Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Herbes, drogues et épices en Méditerranée

 | 
Georges J. Aillaud
, 
Patrick Boulanger
, 
Marcel Courdurie
, 
et al.

La route méditerranéenne de l’opium au xixe siècle*

Jean-Louis Miege

Texte intégral

  • * Jean-Louis MIEGE, Professeur à l’Université de Provence. Directeur de l’Institut d’Histoire des Pa (...)

1Peu de produit, pour lui-même comme pour ses dérivés n’a suscité plus de controverses que l’opium. La vaste littérature qui lui est consacrée s’attache cependant plus à la fascination qu’exercent les Noirs Paradis ou à la réprobation d’un « hideux trafic colonial » qu’à l’analyse précise de son commerce, de l’évolution des grands courants d’échanges qu’il anime, de l’impact de ces échanges sur l’économie générale des pays producteurs ou des pays consommateurs.

  • 1 Sur l’ancienneté de son usage et de son commerce, Dousset, Histoire des médicaments, voir égalemen (...)
  • 2 Bon historique de ce mouvement par Macao puis les magasins flottants de la baie de Canton (reicevi (...)

2Le commerce de l’opium est des plus anciens mais au xixe siècle il connaît un extraordinaire développement1. Ce développement on le suit surtout à partir des prémices et des suites de la guerre de l’opium entre l’Angleterre et la Chine. C’est-à-dire sur l’aire asiatique. Beaucoup plus obscur et pourtant d’intérêt particulier, demeure son rôle dans le commerce méditerranéen. Il s’agit essentiellement d’un commerce de transit qui prend son essor au cours de la première moitié du xixe siècle. A la fois c’est le flux le plus faible pour fournir les pays riverains mais surtout le courant pour alimenter l’Europe de l’ouest et apporter à la grande demande asiatique un surplus de ce que fournit l’Inde pour alimenter les grands entrepôts de Macao puis de Canton, de Singapour ou de Hong Kong. Compte tenu de sa valeur, l’opium est le type même de la marchandise capable de supporter un large détour. Aussi bien y a-t-il constamment dissociation entre les grandes zones de production et d’exportation et les régions de consommation et d’importation.2

  • 3 Des détails sur cette culture dans les Nouvelles annales des voyages, t. 66, 1835, p. 25 ; t. 98, (...)
  • 4 Sur la mission de l’ingénieur américain Hodgson en Egypte en septembre 1834 pour obtenir, avec des (...)
  • 5 A.C.E. 1/11/1863.
  • 6 Sur les premières cultures de pavot à l’île Maurice par Toussaint Antoine de Chazal de Chamarel en (...)
  • 7 La culture du pavot à opium se développe en Perse, dans les années 1860. Elle se répandit « prompt (...)
  • 8 Rondot (N.) Etude pratique du commerce d’exportation de la Chine, Paris, 1848.

3Pour ce qui nous intéresse, l’aire de production méditerranéenne se trouve dans la partie orientale. La Turquie, essentiellement en Anatolie est le principal producteur3. L’Egypte a vu sa culture récemment introduite se développer dans les années 18304. Les Anglais, dans la grande flambée des prix du milieu du siècle tentèrent, sans grand succès, d’en susciter la production à Malte ou dans les îles ioniennes5 comme il le faisait d’ailleurs dans d’autres territoires coloniaux notamment à l’île Maurice6. Si la Turquie en reçoit pour la réexportation quelques quantités venues de Perse par voie de terre, elle en expédie aussi par Kiakhta vers la Sibérie et la Chine7. Mais la plus forte exportation, celle qui va nous retenir, s’effectue par voie de mer, par le port de Smyrne surtout mais aussi par ceux de Salonique, de Constantinople et, plus faiblement, d’Alexandrie. L’itinéraire est celui de la grande navigation vers l’ouest avec transbordement par l’Angleterre ou par les Etats-Unis8.

  • 9 Hayter (A.), Opium and the romantic imagination, Londres, 1968.
  • 10 De Quincey (T.) et la traduction ou plutôt l’adaptation française d’Alfred de Musset publiée en 18 (...)
  • 11 Sur l’exploitation littéraire du thème de la drogue de Charles Beaudelaire à Jean Cocteau, v. Arno (...)

4L’essor du commerce méditerranéen et le développement de la production analotolienne sont liés d’abord à l’extension du marché du fumeur de l’Europe. C’est l’opium romantique9, du premier grand livre que lui consacre Thomas de Quincey et de son adaptation par Musset10 paradis artificiel de Beaudelaire11. Cet essor est dû, ensuite, à l’opium thérapeutique par la multiplication de son usage médical surtout après la découverte de la morphine, principal alcaloïde de l’opium, isolé dans les premières années du xixe siècle mais dont les chirurgiens ne font grand emploi qu’après 1870, à l’imitation des médecins de l’armée allemande lors de la guerre de 1870-71 et qui ne se répand comme drogue qu’entre 1880 et 1905. La découverte de l’héroïne lui vaut, à la charnière du xixe et du xxe siècles une nouvelle faveur.

  • 12 V. tableau.
  • 13 Les importations d’opium en Indonésie, monopole du gouvernement, se fait par des commandes de la C (...)

5Ce marché européen occidental est essentiellement alimenté par Londres12 qui demeurera la grande place de l’opium et de ses dérivés pour tout l’Occident au xixe siècle. Amsterdam en fait venir des lots par le relai des entrepôts méditerranéens d’abord, puis directement de Turquie pour la réexportation officielle vers l’Indonésie, enfin de Londres pour la mince consommation hollandaise13.

  • 14 L’opium n’est pas signalé dans les statistiques de l’annuelle situation industrielle et commercial (...)
  • 15 A.B.R. Registres de santé, Manifestes des arrivées quotidiennes signalées par Le Sémaphore de Mars (...)

6Malgré sa position Marseille ne joue, dans ces échanges, qu’un rôle secondaire, ne fournissant que de 20 à 25 % de la consommation nationale : la majeure partie de l’opium et de la morphine importés en France venant par l’intermédiaire britannique. Les quantités débarquées à Marseille sont d’ailleurs le plus souvent confondues dans la rubrique « épices et drogues »14. Elles n’apparaissent, individualisées, que dans les manifestes généralement en petits lots, au milieu d’autres produits15. On ne constate jamais, comme pour les Etats-Unis, de cargaisons entières de produits.

  • 16 Moyennes des arrivées décelées de 1815 à 1850. Rappelons qu’elles ne représentent qu’une partie de (...)

7Les chiffres les plus importants relevés sont en 1841 de 116 caisses (environ 750 kg d’une valeur de 17 000 francs). Les arrivages se font à peu près de 55 à 60 % depuis Constantinople, de 40 à 45 % de Smyrne et de 1 à 2 % d’Alexandrie16. On ne peut qu’être surpris de la part relativement faible des origines de Smyrne, à la fois premier port exportateur d’opium de Turquie et principale place du commerce français dans l’Empire ottoman.

  • 17 V. tableau.

8Ce rôle international de Smyrne comme centre de distribution de l’opium s’est affirmé dans le premier tiers du xixe siècle, lors de la première grande poussée de consommation chinoise et par l’initiation des commerçants et armateurs américains17.

  • 18 Sur cet essor ACE. 1078 Aperçu du commerce de l’opium de l’Inde anglaise de 1798 à 1855 : moyenne (...)
  • 19 Field, op. cit., p. 113. Lubbock, p. 29, indique comme premier navire américain apportant de l’opi (...)
  • 20 Field, op. cit., p. 113. Lubbock, p. 29, indique comme premier navire américain apportant de l’opiu (...)

9La production de l’Inde, bien que largement accrue, notamment dans la province de Malwa18 ne suffit pas, aux premières années du siècle à satisfaire un commerce qui, pour être illicite, n’en est pas moins en plein développement par le relais de Macao et la contrebande de Canton19. Le recours aux récoltes du Proche Orient permet de compenser l’écart entre offre et demande. Dès 1804-1805 les navires américains de la côte est de l’Union viennent en charger d’entières cargaisons à Smyrne (cinq navires en 1805). En 1809 pas moins de vingt vaisseaux y abordent, venus de Philadelphie, Baltimore, New-York, Boston surtout. Ils sont encore douze en 1812 malgré la tension avec l’Angleterre, puis la guerre20. Les exportations d’opium turc pour la Chine quadruplent par la longue voie maritime de l’ouest. Arrêtées par la guerre elles reprennent, actives, en 1816.

  • 21 Gibraltar Chronicle, v. notamment 1/11/1823, 9/7/1830, 15/10/ 1830, 7/2/1832, 2/8/1832, 30/11/1832 (...)

10Les navires américains dans leur long périple retour touchent parfois à Malte, le plus souvent à Gibraltar pour leur ravitaillement avant de se lancer à travers l’Atlantique21. Parfois la redistribution se fait pas transbordement dans les ports américains : le plus souvent les navires vont jusqu’à Canton ou Sumatra.

  • 22 A.N.P. BIII 459.

11La Turquie devient ainsi, comme le constate Dussumier en 1822-1823, un des fournisseurs d’opium les plus sollicités22. Les cargaisons venues par la Méditerranée et la longue route océanique tiennent bonne place dans son commerce pendant toutes les années 1830.

  • 23 Mc Culloch, op. cit., édition de 1868, article opium.

12Après 1845 le marché se transforme. Le rôle d’intermédiaire des Américains, qui avait été essentiel s’amenuise jusqu’à presque disparaître. Désormais les exportations de Turquie à destination des Etats-Unis — qui se font en droiture, ignorant les anciennes escales maltaise ou gibraltarienne — ont surtout pour objet d’alimenter le marché intérieur, devenu d’importance avec l’accroissement de la colonie chinoise appelée par les grands travaux des chemins de fer transcontinentaux. De plus en plus le commerce se fait par le truchement de Londres ; à la fois place financière des réglements, marché moteur des échanges et, assez fréquemment, dépôt de redistribution23. Il n’en reste pas moins que l’essentiel du trafic s’écoule vers l’ouest, par la Méditerranée ignorant presque systématiquement la route maritime nouvelle et plus courte qu’offre le canal de Suez.

13Le volume des échanges ne cesse de s’accentuer. Désormais libre, le commerce inonde la Chine d’opium dont la consommation décuple en une trentaine d’années, comme décuple la production de la Turquie.

14Si le commerce mondial de l’opium représentait une soixantaine de millions de francs or dans les années 1830, il s’élève à plus de 250 millions dans la période 1860-1870, à quelque 300 millions dans les années 1880 qui marquent l’apogée du négoce. L’opium représente alors de 16 à 18 % des exportations de l’Asie.

15Dans cette période, et plus exactement entre 1860 et 1880, la Turquie a pris dans ce commerce une place essentielle. L’irrégularité des récoltes en Inde les contre coups des troubles politiques (insurrection de 1857) ou de calamités naturelles (sécheresse et inondation) suscitent des poussées d’extraordinaires spéculations dans une tendance générale soutenue.

  • 24 En 1872, 15,6 %.

16Il n’est pas de mon propos ici d’insister sur les importantes conséquences agricoles et sociales de l’extension de la culture, du réseau des intermédiaires locaux, de la mise en place des entrepôts relais et de courtiers spécialisés. A ne nous en tenir qu’aux échanges, relevons que les ventes d’opium passent à Smyrne de 43 000 kg en 1843 à plus de 425 000 kg en 1871, ayant décuplé en moins de 30 ans et de 665 000 F en 1834 à près de 14 millions de francs or en 1878. C’est vingt fois plus. C’est aussi près de 1/4 de la valeur de tout le commerce mondial de l’opium quarante ans plus tôt. L’opium est devenu une des principales spéculations commerciales de la ville représentant certaines années plus de 15 % de ses exportations totales24.

17Dans les autres ports ottomans, les progrès pour n’être pas aussi réguliers ni spectaculaires sont notables. A Samsoun, les exportations sont de 367 000 F en 1863 mais de 1 370 000 en 1889, à Salonique elles dépassent 2 250 000 F en 1882. On pourrait multiplier les exemples.

18Mais déjà s’amorce un certain déclin. Les prix se tassent. Les ventes entre 1885 et 1900 stagnent ou fléchissent. La production turque, à travers de fortes irrégularités annuelles, se stabilise.

Production annuelle approximative de la Turquie (en kg)

Production annuelle approximative de la Turquie (en kg)
  • 25 Conférence de Shanghai (février 1909) et de La Haye (janvier 1912) faisant suite aux mesures restr (...)

19La limitation du commerce, les conférences internationales contre la drogue vont au début du xxe siècle accentuer ce déclin25. De nouvelles voies vont être utilisées par l’est. Les grandes heures du transit méditerranéen de l’opium sont désormais du passé.

20Les données chiffrées, pour disparates, lacunaires, parfois peu sûres qu’elles soient, dessinent clairement les principaux traits de ce commerce méditerranéen de l’opium.

21Il prend une place notable, dans les trois premières décennies du xixe siècle, s’affirme au milieu du siècle entraînant une extension considérable des cultures, devenues essentielles pour certaines régions de l’Empire notamment l’Anatolie, portant avec elle de nombreux changements économiques et sociaux. Le moment fort de cette spéculation se place dans les années 1860-1880.

22La consommation et l’utilisation de l’opium dans le bassin même de la Méditerranée demeure assez faible et géographiquement limité. Le fait mériterait des recherches anthropologiques.

23L’Extrême Orient est le grand demandeur d’un produit devenu indispensable à un nombre chaque année plus grand de ses habitants. Il est remarquable de noter que la majeure partie de ce trafic du Proche Orient vers l’Extrême Orient se fait par la voie maritime de l’ouest. D’abord à l’initiative décisive des Américains qui sont à l’origine du grand recours au marché turc, puis, essentiellement par l’intermédiaire des Anglais.

24Ainsi s’anime un grand commerce transméditerranéen qui met en jeu nombre d’intérêts complémentaires : les places de concentration du produit (Smyrne), le relais des ports d’escale ou d’entrepôt (Malte, Gibraltar), le jeu des marchés internationaux (Londres et Hong Kong), le réseau de l’opium s’établit à côté du réseau du café, de celui du thé, du kât ou de la cola, contribuant à dessiner une vaste carte des ventes et usages des excitants.

25Pendant quelques décennies dans le grand mouvement commercial, maritime et financier qu’anime l’opium, la Méditerranée fut un maillon essentiel.

SOURCES

I – ARCHIVES

26Archives Nationales Paris (AN.P.)

27F12 7196 Smyrne

28BIII 459 Rapport Dussumier, 1824

29Ministère des Affaires Etrangères Paris (A.E.P.)

30Correspondance consulaire et commerciale, Smyrne

31Archives des Bouches-du-Rhône, Marseille (A.B.R.)

3212A Registre de santé

33Public Record Office, Londres

34Foreign Office, F 60

II – RAPPORTS CONSULAIRES PUBLICS ET DOCUMENTS OFFICIELS

351 – Annales du Commerce Extérieur, Paris, A.C.E.

36Bulletin Consulaire Français, Paris, B.C.F.

37Diplomatic and Consular Reports, Londres, D.C.R.

38Commercial Reports, Londres, C.R.

39Miscallaneous Reports, Londres, M.R.

40Bollettino Consolare Italie, Rome, B.C.I.

41Recueil Consulaire Belge, Bruxelles, R.C.B.

42Memorias Comerciales, Madrid, v. II, 1877, p. 7 sq. M.C.M. Verza meling, La Haye

432 – Parliamentary Papers 1840, XXIV, growth and consumption of opium in India and China. Opium trade

441857 XVIII Opium trade. China Papers 1842-1856

III – PRESSE COMMERCIALE

45Feuilles d’affiches de Marseille

46Sémaphore de Marseille

47The Gibraltar Chronicle

48Malta Government Gazette

49Corriere Mercantile Gênes

IV – REVUES ET PERIODIQUES DE L’EPOQUE

50Annales des voyages

51Nouvelles annales des voyages

52Annales maritimes et coloniales

53Revue maritime

54Bulletin C.C.F. de Constantinople

55Bulletin économique de l’Indochine

56Bulletin Comité Asie française notamment 5, 1911, p. 216

Exportations d'opium de l’Inde (en £)

Exportations d'opium de l’Inde (en £)
  • Caisses d'environ 65 kg
  • la £ à 25 F 20 or

Note (1)
Note (2)

Exportations d'opium de Salonique (1882-1907)

Exportations d'opium de Salonique (1882-1907)
  • § D'après Bairoch complété et corrigé par J.-L. Miège.

L'opium dans le commerce mondial§

L'opium dans le commerce mondial§
  • ** En milliers de dollars or.

Note (2)**

Importations d'opium à Java 1838-1870

Importations d'opium à Java 1838-1870
  • †† Via l'Europe et l'Amérique.

Note (1)††

  • ‡‡ Le florin à 2 F 20 c.

Note (2)‡‡

Importations d'opium à Londres (1825-1867)

Importations d'opium à Londres (1825-1867)
  • §§ En livres anglaises de 0,453 kg.

Note (1)§§

Exportations d'opium d’Iran (1859-1886)

Exportations d'opium d’Iran (1859-1886)
  • *** Livre anglaise de 0,453 kg.

Note (1)***

  • ††† D'après la fiche d'Avis, le Sémaphore et les Registres de santé. Les chiffres annuels totaux sont (...)
  • ‡‡‡ Les caisses d'un poids moyen de 61/65 kg. x arrivée signalée sans précision de quantité.

Arrivées d'opium à Marseille††† Nombre de caisses‡‡‡

Arrivées d'opium à Marseille††† Nombre de caisses‡‡‡
  • §§§ Pour 1836 d'après Clot Bey, aperçu général, II, p. 251 ; les autres données proviennent des rappor (...)

Exportations d'opium d’Egypte§§§

Exportations d'opium d’Egypte§§§

Exportations d'opium de Smyrne (en francs or)

Exportations d'opium de Smyrne (en francs or)
  • **** D'après les Annales du Commerce Extérieur.

Importation en France d’opium de Turquie****

Importation en France d’opium de Turquie****

Commerce de Smyrne (en franc or)

Commerce de Smyrne (en franc or)

Bibliographie

Bibliographie

Bairoch (P.) et Etemad (B.), 1984.- Structure par produits des exportations du Tiers Monde, Genève, Droz, 201 p.

Bensoussan (P.J.), 1946.- L’opium, Considérations générales, Histoire, Géographie, Chimie, Utilisation et usage, Paris, Vigot, 312 p.

Brau (J.L.), 1972.- Histoire de la drogue, Paris, Tchou, 247 p.

Creutzberg (P.), 1975.-Changing Economy in Indonésia, La Haye, Nijhoff.

Dermigny (L.), 1964.-Le commerce de Canton au xviiie siècle, vol. 3, Paris, S.E.V.P.E.N.

Endacott (JX.), 1958.- A History of Hong Kong, Londres, Oxford University Press, 324 p.

Fairbank (JX.), 1933-1934.-The legalization of the opium trade before the treaties of 1858, in C.S.P.R., t. XVII, p. 215-263.

Farnie (J.), 1970.-East and West of Suez, Oxford, Clarenton Press, 860 p.

Field (J.A.), 1969.- America and the Mediterranean World 1776-1782, Princeton, Princeton University Press, 465 p.

Haussmann (A.), 1848.- Voyage en Chine, Cochinchine, Inde et Malaisie, Paris, Olivet, 300 p.

Hayter (A.), 1968.- Opium and the Romantic imagination, Londres, Faber and Faber.

Icard (A.), 1887.- Recueil des revues concernant la campagne d’opium de 1886-1887, Smyrne, ed. Icard.

Issawi (C.) ed., 1971.- The Economic History of Iran, 1800-1914, Londres, University of Chicago Press, 405 p.

Jenks (J.W.), 1902.- Report on certain economic questions in the English and Dutch Colonies in the Orient, Washington, Government Printing Office, 176 p.

Liedekerke (A. de), 1984.-La belle époque de l’opium, Paris.

Lubbock (B.), 1933.-The opium clippers, Glasgow, Brown Son and Fergusson, 992 p.

Mc Culloch (J.R.), 1882.-Dictionary of Commerce and Commercial Navigation, Londres, Longmans, Green and C°, 1558 + 261 p.

Martin (Dr. E.), 1893.-L’opium, Paris.

Miège (J.-L.), 1980.- Les Juifs de l’Inde, in Annuaire de l’Océan Indien, Aix, Presses Universitaires d’Aix-Marseille.

Musleach (E.N.), 1974.- On the Banks of the Ganga, North Quincy, Christopher, 568 p.

Owen (D.E.), 1928.- British opium Policy in China and India, Londres.

Pujarniscle (E.), 1931.- Philoxene ou la littérature coloniale, Paris.

Reed (H.A.), 1983.-Yankees at the Sultan’s port in Contribution à l’histoire économique et sociale de l’Empire ottoman, Louvain, Peeters, 503 p., p. 353-384.

Richy (F.), 1977.-L’action internationale face au trafic de l’opium, Mémoire I.E.P., Aix, dir. J.-L. Miège, 160 p.

Stelle (C), 1941.- American trade in opium : in China in the xixe century Chicago, University of Chicago Press.

Tate (D.J.M.), 1979.-TheMaking of modem South East Asia, Oxford, 2 vol., Oxford University Press, 582 et 619 p.

Turner (F.S.), 1876.- British opium policy and its results to India and China, Londres, Low, 318 p.

Wang (A.), 1933.-La Chine et le problème de l’opium, Paris, Pedone, 245 p.

Notes

1 Sur l’ancienneté de son usage et de son commerce, Dousset, Histoire des médicaments, voir également les différents dictionnaires du commerce de Savary (t. I, 1759) à Mc Culloch, Guillaumat, etc. à opium (français et anglais) mohnsaft (allemand) oppio (italien) etc.

2 Bon historique de ce mouvement par Macao puis les magasins flottants de la baie de Canton (reiceving-ships) enfin Canton même in Dermigny, Le commerce de Canton, t. III, p. 1000 sq. S.E.V.P.E.N., 1964.

3 Des détails sur cette culture dans les Nouvelles annales des voyages, t. 66, 1835, p. 25 ; t. 98, 1841, p. 195, A.E.P. Cor. Cons. et Com. Smyrne 2.

4 Sur la mission de l’ingénieur américain Hodgson en Egypte en septembre 1834 pour obtenir, avec des facilités commerciales, l’extension de la culture de l’opium v. Field, American and the Mediterranean World, p. 164.

5 A.C.E. 1/11/1863.

6 Sur les premières cultures de pavot à l’île Maurice par Toussaint Antoine de Chazal de Chamarel en vue de l’extraction de l’opium v. Rouillard (J.), Le jardin des pamplemousses, 1729-1979, Histoire de botanique, les Pailles, 1979, p. 60.

7 La culture du pavot à opium se développe en Perse, dans les années 1860. Elle se répandit « promptement » dans les districts de Yezd, Ispahan, Kerman. Le produit était surtout exporté par mer à partir de Bushire et Banter Abbas mais les lots prenaient la voie de terre pour s’embarquer dans les ports turcs de Smyrne ou de la Mer Noire, Sansoon et surtout Trebizonde pour lesquels dans les années 1850 le commerce de transit perse représente plus de 40 % du trafic total. Sur cet opium perse v. Isawi (C) ed. The Economic History of Iran 1800-1914, Londres, 1971, p. 420 sq. et surtout les rapports des consuls britanniques dans la série FO 60 notamment Commercial reports Perse 1874, Memorandum on the cultiva-tion and exportation of opium of Persia.
Le consul de Belgique estimait que les 2/5 de l’opium perse exporté allaient en Chine, 15 à 20 % en Turquie, 8 à 10 % en Angleterre et quelques 5 % en Russie.

8 Rondot (N.) Etude pratique du commerce d’exportation de la Chine, Paris, 1848.

9 Hayter (A.), Opium and the romantic imagination, Londres, 1968.

10 De Quincey (T.) et la traduction ou plutôt l’adaptation française d’Alfred de Musset publiée en 1828 sous les seules initiales A.D.M.

11 Sur l’exploitation littéraire du thème de la drogue de Charles Beaudelaire à Jean Cocteau, v. Arnould de Liedekerke, La belle époque de l’opium, Paris, 1984.

12 V. tableau.

13 Les importations d’opium en Indonésie, monopole du gouvernement, se fait par des commandes de la Cie hollandaise du Commerce et réexportation pour l’opium turc à partir d’Amsterdam. Dans les années 1838-1841, elles représentent en moyenne 35 à 40 % de l’opium introduit à Java le reste provenant du Bengale. En 1864 la proportion n’avait aux dires du consul de France guère changé : 1/3 de Turquie via l’Europe et 2/3 de l’Inde anglaise (rapport de novembre 1865). En 1886 encore Icard à Smyrne signalera l’achat sur la place par le gouvernement hollandais de 600 caisses d’opium, v. Recueil des revues concernant la campagne d’opium. Sur l’ensemble du problème la mise au point de Ewarld van Vught, Wettig Opium 350 jaar Nederlandse opium handel in de Indische archipel, Haarlem, 1985, 414 p.

14 L’opium n’est pas signalé dans les statistiques de l’annuelle situation industrielle et commerciale de la circonscription de Marseille, Marseille, 1861 sq.

15 A.B.R. Registres de santé, Manifestes des arrivées quotidiennes signalées par Le Sémaphore de Marseille. La majeure partie de ses dépouillements ont été effectués par F. Pourcelet.

16 Moyennes des arrivées décelées de 1815 à 1850. Rappelons qu’elles ne représentent qu’une partie de l’ensemble de l’opium débarqué.

17 V. tableau.

18 Sur cet essor ACE. 1078 Aperçu du commerce de l’opium de l’Inde anglaise de 1798 à 1855 : moyenne annuelle de la période 1798-1830 : 6 068 caisses, 1830-1840 : 26 342 caisses en 1854-1855 : 78 354 caisses. Sur l’extension des cultures de la province de Malawa et Melcolm, Memoire of Central Asia..., Londres, 1823.

19 Field, op. cit., p. 113. Lubbock, p. 29, indique comme premier navire américain apportant de l’opium turc à Macao le brig Sylph de Philadelphie arrivé le 22/7/1811 venant de Smyrne. En fait les premiers arrivages sont antérieurs de six ans. V. également Dermigny, op. cit., t. 3, p. 1304 à propos de l’activité dans ce négoce de la firme J.J. Nestor (New-York Canton).

20 Field, op. cit., p. 113. Lubbock, p. 29, indique comme premier navire américain apportant de l’opium turc à Macao le brig Sylph de Philadelphie arrivé le 22/7/1811 venant de Smyrne. En fait les premiers arrivages sont antérieurs de six ans. V. également Dermigny, op. cit., t. 3, p. 1304 à propos de l’activité dans ce négoce de la firme J.J. Nestor (New-York Canton).

21 Gibraltar Chronicle, v. notamment 1/11/1823, 9/7/1830, 15/10/ 1830, 7/2/1832, 2/8/1832, 30/11/1832, 5/12/1832, etc.

22 A.N.P. BIII 459.

23 Mc Culloch, op. cit., édition de 1868, article opium.

24 En 1872, 15,6 %.

25 Conférence de Shanghai (février 1909) et de La Haye (janvier 1912) faisant suite aux mesures restrictives sur la culture, déjà prises par le gouvernement anglais en Inde en 1907-1908, l’interdiction de l’usage de l’opium dans l’archipel des Philippines décrétée par les Etats-Unis en 1908, etc.

Notes de fin

* Jean-Louis MIEGE, Professeur à l’Université de Provence. Directeur de l’Institut d’Histoire des Pays d’Outre-Mer.

Caisses d'environ 65 kg

la £ à 25 F 20 or

§ D'après Bairoch complété et corrigé par J.-L. Miège.

** En milliers de dollars or.

†† Via l'Europe et l'Amérique.

‡‡ Le florin à 2 F 20 c.

§§ En livres anglaises de 0,453 kg.

*** Livre anglaise de 0,453 kg.

††† D'après la fiche d'Avis, le Sémaphore et les Registres de santé. Les chiffres annuels totaux sont plus élevés. Des petits lots étant comptés dans « divers » ou « droguerie ».

‡‡‡ Les caisses d'un poids moyen de 61/65 kg. x arrivée signalée sans précision de quantité.

§§§ Pour 1836 d'après Clot Bey, aperçu général, II, p. 251 ; les autres données proviennent des rapports consulaires.

**** D'après les Annales du Commerce Extérieur.

Table des illustrations

Titre Production annuelle approximative de la Turquie (en kg)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3130/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Titre Exportations d'opium de l’Inde (en £)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3130/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Légende Note (1)Note (2)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3130/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre Exportations d'opium de Salonique (1882-1907)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3130/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 278k
Titre L'opium dans le commerce mondial§
Légende Note (2)**
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3130/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 203k
Titre Importations d'opium à Java 1838-1870
Légende Note (1)††
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3130/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Titre Importations d'opium à Londres (1825-1867)
Légende Note (1)§§
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3130/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Titre Exportations d'opium d’Iran (1859-1886)
Légende Note (1)***
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3130/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 198k
Titre Arrivées d'opium à Marseille††† Nombre de caisses‡‡‡
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3130/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 298k
Titre Exportations d'opium d’Egypte§§§
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3130/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 254k
Titre Exportations d'opium de Smyrne (en francs or)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3130/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 499k
Titre Importation en France d’opium de Turquie****
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3130/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Titre Commerce de Smyrne (en franc or)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3130/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 241k
Titre De la Manne.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3130/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 660k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540