroupées en prieurés (de France, de Saint-Gilles, d’Aquitaine, d’Auvergne, de Toulouse, de Champagne, d’Allemagne), avec environ 3 000 chanoines secondés par les laïques.

22Au xve siècle, l’ordre sera à son apogée avec environ 10 000 moines répartis en 389 hôpitaux ou commanderies.

23Les guerres de religion et leur cortège de misère, d’exactions, de crimes, marquent le début de la décadence des Antonins. L’abbaye et le bourg de Saint-Antoine, sont bien mal placés, entre le Royans « repaire » des protestants et le Bas-Dauphiné parcouru par les armées du roi et du gouverneur de la province de Dauphiné. Eustache Piedmond, notaire à Saint-Antoine, dans ses mémoires, donne au jour le jour le récit de ces saccages, tueries, exactions de toutes sortes. A la suite de cette guerre, avec ses domaines pillés, les quêtes interdites, la raréfaction des vocations et... celle des épidémies, l’Ordre se trouva en difficulté. En 1768, deux édits de Lomenie de Brienne (le premier par des limitations dans l’âge des novices, le second en supprimant les monastères qui ne réunissent pas 20 religieux) condamne l’ordre à brève échéance ; Jean-Marie Navarre qui sera le dernier abbé des « chanoines de Saint-Antoine », incorpore les Antonins en 1775, à « l’ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem » ou « ordre de Malte ».

24C’en est fini ! Après presque 700 ans de prières, de charité, d’innovation en médecine, chirurgie, hygiène, et en ce qu’on appelle l’aide sociale, avec tout ce que cela exige au point de vue organisation et gestion, tout cela est fini !

25En 1784, il n’y avait plus que onze pensionnaires dans l’hôpital ; le dernier mourut en 1842, il avait auparavant — triste ironie— hérité des instruments dont les derniers Antonins se servaient pour leurs amputations !

II - L’ERGOT DU SEIGLE ET L’ERGOTISME

26Les ergots sont des sclérotes, c’est-à-dire des structures végétatives agrégées, formes de résistance et de conservation de champignons ascomycètes pyrenomycètes, parasites des graminées et des cypéracées.

27L’ergot du seigle, Claviceps purpurea (Fr.). Tulasne rappelle l’ergot d’un coq d’où son nom, il est plus ou moins arqué, long de 20 à 30 mm sur 3 à 4 mm de largeur, de couleur noirâtre-violacé avec un sillon longitudinal du côté concave et des crevasses transversales. La section transversale est triangulaire ; la consistance est compacte, l’aspect corné, la périphérie est de couleur vineuse, la partie interne blanchâtre. La masse du sclérote est formée d’hyphes mycéliens enchevêtrés avec des gouttelettes huileuses dans la partie centrale.

28Le cycle de l’ergot n’a été mis en évidence qu’en 1853 par Tulasne. Les formes de multiplication végétative des ascomycètes ou formes imparfaites (asexuées) sont souvent observées indépendamment des fructifications à asques ou formes parfaites (sexuées). La liaison entre ces deux formes, c’est-à-dire entre la partie sexuée et la partie asexuée du cycle n’est pas évidente et les ascomycètes portent ainsi souvent deux ou plusieurs noms : celui de la forme parfaite à asques et ascospores (reproduction sexuée) et celui ou ceux, des formes imparfaites à conidies et conidiospores (multiplication végétative). De plus, ces formes ne sont pas classées dans les ascomycètes, mais dans les Fungi Imperfecti. Il n’est pas toujours facile d’obtenir en culture les formes parfaites et de prouver ainsi la liaison entre une espèce de Fungi Imperfecti et une espèce ascosporée.

29Ainsi, l’ergot comprend une partie ascosporée appelé Sclerotium Clavis par de Candolle en 1815 et mentionné pour la première fois par Lonicer en 1565 (clavus siliginis), et une partie asexuée à conidiospores, constituant la sphacélie et décrite par Léveillé en 1827 sous le nom de Sphacelia segetum Lév. et ce n’est donc qu’en 1853 que Tulasne relia les deux formes.

30Le cycle s’établit de la manière suivante : le sclérote qui a passé l’hiver sur le sol, germe au printemps si l’humidité est suffisante et les températures douces (on comprend pourquoi les épidémies survenaient après des printemps doux et humides !). Cette germination consiste en plusieurs petites têtes globuleuses de 2 mm de diamètre, au bout d’un pied long (15 à 30 mm) et fin, qui sont autant de petits champignons avec leurs carpophores. Ceux-ci portent des loges périthéciales périphériques s’ouvrant à l’extérieur par une ostiole et contenant des asques. Ces asques contiennent huit ascopores filiformes qui, si l’humidité est suffisante en mai ou juin, germent en donnant un mycélium filamenteux qui détruit l’ovaire, le momifie et le remplace par une masse mycélienne blanchâtre et molle, la sphacélie, recouverte bientôt d’un miellat, c’est-à-dire d’un liquide sucré et visqueux produit par le mycélium en même temps que des conidiospores. Celles-ci propagent la maladie par le biais des insectes attirés par le miellat (cycle secondaire). La sphacélie durant l’été devient progressivement compacte, dure et cornée, la partie périphérique se pigmentant : elle se transforme en un ergot qui à maturité dépasse les pièces florales du seigle.

31L’ergot est une espèce polyphage, c’est-à-dire parasite sur une vingtaine d’espèces de céréales et graminées sauvages des pays tempérés et tempérés chauds. Si la morphologie de l’ergot est parfois différente (ergot lobé, court et plus large pour le blé, long et mince pour le dyss en Algérie ou Ampelodesmas Tenax), on pense qu’il existe des races physiologiques adaptées à certains hôtes, et qui, tout en ayant la même morphologie, sont incompatibles (les infections croisées étant impossibles) Stager in Roger divise Claviceps purpurea en trois formes biologiques : la forme a, sur seigle, orge, brome, paturin, avoine élevée, dactyle, brize, fetuque... la forme b sur Lolium perenne et Lolium temulentum (ivrées) et Bromus rectus, enfin la forme c sur Brachypodium et Milium.

III - L’ERGOTISME

32Si, comme nous l’avons déjà dit, c’est Lonicer qui décrit, l’ergot en 1565, le rapport n’est pas encore établié avec le « Mal des Ardents ». En 1630, Thuillier, médecin de Sully, incrimine le seigle ergoté. Mais il faut attendre 1672, date de l’enquête de Claude Perrault sur la « gangrène des Solognots », reprise par Dodart, pour voir dans une lettre à l’Académie des Sciences en 1676, l’hypothèse d’une relation entre l’ergot du seigle et la terrible maladie, qui, sous des noms divers, désole l’Europe.

33Il faut attendre encore un siècle, pour qu’à la suite de nombreux travaux — avec notamment une expérimentation sur des animaux alimentés avec du seigle ergoté — il n’y ait plus de doute sur la toxicité de l’ergot et sa responsabilité dans ce que l’on appelle désormais l’ergotisme (travaux notamment de Teissier, Saillant et Jussieu publiés entre 1775 et 1780).

34L’ergotisme nous l’avons vu, était surtout caractérisé par des fourmillements, des pertes de la sensibilité cutanée, des douleurs atroces avec des crampes et des contractures et des sensations de brûlures intenses, alors que les membres atteints sont glacés : tout ceci marque une ischémie, c’est-à-dire, d’abord une insuffisance puis un arrêt localisé de la circulation sanguine, déterminant des lésions et entraînant la gangrène sèche. Cette forme gangréneuse (necrosis cerealis) se termine par la chute spontanée de doigts, d’orteils ou de parties plus importantes des membres. C’est le « Feu Saint-Antoine » qui donnait les « démembrés ».

35En Europe Centrale et du Nord, sévissait surtout une forme convulsive (convulsio cerealis) avec des contractures importantes, des crises convulsives et des hallucinations. C’est le « Mal de Saint-André » qui donnait les « contracturés ».

36Orfila, dans son « Traité de médecine légale » décrit ces deux formes de la maladie, sous les noms d’ergotisme convulsif et d’ergotisme gangréneux. Il donne, sans son « Traité de toxicologie » (1843), le traitement de l’empoisonnement par le seigle ergoté en ne préconisant l’amputation qu’en dernier ressort, « lorsque les parties gangreneuses ne se séparent pas assez promptement ».

37L’ergotisme fit encore des victimes au xixe siècle, notamment en Russie en 1889-1890 (2 749 victimes dont 535 morts).

38La dernière épidémie officiellement reconnue d’après le docteur Delaigue est celle de Manchester en 1927 dans une communauté de Juifs. Quant à celle du « Pain maudit » de Pont-Saint-Esprit en août 1951, la commission d’enquête a conclu à la présence d’insecticide à base de mercure dans les sacs ayant contenu la farine incriminée et c’est donc le mercure qui serait responsable des 230 intoxications recensées dans le Bourg.

De la Grande Cardamome.

De la Grande Cardamome.

Notes de fin

* Georges J. AILLAUD, Maître de Conférences à l’Université de Provence, Laboratoire de Phytomorphologie Expérimentale et Morphologie Végétale, Aix-Marseille III.

Table des illustrations

Titre De la Grande Cardamome.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3132/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 431k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540