Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Palais et maisons du Caire. Tome I

 | 
Jean-Claude Garcin
, 
Bernard Maury
, 
Jacques Revault
, 
et al.

2e partie. Habitat médiéval et histoire urbaine à Fustat et au Caire

viie-xe siècles

Texte intégral

L’héritage pré-islamique

  • 1 Strabon, XVII, 435.
  • 2 C.H. Kraeling/F.M. Biebel, Gerasa City of the Decapolis, American School of Oriental Research, New (...)
  • 3 Cf. A.P. Zivie, Les carrières et la butte de Yak, Revue d’Égyptologie, 30, 1978, p. 151-162.
  • 4 Cf. Drioton, Les origines pharaoniques du Nilomètre de Rodah, B.I.E., 34, 1953, p. 310-314 ; J. Yo (...)
  • 5 Strabon, XVII, 807.
  • 6 Ibn Sa’ īd, Al Muġrib fī hulā al Maġrib, Le Caire, 1953, p. 1 ; Ibn Duqmāq, Kitāb al intiṣār, IV, (...)
  • 7 Cf. K.A. Creswell, Early Muslim Architecture, 1969, I, p. 36, n. 8.
  • 8 Ibn Duqmâq, Kitāb al intiṣār, IV, p. 91.
  • 9 A.R. Guest, The Foundation of Fustat and the Khittahs of that town, J.R.A.S., 39, 1907, p. 49-83.
  • 10 Maqrīzī, Ḫiṭaṭ, I, p. 340.
  • 11 Maqrīzī, Ḫiṭaṭ, I, p. 298.
  • 12 Maqrīzī, Ḫiṭaṭ,, I, p. 288.
  • 13 Maqrīzī, Ḫiṭaṭ, I, p. 286.
  • 14 Ibn Duqmāq, Kitāb al intiṣār, V, p. 44.
  • 15 Guest, loc. cit., p. 62.
  • 16 Ibn ‘Abd al Ḥakam, Futūh Miṣr wa aẖbāruha, ed. Torrey, p. 129.
  • 17 Cf. Yusuf Kamal, Monumenta, II, p. 236.
  • 18 Ibidem, II, p. 391.

1Si le problème de l’origine des procédés de construction domestique employés dans la capitale de l’Égypte arabe se pose, c’est que dans ce pays, dont on ne peut nier le caractère particulier au sein de l’ensemble du monde musulman, il est difficile de ne pas s’interroger sur les rapports qui ont pu exister entre la « ville arabe » de Fusṭāṭ et ce qui l’a précédée. Sans doute Memphis, la grande agglomération cosmopolite, première figure du Caire, que Strabon, peu avant le début de notre ère, place encore au second rang des villes égyptiennes, après Alexandrie1, et qui apparaît encore figurée sur une mosaïque syrienne du vie siècle2, est relativement éloignée vers le Sud, à une vingtaine de kilomètres et sur la rive occidentale du Nil. Mais on sait que, sur l’autre rive, dans un site qui sera en partie par la suite, celui de Fusṭāṭ, les égyptologues identifient les agglomérations de Yak3 et de Kher-Aha4, cette dernière étant d’abord peut-être un simple point fortifié dominant un Nil qui coule alors plus à l’Est ; puis le siège d’un gouvernorat dès le viiie siècle avant J.-C. ; enfin une cité en plein essor aux temps hellénistiques, et devenue Babylone, tandis que décline au nord Héliopolis. La garnison romaine, encore installée à l’époque de Strabon5, sur ce que l’on estime être les hauteurs d’Al Raṣad, devait descendre par la suite dans la forteresse que les Arabes nomment Qaṣr al-Šam‘, bâtie sous Trajan, alors que le canal vers la Mer Rouge était remis en état. On oppose en général, lorsqu’on discute des antécédents non arabes de Fusṭāṭ, deux traditions qui paraissent représentées de façon inégale : la première, qui serait issue d’Al Bayhaqī (mort en 1169), reprise ensuite par Ibn Sa‘īd, puis par Ibn Duqmāq, veut que les constructions de Fusṭāṭ aient été « dans les temps anciens en continuité avec celles de ‘Ayn Šams (Héliopolis) ; lors de la conquête, il y avait là (à Fusṭāṭ), un bâtiment connu sous le nom de Qasr, entouré d’habitations ; ‘Amr ibn Al‘As vint en faire le siège — ou, y vint (nazala ‘alayhi) — et dressa sa tente (fus-ṭāṭahu) sur l’emplacement de la mosquée qui porte son nom ; puis, lorsque ‘Amr s’empara de (la ville), il répartit les logements entre les tribus — ou, il distribua les emplacements aux tribus (qasama al manāzil ‘alā al qabā‘il) ; — la ville prit son nom et s’appela Fusṭāṭ de ‘Amr »6. Quelles que soient les réserves bien connues qu’on doive faire sur cette étymologie du nom de Fusṭāṭ, on n’en remarquera pas moins l’importance que prend l’affirmation de l’existence d’une agglomération non négligeable, du point de vue de l’histoire de l’habitat et de la transmission des usages le concernant. A cette tradition se rattachent, on le sait, d’autres remarques ; certaines d’Al Idrīsī et d’Ibn al Zayyāt (mort en 1411), sur la transformation d’églises en mosquées, ne sont pas très probantes7 ; une autre est due à Ibn Duqmāq et est relative à ces quartiers dits ḥamrā, conçus comme des zones habitées surtout par des non-Arabes, arrivés avec les conquérants et établis avec eux à la périphérie de la ville arabe, quartiers que l’on situe habituellement au Nord de Qaṣr al Šam‘. Selon Ibn Duqmāq, la ḥamrā la plus éloignée de la ville arabe vers le Nord (al ḥamrā al quswā) sur l’actuel quartier de Sayyida Zaynab, aurait connu « son apogée à l’époque des Rūm »8, ce qui situe bien davantage Fusṭāṭ par rapport à des ḥamrā pré-existantes que l’inverse, et est également de grande portée pour qui veut étudier l’histoire de l’habitat. Mais, à cette première tradition, semble s’en opposer une autre, essentiellement représentée par Maqrīzī, et que les historiens modernes, comme Guest9 et Creswell préfèrent. Maqrīzī n’ignore pas dans ses Ḥiṭaṭ, le texte cité par Ibn Sa‘īd, qu’il rapporte in extenso et sans commentaire10, non plus que la remarque d’Ibn Duqmāq sur l’apogée de la ḥamrā al quswā au temps des Rūm11. Mais visiblement — et il reprend en cela Al Quḍā‘ī (m. 1062) — ces Rūm semblent conçus comme d’anciens supplétifs arabes au service des Byzantins (donc installés à cet endroit, lors de la conquête), et d’autre part il a préalablement affirmé avec force que lors de la fondation de la ville arabe, l’emplacement était une zone vide et occupée par les cultures sans autre construction que le Qasr et, entre les vignes, des églises et des couvents12. Toutefois, on doit remarquer qu’il répartit les églises en deux groupes : l’un qu’il situe sur ce qui était à son époque le quartier de Rāšida, soit immédiatement au-dessous du Raṣad, où on place d’habitude la première Babylone ; l’autre dans la zone de la ḥamrā al quswā, qui avait déjà intéressé Ibn Duqmāq13. On peut donc se demander si, en réalité, il y a entre les deux traditions une opposition aussi nette qu’on l’a dit. Maqrīzī a sans doute voulu réagir contre une tendance excessive, visible chez Ibn Duqmāq (qui tronque la citation d’Ibn Sa‘īd pour la rendre plus significative), tendance à inscrire topographiquement Fusṭāṭ dans la postérité d’une trop vaste Babylone ; la réaction de Maqrīzī fut peut-être exagérée, car il en arrive à nier qu’il y eût dans la plaine autre chose que la forteresse de Trajan, des églises et des couvents, ce qui est peu croyable. Ibn Duqmāq, de son côté, pour magnifier la grandeur passée d’Héliopolis14, a insisté sur la présence d’une agglomération au nord, qui serait allée de Babylone à Heliopolis, ce qui est également inacceptable, et a négligé la région sud, proche d’El Raṣad, où Guest reconnaît la présence, lors de la conquête, des anciennes églises dont parle Maqrīzī15, et où par ailleurs Ibn ‘Abd Al Ḥakam semble aussi situer un quartier de ḥamrā16. En fait, on peut acquérir la certitude, à partir de l’une et de l’autre tradition, qu’il y avait là au moins deux agglomérations plus ou moins distinctes, avec leurs églises. Était-ce tout cela, Babylone ? La table de Peutinger17, qui pourrait donner une figuration de la situation, telle qu’elle se présentait à la fin du ive siècle de notre ère, indique de part et d’autre du canal, semble-t-il, deux villes : est-ce encore Héliopolis et au-dessous Babylone, qui toutes deux au début du viie siècle, ont leur évêque18 ? Ou Babylone et Umm Dunayn ? Ou seulement Babylone ? Quoi qu’il en soit, il est impensable que, dans l’immense quadrilatère de 5 kilomètres de long sur 1 kilomètre de large que Guest a dessiné, pour dresser la carte de l’implantation des tribus, il n’y ait pas eu des habitations, même si, conformément à l’affirmation de Maqrīzī, il n’y en avait pas là où ‘Amr a établi sa mosquée ; de même qu’il est impensable que certaines d’entre elles ne soient pas passées aux mains des vainqueurs. Dès lors, le problème des rapports de l’agglomération de Fusṭāṭ avec ce qui l’a précédée doit être à nouveau posé. Parce que l’on n’a de ces faits que des notions très confuses, on a eu tendance à les négliger dans la recherche ; même si nous les comprenons mal, ils ont certainement joué leur rôle.

  • 19 P. Jouguet, La vie municipale dans l’Égypte romaine, 1911, p. 47 ; à rapprocher de G. Scanlon, Fus (...)
  • 20 Cf. S.D. Goitein, Urban housing in Fatimid and Ayyubid times, Studia Islamica, 47, p. 14.
  • 21 Strabon, XVII, 807.
  • 22 Herodote, II, 112 et 154 ; cf. Jouguet, loc. cit., p. 287.

2Lors de l’arrivée des conquérants arabes, qui n’apportent avec eux, semble-t-il, aucune formule urbanistique précise, Babylone devait être bien semblable aux villes égyptiennes antiques traditionnelles, telles qu’on les a souvent décrites « avec leur entassement d’étroites maisons en brique crue, leurs ruelles sinueuses, leurs tas d’ordures près des murailles, ou même au coin des chemins »19 et on ne peut se défendre de l’idée que Fusṭāṭ a été pour une part la continuation de Babylone, même quand on ne veut voir la ville qu’à travers les fouilles modernes qui ont pourtant davantage révélé sans doute les beaux quartiers résidentiels que la partie la plus populaire20. Le fossaton, ou camp arabe, qui est venu s’installer près de l’ancienne agglomération, ne s’inscrit-il pas dans la même tradition que le stratopédon ou camp romain à Babylone21, ou le stratopédon grec de Memphis22, imposant à la ville indigène une présence d’abord étrangère sans doute, mais adoptant aussi beaucoup de traditions locales ?

  • 23 Cf. Lexicon der Agyptologie, art. Haus, p. 1055 et J. Revault, supra.
  • 24 Strabon, XVI, 768.
  • 25 Balāẖurī, Futūḥ al buldān, Beyrouth, 1957, p. 312.
  • 26 Strabon, XVI, 757.
  • 27 Strabon, V, 235.
  • 28 Corpus Scriptorum Historiae Byzantinae, 48, II, p. 96-97, cf. G. Lumbroso, L’Egitto dei Greci e de (...)
  • 29 P.M. Fraser, A. Syriac Notitia Urbis Alexandrinae, Journal of Egyptian Archaeology, 37, 1951, p. 1 (...)
  • 30 Ducange, Glossarium, p. 154. Je remercie ici le Professeur Guillaumont pour sa suggestion, et M. R (...)
  • 31 Strabon, XVI, 757, 768.
  • 32 Sur les antécédents de la dâr, cf. aussi, J. Revault, Palais et demeures de Tunis (xvieet xviies.)(...)
  • 33 H.I. Bell, Greek Papyri in the British Museum, IV, The Aphrodito Papyri, Londres, 1910, p. 13, à p (...)
  • 34 H.I. Bell, The Aphrodito Papyri, The Journal of Hellenic Studies, 28, 1908, p. 116. On peut toutef (...)

3Mais qu’en fut-il de l’habitat ? Nous laissons à l’architecte le soin de dire en quoi l’habitat traditionnel égyptien23 (autant que nous le connaissons) que Strabon a comparé par certains de ses aspects au Yéménite24, a pu se continuer dans l’habitat ultérieur « arabe ». Mais la tradition gréco-romaine devait être aussi présente à Babylone et, de toute façon, Alexandrie n’était pas loin, dont les maisons servaient de logement aux troupes envoyées à tour de rôle dans la ville par ‘Amr ibn Al‘As pour parer à toute contre-offensive byzantine25. D’ailleurs, lorsque de simple point d’appui militaire, Fusṭāṭ devint la résidence d’un gouverneur dont l’autorité dépassait vers l’ouest les frontières de l’Égypte, éclipsant ainsi Alexandrie, on a quelque raison de supposer que l’habitat de l’ancienne classe dirigeante byzantine, à Alexandrie ou ailleurs, ne fut pas sans influer sur les nouvelles constructions de Fusṭāṭ. De l’habitat alexandrin, on cite surtout les hautes maisons à plusieurs étages, semblables sans doute aux immeubles de Tyr26, qui frappèrent Strabon par leur hauteur, supérieure aux quelque vingt mètres autorisés à Rome27. Dans la mesure où des constructions analogues se trouvent par la suite mentionnées à Fusṭāṭ, le fait est évidemment important. Mais que restait-il de ces immeubles au viie siècle ? Vers le milieu du vie siècle, le chroniqueur Agathias, venu étudier à Alexandrie y assiste à un tremblement de terre d’importance moyenne, et décrit l’inquiétude de la population qui a quitté les maisons « car elles n’étaient ni solides ni très grandes... leurs murs étant construits d’un seul rang de pierres »28. On a sur l’habitat alexandrin un autre témoignage qui nous paraît d’une grande importance pour l’histoire de l’habitat en Égypte. P.M. Fraser a retrouvé dans l’œuvre syriaque de Michel le Syrien, une liste chiffrée des divers types de construction d’Alexandrie, temples, bains, portiques, etc. qu’il date du ive siècle29. Cette liste, visiblement traduite en syriaque à partir d’un original grec, se trouve être d’ailleurs contemporaine d’un document semblable établi pour la ville de Rome. Les bâtiments d’habitation sont représentés par ce que le syriaque enregistre sous le nom de baytō ou maison, et qui désigne l’habitation ordinaire et, semble-t-il aussi, par ce qui est enregistré sous le nom de dortō, ou cour (éléments quatre fois moins nombreux que les précédents) et qui, lui, paraît désigner la grande résidence hellénistique à cour. Si le baytō correspond sans doute au grec oikos, le dortō peut correspondre au grec aula, comme nous l’a suggéré le professeur Guillaumont qui a bien voulu attirer notre attention sur un texte cité par Ducange (sous le mot aula)30, qui semble reprendre les mêmes catégories que celle qu’utilisait vraisemblablement le texte grec à l’origine de la recension syriaque. Les bâtiments d’habitation auraient donc été répartis en deux catégories, comme à la même époque, à Rome, la liste parallèle distinguait entre la domus, ou riche demeure, et l’insula, c’est-à-dire pas nécessairement le grand immeuble locatif, mais l’îlot du quartier qui regroupait les habitations plus humbles. La catégorie de l’oikos a pu comprendre, selon nous, aussi bien la maison modeste, peut-être avec courette de tradition égyptienne ou méditerranéenne, que l’immeuble à étage nommé aussi oikos par Strabon31. La aula, si cette approche est exacte, devait désigner la grande maison à péristyle, en fait la maison riche à cour, quelle qu’en soit l’architecture précise. Ne peut-on pas penser que, se distinguant de la simple baytō, l’équivalent du baytō syriaque, la dār arabe a d’abord été l’héritière de la dortō/aula32 ? et qu’elle a été utilisée à des fins d’habitation pour les plus riches, mais également à d’autres usages ? Dans les papyrus d’Aphrodito édités par Bell, le mot aula désigne un palais33 et s’il a pu être appliqué à la mosquée de Fusṭāṭ qu’est en train de faire agrandir le calife34, cela ne contredit pas le rapport entre la dār et la aula dans la mesure où la mosquée avait à cette époque une fonction autant politique que culturelle.

4Aussi, si on admet cette filiation, on peut se demander si le mot dār n’a pas été appliqué de préférence, après la conquête, à ces habitats à cour et péristyle, ceux des plus riches vaincus.

  • 35 Sur les rapports antérieurs de la maison hellenistique à péristyle avec l’Orient et l’Égypte, cf. (...)

5On pourra objecter que ce terme de dār désigne la riche demeure autant à Baṣra, à Kūfa et plus tard à Bagdād, qu’à Fusṭāṭ. Aussi bien, sans essayer de déterminer en quoi la tradition domestique hellénistique de la maison à cour était différente en Iraq de ce qu’elle était en Égypte35, il nous semble que le mot dār signifie d’abord à cette époque autant un niveau social qu’une architecture. Que le même mot indique des réalités architecturales un peu différentes, mais assurant la même fonction dans des pays différents, n’étonnera guère. L’évolution de la dār risque d’être pour les premiers siècles au moins, tout ce que nous pouvons apercevoir de la transformation de l’habitat et on doit sans doute le regretter. Mais, en ce qui nous concerne, cette dār, dans la mesure où il s’agit d’une maison particulière (ce qui, on le verra, n’est pas toujours le cas) et dans la mesure où elle est surtout la demeure des plus aisés, est le premier antécédent des palais de la fin des temps médiévaux. D’autre part, quand on lit les descriptions des villes de l’empire musulman au ixe siècle, on s’aperçoit que, au-delà des descriptions géographiques des sites, tout inventaire un peu précis des agglomérations, celui de Kūfa dans Balāḏurī, de Fusṭāṭ dans Ibn‘Abdal Hakam, de Bagdād dans Ya‘qūbī, prend comme points de repère de la topographie urbaine, de grandes dār. Les résidences des puissants dominent déjà l’espace urbain.

Fustat

  • 36 Ibn ‘Abd al Ḥakam, Futuḥ Miṣr, p. 113.
  • 37 Aslam ibn Sahl al Razzaz, Tarikh Wâsit, Baghdad, 1967, p. 76 : cf. Mondher Sakly, Essai d’exploita (...)
  • 38 Ibn ‘Abd al Ḥakam, Futūḥ Miṣr, p. 136.
  • 39 Ch. Coquin, Les édifices chrétiens du Vieux-Caire, I, Le Caire, 1974, respectivement p. 66, 93, 11 (...)

6Fusṭāṭ doit avoir évolué assez rapidement. L’agglomération se présentait sans doute d’abord comme une nébuleuse lâche de constructions légères et de tentes, établie dans les vastes espaces libres jouxtant la Babylone primitive, autour de ce nouveau centre qu’était la mosquée de ‘Amr, vite cerné des résidences construites en dur des principaux conquérants. On peut supposer que la première phase réelle d’urbanisation date du long gouvernorat de ‘Abd al ‘Azīz ibn Marwān (685 à 705) alors que Fusṭāṭ, jusqu’au début du viiie siècle, est la capitale de tout l’Occident conquis, et pendant que s’édifie partout l’État arabe, à partir d’emprunts qui, en Égypte, sont évidemment volontairement byzantins. C’est l’époque où le puissant gouverneur fait construire un bain dont l’ornement est une statue monumentale de femme36 qui ne disparaîtra que lors de l’édit iconoclaste de Yazīd II en 720 (une statue de femme rejetant l’eau de ses seins nus sert bien alors de fontaine dans la cour de la mosquée de Wāsiṭ37 !). Et c’est aussi l’époque où sont construits des marchés publics (qaysarīya)38 et les principales églises autour du qasr al Šham‘ : la Mu‘allaqa, St Serge, Ste Barbe, St Georges39. Fusṭāṭ s’appuyant dans sa croissance sur la Babylone chrétienne qu’elle englobe, a peut-être connu assez vite une population chrétienne aussi importante, sinon plus pour un temps, que la musulmane. L’édification urbaine a dû se marquer en réalité par une diminution progressive, mais importante, de la surface occupée par les contingents tribaux, soit qu’ils aient peu à peu fait mouvement vers le centre pour se fixer dans la ville construite en dur, soit qu’avec le caractère de plus en plus sédentaire de l’État musulman, ils soient repartis vers la Haute-Égypte ou vers le Rīf.

  • 40 History of the Patriarchs, ed. B. Evetts, Patr. Orient., V, p. 168 ; il s’agirait de la partie sit (...)
  • 41 Maqrīzī, Ḫiṭaṭ, II, p. 143.
  • 42 Ya’qûbî, Kitāb al buldān (B.G.A. VII), p. 330-331 ; tr. Wiet, p. 184.
  • 43 Ḫiṭaṭ, II, p. 152-156, cf. K.A. Creswell, Early Muslim Architecture, II, 1940, p. 329.
  • 44 Al Iṣṭaẖrī, Al masālik wa-l mamālik, Le Caire, 1961, p. 39.

7Comme les fragiles villes médiévales, la capitale de l’Égypte va connaître de grandes variations de superficie au cours de son histoire. Les débuts de l’époque abbasside, en 750, sont sans doute difficiles ; la ville a souffert lorsque le dernier calife omeyyade en fuite, Marwān II, a fait incendier certains quartiers40. Est-ce pour cette raison que le nouveau régime installe ses gouverneurs et ses troupes (Al‘Askar) au nord de l’agglomération, dans l’ancienne ḥamrā al quṣwā ? Le canal du Prince des Croyants (le ẖalīğ) est obstrué par ordre supérieur en 76241 ; les contingents tribaux, définitivement rayés des rôles de l’armée en 831 par l’État abbasside, quittent donc la ville, bien que la première description de Fusṭāṭ, celle de Ya’qūbī à la fin du ixe siècle, montre leur souvenir encore très présent42. Mais, de 868 à 905, c’est ce qu’on a nommé la première autonomie égyptienne, avec l’indépendance du gouverneur d’Égypte Ibn Ṭūlūn, et de ses successeurs (le premier pouvoir « turc » installé en Égypte) et c’est un nouvel essor de la ville, qui ne se marque pas seulement par la construction de l’ensemble palatin tulunide (Al Qaṭā’i‘), entre la ḥamrā al quṣwā et l’actuelle Citadelle, mais vraisemblablement aussi par une grande vitalité de l’agglomération ancienne du sud dans la région d’Al Rasad et Al Ma‘āfir vers où Ibn Ṭūlūn fait amener l’eau du Birkat al Ḥabaš43 : l’installation du palais tulunide au nord de la ville a plutôt relancé la croissance urbaine de Fusṭāṭ, que l’éphémère reprise en main abbasside en 905 n’a pas le temps de gêner. Le califat doit bien laisser d’ailleurs au gouverneur revenu à Al‘Askar une nouvelle autonomie, pour tâcher de barrer la route aux Fatimides qui menacent du Maghreb. Déjà Al Iṣṭaẖrī évalue Fusṭāṭ au tiers de Bagdād44 et les produits du Hedjaz et du Yemen ont commencé de faire de la capitale égyptienne un point intéressant du commerce international. Les Fatimides sont alors bien près de récolter les fruits de cette évolution.

Planche XLIX

Planche XLIX

Fustat, première phase de l’histoire du site urbain médiéval : la capitale de la province d’Égypte. (Nous avons choisi d’illustrer les diverses phases de l’histoire du site urbain par des schémas dessinés sur un fond de carte emprunté au Survey et enregistrant l’état du Caire en 1892 ; ils n’ont, de ce fait, aucune prétention à l’exactitude ; en particulier, les rives et les îles du Nil, dont on sait qu’elles ont beaucoup varié depuis les temps médiévaux, ont leur tracé de la fin du xixe siècle, et n'ont pas été rectifiées).

Les dār de Fustat

  • 45 Balāḏurī, Futūḥ al buldān, p. 299.
  • 46 Ibn ‘Abd al Hakam, Futūḥ Miṣr, p. 96.
  • 47 Ibn Duqmāq, Kitāb al intiṣār, IV, p. 5.
  • 48 Ibn ‘Abd al Ḥakam, Futūḥ Miṣr, p. 97 ; Ibn Duqmāq, Kitāb al antisār, IV, p. 7.
  • 49 Futūḥ Miṣr, p. 135-136.
  • 50 Futūḥ Miṣr, p. 104, 107.
  • 51 Kitāb al intiṣār, IV, p. 6.
  • 52 Cf. Ibn al Faqīh, Muẖtasar Kitāb al buldān (B.G.A., V) p. 60 ; tr. H. Massé, Abrégé du Livre des P (...)
  • 53 On lit furğa selon l’éditeur, et non tout uniquement farğa (cour) car il semble que c’est là un en (...)

8L’ouvrage d’Ibn ‘Abd al Ḥakam (qui meurt en 871, peu de temps après l’installation au pouvoir d’Ibn Ṭūlūn) permet d’obtenir quelques éléments d’information sur la construction des premières dār arabes de Fusṭāṭ, encore qu’il faille toujours s’assurer, en lisant ce qu’il écrit des différentes dār, qu’il s’agit bien des premiers bâtiments eux-mêmes et non de l’emplacement de constructions du viiie ou du ixe siècle. La construction des dār semble avoir commencé très peu de temps après la Conquête. Nous savons, par Balādurī, qu’ai Zubayr, l’un des conquérants, se fit construire une dār à Fusṭāṭ45 et Ibn ‘Abd al Ḥakam nous apprend que ‘Amr ibn al ‘As en eut deux, dont une dotée de ce bain si petit qu’on l’appela « le bain du rat »46 : tous les débuts sont maladroits. Par la suite, les grandes dār semblent normalement dotées d’un bain. Certaines sont aussi ornées de colonnes ; les maisons riches de Babylone ou d’Alexandrie proposaient sans doute en exemple les divers éléments qui les composaient, telle celle de ce Pierre le Copte, que ‘Amr fit exposer en croix à la porte de la Dār al Raml, pour avoir dissimulé une importante quantité d’or sous sa fontaine (fasqīya)47. Mais il est certain que la tradition hellénistique ne règne pas seule. Le fils de ‘Amr possédait une dār dont on nous dit qu’elle incluait « un qaṣr, sorte de construction carrée, ressemblant à la première Ka’ba », ce qui pourrait indiquer un simple enclos48. L’histoire de la Dār al Silsila, telle du moins que la racontent certains ayants-droit à la dévolution de cette construction prestigieuse, est instructive49. L’emplacement en fut d’abord attribué, à titre de terrain de première installation (ẖiṭṭa), à un des conquérants qui ne fit que passer et mourut peu après, mais qui entoura néanmoins son lot d’un mur. Son fils y laissa un vaste espace libre, peut-être destiné à parquer les chameaux, puisqu’on nous dit qu’il était comme le Mirbad, mais y édifia un logement (manzil) qui peut aussi bien avoir été destiné à accueillir les voyageurs. Ce fut seulement le petit-fils, bien en cour à Damas, auprès de ‘Abd al Malik, donc sous le gouvernorat de ‘Abd al ‘Azīz ibn Marwān, qui fit construire à Fusṭāṭ, par un homme de confiance, une somptueuse dār à laquelle était adjoint un bain où l’on accédait directement de l’intérieur par une poterne. Les murs eurent une épaisseur de deux coudées d’architecte (soit environ 1,30 m), ce qui laisse supposer la présence d’un étage. On connaît l’anecdote célèbre qui relate la construction d’une pièce en étage (gurfa) par un nouveau citadin, très peu de temps après la Conquête, ce qui provoqua une intervention du calife ‘Umar auprès de ‘Amr ibn al ‘As, pour lui enjoindre de la faire détruire, s’il s’avérait que le propriétaire avait vue sur les maisons voisines. Ibn ‘Abd al Ḥakam n’a retenu que la position juridique du calife50. Ibn Duqmāq raconte comment l’étage ne fut pas détruit. On plaça un homme de taille moyenne debout sur un lit (sarīr : ce qui implique l’adoption rapide de cet élément d’ameublement de la maison), pour voir s’il pouvait de là observer son voisin, et l’homme ne put atteindre les fenêtres51 qu’on doit donc supposer ménagées assez haut dans une salle de plafond relativement élevé. Pour en revenir à la Dār al Silsila, la présence d’un étage est d’autant plus probable, qu’Ibn ‘Abd al Ḥakam nous dit que l’on fit à cette dār une qā‘a (qu’est-ce qu’une qā‘a à cette époque ?) de plan circulaire ou semi-circulaire (qā‘a mustadīra) « sur laquelle aucune construction ne fut édifiée », ce qui implique vraisemblablement qu’il y avait au moins un étage sur d’autres parties de la dār et que la qā‘a, elle, ne fut pas surmontée d’un étage parce qu’en elle-même elle devait être assez haute. Un des ornements de cette dār était une vasque de marbre qu’on situera volontiers au milieu d’une cour, puisque les jours de fête on la remplissait d’une boisson douce, et qu’on plaçait là des brocs pour que les gens puissent y puiser ; et c’est autour de cette cour qu’on situera aussi, en péristyle, cet ensemble de colonnes de marbre, dont Ibn ‘Abd al Ḥakam dit que la dār était pourvue (tudawwaru bi ‘umud ruḫām). Le propriétaire, venu de Damas, trouva qu’il lui manquait encore un oratoire (masğid), qu’il fit édifier à côté de la dār, aussi somptueux « que le Palais de Dukkān »52. L’oratoire fut relié à la dār par une galerie (furğa, terme qui implique qu’on pouvait de là observer une cour ou la rue), où le propriétaire eut par la suite plaisir à se tenir53. Tel fut l’état primitif de cette dār, construite vers la fin du viie siècle, avant les nombreuses adjonctions des propriétaires postérieurs. On voit que, très vite, Fusṭāṭ a cessé d’être un ensemble de tentes et de constructions légères. Dans cette dār, il nous semble qu’on doit supposer la construction à cour d’origine hellénistique ou romaine, peut-être modifiée par une tradition égyptienne déjà existante, que le terme incertain de qā‘a pouvant être appliqué à toute grande salle couverte, n’indique d’ailleurs pas nécessairement.

  • 54 Kitāb al intiṣār, IV, p. 10.
  • 55 Ibidem.
  • 56 Kitāb al intiṣār, IV, p. 11.
  • 57 Cf. supra, J. Revault. A Fusṭāṭ, quelques vestiges datent peut-être de cette époque : cf. Hasan Mu (...)

9Mais il est évident que seuls quelques très riches notables pouvaient se permettre de faire orner leur maison de colonnes, enlevées vraisemblablement à des édifices religieux ou privés antérieurs, et qui furent de plus en plus rares. D’autre part, au delà du personnel administratif, en majorité d’origine égyptienne, sauf dans les très hauts postes, les détenteurs du pouvoir politique, les gouverneurs et leur entourage, venaient d’Iraq et durent avoir tendance à introduire des habitudes de construction qui leur étaient familières, bien avant qu’Ibn Tūlūn ne parvienne au pouvoir. Comment était la dār de Hartama54, nommé émir d’Égypte par Harūn al Rašīd en 794-795 ; et celle de ‘Isā ibn Manṣūr al Ḥurāsānī55, nommé émir d’Égypte en 831-832 ? Même Ibn Ṭūlūn eut sa dār, (qui devint par la suite le siège du préposé à la police du Haut-Fusṭāṭ), avant d’aller s’installer dans son palais56. L’autonomie politique tulunide par rapport à l’Iraq ne provoqua en réalité qu’un surcroît d’imitation de ce centre de la civilisation, phénomène qui se reproduira. Les fouilles de Fusṭāṭ témoignent de cet état de l’évolution. La tradition irakienne de la maison à cour, telle que les fouilles de Herzfeld l’ont découverte à Samarra avec ses caractéristiques salles en Τ dont on a vu la description plus haut57, s’impose en force, greffée sur des antécédents qui n’en étaient vraisemblablement pas bien éloignés.

  • 58 Balāḏurî, Futūḥ albuldān, p. 312.
  • 59 Communication de M. Balty.
  • 60 Futūh Miṣr, p. 100, par exemple, à propos de la Dâr al Raml ; p. 135.
  • 61 Par exemple Creswell, Early Muslim Architecture, II, p. 282, reprenant Herzfeld sur les maisons de (...)
  • 62 Kitāb al intiṣār, IV, p. 10-11.
  • 63 En temps ordinaires, elle devait être ouverte, comme la domus romaine, aux clients.
  • 64 Maqrīzī, Ḫiṭaṭ, I, p. 316.
  • 65 R. Etienne, Le quartier Nord-Est de Volubilis, Paris, 1960, p. 118-119.
  • 66 D. Whitehouse, Excavations at Siraf, Second interim Report, Iran, VII, 1969, p. 49, et Excavations (...)

10Il nous semble donc que, pendant une première période, qu’on peut définir comme celle de l’Égypte pré-fatimide, le type de la dār, dans la mesure où ce mot signifie la riche habitation privée, est celui de la maison à une ou plusieurs cours, qui trouvent dans l’adoption des plans samarriens sa forme définitive. On remarquera que ce plan ne nous livre pas nécessairement le secret de l’utilisation de l’espace domestique, car il n’est pas évident que la famille arabo-musulmane ait aussitôt découvert dans cet espace clos, d’origine méditerranéenne, le cadre idéal répondant à l’impératif de cacher et de garder les femmes, point faible de l’honneur envoyait les contingents arabes en garnison dans les maisons d’Alexandrie, il craignait qu’ils ne les abîment58, et les fouilles menées sur le site d’Apamée de Syrie nous renseigneront peut-être sur la façon dont les nouveaux venus, pendant un temps assez long, utilisèrent l’espace des grandes dār59. Certains passages d’Ibn ‘Abd al Ḥakam donnent à penser qu’il pouvait y avoir plusieurs familles par dār60, et il nous paraît par conséquent hasardeux de déduire de la présence de deux cours dans une dār tel usage exclusif de l’une ou de l’autre61. Que certaines parties de la dār aient été plus « privées » que d’autres, ce n’est pas niable pour la dār musulmane de cette époque, non plus que pour les maisons d’habitation dans bien des civilisations. Mais la distinction ottomane entre haramlik et salamlik, qu’on est tenté d’appliquer dès le début aux parties de la maison, ne semble guère justifiée par des textes précis nous renseignant sur l’habitat domestique avant la fin des temps médiévaux, du moins en Égypte. Aussi est-il plus prudent d’en user avec ménagements. Sans doute les femmes étaient logées à part dans la famille dirigeante. Ahmad ibn Ṭūlūn avait acheté une dār où son fils Humārawayh logea ses femmes62 ; mais c’était précisément une construction indépendante, un palais pour les princesses, et non une partie de la dār où on les enfermait. La dār des grands était dans certaines circonstances largement ouverte aux moins fortunés, comme on a vu pour la Dār al Silsila au moment des fêtes63, et comme c’était le cas aussi pour la résidence palatine d’Ibn Ṭūlūn64 que Maqrīzī appelle encore parfois “ dār ”. On ne peut non plus arguer de la fameuse entrée coudée faite pour dissimuler la vue des femmes des croyants aux regards des passants : l’entrée coudée, issue probablement de la tradition hellénistique, est déjà présente dans certaines maisons romaines de Volubilis65, alors qu’elle ne semble pas utilisée pour l’entrée des maisons de la ville musulmane de Sirāf, au ixe siècle, où, de surcroît, la cour est souvent ouverte par deux portes sur deux côtés se faisant face, et apparaît davantage comme un espace de circulation que comme une zone où l’on vit66. Il n’y a sans doute pas plus de fenêtres au rez-de-chaussée, donnant sur des rues souvent étroites, sales et nauséabondes, à Sirāf qu’à Fusṭāṭ, mais on sait qu’à Sirāf les étages s’ouvraient sur l’extérieur. En attendant que soit menée une étude approfondie dont on ne fera pas l’économie, ces quelques remarques n’ont pour but que de nous interdire de projeter sur les plans d’habitations que les fouilles ont révélés à Fusṭāṭ, et qui sont évidemment des documents sûrs, une idée peut-être anachronique de l’utilisation de ces dār.

Planche L

Planche L

Maisons de Fustat et de Samarra (d’après Lézine, Persistance de traditions pré-islamiques dans l’architecture domestique de l’Égypte musulmane, Ann. Islam, 1972, p. 3).

  • 67 Al Kindī, Kitāb al Wulāt, ed. Guest, p. 49.
  • 68 Futūḥ Miṣr, p. 99.
  • 69 J. Sauvaget, Alep, Paris, 1941, p. 78.
  • 70 Ibn Hawqal, Kitāb sūrat al ard, ed. Kramers (B.G.A., II) p. 146 ; tr. G. Wiet, Configuration de la (...)
  • 71 Al Kindī, Kitāb al Wulāt, p. 124.
  • 72 La question est posée par Goitein (Urban housing, loc. cit., p. 15).
  • 73 Al Muqaddasī, Aḥsan al taqāsim fī ma‘rifat al aqālim (B.G.A., III) p. 198 ; tr. A. Miquel, in L’Ég (...)
  • 74 Cf. par exemple, Creswell, Early Muslim Architecture, I, p. 341, 540.
  • 75 Al Muqaddasī, ibidem, p. 200/tr. Miquel, p. 119.
  • 76 Al masālik wa-l mamālik, p. 39.
  • 77 A. Lézine, Persistance de traditions pré-islamiques dans l’architecture de l’Égypte musulmane, Ann (...)
  • 78 Cf. Musabbihī, Tome quarantième de la Chronique d’Égypte, ed. Ayman Fu’ad Sayyid et Th. Bianquis, (...)
  • 79 Al Muqaddasī, ibidem, p. 202/tr., p. 123.
  • 80 Yāqût, Mu’ğam al buldān, Beyrouth, 1957, IV, p. 265.

11Enfin, il est évident que le vocable dār ne recouvre pas uniquement les habitations aisées à cour : Al Kindī relate, en 687, la construction par ‘Abd al ‘Azīz ibn Marwān, de la Dār al Mudahhaba qui semble être une construction à destination commerciale67, de même que Sa’d ibn Abī Waqqās possédait sur le Mawqif une dār connue sous le nom de “ Funduq68 ; on peut encore admettre, dans ces deux cas, qu’il s’agit de bâtiments à cour dérivés du modèle hellénistique : l’utilisation de ce modèle pour les constructions à usage commercial a été suggérée en un autre contexte, on le sait, par Jean Sauvaget69. Mais que penser de cette énorme Dār ‘Abd al‘Azīz, ensemble de logements sans doute loués, également sur le Mawqif, qu’a encore connu Ibn Ḥawqal70, à la fin du xe siècle, et qu’il attribue à tort à ‘Abd al ‘Azīz ibn Marwān (on ne prête qu’aux riches), alors qu’elle fut sans doute édifiée par un gouverneur de Fusṭāṭ en 781-782 ?71 A-t-on retrouvé, par partition des grandes dār72, la tradition des grands immeubles locatifs à plusieurs appartements ? On sait qu’appartement se dit à cette époque “ ṭabaqa ”, vocable qui sert également à désigner les étages, et S.D. Goïtein a suggéré que ces dār à huit ṭabaqa que décrit par exemple al Iṣṭaẖrī, pouvaient n’être que des dār à huit appartements. Mais al Muqaddasī, qui réduit, il est vrai, leur nombre à quatre ou cinq, précise bien « étage sur étage », et il les attribue à ces dār qui sont « hautes comme des minarets prenant la lumière par le milieu »73. En fait les maisons à étages n’ont jamais été une étrangeté dans le monde méditerranéen74. Les logements qu’il décrit comme « étroits » et « exigus »75 sont-ils hérités de ceux qu’abritaient les immeubles alexandrins antiques ? Mais Fusṭāṭ est maintenant une trop grande ville pour que nous prétendions parvenir à recenser les types sans doute très variés de ces constructions habitables et encore moins rattacher à une évolution unique, l’histoire de son habitat. La ville elle-même est diverse. La description trop concise d’al Iṣṭaẖrī peut être lue comme opposant à une « ville haute » sans doute assez populaire (car loin de l’eau), comprenant, entre autres, le Mawqif, à propos de laquelle sont décrites les maisons à multiples ṭabaqa, une autre ville, proche des ḥamrā, étalée le long du Nil76 (une « ville basse » plus aisée, peut-être) dont les fouilles nous ont révélé une partie et qui semble surtout composée de maisons à cour et ne comportant en général qu’un seul étage. Lézine était bien conscient de ce double caractère de Fusṭāṭ, qui aurait voulu atteindre, par la prospection archéologique, le Fusṭāṭ des maisons-tours77. On sait que chacune de ces parties de la ville eut sa propre police78, et peut-être sa population et ses sympathies idéologiques79. Certains géographes, au lieu de « Fusṭāṭ-haut » et « Fusṭāṭ-bas » employaient aussi par la suite « Fusṭāṭ-est » et « Fusṭāṭ-ouest »80, qui semble moins adéquat. Mais l’évolution ultérieure de l’habitat parait être venue d’ailleurs, essentiellement des conséquences de la nouvelle fondation Fatimide.

Notes

1 Strabon, XVII, 435.

2 C.H. Kraeling/F.M. Biebel, Gerasa City of the Decapolis, American School of Oriental Research, New Haven, 1938, p. 328.

3 Cf. A.P. Zivie, Les carrières et la butte de Yak, Revue d’Égyptologie, 30, 1978, p. 151-162.

4 Cf. Drioton, Les origines pharaoniques du Nilomètre de Rodah, B.I.E., 34, 1953, p. 310-314 ; J. Yoyotte, Prêtres et sanctuaires du nome héliopolite à la basse époque, B.I.F.A.O., 54, 1954, p. 85 ; Lexicon der Ăgyptologie, I, Wiesbaden, 1975, p. 592.

5 Strabon, XVII, 807.

6 Ibn Sa’ īd, Al Muġrib fī hulā al Maġrib, Le Caire, 1953, p. 1 ; Ibn Duqmāq, Kitāb al intiṣār, IV, p. 3.

7 Cf. K.A. Creswell, Early Muslim Architecture, 1969, I, p. 36, n. 8.

8 Ibn Duqmâq, Kitāb al intiṣār, IV, p. 91.

9 A.R. Guest, The Foundation of Fustat and the Khittahs of that town, J.R.A.S., 39, 1907, p. 49-83.

10 Maqrīzī, Ḫiṭaṭ, I, p. 340.

11 Maqrīzī, Ḫiṭaṭ, I, p. 298.

12 Maqrīzī, Ḫiṭaṭ,, I, p. 288.

13 Maqrīzī, Ḫiṭaṭ, I, p. 286.

14 Ibn Duqmāq, Kitāb al intiṣār, V, p. 44.

15 Guest, loc. cit., p. 62.

16 Ibn ‘Abd al Ḥakam, Futūh Miṣr wa aẖbāruha, ed. Torrey, p. 129.

17 Cf. Yusuf Kamal, Monumenta, II, p. 236.

18 Ibidem, II, p. 391.

19 P. Jouguet, La vie municipale dans l’Égypte romaine, 1911, p. 47 ; à rapprocher de G. Scanlon, Fustat Expedition : Preliminary Report, 1966, J.A.R.C.E., 10, 1973, p. 13.

20 Cf. S.D. Goitein, Urban housing in Fatimid and Ayyubid times, Studia Islamica, 47, p. 14.

21 Strabon, XVII, 807.

22 Herodote, II, 112 et 154 ; cf. Jouguet, loc. cit., p. 287.

23 Cf. Lexicon der Agyptologie, art. Haus, p. 1055 et J. Revault, supra.

24 Strabon, XVI, 768.

25 Balāẖurī, Futūḥ al buldān, Beyrouth, 1957, p. 312.

26 Strabon, XVI, 757.

27 Strabon, V, 235.

28 Corpus Scriptorum Historiae Byzantinae, 48, II, p. 96-97, cf. G. Lumbroso, L’Egitto dei Greci e dei Romani, Rome, 1895, p. 199 ; sur la date du séisme, cf. V. Grumel, Traité d’Études Byzantines, I, La Chronologie, 1958, p. 478.

29 P.M. Fraser, A. Syriac Notitia Urbis Alexandrinae, Journal of Egyptian Archaeology, 37, 1951, p. 103-108.

30 Ducange, Glossarium, p. 154. Je remercie ici le Professeur Guillaumont pour sa suggestion, et M. R.G. Coquin, pour avoir bien voulu revoir le texte syriaque et m’indiquer les transcriptions.

31 Strabon, XVI, 757, 768.

32 Sur les antécédents de la dâr, cf. aussi, J. Revault, Palais et demeures de Tunis (xvie et xviie s.), C.N.R.S., 1967, p. 44.

33 H.I. Bell, Greek Papyri in the British Museum, IV, The Aphrodito Papyri, Londres, 1910, p. 13, à propos du n° 1 342 ; (traduction in Translations of the Greek Aphrodito Papyri in the British Museum, Der Islam, II, 1911, p. 274).

34 H.I. Bell, The Aphrodito Papyri, The Journal of Hellenic Studies, 28, 1908, p. 116. On peut toutefois se demander si, du fait que le constructeur de cette aula est Yaḥyā ibn Ḥanẓala qui, à la même époque, agrandit la mosquée, il est absolument necessaire de déduire qu’il s’agit du même batiment, alors que le mot masğid est employé ailleurs (cf. n° 1341, 1368, 1403, 1433). Cette aula située sur le bord du fleuve ne pourrait-elle être le Dâr al Šaṭṭ ou « Palais de la Rive » dont parle al Muqaddasî (Ahsan al taqâsim, B.G.A., III, 199) ?

35 Sur les rapports antérieurs de la maison hellenistique à péristyle avec l’Orient et l’Égypte, cf. R. Vallois, L’Architecture hellenique et hellenistique à Délos, Paris, 1966, p. 211, note 7.

36 Ibn ‘Abd al Ḥakam, Futuḥ Miṣr, p. 113.

37 Aslam ibn Sahl al Razzaz, Tarikh Wâsit, Baghdad, 1967, p. 76 : cf. Mondher Sakly, Essai d’exploitation historique d’un recueil de traditions : le « Tarikh Wasit » d’Aslam ibn Sahl al Razzaz (mort en 292/905), Aix-en-Provence, 1979, dactylographié, p. 134.

38 Ibn ‘Abd al Ḥakam, Futūḥ Miṣr, p. 136.

39 Ch. Coquin, Les édifices chrétiens du Vieux-Caire, I, Le Caire, 1974, respectivement p. 66, 93, 118, 133.

40 History of the Patriarchs, ed. B. Evetts, Patr. Orient., V, p. 168 ; il s’agirait de la partie située au Sud de la mosquée de ‘Amr.

41 Maqrīzī, Ḫiṭaṭ, II, p. 143.

42 Ya’qûbî, Kitāb al buldān (B.G.A. VII), p. 330-331 ; tr. Wiet, p. 184.

43 Ḫiṭaṭ, II, p. 152-156, cf. K.A. Creswell, Early Muslim Architecture, II, 1940, p. 329.

44 Al Iṣṭaẖrī, Al masālik wa-l mamālik, Le Caire, 1961, p. 39.

45 Balāḏurī, Futūḥ al buldān, p. 299.

46 Ibn ‘Abd al Hakam, Futūḥ Miṣr, p. 96.

47 Ibn Duqmāq, Kitāb al intiṣār, IV, p. 5.

48 Ibn ‘Abd al Ḥakam, Futūḥ Miṣr, p. 97 ; Ibn Duqmāq, Kitāb al antisār, IV, p. 7.

49 Futūḥ Miṣr, p. 135-136.

50 Futūḥ Miṣr, p. 104, 107.

51 Kitāb al intiṣār, IV, p. 6.

52 Cf. Ibn al Faqīh, Muẖtasar Kitāb al buldān (B.G.A., V) p. 60 ; tr. H. Massé, Abrégé du Livre des Pays, Damas, 1973, p. 63.

53 On lit furğa selon l’éditeur, et non tout uniquement farğa (cour) car il semble que c’est là un ensemble construit, volontairement placé (ğa’ala) entre le masğid et la dār.

54 Kitāb al intiṣār, IV, p. 10.

55 Ibidem.

56 Kitāb al intiṣār, IV, p. 11.

57 Cf. supra, J. Revault. A Fusṭāṭ, quelques vestiges datent peut-être de cette époque : cf. Hasan Muhammad al-Hawwārī, Une maison de l’époque toulounide, in Bulletin de l’Institut d’Égypte, XV, 1933, p. 79-87.

58 Balāḏurî, Futūḥ albuldān, p. 312.

59 Communication de M. Balty.

60 Futūh Miṣr, p. 100, par exemple, à propos de la Dâr al Raml ; p. 135.

61 Par exemple Creswell, Early Muslim Architecture, II, p. 282, reprenant Herzfeld sur les maisons de Samarra ; et The Muslim Architecture of Egypt, I, p. 122, 123, 125 pour les maisons de Fustat.

62 Kitāb al intiṣār, IV, p. 10-11.

63 En temps ordinaires, elle devait être ouverte, comme la domus romaine, aux clients.

64 Maqrīzī, Ḫiṭaṭ, I, p. 316.

65 R. Etienne, Le quartier Nord-Est de Volubilis, Paris, 1960, p. 118-119.

66 D. Whitehouse, Excavations at Siraf, Second interim Report, Iran, VII, 1969, p. 49, et Excavations at Siraf, Third Interim Report, Iran, VIII, 1970, p. 9-15 ; du même, The Houses of Siraf, Iran, Archaeology, XXIV, 1971, p. 255-262.

67 Al Kindī, Kitāb al Wulāt, ed. Guest, p. 49.

68 Futūḥ Miṣr, p. 99.

69 J. Sauvaget, Alep, Paris, 1941, p. 78.

70 Ibn Hawqal, Kitāb sūrat al ard, ed. Kramers (B.G.A., II) p. 146 ; tr. G. Wiet, Configuration de la Terre, 1964, p. 144.

71 Al Kindī, Kitāb al Wulāt, p. 124.

72 La question est posée par Goitein (Urban housing, loc. cit., p. 15).

73 Al Muqaddasī, Aḥsan al taqāsim fī ma‘rifat al aqālim (B.G.A., III) p. 198 ; tr. A. Miquel, in L’Égypte vue par un géographe arabe : Al Muqaddasī, Annales Islamologiques, XI, 1972, p. 117.

74 Cf. par exemple, Creswell, Early Muslim Architecture, I, p. 341, 540.

75 Al Muqaddasī, ibidem, p. 200/tr. Miquel, p. 119.

76 Al masālik wa-l mamālik, p. 39.

77 A. Lézine, Persistance de traditions pré-islamiques dans l’architecture de l’Égypte musulmane, Annales Islamologiques, XI, 1972, p. 4 et 18.

78 Cf. Musabbihī, Tome quarantième de la Chronique d’Égypte, ed. Ayman Fu’ad Sayyid et Th. Bianquis, Le Caire, 1978, p. 70.

79 Al Muqaddasī, ibidem, p. 202/tr., p. 123.

80 Yāqût, Mu’ğam al buldān, Beyrouth, 1957, IV, p. 265.

Table des illustrations

Titre Planche XLIX
Légende Fustat, première phase de l’histoire du site urbain médiéval : la capitale de la province d’Égypte. (Nous avons choisi d’illustrer les diverses phases de l’histoire du site urbain par des schémas dessinés sur un fond de carte emprunté au Survey et enregistrant l’état du Caire en 1892 ; ils n’ont, de ce fait, aucune prétention à l’exactitude ; en particulier, les rives et les îles du Nil, dont on sait qu’elles ont beaucoup varié depuis les temps médiévaux, ont leur tracé de la fin du xixe siècle, et n'ont pas été rectifiées).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3096/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 562k
Titre Planche L
Légende Maisons de Fustat et de Samarra (d’après Lézine, Persistance de traditions pré-islamiques dans l’architecture domestique de l’Égypte musulmane, Ann. Islam, 1972, p. 3).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3096/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 220k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter