Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Palais et maisons du Caire. Tome I

 | 
Jean-Claude Garcin
, 
Bernard Maury
, 
Jacques Revault
, 
et al.

3e partie. Construction et décor

Décor

Texte intégral

Évolution du décor dans l’architecture domestique mamelouke

  • 1 L. Hautecœur et G. Wiet, Les Mosquées du Caire, I, Paris, 1932, p. 163. Le principal souci des con (...)
  • 2 Effets du rayonnement d’une véritable renaissance de l’art sassanide, sous le règne des Califes ab (...)
  • 3 L. Hautecœur et G. Wiet, op. cit., p. 163.

1Aux premiers temps de l’installation des nouveaux maîtres arabes en Egypte, on sait que ceux-ci laissèrent aux artistes locaux toute liberté pour décorer, selon leur goût et leurs coutumes, les nouvelles constructions musulmanes, mosquées et palais1. Avec l’avènement des Abbassides et des Toulounides, on assiste à un renforcement des influences mésopotamiennes, architecturale et décorative2, qui s’imposèrent dans l’élaboration de la nouvelle capitale égyptienne — Fusṭāṭ étendue à Al-‛Askar et Al-Qaṭā‛i‛ —. Bien qu’ils soient venus du Maghreb, les Califes fatimides ne demeurent pas moins attachés que leurs prédécesseurs au prestige de l’art iranien. Sans oublier ce qu’ils doivent également à Byzance, ils montrent dans la création du Caire3 tout l’éclat d’un art à la fois magnifique et sobre. C’est le seul moment de l’histoire musulmane de cette ville où sera admise la représentation animée mêlée aux figurations géométrique et florale.

  • 4 Le but de Ṣalāḥ al-Dīn est de mettre un terme au schisme shiite et de chasser les Francs de la Syr (...)
  • 5 Id.,p. 164.
  • 6 Transplantation souvent forcée d’artistes étrangers de talent ; passages d’ouvriers venus d’Espagn (...)
  • 7 Id. Elévation par les successeurs des Ayyoubides « de palais et mosquées somptueusement décorés, e (...)
  • 8 Id. Citation d’Ibn Ḫaldūn sur les modes d’embellissement des maisons avec des revêtements de marbr (...)
  • 9 Id. «... le pays ne sut pas imposer une décoration nationale comme le fit la forte individualité d (...)
  • 10 Ibid. p. 164-165. « Très habiles, les artisans indigènes se soumettent à l’ornementation qui leur (...)

2L’arrivée des Mamelouks, précédée, au xiie siècle, par Salah al-Din et les Sultans ayyoubides, annonce un profond changement aussi bien artistique que politique4. Au renouvellement de l’architecture civile et religieuse correspond une réelle modification dans la conception du décor. Celui-ci revêt une importance inconnue jusqu’alors5. Il résulte le plus souvent d’apports extérieurs favorisés par la transplantation sinon le passage d’artistes étrangers6. Ce fut sans doute le cas des marbriers et mosaïstes dont les Mamelouks avaient admiré les luxueux dallages et revêtements muraux en Syrie7. Aux stucateurs andalous revint probablement le mérite d’avoir contribué au développement de l’ornementation des monuments du Caire au xiiie siècle8. En raison de la multiplicité des influences étrangères qui ont agit sur les formes décoratives de l’époque mamelouke, il est difficile, ainsi que l’affirme G. Wiet, d’y reconnaître un art national d’inspiration égyptienne9. C’est pourquoi, selon l’auteur des Mosquées du Caire, malgré l’habileté et la valeur artistique des artistes locaux, leur soumission à des directives d’ordre religieux et à des influences extérieures n’aurait pas permis le libre épanouissement que l’on peut admirer en Perse10.

  • 11 Ibid. p. 165-166. Représentation des mêmes motifs correspondant au sentiment religieux et artistiq (...)

3Conformément à certaines règles appliquées dans la littérature et la musique orientale, la répétition ornementale de motifs semblables géométriques ou floraux, répond à un sentiment esthétique11. Elle prédispose à rechercher les sensations de l’infini ou de l’extase, aboutissement de la rêverie chère à l’Oriental.

  • 12 Id.

4« La décoration musulmane s’inspire de trois éléments essentiels : l’entrelacs géométrique, les rinceaux d’ornementation florale et le décor épigraphique »12. L’interdiction visant la représentation des êtres vivants s’est répercutée sur la figuration florale elle-même. Il n’est guère possible, en effet, de reconnaître l’inspiration naturelle devant la simplification des éléments végétaux. L’ornementation par réseaux polygonaux est commune à tous les pays musulmans. « En Egypte, on rencontre cette décoration polygonale sur toutes les matières, à toutes les époques, et elle se présente avec une variété inouïe de combinaisons ».

  • 13 Id. Origine magique des inscriptions. De même, ne peut-on dénier, sans doute, une certaine valeur (...)
  • 14 Ibid. p. 167. « Le coufique se présente tout d’abord d’une façon simple : les caractères en étaien (...)
  • 15 Id.
  • 16 Id.
  • 17 Id. Sous les derniers Mamelouks, la décadence de cet art se manifeste avec l’apparition de bandeau (...)

5Spécifiquement musulman, le décor épigraphique se prête aussi à l’ornementation architecturale des surfaces murales, à l’intérieur comme à l’extérieur d’une mosquée ou d’un palais13. Dans l’épigraphie mamelouke, on distingue deux types différents : le coufique aux caractères droits et anguleux, le cursif ou « nasẖī » tracé à l’origine avec un roseau sur papyrus14. « Dans l’écriture lapidaire, le naskhi apparaît à la fin du vie (xiie) siècle : cette transformation arriva en Egypte de l’Orient et se trouve être un des éléments de la réaction sunnite contre l’hérésie chiite »15. Au coufique simple vinrent s’ajouter des motifs fleuris (coufique fleuri) visibles dans les inscriptions décoratives, céramiques, votives16. Au Caire, les sculpteurs acquirent une réputation particulière grâce à leur habileté, pour la beauté d’exécution et l’élégance de leurs bandeaux épigraphiques — flanquant un portail monumental ou couronnant une façade élevée17.

6De l’extérieur on reçut enfin ces curieux éléments combinés en formes d’alvéoles et appelés muqarnaṣ. Déjà connus de l’Egypte fatimide et de l’Espagne musulmane, ces sortes de nids d’abeille et de stalactites allaient être appelés à un très large développement dans l’ornementation des monuments du Caire. On en retrouvera l’application aussi bien dans la pierre, le plâtre et le bois.

7L’importance des influences étrangères a pu être résumée ainsi par G. Wiet : « Le décor de la période bahrite, comme la construction, comme les élévations, emploie à la fois les formes imposées par la brique et les formes nécessitées par la pierre, les motifs venus du vieux fonds copte ou introduits de Perse et de Mésopotamie sous les Fatimides ou apportés de Syrie et des régions seldjoukides au xiiie et xive siècle ».

La pierre sculptée

La mouluration

  • 18 L. Hautecœur et G. Wiet, Les Mosquées du Caire, I, 1932, p. 296. « La mouluration. La pierre fourn (...)
  • 19 Une mouluration identique orne l’entrée monumentale des mosquées, madrasas, hānqās de même époque, (...)

8La forme la plus simple de l’ornementation sculptée dans la pierre — ou le marbre — est constituée par la moulure. Arrondie, cette moulure apparaît en relief (tore) et en creux (cavet) (fig. 1, 2, 3, 90), alternant avec des filets et des bandeaux plats18. On la voit surtout rehausser le portail monumental d’un palais, depuis la base et ses banquettes jusqu’à l’encadrement général du porche19.

  • 20 Id. p. 331 «... A partir du xve siècle, apparaît un type nouveau qui vient de l’Asie Seldjoukide e (...)

9Avec la période circassienne, la moulure arrondie se transforme et ne cessera ensuite de se compliquer. Elle se dédouble et se divise en deux parties moins épaisses que joignent, à intervalles réguliers, des boucles rondes20 (fig. 71, 72, 77, 81, 83, 88, 91, 95, 97 à 99, 102, 104, 108, 112). Ces boucles prennent désormais une nouvelles importance décorative et s’agrandissent le plus souvent au sommet des arcs qu’elles surmontent. Sous le règne de Qāytbāy, le relief de la chaîne moulurée diminue mais l’extension de cet élément décoratif gagne toute la façade du maq‛ad et son portail d’honneur.

Les muqarnaṣ

  • 21 Ibid., p. 200. « La brique est toujours revêtue de stuc ou de plâtre taillé ».
  • 22 Ibid., p. 322. «...les architectes établissaient leurs niches et leurs trompes de briques, sur des (...)
  • 23 Il est permis de penser que les palais fatimides contemporains ne devaient guère en différer dans (...)
  • 24 Ibid. p. 323. Le tailleur de pierre devait compter avec la dureté relative de la pierre du Muqaṭṭa (...)
  • 25 Ibid. p. 319. « Les moukarnas restent un des éléments de transition les plus employés au xve siècl (...)

10L’ornementation architecturale composée d’alvéoles (muqarnaṣ) rangées horizontalement ou groupées verticalement avait déjà fait son apparition en Egypte dans certaines constructions fatimides. On peut en observer au xiie siècle diverses manifestations, sur brique ou sur pierre. Affectant de grandes dimensions et revêtus de plâtre21, les muqarnaṣ en briques jouaient le rôle de pendentif dans les angles d’une pièce qu’ils joignaient à une coupole22. Conservé, sous les Ayyoubides, ce mode de réalisation de trompe ou de pendentif connaîtra une faveur spéciale dans les monuments mamelouks. Lorsqu’ils étaient sculptés dans la pierre, les muqarnaṣ fatimides se réduisaient à des proportions inférieures à celles des muqarnaṣ en plâtre. A moins qu’elle ne rayonnât dans une arcature aveugle surmontant l’ouverture principale d’un bâtiment religieux23, leur décoration en franges au sommet d’une niche à fond plat annonçait déjà l’emploi si fréquent qui en sera fait dans les façades bahrites et circassiennes. Favorisant des jeux d’ombre et de lumière multiples grâce à la répétition en tous sens de leurs innombrables facettes24, les muqarnaṣ connaîtront une faveur grandissante pour l’embellissement d’un porche d’honneur (fig. 25) aussi bien que d’une corniche élevée (fig. 92, 94) et de défoncements verticaux25.

  • 26 Ibid. p. 318.
  • 27 Ibid. p. 324. Evolution des muqarnaṣ qui s’aplatissent peu à peu.

11Dans un portail monumental en pierre ou en marbre appareillé, muqarnaṣ et stalactites se combinent parfois pour former les pendentifs de la demi-coupole (ou coquille) supérieure, sinon l’encadrement d’une coupole côtelée26 (fig. 1, 2, 3, 13, 81, 109, 112). Aussi bien leur accorde-t-on, semble-t-il, une importance égale à celle des larges bandeaux épigraphiques dans l’ornementation des grandes façades de pierre27. A l’intérieur d’une qā‛a ou d’un maq‛ad on pourra encore relever l’association de ces deux formes décoratives dans les luxueuses frises en bois sculpté, doré et peint qui entourent les plafonds (fig. 84, 93).

Les inscriptions lapidaires

  • 28 L. Bréhier, L’Art musulman, Paris, 1938, p. 3.
  • 29 L. Hautecœur et G. Wiet, op. cit., p. 166. Le décor épigraphique spécifiquement musulman comporte (...)

12« L’ornementiste arabe est avant tout un calligraphe » nous dit Louis Bréhier28. Les exemples de l’importance décorative donnée à la calligraphie sont, en effet, nombreux et bien connus. Cette forme décorative, caractéristique de l’art musulman, a été particulièrement en honneur dans les principaux monuments civils et religieux édifiés par les Mamelouks en Egypte comme en Syrie29.

  • 30 Sous les Ayyoubides, constructeurs et décorateurs demeurent encore fidèles aux coutumes léguées pa (...)
  • 31 Id. Formé de caractères anguleux, le coufique (ou koufique) serait originaire de Koufa (Irak). « B (...)
  • 32 L. Hautecœur et G. Wiet, op. cit., p. 301. « Le coufique carré comme les entrelacs carrés, semble (...)
  • 33 Id. p. 167. « Dans l’écriture lapidaire, le naskhi apparaît à la fin du vie (xiie) siècle : cette (...)

13Le coufique dont les artistes fatimides ont laissé de si heureux témoignages dans les façades de certaines mosquées n’a pas dû être indifférent à leurs successeurs30. Toutefois, par réaction à l’égard du chi‛isme, les bâtisseurs bahrites et circassiens, adeptes du rite sunnite, devaient renoncer bientôt au style épigraphique de leurs prédécesseurs31. A l’exception de certains panneaux réalisés en coufique carré32, un nouveau type d’épigraphie, le « nasḫī », fut adopté, nous l’avons dit, souvent rehaussé également d’éléments floraux. Cette innovation ne manqua pas de s’imposer à son tour par la simplicité et la noblesse de son aspect général, l’élégance de ses courbes et de ses jambages élancés. On sait qu’elle connaîtra, par la suite, le même succès, à l’époque ottomane33.

  • 34 Palais de Baštak, Yašbak... cf. Palais du Caire, II.
  • 35 Cf. Max Van Berchem, Corpus inscriptionum arabicarum, Paris, 1903, passim.
  • 36 Infra. Entrée du Palais Yašbak.
  • 37 Largeur moyenne : 1) d’un cartouche épigraphique : 0,15 m ;
    2) d’une frise murale : 0,40 m.
  • 38 Des frises épigraphiques de même nature ornent, à leur sommet, des cours de madrasa ou de mosquée.(...)

14Dans les porches d’honneur d’un palais — comme d’une mosquée ou d’une madrasa — apparaissent en premier lieu les cartouches ou bandeaux épigraphiques sculptés à hauteur d’homme, au-dessus des banquettes de pierre ou de marbre34. A l’appui des emblèmes, qui s’ajoutent parfois à une façade, ces bandeaux sont consacrés à louer la grandeur et les mérites du fondateur d’un monument important, sultan ou émir, ainsi que la puissance souveraine du Maître du Monde35 (fig. 1, 20, 31, 86, 108). Il arrive qu’ils se prolongent au-delà de la porte d’entrée, jusque sur les murs qui entourent l’antichambre et sa maṣṭaba, où ils peuvent encore révéler des traces de leur dorure primitive36 (fig. 3). Plus larges, parfois, et plus élevée sont les frises sculptées au milieu ou au sommet d’une façade appareillée37. On les rencontre le plus souvent dans le décor d’un portail monumental ou d’un maq‛ad38 (fig. 80, 92, 95, 97, 98).

Planche LXXII

Planche LXXII

Décor de pierre sculptée (d’après P. Coste). Mosquée funéraire du Sultan Barqūq.
Motifs géométriques et floraux ornant les deux côtés du minbar en calcaire (xve s.). Le même répertoire ornemental apparaît dans la façade de la Wakāla de Qāyt Bāy, près d’al-Azhar, et dans d’autres édifices contemporains.

  • 39 Infra.

15Apparue dans l’architecture fatimide avec les muqarnaṣ, l’ornementation épigraphique constitue bien l’une des traditions artistiques les plus chères aux artistes égyptiens qui font preuve, dans leur exécution, d’une habileté spéciale. Sculptés au dehors, en champlevé dans la pierre ocreuse, les beaux caractères de l’écriture arabe sont rappelés, nous l’avons dit, au dedans, comme un leitmotiv, sur les luxueuses frises de bois doré et peint qui ceinturent ou couronnent les salles nobles, a et maq‛ad39 (fig. 16, 54, 84, 93).

L’ornementation lapidaire géométrique et florale

  • 40 L. Hautecœur et G. Wiet, op. cit., p. 336. Certains éléments sont peut-être d’origine persane. « I (...)
  • 41 Id. « Le décor au xve siècle envahit toutes les surfaces nues, les murs, les fenêtres, les tympans (...)

16Dans les palais et maisons du Caire, à l’époque bahrite, l’ornementation architecturale de la pierre sculptée ou du marbre montre une grande sobriété. En effet, elle se limite le plus souvent aux formes indiquées plus haut : mouluration, stalactites, épigraphie. Les unes sont destinées à mettre en valeur les parties essentielles d’un monument ; les autres affirment, à travers les siècles, la personnalité et la grandeur du fondateur. Avec l’époque circassienne se manifeste un goût nouveau pour la suppression des surfaces nues et le déploiement d’une décoration sculptée apparentée, dans certains cas, à celle du stuc. Cette décoration revêt deux aspects, géométrique et floral, se combinant et se mêlant harmonieusement40. Son apparition et son développement semblent bien coïncider, au xve siècle, avec l’importante innovation architecturale que présente le maq‛ad. C’est à l’embellissement de sa façade et surtout de son portail d’honneur que sera désormais réservée la plus luxueuse parure de pierre sculptée. On en verra la distribution compartimentée — entre carrés et rectangles — et cernée de moulures avec l’alternance de motifs géométriques et floraux. Dérivés de l’entrelacs, les premiers forment des figures polygonales, étoilées, circulaires. La disposition générale n’en est pas éloignée des seconds. « Le floral dans l’art musulman, nous dit G. Wiet, a toujours tendance à s’inscrire en des formes géométriques, qui perdent peu à peu le souvenir de leur origine ; mais au xve siècle, si les motifs réguliers reçus de la tradition sont toujours en honneur, une floraison nouvelle éclôt et vient s’enlacer aux figures mortes et leur rendre vie. Les deux tendances, la géométrique et la florale se rejoignent... Tous ces ornements sont sculptés, incisés, gravés, fouillés, découpés. Ils constituent une broderie, une dentelle appliquée sur les formes architecturales »41 (fig. 81. 88, 92, 94, 95, 97 à 101, 103 à 107).

Le stuc

  • 42 Elle résulte d’un mélange d’influence copte et mésopotamienne. Cf. L. Bréhier, op. cit., p. 10-11. (...)
  • 43 Palais Baštak, Yašbak, Ālīn Āq... op. cit.
    M. Herz. Musée National de l’Art Arabe, Le Caire, 1895. (...)

17Alors que le succès du décor lapidaire, sous les Mamelouks, répond à une préférence marquée, à cette époque, pour la pierre de taille dans les constructions les plus luxueuses, on sait que le stuc avait connu auparavant une fortune qu’il ne retrouvera plus jamais au Caire après le départ des Fatimides. On doit se souvenir que le stuc moulé, sinon taillé et ciselé, constituait alors l’ornementation traditionnelle des murs en briques déjà recouverts d’un enduit de plâtre. Géométrique ou florale, cette décoration s’étendait depuis les bas-reliefs et les frises intérieures jusqu’aux intrados des arcs et leur pourtour42. C’est aussi en plâtre découpé que les anciens claustra à rosaces circulaires, polygonales ou étoilées, garnissaient autrefois les baies ouvertes sur l’extérieur. Les artisans cairotes demeureront plus longtemps fidèles à cette dernière coutume qu’à la précédente. Nous retrouverons, en effet, dans les qā‛a des palais et riches demeures mameloukes, l’usage des vitraux — colorés ou non — enchâssés dans une armature de plâtre (fig. 7, 8, 34, 35, 38). Répétition fréquente de verres arrondis, où figurent parfois des éléments floraux symétriques. Celle-ci apparaît au-dessus des fenêtres barreaudées, dans les ouvertures cintrées sous oculus, les baies à arc brisé, ou les fenêtres géminées43 (fig. 93).

  • 44 On ne peut nier pour autant l’existence passée d’une décoration stuquée à l’intérieur des palais s (...)
  • 45 Les médaillons persans en plâtre sculpté qui ornent les murs de l’īwān principal dans la qā‛a Al-I (...)

18Par contre, s’il est possible de relever une ornementation de plâtre ciselé au fer dans l’īwān ou la salle de prières d’une mosquée ou d’une madrasa entre le xiiie et le xive siècle, il est plus difficile de découvrir des vestiges similaires à l’intérieur d’une salle d’apparat contemporaine44. Les rares éléments décoratifs en plâtre sculpté qu’il nous a été permis d’observer rehaussaient le fond ou les côtés de l’īwān principal d’une qā‛a, affectant la forme d’une rosace florale ou d’un médaillon persan45 (fig. 49, 50). L’influence iranienne s’y manifeste autant que dans l’ornementation de la pierre sculptée.

Le marbre et la mosaïque

  • 46 M. Clerget. Le Caire, I, 1934.
  • 47 L. Hautecœur et G. Wiet, op. cit., p. 292-294. « A partir de 1285 la plupart des mihrabs sont orné (...)
  • 48 Id. p. 294. Ces mosaïques à figures géométriques semblent originaires de pays étrangers (chevrons, (...)
  • 49 Ibid. p. 296. « Ce décor de marbre est un héritage de Byzance. Cette mode était passée à Damas et (...)

19Les carrières de marbre qui existent au Nord et au Sud du Caire sont surtout renommées dans les régions d’Alexandrie et d’Assouan pour leur qualité et leur diversité46. Leur exploitation a longtemps permis de subvenir aux besoins des principaux monuments civils et religieux de la capitale sans recourir à l’importation de marbres étrangers. Cependant la hâte d’élever mosquées et palais prestigieux amena tout d’abord les nouveaux maîtres du Caire, Ayyoubides et Mamelouks, à détruire des temples pharaoniques et des églises chrétiennes pour les dépouiller de leurs colonnes de marbre, granit et porphyre, en vue de leur remploi dans les constructions neuves. Il ne fallut pas moins parfaire le luxe intérieur de ces bâtiments en confiant à des artisans marbriers l’exécution des revêtements muraux et des dallages du sol. On peut juger aujourd’hui de la qualité artistique atteinte par ceux-ci, vers la fin du xiiie siècle, en présence du magnifique exemple de décoration intérieure que représente le Mausolée de Qalāwūn47. Faits de marbre de couleurs — rouge, ocre, jaune, blanc, noir — les lambris appliqués aux murs et aux piliers s’enrichissent de mosaïques à motifs géométriques et épigraphiques48. Il est permis d’imaginer que le Sultan Qalāwūn et ses successeurs, notamment son fils al Nāṣir Muḥammad, firent également appel aux marbriers les plus qualifiés pour la décoration des palais de la Citadelle. On pourra remarquer à cette occasion la ressemblance particulière qui existe dans l’emploi du marbre à l’intérieur d’une mosquée-madrasa et d’une qā‛a49. Dans les deux cas, ce matériau de luxe est réservé, d’une part au dallage de la cour (ṣaḥn) ou du dégagement central (dūrqā‛a), d’autre part aux parements inférieurs des murs de la salle de prière et de l’ensemble d’une salle noble — dūrqā‛a et īwān —.

Planche LXVIII

Planche LXVIII

Mosaïques de marbre (d’après Gayet). Décor de sol et de bassin (xve siècle).

  • 50 Ibid. Les figures circulaires auraient été obtenues à partir de colonnes antiques débitées en plaq (...)
  • 51 Aussi bien que des salles de prières et de certains mausolées.
  • 52 Dans les lambris à rayures verticales et motifs géométriques en marbre de couleur réapparaît un st (...)

20Dans le sol d’un ṣaḥn ou d’une dūrqā‛a prédomine généralement le marbre blanc. Celui-ci sert de fond à une composition compartimentée en marbre de couleur — noir, rouge, ocre —. De grands éléments géométriques — rectangle, losange, carré, cercle — s’y répètent symétriquement autour d’un motif ou d’un bassin central50 (fig. 53, 55). Aux deux extrémités d’une dūrqā‛a, la face antérieure des īwān (surélevés) présente un décor limité à de simples bandeaux verticaux noirs et blancs, avec ou sans rayures rouges. Le même principe ornemental est le plus souvent retenu dans les panneaux muraux qui entourent dūrqā‛a et īwān51 (fig. 63). Des marbres de couleur — rouge et ocre — ainsi que des mosaïques à figures géométriques peuvent cependant en rendre l’aspect général plus précieux. Au xve siècle, l’usage des lambris de marbre connaîtra un succès semblable en s’adaptant à la décoration murale des maq‛ad. Une frise s’y ajoutera généralement à la partie supérieure52.

  • 53 Supra.
  • 54 J. Bourgoin, op. cit., II, Pl. XV, XX, XXII, XXV, XXXIX.
  • 55 L. Hautecœur et G. Wiet, op. cit., p. 296.
  • 56 Déjà était connu des Romains, puis des Byzantins, l’usage de l’alternance des lits de pierre et de (...)

21Si l’usage du marbre de couleur est surtout réservé à la partie inférieure d’une salle noble afin d’en rehausser l’éclat, il peut s’étendre, nous l’avons vu, à l’extérieur de certains palais sultaniens53. Une application diversifiée ressort ainsi de plusieurs grands porches aux assises et aux claveaux bichromes (fig. 1, 96), de leurs banquettes au soubassement festonné (fig. 86) comme les plates-bandes appareillées de certaines baies. L’ornementation de celles-ci donnera lieu à une fantaisie de plus en plus libre ; aux premiers assemblages à crochets ou découpages rectilignes succèdent alors des rangées d’éléments floraux inversés — volutes, fleurons —54 (fig. 95, 99, 105). Sans doute peut-on voir dans ces diverses manifestations l’aboutissement d’une tradition déjà ancienne, comme nous l’indique G. Wiet55. « Ce goût de la polychromie se retrouve dans les constructions en pierre. En 1266, à la mosquée de Baībars, nous apercevons un des premiers exemples au Caire de l’appareil « Ablak » ou bicolore et l’on ne peut s’empêcher de remarquer que le même Baībars avait fait bâtir à Damas le fameux Kasr Ablak. Désormais des bandes rouges et blanches, noires et blanches, rouges et jaunes, parfois noires, rouges, blanches, alternent sur les façades des édifices, aux piliers des bâtiments...56 (fig. 81, 96, 101).

Planche LXIX

Planche LXIX

En haut, sabīl-kuttāb de la Mosquée Azbak al-Yūsufī. La façade principale est décorée de pierre sculptée et de marbre bicolore dans le style particulier au xve siècle.
En bas, exemple de boiserie assemblée et tournée telle qu’elle est également employée à l’intérieur des palais et des riches demeures — placards, portes, balcons à moucharabieh — (d’après Gayet).

22Ainsi ce décor horizontal s’est répandu dans tout le bassin de la Méditerranée entre le ixe et le xiie siècle. Il ne parvient en Egypte qu’au xiiie siècle, sous la double influence du Maghreb et de la Syrie ».

Les boiseries

  • 57 M. Clerget, Le Caire, I, 1934, p. 284 et ss. p. 299. « La sécheresse du climat explique le rôle co (...)

23A l’époque mamelouke, l’usage du bois de charpente et de menuiserie représente également un véritable luxe dans l’aménagement et le décor des palais et belles demeures du Caire. En raison de l’insuffisance des ressources locales en bois pour parer aux besoins de la cité, celle-ci dut faire appel aux bois importés de la Syrie, de l’Asie Mineure et du Liban, sinon de certains pays d’Europe (sapin, cèdre, pin, etc.)57.

  • 58 Un même emploi de plafonds en charpente et de portes en bois ouvragé — sculpté ou incrusté — rappr (...)

24Au xive siècle, le bois est principalement réservé aux embellissements intérieurs. Alors que la couverture en voûte est maintenue à l’ensemble des communs, les salles d’apparat et appartements adoptent le plafond en bois de charpente, ainsi que des boiseries ouvragées pour les portes de communication, les placards muraux58 (fig. 51, 63) et certaines « loges de femmes » (fig. 50). Entre le xve et le xvie siècle, l’emploi du bois se développera de plus en plus, puisqu’il apparaîtra même au dehors dans les nouvelles baies munies de grilles en bois ajouré ou tourné (moucharabieh).

25Les plafonds. De la période bahrite, on retiendra deux types de plafonds caractéristiques, utilisés l’un et l’autre à l’intérieur d’une qā‛a, au-dessus des īwān, sans compter les défoncements latéraux de la dūrqā‛a et des pièces attenantes :

  • les plafonds à solives apparentes ;
  • les plafonds à caissons.
  • 59 A. Gayet, L’Art arabe, Paris, 1893, p. 219-220. L. Hautecœur et G. Wiet, op. cit., p. 299. A. Lézi (...)
  • 60 Au-dessus d’un īwān, les solives sont toujours placées transversalement, que l’ouverture sur la (...)
  • 61 Le magnifique plafond doré et peint, exécuté à la fin du xiiie siècle, au Mausolée du Sultan Qalāw (...)

26Les premiers se composent de fortes solives — que séparent des entre-deux — tout d’abord à arêtes vives (fig. 32, 43, 67), puis à bords chanfreinés, plus tard légèrement arrondies (fig. 57, 59, 64, 66, 68, 84, 93). Seules, les deux extrémités conserveront une section carrée et renforcée59 (fig. 65). Lorsque ces poutres ne sont pas faites d’une seule pièce, à défaut de bois adéquat, il arrive que l’on ait recours à un tronc de palmier — divisé dans sa longueur en deux parties égales — et dissimulé à l’intérieur d’un coffrage offrant l’aspect d’une poutre pleine60. Sculpture, peinture et dorure s’étendent à l’ensemble des motifs géométriques et floraux répétés sur toute la surface des solives et entre-deux (fig. 66, 68). Dominée par les rouges et les bleus, cette ornementation se poursuit et se complète dans l’encadrement du plafond et de la frise qui le borde. A l’exemple des bandeaux épigraphiques sculptés dans la pierre, cette frise dorée sur fond azur reprend, avec l’éloge du maître des lieux, les thèmes eulogiques habituels. Elle est divisée et rythmée, à intervalles réguliers, par des groupes de stalactites dorées61 (fig. 68, 83, 93).

Planche LXX

Planche LXX

Plafond à caissons en forme de coupelles octogonales dorées et peintes, caractéristique de certains palais et monuments religieux du Caire du xiiie et xive siècles (d’après Bourgoin).

Planche LXXI

Planche LXXI

Mosquée al-Muayyad. Vue intérieure. Les plafonds en bois doré et peint de la salle de prières ne diffèrent pas de ceux d’un maq‛ad ou d’une qā‛a. On remarque également ici l’apparition d’un plafond à caisson sur kurdī (d’après Coste).

  • 62 A. Lézine, op. cit., pp. 139-140.
  • 63 Palais Bastak, Palais de l’Emir Ṭāz (xive s.).
  • 64 Solives tendant à s’arrondir de plus en plus et à diminuer de volume : L. Hautecœur et G. Wiet, op (...)
  • 65 Le Maq‛ad Māmā’y en présente un très bel exemple. Palais du Caire, I, pp. 11-20.

27Les plafonds à caissons sont formés d’un réseau de coupelles octogonales à fond arrondi séparées entre elles par un bâti étoilé. Les éléments décoratifs et leur coloris ne diffèrent guère de ceux des plafonds précédents62 (fig. 15, 37 à 40). L’intérêt porté à ce type de couverture ressort de l’usage fréquent qui en a été fait en premier lieu à l’intérieur d’édifices sultaniens. Il constitue, en effet, l’un des plus beaux ornements du Mausolée de Qalāwūn et de la Mosquée d’al Nāṣir Muḥammad (Citadelle). On peut alors supposer qu’avant d’être imités dans leurs palais respectifs par les émirs mamelouks63, les plafonds à caissons avaient été adoptés, au même titre que les plafonds à solives apparentes, pour couvrir les appartements fastueux du Palais de la Montagne. Ils concouraient encore à accentuer la ressemblance d’aspect entre bâtiments religieux et civils de grand style. On y observera, au xve siècle, une évolution semblable avec l’abandon des plafonds à coupelles et la généralisation des plafonds à solives apparentes64. L’emploi s’en étendra désormais aux nouvelles loggias des maq‛ad65, et l’on pourra en admirer la riche enluminure visible de la cour et des jardins voisins.

  • 66 A. Gayet, op. cit., p. 167-168. De ces portes et placards, il ne reste le plus souvent, sur place, (...)
  • 67 Les mêmes techniques (sculpture, incrustation) et la même ornementation ont été utilisées dans le (...)

28Les portes sculptées et marquetées. Malgré la rareté des témoignages qui en subsistent aujourd’hui à l’intérieur des anciens palais bahrites, on sait, grâce notamment aux collections conservées au Musée d’Art islamique du Caire, quel soin requérait, auprès des artisans égyptiens, la décoration des portes d’accès aux qā‛a et de leurs placards muraux66. Faites le plus souvent de deux vantaux, elles étaient montées comme auparavant avec assemblage de panneaux carrés et rectangulaires leur assurant une meilleure résistance à l’humidité de l’air et aux variations de température. Le style ornemental, géométrique et floral, se traduisait soit dans la sculpture du bois soit par une incrustation d’ivoire et de bois précieux. A cette dernière forme décorative se prêtaient davantage les compositions géométriques, à base de rosaces ou d’étoiles entrelacées67 (fig. 41, 52). Il devait en résulter une grande unité de style avec les mosaïques de marbre utilisant un répertoire décoratif souvent identique.

  • 68 A. Gayet, p. 234. L’auteur attribue l’exercice de cette profession, en Egypte, à des artisans copt (...)
  • 69 Au Mausolée de Qalawun, la clôture à claire-voie qui entoure le tombeau du Sultan est rehaussée de (...)

29Les grilles en bois tourné. Les grilles en bois tourné (moucharabieh) représentent un autre usage du même matériau ; elles comptent, en effet, parmi les applications les plus originales de l’art du bois à l’architecture domestique68. Pourtant les premiers exemples que l’on en connaît au Caire semblent bien avoir été conçus exclusivement pour des monuments religieux, entre le xiie et le xive siècle. Témoins les clôtures de la salle de prières des mosquées d’al Ṣāliḥ Ṭalā‛i‛ (1160) et d’Al-Māridānī (1340), ainsi que celle du Mausolée de Qalāwān (1283). Leur mode d’exécution et leur aspect général se conforment à un même style. Les divers éléments en bois tourné qui les composent sont compartimentés entre panneaux carrés et rectangles alternés à l’intérieur d’un solide bâti. Bien que leurs proportions générales dépassent celles que l’on observera plus tard dans les grilles des fenêtres, ces clôtures renferment déjà les éléments caractéristiques des futures mašrabīya69.

Planche LXXII

Planche LXXII

Clôture de bois tourné (d’après P. Coste). Cette première forme de grille en bois solidement assemblé et compartimenté fut utilisée à l’intérieur de certaines salles de prière et de mausolées, aux époques ayyoubide et mamelouke.

  • 70 oua.

30On sait que les salles de réception70 aménagées au rez-de-chaussée ou au premier étage demeurèrent longtemps entourées de murs aveugles, la lumière n’y pénétrant que par le sommet de la dūrqā‛a et son lanterneau. Quant aux qā‛a supérieures, elles ne s’éclairaient encore, aux xiiie et xive siècles, que par des fenêtres barreaudées de fer surmontées de vitraux, à l’instar des monuments religieux contemporains. Il faudra sans doute attendre le xve siècle pour voir les grilles de bois se substituer progressivement aux anciennes grilles de fer et garnir les fenêtres des riches appartements citadins. Il est difficile de préciser à quel moment cette nouvelle mode a commencé à s’imposer, avant d’atteindre une extension qui transformera entièrement les façades extérieures et intérieures des palais princiers et des demeures bourgeoises. On ne peut, en effet, se fier toujours à l’aspect actuel de certaines qā‛a d’époque circassienne, les mašrabīya qu’elles possèdent paraissant bien souvent postérieures à la construction primitive des salles que l’on aura voulu améliorer et moderniser par la suite.

  • 71 Ce travail s’effectue au niveau du sol, à la main et au pied, en utilisant un tour rudimentaire pl (...)
  • 72 Au rez-de-chaussée, à l’entresol et au premier étage.

31Les grilles en bois tourné se présentent sous deux formes différentes : les grilles simples à larges mailles dont l’entrecroisement rappelle celui des fenêtres barreaudées (fer), les grilles à réseau serré comportant une plus grande variété d’éléments arrondis71. Dans les deux cas, l’ensemble est fixé à un robuste cadre en bois divisé en panneaux symétriques, rectangulaires et carrés (fig. 61, 62). L’assemblage des multiples éléments dont est composé chacun des panneaux est effectué à l’aide de tenons et mortaises proportionnés — voire minuscules —. Tandis que les grilles simples seront de plus en plus réservées aux appartements inférieurs sinon aux communs72, les grilles à moucharabieh seront affectées aux appartements supérieurs, les dissimulant aux regards comme un véritable rideau — opaque vu de l’extérieur, transparent vu de l’intérieur.

  • 73 A cet effet, la création de balcons à moucharabieh sur console de pierre — comparables aux avant-s (...)
  • 74 On doit alors observer que dans la Qā’a Al-Irsān, les “loges des femmes” comptent parmi les plus a (...)

32Il apparaît clairement que l’usage des moucharabiehs se développera principalement à l’intention des femmes d’un harem princier ou de la haute société cairote ; c’est par ce moyen qu’elles pourront, en effet, avec toute la discrétion nécessaire, profiter du spectacle de la rue comme de celui de la cour ou d’un jardin intérieur73, enfin assister aux fêtes données dans la grande salle de réception. On pourrait supposer que c’est en ce lieu que seraient apparues les premières grilles, fermant les loges à l’étage d’une qā‛a (ou d’un riwāq) et dissimulant les femmes à la vue de l’assemblée, réunie en contrebas dans les deux īwān74 (fig. 56 à 58, 78, 79).

  • 75 Disposition particulière, permettant de regarder plus librement au-dessous et sur les côtés.

33Les panneaux inférieurs d’un moucharabieh disposeront quelquefois d’une petite ouverture saillante ou non, à trois côtés ou à pans coupés. Les adjonctions en saillie au-dessus de la rue ou d’une cour servaient, nous l’avons dit, au raffraichissement de l’eau des gargoulettes qui y étaient placées ; d’où le terme de mašrabīya qui leur aurait été attribué et qui s’étendra ensuite à l’ensemble de la grille en moucharabieh75 (fig. 71).

Dans les hautes salles d’apparat du Sultan et des Emirs mamelouks, les plafonds enluminés étaient bordés d’une large frise épigraphique incurvée, dorée et peinte, à la louange du fondateur (Plafond du xive siècle ornant les salons de l’Ambassade de France au Caire).

  • 76 A. Gayet, op. cit., p. 231-232.
  • 77 Supra.

34Il est aussi permis de penser que le développement de l’usage des moucharabiehs, dans toute la cité, est dû autant à leur commodité qu’à leur beauté76 ; on ne devra donc pas s’étonner de voir cet usage également adopté et généralisé dans les habitations privées et les logements collectifs (wakāla)77 (fig. 110 à 113).

***

  • 78 Ibid., p. 304 à 311.

35Comme il en fut toujours pour l’ensemble des constructions de l’ancienne Egypte, celles de l’époque mamelouke continuèrent de dépendre des matériaux locaux — argile, pierre calcaire, marbre, chaux, plâtre et certaines essences de bois. L’abondance et la proximité fréquentes de ces matériaux en facilitèrent naturellement l’exploitation et l’utilisation à l’intérieur de la capitale, la grande voie de communication du Nil permettant aussi d’amener aisément les marbres les plus éloignés provenant des carrières de la Haute Egypte. On dut seulement pallier la rareté locale des bois de construction en organisant par mer leur importation de pays étrangers. A la présence, pour l’essentiel, des ressources matérielles nécessaires, il faut ajouter l’existence d’une main d’œuvre artisanale nombreuse et qualifiée, rompue depuis plusieurs générations à l’application d’une grande diversité de techniques transmises par la tradition. On reconnait notamment aux artisans coptes le mérite d’avoir conservé, avec certaines techniques anciennes, des formes architecturales et des éléments décoratifs inspirés de civilisations antérieures78. C’est dans ces conditions que constructeurs et décorateurs égyptiens furent appelés à adopter, sous le règne des Sultans mamelouks, un style architectural et ornemental qui apparaîtra comme l’un des plus brillants dans l’histoire de l’art musulman ; la création, puis l’évolution de ce nouveau style, bénéficient d’apports extérieurs, venus de l’Orient et de l’Occident.

  • 79 L. Hautecœur et G. Wiet, op. cit., p. 305-306. A la fin du xiiie siècle, introduction en Egypte d’ (...)
  • 80 Présence d’artistes syriens au Caire d’où l’influence syrienne fait disparaître progressivement le (...)

36G. Wiet nous en rappelle les traits caractéristiques, pour la période bahrite, puis pour la période circassienne. Entre le xiiie et le xive siècle, les influences étrangères affectèrent non seulement les plans, façades ou portails des monuments mamelouks mais aussi leur décor79. Grâce à la présence de personnages importants en Syrie, l’influence artistique de ce pays sur l’Egypte apparut prédominante. « L’Egypte a toujours eu les yeux fixés sur la Syrie. C’est la Syrie qui lui permet de communiquer avec l’Asie, qui lui fournit le bois dont elle est privée ; c’est la Syrie qui lui sert de boulevard contre les envahisseurs croisés ou mongols. La Syrie chrétienne ou musulmane lui donne le modèle de ses édifices en pierres, de ses voûtes d’arêtes, de ses voûtes en arc de cloître, de ses coupoles appareillées sur pendentifs ou sur trompes, de ses moulures avec leurs fréquents retours, de ses consoles, de ses minarets carrés, de ses façades bien ordonnées, avec leurs fenêtres géminées et leurs portails, de ses voussures en retrait retombant sur des colonnes... de son décor taillé dans la pierre ou le marbre, de ses chapiteaux à crochets, de ses niches à coquilles sur moukarnas. Les guerres de Kalaoun et celles de son fils Muhammad, la conquête de la Syrie multiplièrent les points de contact »80.

37L’art des Mamelouks bahrites ajouta aux legs précédents des éléments nouveaux provenant du Maghreb, de l’Asie Mineure et de la Syrie. « L’architecture du Caire prend de toutes mains, mais elle combine les formes empruntées et en tire des effets originaux. Né à la fin du xiiie siècle, le style mamelouk est formé entre 1350 et 1375 ».

  • 81 Ibid., p. 338.
  • 82 Id. Emprunt de motifs décoratifs au vieux passé mésopotamien, aux Seldjoukides, aux Syriens. En Eg (...)

38« Sous les Cireassiens l’art musulman commence à perdre le souvenir de ses origines et ses raisons d’être81. Il confond les plans de la mosquée, de la salle de prière, de la khanaqah, de la madrasa, de la ka‛a... » Dès lors apparaissent les signes d’une évolution architecturale caractérisée par une extension souvent excessive du décor82.

  • 83 J.M. Rogers, Al-Kāḥira, Encyclopédie de l’Islam, IV, 1974, p. 453.

39Nous retiendrons plutôt à ce sujet les observations suivantes de J.M. Rogers : « On a souvent affirmé que l’architecture du Caire a marqué un déclin progressif de la période des Mamluks bahrites à celle des burdjites. Il s’est certainement produit, au cours de cette dernière, une modification de goût qui a conduit à surcharger l’ornementation sur les surfaces extérieures et intérieures, avec des revêtements de marbre, de pâte de verre ou de pierre gravée... Cette même période a également vu une grande évolution dans la technique du travail de la pierre. Les quelques dômes de pierre de la période bahrite étaient de petites constructions d’un caractère surtout expérimental... Par contre, dans la période burdjite, la portée énorme des dômes du hanka de Faradj B. Barḳūḳ représente peut-être l’apogée du travail de la pierre dans l’Egypte des Mamlūks, et la technique s’est perpétuée jusqu’à leur chute avec le tombeau et le palais de Khayr Beg, envir. 906-8/ 1501-2. Ainsi Il ne saurait être question de parler de décadence »83.

  • 84 L. Hautecœur et G. Wiet, op. cit., p. 339.

40Avec la conquête ottomane, le Caire connaîtra bientôt le renouvellement de ses modèles dans des conditions cependant incomplètes84.

Notes

1 L. Hautecœur et G. Wiet, Les Mosquées du Caire, I, Paris, 1932, p. 163. Le principal souci des conquérants arabes se manifeste dans la levée des impôts et la construction de mosquées.

2 Effets du rayonnement d’une véritable renaissance de l’art sassanide, sous le règne des Califes abbassides. On peut en observer les vestiges dans le décor des boiseries et des stucs de la Mosquée Ibn Touloun.

3 L. Hautecœur et G. Wiet, op. cit., p. 163.

4 Le but de Ṣalāḥ al-Dīn est de mettre un terme au schisme shiite et de chasser les Francs de la Syrie. Contre les premiers, il multipliera les constructions de madrasa, contre les seconds il élèvera des citadelles.

5 Id.,p. 164.

6 Transplantation souvent forcée d’artistes étrangers de talent ; passages d’ouvriers venus d’Espagne ou d’Afrique du Nord en Egypte. Rappelons encore l’exode de populations entières fuyant les invasions mongoles, et amenant avec elles de nombreux artisans originaires de la Syrie et de l’Iran.

7 Id. Elévation par les successeurs des Ayyoubides « de palais et mosquées somptueusement décorés, et dans un goût nouveau, importé de Syrie... ».

8 Id. Citation d’Ibn Ḫaldūn sur les modes d’embellissement des maisons avec des revêtements de marbre, céramique et stuc.

9 Id. «... le pays ne sut pas imposer une décoration nationale comme le fit la forte individualité de la Perse ».

10 Ibid. p. 164-165. « Très habiles, les artisans indigènes se soumettent à l’ornementation qui leur était commandée. Pendant la période des sultans Mamlouks, on perçoit dans le faire de la décoration, sinon l’enthousiasme spontané d’un artiste, du moins le zèle d’un artisan consciencieux, fier de ses combinaisons étourdissantes de coufique carré ou de polygones étoilés ». L’Art décoratif de l’Egypte mamelouke est caractérisé par sa profusion et sa polychromie.

11 Ibid. p. 165-166. Représentation des mêmes motifs correspondant au sentiment religieux et artistique.

12 Id.

13 Id. Origine magique des inscriptions. De même, ne peut-on dénier, sans doute, une certaine valeur prophylactique à d’autres éléments décoratifs, géométriques et floraux.

14 Ibid. p. 167. « Le coufique se présente tout d’abord d’une façon simple : les caractères en étaient gravés en creux et, en ce cas, présentaient un aspect grêle, ou sculpté en relief, épais et trapus ».

15 Id.

16 Id.

17 Id. Sous les derniers Mamelouks, la décadence de cet art se manifeste avec l’apparition de bandeaux vides.

18 L. Hautecœur et G. Wiet, Les Mosquées du Caire, I, 1932, p. 296. « La mouluration. La pierre fournit à l’architecture bahrite plusieurs formes décoratives, déjà employées par la Syrie et la Haute Mésopotamie. Les corniches sont en général composées d’un bandeau, d’un tore, de cavets, de listels », p. 297. Prédilection en Egypte pour la moulure à renversement : cavet et tore séparés par des listels (sans doute originaire de la Perse — Konia — peut-être transformée de la base attique).

19 Une mouluration identique orne l’entrée monumentale des mosquées, madrasas, hānqās de même époque, ainsi que les corniches et les consoles de pierre. Id. p. 330. Faite de tores, cavets, listels et scoties, cette mouluration semble parfois tirée de l’ancien profil gras sur la brique. Elle imite aussi les moulures d’époque fatimide. On la trouve également utilisée dans l’encadrement des grands arcs des īwān et celui des portes.

20 Id. p. 331 «... A partir du xve siècle, apparaît un type nouveau qui vient de l’Asie Seldjoukide et qui aura une grande fortune, le mima. Cette décoration est composée de deux moulures semblables et parallèles, qui se nouent entre elles à intervalles réguliers. On l’aperçoit en 1441-1442 au minaret de Karakouga. Désormais elle deviendra courante et se répétera jusqu’à satiété ».

21 Ibid., p. 200. « La brique est toujours revêtue de stuc ou de plâtre taillé ».

22 Ibid., p. 322. «...les architectes établissaient leurs niches et leurs trompes de briques, sur des sortes de corbeaux en bois, pris dans l’épaisseur du mur. Ce système permettait les forts encorbellements successifs, les niches profondes, les profils anguleux. On observe encore ce type à la fin du xive et au début du xve siècle... » L’architecture de pierre n’oubliera pas ces anciens exemples ».

23 Il est permis de penser que les palais fatimides contemporains ne devaient guère en différer dans l’ornementation de leurs façades.

24 Ibid. p. 323. Le tailleur de pierre devait compter avec la dureté relative de la pierre du Muqaṭṭam.

25 Ibid. p. 319. « Les moukarnas restent un des éléments de transition les plus employés au xve siècle. On les trouve dans les enfoncements des façades, sous les corniches ; ils courent en frise, ils ornent les portails, ils garnissent les fenêtres des liwans latéraux (Kaitbay à Rauda) ; ils reçoivent les grands arcs, habillent les piédroits, amortissent les niches d’angle ». Ils apparaissent aussi, dans les arcades d’un maq‛ad, rehaussant l’imposte de surélévation d’une colonne.

26 Ibid. p. 318.

27 Ibid. p. 324. Evolution des muqarnaṣ qui s’aplatissent peu à peu.

28 L. Bréhier, L’Art musulman, Paris, 1938, p. 3.

29 L. Hautecœur et G. Wiet, op. cit., p. 166. Le décor épigraphique spécifiquement musulman comporte une valeur magique par les eulogies qu’il exprime, souvent jointes à l’idée de possession.

30 Sous les Ayyoubides, constructeurs et décorateurs demeurent encore fidèles aux coutumes léguées par les Fatimides.

31 Id. Formé de caractères anguleux, le coufique (ou koufique) serait originaire de Koufa (Irak). « Bientôt vinrent s’ajouter, en haut des hampes ou la queue des lettres finales d’un mot, des motifs floraux, dont la magnificence et l’élégance frappent même ceux qui ne peuvent lire l’écriture ». Les inscriptions en coufique — décoratives, coraniques, votives — furent maintenues jusqu’à la fin des Mamelouks — à côté des inscriptions historiques plus simples du « naskhi ».

32 L. Hautecœur et G. Wiet, op. cit., p. 301. « Le coufique carré comme les entrelacs carrés, semble originaire des pays seldjoukides ».

33 Id. p. 167. « Dans l’écriture lapidaire, le naskhi apparaît à la fin du vie (xiie) siècle : cette transformation arrive en Egypte de l’Orient », p. 301. « Le naskhi se répand de plus en plus. Cette belle écriture élancée, souvent fleurie, se mêle dans les frises de stuc ou de pierre, qui courent à l’intérieur ou à l’extérieur des édifices, avec des entrelacs géométriques ou des motifs floraux ».

34 Palais de Baštak, Yašbak... cf. Palais du Caire, II.

35 Cf. Max Van Berchem, Corpus inscriptionum arabicarum, Paris, 1903, passim.

36 Infra. Entrée du Palais Yašbak.

37 Largeur moyenne : 1) d’un cartouche épigraphique : 0,15 m ;
2) d’une frise murale : 0,40 m.

38 Des frises épigraphiques de même nature ornent, à leur sommet, des cours de madrasa ou de mosquée. Maq‛ad Māmāy de type classique (ouvert) ; maq‛ad Al-Gūrī de type modifié (fermé).

39 Infra.

40 L. Hautecœur et G. Wiet, op. cit., p. 336. Certains éléments sont peut-être d’origine persane. « Il semble que Kaitbay ait fait appel à des ouvriers persans ».

41 Id. « Le décor au xve siècle envahit toutes les surfaces nues, les murs, les fenêtres, les tympans, les sommiers des arcs, les chapiteaux, les fûts, les écoinçons, les niches des mihrabs et des portails, même les barreaux des grilles et les pendentifs des coupoles. Les ornements ornent les ornements... L’exemple des madrasas de Kaitbay au cimetière des Califes et à Kal‛at el Kabch est singulièrement probant ». La même richesse ornementale ne manque pas d’apparaître aussi dans la façade de certaines wakāla de Qāytbāy, avec un portail monumental, voire un sabīl-kuttab annexé au bâtiment.

42 Elle résulte d’un mélange d’influence copte et mésopotamienne. Cf. L. Bréhier, op. cit., p. 10-11. Panneaux et bandeaux étaient rehaussés d’une riche polychromie.

43 Palais Baštak, Yašbak, Ālīn Āq... op. cit.
M. Herz. Musée National de l’Art Arabe, Le Caire, 1895. Découpage des grilles dans une table de plâtre. Les fenêtres en plâtre garnies de vitraux ne se rencontrent que dans la 2e moitié du xiiie siècle. Les verres épais employés à cette époque sont fixés au moyen de baguettes de plâtre. Plus tard, des vitres plus minces, seront placées sur la face postérieure du claustrum et maintenues par simple coulage de plâtre (xive et xve s.).

44 On ne peut nier pour autant l’existence passée d’une décoration stuquée à l’intérieur des palais sultaniens. Il suffirait, pour s’en convaincre, d’observer quelle importance on attacha à ce mode d’ornementation entre la fin du xiiie siècle et la première moitié du xive pour embellir certains monuments religieux tels que la Mosquée de Baybars, le Mausolée et le Māristān de Qalāwūn, l’īwān principal de la Madrasa d’al-Nāṣir Muḥammad, la Hānqā de Qawṣūn, et le Mausolée de Salār et Sanǧar. Pour enrichir la décoration de leurs résidences princières, sultans et grands émirs durent faire appel, comme d’habitude, aux mêmes artistes stucateurs qui se distinguaient dans l’ornementation des bâtiments religieux. Au nombre de ceux-ci se trouvaient probablement des artisans andalous émigrés d’Espagne.

45 Les médaillons persans en plâtre sculpté qui ornent les murs de l’īwān principal dans la qā‛a Al-Irsān paraissent contemporains de ceux qui sont répétés à l’intérieur de la Mosquée al-Māridānī(1340) — galerie de l’entrée et salle de prières. Cf. Palais du Caire, II, pp. 77-82. Comme il en était pour l’argile et le calcaire, les ressources locales en plâtre furent toujours assez abondantes, aux environs immédiats du Caire, pour en faciliter l’usage dans les constructions de la cité. Voir aussi J.M. Rogers : op. cit.

46 M. Clerget. Le Caire, I, 1934.

47 L. Hautecœur et G. Wiet, op. cit., p. 292-294. « A partir de 1285 la plupart des mihrabs sont ornés d’un revêtement de marbre. Le mihrab de Kalaoun nous fournit le premier exemple... Il va servir de modèle pendant plus de cent ans ».

48 Id. p. 294. Ces mosaïques à figures géométriques semblent originaires de pays étrangers (chevrons, carrés, losanges, zvastika, etc.). Mélange parfois de mosaïques de nacre et de faïence aux mosaïques de marbre.

49 Ibid. p. 296. « Ce décor de marbre est un héritage de Byzance. Cette mode était passée à Damas et à Jérusalem... De Syrie, ces revêtements de marbre passèrent en Egypte au xive siècle. Ils avaient depuis longtemps gagné l’Occident... ».

50 Ibid. Les figures circulaires auraient été obtenues à partir de colonnes antiques débitées en plaques. Dans la composition ornementale de certains dallages, le cercle prédomine avec motif central formé de plusieurs disques. Les dallages de marbre à décor géométrique de l’Egypte mamelouke pourraient être rapprochés des dallages de la Sicile du xiie siècle parfois plus-luxueux dans les églises et palais de style arabo-normand (Guido di Stéfano, Monumenti della Sicilia Normanna, Palerme, 1955) ; en Afrique du Nord, la Tunisie montre plusieurs exemples de sols en marbre blanc et noir à décor plus sobre, entre le xive et le xviie siècle (G. Marçais, l’Architecture musulmane d’Occident, Paris, 1954 ; J. Revault, Palais et demeures de Tunis (xvie et xviie siècles) Paris, 1967).

51 Aussi bien que des salles de prières et de certains mausolées.

52 Dans les lambris à rayures verticales et motifs géométriques en marbre de couleur réapparaît un style qui semble avoir été cher aux décorateurs de certains appartements de l’Egypte pharaonique. A l’époque mamelouke, le plâtre était utilisé pour fixer aux murs les parements de marbre. Hauteur variable de ceux-ci, moyenne entre 1 m et 1,50 m. (G. Wiet, op. cit., p. 295). La dūrqā‛a devait encore s’enrichir d’un autre élément en marbre clair — sinon polychrome — la ṣuffa, sorte de dressoir à arceaux brisés ou trilobés sur colonnettes, placée contre l’un des murs latéraux.

53 Supra.

54 J. Bourgoin, op. cit., II, Pl. XV, XX, XXII, XXV, XXXIX.

55 L. Hautecœur et G. Wiet, op. cit., p. 296.

56 Déjà était connu des Romains, puis des Byzantins, l’usage de l’alternance des lits de pierre et de brique, avant qu’il ne fut transmis à la Syrie et à la Palestine.

57 M. Clerget, Le Caire, I, 1934, p. 284 et ss. p. 299. « La sécheresse du climat explique le rôle considérable du bois dans l’habitation, malgré sa rareté dans le pays. Il ne faut d’ailleurs pas s’exagérer la difficulté de l’approvisionnement en bois. D’abord, les beaux résineux de Syrie et d’Asie Mineure pouvaient s’importer facilement et à peu de frais. Il y eut même de véritables expéditions dans ces pays pour en rapporter des pins, des sapins et des cèdres. Jusqu’aux Croisades, la Syrie fournissait à bon compte de l’excellent bois de charpente. Après les Croisades, on fit venir le bois de Turquie, de Russie, de Scandinavie et d’Europe Centrale. Amené par Rosette et Alexandrie, il débarquait à Boulaq. D’autre part, jusqu’au 13e siècle, la Haute Egypte a possédé des forêts assez étendues, notamment dans les régions de Qous et Achmounein. Le bois y était vendu sur place et acheminé jusqu’au Vieux Caire, où la tyrannie gouvernementale prélevait ce qui était nécessaire à l’Etat... ». Disparition progressive des forêts (admirées par Maqrizi) par incurie. « De plus en plus, il fallut faire venir de l’étranger presque toutes les pièces de charpente, la grosse majorité du bois ouvrable ».
V.M. Mosséri -Ch. Audebeau Bey, Les constructions rurales en Egypte, Le Caire, 1921, p. 49.
A. Lézine, Les salles nobles, pp. 133, 134.

58 Un même emploi de plafonds en charpente et de portes en bois ouvragé — sculpté ou incrusté — rapproche monuments religieux et civils.

59 A. Gayet, L’Art arabe, Paris, 1893, p. 219-220. L. Hautecœur et G. Wiet, op. cit., p. 299. A. Lézine, Les salles nobles, pp. 135-138.

60 Au-dessus d’un īwān, les solives sont toujours placées transversalement, que l’ouverture sur la dūrqā‛a utilise un arc en pierre de taille ou un linteau avec kurdī en charpente. Dans le coffrage d’une fausse poutre en bois, les deux moitiés d’un tronc de palmier sont réunies dos à dos, la partie médiane (plate) correspondant aux deux côtés de la poutre.

61 Le magnifique plafond doré et peint, exécuté à la fin du xiiie siècle, au Mausolée du Sultan Qalāwūn, ne manquera pas d’être longtemps retenu comme modèle par les artisans du Caire.

62 A. Lézine, op. cit., pp. 139-140.

63 Palais Bastak, Palais de l’Emir Ṭāz (xive s.).

64 Solives tendant à s’arrondir de plus en plus et à diminuer de volume : L. Hautecœur et G. Wiet, op. cit., p. 335.

65 Le Maq‛ad Māmā’y en présente un très bel exemple. Palais du Caire, I, pp. 11-20.

66 A. Gayet, op. cit., p. 167-168. De ces portes et placards, il ne reste le plus souvent, sur place, que les ouvertures béantes de même forme rectangulaire (verticale) et de mêmes proportions (fig. 21, 22, 47, 54, 78) — Palais Baštak, Yašbak, Ālin Āq, Emir Ṭāz ; Qā‛a al-Dardīr, Āl-Irsān, Utman Katẖudā — Palais du Caire, I, II et III, passim.

67 Les mêmes techniques (sculpture, incrustation) et la même ornementation ont été utilisées dans le décor des minbar (prône du vendredi) et des kursi (lecture du Coran).

68 A. Gayet, p. 234. L’auteur attribue l’exercice de cette profession, en Egypte, à des artisans coptes.

69 Au Mausolée de Qalawun, la clôture à claire-voie qui entoure le tombeau du Sultan est rehaussée de couleurs dominées par le rouge.

70 oua.

71 Ce travail s’effectue au niveau du sol, à la main et au pied, en utilisant un tour rudimentaire placé horizontalement et actionné à l’aide d’un archet. On en trouve aussi l’usage parfois conservé dans certaines villes d’Afrique du Nord.

72 Au rez-de-chaussée, à l’entresol et au premier étage.

73 A cet effet, la création de balcons à moucharabieh sur console de pierre — comparables aux avant-soliers du Moyen Age occidental — représentera l’un des aménagements les plus remarquables des appartements citadins. Certaines mašrabīya constituent, en effet, de véritables loggias aériennes, suspendues au-dessus du vide, parfaitement éclairées et aérées.

74 On doit alors observer que dans la Qā’a Al-Irsān, les “loges des femmes” comptent parmi les plus anciennes qui aient été conservées. Ces loges présentent le compartimentage habituel, garni ici, non de moucharabieh, mais de panneaux en bois sculpté et ajouré. Palais du Caire, II, pp. 77-83.

75 Disposition particulière, permettant de regarder plus librement au-dessous et sur les côtés.

76 A. Gayet, op. cit., p. 231-232.

77 Supra.

78 Ibid., p. 304 à 311.

79 L. Hautecœur et G. Wiet, op. cit., p. 305-306. A la fin du xiiie siècle, introduction en Egypte d’éléments maghrébins : stucs d’arcatures, arcs croisés, formes d’inscriptions, stalactites, consoles à copeaux, fenêtres géminées (aveuglées ou non), à fer à cheval — Maroc, Tlemcen, Sud de l’Espagne, Sicile —. Après 1210, au moment de l’exode en Tunisie et en Algérie des Maures d’Espagne, établissement probable de certains d’entre eux en Egypte. Relation de Qalāwūn avec l’Espagne en 1290. Décors floraux inspirés de la Haute Mésopotamie, de la Perse, de l’Anatolie, sinon de la Chine.

80 Présence d’artistes syriens au Caire d’où l’influence syrienne fait disparaître progressivement les éléments fatimides.

81 Ibid., p. 338.

82 Id. Emprunt de motifs décoratifs au vieux passé mésopotamien, aux Seldjoukides, aux Syriens. En Egypte, l’évolution particulière de l’architecture mamelouke est comparée par G. Wiet à celle que connaît en Occident la période « flamboyante » de l’architecture gothique.

83 J.M. Rogers, Al-Kāḥira, Encyclopédie de l’Islam, IV, 1974, p. 453.

84 L. Hautecœur et G. Wiet, op. cit., p. 339.

Table des illustrations

Titre Planche LXXII
Légende Décor de pierre sculptée (d’après P. Coste). Mosquée funéraire du Sultan Barqūq.Motifs géométriques et floraux ornant les deux côtés du minbar en calcaire (xve s.). Le même répertoire ornemental apparaît dans la façade de la Wakāla de Qāyt Bāy, près d’al-Azhar, et dans d’autres édifices contemporains.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3101/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Planche LXVIII
Légende Mosaïques de marbre (d’après Gayet). Décor de sol et de bassin (xve siècle).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3101/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 651k
Titre Planche LXIX
Légende En haut, sabīl-kuttāb de la Mosquée Azbak al-Yūsufī. La façade principale est décorée de pierre sculptée et de marbre bicolore dans le style particulier au xve siècle.En bas, exemple de boiserie assemblée et tournée telle qu’elle est également employée à l’intérieur des palais et des riches demeures — placards, portes, balcons à moucharabieh — (d’après Gayet).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3101/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 764k
Titre Planche LXX
Légende Plafond à caissons en forme de coupelles octogonales dorées et peintes, caractéristique de certains palais et monuments religieux du Caire du xiiie et xive siècles (d’après Bourgoin).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3101/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Planche LXXI
Légende Mosquée al-Muayyad. Vue intérieure. Les plafonds en bois doré et peint de la salle de prières ne diffèrent pas de ceux d’un maq‛ad ou d’une qā‛a. On remarque également ici l’apparition d’un plafond à caisson sur kurdī (d’après Coste).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3101/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Planche LXXII
Légende Clôture de bois tourné (d’après P. Coste). Cette première forme de grille en bois solidement assemblé et compartimenté fut utilisée à l’intérieur de certaines salles de prière et de mausolées, aux époques ayyoubide et mamelouke.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3101/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 700k
Légende Dans les hautes salles d’apparat du Sultan et des Emirs mamelouks, les plafonds enluminés étaient bordés d’une large frise épigraphique incurvée, dorée et peinte, à la louange du fondateur (Plafond du xive siècle ornant les salons de l’Ambassade de France au Caire).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3101/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 452k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter