Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Herbes, drogues et épices en Méditerranée

 | 
Georges J. Aillaud
, 
Patrick Boulanger
, 
Marcel Courdurie
, 
et al.

Droguistes marseillais à la fin du xviiie siècle*

Patrick Boulanger

Texte intégral

  • * Patrick BOULANGER, Affaires Culturelles de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Marseille.

1En pénétrant de nos jours dans une droguerie, on trouve une boutique emplie d’une foule d’articles des plus divers : insecticides, détachants, encaustiques, peintures, visserie, clouterie, petit électro-ménager, articles d’hygiène et de parfumerie, autant de produits de l’industrie et de la chimie contemporaines destinés aux besoins d’une clientèle de quartier. A la fin du xviiie siècle, les magasins des droguistes étaient quelque peu différents : point de vitrines, d’étalages attirant l’attention du passant, mais des pots de drogues médicinales sur les étagères murales, des corbeilles débordant de matières tinctoriales à même le sol, des sacs gonflés de plantes odoriférantes dans les arrière-boutiques... marchandises venues à peine transformées de lointaines régions jusqu’en ces échoppes marseillaises.

  • 1 T. IV, p. 104-105 de l’édition de Livourne imprimée en 1772.

2Pour tenter de définir le métier de droguiste sous l’Ancien Régime, partons de cette somme d’érudition qu’est la fameuse Encyclopédie de Diderot et d’Alembert : « Droguiste (...), nom que l’on donne à ceux d’entre les épiciers qui vendent des drogues propres pour la pharmacie, la teinture et les arts »1 Ainsi les droguistes ne seraient que des épiciers spécialisés. Mais dans un « port mondial » comme Marseille, leur métier n’était-il pas autre ?

  • 2 Selon Paul Masson dans Marseille depuis 1789, Paris, 1921, appendice V, p. 323.

3En 1789, Marseille reçut 1 500 000 F de drogues pour les teintures et apprêts, 1 000 000 F de drogueries médicinales2. Sur ses quais l’on déchargeait des flancs des trois-mâts, comme du pont des tartanes, balles et barriques, tierçons et caisses expédiés ultérieurement dans une vaste aire commerciale qui s’étendait des confins levantins à l’Europe septentrionale et aux îles françaises d’Amérique.

4A Marseille, tout à la fois port d’importation et marché de redistribution, la profession de droguiste ne pouvait être que complexe, s’apparentant fort peu à l’image simplifiée qu’en donnaient les philosophes parisiens. Pour la redécouvrir, par delà les siècles, il faut s’attacher tour à tour aux hommes, à leurs marchandises et à leurs techniques commerciales.

5Les animateurs, d’abord. A défaut de recensements pour les localiser, les compter, une aide précieuse est fournie par de petits opuscules publiés avec régularité. Dans ces Guides marseillois (puis, marseillais), annuaires d’un autre âge, figurent le nom et l’adresse des professionnels de la ville. La fragilité de ces volumes et leur tirage limité font qu’ils n’existent plus qu’à l’état de pièces uniques. Des exemplaires ont disparu, des lacunes apparaissent... Quand bien même, leur lecture, crayon en main, est du plus grand intérêt documentaire. Les éditions extrêmes pour le xviiie siècle se placent en 1782 (valable du 1er octobre au 30 septembre 1783, réalisée par Joseph Mazet) et 1797 (imprimée chez André Dubié). 1782-1797, soit un intervalle de quinze ans.

6Des dénombrements effectués à partir de ces guides ressort l’importance de la profession de droguiste avec cinquante-neuf raisons sociales en 1782, vingt-trois en 1797. Cette relative diminution s’explique par le marasme commercial qui frappe alors Marseille : période de crise, donc de contraction. Les hommes, eux aussi, ont changé et, à la veille d’un siècle nouveau, on n’en retrouve que trois qui exerçaient sous le règne de Louis XVI : Sébastien Bosq établi sur le Cours (Belsunce), Jean-Louis Long, rue Pyramide, et Ravest (ou Revest), rue de Rome.

7La localisation des magasins des droguistes est symptomatique. Les fonds de commerce ne se dispersent pas dans toute l’étendue de l’agglomération marseillaise ; des quartiers entiers en sont dénués. Avec permanence, ils se concentrent dans la vieille ville, selon un axe qui depuis les quais gagne, par de petites ruelles aujourd’hui disparues, la Porte d’Aix, lieu de rassemblement des charrois. Quelques-uns sont installés à proximité sur le cours et ses prolongements au-delà de La Canebière, rue de Rome et artères adjacentes. Ancrage immémorial, là où battait le cœur de la cité ; enracinement multiséculaire, là où bruisse la vie économique. Fidélité et tradition !

  • 3 Les Hugues, arrivés du Dauphiné à la suite de leur frère, ou de leur oncle, Joseph installé à Mars (...)

8Parmi ces listes figurent des patronymes connus, ceux de familles opulentes ou de personnages considérés : sur le port, Gaspard et Jacques Hugues ; rue de Jérusalem, Millot père et fils ; rue des Templiers, Testar et Guérin3.

  • 4 A.D. B.D.R., 41 E 33, lettres des 14 et 21 septembre 1792.

9A côté de ces maisons de premier plan dans le capitalisme commercial de la place, d’autres noms apparaissent, ceux des obscurs, des humbles. Pour évoquer ces professionnels à l’envergure bien modeste, il est loisible de puiser dans les seules archives de droguistes marseillais sauvegardées, les papiers des sociétés successives des frères Boisson, qui se définissent eux-mêmes comme des « jeunes gens pleins d’activité aimant avec passion le travail « et pour qui » la droguerie médicinale et la teinture forment la branche principale de [leur] commerce »4.

  • 5 Idem, ibid.

10Grande est la diversité des produits figurant dans l’inventaire des droguistes. Si l’on se réfère à un « Prix courant de drogueries » à Marseille durant la période révolutionnaire, on relève près de 150 appellations ou variétés de drogues pharmaceutiques, épices, produits tinctoriaux, matières colorantes... depuis l’alun de Rome jusqu’au vitriol blanc et bleu5.

11Comme sa désignation originelle l’indique, le droguiste est le dépositaire des matières et substances tirées des trois règnes — minéral, végétal et animal — qui entrent dans la composition des médicaments d’alors. A titre d’exemples, privilégions quelques produits aux applications variées, aux utilisations caractéristiques d’une époque, issus d’horizons géographiques divers.

  • 6 Pierre Pomet, Histoire générale des drogues traitant des plantes, des animaux et des minéraux, Par (...)
  • 7 J. Savary des Bruslons, Dictionnaire universel de commerce, Paris, 1723, t. II, p. 899.

12En premier lieu l’opium, drogue par excellence dans l’inconscient collectif, mais dont on vante les propriétés sédatives. De ces petits pains de suc de pavot épaissi, importés de Smyrne et du Caire, les praticiens tirent par ajouts d’« eau de pluie et d’esprit de vin » un extrait alcoolique, soporifique et calmant : le laudanum. Si l’on ajoute encore à cette préparation opiacée des « extraits de safran, de magister, de perles de corail, d’huile de girofle, de karabé, de musc et d’ambre gris », l’on obtient un électuaire de consistance molle6. Mais déjà, les doctes du temps soulignent le danger de les prendre sans le conseil d’habiles médecins, car il « est à craindre, comme il n’arrive trop souvent, qu’au lieu de rappeler simplement le sommeil, ils n’en procurent un qui dure toujours »7.

13On peut acheter à Marseille de l’opium « en larmes », nées de l’incision des capsules de pavots, mais en petites quantités, les Ottomans se le réservant pour leur « consommation personnelle ». Plus couramment sous la dénomination d’opium se vend du méconium, obtenu en compressant les têtes de pavots vidées de leur premier suc. Mais ce n’est là qu’une « drogue » médicinale parmi d’autres telles que la poudre de cantharide, la casse, la squine, etc.

  • 8 Op. cit., t. X, p. 40.

14Au rang des gommes, la manne d’Italie est l’une des plus utilisées en thérapeutique. Son usage est courant quand l’on sait la part prise par les remèdes purgatifs et les clystères dans les soins. Et comme l’indique la « Grande Encyclopédie », la manne « fournit à la médecine le meilleur purgatif lénitif qu’elle connaisse, convenable à tout âge, en tout pays, à tout sexe, à toute constitution et presque à toutes sortes de maladies »8. Elle s’absorbe diluée dans des infusions de séné, dans des décoctions de tamarin ou avec de la rhubarbe et du jalap.

15Sur le marché, on trouve plusieurs qualités de cette gomme extraite des frênes. La plus estimée pour sa saveur douce se présente sous forme de larmes recueillies durant les mois de juillet et d’août. La manne dite « en sorte », agglomérat de grains et de grumeaux jaunis, s’obtient plus tardivement, en septembre ou octobre. Séchant moins vite, elle s’altère sur le tronc des arbres, d’où sa couleur et son amertume prononcées. Enfin, la manne « grasse », ramassée à terre dans les derniers mois de l’année, brunâtre et ramollie, au goût âcre, de toutes est la moins prisée.

16A ces différences de présentation s’ajoutent des distinctions selon les appellations d’origine : la manne de Sicile, la « geracy », blanche et sèche, se conserve deux ans ; celle de Calabre, la « capacy », plus visqueuse, se transforme en manne grasse au bout d’une seule année ; quant à la manne de Tolfe, près de Civita-Vecchia, son blanc terne et opaque détourne d’elle la majeure partie de la clientèle.

17Comme les temps pluvieux, les brouillards humides influent sur la condensation des mannes ; aussi les quantités produites varient sensiblement à chaque campagne de ramassage. En 1789 par exemple, Marseille n’en reçoit que 212 440 livres-poids (dont 188 461 venues du sud de l’Italie) contre 1 227 316 l.p. en 1780. Une partie de ces mannes (27 %) sont destinées à être réexportées par mer dans le royaume de France via Dunkerque et Bayonne (14 731 l.p.), l’Espagne (6 680 l.p.), le nord de l’Europe (18 222 l.p.) et même, paradoxalement, avec le morcellement politique de la péninsule italienne, les besoins et les spéculations du moment, certaines mannes repartent vers les Etats du roi de Sardaigne, le Milanais ou la république de Gênes (17 762 l.p.).

  • 9 Id., article « Olive », t. XI, p. 411.
  • 10 Id., article « Olivier », t. XI, p. 413.

18A côté de ces gommes et autres plantes médicinales, les droguistes distribuent des produits, des épices et des aromates, connus principalement pour leurs utilisations culinaires, mais qu’il est habituel de faire entrer dans la composition des remèdes. Tel est le cas de l’huile d’olive de Provence. L’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert la décrit « émolliente, anodine, résolutive, détersive »9. D’où ses utilisations pharmaceutiques, « tant pour l’intérieur que pour l’extérieur, tant pour les prescriptions magistrales que pour les compositions officinales »10.

  • 11 Patrick Boulanger, « L’Huile d’olive dans la pharmacologie du xviiie siècle », Le Nouvel Olivier, (...)

19Elle aussi, on l’emploie pour ses propriétés laxatives, mais également pour la cure des « tumeurs inflammatoires », de l’asthme, de la toux. Elle n’est pas omise dans les usages externes, seule ou associée à des substances végétales et même animales11.

  • 12 En 1782 par exemple, dans les Manifestes imprimés des entrées, on relève un total de 217 barriques (...)
  • 13 Ainsi, toujours en 1782, Testar et Guérin reçoivent 1 200 charges de blé de Cagliari, deux envois (...)
  • 14 AD. B.D.R., 41 E 36, novembre-décembre 1794.

20L’huile d’olive se trouve généralement sans problème sur le marché marseillais. Cependant des droguistes en font parfois venir des quantités notables d’Italie12. L’exemple de l’huile montre combien est floue, mal établie, la frontière qui sépare les droguistes des marchands de comestibles ou des épiciers13. Parmi les marchandises vendues au détail par François Boisson durant le seul mois de frimaire an III, le poivre et le café représentent 80 % des sommes encaissées, le reste se dispersant en fleur de moutarde, pierres ponces, éponges, mais aussi en pinceaux, noir de fumée, brun-rouge et bois de Campêche14. Voici les droguistes, marchands de couleurs...

  • 15 Dix pour cent du poids des marchandises écoulées par Boisson frères durant les quatre années qui s (...)

21Dans les arrière-boutiques, avec notamment le rocou (servant à rehausser les tons de la cire, du chocolat), l’azur (substance minérale dont on tire des bleus destinés aux peintres, aux fabricants d’amidon), la terre d’ombre (pour les artistes et les gantiers), les produits tinctoriaux et tannants, les matières colorantes représentent une part notable de leurs stocks15.

22Enfin, parmi les articles qui transitent par les mains des droguistes, figurent des balais et des bouchons, mais aussi du chanvre (de Bologne et d’Ancône), du coton filé (de Smyrne, Acre ou Chypre), de la laine (de Constantine), du plomb en feuilles et du savon.

  • 16 Dans la comptabilité de la maison Boisson, les expéditions de savon représentent à elles seules, d (...)
  • 17 Magnien et Deu, Dictionnaire des productions de la nature et de l’art, t. II, 1809, p. 488.

23L’importance prise par le savon dans le commerce des droguistes de Marseille ne saurait surprendre en cette ville, centre mondial de sa fabrication16. En 1789, on y recense 34 usines et 236 chaudières produisant 225 000 quintaux métriques de savon de grande qualité. Outre ses utilisations premières pour l’hygiène du corps, le lavage et l’entretien des vêtements, des objets et des sols, le savon s’emploie aussi en médecine « comme fondant, apéritif et désobstruant » ou « pour arrêter les ravages des poisons acides et corrosifs »17.

24Ainsi, à la fin du xviiie siècle, s’ils s’intéressent principalement aux composants naturels des médicaments, les droguistes marseillais ne négligent pas le commerce des couleurs et d’articles aussi divers que la brosserie et les détersifs. Mais comment exercent-ils leur métier dans la pratique de tous les jours ?

  • 18 Comme le montrent les statuts de 1574 (articles XL et XLVII) cités par P. Barthélémy dans son Hist (...)
  • 19 Régis de la Colombière : Fêtes patronales et usages des Corporations et Associations qui existaien (...)
  • 20 Cité par P. Barthélémy, op. cit., p. 108-110.

25Depuis longtemps à Marseille, les droguistes côtoient les épiciers et les pharmaciens au sein d’une même confrérie placée sous la bannière des « apothicaires »18. Leur fête, chaque 8 mai, les réunit dans la chapelle de l’Hôpital dont ils occupent la première arcade pour les cérémonies et dévotions19. Cependant des divergences, des rivalités n’avaient pas manqué d’éclater entre ces trois professions. Le 15 février 1760, un arrêt du Parlement de Provence constatait que les droguistes, malgré les interdictions répétées « de tenir, vendre et débiter aucune composition électuaire, pas même celle de thériaque, mitridat, alkermes, jacinthe, sauf de tenir lesdites compositions venant du dehors pour les vendre en gros, en balles, caisses, barils et pots, sans les pouvoir débiter en détail, inutilement ces défenses leur ont été faites, ils continuent plus que jamais »20. Pourquoi s’en seraient-ils d’ailleurs privés puisque des apothicaires peu scrupuleux, par ignorance ou par paresse, n’hésitaient pas à se fournir dans certaines drogueries en spécialités et remèdes déjà préparés ?

  • 21 Jourdan, Isambert, Decrusy, Recueil général des anciennes lois françaises, t.1 du règne de Louis X (...)

26Ces empiètements, ces atteintes aux prérogatives de chacun des groupes se reproduisirent encore, si bien que pour y mettre un terme, la déclaration royale du 25 avril 1777 créant le Collège de pharmacie défendit désormais aux épiciers — et par voie de conséquence aux droguistes, même s’ils ne sont pas nommément désignés — de « fabriquer, vendre et débiter aucuns sels, compositions ou préparations entrantes au corps humain sous forme de médicaments, ni de faire aucune mixtion de drogues simples pour administrer en forme de médecine sous peine de cinq cents livres d’amende... »21. Cet arrêt dut être suivi d’effets à Marseille sans qu’il ait été malheureusement possible de retrouver quelque texte ou document s’y rapportant.

  • 22 Dans leur circulaire du 1er juillet 1792 annonçant leur nouvelle société, Boisson frères Malteste (...)
  • 23 A Aix-en-Provence, les droguistes étaient associés au sein d’un même corps avec les épiciers, mais (...)
  • 24 Cité par P. Larousse dans son Grand Dictionnaire universel du xixe siècle, Paris, 1870, p. 1210.

27La formation de droguiste s’acquiert par la pratique au fil des mois, au gré des affaires de la boutique où l’on était entré tout jeune comme « garçon-droguiste »22. Son exercice n’est pas lié à la délivrance d’un diplôme obtenu après de longues et savantes études, mais à un simple examen oral devant ses maîtres23. D’où la peur des autorités de voir les droguistes distribuer des remèdes de charlatans, d’où la crainte du peuple de trouver en eux des vendeurs d’orvietan... Mais, comme le rappelait l’éminent pharmacien Cadet-Gassicourt, « Quelque partie que choisisse un droguiste, il ne doit pas être un simple marchand : il faut qu’il soit familier avec la matière médicale et l’histoire naturelle »24.

  • 25 Quant aux deux autres « Négociants-droguistes », André Bailly et Benoît Richard, cette appellation (...)

28A l’instar des autres secteurs de l’économie, une hiérarchie existe parmi les droguistes, depuis les plus modestes revendeurs de la cité jusqu’aux maisons de premier plan, à vocation internationale. Le Guide marseillois de 1782 distingue 52 » commerçants » ou « marchands-droguistes » et 7 » négociants-droguistes ». Parmi eux, les sociétés formées par Constantin aîné, Gaspard et Jacques Hugues, Johannot et Malvezin, Millot père et fils, Testar et Guérin sont sans conteste des établissements renommés, brassant d’importantes affaires. Les parties de cargaisons qu’ils reçoivent ou expédient les placent au rang des grands négociants marseillais. Et d’ailleurs, dans les actes qu’ils passent devant notaire, ils font abstraction de leur spécialité — la droguerie — pour ne se présenter que comme « négociant de ladite ville »25. A Marseille, les droguistes sont par vocation tournés vers l’extérieur, au-delà des espaces marins, ou vers le reste du royaume. Aussi, sauf exceptions dues à des insuffisances financières ou professionnelles, ils ne se contentent pas d’être de simples dépositaires. Leurs horizons sont plus vastes : ils travaillent à l’écoute des autres marchés en suivant attentivement les fluctuations de l’offre et de la demande, se livrant à des spéculations qui leur permettent bien souvent de franchir les échelons de la hiérarchie sociale.

  • 26 Archives de la Chambre de Commerce de Marseille, H 238, sous-dossier : grabeleurs.

29A défaut de liaisons directes avec l’étranger, ils peuvent s’approvisionner sur place, à Marseille, tant auprès de leurs confrères importateurs que des négociants en tout genre. Les transactions sont soumises à l’examen de cribleurs, les « grabeleurs-jurés », désignés par les Echevins pour vérifier la pureté des produits vendus, tels le quinquina, la cochenille, l’indigo, les pignons d’Inde, les cantharides, l’orpiment, le gingembre, le poivre et même les débris de momies antiques auxquels on attribue alors des vertus mirifiques26.

  • 27 AD. B.D.R., 41 E 36.
  • 28 A contrario, des pharmaciens se chargeaient d’exécuter des « Mémoires de drogueries en se contenta (...)

30Entrés en possession des marchandises convoitées, les droguistes les proposent à leur clientèle, proche ou lointaine. A Marseille, il peut s’agir de marchands en rupture de stock comme de simples particuliers désireux d’acquérir du camphre, de la coriandre, une ou deux éponges et même une livre de « café brûlé »27. Les droguistes satisfont également les demandes des apothicaires pour la composition des baumes, emplâtres, onguents, sirops destinés aux malades, mais aussi des « caisses de médecine » que tout navire marchand en partance est tenu d’emporter28.

  • 29 Voir par exemple la facture de 840 livres, 12 sols établie par Boisson Frères pour l’Hospice des A (...)
  • 30 Le 16 messidor de l’an II (4 juillet 1794), parmi les articles destinés au citoyen Ricard, pharmac (...)

31Ces ventes au détail ou en demi-gros ne constituent pas l’essentiel de l’activité des droguistes. La situation exceptionnelle de Marseille, à la rencontre de plusieurs voies maritimes et terrestres, en fait des intermédiaires obligés pour l’acquisition de certaines « drogueries ». Les ordres d’achat affluent vers eux, émanant de professionnels, d’institutions charitables ou hospitalières29. Souvent même c’est de l’étranger qu’arrivent les commandes : d’Espagne, d’Italie, du Levant, pays où pourtant les drogues abondent30.

  • 31 Ainsi François Boisson parti pour Beaucaire en messidor de l’an IV (id., XLI E 36).

32A proximité de Marseille, Beaucaire est l’autre grande place d’échanges de ces produits. Au mois de juillet, sa foire attire des marchands de toutes qualités ou nationalités et de jeunes négociants venus se former aux réalités des affaires. En quelques heures, une véritable cité de toiles, de planches et de cordes s’élève sur les bords du Rhône, mais ce n’est que le troisième jour après l’ouverture solennelle de la foire que commence la vente des marchandises sujettes à inspection : drogueries, huiles d’olive, laines ou cotons étrangers. Les Marseillais n’hésitent pas à s’y rendre pour rencontrer leurs homologues de Montpellier, Nîmes, Narbonne, Lyon et d’ailleurs31. Prises de contact, examens des échantillons et transactions se succèdent alors à un rythme soutenu... Le temps est compté pour bénéficier de la franchise momentanée des taxes en vigueur.

33Vaste apparaît donc l’aire commerciale du droguiste marseillais, dépassant les limites étroites de son terroir pour s’étendre au loin par des ramifications capillaires, diffuses, fondées sur la réputation, l’ancienneté de la maison ou les relations personnelles tissées au hasard des rencontres.

34Pour mener à bien ses affaires, le droguiste utilise les techniques du temps, communes à bien des domaines économiques. Il travaille tout à la fois, et selon les opportunités, en compte propre ou en participation, quand il ne se contente pas de percevoir de simples commissions d’achat ou de passage. Maillon sur la longue route qui s’étire depuis les pays producteurs des herbes, drogues, épices, jusqu’au chevet des souffrants, le droguiste s’accommode fort bien de ce simple rôle d’intermédiaire commercial. Il le préfère d’ailleurs en période de crise économique, minimisant ainsi les risques encourus, même si les 2 ou 3 % de commission sont plus modiques que les gains escomptés dans une opération où il s’implique complètement.

35Les années de la Révolution vont bouleverser les conditions d’exercice de cette profession. Aux dangers inhérents à toute forme de spéculation commerciale s’ajoutent désormais les troubles politiques, les fluctuations monétaires, les problèmes d’approvisionnement. Face à ces difficultés multiples, le petit cercle des droguistes compte les siens. Nombre d’entre eux sont emportés dans la tourmente : cessation d’activité, faillite ou émigration... Les autres « courbent l’échine » et espèrent le retour des jours meilleurs, continuant avec pugnacité leur négoce quotidien.

  • 32 Période de doute dont témoigne C. Boisson, depuis Clermont-Ferrand, à son frère resté à Marseille  (...)

36Dès avant 1792, on enregistre une sévère contraction du marché. Les prix montent ; les vendeurs se font rares. Les mois suivants sont encore plus critiques dans une Marseille abhorrée, ravalée au rang de ville « Sans nom ». La grave crise qui secoue 1793 est génératrice de mutations irréversibles et, jusqu’en mars 1795, le trafic maritime s’étiole, le numéraire se cache, les assignats se déprécient, les cours des marchandises flambent32. De 1796 jusqu’en l’an V suit un court répit, dernier frémissement de ce xviiie siècle économique marseillais brisé en 1793. A la fin de 1798, avec l’expédition d’Egypte, avec une Méditerranée sous contrôle britannique, avec la rupture consommée entre l’Empire ottoman et la République française, les droguistes perdent leur domaine réservé du Levant et de la Barbarie. Déchirures dramatiques, et si des détournements de trafic s’opèrent, parallèlement des substitutions de produits s’effectuent. Tout vacille !

37Sous la pression des événements, les structures socio-professionnelles, déjà transformées depuis 1789, éclatent irrémédiablement. Si les uns continuent non sans difficultés le commerce de gros, en le diversifiant autant que faire se peut, les autres, forcés par la conjoncture, se limitent à leur boutique comme de petits marchands urbains. A chacun d’eux, le choix d’un état défini, de l’orientation future se pose avec acuité : droguiste ou négociant... détaillant ou grossiste ?

  • 33 P. 242.

38Au milieu du siècle suivant, la séparation est bien établie : elle s’observe non seulement dans les faits, mais aussi dans les mots. En 1853, au milieu d’une page de son Essai historique sur les mœurs et coutumes de Marseille, Fr. Mazuy constate avec pertinence : « Le Marseillais (...) appelle avec raison celui qui vend du vin en détail, un marchand de vin ; celui qui vend des drogues, un droguiste ; celui qui tient des comestibles, un marchand de comestibles, etc., et celui qui achète les objets en gros, qui a un comptoir et qui revend en gros, un négociant. C’est grâce à la langue provençale dont la qualité principale est de donner un nom à tout, dût-elle le créer s’il n’existait pas, que nous devons ces heureuses lignes de séparation qui évitent beaucoup de quiproquos et de confusion »33. La classification est désormais nette : droguiste et détaillant ; négociant et grossiste.

  • 34 S.I.C.O.D. : Dossiers professionnels – La droguerie, Paris, 1965.

39Et ainsi, les droguistes sont devenus ces « marchands de propreté, de confort et d’hygiène » d’aujourd’hui34. Laissant à d’autres le soin de spéculer à l’échelle mondiale, ils se sont convertis en de simples revendeurs dépositaires, dans un environnement étriqué qui confine bien souvent au bazar. De leur passé, peu de documents rendent compte... Le silence des sources archivistiques, l’absence de témoignages iconographiques ne sauraient cependant conduire à sous-estimer le rôle dans la société du xviiie siècle de ces professionnels qui fournirent bien des produits jugés alors indispensables à la vie quotidienne de leurs contemporains.

Notes

1 T. IV, p. 104-105 de l’édition de Livourne imprimée en 1772.

2 Selon Paul Masson dans Marseille depuis 1789, Paris, 1921, appendice V, p. 323.

3 Les Hugues, arrivés du Dauphiné à la suite de leur frère, ou de leur oncle, Joseph installé à Marseille, vers 1745, comme petit-marchand droguiste et qui devint en diversifiant ses activités et ses placements l’un des négociants les plus en vue.
Millot père et fils, là encore des membres de la grande bourgeoisie marseillaise. Le testament de J.-L. Millot, « ancien premier échevin » du 25 avril 1788 est conservé aux Archives départementales des Bouches-du-Rhône dans l’étude de maître Pin (362 E 216).
Testar et Guérin... Pour l’emprunt forcé révolutionnaire, Pierre-Auguste-Marie Guérin déclare un fonds de 150 000 livres pour le commerce de drogueries et commission, « sans comprendre les risques des envois de ma maison aux colonies françaises, le continent, l’île de France et aux diverses Echelles du Levant qui sont considérables et dont les retours sont impraticables et très incertains et dont ceux au Cap ont été consommés par les flammes ».
Autant de renseignements amicalement communiqués par Charles Carrière, professeur honoraire à l’Université de Provence, quelques semaines avant son décès survenu le 11 janvier 1986.

4 A.D. B.D.R., 41 E 33, lettres des 14 et 21 septembre 1792.

5 Idem, ibid.

6 Pierre Pomet, Histoire générale des drogues traitant des plantes, des animaux et des minéraux, Paris, 1694, 1ère partie, p. 296.

7 J. Savary des Bruslons, Dictionnaire universel de commerce, Paris, 1723, t. II, p. 899.

8 Op. cit., t. X, p. 40.

9 Id., article « Olive », t. XI, p. 411.

10 Id., article « Olivier », t. XI, p. 413.

11 Patrick Boulanger, « L’Huile d’olive dans la pharmacologie du xviiie siècle », Le Nouvel Olivier, mars-avril 1986.

12 En 1782 par exemple, dans les Manifestes imprimés des entrées, on relève un total de 217 barriques pour Testar et Guérin, 150 pour Millot père et fils, 37 pour les frères Hugues... sans qu’il soit permis de connaître la destination ultime de ces huiles : usages pharmaceutiques ou approvisionnement lucratif des savonneries marseillaises ?

13 Ainsi, toujours en 1782, Testar et Guérin reçoivent 1 200 charges de blé de Cagliari, deux envois de farine d’Agde, deux autres de sucre de la Martinique, du miel et de l’eau-de-vie de Sète. Cette année-là, G. et J. Hugues sont les destinataires de plusieurs expéditions de pâtes, de pistaches, de fromage et de confiture de Gênes. Quant à la maison Millot père et fils, c’est plus de 200 balles de poivre qui lui sont expédiées de Rotterdam, Amsterdam et Londres (Manifestes des marchandises d’entrée dans le port de Marseille... 1782, Imprimerie Sibié).

14 AD. B.D.R., 41 E 36, novembre-décembre 1794.

15 Dix pour cent du poids des marchandises écoulées par Boisson frères durant les quatre années qui s’écoulent entre janvier 1794 et janvier 1798.

16 Dans la comptabilité de la maison Boisson, les expéditions de savon représentent à elles seules, de 1794 à 1798, 20 739 livres-poids (AD. B.D.R., 41 E 35).

17 Magnien et Deu, Dictionnaire des productions de la nature et de l’art, t. II, 1809, p. 488.

18 Comme le montrent les statuts de 1574 (articles XL et XLVII) cités par P. Barthélémy dans son Histoire des apothicaires marseillais, Marseille, 1924, p. 37.

19 Régis de la Colombière : Fêtes patronales et usages des Corporations et Associations qui existaient à Marseille avant 1789, Paris-Marseille, 1863, p. 65 et 66.

20 Cité par P. Barthélémy, op. cit., p. 108-110.

21 Jourdan, Isambert, Decrusy, Recueil général des anciennes lois françaises, t.1 du règne de Louis XVI, n° 654, p. 389 et sq.

22 Dans leur circulaire du 1er juillet 1792 annonçant leur nouvelle société, Boisson frères Malteste et Cie écrivent à leurs confrères : « Nos connaissances dans la droguerie acquises par l’expérience et le travail de douze années sont les garants que nous vous présentons pour avoir droit à votre confiance » (AD. B.D.R., 41 E 33).

23 A Aix-en-Provence, les droguistes étaient associés au sein d’un même corps avec les épiciers, mais aussi avec les confiseurs, les ciriers et les limonadiers. On conserve l’un de leurs registres où sont mentionnés les réceptions à la maîtrise, comme celle de Jacques Chabot le 23 novembre 1785 : après qu’on ait « envoyé chercher différentes marchandises de droguerie et en présence de tous les assemblés, ledit Chabot a été interrogé sur toutes les drogues et ayant répondu pertinemment a été reçu au nombre des maîtres du Corps » (Archives communales d’Aix, HH 47, 192).

24 Cité par P. Larousse dans son Grand Dictionnaire universel du xixe siècle, Paris, 1870, p. 1210.

25 Quant aux deux autres « Négociants-droguistes », André Bailly et Benoît Richard, cette appellation dans les annuaires relève certainement plus d’une usurpation de titre que d’un repli au temps de la guerre de l’Indépendance américaine et de ses répercussions navales en Méditerranée, ce conflit gênant le commerce maritime international mais ne l’arrêtant pas.

26 Archives de la Chambre de Commerce de Marseille, H 238, sous-dossier : grabeleurs.

27 AD. B.D.R., 41 E 36.

28 A contrario, des pharmaciens se chargeaient d’exécuter des « Mémoires de drogueries en se contentant d’une modeste commission », comme le prouve une note imprimée sur un prix-courant des médicaments distribués par un apothicaire de Marseille, id., 41 E 39.

29 Voir par exemple la facture de 840 livres, 12 sols établie par Boisson Frères pour l’Hospice des Abandonnés et incurables de Clermont-Ferrand, en prairial an II (id., 41 E 35) ; ou encore l’approvisionnement de la pharmacie de l’Hôtel-Dieu de Carpentras en 1785 par les droguistes Millot, Rouchon, Dumenont, Barthélémy Rey et Turc de Marseille qu’a mentionné Colette Dubois lors de la Table ronde « Herbes, drogues et épices en Méditerranée ».

30 Le 16 messidor de l’an II (4 juillet 1794), parmi les articles destinés au citoyen Ricard, pharmacien à Héraclée en Crète, pour un montant de 3 788 l.t., se rencontrent des produits originaires du continent américain (baume de Copahu, rapures de Gayac, bois de Brésil-Fernambouc, etc), mais aussi — et paradoxalement — des gommes arabiques ou adragantes, de la coloquinte, de l’encens, de la mirrhe... Commande qui démontre, si besoin était, le rôle de Marseille comme plaque tournante du commerce des herbes, drogues et épices au xviiie siècle (id., 41 E 35).

31 Ainsi François Boisson parti pour Beaucaire en messidor de l’an IV (id., XLI E 36).

32 Période de doute dont témoigne C. Boisson, depuis Clermont-Ferrand, à son frère resté à Marseille : « Tous les calculs peuvent échouer devant l’avenir. Il faut un peu se livrer au torrent après avoir fait ce que l’on a pu pour se défendre du naufrage » (ib., ibid., 13 fructidor an III – 30 août 1795).

33 P. 242.

34 S.I.C.O.D. : Dossiers professionnels – La droguerie, Paris, 1965.

Notes de fin

* Patrick BOULANGER, Affaires Culturelles de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Marseille.

Table des illustrations

Titre Du Sene.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3131/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 758k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable