Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Palais et maisons du Caire. Tome I

 | 
Jean-Claude Garcin
, 
Bernard Maury
, 
Jacques Revault
, 
et al.

1re partie. L’architecture domestique au Caire à l’époque mamelouke (XIIIe-XVIe siècles)

Période mamelouke circassienne (1382-1517)

Texte intégral

  • 1 G. Wiet, L’Egypte arabe, p. 511 et ss.

1Entre la fin du xive siècle et le début du xvie, la nouvelle dynastie des Mamelouks circassiens apparaît comme la suite naturelle de la dynastie précédente1. Elle conserve le même type de gouvernement et d’administration pour faire face au renouvellement des troubles intérieurs et des menaces extérieures. Aussi bien les constructions civiles et religieuses montreront-elles leur fidélité à un style devenu classique, en n’admettant que progressivement une prudente évolution architecturale et décorative.

  • 2 M. Delaporte, Description de l’Egypte, Paris, 1826, chap. VI, p. 115-127. De nombreux monuments so (...)

2Durant plus d’un siècle, la capitale continue à s’enrichir de monuments civils et religieux dans des limites élargies qui s’étendent surtout au Nord et à l’Ouest — vers Būlāq. Le style architectural qui s’y développe demeure imposant. Il gagnera en élégance et en raffinement ce qu’il perdra en puissance2.

  • 3 M. Delaporte, ibid., pp. 111-112.
  • 4 Ibid. Grand cimetière au désert de l’Est, distinct du cimetière Sud, (Qarafah). Un intérêt particu (...)

3« Toutes sortes de constructions — mosquées, palais, maisons, caravansérails, bains, fontaines — furent élevés en quantité et selon un goût inconnu à d’autres époques. Le Caire continua à être l’une des plus riches cités du monde »3. Cette richesse architecturale s’affirme encore davantage, avec l’élévation, à l’Est de la ville, des magnifiques tombeaux dédiés aux Mamelouks circassiens à partir du xive siècle4.

4Une telle expansion fera l’admiration des voyageurs étrangers et ne cessera d’être encouragée par les Sultans qui prêchent eux-mêmes d’exemple en qualité de bâtisseurs. Elle bénéficiera principalement des ressources exceptionnelles que procurera au commerce égyptien un trafic florissant entre l’Est et l’Ouest.

  • 5 M.S. Briggs, op. cit., p. 117. L’auteur présente Barqūq comme un protecteur des arts. Le mausolée (...)
  • 6 Rue al-Naḥḥāsīn. Voir supra.
  • 7 Avec entrée en chicane semblable à celle d’un palais. L’action du premier Sultan circassien dut se (...)
  • 8 Arcs opposés deux à deux — outrepassés et surhaussés —
  • 9 Emploi des stalactites dans les trompes de la coupole du Mausolée.
  • 10 Fontaine d’angle élevée en 1400-10. La coutume de cette adjonction sera maintenue par les Turcs ju (...)
  • 11 Arcs brisés outrepassés.

5C’est à l’intérieur de l’enceinte fatimide que le Sultan Barqūq éleva un collège religieux (1384-86)5, au voisinage immédiat des ensembles de même nature édifiés par Qalāwūn et al-Nāṣir Muḥammad6. Ses caractéristiques architecturales et décoratives permettent d’imaginer celles que devait également présenter le cadre princier du souverain : porche monumental rehaussé de marbre noir et blanc7, plan cruciforme du bâtiment avec ṣaḥn séparant les īwān aux arcs brisés outrepassés (et surhaussés)8, dallage et lambris de marbre de couleur, décor épigraphique et stalactites de pierre9, vitraux. Au cimetière de l’Est, Farağ ajouta à la tombe de son père Barqūq un couvent de Soufis (ẖānqā) et une fontaine publique surmontée d’une école coranique (sabīl-kuttāb)10. Ainsi apparut une nouvelle forme architecturale agrémentée, à l’étage, par des fenêtres géminées11.

  • 12 Ibid. p. 119. On le disait épris d’étude et d’architecture.
  • 13 J.M. Rogers, al-Kahira, p. 450.
    Des arcs brisés surhaussés divisent la salle de prières et entouren (...)
  • 14 J.M. Rogers, op. cit., p. 451. Transformation rapide du māristān en mosquée.

6Au Sultan Al-Mu’ayyad Šayẖ on doit aussi la fondation de monuments prestigieux, rappelant les constructions grandioses des Mamelouks bahrites (1412-21)12. Les circonstances difficiles de son règne l’y incitèrent sans doute. Soucieux de rétablir l’ordre à ses frontières, il estima nécessaire d’affirmer aussitôt son autorité en dotant la Capitale de nouveaux bâtiments imposants par leurs proportions et la noblesse de leur style classique. Ce furent notamment, près de Bāb Zuwayla, la dernière grande mosquée élevée au Caire13 et, aux abords de la Citadelle un māristān14 montrant, dans sa façade extérieure et ses arcs inférieurs, les éléments essentiels du Palais de Yašbak, inspirés eux-mêmes, nous l’avons dit, des Palais de la Citadelle. Ce sont là, sans doute au début du xve siècle, les ultimes manifestations architecturales importantes demeurées fidèles au style mamelouk bahrite.

  • 15 Ornée d’entrelacs compliqués, la coupole de son mausolée diffère des coupoles plus anciennes à can (...)

7Le Sultan Barsbây laissera à la Capitale des mosquées ainsi qu’une madrasa à plan cruciforme dans le quartier central sans compter un imposant mausolée au Cimetière de l’Est (1422-38)15.

  • 16 J.M. Rogers, ibid., p. 452. Développement particulier de la coupole.
  • 17 Lane-Poole, op. cit., p. 114. Il gouverna l’Egypte plus longtemps que ne l’avait fait aucun prince (...)
  • 18 F. Fabri, Le voyage en Egypte de Felix Fabri, 1483, 3 vol. « Collection des Voyageurs occidentaux (...)
  • 19 M. S. Briggs, op. cit., p. 114.

8La seconde partie du xve siècle apparaît comme la plus belle période de l’architecture mamelouke circassienne16. Grâce à son long règne (1468-96), Qâytbây multiplia les fondations de mosquées, madrasa, fontaines publiques, palais et wakāla17. L’activité commerciale et la prospérité de la Capitale lui en fournirent les moyens18. « Il consacrait une large part de ses ressources à élever de merveilleuses constructions, dans lesquelles l’architecture apparaît sous l’aspect le plus raffiné et le plus gracieux »19.

  • 20 Infra.

9A l’instar des grands sultans mamelouks qui l’avaient précédé, Qâytbây apporta tous ses soins à l’entretien et à l’embellissement des Palais de la Citadelle qu’il occupa à son tour. Sans doute y favorisa-t-il certaines innovations architecturales et décoratives. Elles serviront naturellement de modèle aux émirs, notables et riches commercants, dans la construction de leurs palais et de leurs demeures20.

10A cette période brillante on attribue plusieurs créations architecturales qui feront date et imposeront de nouvelles formes pour l’avenir :

  • Porche monumental surmonté d’un arc trilobé ;
  • Remplacement de la voûte d’arête par une voûte étoilée à quatre branches, à l’entrée des bâtiments importants (palais, mosquée, wakāla) ;
  • Disparition définitive des arcs au profit des kurdī dans les salles de réception (qā‛a)21 ;
  • Emploi des arcs brisés outrepassés — sur colonnes — dans les loggia des kuttāb (fenêtres géminées) et les lieux d’accueil surélevés (maq‛ad) — palais et riches demeures22.
  • Débordement sur les cours et les rues grâce aux balcons à encorbellement et moucharabieh ;
  • Développement de l’ornementation en marbre de couleur, pierre sculptée, bois doré et peint23.

11En dehors du Caire, l’architecture circassienne, à son apogée, marquera d’autres villes telles que Alexandrie, Damas, Alep et Jerusalem.

  • 24 M. J. Jomard, op. cit., p. 315-317. M. S. Briggs, op. cit., p. 115. L’intérêt que le Sultan Al-Gūr (...)
  • 25 Ibid., pp. 127-129. Monuments édifiés en 1503-4. Le maq’ad fermé qui y est annexé s’apparente au t (...)

12Le règne final de Qānṣūh al-Ġūrī montre encore de beaux monuments dont l’élégance et la grandeur ne sont pas inférieures à celles des réalisations précédentes24. On en connait surtout, au quartier al-Azhar, le remarquable ensemble que forment une mosquée-madrasa et un mausolée auxquels sont rattachés un sabīl-kūttāb, un couvent et une salle de cérémonie (maq‛ad) donnant sur une cour intérieure25.

  • 26 La situation de Capitale politique et commerciale du Caire était fondée jusqu’alors sur des rappor (...)

13A la veille de la conquête du Caire et de l’Egypte par les Turcs ottomans, ces monuments marquent la fin de la grande période architecturale des Mamelouks circassiens. Ils témoignent alors de la valeur des constructeurs et décorateurs conservée intégralement jusqu’à ce moment crucial26.

***

14Avant de présenter les transformations apportées, durant le xve siècle, à l’architecture domestique du Caire, il importait de rappeler l’avènement des nouveaux Sultans mamelouks circassiens et l’intérêt qu’ils continuèrent à manifester à l’égard de leur Capitale, son embellissement et l’élévation de nombreux édifices religieux et civils. Il ne faut pas oublier, en effet, que ce sont toujours les sultans et les émirs qui donnèrent, avec quelques riches notables, l’exemple des grandes constructions, édifiantes ou fastueuses. Dans les unes et les autres y apparaissaient les mêmes architectes, maîtres d’œuvre et artisans, ce qui peut expliquer, dans bien des cas, la persistance d’une curieuse ressemblance entre bâtiments destinés au culte ou à l’habitation, en raison de l’emploi de plans identiques, d’éléments de construction et de décor semblables.

  • 27 Léon l’Africain, Description de l’Afrique, 3 vol., Paris, 1896, pp. 503-504. De la ville d’Al Kāhi (...)

15Dans la riche cité populeuse qui borde les rives du Nil, l’essor considérable du commerce et de l’industrie artisanale favorisa naturellement la réalisation de nombreuses constructions élevées avec une grande unité de style. Bâtiments religieux, palais et luxueuses demeures se mêlaient dans les mêmes quartiers, surtout dans l’ancienne ville fatimide et le faubourg de Bâb Zuwayla, où s’activaient les commerçants dans de vastes wakāla et les artisans des souks dans leurs échoppes échelonnées le long des rues27.

  • 28 Une situation semblable se répétera plus tard avec le palais d'un Radwân bây au xviie siècle.
  • 29 E. Pauty, Les Palais et les maisons d’époque musulmane au Caire. Le Caire, 1933, p. 9 ; pp. 46-47. (...)

16Les riches négociants qui échangeaient leurs marchandises avec la Perse, l’Inde, l’Italie et l’Espagne rêvaient d’imiter le luxe des émirs. — Le très grand faubourg de Bâb Zuwayla, qui s’étend, à l’Ouest et au Sud de la ville, jusqu’à la Citadelle, ne renferme pas moins de 12 000 feux. Comme dans la cité, une population de choix y habite. « Beaucoup de gens ont leur boutique dans le faubourg et leur habitation dans la cité et réciproquement ». — Ceux-ci, de leur côté, se laissaient attirer, comme le Sultan lui-même, par les bénéfices que procurait, au Caire, un commerce florissant. D’où les constructions de nouvelles wakâla, annexées ou non à certains de leurs palais citadins, comme ce sera le cas pour Qâytbây ou Qānṣūh al-Ġūrī28. Dans ces nouvelles conditions économiques et sociales qui s’établissent à partir de Barsbāy, l’architecture domestique, nous dit E. Pauty, devient plus riche et plus élégante29.

  • 30 Voir infra. Cf. A. Lézine, Trois palais d’époque ottomane au Caire, Le Caire, 1972 ; J. Revault et (...)
  • 31 Voir infra.

17Bénéficiant d’influences architecturales et artistiques renouvelées, aux lieux mêmes d’échanges commerciaux, à l’Est et à l’Ouest, le nouveau mode d’habitation urbaine paraîtra si bien adapté aux coutumes et aux besoins de la haute société du Caire qu’il sera conservé aux siècles suivants30. Naturellement les modèles qui s’imposent restent l’œuvre du Sultan, à la Citadelle ou dans certains quartiers de la Capitale ; les émirs s’efforçant de les imiter dans leurs palais, ceux-ci servent à leur tour d’exemple aux notables qui en retiendront, tout au moins, la disposition générale et les éléments essentiels au moment de bâtir leurs belles demeures31.

Le Palais de la Citadelle (fin xive-xve siècle)

  • 32 Voir J.-C. Garcin, infra.

18A l’époque des Mamelouks circassiens, le palais de la Montagne reste la résidence du Sultan et des principaux émirs. Aucun changement n’intervient dans le lieu résidentiel du souverain et de sa cour. Dominant l’ensemble de la cité — ancienne et nouvelle — la Citadelle apparaît toujours comme l’endroit le plus sûr, le plus imposant, et le plus facilement défendable. Aussi bien les constructions grandioses qu’y ont édifiées al-Nāṣir Muhammad ibn Qalāwūn et ses successeurs semblent-elles pouvoir défier le temps. On doit certainement à leur solidité et à leur beauté le maintien et l’utilisation de ces monuments jusqu’à l’avènement de Mohammed Ali. On verra plus loin les transformations que les premiers monarques ont effectuées dans les palais32.

  • 33 Le voyage en Egypte de Joos van Ghistele (1482-1483). Publication de l’I.F.A.O., Le Caire, 1976, p (...)

19Vers la fin du siècle, le Sultan Qâyt bây profita certainement de son long règne (1468-1496) pour apporter à sa Résidence de la Montagne de nouveaux embellissements. A cette époque le luxe du palais ne semble pas avoir été ignoré de certains voyageurs contemporains. Nous devons à l’un d’eux, Joos van Ghistele, une description admirative à la suite de l’audience qui lui fut accordée par le Sultan ainsi qu’à ses compagnons de voyage33 : « Arrivés au palais, ils furent menés dans neuf ou dix beaux endroits, galeries et salles et arrivèrent ainsi devant une très belle maison d’été, toute travaillée avec de belles pierres de taille et ornée de peintures d’or, d’azur et de toutes sortes d’autres riches couleurs. De cette même maison, on peut voir à l’extérieur de deux côtés par de belles fenêtres grillagées, toutes dorées. On y voit des cours agréables, des jardins et des vergers regorgeant de toutes sortes de plantes et d’arbres fruitiers odoriférants. Il y a aussi beaucoup de fontaines, non pas naturelles mais artificielles, grâce auxquelles on arrose tous les jardins et les vergers dont on vient de parler. Et enfin, ils furent menés dans cette maison précitée qu’ils trouvèrent la chose la plus somptueuse du monde que l’on puisse imaginer. A l’intérieur tous les murs sont recouverts, ainsi que le pavement, de diverses pierres polies, comme du marbre, blanc, noir, rose, des serpentines, du porphyre, des cornalines et d’autres pierres précieuses de diverses couleurs. Murs et pavement sont aussi richement ornés de toutes sortes de peintures figurant des nœuds, des torsades, des compas et des arabesques, et aussi des ouvrages en mosaïque et d’autres difficiles à décrire. Au milieu de cette même maison, il y a un puits carré de la profondeur d’environ un genou et de la largeur d’environ trois ou quatre pas, où l’on conserve de l’eau toujours fraîche et où nagent de petits poissons. Le Sultan peut s’y rafraîchir les mains et les pieds quand il le désire. Le plancher de cette maison était recouvert de très riches tapis jonchés de coussins, certains recouverts de toile de lin, d’autres de soie et de velours et quelques-uns de drap d’or et d’autres encore de cuir d’Inde qui a une plus belle couleur et qui sent particulièrement bon. A cet endroit se trouvait le Sultan, assis sur un coussin, les jambes repliées, tout comme sont assis les tailleurs, il jouait aux échecs contre un de ses courtisans ».

  • 34 Ibid. p. 25. Joos van Ghistele sollicita auprès du Sultan, « des lettres de sauf-conduit pour pouv (...)

20On ne peut que reconnaître dans la description de cette somptueuse « maison » l’une des plus belles salles d’apparat (qā‛a) dans laquelle le Sultan aimait se tenir et recevoir ses visiteurs34. Sans doute, ce salon était-il surélevé afin de mieux bénéficier, grâce à ses ouvertures grillagées, de la fraîcheur de l’air extérieur et de la vue sur jardins et cours du palais.

  • 35 Voir infra.

21La distribution intérieure correspond bien à l’ordonnance classique de toute qā‛a35, avec la dūrqā ‛a centrale où le « puits » (bassin) s’entoure de dalles et de mosaïques en marbre de couleurs — répétées par les lambris — tandis que les deux īwān sont recouverts de tapis jonchés de coussins, au-dessous de plafonds dorés et peints.

  • 36 Le voyage en Egypte, op. cit.
  • 37 « ṭawāšī », mot qui signifie eunuque.
  • 38 Le voyage en Egypte de Felix Fabri ; 1483, II, I.F.A.O., Le Caire, 1975, p. 510-511.
    Felix Fabri qu (...)

22Ailleurs, c’est une autre salle noble que notre voyageur semble évoquer36, galerie de création probablement récente : «...lorsque le Sultan a été parti à la guerre, ou bien en pèlerinage, ou bien a fait un long voyage, et qu’il revient, la sultane ainsi que ses femmes (qui sont bien 5 à 600) accueillent le Sultan. Elles apparaissent dans une longue galerie, les unes jouent d’instruments divers, chacune suivant ses possibilités, les autres chantent diverses chansons et d’autres encore dansent suivant les coutumes du pays, ce qui est très agréable et surprenant à voir et à entendre. Et lorsque le Sultan monte dans cette galerie et se joint aux femmes et aux « Tavassin »37 chacun prend congé et s’en va, et on ne voit plus les femmes »38.

23Sur les palais de la citadelle à cette époque, on retiendra encore les détails suivants :

  • 39 Aḥmad Abd ar-Rāziq, op. cit., pp. 179-180.
  • 40 Ibid., « Al-Qalqashandī, Subh, III, p. 375 ». L’existence de jardins au milieu des palais de la Ci (...)
  • 41 Ibid., « Cette salle se situait d’après Popper dans le coin Nord-Est à l’intérieur de la Citadelle (...)
  • 42 Cette appellation de « salle suspendue » devait correspondre, comme jadis, à la surélévation de la (...)
  • 43 Ibid. D’après Popper, elle se trouvait à l’Ouest de la Porte secrète. Cf. Egypt and Syria, XV, p. (...)
  • 44 Ibid. Gaulmier, Zubda, p. 40. Un eunuque noir, émir de la timbalerie, dont les connaissances et l’ (...)

24« Les récits des historiens arabes démontrent que même les palais des sultans mamlouks comprenaient de multiples dépendances39, entre autres les appartements réservés aux princesses et aux concubines, connus sous le nom d’al-Ādur al-Šarīfa. Ils étaient entourés d’immenses jardins agrémentés d’arbres ombragés et dans lesquels vivaient des animaux et des oiseaux muticolores »40. Ḫalīl al-Zahirī, pour sa part, relate que le harem royal comportait, aux ixe/xve siècles, plusieurs salles qui méritent, écrit-il, une mention particulière. « Celle qu’on appelle la Grande Salle (al-Qā‛a al-Kubrā), et plus vulgairement la Salle des Colonnes (Qā‛a al-’Awāmīd) est le logement de la grande princesse (al- Ḫawand al-Kubrā)41. La Salle de Ramadan (Qā‛a Ramadan) est destinée à la seconde princesse. La salle de Muẓaffarīya (Qā‛at al-Muzaffarīya) est destinée à la troisième princesse. La Salle Suspendue (al-Qā‛a-l-Mu‛allaqa)42 est destinée à la quatrième princesse. Outre ces salles où logent les quatre femmes légitimes du Sultan, poursuit-il, il y en a une cinquième, la Salle des Berbères (al-Barbarīya)43 qui est destinée aux concubines sultaniennes44 ».

  • 45 Léon l’Africain, op. cit., pp. 513-514.
  • 46 Ibid. Cette Citadelle est une véritable cité royale.

25Le prestige que le Palais de la Citadelle ne cessa d’exercer aux yeux de l’aristocratie mamelouke admise à l’admirer ne manqua pas de frapper Léon l’Africain, au lendemain de la conquête ottomane45. « En dehors du Caire, dit-il, à côté du faubourg de Bab Zuaila se trouve la citadelle du Sultan, bâtie sur la pointe du mont Moqattam. Cette citadelle est entourée de hautes et solides murailles. Elle est environnée de merveilleux palais qu’il n’y a pas de mots pour décrire. Ils sont pavés de marbre multicolore admirablement assemblés. Les plafonds sont tous revêtus d’or et des plus fines couleurs. Les fenêtres sont garnies de vitraux de couleur comme on en voit dans certains endroits d’Europe. Les boiseries des portes sont sculptées avec un art remarquable et couvertes de peintures et de dorures. Ces palais étaient affectés soit à la famille même du Sultan, soit à ses femmes, soit à ses concubines, soit à des eunuques, soit à sa garde. Il y en avait où le Sultan donnait ses banquets officiels ou bien donnait audience aux ambassadeurs et où avait lieu la pompe des grandes cérémonies. D’autres étaient réservés aux fonctionnaires chargés de l’administration de la cour. Mais tout cela maintenant a disparu. Le Sultan Selim a tout supprimé »46.

  • 47 Comme en témoignent les plans et études laissés par l’Expédition de Bonaparte (Description de l’Eg (...)

26On peut supposer cependant qu’une grande partie des anciens palais bahrites — puis circassiens — élevés par Nasir Mohammed ibn Qalāwūn, conservés, transformés ou renouvelés par ses successeurs, notamment par Qâyt bây, fut préservée et adaptée à l’usage de la nouvelle Cour du Pacha47.

27Les palais royaux mamelouks maintiendront longtemps encore l’influence de leur style architectural et de leur aménagement intérieur en milieu urbain.

***

  • 48 Avec la disparition des grands ensembles fortifiés.

28C’est du règne de Qâyt bây (1468-1496), que datent les principaux vestiges témoignant d’une véritable évolution de l’architecture domestique48. Bien que ceux-ci apparaissent peu nombreux, on peut retrouver, dans la survivance de plusieurs riches demeures et palais princiers, les nouvelles formes qui les caractériseront.

  • 49 Voir : 1) plan du Caire relevé par l’Expédition ; 2) plan par Grand Bey (1874). Léon l’Africain, o (...)

29L’implantation de constructions neuves assez fréquentes sur l’emplacement d’anciennes habitations citadines importantes, se situe de préférence, à l’intérieur de la Cité fatimide et du faubourg Sud ; on y recherche le voisinage des grands monuments religieux et les quartiers renommés pour leur activité économique49. Au dehors, l’aisance ou l’opulence de ces nouveaux bâtiments se manifestent par l’élégance des façades : murs en pierre de taille de moyen appareil, porte d’entrée en are brisé, balcons à encorbellement et moucharabieh sur consoles de pierre. Au dedans, cour à ciel ouvert autour de laquelle se distribuent les différentes parties de l’habitation ; cette répartition ne varie pas, se conformant aux mêmes règles traditionnelles quelle que soit la fortune du propriétaire. En bas s’étendent les communs ; au-dessus se superposent, entre les deux ou trois étages, les lieux de réception des visiteurs et des hôtes et les appartements privés. Pour ces dernières pièces, le choix de l’orientation demeure très important. Leurs ouvertures sont régulièrement tournées au Nord sinon vers l’Ouest afin d’atténuer l’effet des fortes chaleurs.

Palais et demeures cairotes (xve siècle)

30Le choix de trois bâtiments classés a permis de déterminer la disposition générale et les éléments caractéristiques d’une riche demeure et de palais princiers à l’époque circassienne : le Bayt Zaynab Ḫātūn et deux palais de Qāyt Bāy, — dont l’un devait porter plus tard le nom d’al-Razzāz.

31Malheureusement incomplète dans son état actuel, la belle maison de Zaynab Ḫātūn est située dans le quartier toujours recherché d’al-Azhar. Au dehors, elle montre une poite d’entrée à arc brisé et des encorbellements sur consoles de pierre. Au dedans, ceux-ci se répètent sur la cour intérieure. S’ajoutant à des communs aujourd’hui réduits, — qui devaient comprendre une écurie (isṭabl), — diverses pièces d’accueil et des appartements privés sont dominés par la présence de deux grandes salles dont la présence témoigne de la fortune et de la distinction de leur ancien propriétaire : un maq‛ad à deux arcs voisine, au premier étage, avec un riwāq à dūrqā‛a entre deux īwān. Du maq‛ad la large ouverture sur la cour contraste avec la salle de réunion contiguë (riwāq) qui était à l’origine entièrement fermée. La hauteur des plafonds du riwāq et la richesse décorative de ses boiseries — avec salsabīl et kurdī— montrent la fidélité des constructeurs à l’égard des proportions et de l’ornementation imposantes adoptées aux siècles précédents.

32Les deux palais ont été élevés dans le faubourg Sud entre Bâb Zuwayla et la Citadelle. Entourés de ruelles, l’un et l’autre se sont érigés autour de cours intérieures qui devaient, autrefois, s’agrémenter de jardins. Une préférence commune pour une orientation au Nord et à l’Ouest a déterminé l’implantation des bâtiments de réception et d’habitation dans les parties situées à l’Est et au Sud de la cour, les côtés Nord et Ouest étant alors réservés aux communs, notamment aux arcades brisées des écuries.

33Le palais connu jusqu’à ce jour sous le nom de Qāyt Bāy est accessible sur la rue al-Māridānī — proche de la mosquée mamelouke ainsi appelée — par un portail en chicane de style tardif. Par contre, ont été maintenus intérieurement les portails monumentaux originels réservés à l’entrée des deux salles de réception et d’apparat : le premier, à linteau élevé, orné de stalactites précède le couloir d’accès à la qā‛a du rez-de-chaussée — dont il ne subsiste que l’īwān Sud ; le second, surmonté de l’arc trilobé caractéristique de cette époque, flanque, selon la tradition, le côté Ouest d’un maq‛ad à trois arcs brisés outrepassés.

34Le second palais, désigné maintenant sous le nom d’al-Razzāz, — qui y vécut au xviiie siècle et en modifia surtout les étages — est réparti entre deux cours distinctes. Bien qu’elles ne présentent pas le même aspect architectural que les portails précédents, les portes principales des appartements apparaissent cependant rehaussées d’une ornementation épigraphique et géométrique ; l’une d’elles comporte, en outre, les blasons du sultan.

35Maq‛ad et qā‛a occupent une place secondaire au Sud de la deuxième cour. Ici, la qā‛a a heureusement conservé son aspect intégral et ses proportions majestueuses qui permettent de la rapprocher de la qā‛a de Zaynab Hātūn. Elle est aussi pourvue d’un ḥammām aménagé à son voisinage et à celui des pièces du rez-de-chaussée réservées, semble-t-il, aux hôtes. Des dépendances elles-mêmes, il reste encore, avec les anciens magasins et logements domestiques, des iṣṭabl à arcs brisés, un moulin à grains (ṭāḥūna) et une noria couverte (sāqya).

Les demeures de Notables

Aspect extérieur

  • 50 bayt, pl. buyūt ; manzil, pl. manāzil.
  • 51 En dépit des multiples destructions et reconstructions. Voir infra.
  • 52 Succédant à l’ancienne moulure — tore et cavet — la bordure en « chaîne » avec boucles arrondies c (...)
  • 53 De cette façon, en effet, on pouvait suivre l’animation de la rue en contrebas tout en surveillant (...)
  • 54 Deux ou trois étages.

36Des habitations communes de l’époque mamelouke circassienne on ne peut décrire aujourd’hui que la demeure50 d’un notable, les habitations ordinaires contemporaines n’ayant pas résisté à l’usure du temps. C’est, en effet, à l’emploi habituel de la pierre de taille que l’on doit la résistance jusqu’à ce jour de riches maisons citadines aussi solidement bâties que des palais51. Clair, à l’origine, le calcaire du Muqaṭṭam utilisé dans la construction des murs prend ensuite une teinte ocrée plus ou moins foncée. Ainsi apparait-il dans les hautes façades bordant les ruelles étroites de l’ancienne ville et de ses faubourgs. Egalement en pierre nue, d’abord sans moulure ni décor sculpté52, s’ouvre le bel arc brisé de l’entrée. Au-dessus, un encorbellement sur consoles de pierre à têtes arrondies fait office d’auvent. Percé d’ouvertures barreaudées ou garnies de balcons à moucharabieh, cet avant-solier se développe parfois sur toute la longueur de la façade. De plus en plus répandu, l’usage de l’encorbellement permettra un élargissement des pièces correspondantes sur la rue, tout en autorisant une vue discrète de ce côté53 (fig. 60). D’autres balcons semblables (mašrabīya) ainsi que des fenêtres barreaudées de dimensions restreintes se répètent encore aux étages supérieurs54.

  • 55 bawwāb, pl. bawwābīn. Celui-ci disposait parfois d’une pièce de repos, donnant sur l’antichambre d (...)

37Une solide porte à un seul vantail en bois plein ferme l’entrée. Au-delà du seuil, une pièce étroite et sombre forme antichambre. On y trouve, le plus souvent, face à la porte et encastrée dans le mur, une large banquette de pierre (maṣṭaba). C’est ici que se tient le portier55 chargé de veiller sur l’entrée de la maison et d’introduire, le moment venu, les visiteurs à l’intérieur de l’habitation. De là, un couloir en chicane relie l’antichambre à la cour centrale (Pl. XXVIII).

Cour

  • 56 ḥawš, pl. aḥwâš.
  • 57 Si l’on se reporte aux récits de voyageurs qui visitèrent le Caire, au xve siècle, on constate que (...)

38Une cour intérieure (ḥawš)56 caractérise cette habitation. On pouvait alors mesurer, aux proportions de cette cour et à la hauteur de ses murs, la fortune du maître des lieux. Il arrivait aussi qu’à la première cour s’en ajoutait une seconde, agrémentée parfois d’un jardin57. Dans toute demeure aisée, il semble que le sol ait toujours été dallé de calcaire, donnant à l’ensemble un aspect net et avenant.

  • 58 Contrairement aux anciennes maisons de Fustat (inspirées de celles de Samarra) et aux habitations (...)

39De prime abord on ne peut manquer d’être frappé par la diversité architecturale des quatre façades qui entourent cet espace à ciel ouvert. Elles se conforment aux fonctions particulières à chacun des côtés selon les niveaux : au rez-de-chaussée, des portes en arc brisé (ou persan) ferment les magasins à vivres sinon des logements domestiques. A leur voisinage, des portes à linteau droit indiquent l’accès d’un escalier ou d’un couloir de communication, parfois aussi d’une pièce de réception d’importance variable58.

  • 59 Le maq‘ad à trois arcs appartenait surtout aux palais qui pouvaient en montrer aussi de plus impor (...)

40Une porte d’honneur, surhaussée de plusieurs marches, s’encadre dans un haut défoncement percé d’une imposte barreaudée et s’orne d’un décor sculpté (moulure d’encadrement avec boucles). Elle correspond à l’entrée — placée sur son côté droit — du maq‛ad, véritable loggia qui surplombe la cour de son arcature unique ou doublée59. Ailleurs se superposent, comme au dehors, aux deux ou trois étages de la demeure, fenêtres barreaudées et balcons à moucharabieh.

Rez-de-chaussée

  • 60 Les pièces affectées aux communs sont moins soumises aux caprices de la mode que les autres partie (...)
  • 61 La cuisine peut comporter, en outre, une large ouverture pratiquée dans la voûte, au-dessus des fo (...)
  • 62 Indépendamment des chambrettes qui pouvaient, selon certaines nécessités, être mises à leur dispos (...)

41Communs. La simplicité et l’uniformité architecturale de cette partie inférieure résultent de son affectation exclusive aux communs. Aussi bien, ceux-ci sont-ils formés de pièces de faibles dimensions (maẖzan), couvertes en berceau ou voûte d’arête et ouvrant de plain-pied sur la cour60. Leur proximité de l’entrée et la fraîcheur qui y règne facilitent le renouvellement et la conservation des provisions que l’on y dépose — céréales, huile, etc. En outre, ces provisions se trouvent ainsi à portée de la cuisine toute proche, installée dans une autre pièce voûtée, donnant de préférence sur une courette indépendante, avec puits et latrines61. Il existe aussi, semblables aux magasins à vivres de la demeure, des chambres pour les esclaves ou servantes pour lesquelles d’autres logements domestiques peuvent s’ajouter sur les terrasses62.

42Enfin des écuries (iṣṭabl) prennent toujours place dans les communs donnant sur la cour, pour abriter chevaux et montures nécessaires aux déplacements du maître et de sa famille.

  • 63 Ce rôle de soubassement pour l’étage rappelle la même fonction remplie par les iṣṭablāt bahrites a (...)

43L’ensemble des voûtes en pierres appareillées couvrant les maẖzan constituait alors le meilleur support pour l’élévation d’un étage63.

  • 64 Cf. E. Pauty, op. cit., passim. A. Lézine, Trois palais, pp. 47-52. Les mêmes éléments ont été exa (...)

44Appartements inférieurs. C’est dans les plus riches habitations qu’apparaissent encore, au niveau des communs, les premiers lieux d’accueil. On y voit, selon les cas, un porche ouvert sur la cour (qui deviendra à l’époque ottomane, le taẖtabuš) et une salle entièrement fermée (qā‛a)64. En raison de leur proximité de l’entrée, l’un et l’autre reçoivent aisément les visiteurs venus de l’extérieur.

  • 65 Voir supra, Palais de Baštak et de l’émir Ṭāz.
  • 66 A. Lézine, Trois Palais, p. 51, fig. 12.
    La galerie d’époque circassienne apparait plus conforme à (...)

45Galerie d’accueil. Dérivée, semble-t-il, de l’ancien porche seigneurial aménagé à l’entrée de certains palais65, cette galerie présente néanmoins un aspect différent. Orientée généralement au Nord, elle n’ouvre plus sur la cour par des arcades brisées et n’est plus couverte en voûte. Son ouverture est faite plus simplement d’un linteau (poutre en bois ou tronc de palmier) appuyée ou non sur une colonne médiane (ou pilier), tandis que le plafond est en charpente66. A son abri, assis sur des nattes et des coussins, le maître devait s’entretenir de ses affaires avec ses régisseurs, artisans et commerçants, qui n’avaient accès ni au maq‛ad ni à la qā‛a. A certaines heures de la journée, le propriétaire de la demeure choisissait peut-être l’intimité et la fraîcheur de cet endroit pour s’y reposer en compagnie de ses familiers.

46Qā‛a. Parmi les emprunts effectués au Palais, la qā‛a représente certainement l’élément primordial de toute demeure.

  • 67 Le terme de qā‛a était déjà employé pour désigner de grandes salles d’apparat dans les palais fati (...)
  • 68 A. Lézine : La Protection contre la chaleur dans l’architecture musulmane d’Egypte, in Bulletin d’ (...)
  • 69 Pénétration de l’air frais dans la qā‘a à travers les grilles de protection fixées à la base du ma (...)

47Cette grande salle a conservé l’ampleur des premières qā‛a décrites plus haut67. Aussi y a-t-on maintenu le plan original avec sa répartition entre dūrqā‛a centrale et īwān extrêmes. En l’absence de toute fenêtre basse, il y règne la pénombre et la fraîcheur des premières qā‛a. C’est pourquoi on la considère comme la pièce la plus agréable en toute saison et la mieux aménagée pour résister à la chaleur extérieure (Pl. XXV, XXVI, XXVII). Comme autrefois, la fraîcheur recherchée ici en été est favorisée par le dallage et les lambris de marbre polychrome, sinon par l’eau sans cesse renouvelée qui jaillit d’une fontaine, à l’extrémité (salsabīl) et au milieu de la salle (fasqīya) (fig. 53 à 55). Enfin le mode de ventilation traditionnel apporte, chaque jour, la meilleure aération possible à l’intérieur de la qā‛a ; l’emploi du malqaf dressé sur la terrasse, face au Nord — sinon à l’Ouest —68, y est combiné efficacement avec les ouvertures circulaires du lanterneau central (mamraq). Chaque soir, l’air frais, introduit par l’embouchure du malqaf dans la grande salle, en chasse l’air chaud grâce aux fenêtres du mamraq69 (Pl. XXVI, XXVII, fig. 59, 60).

  • 70 On se réchauffait aussi à l’aide de braseros et de vêtements appropriés. Cf. Léon l’Africain, op. (...)

48Pour se défendre contre le froid plus rare, on étendait de chauds tapis de laine sur le sol des īwān, au milieu des divans garnis de coussins brodés70 (fig. 56, 57).

Planche XXV

Planche XXV

Qā‛a ‛Uthman Katẖudā.
En bas : plan du rez-de-chaussée (essai de restitution)
1. Couloir d’accès (b) porte ; 2. durqā‛a avec fasqiya ; 3. Petit īwān Sud ; 4. Grand īwān Nord, (a) placard ; 5. Chambrette ; 6. Communication ; 7. Chambre.

En haut : 8. Loge ; 9. Ouverture du malqaf.

Planche XXVI

Planche XXVI

Qā‛a ‛ Uthman Katẖudā.
Coupe longitudinale avec élévation, montrant le mode d’aération entre malqaf ouvert au Nord et mamraq surmontant la durqā‛a.

Planche XXVII

Planche XXVII

Qā‛a ‛Uthman Katẖudā.
Vue perspective intérieure.

  • 71 Supra.

49On reconnaît dans cette disposition générale de la qā‛a circassienne une adaptation au climat local longuement éprouvée, telle qu’elle était adoptée précédemment par les Mamelouks bahrites, fidèles à une coutume déjà en honneur aux temps pharaoniques71 (fig. 58).

  • 72 Avant que l’usage n’en fut étendu à l’encadrement des īwān, les kurdī auraient été limités tout d’ (...)
  • 73 Sur les plafonds décorés, cf. A. Lézine, Les salles nobles, pp. 131-146.
  • 74 Correspondant souvent à la hauteur totale de la demeure — 2 ou 3 étages.
  • 75 La réclusion des femmes, à l’époque mamelouke, apparait cependant assez peu rigoureuse au Caire, l (...)

50La grande innovation dans la qā‛a du xve siècle apparaît désormais avec l’ouverture modifiée des īwān sur la dūrqā‛a. On n’y voit plus, en effet, les arcs brisés — outrepassés ou non — qui les caractérisaient auparavant, en soulignant la ressemblance avec les collèges religieux, certaines mosquées et couvents (de soufis). Ces arcs sont désormais remplacés par un linteau en bois décoré comme le plafond de chacun des īwān qu’il limite, appuyé de part et d’autre sur deux consoles allongées (kurdī) que terminent, à leur base, des stalactites dorées72. Il en résulte une alliance harmonieuse entre ce nouveau genre d’ouverture rectilinéaire et les plafonds à solives apparentes des īwān73 (fig. 59, 66, 67). Le même type d’encadrement se répète à l’entrée des alcôves latérales, au-devant de leurs plafonds respectifs. En raison de la forte élévation de la salle74, il arrive que ces défoncements soient divisés en deux parties superposées ; la partie inférieure contribue à l’élargissement de la durqā‛a et des īwān correspondants ; la partie supérieure, garnie d’une grille en moucharabieh, servait, dit-on, de loge particulière aux femmes du harem établi au même niveau75 (fig. 56).

  • 76 Quatre portes s’ouvraient ainsi deux à deux, de chaque côté de la dūrqā‘a, surmontées de longues n (...)

51Rappelons que l’on pénétrait, comme jadis, à l’intérieur de la qā‛a, par les portes ouvrant symétriquement de chaque côté de la dūrqā‛a, et communiquant avec les couloirs d’accès76. Ce patio couvert continuait donc à servir de dégagement. Les invités y laissaient leurs sandales pour prendre place sur l’un des īwān. C’était aussi l’endroit réservé aux serviteurs pendant la durée d’une réception ou d’un banquet.

  • 77 dūlāb, pl. dawālīb. Répartition symétrique de quatre à six placards verticaux (rectangulaires) de (...)
  • 78 Une salle de fête, à l’époque mamelouke, est toujours un sujet d’admiration que l’on se plait à év (...)

52Le soir venu, lustres et lampes de verre étaient allumés, suspendus aux plafonds par de longues chaînes. Alors apparaissait une magnifique décoration, demeurée dans la pénombre de la salle durant la journée. L’ensemble resplendissait tout à coup, tant de lumières avivant l’or des plafonds et des frises épigraphiques sur fond azur et rendant plus précieux, autour des īwān, le décor savant des portes de placards77, constellées de mosaïques d’ivoire et d’ébène...78. Dans ce cadre luxueux et brillant, les divertissements habituels prenaient toute leur valeur, au rythme de la musique, des chants et de la danse.

53Maq‛ad. Un autre signe de fortune dans une belle demeure est son maq‛ad. Après la qā‛a, c’était sans doute la pièce dont le maître de maison se montrait le plus fier. A l’encontre de la grande salle, le maq’ad s’imposait aux regards, dès l’entrée dans la cour (fig. 62). Surélevé au niveau du premier étage, il apparaissait tout proche du couloir d’accès, situation commode pour les visiteurs et amis que l’on y accueillait. Tournant alors le dos à la ruelle voisine, cette véritable loggia s’ouvrait entièrement sur la cour intérieure, face au Nord.

  • 79 E. Pauty, op. cit., p. 49. Tout en rappelant la présence de la loggia dans les maisons de la Syrie (...)
  • 80 Ibid. p. 14. De même que la qā‛a peut apparaître comme une survivance de la salle de séjour ou de (...)
  • 81 Escalier appuyé contre le mur du maq‘ad et formant perron.
  • 82 Colonne de marbre ou de pierre, à fût cylindrique, torse ou octogonal, avec chapiteau antique de r (...)
  • 83 Ainsi que des chambres situées à l’étage supérieur.

54Bien que sa surélévation et ses arcades la rapprochent davantage de la galerie persane (talar)79 et de la loggia vénitienne, cette pièce largement ouverte semble une renaissance de l’ancien īwān, modifié dans sa forme, non dans sa fonction. Qu’elle donnât sur une cour ou sur un jardin, elle ne pouvait que répondre aux mêmes besoins qu’autrefois80. Ici, le plus grand soin a été apporté à la disposition architecturale et à l’ornementation de la façade afin d’en rendre l’aspect harmonieux et accueillant. Le mur inférieur en pierre appareillée, percé d’une rangée de portes à arc persan, forme un beau et solide soubassement ; sur le côté droit, un escalier de pierre81 s’élève jusqu’à l’entrée latérale en chicane du maq‛ad ; flanquée de deux étroites banquettes de pierre, la porte elle-même, à linteau droit sous arc de décharge et imposte barreaudée, s’encadre dans un haut défoncement que rehausse une corniche à stalactites ou un arc trilobé. Quant à l’ouverture de la loggia, qu’elle soit réduite à un seul arc ou partagée entre deux arcs reposant sur une colonne médiane82, elle donne au maq‛ad, avec son entrée d’honneur, toute son élégance. Un auvent de bois la surmonte généralement83. L’ornementation de la façade est faite d’un élément essentiel : chaîne moulurée à boucles en pierre sculptée, entourant et reliant entre elles les différentes parties extérieures du maq‛ad— soubassement, entrée, portique, corniche.

  • 84 Couvert d’un plafond à solives apparentes disposées transversalement.
  • 85 Cette allée relie souvent deux portes extrêmes, celle de l’escalier d’accès au maq‘ad et celle d’u (...)
  • 86 Garde-fou fixé aux murs latéraux et à la colonne médiane, assurant la protection du maq‘ad vers la (...)
  • 87 On y ajoutera plus tard des placards muraux.
  • 88 Solives aux arêtes légèrement arrondies, sauf aux extrémités — arêtes vives —. Entre-deux à petits (...)

55L’escalier intérieur84, qui s’élève jusqu’au premier étage, conduit quelquefois à deux portes opposées, à droite celle d’une chambre de repos s’éclairant sur la cour, à gauche celle du maq‛ad. De même que dans la qā‛a, le sol dallé de calcaire de la loggia comporte deux niveaux : accessible de plain-pied, une allée forme passage85 entre le mur du fond et la plate-forme surélevée d’une sorte d’īwān qu’elle dessert. Vers la cour, celle-ci est bordée d’une balustrade basse garnie de panneaux en moucharabieh86 ; ailleurs, les murs revêtus d’un enduit en plâtre peuvent être rehaussés, à leur base, de lambris en marbre à rayures verticales et mosaïques de couleurs87. A cette décoration répond celle des plafonds à solives apparentes qu’entoure une large frise épigraphique à gorge88. La profusion des motifs géométriques et floraux qui s’y multiplient ne s’enrichit pas moins d’or et d’azur que dans les plafonds de la grande salle d’apparat.

  • 89 Tables basses ornées d’incrustation d’ivoire et d’ébène, supportant des plateaux ciselés.

56Des divans, coussins brodés et tapis complétaient le luxe de ce lieu d’accueil. Les réunions qui s’y tenaient autour de tables basses89 bénéficiaient des heures fraîches de la journée ou de la saison ainsi que de l’orientation du maq‛ad, tourné vers la brise du Nord. Loin du bruit et de l’agitation extérieure, on jouissait, en cet endroit, d’une tranquillité reposante. Assis ou étendus contre les murs latéraux du maq‛ad et sa balustrade, tout en devisant, les hôtes appréciaient l’élégance des balcons à moucharabieh étagés autour de la cour, voire le feuillage, les fleurs et les fruits d’un jardin.

57A l’autre extrémité de la loggia, opposée à son entrée, se trouvait souvent une pièce annexe de faibles dimensions ; joliment décorée et meublée, elle devait servir de chambre de repos pour le maître et ses intimes ; il n’était pas rare qu’elle fut aussi utilisée comme antichambre entre le maq‛ad et les appartements de l’étage.

Etage

58Appartements supérieurs. Les chambres du premier étage, situées au niveau du maq‛ad, étaient de dimensions variables, très inférieures naturellement à celles de la grande salle d’étage nommée riwāq. Portes et couloirs établissaient une communication entre elles, tandis que des escaliers de pierre à plusieurs volées permettaient de descendre vers la cour et de monter aux étages supérieurs.

  • 90 Des parements de marbre devaient entourer certaines pièces.
  • 91 L’étymologie du terme mašrabiyya serait donnée par l’usage primitif de cette grille ; une sorte de (...)
  • 92 Cf. Description de l’Egypte, Etat Moderne, II, Paris, 1829, Pl. XV.
  • 93 J. Bourgoin, Précis de l’Art arabe, Paris, 1892, III, menuiserie, pl. XXIII. Prisse d’Avennes, L’A (...)
  • 94 Appelées à remplacer les anciennes grilles en fer des constructions bahrites, les nouvelles grille (...)
  • 95 Nattes et matelas de couchage étaient rangés, durant la journée, à l’intérieur de chambrettes ou d (...)

59Toutes ces chambres étaient également dallées de calcaire et couvertes d’un plafond peint à solives apparentes90. Leur principale innovation, caractéristique de l’évolution architecturale et décorative des demeures circassiennes apparaît dans le développement et la beauté des baies garnies de moucharabieh (mašrabīya)91. Selon leur destination, ces grilles étaient exécutées à larges mailles ou à mailles étroites. Les unes et les autres, réalisées en bois, étaient l’œuvre d’artisans tourneurs qui les façonnaient à la main et au pied à l’aide d’un archet92. Les mašrabīyāt les plus fines et les plus serrées étaient ainsi constituées par une multitude de petits éléments tournés et assemblés avec tenon et mortaise. Leurs compositions géométriques s’encastraient ensuite dans un compartimentage carré ou rectangulaire qui assurait en même temps la solidité de l’ensemble et sa résistance à l’humidité et à la chaleur93. Les plus belles grilles enfermaient les trois côtés d’un balcon — sur consoles de pierre — dominant cour, jardin ou rue94, les ouvertures les plus recherchées étant tournées vers le Nord et l’Ouest. C’était le lieu de prédilection, meublé de tapis et coussins, où l’on se divertissait à la vue paisible de la cour ou du jardin contrastant avec l’animation bruyante de la rue. Ailleurs le dallage du sol était recouvert de nattes ou de tapis, selon les saisons ; les chambres ne contenaient aucun mobilier particulier, affecté aux repas de la journée ou au repos nocturne, qui pouvait avoir lieu indifféremment dans l’une ou l’autre pièce95.

Planche XXVIII

Planche XXVIII

Manzil Zaynab Ḫātūn.
Plan du rez-de-chaussée.
1. Entrée ; 2. Chambre ; 3. Salle de réunion d’hommes ; 4. Cour ; 5. Salle de réception d’hommes ; 6. Chambre ; 7. Courette ; 8. Escalier ; 9. Latrines ; 10. Magasin à vivres (ou chambre domestique) ; 11. Couloir ; 12. Communs.

Planche XXIX

Planche XXIX

Manzil Zaynab Ḫātūn.
Plan du 1er étage.
4. Cour ; 7. Courette ; 8. Escalier ; 9. Latrines ; 13. maq‛ad, (e) placard ; 14. Antichambre, (e) placard, (h) mašrabiya ; 15. Grand riwāq, (b) īwān, (c) durqā‛a, (d) alcôve, (e) placard, (h) mašrabiya, (k) dressoir ; 16. Second riwāq, (b) īwān, (c) durqā‛a, (d) alcôve, (e) placard, (h) mašrabiya ; 17. ḥammām ; 18. Couloir ; 19. Dégagement ; 20. ex-riwāq.

  • 96 Voir Manzil Zaynab Ḫātūn, Palais du Caire, III, 1979, p. 7 à 11.
  • 97 La qā‘a du rez-de-chaussée n’ouvrira que plus tard une ou plusieurs fenêtres à moucharabieh sur la (...)

60Le Riwâq (grande salle d’étage). Lorsqu’une riche demeure ne possédait pas de grande salle au rez-de-chaussée, il était possible d’y suppléer en la reportant à l’étage. On la trouvait alors, de préférence, au voisinage du maq‛ad96. Cette disposition, cependant, ne changeait nullement la configuration générale de la salle, non plus que ses fonctions. Celle-ci conservait, en effet, les mêmes proportions majestueuses, le même luxe ornemental, la même pénombre autour des deux īwān, l’éclairage diurne et la ventilation intérieure étant génélement maintenue entre le malqaf et le mamraq97. C’est pourquoi, à l’étage comme au rez-de-chaussée, la salle d’apparat ne perdait rien de son prestige aux yeux du maître et de ses hôtes. Elle restait bien la pièce maîtresse de toute grande demeure.

  • 98 C’est à l’époque ottomane que l’art de la boiserie ouvragée atteindra au Caire son plein épanouiss (...)

61Cette belle salle devait présenter les mêmes caractéristiques que celle de la qa‛a inférieure. On y adoptait un plan semblable, avec dūrqā‛a et deux īwān inégaux, la même configuration intérieure, avec proportions et ornementation identiques. Mais, alors que la qā‛a resta longtemps obscure et fermée, conformément aux dispositions traditionnelles, on s’enhardit davantage pour donner au riwāq air et lumière ; on y ouvrit de plus en plus de magnifiques baies garnies de moucharabieh qui allaient lui donner sa plus grande originalité98.

62On substituait ainsi la clarté à la pénombre et la communication avec l’extérieur — cour, jardin, ciel — à l’isolement, améliorations de leur salle de séjour que ne pouvaient manquer d’apprécier les femmes et concubines du maître, entourées de leurs esclaves.

  • 99 Toute demeure importante dispose de plusieurs latrines réparties entre le rez-de-chaussée et les d (...)

63Ḥammām. Si l’on se contentait souvent d’une simple pièce d’ablutions couverte d’une coupole, les riches familles installaient à demeure un bain privé (ḥammām) suivant l’exemple des palais. Ce ḥammām est fréquemment situé au voisinage du riwāq avec une différence de niveau de plusieurs marches (surélévation du sol du ḥammām). On y trouvait les trois pièces habituelles, réduites ici dans leurs proportions : salle de déshabillage et de repos, petite pièce tiède, étuve avec eau chaude et eau froide (Pl. XXIX, 17). Au-dessus du sol dallé de marbre clair, voûtes et coupoles étaient percées de multiples jours étoilés ou octogonaux, garnis de verres colorés, afin de permettre l’éclairage intérieur du ḥammām. S’y ajoutaient des latrines éclairées par une haute cheminée d’aération s’élevant parfois jusqu’aux terrasses où elle se terminait par une coupole également ajourée99.

  • 100 Au-dessus des étages édifiés en briques cuites ou crues avec chaînage de renforcement en bois (ou (...)
  • 101 A. Gayet, L’Art arabe, Paris, 1893, p. 231-232.

64Aménagements intérieurs. Les appartements familiaux occupaient toujours un ou deux étages dans la partie supérieure de la demeure100. Ils se composaient de chambres qui ne différaient guère de celles de l’étage inférieur, les grilles des fenêtres et balcons à moucharabieh étant plus ou moins ouvertes selon les cas. C’est dans les appartements privés que ces grilles apparaissent les plus soignées et les plus belles, constituant certainement l’élément le plus artistique et le plus luxueux101. Alors qu’une seule baie ainsi ornée suffisait à éclairer une chambre ordinaire, on devait progressivement en augmenter le nombre lorsqu’il s’agissait d’une pièce plus spacieuse. De plan rectangulaire, celle-ci formait alors une sorte de petite qā‛a avec dūrqā‛a et un seul īwān. Des nattes, tapis, divans et coussins en couvraient aussi le sol. Ce n’est, sans doute, que dans les demeures les plus importantes que l’on dotait l’étage d’une grande salle de séjour (riwāq) comparable à la qā‛a du rez de chaussée.

Jardins

  • 102 Sefer Nameh, Relation du voyage de Nassiri Khosrau, Amsterdam, 1970, p. 132. « Dans l’intérieur de (...)

65Il y a tout lieu de penser que les jardins n’étaient pas le privilège exclusif des résidences sultaniennes et de celles des émirs. Nombreuses étaient les demeures privées qui possédaient également leurs jardins, tout au moins quelques arbres que l’on aimait avoir constamment sous les yeux. On connaît déjà l’importance qui était accordée auparavant aux jardins pour l’embellissement de la Cité fatimide, non seulement les jardins magnifiques plantés à l’intérieur des palais des califes, mais aussi de plus modestes qui égayaient fréquemment les habitations citadines102.

  • 103 Cette disposition de jardins autour des habitations rappelle celle qui existait jadis aux temps ph (...)
  • 104 Sefer Namch, Introduction, p. 133 (1).
  • 105 « Le voyage et itinéraire de oultre mer faiet par Frère Jehan Thenaud, maistre es ars, docteur en (...)
  • 106 Cf. Description de l’Egypte. Etat moderne, Paris, 1829, passim. P. Coste, Architecture arabe ou Mo (...)

66Les voyageurs qui débarquèrent au Caire à l’époque mamelouke ont été surpris de découvrir une telle végétation autour des maisons au point de les séparer souvent les unes des autres103. Ainsi l’étonnement provoqué, au dehors, par la vue de tant de jardins s’ajoutait-il à l’émerveillement causé par la visite intérieure de luxueuses habitations. « Le grand nombre des jardins que renferme le Kaire et la magnificence des maisons des gens riches ont frappé les voyageurs du moyen âge et ceux des xve et xvie siècles qui ont visité cette ville104. Jehan Thenaud qui accompagna André Le Roy, envoyé par Louis XII auprès du Sultan Gūrī, est de tous les écrivains celui qui nous a laissé la description la plus détaillée : « Au dict lieu (Būlāq) vint à nous ung admirai de par le Souldan avec certains Mammeluz, chevaulz et asnes pour nous conduire au logis que nous avoit assigné le souldan que avoit faict bastir ung sien secrétaire sur une fosse du Nil, auquel six ou sept belles salles de marbre, porphyre, serpentines et autres riches pierres assises par singulier art avecques les murailles encroustées de mesmes, painctes d’or et d’azur et riches couleurs ; les portes etoient ornées d’yvoire, ebene et aultres singularitez ; mais l’ouvraige surmontait tousiours la matière. Es diles salles, mesmement es basses estoient fontaines par lesquelles venaient, des baingz, eaues froides et chauldes par subtils conduitz. L’on disoit celuy logis avoir cousté à faire quatre vingt quinze mille seraps d’or et que dedans le Cayre en avoit cent mille plus beaux en comparaison, dont on vois plusieurs. Près le dict lieu estoyent moult somptueux et grans jardins plains de tous fruictiers : comme cytrons, lymons, citrulles, oranges, aubercotz, cassiers et pommes de musez ou d’Adam pour ce que l’on dict estre le fruict duquel Adam outrepassa le Commandement de Dieu. Lesquelz jardins tous les soirs et matins sont arrousez de l’eau du Nil que tirent beufz et chevaulz »105. On peut supposer que les jardins du Caire s’étendirent aux faubourgs. S’ils diminuèrent, par la suite, en milieu urbain, au fur et à mesure de l’accroissement des habitations, on les verra plus longtemps épargnés le long du Nil et des canaux, autour des grands étangs, ainsi que dans les Iles du Nil106.

Les Palais des Emirs circassiens

67Avant que ne se rapprochât, au siècle suivant, la menace de conquête des Turcs ottomans, la paix et la tranquillité, qui règnent au Caire durant le xve siècle, y favorisent le développement des constructions de toute sorte et l’évolution du style dans l’architecture domestique. En même temps, un changement apparait dans l’emplacement choisi par l’aristocratie mamelouke pour l’édification de ses nouveaux palais. Tout en renonçant aux bâtiments fortifiés des siècles passés, cette aristocratie ne voit plus la nécessité de s’abriter dans l’ancienne enceinte ou au voisinage immédiat de la Citadelle. Sultan et émirs se montrent maintenant attirés par les quartiers de la ville et des faubourgs formant les centres religieux et commerciaux les plus actifs et prospères. C’est à cet endroit qu’ils décident d’établir de nouveaux palais au xve siècle et au début du xvie. Ils consacrent aussi une partie de leurs ressources à des fondations pieuses — mosquées, madrasa, sabīl-kuttāb — et constructions d’intérêt public — hammāms, caravansérails, sūq.

  • 107 A la possession de caravansérails, et souks que sultan et émirs faisaient souvent construire eux-m (...)

68Ils gagnent désormais honneur et fortune, non plus par les armes, mais par leur participation à des actions commerciales de grande envergure107 et à la dotation de la capitale de monuments prestigieux ; les richesses ainsi acquises d’un côté servent, de l’autre, à embellir le Caire. Dans ces conditions, on ne peut donc s’étonner que l’évolution de conception des palais circassiens ne subisse à la fois l’influence d’une plus grande importance économique locale et l’apport d’idées nouvelles accompagnant les échanges commerciaux avec les pays de l’Orient et de l’Occident.

  • 108 Annexe ajoutée à l’Ouest de l’ancien palais.

69C’est au xve siècle, nous l’avons dit, que d’importantes modifications apparaissent dans la configuration générale des palais comme dans celle des riches demeures citadines qui s’en inspirent. Les premiers signes de cette évolution du style dans l’architecture domestique du Caire auraient pu, sans doute, être révélés plus nettement par la Citadelle elle-même s’il en était resté des vestiges suffisants. Leur disparition nous oblige alors à nous reporter encore au Palais Yašbak, comme à la fidèle réplique, semble-t-il, de l’une des parties les plus imposantes du « Château de la Montagne ». Ce monument présente, en effet, à la suite des constructions initiales des xiiie et xive siècles, une adjonction caractéristique des innovations apportées aux siècles suivants108 : diminution des proportions dans l’ensemble du nouveaux bâtiment, différence frappante dans la façade circassienne accolée à la précédente façade mamelouke ; emploi exclusif des pierres de taille de moyen appareil ; réduction des salles basses à de simples maẖzan voûtés ; introduction, au-dessus de ceux-ci, d’une loggia surélevée — maq‛ad— création dont on connaîtra la fortune dans toutes les luxueuses habitations urbaines de la période circassienne (fig. 11).

70Ici, cependant, une transition a été ménagée dans l’évolution du style architectural, avec la conservation, à l’étage, des anciennes formes de baies. Bien que de dimensions inférieures, ce sont des ouvertures de type traditionnel, rectangulaires et barreaudées en bas, cintrées et surmontées d’oculi en haut, qui rappellent celles de la grande qā‛a de Qawṣūn. A cette annexe probable du xve siècle devaient s’ajouter d’autres parties également transformées et dont il ne reste plus trace aujourd’hui. Ces bâtiments complémentaires, nous les retrouverons alors dans d’autres palais mieux conservés à l’intérieur de la ville ou des faubourgs.

Aspect extérieur

  • 109 Sur deux rues différentes.
  • 110 Calcaire du Moqattam.

71S’étendant généralement sur un vaste espace quadrangulaire, les nouveaux palais circassiens semblent moins entourés de jardins que ne l’étaient souvent les palais bahrites. Dans les quartiers très peuplés tels que celui de Bâb Zuwayla, ils peuvent former un véritable îlot entouré de ruelles et d’impasses (Pl. XXX, XXXI). C’est sur ces voies qu’apparaît l’entrée imposante d’un palais. En raison de l’ampleur de la cour intérieure et des bâtiments à desservir, deux portes sont parfois nécessaires, ouvrant de deux côtés opposés109 (Pl. XXXII, XXXVI). Ce ne sont plus les porches monumentaux de jadis, pareils à ceux des mosquées. Fermés par une grande porte massive, les nouveaux porches ressemblent davantage à l’entrée des caravansérails contemporains (fig. 75). Large ouverture arquée ménagée dans de hauts murs soigneusement assemblés en pierre de taille de moyen appareil110. Au-dessus de l’entrée s’avance, en auvent, un solide encorbellement à moucharabieh que supportent d’épaisses consoles de pierre et de bois. La répétition de ces luxueux balcons, au moins dans la façade principale, où ils se superposent sur deux ou trois étages, signale aux yeux des passants l’importance du lieu.

Configuration intérieure

  • 111 Infra.

72De proportions naturellement supérieures à celles de l’entrée d’une riche demeure, l’accès principal d’un palais circassien n’en diffère guère dans sa disposition générale ; disposition classique en chicane avec maṣṭaba en pierre de taille aménagée dans le mur, face à la porte. Au-dessus de cette antichambre, gardée par un bawwāb, l’ancienne voûte (ou plafond en charpente) est fréquemment remplacée par une voûte étoilée à quatre pointes, caractéristique de l’époque de Qāytbāy111 (fig. 75). Une chambrette pour le gardien donne sur le couloir d’entrée couvert en voûte d’arête (ou en berceau brisé) et aboutissant à la cour intérieure. En raison de son étendue, celle-ci ne semble pas avoir jamais comporté un dallage de calcaire comme en présentent les maisons de notables. Le sol en terre battue permettait l’accès des cavaliers jusqu’aux lieux de réception et d’habitation. Il s’accompagnait sans doute d’un jardin intérieur — tel qu’il en a été souvent décrit — pour le plus grand agrément des habitants et hôtes du palais.

  • 112 J. Revault et B. Maury, Palais du Caire, I, Palais de Qāytbāy, pp. 21 à 33, fig. 7 à 10 ; Palais d (...)
  • 113 Colonnes à chapiteau (souvent antique de remploi), surmonté d’un tailloir à stalactites.
  • 114 Avec fenêtre munie d’une grille de bois à larges mailles surplombant la cour.

73Dans les palais de Qāyt bāy installés à proximité de Bâb Zuwayla, la cour s’étend selon un sens approximatif Nord-Sud. Aussi les logements édifiés sur son pourtour peuvent-ils bénéficier de l’orientation recherchée, Nord et Ouest, les autres côtés étant laissés aux communs112 (Pl. XXXII, XXXIV, XXXVII, fig. 70, 74). En haut s’ouvrent les arcades — généralement trois arcs brisés outrepassés — sur colonnes de marbre113 que relie, à leur base, la balustrade du maq‛ad (Pl. XXXV, fig. 70, 72). Au-delà du perron extérieur, l’escalier intérieur, resserré entre deux murs nus, s’arrête au niveau de deux portes latérales desservant, d’un côté, une première chambre de repos114, de l’autre la loggia. Dallée de calcaire, celle-ci est traversée dans toute sa largeur — comme on l’a vu plus haut — par une allée surbaissée qui longe le mur du fond et une plate-forme à usage d’īwān. C’est ce passage qu’empruntaient les invités et où ils se déchaussaient avant de gagner leurs places dans le moelleux confort des divans et coussins. On leur offrait ensuite sorbets et confiseries.

Planche XXX

Planche XXX

Palais de Qāyl-Bāy.
Plan de situation.
1. Palais de Qāyt-Bāy ; 2. Palais de Radwān-Bāy ; 3. Masğid et Maqām Maḥmūd al-Kurdī.

Planche XXXI

Planche XXXI

Palais al-Razzāz.
Plan de situation
1. Palais al-Razzāz (1re cour) ; 2. (2e cour) ; 3. Mosquée Sūltān al-Ašraf Ša‛ban.

Planche XXXII

Planche XXXII

Palais de Qāyt-Bāy.
Plan du rez-de-chaussée.
1. Entrée principale (porte cochère), (a) maṣṭaba-, 2. Chambre de gardien ; 3. Porche ; 4. maẖzan, (e) berceau rampant supportant l‘escalier ; 5. Porte d'accès à la salle de réception (qā‛a) ; (b) dikka ; 6. Couloir vers qā‛a ; 7. Couloir voûté vers les communs, (c) foyer du ḥammām (étage), (d) latrines ; 8. Mausolée ; 9. Portique (anciennes écuries) ; 10. Cour ; 11. Cuisine ; 12. Office (ou antichambre) ; 13. Escalier (étage) ; 14. vestige Sud de la qā‛a (iwân).

Planche XXXIII

Planche XXXIII

Palais de Qāyt-Bāy.
Plan du 1er étage.
1. Vide de l'entrée principale ; 9. Portique ; 10. Cour ; 13. Escalier ; 15. Escalier d'accès au maq‛ad·, 16. Maq‛ad-, 17. Couloir ; 18. Antichambre ; 19. Chambre (annexe du maq‛ad) ; 20. ḥammām·, 22. Chambres.

Planche XXXIV

Planche XXXIV

Palais de Qāyt-Bāy
Elévation : portique (anciennes écuries) sous étages de communs (Côté ouest).

Planche XXXV

Planche XXXV

Palais de Qāyt-Bāy
Elévation : façade principale sur cour avec maq‛ad (côté Sud).

  • 115 A ces panneaux verticaux pouvaient s’ajouter des placards muraux.
  • 116 Entouré d’une large frise dorée et peinte, avec gorge et stalactites disposées comme auparavant, à (...)
  • 117 Voir supra. On devait y trouver, à côté des roses et des jasmins, palmiers, figuiers, grenadiers, (...)

74Ici, le mur Sud pouvait s’agrémenter d’un défoncement légèrement surhaussé et encadré de kurdī (place d’honneur) garni également de tapis et coussins, réservé au propriétaire du palais. Avec ses lambris en marbre de couleur115 et son magnifique plafond à solives apparentes richement enluminées116, cette belle salle ouverte ne le cédait guère au luxe de la qā‛a voisine (fig. 73). Mais à l’encontre de cette salle fermée dont tout le spectacle des jours de fête se déroulait à l’intérieur, l’un des divertissements habituels du maq‛ad devait se trouver au dehors, grâce à la vue plongeant sur la cour du palais (fig. 70). De là, on pouvait assister à l’arrivée des invités montés sur chevaux et mules, qu’ils laissaient à l’entrée du maq‛ad, sans compter les allées et venues incessantes des nombreux serviteurs. On goûtait aussi, avec la fraîcheur de la brise du Nord, le charme du jardin et des grands arbres qui occupaient le centre de la cour. Il est alors possible de les imaginer tels que les voyageurs étrangers les vantaient volontiers, lorsqu’ils visitaient le Caire à cette époque117.

  • 118 Porte reliée à celle de l’escalier d’accès par l’allée en dénivellation du maq‘ad.
  • 119 Fenêtre garnie d'une grille en bois tourné à larges mailles.

75Signalons encore une seconde pièce annexée au maq‛ad, située à son extrémité — avec porte de communication118. Cette chambre donne, comme la précédente, sur la cour par une fenêtre barreaudée119 ; elle devait répondre également aux besoins du maître, pour son repos personnel, ou des entretiens particuliers avec ses familiers ou certains de ses hôtes.

Les appartements privés

76Dans les palais du Caire, les appartements privés s’étendent largement entre les ailes Sud et Est qui leur sont également réservées (fig. 70, 71, 76). Leur importance et leur luxe ressort tout d’abord de leur aspect extérieur, aussi bien sur la cour que vers la rue. Aux grilles simples à larges mailles des pièces inférieures s’opposent, en effet, les fines grilles de bois tourné à réseau serré des multiples chambres et salons familiaux ; grilles de fenêtres alternent avec les moucharabiehs des balcons en encorbellement sur consoles de pierre et de bois. Intérieurement, couloirs et escaliers de pierre — à plusieurs volées droites — relient entre elles les différentes parties des lieux. Si l’on retrouve naturellement ici des éléments semblables à ceux des riches demeures qui se sont inspiré de l’architecture des palais, ceux-ci possèdent en plus grand nombre chambres, salles nobles et bains attenants.

  • 120 Cependant, en s’établissant sur l’emplacement d’anciennes constructions bahrites, les palais circa (...)
  • 121 J.M. Rogers, Al-Kahīra, p. 454. Incorporation fréquente de bâtiments anciens (palais) dans des con (...)
  • 122 A. Lézine, Les Salles nobles, passim.
  • 123 iwān inégaux.
  • 124 Côté Est.
  • 125 Certaines grilles murales étaient munies de volets pleins coulissant à l’extérieur dans un cadre d (...)

77Bien que, de leur côté, les résidences seigneuriales de la Cité aient certainement pris modèle, comme auparavant, sur les bâtiments royaux de la Citadelle, peut-être y-a-t-on joui d’une plus grande liberté d’innovation, sans la contrainte de constructions prestigieuses à conserver des siècles passés120. Dans les deux cas subsistants on retiendra un mode de distribution similaire entre les chambres de proportions variables autour des grandes salles de séjour et de fête121 (Pl. XXXIII). Au premier étage, on trouve ainsi plusieurs riwāq répartis entre les ailes Sud et Est du palais. Leur disposition la plus fréquente est parallèle à la cour vers laquelle donnent fenêtres et balcons à moucharabieh, le côté opposé étant seul réservé aux portes de communication intérieure, sur la dūrqā‛a. Ces ouvertures extérieures — qui se multiplieront et s’agrandiront progressivement — permettent de bénéficier de la meilleure orientation possible122. Alors que ce vaste salon présente la même physionomie générale que la qā‛a du rez de chaussée — dūrqā‛a entre deux īwān123 — il possède, grâce à ses fenêtres et balcons, l’agrément d’une vue distrayante sur la cour du palais, son jardin, son maq‛ad, parfois aussi sur la rue124. Les magnifiques loggias à claire-voie suspendues à l’un des côtés ou à l’extrémité des īwān, devaient en constituer l’endroit le plus recherché et le plus agréable ; les femmes pouvaient s’y tenir commodément assises sur des tapis et coussins et regarder discrètement au dehors sans risquer d’être vues125.

  • 126 A. Lézine, Les salles nobles des palais mamelouks, Le Caire, 1972, pp. 131 et ss. (les plafonds).

78Déjà très admirées dans les habitations des notables, les boiseries assemblées et ajourées du riwāq d’un palais y représentent un luxe supérieur, qui reste inconnu dans la qā‛a du rez de chaussée. Ce sera, nous l’avons dit, la seule différence entre les deux salles. Ailleurs, en effet, les mosaïques de marbre de la dūrqā‛a encadrent souvent une fontaine et répondent aux parements muraux en marbre de couleur, alternant avec les portes incrustées d’ivoire — portes de communication de la dūrqā‛a et portes de placards des īwān —. C’est aussi la brillante enluminure des plafonds à solives apparentes — à bords arrondis —126 qui s’harmonise avec la chaude polychromie des tapis étendus sur le sol des īwān entourés de divans et de coussins de soie brochés et brodés.

  • 127 Ahmad ‘Abd ar-Rāziq, op. cit., pp. 54 et ss. Il existait plusieurs catégories d’esclaves au temps (...)
  • 128 Ch. Schefer, op. cit., pp. 137 et ss. La fête de la rupture des digues, qui se renouvelait chaque (...)
  • 129 Hammam privé composé de deux ou trois pièces de dimensions réduites et complété par des latrines ( (...)

79Servies par une nombreuse domesticité aux attributions les plus diverses127, épouses et concubines du maître devaient chercher à se distraire selon l’exemple observé dans les palais sultaniens, à l’occasion de certaines cérémonies : imitation de leurs vêtements, de leur parure, de leur musique, de leurs chants et de leurs danses128. Elles pouvaient, en outre, se reposer dans des chambres annexées à l’un des īwān et prenant jour sur la cour, la rue ou les souqs. Enfin, pour les soins de leur toilette toujours longs et compliqués, elles disposaient d’un petit hammam au même étage129.

  • 130 A Lézine, La protection contre la chaleur. Si la conception des palais et riches demeures du Caire (...)

80Les riwāq sont complétés par des chambres décorées, plus ou moins grandes, au plafond peu élevé130, qui s’éclairent par des fenêtres au balcon à moucharabieh. En dépit de proportions inférieures, quelques pièces retiennent de la qā‛a certaines particularités, notamment la dénivellation du sol — dūrqā‛a avec un ou deux īwān —. Il arrive aussi que réapparaisse, dans l’une de ces chambres, l’usage du plan en T, l’alcôve médiane faisant alors fonction d’īwān face à une baie surplombant la cour ; on y reçoit aussi, avec l’orientation au Nord ou à l’Ouest, un air plus frais, renouvelé chaque soir. La distribution de l’ensemble des appartements se répète d’un étage à l’autre, jusqu’au second sinon au troisième étage.

Planche XXXVI

Planche XXXVI

Palais al-Razzāz.
(Partie Sud). Plan du rez-de-chaussée (état actuel).
1. Porche de l’entrée principale ; 2. Entrée voûtée ; 3. Hall ; 4. Cour ; 5. Pièce basse, (d) latrines ; 6. iwān ; 7. Couloir en chicane ; 8. Ancienne entrée de la qā‛a ; 9. Couloir d’accès à la qā‛a ; 10. qā‛a, (b) īwān ; 11. Antichambre ; 12. Pièce de repos ; 13. Couloir, (d) latrines ; 14. Chambres d’hôtes ( ?) ; 15. Communs ; 16. Couloir de dégagement ; 17. ḥammām ; 18. Chambre.

Planche XXXVII

Planche XXXVII

Palais al-Razzāz.
(Partie Nord). Plan du rez-de-chaussée (état actuel).
1. Magasins (ex-entrée principale) ; 2. Loge du portier ; 3. sabīl (sous kuttab) ; 4. Entrée actuelle (ex-entrée secondaire) ; 5. Ex-réservoir (?) ; 6. Porche ; 7. Communication avec madrasa ; 8. madrasa Sūlt’ān Ša‛bān ; 9. Cour ; 10. Porte de Qāyt-Bāy ; 11. Porche ; 12. Ex-taẖtābūš ; 13. Communication avec la 2e cour ; 14. Escalier du maq‛ad ; 15. Magasins ; 16. Ex-galerie arquée ; 17. Communs -saqiya ; 18. Moulin à grains ; 19. Escalier.

  • 131 Supra.
  • 132 Aḥmad ‘Abd ar-Rāziq, op. cit., pp. 152, 157, 198. « Il n’y a pas de doute que les noces de la cast (...)

81En dehors de leurs distractions favorites qui remplissaient leurs journées à l’intérieur du palais, les femmes d’un palais princier devaient être parfois attirées au dehors par les grandes fêtes de l’année131. Les invitations auxquelles elles pouvaient répondre à l’occasion de noces somptueuses organisées en l’honneur du Sultan ou d’un grand émir, n’étaient pas les moins appréciées132.

  • 133 Ibid. p. 156.
  • 134 Ibid., (2) al-Djawhari, Inbā’al-Hasr, fol. 98 Ve.
  • 135 Ibid., (3) Ibn Iyās, Badā’i‘, III, pp. 392-393.

82« Lorsque la fille de l’émir Bardbak épousa l’émir Tanibak ad-Dawādār au mois de shā‛ban 875/1470133, la nuit de la célébration de la noce, elle fut transportée du domicile de son beau-père à celui de son époux dans un palanquin broché d’or. Les eunuques et les princesses cheminaient autour d’elle à pied et sur les montures portant des cierges allumés et de grandes lanternes »134. L’historien Ibn Iyās raconte aussi à propos de la noce de Khawand Fātima, fille de Hāssbak, avec le Sultan al-‛Adil Tūmānbāy, qu’« elle quitta sa maison le jeudi 7 shā‛ban 901/1501 en palanquin broché d’or précédée d’un défilé des principaux dignitaires de l’Etat : le chancelier, l’intendant de l’armée, l’intendant de la maison privée, et d’autres fonctionnaires civils, l’intendant du harem royal, le commandant des mamlouks, ainsi que les principaux eunuques. Deux cents femmes parmi les épouses d’émirs et de notables cheminaient devant elle. Le cortège défila dans cet ordre jusqu’à la porte du voile où des tapis de soie avaient été étendus sur le parcours des montures portant le palanquin de la princesse, et des pièces d’or et d’argent furent lancées devant elle. L’intendant du harem royal portait le parasol et l’oiseau au-dessus de la tête de la princesse qui s’installa finalement à la salle des colonnes. Ce fut vraiment pour la Citadelle pendant trois jours, ajoute Ibn Iyās, une fête mémorable dont peu de princesses avaient bénéficié »135.

Communs

  • 136 Voir supra, Palais de Qāyt bāy et d’Al-Razzāz.
  • 137 Arcs bordés d’une moulure uniforme et d’un bandeau plat.
  • 138 Sans doute s’agit-il de la conservation de l’une des anciennes formes des écuries mameloukes bahri (...)
  • 139 Alors que les notables se transportaient à dos de mule, et que les ânes étaient à la portée de tou (...)
  • 140 Chacune de ces consoles est fixée, entre deux arcs, au-dessus et dans l’axe de chaque pilier.
  • 141 Relié à celle-ci par des escaliers de pierre.
  • 142 Grilles et petits balcons à moucharabieh.

83Nous avons vu que les communs d’un palais citadin en occupaient le plus souvent le rez-de-chaussée. Logements domestiques et magasins à vivres situés dans la partie Sud de la cour, au-dessous du maq‛ad, s’étendaient encore à la partie Est, surmontés des étages. (Pl. XXXII). D’autres dépendances très différentes contournent la cour à l’Ouest et au Nord (Pl. XXXVI, XXXVII). Aux premières constructions fermées, édifiées en pierre de taille et supportant pièces de réception et appartements privés, s’oppose une succession d’arcades brisées — non outrepassées — correspondant apparemment aux écuries du palais136. (Pl. XXXIV, fig. 74). Piliers et arcs en ogive137 soigneusement appareillés ouvrent sur des galeries dont les voûtes et doubleaux ne manquent pas de rappeler les iṣṭablāt des qaṣr bahrites. Nous reconnaissons là une des formes architecturales caractéristiques des anciens bâtiments mamelouks138. On en trouverait d’ailleurs une survivance analogue dans les quartiers environnants, à l’intérieur des fondouks et wakalas. A ceux-ci, en effet, les ailes Nord et Ouest du palais auraient aussi emprunté, semble-t-il, leur disposition générale entre rez-de-chaussée et étage. Au-dessus des écuries qui abritaient jadis chevaux et autres montures139, se succèdent uniformément des chambres semblables rattachées aux communs. Le support de leur encorbellement est assuré par une rangée de solides consoles de pierre, consoles jumelées à double tête arrondie que déborde, au sommet, une poutre complémentaire inclinée vers le haut140. L’étage ainsi conçu pouvait encore s’élargir de la même façon du côté de la rue. Bâti en briques avec chaînage en bois, il comprend un couloir faiblement éclairé sur la cour141, desservant l’ensemble des logements. Ceux-ci reçoivent air et lumière, de l’extérieur — au Nord et à l’Ouest — par des fenêtres barreaudées142. L’affectation en était, sans doute, réservée aux mamelouks ou cavaliers attachés à la garde personnelle du palais. A ces dépendances pouvaient encore s’ajouter, à l’extrémité Nord de la cour, répondant aux besoins de leurs occupants, moulin à grains et sāqiya.

  • 143 Généralement saumâtre, l’eau de puits ne convenait, dit-on, qu’à des usages domestiques. L’eau des (...)

84Pour assurer le service des maîtres et de leurs hôtes, des cuisines particulières étaient installées, dans le cas qui nous occupe, derrière l’aile Sud. On s’y rendait, en traversant cette aile, par des couloirs voûtés, une cour spéciale étant réservée aux cuisines avec puits, four, chauffage des hammams et logements des esclaves chargés de ces diverses tâches. Enfin l’alimentation en eau des différentes parties du palais — hammam, fontaine des qā‛a, etc. — nécessitait le fonctionnement constant d’une noria (sāqiya). Celle-ci était alors installée au-dessus d’un puits ; la surélévation éventuelle de la plate-forme de la sāqiya avec roues de puisage facilitait la distribution de l’eau aux divers étages143.

  • 144 Voir palais de Qāyt bāy, Al-Razzāz, Radwān bāy in Palais du Caire, I, pp. 21 à 81. J.M. Rogers, op (...)

85Avec sa situation en plein quartier urbain, ce type de palais circassien paraîtra si bien adapté à des besoins nouveaux — correspondant à une période de paix et de prospérité — qu’il bénéficiera encore, aux siècles suivants, de la même faveur sous la domination ottomane144, sans nécessiter des modifications importantes.

Salles de réception civiles et religieuses

86Indépendamment des salles nobles qui s’intègrent au palais ou à la riche demeure d’époque circassienne, il existe quelques exemples de salles d’apparat (maq‛ad, qā‛a) rattachées ou non à des monuments religieux et répondant à un usage particulier.

Planche XXXVIII

Planche XXXVIII

Maq‛ad Mamā‛ī.
En bas : plan du rez-de-chaussée.
1. Terrasse dallée ; 2. Escalier extérieur ; 3. 1er magasin (maẖzan) ; 4. 2e magasin, (a) bouche d’aération, (b) piliers et contreforts tardifs ; 5. Rampant (sous escalier) ; 6. 3e magasin (maẖzan), (b) contrefort ; 7. 4e magasin (maẖzan) ; (a) bouche d’aération ; (b) contreforts tardifs.
En haut : plan de l’étage.
1. Terrasse ; 2. Escalier extérieur ; 8. Escalier intérieur, (a) bouche d’aération ; 9. Chambre annexe ; 10. Loggia –maq‛ad ; 11. Colonnade.

Planche XXXIX

Planche XXXIX

Maq‛ad Qāyt-Bāy.
En bas : rez-de-chaussée.
1 Porche d’entrée ; 2. Cour ; 3. Magasins (maẖzan) ; 4. Chambre voûtée ; 5. Escalier d’accès au maq‛ad ; 6. Escalier (entrée secondaire).
En haut : étage.
1. Porche d’entrée ; 2. Cour ; 3. Escalier principal ; 6. Escalier secondaire ; 7. maq‛ad.

  • 145 Sous auvent.

87Maq‛ad. Entre la deuxième moitié du xve siècle et le début du xvie, on distingue ainsi deux types de maq‛ad, l’un de style classique avec sa loggia ouverte entre des arcades surhaussées145, l’autre d’aspect nouveau et fermé.

  • 146 Palais du Caire, I, p. 11 à 20, fig. 5 et 6.
  • 147 Sur chapiteaux palmiformes (fig. 85).
  • 148 Premier étage.
  • 149 A droite de la loggia et de l’escalier du maq‘ad, avec fenêtre barreaudée donnant sur la cour.

88Maq‛ad ouvert. Le premier type est représenté par le maq‛ad Mamā‛ī146 qui dresse sa colonnade exceptionnelle à cinq arcs brisés147 (Pl. XXXVIII, fig. 80), non loin des mosquées et collèges religieux des premiers Sultans mamelouks bahrites. L’ensemble, élevé en pierre de taille, se compose des éléments habituels : soubassement (au rez-de-chaussée) fait de pièces basses, voûtées (maẖzan) (fig. 83, 85) ; portail monumental flanquant le côté droit (fig. 81) ; grande salle surélevée148 orientée au Nord, que complète une pièce annexe149 et que couvre un magnifique plafond à solives apparentes bordé d’une large frise épigraphique à gorge (fig. 84).

89Création de l’un des plus grands émirs de Qāytbāy, ce maq‛ad apparaît comme une véritable tribune officielle, en raison de ses fortes proportions et de son aspect majestueux. Sans doute était-il utilisé, en certaines circonstances, pour recevoir de hauts personnages et des notables de la ville. S’il est isolé aujourd’hui, cela ne prouve pas qu’il ne s’y soit ajouté autrefois, sinon un palais entier, tout au moins, autour d’une vaste cour, des constructions à usage de logement, cuisines et écuries, afin de satisfaire aux besoins de réceptions importantes.

  • 150 Au Nord-Est de la Citadelle. Infra. Palais du Caire, III, pp. 13-29, fig. 5 et 6.
  • 151 Palais du Caire, III, pp. 31-46, fig. 9 à 12.
  • 152 Avec pièces de repos.
  • 153 Palais du Caire, III, pp. 38-39.
  • 154 Comme le suggère M. A. Abdul Tawab.
  • 155 Communication orale de Mme Shahira Mehrez.
  • 156 J.M. Rogers. al Kāhira : Khānḳāhs, in Encyclop. Islam, IV, p. 452. « Les derniers ḳhānḳāhs burdjit (...)

90Maq‛ad fermé. On connait deux réalisations distinctes du maq‛ad fermé. La première appartient à la mosquée funéraire de Qāytbāy, à laquelle le maq‛ad a été annexé, dans la Nécropole du Désert150 (Pl. XXXIX, XL). La seconde est rattachée au mausolée d’Al-Ġūrī, en face de la madrasa de ce Sultan151 (Pl. XLI, XLII). Du maq‛ad traditionnel, ces deux maq‛ad modifiés ont conservé seulement la partie inférieure et le portail classique152 (fig. 87, 88, 92). De même le plafond intérieur de la nouvelle salle fermée ne diffère-t-il pas du plafond à solives apparentes des loggias décrites plus haut (fig. 93). Seule, la façade extérieure sur cour — fermée ou non — apparaît comme une réelle innovation ; tandis que les arcades habituelles ont été fidèlement maintenues dans la façade du maq‛ad de Qāytbāy (Pl. XLI, fig. 87), arcades murées et percées d’une rangée de fenêtres barreaudées, toute trace d’arc a complètement disparu de la façade du maq‛ad d’Al-Ġūrī (fig. 92). Cet affranchissement total de l’architecture extérieure du maq‛ad classique a permis de substituer à une forme hybride une innovation plus franche et mieux équilibrée avec la superposition de deux rangées d’ouvertures de type différent, baies rectangulaires barreaudées en bas ; fenêtres géminées en pierre sculptée traversant la façade dans toute sa largeur et en soulignant l’importance153 (fig. 92). A quelles cérémonies correspondaient ces deux maq‛ad particuliers ? Réceptions masculines ou féminines ? Dans le premier cas, on penserait à des cérémonies organisées en hiver à l’intérieur d’une salle fermée à cette intention154. Dans le second cas, les maq‛ad fermés auraient permis de recevoir avec toute la discrétion nécessaire les femmes du harem du Sultan, sinon des émirs, à l'occasion de certaines fêtes commémoratives155. On rapporte aussi que ces grandes salles fermées auraient été utilisées par des adeptes du soufisme pour leurs séances religieuses156.

Planche XL

Planche XL

Mosquée funéraire de Qāyt-Bāy (Qarafa).
Au complexe architectural (mosquée-mausolée-sabil-kuttāb) se rattachaient, au xve siècle, un maq‛ad ainsi que des wakāla et ẖānqā, le long de la voie principale (en majeure partie disparus ou en ruines) (d’après Coste).

Planche XLI

Planche XLI

Maq‛ad al-Ġūrī.
Plan du rez-de-chaussée.
1. Porche d’entrée à voûte étoilée ; 2. Couloir d’entrée ; 3. Cour ; 4. Escalier d’accès à la salle de prières et à la ẖānqā ; 5. Escalier du maq‛ad ; 6. Magasins ; 7. Couloir de communication vers les communs ; 8. Entrée secondaire pour les communs ; 9. Emplacement des communs (ruines).

Planche XLII

Planche XLII

Maq‛ad al-Ġūrī.
En bas : plan du 1er étage ; en haut : vide du maq‛ad (12) et deuxième étage (13).
3. Cour ;5. Escalier du maq’ad ; 10. Porche ;ll. Dégagement à ciel ouvert ; 12. maq‛ad, (a) défoncement ; 13. Chambre annexe ;14. Escalier.

  • 157 Palais du Caire, III, pp. 21-30, fig. 7 et 8. On trouve aussi, dans d’autres monuments religieux d (...)

91Qā ‛a. Un exemple de qā‛a a été observé auprès d’un monument religieux du xve siècle, la mosquée d’Azbak al-Yūsufī, à proximité de la Mosquée d’Ibn Ṭūlūn (fig. 96 à 101). Surélevée au-dessus du sol, cette salle de proportions modestes s’éclaire seulement sur la rue par les fenêtres de sa façade extérieure — ouvertures barreaudées sous fenêtre géminée et oculus. Son rattachement à une mosquée-madrasa avec mausolée laisse supposer des fonctions assez semblables à celles des maq‛ad sultaniens157.

Habitations collectives

92L’architecture domestique a conservé, nous l’avons vu, de beaux exemples de palais et demeures privées ; c’était le fait de puissances militaires ou religieuses sinon de fortunes commerciales et industrielles. En revanche on chercherait en vain les vestiges de constructions particulières destinées à abriter autrefois des familles de condition plus modeste à l’intérieur du Caire. Aussi est-il difficile d’imaginer avec certitude quel aspect ces constructions pouvaient avoir et à quels matériaux elles avaient recours, pierres, briques cuites ou séchées.

  • 158 rab‘, pl. ribā‘.
  • 159 wakāla, pl. wakālāt (ou « okelle »).

93Il en est autrement des bâtiments (rab‛)158 que certains sultans se plurent à édifier intra muros ou dans les faubourgs afin d’y loger des citadins de classe moyenne. Ce sont alors de véritables habitations collectives qui durent se multiplier en grand nombre du Nord au Sud de la Cité pour répondre aux besoins d’une population commerçante, artisanale et religieuse. Les exemples que nous en connaissons témoignent de l’intérêt que l’on portait à ces édifices désignés sous l’appelation de rab‛ : grandes proportions des façades, voire des cours intérieures, l’ensemble étant réalisé, comme les riches demeures privées, en solide pierre de taille complétée par l’usage de la brique aux étages supérieurs. Avec la répétition et la superposition d’éléments semblables, ces immeubles évoquent naturellement d’autres bâtiments collectifs de même nature, religieux et civils, si fréquents au Caire ; caravansérails (wakāla)159, collèges religieux (madrasa), couvents de soufis (ẖanqā).

  • 160 Layla ‘Ali Ibrahim, Mamluk Monuments of Cairo in Quaderni dell’istituto italiano di cultura per la (...)

94Comme dans ces divers ensembles, la conception des rab‛ parait avoir adopté, pendant plusieurs siècles, les mêmes éléments fondamentaux tels qu’on les voit, à la fin de l’époque mamelouke, dans des constructions dûes aux Sultans Qāytbāy et al-Ġūrī160. Alors que certains rab‛ constituaient des habitations collectives indépendantes, ici les rab‛ sont liés à des wakāla qui occupent le rez-de-chaussée autour d’une cour intérieure ; les logements étaient installés aux étages. Il s’agit de deux wakāla fondées par Qāytbāy (xve s.), l’une près de Bāb al-Naṣr, l’autre près de la Mosquée al-Azhar, au voisinage de laquelle une wakāla d’al-Ġūrī (xvie s.) apparait également proche du complexe religieux de ce sultan — mosquée-madrasa et mausolée –maq‛ad —.

95Grâce à une restauration complète, ce dernier bâtiment donne une idée précise de son état antérieur, tandis que les deux bâtiments précédents ne montrent plus que leur façade sur rue, sinon leur cour intérieure (Bāb al-Naṣr). Encore cette façade apparait-elle diminuée, sans doute, de un ou deux étages.

Aspect extérieur

  • 161 La délimitation de chacun des groupes de logements successifs est visible de l’extérieur.
  • 162 Sauf dans la wakāla d’al-Ġūrī où n’existent que des magasins intérieurs — plus profonds — donnant (...)
  • 163 Hauteur de chaque étage : environ 4,50 m à 5,00 m. Pierre de taille : 0,60 x 0,32. La largeur — en (...)
  • 164 Ouverture des étages (Bāb al Naṣr ) : fenêtres inférieures (avec volets) hauteur 2,90 m ; larg. 0, (...)
  • 165 Les balcons à moucharabieh (mašrabīya) qui apparaissent à l’un des étages de la wakāla de Qāytbay (...)

96Les trois wakāla avec rab‛ de la fin de l’époque mamelouke présentent à l’extérieur les mêmes façades caractéristiques : aspect imposant de grandes surfaces murales qui n’atteignent pas moins de 15 m de haut, leur uniformité étant à peine modifiée par de faibles encorbellements sur consoles de pierre ; partage symétrique de la façade de part et d’autre du portail central (fig. 108, 110, 112), entre rangées horizontales et superpositions verticales d’ouvertures semblables161 : en bas, donnant sur la rue, les magasins de commerçants ou échoppes d’artisans162 ; en haut, à chacun des deux étages163, groupe de six fenêtres identiques, étroites et élevées — trois fenêtres inférieures à contrevents rabattus au-dessous de trois fenêtres barreaudées164, ces ouvertures simples pouvant être remplacées à l’étage supérieur par d’élégants balcons à moucharabieh165.

  • 166 Des sabīl-kuttāb de même style et de mêmes proportions accompagnent souvent des monuments importan (...)
  • 167 Grilles à barreaux entrecroisés. Une colonnette cantonnée à l’angle de la tour correspond à un mod (...)
  • 168 Un portail à arc trilobé et deux portes ordinaires permettent l’accès au sabīl, au kuttāb et à un (...)

97Solidement construites en moyen appareil jusqu’au 2e étage, les murs apparaissent encore renforcés par le prolongement des linteaux de bois surmontant magasins et fenêtres. L’uniformité générale est heureusement rompue par la grandeur et la beauté du portail d’entrée ainsi que par le décor extérieur du rez-de-chaussée, marquant bien l’importance que les Sultans Qāytbāy et al-Ġūrī portaient à ces bâtiments d’intérêt public. Ajoutons enfin qu’à l’exemple de la wakāla de Qāytbāy, près d’Al-Azhar, un sabīl-kuttāb devait également flanquer l’une des extrémités de la façade des deux autres wakāla. Ainsi le mérite des auteurs de ces monuments s’augmentait-il de celui d’une fondation pieuse. Son utilité ne pouvait qu’être appréciée par les habitants de la wakāla et de son rab‛. Le sabīl-kuttāb qui a survécu jusqu’à ce jour, à l’angle Nord-Ouest de la wakāla du xve siècle indiquée plus haut, surprend par ses grandes dimensions proportionnées à celles de la façade qu’elle accompagne166. Tour carrée bâtie également en pierre de taille, cette construction annexe atteint le sommet des terrasses voisines (fig. 102). La partie inférieure, réservée à une fontaine publique (sabīl), s’ouvre au dehors par deux larges grilles d’angle167 ; au-dessus, l’école coranique (kuttāb) montre deux élégantes fenêtres géminées de type traditionnel — à colonne médiane et arcs brisés outrepassés168. Le décor géométrique et floral dont on a rehaussé les murs extérieurs du sabīl-kuttāb répond au goût manifesté dans les monuments sultaniens de même époque ; on le retrouvera (fig. 103 à 107) aussi à l’entrée principale de la wakāla.

Planche XLIII

Planche XLIII

Wakāla Qāyt-Bāy (al-azhar) (xve s)
Portail à arc brisé et trilobé au milieu d’une façade richement décorée. L’ouverture de l’entrée montre la cour intérieure (aujourd’hui remplacée par d’autres constructions) (d’après P. Coste).

  • 169 Portail d’entrée : 1) wakāla de Qāytbāy (Bāb al-Naṣr) : haut. 7 m. ; 2) wakāla de Qāytbāy (al-Azha (...)
  • 170 Voûte caractéristique des entrées monumentales aux xve et xvie siècles.

98Entrée monumentale. Bien que les façades de ces wakāla apparaissent aussi élevées que celles des riches demeures contemporaines, leur entrée monumentale, particulièrement majestueuse, reste princière (fig. 108,110, 112). On ne peut, en effet, la comparer qu’aux portails des palais, mosquées, madrasa et ẖānqā ; mais à rencontre de ceux-ci qui possèdent fréquemment une entrée latérale avec antichambre et couloir d’accès en chicane, ici le portail extérieur se dresse dans l’axe de la cour intérieure sur laquelle débouche directement son large hall. Il est surmonté de l’arc trilobé sur pendentifs et stalactites, qui caractérise les monuments du règne de Qāytbāy, cet arc devant conserver longtemps la même faveur169 (fig. 109). Au-dessous et en retrait s’ouvre la porte proprement dite, soit dans un arc brisé non outrepassé (wakāla de Bab al-Nasr et d’al-Azhar, xve s.) (fig. 105, 108), soit sous un linteau droit (wakāla al-Ġūrī, xvie s.). Au dehors, les banquettes de pierre habituelles flanquent la partie inférieure de l’entrée que ferme une solide porte à deux battants. Une ornementation sculptée, voire incrustée, enrichit le portail, se poursuivant, de part et d’autre, sur les linteaux des magasins (fig. 103, 107). Au-delà du seuil, se prolongent les banquettes latérales bordant le hall d’accès couvert d’une belle voûte appareillée en forme d’étoile170.

  • 171 Stalactites rehaussées de motifs floraux sculptés dans la pierre, rappelant les stalactites taillé (...)
  • 172 Un bandeau épigraphique à la louange du fondateur surmonte seulement l’entrée de la wakāla de Bāb (...)

99Ornementation. Avec le sabīl-kuttāb extrême, le portail central confère à la wakāla une réelle noblesse architecturale (Pl. XLIII). Ce sont aussi les parties les mieux décorées de l’édifice, l’ornementation de celui-ci étant exclusivement réservée à la façade sur la rue, ornementation de pierre sculptée, plus rarement de marbre ou de bois. Dans les deux wakāla de Qāytbāy, l’arc brisé de l’entrée est orné soit d’éléments rayonnants en stalactites171 (fig. 105), soit d’incrustations de fleurons en marbre172. Les écoinçons montrent une composition linéaire en marbre noir et rouge sur fond blanc. L’entrée d’al-Ġūrī se distingue des précédentes par une double plate-bande appareillée — linteau et arc de décharge — au savant assemblage recti-curviligne (fig. 111). Autour de l’imposte — ou fenêtre barreaudée — séparant arc ou linteau inférieur de l’arc supérieur trilobé, le fond du portail est garni de motifs géométriques et floraux à l’intérieur d’un compartimentage mouluré cher à cette époque. Les écoinçons de l’arc trilobé s’ornent enfin de rinceaux de palmettes et fleurons en champlevé.

100De la base au sommet, une double moulure à bouclettes arrondies forme l’encadrement général du portail et le sertissage de ses panneaux décoratifs. Une ornementation de même style se répètera encore sur les deux faces angulaires du sabīl-kuttāb (fig. 102). Ailleurs, la nudité des murs reste complète, à l’exception de la rangée de linteaux surmontant l’ouverture des magasins des deux wakāla du xve siècle. Près de Bāb al-Naṣr, ces linteaux ne sont qu’une succession de poutres portant une longue inscription sculptée (fig. 111). A côté d’al-Azhar, linteaux et arcs de décharge en pierre de taille sont richement revêtus de sculptures taillées en biseau — motifs géométriques et floraux — (fig. 104, 106, 107).

Planche XLIV

Planche XLIV

Wakāla et rab‛ de Qāyt-Bāy (Bāb al-Naṣr). Plan du rez-de-chaussée et du 1er étage (d’après Layla Ali Ibrahim).
En bas : rez-de-chaussée : entrée sur la place Bāb al-Naṣr, (côté Est) avec échoppes extérieures. Escaliers communs extérieurs et intérieurs. Cour centrale entourée de magasins voûtés avec porches.
En haut : étage. Couloir circulaire côté cour. Rab‛ : Unités d’habitations complètes côtés Est et Sud (Antichambre avec escaliers particuliers, latrines et recoins (cuisine) au dessous d’une mezzanine ; Salle commune à plafond élevé). Pièces plus simples, côtés Nord et Ouest.

Cour intérieure

  • 173 Les termes suivants étaient utilisés autrefois pour désigner, au Caire, une cour d’habitation : ṣa (...)
  • 174 Quatre arcs inégaux sur les plus petits côtés ; huit arcs semblables sur les grands côtés. Ces arc (...)
  • 175 Les magasins intérieurs, donnant sur la cour côté Ouest, sont séparés par un mur des magasins (ou (...)
  • 176 Encorbellement utilisé par un couloir de communication (dihlīz).
  • 177 Couverture en voûte des deux rangées de constructions superposées au-dessous du premier étage.

101La wakāla de Qāytbāy proche de Bāb al-Naṣr et la wakāla d’al-Ġūrī voisine d’al-Azhar ont seules conservé la configuration originelle de leurs cours respectives173. Bien que de dimensions différentes, les deux cours sont également rectangulaires, celle du xve siècle — la moins importante — s’étendant en largeur, celle du xvie en profondeur (Pl. XLIV, XLV, XLVI). L’une et l’autre s’entourent d’arcades brisées non outrepassées — semblables à celles de l’entrée —174 au-devant de la rangée circulaire des magasins aménagés au rez-de-chaussée (fig. 108). Cependant ces arcades ne formeront qu’un seul portique à piliers réservé au côté Nord de la première cour, de simples porches lui succédant sur les trois autres côtés. L’ensemble ainsi divisé correspond à la succession de magasins voûtés175 dont chacune des arcades abrite l’accès — porte à arc persan sous imposte barreaudée. Au-dessus, les étages du rab‛ ne dépasseront pas la faible saillie des encorbellements extérieurs, reliés aux angles de la cour par des escaliers de pierre176. La grande cour intérieure de la wakāla d’al-Ġūrī est un véritable péristyle, avec son entourage complet de portiques élevés. En effet, ceux-ci desservent non seulement les magasins du rez-de-chaussée, mais aussi les logements des commerçants établis à l’entresol177, grâce à une allée surélevée au niveau des arcs et protégée vers la cour par une balustrade en bois tourné (fig. 113).

102Les étages du rab‛ montrent la multiplicité de ses étroites fenêtres et balcons supérieurs à moucharabieh, tels qu’on les aperçoit déjà en façade, leur extension intérieure témoignant de l’importance de cette habitation collective.

Lieux d’habitation (rab‛)

103A l’intérieur de chaque rab‛ et au-dessus des magasins des wakāla se superposent des logements (maskan) de même type — bien que d’importance variable d’un bâtiment à l’autre — Chaque groupe est ainsi accessible, verticalement, par un escalier s’élevant de la cour jusqu’aux étages, horizontalement, par des couloirs circulaires donnant sur la cour (Pl. XLIV, XLV, XLVI).

  • 178 L’auteur des Unités d’habitation distingue, selon leur importance, trois types de salle commune : (...)

104Aux divers étages, aussi réduit soit-il, tout appartement comprend lieux d’habitation et communs, les premiers tournés vers l’extérieur (fig. 102, 110, 112, 113), les autres relégués près de l’entrée. La pièce principale, ou salle de séjour, s’éclaire sur la rue ou la cour par le groupe de six fenêtres décrit plus haut. Le sol en était à deux niveaux, à côté de la porte l’allée de la dūrqā‛a précède un īwān surhaussé auprès des fenêtres. Selon la coutume, on quittait ses sandales dans la dūrqā‛a avant de s’installer commodément sur les nattes et tapis garnissant l’īwān178.

Planche XLV

Planche XLV

Wakāla et rab‛ al-Ġūrī (al-Azhar).
Plans du rez-de-chaussée et de l’entresol (d’après archives).
En bas : rez-de-chaussée : entrée, rue al-Azhar (sans échoppes au dehors, sauf côté Est). Cour intérieure entourée d’une galerie à arcades brisées et de magasins.
En haut : entresol à couloir circulaire desservant des pièces pour commerçants.

Planche XLVI

Planche XLVI

Wakāla et rab‛ al-Ġūrī (al-Azhar).
Plans du 1er étage (d’après archives).
Couloir circulaire mi-intérieur (sur cour, côté Nord), mi extérieur (sur les trois autres côtés), déterminant l’orientation des unités d’habitation vers la rue (Nord) ou vers la cour (autres côtés) avec mašrabiyya. Ces logements comprennent : antichambre avec latrines, escaliers, autre recoin (cuisine et débarras) et une salle de séjour avec placards.
Au dessus de l’antichambre une mezzanine forme chambre. Bouche d’aération centrale.

  • 179 Id. taẖāna ou ẖizāna nawmīya ; ṭabāqa ; šuqqa taẖāna (pièce étroite).
  • 180 Id. ṭāqa (pl. ṭāqāt).
  • 181 Id. sullam (pl. salālim).
  • 182 Id. recoin pour jarres d’eau : bayt azyār ; magasins à vivres : ẖazā’in, ḥawāsil ; latrines : mirf (...)

105De part et d’autre, les défoncements latéraux des murs blanchis à la chaux pouvaient recevoir des placards. La pièce était couverte d’un plafond ordinaire à solives apparentes. Une ou deux chambres s’y ajoutaient, de proportions souvent restreintes, l’une sur l’un des côtés de la salle de séjour, l’autre au fond de celle-ci179, la surplombant de ses étroites fenêtres d’aération180. On s’y élevait de l’antichambre postérieure, par un étroit escalier181 particulier, distinct de celui du rab‛. C’est aussi à cet endroit que se trouvaient réunies resserre à provisions, cuisines et latrines182, au voisinage de l’entrée du logement donnant sur le palier.

106Chaque unité d’habitation apparait encore uniformément blanchie à la chaux, à l’exclusion de tout ornement. Sans doute cette simplicité intérieure était-elle atténuée par la présence, au sol, de nattes, tapis et couvertures, sur les murs et devant les fenêtres, de tentures et rideaux.

107Dans un cadre identique, une même famille pouvait se répartir entre les différentes pièces aménagées les unes au-dessus des autres à l’intérieur d’un même rab‛ et pourvues d’un escalier indépendant. En fait, ces usages ne différaient pas des coutumes pratiquées en d’autres lieux par des familles musulmanes occupant des chambres distinctes autour d’une cour centrale.

  • 183 Id. Disposition courante dans les maisons à étages de Rosette (xviiie s.).
  • 184 Id. Partage des terrasses entre les habitants des rab‘. L’intimité et l’indépendance ainsi recherc (...)
  • 185 Occupés aujourd’hui par des familles de condition modeste.

108Une autre disposition spéciale se trouve dans la cage d’escalier menant aux étages et à la terrasse, facilitant la ventilation de l’ensemble grâce à la présence de fenêtres dans chacun des logements avec leurs ouvertures inférieures et supérieures183. Aussi ce type d’habitation apparait-il particulièrement frais en été et le mieux adapté au climat local. Chaque groupe d’unités était alors desservi par une même cage d’escalier et consistait le plus souvent en ṭibāq, parfois en qā‛a et en riwāq184. Typiquement cairotes, ces divers types d’habitation ont été utilisés par la classe moyenne jusqu’au xixe siècle185.

  • 186 Voir supra. On peut être surpris de la méconnaissance ou de l’indifférence des architectes et cons (...)

109A l’appui des observations de Layla ‛Ali Ibrahim, rappelons l’emploi qui était fait, dans ces habitations collectives, des mêmes éléments essentiels fixés par la tradition lors de la construction de riches demeures privées. On pourrait enfin reconnaître aux unités de logement des rab‛ une origine sans doute plus lointaine qu’on ne l’imagine ; n’y retrouve-t-on pas, en effet, la survivance de conception d’habitations ordinaires de l’ancienne Egypte telles que le site de Tell el-Amarna en montre des exemples précis186 ?

***

  • 187 E. Pauty, op. cit., pp. 9 et 10.

110Pour terminer l’examen de l’architecture domestique et de son évolution au Caire, sous le règne des Sultans mamelouks circassiens, rappelons les conclusions émises à ce sujet par E. Pauty187 : « Avec les Circassiens, l’architecture civile cesse totalement de présenter l’aspect rébarbatif des organisations défensives. Une période de tranquillité favorise l’éclosion d’œuvres délicates. L’architecture civile devenue plus humaine recherche l’élégance des lignes, la richesse du décor qui va parfois jusqu’à la profusion. Les palais et les maisons abritent des souverains, des notables lettrés, artistes, bien décidés à profiter, en gens de goût, des ressources de l’art.

Planche XLVII

Planche XLVII

Wakāla et rab‛ al-Ġūrī (al-Azhar).
Plan du 2e étage (d’après archives).
Même disposition générale qu’au 1er étage, à l’exclusion d’une mezzanine et d’une salle commune aussi élevée. Communication avec étage inférieur par escalier particulier. Puits de lumière et d’aération.

111Le règne de Kâïtbaï amena à son point culminant cet art du palais et de grande demeure, qui offrait tout ce que l’art du bâtiment peut donner : habitat confortable à la fois cérémonieux et familial, conçu dans le goût le plus sûr. Le maq‛ad de Mamaï témoigne de la maîtrise des maîtres du xve siècle, dans l’étude des proportions d’un édifice, des agencements d’un décor...

112Ainsi l’architecture civile des Mamlouks, guerrière et farouche avec les premiers Bahrites, devint majestueuse et fastueuse au temps de Mohammed an-Nasir. Plus humaine avec les premiers Circassiens, riche et maniérée au xve siècle, elle ne pourra que décroître après le règne de Kâïtbaï ».

113On doit reconnaître cependant que d’une période mamelouke à l’autre, la partie la plus importante d’un palais comme d’une riche demeure n’a cessé d’être la salle d’honneur ou qā’a. Qu’elle soit unique ou multiple selon la fortune de ses commanditaires, elle n’en reste pas moins, à travers l’évolution architecturale, le centre caractéristique du somptueux habitat cairote autour duquel s’établissent les appartements.

114Les constructeurs ont continué à subir le même attrait pour la grandeur des proportions, celle-ci apparaissant fréquemment dès l’entrée, dans un porche monumental. Mais tandis qu’à l’époque bahrite, l’emploi d’arcs brisés — outrepassés ou surhaussés — sépare également les īwān d’une qā‛a et ceux d’une madrasa, d’une ẖānqā ou d’une mosquée, de part et d’autre de la dūrqā‛a centrale ou du saḥn, aboutissant à leur donner un même aspect architectural, cette ressemblance disparaîtra vers le xve siècle. Le développement particulier des boiseries à l’intérieur de la qā‛a, entrainant le remplacement des arcs de pierre par des supports en charpente (kurdī), contribuera à donner désormais à cette grande salle sa physionomie propre.

115Si l’usage des arcs est abandonné à l’intérieur de la qā‛a — alors qu’il est conservé dans les édifices religieux — il reprend ses droits dans l’importante innovation architecturale que représente le maq‛ad, élégante loggia dominant cour ou jardin, réservée aux hôtes de marque.

116Il n’est pas jusqu’à la modeste salle de séjour, que possède chaque unité d’habitation collective dans un rab‛, qui n’apparaisse comme le reflet de la qā‛a (à l’imitation lointaine de l’habitat traditionnel déjà adopté par l’Égypte pharaonique).

117A la pierre de taille qui a toujours permis de distinguer les constructions luxueuses des bâtisses communes en briques ou en pisé, s’ajoute enfin, sous le règne des Sultans Circassiens, l’emploi de plus en plus important du bois — rare et coûteux —.

  • 188 .J M. Rogers, op. cit., al Kahira, p. 453. L’auteur reconnait aussi dans la seconde période mamelou (...)

118L’extension des boiseries, selon les formes les plus diverses — sculptées, tournées, dorées et peintes — modifiera progressivement le style extérieur et intérieur de l’architecture domestique ; en effet, elles apparaîtront aussi bien dans les plafonds, portes et placards que dans les grilles à moucharabieh garnissant les nouvelles ouvertures plus nombreuses et plus larges qu’auparavant188.

  • 189 E. Pauty, op. cit., Après la prise du Caire par Sélim I en 1517, le pays s’endormira sur son passé (...)

119Parvenue à cet état de son évolution, l’architecture mamelouke semble se figer, sans renouvellement manifeste, lorsque s’impose, au xvie siècle, la domination ottomane189.

Notes

1 G. Wiet, L’Egypte arabe, p. 511 et ss.

2 M. Delaporte, Description de l’Egypte, Paris, 1826, chap. VI, p. 115-127. De nombreux monuments sont édifiés par les Mamelouks circassiens en Palestine, en Syrie et en Egypte, durant la même période.
E. Pauty, op. cit., pp. 46-48.

3 M. Delaporte, ibid., pp. 111-112.

4 Ibid. Grand cimetière au désert de l’Est, distinct du cimetière Sud, (Qarafah). Un intérêt particulier est porté aux constructions de mosquées traditionnelles et mosquées funéraires, dernière forme architecturale mamelouke. L. Bréhier, op. cit., p. 11. Déjà sous le règne des Fatimides, s’élevait sur les hauteurs du Muqaṭṭam l’une des premières mosquées funéraires — avec coupole — dite Al-Ğuyūšī (1085).
J.M. Rogers, Al-Kahira, op. cit., p. 434 ;
M. Clerget, Le Caire, I, 1934, p. 164. « Barqouk créa autour de son tombeau des appartements pour les pauvres, pour les travailleurs et leurs familles. Qayt bay fit construire près de sa mosquée des logis pour les étudiants d’El-Azhar ; à cet égard encore, les nobles imitèrent leurs sultans ».

5 M.S. Briggs, op. cit., p. 117. L’auteur présente Barqūq comme un protecteur des arts. Le mausolée du Sultan Barqūq fut édifié dans le cimetière Nord (1399). Cf. J.M. Rogers, op. cit., p. 451.

6 Rue al-Naḥḥāsīn. Voir supra.

7 Avec entrée en chicane semblable à celle d’un palais. L’action du premier Sultan circassien dut se manifester également à l’intérieur de la Citadelle.

8 Arcs opposés deux à deux — outrepassés et surhaussés —

9 Emploi des stalactites dans les trompes de la coupole du Mausolée.

10 Fontaine d’angle élevée en 1400-10. La coutume de cette adjonction sera maintenue par les Turcs jusqu’au xviiie s.

11 Arcs brisés outrepassés.

12 Ibid. p. 119. On le disait épris d’étude et d’architecture.

13 J.M. Rogers, al-Kahira, p. 450.
Des arcs brisés surhaussés divisent la salle de prières et entourent la galerie circulaire autour de la cour. Aux extrémités latérales des travées, les plafonds à solives apparentes, dorées et peintes, montrent des kurdi identiques à ceux que l’on verra désormais dans les qā‘a, sinon dans certains maq‘ad à partir du xve siècle.
Les deux minarets de la mosquée Al-Mu’ayyad se dressent curieusement sur les tours fatimides de Bāb Zuwayla.

14 J.M. Rogers, op. cit., p. 451. Transformation rapide du māristān en mosquée.

15 Ornée d’entrelacs compliqués, la coupole de son mausolée diffère des coupoles plus anciennes à cannelures ou chevrons.
Cf. J. Bourgoin, Précis de l’art arabe ; Gayet, L’Art arabe ; Lane-Poole, Saracenic Art.

16 J.M. Rogers, ibid., p. 452. Développement particulier de la coupole.

17 Lane-Poole, op. cit., p. 114. Il gouverna l’Egypte plus longtemps que ne l’avait fait aucun prince depuis Qalāwūn. L. Bréhier, op. cit., p. 12.

18 F. Fabri, Le voyage en Egypte de Felix Fabri, 1483, 3 vol. « Collection des Voyageurs occidentaux en Egypte » par l’IFAO, Le Caire, 1975, passim.

19 M. S. Briggs, op. cit., p. 114.

20 Infra.

21 Ce changement provoquera alors une distinction nouvelle entre l’aspect intérieur d’une qa‛a et celui d’une mosquée-madrasa qui conservera les arcs de ses iwān.
M. J. Jomard, Description du Kaire, Paris, 1829, p. 346. P. Coste, Architecture arabe ou Monuments du Caire, Paris, 1837, p. 38-39. M. Van Berchem, Matériaux pour un Corpus inscriptionum arabicarum, Paris, 1903, p. 431.

22 M. S. Briggs, op. cit., p. 124. L’élégante loggia du sabīl-kuttāb rappelle celles de Venise et de Vérone.

23 Une composition géométrique et florale de pierre sculptée forme la parure extérieure des coupoles de Qâyt-bây.
Cf. M.S. Briggs p. 129. A partir du xve siècle, le ṣaḥn de la mosquée-madrasa se couvre d’un plafond à lanterneau, les plafonds de bois peint étant déjà adoptés au-dessus des īwān. Cette disposition résulte de l’affectation complète du bâtiment à un masğid ou ğāmi’.
La couverture de l’ensemble du bâtiment renforce la ressemblance architecturale mentionnée plus haut entre mosquée-madrasa et qā‘a de style mamelouk bahrite.

24 M. J. Jomard, op. cit., p. 315-317. M. S. Briggs, op. cit., p. 115. L’intérêt que le Sultan Al-Gūri portait aux constructions monumentales fut contrarié par des circonstances telles que l’hostilité des Turcs ottomans et la nouvelle concurrence des navires portugais — qui enlevaient à l’Egypte le monopole de son trafic entre l’Est et l’Ouest.

25 Ibid., pp. 127-129. Monuments édifiés en 1503-4. Le maq’ad fermé qui y est annexé s’apparente au type de salle de réception déjà adopté pour la première fois par Qâyt bây auprès de sa moquée funéraire ; voir infra. M. Van Berchem, op. cit., p. 572 et ss. En 1502, l’émir Ḫayr-beg éleva auprès de l’ancien palais de Ālīn-Āq et de la Mosquée d’Āqsūnkur, sa propre mosquée funéraire.

26 La situation de Capitale politique et commerciale du Caire était fondée jusqu’alors sur des rapports constants avec des pays comme la Perse, l’Inde et Venise.

27 Léon l’Africain, Description de l’Afrique, 3 vol., Paris, 1896, pp. 503-504. De la ville d’Al Kāhira qui renferme 8 000 feux, peu de temps après sa conquête par les Ottomans, l’auteur nous dit : « C’est là qu’habitent les gens de meilleure condition, qu’affluent les richesses qui viennent de partout, que se trouve le fameux temple appelé Gemih el Hasare (Al-Azhar), c. à d. le temple illustre...
Elle est entourée de belles et fortes murailles avec de superbes portes ferrées... La ville est bien pourvue d’artisans et de marchands. Ils sont surtout établis dans la rue qui va de Bab en Nasre à la porte de Zuala. C’est là que se trouve la plus grande partie de la noblesse du Caire. Il y a dans cette rue plusieurs collèges admirables par leurs dimensions, la beauté de leur construction et leur ornementation... »

28 Une situation semblable se répétera plus tard avec le palais d'un Radwân bây au xviie siècle.

29 E. Pauty, Les Palais et les maisons d’époque musulmane au Caire. Le Caire, 1933, p. 9 ; pp. 46-47. « Après le xive siècle, le palais et la maison s’humanisent. Déjà sous Kâitbâï, au xve siècle, les proportions et le style n’ont plus la puissance et la majesté des constructions précédentes, à la fois palais et forteresses... les locaux se multiplient en diminuant de volume, ne visent plus qu’à l’élégance. Le caractère plus luxueux de l’architecture indique une période moins troublée, tournée vers les joies de la vie citadine et familiale ». Ces transformations architecturales durent apparaître après le règne des Sultans Barqūq (fin du xive siècle) et Al-Mu’ayyad (début du xve siècle).

30 Voir infra. Cf. A. Lézine, Trois palais d’époque ottomane au Caire, Le Caire, 1972 ; J. Revault et B. Maury, Palais et maisons du Caire (du xive au xviiie siècle), I, 1975 ; II, 1977 ; III, 1978, passim.

31 Voir infra.

32 Voir J.-C. Garcin, infra.

33 Le voyage en Egypte de Joos van Ghistele (1482-1483). Publication de l’I.F.A.O., Le Caire, 1976, p. 23-24. A la même époque, un autre voyageur européen, Félix Fabri nous rapporte plus brièvement sa visite au Palais du Sultan. Cf. Le voyage en Egypte de Félix Fabri (1483), II, I.F.A.O., 1975, p. 510. Et aussi Ibn Iyâs, trad. G. Wiet, Journal d’un bourgeois du Caire (2 vol.), Rennes, 1955, II, p. 23. On vanta, jusqu’au règne du Sultan al-Ġūrī, la tente royale inaugurée par Qāyt bāy. La dépense s’en était élevée, dit-on, à 36 000 dinars. « Cette tente avait la forme d’une salle de réception à trois vestibules : au centre s’élevait une coupole sur quatre piliers d’une grande hauteur : il n’y avait nulle part au monde une tente semblable. Elle était de tissu multicolore, et il fallait 300 marins pour la monter ». Inspirée de la qā’a dans sa forme générale et ses grandes dimensions, la tente de Qāyt bāy était dressée, à l’occasion de réceptions du Sultan, dans la cour royale de la Citadelle.

34 Ibid. p. 25. Joos van Ghistele sollicita auprès du Sultan, « des lettres de sauf-conduit pour pouvoir traverser en paix son pays ». Les voyageurs admis à voir Qâyt bây le présentent alors comme un homme de taille moyenne, portant une barbe blanche et vêtu le plus souvent de lin blanc.

35 Voir infra.

36 Le voyage en Egypte, op. cit.

37 « ṭawāšī », mot qui signifie eunuque.

38 Le voyage en Egypte de Felix Fabri ; 1483, II, I.F.A.O., Le Caire, 1975, p. 510-511.
Felix Fabri qui a rendu visite au Sultan Qayt Bay au palais de la Citadelle ne nous donne pas de renseignements précis sur son architecture et son décor. Les impressions qu’il nous livre permettent toutefois de comprendre combien on demeure attaché à des proportions monumentales et à un faste royal important, à l’intérieur de la Cour du Sultan, au xve siècle.
« Nous y vîmes un ordre admirable et un très grand nombre d’esclaves appartenant au Sultan, une multitude énorme de vastes écuries et de grandes salles... Nous passâmes ensuite dans un autre château qu’habite le Sultan, et où il faut passer par douze portes de fer avant de parvenir jusqu’au Sultan. Les ayant franchies, nous le vîmes sur le trône royal, siégeant en vêtement blanc ; plusieurs Mamelouks, chacun selon son ordre, l’entourant respectueusement, dans une grande discipline. Il y avait là également autour de lui, plusieurs anciens hommes graves de grand âge...
... une place, très vaste, au pied du mont, sous le château, où l’on vendait chameaux, ânes et chevaux. Il y en avait là une abondance extrême, et un grand nombre de mamelouks était là, à regarder les chevaux mis en vente ».

39 Aḥmad Abd ar-Rāziq, op. cit., pp. 179-180.

40 Ibid., « Al-Qalqashandī, Subh, III, p. 375 ». L’existence de jardins au milieu des palais de la Citadelle était déjà signalée au temps d’al Nāṣir ibn Qalāwūn (supra).

41 Ibid., « Cette salle se situait d’après Popper dans le coin Nord-Est à l’intérieur de la Citadelle. Cf. Egypt and Syria, XV, p. 22.
Si l’on se réfère à P. Casanova, Histoire et Description de la Citadelle, Le Caire, 1894 pp. 637-649, et aux descriptions des palais mamelouks bahrites par Ibn lyâs (voir supra) on peut supposer que les qā‘a des quatre princesses circassiennes étaient situées sur l’emplacement qu’occupait auparavant le harem de Nasir Muhammad ibn Qala’un (Sept salles). Est-ce à dire qu’il s’agissait seulement ici d’une nouvelle affectation des anciens bâtiments, n’excluant pas certains remaniements intérieurs ? Sinon aurait-on construit, à la même place, des salles neuves conçues selon d’autres principes architecturaux et décoratifs — remplaçant notamment les arcs intérieurs de la qā‘a par des linteaux à kurdī ?

42 Cette appellation de « salle suspendue » devait correspondre, comme jadis, à la surélévation de la qā‘a au-dessus d’une autre construction.

43 Ibid. D’après Popper, elle se trouvait à l’Ouest de la Porte secrète. Cf. Egypt and Syria, XV, p. 22.

44 Ibid. Gaulmier, Zubda, p. 40. Un eunuque noir, émir de la timbalerie, dont les connaissances et l’expérience avaient mérité la confiance du souverain, remplissait les fonctions d’intendant des princesses (Zimām al-Adur).

45 Léon l’Africain, op. cit., pp. 513-514.

46 Ibid. Cette Citadelle est une véritable cité royale.

47 Comme en témoignent les plans et études laissés par l’Expédition de Bonaparte (Description de l’Egypte).

48 Avec la disparition des grands ensembles fortifiés.

49 Voir : 1) plan du Caire relevé par l’Expédition ; 2) plan par Grand Bey (1874). Léon l’Africain, op. cit., supra.
L. Hautecœur et G. Wiet, (Les mosquées du Caire, I, Paris, 1932, p. 47) rapportent ces paroles d’Ibn Haldūn : « Celui qui n’a pas vu le Caire ne connait pas la grandeur de l’islamisme. C’est la métropole de l’univers, le jardin du monde, la fourmilière de l’espèce humaine, le portique de l’islamisme, le trône de la royauté ; c’est une ville embellie de châteaux et de palais, ornée de couvents de derviches et de collèges, éclairés par les lunes et les étoiles de l’érudition ».

50 bayt, pl. buyūt ; manzil, pl. manāzil.

51 En dépit des multiples destructions et reconstructions. Voir infra.

52 Succédant à l’ancienne moulure — tore et cavet — la bordure en « chaîne » avec boucles arrondies connaîtra, à partir du règne de Qâyt bây, une très grande faveur dans l’ornementation architecturale des entrées et des cours. Voir infra.

53 De cette façon, en effet, on pouvait suivre l’animation de la rue en contrebas tout en surveillant l’entrée et les personnes qui s’y présentaient. Sur l’animation des ruelles du Caire au xve siècle voir Félix Fabri, Le voyage en Egypte, 1483, I.F.A.O., 1975, p. 437 et ss.
J. Revault et B. Maury, Palais du Caire, III, 1978, Manzil de Zaynab Hātūn, p. 2, fig. 3.

54 Deux ou trois étages.

55 bawwāb, pl. bawwābīn. Celui-ci disposait parfois d’une pièce de repos, donnant sur l’antichambre de l’entrée et le début du couloir d’accès à la cour intérieure.

56 ḥawš, pl. aḥwâš.

57 Si l’on se reporte aux récits de voyageurs qui visitèrent le Caire, au xve siècle, on constate que jardins et vergers y étaient nombreux, non seulement au bord du Nil et de ses canaux, mais aussi à l’intérieur de la ville.

58 Contrairement aux anciennes maisons de Fustat (inspirées de celles de Samarra) et aux habitations maghrébines traditionnelles, les pièces d’habitation de la demeure mamelouke n’ouvrent pas directement sur la cour intérieure.

59 Le maq‘ad à trois arcs appartenait surtout aux palais qui pouvaient en montrer aussi de plus importants. Infra.

60 Les pièces affectées aux communs sont moins soumises aux caprices de la mode que les autres parties de la demeure. L’emploi habituel des voûtes et la forte épaisseur des murs y maintiennent une certaine fraîcheur tout en évitant les risques d’incendie. Possédant les qualités d’une cave, des chambres ainsi conçues ont parfaitement répondu, pendant plusieurs siècles, aux besoins de toute demeure citadine au Caire. Le rôle des maẖzan y était particulièrement important, que ce fut pour assurer la subsistance quotidienne de la famille en temps normal ou pour lui permettre de résister en cas de troubles. Voir, à ce sujet, un pareil usage du maẖzan (voûté) dans les habitations tunisoises. Cf. J. Revault, op. cit., passim.

61 La cuisine peut comporter, en outre, une large ouverture pratiquée dans la voûte, au-dessus des fourneaux d’argile rangés le long du mur extrême, afin d’en permettre l’évacuation de la fumée jusqu’aux terrasses.

62 Indépendamment des chambrettes qui pouvaient, selon certaines nécessités, être mises à leur disposition à l’intérieur des appartements.

63 Ce rôle de soubassement pour l’étage rappelle la même fonction remplie par les iṣṭablāt bahrites au-dessous de la qā’a d’un qaṣr.

64 Cf. E. Pauty, op. cit., passim. A. Lézine, Trois palais, pp. 47-52. Les mêmes éléments ont été examinés par P. Coste et M. S. Briggs pour la période ottomane, op. cit.
J. Revault et B. Maury, Palais du Caire, II, Qā‘a de Muḥibb al-Din al-Muwaqqi‘ (ou de ‘Utman Katẖudā), p. 21 à 30, fig. 6 à 8 ; III, 1979, manzil Zaynab Hātūn, pp. 1 à 12, fig. 3 et 4 ; qā‘a al-Fāsī, pp. 47 à 52, fig. 14.

65 Voir supra, Palais de Baštak et de l’émir Ṭāz.

66 A. Lézine, Trois Palais, p. 51, fig. 12.
La galerie d’époque circassienne apparait plus conforme à un autre type de galerie d’époque bahrite, présenté comme l’une des parties les plus anciennes du Palais de Radwān-bāy ; cf. J. Revault et B. Maury, op. cit., I, pp. 73-74. On verra plus tard combien ce porche — ou portique — semblera apprécié et la place qu’il occupera comme lieu de repos au milieu d’un jardin, dans les somptueuses résidences élevées par émirs et notables, à proximité du Nil et du Halīğ (xviiie-xixe siècles). Cf. P. Coste, op. cit.

67 Le terme de qā‛a était déjà employé pour désigner de grandes salles d’apparat dans les palais fatimides du Caire. Maqrīzī a donné la description des banquets d’apparat qui étaient donnés par les khalifes Fatimides aux différentes fêtes de l’année et notamment à celle de la rupture du jeûne. Ces festins avaient lieu dans la partie du palais qui portait le nom de Qā‛at al Dahab (la salle d’Or).

68 A. Lézine : La Protection contre la chaleur dans l’architecture musulmane d’Egypte, in Bulletin d’Etudes orientales de l’Institut de Damas, t. 24, 1971, p. 7-17. « On distingue deux variétés de malqaf cairotes. Vient en premier lieu le malqaf communiquant avec une qā‘a ou une mandara par une ou deux ouvertures aménagées dans le plafond de la salle. Protégées par des grilles en bois à larges mailles, elles sont généralement situées à l’extrémité de l’un ou de l’autre des deux īwān. Plus rarement elles se trouvent dans l’un des renfoncements que peuvent comporter les côtés latéraux de la salle. Les auvents des malqaf sont très légèrement construits : en bois, ou même en roseaux recouverts de plâtre aux deux faces. D’autres ont été éliminés par suite de l’adjonction d’un étage au-dessus de la qā‛a ou d’une mandara. Mais les grilles sus-mentionnées, restées en place aux plafonds des salles, permettent d’affirmer que ce mode de ventilation était extrêmement répandu. La deuxième variété de malqaf est celle dans laquelle le ventilateur aère une chambre autre que la qā‘a et la mandara. Selon E.W. Lane, c’était le lieu où l’on venait dormir en été... ». Ce second type de malqaf aurait été relevé dans des palais et maisons de l’époque ottomane. « Le malqaf d’époque musulmane le plus ancien que nous connaissions au Caire date du xie siècle (Deir el Banat). Au début du xiiie siècle, Abd el-Latif certifie que peu de maisons de la capitale en étaient dépourvues ». Utilisation du malqaf, au Nouvel Empire, pour la ventilation des chambres de Tell el-Amarna. Cf. A. Badawi, Architectural provision..., fig. 2 d.

69 Pénétration de l’air frais dans la qā‘a à travers les grilles de protection fixées à la base du malqaf, à l’extrémité du plafond de l’īwān Nord (fig. 59, 60). A. Lézine, Persistance de traditions pré-islamiques dans l’architecture domestique de l’Egypte musulmane, in Annales islamologiques, t. X, 1972, p. 10.

70 On se réchauffait aussi à l’aide de braseros et de vêtements appropriés. Cf. Léon l’Africain, op. cit., p. 514-515 : « Les habitants du Caire sont bien habillés. L’hiver ils portent des étoffes de laine et certains vêtements rembourrés de coton ».

71 Supra.

72 Avant que l’usage n’en fut étendu à l’encadrement des īwān, les kurdī auraient été limités tout d’abord, nous l’avons dit, à une forme simplifiée destinée à rehausser l’ouverture des alcôves latérales dans certaines qā‛a du xive siècle ; voir supra.
Nous verrons aussi l’extension de ce nouvel élément architectural, à l’intérieur du maq‘ad de certains palais et riches demeures comme aux salles de prières de plusieurs mosquées circassiennes Al-Mūayyad, Qâyt bây, Al-Ġūrī.

73 Sur les plafonds décorés, cf. A. Lézine, Les salles nobles, pp. 131-146.

74 Correspondant souvent à la hauteur totale de la demeure — 2 ou 3 étages.

75 La réclusion des femmes, à l’époque mamelouke, apparait cependant assez peu rigoureuse au Caire, lorsqu’on voit avec quelle liberté elles sortent dans la rue pour y faire elles-mêmes leurs achats, se rendent fréquemment au hamman et au cimetière, assistent aux fêtes religieuses et sultaniennes, allant jusqu’à se mêler parfois aux réunions d’hommes, les jours de grande réception organisée dans la qā‘a. Cf. Aḥmad ‘Abd ar-Rāzīq, La femme au temps des Mamelouks en Egypte, Public, de l’I.F.A.O., Le Caire, 1973,passim.
Léon l’Africain, op. cit., pp. 514-515. A propos des coutumes particulières aux habitants du Caire et de ses faubourgs, l’auteur s’étonne de la grande liberté et de l’indépendance des femmes, qui montent, voilées de blanc, sur des ânes, pour rendre visite à leurs familles et à leurs amis, pendant que les hommes travaillent.

76 Quatre portes s’ouvraient ainsi deux à deux, de chaque côté de la dūrqā‘a, surmontées de longues niches à fond plat et souvent pointu, encadrant un défoncement plus ou moins profond. Dans certains cas l’accès à la dūrqā‘a pouvait se réduire à une ou deux portes, des placards de même forme rectangulaire à deux battants assurant la symétrie de l’ensemble. Voir infra : Qā‘a Muhibb al-Dīn (ou ‘Utman Katẖudā), Qā‘a al-Fāsī. Lorsqu’une chambre ou une pièce plus intime était annexée à la qā‘a, elle communiquait directement avec l’un des iwān. Plus tard, une sorte de dressoir s’ajoutera à l’un des côtés de la dūrqā‘a ; orné d’arceaux brisés ou trilobés et de colonnettes de marbre, il servira de support à des vases, plats et aiguières.

77 dūlāb, pl. dawālīb. Répartition symétrique de quatre à six placards verticaux (rectangulaires) de part et d’autre des īwān — sinon au fond. Portes à panneaux ornés de motifs géométriques marquetés.

78 Une salle de fête, à l’époque mamelouke, est toujours un sujet d’admiration que l’on se plait à évoquer : Ahmad ‘Abd ar-Rāziq, op. cit., p. 176.

79 E. Pauty, op. cit., p. 49. Tout en rappelant la présence de la loggia dans les maisons de la Syrie chrétienne, avec vue sur la rue et sur la cour, l’auteur précise : « Il semble bien que le goût des loggias provienne d’une inspiration syrienne et persane. La disposition du maḳ‘ad est très apparentée au talar persan, à deux colonnes et niche centrale, que les Persans réservaient pour des réceptions en été ».

80 Ibid. p. 14. De même que la qā‛a peut apparaître comme une survivance de la salle de séjour ou de réception chère à l’ancienne Egypte, le maq‘ad mamelouk — puis ottoman — ne peut manquer de rappeler le souvenir des loggias sur jardin dans les quartiers disparus de Tell el-Amarna.

81 Escalier appuyé contre le mur du maq‘ad et formant perron.

82 Colonne de marbre ou de pierre, à fût cylindrique, torse ou octogonal, avec chapiteau antique de remploi ou chapiteau « égyptien ». Imposte de surélévation ornée de stalactites.

83 Ainsi que des chambres situées à l’étage supérieur.

84 Couvert d’un plafond à solives apparentes disposées transversalement.

85 Cette allée relie souvent deux portes extrêmes, celle de l’escalier d’accès au maq‘ad et celle d’une chambre annexée à la loggia.

86 Garde-fou fixé aux murs latéraux et à la colonne médiane, assurant la protection du maq‘ad vers la cour en contrebas. Sa faible hauteur ne s’opposait pas à la vue sur l’extérieur.

87 On y ajoutera plus tard des placards muraux.

88 Solives aux arêtes légèrement arrondies, sauf aux extrémités — arêtes vives —. Entre-deux à petits caissons carrés ou rectangulaires.

89 Tables basses ornées d’incrustation d’ivoire et d’ébène, supportant des plateaux ciselés.

90 Des parements de marbre devaient entourer certaines pièces.

91 L’étymologie du terme mašrabiyya serait donnée par l’usage primitif de cette grille ; une sorte de cage — à section carrée ou octogonale — exécutée en petits éléments tournés et faisant saillie hors d’une fenêtre, aurait servi à contenir une gargoulette et à en rafraîchir l’eau par évaporation au contact de l’air. Cf. E. Pauty, op. cit., p. 52. On pourrait aussi rechercher l’origine des grilles en bois tourné dans les robustes clôtures compartimentées qui séparaient parfois salle de prières et cour (mosquée fatimide de Ṣālih Ṭalā‘i‘, mosquée circassienne d’Al-Mu’ayyad) ou qui entouraient un cénotaphe à l’intérieur d’un mausolée (Mausolée de Qalāwūn).

92 Cf. Description de l’Egypte, Etat Moderne, II, Paris, 1829, Pl. XV.

93 J. Bourgoin, Précis de l’Art arabe, Paris, 1892, III, menuiserie, pl. XXIII. Prisse d’Avennes, L’Art arabe d’après les Monuments du Caire, 1878, passim.

94 Appelées à remplacer les anciennes grilles en fer des constructions bahrites, les nouvelles grilles en bois tourné n’ont dû être adoptées que progressivement dans les fenêtres (murs ou encorbellements), sous le règne des sultans circassiens. On n’en connaîtra pas, sans doute, le plein développement avant la domination ottomane.

95 Nattes et matelas de couchage étaient rangés, durant la journée, à l’intérieur de chambrettes ou de placards. Cf. M. S. Briggs, Muhammadan Architecture (Domestic architecture), Egypte et Palestine, Oxford, 1924, p. 152.

96 Voir Manzil Zaynab Ḫātūn, Palais du Caire, III, 1979, p. 7 à 11.

97 La qā‘a du rez-de-chaussée n’ouvrira que plus tard une ou plusieurs fenêtres à moucharabieh sur la cour, lorsque la mode en aura été adoptée.

98 C’est à l’époque ottomane que l’art de la boiserie ouvragée atteindra au Caire son plein épanouissement, à l’intérieur comme à l’extérieur des édifices.

99 Toute demeure importante dispose de plusieurs latrines réparties entre le rez-de-chaussée et les divers étages.

100 Au-dessus des étages édifiés en briques cuites ou crues avec chaînage de renforcement en bois (ou tronc de palmier) pouvaient s'ajouter des constructions légères destinées à la domesticité.

101 A. Gayet, L’Art arabe, Paris, 1893, p. 231-232.

102 Sefer Nameh, Relation du voyage de Nassiri Khosrau, Amsterdam, 1970, p. 132. « Dans l’intérieur de la ville, les maisons sont séparées l’une de l’autre par des vergers et des jardins que l’on arrose avec l’eau des puits. Le palais du sultan renferme des jardins réservés qui sont les plus beaux que l’on puisse voir. L’eau nécessaire à leur entretien est élevée au moyen de roues hydrauliques. On plante également des arbres sur les terrasses et l’on y établit des pavillons ».

103 Cette disposition de jardins autour des habitations rappelle celle qui existait jadis aux temps pharaoniques. Sans doute sera-t-elle maintenue sous le règne des Mamelouks dans les endroits où des espaces libres le permettront ; coutume qui distingue alors les anciens jardins extérieurs, entourant les maisons, des jardins intérieurs enfermés dans l’enceinte d’un palais. Cette dernière forme prévaudra seule, par la suite, avec la raréfaction des terrains. Dès lors tout jardin citadin deviendra un véritable luxe que les plus riches notables dissimuleront jalousement entre les murs de leur demeure.

104 Sefer Namch, Introduction, p. 133 (1).

105 « Le voyage et itinéraire de oultre mer faiet par Frère Jehan Thenaud, maistre es ars, docteur en théologie et gardien des frères mineurs d’Angoulême. On les vend à Paris, en la rue Neufve Nostre Dame, à l’enseigne Sainct Nicolas s.d. f° 13 et 14 ».
L’intérêt porté aux jardins est attesté dans ses observations de voyage dès le xie siècle par Nasiri Khusraw, op. cit., p. 172 : « Entre autres particularités de Misr, on doit signaler celle-ci : quiconque veut se créer un jardin peut réaliser son désir en quelque saison que ce soit. Il est possible de se procurer et de planter en tout temps, soit des arbres chargés de fruits, soit des arbres d’agrément. Il y a des gens qui sont les courtiers de ce genre de commerce et qui fournissent immédiatement tout ce qui est demandé. Ils ont des arbres plantés dans des bacs, sur les terrasses de leurs maisons qui ressemblent pour la plupart à des jardins. Ces arbres sont, en général, couverts de fruits, oranges sucrées ou amères, grenades, pommes et coings. Ces courtiers ont aussi des rosiers, des basilics et des plantes odoriférantes.
Lorsqu’on le désire, des porte-faix vont prendre ces caisses avec les arbres qu’elles contiennent ; ils les attachent à des perches et les transportent à l’endroit qu’on leur indique, et, après avoir vidé les caisses, ils plantent les arbres qui n’éprouvent aucun dommage. Je n’ai vu cet usage pratiqué dans aucun autre pays du monde et je n’en ai entendu parler nulle part ailleurs ; je dois ajouter qu’il est fort agréable ».
L’installation et l’entretien de telles pépinières ne pouvaient que répondre à la création de nombreux jardins sous le règne des Fatimides ; il est probable que ceux-ci en trouvèrent la pratique, à leur arrivée au Caire (xe s.) et qu’ils la léguèrent à leurs successeurs, Ayyoubides et Mamelouks.

106 Cf. Description de l’Egypte. Etat moderne, Paris, 1829, passim. P. Coste, Architecture arabe ou Monuments du Caire, Paris, 1837, passim.

107 A la possession de caravansérails, et souks que sultan et émirs faisaient souvent construire eux-mêmes, devait s’ajouter la propriété de caravanes chargée d’assurer le trafic des marchandises.

108 Annexe ajoutée à l’Ouest de l’ancien palais.

109 Sur deux rues différentes.

110 Calcaire du Moqattam.

111 Infra.

112 J. Revault et B. Maury, Palais du Caire, I, Palais de Qāytbāy, pp. 21 à 33, fig. 7 à 10 ; Palais d’al-Razzāz, pp. 35 à 65, fig. 11 à 17.

113 Colonnes à chapiteau (souvent antique de remploi), surmonté d’un tailloir à stalactites.

114 Avec fenêtre munie d’une grille de bois à larges mailles surplombant la cour.

115 A ces panneaux verticaux pouvaient s’ajouter des placards muraux.

116 Entouré d’une large frise dorée et peinte, avec gorge et stalactites disposées comme auparavant, à intervalles réguliers.

117 Voir supra. On devait y trouver, à côté des roses et des jasmins, palmiers, figuiers, grenadiers, orangers, citronniers, avec cyprès et sycomores. Souvent une noria (sāqiya), actionnée par un bœuf, pourvoyait à l’irrigation du jardin, avec bassin, ainsi qu’à l’alimentation en eau du palais. A. Lézine, La protection contre la chaleur, op. cit., p. 7 à 17. « Le rôle rafraîchissant de l’eau est mentionné dans tous les passages du Coran décrivant le Paradis qui est toujours représenté sous la forme d’un jardin ».

118 Porte reliée à celle de l’escalier d’accès par l’allée en dénivellation du maq‘ad.

119 Fenêtre garnie d'une grille en bois tourné à larges mailles.

120 Cependant, en s’établissant sur l’emplacement d’anciennes constructions bahrites, les palais circassiens du Caire en conservèrent souvent les solides fondations et murs inférieurs en pierre de taille.

121 J.M. Rogers, Al-Kahīra, p. 454. Incorporation fréquente de bâtiments anciens (palais) dans des constructions plus récentes, formant des ensembles incohérents de qā‘a et de maq‘ad.

122 A. Lézine, Les Salles nobles, passim.

123 iwān inégaux.

124 Côté Est.

125 Certaines grilles murales étaient munies de volets pleins coulissant à l’extérieur dans un cadre de bois fixe (protection contre la chaleur et le froid).
A. Lézine (manuscrit). « Chacun sait que les grands moucharabiehs des palais du Caire apportent leur concours à la ventilation de ces demeures. Ceux qui comportent trois côtés et font saillie sur l’alignement des façades étaient des lieux d’élection pour dormir pendant la saison chaude. On se trouvait, en fait, dans ces alcôves, pratiquement dehors tout en restant protégé des regards indiscrets ».

126 A. Lézine, Les salles nobles des palais mamelouks, Le Caire, 1972, pp. 131 et ss. (les plafonds).

127 Ahmad ‘Abd ar-Rāziq, op. cit., pp. 54 et ss. Il existait plusieurs catégories d’esclaves au temps des Mamelouks : 1) les concubines qui pouvaient être élevées au rang d’épouses après avoir donné à leur maître un enfant. D’autres étaient destinées au plaisir et à la distraction du maître au bain. 2) Les esclaves chanteuses et danseuses que possédaient sultans et émirs. 3) Les esclaves destinées aux travaux domestiques et aux soins des enfants, qui étaient le plus souvent l’objet de traitements sévères.

128 Ch. Schefer, op. cit., pp. 137 et ss. La fête de la rupture des digues, qui se renouvelait chaque été, à l’occasion des crues du Nil, devait attirer par son faste toutes les classes de la société égyptienne.
« Avant la cérémonie, on bat, trois jours durant, dans les écuries du Sultan, des timbales et de gros tambours et on sonne de la trompette afin d’habituer les chevaux à ce grand bruit ». Le jour de la cérémonie, le cortège royal comptera, en effet, plusieurs milliers de chevaux.
« On conduit aussi un grand nombre de chameaux portant des litières richement ornées, et des mulets dont les bâts sont incrustés de plaques d’or et de pierreries ». L’ensemble du cortège, entourant le sultan, se rend ainsi jusqu’au Nil.

129 Hammam privé composé de deux ou trois pièces de dimensions réduites et complété par des latrines (éclairées et aérées par une cheminée de ventilation et de lumière).

130 A Lézine, La protection contre la chaleur. Si la conception des palais et riches demeures du Caire visait essentiellement à la protection de leurs habitants contre la chaleur, certaines précautions étaient également prises pour défendre ceux-ci contre le froid de l’hiver — deux à trois mois —. En dehors des divers modes de fermeture des baies (volets, tentures) et de chauffage (braséros), on disposait de pièces étroites et basses de plafond pouvant servir de chambres d’hiver.

131 Supra.

132 Aḥmad ‘Abd ar-Rāziq, op. cit., pp. 152, 157, 198. « Il n’y a pas de doute que les noces de la caste militaire se déroulaient toujours avec un cérémonial majestueux. Il est certain également que les Mamelouks célébraient leurs noces durant trois à sept jours au cours desquels ils donnaient de grands banquets, l’un réservé aux femmes de la maison de la jeune fille et l’autre aux hommes du domicile de l’époux. Le dernier jour, au coucher du soleil, le mari était conduit chez sa nouvelle épouse par les officiers supérieurs et tous les fonctionnaires de l’Etat au grand complet portant des cierges allumés. Dès son arrivée, les orchestres commençaient la célébration de la noce, et l’on entendait le chant et la musique mêlés aux trilles de joie des femmes invitées. Celles-ci arrivaient vêtues de robes somptueuses couvertes de pierres précieuses. La plupart des invités apportaient des présents considérables : cire, moutons, oies, sucre et autres objets divers, non seulement aux parents des deux conjoints mais aussi aux artistes célébrant la cérémonie... » supra.

133 Ibid. p. 156.

134 Ibid., (2) al-Djawhari, Inbā’al-Hasr, fol. 98 Ve.

135 Ibid., (3) Ibn Iyās, Badā’i‘, III, pp. 392-393.

136 Voir supra, Palais de Qāyt bāy et d’Al-Razzāz.

137 Arcs bordés d’une moulure uniforme et d’un bandeau plat.

138 Sans doute s’agit-il de la conservation de l’une des anciennes formes des écuries mameloukes bahrites.

139 Alors que les notables se transportaient à dos de mule, et que les ânes étaient à la portée de tout le monde, seul le cheval était considéré comme un animal noble, réservé exclusivement à la Cour du Sultan et aux Mamelouks. Cela explique l’intérêt particulier qui devait lui être témoigné dans les divers palais du Caire.

140 Chacune de ces consoles est fixée, entre deux arcs, au-dessus et dans l’axe de chaque pilier.

141 Relié à celle-ci par des escaliers de pierre.

142 Grilles et petits balcons à moucharabieh.

143 Généralement saumâtre, l’eau de puits ne convenait, dit-on, qu’à des usages domestiques. L’eau destinée à la boisson était puisée dans le Nil et faisait, chaque jour, l’objet d’un approvisionnement intense de la Capitale. Son transport dans des outres était effectué à dos de chameau, d’âne et d’homme (communication de A. Raymond).
Ch. Shefer, op. cit., p. 132. « L’eau potable est fournie par le Nil et elle est apportée en ville à dos de chameau par des saqqas (porteurs d’eau) » 52 000 chameaux transportent l’eau dans de grandes outres jusqu’à l’entrée des principaux quartiers. De là, elle est distribuée par des porteurs d’eau à travers d’étroites ruelles innaccessibles aux chameaux.

144 Voir palais de Qāyt bāy, Al-Razzāz, Radwān bāy in Palais du Caire, I, pp. 21 à 81. J.M. Rogers, op. cit., p. 454.

145 Sous auvent.

146 Palais du Caire, I, p. 11 à 20, fig. 5 et 6.

147 Sur chapiteaux palmiformes (fig. 85).

148 Premier étage.

149 A droite de la loggia et de l’escalier du maq‘ad, avec fenêtre barreaudée donnant sur la cour.

150 Au Nord-Est de la Citadelle. Infra. Palais du Caire, III, pp. 13-29, fig. 5 et 6.

151 Palais du Caire, III, pp. 31-46, fig. 9 à 12.

152 Avec pièces de repos.

153 Palais du Caire, III, pp. 38-39.

154 Comme le suggère M. A. Abdul Tawab.

155 Communication orale de Mme Shahira Mehrez.

156 J.M. Rogers. al Kāhira : Khānḳāhs, in Encyclop. Islam, IV, p. 452. « Les derniers ḳhānḳāhs burdjites dépendaient des fondations funéraires complexes et n’étaient souvent pas autre chose qu’un maḳ’ad, pareil à celui d’al Ġūrī [66-7], 908-10/1503-4, grande salle orientée où se tenaient à des heures déterminées, le ḏhikr djamā‘i ou le ḥuḍur wazīfat al-taṣawwuf quotidien ».

157 Palais du Caire, III, pp. 21-30, fig. 7 et 8. On trouve aussi, dans d’autres monuments religieux de l’époque mamelouke, des qā‛a qui leur sont rattachées. Tel est le cas de deux élégantes salles appareillées en pierre de taille, mi-voûtées, mi-découvertes, aménagées symétriquement, au xive siècle, derrière la façade de la Mosquée funéraire de Barqūq (cimetière Nord) à l’extrémité des rangées de cellules bordant les deux côtés de la cour intérieure. De dimensions réduites, et limitées à un ou deux īwān, ces qā‘a devaient servir de lieu de réunion réservé aux Soufis.

158 rab‘, pl. ribā‘.

159 wakāla, pl. wakālāt (ou « okelle »).

160 Layla ‘Ali Ibrahim, Mamluk Monuments of Cairo in Quaderni dell’istituto italiano di cultura per la R.A.E, Le Caire, 1976, pp. 24, 25, 29. Maqrīzi rapporte l’existence de deux wakāla importantes édifiées par des émirs mamelouks au xive siècle et comportant chacune un rab‘. L’une et l’autre recevaient en premier lieu des marchandises en provenance de la Syrie, soit par mer soit par terre. Le rab’ de la wakāla (ou khān) de Qawṣūn ne comportait pas moins de 360 unités d’habitation (bayt) pouvant abriter 4 000 personnes — De l’ancienne construction initiale il ne reste plus aujourd’hui que le portail à proximité de Bāb al-Naṣr.La wakala de Gamāl ad-Dīn Maḥmūd al-Ustādār possédait aussi un rab’ près de Bāb al-Guwāniyya. Elle devint ensuite la propriété du Sultan Barqūq. (Cf. Maqrīzi, Hitāt, t. II, pp. 93-94).

161 La délimitation de chacun des groupes de logements successifs est visible de l’extérieur.

162 Sauf dans la wakāla d’al-Ġūrī où n’existent que des magasins intérieurs — plus profonds — donnant sur la cour centrale et s’éclairant vers la rue par des fenêtres hautes (H. 0,80 -larg. 0,60). Ailleurs, les wakâla de Qāytbāy comprennent, séparées en deux rangées identiques, quatorze magasins (maẖzān) à al-Azhar et dix à Bāb al Naṣr. Ils mesurent environ 4,50 m en hauteur et 2,50 m/3,00 m en largeur. Couverts en voûte comme les maẖzan d’al-Ġūrī, ils n’occupent pas, comme ceux-ci, tout l’espace inférieur des bâtiments, la moitié en revenant aux magasins ouverts sur la cour.

163 Hauteur de chaque étage : environ 4,50 m à 5,00 m. Pierre de taille : 0,60 x 0,32. La largeur — en façade — des appartements ne diffère pas de celle des magasins au-dessus desquels ils sont édifiés.

164 Ouverture des étages (Bāb al Naṣr ) : fenêtres inférieures (avec volets) hauteur 2,90 m ; larg. 0,60/0,65 m. Fenêtres supérieures (barreaudées) : haut. 1,30 m ; larg. 0,60/0,65 m.

165 Les balcons à moucharabieh (mašrabīya) qui apparaissent à l’un des étages de la wakāla de Qāytbay (Bāb al-Naṣr) et de celle d’al-Ġūrī (al-Azhar) répondent, semble-t-il, à un aménagement tardif. Une disposition générale de même aspect ressort de la wakāla de Qāytbāy, à l’extérieur et à l’intérieur des bâtiments encore visibles aujourd’hui au centre du Ḫān al Ḫalīlī.

166 Des sabīl-kuttāb de même style et de mêmes proportions accompagnent souvent des monuments importants, comme le sabīl joint au mausolée d’al-Ġūrī en offre un exemple.

167 Grilles à barreaux entrecroisés. Une colonnette cantonnée à l’angle de la tour correspond à un mode de construction et à un décor en usage à la fin de l’époque mamelouke : Sabīl ‘Azbak al-Yūsufī, Kirīdlīya, etc.

168 Un portail à arc trilobé et deux portes ordinaires permettent l’accès au sabīl, au kuttāb et à un logement annexe.

169 Portail d’entrée : 1) wakāla de Qāytbāy (Bāb al-Naṣr) : haut. 7 m. ; 2) wakāla de Qāytbāy (al-Azhar) : haut. 10,25 m ; larg. 4,25 m (ouverture de la porte : 2,75 m) ; 3) wakāla al-Ġūrī : haut. 7,40 m (dont la base est actuellement enterrée dans le sol) ; larg. 3,50 m (ouverture de la porte : 2,50 m).

170 Voûte caractéristique des entrées monumentales aux xve et xvie siècles.

171 Stalactites rehaussées de motifs floraux sculptés dans la pierre, rappelant les stalactites taillées à la base de l’arc trilobé du portail.

172 Un bandeau épigraphique à la louange du fondateur surmonte seulement l’entrée de la wakāla de Bāb al Naṣr.

173 Les termes suivants étaient utilisés autrefois pour désigner, au Caire, une cour d’habitation : ṣaḥn, farḥa, farğa ; cf. Layla Ali Ibrahim, Les Unités d’habitation de la classe moyenne dans le Caire mamelouk, in A.A.R.P.

174 Quatre arcs inégaux sur les plus petits côtés ; huit arcs semblables sur les grands côtés. Ces arcades sont de même style que celles des portiques sur cour de certains palais mamelouks (Palais des Emirs Beštak et Tāz). J. Revault et B. Maury, Palais et Maisons du Caire, II, Mémoires I.F.A.O., 1977, pp. 11 et 53.

175 Les magasins intérieurs, donnant sur la cour côté Ouest, sont séparés par un mur des magasins (ou ateliers) extérieurs ouvrant sur la place Bāb al-Naṣr côté Est. Les portes à arc persan ressemblent à celles des communs dans les palais contemporains.

176 Encorbellement utilisé par un couloir de communication (dihlīz).

177 Couverture en voûte des deux rangées de constructions superposées au-dessous du premier étage.

178 L’auteur des Unités d’habitation distingue, selon leur importance, trois types de salle commune : ṭabaqa, (pl. ṭibāq), riwāq (pl. arwiqa), qā‘a (pl. qā‘at). Les deux premières formes disposent d’un seul īwān avec dūrqā‘a ; la troisième possède deux īwān de part et d’autre de la dūrqā‘a. Ainsi retrouve-t-on ici la réduction des formes classiques employées communément à l’intérieur des palais et luxueuses demeures pour y constituer, à la même époque, chambres et salles de séjour (ou d’apparat).

179 Id. taẖāna ou ẖizāna nawmīya ; ṭabāqa ; šuqqa taẖāna (pièce étroite).

180 Id. ṭāqa (pl. ṭāqāt).

181 Id. sullam (pl. salālim).

182 Id. recoin pour jarres d’eau : bayt azyār ; magasins à vivres : ẖazā’in, ḥawāsil ; latrines : mirfaq, kursī-mirḥāḍ, kursī-ẖalā.

183 Id. Disposition courante dans les maisons à étages de Rosette (xviiie s.).

184 Id. Partage des terrasses entre les habitants des rab‘. L’intimité et l’indépendance ainsi recherchées par les membres d’une seule famille répondent à un souci de même nature, tel qu’il se manifeste ailleurs, avec la répartition de plusieurs chambres autour d’une cour centrale. Palais de Tunis, passim.

185 Occupés aujourd’hui par des familles de condition modeste.

186 Voir supra. On peut être surpris de la méconnaissance ou de l’indifférence des architectes et constructeurs modernes à l’égard des bâtiments traditionnels soumis à des régies longuement éprouvées, et particulièrement adaptées aux besoins des habitants du Caire, à leurs modes de vie et à leur climat.

187 E. Pauty, op. cit., pp. 9 et 10.

188 .J M. Rogers, op. cit., al Kahira, p. 453. L’auteur reconnait aussi dans la seconde période mamelouke une réelle évolution architecturale, non une décadence. Il fait également état de l’importance grandissante accordée aux boiseries ouvragées malgré le coût élevé du bois importé, ainsi que du développement des techniques et du décor de la pierre qui se manifeste principalement dans les grands dômes de pierre inconnus auparavant.

189 E. Pauty, op. cit., Après la prise du Caire par Sélim I en 1517, le pays s’endormira sur son passé, aux xvie et xviie siècles, redevenu province, entre les mains de gouverneurs, comme au temps des Abbassides. Palais et maisons du Caire connaitront alors un développement particulier du ḥaramlīk.

Table des illustrations

Titre Planche XXV
Légende Qā‛a ‛Uthman Katẖudā.En bas : plan du rez-de-chaussée (essai de restitution)1. Couloir d’accès (b) porte ; 2. durqā‛a avec fasqiya ; 3. Petit īwān Sud ; 4. Grand īwān Nord, (a) placard ; 5. Chambrette ; 6. Communication ; 7. Chambre.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3093/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 311k
Titre Planche XXVI
Légende Qā‛a ‛ Uthman Katẖudā.Coupe longitudinale avec élévation, montrant le mode d’aération entre malqaf ouvert au Nord et mamraq surmontant la durqā‛a.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3093/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 330k
Titre Planche XXVII
Légende Qā‛a ‛Uthman Katẖudā.Vue perspective intérieure.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3093/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 570k
Titre Planche XXVIII
Légende Manzil Zaynab Ḫātūn.Plan du rez-de-chaussée.1. Entrée ; 2. Chambre ; 3. Salle de réunion d’hommes ; 4. Cour ; 5. Salle de réception d’hommes ; 6. Chambre ; 7. Courette ; 8. Escalier ; 9. Latrines ; 10. Magasin à vivres (ou chambre domestique) ; 11. Couloir ; 12. Communs.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3093/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 394k
Titre Planche XXIX
Légende Manzil Zaynab Ḫātūn.Plan du 1er étage.4. Cour ; 7. Courette ; 8. Escalier ; 9. Latrines ; 13. maq‛ad, (e) placard ; 14. Antichambre, (e) placard, (h) mašrabiya ; 15. Grand riwāq, (b) īwān, (c) durqā‛a, (d) alcôve, (e) placard, (h) mašrabiya, (k) dressoir ; 16. Second riwāq, (b) īwān, (c) durqā‛a, (d) alcôve, (e) placard, (h) mašrabiya ; 17. ḥammām ; 18. Couloir ; 19. Dégagement ; 20. ex-riwāq.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3093/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 366k
Titre Planche XXX
Légende Palais de Qāyl-Bāy.Plan de situation.1. Palais de Qāyt-Bāy ; 2. Palais de Radwān-Bāy ; 3. Masğid et Maqām Maḥmūd al-Kurdī.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3093/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Planche XXXI
Légende Palais al-Razzāz.Plan de situation1. Palais al-Razzāz (1re cour) ; 2. (2e cour) ; 3. Mosquée Sūltān al-Ašraf Ša‛ban.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3093/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Planche XXXII
Légende Palais de Qāyt-Bāy.Plan du rez-de-chaussée.1. Entrée principale (porte cochère), (a) maṣṭaba-, 2. Chambre de gardien ; 3. Porche ; 4. maẖzan, (e) berceau rampant supportant l‘escalier ; 5. Porte d'accès à la salle de réception (qā‛a) ; (b) dikka ; 6. Couloir vers qā‛a ; 7. Couloir voûté vers les communs, (c) foyer du ḥammām (étage), (d) latrines ; 8. Mausolée ; 9. Portique (anciennes écuries) ; 10. Cour ; 11. Cuisine ; 12. Office (ou antichambre) ; 13. Escalier (étage) ; 14. vestige Sud de la qā‛a (iwân).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3093/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 391k
Titre Planche XXXIII
Légende Palais de Qāyt-Bāy.Plan du 1er étage.1. Vide de l'entrée principale ; 9. Portique ; 10. Cour ; 13. Escalier ; 15. Escalier d'accès au maq‛ad·, 16. Maq‛ad-, 17. Couloir ; 18. Antichambre ; 19. Chambre (annexe du maq‛ad) ; 20. ḥammām·, 22. Chambres.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3093/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 283k
Titre Planche XXXIV
Légende Palais de Qāyt-BāyElévation : portique (anciennes écuries) sous étages de communs (Côté ouest).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3093/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 530k
Titre Planche XXXV
Légende Palais de Qāyt-BāyElévation : façade principale sur cour avec maq‛ad (côté Sud).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3093/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 671k
Titre Planche XXXVI
Légende Palais al-Razzāz.(Partie Sud). Plan du rez-de-chaussée (état actuel).1. Porche de l’entrée principale ; 2. Entrée voûtée ; 3. Hall ; 4. Cour ; 5. Pièce basse, (d) latrines ; 6. iwān ; 7. Couloir en chicane ; 8. Ancienne entrée de la qā‛a ; 9. Couloir d’accès à la qā‛a ; 10. qā‛a, (b) īwān ; 11. Antichambre ; 12. Pièce de repos ; 13. Couloir, (d) latrines ; 14. Chambres d’hôtes ( ?) ; 15. Communs ; 16. Couloir de dégagement ; 17. ḥammām ; 18. Chambre.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3093/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 365k
Titre Planche XXXVII
Légende Palais al-Razzāz.(Partie Nord). Plan du rez-de-chaussée (état actuel).1. Magasins (ex-entrée principale) ; 2. Loge du portier ; 3. sabīl (sous kuttab) ; 4. Entrée actuelle (ex-entrée secondaire) ; 5. Ex-réservoir (?) ; 6. Porche ; 7. Communication avec madrasa ; 8. madrasa Sūlt’ān Ša‛bān ; 9. Cour ; 10. Porte de Qāyt-Bāy ; 11. Porche ; 12. Ex-taẖtābūš ; 13. Communication avec la 2e cour ; 14. Escalier du maq‛ad ; 15. Magasins ; 16. Ex-galerie arquée ; 17. Communs -saqiya ; 18. Moulin à grains ; 19. Escalier.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3093/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 378k
Titre Planche XXXVIII
Légende Maq‛ad Mamā‛ī.En bas : plan du rez-de-chaussée.1. Terrasse dallée ; 2. Escalier extérieur ; 3. 1er magasin (maẖzan) ; 4. 2e magasin, (a) bouche d’aération, (b) piliers et contreforts tardifs ; 5. Rampant (sous escalier) ; 6. 3e magasin (maẖzan), (b) contrefort ; 7. 4e magasin (maẖzan) ; (a) bouche d’aération ; (b) contreforts tardifs.En haut : plan de l’étage.1. Terrasse ; 2. Escalier extérieur ; 8. Escalier intérieur, (a) bouche d’aération ; 9. Chambre annexe ; 10. Loggia –maq‛ad ; 11. Colonnade.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3093/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Planche XXXIX
Légende Maq‛ad Qāyt-Bāy.En bas : rez-de-chaussée.1 Porche d’entrée ; 2. Cour ; 3. Magasins (maẖzan) ; 4. Chambre voûtée ; 5. Escalier d’accès au maq‛ad ; 6. Escalier (entrée secondaire).En haut : étage.1. Porche d’entrée ; 2. Cour ; 3. Escalier principal ; 6. Escalier secondaire ; 7. maq‛ad.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3093/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 426k
Titre Planche XL
Légende Mosquée funéraire de Qāyt-Bāy (Qarafa).Au complexe architectural (mosquée-mausolée-sabil-kuttāb) se rattachaient, au xve siècle, un maq‛ad ainsi que des wakāla et ẖānqā, le long de la voie principale (en majeure partie disparus ou en ruines) (d’après Coste).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3093/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Planche XLI
Légende Maq‛ad al-Ġūrī.Plan du rez-de-chaussée.1. Porche d’entrée à voûte étoilée ; 2. Couloir d’entrée ; 3. Cour ; 4. Escalier d’accès à la salle de prières et à la ẖānqā ; 5. Escalier du maq‛ad ; 6. Magasins ; 7. Couloir de communication vers les communs ; 8. Entrée secondaire pour les communs ; 9. Emplacement des communs (ruines).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3093/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 306k
Titre Planche XLII
Légende Maq‛ad al-Ġūrī.En bas : plan du 1er étage ; en haut : vide du maq‛ad (12) et deuxième étage (13).3. Cour ;5. Escalier du maq’ad ; 10. Porche ;ll. Dégagement à ciel ouvert ; 12. maq‛ad, (a) défoncement ; 13. Chambre annexe ;14. Escalier.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3093/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 314k
Titre Planche XLIII
Légende Wakāla Qāyt-Bāy (al-azhar) (xve s)Portail à arc brisé et trilobé au milieu d’une façade richement décorée. L’ouverture de l’entrée montre la cour intérieure (aujourd’hui remplacée par d’autres constructions) (d’après P. Coste).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3093/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Planche XLIV
Légende Wakāla et rab‛ de Qāyt-Bāy (Bāb al-Naṣr). Plan du rez-de-chaussée et du 1er étage (d’après Layla Ali Ibrahim).En bas : rez-de-chaussée : entrée sur la place Bāb al-Naṣr, (côté Est) avec échoppes extérieures. Escaliers communs extérieurs et intérieurs. Cour centrale entourée de magasins voûtés avec porches.En haut : étage. Couloir circulaire côté cour. Rab‛ : Unités d’habitations complètes côtés Est et Sud (Antichambre avec escaliers particuliers, latrines et recoins (cuisine) au dessous d’une mezzanine ; Salle commune à plafond élevé). Pièces plus simples, côtés Nord et Ouest.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3093/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Planche XLV
Légende Wakāla et rab‛ al-Ġūrī (al-Azhar).Plans du rez-de-chaussée et de l’entresol (d’après archives).En bas : rez-de-chaussée : entrée, rue al-Azhar (sans échoppes au dehors, sauf côté Est). Cour intérieure entourée d’une galerie à arcades brisées et de magasins.En haut : entresol à couloir circulaire desservant des pièces pour commerçants.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3093/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 289k
Titre Planche XLVI
Légende Wakāla et rab‛ al-Ġūrī (al-Azhar).Plans du 1er étage (d’après archives).Couloir circulaire mi-intérieur (sur cour, côté Nord), mi extérieur (sur les trois autres côtés), déterminant l’orientation des unités d’habitation vers la rue (Nord) ou vers la cour (autres côtés) avec mašrabiyya. Ces logements comprennent : antichambre avec latrines, escaliers, autre recoin (cuisine et débarras) et une salle de séjour avec placards.Au dessus de l’antichambre une mezzanine forme chambre. Bouche d’aération centrale.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3093/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 389k
Titre Planche XLVII
Légende Wakāla et rab‛ al-Ġūrī (al-Azhar).Plan du 2e étage (d’après archives).Même disposition générale qu’au 1er étage, à l’exclusion d’une mezzanine et d’une salle commune aussi élevée. Communication avec étage inférieur par escalier particulier. Puits de lumière et d’aération.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3093/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 222k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter