Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Palais et maisons du Caire. Tome I

 | 
Jean-Claude Garcin
, 
Bernard Maury
, 
Jacques Revault
, 
et al.

2e partie. Habitat médiéval et histoire urbaine à Fustat et au Caire

Introduction à la deuxième partie

Texte intégral

INTRODUCTION

1Le relevé systématique des palais et maisons du Caire, ou de ce qu’il en reste, répond au besoin, né des circonstances, d’enregistrer avec précision et d’étudier des constructions menacées avant qu’il ne soit trop tard et de conserver ce qui doit l’être en raison du témoignage qu’il constitue sur le passé. Il va sans dire que l’architecture domestique, des fouilles d’Ali Bahgat et de Gabriel aux études de Pauty et de Lézine, n’est pas exactement ce qu’on pourrait appeler un « parent pauvre » dans l’histoire architecturale cairote. Mais, moins bien épargnée par les hommes au cours des siècles parce que davantage liée à leur vie, et, partant, moins prestigieuse, elle n’apparaît que de loin en loin dans les ouvrages consacrés à l’évolution de l’art de construire et de décorer. Il n’est que de parcourir les belles et patientes études de Creswell pour s’en convaincre. C’est qu’elle ne peut fournir, de façon continue, et pour cause, les signes dont a besoin l’histoire pour reconnaître les principales étapes de l’évolution dans l’art. Du fait qu’elle s’offre moins facilement aux investigations des modernes, on ne concluera évidemment pas à un moindre rôle joué dans l’histoire architecturale elle-même. La question doit au moins rester ouverte. D’autre part, tant de ressources économiques ont été investies dans des constructions civiles que celles-ci doivent bien fournir leur part d’enseignement sur le fonctionnement de la société qui les a vu naître. On sait enfin assez maintenant ce que l’habitat exprime des préoccupations et de la mentalité de celui qui le crée, pour négliger ce type de document sur les sociétés du passé. Ce n’est donc pas seulement les circonstances qui auraient dû inciter à un relevé architectural précis, et davantage, à un essai de compréhension, même s’il doit être encore bien imparfait, de ces monuments un peu oubliés.

  • 1 J. Revault, B. Maury, M. Zakariya, Palais et Maisons du Caire du xive au xviiie siècle, I, II, III (...)
  • 2 E.W. Lane, Manners and Customs, p. 4-22.
  • 3 Nous tenons à dire combien nous devons aux échanges de vues, sur le terrain avec les autres membre (...)
  • 4 C’est au cours d’une mission au Caire en 1978, que nous nous sommes efforcés de choisir, parmi les (...)
  • 5 G. Wiet, Cairo, City of Art and Commerce, 1964.
  • 6 J. Abu-Lughod, Cairo, 1971, p. 1-55.
  • 7 Dans l’Encyclopédie de l’Islam, les articles Al-Fusṭāṭ (J. Jomier) et Al-Kāhira (J.M. Rogers) ; S. (...)

2Une présentation satisfaisante de l’architecture civile médiévale en Égypte, et même du peu qu’il en reste, ne peut toutefois que s’élaborer lentement, et être sujette, pour le moment, à des révisions nombreuses. En ce qui nous concerne, tout devait donc commencer par le relevé des architectes et analystes des formes mettant en œuvre leur métier et ne pouvant évidemment le faire, pour présenter un premier inventaire de ces formes et les comprendre, sans avoir recours à un minimum de renseignements historiques dont on s’était contenté jusqu’à présent1. Il était fatal, en particulier, que leurs travaux rendent compte des palais médiévaux en se servant d’un vocabulaire et d’une conception des constructions, empruntés essentiellement à une étape plus tardive de cette architecture civile qu’on a tendance à analyser comme si elle n’avait pas évolué, à travers l’image que donnent d’elle les palais de l’époque ottomane ou les maisons cairotes du début du xixe siècle, dont l’ouvrage de Lane livre la clé2. Ces études et relevés ont donc été publiés. L’historien, sollicité de reprendre à neuf la recherche, et confronté à cette documentation maintenant précise, doit rassembler ce que les progrès des investigations entreprises dans les textes et documents continuent d’apporter, complétant les bilans architecturaux qui sont présentés ici par J. Revault, après que la confrontation des connaissances de chacun ait sans doute incité les architectes à modifier leur vision première des constructions (et aidé l’historien à établir la sienne)3. Si le restaurateur et le maçon devaient participer un jour à l’effort de cette équipe, on sait bien qu’ils contribueraient aussi, entre autres, à faire évoluer les points de vue établis précédemment. Mais, pour en rester à la compréhension historique de ces palais, il faut dire combien elle est provisoire, si l’enregistrement des plans et des coupes est, lui, définitif. On le verra, l’architecte ne peut comprendre ces bâtiments d’époque mamelouke (xive et xve siècles), les plus anciens à émerger encore du sol, sans savoir de quelle évolution ils sont le fruit ; et la connaissance de cette évolution en Égypte, évolution des structures bâties et des procédés de construction, doit remonter très loin dans le passé, jusqu’aux époques pharaoniques et gréco-romaines, pour lesquelles l’étude de ce genre de problème n’est sans doute pas terminée. Pour l’architecture civile de l’époque arabe, les conclusions définitives des travaux menés par G. Scanlon à Fusṭāṭ ne sont pas encore connues et la publication de l’étude des documents de la Geniza par S.D. Goïtein n’est pas achevée, en particulier ce qui concerne l’habitat, qui doit contribuer de façon si importante à notre connaissance de l’architecture civile pour la période juste antérieure aux premiers palais répertoriés ici. Le travail sur les actes de waqf mameluks envisagé du point de vue des renseignements qu’ils peuvent apporter sur l’évolution de l’architecture commence à peine. Les sondages que nous avons faits dans l’ensemble de documents conservés à la Citadelle du Caire ne peuvent donner que des indications4. D’une façon plus générale, une histoire précise du Caire médiéval reste à écrire. Depuis l’étude de Clerget, qui n’a fait qu’ouvrir la voie, seul le petit livre de G. Wiet5 et le début de l’ouvrage de J. Abu-Lughod, consacré au Caire médiéval6, ont, avec quelques articles7, aidé à préciser de façon utile l’évolution urbaine. Les conclusions toujours provisoires de l’historien risquent donc d’être ici plus éphémères encore.

3Dans l’attente d’une histoire à venir de l’architecture domestique en Égypte, on ne peut cependant se contenter de présenter ces documents architecturaux comme de simples matériaux, sans tenter d’indiquer ce qu’ils signifient pour la société dont ils furent les créations, sans doute ; mais aussi par contraste, par rapport aux constructions de même usage qui les ont précédés : dans ce contraste se trouve une partie de leur sens, et donc aussi la clé du témoignage qu’ils portent sur ceux qui les ont fait exister. Certains types de construction dans les deux derniers siècles de ce qu’il est convenu d’appeler le Moyen Age, paraissent hérités de périodes antérieures, mais sans qu’on sache toujours très bien si les mêmes noms ne recouvrent pas des réalités architecturales différentes. Entre ces deux siècles même, un changement dans l’architecture domestique semble se produire, dont il est difficile d’évaluer la portée (qui nous paraît assez grande), si l’on n’essaie pas de savoir si des mutations du même ordre de grandeur se rencontrent antérieurement. A partir d’une collecte, qui ne se veut pas exhaustive, des renseignements les plus accessibles que les grandes sources classiques de l’histoire de l’Égypte pré-moderne mettent à notre disposition, l’historien doit au moins s’efforcer de déceler les grandes lignes d’une évolution, et de présenter quelques hypothèses, peut-être utilisables pour les recherches futures. La mise en perspective de ces constructions du xive et xve siècles, dans la longue durée de l’histoire architecturale et sociale, paraît seule susceptible de leur donner une signification au moins provisoire, tant que des études plus approfondies n’auront pas été faites. D’autre part, dans la mesure où il s’agit de constructions domestiques, qui sont le tissu même de l’agglomération urbaine, il nous a semblé possible de nous guider dans cet effort pour retrouver le sens de l’évolution architecturale, sur l’histoire de la capitale égyptienne elle-même, bien que celle-ci, on l’a dit, soit encore insuffisamment connue. Nous avons donc lié systématiquement ces deux ordres de faits, premières hypothèses, que les recherches ultérieures nuanceront au moins, dans cette brève étude destinée à accompagner le bilan des travaux menés par l’équipe des Palais et Maisons du Caire.

Planche XLVIII

Planche XLVIII

Le site du Caire médiéval entre Memphis et Héliopolis (les trois rectangles tracés sur la carte indiquent comment se situent, les uns par rapport aux autres, les 3 schémas qui vont suivre et qui enregistrent les 3 principales phases de l’histoire du site urbain médiéval ; on sait que, peu à peu, la ville s’est déplacée vers le Nord).

Notes

1 J. Revault, B. Maury, M. Zakariya, Palais et Maisons du Caire du xive au xviiie siècle, I, II, III, Le Caire, 1975-1979.

2 E.W. Lane, Manners and Customs, p. 4-22.

3 Nous tenons à dire combien nous devons aux échanges de vues, sur le terrain avec les autres membres de l’équipe, particulièrement M. J. Revault et Mme M. Zakarya ; aux avis amicaux du Docteur M. M. Amîn, lorsque nous avons abordé la documentation des waqfs ; aux indications que nous ont données dans des domaines qui n’étaient pas les nôtres, M. Y. Kœnig, égyptologue, membre de l’I.F.A.O., et M. Ph. Leveau, Maitre-Assistant d’Histoire ancienne à l’Université de Provence : sans cette collaboration informelle née de la discussion, certains aspects de l’évolution que nous tentons d’étudier nous auraient échappé.

4 C’est au cours d’une mission au Caire en 1978, que nous nous sommes efforcés de choisir, parmi les quelques trois cents documents médiévaux conservés dans les Archives de la Citadelle, ceux qui nous ont paru les plus susceptibles d’introduire à une histoire de l’habitat ; nous n’avons complété qu’occasionellement ces références par d’autres puisées dans les Archives du Ministère des Waqfs, que nous avons pu consulter en 1980, lors d’une autre mission dont les objectifs étaient différents ; il ne peut donc s’agir que d’une étude exploratoire, même si nous avons essayé de présenter et d’exploiter des documents significatifs.

5 G. Wiet, Cairo, City of Art and Commerce, 1964.

6 J. Abu-Lughod, Cairo, 1971, p. 1-55.

7 Dans l’Encyclopédie de l’Islam, les articles Al-Fusṭāṭ (J. Jomier) et Al-Kāhira (J.M. Rogers) ; S.D. Goitein, Cairo : An Islamic City in the Light of the Geniza Documents, in Middle Eastern Cities, ed. I.M. Lapidus, Berkeley, 1969, p. 80-96 ; V. Meinecke-Berg, Eine Stadtansicht des mamlukischen Kairo aus dem 16. Jahrhundert, Mitteilungen des Deutschen Archäologischen Instituts Abteilung Kairo, 32, 1976, p. 113-132 ; B. Blanc, S. Denoix, J.C. Garcin, R. Gordiani, A propos de la carte du Caire de Mathéo Pagano, Annales Islamologiques, XVII, 1981, p. 203-285.

Table des illustrations

Titre Planche XLVIII
Légende Le site du Caire médiéval entre Memphis et Héliopolis (les trois rectangles tracés sur la carte indiquent comment se situent, les uns par rapport aux autres, les 3 schémas qui vont suivre et qui enregistrent les 3 principales phases de l’histoire du site urbain médiéval ; on sait que, peu à peu, la ville s’est déplacée vers le Nord).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3095/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 845k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable