Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Palais et maisons du Caire. Tome I

 | 
Jean-Claude Garcin
, 
Bernard Maury
, 
Jacques Revault
, 
et al.

2e partie. Habitat médiéval et histoire urbaine à Fustat et au Caire

xe-xive siècles

Texte intégral

Une époque nouvelle

1L’installation des Fatimides et la fondation du Caire en 969, marquent le début d’une longue période où l’Égypte retrouve une dimension impériale. Cette époque d’expansion médiévale, en dépit des multiples crises qui la traversent, dure, nous y reviendrons, jusque dans la deuxième moitié du xive siècle. Pendant ces quatre siècles, la capitale égyptienne a été le siège de pouvoirs puissants et prestigieux : Fatimides, Ayyubides, Mameluks. L’idéologie de ces pouvoirs est évidemment loin d’être identique. Les Fatimides, venus du Maghreb, représentent un anti-califat shi‘ite fixé en Égypte, faute d’avoir pu aller plus loin vers l’Est et atteindre Bagdād. Saladin, qui met fin à leur régime chancelant, en 1172, et ses descendants, les Ayyubides, incarnent au contraire, un mouvement de redressement sunnite ; en combattant le schisme détestable qui avait amené les armées du Roi de Jérusalem jusque sous les murs du Caire, il replace le pays dans un Moyen-Orient en lutte contre l’Occident croisé, lutte où l’Égypte se découvre alors un rôle déterminant à jouer. A partir de 1250 enfin, les Mameluks, la partie la plus cohérente de l’armée Ayyubide d’Égypte, qui ont d’abord sauvé l’Égypte après le débarquement de Louis IX à Damiette, puis tout le Moyen-Orient arabe en luttant contre les Mongols, établissent un empire militaire unitaire du Nil à l’Euphrate, seule formule politique qui permette la résistance à l’invasion. Depuis le milieu du xiiie siècle, la capitale de l’Égypte est alors vraiment aussi celle de tout un empire, celle même de l’Islam, après que Bagdād ait été ruinée par les barbares. Mais si les pouvoirs qui se sont succédé ont résulté de projets politiques différents, ils n’en ont pas moins tous apporté à la ville cette impulsion issue de la présence d’un centre de décision politique important qui lui manquait jusqu’alors et qui, dans tous les domaines, celui de l’habitat, comme tant d’autres, fait naître et diffuse les goûts et les techniques les plus élaborées de l’époque.

Le groupe social dominant et son rôle de diffusion

  • 1 Ibidem, p. 154.
  • 2 Nasir-i Ḫusraw, Relation de voyage, tr. Ch. Schefer, Paris, 1881, p. 132.
  • 3 Cf. J.C. Garcin, Le Proche-Orient mamluk, in Peuples et Civilisations, VII (sous presse).

2En fait, la différence des régimes politiques recouvre l’affirmation de plus en plus claire de la puissance et de la richesse d’un groupe social particulier, toujours renouvelé, mais toujours présent, et aux ressources en constante expansion et diversification : celui des cadres de l’armée. Les califes Fatimides ont été à l’origine de cette évolution. Ils ont installé leur palais dans une nouvelle ville-camp, Le Caire, dont on a souvent souligné le rôle fonctionnel de centre de direction regroupant les administrations, les troupes, le matériel ; plus concrètement, lorsque le voyageur persan Nasir-i- Ḫusraw visite la ville, vers le milieu du xie siècle, il décrit une agglomération où les constructions n’évoquent sans doute plus rien d’un camp. Mais il est frappé par le luxe de certaines demeures qui ne peuvent guère être en majorité que des demeures d’officiers, objets des attentions du régime1. Déjà, seuls les membres de la classe militaire peuvent utiliser les chevaux2, et on sait que les naïfs visiteurs étrangers vont s’en étonner longtemps encore, jusqu’aux pèlerins chrétiens d’Occident au xve siècle, sous les Mameluks. L’aristocratie militaire constitue déjà la classe riche. A l’occasion de la terrible sécheresse qui, quelques années à peine après le passage du visiteur persan, ruine l’Égypte et ébranle l’État, c’est un militaire, un « vizir de sabre », Badr al Ğamalī, qui, en 1074, inaugure la longue série des émirs maîtres du pouvoir réel en Égypte. Le système de l’iqta‘ fonctionne déjà. On ne voit pas que les officiers de Saladin et de ses successeurs, qui ont pris leurs quartiers dans la ville fatimide, aient occupé une moindre place dans la société. Les émirs sont enfin les maîtres directs de l’État mameluk ; ils sont l’État lui-même3. Il est certain que l’armée représente alors une puissance sociale et économique qui frappe les esprits, et le caractère particulier du système mameluk fondé sur un constant renouvellement du groupe dominant par l’importation et l’éducation du matériel humain qui le constitue, a fait oublier que la domination de l’aristocratie militaire n’est pas un fait nouveau en Égypte. En réalité, ce qui est nouveau, c’est l’aspect brutal et chatoyant que prend maintenant le phénomène, mais non le phénomène lui-même.

  • 4 Maqrīzī, Ḫiṭaṭ, I, p. 305.
  • 5 Ḫiṭaṭ, I, 496.

3Or, si la présence constante d’un pouvoir impérial au Caire a eu nécessairement pour l’histoire de l’habitat des conséquences importantes, celles-ci se sont trouvées prolongées en raison de certaines contingences de l’histoire politique. Les Fatimides ont construit dans le Caire des palais qui ne nous sont pas parvenus, mais qui ont certainement joué un rôle dans la transmission du mode de construction que le nouveau pouvoir avait adopté. Alors que les palais tulunides proprement dits, qui déjà devaient apporter certaines innovations, ont été détruits après une brève existence, lors de la reprise en mains abbasside en 905 (même si quelques riches dār de Qaṭā’i‘ ont subsisté jusqu’au xie siècle)4 les palais fatimides ont été seulement abandonnés par Saladin à ses émirs5. A supposer que les grandes demeures du Caire fatimide n’aient pas déjà imité à leur échelle les palais califiens qui avaient alors deux siècles d’existence, rien ne pouvait, mieux que ce dépeçage de l’enceinte palatine, vulgariser certaines formules d’habitat. D’autre part, pour la suite, il est normal que dans l’Égypte musulmane, comme ailleurs, les constructions palatines aient offert leur exemple aux grandes demeures, et on aura l’occasion de le dire. Mais le système d’accession au pouvoir propre au régime mameluk, qui fait de tout émir un sultan en puissance, et de tout sultan un émir parvenu, a rapproché encore ce groupe social des émirs, d’un Palais dans lequel beaucoup se sentent vocation de pénétrer. Dans ces conditions, on comprend que l’interprétation des vestiges des demeures médiévales doivent souvent se référer aux palais califiens ou sultaniens. Pendant ces siècles médians de l’histoire égyptienne au Moyen Age, l’existence d’un pouvoir puissant et disposant pour ses constructions de vastes ressources, se double donc de celle d’un groupe social également riche, qui diffuse dans la société des formules d’habitat. Toutefois, s’il est certain que c’est là un grand fait nouveau, au moins à cette échelle, qui paraît marquer l’évolution de l’habitat durant cette longue période, on ne peut en déduire évidemment que toutes les formules architecturales viennent d’en haut, remplaçant jusqu’au bas de l’échelle sociale un legs du passé qui serait, lui, proprement égyptien, et que nous connaissons mal.

Les deux villes

  • 6 Cf. Ch. Coquin, Les édifices chrétiens du Vieux-Caire, p. 182-183, 191-192, 206.
  • 7 Al Bakrī, Kitāb al masālik wa-l mamālik, Ms. B.N. Paris, n° 2 218 fol. 54.
  • 8 Et cela dès l’époque d’Al Hakim : les logements des Kutāma évincés, laissent déjà des ruines entre (...)
  • 9 Ḫiṭaṭ, II, p. 110.
  • 10 Ḫiṭaṭ, II, p. 147.
  • 11 Ḫiṭaṭ, II, p. 122. Nasir-i Ḫusraw, Relation, p. 135.
  • 12 Nasir-i Ḫusraw, Relation, p. 134.

4Mais qu’est-il advenu de l’agglomération urbaine ? Son histoire, qui fournit le cadre nécessaire à celle de l’habitat, apparaît comme une longue expansion, avec un déplacement évident vers le nord de la capitale réelle, et sans que les péripéties souvent dramatiques des affrontements politiques ou des fléaux naturels provoquent jamais des coupures brusques. On le sait, la fondation de la ville-camp du Caire, au nord de Fusṭāṭ, a d’abord surtout contribué à l’expansion de cette dernière. De nouvelles églises se construisent dans l’ancienne Babylone, au sud, au-dessous d’al Raṣad6. La renommée économique de la ville croît7, par où arrivent maintenant, passant par la Haute-Égypte, le commerce des épices. Pendant longtemps, le prestige de Fusṭāṭ cache Le Caire. Pourtant, bien que celle-ci n’ait pas (en principe) vocation à être une ville de peuplement, des zones habitées vont peu à peu se développer hors de l’enceinte fatimide, de façon instable, vite ruinées dès qu’une crise alimentaire ou politique8 frappe la fragile vie urbaine médiévale. Au début du xie siècle, un quartier s’est construit, au sud de Bāb Zuwayla9 ; vers l’ouest, au-delà du ẖalīg et du pont de Bāb el Qantara (qui existe déjà)10, le port d’Al Maqs est un faubourg11 ; sans compter les constructions de plaisance, en particulier sur le ẖalīg12.

  • 13 Ḫiṭaṭ, II, 110.
  • 14 Ḫiṭaṭ, I, 337.
  • 15 Ḫiṭaṭ, I, 305.
  • 16 Ḫiṭaṭ, II, 110.
  • 17 Ḫiṭaṭ, II, 111.
  • 18 Ḫiṭaṭ, II, 114-115.

5La terrible crise des années 1070 met fin évidemment à cette première expansion du Caire13, de même qu’elle atteint sévèrement les anciens quartiers abbassides ou tulunides au nord de Fusṭāṭ, où, par ailleurs, certaines maisons avaient été incendiées au cours des troubles14. L’arrivée au pouvoir de Badr al Ğamalī marque une étape dans le développement du Caire. Dans l’ordre restauré, les nouveaux remparts tiennent compte d’une partie des premiers gains de la ville vers le sud, et les habitations endommagées sont reconstruites au détriment des quartiers nord de Fusṭāṭ détruits et désormais condamnés, où on puise les matériaux utiles15 ; mais surtout, Le Caire perd son caractère de ville officielle, et la concurrence réelle avec Fusṭāṭ commence. La poussée cairote est importante dans le premier quart du xiie siècle, du temps du calife Al Amir et de son vizir Mā’mūn Ibn al Baṭā’iḥī : un quartier apparaît à nouveau au sud de la nouvelle Bāb Zuwayla16. Au nord, Ḥusaynīya se développe, hors de Bāb al Futūḥ17 ; à l’ouest, au-delà du ẖalīg, l’expansion est si vigoureuse que le gouverneur du Caire y a un délégué pour le maintien de l’ordre18. Mais Fusṭāṭ reste l’agglomération de loin la plus importante.

  • 19 Ḫiṭaṭ, I, 339.
  • 20 The Churches and Monasteries of Egypt, ed. Evetts, p. 89, 91, 92, 106, 113, 120, 127, 132, 135. Le (...)
  • 21 Ibn Ğubayr, Riḥla, ed. Wright, p. 54 ; tr. Gaudefroy-Demombynes, I, p. 59.
  • 22 Burchard (ambassade de 1175), ed. R. Naumann, Leipzig, 1858, p. 147, cité in Yusuf Kamal, Monument (...)
  • 23 Siège de Damiette, texte latin (vers 1218) ed. H. Hoogeweg, Tübingen, 1894, p. 263, cité in Monume (...)
  • 24 ‘Abd al Laṭīf, ed. J. White, Tübingen, 1789, p. 141 ; tr. De Sacy, Relation de l’Égypte, 1810, p. (...)
  • 25 Ibn Sa’īd, Al Mugrib, p. 5-11 ; tr. in Wiet, Cairo, p. 47 sqq. ; cf. Maqrīzī, Sulūk, I, 341 ; Ḫiṭa (...)

6Le terrible incendie qui, pendant le mois de décembre 1168 et janvier 1169 ravagea Fusṭāṭ sur ordre des derniers dirigeants fatimides19, pour que la ville ne tombe pas aux mains des troupes de Jérusalem, qu’une diplomatie imprudente avait introduites dans le pays, a sans doute contribué à modifier cet équilibre, mais moins vite qu’on ne l’a dit. La poussée du Caire n’a pas été compromise moins que celle de Fusṭāṭ au cours des troubles ; la reconstruction a été d’autre part très vigoureusement conduite à Fusṭāṭ, surtout à partir de 1176 semble-t-il, date à partir de laquelle l’historien chrétien Abu Ṣāliḥ place la restauration de nombreuses églises20. Ibn Ğubayr, en 1183, estime que l’essentiel a été rebâti21. A cette date, Saladin a également achevé la citadelle et une partie des fortifications. Mais les perspectives nouvelles que l’existence de cet ensemble défensif ouvre au développement urbain cairote n’ont été utilisées que progressivement. Fusṭāṭ aux rues étroites et aux maisons serrées, mal reconstruite sans doute, est encore la ville surpeuplée22 où les petites gens sont revenus vivre, tandis que le beau Caire, aux rues plus larges, reste la résidence « des barons et citoyens les plus illustres », comme le dit un texte occidental du premier quart du xiiie siècle23. Le début de ce siècle a été marqué par une terrible famine, décrite par le baghdadien ‘Abd al Laṭīf, qui a proportionnellement atteint davantage la population pauvre de Fusṭāṭ que celle du Caire24. Cependant, l’attraction de la vieille ville industrieuse reste grande. Le sultanat ayyubide s’est installé dans la Citadelle à partir des années 1207-1208. Mais vers 1240, le dernier grand ayyubide, al Malik al Ṣāliḥ Ayyūb, la quitte et établit ses mameluks dans l’île de Rawḍa, entraînant par là même les dignitaires du régime à construire à nouveau en face de l’île, à Fusṭāṭ. Il jette un pont au débouché du ẖalīg et bâtit des belvédères sur le Kabš, au sud d’Ibn Ṭūlūn, tandis que se construisent les rives de Birkat al Fīl25.

7A la veille de l’arrivée au pouvoir des Mameluks, l’équilibre est cette fois largement rompu en faveur du Caire, qui a repris son bourgeonnement hors des remparts dans les directions habituelles, et où les métiers et les commerces de luxe ont rejoint leur clientèle tandis que les installations moins nobles sont restées à Fusṭāṭ : chantiers pour les constructions de navires, raffineries de sucre et de savon, entrepôts de céréales et de marchandises en gros. Le Caire à son tour est envahi par une population trop nombreuse qui se loge comme elle peut, en hauteur sans doute, mais dans des maisons qui ont réduit au minimum l’espace des ruelles et fait perdre au Caire les larges voies de communication qui avaient compté dans sa célébrité. Une grande capitale va naître.

La capitale de l’empire mameluk

  • 26 Ḫiṭaṭ. I. 365.
  • 27 Ḫiṭaṭ . II. 117.
  • 28 Ḫiṭaṭ. II. 116.
  • 29 Ibn Tagrībirdī, Nuğūm, VII, 190.
  • 30 Ḫiṭaṭ, II, 146 ; pour des zones proches du ẖalīg, cf. aussi II, 119 et 145.
  • 31 Ḫiṭaṭ, II, 159 ; Ibn Taġribirdī, Nuğūm, VIII, 80 ; cf. J.C. Garcin, Le Caire et la province : cons (...)
  • 32 Ḫiṭaṭ. II, 159.
  • 33 Ibn Taġribīrdī, Nuğūm, VII, 196 ; cf. Ravaisse, Essai sur l’Histoire et la topographie du Caire, p (...)

8L’essor du Caire médiéval change de rythme, en effet, à partir de l’accession au pouvoir des Mameluks ; tout le proche-Orient arabe est maintenant soumis à une direction unique, installée dans la ville. Des quartiers nouveaux apparaissent, comme des créations décidées, des entreprises bien autrement volontaires que les excroissances qui débordaient périodiquement jusque là la vieille ville fatimide. La population s’augmente d’ailleurs des régugiés qui abandonnent l’Orient devant l’avance mongole26 et peuplent le quartier où, au nord du Caire, Baybars construit sa mosquée, avant que des Mongols, transfuges eux-mêmes, ne soient installés par le même Baybars à l’ouest du ẖalīg sur les terres de Lūq27 (et plus tard seulement au nord de Fusṭāṭ)28. Le sultan fait construire des résidences pour ses émirs autour de la citadelle, pour les voir moins mêlés à la population de peur des frictions qui pourraient en résulter29. Mais le vieux Fusṭāṭ relié à l’autre rive du canal vers le nord et Le Caire par le pont des Lions tout neuf, n’est pas oublié30. Des quartiers riches, et qui resteront animés jusqu’au milieu du xive siècle, se sont installés au ğisr al Afram au-delà de la ville, en direction de la Haute-Égypte31. Et, encore plus au sud, des reliques du Prophète, rapportées du Hedjaz, ont été déposées dans un Ribāt au bord du Nil, donnant naissance à ce petit quartier de Aṭār al Nabī, extrême avancée de l’expansion urbaine32. Le sultanat de Baybars (1260-1277) a donc été une phase importante du développement de la capitale33, une préfiguration de l’explosion du xive siècle.

  • 34 Ḫiṭaṭ., II, 125, 163.
  • 35 D. Ayalon, The expansion and decline of Cairo under the Mamluks (communication au XXIXe Congrès in (...)

9Tout ce qui a été construit n’est pas — et ne sera jamais avant l’époque moderne — définitivement acquis à la vie urbaine. Il suffit d’une nouvelle crise, vers la fin du siècle, en 1296, sous le sultanat de Katbuġā, pour voir à nouveau atteints les quartiers qui s’étaient développés au nord du Caire et, à l’ouest, au-delà du ẖalīg34. Mais l’expansion peut reprendre, au début du xive siècle, et surtout après le retour au pouvoir du sultan al Malik al Nāsīr Muhammad en 1311, pour durer jusqu’après sa mort, vers le milieu du siècle. En un peu plus de trente années, le Caire est alors transformé. Certains historiens modernes, comme D. Ayalon, ont fortement critiqué un sultan qu’ils estiment mégalomane et dont les entreprises démesurées en matière de construction, même celles qui furent totalement menées à bien, révélèrent par la suite leur fragilité, dans la terrible crise qui allait suivre35. Mais de telles ambitions ne peuvent être jugées comme prématurées en fonction d’un avenir que les bâtisseurs de la première moitié du xive siècle ne pouvaient en effet prévoir. Si la passion de bâtir du monarque a joué un rôle, elle ne l’a pu que grâce à cet étonnant régime politique, qui drainait vers le sultanat et le groupe des émirs massivement installés dans la capitale, des ressources issues en grande partie de l’exploitation de la campagne, ressources que la prospérité des temps fournissait en abondance. Des sommes considérables ont été investies dans ces travaux, où l’on doit voir autant le produit d’un système que les fantaisies d’un prince.

  • 36 Ḫiṭaṭ., I, 360 ; II, 125, 139, 164.
  • 37 Ḫiṭaṭ. II, 110, 136.
  • 38 Ḫiṭaṭ., II, 161, 165 et aussi, 135 et 116.
  • 39 Al ‘Umarī, Masālik, Ms. B.N. 5868, fol. 197 v. cité in Monumento, IV, 1236 ; cf. aussi Ludolphe de (...)
  • 40 Ḫiṭaṭ, II, 109.
  • 41 Ḫiṭaṭ, II, 145.
  • 42 Ibn Taġribīrdī, Nuğūm, IX, 194 ; cf. Ḫiṭaṭ, II, 114 sqq.
  • 43 Ḫiṭaṭ, Π, 132, 151.
  • 44 Ḫiṭaṭ, II, 119, 132, 145, 150, 151.
  • 45 Ḫiṭaṭ, II, 146.
  • 46 Ibn Taġribīrdī, Nuğūm, IX, 198.

10Les acquis les plus durables et les plus tôt assurés sont, il est vrai, généralement portés au crédit du sultan bâtisseur : l’extension de la ville vers le nord36, à Ḥusaynīya et hors de Bāb al Nāṣr, ou le long du ẖalīg jusqu’au Pont des Oies et au-delà ; l’urbanisation à peu près définitive de la partie comprise entre la citadelle et le Caire fatimide37 ; la reconstruction du nord de Fusṭāṭ où les troubles anti-chrétiens de 1321, en détruisant des églises, ont opportunément permis une utilisation plus libre des terrains38 : il est certain que ceux qui, cairotes ou occidentaux, ont décrit l’agglomération vers la fin du sultanat dans les années 40 du xive siècle, ont été frappés par cet accroissement de la ville, par la réduction de la distance entre Fusṭāṭ et Le Caire, et la tendance des deux cités à n’en former plus qu’une seule39. Mais l’expansion vers l’ouest40, moins heureuse et davantage contestée pour cette raison, ne doit pas être oubliée. Elle s’est faite à partir de la décision d’utiliser ces terrains de plus en plus vastes que le Nil laissait au-delà du ẖalīg et d’une première bande suburbaine, en se déplaçant vers l’ouest. Certains canaux existaient déjà dans cette zone, amenant l’eau du Nil vers des étangs qui se remplissaient au moment de la crue. En 1325, le sultan fit creuser, on le sait, dans cette vaste étendue, entre le ẖalīg et le Nil, un autre canal, le Nāṣirī41, quittant le Nil en avant du ẖalīg, à peu près au niveau de l’extrémité nord de l’île de Rawḍa, et, après un cours parallèle à celui du ẖalīg, allant le rejoindre au nord du Caire, non loin de la mosquée de Baybars. Une grande partie des terrains située entre les deux canaux et au-delà vers le Nil, fut attribuée, en une soixantaine de zones réservées ou ḥikr42, aux émirs, qui après quelques aménagements et premières constructions, dont des mosquées, des hammams et des boutiques destinées à servir de points d’appui aux installations souhaitées, louèrent aux Cairotes des parcelles pour être transformées en jardins, avec maison de plaisance, ou totalement occupées par des constructions. Sur les bords même du Nil, une agglomération nouvelle se forma promise, elle, à un grand avenir : on commença à édifier Būlāq43. Cette immense zone ne fut que par endroits parfaitement lotie et aménagée sans solution de continuité : si l’on en croit Maqrīzī, les constructions étaient continues le long du canal Nāṣirī et le long du Nil, de Būlāq jusqu’à Fusṭāṭ, dans le sens nord-sud d’une part ; d’autre part, au moins au niveau de Būlāq, mais un peu plus au sud aussi, du Nil au canal et au Caire, en une ou deux sortes de bretelles de peuplement, sans doute le long de rues disposées d’ouest en est44. On ne peut tenir pour négligeable cette vaste banlieue, même si la végétation des vergers l’emportait sur les rues aux maisons mitoyennes. Les locations y rapportaient de beaux revenus. Cet ensemble fut vite compromis par la crise qui suivit ; mais dans ses grandes lignes, une fois même ces quartiers détruits, il a servi par ses voies de circulation, de canevas sur lequel s’est reconstruit Le Caire, bien longtemps après. Sur la vingtaine de ponts qui permettent de franchir les canaux à l’époque de Maqrīzī45, près des deux tiers ont été construits sous le sultanat d’al Malik al Nāṣir Muhammad. Une trentaine de mosquées nouvelles ont été édifiées dans les quartiers46. Le Caire médiéval est à son apogée.

Planche LI

Planche LI

Le Caire-Fustat, deuxième phase de l’histoire du site urbain médiéval : la capitale impériale (voir remarque Pl. XLIX.

L’exemple palatin

  • 47 Ḫiṭaṭ, I, 313, 316.
  • 48 Ya’qūbï, Kitāb al Buldān (B.G.A., VII) p. 264.
  • 49 Ḫiṭaṭ, I, 316-317.
  • 50 Ḫiṭaṭ, I, 318.
  • 51 Sur les palais de Rawḍa, cf. Ḫiṭaṭ, II, 181-184.

11Dans cette ville en expansion, et où l’initiative du prince, souvent relayée par l’action du groupe social des émirs qui l’entourent, apparaît si importante pour le développement urbain, peut-on savoir quelles formules nouvelles d’architecture palatine, puis domestique, ont été proposées à l’imitation des sujets, infléchissant une évolution qui sans doute se produisait par ailleurs ? Avant même l’arrivée des Fatimides, les éphémères constructions d’Ibn Ṭūlūn et de ses successeurs doivent être rappelées, même si, comme on l’a dit, elles n’eurent guère le temps ni l’occasion d’exercer leur influence. La résidence d’Ibn Ṭūlūn appelée qaṣr, ou encore dār par Maqrīzī47, et flanquée d’un maydān, terrain nu destiné aux jeux équestres, devait garder encore une simplicité provinciale, bien que l’inspiration iraqienne soit évidente. Les remaniements apportés par son fils Ḫumārawayh qui lui succède en 883-84, relèvent nettement de l’imitation du modèle samarrien, tel déjà que le décrivait en deux mots Ya‘qūbī, évoquant les constructions d’Al Mu‘tasim qui plaçait « dans chaque jardin un palais (qaṣr) avec ses salles de réception (mağlis), pièces d’eau (birka) et maydān »48. Selon Maqrīzī, Ḫumārawayh (qui fit aménager un second maydān) transforma le premier en un jardin, qu’il planta d’espèces précieuses, et où il plaça des fontaines aux eaux jaillissantes et un kiosque de bois pour s’y reposer. Il fit aménager dans le palais (fi dārihi) une salle de réception (mağlis) aux murs dorés, ce qui valut à l’endroit le nom d’“appartement de l’or” (bayt al dahab) : on en retrouvera l’analogue par la suite ; un bassin fut creusé devant cette salle (il le fit, pour sa part, remplir de mercure) : en tout l’influence samarienne est évidente. Le mağlis est dit avoir été installé dans une partie du palais appelée “ le riwāq ”, par Maqrīzī49 ; si ce mot est bien d’époque, il peut se référer aussi à un plan samarrien ; quant au mot mağlis, il parait lié, dans le contexte tulunide, à des lieux ouverts sur des espaces à l’air libre (en l’occurence le maydān, et les portes de l’enceinte palatine), où le prince se place pour observer ; le terme manẓar est également employé dans un texte emprunté à Qudā’ī pour évoquer un pavillon à cet usage50. Si toutes ces constructions ont été démolies, après la reprise en mains abbasside, d’autres, sans doute assez semblables, furent édifiées dans l’île de Rawḍa en 937 par l’iẖšīde Muhammad ibn Ṭuġğ au milieu d’un jardin, le Muẖtār « qui pouvait rivaliser avec les (constructions) des irakiens » selon Ibn Zulāq (m. en 998) : il servit encore de lieu de délassement aux premiers califes fatimides qui ajoutèrent, eux ou leurs émirs, des ensembles analogues, depuis le Jardin ou Rawḍa de Badr al Ğamalī (qui donna son nom à l’île) jusqu’au fameux Ḥawdağ du calife al Amir, digne des Mille et une nuits, selon ibn Sa‘īd. Ces divers palais ne disparurent que lorsque al Malik al Ṣāliḥ Ayyūb fit tout raser pour édifier sa citadelle, vers 124051.

  • 52 Ibn Hawqal, Kitāb Ṣūrat al Arḍ (ed. Beyrouth) p. 138.
  • 53 Ḫiṭaṭ, I, 385.
  • 54 Musabbiḥī, Tome quarantième de la Chronique d’Égypte (ed. A. Fu’ād Sayyid et Th. Bianquis, I.F.A.O (...)
  • 55 Relation, p. 128, 134 ; texte persan, p. 44, 45. Nous remercions ici M. Dja‘far Shafiéi de nous av (...)
  • 56 Ibidem 129 ; texte persan, 44.
  • 57 Ibidem 128, 129 ; texte persan, 44 ; dans sa traduction, Schefer traduit indistinctement manẓar et(...)
  • 58 et aussi par Ibn Zāfir (m. 1216) cf. Aẖbār al duwal al munqaṭi’a (ed. Ferré, I.F.A.O., 1972) p. 37
  • 59 Ḫiṭaṭ, I, 385-387.
  • 60 Cf. Monumento, III, 897b : « ad quaedam diffusa et magis spatiosa loca, soli pervia et divo expósi (...)
  • 61 Relation, p. 129/persan, 44.
  • 62 Ḫiṭaṭ, II, 406 (et I, 457), cf. pl. F.
  • 63 Ḫiṭaṭ, I, 432, 467, 481, 486, 487.
  • 64 Ḫiṭaṭ, I, 433, 474, 478.
  • 65 Relation, p. 134/persan 45.
  • 66 Relation, p. 132/persan, 44.

12Lorsque les Fatimides arrivèrent en Égypte, la tradition palatine irakienne s’imposait donc déjà. C’était le modèle par excellence ; et ce que l’on sait du Caire invite à penser que ses fondateurs s’y conformèrent pleinement. Ibn Ḥawqal52, qui écrit peu de temps après leur installation, évoque ses « palais » (qaṣr) et on sait qu’il y avait en effet des constructions multiples, voir assez dispersées. Que certaines parties aient été plus majestueuses, plus hautes d’ailleurs, et mieux bâties, disposées en “groupements” plus compacts, que d’autres, c’est ce que laisse supposer l’existence de ce Grand Iwān que l’on apercevait de la rue drapé de tentures précieuses les jours de fête53, autre structure architecturale d’origine irakienne, qui servit de salle du trône jusqu’au début du xiie siècle. Mais il n’y avait pas là nécessairement un seul “ centre ”, car « le Palais » (al Qaṣr), c’est ainsi que l’appelle le plus souvent Musabbiḥī (mort en 1029), ou « le Grand palais » (al Qaṣr al kabīr), ou le « Palais de l’Est », apparaît en réalité comme un ensemble54. Nasir-i- Ḫusraw l’appelle tantôt lui aussi « le Palais » (Qaṣr)55, tantôt l’« enceinte califienne interdite » (haram)56. Il situe à l’intérieur douze pavillons également appelés qaṣr, mais aussi semble-t-il, manẓar et kūšk57. L’un d’eux se nommait, on le sait, le Palais de l’Or (Qaṣr al ḏahab) et c’est bien d’abord le terme qaṣr qui est employé, par Musabbiḥī par exemple58, bien que Maqrīzī l’appelle aussi Qā‘a de l’Or, appellation que l’on trouve au moins à partir d’ibn Ṭuwayr (mort en 1220) qu’il cite59. La salle du trône ayant été installée là au xiie siècle, c’est en cet endroit que furent reçus les ambassadeurs du Roi de Jérusalem, dont Guillaume de Tyr rapporte l’évocation : une vaste salle à ciel ouvert aux structures en surplomb, aux murs décorés d’or et aux colonnes de marbre60, ce qui ne cadre pas si mal avec les termes employés par Ibn Ṭuwayr dans le texte que cite Maqrīzī. On a vu aussi que l’on a gardé du Palais de l’Ouest( qaṣr mais aussi kūšk dans le texte de Nasir-i-Ḫusraw)61, pris dans le māristān de Qalāwūn, certaines dispositions des lieux qui permettent de reconstituer le plan d’un ensemble à quatre īwāns disposés en croix autour d’un bassin central recueillant l’eau de quatre šaḏirwān aménagés dans les īwān, ensemble que Maqrīzī appelle également une qā‘a62 : ces qaṣr royaux s’ordonnaient donc vraisemblablement autour d’un espace central découvert, au moins pour certains d’entre eux, les constructions étant peut-être différentes d’un qaṣr à l’autre. Mais, par ailleurs, le trait qui distingue les qaṣr des dār à cour centrale que nous avons rencontrées jusque là, est le rôle qu’y jouent les jardins aménagés avec leurs fontaines et leurs chants d’oiseaux, comme on peut le percevoir à travers les textes de Nasir-i-Ḫusraw (l’emploi des termes manẓar et kūšk est significatif) et de Guillaume de Tyr. On peut invoquer ici le traditionnel amour de la nature et des jardins dans l’Égypte antique ; il se peut qu’il ait joué ; mais il n’a fait alors que favoriser l’emprunt à la tradition irakienne et iranienne des jardins royaux, concentrant dans un jardin clos réservé aux princes, les espèces les plus rares, minérales, végétales ou animales. Les qaṣr sont construits dans ces jardins et s’ouvrent sur eux. Même hors de l’enceinte interdite, les pavillons califiens édifiés pour permettre au souverain d’observer le spectacle de la campagne égyptienne, du Nil, mais aussi de la ville et des rues, dans Le Caire même, sont ouverts sur l’extérieur63. Bien mieux, avec une façade qui semble comporter souvent une double fenêtre, ils donnent au souverain une occasion officielle de se montrer ou de manifester sa présence64. Maqrīzī les nomme « manẓara » (au lieu de manẓar déjà rencontré ; il faut noter que Nasir-i-Ḫusraw emploie encore pour les désigner le mot kūšk)65. Et on doit remarquer que ce terme de manẓara à l’époque médiévale, a le sens de pavillon d’où l’on peut jouir d’un spectacle et ne nomme pas encore la pièce de réception des grandes demeures. On a d’autre part souvent été surpris par tel passage de Nasir-i-Ḫusraw qui décrit les riches maisons du Caire fatimide — qu’il nomme parfois saray (il s’agit sans doute de celles des émirs et des dignitaires) — entourées de jardins qui les isolent les unes des autres66. Ne doit-on pas supposer qu’elles s’ouvraient, elles aussi, sur ces jardins ? On a dit précédemment que dans les premiers temps de l’Égypte musulmane, la grande résidence à une ou plusieurs cours, la dār, ne nous paraissait pas nécessairement fermée sur elle-même. A supposer même qu’elle l’ait été, on peut se demander si cette introduction en force du qaṣr si lié au jardin qui l’accompagne, même si ce jardin est souvent clos (et quels que soient par ailleurs les éléments de la disposition antérieure, que réutilise la dār) n’a pas fait triompher dans l’architecture palatine d’abord, puis ensuite dans l’habitat du groupe social dominant, avec ou sans l’exemple d’un type de construction proprement égyptien tourné vers l’extérieur (peut-être dès l’époque fatimide, et à coup sûr à partir de l’installation des émirs dans les palais califiens mis à l’encan) la pratique d’un espace domestique relativement “ouvert” et ce qu’on pourrait appeler un non repliement sur soi de la maison, contrairement à ce que l’on tient pour assuré dès qu’on évoque l’habitation arabo-musulmane.

  • 67 Ḫiṭaṭ, II, 183-184.
  • 68 Cf. pl. H.
  • 69 Ḫiṭaṭ, I, 342.
  • 70 Ibidem et Sulūk, I, 342.

13Nous ne savons rien des palais que l’Ayyubide al Malik al Kāmil fit aménager à la citadelle à partir de 1207-1208. Ils furent assez vite abandonnés par al Malik al Ṣāliḥ Ayyūb, qui vint s’installer à Rawḍa vers 1240. Là aussi, en dépit du caractère défensif de cet ensemble palatin du Nil, qui devait donner son nom au régiment mameluk duquel allait naître le futur État, les Bahrides, on devine qu’il n’y eut pas d’innovation dans la conception de la résidence princière. A côté des tours de défense, ce sont encore des qaṣr et un jardin décrit avec enthousiasme par Ibn Sa‘īd, ainsi qu’un Iwān aux murs dorés, dont les colonnes de granit et de marbre enlevées aux anciens temples furent remployées au xive siècle par Al Malik al Nasir Muhammad, pour l’īwān de la citadelle67. On sait qu’une des salles du palais a subsisté jusqu’au xviiie siècle et on se reportera au plan enregistré dans la description de l’Égypte68. Face à l’île, à Fusṭāṭ, les émirs construisirent au bord du Nil leur manẓara69 ; et les qaṣr que le sultan fit édifier sur les terres de Lūq et sur le Kabš70, emplacement certainement choisi pour la vue qui devait s’offrir là, à l’époque, sur les rives du fleuve, ne devaient pas non plus ignorer le paysage.

  • 71 Texte arabe in Casanova, Histoire et Description de la citadelle du Caire, p. 667-672.
  • 72 Voyage en Égypte de Henry Castela, ed. S. Sauneron, in Voyages en Égypte des années 1597-1600 (I.F (...)
  • 73 Cf. pl. J.
  • 74 Ḫiṭaṭ, II, 206.
  • 75 Cf. Al’Umari, ibidem ; Ḫiṭaṭ, II, 210.

14On se doute enfin que le désir de contempler du haut du Muqaṭṭam la vallée du Nil jusqu’aux Pyramides, qui avait déjà attiré là Ḫumārawayh, et avait suscité la création de la Qubba al hawā’ joua un rôle déterminant dans l’installation des palais sultaniens mameluks ; ils furent construits à côté de l’enceinte fortifiée ayyoubide, dominant directement la vallée, hors de la protection des remparts de la citadelle proprement dite, ce qui, bien que l’on nomme habituellement l’ensemble palatin la « Citadelle », faisait dire à al ‘Umarī que ce n’était pas là une disposition commune aux citadelles71. Nous n’avons pas de détails très significatifs sur les constructions palatines de Baybars et de Qalāwūn ; mais al ‘Umarī nous a laissé une description des palais sultaniens après les importants remaniements que fit subir au lieu al Malik al Nāṣir Muhammad en 1315, du moins, de la partie “publique” de ces palais et non de la partie “privée” qui comprenait sans doute les demeures des épouses légitimes du sultan et l’ensemble dit “ des sept qā‘a ” réservé aux concubines, mais aussi des espaces d’utilisation diverse et des qaṣr appelés « intérieurs » par al ‘Umarī, où se retirait le sultan quand il ne recevait pas émirs ou secrétaires. La partie publique comprenait, comme l’ancien ensemble fatimide, un Grand Iwān (d’architecture un peu différente sans doute de Iwān fatimide) qu’on appellera dès la fin du xvie siècle, époque où le décrit un voyageur, le « Divan de Joseph »72 et dont on a trouvé plus haut l’évocation d’après une gravure de la Description de l’Égypte montrant son arc triomphal ouvert vers le Nord, et la partie ouest avec ses magnifiques colonnes enlevées au Grand Iwān ayyoubide de Rawḍa73. Précédé d’une esplanade où les troupes pouvaient évoluer, c’était le bâtiment officiel par excellence, où tous les lundis et jeudis le sultan, au nom du calife abbasside installé au Caire, tenait des séances de justice (juridiction des mazālim)74. Non loin du Grand Iwān, le Qaṣr proprement dit, appelé aussi « palais bigarré » (al Qaṣr al ablaq) en raison des parements de pierres noires et ocres qui le caractérisaient, abritait le trône sultanien et servait aux réceptions quotidiennes. Son plan semble avoir été celui d’une qā‘a mameluke classique, avec les deux parties de haute structure appelées īwān se faisant face, le trône étant placé contre le mur du fond de l’īwān nord. Là encore, un jardin existait à côté du palais, et on peut supposer que certaines ouvertures du Qaṣr donnaient sur lui, même si l’intérêt majeur de la situation résidait évidemment dans le panorama qui s’étendait du maydān sultanien situé au pied même des palais en contrebas, jusqu’au plateau de Gīzah : c’est sur ce panorama que donnait l’ īwān nord du Qaṣr où était situé le trône. Et c’est vraisemblablement avec le souci de ne rien perdre de cette vue que furent construits les trois autres qaṣr également affectés à une utilisation officielle publique, qui faisaient suite au palais bigarré proprement dit et dont al‘Umari précise qu’ils donnaient sur le même paysage, les accès eux-mêmes (couloirs ou escaliers) s’ouvrant sur ce paysage par des fenêtres barreaudées de fer75. On sait qu’un aqueduc faisait courir l’eau dans les jardins et les vasques des palais. En dépit des différences, les palais mameluks du xive siècle s’inscrivent bien dans le prolongement de la tradition palatine des monarques précédents.

Planche LII

Planche LII

L’emplacement des palais mamluks à côté-de la citadelle ayyubide (tels qu’ils pouvaient encore être situés au moment où cette carte a été enregistrée pour la Description de l’Égypte).

L’habitat urbain

  • 76 Al Mas‘ūdī, Murūğ al ḏahab (ed. B. de Meynard, VII, 192).
  • 77 A. Lézine, Les salles nobles des palais Mamelouks (in Annales Islamologiques, X) p. 75-76.
  • 78 Ḫiṭaṭ, I, 316.
  • 79 Ḫiṭaṭ, I, 386.
  • 80 S.D. Goitein, A Mansion in Fustat : A Twelfth-Century Description of a Domestic Compound in the An (...)
  • 81 A. Lézine, op. cit. p. 72-79 ; cf. J. Revault, supra.
  • 82 D.S. Richards, Arabie documents from the Karaite community in Cairo, J.E.S.H.O., XV, 1972, p. 109 (...)

15On doit maintenant faire retour au tissu urbain et s’interroger sur ce que nous pouvons savoir des formes de l’habitat ordinaire et sur l’influence que cet habitat a pu subir dans son évolution. Les constructions souveraines tulunides et fatimides semblent donc avoir puisé leur inspiration dans la tradition samarrienne, introduisant de façon importante ce plan samarrien qu’ai Mas‘ûdî attribuait au calife Mutawakkil et qu’il nommait : « le ḥîrî (salle à la mode de Ḥîra) et les deux manches » (al ḥîrî wa-l kimmân), ou « le riwâq »76. Cette « salle à la mode de Ḥîra » est un îwân (dont nous nous sommes habitués à dire qu’il a un plan en T), et il est flanqué de deux pièces (bayt) adjacentes, situées de part et d’autre de la partie profonde et principale de l’îwân (ṣadr : la hampe du T), partie où est aménagé le lieu de réception proprement dit (mağlis). Quant au terme riwâq, il nous semble qu’il désigne aussi bien la partie principale de l’îwân (le ṣadr) comme le propose A. Lézine, après relecture du texte de Mas‘ûdî par Th. Bianquis, que la partie antérieure (la barre transversale du T) située en avant de la partie principale et des deux pièces adjacentes (ce qui le faisait traduire jadis par le mot portique, contre quoi s’est justement élevé Lézine)77 ; en fait, dans le contexte samarrien, tel que le présente Mas’ûdî, le riwâq est l’ensemble tout entier, qui ouvre sur la cour par trois portes (une située en face du ṣadr, et les deux autres de part et d’autre, dans le prolongement des deux pièces annexes) ; on s’explique que, plus tard, dans l’architecture domestique d’Égypte, le terme ait fini par désigner un appartement (d’étage). Si le terme riwâq a été vraiment la caractéristique du plan samarrien, on peut penser que la Bayt al dahab, de Ḫumârawayh avait ce plan, puisque Maqrîzî la décrit comme un mağlis aménagé dans un riwâq78. Surtout il n’y a pas de doute que le Qaṣr al dahab fatimide, la Qâ‘a de l’or de Maqrîzî, était construit sur ce modèle. Le texte d’Ibn Tuwayr sur les cérémonies palatines évoque bien la description du « ḥîrî et des deux manches », le passage d’une des manches (fard al kumm) vers le ṣadr où est le mağlis califien, se faisant par le maqṭa‘, dont nous savons par un texte de la Geniza, nous allons le voir, que c’était une porte, munie d’un battant (en bois sculpté), faisant communiquer la partie principale de l’îwân (ṣadr) avec chacune des pièces annexes ; on doit se représenter le maqṭa’ sans doute comme une sorte de tambour. On sait enfin que la partie centrale (le ṣadr où se tenait le mağlis califien) n’était visible de la cour que lorsque la porte monumentale en bois sculpté était ouverte (il y avait aussi un rideau que l’on tirait), et que l’on n’ouvrait la porte que lorsque le calife était installé en majesté79. Une de ces belles portes fermant un riwâq du palais de l’Ouest est parvenue jusqu’à nous. En face des « manches », devaient être placées des portes plus petites. Si nous nous hasardons à proposer cette présentation de la partie centrale du Qaṣr al dahab à partir du texte d’Ibn Tuwayr, qui ne laisse pas de poser des problèmes, c’est en effet que cette architecture palatine du qaṣr a été imitée dans l’habitat urbain : un texte de la Geniza édité par Goitein nous en donne un exemple pour la fin du xiie siècle (le Qaṣr al dahab semble remonter au début du siècle), à Fusṭāṭ, où l’on retrouve le mağlis, les deux manches (chacune étant appelée : fard kumm), les portes ; le mot riwâq n’apparaît pas, remplacé semble-t-il, d’une certaine façon, par le terme qā‘a, sans doute plus égyptien (mais d’acception plus vaste puisqu’il désigne l’ensemble formé par deux “ mağlis”, de part et d’autre de la cour)80. A Fusṭāṭ également, le Dayr al Banāt étudié par A. Lézine en dépit des transformations subies, montre encore la structure primitive d’une maison de ce type, avec ses portes monumentales en bois sculpté qu’on date aussi du xiie siècle81. Au Caire, enfin dans la Ḥāra Zuwayla, deux actes de propriété dressés pour des membres de la communauté karaïte, édités par D.S. Richards et datant respectivement de 1260 et de 1285 décrivent une qā‘a avec son mağlis et ses deux kumm82. On peut donc penser que le plan en T s’est diffusé dans l’habitat non palatin et a été soit employé pendant longtemps, soit utilisé dans des constructions qui ont eu la vie longue.

  • 83 Creswell, The Muslim Architecture of Egypt, I, 127.
  • 84 D. ‘Abd al Raḥman Fahmī Muḥammad, Watā‘iq al ta‘āqud min fağr al Islām fī Miṣr, Mağalla al mağma’ (...)
  • 85 A. Grohman, Arabie Papyri in the Egyptian Library, I, p. 219, 237.
  • 86 Nous remercions ici le Professeur Goitein d’avoir bien voulu nous indiquer sommairement par lettre (...)
  • 87 Cf. Wiet, Cairo, p. 40.
  • 88 The Muslim Architecture of Egypt, II, p. 263.
  • 89 A. Lézine, op. cit., p. 120-123.
  • 90 Archives de la Citadelle, 5/26 (waqf de 717/1317) ; cf. Muḥammad Muḥammad Amîn, Catalogue des Docu (...)

16Ce qui précède ne signifie pas que l’exemple palatin ait été un commencement nécessaire. On sait bien que le plan en T se trouve déjà à Fustat avec sa caractéristique égyptienne de n’être utilisé que d’un seul côté de la cour83. Le qaṣr fatimide (qui ne respecte pas nécessairement cette unilatéralité, comme le montre ce qu’on sait du palais de l’Ouest) n’a fait qu’imposer encore davantage une façon de construire déjà largement adoptée dans les beaux quartiers de Fustat. Surtout, d’autres traditions proprement locales existent, et d’autres types de construction où les pièces d’apparat ne sont pas l’essentiel. Il y a d’abord cette coutume qui n’a rien d’exceptionnel (mais a été remarquée par les géographes orientaux du xe siècle, ce qui semble indiquer qu’elle leur paraissait propre à l’Égypte) de placer l’habitation proprement dite à l’étage. Un acte de vente d’une maison (manzil) à Edfu, datant du milieu du ixe siècle, décrit un bâtiment dont le rez-de-chaussée est occupé par un pressoir à huile, les pièces d’étage (ġuraf tibâq) étant seules habitables. Aucune cour n’est mentionnée84. En revanche, des documents édités par Grohman, provenant d’Ashmunayn et du Fayûm et datant du xie siècle, font penser que des maisons (les termes manzil et dâr semblent employés ici de façon équivalente) avec avant-cour (fina’) existent85. Et ce sont également des constructions assez diverses que S.D. Goiten paraît avoir trouvées à Fustat, grâce aux documents de la Geniza86 : maisons familiales du type ancien évoqué plus haut, à une ou plusieurs cours centrales ; maisons à entrepôts des bords du Nil, auprès desquelles on déchargeait des marchandises, d’après Nasir-i-Ḫusraw87 ; maisons avec appartements à louer, etc. Il faut attendre qu’une recension datée des termes employées dans les documents de la Geniza soit faite pour avoir une meilleure idée de l’habitat. Même les constructions où la qâ‘a s’impose ne dérivent pas nécessairement de la tradition samarrienne. On se souvient que le terme qâ‘a est employé chez Ibn ‘abd al Hakam pour une construction du viie siècle ; et s’il a lui-même commis en employant ce terme un anachronisme, le fait qu’il ait vécu avant l’époque tulunide et l’introduction en force de l’influence irakienne, laisse penser que certaines de ces salles peuvent ne rien devoir à l’orient abbasside. On sait que A. Lézine a contesté la datation de la Qâ‘a al Dardir par Creswell, qui a situé la construction de son îwan voûté dans la première moitié du xiie siècle88. Lézine estime qu’il s’agit en réalité d’une qā‘a du xive parce que son plan s’inscrit assez tard dans une évolution qui a vu l’abandon progressif de la salle en T et l’adoption générale d’une disposition plus simple89. Il n’est pas niable que, progressivement, le dispositif en T a été abandonné ; et d’autre part, un acte de waqf du xive siècle décrit dans une qā‘a de la Ḥāra Zuwayla au Caire ce qui nous paraît être aussi un īwān voûté (mais de quand date la construction ?)90. Toutefois, pour être totalement acceptable, la datation de Lézine suppose paradoxalement qu’il n’y a pas d’autre origine à l’īwān de la qā‘a cairote que l’īwān du riwāq samarrien qui se serait donc peu à peu simplifié, et qu’aucune formule architecturale indigène antérieure et toujours utilisée n’en a influencé l’évolution, ce que Creswell semble non moins paradoxalement contester. L’enquête historique n’est pas faite ; le problème de l’héritage proprement égyptien reste entier.

Planche LIII

Planche LIII

Plan d’unea du xiie siècle (la terminologie, tirée d’un document de la Geniza, du xiie siècle, est appliquée au plan du Dayr al Banāt).

  • 91 S.D. Goitein, Geniza Documents on the Transfer and Inspection of Houses, in Mélanges Le Tourneau, (...)

17On peut tenter provisoirement, à partir d’une documentation encore très lacunaire, de deviner quelles transformations a subies l’habitat. Une dār de la première moitié du xiie siècle, décrite dans les documents de la Geniza, et publiée par S.D. Goiten91, montre encore une maison dont le mağlis orné d’un šaḏirwān ouvre probablement sur une cour centrale et où il y a des colonnes de marbre. On sait que, dans les constructions palatines, les colonnes ont été employées jusqu’à l’époque d’al Malik al Ṣāliḥ l’ayyoubide et d’al Malik al Nāṣir Muhammad. On a encore là un type traditionnel.

  • 92 S.D. Goitein, A Mansion in Fustat (cf. note 155) p. 169-170 ; cf. également, D.S. Goitein, Urban h (...)
  • 93 Aḥsan al taqāsim (B.G.A., III) p. 205/tr. Miquel, p. 128.

18La maison de Fusṭāṭ de la fin du xiie siècle, à laquelle nous avons fait allusion précédement92, également connue par les papiers de la Geniza, est aussi une maison à cour (ṣaḥn) et fontaine centrale, entre deux mağlis se faisant face, un seul ayant un plan en T et étant muni de portes monumentales sculptées. On y reconnaît cependant bien des traits qui sont déjà ceux des dâr plus tardives : l’ensemble central (des deux mağlis et de la cour) appelé qā‘a ; les loggia (mustaraqa) donnant sur la cour ; et l’étage (ṭabaqa) auquel on accède, de la cour, semble-t-il, à partir d’une porte à linteau droit, ouvrant sur l’escalier qui mène à trois logements (manzil) du haut ; de même, ces réduits (ḫizāna) pratiqués ici aussi bien dans les murs de la cour que dans les logements de l’étage, fermés par des portes de bois et qui évoluent dès cette époque vers de vraies pièces annexes ; les commodités habituelles (bouches à air ou bādahanğ que Muqaddasī remarquait dès le xe siècle93, cuisines, latrines, tuyaux d’évacuation des eaux usées) ne manquent évidemment pas.

  • 94 Ed. White, p. 125/tr. De Sacy, Relation de l’Égypte, p. 365.
  • 95 Ed. p. 135/Relation de l’Égypte, p. 374.
  • 96 Ed. p. 142¡Relation de l’Égypte, p. 411.
  • 97 Ed. p. 90/Relation de l’Égypte, p. 295.
  • 98 Cf. G. Scanlon, Preliminary Report : Excavations at Fustat, 1964 (in J.A.R.C.E., IV) p. 17 ; du mê (...)
  • 99 Autrement dit, on peut se demander si ce passage d’un terme arabe à un terme en partie persan est (...)
  • 100 Cf. S.D. Goitein, Urban housing... p. 22.

19Quelques années à peine séparent cette description de celle des maisons vues par ‘Abd al Laṭīf au début du xiiie siècle. A côté de la masure de boue (bayt ṭīn) où gîte une population pauvre sur l’île de Rawḍa94 ; à côté de l’ensemble locatif (rab‘) qui va du vaste complexe sis au Caire, semble-t-il, où ‘Abd al Laṭīf compte 50 logements (bayt)95 et de celui qui rapporte 150 dinars par mois, jusqu’au petit rab‘ qui en rapporte 1696, à côté de tout cela donc, la dār nous est décrite avec son rez-de-chaussée inhabité, ses fenêtres (manāfiḏ) largement ouvertes à l’étage vers le nord, ses bouches à air d’importance variable, — installation élémentaire des logements modestes (manāzil sigār) ou bādahanğ somptueux du riche (soit un prix de revient variant selon ‘Abd al Laṭīf, de 1 jusqu’à 100 ou 150 dinars !) — sans oublier les solides conduites d’évacuation des latrines qui tiennent encore quand la maison elle-même est ruinée97. On pense aux installations sanitaires découvertes par G. Scanlon à Fusṭāṭ98 et il est certain que quelque chose d’analogue existe sous le Caire des Ayyoubides et des Mameluks, dont les actes de waqf mentionnent le plus souvent ces canalisations qui ont donc constitué pendant de longs siècles une partie importante du dispositif domestique. Mais les descriptions d’Abd al Laṭīf ne sont que des notations éparses d’un étranger de passage. Les notations des voyageurs ne valent pas, malheureusement, par leur précision, les actes de vente ou les waqf. Elles s’intéressent davantage aux traits généraux de l’habitat : maisons serrées les unes contre les autres dans le Fusṭāṭ du début du xiiie siècle, plus belles et plus éloignées au Caire. On aimerait plus de détails que l’enquête historique devrait apporter, et en particulier on aimerait naturellement savoir à partir de quand la partie centrale de la dār n’a plus été la cour, le saḥn, mais la dur qā‘a (étymologiquement : l’entrée de la qā‘a) c’est-à-dire l’espace central d’accès, et si l’on est vraiment passé de l’un à l’autre99. Au-delà de cette évolution interne du plan, peut-on saisir à cette époque un changement dans l’espace domestique ? Abd al Laṭīf semble avoir été plus attentif au Caire qu’à Fusṭāṭ. Est-ce pour cette raison que, pour la première fois aussi clairement dans une description en langue arabe, l’architecture domestique se trouve si nettement créditée d’une ouverture de la maison par des fenêtres vers l’extérieur ? A-t-il pu y avoir une influence de l’architecture du qāṣr, comme nous l’avons suggéré ? En fait, si les papiers de la Geniza semblent montrer à Fusṭāṭ, pour les grandes maisons familiales, la fidélité au type de la dār à cour centrale, un contrat du premier quart du xiie siècle décrit à Mahalla une maison — plus “ égyptienne ” ? — à deux étages sans cour intérieure, qui ne pouvait, elle aussi, qu’être ouverte sur l’extérieur100. L’architecture domestique de Fusṭāṭ héritière de la tradition hellénistique, a-t-elle été un cas particulier dans l’Égypte musulmane ? Tous les logements populaires qui n’étaient pas des dār n’étaient-ils pas, là aussi, ouverts sur l’extérieur ? Tant que nous ne saurons pas mieux ce que nous devons à la tradition indigène, et que le voyageur arabe est moins disposé à enregistrer parce qu’il ne comprend pas le principe des étrangetés qu’il rencontre, il sera difficile de répondre à ces questions.

  • 101 Archives de la Citadelle, 4/21 (waqf de 707/1308) ; M. M. Amin, Catalogue, n° 24, p. 8.

20Quoi qu’il en soit, c’est ce type de maison relativement ouverte que l’on trouve enfin dans les waqf d’époque mameluke. Ainsi cette dār à un seul étage située au centre de l’ancien Caire fatimide, enregistrée dans un acte daté de 1307-1308101. Après y avoir pénétré par une porte à linteau droit, aux battants ornés de clous et d’un anneau de fer, on accède sur la gauche du vestibule d’entrée à une qā‘a comprenant seulement un īwān et une dur qā‘a avec deux réduits annexes (ḫizāna) et loggia (mustaraqa) surplombant la dur qā‘a. Dans le couloir d’accès de la qā‘a se trouvent également des latrines (mirhād) et le logement des jarres à eau (bayt li ziyār) souvent prévu dans ces maisons où les porteurs d’eau viennent du Nil verser leurs outres. Sur la droite du vestibule d’entrée, un escalier mène d’abord, vraisemblablement à mi-étage, à un palier où on trouve à nouveau latrines, réserve d’eau et aussi cuisine, puis plus haut, à l’étage (ṭabaqa) occupé par la grande salle classique (un īwān face à un mağlis par delà la dūr qā‘a, avec réduit annexe, et armoires murales ou ḫuristân) ouvrant sur la rue par des fenêtres, une loggia située au-dessus de la cage d’escalier et également munie de fenêtres, permettant d’accéder à la terrasse. La cuisine étant située à mi-étage, il est tentant de voir là un logement pour une seule famille, mais nous n’en savons rien ; et de toute façon, plusieurs couples peuvent, dans une même famille, occuper ensemble une maison, chacun ayant son étage, comme le montrent les documents de la Geniza. Ici la mention que la terrasse est « à l’usage de l’étage » (bi rasm al ṭabaqa) laisserait supposer que celui-ci peut être utilisé de façon indépendante. En effet, la grande salle, composée d’éléments désormais définis (īwān, dūr qā‘a, mağlis, le mağlis étant en général de moindre proportion et moins orné que l’īwān) mais pas nécessairement tous utilisés — puisque la qā‘a du rez-de-chaussée ici n’a pas de mağlis — mérite plus que le nom de « salle noble » qu’on serait tenté de lui donner après Lézine. Les commodités (latrines, réserve d’eau, cuisine) étant logées dans les couloirs ou escaliers qui la desservent en en faisant le tour, cette grande salle est en réalité un logement entier, espace aux multiples usages, selon les heures.

  • 102 Archives de la citadelle, 5/26 ; cf. supra note 165.

21La description moins détaillée d’une dār plus importante située également dans l’ancien Caire fatimide, et tirée d’un waqf de 1317, peut aider aussi à se faire une image de l’habitat urbain102. Cette dār s’ouvre sur l’extérieur par trois portes : l’une donne accès à une écurie (iṣṭabl) avec mangeoire de pierre (ṭawāla), puits, réserve d’orge et sellerie (rikābḫāna) ainsi qu’à une qā‘a ; la seconde porte permet d’atteindre, par un escalier après une loggia intermédiaire, un premier étage occupé par une qā‘a importante (dite qā‘a mu‘allaqa), avec deux īwān de part et d’autre de la dūr qā‘a et un bādahanğ pour l’aération, puis, au second étage, deux appartements (ṭabaqa) comprenant chacun īwān et dūr qā‘a ; la troisième porte donne accès, par un autre escalier, à deux appartements identiques, vraisemblablement situés au troisième étage. Les commodités ne sont pas mentionnées, mais comme il s’agit d’une description abrégée, ce qui arrive souvent, on peut les supposer. Ici, bien que le bâtiment soit appelé dār, il est probable qu’il s’agit de locaux destinés à être loués, le revenu étant constitué waqf. La présence de l’écurie est intéressante. On trouve des écuries en grand nombre dans les waqf du Caire mameluk, occupant le rez-de-chaussée des maisons, ou seules avec leurs mangeoires, leurs réserves, parfois leur puits, leur toilette et même leur bain. On ne peut s’empêcher de penser que, dans une ville où seuls les membres de la classe militaire pouvaient utiliser les chevaux et où la population civile trouvait facilement à sa disposition des ânes de louage pour se déplacer, ces écuries et ces maisons avec écurie ont au moins été construites pour pouvoir être louées à des mameluks.

Les bâtiments à vocation strictement locative

22On sait toutefois que le bâtiment à habitation locative est le rab‘. Il peut n’être que cela, tel ce rab‘ de la Šari‘al a‘ṭam (dont la description est empruntée à ce même waqf, fort long et intéressant), prévu initialement à deux étages. Au rez-de-chaussée, trois portes donnent accès chacune à une qā‘a, tandis qu’une quatrième porte permet, par un escalier d’atteindre les étages, où ont été aménagés six appartements (ṭabaqa), chacun comprenant īwān et dūr qā‘a, loggia et latrines. L’escalier continue vers le second étage, où six autres appartements sont restés inachevés.

23On sait aussi qu’un rab‘ peut également être construit au-dessus d’un funduq, tel celui du Darb al Aswānī, tiré du même document. En façade, quatre échopes (ḥānūt) ouvrent sur la rue. La porte du funduq, à double battant, donne accès à une cour intérieure pavée, avec puits, comprenant des dépôts (miḥrāb). De la cour on accède également à deux loggias donnant sur la rue, à mi-étage, au-dessus de deux des boutiques. Une seconde porte sur la rue permet d’accéder, par un escalier indépendant, aux deux autres loggias sises au-dessus des deux boutiques restantes, puis au premier étage proprement dit, comprenant huit logements (manzil) : cinq donnant sur la rue et trois sur la cour du funduq. Chacun de ces logements comprend un īwān et une dūr qā‘a et possède une fenêtre barreaudée de bois, les logements donnant sur la cour du funduq ayant en plus une loggia et des latrines. L’escalier continue vers le second étage, comprenant huit appartements (ou ṭabaqa) disposés de la même façon (mais sans latrines ?), puis vers le troisième étage, comptant seulement cinq appartements (ṭabaqa) visiblement plus réduits : ils sont constitués par un simple mağlis avec latrines et l’accès se fait par un escalier de bois amovible.

  • 103 Nous entendons par là les entrepôts de toutes sortes, petits ateliers de tissage, pressoirs et suc (...)

24Enfin, un rab‘ peut être situé au-dessus d’une qayṣarīya, comme le montre une description, tirée toujours de ce document de 1317, concernant un bâtiment également situé dans l’ancien Caire fatimide, au Suwayqa Amīr al ğuyūš. La porte principale est encadrée par six échopes (4 ḥānūt et 2 maq‘ad) sur la rue : elle donne accès à une allée centrale (pourvue d’ailleurs d’une seconde issue) qui dessert dix-sept autres échoppes, (dont quinze dites ḥānūt, et deux, maq‘ad). Au rez-de-chaussée également se trouve un local à ablutions ouvrant sur la rue. Les locaux d’habitation, comme dans le cas précédent (et d’une façon générale) sont accessibles par des entrées différentes à partir de la rue, ici deux : une par un escalier donne accès à un appartement (ṭabaqa) et une loggia qui paraît se situer à l’entresol ; la seconde porte permet d’accéder au premier étage (aldawr al awal) comptant huit appartements (ṭabaqa) chacun avec īwān et dūr qā‘a ; puis au second étage (aldawr al tānī) comptant dix appartements semblables ; puis à la terrasse. Nous bornerons là nos exemples, que nous avons volontairement choisis dans l’ancien Caire fatimide, habituellement tenu pour représentatif. Nous aurions pu décrire d’autres constructions semblables, situées dans des zones plus récemment urbanisées, certaines avec jardin, d’autres déjà, semble-t-il, entièrement entourées de maisons. Mais l’architecture y est aussi davantage influencée par la présence de ces jardins, ou de l’eau, sur les rives des birkats et du Nil, et pourrait être tenue pour moins significative, sans compter les très nombreuses installations particulières à usages artisanaux ou commerciaux103.

L’habitat et les besoins de la ville

  • 104 Cf. A.R.A. Van Aken, Late Roman Domus Architecture in Mnemosyne, II, 1949, p. 245.
  • 105 Disons que le destin d’une grande dār est parfois d’être vendue par morceaux et transformée en un (...)

25On sent, à la lecture de ces listes de biens immeubles constitués waqf par une seule personne, la présence de la ville ; il est visible qu’une partie de ces constructions, parfois restées inachevées faute de moyens, ont été édifiées pour l’argent qu’elles pouvaient rapporter à leur propriétaire. L’afflux de la population dans la capitale impériale et le souci de placer son argent ont sans doute exercé une pression non négligeable sur l’évolution de l’architecture domestique. Entre la dār traditionnelle de Fusṭāṭ au début du xiie siècle et la dār du Caire mameluk du xive, il y a bien une parenté que suggèrent les termes architecturaux (dār, qā‘a, īwān, mağlis) et la disposition des plans. La qā‘a a trouvé une définition stable (īwān, dūr qā‘a, mağlis) à l’issue d’une évolution qui a été soit une simplification naturelle du plan samarrien, soit une contamination, par influence d’un type de construction plus égyptien, dont il reste à prouver l’existence. Mais les changements sont considérables et la similitude des mots (dont le sens varie selon les besoins, tel le terme ṭabaqa) ou la similitude des plans, ne peuvent les cacher. Le legs architectural de la dār traditionnelle, banalisé, réduit à l’état de module de construction, a été utilisé sous la pression des besoins de la grande ville, en éléments de dimensions variables, logés au rez-de-chaussée ou en étages, selon la finalité voulue du bâtiment et la place disponible, orientés vers la rue ou vers des espaces intérieurs de funduq ou de qayṣarīya selon des impératifs proprement économiques. A volonté, l’unité que constitue la qā‘a avec ses commodités, peut constituer un logement indépendant ou une partie seulement d’une maison de famille, qu’on pourra d’ailleurs séparer un jour, si les nécessités l’exigent. L’évolution de la maison cairote pendant cette période rappelle celle de la maison romaine où le plan acquiert avec le temps une plasticité qui permet l’adaptation à tous les besoins104 et où une partie d’insula peut être transformée en domus (tandis qu’au Caire le trajet, il est vrai, est inverse, le passage se faisant plutôt de la dār au rab‘)105. L’héritage du passé architectural hellénistique et arabe n’est pas contestable. Mais, influence « égyptienne » ou simple résultat de la formation d’un milieu urbain nouveau, dans cet espace domestique qui n’est nullement refermé sur soi, et au milieu de l’activité de la grande ville, cet héritage risque bien de n’être plus qu’un ensemble d’éléments de remploi. C’est qu’il a été mis à rude épreuve et a dû alimenter un art de bâtir toujours plus sollicité. Les architectes des grandes dār mamelukes avaient donc à leur disposition toute la diversité des solutions architecturales souhaitables pour répondre aux besoins de ceux qui les employaient.

Les grandes dār

  • 106 Cf. I.M. Lapidus, Muslim Cities in the Later Middle Ages, Cambridge, Mass., 1967, p. 190.

26Les quelques témoignages qui demeurent encore de l’architecture civile de cette époque et qui sont enregistrés dans ce livre, ne relèvent cependant pas, en général, de l’habitat ordinaire abondamment décrit dans les waqf mais sont en effet, pour une partie d’entre eux au moins, les vestiges de grandes dār ayant à peu près certainement appartenu à des membres importants de la classe militaire. On peut tenter de préciser ce qui sépare les plus belles de ces résidences, des constructions précédentes. Elles sont d’abord incomparablement plus riches, car ceux qui y ont vécu ont joui de revenus sans commune mesure avec ceux du reste de la population. On ne saurait trop insister sur cette différence des ressources dans cette société médiévale où une “classe moyenne ” trouve mal sa place entre l’élite (ẖāṣṣa) et le commun (‘āmma)106. La richesse des émirs, issue du revenu des iqta‘ n’a d’ailleurs pu qu’être favorable à l’adoption de formules architecturales quasi-palatines dans des registres à peine moins glorieux.

  • 107 Cf. R.S. Humphreys, The expressive intent of the mamluk architecture, in Studia Islámico, 1972, t. (...)
  • 108 Certaines dār, bien que changeant de propriétaires, restent classées parmi les grandes demeures du (...)

27Dans ce contexte, la grande dār n’est évidemment plus seulement un logement, mais la marque d’une puissance. Souvent, elle n’est pas seule ; l’émir se fait construire près d’elle, s’il a pu acquérir des terrains à bâtir proches par vente plus ou moins forcée, des bâtiments de rapport, et surtout une madrasa dont on a dit maintes fois combien son aspect est semblable à celui de la dār107. Le blason de l’émir orne le portail d’entrée de la grande demeure. L’émir, parvenu à un grade important de la hiérarchie mameluke tient à marquer sa présence sur le territoire urbain, et il est certain que les grandes dār, longtemps après la mort de leurs bâtisseurs, vont rester des points remarqués dans la topographie de la ville, comme on peut le comprendre en relisant Maqrīzī108.

  • 109 Cf. la confiscation des biens contenus dans la dār Qarāṣunqur en 712/1312 (Ḫiṭaṭ, II, 52).
  • 110 C’est donc sur les terrains des ḥikr surtout (cf. note 2 p. 165) que joue ce mécanisme (il n’a évi (...)
  • 111 Cf. la dār al Ğāwli sur le Kabš (Ḫiṭaṭ, II, 65).
  • 112 Il s’agit de la dār dite « qaṣr al Ḥigāziya », ensemble de sept « qā’a », dotée chacune de son écu (...)

28La dār est quelque chose de plus encore, en raison de la richesse que l’on vient de dire : elle est le canal par où arrivent dans la ville les ressources de l’iqṭa‘ levé sur les campagnes ; elles y sont thésaurisées sous forme de numéraire, de bijoux, de tissus précieux, d’armes et d’équipements de sellerie : lorsqu’un conflit entre émirs permet au commun d’intervenir, le pillage sauvage les fait apparaître, à moins que le sultan ne les fasse lui-même étaler aux yeux de tous, lorsque l’émir est arrêté, et ses biens, confisqués109. Mais ces ressources sont aussi plus ordinairement dépensées, animant l’artisanat voisin dont les boutiques sont parfois ménagées dans les murs même de la dār. On a vu le rôle de bâtisseur des émirs, dans le territoire urbain en cours d’organisation : une dār peut être l’amorce d’un quartier dont l’émir loue les parcelles à l’entour110. Il peut d’ailleurs avoir prévu de louer la dār elle-même, soit constituée waqf après sa mort, pour permettre l’entretien de son tombeau et de sa madrasa111 soit, comme le fit l’émir Qawṣūn au cœur de l’ancien Caire fatimide, en construisant une résidence de luxe, destinée à être louée à des émirs importants112. Les grandes dār ont donc été, au cœur de l’activité commerciale, artisanale et immobilière de la cité.

  • 113 La dār al Sāliḥ (Ḫiṭaṭ, II, 67).
  • 114 Cf. Ḫiṭaṭ, II, 54, 55, 76 ; la dār semble avoir joué ici le rôle de pied-à-terre d’émirs important (...)
  • 115 Cf. Ḫiṭaṭ, II, 63, 66, 67.
  • 116 Cf. Ḫiṭaṭ, II, 71, 72 ; Mme Layla ‘Ali Ibrahim a donné un bon exemple de la diffusion des modes pa (...)
  • 117 Maqrīzī prend en effet alors la peine de le signaler ; cf. Ḫiṭaṭ, II, 52 (deux exemples), 64, 69.
  • 118 Maqrīzī apporte que le premier émir qui décida de changer de résidence pour marquer une montée en (...)

29Un autre problème est celui de l’identité du bâtisseur et du propriétaire de la dār. A l’époque mameluke, pour ne pas parler de résidences anciennes, comme celle de l’émir Ṭalā’i‘ ibn Ruzzayk, un des derniers vizirs de l’État fatimide, dont la dār reste debout jusqu’à la fin du xive siècle113, on voit que les dār enregistrées par Maqrīzī comme étant les plus illustres sont donc celles des plus puissants représentants de la classe militaire, dont certains en poste en Syrie114, exception faite pour quelques résidences de très grands commis civils du sultanat et quelques princesses115, épouses ou parentes du sultan. On sait d’autre part que Al Malik al Nāṣir Muhammad a fait construire pour certains de ses émirs, des dār somptueuses, parfois appelées qaṣr, qui ne laissent aucun doute sur la diffusion des formules architecturales palatines116. Il n’est pas sûr que ces constructions dispendieuses, entreprises pour des buts qui ont pu être variés et parallèles (alliances politiques et matrimoniales au sein de la classe militaire, initiatives urbanistiques, marques royales d’attachement et de faveur du maître à l’égard de ses anciens mameluks favoris) aient constitué ce que nous appellerions de nos jours des biens d’État. Cette notion n’est guère en harmonie avec le vécu de l’État médiéval. Dans ce curieux système mameluk où les fils ne peuvent hériter des statuts particuliers de leurs pères et par conséquent de leurs revenus, il est certain qu’après la mort de leur constructeur peu de grandes dār sont restées en la possession des familles117, même si on avait recours pour cela à la constitution de waqf familiaux. Générations après générations, du fait que de nouveaux terrains à bâtir bien placés sur le sol urbain n’étaient pas toujours disponibles, les grands émirs mameluks se sont donc trouvés amenés en leur temps, à occuper les résidences laissées vides par les familles de leurs prédécesseurs ; et les plus belles dār, en particulier celles de construction sultanienne, sont devenues nécessairement celles que recherchaient les hauts dignitaires et qu’ils pouvaient même se faire attribuer de force par ordre sultanien, sans qu’il y ait à supposer nécessairement un droit formel abstrait de l’État, particulier à ces dār ; mais les recherches restent à faire. D’une façon plus générale, pour toutes les constructions grandes ou petites, on comprendra que même la présence d’une date inscrite sur le mur d’une dār, ne permet pas d’affirmer que l’émir, qui a ainsi laissé sa trace, a été le premier occupant et le bâtisseur des lieux, ni que lui ou sa famille en est resté longtemps propriétaire. Dans une société militaire très mobile, où l’on désirait marquer, par la qualité de son habitat, une promotion dans l’ordre des honneurs et de la fortune118, les dār ont souvent changé de mains.

  • 119 Le porche d’entrée de la dār al Qardamiya construit par l’émir Ilgây aurait coûté 100 000 dirham s (...)
  • 120 Cf. Ḫiṭaṭ, II, 53, 54, 69, 71, 73, 74.
  • 121 Cf. note 2 p. 162.
  • 122 Ou près des palais (cf. Ḫiṭaṭ, II, 214).

30Enfin, on doit rappeler les éléments qui sont le plus souvent évoqués dans les textes à propos des grandes dār. Elles sont évidemment présentées comme des résidences, parfois vastes et avec leurs jardins, si l’espace le permet ; leur porche d’entrée peut avoir été construit à très grands frais119, signe de l’importance qu’on y attachait. De plus, souvent, à propos de la dār, on évoque la présence d’une écurie (iṣṭabl) intégrée à la dār ou voisine120, et on retrouve là les notations des waqf. Nous ne devons pas oublier, en effet que ces dār sont des résidences de cavaliers et on pourrait presque dire de « chevaliers » — un texte occidental du xiie siècle parle des « barons »121 — tant l’utilisation du cheval est devenue, nous devrons y revenir, au-delà d’une nécessité militaire, un signe social et le fondement d’une éthique. En dernier lieu, à côté de la résidence proprement dite et de l’écurie, ont doit bien supposer la présence de magasins et peut-être de quelques logements de mameluks attachés à la personne des émirs, bien que des études soient encore à faire pour savoir si une grande partie des mameluks, même ceux des émirs (ceux du sultan semblent habiter à cette époque en majorité dans l’ancienne citadelle ayyoubide)122 n’occupent pas en réalité certaines de ces maisons à écuries enregistrées dans les waqf, dont la location semble avoir demandé un bon niveau de vie.

Planche LIV

Planche LIV

Plans de a de la première époque mamluke (on a indiqué sur le plan de la qā‘a de Taštamur, les circulations, ainsi que la terminologie que l'on trouve dans les actes de waqfs contemporains. Les plans étant ceux des bâtiments actuels, les voies d'accès débouchant habituellement sur la dūr qā‘a ont été le plus souvent remplacées par des portes percées dans le fond des īwāns ou des mağlis).

Les vestiges architecturaux

  • 123 In Annales Islamologiques, X, 1972, p. 63-148.

31On peut maintenant tenter de donner leur sens aux vestiges architecturaux sur lesquels a travaillé l’équipe des Palais et Maisons. Pour cette époque, ils sont de deux sortes : il y a d’abord une demi-douzaine de qā‘a que A. Lézine a appelées « les salles nobles des palais mameluks »123. On peut contester ce qualificatif, car il est probable que ces qā‘a qui ont survécu parce que transformées un jour en mosquées ou madrasa, étaient en réalité, à l’origine, des éléments de dār plus ou moins grandes, avec leurs commodités (latrines au moins et peut-être cuisine) et qu’elles ont pu constituer en effet l’essentiel et la partie centrale de dār moyennes, du type de celles que nous avons décrites à partir des waqf, mais aussi de simples parties conçues en tant que telles (et peut-être prévues pour être louées ou détachées) de dār plus importantes. En toute hypothèse, elles paraissent être des unités architecturales pouvant se suffire à elles-mêmes. Pour certaines (Aḥmad Kūhya, Muḥibb al dīn Yahyā) leur attribution à la première moitié du xive siècle est admise, bien qu’elles aient été parfois tellement remaniées par la suite que seul le plan date avec certitude de cette époque (cas de Muḥibb al Dīn al Muwaqqi‘) ; d’autres (Taštamur, Šākir ibn al Ġannām) portent des dates plus tardives ; mais, comme on l’a dit, cela ne prouve rien sur l’époque de la fondation réelle de la qā‘a et, étant donné leur style, elles semblent constituer aussi des témoignages de ce grand mouvement de construction urbaine qui, à l’exemple du sultan Al Malik al Nāṣir Muḥammad, a renouvelé l’image du Caire.

  • 124 Pl. XII et XIII ; sur le palais, voir J. Revault, supra.
  • 125 Archives de la Citadelle, 44/292.
  • 126 On peut d’ailleurs déceler cette disposition dans certaines descriptions de Maqrīzī : cf. Ḫiṭaṭ, I (...)
  • 127 On trouve dans les Archives du Ministère des Waqfs, sous le numéro 627 (cf. M. M. Amîn, Catalogue, (...)

32D’une autre nature sont les vestiges des palais de Ālīn Āq, Qawṣūn et Baštak, auxquels on peut ajouter, mais avec réserves, celui de l’émir Tāz. Ici la lecture des plans est moins aisée. Le premier de ces palais est donc celui qui, vers la fin du xiiie siècle, a, un moment, appartenu à l’émir Ālīn Āq, qui n’est pas autrement connu. Il a été remanié au cours de son histoire, puis en partie ruiné. Ce qui peut être tenu avec certitude comme datant de la première époque mameluke est un ensemble relativement homogène et placé au centre des bâtiments actuels, comprenant le porche d’entrée blasonné, une solide salle basse et, à l’étage, supportée par les voûtes de la salle basse, une qā‘a. On a vu plus haut le plan de ces constructions primitives124. Cet ensemble assez important sans doute mais nullement exceptionnel, aurait peut-être disparu, comme tant d’autres, s’il n’avait été repris, au début du xvie siècle, dans le complexe funéraire du grand émir Ḫayrbak comprenant une madrasa, un sabīl, plusieurs tombeaux dont celui de l’émir, et des logements de service. Madame Mona Zakarya a retrouvé dans les archives de la Citadelle l’acte de waqf du complexe125. Le palais du xiiie siècle a déjà été bien abîmé. Des transformations sont intervenues, aussi bien semble-t-il au niveau du rez-de-chaussée qu’à l’étage ; et le beau porche d’entrée, transformé en magasin, ne donne plus alors accès à la cour sud, qui n’appartient plus à la propriété, bel exemple de la façon dont on pouvait fractionner les palais. L’état des lieux à cette époque permet toutefois d’avoir quelque aperçu sur ce qu’était initialement la dār, même si la fonction des pièces et les termes employés pour les nommer, ne peuvent être tenus pour originaux. Il faut évidemment restituer au palais la cour sud peut-être entourée de communs, dans laquelle débouchait le porche d’entrée et d’où partait l’escalier menant à l’étage. Le porche d’entrée lui-même qui donne maintenant directement sur la rue devait être précédé d’une petite avant-cour d’accès, longue et étroite (fermée sur la rue et supposant une première porte ?) parallèlement au bâtiment central, légèrement en retrait, où un jardinet semble avoir été aménagé au xvie siècle. Une cour, ou un jardin, existait également au nord, occupé au xvie siècle par le tombeau de l’émir et d’autres constructions funéraires, cour sur laquelle donnaient initialement les fenêtres de la qā‘a à l’étage, ainsi qu’une porte d’accès de la salle basse, que l’examen de la maçonnerie révèle d’ailleurs, de même qu’il révèle une autre porte à l’est, que le waqf ne mentionne plus. La description contenue dans le waqf confirme donc l’impression que l’on retire de l’examen des ruines. L’espace primitif de ce palais s’ordonnait autour d’un noyau central qui, pour l’essentiel, a subsisté. Le texte du xvie siècle appelle la salle basse « qā‘a voûtée », qā‘a étant pris au sens le plus large de salle, ce qui n’indique pas son utilisation initiale. En revanche, on peut considérer comme originale l’appellation de « qaṣr », réservée à la seule grande salle d’apparat (corridor d’accès, latrines et cuisine non compris) au premier étage. C’est ainsi que l’on nommait cette « salle noble », résidence par excellence de l’émir, appellation que nous rencontrerons encore126 et où l’imitation palatine se fait peut-être sentir. La salle basse nous paraît avoir été l’écurie. Si on l’admet, on constate que l’on retrouve dans le palais d’Ālīn Āq le couple classique résidence-écurie, la communication entre l’un et l’autre ne se faisant que par l’intermédiaire d’une cour (précédée d’un porche) jouxtant les bâtiments et qui tient lieu d’un de ces corridors d’accès de la maison ordinaire127. On remarquera donc que la cour est ici un espace de circulation nécessaire, mais qui ne conditionne pas la disposition de l’ensemble. Certaines fenêtres de l’īwān sud de la qā‘a donnent sur la cour, mais d’autres donnent sur un espace différent, peut-être alors un jardin, au nord.

Planche LVI

Planche LVI

Le palais Alīn Aq (les plans sont ceux de la partie primitive des bâtiments ; on a suggéré les circulations et les points de vue : le qaṣr est largement ouvert sur la rue ou les cours qui l’entourent).

  • 128 Ḫiṭaṭ, II, 72.
  • 129 Pl. V ; sur le palais voir J. Revault, supra.
  • 130 Ḫiṭaṭ, ibidem ; Nuğūm, X, 41-42.
  • 131 Ḫiṭaṭ, II, 73.
  • 132 Nuğūm, IX, 121.
  • 133 Cf. Van Berchem, C.I.A. Égypte, n° 305-306, p. 439.
  • 134 Ibn Iyās, Tāriẖ Miṣr, II, 203 ; tr. G. Wiet, Histoire des Mamlouks Circassiens, p. 196.
  • 135 Ibn Iyās, Tāriẖ Miṣr, (ed. Bulāq), II, 363 ; tr. G. Wiet, Histoire des Mamlouks Circassiens, p. 46 (...)
  • 136 Ibn Iyās, Tāriẖ Miṣr, II, 296 et 297 ; Histoire, 364 et 365 (un double pillage qui avait d’ailleur (...)
  • 137 Tāriẖ Miṣr, II, 323 ; Histoire, 404 : l’incendie cette fois, qui semble surtout avoir concerné le (...)
  • 138 Tāriẖ Miṣr, II, 381 ; Histoire, 496.
  • 139 Ibn Iyās, (ed. M. Mostafa), V, 401 ; tr. Wiet, Journal d’un bourgeois du Caire, II, 386.

33Plus important et d’une histoire mieux connue, est le palais de Qawūn. On sait que le palais a été construit avec d’autres, en 1337-1338, sur ordre du sultan al Malik al Nāṣir Muhammad, pour un de ses principaux émirs favoris, et gendre, Qawṣūn, qui survécut au monarque, et domina un bref moment la vie politique avant d’être éliminé au début de 1342 par une coalition d’émirs peu disposés à le laisser s’élever jusqu’au pouvoir suprême. Ce palais, comme d’autres, a été primitivement construit dans une zone proche du maydān sultanien, où avaient lieu les joutes et parades équestres et où certains émirs, dont Qawṣūn, avaient leurs écuries. Au point de départ même de la construction, il y eut l’« écurie de Qawūn » et le palais garda longtemps ce nom128. On en a déduit que ce que l’on désignait habituellement par écurie ou iṣṭabl était en réalité un palais ; mais aucun texte de waqf ni aucun texte relatif au palais de Qawṣūn ne justifie cette interprétation. La construction, devenue un palais, ne resta pas longtemps intacte, car, lors des événements de 1342, les émirs la firent piller par la populace, sous les yeux mêmes de son propriétaire, bloqué dans la citadelle, qui assista de loin au désastre. De l’état premier de ce palais qui seul nous intéresse, subsiste, comme dans le cas de Ālīn Āq, ce qui semble avoir été un ensemble central129. Au rez-de-chaussée (sous ce que nous nommons aujourd’hui la grande qā‘a), la salle basse qui lui sert d’appui et qui semble être l’écurie initiale qui a donné son nom au palais ; au sud-est et masqué par un porche monumental ajouté au xve siècle, un premier porche ; et, au-dessus de l’écurie, la résidence de l’émir. Comme d’habitude, il n’y a pas de communication directe entre l’écurie et la résidence supérieure à laquelle on réserve, ici aussi, le nom de « qaṣr » : on voit dans le récit des événements de 1342 donné par Maqrīzī et par Ibn al Tagrībirdī que lors de l’attaque, la foule assiégea en vain le palais, tant que du haut des terrasses, les mameluks de Qawṣūn qui se défendaient purent la bombarder de projectiles ; lorsque du haut d’un palais voisin plus élevé, les mameluks d’un émir rival les prirent à leur tour sous leur tir, la foule eût tôt fait de se ruer sur l’écurie où elle pilla la sellerie (rikabḫāna) et les magasins ; puis, enfonçant la porte du qaṣr proprement dit, avec un bélier, elle « monta au qaṣr et le mit au pillage »130. Les communs étaient sans doute situés en arrière, vraisemblablement autour d’une cour ; il y avait là une autre issue. Mais peut-être doit-on supposer aussi, dès cette époque, une avant-cour également, devant l’écurie et la façade de la grande qā‘a, à moins de penser que cet espace a été ménagé par la suite, lors des ajouts du xve siècle (le maq‘ad en particulier) qui l’impliquent. On doit dire en effet que ce beau palais, situé à proximité de la Citadelle, ne resta pas vide, comme on pouvait s’y attendre. Mais l’ambition des personnages qui pouvaient prétendre à l’occuper ne devait qu’attirer sur eux et sur le palais les orages de la vie politique et il fut pillé à nouveau avant d’être restauré, et Maqrīzī le considère comme un lieu funeste131. Ibn al Tagrībirdī écrit qu’on y logeait habituellement de son temps ces grands émirs de l’État mameluk d’alors qu’étaient les atabak ou chefs de l’armée132. En réalité, ce fut par la suite un émir dawādār contrôlant l’administration de l’État et aussi puissant que les atabak sinon davantage, Yašbak min Mahdī, de surcroît parent par alliance du sultan Qāytbāy qui, en 1476, lui donna son aspect le plus imposant en construisant le porche monumental que l’on voit aujourd’hui et d’autres bâtiments à côté de la grande qā‘a133. Un autre dawādār, Aqbirdī, y habita après lui en 1481134. On s’explique que, la dār ayant été habitée par des dawādār prestigieux, leurs successeurs aient songé à l’occuper, de même que certains atabak par la suite se firent un point d’honneur d’occuper la résidence de l’atabak Azbak à l’Azbakīya135 : il n’y avait rien là d’obligatoire ni de définitif. Devenu un point trop significatif de la vie politique, le palais fut à nouveau pillé et incendié en 1496136et 1497137 et en partie démoli par ordre sultanien en 1500138. Cependant, la construction d’origine était telle qu’en 1521 encore, on y logea les envoyés de Soliman le Magnifique139 et que certaines parties de la façade actuelle datent peut-être des temps ottomans. Quoiqu’il en soit de cette histoire mouvementée, il reste que le palais primitif semble s’être ordonné autour du noyau formé par l’écurie, sur lequel reposait le qaṣr et là, comme au palais d’Ālīn Āq, on ne peut guère concevoir le rôle des cours, si elles ont existé, que comme devant fournir au palais et à ses communs, les accès nécessaires.

Planche LVI

Planche LVI

Le palais Qawṣūn/Yašbak : en dépit des ajouts postérieurs, le caractère massif des éléments centraux de cette résidence, entourés d’espaces dégagés, évoque ce que devait être le palais dès le xive siècle.

Planche LVII

Planche LVII

Le palais Baštak (on remarquera la disposition du qaṣr totalement orienté vers la rue, et non vers la cour).

  • 140 Ḫiṭaṭ, II, 70 ; cf. aussi Sulūk, II, 432.
  • 141 Pl. XVII et XVIII ; sur le palais, voir J. Revault, supra.

34Le palais de l’émir Baštak est absolument contemporain de celui de Qawṣūn, son rival dans les faveurs du sultan, devenu comme lui, pour cette raison, immensément riche140. Engagé comme lui dans la lutte politique après la mort du sultan, il y laissa la vie encore plus vite, en 1341. Le plan du palais, tel qu’on l’a vu restitué plus haut, apparaît assez clairement141. Pour l’essentiel le centre au rez-de-chaussée en est encore une salle voûtée, où on propose de voir aussi l’écurie ; on accède au palais et à la salle voûtée par le porche d’entrée et la cour. Dans cette cour, un autre très beau porche blasonné ouvre sur l’escalier menant à la résidence que nous appelons aujourd’hui qā‘a, et aux appartements de l’étage. Il n’y a ici non plus aucun rapport direct entre la salle voûtée et l’étage. On connaît mal sans doute la superficie initiale de la cour, et le genre de communs qui s’ordonnaient autour d’elle. L’organisation de l’espace est évidente. La cour sert de voie d’accès aux communs et à la résidence proprement dite. Celle-ci, composée par le logement de l’émir en étage, n’a aucune de ses fenêtres qui ouvre sur la cour. Elle lui tourne résolument le dos et le point de vue recherché est évidemment le spectacle de l’activité des boutiques que le souci de tirer parti au mieux de l’emplacement privilégié de la dār, le long de la plus belle artère commerciale du Caire, a fait inclure dans ses murs mêmes, sous ses fenêtres. Que l’on accepte de voir dans la salle voûtée du rez-de-chaussée l’écurie, ou que l’on préfère y situer une salle des gardes, la conception du palais de Baštak ne semble pas avoir été autre que celle des palais précédents, bien qu’il se situe dans une zone urbaine toute différente de celle du palais de Qawṣūn,. Nous n’avons là que trois exemples, et d’autres recherches seront nécessaires avant d’en tirer des conclusions certaines. Ces exemples semblent néanmoins indiquer que dans les palais de la première époque mameluke, les architectes ont disposé au centre les parties essentielles de la résidence, diversement orientées selon la configuration des terrains à bâtir, et ouvertes en conséquence sur des espaces variant selon les lieux. On voit que l’on est loin ici de la maison que l’on dit caractéristique des pays de l’Islam, toute « introvertie » si l’on ose s’exprimer ainsi, et qui serait aussi éloignée que possible de l’animation du sūq.

Planche LVII

Planche LVII

Le palais Tāz (le rôle de la cour semble changer).

  • 142 Ḫiṭaṭ, II, 73 ; cf. Pl. IX, et étude de J. Revault.

35Il semble qu’il en va un peu différemment pour le palais de l’émir Tāz, un émir plus tardif, qui joua également un grand rôle politique au Caire, vers le milieu du siècle et fut le maître réel du sultanat, avant de perdre le pouvoir en 1354. Le palais a été construit en 1352142. Il a été profondément remanié par la suite. On le range habituellement, avec les autres palais du xive siècle ; mais (si du moins les changements ultérieurs n’ont pas tout altéré de la structure primitive) il semble que l’organisation de l’ensemble ait été ici conçue autrement. Les éléments sont toujours les mêmes : on retrouve bien le majestueux porche d’entrée de la cour, et la salle voûtée que nous pensons être l’écurie, écurie qui faisait le renom du palais, selon Maqrīzī. Dans la cour, l’accès à l’escalier menant à l’étage a disparu : on peut penser que c’est le maq‘ad postérieur qui a pris sa place quand la mode en fut venue. Quant à la résidence d’étage (que nous nommons aujourd’hui qā‘a) elle est à l’habitude sur la salle voûtée. Ce qui semble différent, c’est la cour elle-même, qui paraît être autre chose qu’un simple accès : la salle d’étage s’ouvre sur elle ; elle est au centre de la construction (à moins que les transformations ultérieures en aient modifié la disposition) dont elle dessert évidemment tous les bâtiments. Ne faut-il voir là que le résultat du hasard et de l’adaptation au site ? on serait tenté d’y voir aussi les conséquences du fait que nous avons là un édifice de transition dans une époque où s’annoncent déjà de profonds changements.

Notes

1 Ibidem, p. 154.

2 Nasir-i Ḫusraw, Relation de voyage, tr. Ch. Schefer, Paris, 1881, p. 132.

3 Cf. J.C. Garcin, Le Proche-Orient mamluk, in Peuples et Civilisations, VII (sous presse).

4 Maqrīzī, Ḫiṭaṭ, I, p. 305.

5 Ḫiṭaṭ, I, 496.

6 Cf. Ch. Coquin, Les édifices chrétiens du Vieux-Caire, p. 182-183, 191-192, 206.

7 Al Bakrī, Kitāb al masālik wa-l mamālik, Ms. B.N. Paris, n° 2 218 fol. 54.

8 Et cela dès l’époque d’Al Hakim : les logements des Kutāma évincés, laissent déjà des ruines entre le Caire et Fusṭāṭ ; cf. Al Bakrī, loc. cit.

9 Ḫiṭaṭ, II, p. 110.

10 Ḫiṭaṭ, II, p. 147.

11 Ḫiṭaṭ, II, p. 122. Nasir-i Ḫusraw, Relation, p. 135.

12 Nasir-i Ḫusraw, Relation, p. 134.

13 Ḫiṭaṭ, II, 110.

14 Ḫiṭaṭ, I, 337.

15 Ḫiṭaṭ, I, 305.

16 Ḫiṭaṭ, II, 110.

17 Ḫiṭaṭ, II, 111.

18 Ḫiṭaṭ, II, 114-115.

19 Ḫiṭaṭ, I, 339.

20 The Churches and Monasteries of Egypt, ed. Evetts, p. 89, 91, 92, 106, 113, 120, 127, 132, 135. Les constructions se situent entre 1176 et 1181.

21 Ibn Ğubayr, Riḥla, ed. Wright, p. 54 ; tr. Gaudefroy-Demombynes, I, p. 59.

22 Burchard (ambassade de 1175), ed. R. Naumann, Leipzig, 1858, p. 147, cité in Yusuf Kamal, Monumento, III, 8866.

23 Siège de Damiette, texte latin (vers 1218) ed. H. Hoogeweg, Tübingen, 1894, p. 263, cité in Monumento, III, 936 (barones civesque nobiliores).

24 ‘Abd al Laṭīf, ed. J. White, Tübingen, 1789, p. 141 ; tr. De Sacy, Relation de l’Égypte, 1810, p. 374 ; cf. Ḥiṭaṭ, I, 339.

25 Ibn Sa’īd, Al Mugrib, p. 5-11 ; tr. in Wiet, Cairo, p. 47 sqq. ; cf. Maqrīzī, Sulūk, I, 341 ; Ḫiṭaṭ t, II, 133, 146, 147, 184 ; et S.D. Goitein, Cairo : An Islamic City...

26 Ḫiṭaṭ. I. 365.

27 Ḫiṭaṭ . II. 117.

28 Ḫiṭaṭ. II. 116.

29 Ibn Tagrībirdī, Nuğūm, VII, 190.

30 Ḫiṭaṭ, II, 146 ; pour des zones proches du ẖalīg, cf. aussi II, 119 et 145.

31 Ḫiṭaṭ, II, 159 ; Ibn Taġribirdī, Nuğūm, VIII, 80 ; cf. J.C. Garcin, Le Caire et la province : constructions au Caire et à Qūṣ sous les Mamluks Bahrides, Annales Islamologiques, VIII, 1969, p. 47-61.

32 Ḫiṭaṭ. II, 159.

33 Ibn Taġribīrdī, Nuğūm, VII, 196 ; cf. Ravaisse, Essai sur l’Histoire et la topographie du Caire, p. 462 ; J. Abu-Lughod, Cairo, p. 33.

34 Ḫiṭaṭ., II, 125, 163.

35 D. Ayalon, The expansion and decline of Cairo under the Mamluks (communication au XXIXe Congrès international des Orientalistes, Paris, 1973).

36 Ḫiṭaṭ., I, 360 ; II, 125, 139, 164.

37 Ḫiṭaṭ. II, 110, 136.

38 Ḫiṭaṭ., II, 161, 165 et aussi, 135 et 116.

39 Al ‘Umarī, Masālik, Ms. B.N. 5868, fol. 197 v. cité in Monumento, IV, 1236 ; cf. aussi Ludolphe de Suchen, Voyage en Terre Sainte (entre 1336 et 1341), XXIX, 50, et Niccolo di Poggibonsi, Libro d’Oltramare (vers 1345), CLXXIII, cités in Monumento, IV, 12 306 et 1 232.

40 Ḫiṭaṭ, II, 109.

41 Ḫiṭaṭ, II, 145.

42 Ibn Taġribīrdī, Nuğūm, IX, 194 ; cf. Ḫiṭaṭ, II, 114 sqq.

43 Ḫiṭaṭ, Π, 132, 151.

44 Ḫiṭaṭ, II, 119, 132, 145, 150, 151.

45 Ḫiṭaṭ, II, 146.

46 Ibn Taġribīrdī, Nuğūm, IX, 198.

47 Ḫiṭaṭ, I, 313, 316.

48 Ya’qūbï, Kitāb al Buldān (B.G.A., VII) p. 264.

49 Ḫiṭaṭ, I, 316-317.

50 Ḫiṭaṭ, I, 318.

51 Sur les palais de Rawḍa, cf. Ḫiṭaṭ, II, 181-184.

52 Ibn Hawqal, Kitāb Ṣūrat al Arḍ (ed. Beyrouth) p. 138.

53 Ḫiṭaṭ, I, 385.

54 Musabbiḥī, Tome quarantième de la Chronique d’Égypte (ed. A. Fu’ād Sayyid et Th. Bianquis, I.F.A.O., 1978) p. 3, 59, 61, 62, etc. ; cf. p. 135.

55 Relation, p. 128, 134 ; texte persan, p. 44, 45. Nous remercions ici M. Dja‘far Shafiéi de nous avoir aidé à préciser la terminologie de Nasir-i-Ḫusraw dans le texte persan.

56 Ibidem 129 ; texte persan, 44.

57 Ibidem 128, 129 ; texte persan, 44 ; dans sa traduction, Schefer traduit indistinctement manẓar et kūšk par pavillon ; pour qaṣr cf. p. 157 ; texte persan, 54.

58 et aussi par Ibn Zāfir (m. 1216) cf. Aẖbār al duwal al munqaṭi’a (ed. Ferré, I.F.A.O., 1972) p. 37.

59 Ḫiṭaṭ, I, 385-387.

60 Cf. Monumento, III, 897b : « ad quaedam diffusa et magis spatiosa loca, soli pervia et divo expósita, intromissi, deainbulatoria inveniunt, columnis subnixa marmoreis, auratis laquearibus et prominentibus celata operibus, pavimenta strata vario... ».

61 Relation, p. 129/persan, 44.

62 Ḫiṭaṭ, II, 406 (et I, 457), cf. pl. F.

63 Ḫiṭaṭ, I, 432, 467, 481, 486, 487.

64 Ḫiṭaṭ, I, 433, 474, 478.

65 Relation, p. 134/persan 45.

66 Relation, p. 132/persan, 44.

67 Ḫiṭaṭ, II, 183-184.

68 Cf. pl. H.

69 Ḫiṭaṭ, I, 342.

70 Ibidem et Sulūk, I, 342.

71 Texte arabe in Casanova, Histoire et Description de la citadelle du Caire, p. 667-672.

72 Voyage en Égypte de Henry Castela, ed. S. Sauneron, in Voyages en Égypte des années 1597-1600 (I.F.A.O., 1974) p. 153. En réalité, le Divan de Joseph n’est encore ici que le « siège de Joseph » ; il « est faict tout ny plus ny moins que le Panthéon de Rome, quant à sa pourtraicture et rondeur, excepté qu’il est un peu plus petit ; au demeurant, il a aux deux costés, un rang de colomnes de marbre d’Égypte, qui est tout rouge, et estimé fort rare, lesquelles soustiennent l’édifice de ceste rotondité fort superbement bastie le nombre desquelles colomnes est de vint-quatre, et y en a encore autres deux plus magnifiquement elabourées, que ne sont point les autres ; par ce qu’elles sont mises au lieu plus apparent, qui soit en tout le throsne ou siege, à scavoir, l’une d’un costé, et l’autre de l’autre ».

73 Cf. pl. J.

74 Ḫiṭaṭ, II, 206.

75 Cf. Al’Umari, ibidem ; Ḫiṭaṭ, II, 210.

76 Al Mas‘ūdī, Murūğ al ḏahab (ed. B. de Meynard, VII, 192).

77 A. Lézine, Les salles nobles des palais Mamelouks (in Annales Islamologiques, X) p. 75-76.

78 Ḫiṭaṭ, I, 316.

79 Ḫiṭaṭ, I, 386.

80 S.D. Goitein, A Mansion in Fustat : A Twelfth-Century Description of a Domestic Compound in the Ancient Capital of Egypt (in The Medieval City, ed. H.A. Miskimin, D. Herlihy, A. L. Udovitch-1977) p. 169/175.

81 A. Lézine, op. cit. p. 72-79 ; cf. J. Revault, supra.

82 D.S. Richards, Arabie documents from the Karaite community in Cairo, J.E.S.H.O., XV, 1972, p. 109 et 112.

83 Creswell, The Muslim Architecture of Egypt, I, 127.

84 D. ‘Abd al Raḥman Fahmī Muḥammad, Watā‘iq al ta‘āqud min fağr al Islām fī Miṣr, Mağalla al mağma’ al’ilmi’al miṣri, 54, 1972-73, p. 20.

85 A. Grohman, Arabie Papyri in the Egyptian Library, I, p. 219, 237.

86 Nous remercions ici le Professeur Goitein d’avoir bien voulu nous indiquer sommairement par lettre le résultat de ses recherches.

87 Cf. Wiet, Cairo, p. 40.

88 The Muslim Architecture of Egypt, II, p. 263.

89 A. Lézine, op. cit., p. 120-123.

90 Archives de la Citadelle, 5/26 (waqf de 717/1317) ; cf. Muḥammad Muḥammad Amîn, Catalogue des Documents d’Archives du Caire, n° 28, p. 9.

91 S.D. Goitein, Geniza Documents on the Transfer and Inspection of Houses, in Mélanges Le Tourneau, I/R.O.M.M., 13-14, 1973, p. 410 ; la date de la maison se déduit du nom du propriétaire cité p. 406 (cf. A Mediterranean Society, p. 425, η. 1 ; p. 433, n. 4).

92 S.D. Goitein, A Mansion in Fustat (cf. note 155) p. 169-170 ; cf. également, D.S. Goitein, Urban housing in Fatimid and Ayyubid times, Studia Islamica, XLVII, p. 16.

93 Aḥsan al taqāsim (B.G.A., III) p. 205/tr. Miquel, p. 128.

94 Ed. White, p. 125/tr. De Sacy, Relation de l’Égypte, p. 365.

95 Ed. p. 135/Relation de l’Égypte, p. 374.

96 Ed. p. 142¡Relation de l’Égypte, p. 411.

97 Ed. p. 90/Relation de l’Égypte, p. 295.

98 Cf. G. Scanlon, Preliminary Report : Excavations at Fustat, 1964 (in J.A.R.C.E., IV) p. 17 ; du même, Housing and Sanitation (in The Islamic City, ed. Hourani, 1970).

99 Autrement dit, on peut se demander si ce passage d’un terme arabe à un terme en partie persan est le simple reflet de l’influence orientale que subit alors l’art de bâtir, ou si la dūr qā‘a est bien autre chose qu’un sahn couvert. Quant à la date d’apparition de la dūr qā’a, L. Golvin, que nous remercions ici, suggère que la structure de la « Cubba » de Palerme, à la fin du xiie siècle (reproduite dans A. Lézine, Les salles nobles... p. 71), plaide en faveur d’une époque assez haute.

100 Cf. S.D. Goitein, Urban housing... p. 22.

101 Archives de la Citadelle, 4/21 (waqf de 707/1308) ; M. M. Amin, Catalogue, n° 24, p. 8.

102 Archives de la citadelle, 5/26 ; cf. supra note 165.

103 Nous entendons par là les entrepôts de toutes sortes, petits ateliers de tissage, pressoirs et sucreries qui s’y trouvent.

104 Cf. A.R.A. Van Aken, Late Roman Domus Architecture in Mnemosyne, II, 1949, p. 245.

105 Disons que le destin d’une grande dār est parfois d’être vendue par morceaux et transformée en un ensemble de logements (cf. la dār Aqqūš al Rūmi, Ḫiṭaṭ, II, 53).

106 Cf. I.M. Lapidus, Muslim Cities in the Later Middle Ages, Cambridge, Mass., 1967, p. 190.

107 Cf. R.S. Humphreys, The expressive intent of the mamluk architecture, in Studia Islámico, 1972, t. 35, p. 110 ; sur le “ couple ” dār-madrasa, cf. Ibn Taġribīrdī, Nuğūm, VII, 280, 384 ; IX, 278, 292 ; X, 107,176.

108 Certaines dār, bien que changeant de propriétaires, restent classées parmi les grandes demeures du Caire, telle la dâr al Aḥmadī (Ḫiṭaṭ, II, 51), ou l’ancienne dār Tankiz (Ḥiṭaṭ, II, 54).

109 Cf. la confiscation des biens contenus dans la dār Qarāṣunqur en 712/1312 (Ḫiṭaṭ, II, 52).

110 C’est donc sur les terrains des ḥikr surtout (cf. note 2 p. 165) que joue ce mécanisme (il n’a évidemment pas de raison d’être lorsque la dār est édifiée sur une parcelle peut-être chèrement disputée, dans une zone déjà densément construite) : ainsi du temps d’al Malik al Nāṣir Muḥammad, le ḥikr al Ḫāzin, entre Birkat al Fil et la mosquée d’Ibn Ṭūlūn, s’est bâti autour de la demeure de l’émir ‘Alam al dīn Sangar al Ḫāzin, gouverneur du Caire (Ḥiṭaṭ, II, 135) ; toutefois, comme les bénéficiaires des concessions de ḥikr sont surtout de très grands personnages qui trouvent en général le moyen de s’installer personnellement dans le « centre-ville », le point de départ des constructions sur le ḥikr peut être l’édification de la dār d’un autre émir, ainsi sur le ḥikr Aqbugā, non loin du Pont des Lions, la demeure de l’ustādār de l’émir Ğankal ibn al Bābā (Ḫiṭaṭ, II, 116).

111 Cf. la dār al Ğāwli sur le Kabš (Ḫiṭaṭ, II, 65).

112 Il s’agit de la dār dite « qaṣr al Ḥigāziya », ensemble de sept « qā’a », dotée chacune de son écurie et de ses dépendances, construit en 741/1341, sur une surface de dix feddans ; le bâtiment n’était pas achevé lorsque mourut l’émir, l’année suivante, et ce fut la princesse Tatar al Hiğāzīya, fille d’al Malik al Nāṣir Muḥammad, qui l’acheva et décida que les revenus des locations de la dār devenue waqf, seraient dévolus à l’entretien de sa madrasa ; à sa mort, les appartements furent donc loués à des émirs, ce qui était vraisemblablement sa destination première. L’ensemble fut détruit au début du xve siècle, lorsque la disposition de ce quartier fut remaniée par l’émir Ğamāl al dīn al ustādār (Ḫiṭaṭ, II, 71).

113 La dār al Sāliḥ (Ḫiṭaṭ, II, 67).

114 Cf. Ḫiṭaṭ, II, 54, 55, 76 ; la dār semble avoir joué ici le rôle de pied-à-terre d’émirs importants ne résidant pas au Caire, mais appelés à y venir de temps en temps, et à y entretenir de toute façon des fondés de pouvoir en relation avec la Cour sultanienne : on comprend ici comment la présence du sultanat au Caire rejaillit sur la construction urbaine.

115 Cf. Ḫiṭaṭ, II, 63, 66, 67.

116 Cf. Ḫiṭaṭ, II, 71, 72 ; Mme Layla ‘Ali Ibrahim a donné un bon exemple de la diffusion des modes palatines (il s’agit plutôt dans le cas analysé, de formules décoratives, mais il n’y a pas de raison de douter que le phénomène était plus général) à propos des constructions faites pour l’émir Qawsfln, dans son important article : The great Hànqàh of the Emir Qawsün in Cairo (Mitteilungen des Deutschen Archaologischen Instituts Abteilung Kairo, 30, 1974 ; cf. surtout p. 52-57) ; nous ne partageons toutefois pas son sentiment, comme on le verra, sur le caractère officiel qui pourrait résulter pour ces bâtiments du fait qu’ils ont été édifiés par le sultan lui-même.

117 Maqrīzī prend en effet alors la peine de le signaler ; cf. Ḫiṭaṭ, II, 52 (deux exemples), 64, 69.

118 Maqrīzī apporte que le premier émir qui décida de changer de résidence pour marquer une montée en grade fut, au début de l’époque mamluke, l’émir Sams al dīn al Samsi al Sâlihï al Nagmi (Ḫiṭaṭ, II, 69).

119 Le porche d’entrée de la dār al Qardamiya construit par l’émir Ilgây aurait coûté 100 000 dirham sous le sultanat d’al Malik al Nāṣir Muḥammad (Ḫiṭaṭ, II, 67 ; Ibn Taġribirdi, Nuğūm, IX, 297).

120 Cf. Ḫiṭaṭ, II, 53, 54, 69, 71, 73, 74.

121 Cf. note 2 p. 162.

122 Ou près des palais (cf. Ḫiṭaṭ, II, 214).

123 In Annales Islamologiques, X, 1972, p. 63-148.

124 Pl. XII et XIII ; sur le palais, voir J. Revault, supra.

125 Archives de la Citadelle, 44/292.

126 On peut d’ailleurs déceler cette disposition dans certaines descriptions de Maqrīzī : cf. Ḫiṭaṭ, II, 71 (remaniements apportés par la princesse Tatar au qaṣr al Hiğāziya, après la mort de Qawṣūn : aménagement d’une écurie « sous le qaṣr ») et p. 74, la dār Sargitmiš.

127 On trouve dans les Archives du Ministère des Waqfs, sous le numéro 627 (cf. M. M. Amîn, Catalogue, n° 313, p. 79) un acte de vente de 730/1330, où est décrit une dār située « sous la citadelle », donc dans la même région de la ville que le palais d’Alīn Aq, et qui lui ressemble beaucoup : au rez-de-chaussée une pièce voûtée (qabwu) servant d’écurie (iṣṭabl) ouvrant par une grande porte cochère sur la rue et comprenant mangeoire, réserve à paille et rikābhāna ; à droite de la porte cochère, la porte d’accès à un escalier puis à l’étage comportant essentiellement ce qui est appelé une qā’a mu‘allaqa (īwān, dūr qā‘a, mağlis), puis une « ṭabaqa » (īwān et dūr qā‘a) au-dessus, chacune avec ses dépendances ; la cour (ḥawš) semble située à côté. On a ici les éléments que nous venons de décrire (la ṭabaqa en plus).

128 Ḫiṭaṭ, II, 72.

129 Pl. V ; sur le palais voir J. Revault, supra.

130 Ḫiṭaṭ, ibidem ; Nuğūm, X, 41-42.

131 Ḫiṭaṭ, II, 73.

132 Nuğūm, IX, 121.

133 Cf. Van Berchem, C.I.A. Égypte, n° 305-306, p. 439.

134 Ibn Iyās, Tāriẖ Miṣr, II, 203 ; tr. G. Wiet, Histoire des Mamlouks Circassiens, p. 196.

135 Ibn Iyās, Tāriẖ Miṣr, (ed. Bulāq), II, 363 ; tr. G. Wiet, Histoire des Mamlouks Circassiens, p. 465.

136 Ibn Iyās, Tāriẖ Miṣr, II, 296 et 297 ; Histoire, 364 et 365 (un double pillage qui avait d’ailleurs été précédé en 1490, d’incidents dans lesquels le dawādār avait été assiégé dans sa demeure : cf. Tāriẖ Miṣr, 11, 264 ; Histoire, 306).

137 Tāriẖ Miṣr, II, 323 ; Histoire, 404 : l’incendie cette fois, qui semble surtout avoir concerné le maq’ad.

138 Tāriẖ Miṣr, II, 381 ; Histoire, 496.

139 Ibn Iyās, (ed. M. Mostafa), V, 401 ; tr. Wiet, Journal d’un bourgeois du Caire, II, 386.

140 Ḫiṭaṭ, II, 70 ; cf. aussi Sulūk, II, 432.

141 Pl. XVII et XVIII ; sur le palais, voir J. Revault, supra.

142 Ḫiṭaṭ, II, 73 ; cf. Pl. IX, et étude de J. Revault.

Table des illustrations

Titre Planche LI
Légende Le Caire-Fustat, deuxième phase de l’histoire du site urbain médiéval : la capitale impériale (voir remarque Pl. XLIX.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3097/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 661k
Titre Planche LII
Légende L’emplacement des palais mamluks à côté-de la citadelle ayyubide (tels qu’ils pouvaient encore être situés au moment où cette carte a été enregistrée pour la Description de l’Égypte).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3097/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Planche LIII
Légende Plan d’unea du xiie siècle (la terminologie, tirée d’un document de la Geniza, du xiie siècle, est appliquée au plan du Dayr al Banāt).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3097/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Titre Planche LIV
Légende Plans de a de la première époque mamluke (on a indiqué sur le plan de la qā‘a de Taštamur, les circulations, ainsi que la terminologie que l'on trouve dans les actes de waqfs contemporains. Les plans étant ceux des bâtiments actuels, les voies d'accès débouchant habituellement sur la dūr qā‘a ont été le plus souvent remplacées par des portes percées dans le fond des īwāns ou des mağlis).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3097/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 273k
Titre Planche LVI
Légende Le palais Alīn Aq (les plans sont ceux de la partie primitive des bâtiments ; on a suggéré les circulations et les points de vue : le qaṣr est largement ouvert sur la rue ou les cours qui l’entourent).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3097/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 269k
Titre Planche LVI
Légende Le palais Qawṣūn/Yašbak : en dépit des ajouts postérieurs, le caractère massif des éléments centraux de cette résidence, entourés d’espaces dégagés, évoque ce que devait être le palais dès le xive siècle.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3097/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Titre Planche LVII
Légende Le palais Baštak (on remarquera la disposition du qaṣr totalement orienté vers la rue, et non vers la cour).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3097/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Planche LVII
Légende Le palais Tāz (le rôle de la cour semble changer).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3097/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 262k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter