Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Palais et maisons du Caire. Tome I

 | 
Jean-Claude Garcin
, 
Bernard Maury
, 
Jacques Revault
, 
et al.

1re partie. L’architecture domestique au Caire à l’époque mamelouke (XIIIe-XVIe siècles)

Palais des émirs mamelouks

Texte intégral

Le cadre géographique

  • 1 Creswell, op. cit., p. 227 ;
  • 2 Creswell, op. cit., p. 85. Installation de ses mamelouks auprès de son palais par le sultan Baybar (...)
  • 3 G. Salmon, Etude sur la topographie du Caire, La Kal‘at al-Kabch et la Birkat al-fîl, Le Caire, 19 (...)
  • 4 Cf-infra.

1A l’encontre des autres demeures de même époque, riches ou ordinaires, qui ont complètement disparu, quelques palais plus solidement construits par les émirs bahrites ont survécu jusqu’à ce jour. S’ils n’ont pas résisté entièrement aux méfaits du temps et à certaines destructions, il restent cependant, dans leur état actuel, un précieux témoignage de la première architecture domestique mamelouke. Pour y ériger leurs résidences fortifiées, ces seigneurs musulmans n’hésitèrent pas à choisir, à l’intérieur de la Cité et aux alentours, les sites les plus agréables et les mieux exposés1 (Pl. I). Rappelons que certains d’entre eux, notamment ceux qui avaient épousé une fille du Sultan, bénéficièrent parfois d’un luxueux palais à côté de celui de leur maître, soit dans l’île de Rawḍa, soit à la Citadelle du Muqaṭṭam2. Les autres s’installèrent de préférence, sur les pentes avoisinant le « Château de la Montagne », sinon dans les jardins fastueux des anciens palais fatimides. D’un côté, on disposait de vastes espaces libres — ou libérés — propres au développement de grands domaines et de nouvelles plantations, entre les monts du Muqaṭṭam et de Yaškūr, jusqu’aux rives du Nil3, de l’autre, en demeurant au cœur de la Cité, on se plaisait à suivre de plus près l’essor remarquable des activités urbaines, industrielles et commerciales, tout en assistant, sur place, à l’enrichissement si rapide du Caire en monuments civils et religieux4.

Les Mamelouks

  • 5 Cl. Cahen, art. iḳtā, Encyclop. Islam, III, p. 1115-1118.
  • 6 L. Hautecœur et G. Wiet, op. cit., p. 47.
  • 7 Cf. Layla ‘Ali Ibrāhīm, op. cit., Les principaux marchés d’esclaves aux xiiie et xive siècles, se (...)
  • 8 D. Ayalon, L’esclavage du mamluk, et Studies on the structure of the mamluk army, in Bulletin of t (...)

2Qu’ils aient décidé de résider à l’intérieur de la capitale ou dans ses environs, les émirs mamelouks constituaient également la véritable aristocratie de l’empire, les uns et les autres se partageant en concessions fiscales (iqṭā) les revenus de l’ensemble des terres du pays5. En outre, chacun d’eux espérait qu’il lui serait peut-être donné un jour de s’élever au titre suprême de sultan. Pourtant, tous avaient supporté des débuts difficiles, qu’ils fussent turcs d’origine, turcomans, circassiens, grecs6, achetés à l’un des grands marchés d’esclaves connus dans tout l’Orient7. De leurs fonctions initiales, en qualité de pages, les Mamelouks conservaient vraisemblablement toute leur vie, l’appellation et les emblèmes8.

3« L’esclave était donc affranchi, puis entrait au corps des pages, où il recevait une charge de cour, chambellan, échanson, dégustateur, porte-écritoire, porte-raquettes, etc., puis il en sortait avec le grade d’émir de dix... » Chaque émir gardera, par la suite, le surnom de sa première charge de cour. « C’est ainsi que le sultan Baybars II sera toujours appelé Djachankir, le « dégustateur »... ».

  • 9 Cf. Les mosquées du Caire, p. 50. Certaines obligations étaient imposées aux émirs : « L’émir de d (...)

4« Tous les émirs recevaient une dotation suivant leur grade, du plus petit au sultan... Le régime mamlouk put toujours éviter le danger de la féodalité, car la terre n’était pas héréditaire et, par ailleurs, l’émir n’y résidait point... »9.

  • 10 Ibid., p. 74-75. La fortune des émirs consistait en or, argent, esclaves, mamelouks, chameaux, che (...)
  • 11 Ibid. La fortune de Ṭurunṭāy fut confisquée par le Sultan Halīl. Cf. aussi le pillage du Palais de (...)

5Les grands officiers mamelouks possédaient une fortune considérable, aussi leur luxe et les coutumes qu’ils adoptèrent n’étaient pas sans rappeler le faste de la cour fatimide10. Nous verrons que l’accumulation de ces richesses ne sera jamais assurée d’être préservée. Elles seront parfois confisquées par le Sultan auquel elles portent ombrage, sinon pillées par la soldatesque ou la populace11.

Palais bahrites

6L’importance des Palais bahrites est attestée, en leur temps, dans les rapports historiques qui en ont été laissés par divers auteurs arabes. Sans doute, leur nombre ne varia guère entre le xiiie et le xive siècle, plusieurs générations successives, construisant et reconstruisant leurs palais au même endroit.

Palais Qawṣūn-Yašbak -De la grande salle haute (qaṣr) ne subsistent que les murs et les arcs de l’iwān ouvert au Nord.

  • 12 E. Pauty, op. cit., passim.
    A. Lézine, Les salles nobles, passim.

7Au moment de l’expédition d’Egypte, leurs vestiges demeuraient encore solidement implantés en divers lieux du Caire. Mais, comme on l’observait aussi à l’Ile de Rawḍa et à la Citadelle, les anciens palais mamelouks, entièrement abandonnés par la caste aristocratique qui les avait fondés, ne semblaient plus utilisés que pour servir d’asile à des familles pauvres ou d’abri à des artisans. Certaines gravures excutées sur place par des artistes de Bonaparte montrent plusieurs de ces bâtiments émergeant des frondaisons qui les entouraient, notamment au voisinage de la Mosquée monumentale du Sultan Hasan. A la fin du siècle dernier et au début de celui-ci, on doit au Comité de Conservation des Monuments de l’Art arabe d’avoir recherché les rares palais mamelouks qui subsistaient encore, et d’avoir procédé aussitôt à leur classement et aux travaux de restauration les plus urgents. Grâce à ces dispositions, on peut compter aujourd’hui trois palais bahrites à proximité de la Citadelle et un autre dans la ville même d’al-Qāhira12. Ils ont été également édifiés entre la fin du xiiie siècle et le milieu du xive siècle.

Palais voisins de la Citadelle

  • 13 Palais du Caire, II : Palais Yašbak, pp. 31 à 48, fig. 9 à 14 ; Palais de l’émir Ṭāz, pp. 49 à 60, (...)

8Auprès du Muqaṭṭam se trouvent les palais d’Ālīn Aq, de Yašbak (de Qawṣūn), et de l’Emir Ṭāz ; dans l’enceinte fatimide, le palais Baštak13 (Pl. I, II, VIII, IX, Χ, XVI).

9De tout temps, un style architectural commun permit de les distinguer d’abord des riches demeures de même époque, puis des palais circassiens des xve et xvie siècles.

10Empruntées à l’architecture des palais sultaniens de l’Ile de Rawḍa et de la Citadelle, les principales caractéristiques de ces palais apparaissent dans leurs proportions gigantesques, correspondant à un large développement en surface et en hauteur. L’aspect massif et sévère qui en résulte, témoigne aussi de l’inspiration des châteaux fortifiés qu’imposaient les Croisés en Syrie et en Palestine.

  • 14 Layla ‘Ali Ibrahīm, op. cit., p. 54.
    Ibn Tağrībirdī, Al-nuğūm al-Zāhira, IX 121.
    J.M. Rogers, Archit (...)

11Pour désigner l’un de ces palais, on emploi surtout les termes suivants : qaṣr (château), iṣṭabl (écurie), Ce sont bien là, en effet, des traits distinctifs propres aux palais des émirs bahrites, aussi bien qu’à leur modèle, le Palais royal de la Citadelle. La réplique la plus fidèle de celui-ci s’impose apparemment, par son style et ses proportions, au voisinage du Muqaṭṭam. C’est la résidence princière que al-Nāṣir Muḥammad ordonna d’élever, dit-on, non loin de la Citadelle, à l’intention de Qawṣūn, l’un de ses émirs favoris. Sur les pentes rocheuses choisies à cet effet, le palais de cet émir occupait un vaste emplacement à l’intérieur d’une enceinte solidement appareillée. On en peut voir encore aujourd’hui les vestiges impressionnants qui laissent deviner de quelle grandeur devait être l’édifice qui servit d’exemple, destiné au Sultan lui-même14.

Planche II

Planche II

Palais Qawṣūn (ou Yašbak).
1. Palais Yašbak ; 2. Palais de l’Emir Tāz ; 3. Mosquée du Sultan Hasan.

Planche III

Planche III

Mosquée Sultan Hasan (d’après Coste).
A gauche du monument apparait le palais de Qawṣūn-Yašbak.

Planche IV

Planche IV

Palais Yašbak (d’après plan d’archives de Herz -1895).
Plan du rez-de-chaussée — entrée, iṣṭabl et bâtiments annexes —
1. Cour ; 2. Porche de Yašbak (xve s.) ; 3. Porte de Qawṣūn (xive s.) ; 4. Entrée : antichambre avec mastaba (xive s.) ; 5. pièce de gardien ; 6. Couloir de communication ; 7. Latrines ( ?) ; 8. Première salle ou petit iṣṭabl (xive s.) ; 9. 10 et 11. Deuxième salle ou grand iṣṭabl, parties centrale et Nord — manque partie Sud — ; 12. Antichambres ; 13. Couloir de communication ; 14-15. Magasins (maẖzan) ou chambre domestique (xve-xvie s.).

Planche V

Planche V

Palais Yašbak.
Plan du 1er étage (essai de restitution). Grande salle d’apparat, qaṣr.
1 Cour ; 2 et 3. Porche ; 4. Entrée ; 5. Escalier d’accès à l’étage ; 6. Couloir ; 7. Accès au qaṣr ; 8. Durqā‛a ; 9. īwān Sud ; 10. īwān Nord ; 11. Accès aux autres parties du palais ; 12. Accès à la chambre annexe ; 13. Chambre de repos ; 14. Emplacement du 1eriṣṭabl ; 15. Emplacement des constructions postérieures (xve-xvie s.).

Planche VI

Planche VI

Palais Yašbak.
Façade Nord du 1eriṣṭabl (xive s) surmonté d’appartements tardifs.

Planche VII

Planche VII

Façade Nord du 2emeiṣṭabl (xive s) surmonté du grand qaṣr.

  • 15 Construction en gros et moyen appareil. Comparer les proportions et le style architectural de ce p (...)
  • 16 Ecuries.

12Rivalisant de hauteur et de luxe avec les portails des plus belles mosquées et madrasas de même époque, l’entrée monumentale du palais s’élève jusqu’au niveau des terrasses (fig. 1). Bâtie en pierre de taille, elle s’enrichit principalement d’une voûte en stalactites — qui se prolongera au-delà de la porte à linteau —15 (fig. 1, 2, 3, 4). Cet accès majestueux est flanqué, à sa droite, par une immense façade appareillée, orientée au Nord (fig. 5) ; celle-ci correspondait, en bas aux iṣṭāblāt16 , en haut au qaṣr (Pl. VII, fig. 6).

  • 17 Voir infra.

13Dans les murs de forte épaisseur, la superposition régulière des rangées d’ouvertures droites, cintrées puis arrondies17, donne à l’ensemble de la façade du palais une curieuse apparence de construction romane (Pl. VII). Etrange association de style avec celui du porche de l’entrée d’inspiration iranienne.

  • 18 Aujourd’hui partiellement murées.
  • 19 La configuration générale de ces grandes salles basses permet d’évoquer celle du Palais de la Cita (...)
  • 20 Sans compter les pièces affectées aux harnachements et les magasins d’approvisionnement, céréales, (...)
  • 21 Orientées au Nord, sinon à l’Ouest.

14Aux grandioses proportions extérieures répondent celles de l’intérieur ; le rez-de-chaussée pourrait aussi bien évoquer une crypte que surmonterait le lieu de prières d’une basilique (fig. 7). En effet, de vastes salles voûtées, distribuées en nefs et travées, s’étendent au rez-de-chaussée (Pl. IV) ; la partie proche de l’entrée renfermait, semble-t-il, à l’origine, les écuries de l’émir, desservies par un élégant portique à arches en ogive18 (Pl. VI). Les salles voisines étaient plus importantes encore avec leurs énormes piliers sous voûtes d’arête renforcées par des doubleaux brisés surhaussés19. L’iṣṭābl, accessible de plain-pied, présentait l’avantage d’être voisin de l’entrée du palais. Il bénéficiait, en outre, d’une réelle fraîcheur grâce à l’épaisseur de ses murs et de ses voûtes ainsi qu’à la ventilation intérieure entretenue par les fenêtres hautes (fig. 7). Sans doute peut-on voir aussi dans ces grandes salles inférieures, l’une des formes de salles qui furent particulièrement en honneur à l’époque mamelouke (Pl. IV) ; celles-ci seront examinées plus loin. Mais ici, le rôle des grandes salles basses ne se limitait pas à servir d’écurie pour les chevaux20, leur structure massive constituait, en même temps, le support le plus résistant de la somptueuse salle d’apparat (qāa) édifiée à l’étage (Pl. IV, V). Divisée, selon le nouveau plan classique, en deux iwān extrêmes séparés par une dūrqā‛a centrale, cette qā‛a, répond, de toute évidence, par la grandeur et la noblesse de ses proportions, au désir de prestige de l’un des plus illustres sultans mamelouks. Le nombre et l’élégance des arcs brisés outrepassés en pierre de taille qui confortent et ornent l’ensemble n’en sont pas le moindre signe (Pl. V, fig. 8, 9, 10). On doit encore imaginer ce lieu de festivités au temps de sa splendeur, rafraîchi et agrémenté par l’eau de sa fontaine et le marbre de son dallage et de ses parements muraux, éclairé par la rangée inférieure de ses fenêtres barreaudées21, que surmontaient des ouvertures cintrées — fenêtres géminées avec oculi — garnies de vitraux jusqu’au pourtour de la coupole. Surplombant la dūrqā‛a, celle-ci s’accompagnait de luxueux plafonds en charpente sculptés, dorés et peints, étendus au-dessus des iwān. Rehaussée pareillement d’or sur fond bleu, une large frise épigraphique en bois ouvragé se déroulait enfin autour de la salle, entre le linteau des fenêtres inférieures et la base des arcs.

15Il ne fait guère de doute que le magnifique ensemble architectural — portail, salles basses et salles hautes — qui subsiste de ce palais mamelouk ne soit un des reflets les plus fidèles des anciens palais sultaniens des xiiie et xive siècles, au Muqaṭṭam et à l’Ile de Rawḍa (Pl. VII). Cependant, cet ensemble demeure incomplet. Il faudrait y ajouter : en bas, cours, jardins et communs — magasins à vivres, logements domestiques, cuisines, etc. ; en haut les appartements de l’émir. Certains exemples en seront donnés ailleurs.

  • 22 Cf. ‘Ali Mūbarak, al-Hiṭaṭ al-Tawfiqīya li-Miṣr al-Qāhira, II, Le Caire 1886-87, p. 161.
    D’après Ma (...)

16A proximité de la résidence officielle de Qawsun et de Yasbak, celle de l’émir Ṭāz présente aussi, en dépit de ses altérations, un style comparable et des dimensions également imposantes qui témoignent d’une inspiration commune22 (Pl. VIII, IX, fig. 12 à 16). Plus loin, en se rapprochant des hauteurs du Muqaṭṭam et de ses remparts crénelés, on découvre les ruines du Palais d’Ālīn Āq (Pl. X). Sans atteindre les proportions démesurées des palais précédents, celui-ci n’en présente pas moins des caractéristiques semblables (Pl. XI à XV, fig. 17, 19). A l’entrée du palais, un luxueux portail formant porche s’orne aussi, à son sommet, de stalactites de pierre (fig. 20, 25). C’est encore sur les voûtes d’un iṣṭabl (fig. 21), que repose la qā‛a supérieure. Orientée au Nord, elle est divisée entre dūrqā‛a et īwān par deux grands arcs brisés outrepassés qui soutenaient autrefois une coupole (fig. 22). Cette salle disposait, en outre, d’un encorbellement tourné vers l’Ouest et les anciens domaines résidentiels entourés de jardins (fig. 17, 26).

17Au milieu des murs des communs, on trouve enfin les traces d’un puits et de sa noria qui fonctionna longtemps pour l’alimentation en eau du palais.

Planche VIII

Planche VIII

Palais de l’Emir Tāz.
Plan de situation : 1. Palais de l’Emir Tāz ; 2. Palais Yašbak.

Planche XI

Planche XI

Palais de l’Emir Tāz.
Plan du rez-de-chaussée (essai de restitution).
1. Entrée principale (xive siècle) ; 2. Cour ; 3. Entrée secondaire ; 4. Antichambre ; 5. Salle inférieure ; 6. Couloir de dégagement vers les communs ; 9. Chambre ; 11. Magasins ; 13. Escalier du maq‛ad (xviie siècle) ; 14. Magasins extérieurs.

Planche X

Planche X

Palais A lin Aq.
Plan de situation.
1. Palais Alin Aq ; 2. Mosquée funéraire de Ḫāyrbak ; 3. Mosquée Ibrāhīm Ağa Mustaḥfizān.

Planche XI

Planche XI

Palais Alin Aq.
Plan du rez-de-chaussée — d’après plan d’archives de Herz —
1. Entrée principale, (a) mastaba ; 2. Cour ; 3. Magasins à vivres (ou chambres domestiques) ; 4. Chambre ; 5. allée découverte ; 6. Escalier de l’étage ; 7. Salle basse (iṣṭabl) ; 8. Entrée secondaire ; 9. Porche ; 10. Cour des communs ; 11. Rampe vers la sāqiya ; 12. Puits avec sāqiya ; 13. Bassin ; 14. Ancien cimetière ; 15. masğid, zāwiya.

Planche XII

Planche XII

Palais Alin Aq.
Plan du rez-de-chaussée (essai de restitution).
1. Entrée principale ; 2. Cour ; 6. Escalier de l’étage (vers le qaṣr) ; 7. Salle basse (iṣṭabl).

Planche XIII

Planche XIII

Palais Alin Aq.
Plan du 1er étage (essai de restitution).
14. Ancien cimetière ; 15. Zāwiya ; 16. Antichambre ; 17. Entrée du qaṣr ; 18. Couloir ; 19. Durqā‛a ; 20. Grand īwān (Nord) ; 21. Petit īwān (Sud) ; 22. Chambre annexe (Est) ; 23. Chambre annexe (Ouest) ; 24. Chambrette ; 25. Latrines ( ?) ; 26. Chambre au-dessus de l’entrée (avec encorbellement).

Planche XIV

Planche XIV

Palais Alin Aq.
Coupe transversale avec élévation : qaṣr (īwān Nord) et iṣṭabl.

Planche XV

Planche XV

Palais Alin Aq.
Coupe longitudinale avec élévation : qaṣr (durqā‛a entre deux īwān) ; iṣṭabl

Palais mamelouks dans l’ancienne Cité fatimide

18Certains émirs mamelouks ont été séduits par les jardins qu’occupaient auparavant les palais des Califes fatimides. En réalité, ils suivirent ainsi l’exemple de leurs maîtres qui manifestaient leur prédilection à l’égard de la Qaṣaba royale en y faisant édifier leurs plus belles mosquées funéraires, madrasa, māristān, ẖānqā, etc. Leur installation au cœur d’une ville en plein essor, ne pouvait que favoriser leurs fortunes personnelles et l’agrément de leurs résidences. Aussi ne faut-il pas s’étonner que plus d’un émir n’ait pas résisté à l’attrait d’une existence citadine bénéficiant de ces conditions.

  • 23 ou rue al-Nahhāsīn.
  • 24 Supra, Palais du Caire, II.

19Cependant, des divers palais dont s’énorgueillissait jadis la capitale, un seul a été préservé jusqu’à ce jour avec le maintien d’une partie de ses anciens bâtiments. Edifié au bord de la voie principale, Šāri‛ al-Mu‛izz23, le palais de l’émir BaŠtak24 répond bien, par son élévation particulière de palais fortifié, à celle des monuments religieux voisins — qui lui sont contemporains —. C’est un véritable îlot que celui-ci occupe, enserré entre d’étroites ruelles qui en assurent à la fois l’accès et l’indépendance (Pl. XVI, fig. 27, 28).

  • 25 Proportions de l’ensemble iṣṭabl-qaṣr, voisines de celles du Palais d’Ālīn Aq dont le premier Pala (...)
  • 26 Tenant lieu d’iṣṭabl.

20La construction en pierre de taille (moyen appareil) et l’emploi de l’arc brisé caractérisent, comme précédemment, l’architecture de ce palais, au dehors comme au dedans25. Répétition de l’arc brisé (ou arche) depuis la ruelle voûtée et la grande porte extérieure à laquelle elle conduit, jusqu’aux arcades en ogive du portique intérieur et à l’entrée même du palais, en avant-corps (Pl. XVII, fig. 30, 31). De là, l’antichambre habituelle, avec banquette de pierre (maṣṭaba) dessert, d’un côté, une vaste salle basse et obscure, à plan cruciforme et voûtée26, de l’autre, un large escalier de calcaire s’élevant jusqu’à la grande salle d’apparat (qaṣr) (fig. 32).

  • 27 E. Pauty, A. Lézine, op. cit., passim.
  • 28 J. Revault et B. Maury, Palais et maisons du Caire (du xiveau xviiiesiècle), Le Caire, I, 1975 ; I (...)

21Dans la cour d’honneur sur laquelle débouchent les deux grandes portes du palais — extérieure et intérieure — on retiendra, comme aux palais Yašbak et de l’émir Ṭāz, la présence d’un portique à arcades brisées que semble avoir surmonté autrefois une sorte de loggia à piliers de pierre et linteau de bois (Pl. XVII, XVIII, fig. 30). Sans doute, peut-on voir dans l’abri aménagé près de la première entrée, l’une des formes du futur portique d’époque ottomane (taẖtabūš)27 ; en effet, l’usage de celui-ci se répandra de plus en plus pour l’accueil de certains visiteurs, jusque dans les riches demeures bourgeoises du Caire. Quant à la loggia supérieure, ne pouvait-elle préluder aux élégantes galeries à arcades que l’on réserva plus tard aux réceptions (maq‛ad)28 ?

  • 29 Galerie haute garnie de grilles en moucharabieh.
  • 30 Grand auvent dressé sur les terrasses, ouvert au Nord et à l’Ouest.

22Comme le qaṣr d’Ālīn Aq, celui de Baštak comprend, en son milieu, une dūrqā‛a carrée sur laquelle ouvrent les deux grands arcs brisés outrepassés des īwān extrêmes (fig. 30 à 35). De part et d’autre de la dūrqāa, deux étroites galeries arquées forment bas-côtés, dominés par un triforium aménagé en loge29 (fig. 36). Ouvertures barreaudées et vitraux surplombent la rue, orientées vers l’Ouest, pour capter, chaque soir, la brise la plus fraîche. L’élévation particulière de la salle, que surmontait encore la coupole centrale de son lanterneau, dispensait de l’usage traditionnel du malqaf30 pour l’aération du qaṣr (Pl. XIX).

Grâce à sa restauration, la salle d’apparat (qaṣr) du Palais Baštak a retrouvé l’aspect qu’elle avait au temps des grands émirs mamelouks (xive s.).

Planche XVI

Planche XVI

Palais Baštak.
Plan de situation.
1. Palais Baštak ; 2. Qā‛a de Muḥibb al-Dīn al-Mu‛aqqa ; 3. Maq‛ad Mamā‛ī ; 4. Mosquée Mitqal ; 5. Mosquée Hiğaziya ; 6. Zāwiya Bayn al-Qaṣrayn.

Planche XVII

Planche XVII

Palais Baštak.
Plan du rez-de-chaussée (essai de restitution).
1. Bāb al-‛Asker ; 2. Salle des gardes ; 3. Entrée principale ; 4. Cour (ancienne salle des gardes) ; 5. Portique ; 6. Cour ; 7. Porte du qaṣr, (a) masṭaba, (b) accès à l’escalier de l’étage, (c) communication avec rez-de-chaussée ; 8. Antichambre ; 9. Couloir ; 10. Grande salle ; 11. Masğid Baštak ; 12. Pièce d’ablutions ; 13. Boutiques ; 14. Tour de garde.

Planche XVIII

Planche XVIII

Palais Baštak.
Plan du 1er étage (essai de restitution).
1. Bāb al-‛Asker ; 6. Cour ; 15. Escalier ; 16. Poterne ; 17. Couloir de communication ; 18. durqā‛a (f) bas-côtés ; 19. Grand iwān (Ouest) ; 20. Petit iwān (Est) ; 21. Chambres annexes ; 22. Petite pièce d’étage ; 23. Ancienne loggia (ou galerie ?).

Planche XIX

Planche XIX

Palais Baštak.
Vue axonométrique : qaṣr supérieur et salles du rez-de-chaussée.

  • 31 Ornementation restaurée par le Comité.

23Du luxe ornemental passé, il reste encore au-dessus des vitraux en culs-de-bouteille de la façade, les plafonds des iwān et d'une chambre annexe composés de coupelles enluminées, assemblées dans un réseau entrelacé (étoilé)31 (fig. 37 à 40).

***

24Les rares palais conservés — même partiellement — suffisent sans doute à nous donner une idée exacte des anciennes résidences mameloukes et de leur diversité selon l’importance de leurs fondateurs et maîtres, sultans ou émirs. C’est, en effet, grâce à ces derniers témoignages du passé que l’on peut imaginer, à l’intérieur d’Al-Qāhira comme en dehors de son enceinte, les nombreux palais des xiiie et xive siècles aujourd’hui disparus.

25On pourrait penser que, face au péril chrétien et mongol, indépendamment des troubles intérieurs, les constructeurs de cette époque avaient retrouvé à la fois le goût et la nécessité de solides et grandioses monuments chers à l’ancienne Egypte. On n’ignore pas alors le rôle important accordé, à ce moment, aux techniques extérieures — syrienne, byzantine, iranienne, normande — dans les bâtiments civils et religieux du Caire, son architecture et son décor. Nous avons vu que cette influence étrangère était due généralement, soit à l’emploi d’artisans chrétiens capturés parmi les Croisés, soit à l’afflux de populations affolées, fuyant, les unes l’invasion mongole, en Mésopotamie, en Syrie et en Palestine, les autres la reconquête chrétienne en Espagne.

  • 32 Cf. K.A.C. Creswell, M.A.E., p. 129 et ss. Selon l’auteur la madrasa à plan cruciforme serait d’or (...)

26Devant une telle diversité d’apports, il n’en est pas moins résulté une grande unité de style, sans préjudice de transition avec les styles précédents, toulounide, fatimide et ayyoubide. On verra ainsi que les sultans et les émirs n’hésitaient pas à ordonner l’édification de leurs palais, selon des formes architecturales et un répertoire ornemental très proches — sinon semblables — du style des mosquées, madrasa, ẖānqā, dont ils confiaient, sans doute, l’exécution aux mêmes architectes et décorateurs. Cette similitude de style et de proportions est particulièrement frappante dans l’aspect extérieur des madrasa (ou des mosquées) et des palais mamelouks, comme dans leur configuration intérieure. Identité des entrées monumentales aux assises de marbre alternées noires et blanches (ou roses et blanches), une porte de même type à linteau droit (parfois arquée), s’ouvrant dans un profond défoncement que surmonte soit un arc cintré ou brisé, soit une voûte ou demi-coupole en stalactites de pierre. Ressemblance dans le plan cruciforme — plus ou moins accentuée — de la mosquée -madrasa32 et du qaṣr, la cour à ciel ouvert de l’une (saḥn), fermée de l’autre (dūrqā‛a), sur laquelle ouvrent également les grands arcs symétriques outrepassés — ou surhaussés — des īwān (ou līwān) légèrement surélevés. Même dallage de calcaire que rehaussent des marbres de couleur jusque dans les parements muraux. Mêmes portes droites de communication, donnant sur la cour, et fenêtres basses, barreaudées et munies de contrevents pour l’éclairage et l’aération des salles, tandis que, plus haut, des ouvertures en ogive et des fenêtres géminées ajoutent à l’éclat coloré de leurs vitraux.

27Du luxe ornemental passé, il reste encore au-dessus des vitraux en culs-de-bouteille de la façade, les plafonds des īwān et d’une chambre annexe composés de coupelles enluminées, assemblées dans un réseau entrelacé (étoilé) (1) (fig. 37 à 40).

  • 33 On peut ainsi relever plusieurs exemples de décoration architecturale de même nature dans la Mosqu (...)
  • 34 A. Lézine, op. cit., p. 70.
  • 35 Voir Palais Baštak et de l’émir Ṭaz.. D’autres palais, comme celui de Qāyt bāy et plus tard celui (...)
  • 36 Voir notamment la Mosquée de Ṣāliḥ Talā‛i.

28Enfin l’ornementation du sol et des plafonds ne diffère pas davantage, dans les deux cas, entre la chaude polychromie des tapis et la brillante enluminure des plafonds sculptés, dorés et peints, pareillement bordés d’une large frise épigraphique et de stalactites ; on y adopte trois types distincts : plafond à solives apparentes ; plafond à caissons (en forme d’alvéoles ou coupelles octogonales), plafond plat avec coupolette centrale33. Nous verrons plus loin comment la qā‛a, hors des palais fortifiés, n’en conserve pas moins une forte ressemblance avec les bâtiments religieux apparentés à la madrasa. Rappelons aussi, à l’appui de ce rapprochement architectural, l’emprunt de la coupole aux monuments religieux pour en couronner le lanterneau d’un qaṣr. Bien que cette coupole soit plus solidement édifiée en pierre appareillée sinon en briques au-dessus du mihrab d’un sanctuaire ou sur un mausolée, son imitation en bois surplombant la dūrqā‛a s’attache aux mêmes formes d’inspiration iranienne, avec tambour percé de fenêtres cintrées pour l’éclairage et l’aération de la salle34. On ne doit pas oublier non plus que plusieurs palais possédaient, sur la rue, aménagés dans leurs murs d’enceinte, des magasins ou échoppes occupés par des commerçants et artisan35. Leur répartition en arcades brisées et voûtées, qui s’accordait avec les portes d’accès extérieures et les portiques et magasins intérieurs, n’était pas sans rappeler une disposition analogue adoptée, dans la partie inférieure de leur façade, par certaines mosquées36.

Notes

1 Creswell, op. cit., p. 227 ;

J.M. Rogers, Fortifications, Encyclop. Islam, IV, p. 449 : « Les palais des amirs qui, au temps d’al-Makrizi, couvraient les pentes méridionales de la Citadelle, ont aujourd’hui complètement disparu ; ceux qui subsistaient encore ont sans doute été détruits lorsque Muḥammad‛Ali construisit le palais d’al-Djawhara [505] en 1229/1814 ».

2 Creswell, op. cit., p. 85. Installation de ses mamelouks auprès de son palais par le sultan Baybars (1261), chacun des émirs disposant d’une résidence personnelle avec écurie aménagée dans l’une des tours de la Citadelle de Rawda : Layla‛Ali Ibrāhīm, The great Hānqāh of the Emir Qawṣūn, Mitteilungen des Deutschen Archäologischen Instituts Abteilung Kairo, 1974.

3 G. Salmon, Etude sur la topographie du Caire, La Kal‘at al-Kabch et la Birkat al-fîl, Le Caire, 1902, p. II : « Dès l’avènement des Ayyoubides, les alentours du mont Yachkour étaient transformés en lieux de plaisance, avant que les « Mamelouks n’édifient de somptueuses demeures à l’emplacement des vastes jardins qui s’étendaient entre Al-Kâhirat et la hauteur du Kabch ».

4 Cf-infra.

5 Cl. Cahen, art. iḳtā, Encyclop. Islam, III, p. 1115-1118.

6 L. Hautecœur et G. Wiet, op. cit., p. 47.

7 Cf. Layla ‘Ali Ibrāhīm, op. cit., Les principaux marchés d’esclaves aux xiiie et xive siècles, se trouvaient en Crimée ; à Sīwās (en Anatolie centrale) où fut acheté Bāybars en 1243 ; Yazd fut aussi un lieu de marché d’esclaves réputé (en Iran). La paix entre les Mamelouks et les Mongols fut négociée au xive siècle par un des plus importants marchands d’esclaves de la période bahrite. Qawṣūn vint en Egypte des pays du Khanat mongol du Kipčak.

8 D. Ayalon, L’esclavage du mamluk, et Studies on the structure of the mamluk army, in Bulletin of the School of oriental and african studies (15) 1953 et (16) 1954.
Cf. L. Hautecœur et G. Wiet. Les mosquées du Caire, I, Paris, 1932, p. 49 :
« Selon Van Berchem, les « armes parlantes » d’une charge à la cour, sont celles du début... » Si un émir perdait avec une fonction le droit d’en porter le titre, il gardait jusqu’à sa mort ses armoiries comme une propriété personnelle. En deux mots, ces emblèmes sont des armoiries de cour... » ; voir surtout L.A. Mayer, Saracenic Heraldry, Oxford, 1933.

9 Cf. Les mosquées du Caire, p. 50. Certaines obligations étaient imposées aux émirs : « L’émir de dix devait posséder de 10 à 20 mamlouks ; les émirs de timbalerie, de 40 à 80 ; les commandants de mille, qui s’appelaient en même temps émirs de cent, de 100 à 120 mamlouks... ». Ils recevaient du sultan des fournitures quotidiennes ; rations de viande, pain, huile, sucre, cire, fourrage, et un uniforme annuel.
Parmi les fonctions supérieures des émirs, notons : l’amir maǧlis (chef du protocole), le dawādār (secrétaire général), le ḥāǧib (chambellan), l’ustādār (majordome) et l’atābak al ‘asākir (au xve siècle, le chef de l’armée).

10 Ibid., p. 74-75. La fortune des émirs consistait en or, argent, esclaves, mamelouks, chameaux, chevaux, moutons, bœufs ; propriétés foncières, dépôts de céréales, cannes à sucre et miel ; armes, équipements, bijoux, vases de cuivre incrustés d’argent.

11 Ibid. La fortune de Ṭurunṭāy fut confisquée par le Sultan Halīl. Cf. aussi le pillage du Palais de l’émir Qawṣun (Ḥawš Bardak).

12 E. Pauty, op. cit., passim.
A. Lézine, Les salles nobles, passim.

13 Palais du Caire, II : Palais Yašbak, pp. 31 à 48, fig. 9 à 14 ; Palais de l’émir Ṭāz, pp. 49 à 60, fig. 15 à 18 ; Palais d’Alīn Aq, pp. 61 à 76, fig. 19 à 23 ; Palais de Baštak, pp. 1 à 20. fig. 1 à 5.

14 Layla ‘Ali Ibrahīm, op. cit., p. 54.
Ibn Tağrībirdī, Al-nuğūm al-Zāhira, IX 121.
J.M. Rogers, Architecture domestique, in Encycl. Islam, IV, p. 454, « Son autre nom, Ḥawsẖ Bardak, donne à penser qu’il pourrait s’agir de l’iṣṭabl (écuries et résidence à la fois) construit par Kūṣūn pour agrandir un palais de Sandjar et qui aurait été pillé en 742/1341-2. Après la mort de Yašbak en 887-/1482, le palais fut attribué par Ḵā‛it Bāy à un autre amir, Akbirdī, son dernier occupant connu, qui mourut en 904/1498 ».

15 Construction en gros et moyen appareil. Comparer les proportions et le style architectural de ce portail, ainsi que son décor avec ceux de l’entrée monumentale de la mosquée-madrasa du Sultan Ḫalīl (1288).

16 Ecuries.

17 Voir infra.

18 Aujourd’hui partiellement murées.

19 La configuration générale de ces grandes salles basses permet d’évoquer celle du Palais de la Citadelle, telle qu’elle a été décrite par Maqrīzī, puis par De Maillet (supra).
Leur aspect général pourrait être comparé à celui que présentent certaines salles de prières bâties par les Seldjoukides, en Asie Mineure, entre le xie et le xiiie siècle (Mosquée de Sivas) ; avec leurs piliers massifs et leurs arcs brisés — non outrepassés — les travées et nefs de ces mosquées s’inspirent de l’architecture des anciennes églises byzantines (cf. Ulya Vogt-Goknil, (Grands courants de l’architecture islamique. Mosquées, Paris, 1975, p. 130-139).
Le même style architectural apparait encore dans certains caravansérails turcs édifiés au xiiie siècle aux environs de Kayséri : le Karatay Han et le caravansérail du Sultan Han. Cf. Michel de Saint Pierre, Trésors de Turquie, Paris, 1959, p. 226, (fig. 179, 181, 182).

20 Sans compter les pièces affectées aux harnachements et les magasins d’approvisionnement, céréales, huile, etc.

21 Orientées au Nord, sinon à l’Ouest.

22 Cf. ‘Ali Mūbarak, al-Hiṭaṭ al-Tawfiqīya li-Miṣr al-Qāhira, II, Le Caire 1886-87, p. 161.
D’après Maqrīzī, cette résidence fut édifiée par l’Emir Sayf al-dïn Ṭāz, en 753/1352-53 après la démolition d’habitations occupant l’emplacement choisi au voisinage de la madrasa al-Būnduqdārīya et du Hammām al-Fāraqānī. Surveillée par l’Emir Mangak, la construction du palais aboutit à une immense demeure pourvue d’un vaste iṣṭabl. A l’extérieur, des boutiques ouvrant sur la rue ont été aménagées comme au Palais Baštak.

23 ou rue al-Nahhāsīn.

24 Supra, Palais du Caire, II.

25 Proportions de l’ensemble iṣṭabl-qaṣr, voisines de celles du Palais d’Ālīn Aq dont le premier Palais Baktaš est contemporain.

26 Tenant lieu d’iṣṭabl.

27 E. Pauty, A. Lézine, op. cit., passim.

28 J. Revault et B. Maury, Palais et maisons du Caire (du xive au xviiie siècle), Le Caire, I, 1975 ; II, 1977, passim.

29 Galerie haute garnie de grilles en moucharabieh.

30 Grand auvent dressé sur les terrasses, ouvert au Nord et à l’Ouest.

31 Ornementation restaurée par le Comité.

32 Cf. K.A.C. Creswell, M.A.E., p. 129 et ss. Selon l’auteur la madrasa à plan cruciforme serait d’origine égyptienne.
Cf. Van Berchem, op. cit., p. 260-268. Celui-ci attribuerait volontiers à l’influence d’architectes et décorateurs syriens la conception des madrasas de l’Egypte, Saladin l’ayant apportée de Syrie avec la réforme religieuse, politique et militaire.
Et aussi Ulya Vogt-Göknil, Grands courants de l’architecture islamique — Mosquées, Paris, 1975, p. 68 et ss. Après avoir fait remonter les cours antérieures monumentales, ainsi que les iwâns à l’architecture des palais perses, l’auteur montre que depuis la création de la mosquée du Vendredi à Ispahan (xie s.) « la cour à quatre iwâns d’ordonnance cruciforme est devenue la norme pour les principales mosquées persanes, et n’a subi aucun changement jusqu’au xixe siècle... Ce n’est cependant pas à l’occasion de la construction de mosquées que les cours à quatre iwâns firent leur première apparition en Perse. Sous le règne du Sultan Malik Shah et de son vizir Nizam EI-Mulk, on construisit suivant le même schéma toute une série de madrasés sunnites à Tous, Nicha-pour et Bagdad. De même, les cours de caravansérails contemporains possèdent en général quatre iwâns ».

33 On peut ainsi relever plusieurs exemples de décoration architecturale de même nature dans la Mosquée de Nāṣir Muhammad ibn Qalāwūn, le Mausolée de Qalāwūn, le Palais Baštak et celui de l’émir Ṭāz.

34 A. Lézine, op. cit., p. 70.

35 Voir Palais Baštak et de l’émir Ṭaz.. D’autres palais, comme celui de Qāyt bāy et plus tard celui de Radwān bāy, s’adjoignaient, en outre, en dehors de leurs dépendances, les cours, magasins et logements d’un caravansérail. Cf. Palais du Caire, I et II.

36 Voir notamment la Mosquée de Ṣāliḥ Talā‛i.

Table des illustrations

Légende Palais Qawṣūn-Yašbak -De la grande salle haute (qaṣr) ne subsistent que les murs et les arcs de l’iwān ouvert au Nord.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3091/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
Titre Planche II
Légende Palais Qawṣūn (ou Yašbak).1. Palais Yašbak ; 2. Palais de l’Emir Tāz ; 3. Mosquée du Sultan Hasan.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3091/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Planche III
Légende Mosquée Sultan Hasan (d’après Coste).A gauche du monument apparait le palais de Qawṣūn-Yašbak.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3091/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 590k
Titre Planche IV
Légende Palais Yašbak (d’après plan d’archives de Herz -1895).Plan du rez-de-chaussée — entrée, iṣṭabl et bâtiments annexes —1. Cour ; 2. Porche de Yašbak (xve s.) ; 3. Porte de Qawṣūn (xive s.) ; 4. Entrée : antichambre avec mastaba (xive s.) ; 5. pièce de gardien ; 6. Couloir de communication ; 7. Latrines ( ?) ; 8. Première salle ou petit iṣṭabl (xive s.) ; 9. 10 et 11. Deuxième salle ou grand iṣṭabl, parties centrale et Nord — manque partie Sud — ; 12. Antichambres ; 13. Couloir de communication ; 14-15. Magasins (maẖzan) ou chambre domestique (xve-xvie s.).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3091/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 470k
Titre Planche V
Légende Palais Yašbak.Plan du 1er étage (essai de restitution). Grande salle d’apparat, qaṣr.1 Cour ; 2 et 3. Porche ; 4. Entrée ; 5. Escalier d’accès à l’étage ; 6. Couloir ; 7. Accès au qaṣr ; 8. Durqā‛a ; 9. īwān Sud ; 10. īwān Nord ; 11. Accès aux autres parties du palais ; 12. Accès à la chambre annexe ; 13. Chambre de repos ; 14. Emplacement du 1er iṣṭabl ; 15. Emplacement des constructions postérieures (xve-xvie s.).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3091/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 279k
Titre Planche VI
Légende Palais Yašbak.Façade Nord du 1er iṣṭabl (xive s) surmonté d’appartements tardifs.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3091/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 704k
Titre Planche VII
Légende Façade Nord du 2eme iṣṭabl (xive s) surmonté du grand qaṣr.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3091/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 887k
Titre Planche VIII
Légende Palais de l’Emir Tāz.Plan de situation : 1. Palais de l’Emir Tāz ; 2. Palais Yašbak.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3091/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1002k
Titre Planche XI
Légende Palais de l’Emir Tāz.Plan du rez-de-chaussée (essai de restitution).1. Entrée principale (xive siècle) ; 2. Cour ; 3. Entrée secondaire ; 4. Antichambre ; 5. Salle inférieure ; 6. Couloir de dégagement vers les communs ; 9. Chambre ; 11. Magasins ; 13. Escalier du maq‛ad (xviie siècle) ; 14. Magasins extérieurs.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3091/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 351k
Titre Planche X
Légende Palais A lin Aq.Plan de situation.1. Palais Alin Aq ; 2. Mosquée funéraire de Ḫāyrbak ; 3. Mosquée Ibrāhīm Ağa Mustaḥfizān.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3091/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 877k
Titre Planche XI
Légende Palais Alin Aq.Plan du rez-de-chaussée — d’après plan d’archives de Herz —1. Entrée principale, (a) mastaba ; 2. Cour ; 3. Magasins à vivres (ou chambres domestiques) ; 4. Chambre ; 5. allée découverte ; 6. Escalier de l’étage ; 7. Salle basse (iṣṭabl) ; 8. Entrée secondaire ; 9. Porche ; 10. Cour des communs ; 11. Rampe vers la sāqiya ; 12. Puits avec sāqiya ; 13. Bassin ; 14. Ancien cimetière ; 15. masğid, zāwiya.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3091/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 491k
Titre Planche XII
Légende Palais Alin Aq.Plan du rez-de-chaussée (essai de restitution).1. Entrée principale ; 2. Cour ; 6. Escalier de l’étage (vers le qaṣr) ; 7. Salle basse (iṣṭabl).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3091/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Planche XIII
Légende Palais Alin Aq.Plan du 1er étage (essai de restitution).14. Ancien cimetière ; 15. Zāwiya ; 16. Antichambre ; 17. Entrée du qaṣr ; 18. Couloir ; 19. Durqā‛a ; 20. Grand īwān (Nord) ; 21. Petit īwān (Sud) ; 22. Chambre annexe (Est) ; 23. Chambre annexe (Ouest) ; 24. Chambrette ; 25. Latrines ( ?) ; 26. Chambre au-dessus de l’entrée (avec encorbellement).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3091/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Planche XIV
Légende Palais Alin Aq.Coupe transversale avec élévation : qaṣr (īwān Nord) et iṣṭabl.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3091/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Titre Planche XV
Légende Palais Alin Aq.Coupe longitudinale avec élévation : qaṣr (durqā‛a entre deux īwān) ; iṣṭabl
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3091/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 549k
Légende Grâce à sa restauration, la salle d’apparat (qaṣr) du Palais Baštak a retrouvé l’aspect qu’elle avait au temps des grands émirs mamelouks (xive s.).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3091/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 782k
Titre Planche XVI
Légende Palais Baštak.Plan de situation.1. Palais Baštak ; 2. Qā‛a de Muḥibb al-Dīn al-Mu‛aqqa ; 3. Maq‛ad Mamā‛ī ; 4. Mosquée Mitqal ; 5. Mosquée Hiğaziya ; 6. Zāwiya Bayn al-Qaṣrayn.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3091/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Planche XVII
Légende Palais Baštak.Plan du rez-de-chaussée (essai de restitution).1. Bāb al-‛Asker ; 2. Salle des gardes ; 3. Entrée principale ; 4. Cour (ancienne salle des gardes) ; 5. Portique ; 6. Cour ; 7. Porte du qaṣr, (a) masṭaba, (b) accès à l’escalier de l’étage, (c) communication avec rez-de-chaussée ; 8. Antichambre ; 9. Couloir ; 10. Grande salle ; 11. Masğid Baštak ; 12. Pièce d’ablutions ; 13. Boutiques ; 14. Tour de garde.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3091/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 397k
Titre Planche XVIII
Légende Palais Baštak.Plan du 1er étage (essai de restitution).1. Bāb al-‛Asker ; 6. Cour ; 15. Escalier ; 16. Poterne ; 17. Couloir de communication ; 18. durqā‛a (f) bas-côtés ; 19. Grand iwān (Ouest) ; 20. Petit iwān (Est) ; 21. Chambres annexes ; 22. Petite pièce d’étage ; 23. Ancienne loggia (ou galerie ?).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3091/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 337k
Titre Planche XIX
Légende Palais Baštak.Vue axonométrique : qaṣr supérieur et salles du rez-de-chaussée.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3091/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 492k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable