Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Palais et maisons du Caire. Tome I

 | 
Jean-Claude Garcin
, 
Bernard Maury
, 
Jacques Revault
, 
et al.

3e partie. Construction et décor

Construction

Texte intégral

  • 1 Babylone cf. supra, J.C. Garcin ; Fusṭāṭ. cf. M. Clerget, Le Caire, I, 1934, p. 95-102 ; J. Jomier (...)
  • 2 M. S. Briggs, Muhammadan Architecture in Egypt and Palestine, Oxford, 1924, p. 110. Selon l’auteur (...)

1Depuis plusieurs siècles, de grandes cités égyptiennes ptolémaïques, byzantines1 puis musulmanes, se sont succédées au même endroit, manifestant une égale prédilection pour l’occupation de la rive droite du Nil — à l’opposé de Memphis, Gīza et ses pyramides millénaires2.

  • 3 Voir supra.

2Suivant l’exemple créé auparavant par les conquérants toulounides, les nouveaux maîtres ayyoubides et leurs successeurs mamelouks assureront la commodité et la sécurité de leur occupation du sol égyptien en s’installant sur les hauteurs le plus aisément défendables et les plus proches du grand fleuve. L’établissement momentané de la cité royale d’al Malik al Ṣāliḥ Ayyūb dans l’Ile de Rawḍa ne répondra pas à d’autres besoins et d’autres soucis3. Ce faisant, on bénéficiera d’importantes ressources locales en matériaux et en main d’œuvre, nécessaires à la réalisation d’innombrables constructions militaires, religieuses et civiles. En outre, la voie fluviale aménera les chargements complémentaires — pierre, marbre, bois, métaux — en provenance de la Haute Egypte ou, à travers le Delta et ses ports, des pays d’Orient et d’Occident.

3Si, dans ces conditions, la fondation de cités nouvelles ne semble pas avoir donné lieu, au préalable, à la préparation de plans d’urbanisme précis de la part des sultans mamelouks, il n’en existait pas moins certaines règles immuables auxquelles se soumettait généralement toute création de ville musulmane.

  • 4 Supra.

4Emirs, chefs religieux et notables tiendront naturellement compte de ces coutumes pour déterminer la situation de leurs palais ou demeures, en recherchant à cet effet l’emplacement le plus pratique, le plus sûr et le plus agréable4.

Plan et chantier

  • 5 Indépendamment des autres constructions d’intérêt public. Cf. J.M. Rogers, Al-Kāḥira, in Encyclop. (...)
  • 6 Omission fréquente des architectes étrangers — arméniens, syriens, byzantins. M. S. Briggs, op. ci (...)
  • 7 L’inscription du nom du constructeur du Palais de Yašbak à l’entrée de celui-ci constitue une exce (...)

5On sait que l’élévation d’un monument religieux, mosquée ou madrasa5, entreprise sur l’initiative du sultan, devait en rehausser le prestige aux yeux de son entourage et de son peuple aussi bien que des étrangers. L’exemple s’en imposait ensuite auprès des grands de la Cour royale. On faisait alors appel aux hommes de l’art, architectes ou maîtres d’œuvre, réputés pour leur expérience et leurs connaissances architecturales. Si la mention de leurs noms a été trop souvent omise dans leurs écrits par les historiens et biographes6, il apparait encore plus difficile de découvrir sur la façade de constructions célèbres la signature de leurs auteurs7. Il n’en allait pas autrement à l’égard des palais bâtis pour le sultan ou les émirs. Même choix rigoureux concernant architecte, constructeurs et décorateurs. Même absence d’identification des uns et des autres.

  • 8 Supra.

6Nous avons vu que, par faveur spéciale, de grands personnages — notamment ceux qui avaient épousé les filles du sultan — se voyaient attribuer des résidences princières, auprès du palais royal de la Citadelle. D’autres, désireux de s’installer à proximité du Muqaṭṭam, obtenaient, comme un privilège particulier, le concours des architectes et artisans les plus qualifiés attachés aux constructions du souverain. Cela explique l’unité architecturale qui n’a pas manqué de résulter de ces pratiques, l’inspiration et l’évolution du style architectural venant naturellement d’en haut. Il en ressort aussi une curieuse ressemblance entre certaines salles d’apparat (qā‛a) et plusieurs madrasa, mosquées et ẖanqā, partagées également entre cour centrale et īwān, s’ouvrant dans des arcs semblables, pareillement dallés et lambrissés de marbre, et couverts de plafonds non moins luxueux8.

  • 9 Id.

7Comment un architecte chargé d’élever un palais — aussi bien qu’une mosquée — en réalisait-il l’étude préalable ? En raison de l’absence de renseignements précis à ce sujet, il semble hasardeux de généraliser certaines notions apparemment sommaires et incomplètes. En voici un exemple rapporté par M. S. Briggs9 : « Quand quelqu’un désire élever un palais, une demeure, ou une autre construction, il envoie chercher un architecte. Ce dernier visite alors le site, réfléchit à son utilisation et comment les différentes parties de la construction devraient être disposées pour répondre aux instructions qu’il a reçues ; après quoi, il prend en mains les différentes parties par ordre, de façon que chacune d’elles puisse être utilisée et habitée sans attendre que l’ensemble soit terminé. Quand une partie est terminée, il prend ensuite une autre, et ainsi de suite, jusqu’à ce que la construction soit complètement achevée avec l’unification de l’ensemble, sans aucun défaut et omission auquel on ne pourrait remédier plus tard.

8Ailleurs on précise qu’un architecte a recours à un morceau de plâtre pour marquer sur le sol les limites et les murs de cloisonnement de la construction selon les instructions de son client, puis le travail de construction est entrepris ».

  • 10 J. Revault, Palais de Tunis, I ; p. 75 et ss.
  • 11 A. Gayet, L’Art arabe, Paris, 1893, p. 147-148.

9Sans nier l’authenticité de ce procédé dont la pratique a été observée dans d’autres cas similaires, notamment en Afrique du Nord, sans doute peut-on estimer qu’une telle coutume était jugée suffisante pour préparer un chantier relativement simple10. Lorsqu’il s’agissait d’un grand ensemble architectural, palais ou complexe religieux, les opérations décrites plus haut ne devaient en constituer que certaines phases, en application d’un plan sûrement réfléchi, calculé et dessiné. A. Gayet partage cet avis, en raion même de la science des constructeurs à l’époque mamelouke11 : « L’architecte mamlouk devait toujours être un sérieux mathématicien ».

  • 12 Le maître d’œuvre, faisant fonction d’architecte, était-il, comme nous l’avons observé ailleurs, u (...)
  • 13 Supra. Cf. A. Badawy, Le dessin architectural chez les anciens Egyptiens, Le Caire, 1948. A. Lézin (...)

10Il est alors permis de penser que les plans préliminaires des monuments musulmans de réelle importance différaient de nos plans classiques12 ; sans doute se rapprochaient-ils des miniatures contemporaines dans lesquelles se juxtaposaient, sans souci de perspective, le plan proprement dit et les façades en élévation. Bien que nous n’en connaissions pas d’exemple particulier, il est possible que la conception de leurs plans par les architectes du Moyen Age musulman n’ait guère différé de celle de leurs prédécesseurs aux temps pharaoniques telle qu’elle a été évoquée plus haut13.

  • 14 K.A.C. Creswell, M.A.E., p. 155 et ss.

11C’est probablement sous cette forme traditionnelle que le puissant sultan Baybars exigea l’examen préalable du projet de mosquée dont il eut l’idée au Nord-Est de la Capitale, avant de repartir en guerre contre les Croisés de Syrie14. Selon Maqrīzī « il envoya à cet effet, certains personnages et plusieurs architectes (muhandis) pour rechercher cet emplacement. Son choix s’arrêta, non sur le lieu réservé aux chameaux royaux qu’on lui proposait, mais sur le terrain où il se divertissait au jeu de polo. Il s’y rendit sur place à cheval avec son vizir et sa suite, et donna les instructions concernant les propositions générales et certains détails intéressant la construction. Il ordonna que le plan de la mosquée lui fut soumis, le reste du terrain étant mis en waqf.

12Il voulut que la porte fut comme celle de la Madrasa al-Zāhirīya et que le mihrab fut couvert d’une coupole de même type que celle de Al-Šāfi‛ī. En même temps il écrivit des lettres en divers endroits pour requérir des colonnes de marbre qui lui soient apportées ainsi que des chameaux, buffles, vaches et autres bêtes de somme qui lui seraient envoyées de chaque province. Il écrivit ainsi pour des accessoires en fer et du bois de construction de qualité destinés aux portes, plafonds, etc. ».

  • 15 Sans doute, au palais royal de l’Ile de Rawda.
  • 16 Ibid. « Les travaux commencèrent le 13 mars 1267 et le 17 février 1268, le sultan quitta l’Egypte (...)

13On dit que ce projet fut ensuite débattu, en présence de Baybars, au cours d’une réunion organisée dans la qā‛a de son fils15. Le sultan nomma alors des mušidd chargés de contrôler la construction de la mosquée...16.

  • 17 Ibid., p. 159. La Mosquée de Baybars prit comme modèle la mosquée fatimide d’al-Ḥākim pour son asp (...)

14« Quand la construction de la Mosquée fut achevée (667 H), il y vint à cheval et l’examina. Il la trouva aussi belle que c’était possible et fut satisfait qu’elle ait été terminée dans un temps si court et avec tant de soins. Il donna des robes d’honneur à ceux qui s’étaient occupé des travaux... La mosquée fut terminée en juin 1269 ».17

15Cet exemple montre à quel point le sultan s’intéressait personnellement à l’embellissement de la Cité, et l’aide nécessaire qu’il entendait requérir de toutes parts à cette intention. On trouverait d’autres exemples comparables, à l’actif des successeurs du Sultan Baybars, depuis Qalāwūn et son fils al Nāṣir Muhammad jusqu’à Barqūq, Al-Mu‛ayyad et Al-Ġūrī. Les uns et les autres ne manquèrent pas de recourir aux mêmes méthodes, également valables pour les constructions religieuses et civiles, leurs auteurs — architectes, constructeurs et décorateurs — obtenant souvent, à cette occasion, honneurs et récompenses.

Matériaux

  • 18 De même le type d’habitat et l’architecture en Chaldée et en Assyrie furent déterminés par la prés (...)

16Comme il en était déjà ainsi au temps de l’Egypte pharaonique, la capitale des Sultans mamelouks utilisa naturellement, pour ses habitations, palais et monuments, ses diverses ressources matérielles. Vallée du Nil, monts du Muqaṭṭam et déserts voisins — arabique et libyque — fournirent, selon les cas, les matériaux de base nécessaires. Ainsi abondaient sur place l’argile, la pierre calcaire, le plâtre, la chaux, le sable, le bois (palmier, acacia, sycomore)18. Au marbre régional s’ajouta encore le marbre d’Assouan que la voie fluviale permettait d’apporter en suivant le courant depuis les rives de la Haute Egypte.

  • 19 A. Lézine, Les salles nobles, pp. 132, 133. « ...pin ou chêne de Turquie, hêtre ou sapin d’Europe. (...)

17Des pays d’Orient et d’Occident on eut seulement à importer certains matériaux complémentaires. Il s’agissait surtout de satisfaire les besoins de plus en plus importants en bois résistants et de dimensions suffisantes, bois de charpente (plafonds), de menuiserie (portes, grilles à moucharabieh, mobilier) et d’ébénisterie (placards)19.

Argile

18Matériau le plus simple et le plus répandu puisqu’il se trouve sans cesse renouvelé dans toute la vallée du Nil, l’argile constitue une des ressources les plus précieuses dont l’exploitation est héritée de l’ancienne Egypte. Sa facilité d’emploi (terre foulée, briques, mortier) et sa résistance particulière avaient été trop appréciées durant des millénaires pour n’être pas reconnues par les nouveaux bâtisseurs d’époque musulmane. On se rappelle son rôle primitif combiné avec troncs de palmier, roseaux et palmes assurant, comme leur ossature, la solidité des premières habitations locales, type de construction conservé jusqu’à ce jour dans de nombreux villages, notamment en Nubie.

  • 20 Ibid. Ed. Mariette, Traité pratique et raisonné de la construction en Egypte, p. 59. « Toutes ces (...)

19Les coutumes maintenues, au temps des Mamelouks, pour la fabrication des briques et leur usage courant, représentées auparavant dans les bas-reliefs de l’Antiquité égyptienne, n’ont jamais été abandonnées et sont encore en honneur actuellement20.

  • 21 Ch. Garnier et A. Amann, L’Habitation humaine, Paris, 1892, pp. 119-120. Importance de la paille h (...)
  • 22 Des moules (doubles) en bois sont encore utilisés de nos jours, en Afrique du Nord, notamment en T (...)
  • 23 Ch. Garnier, op. cit., p. 120.

20Avant que la brique de terre argileuse cuite au four n’ait fait son apparition en Egypte à l’époque romaine, on se serait contenté de briques crues, séchées au soleil, faites d’un mélange de limon du Nil et de paille hachée21. Afin d’obtenir dans leurs formes et leurs dimensions la régularité nécessaire, on faisait déjà usage de cadres en bois, sortes de moules calibrés que l’on remplissait au fur et à mesure d’un mélange d’argile préparé à l’avance22. Ce procédé permettait d’élever des murs dont la largeur pouvait varier de 0,40 cm à 1,00 m (ou 1,25 m), leur solidité étant encore renforcée par l’introduction de chaînages en troncs de palmier23.

  • 24 A. Lézine, Persistance de traditions pré-islamiques, passim. La solidité des briques crues et l’ex (...)
  • 25 Comme les habitations antérieures des époques abbasside, toulounide et fatimide.

21Utilisée exclusivement dans les habitations ordinaires, la brique séchée était réservée à la partie supérieure des murs d’une riche demeure, le calcaire appareillé en formant le soubassement24. Nous reconnaissons dans ces dispositions particulières aux constructions de l’ancienne Egypte celles qui caractériseront aussi la plupart des habitations urbaines de la capitale mamelouke25.

  • 26 Ibid. Les salles nobles, p. 135. « Ou de caillasse mélangée à de la chaux grasse ». « Les construc (...)

22Rappelons enfin le rôle important que joua de tout temps la terre, pour l’achèvement et la couverture d’une demeure citadine ou rurale, riche ou pauvre. « Les terrasses de toutes les maisons musulmanes comportent une certaine épaisseur de terre26 destinée à servir d’isolant, ce qui augmente sensiblement le poids que le plancher doit supporter ».

Calcaire

23On sait quel intérêt portèrent les constructeurs égyptiens aux collines de calcaire qui s’élèvent le long de la vallée du Nil. Des carrières y furent exploitées, à différentes époques, pour satisfaire tour à tour aux besoins de Memphis, Babylone, Fusṭāṭ, puis du Caire. Elles devaient, à tout moment, fournir les matériaux nécessaires à l’édification de monuments auxquels il fallait assurer grandeur, beauté et durée. Ces ressources locales importantes ont alors permis de bâtir successivement temples et mosquées, tombeaux des pharaons et mausolées des sultans, voire leurs palais et certaines riches demeures.

Taille de pierre dans l’Antiquité

24Grâce aux bas-reliefs millénaires qui représentent les modes de transformation de la pierre et son usage, il est aisé d’y observer une survivance de coutumes semblable à celle qui a été relevée pour l’argile, avec le maintien d’un même emploi dans la construction égyptienne. On y voit figurés, par exemple, un, deux ou trois artisans travaillant séparément ou ensemble sur d’énormes blocs de pierre à arêtes vives. Vêtus d’un simple pagne, ces tailleurs de pierre se tiennent agenouillés ou accroupis auprès ou au-dessus de leur ouvrage. De la main gauche ils tiennent une pointe ou un ciseau — à tête plus ou moins large — qu’ils frappent de la main droite avec une sorte de marteau évasé, travail dont on vérifie la régularité au moyen d’une cordelette tendue en travers du bloc ou en diagonale.

  • 27 G. Maspéro, Histoire Ancienne des Peuples de l’Orient, Paris, 1904, p. 312-313.

25Maspéro nous rapporte, avec la description d’autres métiers dont il a déchiffré les inscriptions hiéroglyphiques sur les monuments eux-mêmes, les conditions pénibles de travail auxquelles étaient soumis tailleur de pierre et maçon27.

  • 28 Ibid. « C’est une allusion à la façon cruelle dont les Egyptiens liaient leurs prisonniers comme e (...)

26« ...Le tailleur de pierre qui cherche de la besogne en toute espèce de pierre durable, — quand il a fini de gagner quelque chose — et que ses deux bras sont usés, il s’arrête ; mais, s’il demeure assis au lever du soleil, — on lui lie les jambes au dos28. Te dirai-je le maçon — combien le mal le goûte ? — Exposé à tous les vents, — tandis qu’il bâtit sans vêtement qu’une ceinture et que le bouquet de lotus [qu’on attache] aux maisons [terminées] — est encore loin de sa portée, — ses deux bras s’usent au travail ; ses provisions sont pêle-mêle avec toutes ses ordures, — il se mange lui-même, car il n’a de pain que ses doigts, — et il se lasse tout à la fois. — Il s’épuise beaucoup et fort, — car il y a [sans cesse] un bloc [à traîner] dans cet édifice-ci ou dans celui-là, — un bloc de dix coudées sur six, — il y a [sans cesse] un bloc [à traîner] dans ce mois-ci ou dans celui-là [jusqu’aux] mâts [où l’on attache] les lotus des maisons [terminées]. — Quand le travail est tout achevé, — s’il a du pain, il retourne à la maison — et ses enfants ont été roués de coups [pendant son absence], —... ».

Travail de la pierre sous les Mamelouks

  • 29 F. Daumas, La vie dans l’Egypte ancienne, Paris, 1968, p. 56. « Les blocs étaient tirés sur des tr (...)
  • 30 On garde cependant le souvenir de certains sultans qui firent preuve d’humanité et d’équité à l’oc (...)

27Il est permis de penser que, sous le règne des Sultans mamelouks, furent conservés non seulement des techniques longuement éprouvées dans la taille de la pierre, les modes de transfert29 et de mise en place sur le chantier, mais aussi les mauvais traitements qui se sont trop souvent perpétués à l’égard des artisans, esclaves et prisonniers engagés dans les grandes constructions civiles ou religieuses30.

  • 31 Gabal Guyūšī, Gabal al Ma‛sara et Gabal Tura.
  • 32 M. Clerget, op. cit., p. 299. « Les monuments fatimides et ayyoubides ont plutôt utilisé pour leur (...)

28On peut observer aujourd’hui comment sont encore appliquées les plus anciennes traditions pour l’extraction, la transformation et l’utilisation de la pierre calcaire. Les constructeurs du Caire ont coutume de recourir aux carrières les plus proches de la Capitale. Celles-ci sont alors exploitées, nous l’avons dit, soit dans les hauteurs du Muqaṭṭam31, soit dans celles de Hélouan au Sud de la Cité. D’où les différentes dénominations en usage selon le lieu d’origine, le grain et la couleur des pierres extraites32.

  • 33 ḥağar šadīd : bloc dégrossi.

29Les carrières ouvertes dans ces montagnes présentent des couches de calcaire d’une épaisseur moyenne de 1,50 m. Des blocs en sont détachés à l’aide de coins en fer frappés à coups de marteau. On les dégrossit sommairement sur place, compte tenu des dimensions générales indiquées par le maître d’œuvre pour leur emploi33. Lorsqu’il s’agit de matériaux destinés à n’être le plus souvent taillés qu’en moyen et petit appareil, leur transport jusqu’au chantier se fait ordinairement à dos de chameau ou d’âne.

  • 34 Emploi de prisonniers de guerre pour la taille des pierres destinées à certaines constructions ord (...)

30L’art du tailleur de pierre ne se limite pas seulement à la préparation des assises murales, il s’étend encore au dallage du sol, aux escaliers, aux voûtes, colonnes, consoles34. Nous verrons plus loin comment cet art se combine avec celui du sculpteur et du décorateur dans leur usage de la pierre et du marbre.

La pierre de taille dans les murs, dallages, voûtes, arcs, portes, fenêtres, consoles

31Le rôle, très important, que joue la pierre de taille dans toute grande construction mamelouke civile ou religieuse, concerne en premier lieu l’ensemble de la superstructure (murs, voûte, arcs) et s’étend ensuite aux sols (dallage), ouvertures (portes, fenêtres) et encorbellements (consoles) pour en assurer également la solidité.

  • 35 Supra. L. Hautecœur, Histoire de l’Art, I, Paris, 1959, p. 446 : « La construction dépend des ress (...)
  • 36 M. Clerget, op. cit., p. 296. L’emploi de la pierre de taille triomphe dans les constructions monu (...)

32Fondée, nous l’avons vu, sur les anciennes traditions locales, la stéréotomie a bénéficié, au Moyen Age, d’influences nouvelles venues de la Syrie et de l’Occident (Croisés) ; l’art du tailleur de pierre égyptien s’est alors enrichi de techniques et de formes qui lui étaient auparavant inconnues35. Cet art a permis ainsi de réaliser des monuments somptueux et grandioses selon le goût des Sultans bahrites puis circassiens. On admire leurs proportions imposantes et leur blancheur éblouissante, signalées aussi par les voyageurs étrangers36.

Murs

  • 37 La longueur des assises de gros appareil varie entre 0,80 et 1,10 m ; leur largeur entre 0,40 et 0 (...)
  • 38 Les plus grandes dimensions ont été relevées dans la qa‛a du Palais d’Ālin Āq ; les autres dans la(...)
  • 39 Supra. J. Revault et B. Maury, Palais et maisons du Caire, II, passim. Sur le remploi des matériau (...)
  • 40 Supra. M. S. Briggs, op. cit., p. 81. « On doit surtout regretter que dans la construction de la C (...)
  • 41 La hauteur totale des murs en gros appareil s’élève à 8,50 m environ (6,00 m rez-de-chaussée + 2,5 (...)
  • 42 La largeur des murs inférieurs qui forment l’iṣṭabl mesure au moins 1,50 m aux Palais de Alin Aq e (...)

33En général, la pierre de taille utilisée dans les murs d’un palais ou d’une riche demeure correspond, selon les cas, au moyen ou au petit appareil. Leurs dimensions sont les suivantes : gros appareil : (moyenne) 1,00 m long x 0,50 m large et haut37 ; moyen appareil : (moyenne) 0,70 à 0,65 m long x 0,40 à 0,35 large et haut ; petit appareil (moyenne) 0,42 à 0,25 m long x 0,13 m à 0,10 m large x 0,15 haut38. Les pierres de gros appareil n’apparaissent que dans les premières constructions mameloukes (Palais de Ālīn Āq et de Qawṣūn -xiiie-xive s.)39 (fig. 5, 6, 7, 17 à 21, 23, 25, 26). S’agit-il ici de matériaux de remploi — tout au moins en partie — comme le cas en a été signalé à propos des constructions de la Citadelle40 ? Leur imitation éventuelle n’aurait alors été que momentanée. Disposées en assises et boutisses alternées, elles forment des murs massifs mesurant environ 1,00 m à 2,00 m d’épaisseur et s’arrêtant, au-dessus du rez-de-chaussée, à la hauteur des linteaux des portes et fenêtres de l’étage41. A l’intérieur du bâtiment, on les retrouve, non seulement dans les murs de l’iṣṭabl inférieur42 et les refends supportant ses doubleaux, mais aussi dans les pilastres de la qā‛a supérieure, au-dessous des arcs d’īwān s’ouvrant sur la clūrqā‛a, ainsi que dans les angles muraux (fig. 6 à 10).

34D’un usage plus répandu que les pierres de taille précédentes, en raison d’un maniement et d’un transport moins difficile, les pierres de moyen appareil répondent aux mêmes besoins. Dès le xive siècle, elles sont utilisées pour former des murs de même épaisseur, avec l’adjonction d’un blocage de pierres brutes entre les deux parois murales en pierre de taille (fig. 11, 30, 31).

  • 43 Construction en briques des murs du lanterneau (mamraq) portant la coupole au-dessus de la dūrqā‛a
  • 44 Supra. Le premier chaînage sépare gros (ou moyen) et petit appareil tout en formant linteau au-des (...)
  • 45 On cherchera à imiter trop souvent cet effet bicolore, à l’époque ottomane, par une simple peintur (...)
  • 46 Supra. P. Casanova, op. cit., p. 635. Le palais bigarré — al-qaṣr al-ablaq, édifié à la Citadelle (...)

35Plus sommairement taillées que les pierres de gros ou de moyen appareil, les pierres de petit appareil semblent remplacer, dans les parties élevées d’un édifice, l’ancien usage de la brique — crue ou cuite —. Elles en rappellent, en effet, les proportions et la forme générale, disposées de la même façon en couches superposées — non pas en lit et délit — pour former avec blocage interne un mur de même épaisseur que les murs inférieurs43 (fig. 6, 18, 21, 24). Le montage de ces murs était lié — comme celui des autres murs — au mortier de sable et de chaux, au besoin mélangé avec du charbon de bois réduit en poudre, voire de la brique pilée. Pour assurer leur renforcement et leur stabilité, les bâtisseurs arrêtaient, en gros ou moyen appareil, les extrémités des murs, et disposaient un chaînage horizontal en troncs de palmier à partir des linteaux de portes, fenêtres et placards44. En vue de rompre l’uniformité des façades de leurs palais, sultans et émirs mamelouks y recommandaient l’alternance d’assises noires (ou roses) et claires45. « Les architectes musulmans de cette époque, nous dit Hautecœur, même dans les pays comme la Syrie et l’Anatolie où ils étaient de plus savants constructeurs, gardent le goût des appareils décoratifs. Ils aiment ce qu’ils appellent l’appareil « ablak », bigarré, qui, connu du Bas-Empire, de Byzance, du Maghreb, fait alterner les assises de pierre diversement colorées. Au milieu du xiiie siècle, Baybars bâtit à Damas le Kasr Ablak et au Caire sa mosquée. Désormais cet appareil sera volontiers utilisé »46.

  • 47 Les murs en petit appareil étaient toujours revêtus d’un enduit, extérieurement et intérieurement.
  • 48 Cet enduit aurait compris 2/3 de plâtre pour 1/3 de sable. Sur les parois intérieures de la qā‛a d (...)

36Si les façades en bel appareil étaient souvent dépourvues d’enduit47, il en était autrement pour les surfaces murales intérieures. Un enduit au plâtre additionné de sable recouvrait entièrement celles-ci, soit dans les vastes iṣṭabl — murs et voûtes — soit dans les grandesa et autres parties d’un palais ou d’une demeure48 (fig. 7 à 10, 21, 34 à 38).

  • 49 Jomard, op. cit., p. 392, « Il y a des fours à plâtre (gabbāseh) établis dans quatre quartiers du (...)
  • 50 Infra.

37A la fin du xviiie siècle, la fabrication du plâtre et son application ne paraissent pas différer de celle des siècles précédents et « La Description » vante encore les qualités de ces procédés traditionnels auxquels on demeure très attaché49. Les stries laissées par l’outil du tailleur de pierre à la surface des blocs facilitaient la prise de l’enduit ; elles permettaient aussi une meilleure adhérence du plâtre destinée à fixer autour d’une salle d’apparat, les parements muraux en marbre de couleur50.

  • 51 A. Gabriel, Les Fouilles d’al-Foustat et les origines de la maison arabe en Egypte, Paris, 1921, p (...)

38De ces différentes observations on pourrait déduire que si les bâtisseurs égyptiens ont perfectionné, au Moyen Age, la stéréotomie au contact des Syriens et des Croisés, c’est de Fusṭāṭ qu’ils auraient hérité la pratique des mortiers, enduits et longrines, telle qu’ils l’ont transmise à leurs successeurs. A. Gabriel attribue à la Mésopotamie l’origine des techniques qui avaient été introduites en Egypte, au ixe siècle, avec les Abbassides et les Toulounides51.

Dallages

  • 52 On sait aussi quelle importance les Fatimides accordaient à l’emploi de la pierre de taille dans l (...)

39Déjà utilisé pour couvrir les sols dans les maisons de Fusṭāṭ, le dallage de calcaire a été conservé pour le même usage, à l’époque mamelouke52. Ce mode de revêtement s’étend à l’ensemble d’un palais ou d’une riche demeure ; carrées ou rectangulaires, les dalles de calcaire apparaissent dès l’entrée, se répétant dans la cour intérieure à ciel ouvert, puis dans les lieux de réception et les communs du rez-de-chaussée ; le même revêtement en pierre taillée et polie se retrouve aux étages, depuis la loggia du maq‛ad jusqu’aux salles d’apparat et appartements privés (fig. 34, 35). Egalement en calcaire sont les marches des escaliers reliant entre elles, les différentes parties du bâtiment.

  • 53 Supra et infra. Lieu d’accueil et de passage des invités de marque avant leur installation dans le (...)

40Dans un palais ou une grande demeure ce dallage de calcaire n’est interrompu qu’à l’intérieur d’une qā‛a ; il n’en couvre, en effet, que les deux īwān — dissimulé par nattes et tapis — alors que le sol découvert de la dūrqā‛a s’enrichit d’un marbre de couleurs rehaussé de mosaïques, en harmonie avec les parements muraux53 (fig. 53, 55).

  • 54 Il était nécessaire, en effet, de ménager, sans risques de dégât, jusqu’à la fin des travaux, le l (...)
  • 55 A. Lézine, La Protection contre la chaleur dans l’Architecture musulmane d’Egypte, op. cit.
  • 56 J. Revault et B. Maury, Palais du Caire, II, passim.

41La préparation des dalles de calcaire ne diffère pas ici de celle de la pierre de taille destinée aux murs, réalisée avec les mêmes matériaux et les mêmes outils. La face et les bords sont soigneusement égalisés avec un envers seulement dégrossi. Sans doute, dans toute construction domestique la pose d’un dallage n’était-elle entreprise qu’en dernier lieu, après achèvement de l’ensemble des autres travaux. L’aménagement de la cour, puis de l’entrée, devait alors représenter l’une des opérations finales d’un bâtiment54. On étendait, au préalable, une couche de sable sous un lit de mortier (plâtre et sable) afin d’obtenir égalisation et fixation du dallage. Des précautions supplémentaires s’imposaient lorsqu’on devait réaliser un travail semblable dans les salles et appartements supérieurs, selon que ceux-ci étaient supportés par un plafond en charpente ou une voûte maçonnée. Le premier cas est expliqué ainsi par A. Lézine55 : « Nous avons vu au Caire, près de la qā‛a de Baštak, un plancher composé de bas en haut, de solives, de planches, de tubes de poteries posés verticalement côte à côte, d’une couche de mortier et enfin d’un dallage en calcaire ». Celui-ci ne nécessitait qu’une couche de mortier au-dessus d’une voûte de forte épaisseur, comme en possédaient les iṣṭablāt56.

  • 57 Certaines cours de Fostat montrent déjà cette dernière disposition dans laquelle les dalles se con (...)

42Un dallage parfaitement ajusté étant toujours recherché, on devait tenir compte de la configuration du lieu à recouvrir pour y adapter la disposition jugée la plus adéquate ; selon les différentes parties appelées à s’étayer entre elles, on plaçait parfois les dalles dans des sens différents, soit en plates bandes parallèlement aux murs, soit en travers d’une allée ou d’une pièce, voire « à bâtons rompus »57.

  • 58 Avec appui et encastrement extrêmes d’une marche à l’autre.

43En calcaire sont enfin les escaliers, aussi bien pour accéder au maq‛ad que pour atteindre les divers étages jusqu’aux terrasses. On ne peut manquer d’être surpris par leur simplicité apparente et leur résistance particulière. Entre cour et maq‛ad ce sont de robustes perrons souvent dépourvus de balustrade. Dans les rampes ou les cages qui leur sont réservées intérieurement, les escaliers s’élèvent par volées successives tournant à angle droit — avec paliers intermédiaires —. La taille spéciale de chaque marche — à section triangulaire — correspond à un assemblage rigoureux qui assure la stabilité de l’ensemble58 sans le secours d’un support. D’où l’aspect aérien si fréquent d’escaliers surplombant le vide. De proportions variables suivant les cas — palais ou maisons — les anciens escaliers ne présentent guère de degrés élevés qu’entre la cour et la loggia de son maq‛ad. Ailleurs ils demeurent utilisables à tous les âges.

Voûtes

  • 59 Voir supra. Selon Creswell (op. cit., p. 404) la voûte en berceau brisé ne pouvait être antérieure (...)

44On sait que la voûte a constitué, à l’époque mamelouke, comme aux périodes précédentes, l’un des modes de couverture les plus répandus dans les plus belles constructions urbaines. L’influence prépondérante de la Mésopotamie et de l’Iran est bien connue pour avoir fourni, dans ce domaine, les modèles de forme et l’exemple de techniques et de matériaux, résultant d’une expérience séculaire59.

  • 60 Briques cuites mesurant : 5 χ 10 χ 21 cm (maẖzan) ; 6 x 12 x 24 cm (communs) ; 5 x 7 x 15 cm (étag (...)
  • 61 Supra. Palais du Caire, I, pp. 1 à 10.
  • 62 Hassan Fathy, The qā’a of the cairene arab house, its development and some new usages for its desi (...)
  • 63 En encorbellement.

45Voûtes en briques. On ne doit pas s’étonner de voir la fidélité que les bâtisseurs égyptiens ont longtemps conservée à leurs lointaines traditions. Nous retrouvons, sous les Ayyoubides et les Mamelouks, l’ampleur et l’harmonie des voûtes en briques60 — s’alliant aux arcs brisés — que les Fatimides avaient eux-mêmes su mettre en valeur dans leurs monuments. Leur plus belle expression apparaît dans la couverture des ῑwān civils ou religieux. Un des premiers exemples en est donné par les deux voûtes en cul-de-four qui caractérisent la qā‛a al Dardῑr61 (fig. 44). Intérieurement, le montage particulier des briques y demeure invisible, caché par l’enduit recouvrant la totalité des parois jusqu’au sommet des īwān. Le procédé employé ne ressort qu’à l’extérieur au niveau des terrasses62. Deux dispositions différentes s’y opposent, en vue de consolider la structure de la voûte ; les reins et la demi-calotte (ou cul-de-four) ont été exécutés en montant des rangées horizontales de briques, légèrement en retrait les uns sur les autres63, tandis que la partie supérieure de la voûte — entre cul-de-four et arc antérieur — est formé par la retombée — perpendiculaire aux reins — de rangées de briques parallèles posées sur champ.

  • 64 Dimensions moyennes : long. 0,35 cm à 0,45 cm ; larg. 0,24 cm ; épais. 0,10 cm.
  • 65 Selon la coutume en honneur dans les palais des Sultans et des grands émirs, aux xiiie-xive siècle (...)

46Voutes en pierres plates. Grossièrement taillées dans des dimensions à peu près semblables64, les pierres plates constituent un autre type de matériau bien approprié à l’élévation d’une voûte. Plus solides que la brique, elles se prêtent, par leur forme parallélépipédique, à un montage de même nature par couches successives. L’usage en a été surtout adopté dans la couverture des iṣṭabl, nécessitant à la fois une assez large portée et une très forte résistance au poids considérable des étages supérieurs65.

  • 66 Sorte de chaînage formé d’une succession de pierres taillées régulièrement (long. 0,50 cm x larg. (...)
  • 67 Au Palais d’Ālīn Āq, les arcs doubleaux de l’iṣṭabl présentent les particularités suivantes : larg (...)

47Ce sont alors, au-dessus des grandes salles basses qui s’entrecoupent à angle droit, divisées par murs et piliers massifs appareillés, des voûtes simples — ou berceaux brisés — que séparent, au niveau des piliers, des voûtes d’arête (fig. 7, 21). Elles sont assujetties, à la base et au sommet, par des pierres appareillées taillées régulièrement ; alors que les rangées inférieures de pierres plates s’appuyent sur les dernières assises murales formant les reins, les rangées supérieures sont maintenues et séparées entre elles par une clef de voûte en pierre de taille66. En pierre de taille sont aussi les arcs doubleaux — brisés, non outrepassés —· saillants ou non, qui étayent la structure des voûtes longitudinales et transversales67.

  • 68 Cette technique diffère entièrement du mode d’élévation des voûtes en briques exposé plus haut, do (...)
  • 69 Les écroulements survenus dans les voûtes de l’iṣṭabl de Yašbak ont permis d’en évaluer l’épaisseu (...)

48Dans les voûtes simples, la superposition des rangées successives de pierres plates s’effectue suivant un rayonnement comparable à celui des claveaux d’arc68. Elle se présente en « épis » aux arêtes des voûtes intermédiaires. Un mortier de sable et de chaux est utilisé dans leur construction et un enduit de plâtre les recouvre intérieurement. Les intervalles extérieurs sont comblés par une forte épaisseur de pierraille et de débris de poterie liés au mortier de chaux et formant blocage au-dessous du plancher de l’étage69.

  • 70 On peut ainsi relever l’emploi fréquent de la pierre plate dans les voûtes romanes. Nous en avons (...)

49A l’encontre des voûtes en briques examinées plus haut, les voûtes en pierres plates auraient sans doute été importées par les Croisés avec d’autres techniques occidentales. Ces procédés paraissent, en effet, avoir été souvent pratiqués en Europe au Moyen Age, notamment en France où on les rencontre dans les voûtes les plus simples — non les moins robustes — distinctes des voûtes appareillées en pierre de taille qui seront examinées plus bas70.

  • 71 Dans certaines constructions pharaoniques on trouve parfois des voûtes appareillées en pierre de t (...)
  • 72 Palais Yašbak, Palais de l’Emir Ṭāz. Cf. Palais du Caire, II, pp. 1 à 20 ; 47 à 60.

50Voûtes et coupoles en pierres de taille. La stéréotomie pratiquée par les Croisés de Syrie a, sans doute, contribué au développement et à l’amélioration des voûtes et coupoles qui apparaissent dans les bâtiments mamelouks du Caire. Il fallut aux artisans égyptiens initiés à cet art posséder, aussi bien que pour la préparation d’un arc, de réelles qualités d’habileté et de précision. La voûte simple et le berceau brisé, ainsi que la voûte d’arête, furent également en honneur dans les couloirs d’entrée des palais princiers et demeures de notables, sans compter les portiques et les communs — écuries, magasins, chambres de domestiques — ouvrant sur la cour (fig. 85). Faites d’assises soigneusement appareillées parallèlement aux murs porteurs, ces différents types de voûtes ne nécessitaient pas toujours le revêtement d’un enduit71. Il en était de même des coupoles réservées à l’entrée principale de certains palais (fig. 3, 14). Formées de rangées concentriques, ces coupoles parfois aplaties, étaient reliées aux murs inférieurs par des trompes ou pendentifs, en cul-de-four, sinon en demi-voûte d’arête72.

Arcs

  • 73 Cf. Qā‛a al-Dardīr, supra. L’élévation particulière des arcs et voûtes des deux īwān (environ 13,5 (...)
  • 74 Supra.

51On sait qu’une forme commune rassemble parfois arcs et voûtes. C’est le cas des arcs en plein cintre et de certains arcs brisés non outrepassés qui accompagnent souvent des voûtes de même type73. Cependant, l’architecture domestique mamelouke montre, parmi les arcs en honneur, une variété de style supérieure à celle des voûtes. Il n’est pas rare, en effet, de trouver dans une salle d’apparat (qā‛a) plusieurs types d’arc employés concurremment et correspondant à des époques et à des origines différentes. Cette diversité apparaîtra surtout dans l’examen des ouvertures — portes et fenêtres — qui seront présentées plus loin. On se contentera de revoir ici les divers modèles d’arcs utilisés, soit autour d’une cour — portiques d’entrée, loggia de réception (maq‛ad), communs (écuries) — soit à l’intérieur d’une qā‛a. Rappelons, tout d’abord, que si la pierre de taille constitue, dans les arcs mamelouks — bahrites et circassiens — le matériau classique généralement employé, il n’en a pas toujours été ainsi. Des arcs brisés et lobés, inspirés de l’art sassanide adopté à Samarra au ixe siècle, ont été reproduits également en briques par Abbassides et Toulounides dans leurs monuments égyptiens, civils ou religieux74. Plus tard nous savons que ces arcs ne disparaitront pas plus que les arcs persans qui caractérisent les constructions fatimides. Toutefois, les uns et les autres ne seront plus exécutés désormais qu’en pierre de taille. Ils sont présentés ici selon l’ordre d’importance qu’ils occupent dans les bâtiments d’époque mamelouke.

Planche LXIV

Planche LXIV

Mosquée de Qāyt-Bāy.
La perspective intérieure de cette mosquée du xve siècle — dans l’axe du mihrab — montre la ressemblance de cette architecture religieuse à deux īwān extrêmes et sahn central avec celle des grandes salles d’apparat mameloukes.

  • 75 On a vu comment les innovations architecturales s’imposaient, lancées par les bâtisseurs royaux de (...)

52Arcs brisés. Au moment des Croisades, une sorte de hiérarchie place, en tête des arcs utilisés par les constructeurs du Caire, les arcs brisés, d’abord non outrepassés, voire surhaussés. Les formes nouvelles occupent ainsi le premier rang, les formes anciennes étant réservées à des fonctions ou emplacements secondaires75.

  • 76 Supra.

53Arc brisé non outrepassé. L’arc brisé souvent surhaussé était déjà en honneur au palais ayyoubide de l’Ile de Rawḍa. L’exemple devait en être suivi, au xiiie siècle, par les émirs des Sultans al-Malik al-Ṣāliḥ Ayyūb et Baybars, pour déterminer principalement l’ouverture des īwān de leursa. Sans doute les architectes des Sultans Baybars et Qalāwūn en firent-ils aussi usage, au moment de l’édification du nouveau palais transféré à la Citadelle76. Comme la mode s’en maintiendra au-delà du xiiie siècle (fig. 42, 44, 45, 47, 48), l’arc brisé — non outrepassé — s’impose non seulement à l’entrée des palais princiers — portail monumental extérieur et intérieur — mais encore dans certains portiques d’accueil donnant sur la cour entourée de hauts murs.

  • 77 Supra.
  • 78 Creswell, M.A.E., p. 96. Persistance, à l’époque ayyoubide, des caractéristiques de l’architecture (...)

54L’arc brisé, surhaussé ou non, correspond, nous l’avons dit, à l’influence des chrétiens de Syrie77. La fortune qu’il connut au Caire n’est peut-être pas étrangère à sa ressemblance avec certains éléments architecturaux antérieurs : forme brisée des arcs coptes, abbassides et toulounides ; forme surhaussée des arcs fatimides78.

  • 79 Voir Palais de Ālīn Āq, Qāwšūn Baštak, et de l’émir Ṭāz. Sur la distinction relevée danc ces palai (...)
  • 80 Maq‛ad des Palais de Yasbak, Qāyt bāy ; maq‛ad Māmāy, cf. Palais du Caire, I et II.

55Arc brisé outrepassé. Au xive siècle, à l’instigation probable du Sultan Muḥammad Ibn Qalāwūn, avec l’élévation des nouveaux palais de la Citadelle, on substituera à l’arc ayyoubide un arc brisé outrepassé dans l’ouverture des nouveaux īwān des qā‛a mameloukes79 (fig. 8, 9, 10, 21, 34 à 39). Puis, lorsqu’au xve siècle, cet arc disparaîtra à son tour des deux īwān au profit des kurdī, il retrouvera un nouveau rôle dans la garniture des maq‛ad, contribuant à l’élégance de ces loggias80. Des colonnes de marbre en deviennent alors les supports habituels au lieu des piliers massifs et des montants appareillés utilisés auparavant (fig. 62, 80, 82).

  • 81 Construction intérieure en briques, entourée d’une enceinte en pierre de taille.
  • 82 On notera la rareté des arcs en plein cintre (de type byzantin) en dehors des grands monuments roy (...)

56Survivance de formes architecturales. L’évolution du goût et des techniques a entraîné naturellement une évolution du style architectural, sans s’opposer cependant à la conservation de certaines formes que l’on aurait pu croire tombées en désuétude et condamnées à l’oubli. Pour se convaincre de l’attrait qui a survécu, aux yeux des Mamelouks, de certains modes d’architecture des temps passés, il suffit de se reporter — en l’absence de bâtiments civils — à plusieurs monuments religieux élevés entre le xiiie et le xive siècle. C’est la mosquée entière de Baybars (1267-1269)81 qui n’a pas choisi d’autre modèle qu’Ibn Ṭūlūn (879) — déjà imitée auparavant par le Calife fatimide EI-Ḥākim (998) —. A la même époque nous voyons le mausolée et la madrasa d’al Malik al Sāliḥ Ayyūb (1260) présenter une façade creusée d’une succession de niches à fond plat sous créneaux dentelés dans un style exclusivement fatimide. Au premier rang de ces ensembles, les arcs caractéristiques des anciens monuments toulounides ou fatimides jouent encore un rôle prédominant. Sans doute, en allait-il ainsi pour d’autres bâtiments importants — palais, madrasa, mausolées... — dont il ne reste aujourd’hui que des traces assez rares82.

57Ces arcs, nous les retrouvons ailleurs, parmi les principaux éléments architecturaux maintenus dans les palais mamelouks du xive siècle, aussi bien que dans certaines mosquées, madrasa et ẖanqā contemporaines.

  • 83 La souplesse initiale des arcs de ces niches disparaîtra, remplacée par une simple pointe (ou pign (...)

58Lorsqu’un arc brisé outrepassé — ou non — s’ouvre à l’entrée de chacun des ῑwān, deux grands arcs brisés surhaussés lui répondent — avec défoncement variable — flanqués de hautes niches à fond plat de type fatimide83 (fig. 44) sur les murs latéraux de la durqā‛a — ou d’un sahn.

  • 84 Que l’on verra encore dans certains palais de l’époque ottomane.

59Ajoutons enfin que l’arc brisé (non outrepassé) demeurera longtemps utilisé dans les dépendances d’un palais. Ses grandes salles basses (iṣṭabl) en sont singulièrement renforcées (fig. 7) ; de même y auront recours, nous l’avons dit, les galeries inférieures du rez-de-chaussée correspondant à des écuries et magasins84 (fig. 74).

Ouvertures

  • 85 Constructions civiles inspirées, à l’origine, des constructions militaires.
  • 86 Supra.

60L’évolution des formes architecturales correspondant aux ouvertures des palais se rapproche fréquemment de l’évolution des arcatures examinées plus haut. Nous verrons, en effet, comment l’arc en pierre de taille, dont on connait déjà la faveur à l’intérieur des grands monuments civils et religieux, a été retenu également dans les constructions civiles85 pour en former l’entrée principale la plus imposante, ainsi que des portes secondaires et de nombreuses fenêtres. On peut imaginer que le style architectural qui fut ainsi adopté par les Mamelouks, en premier lieu à l’entrée de leurs palais et riches demeures, se conforma toujours à celui des palais royaux qui leur servait de modèle (Citadelle et Rawḍa)86.

  • 87 Supra.
  • 88 Portes et remparts de la Capitale fatimide prenaient exemple sur Byzance, ayant déjà recours à la (...)
  • 89 A l’instar des véritables cités fortifiées que représentaient les vastes palais de l’Ile de Rawda (...)
  • 90 Palais du Caire, II, pp. 1 à 20.
  • 91 Notons qu’à l’opposé de cette porte Ouest, le Palais de l’Emir Ṭāz, possède, côté Est, une seconde (...)
  • 92 Infra. La voûte appareillée en étoile semble l’une des principales innovations architecturales qui (...)

61Portes d’entrée (extérieur). Il faut alors rappeler qu’au début de l’époque mamelouke, les grandes portes massives, cloutées ou non, qui défendaient l’accès d’un palais, étaient solidement encadrées d’un arc brisé non outrepassé — voire surhaussé —. Malgré les moulures qui en rehaussaient parfois l’archivolte, ces arcs avaient encore la rudesse d’une architecture fortifiée. Des bâtisseurs et tailleurs de pierre comprenant peut-être certains prisonniers chrétiens, contribuèrent-ils à la réalisation des arcs brisés dans les constructions monumentales du Caire à l’époque des Croisades ?87 (fig. 25). Aussi bien, de véritables arches brisées et appareillées caractérisent le plus souvent, à ce moment, les portes d’une enceinte royale ou princière. Après avoir remplacé les grandes portes de la cité fatimide qui s’ouvraient dans un arc cintré (xe-xiie s.)88 elles seront, à leur tour, délaissées à l’époque ottomane, pour de nouvelles ouvertures à arc surbaissé. En effet, l’élargissement et la surélévation de ces différents types d’ouvertures étaient également conçus pour faciliter l’accès des cavaliers, bêtes de somme et chariots89. Un des meilleurs exemples de la porte en arc brisé apparaît dans sa forme la plus simple, à l’entrée (extérieure) du Palais Baštak, rue Bāb al-‛Askar90. Ailleurs, la combinaison de cet arc brisé avec un arc trilobé à stalactites donnera lieu à un modèle de porte plus évolué qu’il est possible d’observer rue al-Suyūfīya, à l’entrée Ouest du Palais de l’Emir Ṭāz91 (fig. 13). Entre la porte cochère et la cour intérieure qu’elle dessert s’interpose un portique dont les arcades brisées répondent à celles de l’entrée (fig. 30). La couverture en est faite de voûtes appareillées — voûte simple, voûte d’arête, voûte arrondie en coupole aplatie en étoile à quatre branches92.

Planche LXV

Planche LXV

Mosquée al-Muayyad (début xve s.). Vue extérieure. Au fond, Bāb Zuwayla, Porte Sud d’Al-Qahira (d’après Coste).

  • 93 Au début du xvie siècle, certains monuments sultaniens demeurent également attachés à ce modèle de (...)

62Il n’est pas étonnant de voir ensuite les riches notables et commerçants du Caire s’efforcer d’imiter le style architectural adopté par leurs maîtres, afin de rehausser la façade extérieure de leurs demeures par une belle porte en arc brisé (fig. 61), porte massive ne comportant aussi qu’un seul battant et livrant passage vers la cour centrale par un couloir en chicane voûté que précède une sorte d’antichambre pourvue d’une mastaba93. Dans les grandes maisons citadines l’usage de cet arc brisé restera longtemps en honneur, comme l’un des signes visibles de la fortune de leurs propriétaires.

Portes sur cour, entrées d’honneur

  • 94 Infra. Cf. E. Pauty, op. cit. (1337-40).
  • 95 On peut observer, à l’entrée de la Mosquée Mitqāl, située au voisinage du Palais Baštak — dont ell (...)

63a) Portes en arc brisé. L’arc brisé ne fut pas réservé exclusivement aux portes de l’entrée extérieure d’un palais. Ses qualités d’élégance et de solidité en avaient déjà imposé l’usage, nous l’avons vu, dans les portiques d’accueil élevés au-devant des cours d’honneur mameloukes (fig. 30). Aussi n’est-il pas surprenant de voir l’emploi de cet arc s’étendre à l’accès même des salles nobles, tout au moins sous le règne des Ayyoubides et au début de la période bahrite. Un exemple caractéristique en subsiste dans la cour du Palais Baštak, à l’entrée des salles de réception de l’ancien émir94 (fig. 31). Placée en avant-corps, cette entrée d’honneur rappelle celle de la Mosquée de Baybars. Elle préfigure le porche monumental dont on observera, par la suite, l’extension aux grandes constructions civiles ou religieuses. Ici, l’arche en ogive forme bien une entrée princière avec sa succession d’arcs en retrait qu’accompagnent seulement blasons et cartouches à la gloire du fondateur — au-dessus des banquettes latérales en pierre de taille —. Il s’y rattache, au-delà du seuil, une curieuse antichambre qui a déjà été décrite avec sa maṣṭaba en calcaire, face à l’entrée, et deux portes symétriques joignant, de part et d’autre, salle basse et salle haute (qā‛a). Ces portes de communication se distinguent par un arc rudimentaire en pointe — deux pierres de taille jointes à leur sommet — que surmonte, en arc de décharge (fig. 23), une baie cintrée éclairant couloirs et escaliers voisins95.

Planche LVXI

Planche LVXI

Coupes et élévations de la Mosquée de Qāyt Bāy (d’après A. Gayet, l’Art Arabe).
Au xve siècle, bien que l’évolution architecturale continue à présenter de fréquentes similitudes entre les constructions civiles et les monuments religieux, notamment dans les portails, les arcs intérieurs de type mamelouk, voire ayyoubide et fatimide, ne sont conservés que dans les mosquées, madrasa et ḫānqā.

  • 96 Autour des ouvertures de proportions humaines, l’ensemble démesuré qui en modifie l’importance pou (...)

64b) Portes monumentales. Elles se dressent à une grande hauteur au-devant des salles nobles qu’elles desservent ; précédant en avant-corps, la façade générale du palais sur la cour, elles se creusent aussi en porche plus ou moins profond. L’ouverture même de l’entrée n’affecte plus désormais qu’une forme rectilinéaire à linteau droit. Ses proportions limitées s’opposent alors aux dimensions surprenantes d’un cadre parfois gigantesque, dont le sommet rejoint celui des terrasses96. C’est par la grandeur inusitée de ces portails monumentaux que devait encore s’affirmer la puissance d’un sultan et le luxe de ses émirs (fig. 1).

65Au cours de la période mamelouke (bahrite et circassienne), trois types de portails apparaissent surtout en faveur auprès des Grands :

  • le portail rectangulaire terminé par une corniche en stalactites de pierre97 (fig. 20, 71, 88, 92) ;
  • le portail surmonté d’une demi-coupole98 entourée de stalactites (fig. 1, 2, 3) ;
  • le portail s’ouvrant à son extrémité dans un arc trilobé (fig. 72, 81, 89, 96, 108, 109, 112).

66Alors que les deux premiers types avaient déjà connu une vogue importante entre le xive et le xve siècle, c’est sous le règne de Qâyt bây que semble s’être imposé le style du troisième portail.

  • 99 De même que l’alternance d’assises de marbre noir et blanc ou de calcaire rose et clair était rech (...)
  • 100 Entrée primitive, réservée, pensons-nous, à l’ancien iṣṭabl.
  • 101 Rappelons l’intérêt particulier que porta à ce palais officiel le Sultan al-Nāṣir Muhammad ibn Qal (...)
  • 102 Palais du Caire, II, pp. 31 à 48, fig. 13.

67En dehors de ces signes distinctifs présentés par leurs différents couronnements, les trois portails mamelouks possèdent des éléments semblables qui en caractérisent la composition générale : chaque porte — à deux vantaux — s’entoure de montants et linteau (parfois monolithes) sous arc de décharge et imposte barreaudée. De part et d’autre, deux banquettes de pierre (ou marbre bichrome) flanquent l’entrée, rehaussées, à hauteur d’homme, d’un bandeau épigraphique à la gloire du maître du palais99. Ces entrées d’honneur ne peuvent être comparées qu’à celles des principaux monuments religieux — mosquées, madrasa, hānqā.. — L’intérêt particulier que l’on y attachait comme à l’une des formes d’ostentation les plus frappantes, ressort de leur multiplicité. L’exemple le plus éloquent est alors fourni par le porche monumental du Palais Yašbak. A la suite d’une première entrée, due sans doute à l’émir Sangãr100 (fig. 5), les deux grands personnages de la Cour mamelouke, Qawsūn, puis Yašbak, s’efforcèrent d’élever un porche aussi élevé que profond, reflétant la majesté royale des porches de la Citadelle101. On sait qu’ils parvinrent à ce résultat, en juxtaposant les deux corps du portail, réalisés l’un après l’autre dans le même style (fig. 1). Aussi les portails d’honneur furent-ils réservés, en premier lieu, aux salles d’apparat fermées du rez-de-chaussée (qāa), avant de s’étendre, vers le xve siècle, aux nouvelles salles de réception surélevées et ouvertes sur cour et jardins (maq‛ad)102.

  • 103 Hauteur : 2,00 m ; largeur : 1,00 m (moyenne).

68c) Portes diverses (cour et communication intérieure). Les différents modèles de portes adoptés dans le palais d’un émir ou la demeure d’un notable apparaissent souvent réunis autour d’une cour intérieure. Ils ne se distinguent guère par leurs proportions également adaptées à l’usage courant103. Leurs caractéristiques ressortent surtout de leur configuration, variant selon l’emploi d’un linteau ou d’un arc. Alors qu’à l’entrée principale comme à celles des lieux de réception on a recherché un véritable renouvellement du style, il semble que l’on se soit contenté, ailleurs, de conserver les mêmes types de porte consacrés par la tradition. C’est ainsi que l’on retrouvera, à l’époque ottomane, portes droites et portes arquées déjà en honneur sous le règne des Mamelouks. Aussi bien, les unes et les autres correspondent-elles le plus souvent à une fonction déterminée. Dans les façades inférieures d’une cour se reconnaîtront à leur linteau droit les portes d’accès à une chambre de maître (ou salle d’accueil) sinon à un couloir ou escalier desservant les appartements. Les portes à arc persan, arc surbaissé ou cintré fermeront généralement logements domestiques, magasins à vivres, voire hammam et latrines (fig. 69, 70).

  • 104 Fermeture extérieure et intérieure de l’entrée principale par des portes à un seul vantail.
  • 105 Le goût de ces assemblages complexes se développera au xve siècle, apparaissant aussi au-dessus de (...)

69Comme l’entrée des salles nobles, les portes d’appartements — au seuil parfois surélevé — sont à deux battants, à l’encontre des portes des communs à un seul vantail104. La forme ordinaire de la porte droite est faite de deux montants et d’un linteau en pierre de taille (monolithe ou non). Le linteau est souvent surmonté d’un arc de décharge surbaissé, au-dessous d’une imposte barreaudée. Au linteau uniforme on substituera parfois une plate-bande appareillée à crossettes. Ailleurs linteau et arc de décharge présenteront un assemblage bichrome avec éléments recticurvilignes en pierre ou en marbre105 (fig. 1, 11).

  • 106 On notera la présence, au sommet d’arcs persans, d’un voussoir médian à crossettes (annexe du xve (...)

70Les portes à arc persan des communs contribueront longtemps à l’élégance particulière des maq‛ad, en s’alignant dans les soubassements appareillés au-dessous des hautes arcades de leur loggia (fig. 69, 70, 83, 87). Les claveaux de l’arc sont toujours en calcaire, de teinte uniforme ou bicolore106. Qu’elles soient surmontées d’un arc persan, sinon d’un arc cintré ou surbaissé, les portes basses du maq‛ad sont fréquemment flanquées d’une étroite fenêtre avec grille. Nous verrons plus loin qu’elles bénéficient, en outre, de la décoration moulurée et sculptée réservée à l’ensemble de la façade du maq‛ad sur la cour intérieure.

Fenêtres et baies

  • 107 Le succès croissant des grilles en bois tourné et assemblé va de pair avec la disparition des arcs (...)

71Entre le début et la fin de la période mamelouke, les ouvertures des fenêtres présentent une évolution plus accentuée et plus frappante que celle des portes. Pourtant, durant tout le xive siècle et la première partie du xve, un même style semble s’être imposé aux ouvertures des salles nobles — portail et fenêtres — et à celles des lieux de prière. Cette unité de style sera rompue, notamment sous le règne de Qāyt bāy, avec le développement considérable des boiseries ouvragées. Celles-ci transformeront progressivement les façades extérieures des palais et grandes demeures en y multipliant fenêtres et balcons à moucharabieh tandis qu’elles s’étendront, intérieurement, aux ῑwān desa107.

  • 108 A. Lézine, La Protection contre la chaleur dans l’architecture musulmane d’Egypte.
  • 109 Ibid. Construction en matériaux légers.
  • 110 Ces fenêtres hautes présentent les dimensions suivantes :
    1) Au Palais d’Ālīn Āq : haut. 2,00 m x 1 (...)

72Fenêtres du rez-de-chaussée. En premier lieu, la rareté et l’exiguïté des fenêtres ont longtemps caractérisé les constructions du rez-de-chaussée, obéissant ainsi aux règles habituelles de l’architecture fortifiée. En dehors des étroites fenêtres barreaudées réservées aux communs — indiquées plus haut — rappelons l’absence de toute baie inférieure pour l’éclairage et l’aération desa ; on y pallia alors, en recourant, à leur sommet, à des ouvertures de tradition millénaire, malqaf et mamraq, afin d’assurer, avec la ventilation nécessaire, un éclairage cependant réduit108. Ouvert, au Nord sinon à l’Ouest, le grand auvent du malqaf109 dressé à l’extrémité de la terrasse d’une qā‛a, accueillait, à l’intérieur de celle-ci, l’air frais du soir qui chassait l’air chaud de la journée par les fenêtres hautes du lanterneau central (mamraq) (fig. 53, 57, 60). Les vastes salles basses d’un iṣṭabl ne recevaient elles-mêmes air et lumière que par des baies uniformes, s’ouvrant loin du sol, en façade, voire aux extrémités du bâtiment110 (fig. 5, 7).

73Fenêtres de l’étage. A l’encontre de la salle basse, la salle haute bénéficiait déjà, au moyen âge, de fenêtres assez nombreuses et appropriées. C’est à cet endroit que leur comparaison s’affirme réellement avec les fenêtres des mosquées et madrasa. En effet, on y reconnait la même superposition de baies grillées (en bas) et vitraux (en haut) (fig. 8, 11, 19, 22). Aménagées dans un mur de gros ou de moyen appareil, les fenêtres inférieures étaient limitées par un linteau commun formant chaînage au-dessous d’arcs de décharge. Ceux-ci se confondaient avec l’ensemble du mur supérieur, entièrement édifié en pierres de petit appareil.

  • 111 Cependant, à l’exemple du qasr de Ālīn Āq, qui s’ouvrait non seulement au Nord, mais aussi sur tro (...)
  • 112 Les fenêtres berreaudées d’un qasr ont toujours le même aspect — à peu près carré — leurs proporti (...)
  • 113 Palais de Ālīn Āq : fenêtres géminées cintrées, encadrées au dehors par deux colonnettes à chapite (...)
  • 114 Creswell, op. cit. p. 201. L’auteur estime qu’il importe de rechercher en Sicile les types de fenê (...)
  • 115 Actuellement disparu. Palais du Caire, II, pp. 61-76.

74Fenêtres et vitraux s’ouvraient principalement au Nord, au profit du grand ῑwān où prenaient place les hôtes de marque111. La hauteur et l’orientation particulière de la salle permettaient de jouir d’une vue très étendue et de bénéficier d’un air plus frais — sans le secours d’un malqaf112. Au-dessus des ouvertures barreaudées, des vitraux arrondis, enchâssés dans le plâtre, garnissaient d’élégantes fenêtres géminées et cintrées, sous oculus, flanquées parfois de fenêtres en ogive113 (fig. 34, 38). Avec leur garniture de verre — coloré ou non — ces dernières baies étaient destinées, comme celles du lanterneau de la dūrqā‛a (fig. 28, 35, 36, 37), à dispenser au-dessus des īwān une lumière moins parcimonieuse qu’au rez-de-chaussée114. Sans doute, l’ancien encorbellement115 qui caractérise la face Ouest du Palais de Ālin Āq était-il également pourvu de baies semblables. Formant une étroite pièce en surplomb qui permettait de surveiller l’entrée d’honneur du palais, cette saillie en maçonnerie sur consoles de pierre semble annoncer les futurs balcons à moucharabieh dont l’emploi se répandra plus tard dans toute la ville.

  • 116 Qā‛a al-Dardīr : dimensions des portes sur dūrqā’a et placards des īwān : haut. 1,76 m x larg. 1,0 (...)

75Aux fenêtres ouvertes sur l’extérieur, s’intercalaient, dans les mêmes proportions, portes de communication sur la dūrqā‛a et portes de placards sur les īwân ; héritée de l’aménagement des premières qā‛a connues au Caire, une telle disposition contribua à maintenir l’unité architecturale intérieure et l’équilibre harmonieux des proportions entre les différentes ouvertures116 (fig. 21, 22, 47, 53, 54, 63).

  • 117 L. Bréhier, Histoire Générale de l’Art (l’Art musulman), Paris, 1938, p. 12-13. A cette époque, l’ (...)

76Loggias et balcons à encorbellement. C’est au moment où se transforment les salles nobles fermées de type médiéval (qā‛a) que les palais et riches demeures du xve siècle adoptent de nouvelles façades sur cour et jardin, voire sur rue. Ces façades se creusent alors de salles de réception entièrement ouvertes au dehors (maq‛ad) et font saillir en même temps, plus nombreux et plus larges, des balcons à moucharabieh sur consoles de pierre117 (fig. 61).

  • 118 Supra. L’abandon, à l’intérieur de la qā’a, des grands arcs brisés qui les caractérisèrent tout d’ (...)
  • 119 Entièrement construite en pierre de taille, parfois bichrome. De belles demeures peuvent ne présen (...)

77Dans la loggia surélevée des maq‛ad triomphent les arcades que l’on croyait condamnées118. Arcs brisés outrepassés sur colonnes de marbre de remploi (ou en calcaire) contribuent, avec la porte monumentale du lieu, à l’élégance particulière de la façade intérieure119 (fig. 62, 69, 74, 80).

  • 120 La construction de mâchicoulis en pierre représente, sans doute, l’une des formes les plus ancienn (...)
  • 121 Supra. Balcon à encorbellement du Qasr Ālin Āq (côté ouest).
  • 122 Console de pierre : kabūlī, kawābīl ; console superposée en bois : marbu‛a, marbū‛āt.
  • 123 Poutres formant chaînage comme celles que nous avons vu employer dans les murs des qasr, édifiés e (...)
  • 124 S. Bourgoin, Précis d’Histoire de l’Art, Paris, 1892, Pl. 78 à 83. G. Marçais, L’Architecture musu (...)

78Observons que les différents métiers, dont le concours est utilisé dans la construction et le décor d’une a, ne sont pas moins nécessaires à l’aménagement d’un maq‛ad : tailleurs de pierre pour les soubassements (communs), portail, arcades et dallage de la loggia ; marbriers pour le revêtement inférieur de celle-ci ; charpentiers, menuisiers, ébénistes, sculpteurs et peintres pour l’ensemble des boiseries qui s’étendent de la balustrade en bois tourné, et les placards à panneaux assemblés, jusqu’à la frise épigraphique à stalactites sous plafond à solives apparentes dorées et peintres. Nous verrons plus loin quelle importance revêt aussi l’ornementation sculptée de la façade même du maq‛ad, répondant au luxe décoratif intérieur. Ailleurs, les encorbellements s’affirment par leurs solides consoles de pierre et les grilles en bois qu’elles supportent120 (fig. 61). On conservera longtemps, des premiers encorbellements mamelouks entièrement maçonnés, l’usage des consoles de calcaire jumelées et à tête arrondie121 (fig. 26). Ces consoles de pierre s’augmentent encore d’une ou de deux consoles de bois — ou poutres superposées — également inclinées vers le haut afin d’assurer une meilleure stabilité du balcon122 (fig. 74, 75). A l’origine, ces poutres se répétaient, de part et d’autre, jusqu’au sommet de l’encorbellement dont elles formaient le bâti constructif123 (fig. 17, 26). Plus tard, à la simplicité des premières consoles se substitueront parfois un profil compliqué et des faces surchargées de sculptures géométriques. L’aspect général des encorbellements et leur résistance ne gagneront rien à cette évolution architecturale, résultant d’influences nouvelles124.

Notes

1 Babylone cf. supra, J.C. Garcin ; Fusṭāṭ. cf. M. Clerget, Le Caire, I, 1934, p. 95-102 ; J. Jomier, al-Fustat, in Encyclopédie de l’Islam, II, 1965, pp. 979-981. « Elevée sur la rive orientale du Nil, à côté de l’agglomération gréco-copte de Babylone (ou Bābylyun) dont les remparts de Kaṣr al-Sham‛ conservent encore aujourd’hui le souvenir ».

2 M. S. Briggs, Muhammadan Architecture in Egypt and Palestine, Oxford, 1924, p. 110. Selon l’auteur, il n’y a pas de distinction réelle, historique et architecturale entre l’Egypte et la Palestine. Il n’y a pas non plus de démarcation nette entre les périodes bahrite (turque) et circassienne. La seconde progresse dans le sens de la première, « gagnant seulement en unité, grâce et splendeur ».
Alors que le Caire continue à s’imposer par ses monuments, on y relève une forte extension, sous le règne du Sultan al-Malik al-Nāṣir, qui progresse notamment depuis les murs fatimides, vers le Nord, ailleurs vers l’Ouest (Būlāq). Modification du cours du Nil — avec déviation vers l’Ouest — qui formera un grand banc de sable sur lequel on construira plus tard. Au Nord-Est et au Sud de la cité, s’établissent de grands cimetières.

3 Voir supra.

4 Supra.

5 Indépendamment des autres constructions d’intérêt public. Cf. J.M. Rogers, Al-Kāḥira, in Encyclop. Islam, IV, 1974, pp. 448-454.

6 Omission fréquente des architectes étrangers — arméniens, syriens, byzantins. M. S. Briggs, op. cit., p. 93 : « Parfois on trouve mention d’un architecte au Caire s’il s’agissait d’un natif turc ou tartare (‛Abd al-Laṭīf), Relation de l’Egypte) ».

7 L’inscription du nom du constructeur du Palais de Yašbak à l’entrée de celui-ci constitue une exception.

8 Supra.

9 Id.

10 J. Revault, Palais de Tunis, I ; p. 75 et ss.

11 A. Gayet, L’Art arabe, Paris, 1893, p. 147-148.

12 Le maître d’œuvre, faisant fonction d’architecte, était-il, comme nous l’avons observé ailleurs, un maître artisan spécialisé dans la taille et le décor de la pierre et du marbre, exigeant des connaissances précises avec l’emploi constant de la règle et du compas ? L’architecte égyptien Hasan Fathy semblerait favorable à cette hypothèse.

13 Supra. Cf. A. Badawy, Le dessin architectural chez les anciens Egyptiens, Le Caire, 1948. A. Lézine, Trois Palais ottomans (représentations murales).

14 K.A.C. Creswell, M.A.E., p. 155 et ss.

15 Sans doute, au palais royal de l’Ile de Rawda.

16 Ibid. « Les travaux commencèrent le 13 mars 1267 et le 17 février 1268, le sultan quitta l’Egypte pour la Syrie ». Après la prise de Jaffa — suivie de celle de Tripoli, d’Antioche et d’autres villes — sa démolition donna lieu à la récupération de certains matériaux (bois, marbre...) qui furent embarqués sur le Nil à destination du Caire.

17 Ibid., p. 159. La Mosquée de Baybars prit comme modèle la mosquée fatimide d’al-Ḥākim pour son aspect extérieur et sa configuration intérieure : murs en pierre appareillée (1,52 m), arcades brisées et piliers en briques, merlons dentelés, fenêtres en ogive, claustra — semblables à ceux d’Ibn Touloun — plafonds à coffrage doré et peint.

18 De même le type d’habitat et l’architecture en Chaldée et en Assyrie furent déterminés par la présence ou l’absence de carrières de pierre, l’abondance de l’argile, etc.

19 A. Lézine, Les salles nobles, pp. 132, 133. « ...pin ou chêne de Turquie, hêtre ou sapin d’Europe... » (o.c. M. Clerget, Le Caire, t. I, 1934, p. 300). G. Perrot et Ch. Chipiez, Histoire de l’art dans l’Antiquité, t. I, L’Egypte, Paris, 1882, p. 506-507. Pauvreté de l’Egypte pharaonique en bon bois de construction. « Avant la conquête de la Syrie, on n’a guère dû employer, sur les bords du Nil, que les bois indigènes. Les meilleurs sont l’acacia nilotica ou gommier et acacia lebakh ; mais ni l’un ni l’autre n’ont jamais pu fournir de très grandes pièces. Le bois de l’ sycomore est trop tendre ; la racine seule présente une dureté suffisante ; faute de mieux, on en faisait pourtant aussi un certain usage. Il en était de même du dattier, dont le tronc fournissait des poteaux et des poutres de solivage... Du temps de la grande puissance de Thèbes, des pièces de charpente un peu solides, qui supportent des édifices comme le pavillon royal de Medinet-Abou, devaient être amenées à grands frais de la Syrie ; les Ramsès, comme plus tard les souverains de Ninive, faisaient sans doute exploiter pour leur compte, par les Phéniciens, leurs vassaux, les forêts de cèdre du Liban. Dans les constructions plus simples, charpentiers et menuisiers avaient à se contenter des matériaux inférieurs que leur livraient les arbres égyptiens ».
Plus tard, pour des raisons semblables, on devra suppléer à la pénurie d’essences locales par le recours aux bois importés des mêmes régions extérieures.

20 Ibid. Ed. Mariette, Traité pratique et raisonné de la construction en Egypte, p. 59. « Toutes ces opérations sont représentées sur les parois d’un tombeau thébain d’Abd-el-Gournah (Lepsius, Denkmaeler, p. III, pl. 40). On y voit les ouvriers puiser l’eau dans un bassin, prendre l’argile au tas, la porter dans de grands pots, la gâcher, puis la presser dans le moule, enfin en construire les murs dont l’aplomb est vérifié à la règle par un surveillant ».

21 Ch. Garnier et A. Amann, L’Habitation humaine, Paris, 1892, pp. 119-120. Importance de la paille hachée dont la privation constitua, selon la Bible, un des mauvais traitements infligés aux Hébreux pendant leur séjour en Egypte : « Pharaon dit à ses inspecteurs : ne donnez plus de paille à ce peuple pour faire des briques comme auparavant, mais qu’ils aillent et qu’ils amassent de la paille comme ils le pourront ; et cependant vous exigerez d’eux la même quantité de briques qu’auparavant, sans en rien diminuer, car ce sont des paresseux ».

22 Des moules (doubles) en bois sont encore utilisés de nos jours, en Afrique du Nord, notamment en Tunisie et en Algérie, comme en Arabie (Yemen) pour la préparation des briques cuites.
G. Marçais, l’Architecture musulmane d’Occident, Paris, 1954, p. 40. Emploi de la brique crue (ṭawb) « faite de terre dans laquelle on incorpore de la paille hachée, comprimée dans un calibre et séchée au soleil ». Construction des murs de villes en pisé et briques crues jusqu’aux xe et xie siècles. Selon El-Bekri, le mur primitif de Kairouan était en briques crues (761) ; de même les murs des palais aghlabides, ‛Abbāssiya et Raqqāda, étaient construits en pisé et briques crues. Les murs de ‛Abbāssiya comportaient une rangée de boutisses (0,42) et une rangée de carreaux (0,21) — épaisseur 0,105 — « Il est difficile de décider si l’emploi de la brique crue et du pisé est un apport de l’Orient ou une survivance locale. L’Afrique romaine ne les a pas ignorés et l’on sait que les ṭawb sont d’un usage très général et vraisemblablement très ancien dans tout le Sud de la Berbérie. Le rapprochement des mesures indiquées plus haut inciterait d’autre part à rattacher l’emploi de ce matériau à la Syrie omeiyade » (murs de Qaçr el-Haïr bätis en briques carrées de 42 cm de côté).
« Briques cuites. Semblable incertitude concerne l’emploi de la brique cuite, habituelle dans certains monuments romains comme les Thermes et, d’autre part, constituant, en Mésopotamie, de grands édifices comme ces monuments à rampe en hélice, prototypes probables de celui de ‛Abbâssiya. Par une singulière fortune, la brique cuite (āğurr) dite aglabī (l’aghlabide) est encore connue des maçons kairouannais ; et c’est elle qu’on trouve, en assez faible quantité d’ailleurs, dans le tell de ‛Abbassiya. Son épaisseur est assez constamment de 45 mm. Comme longueur et largeur, elle varie de 210 mm x 115 mm à 220 mm x 150 mm ».

23 Ch. Garnier, op. cit., p. 120.

24 A. Lézine, Persistance de traditions pré-islamiques, passim. La solidité des briques crues et l’extension de leur usage à des murs très élevés sont attestées dans la construction d’immeubles à étages (ou d’immeubles-tours), à l’intérieur des cités pharaoniques (Thèbes) ou ptolémaïques (Alexandrie), puis de la première ville musulmane en Egypte (Fusṭāṭ).

25 Comme les habitations antérieures des époques abbasside, toulounide et fatimide.

26 Ibid. Les salles nobles, p. 135. « Ou de caillasse mélangée à de la chaux grasse ». « Les constructeurs du Caire ont parfois remplacé cette couche de terre par des tubes de poterie placés verticalement côte à côte. On remarque une terrasse traitée de la sorte parmi les ruines du palais de Bechtak ».

27 G. Maspéro, Histoire Ancienne des Peuples de l’Orient, Paris, 1904, p. 312-313.

28 Ibid. « C’est une allusion à la façon cruelle dont les Egyptiens liaient leurs prisonniers comme en paquet, les jambes repliées le long du dos et attachées aux bras. La journée de travail commençait alors comme aujourd’hui au lever du soleil, et se prolongeait jusqu’au coucher, avec une courte interruption d’une heure ou deux vers le midi pour le repas et pour la sieste des ouvriers ».

29 F. Daumas, La vie dans l’Egypte ancienne, Paris, 1968, p. 56. « Les blocs étaient tirés sur des traîneaux soit par des bêtes de somme, soit par des hommes. Mais l’homme seul pouvait faire avancer sur des rouleaux, en les tirant avec des cordes, les pierres amenées à pied d’œuvre jusqu’à l’assise à laquelle on la destinait... ». G. Wiet, Les Mosquées du Caire, pp. 41-44. Lors de la construction du Collège et du Mausolée du Sultan Barkūk (1386), « les pierres furent extraites de la montagne du Mokaṭṭam et transportées sur des chariots tirés par des bœufs (pierres de charroi) ». M. Clerget, Le Caire, I, 1934, p. 296. L’exploitation de la pierre du Muqaṭṭam, au xive siècle, donne lieu à une rénovation des traditions pharaoniques anciennes.

30 On garde cependant le souvenir de certains sultans qui firent preuve d’humanité et d’équité à l’occasion des grandes constructions qu’ils commandèrent. Voir supra (Baybars, al-Mu‛ayyad...).

31 Gabal Guyūšī, Gabal al Ma‛sara et Gabal Tura.

32 M. Clerget, op. cit., p. 299. « Les monuments fatimides et ayyoubides ont plutôt utilisé pour leurs façades les couches de l’éocène supérieur. Depuis le 14e siècle, au contraire, on a surtout recours aux couches de l’inférieur » — Mosquée Qalāwūn, Mausolée de Barqūq (blocs de 1,50 m long x 0,50 haut x 0,45 épais.).

33 ḥağar šadīd : bloc dégrossi.

34 Emploi de prisonniers de guerre pour la taille des pierres destinées à certaines constructions ordonnées par le Sultan, telles que la Mosquée de l’Emir Qawṣūn : Layla ‛Ali Ibrāhīm, The great Ḫanqāh of the Emir Qawṣūn in Cairo, in Mitteilungen des Deutschen Archäologischen Instituts Abteilung Kairo, 1974, p. 55.
Maqrī zi, Ḫiṭaṭ, II, p. 307 ; Id., Sulūk II/2 320.

35 Supra. L. Hautecœur, Histoire de l’Art, I, Paris, 1959, p. 446 : « La construction dépend des ressources, des habitudes locales. La brique demeure le matériau favori des architectes persans, égyptiens, maghrébins ; la pierre, des Syriens ; mais souvent les formes d’un matériau sont traduites en un autre et les matériaux d’un pays sont importés en des régions voisines. Pour imiter les monuments syriens, les Egyptiens utilisèrent la roche du Mokaṭṭam... »
Creswell, II, p. 134 : « Sous les Ayyoubides, l’architecture de briques fait graduellement place à la pierre... ». Emploi de prisonniers croisés dans l’Ile de Rawda : M. S. Briggs, op. cit., p. 81.

36 M. Clerget, op. cit., p. 296. L’emploi de la pierre de taille triomphe dans les constructions monumentales civiles et religieuses — Palais de Yašbak, Mosquée du Sultan Hasan.

37 La longueur des assises de gros appareil varie entre 0,80 et 1,10 m ; leur largeur entre 0,40 et 0,50 m.

38 Les plus grandes dimensions ont été relevées dans la qa‛a du Palais d’Ālin Āq ; les autres dans la qā‛a du Palais Baštak.

39 Supra. J. Revault et B. Maury, Palais et maisons du Caire, II, passim. Sur le remploi des matériaux cf. Jomard, Description du Kaire, p. 391. « Le maçon du Kaire se sert de deux espèces de matériaux : la pierre de taille et la brique. Les carrières de Torrâh et celles du Moqattam lui fournissent abondamment la première ; mais plus souvent, il puise dans les anciennes constructions, et débite en fragments d’un ou deux décimètres des pierres d’assises d’un mètre ou plus de hauteur. Les outils du maçon et du tailleur de pierre sont presque grossiers, mais les ouvriers suppléent à leur imperfection par l’adresse et la dextérité ».
M. Clerget, op. cit., p. 296. « Par le Nil, dit Djabarti, on amène pour les riches la pierre de Toura ». Elle est fréquemment utilisée pour « les murs jusqu’à hauteur d’homme, près du Nil et au bord du Khalig, même dans les immeubles de rapport ; l’exception se justifie à la fois par la facilité d’amener les blocs en barque et par la nécessité de se protéger contre l’élévation souterraine de l’eau en temps de crue » (Quatremère, Mamlouks, II, 277-279).

40 Supra. M. S. Briggs, op. cit., p. 81. « On doit surtout regretter que dans la construction de la Citadelle, les bâtisseurs de Saladin aient usé, comme d’une carrière, de la petite pyramide de Guizeh, pourtant très éloignée plutôt que de recourir à la carrière naturelle qui se trouvait à leurs pieds... L’influence des Croisés sur la construction de la Citadelle résulta aussi de l’emploi d’un grand nombre de prisonniers de guerre chrétiens ».

41 La hauteur totale des murs en gros appareil s’élève à 8,50 m environ (6,00 m rez-de-chaussée + 2,50 m étage) au Palais d’Ālῑn Āq, et 10,00 m (7,50 + 2,50 m) au Palais de Yašbak, hauteur qui doit être doublée pour atteindre le sommet avec les murs complémentaires en petit appareil. L’ouverture actuelle d’un chantier de construction au Caire permet encore d’imaginer comment débutaient autrefois des travaux de même nature. On y a conservé, en effet, des procédés fort rudimentaires avec le même recours que jadis à une main d’œuvre aussi modeste que nombreuse. Tandis que les uns sont chargés de creuser à la pioche une surface déterminée du sol, les autres en file indienne dans un va et vient incessant, pieds nus, vêtus seulement du turban et d’une tunique courte serrée à la taille, s’entrecroisent et enlèvent à l’aide de couffins portés sur la nuque, la terre qu’il leur faut évacuer et déverser plus loin. Leur surveillance est exercée par un contremaître en « ǧallābīya » (longue robe de coton unie ou rayée).

42 La largeur des murs inférieurs qui forment l’iṣṭabl mesure au moins 1,50 m aux Palais de Alin Aq et de Yašbak, les piliers de cette grande salle montrant une épaisseur de 2,15 m à 3,70 m et 5,80 m avec une hauteur de 3,50 m (sous reins et voûte).

43 Construction en briques des murs du lanterneau (mamraq) portant la coupole au-dessus de la dūrqā‛a.

44 Supra. Le premier chaînage sépare gros (ou moyen) et petit appareil tout en formant linteau au-dessus des ouvertures de l’étage. Il se compose d’une couche ininterrompue de quatre moitiés de troncs de palmier fendus par le milieu et posés côte à côte sur toute la largeur du mur. Bois ligneux, résistant et imputrescible. L. Hautecœur, op. cit., p. 446 : « ... [les Egyptiens]...continuèrent à raidir les murs au moyen de longrines en bois... » conformément à l’ancien usage des constructions en briques.

45 On cherchera à imiter trop souvent cet effet bicolore, à l’époque ottomane, par une simple peinture des façades.

46 Supra. P. Casanova, op. cit., p. 635. Le palais bigarré — al-qaṣr al-ablaq, édifié à la Citadelle par Muhammad ibn Qalāwūn (1313-1314). Creswell, op. cit., p. 260. A. Lézine, Les salles nobles, pp. 68-72.

47 Les murs en petit appareil étaient toujours revêtus d’un enduit, extérieurement et intérieurement.

48 Cet enduit aurait compris 2/3 de plâtre pour 1/3 de sable. Sur les parois intérieures de la qā‛a de Ālīn Āq, on observe deux couches superposées, la première épaisse de 0,02 cm, la seconde 0,01 cm, qui pouvait être renouvelée.

49 Jomard, op. cit., p. 392, « Il y a des fours à plâtre (gabbāseh) établis dans quatre quartiers du Kaire ; le gypse est apporté de Helouân par Torrâh, et de Bayâd près de Beny-Soueyf. C’est la première espèce qui produit le plus beau plâtre, le plus fin et le plus blanc. On fait de l’un et de l’autre, au Kaire un très grand usage pour enduit sur les murailles... Le maçon égyptien excelle dans l’art d’appliquer et d’étendre ces enduits ; et quand le plâtre n’est pas assez blanc, il étend par-dessus une couche de chaux... »

50 Infra.

51 A. Gabriel, Les Fouilles d’al-Foustat et les origines de la maison arabe en Egypte, Paris, 1921, pp. 16 et 17.
Usage exclusif de la brique cuite pour l’élévation des murs ; raidissement de ceux-ci, à leur tête et à l’ouverture des iwân avec des blocs de calcaire parfois monolithes. Emploi, dans la maçonnerie d’un mortier de chaux et de sable souvent mélangé de plâtre et de cendre. Mortier de chaux et brique écrasée (ḥumra) réservé aux canalisations, égoûts et bassins (fasqīya). Chaînages en bois fréquents. A. Lézine, Les salles nobles, p. 78 : l’auteur observe que, dans certaines qā‛a du xive siècle, les murs sont encore bâtis exclusivement en briques.

52 On sait aussi quelle importance les Fatimides accordaient à l’emploi de la pierre de taille dans les différentes parties de leurs monuments.

53 Supra et infra. Lieu d’accueil et de passage des invités de marque avant leur installation dans les īwān, la dūrqāa s’agrémente parfois, nous l’avons vu, d’une fontaine centrale en marbre.

54 Il était nécessaire, en effet, de ménager, sans risques de dégât, jusqu’à la fin des travaux, le libre usage de la cour et de l’entrée pour y déposer librement matériaux et mortier. Pour la même raison, attendait-on l’achèvement du gros œuvre avant de procéder à la pose des portes. Des coutumes semblables ont été relevées en Afrique du Nord. Cf. J. Revault, Palais de Tunis, passim.

55 A. Lézine, La Protection contre la chaleur dans l’Architecture musulmane d’Egypte, op. cit.

56 J. Revault et B. Maury, Palais du Caire, II, passim.

57 Certaines cours de Fostat montrent déjà cette dernière disposition dans laquelle les dalles se contre-butent. Un même souci de résistance dans l’assemblage des dalles fait adopter d’autres combinaisons contrariées — perpendiculaires, en épis... — Nous avons observé ailleurs une plus grande variété dans les modes de pose du dallage de pierre ; cf. J. Revault, Palais de Tunis, passim.

58 Avec appui et encastrement extrêmes d’une marche à l’autre.

59 Voir supra. Selon Creswell (op. cit., p. 404) la voûte en berceau brisé ne pouvait être antérieure au viiie siècle). L. Bréhier (op. cit., p. 8) rappelle l’existence de berceaux brisés au Palais de Samarra (ixe s.) comme exemple de l’architecture abbasside soumise aux influences sassanides.

60 Briques cuites mesurant : 5 χ 10 χ 21 cm (maẖzan) ; 6 x 12 x 24 cm (communs) ; 5 x 7 x 15 cm (étage) ; joint : 2 à 3 cm.

61 Supra. Palais du Caire, I, pp. 1 à 10.

62 Hassan Fathy, The qā’a of the cairene arab house, its development and some new usages for its design concepts, in Colloque international sur l’Histoire du Caire (1969) p. 135 et ss. A l’extérieur, la structure actuellement apparente des voûtes en briques de la qā‛a Dardīrī, était dissimulée autrefois par un enduit.

63 En encorbellement.

64 Dimensions moyennes : long. 0,35 cm à 0,45 cm ; larg. 0,24 cm ; épais. 0,10 cm.

65 Selon la coutume en honneur dans les palais des Sultans et des grands émirs, aux xiiie-xive siècles, avec la superposition iṣṭabl-qā‛a. Voir supra. Cependant si l’on se rapporte à Creswell (M.A.E., p. 404, Pl. 52), la construction de voûtes en pierres plates aurait déjà été pratiquée en Syrie, à l’époque ommeyade. Le Ḥammām as-Saraḫ (1re moitié du viiie s.) possède, en effet, une étuve dont la couverture en voûte est faite de pierres rangées parallèlement aux murs — où elle s’arrête aux reins —.
Le même procédé aurait été relevé dans les dômes également élevés en pierres plates.
Nous avons observé un usage plus ancien de cette technique dans certaines constructions de l’Afrique romaine : voûtes en pierres plates au rez-de-chaussée de plusieurs maisons de Dougga et de Mokhtar ainsi que dans les portiques et pièces souterraines de Bulla Reggia (Tunisie).

66 Sorte de chaînage formé d’une succession de pierres taillées régulièrement (long. 0,50 cm x larg. 0,15 cm dans l’iṣṭabl d’Ālīn Āq), visible dans les palais d’Ālīn Āq, de Yašbak et de Baštak. Palais du Caire, II, passim.

67 Au Palais d’Ālīn Āq, les arcs doubleaux de l’iṣṭabl présentent les particularités suivantes : larg. 0,70 cm ; haut. 0,50 cm ; saillant 0,08 cm.

68 Cette technique diffère entièrement du mode d’élévation des voûtes en briques exposé plus haut, dont le retrait d’une rangée à l’autre en encorbellement était déjà pratiqué par les constructeurs chaldéens et assyriens ; supra.

69 Les écroulements survenus dans les voûtes de l’iṣṭabl de Yašbak ont permis d’en évaluer l’épaisseur entre 1,50 et 1,75 m. Cette épaisseur est faite de la superposition — indépendament des blocages latéraux — de deux couches horizontales de moellons séparés par des lits de mortier au-dessous du dallage de la salle haute. Au sujet de la construction du Palais Bastak, cf. A. Lézine, Les salles nobles, p. 98 à 104.

70 On peut ainsi relever l’emploi fréquent de la pierre plate dans les voûtes romanes. Nous en avons observé un exemple dans la couverture des communs de l’Abbaye du Thoronet (xiie s.), aux environs d’Aix-en-Provence.

71 Dans certaines constructions pharaoniques on trouve parfois des voûtes appareillées en pierre de taille (temple de Medinet-Habou -chapelles des Princesses) — viiie et viie s. av. J.C. ; xxve et xxvie dynasties. Cf. V. Hölscher, The Excavations of Medinet-Habou, vol. V, Chicago, 1954, n° 17-30 et pl. 11 à 18.

72 Palais Yašbak, Palais de l’Emir Ṭāz. Cf. Palais du Caire, II, pp. 1 à 20 ; 47 à 60.

73 Cf. Qā‛a al-Dardīr, supra. L’élévation particulière des arcs et voûtes des deux īwān (environ 13,50 m) représenterait le triple de leur largeur (4,50 m). La règle des tiers ressortirait aussi du plan de la qā’a, avec sa division à peu près égale entre dūr-qā‛a (carrée) et īwān.

74 Supra.

75 On a vu comment les innovations architecturales s’imposaient, lancées par les bâtisseurs royaux de l’Ile de Rawda ou de la Citadelle ; Casanova, op. cit., p. 616.

76 Supra.

77 Supra.

78 Creswell, M.A.E., p. 96. Persistance, à l’époque ayyoubide, des caractéristiques de l’architecture fatimide : arc persan anguleux, niches rectangulaires ou niches pointues à fond plat.

79 Voir Palais de Ālīn Āq, Qāwšūn Baštak, et de l’émir Ṭāz. Sur la distinction relevée danc ces palais, entre les différentes bases d’arcs des īwān, par A. Lézine, cf. Les salles nobles, p. 125.

80 Maq‛ad des Palais de Yasbak, Qāyt bāy ; maq‛ad Māmāy, cf. Palais du Caire, I et II.

81 Construction intérieure en briques, entourée d’une enceinte en pierre de taille.

82 On notera la rareté des arcs en plein cintre (de type byzantin) en dehors des grands monuments royaux — mausolée de Qalāwūn, Mosquée et grand īwān de Muhammad ibn Qalāwūn, à la Citadelle.

83 La souplesse initiale des arcs de ces niches disparaîtra, remplacée par une simple pointe (ou pignon, selon le terme employé par A. Lézine).

84 Que l’on verra encore dans certains palais de l’époque ottomane.

85 Constructions civiles inspirées, à l’origine, des constructions militaires.

86 Supra.

87 Supra.

88 Portes et remparts de la Capitale fatimide prenaient exemple sur Byzance, ayant déjà recours à la belle pierre de taille, à la place de la brique chère aux bâtisseurs abbassides et toulounides.

89 A l’instar des véritables cités fortifiées que représentaient les vastes palais de l’Ile de Rawda et de la Citadelle, les résidences des principaux émirs devaient s’abriter derrière de hautes murailles comportant la même arche en ogive ouvrant sur l’extérieur — répétée, selon les cas, de divers côtés (Palais Baštak, Yašbak, Ālin Āq, Emir Ṭāz), cf. Palais du Caire, II.

90 Palais du Caire, II, pp. 1 à 20.

91 Notons qu’à l’opposé de cette porte Ouest, le Palais de l’Emir Ṭāz, possède, côté Est, une seconde entrée de type traditionnel en arc brisé. La nouvelle forme d’accès adoptée, rue al-Siyyufiyya, marque une transition curieuse entre la porte à arc brisé et la porte à linteau droit s’ouvrant au fond d’un porche — ou défoncement — orné de stalactites à son sommet. Nous retrouverons de plus en plus souvent ce type de porte monumentale, à l’entrée même des salles nobles d’un palais, plutôt qu’à l’extérieur d’une enceinte. Cette forme s’apparente aussi à celle des beaux portails marquant certaines constructions de Qāytbāy au xve siècle — Wakāla d’al-Azhar, du Ḫān Ḫalīlī et de Bāb al-Naṣr (fig. 108).

92 Infra. La voûte appareillée en étoile semble l’une des principales innovations architecturales qui caractérisent les entrées monumentales, sous le règne de Qāytbāy (xve s.) — mosquées, madrasa, palais, caravansérails — (fig. 75. 91).

93 Au début du xvie siècle, certains monuments sultaniens demeurent également attachés à ce modèle de porte d’accès en arc brisé : porte — en contrebas — de l’ensemble d’Al-Ġūrī, rue al-Azhar (fig. 91). Voir aussi l’entrée de la cour du maq‛ad fermé de Qāytbāy, ainsi que la porte, aujourd’hui, à demi enterrée de la qā‛a Azbak Yusufi (fig. 90).

94 Infra. Cf. E. Pauty, op. cit. (1337-40).

95 On peut observer, à l’entrée de la Mosquée Mitqāl, située au voisinage du Palais Baštak — dont elle est presque contemporaine — deux portes latérales de même style.

96 Autour des ouvertures de proportions humaines, l’ensemble démesuré qui en modifie l’importance pourrait évoquer des contrastes semblables et une même volonté de grandeur architecturale dans les pylônes de pierre élevés à l’entrée des temples et palais pharaoniques. Certaines portes présentent cependant des façades plus modestes — Entrée du Palais de Ālīn Āq, porte de laa inférieure de l’émir Ṭāz ; porte du “ harem ” et de la qā‛a d’Al-Razzaz... Cf. Palais du Caire, I et II.

97 D’inspiration iranienne, cette frange de pierre sculptée ornait déjà la bordure supérieure de niches fatimides à fond plat.

98 Ornée de faisceaux striés ou de cannelures (coquille).

99 De même que l’alternance d’assises de marbre noir et blanc ou de calcaire rose et clair était recherchée pour rehausser la façade d’un portail — sinon d’un palais — on recourut à la bichromie dans l’assemblage complexe d’éléments découpés et échancrés recticurvilignes au voisinage même de l’entrée — banquettes latérales, arc de décharge, voire linteau —.

100 Entrée primitive, réservée, pensons-nous, à l’ancien iṣṭabl.

101 Rappelons l’intérêt particulier que porta à ce palais officiel le Sultan al-Nāṣir Muhammad ibn Qalāwūn. Cf. Layla’Ali Ibrāhīm, The great ẖānqāh of the Emir Qawṣūn.

102 Palais du Caire, II, pp. 31 à 48, fig. 13.

103 Hauteur : 2,00 m ; largeur : 1,00 m (moyenne).

104 Fermeture extérieure et intérieure de l’entrée principale par des portes à un seul vantail.

105 Le goût de ces assemblages complexes se développera au xve siècle, apparaissant aussi au-dessus de certaines fenêtres, pour répondre aux nouvelles façades bicolores — dont s’inspireront les monuments italiens de la Renaissance.

106 On notera la présence, au sommet d’arcs persans, d’un voussoir médian à crossettes (annexe du xve siècle au Palais Yašbak).

107 Le succès croissant des grilles en bois tourné et assemblé va de pair avec la disparition des arcs en pierre des qā‛a au profit des kurdī en bois sculpté, doré et peint, reliant entre elles boiseries supérieures (plafonds, loges des femmes) et inférieures (portes, fenêtres, placards).

108 A. Lézine, La Protection contre la chaleur dans l’architecture musulmane d’Egypte.

109 Ibid. Construction en matériaux légers.

110 Ces fenêtres hautes présentent les dimensions suivantes :
1) Au Palais d’Ālīn Āq : haut. 2,00 m x 1,00 m x épais, (murs) 1,50 m ;
2) Palais de Yašbak : haut. 2,50 m x larg. 1,50 m x épais, (murs) 1,45 m. Inclinaison de la base des fenêtres vers l’intérieur de l’iṣṭabl.

111 Cependant, à l’exemple du qasr de Ālīn Āq, qui s’ouvrait non seulement au Nord, mais aussi sur trois autres côtés, principalement à l’Ouest, fenêtres et vitraux devaient parfois se multiplier pour améliorer l’aération et l’éclairage des salles d’apparat. A l’intérieur, les fenêtres basses étaient tendues de rideaux et fermées, au besoin, par des contrevents sur gonds, à certaines heures de la journée ou de la nuit, selon les saisons.

112 Les fenêtres berreaudées d’un qasr ont toujours le même aspect — à peu près carré — leurs proportions variant naturellement suivant l’importance de la salle (fig. 24). Ouverture limitée, en bas, par le sol dallé, en haut par un linteau-chaînage en troncs de palmiers, garnie de grille de fer à barreaux entrecroisés et fixés à un cadre de bois par leurs points extrêmes.

113 Palais de Ālīn Āq : fenêtres géminées cintrées, encadrées au dehors par deux colonnettes à chapiteau bulbeux (fig. 18). Palais de Yašbak : quadriforium central surmonté de cinq oculi et flanqué de deux fenêtres géminées sous oculus. A l’intérieur de ces baies, même type de vitraux arrondis (en « culs-de-bouteille ») composés en collier et enchâssés dans une monture de plâtre. La disposition de ces vitraux a été reconstituée au Palais de Baštak, au moment de la restauration du qaṣr : deux colliers superposés formés de huit cercles de verre (épaisseur du mur : 1,08 m à 0,80 m).

114 Creswell, op. cit. p. 201. L’auteur estime qu’il importe de rechercher en Sicile les types de fenêtres les plus conformes à ceux de l’Egypte : fenêtres géminées à têtes arrondies, oculus. « Ce fait n’est pas surprenant, puisque la Sicile, de tous les pays de la Chrétienté, a eu les rapports les plus étroits dans le domaine architectural, avec l’Islam ». Vitraux originaires de Chypre, imités probablement par les verriers égyptiens. Vitres épaisses au xive siècle (plus minces au xve s.), faites en petites dimensions.

115 Actuellement disparu. Palais du Caire, II, pp. 61-76.

116 Qā‛a al-Dardīr : dimensions des portes sur dūrqā’a et placards des īwān : haut. 1,76 m x larg. 1,05 (épais, mur : 1,38 m — moyen appareil, long. pierre : 0,58 m/0,80). Linteau-chaînage : couche de quatre demi-troncs de palmiers, 0,22 cm x 0,10 cm.,
Qā‛a Utman Katẖudā : portes sur dūrqā‛a et placards des īwān : quatre portes et six placards : haut. 2,32 m x larg. 0,96 m (à comparer avec les portes et placards du rīwāq Zaynab Hātūn). Cf. Palais du Caire, II, pp. 21-30 ; III, pp. 7 à 11.

117 L. Bréhier, Histoire Générale de l’Art (l’Art musulman), Paris, 1938, p. 12-13. A cette époque, l’élégance des façades soigneusement appareillées ressort notamment de l’emploi fréquent des arcatures brisées : arc du maq‛ad, fenêtres géminées du kuttāb (sur sabīl). Palais du Caire, I, II, III.

118 Supra. L’abandon, à l’intérieur de la qā’a, des grands arcs brisés qui les caractérisèrent tout d’abord, ne provoquera pas pour autant leur désaffection architecturale.

119 Entièrement construite en pierre de taille, parfois bichrome. De belles demeures peuvent ne présenter qu’un maq’ad à un ou deux arcs, tandis que les palais possèdent généralement une loggia à trois arcs, voire quatre (Palais de l’Emir Ṭāz) ; véritable galerie à cinq arcs, le maq‛ad de l’émir Mamā’ī constitue une exception. Cf. Palais du Caire, I, pp. 11-20. Des impostes sont placés le plus souvent au-dessus des chapiteaux pour surélever la hauteur des arcades. Des tirants de bois relient entre eux — comme dans les salles de prières — les différents arcs.

120 La construction de mâchicoulis en pierre représente, sans doute, l’une des formes les plus anciennes de l’encorbellement. Creswell, op. cit., II. Premiers exemples de mâchicoulis à l’époque pré-islamique dans la Syrie du Nord (ve et vie s.).

121 Supra. Balcon à encorbellement du Qasr Ālin Āq (côté ouest).

122 Console de pierre : kabūlī, kawābīl ; console superposée en bois : marbu‛a, marbū‛āt.

123 Poutres formant chaînage comme celles que nous avons vu employer dans les murs des qasr, édifiés en pierre de petit appareil (qasr Ālin Āq, Bastak, etc.).

124 S. Bourgoin, Précis d’Histoire de l’Art, Paris, 1892, Pl. 78 à 83. G. Marçais, L’Architecture musulmane d’Occident. J. Revault, Palais de Tunis, IV, 1978. Au Caire, construits de plus en plus en matériaux légers, à partir du xixe s., les balcons fermés seront conservés dans des immeubles modernes jusqu’à une date récente.

Table des illustrations

Titre Planche LXIV
Légende Mosquée de Qāyt-Bāy.La perspective intérieure de cette mosquée du xve siècle — dans l’axe du mihrab — montre la ressemblance de cette architecture religieuse à deux īwān extrêmes et sahn central avec celle des grandes salles d’apparat mameloukes.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3100/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Planche LXV
Légende Mosquée al-Muayyad (début xve s.). Vue extérieure. Au fond, Bāb Zuwayla, Porte Sud d’Al-Qahira (d’après Coste).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3100/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Planche LVXI
Légende Coupes et élévations de la Mosquée de Qāyt Bāy (d’après A. Gayet, l’Art Arabe).Au xve siècle, bien que l’évolution architecturale continue à présenter de fréquentes similitudes entre les constructions civiles et les monuments religieux, notamment dans les portails, les arcs intérieurs de type mamelouk, voire ayyoubide et fatimide, ne sont conservés que dans les mosquées, madrasa et ḫānqā.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3100/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable