Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Palais et maisons du Caire. Tome I

 | 
Jean-Claude Garcin
, 
Bernard Maury
, 
Jacques Revault
, 
et al.

1re partie. L’architecture domestique au Caire à l’époque mamelouke (XIIIe-XVIe siècles)

« Salles nobles » (xiiie-xive siècles)

Texte intégral

1Après avoir constaté la disparition des palais bâtis au Caire par les Sultans mamelouks, aussi bien que les résidences royales antérieures, — abbassides, toulounides et fatimides — il n’a été possible de présenter, de l’époque mamelouke bahrite, que les derniers vestiges de palais édifiés par certains émirs.

2Des riches demeures construites, à la même époque, par des notables de la capitale — commerçants ou personnages religieux — il ne reste plus aucun ensemble de valeur comparable. A l’exception de certains éléments anciens incorporés parfois à des constructions nouvelles, il serait difficile de relever aujourd’hui les traces de ce type d’architecture mamelouke si celle-ci n’avait parfois changé de fonction. La préservation de plusieurs salles nobles est dûe ainsi à la transformation de ces qā‛a, de lieux de réception et de fêtes qu’elles étaient à l’intérieur d’une luxueuse demeure, en madrasa ou en mosquée.

  • 1 Creswell, op. cit., p. 105-106. Princes d’origine turque ou kurde, ardents Sunnites, Nur al-Din et (...)

3On sait que l’exemple de telles transformations — qui affectèrent peu l’aspect originel des a — fut donné par Salah al-din lui-même au xiie siècle. Dans sa hâte de combattre l’hérésie shi‛ite avec le rétablissement de l’orthodoxie musulmane, il dut multiplier l’enseignement religieux nécessaire, sans attendre l’édification de bâtiments neufs. A cet effet, le pieux sultan choisit, entre autre, dans certains anciens palais fatimides — qu’il avait, par ailleurs, délaissés — les salles qui lui paraissaient le mieux répondre à son dessein. Creswell nous en a laissé une liste précise1.

4Un tel fait mérite d’être souligné puisqu’il nous permet en même temps de reconnaître l’adoption par les Fatimides de la qā‛a à deux iwān, fermée ou non en son milieu. Nous en reverrons plus loin un exemple caractéristique également reconnu et authentifié par Creswell.

  • 2 E. Pauty cite Gustave Schumberger (de l’Institut), 1906, p. 118 à 121 : relation de Guillaume de T (...)
  • 3 Cf. supra.
  • 4 Adopté en premier lieu dans la madrasa al-Zahiriya de Baybars, au xiiie siècle, puis dans le collè (...)
  • 5 Cf. supra. A. Lézine, Persistance de traditions pré-islamiques dans l’architecture domestique de l (...)

5Il est permis de penser que les palais fatimides du Caire avaient admis des formes architecturales assez diverses pour rassembler notamment des salles à deux īwān au voisinage de cours à quatre īwān (ou plan cruciforme) dont un exemple a survécu grâce à sa transformation en māristān par Qalāwun2 (Pl. F). L’une et l’autre formes résultèrent, sans doute, de la forte influence mésopotamienne qui s’était déjà manifestée dans les constructions de Fusṭāṭ3. Par la suite, le maintien, en Egypte, de la cour à deux ou quatre īwān4 témoignera du succès de cette influence extérieure (madrasa, mosquée, ẖanqā), tandis que l’adoption d’une grande salle fermée à deux īwān (usage domestique ou religieux) indiquera peut-être, en dépit de certaines modifications architecturales, la persistance de traditions locales millénaires fondées sur une lointaine adaptation aux modes de vie et au climat de la vallée du Nil5.

  • 6 Cf. infra. Dayr al-Banāt.

6L’orientation ainsi déterminée, vers la fin du xiie siècle, ne sera pas abandonnée puisque l’on verra encore, au xive siècle, la consécration de qā‛a privées à l’usage de mosquée ou de madrasa, par la pieuse volonté de leurs maîtres, s’ajouter à des constructions neuves de même nature. On retrouve aussi dans le milieu copte du Vieux-Caire — près de Fusṭāṭ — des salles de style semblable, salles de prières ou de cérémonie, dont la plus ancienne remonterait au xie siècle6.

  • 7 A. Lézine, Les salles nobles, passim.
    Creswell, M.A.E., p. 208.
    — Qā‛at ad-Dardīr -début du xiie siè (...)

7Qu’elle soit aménagée au rez-de-chaussée ou élevée sur les voûtes d’un iṣṭabl, la a ne diffère pas dans sa configuration générale ; ses caractéristiques essentielles demeurent les mêmes. L’étude et le classement chronologique en ont déjà été effectués par Creswell et E. Pauty avant d’être repris récemment par A. Lézine7. Nous retiendrons ici les principaux exemples qui permettent de suivre l’évolution du style de la a entre les périodes fatimide, ayyoubide et bahrite.

Le Dayr al-Banat8

  • 8 Couvent Saint-Georges. A. Lézine, op. cit., p. 72 et ss.

8« Le Dayr al-Banāt est un couvent de religieuses coptes encore utilisé de nos jours. Il est situé au Vieux-Caire (Qaṣr el-Šam‛) à l’intérieur de l’ancienne enceinte romaine de Babylone (cf. infra Pl. LIII).

9Très souvent remanié, semble-t-il, cet établissement conserve néanmoins une chapelle du Moyen Age.

  • 9 Du type dūrqā‘a.

10L’ensemble ancien comprend la chapelle proprement dite, située au Sud-Ouest, un grand hall d’entrée au centre9 et un īwān au Nord-Est.

  • 10 Aly Bahgat Bey et A. Gabriel, Les fouilles d’Al Foustat, 1921, passim.

11La chapelle présente en plan la forme d’un T. L’ensemble n’est pas sans analogie avec les dispositions principales de la maison de Fusṭāṭ où un iwān fait souvent face à la salle en T, élément principal de la composition10.

12Au Dayr al-Banāt, le hall central correspond à la cour de la maison du ixe siècle.

  • 11 Cf. K.A.C. Creswell, A short account of early muslim architecture, 1958, p. 287 : « ... A Ukhaydir (...)

13A l’extrémité de la hampe du T, la chapelle comporte un renfoncement où se trouve le Saint des Saints »11.

  • 12 A. Lézine, op. cit., p. 75. « A Samarra, on trouve des salles en Τ dont l’analogie de couverture a (...)

14Le plafond en « est percé d’une grille ayant appartenu à un malqaf. La disposition est comparable à Uẖaydir : la voûte en berceau de l’iwān se prolonge en effet jusqu’au mur de façade. Des arcs la séparent des deux berceaux de sens contraire qui couvrent les deux extrémités de la barre horizontale12.

  • 13 Id. « Très restauré, ce plafond conserve néanmoins suffisamment de parties anciennes sculptées pou (...)

15Au couvent de St Georges, le plafond principal est composé de solives dirigées de l’Est à l’Ouest, l’entre-deux des solives étant divisé en caissons13.

  • 14 Id. « On ne connaissait pas jusqu’ici d’exemple de ce type de plafond qui soit antérieure au xive (...)

16Au Nord-Ouest, le plafond de la barre est décoré d’octogones dont l’intérieur a la forme d’une écuelle renversée14.

  • 15 A. Lézine, op. cit., p. 77. « Celle du Sud-Est a été partiellement rebouchée... ».

17La chapelle s’ouvrait primitivement sur le hall central au moyen de trois portes : une large porte centrale et deux petites portes latérales15.

18La porte centrale est à quatre vantaux, assemblés deux à deux. Ses proportions sont remarquables : 2,00 m de largeur sur près de 7,00 m de hauteur, non compris l’encadrement massif en bois qui en constitue le bâti dominant.

  • 16 E. Pauty, Un dispositif de plafond fatimide, dans Bull, de l’Institut d’Egypte, t. XV, 1932-1933, (...)

19Elle se subdivise en panneaux sculptés, ornés de motifs et de personnages comparables à ceux de la porte du xie siècle retrouvée autrefois au māristān de Qalāwūn.16.

20Ces sculptures permettent de dater la porte de la période comprise entre 1021 et 1094. On en rencontre d’autres de même type sur les petites portes du hall central et de l’īwān du Nord-Est. Les sculptures du plafond de la chapelle paraissent analogues.

21Pour l’essentiel, l’oratoire semblerait donc bien remonter au xie siècle... On croyait alors que les constructeurs de cette époque avaient essentiellement utilisé la brique cuite pour la maçonnerie des murs, or tous les murs de la chapelle du Dayr al-Banāt sont en maçonnerie mixte : pierre de taille pour la partie basse, brique au-dessus.

  • 17 Ibid., p. 79. Cf. infra : Qāa de Kuhya, Yaḥyā, Ġannām, Dardīr, Al-Irsān.

22L’īwān du Nord-Est, avec son défoncement terminal, nous intéresse aussi à cause des deux arcs de tête brisés et non outrepassés que l’on y voit. Ce sont les exemples les plus anciens d’une forme que nous retrouvons à des emplacements comparables dans plusieurs qā‛a du xive siècle17.

23Au plafond du défoncement de cet īwān, on notera la présence d’une seconde grille de malqaf. Elle s’explique aisément puisque l’action du premier malqaf, celui de la chapelle, était neutralisée chaque fois que l’on fermait les portes de l’oratoire.

24Le plafond de l’īwān lui-même est composé de solives aux arêtes en chanfrein, d’un type dont les plus anciens exemples connus jusqu’ici n’étaient pas antérieurs au xiiie siècle...

  • 18 A. Lézine, Persistance de traditions préislamiques dans l’architecture domestique de l’Egypte musu (...)
  • 19 J.M. Rogers, Al-Kahira, Architecture domestique, in Encyclop. Islam, IV, p. 454. « La ventilation (...)

25Il est intéressant de noter tout ce qui, dans un couvent copte, provient de la Mésopotamie musulmane : salle en T, īwān, arcs brisés, niches à pignons. Le Dayr ne doit-il pas ces particularités à sa situation en lisière de Fusṭāṭ ? L’utilisation de malqaf montre néanmoins que les leçons des architectes pharaoniques n’étaient nullement oubliées18. Les malqaf du Dayr constituent les plus anciens exemples que l’on connaisse de ce dispositif dans l’architecture égyptienne postérieure à la conquête musulmane »19.

La Qa‛a d’Ahmad Kuhya

  • 20 A. Lézine, Les salles nobles, pp. 86-89.
  • 21 Dūrqāa entre deux īwān différents.
  • 22 Portes et niches semblables s’ouvrent aussi de chaque côté de la durqā‘a.
  • 23 A. Lézine, op. cit., p. 88.

26Située aux abords de la mosquée d’Ibn Ṭūlūn, cette ancienne salle d’apparat est la seule partie qui reste d’un palais (ou d’une riche demeure) de grande importance20. Aménagée au rez-de-chaussée, elle présente des analogies frappantes dans sa configuration intérieure avec celle de Dayr al-Banāt. De celle-ci elle répète, en effet, la porte caractéristique de son īwān principal disposé en Τ renversé s’ouvrant sur la dūrqāa21. Sans doute, cette ouverture est-elle moins haute que la précédente, mais elle s’accompagne aussi de deux portes latérales plus petites, surmontées de niches à fond plat et sommet « en pignon »22. On y observe que « la sous-face de son linteau en bois est défoncée de trois caissons rectangulaires ornés de sculptures très fouillées » de type fatimide23 (cf. infra Pl. LIV et fig. 43).

27« L’arc de tête de l’īwān et celui de son défoncé sont en tous points semblables à ceux du Dayr : arcs brisés, non outrepassés, proportions analogues, même mode de construction » (ici entièrement en briques) (fig. 42).

28Au-dessus de l’un des plafonds à solives apparentes, dont la forme et le décor remonteraient au xive siècle, on note la présence antérieure d’un malqaf.

  • 24 Ibid., p. 89.

29Au cas où l’exécution de ces plafonds correspondrait à une restauration postérieure à la fondation, on serait tenté d’attribuer celle-ci à l’époque fatimide, en raison des analogies constatées avec le Dayr al-Banāt24.

Planche XX

Planche XX

Qā‛a al-Dardir.
En bas : plan de la durqā‛a entre les deux iwān ; en haut : coupe longitudinale de la qā‛a.

30L’originalité architecturale du lieu ne semble pas avoir été affectée sérieusement par la transformation de celui-ci en mosquée.

La Qa‛a al Dardir

  • 25 J. Revault et B. Maury, Palais du Caire, I, pp. 1 à 10.
  • 26 Avis controversé sur la date de fondation de ce bâtiment. Cf. A. Lézine, Les salles nobles, p. 120 (...)

31Située dans la partie Sud de l’ancienne Cité fatimide — entre la Mosquée al-Azhar et Bāb Zuwaylah — la qā‛a dite al-Dardīr apparaît fidèle aux traditions de l’architecture fatimide25. Cette belle salle d’apparat présente un aspect très particulier que l’on ne pourra retrouver ailleurs. Si on doute qu’elle ait été édifiée sous le règne des Califes fatimides, on peut alors supposer qu’elle l’a été au temps des Ayyoubides dont on connait la prédilection pour l’art de leurs prédécesseurs26.

  • 27 Palais du Caire, I, fig. 1 à 5.

32La beauté et l’originalité de cette a résultent de la grandeur et de l’équilibre de ses proportions ainsi que de la simplicité de ses formes. Aux extrémités de la salle, les deux īwān s’ouvrent dans un grand arc en carène surhaussé se prolongeant en berceau brisé jusqu’au fond en cul-de-four, de chaque côté de la dūrqā‛a ; une arcature aveugle de même profil joint entre eux les deux īwān27 (Pl. XX, fig. 44, 45).

33Portes droites et placards verticaux, aménagés sur le pourtour, contrastent par leurs dimensions restreintes avec la hauteur démesurée de la salle. Celle-ci est entièrement fermée pour maintenir la fraîcheur recherchée, que devait renforcer la présence d’un dallage et de parements de marbre ainsi qu’une fontaine centrale.

  • 28 A. Lézine, op. cit., pp. 64-66. Cette salle aujourd’hui disparue, avait été construite en 1240/41 (...)

34L’air et la lumière pénétraient seulement dans la pièce par les ouvertures circulaires d’une coupole centrale tandis que la ventilation était favorisée par des puits d’aération aménagés de part et d’autre de la dūrqā‛a au-dessus de ses portes de communication. L’une de celle-ci montre encore un arc brisé surhaussé rappelant ceux dont le souvenir a été conservé à l’entrée du palais ayyoubide d’al-Malik al-Ṣāliḥ28. Autour de cette ancienne qā‛a, aucun vestige de même époque ne peut malheureusement nous renseigner sur les autres parties de la somptueuse demeure qui l’accompagnaient.

La Qa‛a de Muḥib al-Din Yahya

  • 29 Ibid., pp. 89-93. « Mentionnée par Creswell, Muslim archit. of Egypt, t. II, p. 263, qui la date d (...)
  • 30 ou quartier Hamzāwī. La qā‘a est bordée par la nouvelle rue de Al-Azhar.
  • 31 Actuellement en contrebas.
  • 32 Jusqu’au niveau de la grande frise épigraphique qui ceinturait la salle.

35Connu aujourd’hui sous le nom du cadi qui la transforma en mosquée, Šaraf al-Dīn al-Sagīr, cette salle fut édifiée au xive siècle par Muḥib al-Din Yaḥyā29, dans le quartier de Sab‛ qā‛āt30. On en voit encore aujourd’hui l’ancien portail d’accès (actuellement désaffecté) donnant accès à la qā‛a31. Sa disposition générale a conservé l’orientation habituelle Nord-Sud, l’ensemble de ses murs aveugles étant fait de pierres apparreillées dans la partie inférieure32.

Planche XXI

Planche XXI

a de Yahya (plan 1920).

  • 33 Grand īwān au Sud, petit īwān au Nord.
    Nous verrons la persistance des défoncements latéraux dans l (...)
  • 34 Les linteaux en bois des défoncements et loges ne sont pas encore supportés par des kurdi qui n’ap (...)
  • 35 A comparer avec les mêmes revêtements de bois peint qui entourent les arcs de certains mihrabs, te (...)

36A l’encontre des anciennes a de type fatimide, qui présentent seulement de faibles défoncements dans leurs murs latéraux — à l’exception de la pièce en Τ renversé du grand īwān —, dūrqā‛a centrale et īwān extrêmes s’élargissent ici de profondes alcôves symétriques33. Iwān et alcôves étant également réservés aux réceptions, on suppose que ces dernières pouvaient être surmontées, tout au moins partiellement, de loges pourvues de moucharabieh, au niveau des appartements supérieurs34. Les arcs qui séparent les trois parties traditionnelles de la qā‛a demeurent brisés — non outrepassés —. Le décor se rehausse curieusement d’un revêtement de bois peint, apparenté à celui des qā‛a de Ġannām et de Tashtamur35.

37Bien que la qā‛a du xive siècle demeure fidèle à son partage tripartite au moyen des arcs en ogive, une évolution du plan général se précise avec la multiplication des alcôves inférieures et des loges — indépendamment des pièces de repos attenantes —. On peut alors considérer la salle d’apparat de Muḥib al-Dīn comme un exemple caractéristique de la a mamelouke.

La Qa‛a al-Irsan

  • 36 A. Lézine, Les Salles nobles, pp. 115-120. Accès en contrebas.
    L’église St Georges fut bâtie en 118 (...)
  • 37 A. Lézine, ibid. E. Pauty plaçait cette salle au xive siècle ; D. Russel (Medieval Cairo and the m (...)

38Construite à l’intérieur du quartier Darb al-Tiqa, au Vieux Caire, cette ancienne salle de cérémonie est proche de l’église St Georges36 (fig. 46). On ignore à quels bâtiments elle se rattachait jadis. Son mode de construction en briques et l’emploi, entre dūrqāa et īwān, d’arcs brisés non outrepassés — recouverts de boiseries peintes — l’apparentent aux qā‛a précédentes, édifiées en quartier copte ou musulman37 (Ρ. XXII, XXIII, XXV, fig. 47, 48).

  • 38 A. Lézine, Les Salles nobles, p. 120. Il s’y ajoute une frise circulaire en bois peint.

39Les défoncements latéraux apparaissent, à leur partie supérieure, munis de grilles de bois sculpté — arceaux, rosaces entrelacées — au-devant des loges38. La haute niche à fond plat ménagée à l’extrémité du grand īwān (Sud-Ouest) marque-t-elle l’emplacement d’un ancien salsabīl ? Son sommet rectilinéaire le distinguerait alors des salsabīl de type mieux connu avec une ornementation de muqarnaṣ en bois sculpté, doré et peint (fig. 49 à 52).

La « Qa‛a de l’émir Aqquš »

  • 39 Voir supra.
  • 40 A. Lézine, op. cit., pp. 93-94.
  • 41 Voir plans relevés par P. Coste, Creswell et Herz. Cette a doit, sans doute, sa survivance à so (...)

40Chargé de la direction du māristān de Qalāwūn39 entre 1320 et 1330, l’émir Aqqūš ajouta, dit-on, à cet établissement une salle neuve (qā‛a)40 ; celle-ci aurait été élevée apparemment sur l’emplacement de l’un des quatre īwān qui avaient appartenu, nous l’avons vu, au palais de la princesse fatimide, Sayyidat al-Mulk41.

  • 42 Op. cit., p. 125, fig. 25. Palais mamelouks : Ālīn Āq (1294), Qawṣūn (1330) ; Baštak (1337) ; Ṭāz (...)

41Dans la salle qui se trouve à cet emplacement, A. Lézine a relevé des particularités intéressantes sur les formes des arcs employés dans la division intérieure de la qā‛a. L’ouverture des deux īwān sur la dūrqā‛a apparaît ici dans des arcs brisés outrepassés — non plus dans des arcs brisés, voire surhaussés tels qu’ils semblent avoir été surtout utilisés jusqu’ici. Cependant, à l’entrée des deux défoncements latéraux de la dūrqā‛a, auraient été maintenus deux arcs jumelés, brisés non outrepassés, reposant sur une colonne médiane. On pourrait alors voir, dans l’utilisation de ces deux formes d’arc différentes, une sorte, de transition avant l’adoption de plus en plus répandue de l’arc brisé outrepassé dans les qā‛a mameloukes. En effet, c’est au cours des années suivantes que se placent les belles salles hautes édifiées sur iṣṭabl, par les émirs Qawṣūn (Yasbak), Ṭāz et Baštak, telles qu’elles ont été évoquées plus haut. Or, les unes et les autres, comme le qaṣr d’Ālīn Āq, sont caractérisées par leur recours exclusif à l’arc brisé outrepass42.

Planche XXII

Planche XXII

Qā‛a al-Irsān.
Plan général (essai de restitution).
1. Ruelle privée ; 2. Rue ; 3. Entrée ; 4. Couloir ; 5. durqā‛a ; 6. Grand īwān ; 7. Petit īwān ; 8. Chambrette ; 9. Escalier (« loges des femmes ») ; 10. Latrines ; 11. Antichambre ; 12. « Loges des femmes » (étage).

Planche XXIII

Planche XXIII

Qā‛a al-Irsān -Coupe transversale (d’après A. Patricolo, 1908).

Planche XXIV

Planche XXIV

Qā‛a al-Irsān. Coupe longitudinale avec élévation (d’Après A. Patricolo, 1908).

La Qa‛a de Taštamur

  • 43 Ibid., pp. 108-112.
  • 44 Disposition de la salle : Est-Ouest. E. Pauty, Les palais...fig. 37, p. 46.
  • 45 A. Lézine, op. cit., p. 112 : « L’auteur des transformations du xve s. fut peut-être Hasan b Husay (...)

42On doit aussi à sa transformation en lieu de prières, la conservation de cette ancienne salle d’apparat privée, seul vestige d’une luxueuse résidence du xive siècle43. Creswell en attribue la construction à Taštamur en 1366 (ou 1376). Il cite Ibn Iyās selon lequel la première ẖutba fut prononcée au Ramadan 891/Septembre 1486 « dans la madrasa de belle construction que Ḫušqadam al Aḥmadī fonda dans le quartier de Bāb ar Rumayla, et que c’était une qā‛a à l’origine »44. Il n’est pas douteux que la fondation de cette salle d’apparat ait été l’œuvre de « l’émir Sayf al-din Taštamur, le dawādār (secrétaire) d’al-Malik al-Ašraf » qui régna de 1363 à 1376. Un siècle plus tard, lorsque Ḫušqadam al-Aḥmadī convertit la qā‛a en mosquée avec les aménagements habituels, il y ajouta un minaret45.

  • 46 Porte actuellement murée (Sud-Ouest).
  • 47 Id. Les deux premiers arcs dateraient du xive siècle (naissance de ces arcs à bord arrondi) ; les (...)
  • 48 Id. Le plafond du grand iwān serait du xive siècle.

43Accessible, à l’origine, par une porte extérieure en arc brisé46, l’ancienne salle de réception de Taštamur, située au rez-de-chaussée, apparaît comme l’une des plus grandes de son époque. Son partage classique entre deux iwān inégaux donnant sur la dūrqā‛a est souligné par deux arcs brisés outrepassés, auxquels s’ajoutent, à l’intérieur du grand iwān, un arc extrême et deux arcs latéraux également en pierre de taille, au-devant des défoncements correspondants47. Le plafond du grand iwān semble contemporain de la création de la qā‛a48, et on suppose que celui du petit iwān renfermait autrefois les grilles d’aération d’un malqaf. Enfin, de part et d’autre de la dūrqāa, on remarque, au-dessus des défoncements latéraux, des moucharabieh dissimulant les tribunes (cf. infra Pl. LIV).

La Qa‛a de Ġannam

  • 49 Ibid., pp. 112-115.

44Contemporaine de la qā‛a de Taštamur, celle de Ġannām fut édifiée également au rez-de-chaussée d’un palais — dont il ne reste pas d’autre vestige — au voisinage de la Mosquée Al-Azhar. A. Lézine rapporte, en effet, qu’« elle fut construite en 774 de l’Hégire (1372-1373) par Šākir ibn al-Ġannām49. Selon une hypothèse de H. Patricolo, elle aurait été transformée en madrasa dans la période comprise entre H. 783 et 803 (1382/1399) par un descendant ou parent du constructeur (cf. infra Pl. LIV).

  • 50 Orientation Nord-Sud de la a.

45Cette qā‛a s’apparente à celle de Yaḥyā, antérieure de près d’un demi-siècle (1317) par les dispositions générales du plan et surtout par les arcs de tête des īwān qui sont également brisés sans outrepassement et revêtus de bois50.

46L’īwān du Nord est pourvu d’un renfoncement qui comporte un arc de même type que les deux précédents. Ici, sont revêtus de bois, non seulement les arcs, mais aussi les écoinçons des murs au-dessus des arcs.

  • 51 Cf. Creswell, o.c., pl. X (b). On trouve déjà des muqarnas en bois en Sicile au xiiie s., ceux not (...)
  • 52 Cette mosquée-mausolée date de 1411... Cf. A. Lézine, Trois palais d’époque ottomane au Caire, MIF (...)

47Au fond du défoncé de l’īwān du Nord, le mur est décoré, dans sa partie haute, d’un cul-de-four composé d’un étagement de muqarnas en bois51. Ils sont ornés de motifs dorés en saillie sur fond vert tout à fait semblables à ceux du mausolée d’al-Aynī52.

  • 53 Cf. G. Marçais, Salsabīl et Saḏirwān, dans Mélanges Lévi-Provençal, t. II, p. 639-648.
    A. Lézine éc (...)

48On ne peut s’empêcher de penser à un élément analogue existant à Palerme, au palais de la Ziza (xiie siècle) et qui constitue la partie supérieure d’une niche de fontaine (salsabīl)53... La salle est ceinturée d’une grande frise inscrite semblable à celles que nous avons signalées dans d’autres qā‛a mameloukes. La construction des murs est en pierre apparente jusqu’à la frise et en brique au-dessus.

49Les plafonds à solives apparentes séparées par des entre-deux compartimentés en caissons sont bordés d’une frise dont les éléments peints en vert et or rappellent ceux du salsabīl.

  • 54 Observées rarement dans les salles basses d’époque mamelouke, ces fenêtres éclairaient fréquemment (...)

50Les seules ouvertures murales qui éclairaient autrefois la a apparaissent au fond et à la partie supérieure de l’īwān méridional : trois baies cintrées surmontées de trois oculi que devaient garnir jadis des vitraux54.

  • 55 A. Lézine, o.c., p. 115.

51C’est dans la qā‛a Ġannāmīya que l’on trouve les premiers kurdī connus dans l’architecture domestique du Caire55. Ils n’apparaissent pas encore en remplacement des arcs qui séparent la dūrqā‛a des īwān, mais se limitent le long de ceux-ci à l’encadrement des défoncés latéraux. « De section rectangulaire, ils se terminent en bas par des amortissements très simples, comparés à ce qu’ils deviendront plus tard ».

***

52De l’architecture domestique des xiiie et xive siècles, on retiendra aussi d’autres éléments distincts de la qā ‛a. Ce sont le portique d’accueil et la galerie haute. L’un et l’autre préfigurent-ils le taẖtabuš ottoman et le maq‛ad d’époque circassienne qui s’imposeront plus tard à l’entrée des cours et des jardins intérieurs ?

  • 56 Supra.
  • 57 Cf. J. Revault et B. Maury, Palais et maisons du Caire, I, dans MIFAO, 1975, p. 67 à 82.

53Du portique nous relèverons deux exemples différents ; celui du Palais Baštak, voûté, et ouvert sur la cour d’entrée par des arcs brisés (non outrepassés)56 ; celui du Palais de Raḍwān bāy, à linteau droit et plafond en charpente supporté par des piliers appareillés, avec trois ouvertures en façade et deux aux extrémités57.

  • 58 Cf. supra.

54D’une première galerie haute, nous ne connaissons que celle qui semble avoir surmonté le portique à arcades du Palais Baštak : sorte de loggia surplombant la cour et qui aurait été faite de courts piliers au-dessous d’un linteau58.

***

55C’est sur les hauteurs du Muqaṭṭam et au milieu du Nil qu’une nouvelle architecture civile a pris forme au temps des Mamelouks.

  • 59 Arcs cintrés, brisés (outrepassés ou non) en carène ; oculi...

56La hardiesse des innovations techniques, la réalisation de constructions gigantesques en belle pierre de taille, l’adoption des divers types d’arcs connus en Orient et en Occident59, ainsi que des différents modes de couvertures existants — berceau, voûte d’arête, plafond en charpente, coupole — répondent avant tout à un besoin de sécurité et de prestige.

57Les grands émirs du xive siècle, qui rivalisent parfois de puissance et de richesse avec les sultans, prétendent en atteindre l’importance jusque dans l’élévation et l’étendue de leurs palais fortifiés. Ce fut le cas de Qawṣūn qui a laissé les ruines les plus imposantes de l’architecture domestique mamelouke, à l’exemple des citadelles de la Montagne et de l’Ile de Rawda. Pour leur part, d’autres émirs s’efforcent d’imiter, dans la mesure de leurs moyens, le style architectural et le faste que l’on admire chez les émirs les plus puissants.

58De ces divers palais, ceux que nous connaissons le mieux par leurs derniers vestiges, reflètent bien le caractère militaire et le goût de l’ostentation de leurs auteurs. Ces chefs de guerre ne paraissent pas concevoir d’habiter hors d’un lieu élevé. De là, ils dominent, outre les alentours, une de leurs propriétés les plus chères, les iṣṭāblāt où devaient s’abriter leurs Mamelouks et leurs chevaux. Leur fierté est aussi de montrer, au dehors, une entrée princière, avec l’archivolte brisée d’importation chrétienne ou le porche monumental à stalactites emprunté à l’art seldjoukide.

59En l’honneur de ses familiers, amis et hôtes de marque, on édifia la salle la plus grandiose (qā‛a) que l’on pouvait imaginer, en la parant de marbres de couleurs, de stucs et de plafonds dorés et peints. Entrée du palais et salle de fêtes monumentales ne diffèrent guère du porche d’accès d’une mosquée ou de l’intérieur d’une madrasa que les mêmes émirs se plaisent également à faire construire par leurs architectes et artisans préférés. On verra ce style architectural commun aux palais des sultans ou des émirs et des édifices religieux déborder l’époque bahrite pour s’imposer encore au début de la période circassienne.

  • 60 Cf. supra : Dayr el-Banāt, Kuhya, Al-Irsān, AI-Ġannāmīya...

60L’importance présentée par les ensembles surélevés et fortifiés ne doit pas faire oublier qu’ils ont été précédés par l’apparition de la qā‛a réalisée au sol, telle qu’elle a été maintenue durant plusieurs siècles. On en suit, en effet, l’évolution à travers celle de son plan et de la forme caractéristique de ses arcs. A l’origine, plan simple d’une longue salle rectangulaire, parfois d’une anti-salle en Τ60 rappelant ses antécédents — maison de Fusṭāṭ, puis toulounide et fatimide.

  • 61 L’emploi de l’arc brisé outrepassé se trouvera encore renforcé par l’influence des Andalous chassé (...)

61D’inspiration mésopotamienne sont également les premiers arcs en carène, avant que ne soient adoptés les arcs brisés surhaussés imités des formes arabo-normandes, puis les arcs brisés outrepassés utilisés dans les constructions syriennes des Croisés61. Ce sont ces dernières formes que l’on reconnait aussi dans les salles élevées des palais mamelouks des xiiie et xive siècles.

  • 62 La qā‘a adopte généralement une disposition axiale Nord-Sud.
  • 63 J.M. Rogers, al-Ḳāhira, Encyclopédie de l’Islam, IV, 1974, p. 453.

62Dans les salles hautes aussi bien que dans les salles basses de cette époque62, on observe fréquemment l’extension des iwān de part et d’autre d’une dūrqā‛a parfois élargie. Dans les deux cas la dūrqā‛a conserve le même rôle : lieu d’accès aux īwān avec ses portes de communication latérales — à linteau droit —. De même les deux īwān où l’on prend place sur des tapis, sofas et coussins, apparaissent toujours inégaux. Le plus grand semble bien avoir été réservé aux hôtes, le plus petit au maître, entouré de ses familiers et invités de haut rang. Cet endroit est souvent marqué par la présence d’une fontaine murale (salsabīl) comme on en voyait déjà dans les īwān de Fusṭāṭ et ceux du Palais Fatimide de Sayiddat al-Mulk63. L’eau qui en jaillit et s’écoule par des canalisations jusqu’à un bassin central constitue aussi le grand luxe des qā‛a mameloukes. On y apprécie naturellement la fraîcheur qui en résulte dans une grande salle où elle est déjà recherchée avec la pénombre de ses hauts murs aveugles.

63Si on constate une resemblance frappante dans l’architecture et l’ornementation d’époque mamelouke entre qā‛a, mosquée et madrasa, d’autres comparaisons s’imposent aussi. Devant les grandes salles d’apparat bahrites, sombres et fermées, on ne peut s’empêcher d’évoquer le souvenir de palais plus anciens : hautes salles des palais assyriens à demi-voûtes en briques s’ouvrant et s’affrontant comme des īwān ; grandes salles de réception de l’Egypte pharaonique ; pièces de séjour byzantines de proportions aussi monumentales que celles des basiliques chrétiennes.

64La survivance de traditions lointaines toujours adaptées à des modes de vie peu différents, en dépit du temps, et l’intervention de constructeurs et décorateurs étrangers sont probablement la cause des rapprochements observés entre d’anciennes formes locales ou certains éléments extérieurs et la qā‛a cairote du Moyen

  • 64 G. Wiet, Précis de l’Histoire d’Egypte, Le Caire, 1932, t. Π, p. 229 et ss.

65Dans son Précis de l’Histoire d’Egypte, G. Wiet a clairement exposé comment les Sultans ayyoubides et mamelouks adoptèrent un style architectural inconnu jusqu’alors dans la capitale de l’Egypte, à la mesure de leur ambition et de leur puissance64.

  • 65 Ibid. Après la reprise de Jérusalem et la paix de Ramleh (1192).
  • 66 Voir C. Enlart, Les monuments des Croisés dans le royaume de Jérusalem, Paris, 1926-1927, 2 vol., (...)

66Cette innovation prit corps, vers la fin du xiie siècle, grâce à une période de paix qui suivit les victoires remportées sur les Croisés65. « Mais la guerre sainte avait fait son œuvre, longtemps encore l’architecture civile présentera un double caractère militaire et religieux. Lorsque de grandes salles de réception seront construites à l’intérieur de murs épais, ce sera le plan cruciforme qui conditionnera la base même de toute composition ; des proportions élevées rappelleront les salles capitulaires des châteaux normands66. Une sobriété dans le décor, et une puissance de facture marqueront les œuvres de la dynastie ayyoubide et des premiers Mamelouks... »

67« Les Mamelouks, grands réalisateurs façonnés par la guerre, satisfont âprement leurs rêves de puissance, se délassent entre deux sorties par des fêtes somptueuses... » fêtes organisées à l’intérieur des palais et des jardins, tandis que de brillants cortèges se déroulent, au dehors, dans les rues de la Capitale.

68Ce fut Al-Malik an Nāṣir Muḥammad, fils de Qalāwūn, qui durant son long règne donna une impulsion remarquable à l’architecture mamelouke entre le xiiie et le xive siècle. « L’architecture civile de son époque, dont le château de la Montagne est l’exemple typique, est grandiose et riche. Tout en conservant encore la tradition des grands plans et des proportions nobles des salles, il ajoutait une ornementation à grands motifs, et parfois une délicatesse de décor qui décèle déjà la recherche d’un art architectural moins rigide, moins militaire...

69Cette évolution se précise sous le règne de Hasan et de Ša‛bān, avec des émirs jaloux de leur autorité, et soucieux d’affirmer dans le luxe de leurs résidences leurs hautes fonctions à la cour. Les palais des Qawṣūn, des Taštamur, des Āqsunqur, des Šayẖū, des Ṣargatmiš cachent derrière leurs murs de pierre des salles de réception hautes comme des églises, des locaux nombreux abritant escortes, gens de maison, approvisionnements. Tout se concentrait pour résister à l’attaque, mais aussi pour offrir un confort luxueux ».

Notes

1 Creswell, op. cit., p. 105-106. Princes d’origine turque ou kurde, ardents Sunnites, Nur al-Din et Salah al-Din implantèrent la madrasa en Mésopotamie, en Syrie et en Egypte.
Selon Hertz (Comité de conservation, 1904, p. 98-9), des madrasa que Salāḥ al-Din aurait pu construire en Egypte, il ne reste aucun vestige (pp. 129-130). C’est dans la qā‘a des maisons où les professeurs enseignèrent tout d’abord que l’on doit rechercher l’origine des madrasa à double iwān. Les premiers exemples s’en trouvent à Damas (1153), Alep (1155) puis au Caire (1170) avec la Qamḥiyya (madrasa malékite), sans compter d’autres salles également transformées en madrasa entre 1176 et 1183.
Maqrizi cite également la transformafion en madrasa d’une partie du grand palais fatimide, manāzil al‛Izz, construit près du Nil au voisinage du hammam al-Dahab par la mère du Khalife Al-‛Aziz Billāh (Ḫiṭāṭ II, p. 163).

2 E. Pauty cite Gustave Schumberger (de l’Institut), 1906, p. 118 à 121 : relation de Guillaume de Tyr sur la visite des Francs au Caire, envoyés au xiie siècle par le roi Amaury Ier.

3 Cf. supra.

4 Adopté en premier lieu dans la madrasa al-Zahiriya de Baybars, au xiiie siècle, puis dans le collège religieux du Sultan Hasan, au xive siècle, le plan cruciforme sera de plus en plus en honneur au Caire, dans la construction des nouvelles mosquées.

5 Cf. supra. A. Lézine, Persistance de traditions pré-islamiques dans l’architecture domestique de l’Egypte musulmane. Annales Islamologiques, t. XI, 1972, p. 1 à 22. E. Pauty, op. cit. Dans les palais et riches demeures byzantines, l’auteur signale la présence d’une grande salle de séjour et de réception — atteignant plusieurs étages — éclairée seulement par des fenêtres hautes, comme la pièce principale dans l’ancienne Egypte.

6 Cf. infra. Dayr al-Banāt.

7 A. Lézine, Les salles nobles, passim.
Creswell, M.A.E., p. 208.
— Qā‛at ad-Dardīr -début du xiie siècle.
— Qā‛a Sultan al Malik al Salih (Ile de Rawda) -1240/41.
— Qā‛a de l’Emir Aqqūš (Maristan de Qalāwūn) -720 à 730 h.
— Qā‛a du Palais Baštak -1337 ou 1339.
— Qā‛a du Palais Qāwṣūn (ou Yašbak) -1338.
— Qā‛a de Muhibb al-Din (ou ‘Uṯman Katẖuda) - 1350.
— Qā‛a de Taštamur ad-Dawādār (1366/7 ou 1376/7).
Qā‛a de Šākir ibn al-Ğannām (1372/3).

8 Couvent Saint-Georges. A. Lézine, op. cit., p. 72 et ss.

9 Du type dūrqā‘a.

10 Aly Bahgat Bey et A. Gabriel, Les fouilles d’Al Foustat, 1921, passim.

11 Cf. K.A.C. Creswell, A short account of early muslim architecture, 1958, p. 287 : « ... A Ukhaydir les salles en Τ sont couvertes de berceaux. A Samarra on utilisait des terrasses au solivage en bois. Il en était de même à Fusṭāṭ ».

12 A. Lézine, op. cit., p. 75. « A Samarra, on trouve des salles en Τ dont l’analogie de couverture avec celle de Deir el-Banat est clairement indiquée par les dispositions du plan ».

13 Id. « Très restauré, ce plafond conserve néanmoins suffisamment de parties anciennes sculptées pour laisser supposer qu’il appartient à l’état primitif du bâtiment ».

14 Id. « On ne connaissait pas jusqu’ici d’exemple de ce type de plafond qui soit antérieure au xive siècle » (Palais Baštak, Emir Ṭāz...) ; p. 75/76, l’auteur rapporte que le plan en Τ aurait reçu autrefois le nom de Ḥīrī (de la ville Laẖmide de Ḥīra, au sud de Kūfa) ou encore « des deux manches (kumān) et du riwāq ». Ce dernier terme ne doit pas être traduit par portique comme on l’a fait à tort au siècle dernier mais être pris dans son sens plus ancien de la salle principale (d’une tente, à l’origine).
Le Calife se tenait dans le ṣadr, ce qui correspond à la hampe en T. Ce même terme était encore utilisé au xixe siècle pour désigner l’īwān principal de la a du palais cairote. Les familiers du Calife prenaient place dans les deux « manches » qui sont également désignées dans le texte par le terme de bayt. Il est précisé que trois portes conduisaient à l’ensemble. Les deux chambres, situées dans les angles, de part et d’autre du ṣadr, étaient réservées, l’une aux vêtements royaux, la seconde était l’entrepôt des boissons du monarque. Ce type de plan se répandit et « le peuple se fit construire des habitations semblables ».
Cf. 2e partie (J.C. Garcin).

15 A. Lézine, op. cit., p. 77. « Celle du Sud-Est a été partiellement rebouchée... ».

16 E. Pauty, Un dispositif de plafond fatimide, dans Bull, de l’Institut d’Egypte, t. XV, 1932-1933, p. 100-107 ; Id., Catalogue du Musée arabe, Les bois sculptés jusqu’à l’époque ayyoubide, 1931, n° 4128, pl. XL, et p. 45.

17 Ibid., p. 79. Cf. infra : Qāa de Kuhya, Yaḥyā, Ġannām, Dardīr, Al-Irsān.

18 A. Lézine, Persistance de traditions préislamiques dans l’architecture domestique de l’Egypte musulmane in Annales Islamologiques, XI, 1972, p. 11.

19 J.M. Rogers, Al-Kahira, Architecture domestique, in Encyclop. Islam, IV, p. 454. « La ventilation était assurée par des tuyaux d’aération ou des sortes d’appentis (malḳaf, pl. malāḳif) orientés vers le Nord pour recevoir la brise du soir, et l’on retrouve le même dispositif dans certains édifices religieux (mosquée d’al-Ṣāliḥ Talā‘i‘, 1160)... ».

20 A. Lézine, Les salles nobles, pp. 86-89.

21 Dūrqāa entre deux īwān différents.

22 Portes et niches semblables s’ouvrent aussi de chaque côté de la durqā‘a.

23 A. Lézine, op. cit., p. 88.

24 Ibid., p. 89.

25 J. Revault et B. Maury, Palais du Caire, I, pp. 1 à 10.

26 Avis controversé sur la date de fondation de ce bâtiment. Cf. A. Lézine, Les salles nobles, p. 120 et ss.

27 Palais du Caire, I, fig. 1 à 5.

28 A. Lézine, op. cit., pp. 64-66. Cette salle aujourd’hui disparue, avait été construite en 1240/41 dans le palais de l’Ile de Rawda. « Des prisonniers chrétiens y avaient travaillé en grand nombre au dire de Maqrizi » (Creswell, Muslim architecture of Egypt ; t. II, p. 84). A. Lézine la considère comme un prototype dont se sont inspirés les architectes de cette époque, et comme un élément de transition entre la maison-type de Fusṭāṭ et la a mamelouke « classique ». « Le trait architectural, le plus intéressant, dit-il, est ici l’ensemble formé par quatre groupes de colonnes détachées des murs et réunis par des arcs. L’espace central ainsi délimité aurait été couvert d’une coupole », séparant deux iwān de profondeur inégale et peut-être couverts en voûte.

29 Ibid., pp. 89-93. « Mentionnée par Creswell, Muslim archit. of Egypt, t. II, p. 263, qui la date de 713 (1313/1314-5). Le nom du véritable fondateur de la Qā‛a nous est donné par les inscriptions intérieures de la salle qui a été édifiée au xive siècle, dans la période comprise entre 1317 et 1337 ».

30 ou quartier Hamzāwī. La qā‘a est bordée par la nouvelle rue de Al-Azhar.

31 Actuellement en contrebas.

32 Jusqu’au niveau de la grande frise épigraphique qui ceinturait la salle.

33 Grand īwān au Sud, petit īwān au Nord.
Nous verrons la persistance des défoncements latéraux dans les qā‘a des xve et xvie s. (qā‘a de Zaynab Ḫātūn, ‘Uṯman Katẖudā, Qāyt bāy, al-Razzāz...)

34 Les linteaux en bois des défoncements et loges ne sont pas encore supportés par des kurdi qui n’apparaitront que plus tard (A. Lézine, o.c., p. 125).

35 A comparer avec les mêmes revêtements de bois peint qui entourent les arcs de certains mihrabs, tels que celui de la Mosquée d’Ibn Ṭūlūn.

36 A. Lézine, Les Salles nobles, pp. 115-120. Accès en contrebas.
L’église St Georges fut bâtie en 1180 et détruite par un incendie vers 1857. Les Palais du Caire, II, pp. 77 à 83 ; fig. 24 à 27.

37 A. Lézine, ibid. E. Pauty plaçait cette salle au xive siècle ; D. Russel (Medieval Cairo and the monasteries of the Wadi Natrūn, p. 47) la date du xive siècle également...s

38 A. Lézine, Les Salles nobles, p. 120. Il s’y ajoute une frise circulaire en bois peint.

39 Voir supra.

40 A. Lézine, op. cit., pp. 93-94.

41 Voir plans relevés par P. Coste, Creswell et Herz. Cette a doit, sans doute, sa survivance à son rattachement au māristān de Qalāwūn.

42 Op. cit., p. 125, fig. 25. Palais mamelouks : Ālīn Āq (1294), Qawṣūn (1330) ; Baštak (1337) ; Ṭāz (1352).

43 Ibid., pp. 108-112.

44 Disposition de la salle : Est-Ouest. E. Pauty, Les palais...fig. 37, p. 46.

45 A. Lézine, op. cit., p. 112 : « L’auteur des transformations du xve s. fut peut-être Hasan b Husayn at-Ṭūlūnī, l’architecte qui construisit le mausolée de Ḫušqadam, cf. L.A. Mayer, Islamic architects and their works, p. 65 ».

46 Porte actuellement murée (Sud-Ouest).

47 Id. Les deux premiers arcs dateraient du xive siècle (naissance de ces arcs à bord arrondi) ; les trois derniers du xve s.
Selon Herz (B.C., 1909, p. 160), il y aurait eu autrefois des lambris de marbre à la partie basse des murs.

48 Id. Le plafond du grand iwān serait du xive siècle.

49 Ibid., pp. 112-115.

50 Orientation Nord-Sud de la a.

51 Cf. Creswell, o.c., pl. X (b). On trouve déjà des muqarnas en bois en Sicile au xiiie s., ceux notamment de la Chapelle Palatine, cf. G. Marçais, L’Architecture musulmane d’Occident, 1954, fig. 96 et p. 124-125. Cf. aussi K. Otto-Dorn, L’art de l’Islam, 1967, p. 111-112 et fig. 59 p. 112. La chapelle date de 1140.

52 Cette mosquée-mausolée date de 1411... Cf. A. Lézine, Trois palais d’époque ottomane au Caire, MIFAO, t. XCIII..., 1972, plan de situation du Palais de Sitt Wasla, fig. 8, p. 36.

53 Cf. G. Marçais, Salsabīl et Saḏirwān, dans Mélanges Lévi-Provençal, t. II, p. 639-648.
A. Lézine écrit : « L’aspect de cette niche de salsabīl du xive siècle est très différent de celui des niches de fontaines dont on connait plusieurs exemples au Caire dans les palais d’époque ottomane. Elles deviennent alors beaucoup plus étroites avec un couronnement de muqarnaṣ, étiré en hauteur et inscrit dans un triangle isocèle pointu ».

54 Observées rarement dans les salles basses d’époque mamelouke, ces fenêtres éclairaient fréquemment les a élevées sur iṣṭabl.

55 A. Lézine, o.c., p. 115.

56 Supra.

57 Cf. J. Revault et B. Maury, Palais et maisons du Caire, I, dans MIFAO, 1975, p. 67 à 82.

58 Cf. supra.

59 Arcs cintrés, brisés (outrepassés ou non) en carène ; oculi...

60 Cf. supra : Dayr el-Banāt, Kuhya, Al-Irsān, AI-Ġannāmīya...

61 L’emploi de l’arc brisé outrepassé se trouvera encore renforcé par l’influence des Andalous chassés d’Espagne à partir du xiiie siècle, en raison de la faveur particulière que cette forme architecturale connaît déjà dans la construction des monuments almohades.

62 La qā‘a adopte généralement une disposition axiale Nord-Sud.

63 J.M. Rogers, al-Ḳāhira, Encyclopédie de l’Islam, IV, 1974, p. 453.

64 G. Wiet, Précis de l’Histoire d’Egypte, Le Caire, 1932, t. Π, p. 229 et ss.

65 Ibid. Après la reprise de Jérusalem et la paix de Ramleh (1192).

66 Voir C. Enlart, Les monuments des Croisés dans le royaume de Jérusalem, Paris, 1926-1927, 2 vol., p. 207 à 211.

Table des illustrations

Titre Planche XX
Légende Qā‛a al-Dardir.En bas : plan de la durqā‛a entre les deux iwān ; en haut : coupe longitudinale de la qā‛a.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3092/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 307k
Titre Planche XXI
Légende a de Yahya (plan 1920).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3092/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Titre Planche XXII
Légende Qā‛a al-Irsān.Plan général (essai de restitution).1. Ruelle privée ; 2. Rue ; 3. Entrée ; 4. Couloir ; 5. durqā‛a ; 6. Grand īwān ; 7. Petit īwān ; 8. Chambrette ; 9. Escalier (« loges des femmes ») ; 10. Latrines ; 11. Antichambre ; 12. « Loges des femmes » (étage).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3092/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Planche XXIII
Légende Qā‛a al-Irsān -Coupe transversale (d’après A. Patricolo, 1908).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3092/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 666k
Titre Planche XXIV
Légende Qā‛a al-Irsān. Coupe longitudinale avec élévation (d’Après A. Patricolo, 1908).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3092/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 925k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter