Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Palais et maisons du Caire. Tome I

 | 
Jean-Claude Garcin
, 
Bernard Maury
, 
Jacques Revault
, 
et al.

2e partie. Habitat médiéval et histoire urbaine à Fustat et au Caire

xve - xvie siècles

Texte intégral

De profonds changements

  • 1 Nuğūm, X, 211 : il cite d’ailleurs là « quelqu’un qui a vu cette peste ».
  • 2 Sur la période, cf. J.C. Garcin, Le Proche Orient mamluk (Peuples et Civilisations, VII, sous pres (...)

1Si le palais de l’émir Tāz, édifié en 1352, n’est peut-être pas nécessairement du même type que ceux de Baštak ou de Qawṣūn, plus anciens seulement d’une dizaine d’années, c’est qu’à partir du milieu du siècle, et peut-être même dès les lendemains du long sultanat d’Al Malik al Nāṣir Muḥammad, mort en 1341, l’Égypte nous paraît entrer lentement dans une nouvelle période de son histoire. Le premier signe, et certainement une des causes de l’évolution, fut évidemment la Peste Noire de 1348, qui étendit, on le sait, ses ravages à l’Occident européen et inaugura là-bas également une longue série d’épidémies, qui réduisirent considérablement le nombre des hommes, et par là même, la masse des richesses produites. Pour l’Égypte aussi, ce fut « la grande coupure », comme l’écrit Ibn al Taġrībīrdī1. Même en faisant sa part à une évolution institutionnelle, qui introduisit pour un temps, et de façon étrange et fâcheuse, la notion de légitimité dynastique dans un régime militaire qui devait reposer sur le seul jeu des groupes de pression dans l’armée, il est vraisemblable que l’impuissance politique qui frappa le régime mameluk dans les quarante années qui suivirent la disparition du grand sultan, ne fut pas sans rapport avec cet appauvrissement durable en hommes et donc en richesses, qui commençait : en d’autres temps, un émir d’entre les Qawṣūn, les Tāz et bien d’autres dont les somptueuses dār ont disparu, seraient parvenus au pouvoir suprême. Il n’en fut rien alors, et les affrontements entre émirs restèrent stériles2.

  • 3 Cf. J.C. Garcin, La « méditerranéisation » de l’empire mamelouk sous les Sultans Bahrides, in Rivi (...)

2A la suite d’une nouvelle ponction (famine et peste) en 1374-75, on a l’impression que l’empire n’a plus les moyens de maintenir partout ses cadres d’antan, et consacre les forces qui lui restent à contrôler les parties vitales de son territoire : le grand commerce d’Extrême-Orient est détourné de la route de Haute-Égypte qu’il suivait traditionnellement depuis les Fatimides, et coupe au plus court, ou presque, du Golfe de Suez à la Méditerranée. L’espace égyptien se trouve modifié pour de longs siècles, au-delà des temps médiévaux3. Le groupe social dominant, celui des émirs, cherche désormais sa cohésion, non plus dans cette originale agrégation au corps dirigeant, de mameluks de toute origine (même s’ils étaient en majorité “turcs ”) qui se faisait au terme d’une soigneuse éducation, mais dans le principe moins coûteux de la race : à partir de 1382, avec Barqūq, les Circassiens contrôlent le sultanat et constituent une communauté qui maintiendra son influence pendant des siècles après l’installation des Ottomans.

  • 4 Cf. J.C. Garcin, Al Maqrîzî, un historien encyclopédique du monde afro-oriental, in Les Africains, (...)

3Les débuts du xve siècle ressemblent à un effondrement : l’invasion mongole à nouveau jusqu’aux portes de l’Égypte, la famine et la peste, les luttes politiques sans issue, dans un pays exsangue, tout cela apparaît aux contemporains comme la fin d’un monde. C’est sans doute de ce choc qu’est née la vocation d’historien de Maqrīzī, soucieux d’enregistrer vite les fastes du passé quand les traces en existaient encore4. La reconstruction ne se fit vraiment qu’à partir du premier quart du siècle et du sultanat de Barsbāy (1422-1438) et là encore, elle engagea durablement l’avenir. L’État ne pouvait plus trouver l’essentiel de ses ressources dans la ponction fiscale foncière (à travers le système de l’iqṭa‘) : les campagnes dépeuplées, où le système traditionnel d’irrigation n’avait pas reçu, et pour cause, tous les soins nécessaires, ne fournissaient plus les richesses de jadis. Le sultanat mameluk survécut en profitant de l’aubaine constituée par le grand commerce des épices qui passait plus que jamais par la Mer Rouge au xve siècle, et en faisant de la vente des épices aux Occidentaux une entreprise d’État.

4L’expédient porta ses fruits. Et le sultanat de Qāytbāy (1468-1496) constitua une seconde apogée de l’État mameluk. Mais on avait ainsi lié, plus que par le passé, et plus durablement, le sort de l’Égypte à celui du monde environnant où, en dépit de ces temps de crise, déjà la pression économique de l’Europe se faisait sentir. La multiplication des récits de voyages d’Européens en Égypte en est le signe. Lorsqu’au début du xvie siècle, la présence portugaise dans l’Océan Indien vint gêner et parfois interdire totalement le recours à l’exploitation de la source de richesses que constituaient les épices, l’État mameluk se trouva en difficulté. Il disparut pour avoir voulu ignorer sa ruine et entraver l’expansion de la puissance ottomane, la seule efficace alors face à l’Occident.

5Depuis le milieu du xive siècle, l’Égypte a donc beaucoup changé : elle est moins peuplée, une partie du réseau des canaux d’irrigation n’est plus entretenue. La traditionnelle richesse agricole a donc diminué ; le grand commerce fournit les ressources indispensables. On vit, et on vivra désormais et pour longtemps, autrement, dans un espace égyptien tourné vers le rivage méditerranéen, et où l’arrière-pays, la Haute-Égypte, est plus facilement laissé à l’influence des Bédouins.

L’évolution de la ville

  • 5 Cf. Ḫiṭaṭ, II, 111, 118 et I, 339 (Fusṭāṭ).
  • 6 Cf. Ḫiṭaṭ, I, 339 et II, 124, 126, 139 ; on sait que dès les années 760/1360, le quartier de Ḥusay (...)
  • 7 Les voyageurs occidentaux des années 80 situent l’épidémie tantôt en 1363 (cas de Simone Sigoli, V (...)
  • 8 P. Casanova, Essai de reconstitution topographique de la ville d’al Foustât ou Misr, Le Caire, 191 (...)
  • 9 Giorgio Gucci (1384) : « ed ista quasi come uno scudo, larga dalle parte del Cairo, e istretta e a (...)
  • 10 Ḫiṭaṭ, I, 339 ; sur les constructions de cette époque, cf. Ḫiṭaṭ, II, 28, 32, 50, 52, 65, 68, etc.
  • 11 S. Sigoli : « più di cinquanta migliaia che non hanno nè casa nè tetto dove albergare » (in Monume (...)
  • 12 Ḫiṭaṭ, II, 94.
  • 13 Des travaux menés en 738/1337-38, et en 749/1348-49, ont été complétés en 784/1382 par l’émir Ğahâ (...)
  • 14 Kitāb al Intifār, IV, 118.
  • 15 Libro del Conosçimiento : « son quatro pueblos ; al primero dizen Alcaera, el oltro Babilonia... e (...)

6On comprend que la capitale n’ait pas moins changé que l’ensemble du pays. Comme dans les grandes villes d’Occident, la disparition d’un certain nombre d’habitants du fait des pestes, amena une rétraction du territoire urbain. Le premier recul se produisit lors de la peste noire : au nord de Bāb al Naṣr, à l’ouest du ẖalīg, vers Bāb al Lūq, à Fusṭāṭ, des zones habitées furent abandonnées5 ; mais sans doute de façon seulement provisoire. Une partie du terrain perdu avait été réoccupée quand survint la crise de 1374-75. Les mêmes quartiers furent atteints6 et avec des conséquences vraisemblablement plus graves : dix ans plus tard, des voyageurs européens y font encore allusion7. Fusṭāṭ en particulier subit des dommages qui ne furent peut-être pas plus importants qu’ailleurs, mais qui, en raison de l’abandon des routes de la Haute-Égypte par le grand commerce et des conséquences de cet abandon pour l’utilisation de cette partie sud de l’agglomération, ne furent pas réparés par la suite. On ne doit pas exagérer toutefois la rapidité du processus. La description de Fusṭāṭ faite par Ibn Duqmāq dont P. Casanova a tiré son étude8, n’est pas celle d’une ville disparue. Les voyageurs occidentaux décrivent le Caire de cette époque et mentionnent Fusṭāṭ comme une agglomération en forme d’écu ou bouclier tourné pointe en bas vers le sud9 et qu’ils trouvent de plus en plus proche du Caire. Les constructions sont actives d’autre part, sous le sultanat de Barqūq, dans le centre de la ville fatimide où il faut reconstruire et il n’est d’ailleurs pas impossible que certains matériaux aient été pour cela prélevés à Fusṭāṭ10. En effet, si la disparition d’un grand nombre de citadins entraîne inévitablement une dégradation des maisons dont les éléments les plus intéressants (les boiseries, les marbres) sont vendus ou volés, elle n’implique pas une diminution automatique de la population urbaine ; car, surtout en Égypte où le phénomène continue à se produire de nos jours, lorsque l’état de la campagne ne permet plus aux fellahs pour une raison ou une autre, d’y mener une vie supportable, ils affluent en ville. Les voyageurs occidentaux ont bien noté la présence de ces familles qui ne trouvaient pas à se loger dans une ville délabrée, et ont estimé en général à un très grand nombre les sans-abri « qui n’ont ni maison ni toit pour y habiter »11. Paradoxalement, la ville était donc surpeuplée et on comprend que ceux qui en avaient les moyens aient reconstruit. C’est l’époque où certains traits du Caire moderne commencent à apparaître : le Ḫān Ḫalīlī est construit avant 138912. La ville, peut-être en raison de sa population, continue d’avoir grande allure : des travaux ont été faits pour ramener vers l’est le cours du Nil dont les eaux avaient tendance à s’éloigner du Caire13. Ibn Duqmāq décrit le site de la capitale comme celui de ce que nous appellerions de nos jours une « connurbation » (al mawḍū‘allaḏī sammūhu al madīna al kubrā) et il y inclut Le Caire, Fusṭāṭ, Rawḍa et Gīza14. Cette attitude devait être assez répandue puisqu’on en retrouve l’écho dans un texte occidental de l’époque15.

  • 16 Nuğūm, XIII, 152.
  • 17 Subḥ al a’šâ, III, 334.
  • 18 On trouve la mention de ces régressions dans divers passages des Ḫiṭaṭ, ainsi en Ḫiṭaṭ, II, 118 à (...)
  • 19 Ḫiṭaṭ, II, 131, 132.
  • 20 Ḫiṭaṭ , II, 54, 59, 74.
  • 21 Les traces de l’activité de Ğamâl al dîn al ustâdâr sont également fort nombreuses dans les Ḫiṭaṭ (...)

7Les changements décisifs se produisirent lors de la crise du début du xve siècle. Ce fut vraiment alors que disparut la capitale d’Al Malik al Nāṣir Muḥammad. Plus de la moitié du Caire et de sa banlieue ont été réduits à l’état de ruines, estime Ibn al Taġībirdī16. De Fusṭāṭ, al Qalqašandī constate qu’il ne reste plus debout que la zone proche des rivages du Nil, et celle qui avoisine la mosquée de ‘Amr17. La régression est définitive (et n’ira pas plus loin). Les faubourgs nord et ouest sont ruinés, ainsi que les bords du Nil18, mais Būlāq, qui remplace Fusṭāṭ dans son rôle de port, a résisté19. Dans le centre de la ville fatimide aussi, les ruines se sont accumulées. Tel est le triste bilan qu’enregistre Maqrīzī. Il est étrange qu’on doive chercher dans l’œuvre de cet historien l’évocation de la grandeur d’une ville dont il n’a connu surtout que la ruine. Il est vrai que c’est à ce tragique spectacle que nous devons sans doute la passion de témoigner qu’il n’en avait pas toujours été ainsi, passion qui alla jusqu’à lui faire haïr son époque, et refuser de voir les signes d’un renouveau. Il est certain que les malheurs des temps autorisèrent tous les abus immobiliers, et Maqrīzī enregistre amèrement les cassations iniques de waqfs, qui permirent la destruction des dār du passé20. Mais en quel état étaient-elles ? C’est l’époque où tout le centre de l’ancien Caire fatimide est remodelé par la volonté impitoyable et rapace de l’ustādār du sultan Farağ, Ğamāl al dīn21 : ainsi naquit vers 1408-1409 ce quartier de la « Gamalīya » qui a tant compté dans la vie du Caire jusqu’à nos jours.

  • 22 Ibn Taġrîbirdî, Nuğūm, XVI, 120.
  • 23 Ḥalîl al Ẓâhirî, Kitāb zubda kašf al mamâlik (ed. Ravaisse, Paris, 1894) p. 86.
  • 24 Nuğūm, IX, 185-187.

8Le relèvement semble avoir été lent et s’être fait vraisemblablement à partir du sultanat de Barsbāy (1422-1438). La ville continua d’accueillir et pour longtemps, plus d’habitants qu’elle n’en pouvait loger. Aussi, dès que les épidémies se firent plus rares, les ressources tirées des campagnes un peu mieux cultivées et du grand commerce des épices, même aux mains de l’État sultanien, permirent le renouveau de Būlāq, point fort où arrivaient les précieuses marchandises venues maintenant par les pistes du nord-est : à nouveau les constructions s’étirèrent vers Le Caire ; lorsqu’en 1458 un grand incendie éclata à Būlāq, on craignit que le feu, se propageant « de maison en maison » n’atteigne le centre de la ville22. Naturellement aussi, la banlieue nord-est, principal moyen d’accès au Caire par voie de terre, reprit vie également et fit désormais partie du cadre public cairote. Dès le milieu du siècle, c’est à Raydanīya qu’avait lieu la cérémonie annuelle au cours de laquelle le sultan, le Palais et l’armée revêtaient la tenue d’hiver23. Ibn al Tagrībirdī qui est mort en 1470, soit avant le plein épanouissement de l’époque de Qāytbāy (1468-1496), comparait le développement des constructions en son temps à Būlāq, au cimetière Nord et à Siryāqūs, à celui qu’avait connu le sultanat d’al Malik al Nāṣir Muḥammad24.

  • 25 Le voyage en Égypte de Joos Van Ghistele (I.F.A.O., 1976), p. 18.
  • 26 Saẖâwî, al Ḍaw al-Lâmi’, II, 272.
  • 27 Ibn Iyâs, Târiẖ Miṣr, II, 164/Histoire des Mamlouks Circassiens, p. 131.
  • 28 Saẖâwî, Ḍaw, X, 273.
  • 29 D. Behrens-Abou Seif, Topography and Architecture of the North-Eastern Suburb of Cairo in the Circ (...)
  • 30 On y trouve, à partir de 1490 (Târiẖ Miṣr, II, 269/Histoire des Mamelouks Circassiens, 316), une f (...)
  • 31 Sur les bords de l’étang de Ratlî, à côté de constructions émirales, dont celle du puissant émir M (...)
  • 32 Ibn Iyās (ed. M. Mostafa), V, 255/tr. Wiet, Journal, I, 238 ; cette dār appartenait aussi à un ser (...)
  • 33 Saẖâwî, Ḍaw, VI, 208.
  • 34 Ibn Iyâs, IV, 59, 63/Journal, 55, 60 (ceci en 1503 et 1504).
  • 35 Ibn Iyâs, Târiẖ, II, 346/Histoire, 444.
  • 36 Saẖâwî, Ḍaw, X, 274, lors d’une première opération d’élargissement des rues en 1477-1478 (cf. Ibn (...)
  • 37 Eine Stadtansicht des mamlukischen Kairo... cf. note 4 p. 146.

9L’appréciation serait encore plus juste, semble-t-il, appliquée au sultanat de Qāytbāy proprement dit. L’expansion urbaine fut alors remarquable et remarquée par les voyageurs d’Occident. Dès 1482, Van Ghistele évoque une ville qui lui paraît être d’un seul tenant, de « Babilonia » à « Boulaka » (l’un des éléments ayant « rejoint » l’autre) et qui atteint le Nil en ces deux points « ce qui lui donne assez la forme d’une paire de lunettes »25. En fait, bien qu’au Sud Fusṭāṭ garde son gouverneur et que des tentatives y aient été faites par l’émir Azbak, l’atabak de Qāytbāy, pour y créer vers al Raṣad une nouvelle zone urbaine26, ce fut un essai sans doute sans lendemain, qui contredisait par trop la nouvelle orientation de la capitale. Vers l’Ouest, de plus en plus gênée par le lent déplacement du cours du fleuve, le Caire n’eut plus désormais ce « bord du Nil » continu que décrivait al Maqrīzī, de Būlāq à Fusṭāṭ, du temps d’al Malik al Nāṣir Muḥammad ; toutefois, la zone située immédiatement à l’Ouest de l’ancien ẖalīg fut gagnée une nouvelle fois sur les ruines et dut à l’atabak Azbak, dans ce cas mieux inspiré, la création de l’Azbakiya, cet autre centre du Caire post-médiéval, mis en chantier en 1475-7627 ; et au-delà du ẖalīg al Nāṣiri, la ville retrouva une banlieue de résidences et de jardins, des quartiers par endroits, des terrains vides aussi, qu’une façade de pavillons ne masquait donc plus du fleuve. Mais ce fut vers le Nord, plus précisémment vers le Nord-Est, que les constructions furent nombreuses. Dans cette zone l’exemple fut donné par l’héritier du palais de Qawṣn, l’émir dawādār Yašbak min Mahdī, qui construisit sa coupole à l’entrée de Ḥusaynīya (la Fadāwīya) à Raydanīya, avec un grand ensemble à galeries et un autre monument près de Maṭarīya28, tous lieux que les études de Mme Doris Behrens-Abouseif ont commencé de faire revivre pour nous29. Les derniers sultans mameluks ont beaucoup fréquenté ces endroits, et bien des décisions graves y furent prises. L’émulation entre émirs resta donc un élément important de l’expansion urbaine. Mais peut-être ne sont-ils plus seuls et de grandes familles de serviteurs civils de l’État ont joué leur rôle également en particulier dans la faveur qu’eut désormais cette zone nord (qui voyait se mêler là aussi des maisons composant de vrais quartiers et des jardins), telle, plus loin encore que Ḥusaynīya, la Zāwiya al ḥamra30 ou bien, plus près, l’ensemble de l’étang de Raṭlī31, où dans une des somptueuses dār qui le bordaient, fut logé en 1512 un ambassadeur de France32. Le sultan, par ses ressources, fut également un grand constructeur, et l’attention portée à des monuments divers, à Rawḍa ou sur l’autre rive du Nil, à Duqqī33, montre que vers la fin du sultanat mameluk, Le Caire est redevenu une grande ville. Par ordre supérieur, les rues et les canaux furent élargis34, et même un jour les façades des maisons, ravalées35. Comme devaient le faire au xixe siècle les membres du Comité de Conservation des Monuments de l’Art arabe, l’émir Yašbak fit dépouiller de sa gangue de masures la mosquée de Ṭalā’i‘ au Bāb Zuwayla et les antiques décorations fatimides reparurent36. La capitale de l’empire mameluk faisait belle impression au début du xvie siècle et Madame V. Meinecke-Berg, en rappelant l’existence de la carte vénitienne de Matteo Pagano qui donne l’état du Caire de l’époque37, nous a rendu la connaissance visuelle de la grande cité.

Planche LIX

Planche LIX

Le Caire, troisième phase de l’histoire du site médiéval : nouvelle orientation de l’espace urbain au xve siècle. (Voir remarque Pl. XLIX).

Les palais de la citadelle

10Les divers événements que nous avons évoqués et qui, dans la deuxième partie du xive siècle et au début du xve, ont affecté la ville (et ont dû avoir leur répercussion sur l’habitat) relèvent, on l’a vu, de la catastrophe naturelle ou de l’agression extérieure. Il ne s’agit plus, comme dans la période précédente, de la fondation d’une cité nouvelle ou de la construction d’une citadelle ou de quartiers entiers par le pouvoir, qui maintenant subit plus qu’il ne décide. Et il peut paraître par conséquent inutile de s’interroger sur le rôle qu’a pu continuer de jouer le pouvoir en matière d’architecture urbaine. Néanmoins, son influence sociale demeure et, à partir du second quart du xve siècle, il a retrouvé des moyens économiques pour sa politique. Ses choix en matière de construction des bâtiments, pour autant que nous arrivons à les cerner, restent significatifs d’une évolution générale, même s’ils la guident moins qu’avant. Dominant un empire plus étendu que l’Égypte, le pouvoir sultanien peut introduire dans la capitale des formules architecturales empruntées ailleurs. Une brève enquête sur l’évolution des palais de la citadelle n’est donc pas inutile.

  • 38 Ḥalîl al Ẓâhirî, Zubda (ed. Ravaisse), p. 86/tr. Gaulmier (mauvaise), p. 139 ; c’est le Grand Iwān(...)
  • 39 Ibn Iyâs, V (ed. Mostafa) p. 191 /Journal, II, p. 185, et V, p. 441 ¡Journal, II, 424.
  • 40 Ḥalîl al Zâhirî, Zubda, ibidem.
  • 41 Zubda, p. 26-27/tr. Gaulmier-Venture, p. 40.
  • 42 Le voyage en Égypte de Joos Van Ghistele, 37.

11Ces palais n’ont pas souffert de la crise. Il n’en est que plus intéressant de voir que des changements importants se sont produits. Les grandes constructions officielles de la première période mameluke, le Grand Iwān et le Qaṣr, sont restées jusqu’à la chute du sultanat des symboles de l’État. C’est dans le Grand Iwān ou dans la cour le précédant que, pendant tout le quinzième siècle, furent souvent reçus les ambassadeurs étrangers38. Lors de la conquête ottomane seulement, en 1518, on lui enleva deux de ses colonnes monumentales, ce qui ne fut sans doute pas sans effet sur la solidité de la coupole qui s’effondra en 152239. Le Qaṣr resta de son côté un des cadres des audiences sultaniennes solennelles et, pendant longtemps sinon jusqu’au bout, le lieu où étaient installés officiellement les sultans40. Mais, en fait, le centre de l’activité officielle véritable se déplaça ailleurs, signe que l’installation primitive n’était plus jugée convenable et qu’on avait désormais d’autres exigences. Pour les satisfaire on dut nécessairement construire dans des parties relevant jusqu’à cette époque du domaine privé des sultans à la citadelle. On n’entend pas par là les bâtiments réservés aux femmes du souverain (au moins six palais ou qā‘a vers le milieu du siècle dont un pour les réceptions officielles des sultanes, quatre résidences pour les quatre épouses, et une pour les concubines, selon Ḥalīl al Ẓāhirī41 ; mais ceci variait évidemment d’un sultanat à l’autre) : c’était là un ensemble à part, qu’a décrit un voyageur de la fin du xve siècle42, et qui semble s’être ordonné autour d’une grande place centrale, ce qui, on le verra, n’est pas sans intérêt.

  • 43 Ḫiṭaṭ, II, 229.
  • 44 Ḫiṭaṭ, II, 212 ; cf. Abû-l-Fidâ, récit de la construction de son palais de Hama, en 1320-1321, tra (...)
  • 45 Ibn Iyâs, IV, 80/Journal, I, 76.
  • 46 Cf. Ibn Iyâs, Târiẖ Miṣr, II, 236/Histoire, 256.
  • 47 Ibn Iyâs, IV, 154/Journal, I, 150 ; sur la signification possible du terme masṭaba, cf. Mme D. Beh (...)
  • 48 Cf. Ibn Iyâs, Târiẖ Miṣr, II, 163/Histoire, 130.
  • 49 Cf. Maqrîzî, Sulûk, III, 623.
  • 50 Cf. Sulūk, III, 890.
  • 51 Cf. Sulūk, IV, 134.

12D’autres espaces restaient disponibles et furent utilisés non sans qu’on puisse se demander dans quelle mesure la disposition première des lieux n’eut pas son importance pour la suite. Au point de départ de cette évolution, on trouve un vaste terrain encore libre vers le milieu du xive siècle, qui avait pour origine l’intérêt qu’al Malik al Nāsir Muḥammad portait à l’élevage, non seulement des chevaux qu’on mettait dans les écuries sultaniennes, mais aussi des bœufs et moutons, dont il se faisait envoyer des specimens de toute l’Égypte. A partir des années 1337-1338, il s’était mis à parquer ses animaux dans un vaste enclos, ou ḥawš, qu’il fit aménager en un endroit dévasté au sol défoncé, dont on avait extrait la pierre pour les constructions précédentes et qu’il fit aplanir : à en croire Maqrīzī43, il y avait là quelque trente mille bêtes lorsque le sultan mourut ! Ses successeurs n’eurent pas sa passion et un vaste emplacement se trouva libre. En 1344-45, un de ses fils, Ismā‘īl, devenu sultan sous le nom d’al Malik al Ṣāliḥ, décida de se faire construire un palais imitant en tous points celui qu’un descendant des princes ayyubides de Syrie, un autre Ismā‘īl, le prince de Hama (également historien et connu sous le nom d’Abū-l-Fidā) s’était fait construire là-bas en 1320 (dont une qubba et un murabba‘ sans doute, haute pièce de réception dans la tradition syrienne) ; des architectes furent envoyés de Syrie et même la pierre en fut importée pour la construction de cette « duhayša » ou « petite merveille »44. On sait malheureusement peu de choses sur ce palais, dont on peut penser qu’il exerça une influence sur les constructions postérieures. Il était agrémenté d’un bassin (central ? — qui fut remplacé par une marqueterie de marbre au début du xvie siècle)45 et donnait sur le Ḥawš par une grande fenêtre barreaudée46. Doté d’un porche avec maṣṭaba47 (il avait son portier)48, il semble qu’il était situé à l’entrée du Ḥawš. Le palais de la Duhayša paraît être resté pendant une bonne partie du xve siècle une résidence sultanienne privée. Il y avait peut-être déjà quelques autres constructipns autour du Ḥawš49, mais pour l’essentiel, c’était encore une vaste esplanade vide. A partir de Barqūq (1382), les sultans prirent l’habitude de faire célébrer sur cette esplanade, chaque année, le mawlid du Prophète50 ; on dressait alors une grande tente pour accueillir les invités, émirs, secrétaires et gens de religion, et il en fut ainsi jusqu’au xvie siècle. Le fils de Barqūq, Farağ, vers 1410-1411, fit aménager un bâtiment pour abriter le mawlid51 mais il ne paraît pas avoir été utilisé par la suite ; peut-être ne fut-il pas terminé.

  • 52 Cf. Sulūk, IV, 479 ; Ibn Taġrîbirdî, Nuǧūm, XIV, 77 ; Ibn Iyâs, Târiẖ Miṣr, II, 9.
  • 53 Le Caire vu par les voyageurs occidentaux, p. 128, cf. aussi, peut-être, Le Voyage en Égypte, p. 2 (...)
  • 54 Cf. Saẖāwî, Ḍaw, IV, p. 25 (cité en 842/1439).
  • 55 Ḍaw, VI, 207 ; ce passage de Saẖâwî ne laisse aucune ambiguïté sur la restauration par le sultan « (...)
  • 56 Nuǧūm, XV, 102 ; est-ce ce maq’ad qui est cité dès 829/1426, lorsque le sultan accueille à la cita (...)

13En 1419, l’étape essentielle fut franchie : le sultan Shaykh construisit alors le palais de la « Baḥra »52 qui, comme la Duhayša, était orné d’un bassin, d’où son nom. C’est sans doute dans le palais de la Baḥra que le florentin Brancacci fut reçu en 1422 « dans une salle dominant de huit marches un jardin ; les fenêtres de cette salle étaient toutes ajourées et au milieu était une large fontaine de douze brasses de diamètres »53 ; il semble que la porte de la Baḥra était surmontée d’un maq‘ad donnant sur le Ḥawš54, qui devait être restauré bien plus tard, avec l’ensemble, par Qāytbāy55. Selon Ibn al Taġrībirdī, Barsbāy (1422-1438) fit aussi édifier au-dessus du porche de la Duhayša, un maq‘ad qui donnait sur le Ḥawš56.

  • 57 Ibn Iyâs, IV, 165/Journal, I, 162.

14Enfin, le dernier grand sultan mameluk, Qansūḥ al Ġūrī, construisit également son maq‘ad en 1520, de « style copte », c’est-à-dire non agrémenté de colonnes, donnant à la fois sur le Ḥawš et sur le jardin de la Baḥra par des fenêtres barreaudées57.

  • 58 Târiḫ, II, 296/Histoire, 364.
  • 59 Târiḫ, II, 287/Histoire, 348.
  • 60 Ibn Iyâs, IV, 442/Journal, I, 407.
  • 61 Târiḫ, II, 313/Histoire, 388 (une « petite mosquée »).
  • 62 Târiḫ, II, 186/Histoire, 168.
  • 63 Târiḫ, II, 383/Histoire, 339.
  • 64 Ibn Taġrîbirdî, Nuǧûm, XVI, 219.
  • 65 Târiḫ, II, 287/Histoire, 348.
  • 66 Ḥalîl al Zâhirî, Zubda, 27.
  • 67 Târiḫ, II, 158/Histoire, 122.
  • 68 Ibn Iyâs, IV, 20/Journal, I, 18.
  • 69 Târiḫ, II, 345/Histoire, 439.
  • 70 Târiḫ, II, 296/Histoire, 364 ; on s’incline devant le trône qui est sur l’estrade, même parfois en (...)
  • 71 Târîkh, II, 250/Histoire, 279.
  • 72 Maqrîzî, Sulûk, IV, 719.
  • 73 Sulûk, IV, 1055.
  • 74 Târiḫ, II, 241/Histoire, 264.
  • 75 Sulûk, IV, 1051.
  • 76 Sulûk, IV, 1073.
  • 77 Târiḫ, II, 217/Histoire, 220.
  • 78 Maqrîzî, Sulûk, IV, 1044 ; Ibn Taġrîbirdî, Nuǧûm, XV, 102.
  • 79 Târiḫ, II, 296/Histoire, 364.

15Ces divers palais n’étaient pas les seules constructions bordant le Ḥawš : il y avait là une caserne, dont on fit aveugler les ouvertures sur le Ḥawš en 1496 après un attentat contre la vie du sultan58 ; une prison59 ; un centre de frappe de la monnaie60 ; une mosquée61 ; des logements divers, dont ceux du calife abbasside62. Le palais de la Baḥra au moins avait ses magasins63. Nous connaissons mal la structure des divers édifices. Les détails sont peu nombreux et parfois peu significatifs ; mais il est assez évident que ce qui comptait le plus dans cet ensemble c’était le Ḥawš lui-même, la vaste esplanade centrale, fermée par une porte, semble-t-il64. Elle avait son émir responsable (šadd al Ḥawš)65. Elle était assez grande pour être utilisée de façons diverses. Il y avait là un jardin (bustān)66 et une treille67. Mais il y avait aussi un vaste terrain nu, où on dressait la tente du mawlid68 et où le sultan pouvait jouer au polo69. On construisit également dans le Ḥawš une estrade (dikka) sur laquelle on installa le trône sultanien (et où Qāytbāy allait commodément dormir les soirs d’été, ce qui faillit lui coûter la vie)70 : une vaste tente abritait l’estrade du soleil71. C’est ainsi que cet espace devint, surtout à partir de l’époque de Barsbāy, le centre de la Citadelle. On y rassemblait des parties de l’armée pour des revues72 ou la distribution de donatives73, voire les attributions d’iqta74. Le sultan y présidait la Fête et y faisait égorger les moutons75. Le Ḥawš devint vite, dès Barsbāy, le cadre d’audiences officielles sultaniennes, le dimanche, le mercredi et le vendredi76, qui attiraient beaucoup de monde. Elles alternaient sans doute avec celles plus restreintes, du Qaṣr. Le Ḥawš fut au cœur d’une vie de cour souvent haute en couleurs : altercations entre émirs77 ; terribles colères sultaniennes, où le souverain maniait parfois lui-même le fouet, lorsque sa patience était à bout ; parades brillantes ; combats d’animaux ; du haut de son maq‘ad, Barsbāy à l’agonie recommanda son fils aux cadres de l’État rassemblés78 ; Qāytbāy mourut semble-t-il dans le même endroit79. On voit que, si l’on ignore la disposition des édifices entourant le Ḥawš, on peut admettre qu’ils étaient utilisés en fonction de ce vaste espace central fort animé, lieu de la vie publique, mais aussi parfois privée, des sultans.

  • 80 Sulûk, IV, 1073.
  • 81 Ḥalîl al Ẓâhirî, Zubda, 86.
  • 82 Ibn Iyâs, IV, 561 Journal, I, 52 ; sur le maq’ad déjà existant donnant sur Rumayla, cf. Târiḫ, II, (...)
  • 83 Ibn Iyâs, V, 88/Journal, II, 85.

16Ce fut peut-être en raison de la trop grande affluence que connaissait le Ḥawš et dont on se plaignit dès la fin du sultanat de Barsbāy80, que les sultans prirent aussi l’habitude de tenir audience aux Ecuries sultaniennes, sur le Ṃaydān, au pied de la citadelle. Vers le milieu du siècle, ces audiences alternèrent un moment avec celles du Qaṣr81. Le rôle du Ḥawš ne diminua pas vraiment. En 1503, le sultan Qansūḥ al Ġūrī fit aménager le Ṃaydān où il y avait déjà un maq‘ad : on y construisit un palais (qaṣr), des pavillons (manẓara) et un maq‘ad avec sa pièce annexe (mabīt) qui servit aux séances de justice. Un jardin luxuriant et précieux fut créé, avec pièces d’eau82 : tandis que les audiences sultaniennes du Ḥawš étaient alors fixées au lundi et au jeudi, celles du Ṃaydān furent le mardi et le samedi83. On avait recréé là cet espace central bordé de bâtiments ou d’un mur, tour à tour utilisé pour des revues de troupes, des parties de polo et les réceptions des ambassadeurs ou des consuls européens. A défaut de détails précis sur le plan des édifices, cette utilisation nouvelle de l’espace nous semble caractériser le vécu palatin du xve siècle.

Les dār « moyennes »

  • 84 Archives de la Citadelle, 12/76 ; M.M. Amîn, Catalogue, n° 76, p. 17.
  • 85 Ibn Iyâs, IV, 92/Journal, I, 88.

17Il est plus difficile d’évaluer, à partir de simples sondages dans les actes de waqf, les changements qui ont affecté pendant cette époque, l’architecture domestique commune. On ne peut que remarquer quelques indices et appeler de ses vœux des études plus approfondies. L’acte dressé en 1420 pour l’eunuque intendant du harem sultanien Kâfur ibn ‘Abdallah Ṣarġitmišī84 fournit un ensemble assez intéressant de constructions qu’on pourrait appeler ordinaires, aussi éloignées du grand palais que de la masure et assez caractéristiques de ces biens accumulés par des personnages relativement riches et parfois influents, mais qu’on imagine précautionneux et soucieux de se constituer une fortune équilibrée et sûre, à partir de multiples maisons moyennes à louer. Deux maisons dans la Ḥārat al Daylam, au centre de l’ancien Caire fatimide, donnent la mesure : l’une avec façade en pierre de taille, s’ouvre sur la rue par trois portes : la première permet l’accès à une écurie qui semble fort bien construite (elle a des fenêtres barreaudées de bois) avec trois mangeoires (pour neuf chevaux semble-t-il), une sellerie (rikabḫāna), une réserve d’orge, une réserve de paille et des latrines : en 1506, plusieurs incendies se sont développés au Caire à partir des réserves de paille accumulées dans leurs maisons par les mameluks85. La seconde et la troisième portes de la maison donnent chacune sur un escalier menant d’abord à un appartement (maintenant nommé riwāq) situé sur l’écurie (l’un avec deux īwān et dūr qā‘a, plus important que l’autre, le « petit riwāq » à un seul īwān et dūr qā‘a), puis, au-dessus, à un autre petit étage (ou ṭabaqa), qui dépend du riwāq, et ne constitue dans les deux cas, avec lui, qu’un seul appartement. Les diverses commodités sont enregistrées : cuisine, logement des zīr, tuyaux d’évacuation des eaux usées pour toute la maison jusqu’aux terrasses ; mais il ne semble y avoir de latrines que près de l’écurie. La bouche d’aération a pris ici le nom de malqaf.

  • 86 Layla ‘Alī Ibrāhīm, Middle-Class Living Units in Mamluk Cairo, Architecture and Terminology, in Ar (...)

18En face de cette maison, dans l’impasse, une autre est plus simple. Deux portes seulement : l’une pour une écurie de trois chevaux avec selleries, réserve de paille et latrines ; l’autre précédée d’un petit perron de deux marches, ouvrant sur l’escalier qui monte au riwāq au-dessus de l’écurie, lequel est doté, en une sorte de second étage, de grenier ou réserve sous la terrasse. La maison a les commodités habituelles, et un malqaf. Même si l’on tient compte des changements intervenus dans les aménagements intérieurs que nous ne notons pas ici, comme dans le vocabulaire (on note donc l’utilisation désormais courante du mot riwāq avec le sens d’appartement en étage), changements que les études de Mme Layla ‘Ali Ibrahim mettent en évidence86, ces deux maisons nous semblent relever d’une disposition de l’espace que nous connaissons déjà, avec accès séparés à l’écurie et au logement.

19Mais toutes les maisons dans ce waqf ne sont pas ainsi. Vers le début actuel du document, très abîmé, toujours dans le même quartier du Caire, une autre maison à un étage (une écurie, une réserve de paille et une petite qā‘a toute pavée de marbre au rez-de-chaussée ; deux appartements ou riwāq en étage, l’un sur l’écurie, l’autre sur la qā ‘a) ouvrent sur la rue par une unique grande porte cintrée. Et l’accès au rez-de-chaussée d’une part, et à l’étage de l’autre, se fait à partir d’un seul corridor d’entrée ou dihlīz, bien que l’écurie communique également avec la rue par une poterne. Le tout est bizarrement surmonté au-dessus du premier étage, de la sellerie et du grenier à orge. Il y a de fortes probabilités pour que la qā‘a du rez-de-chaussée et les deux appartements du premier étage aient été affectés à plus d’un foyer. Il n’y a dans cette description abrégée aucune mention des commodités habituelles, ce qui n’implique pas ici leur inexistence. On constatera cependant que la maison présente une certaine unité, dans la mesure où des éléments dépendant normalement de l’écurie, soit la sellerie et le grenier à orge, se trouvent placés au-dessus des deux riwāq.

20Une autre construction, située dans le même quartier, offre une disposition encore plus nette : une seule porte donne accès de la rue sur une darkā (que l’on a traduit habituellement jusqu’ici par le mot “ vestibule ”), à partir de laquelle se fait l’accès aux divers éléments de la maison, ici quatre, par quatre portes. Ces quatre éléments sont, dans cette maison, deux qā‘a de rez-de-chaussée avec toutes commodités, surmontées d’un petit étage ou ṭabaqa et d’une terrasse ; et deux appartements en étage ou riwāq, construits en partie au moins au-dessus de la darkā (qu’on doit donc bien concevoir comme centrale) et qui ont aussi leur terrasse. Notons que, dans ce bâtiment, la bouche à air porte toujours le nom de bādahanǧ ; que, peut-être accidentellement, les canalisations d’eaux usées ne sont pas notées ; et que les latrines ne portent plus leur nom habituel de mirḥād, mais sont remplacées par le kursī, ou siège. On trouve cet état du vocabulaire dans d’autres constructions de cette époque. On objectera que l’absence d’écurie dans ce bâtiment en fait une sorte de rab‘ regroupant quatre appartements simples, destinés à des locataires ne devant pas avoir de chevaux, donc des civils, et que l’unité qui apparaît dans cette maison à une seule porte, n’est pas probante.

21Mais on trouve également, toujours dans le même quartier et le même acte de waqf, deux bâtiments voisins qui ouvrent également sur la rue par une seule porte arquée, et ont des écuries, la distribution des accès au rez-de-chaussée et à l’étage se faisant à partir d’une « darkā » située en arrière de la porte d’entrée. Le premier bâtiment a au rez-de-chaussée une écurie de quatre chevaux avec arche de pierre, une sellerie, un grenier à paille, des latrines, le tout jouissant de l’accès à la lumière du jour (ḏāt al nūr al samāwī) ; à l’étage se trouve l’appartement ou riwāq avec fenêtres sur rue, comprenant deux īwān et une dūr qā‘a, ainsi qu’une pièce annexe ou ẖizāna : il est pourvu d’une cuisine, d’un logement des zīr et d’un kursī et a une petite pièce d’étage relevant de lui, (ou ṭabaqa) type de dépendance, que nous avons déjà rencontrée, située ici au-dessus de la pièce annexe et sous la terrasse. Dans le second bâtiment, l’écurie avec grenier à paille, sellerie et latrines est plus vaste et peut abriter sept chevaux. Elle est couverte au moins en partie d’une terrasse accessible ; l’étage habitable, sans doute sur l’autre partie de l’écurie, est au contraire plus petit (ṭabaqa laṭīfa) : un īwān, une dūrqā‘a (à ciel ouvert ? samāwī) et une courette (sāḥa laṭīfa) où se trouvent logement des zīr et kursī. Dans ces deux constructions, non seulement l’accès de la rue est unique, mais il y a éclairage de la maison par des espaces ménagés au centre, au niveau de l’écurie du rez-de-chaussée dans un cas au moins, ou au niveau de l’étage ; ce qui ne signifie pas pour autant que l’espace domestique se détourne de la rue. Nous dirions volontiers qu’il y a une « cour », mais ce n’est pas ainsi que s’expriment les contemporains et certaines descriptions impliquent l’existence de cet accès au ciel libre sans que le texte du waqf utilise le mot « cour ».

22Une maison plus complexe, assez riche, dont la description se trouve encore dans le même document (et qui est située dans la même zone urbaine) illustre ce fait. A un premier ensemble doté de deux entrées, comprenant une qā‘a assez luxueuse au rez-de-chaussée surmontée d’un appartement (ou riwāq) avec īwān et dūrqā‘a, chacun ayant donc son entrée, s’ajoute un second ensemble s’ordonnant à partir d’une darkā, d’où quatre portes donnent accès à une cuisine, à un magasin, à un logement (riwāq à deux īwān et dūr qā‘a situé au-dessus du magasin) et à la qā‘a du premier ensemble. On est tenté de se demander si cette darkā n’est pas à ciel ouvert, car il arrive qu’on trouve dans les descriptions des darkā avec arbres tandis qu’on précise que d’autres sont plafonnées. Dans ce cas, nous dirions qu’elle sert de « cour » à la première qā‘a, d’autant que, à ces deux premiers ensembles s’en ajoute un troisième ouvrant sur la rue par une porte arquée où on nous décrit d’abord une écurie de trois chevaux face à un maq‘ad, avec trois logements d’étage ou ṭabaqa (dont sans doute deux sur des magasins et un sur l’écurie), puis, communiquant avec ce qui précède par une porte cintrée intérieure, une écurie de huit chevaux, un autre maq‘ad et un grenier à paille surmonté de la sellerie : il est bien probable qu’il faille supposer là avec les maq‘ad sur lesquels nous aurons à revenir, l’existence de deux cours intérieures, reliées par un passage auquel il est fait allusion dans le texte.

  • 87 Ḫiṭaṭ, II, 214.
  • 88 Târiḫ, II, 357/Histoire, 458.
  • 89 Cf. Ibn Iyâs, Târiḫ, II, 287/Histoire, 348.
  • 90 Ḍaw, VI, 210 (dans la biographie de Qâytbây).

23Parmi toutes les maisons moyennes dont ce waqf nous a fourni la description, la dernière décrite dépasse les autres par son ampleur : on ne peut évidemment ordonner la maison autour d’une cour que si elle a une certaine surface. Mais on peut se demander si, dès que cette surface était atteinte, il n’y avait pas une tendance à aménager des cours surtout si on prévoyait de construire une écurie ; et il est sûr qu’un très grand nombre de maisons était occupées par des mameluks ayant besoin d’une écurie pour leurs chevaux. Certains vivaient encore avec leurs émirs ; mais, selon Maqrīzī, à partir du sultanat de Barqūq, les mameluks sultaniens adultes, les plus nombreux, ne résident plus dans les casernes de la citadelle ; ils logent en ville (où ils prennent femme)87 et ils ont dû constituer une clientèle de choix pour les constructeurs de ces maisons. Quand, en 1499, un détachement de mameluks sultaniens se fit surprendre et cruellement battre par une fraction de Bédouins au sud du Caire, Ibn Iyâs écrit que ce fut « une journée de deuil dans chaque rue »88. Lorsque d’autre part le vide des caisses de l’État eût amené, dans certaines occasions le sultan à établir une imposition d’un montant de plusieurs mois de loyer par maison, les mameluks sultaniens se montrèrent particulièrement hostiles à la mesure89. Un simple mameluk devait se contenter d’un logement dans une maison. Un petit émir avait peut-être plus d’ambition et souhaitait avoir son maq‘ad et son écurie, sans pour cela habiter un palais. Vers la fin du siècle, du temps de Qāytbāy, une brève remarque de Saẖāwī laisse entendre que les principaux éléments de la maison d’un émir sont normalement le logement ou riwāq, le maq‘ad et la cour ou dawār90.

La dār Zaynab Ḫatun

  • 91 Pl. XXVIII et XXIX ; sur cette maison, voir J. Revault, supra.

24Il est possible que, parmi les vestiges archéologiques cairotes, la maison dite de Zaynab Hātūn, dont le style évoque l’époque de Qāyt bāy, soit un témoignage de ce que pouvait être une de ces maisons « moyennes riches », si l’on ose s’exprimer ainsi, au terme de l’évolution qu’a connue le xve siècle. La construction a été restaurée et peut-être remaniée91. Aussi on ne peut tenter qu’une interprétation hypothétique des lieux, que justifie seulement la concordance entre le style architectural et le type de description qu’on trouve dans les actes de waqf du xve siècle, concordance qui permet d’estimer que cette maison s’inscrit dans la tradition que nous venons d’évoquer, quelle que soit la date exacte de son édification. Le constructeur est inconnu. Le bâtiment semble avoir eu deux portes sur la rue : l’une donne accès à des communs et des latrines, soit apparemment un petit ensemble à part, mais servant en réalité d’accès à une partie de l’ensemble principal en étage où conduit un escalier. L’autre, la porte principale, permet d’entrer dans ce que nous appelons, nous, une cour, mais qu’une description de l’époque aurait peut-être nommé autrement. Cette cour était vraisemblablement plus grande et, si la disposition des lieux date bien du xve siècle, il a du y avoir une écurie (accompagnant habituellement le maq‘ad), peut être la salle voûtée à droite de l’entrée, même si celle-ci a été utilisée autrement par la suite. S’il en est ainsi, et sans préjuger de l’utilisation des deux autres salles voûtées face à l’entrée, il faut attribuer aux pièces ouvrant sur la cour dans leur état primitif, les rôles traditionnels de sellerie, grenier à paille et réserve d’orge. Des latrines complètent le tout. A l’étage se trouve le maq‘ad et ce que l’on désignerait comme deux riwāq (chacun avec deux iwān et dūr qā‘a) dont il n’est pas certain qu’ils communiquaient entre eux au départ ; l’un (celui du Nord) pouvant avoir eu son accès à partir de la cour, l’autre (celui de l’Est) à partir du premier ensemble décrit plus haut et de la rue. Chaque riwāq devait avoir ses commodités (le bain situé à côté du riwāq accessible par la rue n’est pas primitif). Le second étage serait à concevoir comme une « ṭabaqa » dépendant de l’autre riwāq (celui du Nord dont l’accès se faisait par la cour). En bref, si on ht le plan de la maison de Zaynab Hātūn comme celui d’un édifice construit au moins dans la tradition du xve siècle, elle se présente comme une construction à deux entrées, menant à deux ensembles d’habitation inégaux et séparés, avec chacun leurs commodités l’un (porte principale) comprenant l’écurie et ses dépendances, la cour, le maq‘ad, le riwāq (Nord) d’étage et sa ṭabaqa ; l’autre (porte secondaire) étant un riwāq plus simple également en étage et donnant sur la cour. Quelle que soit la justesse de l’hypothèse de lecture proposée pour ce plan, il est notable enfin qu’ici l’espace domestique se détourne de la rue et s’oriente vers l’intérieur.

Planche LX

Planche LX

La dār Zaynab Ḫātūn (les circulations indiquées, et la terminologie utilisée qui est celle du xve siècle, constituent une hypothèse sur l’organisation de l’espace domestique dans cette dār).

25D’une façon plus générale, après cette analyse de quelques exemples de ce que nous avons appelé l’architecture domestique commune, c’est cette tendance que nous retenons et qui nous semble se manifester tantôt par l’apparition de cours intérieures, tantôt par la redistribution de l’espace intérieur, à partir d’une entrée unique. On l’a dit, le désir de construire des maisons à louer, pour de simples mameluks qui, à partir de la fin du xive siècle, habitent la ville en plus grand nombre, comme l’ont fait avant eux les émirs, a sans doute joué son rôle dans ce changement, sans préjuger d’un mouvement plus général vers le retour à l’espace clos. Mais cette évolution ne peut être proposée qu’à titre d’hypothèse de recherche, tant que des études ne seront pas plus nombreuses sur l’habitat du xve et aussi sur celui du xive où l’absence plus générale de ce type de structure reste à confirmer. Il va de soi d’ailleurs que ces quelques exemples, choisis dans la partie centrale de la ville, ne rendent pas compte de toute l’évolution de l’architecture citadine, qui parait particulièrement riche à cette époque. Il semble néanmoins que la réorganisation du vécu domestique autour d’un espace intérieur, même si elle ne touche pas toutes les constructions, soit un fait réel et significatif.

Les solutions au problème de l’habitat au xve siècle

  • 92 Le voyage en Égypte de Joos Van Ghistele, p. 18.

26Le Caire est alors une ville où, comme on l’a dit, de nombreux habitants des campagnes ruinées ont eu tendance à affluer. Au point qu’un voyageur de la fin du xve siècle décrit ce que l’on aurait appelé une “ zone ” au début de ce siècle : « On voit beaucoup de gens loger tout autour de la ville, dans des tentes, des pavillons, des trous et des puits ; ces gens ne peuvent, par manque d’habitation, loger dans la ville »92. Ce mouvement dure alors depuis un siècle. La maison moyenne, que nous avons analysée, pour intéressante et significative que soit son évolution, ne peut donc être tenue comme représentative, à elle seule, même dans le centre de la ville, de l’habitat cairote à cette époque, où le délabrement des anciennes constructions exigeait peut-être d’autres solutions.

  • 93 Layla ‘Alī Ibrāhīm, loc. cit. note 295 ; Mona Zakarya, Le rab’ de Tabbāna, in Annales Islamologiqu (...)
  • 94 Il est possible d’ailleurs, que l’absence d’écurie ait limité la clientèle des rab’ ; peut-être es (...)
  • 95 Ḫiṭaṭ, II, 79.
  • 96 Târiḫ Miṣr, II, 330/Histoire, 415.

27Les rab‘ continuaient d’exister, et d’offrir, comme on l’a vu pour le xive siècle, des appartements à louer, souvent bien construits, dont les études de Mme Layla ‘Alī Ibrāhīm et de Mme Mona Zakarya font justement remarquer qu’ils étaient destinés à des familles de revenu moyen93. Le rab‘ était en effet une bonne solution pour tous les civils, et même pour tous ceux qui, employés au Palais, ne devaient pas nécessairement avoir leurs chevaux à eux94. Certains d’entre eux étaient aussi conçus comme des logements peut-être plus populaires, et parfois explicitement destinés au commun ou “ ‘amma”, tel celui que la mère du sultan Ša‘bān avait fait construire, sans doute vers 1368-69, au-dessus d’une qayṣarīya dans l’ancien Caire fatimide95. Une phrase d’Ibn Iyâs laisse penser par ailleurs que vers la fin du xve siècle, ce populaire s’était même installé en force dans les rab‘96, sans doute par effet de la crise. Les logements des rab‘ ne pouvaient cependant suffire à abriter tout le monde. Restaient donc les habitations d’un niveau moindre que celui que nous avons décrit ; puis, la rue.

  • 97 Archives de la Citadelle, 10/59 ; M.M. Amîn, Catalogue, n° 61, p. 14.
  • 98 Cf. Saẖâwî, Ḍaw, III, n° 1 212, p. 317.

28Toutefois, un acte de waqf97, daté de 1404, lorsque déjà le problème se posait avec acuité, montre que d’autres solutions ont été sans doute envisagées assez vite. L’acte est rédigé pour un personnage relativement puissant, Zayn al Din Ṣadaqa, qui devait mourir deux ans plus tard98. Surnommé « l’ustādār », ce fut en fait plutôt un spécialiste de la gestion des fortunes émirales, dont celle de Ğamāl al Dīn, le créateur de la Ğamālīya. Il avait accumulé de grands biens, et constitué waqf certains de ceux-ci pour l’entretien de ses fondations pieuses. Cet acte répond à ce propos. Une partie des bâtiments décrits se trouve concentrée dans le quartier dit Kāfūrī, toujours dans l’ancien Caire fatimide. Il avait restauré là une zāwiya et à l’entour construit ou acheté bien des maisons, dont certaines peuvent encore être qualifiées de « moyennes » et construites selon le modèle traditionnel en éléments superposés ou juxtaposés, dotés chacun d’une porte d’accès indépendant sur la rue : écurie au rez-de-chaussée et riwāq à l’étage (comprenant īwān, dur qā‘a et une ṭabaqa « à côté du riwāq‘ ») ; ou écurie et entrepôts (maḫzan) au rez-de-chaussée et deux logements (ṭabaqa) en étage ; ou entrepôts et qā‘a au rez-de-chaussée, surmontés d’un étage (ṭabaqa, avec pièce annexe ou ḫizāna donnant sur la rue) ; ou également qā‘a au rez-de-chaussée surmonté d’un étage (ṭabaqa comprenant deux īwān, dūr qā‘a et ḫizāna) puis d’une loggia (mustaraqa) ; ou aussi qā‘a au rez-de-chaussée, surmontée d’un double étage (ṭabaqa mutaṭabbaqa) si on suit l’interprétation que donne de ce terme Mme Layla ‘Alī Ibrāhīm, dans un domaine où, comme on vient de le voir, l’emploi des mots répond à l’usage de notions générales plus qu’à l’application exacte de définitions. Tout cela, sauf peut-être la première construction citée, devait être loué à des gens de condition sans doute assez modeste.

  • 99 Un examen des Archives du Ministère des Waqfs, lors de notre séjour au Caire en 1980, nous a montr (...)
  • 100 Târiḫ, II, 268/Histoire, 314.

29Parmi ces maisons, on trouvait aussi un moulin avec sa cour, son magasin à farine et son étable, et deux autres constructions, (alignées sur celles des maisons d’habitation voisines citées avec les autres, plus haut) décrites comme deux qā‘a dont il est dit qu’elles sont dues à l’initiative de Zayn al dīn Ṣadaqa. Toutes deux ouvrent sur la rue par une porte arquée en pierre et sont des ateliers de tissage, ou qazzāza. L’une contient trois métiers (nawl), et un magasin-entrepôt (ḥāṣil), l’autre, dix métiers, un magasin-entrepôt et des latrines. Face aux ateliers, une maison inachevée (une qā‘a surmontée de deux ṭabaqa contiguës dont l’une n’a pas été entièrement construite) et une grande cour ou ḥawš, visiblement clôturée, puisque munie d’une grande porte d’accès cintrée et avec son équipement (bil-l manāfi‘wa-l ḥuqūq) qu’on ne peut comprendre que comme un emplacement destiné à être loué pour l’installation sommaire des plus pauvres, dont on peut imaginer, il est vrai de façon gratuite, que certains ont travaillé dans les deux ateliers99. Faute de maison proprement dite, les déshérités s’installent donc dans les ḥawš où ils paient leur emplacement et même éventuellement un impôt, telle cette vieille femme, vivant dans un ḥawš de Husaynīya qui, en 1490, ne pouvant s’acquitter de l’impôt de plusieurs mois de loyer décidé par le sultan, se vit enlever son seul bien : un jujubier qui lui donnait de l’ombre pendant l’été et que l’on coupa100.

  • 101 Le voyage en Égypte de Felix Fabri, 1483 (ed. I.F.A.O., 1975), II, p. 567.
  • 102 Ibidem, I, p. 9.
  • 103 En fait, l’un n’exclut pas l’autre ; Piloti décrit ainsi la situation dans la première partie du s (...)

30Le ḥawš, cette solution élémentaire au problème du logement, n’était sans doute pas nouveau en Égypte ni au Caire, mais il est probable que le délabrement de la ville l’a imposé avec force au xve siècle. Peut-être est-ce un aspect de la “ ruralisation ” du Caire. Ce sont là vraisemblablement ces grandes « places » que décrivent les pèlerins, alors que, jusque là on doit bien constater que les « places » ne semblent pas avoir beaucoup frappé les voyageurs antérieurs comme étant un trait de l’urbanisme cairote. Le pèlerin Faber écrit en 1483 : « Il existe, à l’intérieur de la ville de grandes places, sur lesquelles les pauvres dorment la nuit, à ciel ouvert. Le jour ils sont assis là, se livrent à quelques travaux. Les femmes pauvres en couches enfantent là, sur la place, en public... »101. Lui-même d’ailleurs avait dû s’en accomoder à son arrivée à Gaza, lorsque, faute de logement dans l’hospice des pèlerins déjà plein, il avait dû passer la nuit dans « une sorte de cour, entourée d’un mur et qui pouvait être fermée par une porte ; elle n’avait pas de toit sous lequel nous eussions pu dormir, mais possédait sur un côté deux immondes cellules empuanties d’excréments humains »102 : on peut penser que de semblables latrines entraient dans l’équipement (manāfi‘) du hawsh de Zayn al dīn Ṣadaqa et que c’est dans des ḥawš que dormaient la nuit, et que vivaient le jour, de très nombreux habitants du Caire plutôt que tout uniment dans la rue, comme le disent les voyageurs occidentaux, depuis la fin du xive siècle103. L’enclos, ici aussi, triomphe misérablement.

Les grandes dār

  • 104 Bien que la partie de la carte de la Description de l’Égypte représentant la citadelle laisse asse (...)
  • 105 Ḍaw, III, n° 1 055, p. 277-78.
  • 106 Ibn Iyâs, Târiḫ, II, 317/Histoire, 394.
  • 107 Târiḫ, II, 281 /Histoire, 338.
  • 108 Ibn Iyâs, IV, 81 /Journal, I, 77.
  • 109 Cf. supra, J. Revault.

31Il va sans dire que l’archéologue ne trouve pas plus trace de ces ḥawš populaires aujourd’hui devenus terrains bâtis, qu’il ne trouve trace, à l’opposé, du Ḥawš sultanien104 et de ses palais, emportés par les vicissitudes politiques. Les constructions moyennes n’avaient guère de chances non plus de survivre au siècle. Et si la maison de Zaynab Hātūn a bien reçu sa première forme au xve, elle n’a pas évité les transformations. En définitive, comme pour l’époque antérieure, ce sont les très grandes dār urbaines qui étaient dans les meilleures conditions pour résister au temps. Certaines ont dû être vastes et luxueuses. Saẖāwī évalue à cent cinquante personnes, mameluks et serviteurs, l’entourage d’un des émirs commandant de la garde de Barsbāy (un émir de quarante mameluks, donc de rang moyen) : cet entourage vivait avec lui dans sa dār, et cet émir, on doit le noter, était par ailleurs célibataire105. L’émir Māmāy, qui fut un intime de Qāytbāy et son homme de confiance dans les missions auprès de la cour ottomane, avait consacré assez d’argent à la restauration de sa dār du centre du Caire106 (il avait aussi un pavillon au bord de l’étang de Raṭlī)107 pour qu’elle devienne fameuse entre toutes de son vivant et serve encore après sa mort de résidence provisoire à la sultane108, épouse de Qansūḥ al Ġūrī, jusqu’à son installation à la Citadelle, en 1506. Le beau maq‘ad qui seul subsiste aujourd’hui témoigne de la grandeur de l’ensemble auquel il appartenait109 ; et comme par le passé, d’autres constructions à usage commercial ou religieux pouvaient être voisines de la dār de l’émir.

  • 110 Sur la dār, cf. Ḫiṭaṭ, II, 54 (et sur le personnage, Daw, IV, n° 81, p. 24).
  • 111 Pour cette époque : Ḫiṭaṭ, II, 52, 53, 54, 59, 65, 74, 75, 76.

32Mais il semble que les émirs ne sont plus seuls à construire les grandes dār. Dans la liste des grandes dār du Caire donnée par Maqrīzī et où on peut mesurer le mouvement de construction à la fin du xive siècle sous Barqūq, ou ensuite, après la crise du début du xve siècle, on trouve des noms de cadis, ou de grands commis civils de l’état sultanien, comme ce cadi ‘Abd al Bāsiṭ qui occupa les plus grands postes de l’administration sultanienne et devint immensément riche, avant sa disgrâce en 1448 : il avait acheté l’ancienne dār de l’émir Tankiz, le tout-puissant gouverneur de Syrie du temps d’al Malik al Nāṣir Muḥammad et l’avait restaurée avant de construire en face, en 1420, une madrasa qui existe toujours et une importante qaysarīya110. Cette apparition de personnages autres que les émirs111, parmi les constructeurs de dār, même si Maqrīzī en son temps a été naturellement enclin à les enregistrer plus facilement que des membres de la classe militaire, s’explique au xve siècle. En réalité, c’est la richesse du sultanat lui-même qui, en dernier ressort, conditionne celle de ces hommes nouveaux. La richesse du sultan, solidement assise sur les revenus du commerce des épices, autant que sur ceux des iqṭa‘, est incomparablement plus importante, maintenant, que celle des émirs dont la base du revenu reste surtout l’iqṭa‘, sauf les très grands, qui sont d’ailleurs les intimes du sultan, ou ses parents, tel l’émir Yašbak min Mahdī, parent de Qāytbāy : dans cette mesure, ils participent, eux aussi, à la richesse sultanienne. Mais y participent également les gestionnaires civils, voire les eunuques du palais, qui avaient aussi leur dār et souvent leur madrasa à côté des diverses maisons moyennes que nous avons vues réservées à la location et dont le revenu servait à l’entretien de leurs fondations. Le sultan, premier des émirs par sa puissance, l’est encore davantage par ses ressources. Il est maintenant l’origine principale de la diffusion des richesses dans le corps social urbain, et il n’est pas étonnant que les deux palais qui subsistent de cette époque soient attribués à Qāytbāy.

  • 112 Ḫiṭaṭ, II, 62.
  • 113 Ed. White, p. 91/tr. De Sacy, Relation de l’Égypte, p. 296.
  • 114 Târiḫ, II, 164/Histoire, 131.

33Maqrīzī a consigné dans les Hiṭaṭ l’histoire de la construction d’une dār dans le centre du Caire au début du xve siècle : la dār Fath Allah ibn Musta‘sim112, un raïs des médecins (issu d’une famille juive de Tabriz, où il était né), et devenu, en 1399, secrétaire de la chancellerie sultanienne. Il y avait d’abord là une ruelle, dans laquelle un secrétaire travaillant dans le diwān de l’armée avait construit son logement, une qā‘a remarquable par ses marbres, ses peintures et sa belle disposition. Fath Allah y vécut après la mort du fondateur, en 1393. Puis, après avoir accédé au poste important qu’il devait occuper de façon presque continue jusqu’à sa chute au début de 1413, il se mit en devoir d’acquérir toutes les habitations donnant sur la ruelle, dont les habitants durent partir, de gré ou de force. Ces habitations une fois détruites, il construisit une nouvelle qā ‘a, avec puits, fontaines et bains, face à la première qu’il avait habitée et que son statut de waqf l’empêchait de modifier. Il construisit aussi une grande écurie. Puis, ayant obtenu l’annulation du waqf et la propriété de la première qā‘a, il en fit reconstruire le porche et l’agrandit. Il aménagea sur un terrain adjacent un jardin avec arbres et fleurs importés de Syrie. Donnant sur ce jardin, il construisit une « duhayša » avec un bassin en son milieu, que venait remplir l’eau d’un šaḏirwān. Cette duhayša (que Maqrīzī appelle aussi qā‘a) fut surmontée d’appartements, ou riwāq, importants. Il construisit aussi, à côté, des logements (maskan) pour ses mameluks, et une mosquée située en étage (mu‘allaqa) qui avait son imam. Cette dār fut, avec d’autres biens, constituée waqf pour l’entretien d’un tombeau qu’il avait au désert. Elle était donc conçue pour être louée à une ou plusieurs familles après la mort du fondateur. On ne s’étonnera pas de lire dans Maqrīzī qu’elle fut un temps une des plus belles du Caire. Le récit est instructif : sans doute la disposition des divers bâtiments n’est pas claire et il n’est pas évident qu’il y ait eu une cour centrale ; le jardin paraît situé plutôt à côté des deux qā‘a primitives. Mais une influence syrienne semble avoir joué dans son aménagement et dans la construction de la duhayša, qui rappelle le pavillon du même nom à la Citadelle et est évoquée dans des termes dont on se sert habituellement pour décrire le palais de la Baḥra, construit quelques années après. D’autre part, les divers éléments de la dār apparaissent nettement : au moins trois qā‘a (dont la duhayša) ; les appartements de l’étage, ou riwāq ; une écurie ; des habitations de mameluks ; un jardin. On notera l’absence, au moins apparente, du maq‘ad. Ces éléments ont été construits les uns après les autres toujours selon le même ancien système qui permettait une occupation progressive des lieux, comme le remarquait déjà ‘Abd al Laṭīf, à la fin du xiie siècle113. (On retrouvera le même processus dans la construction, par l’atabek Azbak, de sa dār à l’Azbakīya à la fin du xve siècle, dans le récit qu’en fait Ibn Iyās)114. Il est vraisemblable que cette dār, devant être louée par la suite pour que les revenus servent à l’entretien du tombeau du fondateur, ce procédé de construction correspondait en partie à une indépendance relative des éléments les uns par rapport aux autres, les diverses unités d’habitation pouvant être, au besoin, louées à part, sauf si un émir important la prenait en totalité. Mais un grand émir louait-il souvent sa dār ?

  • 115 Archives de la Citadelle, 15/92 ; M.M. Amîn, Catalogue, n° 96, p. 20.

34Une dār contemporaine de celle que nous venons de décrire, et qui peut nous donner une idée de ce qu’était la maison d’un grand émir au début du xve siècle, est celle de l’émir Sayf al Din Nawrūz, mis à mort en 1414, et devenue propriété du sultan Barsbāy qui l’enregistre dans un de ses waqf115, en 1436-1437, mais peut-être après transformations. Une seule porte d’entrée en façade donne accès à ce qui semble décrit comme une écurie-cour (iṣṭabl dawār) en partie couverte, avec mangeoire pour les chevaux. Autour de la cour, quatre magasins dépendant de l’écurie, un accès aux cuisines et à une poterne de service, deux portes menant aux logements contigus les uns aux autres (ṭibāq mutağāwira) des mameluks, qu’on suppose à l’étage, ainsi que le maq‘ad avec sa pièce annexe ou mabīt, donnant sur la cour dite dawār. A cela s’ajoutent deux unités d’habitation ayant chacune sa porte particulière dans la cour : l’une pour l’essentiel au rez-de-chaussée, décrite comme « une grande qā‘a », soit deux īwān et une dūr qā‘a avec bouche d’aération, où l’existence de toutes les commodités habituelles (cuisine, latrines, canalisations d’évacuation des eaux usées, accès à une terrasse), indiquent que c’était un appartement complet. L’autre, en étage, le riwāq, avec les mêmes commodités « connu anciennement sous le nom de qaṣr ». Il y avait là visiblement deux logements principaux possibles : celui qui était situé à l’étage devait être réservé à l’émir, et a gardé cette appellation de qaṣr qu’on a déjà vu précédemment désigner, au moins dans les ensembles de Ālīn Āq et de Qawṣūn, la résidence principale de l’étage pour l’émir ; tandis que celui qui était situé au rez-de-chaussée, la qā‘a, pouvait abriter un familier, ou un officier de l’émir. On remarquera donc que bien que la dār ait ici une unité visible, elle compte au moins deux unités d’habitation, plus les logements des mameluks. Même si le riwāq d’étage a des fenêtres qui ouvrent sur autre chose que la cour — ce que la description du waqf ne précise pas — la cour joue un rôle évident, au moins à cause de l’existence du maq‘ad.

  • 116 On sait que l’on nomme ainsi dans les dār, des pièces donnant sur l’eau (le Nil, un canal, une bir (...)

35Dans le même acte de waqf, on trouve une dār de dispositions un peu différentes, construite non loin de Birkat al Fīl : une cour, ici nommée darkā (elle est agrémentée d’un puits et d’un mûrier), autour de laquelle on trouve : une sellerie qui ne semble dépendre d’aucune écurie (peut-être oubliée dans la description) ; un magasin situé sous le maq‘ad ; deux portes d’accès à deux logements d’étage (ṭabaqa) dont un au moins semble former une unité, avec tout ce qui, selon la formule consacrée, peut être compté comme son équipement et ses dépendances (bi-l manāfi’ wa-l ḥuqūq) ; enfin une porte plus importante à double battant menant par un corridor richement orné, à une qā‘a qui est en fait le premier élément d’un appartement de maître plus complexe que le qaṣr précédent. La qā‘a est en effet classiquement composée de deux īwān et d’une dūr qā‘a. Mais la dūr qā‘a joue ici à plein son rôle d’espace d’accès à l’unité d’habitation. En effet, elle est, très classiquement, cantonnée par quatre portes : la porte d’entrée venant du corridor ; la porte d’une chambrette (ḫizāna) ; une porte permettant de se rendre à des latrines ; une quatrième porte enfin qui constitue un passage vers de multiples dépendances : un hāmmām ; un maq‘ad extérieur et une pièce donnant sur l’étang (qīṭūn)116 ; puis par un escalier, à l’étage, un riwāq ; une cuisine vraisemblablement aussi à l’étage ; des pièces d’étage annexes (ṭabaqa) ; et une loggia (agānī) donnant sur la qā‘a du rez de chaussée. Il y a donc là tout un ensemble où la communication entre les pièces laisse supposer l’utilisation des lieux par une seule cellule familiale sauf certains logements également situés en étage (manāzil) accessibles de façon indépendante à partir d’un escalier prenant sur le corridor d’entrée. La présence proche de l’étang, lieu de réjouissances, que seul un jardin dépendant de la dār sépare de la construction, a d’autre part entrainé l’ouverture de fenêtres dans la qā‘a du rez de chaussée sur le jardin et sur cet étang. Ici l’orientation d’une partie de la maison vers une cour intérieure et son maq‘ad, est donc contrebalancée par l’attrait du jardin et de l’étang qui a également suscité la construction du second maq‘ad : l’organisation de l’espace domestique se fait selon deux directions. Bien que la dār soit devenue la propriété de Barsbāy (elle a d’abord appartenu à un certain ‘Imād al dīn), on ne peut la considérer comme une résidence sultanienne, et il est évident que, constituée waqf, elle était peut-être, et cela depuis son acquisition, destinée à être louée. On a là aussi un logement principal comprenant la qā‘a et ses dépendances (dont le riwāq et les chambres annexes ou ṭabaqa d’étage), et des logements qui semblent parfois totalement indépendants de ce logement principal (les deux ṭabaqa auxquelles on accède par la cour), ou n’en dépendre que dans une certaine mesure (les manāzil). Mais dans ce cas, on doit supposer que dans le logement principal, l’ancien qasr considérablement agrandi, la qā‘a et le riwāq pouvaient jouer des rôles différents, plus ou moins privés ; nous n’avons toutefois aucune indication sur ce point.

  • 117 Archives de la Citadelle, 27/177 ; M.M. Amîn, Catalogue, n° 188, p. 44.
  • 118 Nous devons cette interprétation du termea ḥaramīya au Docteur Muḥammad Muḥammad Amīn que nous (...)
  • 119 Le voyage en Égypte de Felix Fabri, II, p. 404 à 411.

36Dans un acte de waqf de 1475, on trouve la description de la dār d’un émir ḫaṣṣikī de Qāytbāy, sise dans l’ancien Caire fatimide, qui est assez comparable à celle de Barsbāy à Birkat al Fil (au moins par la double orientation de son espace) si du moins nous interprétons bien une description assez embrouillée117. La cour, ou dawār, à laquelle on accède par une porte unique est plantée, au moins dans son dernier état, d’une douzaine d’arbres dont neuf orangers, qu’une sāqiya permet d’arroser. Le maq‘ad est visiblement la partie la plus importante du bâtiment qui entoure la cour : le dédicataire du waqf qui avait trouvé là un maq‘ad ordinaire avec chambre annexe (mabīt), en a fait reconstruire un neuf, sans doute davantage au goût du jour, avec balustrade de bois tourné, loge de bois doré et peint faisant auvent (rafraf), et avec également un logement attenant (mabīt) qui semble avoir pris de l’ampleur puisqu’il a trois fenêtres donnant sur la cour et une sur la rue ; des latrines (kursī mirḥāḍ) complètent le tout. La cour qui ouvre aussi en arrière sur la rue par une poterne est l’espace autour duquel sont disposés des éléments divers dotés, chacun de son accès sur la cour : l’écurie et ses annexes ; une unité d’habitation de rez-de-chaussée (ou qā‘a) ; et indépendantes d’elle, deux en étage, (ou riwāq) ; mais également au-dessus du sol (au moins légèrement puisqu’il y a un escalier), un ensemble habitable appelé aussi qā’a, avec son petit étage annexe (ou ṭabaqa) et sa cuisine, aussi doté d’un maq‘ad qui donne, lui, sur un jardin planté d’arbres situé en arrière de la dār ; c’est là un autre exemple de dār orientée en partie vers la cour et en partie vers l’extérieur, ici le jardin, qui joue le même rôle que le plan d’eau de Birkat al Fīl dans le cas précédent, et qui devait être assez important puisqu’il semble qu’il y avait deux autres très vastes maq‘ad dans ce jardin, dont un construit sur une petite salle de rez-de-chaussée ou qā‘a et une salle d’entre-sol (qā‘a ḥaramīya)118 avec latrines. On hésite à voir dans cette maison un seul logement bien que la description dont on a dit la rédaction embarrassée, ne mentionne qu’une seule cuisine (près de la qā’a principale avec maq‘ad donnant sur le jardin), et deux latrines, l’une située au maq‘ad de la cour, l’autre à celui du jardin. Comme on ne peut supposer que seuls ces deux maq‘ad servent au repos nocturne, et comme ils ne sont accessibles que de la cour ou du jardin, l’existence de deux latrines seulement est étrange. D’autres devaient exister à l’intérieur, mais seules celles des maq‘ad ont du être notées pour montrer que ces maq‘ad pouvaient servir, au besoin, comme logements indépendants. Quoi qu’il en soit, il n’est guère pensable qu’un émir possédant une résidence aussi importante y ait vécu seul, sans officiers attachés à son service, et il nous semble par conséquent difficile de concevoir les grandes dār émirales comme autre chose que des ensembles d’unités d’habitation, dont une, mieux aménagée que les autres, joue le rôle de logement du maître de logis. Si on lit avec attention le récit du pélerin Félix Faber qui, arrivant au Caire avec ses compagnons en 1483, est logé dans la dār de l’émir qu’il appelle « Tanguardin », on s’aperçoit qu’il y a là au moins trois logements, dont un en étage et deux cuisines, sans compter le logement de l’émir lui-même, vivant dans l’unité d’habitation la plus importante de la dār, qui apparait au pélerin comme « l’unique tour du palais... couverte d’une coupole de plomb »119. Quant à la disposition de ces maisons, le dernier waqf cité ne peut que nous confirmer dans l’impression du rôle important de la cour sur laquelle donne le maq‘ad, sans que cela signifie une enclosion de l’espace domestique, comme l’indique l’existence de maq‘ad extérieurs.

Les dār de Qaytbay

  • 120 L.A. Mayer, The buildings of Qaitbay as described in his endowment deed, London, 1938.

37Les deux grandes dār qui demeurent de cette époque sont attribuées à Qāytbāy. Ce ne sont pas à proprement parler des constructions officielles ; de même qu’on ne peut tenir pour telles la dizaine de bâtiments répertoriés dans le waqf de Qāytbāy édité par Mayer120, où il y a de tout, depuis le simple logement sur l’écurie jusqu’à la grande résidence à cour aux multiples magasins montrant que le maître ne manquait pas de moyens. D’autres actes encore, non enregistrés par Mayer, concernent les possessions du riche sultan. Si son sultanat a marqué une étape dans l’évolution de l’architecture religieuse cairote, il est moins aisé de décider, à partir de constructions souvent achetées, et en partie seulement remaniées, s’il en est allé de même pour l’architecture domestique. Toutefois, dans l’échantillonage de dār contemporaines qu’offrent ces actes de waqf, on doit remarquer que dans certaines demeures au moins, il semble désormais acquis que des groupements composés d’ensembles de rez-de-chaussée (qā‘a), d’étages (riwāq) et de pièces annexes (ṭabaqa, manāzil) dépendent d’une seule porte d’accès, plus richement ornée, dans la cour ; lorsque qā’a et riwāq sont mis en communication l’un avec l’autre (soit dès la construction, soit par aménagement postérieur), il est clair qu’ils ne peuvent plus former des unités d’habitations séparées (il y en a en général d’autres, indépendantes, autour de la cour), mais sont des parties à usage différent, du même ensemble. Nous avons déjà noté le phénomène dans un acte de waqf de Barsbāy, et si le processus de banalisation des formes architecturales héritées du passé s’est poursuivi, c’est à ce sultanat de Barsbay sans doute qu’il faut au moins faire remonter l’évolution. Mais on doit attendre sur les constructions domestiques de Qāytbāy, la conclusion des recherches de Mme Mona Zakarya à qui notre réflexion sur ce thème doit beaucoup. Quoiqu’il en soit, les deux grands palais subsistants, dont un seul est répertorié, mais à peine décrit, dans l’acte édité par Mayer, représentent donc deux très grandes dār, mais, comme celle que nous venons d’évoquer, vraisemblablement faites pour être louées ou pour servir de logement à des proches. Ce n’est pas en qualité de sultan, mais parce qu’il était le plus fortuné des émirs, que Qāytbāy les a possédées ou construites, même si ce sont les ressources tirées du sultanat qui lui ont permis d’en être le propriétaire. On va donc retrouver les éléments habituels : la cour, les écuries, le maq‘ad, les logements multiples d’inégale dignité, où, dans les plus importants, parfois répartis sur deux niveaux, cette spécialisation des pièces semble pouvoir être suggérée, ce que des études ultérieures devraient éclairer.

  • 121 Pl. XXXII et XXXIII ; sur ce palais, voir J. Revault, supra, et notre planche LXI.

38De ces deux grandes dār, celle que l’on nomme « la maison de Qaytbay » est la plus simple121. Les remaniements subis depuis ont surtout affecté le style de certains éléments architecturaux, les portes par exemple ; et peut-être a-t-on beaucoup agrandi le second étage. L’entrée principale (y en avait-il une autre ?) débouche sur la cour où on retrouve aisément l’écurie face à l’entrée et les divers magasins et dépendances qui l’accompagnent habituellement, dont certains sous le maq‘ad. Dans cette cour, une porte permettait d’accéder à la fois, semble-t-il, à une qā‘a au rez-de-chaussée dont il ne reste qu’un īwān, puis, par un escalier, au riwāq qui devait lui être superposé au premier étage (il devait donner sur la rue) et qui a disparu, ainsi qu’à des logements donnant sur la cour ; enfin, au second étage, à d’autres pièces annexes. On trouvait encore dans la cour un accès menant à des communs, la porte de l’escalier menant au maq‘ad et à sa pièce annexe ou mabīt (qui ne devaient pas alors communiquer avec l’ensemble précédent), et un autre accès permettant d’atteindre les logements situés au-dessus de l’écurie. Nous avons déjà rencontré des dispositions voisines dans les waqf.

Planche LXI

Planche LXI

La dār de Qāytbāy (même remarque que pour la planche LX).

  • 122 Pl. XXXVII ; voir supra, et notre planche LXII.

39L’ensemble dit d’al Razzāz est plus complexe et a été davantage remanié. Il est évidemment composé de deux dār que l’on a mises en communication (on ne sait quand) aussi bien à l’étage par des portes percées dans les murs, qu’au niveau des cours, par les communs (sans compter l’accès établi à la madrasa voisine). La première dār (au Nord) donnait sur la rue Bāb al Wāzīr 122. L’entrée principale menant à la cour est doublée d’une entrée secondaire ou poterne (bāb sirr). Face à l’entrée, l’ancien maq‘ad sur les habituels magasins, a été fractionné en chambres et sa pièce annexe (mabīt) a été ouverte sur la deuxième dār avec laquelle elle ne communiquait évidemment pas, initialement. Puis, vers la droite, les écuries sont également ici surmontées de logements que l’on nommait sans doute alors ṭabaqa, et qui devaient avoir leur accès indépendant dans la cour, peut-être à côté de l’accès au maq‘ad. Plus à droite encore on doit supposer d’autres logements (sans doute également ṭabaqa) dont la porte de l’escalier d’accès qui peut aussi avoir servi pour les logements précédents, a subsisté au nord : ce sont maintenant des ruines, au-dessus des magasins, immédiatement à droite, en entrant. La partie gauche de la cour semble avoir été réservée à des ensembles d’habitations plus vastes que l’on devait vraisemblablement appeler riwāq. Un premier est en partie construit sur l’entrée et donne sur la rue Bāb al Wāzīr ; on y accède par un escalier prenant immédiatement à gauche de l’entrée, qui dessert également le second riwāq, à peu près analogue, situé au-dessus du premier, au second étage. Puis, il est possible qu’il ait existé initialement, au rez-de-chaussée, une qā‘a, auquel le couloir d’accès à la madrasa pouvait conduire. On trouve enfin la porte d’accès au logement principal d’où un escalier mène, au premier étage, au riwāq qui donne sur la cour, et à une ṭabaqa en dépendant au second étage. On voit que cette première dār est à elle seule plus complexe que la « Maison de Qaytbay ». Outre la qā‘a éventuelle du rez-de-chaussée, les unités d’habitations importantes d’étages, ou riwāq, y étaient peut-être donc au nombre de trois, la comparaison étant plus difficile à faire pour les logements annexes, naturellement moins bien conservés.

  • 123 Pl. XXXVI, et notre planche LXII.
  • 124 Nous devons ce détail à Mme Mona Zakarya.

40La seconde dār composant l’ensemble d’al Razzāz était beaucoup plus simple123. Donnant sur le Sūq al silāḥ, elle tournait le dos à la première. Le porche d’entrée ouvre sur un couloir relativement long, qui permet d’accéder à la cour, située assez loin de la rue : il est vraisemblable qu’aucun logement dépendant de la dār ne donnait sur cette rue, la situation de la parcelle à bâtir ayant donc forcé les constructeurs à orienter les bâtiments uniquement sur la cour. Deux côtés seulement de cette cour ont subsisté, à droite et en face de l’entrée. Sur le côté de droite, le maq‘ad construit sur les magasins habituels est resté intact, avec son annexe ou mabīt, qu’on a toutefois agrandie par la suite et évidemment mise en communication avec le reste des logements à l’étage. Sur le même côté de la cour, on trouvait ensuite l’entrée de la qā‘a du rez-de-chaussée, maintenant en partie murée. Cette qā‘a existe encore ; elle occupe longitudinalement une partie de l’autre côté de la cour : elle communique intérieurement avec une pièce annexe ou ṭabaqa, à l’étage et (en a-t-il toujours été ainsi ?) avec le riwāq124. A l’extrémité de ce second côté de la cour, enfin, est la porte d’accès à l’escalier qui monte au riwāq (peut être de construction postérieure) donnant à l’étage, sur cette même cour. Il est vraisemblable que les deux autres côtés étaient au moins occupés par une écurie, des magasins et des logements annexes en étage. On peut se demander si, dans cette seconde dār, la qā‘a et le riwāq ne composaient pas initialement deux unités de logement, (à supposer que le rīwāq ait existé dès le début tel qu’il est maintenant) car leurs accès sont vraiment distincts. Les deux dār composant le palais d’al Razzāz réunies, on voit que plusieurs familles pouvaient vivre là, mais rien ne prouve que ces deux dār aient déjà formé une unité dès l’époque de Qāytbāy, ni qu’ensuite leur espace n’a pas été aménagé autrement, de façon à abriter la famille et les officiers de l’émir qui les a transformées au xviiie siècle.

Planche LXII

Planche LXII

La dār al-Razzāz (même remarque que pour la planche LX).

  • 125 Archives de la Citadelle, 43/279 ; M.M. Amîn, Catalogue, n° 290, p. 71.
  • 126 Archives de la Citadelle, 43/277.

41Comme dans le cas de la maison dite de Zaynab Hātūn, on a dû proposer, pour ces deux palais, une « lecture » des plans, de façon à essayer de reconstituer les unités initiales d’habitation qui ont été les composantes de ces édifices, avant que des portes ne soient percées, des accès aménagés, qui ont, depuis, changé les circulations dans l’espace domestique qu’on a donc utilisé autrement par la suite. En fait, c’est dès la fin de la période médiévale, que ces changements ont commencé, y compris dans les bâtiments modestes, les anciens modules d’habitation (qāa, riwāq, ṭabaqa) étant disposés au mieux de l’espace disponible, imbriqués les uns dans les autres et reliés entre eux, pour aboutir par la suite à cet enchevêtrement de pièces parfois « banalisées » et de couloirs qu’on trouve dans certains palais de l’époque ottomane. Un petit acte de waqf de 1513 montre bien le phénomène en train de naître, ici dans une construction moyenne125 : lorsqu’à un riwāq d’étage, comprenant deux īwān et une dūr qā‘a, ainsi qu’une chambre à coucher annexe (ḫizāna nawmīya) l’accès à la chambre annexe se fait non seulement par un des īwān, mais (ce que l’on prend soin de remarquer dans le waqf) par le corridor d’arrivée à la dūr qā‘a, la modification de l’espace est en œuvre. Mais il est trop tôt pour décider si ce processus commence à peine alors, tant il paraît nécessaire de mieux étudier en premier lieu les éléments sur lesquels il porte et leur terminologie changeante, et celle-ci reste très incertaine pour nous tant qu’une enquête n’aura pas été faite sur ce point : dans un waqf contemporain du précédent126, le vestibule d’accès est appelé « darkā couverte » (darkā musaqqafa) pour la distinguer de la « darkā » habituelle qui est maintenant comprise comme une « cour » ; la cour est nommée « ḥawš » ; enfin une distinction est faite entre une qā’a de rez-de-chaussée (arḍīya) et une autre qui ne l’est pas (mu‘allaqa) et qui n’est pas non plus, pour le copiste de cet acte, un « riwāq ». Devant une telle plasticité du vocabulaire, et sans doute aussi de l’usage architectural, on ne peut qu’attendre des études plus complètes que la nôtre.

A nouveau, au centre de la dār, la cour

  • 127 Ce qui s’inscrit tout à fait d’ailleurs, dans une tradition méditerranéenne depuis l’antiquité (cf (...)
  • 128 Le voyage en Égypte de Joos Van Ghistele, p. 18.
  • 129 Cf. J. Revault, infra.
  • 130 Cf. Ibn Iyâs, Târîḫ, II, 132/Histoire, 73 : en 1472, sur ordre sultanien, on imposa aux femmes cir (...)
  • 131 Le voyage en Égypte de Jean Palerne, forésien, 1581 (éd. I.F.A.O., 1971), p. 56, cf. également Vil (...)
  • 132 Les descriptions des fêtes populaires chez Ibn Iyâs supposent que bien des femmes sont dans les ru (...)
  • 133 Ibn Iyâs, V, 461-462/Journal, II, 443-444 et V, 469/Journal, II, 451.
  • 134 Le voyage en Égypte de Pierre Belon du Mans, 1547 (ed. I.F.A.O., 1970), 1086 : « les femmes, les f (...)
  • 135 Cf. infra, fig. 51.

42Un fait toutefois, semble se dégager de l’examen de ces résidences émirales, comme des autres : la place que retrouve un espace central, à l’air libre et enclos de bâtiments dans l’agencement d’un grand nombre de maisons au xve siècle. On peut croire que l’on a là enfin la maison musulmane dite « traditionnelle », repliée jalousement sur elle-même et sur les femmes de la « famille » quel que soit le sens le plus large qu’on souhaite donner à ce terme. Cependant, dans la société mameluke, où l’émir ne transmet à ses fils ni sa charge, ni ses ressources, on ne peut supposer à priori une telle importance au groupe familial. Doit-on alors remarquer que c’est précisément quand les liens ethniques et familiaux commencent à être pris en compte, dans les carrières politiques, au xve siècle, sous les Circassiens, que l’espace domestique paraît se transformer et se fermer ? Mais, on l’a vu, ces résidences semblent encore en majorité des ensembles prévus pour la vie en commun de plusieurs familles127, même si l’une d’entre elles est provisoirement dominante, du vivant du maître, avant que, celui-ci disparu, l’ensemble, s’il n’est pas revendu à un autre émir, puisse être loué pour entretenir une fondation pieuse ou faire subsister des enfants qui arrivent rarement à garder la maison. Ces dār continuent d’être d’abord des biens ayant une valeur marchande ou locative dont on peut tirer revenu dans la société urbaine cairote de l’époque. On peut sans doute chercher à ce partage de l’espace domestique, entre plusieurs familles d’autres raisons que celui du rapport financier attendu. Un voyageur venu au Caire en 1482-83 met le fait sur le compte de la surpopulation relative de la ville par rapport aux édifices disponibles : « Il y a tant de gens, que trois ou quatre familles vivent dans une même maison »128 ; ce qui peut s’entendre aussi bien des maisons à cour que des rab‘. Si ce facteur a pu jouer, c’est au moins que l’attitude à l’égard de l’habitat s’y prêtait. On ne peut lire de la même façon le plan d’une dār cairote du Moyen Age et celui d’une résidence « traditionnelle » postérieure, même si toutes deux ont leur centre occupé par une cour. Les cours des maisons cairotes restent encore des espaces quasi publics, et on peut le voir à plusieurs signes : l’orientation plus nette de l’Égypte à cette époque vers un monde méditerranéen au moins syrien, et déjà en partie anatolien, relativement riche en bois, commence à faire fleurir ces grilles de bois que nous nommons moucharabieh (ce terme ne semble pas encore exister à l’époque médiévale) pour masquer les grandes ouvertures des fenêtres129. C’est une recherche évidente d’intimité ; mais on constate que ces grilles de bois existent aussi bien sur les ouvertures donnant dans les cours intérieures que sur celles qui donnent dans la rue. Ceci indique que la maison cairote n’est pas conçue comme l’intérieur ultime par rapport à la rue. On sait aussi que les femmes gardent au moins la tête couverte dans les maisons, même si elles utilisent alors un vêtement moins strict que dans la rue130. Un voyageur de la fin du xvie siècle écrira même qu’elles sont voilées dans les maisons131. Les règles communément reçues dans les pays d’Islam en matière de décence féminine hors du milieu familial sont donc appliquées dans les dār, ce qui constitue une autre indication sur la façon dont était vécu l’espace de ces dār. Mais par ailleurs le respect de ces règles ne signifie pas un enfermement de la femme. Leurs déplacements dans la rue apparaissent encore très libres, aussi bien dans les récits des pélerins du xve siècle que chez Ibn Iyās132. A cet égard, il semble que ce sont les Ottomans qui, lors de leur entrée au Caire, ont tenté de restreindre la circulation des femmes133, peut-être pour éviter les incidents avec leurs troupes ; et dans les voyageurs occidentaux du début de l’époque ottomane, le thème de la réclusion féminine apparaît avec une force inconnue jusque là134. Aussi peut-être faut-il retarder jusqu’à cette époque l’existence dans les maisons d’espaces expressément réservés aux femmes, sauf dans les grandes demeures qui ont pu suivre un peu plus tôt l’exemple des palais de la Citadelle (ce qui ne signifie pas qu’elles ne pouvaient en sortir) ; et encore à la Citadelle, on l’a vu, ce sont des palais entiers qui sont les palais des sultanes. Les diverses salles des grandes dār devaient être plus ou moins interdites, selon les heures ; et le caractère privé de certaines pièces alors, comme dans l’Europe d’aujourd’hui, ne permet pas de passer de la notion d’intimité familiale, assez commune aux civilisations, à celle de séparation des sexes. De même, on ne peut invoquer l’existence de ce que nous nommons « loges de femmes » (pour désigner ces loggias intérieures donnant sur la qā‘a) ; les actes de waqf, dès le début du xve siècle, se bornent à les appeler mystérieusement « aġānī » et on sait qu’elles auront tendance à se garnir aussi de moucharabieh dans les maisons chrétiennes également (alors elles sont décorées de croix)135 ce qui réduit au moins en partie la tentation que l’on peut avoir d’en faire un signe de plus de la condition faite à la femme par l’Islam. Sur ce point également, des études restent à mener.

Planche LXIII

Planche LXIII

La dār de Qāytbāy (à la fin du siècle dernier) : l’espace quasi public de la cour.

Le maq’ad

  • 136 Cf. J. Revault, supra.

43En fait, si on peut, avec quelque assurance, affirmer que la cour recommence à jouer un rôle dans la dār dès qu’un niveau moyen est atteint, c’est en raison de l’existence du maq‘ad. Les sondages faits jusqu’ici dans les actes de waqf du xive siècle sont trop peu nombreux, en partie parce que les documents de cette époque sont moins bien conservés, ou moins accessibles, et les vestiges architecturaux sont trop réduits ou incomplets pour qu’on puisse affirmer que les cours étaient alors peu importantes. Les grandes dār à cette époque avaient certainement des cours, on l’a vu ; mais nous avons pensé aussi qu’elles n’occupaient pas le centre de la dār, et il semble au moins évident qu’aucune structure particulière n’imposait qu’il en soit ainsi, même si le hasard des constructions et des situations a certainement parfois entraîné cette disposition. Et revanche, dans une dār du xve siècle, le maq‘ad, qui est devenu un élément habituel de la maison, ne se conçoit guère sans cour. Ceci ne signifie pas que le maq‘ad n’existe qu’à titre d’élément de la maison. On sait qu’il nous reste du xve siècle et du début du xvie trois maq‘ad136. Sur ces trois, seul celui de Māmāy doit être replacé par la pensée dans le somptueux ensemble qu’il accompagnait. Les deux autres, le maq‘ad de Qāytbāy et le maq‘ad de Ġūrī, sont des constructions indépendantes et, pour cette raison, ont souvent été considérés comme des monuments étranges et incongrus. En fait, ils constituent une preuve de plus que la grande dār mameluke n’est que le rassemblement et la juxtaposition autour d’une cour d’éléments primitivement indépendants.

  • 137 Archives de la Citadelle, 5/26 ; M.M. Amîn, Catalogue, n° 28, p. 9.
  • 138 On en trouvera des descriptions, avec dimensions, dans certains documents du Ministère des Waqfs ( (...)

44Le terme de maq‘ad est appliqué à « toute salle où l’on peut se tenir », et n’implique pas nécessairement la structure architecturale à laquelle nous donnons habituellement ce nom. Les premiers vestiges encore existants datent de l’époque de Qāytbāy. Le maq‘ad de Māmāy était donc une partie de sa dār et les deux autres maq‘ad indépendants encore existants ont été construits pour servir à des réunions à caractère religieux. Mais bien des usages sont concevables et des maq‘ad à destinations diverses sont connus avant cette époque. On se bornera ici aux renseignements que livre l’acte de waqf de 1317 auquel nous avons eu largement recours plus haut137, et qui fournit du moins trois exemples de maq‘ad, et de trois types différents. Le premier, que nous avons déjà cité, désigne au rez-de-chaussée d’une qayṣarīya les emplacements donnant soit sur la rue soit sur l’allée intérieure, et qui sont des sortes d’échoppes (ḥānūt)138. Un second type se rencontre au-dessus d’une maison de deux étages (comprenant au moins cinq unités d’habitation) située à l’est du ẖalīg entre une rue et un jardin en arrière appartenant à la maison. Le maq‘ad est construit sur la terrasse qui sert de toit et qui donne sur le jardin. C’est vraisemblablement une sorte de kiosque de repos qui remplit les mêmes fonctions que les maq‘ad extérieurs des maisons du xve siècle ouvrant sur un jardin, sur un étang, ou sur le Nil. Un maq‘ad de cette sorte peut d’ailleurs exister seul à même le sol dans un jardin. Un troisième type est mentionné tout au début de cet acte de waqf, très abîmé, où semble consignée la description d’une grande dār. Le maq‘ad est situé dans l’écurie (iṣṭabl) et doit occuper une position relativement élevée puisqu’il est doté d’une rampe (darâbzîn). Cette écurie est-elle déjà à l’air libre, et avons nous déjà là une sorte de cour ? Dans ce cas le maq‘ad sur cour serait ancien dans les grandes dār, et sa multiplication dans le Caire serait seulement l’effet de l’augmentation du nombre de mameluks venant résider en ville. Quoi qu’il en soit, ce troisième type de maq‘ad, réservé à l’accueil du cavalier de passage, surtout lorsqu’il sera doté avec le temps, d’une « pièce pour passer la nuit » (mabīt), nous parait lié à la possession de chevaux (du visiteur et du visité), à l’iṣṭabl et à la cour ; il est au moins l’ancêtre de ceux que nous trouvons au xve siècle, dans les cours intérieures.

  • 139 Il est attesté au moins à partir de 1426 (cf. note 10 p. 195).
  • 140 Archives de la Citadelle, 18/115 ; M.M. Amîn, Catalogue, n° 122, p. 25.
  • 141 D. Ayalon, Gunpowder and Firearms in the Mamluk Kingdom, London, 1956.

45Nous ignorons à partir de quelle date ce maq‘ad a pris la forme que nous lui connaissons. On peut supposer que le maq‘ad construit dans le Ḥawš sultanien par Barsbāy avait déjà l’allure des maq‘ad plus tardifs et peut-être a-t-il servi de modèle139. On sait que ce Ḥawš sultanien était initialement un enclos à bestiaux et jusque dans l’Égypte actuelle, à la campagne, le mot ḥawš signifie à la fois la cour servant d’espace de circulation à la maison et le lieu servant d’étable pour le bétail. Le Ḥawš sultanien a très vite perdu, on l’a dit, sa première fonction, mais est resté un enclos où étaient très régulièrement organisés des jeux équestres voire des combats d’animaux. Le maq‘ad servait de podium protégé d’où l’on pouvait observer ces évolutions et le maq‘ad du Maydān ou Hippodrome a eu ensuite les mêmes fonctions. Nous pensons que le maq‘ad, situé dans la cour des maisons émirales n’était pas loin de jouer un rôle identique. Nous venons de nous demander si telle écurie (iṣṭabl) n’était pas en réalité une simple cour ; notre enquête n’est pas assez avancée pour que nous puissions répondre, surtout pour le xive siècle ; et au xve siècle nous avons cité plus haut au moins un cas d’écurie-cour (iṣṭabl dawār). Quoi qu’il en soit, même si la plupart du temps l’écurie, salle voûtée, est distincte de la cour sur laquelle elle donne, le maq‘ad paraît lié, pendant les premiers temps au moins, à la présence de l’écurie. Un acte de waqf de 1456 fournit même la description d’une petite maison sans étage, où l’on trouve autour de la cour une écurie de sept chevaux, ses dépendances habituelles — sellerie et grenier à orge — et un maq’ad avec pièce annexe ou ḫizāna140. On ne mettra pas sur le compte d’une ruralisation de la ville en cette période où la campagne semble parfois s’introduire à l’intérieur de la cité (les ḥawš populaires en sont peut-être plus sûrement le signe), la présence de ces cours où les chevaux jouent un grand rôle. En réalité, il s’agit plutôt d’un nouvel indice de l’attachement de cette classe militaire à la conception qu’elle se faisait de son statut : les Mameluks sont des cavaliers. C’est sans doute pourquoi Saẖāwī, on l’a vu, cite la cour et le maq‘ad comme des éléments essentiels, avec le logement, dans la demeure d’un émir. C’est sans doute pourquoi, aussi, les maq‘ad semblent de construction particulièrement soignée, car ils sont liés au statut du mameluk et à ce qui fait sa dignité. Tout se passe comme si cette structure avait acquis une valeur symbolique, celle que l’iṣṭabl avait elle-même au xive siècle. Cela ne signifie pas que cette galerie avec sa pièce annexe (mabīt) faite pour accueillir de jour et de nuit le visiteur, ne pouvait pas être élue aussi par le maître de maison, l’été surtout, comme lieu de repos diurne ou nocturne privilégié : Barsbāy est mort dans l’annexe de son maq‘ad, et il nous semble qu’aucune partie de la maison n’a encore reçu une destination spécifique assez impérative au point de ne pouvoir être utilisée de façon très variable selon les nécessités du moment ; mais les maq‘ad, produits de la sociabilité d’une classe de cavaliers, sont les pièces les plus déterminées de la dār, lieu d’où l’émir, avec ou sans ses hôtes, pouvait se détendre sans doute et se reposer, mais tout près et à portée de vue de ce qui le distinguait de tous dans la société urbaine et dans l’État : ses chevaux. Ce n’est là sans doute qu’une hypothèse. On sait que D. Ayalon a montré comment cette société mameluke est restée fidèle jusqu’au bout, et jusqu’à l’absurde, à cet idéal moral et social du soldat cavalier, alors que le rival ottoman s’adaptait à la plus efficace des techniques militaires du temps : l’artillerie141. L’État mameluk en est mort. Le maq‘ad ne serait-il pas un peu le signe architectural de cette folie ? S’il en est ainsi on conviendra que même si on veut poser en principe que la maison à cour abritait la seule famille de l’émir, l’intimité familiale et le souci de son honneur n’ont pas été la raison première de l’existence de cet espace clos.

CONCLUSION

46Nous avons tenté de replacer dans une évolution générale les vestiges de l’architecture civile médiévale de l’Égypte qui ont été relevés. Les études entreprises jusqu’ici sont cependant trop peu avancées pour que les suggestions que nous avons présentées soient considérées autrement que comme des hypothèses de travail. Les waqf fournissent au moins pour la dernière période, une documentation abondante et directe à exploiter. Nous n’avons pu explorer dans ce but que le dépôt de la Citadelle, et nous n’avons utilisé les indications qui se trouvaient dans les documents que d’une façon globale, nous attachant surtout à tout ce qui pouvait nous renseigner sur l’organisation des espaces domestiques et sur l’idée que l’on se faisait de l’agencement des lieux les uns par rapport aux autres. Une recherche sur l’histoire des éléments architecturaux eux-mêmes doit être entreprise.

47Nous avons essayé aussi de rendre à ces constructions le sens qu’elles avaient pour les contemporains. Elles ont vu le jour à des époques où la société musulmane était très différente de ce qu’elle est devenue par la suite. Aussi on ne peut appliquer à ces édifices une interprétation ne varietur de “la maison musulmane” tirée essentiellement de l’expérience acquise par les chercheurs occidentaux du temps où l’Europe imposait sa loi aux pays d’Islam, c’est-à-dire par des observateurs se trouvant souvent en situation d’exclusion par rapport à l’objet de leur étude. De façon plus générale d’ailleurs, on pourrait faire des remarques analogues sur la “ lecture ” qu’on donne encore trop souvent de “ la ville musulmane ” et de sa disposition.

  • 142 O. Grabar, The Formation of the Islamic Art, Yale, 1973, p. 177.

48Enfin on aura remarqué que l’évolution que nous avons tenté de décrire semble se faire en trois grandes étapes : à la première correspond la dār arabe de Fusṭāṭ, avec sa ou ses cours, dont le plan samarrien trahit encore l’origine antique, même si, dans l’Égypte de l’époque, cette forme architecturale ne saurait être tenue pour générale, et si elle était peut-être même limitée à la capitale, alors que, dans le reste du pays, la multitude des constructions de tradition indigène devait abriter la majorité de la population ; cette formule, celle des vainqueurs, a pesé lourd dans l’évolution qui a suivi. Dans une seconde époque, celle d’une Égypte impériale en expansion, l’architecture domestique a évolué en fonction des besoins pressants de logements dans la capitale, et avec l’exemple d’une architecture palatine, dont O. Grabar a montré que, dans ses débuts au moins, elle ne pouvait être tenue pour proprement « islamique »142. Les éléments architecturaux de la dār de Fusṭāṭ ont été intégrés alors dans un espace nouveau de la maison, qui n’était pas spécialement refermé sur lui-même. Enfin, à partir de la fin du xive siècle, l’espace clos paraît reparaître avec un plus grand nombre, semble-t-il, de constructions à cour, pour des raisons qui peuvent avoir été très variées : utilisation accidentelle (ou voulue par les nouveaux venus circassiens) pour les constructions palatines du Ḥawš sultanien de la Citadelle ; recours au ḥawš populaire pour abriter une population qui continue de venir s’installer dans une capitale appauvrie par les temps ; nombre plus important de soldats cavaliers cherchant en ville une résidence adaptée à leurs besoins. Que la convergence de ces facteurs ait préparé l’espace domestique à un refermement sur soi, qui devait suivre plus tard, est un autre problème.

  • 143 J.C. Garcin, Pour un recours à l’histoire de l’espace vécu dans l’étude de l’Égypte arabe, Annales (...)

49Nous avons essayé de montrer ailleurs que l’espace vécu du territoire égyptien lui-même avait une histoire, et qu’on pouvait y distinguer aussi trois grandes étapes assez semblables à celles que nous dégageons ici143. Peut-on en déduire que l’organisation générale de l’espace géographique et celle de l’espace domestique évoluent un peu au même rythme ? Oui sans doute si on ne réduit pas ces concordances dans l’évolution, à un mécanisme rigide, et parce que, entre l’espace domestique et l’espace plus général du pays, l’espace urbain lui-même s’est modifié et a joué son rôle.

Notes

1 Nuğūm, X, 211 : il cite d’ailleurs là « quelqu’un qui a vu cette peste ».

2 Sur la période, cf. J.C. Garcin, Le Proche Orient mamluk (Peuples et Civilisations, VII, sous presse).

3 Cf. J.C. Garcin, La « méditerranéisation » de l’empire mamelouk sous les Sultans Bahrides, in Rivista degli Studi Orientali, XLVIII, 1974, p. 109-116 ; Transport des épices et espace égyptien entre le xie et le xve siècles, in Actes du VIIe Congrès des médiévistes de l’Enseignement Supérieur, Annales de Bretagne, 85, 1978, p. 305-314.

4 Cf. J.C. Garcin, Al Maqrîzî, un historien encyclopédique du monde afro-oriental, in Les Africains, Paris, 1978, IX, p. 197-223.

5 Cf. Ḫiṭaṭ, II, 111, 118 et I, 339 (Fusṭāṭ).

6 Cf. Ḫiṭaṭ, I, 339 et II, 124, 126, 139 ; on sait que dès les années 760/1360, le quartier de Ḥusaynīya avait du être abandonné du fait d’une invasion de termites (Ḫiṭaṭ, II, 23).

7 Les voyageurs occidentaux des années 80 situent l’épidémie tantôt en 1363 (cas de Simone Sigoli, Viaggio al Monte Sinai, ed. G. Silvestri, Milan, 1841, p. 110, cité in Yusuf Kamal, Monumento, IV, 1314), tantôt en 1373 (cas de Frescobaldi : cf P.H. Dopp, Le Caire vu par les voyageurs occidentaux au Moyen-Age, p. 141).

8 P. Casanova, Essai de reconstitution topographique de la ville d’al Foustât ou Misr, Le Caire, 1919.

9 Giorgio Gucci (1384) : « ed ista quasi come uno scudo, larga dalle parte del Cairo, e istretta e appuntata dall’altra parte », Viaggio ai Luoghi Santi, ed. C. Gargiolli in Viaggi in Terra Santa diLionardo Frescobaldi e d’Altri del secolo xiv, Florence, 1862, cité in Monumento, IV, 13 156.

10 Ḫiṭaṭ, I, 339 ; sur les constructions de cette époque, cf. Ḫiṭaṭ, II, 28, 32, 50, 52, 65, 68, etc.

11 S. Sigoli : « più di cinquanta migliaia che non hanno nè casa nè tetto dove albergare » (in Monumento, IV, 1314) ; on trouve des remarques identiques chez Frescobaldi (in Dopp, Le Caire vu par les voyageurs... p. 135), et Gucci (ibidem, p. 144) qui évaluent tous deux le nombre des sans-abri à 100 000.

12 Ḫiṭaṭ, II, 94.

13 Des travaux menés en 738/1337-38, et en 749/1348-49, ont été complétés en 784/1382 par l’émir Ğahârkas al Ḥalîlî, celui qui a donné son nom au Hān ; en fait cela ne devait pas arrêter le mouvement du Nil vers l’Ouest (cf. Ḫiṭaṭ,, II, 167-170).

14 Kitāb al Intifār, IV, 118.

15 Libro del Conosçimiento : « son quatro pueblos ; al primero dizen Alcaera, el oltro Babilonia... el oltro dizen Roda, al quarto dizen Lajuza » ed. Marcos Jiménez de la Espada in Boletín de la Sociedad Geográfica de Madrid, II, 1877, cité in Monumento, IV, 1258.

16 Nuğūm, XIII, 152.

17 Subḥ al a’šâ, III, 334.

18 On trouve la mention de ces régressions dans divers passages des Ḫiṭaṭ, ainsi en Ḫiṭaṭ, II, 118 à 121, 124, 126, 130, 138, 139, 148, 150, 164-65, 186, 198.

19 Ḫiṭaṭ, II, 131, 132.

20 Ḫiṭaṭ , II, 54, 59, 74.

21 Les traces de l’activité de Ğamâl al dîn al ustâdâr sont également fort nombreuses dans les Ḫiṭaṭ cf. Ḫiṭaṭ, 1, 404, 406, 435, 445 ; II, 32, 33, 47, 70, 74 ; sur le personnage, voir Saẖâwî, al Ḍaw al-Lâmi‘, IX, 296.

22 Ibn Taġrîbirdî, Nuğūm, XVI, 120.

23 Ḥalîl al Ẓâhirî, Kitāb zubda kašf al mamâlik (ed. Ravaisse, Paris, 1894) p. 86.

24 Nuğūm, IX, 185-187.

25 Le voyage en Égypte de Joos Van Ghistele (I.F.A.O., 1976), p. 18.

26 Saẖâwî, al Ḍaw al-Lâmi’, II, 272.

27 Ibn Iyâs, Târiẖ Miṣr, II, 164/Histoire des Mamlouks Circassiens, p. 131.

28 Saẖâwî, Ḍaw, X, 273.

29 D. Behrens-Abou Seif, Topography and Architecture of the North-Eastern Suburb of Cairo in the Circassian Period (The American University in Cairo, dact., 1980).

30 On y trouve, à partir de 1490 (Târiẖ Miṣr, II, 269/Histoire des Mamelouks Circassiens, 316), une fondation de la puissante famille des Banû Ği’ân : autour d’une fondation religieuse, un ensemble de riches demeures (qasr), de pavillons (manzara J, et de jardins, servant de résidences d’été (fî zaman al Nil) pour les cairotes (Târiẖ Miṣr, II, 323/Histoire, 403).

31 Sur les bords de l’étang de Ratlî, à côté de constructions émirales, dont celle du puissant émir Mâmây (Târiẖ Miṣr, II, 281 ¡Histoire, 338), on retrouve les Banû Ği’ân qui avaient construit là une mosquée (avant les années 80 cette fois : cf. Târiẖ Miṣr, II, 174/Histoire, 149) ; la richesse de cette famille illustre assez bien l’ascension des grands commis du sultanat, mais ceux-ci ne sont pas les seuls civils à investir dans l’immobilier : les maîtres spirituels, ou ceux qui gèrent leurs intérêts, peuvent aussi le faire (cf. J.C. Garcin, Deux saints populaires du Caire au début du xvie siècle, in B.E.O., XXIX, 1977, p. 140, 141, 142). Le fait que le point de départ des constructions ne soit plus, sur ces terrains, une dār, mais une mosquée, ne donne pas un caractère différent à l’ensemble.

32 Ibn Iyās (ed. M. Mostafa), V, 255/tr. Wiet, Journal, I, 238 ; cette dār appartenait aussi à un serviteur civil de l’État ; on sait qu’on en trouve l’évocation dans Le voyage d’Outre mer de Jehan Thenaud (ed. Ch. Schefer) ; cf. Wiet, ibidem, n. 1.

33 Saẖâwî, Ḍaw, VI, 208.

34 Ibn Iyâs, IV, 59, 63/Journal, 55, 60 (ceci en 1503 et 1504).

35 Ibn Iyâs, Târiẖ, II, 346/Histoire, 444.

36 Saẖâwî, Ḍaw, X, 274, lors d’une première opération d’élargissement des rues en 1477-1478 (cf. Ibn Iyâs, Târîẖ, II, 171/ Histoire, 144).

37 Eine Stadtansicht des mamlukischen Kairo... cf. note 4 p. 146.

38 Ḥalîl al Ẓâhirî, Zubda (ed. Ravaisse), p. 86/tr. Gaulmier (mauvaise), p. 139 ; c’est le Grand Iwān que décrit le florentin Brancacci en 142¿, lorsqu’il relate la réception solennelle : « La salle où nous entrâmes et où se tenait le sultan était divisée comme une église en trois nefs séparées par des colonnes de pierre ; la nef du milieu était beaucoup plus grande que celle des côtés. Ces nefs étaient ouvertes du côté où nous entrâmes, mais un filet était tendu à leur entrée du haut en bas. Elles étaient pavées de marbre marqueté, recouvertes d’un tapis sur près de la moitié de la surface... (cité in Dopp, Le Caire vu par les voyageurs occidentaux, p. 126). La réception pouvait également avoir lieu devant Y Iwān, sur l’esplanade qui, on l’a vu, le précédait ; cela semble avoir été le cas pour Joos Van Ghistele en 1482-83 (Le voyage en Égypte... p. 43). Le Grand Iwān avait été restauré en 1472 : cf. Ibn Iyâs, Târiẖ Miṣr, II, 138/Histoire des Mamelouks Circassiens, 85.

39 Ibn Iyâs, V (ed. Mostafa) p. 191 /Journal, II, p. 185, et V, p. 441 ¡Journal, II, 424.

40 Ḥalîl al Zâhirî, Zubda, ibidem.

41 Zubda, p. 26-27/tr. Gaulmier-Venture, p. 40.

42 Le voyage en Égypte de Joos Van Ghistele, 37.

43 Ḫiṭaṭ, II, 229.

44 Ḫiṭaṭ, II, 212 ; cf. Abû-l-Fidâ, récit de la construction de son palais de Hama, en 1320-1321, traduit in Recueil des Historiens des Croisades, Historiens orientaux, I, 184.

45 Ibn Iyâs, IV, 80/Journal, I, 76.

46 Cf. Ibn Iyâs, Târiẖ Miṣr, II, 236/Histoire, 256.

47 Ibn Iyâs, IV, 154/Journal, I, 150 ; sur la signification possible du terme masṭaba, cf. Mme D. Behrens-Abou Seif loc cit. note 241.

48 Cf. Ibn Iyâs, Târiẖ Miṣr, II, 163/Histoire, 130.

49 Cf. Maqrîzî, Sulûk, III, 623.

50 Cf. Sulūk, III, 890.

51 Cf. Sulūk, IV, 134.

52 Cf. Sulūk, IV, 479 ; Ibn Taġrîbirdî, Nuǧūm, XIV, 77 ; Ibn Iyâs, Târiẖ Miṣr, II, 9.

53 Le Caire vu par les voyageurs occidentaux, p. 128, cf. aussi, peut-être, Le Voyage en Égypte, p. 23.

54 Cf. Saẖāwî, Ḍaw, IV, p. 25 (cité en 842/1439).

55 Ḍaw, VI, 207 ; ce passage de Saẖâwî ne laisse aucune ambiguïté sur la restauration par le sultan « du maq’ad qui domine la porte de la Baḥra » alors qu’un passage d’Ibn Iyâs (Târiẖ, II, 301/Histoire, 368) permet de supposer que Qâytbây a construit son propre maq’ad « avec les deux pièces annexes qui l’encadrent » ; il nous semble préférable de penser qu’il s’est contenté d’aggrandir le maq’ad en y ajoutant sans doute une pièce annexe (mabît), sinon les deux (pièce également appelée : bayt · cf Târiẖ II, 296/Histoire, 564).

56 Nuǧūm, XV, 102 ; est-ce ce maq’ad qui est cité dès 829/1426, lorsque le sultan accueille à la citadelle l’expédition victorieuse qui revient de Chypre, avec le roi Janus prisonnier (Sulûk, IV, 725) ? ou celui de la Baḥra ? Le texte de Maqrîzî évoque le sultan assis dans « le maq’ad », ce qui semble signifier qu’il n’y en a qu’un : le maq’ad de la Duhayša n’aurait-il été construit que par la suite par le sultan ? ou, au contraire le maq’ad de la Baḥra serait-il un ajout postérieur (mais toutefois antérieur à 1439 —cf. note 8) ?

57 Ibn Iyâs, IV, 165/Journal, I, 162.

58 Târiḫ, II, 296/Histoire, 364.

59 Târiḫ, II, 287/Histoire, 348.

60 Ibn Iyâs, IV, 442/Journal, I, 407.

61 Târiḫ, II, 313/Histoire, 388 (une « petite mosquée »).

62 Târiḫ, II, 186/Histoire, 168.

63 Târiḫ, II, 383/Histoire, 339.

64 Ibn Taġrîbirdî, Nuǧûm, XVI, 219.

65 Târiḫ, II, 287/Histoire, 348.

66 Ḥalîl al Zâhirî, Zubda, 27.

67 Târiḫ, II, 158/Histoire, 122.

68 Ibn Iyâs, IV, 20/Journal, I, 18.

69 Târiḫ, II, 345/Histoire, 439.

70 Târiḫ, II, 296/Histoire, 364 ; on s’incline devant le trône qui est sur l’estrade, même parfois en l’absence du sultan (cf. Târiḫ, II, 235/Hist. 255).

71 Târîkh, II, 250/Histoire, 279.

72 Maqrîzî, Sulûk, IV, 719.

73 Sulûk, IV, 1055.

74 Târiḫ, II, 241/Histoire, 264.

75 Sulûk, IV, 1051.

76 Sulûk, IV, 1073.

77 Târiḫ, II, 217/Histoire, 220.

78 Maqrîzî, Sulûk, IV, 1044 ; Ibn Taġrîbirdî, Nuǧûm, XV, 102.

79 Târiḫ, II, 296/Histoire, 364.

80 Sulûk, IV, 1073.

81 Ḥalîl al Ẓâhirî, Zubda, 86.

82 Ibn Iyâs, IV, 561 Journal, I, 52 ; sur le maq’ad déjà existant donnant sur Rumayla, cf. Târiḫ, II, 290/Histoire, 352.

83 Ibn Iyâs, V, 88/Journal, II, 85.

84 Archives de la Citadelle, 12/76 ; M.M. Amîn, Catalogue, n° 76, p. 17.

85 Ibn Iyâs, IV, 92/Journal, I, 88.

86 Layla ‘Alī Ibrāhīm, Middle-Class Living Units in Mamluk Cairo, Architecture and Terminology, in Art and Archaeology Research Papers (A.A.R.P.), 14, dec. 1978, p. 24-30.

87 Ḫiṭaṭ, II, 214.

88 Târiḫ, II, 357/Histoire, 458.

89 Cf. Ibn Iyâs, Târiḫ, II, 287/Histoire, 348.

90 Ḍaw, VI, 210 (dans la biographie de Qâytbây).

91 Pl. XXVIII et XXIX ; sur cette maison, voir J. Revault, supra.

92 Le voyage en Égypte de Joos Van Ghistele, p. 18.

93 Layla ‘Alī Ibrāhīm, loc. cit. note 295 ; Mona Zakarya, Le rab’ de Tabbāna, in Annales Islamologiques, XVI, 1980, p. 275-297.

94 Il est possible d’ailleurs, que l’absence d’écurie ait limité la clientèle des rab’ ; peut-être est-ce pour pallier cet inconvénient que lorsque Qâytbây fit construire son rab’ dans le quartier du Kabš (dont la population appartenait en grande partie à la classe militaire), il fit édifier pour six au moins des logements du rab’, six écuries particulières : cf. Archives du Ministère des Waqfs, n° 611 (daté de 895/1490) ; M.M. Amîn, Catalogue, n° 550, p. 199.

95 Ḫiṭaṭ, II, 79.

96 Târiḫ Miṣr, II, 330/Histoire, 415.

97 Archives de la Citadelle, 10/59 ; M.M. Amîn, Catalogue, n° 61, p. 14.

98 Cf. Saẖâwî, Ḍaw, III, n° 1 212, p. 317.

99 Un examen des Archives du Ministère des Waqfs, lors de notre séjour au Caire en 1980, nous a montré que ce voisinage d’un ḥawš et d’un atelier de tissage n’était pas unique : ceci confirme notre analyse ; mais visiblement, les ḥawš peuvent jouer des rôles très différents : certains ont des parties réservées pour accueillir des bestiaux (qui sont parqués à part), tandis que d’autres, situés dans les quartiers proches du Nil, sont des sortes d’entrepôts à ciel ouvert ou šûna.

100 Târiḫ, II, 268/Histoire, 314.

101 Le voyage en Égypte de Felix Fabri, 1483 (ed. I.F.A.O., 1975), II, p. 567.

102 Ibidem, I, p. 9.

103 En fait, l’un n’exclut pas l’autre ; Piloti décrit ainsi la situation dans la première partie du siècle : « pour ung sarrasin qui dort dedens son hostel de nuit, dehors de son hostel, devant la porte, dessus les bancz dudit hostel, dormira XV ou XX personnes, et aulcunes fois plus et aulcunes fois moins, selon que l’hostel est grant. Et ce est pour le peuple innumérable qui est en celle terre. » (Ed. P.H. Dopp, L’Égypte au commencement du quinzième siècle d’après le traité d’Emmanuel Piloti de Crête, Le Caire 1950, p. 108).

104 Bien que la partie de la carte de la Description de l’Égypte représentant la citadelle laisse assez bien deviner où était le Ḥawš sultanien (voir la carte de la citadelle).

105 Ḍaw, III, n° 1 055, p. 277-78.

106 Ibn Iyâs, Târiḫ, II, 317/Histoire, 394.

107 Târiḫ, II, 281 /Histoire, 338.

108 Ibn Iyâs, IV, 81 /Journal, I, 77.

109 Cf. supra, J. Revault.

110 Sur la dār, cf. Ḫiṭaṭ, II, 54 (et sur le personnage, Daw, IV, n° 81, p. 24).

111 Pour cette époque : Ḫiṭaṭ, II, 52, 53, 54, 59, 65, 74, 75, 76.

112 Ḫiṭaṭ, II, 62.

113 Ed. White, p. 91/tr. De Sacy, Relation de l’Égypte, p. 296.

114 Târiḫ, II, 164/Histoire, 131.

115 Archives de la Citadelle, 15/92 ; M.M. Amîn, Catalogue, n° 96, p. 20.

116 On sait que l’on nomme ainsi dans les dār, des pièces donnant sur l’eau (le Nil, un canal, une birka ou étang) ; on ne les trouve evidemment pas à l’intérieur de l’ancien Caire fatimide.

117 Archives de la Citadelle, 27/177 ; M.M. Amîn, Catalogue, n° 188, p. 44.

118 Nous devons cette interprétation du termea ḥaramīya au Docteur Muḥammad Muḥammad Amīn que nous remercions ici.

119 Le voyage en Égypte de Felix Fabri, II, p. 404 à 411.

120 L.A. Mayer, The buildings of Qaitbay as described in his endowment deed, London, 1938.

121 Pl. XXXII et XXXIII ; sur ce palais, voir J. Revault, supra, et notre planche LXI.

122 Pl. XXXVII ; voir supra, et notre planche LXII.

123 Pl. XXXVI, et notre planche LXII.

124 Nous devons ce détail à Mme Mona Zakarya.

125 Archives de la Citadelle, 43/279 ; M.M. Amîn, Catalogue, n° 290, p. 71.

126 Archives de la Citadelle, 43/277.

127 Ce qui s’inscrit tout à fait d’ailleurs, dans une tradition méditerranéenne depuis l’antiquité (cf. R. Vallois, L’architecture hellenique et hellenistique à Délos, p. 216), jusqu’à nos jours (cf. pour l’Algérie, S. Noweir et J-Ch. Depaule, La maison et son usage, in Architecture, mouvement, continuité, S.A.D.G., avril 1979).

128 Le voyage en Égypte de Joos Van Ghistele, p. 18.

129 Cf. J. Revault, infra.

130 Cf. Ibn Iyâs, Târîḫ, II, 132/Histoire, 73 : en 1472, sur ordre sultanien, on imposa aux femmes circulant en ville, un voile de tête plus important que par le passé ; après une certaine résistance, le nouveau voile s’imposa, tandis que l’ancien ne resta en usage que dans les maisons : il ressort de cet épisode qu’avant 1472 au moins, le même voile de tête était utilisé dans les maisons comme dans les rues.

131 Le voyage en Égypte de Jean Palerne, forésien, 1581 (éd. I.F.A.O., 1971), p. 56, cf. également Villamont in Voyages en Égypte des années 1589, 1590 et 1591 (ed. I.F.A.O., 1971), p. 216-217.

132 Les descriptions des fêtes populaires chez Ibn Iyâs supposent que bien des femmes sont dans les rues (cf. Ibn Iyâs, IV, 276-278/Journal, I, 260) ; Van Ghistele écrit des jardins de la banlieue du Caire : « on y voit beaucoup de femmes venir se promener » (loc. cit. p. 60) et Faber est plutôt choqué par l’effronterie des femmes (loc. cit. I, 34 ; II, 435) ; on trouvera d’autres éléments dans l’étude de Ahmad ‘Abd Ar-Râziq, La femme au temps des mamlouks en Égypte, I.F.A.O., 1973, même si l’enquête porte essentiellement sur les femmes appartenant à la classe dominante, et si les éléments recueillis témoignent évidemment davantage, après critique, d’une certaine liberté, voire d’une indépendance assise sur le rang social, que d’une autonomie de la femme vérifiable dans tous les cas.

133 Ibn Iyâs, V, 461-462/Journal, II, 443-444 et V, 469/Journal, II, 451.

134 Le voyage en Égypte de Pierre Belon du Mans, 1547 (ed. I.F.A.O., 1970), 1086 : « les femmes, les filles et petits enfants ne sortent guère des maisons » ; Jean Palerne, en 1581 : « les femmes n’y (dans les boutiques) trafiquent aucunement et sont d’ordinaire enfermées dans leurs maisons » (loc. cit. p. 46) ; Samuel Kiechel en 1588 : « ce n’est pas la coutume chez eux, si on veut avoir une épouse honnête, de la laisser beaucoup sortir » (Voyage en Égypte des années 1587-1588, ed. I.F.A.O., 1972, p. 98). C’est là un type de réflexions qu’on ne trouve pas dans les récits des pélerins médiévaux.

135 Cf. infra, fig. 51.

136 Cf. J. Revault, supra.

137 Archives de la Citadelle, 5/26 ; M.M. Amîn, Catalogue, n° 28, p. 9.

138 On en trouvera des descriptions, avec dimensions, dans certains documents du Ministère des Waqfs (n° 613/M.M. Amîn, Catalogue, n° 308, p. 77 ; n° 610/M.M. Amîn ; Catalogue, n° 304, p. 76).

139 Il est attesté au moins à partir de 1426 (cf. note 10 p. 195).

140 Archives de la Citadelle, 18/115 ; M.M. Amîn, Catalogue, n° 122, p. 25.

141 D. Ayalon, Gunpowder and Firearms in the Mamluk Kingdom, London, 1956.

142 O. Grabar, The Formation of the Islamic Art, Yale, 1973, p. 177.

143 J.C. Garcin, Pour un recours à l’histoire de l’espace vécu dans l’étude de l’Égypte arabe, Annales, E.S.C., 1980, p. 436-451.

Table des illustrations

Titre Planche LIX
Légende Le Caire, troisième phase de l’histoire du site médiéval : nouvelle orientation de l’espace urbain au xve siècle. (Voir remarque Pl. XLIX).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3098/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 656k
Titre Planche LX
Légende La dār Zaynab Ḫātūn (les circulations indiquées, et la terminologie utilisée qui est celle du xve siècle, constituent une hypothèse sur l’organisation de l’espace domestique dans cette dār).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3098/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre Planche LXI
Légende La dār de Qāytbāy (même remarque que pour la planche LX).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3098/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 317k
Titre Planche LXII
Légende La dār al-Razzāz (même remarque que pour la planche LX).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3098/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Titre Planche LXIII
Légende La dār de Qāytbāy (à la fin du siècle dernier) : l’espace quasi public de la cour.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3098/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 576k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter