Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Palais et maisons du Caire. Tome I

 | 
Jean-Claude Garcin
, 
Bernard Maury
, 
Jacques Revault
, 
et al.

1re partie. L’architecture domestique au Caire à l’époque mamelouke (XIIIe-XVIe siècles)

Période mamelouke bahrite (1250-1382)

Texte intégral

  • 1 Les envoyés de Hūlāgū Khān furent décapités au Caire et leurs têtes exposées à Bāb Zuwayla.
    Après l (...)

1L’avènement des Mamelouks apparaît au moment où le péril mongol s’abat à nouveau sur les pays d’Orient : prise de Bagdad et assassinat du Calife al-Musta‛sim, par Hūlāgū Khān (1258), pénétration de celui-ci en Syrie et menace contre l’Egypte. Après que Qutuz, régent du trône d’Egypte, et son chef d’armée Baybars1 eurent réagi victorieusement contre l’invasion mongole, ce dernier se fit proclamer sultan (1260), ouvrant ainsi la nouvelle lignée des princes turcomans, connus sous le nom de Mamelouks.

  • 2 Van Berchem, op. cit., p. 262.
    La grande activité constructrice de Baybars se manifesta surtout dan (...)

2Comme ses prédécesseurs, Nūr al-Dīn, Salāḥ al-Dīn et al-Malik al Sāliḥ Naǧm al-Dīn Ayyûb, Baybars al-Bunduqdārī s’imposa par son prestige à la fois militaire et politique2. Ayant restauré le Califat abbasside, Baybars organisa ses territoires — Egypte, Palestine, Syrie — tout en nouant à l’extérieur des alliances utiles — Empereur de Byzance, rois d’Aragon et de Sicile — contre le danger principal, celui des Mongols.

  • 3 Creswell. M.A.E. A ces constructions s’ajoutent encore : le pont sur le canal de Abu‛l-Munaǧǧā, le (...)

3L’œuvre de constructeur du grand souverain mamelouk a été marquée notamment, en dehors des travaux effectués dans la Citadelle de l’Ile de Rawḍa, par l’élévation au Caire d’une mosquée et d’une madrasa qui portent son nom, Mosquée al-Zāhir et madrasa al-Zāhirīya3.

  • 4 P. Casanova, Histoire et Description de la Citadelle du Caire, Le Caire, 1894, p. 616.
  • 5 J.M. Rogers, op. cit., p. 449.

4L’établissement des Mamelouks témoigne alors d’une nouvelle recrudescence dans l’édification de bâtiments de toute sorte, militaires, religieux et civils. « C’est une véritable fureur, depuis Baïbars, de construire et de reconstruire, et cette rage atteindra le paroxysme avec Mouhammad ibn Kalâoûn »4. Il est probable que Baybars n’agit pas autrement lorsqu’il intervint, dans l’Ile de Rawḍa, pour procéder à la restauration du palais d’al-Malik al-Sāliḥ Ayyūb5. Deux faits sont rapportés, à cette occasion, par Maqrīzī, la construction du Qasr al-‛Umayd et l’affectation des tours de la Citadelle insulaire aux émirs pour y installer leur logement et leurs écuries.

  • 6 Creswell, op. cit., p. 175-176. Il y a sans doute lieu de rapprocher la conception de cette porte (...)

5On attribue aussi à Baybars d’avoir doté l’ancien Palais d’une entrée nouvelle au style caractéristique : celle-ci s’ouvre dans une façade en avant-corps, avec sa porte droite sous arc de décharge et défoncement en arc brisé que surmontent une corniche et un second arc brisé6.

  • 7 Ibid., p. 134.

6L’évolution des modes de construction qui était déjà apparue dans l’architecture ayyoubide s’affirme davantage dans l’architecture mamelouke, avec le remplacement progessif des briques par la pierre de taille7. En raison de la disparition de la Citadelle de Rawḍa restaurée par Baybars, il est impossible d’y suivre les transformations de techniques et de style qu’il dut y accomplit. Il nous faut alors reporter notre examen, à ce sujet, sur les deux principaux monuments religieux que le sultan fit édifier, à la même époque. Les conditions précises de leur réalisation permettent ainsi d’imaginer comment devaient être préparées puis exécutées les diverses constructions auxquelles le Sultan accordait une réelle importance.

La mosquée du Sultan Baybars8

  • 8 Ibid., p. 155 et ss.
  • 9 J.M. Rogers, Mosquées, in Encyclop. Islam, IV, p. 449-450.

7« La plus ancienne des mosquées des Mamluks bahrites est celle de Baybars au Maydān Zāhir ([I], 665/ 1266) achevée deux ans plus tard et construite sur un terrain de polo à une certaine distance au Nord-Ouest de l’enceinte de la ville fatimide... elle possède trois entrées monumentales dont la décoration est un mélange curieux de motifs de la Syrie du Nord et d’ornements de la mosquée fatimide d’al-Aqmar »9.

  • 10 Creswell, M.A.E., p. 159. Epaisseur des murs : 1,52 m. Les fenêtres furent garnies de claustra en (...)
  • 11 Ibid. Ce type de plafond demeura en honneur de 1211 à 1408.

8Le modèle qui prévalut pour l’exécution de ce monument religieux fut la mosquée d’al-Ḥākim. On en retrouve, au-dehors, les murs en pierre appareillée10 couronnés de merlons dentelés et percés de fenêtres en ogive garnies de claustra, tandis que les trois portes en avant-corps s’ornent de niches à fond plat de type fatimide. A l’intérieur se répètent piliers et arcs en briques dont l’exemple initial apparait dans la mosquée d’Ibn Ṭūlūn. Galeries et salles de prières étaient couvertes de plafonds à coffrages en bois doré et peint11.

La madrasa Zahiriya (1262-1263)12

  • 12 Op. cit., p. 143, 147. Avant la fin de son règne, Baybars fit édifier une autre madrasa à Alep et (...)
  • 13 A côté de la madrasa Ṣāliḥīya.
  • 14 Creswell, op. cit. En face de la madrasa Zāhirīya s’élèvera ensuite le magnifique ensemble de Qalā (...)

9Maqrīzī nous dit que ce monument fut élevé sur les lieux mêmes du Pavillon des Tentes et du Pavillon du Lotus à l’intérieur du Grand Palais Fatimide. Baybars s’en empara arbitrairement et les fit démolir, puis il posa la première pierre de sa madrasa le 24 février 1262, auprès du Mausolée du Sultan al-Malik al Ṣāliḥ13. L’inauguration de la grande madrasa eut lieu le 8 décembre 1263. Le plan cruciforme y avait été adopté, comportant une division de ce collège en quatre īwān ouverts sur une cour centrale. La construction s’en répartissait entre pierres de taille (murs) et briques (voûtes). On y admira pour la première fois le beau portail de l’entrée, orné de stalactites dont le nouveau style, importé de Syrie, devait connaître un accueil si favorable dans les façades des mosquées et des palais mamelouks14.

  • 15 Cf. Creswell ; déjà en ruines sous Maqrīzī, la madrasa de Baybars fut, en majeure partie, démolie, (...)
  • 16 Ibid., p. 168. Creswell compare les effets de l’invasion mongole du xiiie siècle à un feu de forêt (...)
  • 17 Ibid., selon Maqrīzī.

10Les rares vestiges qui subsistent jusqu’à ce jour des murs extérieurs et du décor sculpté de la madrasa de Baybars15 témoignent encore de sa prédilection particulière pour l’architecture fatimide dont il avait tant d’exemples sous les yeux. Cependant, le règne de Baybars fut soumis à bien d’autres influences architecturales provenant de l’extérieur, à la suite de la présence accidentelle, en territoire égyptien, d’une multitude de réfugiés venus d’Irak, de Mésopotamie et de Syrie, fuyant l’invasion des Mongols16. Chassés par les destructions commises dans leurs pays, entre l’apparition de Gengiz Khān (1213/14) et la prise de Bagdad (1258), les Orientaux vinrent en Egypte et bâtirent eux-mêmes leurs demeures sur les bords du Ḫalīg et autour de la Birkat al-Fîl17. On leur laissa leurs biens et ils furent exemptés de droits.

  • 18 Ibid., p. 168-169. Herzfeld observe une influence prédominante de la Syrie sur l’architecture exté (...)
  • 19 Ibid., p. 170. Migeon relève aussi l’influence artistique des artisans émigrés d’Orient sur la for (...)

11Ces évènements n’ont pas manqué d’avoir une grande portée sur le rôle de ces peuples étrangers en Egypte. On notera ainsi que, de la Mésopotamie du Nord et de la Syrie ont été introduits le portail à stalactites, les linteaux avec arc de décharge et les claveaux assemblés, tels qu’ils peuvent être observés dans l’architecture du Caire au xiiie siècle18. C’est dire qu’un renforcement très important des influences de l’art oriental se manifesta sur les différentes formes de l’art égyptien19, influences qui existaient déjà auparavant en raison des rapports que l’Egypte n’avait cessé d’entretenir avec la Perse, la Mésopotamie et la Syrie.

Le Palais de la Citadelle sous les Sultans Qalāwūn et al-Nāṣir Muhammad (xiiie s. début xive s.)

  • 20 G. Wiet, l’Égypte arabe, p. 438-441 ; Hassanein Rabie, Kalāwūn, in Encyclop. Islam, IV, p. 505-507 (...)
  • 21 Ibid., p. 261. « Qalaoûn était beau de figure ; sa peau était blanche. Il parlait peu la langue ar (...)
  • 22 P. Casanova, Histoire et Description de la Citadelle du Caire, Le Caire, 1894, p. 511. « La dynast (...)
  • 23 D. Ayalon, art. Burḍjiyya, in Encyclop. Islam, I, p. 1365. Régiment « créé par le Sultan al-Mansūr (...)

12Après la mort de Baybars, Qalāwūn al-Alfī se fit proclamer sultan par les Mamelouks20. On sait qu’ayant été lui-même esclave, il aurait été acheté mille dinars d’or par al-Malik al-Ṣāliḥ Ayyūb, d’où son nom alfī (qui signifie mille)21. Avant de laisser, en véritable dynaste, la succession de son trône à ses enfants (Ḫalīl, Muhammad al-Nāṣir)22, il eut à faire face, au cours de son règne de dix années, aux mêmes difficultés que ses prédécesseurs pour consolider son empire : luttes contre les Croisés et surtout les Mongols, indépendamment des répressions de troubles intérieurs. A cet effet il sut maintenir la valeur combattive du corps d’élite formé par ses Mamelouks (Burgīya)23.

Planche H

Planche H

Palais de la Citadelle : le Grand īwān (d’après la Description).

  • 24 M. S. Briggs, Muhammadan Architecture, p. 98 et ss. Construction de l’ensemble māristān, mausolée (...)
  • 25 Creswell, M.A.E., p. 86.
  • 26 P. Coste, Architecture arabe ou Monuments du Kaire, Paris, 1839, p. 26 ; Creswell, pp. 198-199. Se (...)

13Limitée au Caire, son œuvre de bâtisseur, à l’exception de la Citadelle, fut exclusivement réalisée au centre de l’ancienne cité fatimide24. Bien que l’on ait conservé de celle-ci certains éléments d’architecture caractéristique (īwān et cour), incorporés au célèbre māristān fondé par le Sultan, un style entièrement renouvelé apparaît dans les constructions voisines, madrasa et mausolée. Inspirées dans leur disposition intérieure soit de la mosquée de Damas, soit de celle de Jérusalem25 (coupole du Rocher), ces constructions présentent, à l’extérieur, des façades de pierre — ouvertures géminées avec vitraux en ogive, contreforts — nettement influencées par l’architecture chrétienne qu’importèrent les Croisés en Syrie26. Sans doute, ces innovations architecturales pénétrèrent-elles également dans la Citadelle avec l’édification des palais neufs décidés à cet endroit par Qalāwūn. Ayant repris, pour sa résidence royale, l’emplacement choisi auparavant par les souverains ayyoubides, puis abandonné par Al Malik al-Ṣāliḥ Ayyūb, le Sultan ne dut pas se faire faute de récupérer, à l’île de Rawḍa, les matériaux précieux enlevés auparavant à la Cour du Muqaṭṭam pour l’élévation, au milieu du Nil, des palais ayyoubides. Malheureusement, il ne reste plus aucun vestige de l’ancien palais de Qalāwūn, détruit et reconstruit pas son fils, al-Nāṣir Muhammad ibn Qalāwūn. De ce dernier palais de la Citadelle, seules les magnifiques ruines pourront encore être admirées par les Français de l’Expédition d’Egypte, à la fin du xviiie siècle.

  • 27 G. Wiet, L’Egypte arabe, p. 479-498 ;
    M.S. Briggs, op. cit., p. 95 ;
    Casanova, op. cit., p. 619 ;
    Cre (...)
  • 28 P. Casanova, op. cit., p. 619.
  • 29 Ibid. « On peut dire qu’il était le souverain le plus puissant de l’islamisme et un des plus riche (...)

14Le règne du Sultan al-Nāṣir Muhammad ibn Qalāwūn dépassa encore celui de son père par son éclat et l’importance des réalisations accomplies. Desservi pourtant par son aspect physique et contrarié, à ses débuts, par les intrigues fomentées autour de lui, en raison de sa jeunesse lorsqu’il monta sur le trône, il eut également à vaincre ses ennemis à l’intérieur et à l’extérieur de son empire27. Il se consacra entièrement à la consolidation de celui-ci après s’être débarrassé des luttes contre les Croisés et les Mongols28. On le vit alors enrichir de constructions magnifiques non seulement la Citadelle (Pl. H) et l’ancienne Cité fatimide mais aussi les nouveaux quartiers qu’il réussit à étendre autour de sa capitale29.

  • 30 Ibid., p. 616 ; P. Coste, op. cit., p. 25.
  • 31 P. Casanova, op. cit., p. 619 : « On trouvera dans Aboû l-Mahâsin la liste interminable des ponts, (...)

15Ce fut, dit-on, l’âge d’or de la période mamelouke. L’établissement d’une paix durable favorisa, avec la production agricole et industrielle, la prospérité citadine et rurale. Il provoqua, en même temps, la plus forte impulsion de bâtisseurs qui se soit manifestée jusqu’alors, les constructions neuves s’alliant parfois à des reconstructions tendant à un perfectionnement architectural constant30. On ne doit pas s’étonner que l’exemple donné par le Sultan lui-même avec l’édification de nombreux monuments civils et religieux — mosquées, madrasa, palais, caravansérails, etc. ait été suivi par ses émirs, ainsi que par les notables et les plus riches commerçants du Caire comme nous le verrons plus loin31.

16Ajoutons enfin au nombre des travaux dont bénéficiera l’extension de la capitale, l’aménagement d’un nouveau canal — Ḫalīǧ — auquel le sultan al-Nāṣir laissa son nom. Tout en suscitant le long de ses rives l’installation de somptueuses demeures, ce canal dut être apprécié comme lieu de promenade et moyen de communication aussi agréable que commode.

  • 32 P. Casanova, op. cit., p. 620 et ss.
  • 33 Maqrīzī, Khitat. II, 209-10 cf. J.M. Rogers, Fortifications, in Encyclop. Islam, IV, p. 449.
    Voir a (...)
  • 34 P. Casanova, op. cit., p. 664-5.

17Si l’on peut encore admirer au Caire nombre de monuments qu’y édifia le même souverain, il en est autrement de son vaste palais, reconstruit à la place de l’ancienne résidence de Qalāwūn, auquel nous savons qu’il accorda tant de soin32. En dehors de la mosquée de Nāṣir Muhammad, rien n’a survécu de l’ancienne cité royale à laquelle cette mosquée était annexée. Nous possédons heureusement des descriptions précises des lieux faites au moment de leur splendeur, sinon aux xvii-xviiie siècles et à la veille de leur disparition, au début du siècle dernier. On retiendra tout d’abord la description laissée par Maqrizi sur l’ensemble de la Citadelle33. Selon Casanova34, Muḥammad ibn Qalāwūn « construisit le manège sous la Citadelle, y amena les eaux [du Nil], y planta des palmiers et [divers] arbres. Il y jouait à la kourrat tous les mardis avec les émirs khâsiḳîs. Au-dessus, il construisit le Palais bigarré, détruisit le bordj qu’avait construit son frère Al-Achraf Khalil au-dessus de l’Ecurie et fit par dessus un rafraf dont les fondations furent descendues au plus bas (?). Tout près il construisit un bordj où il transféra les Mamlouks. Il transforma la porte du Cuivre à la Citadelle, en agrandit le vestibule. Sur la place, en face de l’Iwân, il éleva des casernes pour les émirs et les khâsiḳîs. Il refit l’Iwân deux fois, et la seconde fois il l’établit là où il est actuellement, et y transporta les grandes colonnes de la Haute-Egypte, de sorte que ce devint une des plus belles constructions royales. Il construisit à la Citadelle des hôtels pour ceux des émirs qu’il maria à ses filles et y fit amener les eaux [du Nil]. Il y fit encore des bains. Il agrandit Bâb al-Ḳoullat d’une seconde porte et fit un quartier spécial [pour les Mamlouks ?]. Il construisit la Mosquée de la Citadelle, les sept salles qui dominent le manège et la porte de Ḳarâfat, à l’usage du personnel de ses harems. Il construisit les cuisines, qu’il fit toutes de pierre par crainte de l’incendie. Il voulut aussi transformer la porte de la Citadelle appelée al-Moudarraj et y faire un vestibule, et mourut avant de la faire. Il fit à la Citadelle un hôch pour le petit bétail, un hôch pour le gros, un pour les chèvres, un enclos pour la volaille ( ?)... etc. ».

18Le Palais bigarré ou Qasr al-Ablaq « domine les Ecuries ; il fut élevé par Mouḥammad ibn Kalâoûn en cha‛ban 713. La construction en fut terminée en 714. Auprès il fit un jardin. Quand il fut achevé, il donna un banquet, où assistèrent les émirs et les fonctionnaires. Il leur distribua des pelisses d’honneur, et gratifia chaque émir de 200, 1 000, et 10 000 dinars, à chaque commandant de la halkat 500 dirhems, à chaque émir de timbalerie 10 000 dirhams en argent (500 dinârs). Les frais de cette munificence s’élevèrent à cinq cents millions cinq cents mille dirhams ( !).

  • 35 P. Casanova, op. cit., p. 635 et ss.
  • 36 Ibid., p. 649 ou Dar al‛Adl, entre la Porte d’al-Moudarradj et celle du Secret.

19Le Sultan siégeait d’habitude dans ce palais tous les jours pour le service (de sa cour), sauf les lundis et jeudis consacrés...35 au service de la Maison de Justice...36. Il se rendait à ce palais en sortant des palais intérieurs. Il siégeait tantôt sur le trône de la royauté dressé au centre de l’Iwân (salle à colonnes) (Pl. H) de ce palais, lequel donnait vue sur les Ecuries, tantôt délaissant le trône, il s’asseyait sur le sol. Autour de lui les émirs se tenaient debout par rangs de préséance, sauf toutefois les émirs de haut rang et les parents du sultan qui n’avaient pas coutume de paraître à ces séances. Les grands émirs n’y paraissaient qu’appelés par une affaire. Le sultan siégeait donc jusqu’à la troisième heure du jour, puis se levait et rentrait dans les palais intérieurs et son harem...

  • 37 Cf. Creswell, op. cit., p. 260. L’auteur souligne l’intérêt de la description contemporaine du Qas (...)

20En face de la porte de ce palais est une place à laquelle conduit la place qui est en face de l’Iwân37. Les familiers s’asseyaient dans cette place en face de la porte du palais dans un vestibule tapissé de marbre, tapissé lui-même de toute espèce de tentures, de là à un palais de magnifique architecture, s’élevant haut dans les airs sur les deux iwâns. Des deux, le plus considérable est l’iwân septentrional qui donne sur les Ecuries du Sultan et d’où la vue s’étend sur le Marché aux chevaux, le Caire et ses environs, jusqu’au Nil et au-delà jusqu’à la région de Djizat et ses villages.

21Dans le second iwân, méridional, est une porte réservée pour la sortie du Sultan et de ses familiers vers le grand Iwân (l’Iwân ou Maison de Justice) les jours d’apparat (litt. de cortège). Ce palais communique avec trois palais intérieurs...

  • 38 De cette alternance d’assises bicolores vient le nom de « bigarré » attribué au palais de la Citad (...)

22Tous ces palais ont leurs façades bâties de pierres noires et jaunes...38. »

  • 39 P. Casanova, op. cit., p. 637-638 : « Le Sultan donna une fête, où il réunit les quatre kadis, tou (...)
  • 40 Ibid., Un palais semblable existait à Damas construit par Baybars en 665 (1266-67) et servit sans (...)

23Maqrīzī ajoute que l’on y donnait de grandes réjouissances. L’une de ces fêtes qui ne fut pas, sans doute la moins somptueuse, fut organisée lors de l’achèvement du palais ; elle nous est rapportée par Ibn Iyās avec de nouvelles observations39 : « On dressa un banquet splendide et le bassin du palais fut fempli de sucre et de limon. Les chefs de noubat se tenaient près du bassin, distribuant à tous le sucre dans des vases. Le Sultan donna en ce jour des vêtements d’honneur aux architectes, maçons, tailleurs de marbre, menuisiers et ornementistes ; le nombre s’en élevait à deux mille cinq cents robes ; aux inspecteurs des corbeilles de fruits et de raisins ; aux contremaîtres des robes de soie ; on distribua à chaque manœuvre dix dinars. La dépense pour les pauvres fut de cinquante mille dinars en un seul jour. Vers la fin de la soirée, les chanteurs et les musiciens furent convoqués, et on alluma cette nuit un magnifique feu d’artifice dans le château. Jamais on n’avait parlé d’« une nuit pareille »40.

  • 41 P. Casanova, op. cit., pp. 669-670, cite De Maillet, Description de l’Egypte 1692 -1708, p. 193.
  • 42 Cette disposition correspond-elle aussi à celle d’un iṣṭabl que surmonte la grande salle de récept (...)
  • 43 Orientation habituelle des salons et appartements destinée à y laisser pénétrer la brise rafraîchi (...)

24Sur l’état du Qasr al-Ablaq tel que Maillet put le voir entre la fin du xviie siècle et le début du xviiie, ses indications s’ajoutent à celles qui ont été rapportées plus haut41 : « Ce bâtiment... dont la beauté est surprenante, aboutit sur une terrasse d’une hauteur prodigieuse, qu’on a élevée avec un mur terrible contre l’escarpement de la roche, qui est fort droite et fort haute en cet endroit. Vers le milieu du mur est un avancement porté par des arcades à perte de vue, que soutiennent des piliers carrés de trente à quarante pieds de diamètre42. Sur cet avancement s’élève un salon percé de tous côtés, surtout du côté Nord43, et dont le plafond est appuyé sur des colonnes. De là on découvre tout le Caire... ».

  • 44 P. Casanova, op. cit. (Description de l’Egypte), p. 261. En 1734, Charles Thompson rapporte l’exis (...)
  • 45 H.J. Jomard, Description de l’Egypte, Etat moderne, II, 1822, pp. 688-9. Erreur de l’auteur dans l (...)
  • 46 Ibid., La description du palais de la Citadelle est répétée, à la même époque, par Luigi Mayer (Vi (...)

25Au cours du xviiie siècle, l’ancien palais mamelouk ne manqua pas d’attirer encore l’attention de voyageurs européens, surpris par les proportions peu communes de ses appartements — parfois couverts de coupoles — et la richesse de leur ornementation44. Enfin, Jomard, qui le vit avant 1801, nous en parle en ces termes : « Le véritable palais ou château de Yousef Salâh el-dyn, ou Saladin, est un bâtiment ruiné placé plus à l’Ouest et qui commande la ville du Caire45. En effet, outre le nom de Beyt Yousef Salâh el-dyn qu’on lui donne encore aujourd’hui, il porte l’empreinte d’une grande magnificence ; les murs sont massifs, parfaitement construits, couverts de sculptures, de mosaiques et même de dorures et de peintures encore subsistantes, avec des restes de voûtes cependant trop ruinés pour pouvoir être décrits. Il renfermait une salle ornée de douze grandes colonnes de granit, surmontée d’une coupole avec des inscriptions en lettres d’or »46.

  • 47 Creswell, M.A.E., p. 264.

26En conclusion des différentes descriptions dont le Palais d’al-Nāṣir Muhammad a été l’objet on peut s’interroger sur l’origine de son architecture particulière. A cette question Creswell a déjà répondu : « Il n’y a guère de doute, dit-il, que le Qasr al-Ablaq de la Citadelle ait été directement influencé, comme Casanova l’a suggéré, du Palais du même nom à Damas, élevé par Baybars I (1266/7) »47. On y retrouve en effet, au dire de l’auteur, la même architecture en pierre de taille, le même luxe décoratif fait de marbre, de mosaïques et de boiseries dorées et peintes.

  • 48 On connaît aussi la prédilection que Baybars manifesta à l’égard des styles toulounide et fatimide (...)

27Il est permis de penser que le modèle initial de palais mamelouk adopté par le prédécesseur de Qalāwūn se soit inspiré lui-même des constructions des Croisés si abondantes en Syrie — châteaux fortifiés, palais, églises — la réalisation en ayant été favorisée par la présence d’une importante main-d’œuvre spécialisée offerte par les artisans locaux et les prisonniers chrétiens48.

  • 49 E. Pauty, op. cit., pp. 41-42 ; Creswell, op. cit., p. 276 ;
    A. Lézine, op. cit., pp. 71-72 : « Ave (...)

28Après la disparition complète de l’imitation du palais syrien à la Citadelle du Caire, il est encore possible d’en évoquer l’aspect, grâce à la survivance, dans cette ville, de plusieurs résidences fortifiées que les émirs y ont bâties entre le xiiie et le xive siècle49. Il n’est pas étonnant que ceux-ci aient pris, en effet, comme exemple architectural, la magnifique construction que leur maître avait élevée au Muqaṭṭam et qui s’imposait autant à l’extérieur, par ses proportions gigantesques, qu’à l’intérieur par son luxe ornemental.

29Dans ces résidences princières, nous reconnaitrons les éléments essentiels du palais sultanien : au milieu des cours, jardins et bâtiments divers, l’ensemble des appartements sera toujours dominé par la grande salle d’honneur (qāa) que surélèvent encore les voûtes des salles basses (iṣṭabl) sur lesquelles elle s’appuie.

Planche I

Planche I

Carte des palais et maisons du Caire (xiiie-xive siècles).

Notes

1 Les envoyés de Hūlāgū Khān furent décapités au Caire et leurs têtes exposées à Bāb Zuwayla.
Après la mort de Šaǧar al-Durr, un fils de son mari Aybak, était mis sur le trône, mais comme c’était un garçon de quinze ans, il fut déposé en novembre 1259 par le Régent Qutuz qui monta lui-même sur le trône, un roi combattant étant alors nécessaire. Le nouveau Sultan chassa les Mongols de Gaza et les battit à ‛Ayn Ğālūt, avec l’aide de Baybars, son chef d’armée, puis fut assassiné à la suite d’un complot fomenté par celui-ci.

2 Van Berchem, op. cit., p. 262.
La grande activité constructrice de Baybars se manifesta surtout dans l’exécution de bâtiments religieux en Egypte, et la restauration des forteresses prises aux Croisés en Palestine et en Syrie.
Cf. Creswell, The works of Sultan Bibars al Bunduqdārī in Egypt, BIFAO, 26, p. 129-130 ; G. Wiet, L’Egypte arabe, p. 403 et ss. ; Encyclopédie de l’Islam, I, Baybars Ier, p. 1158-1159. Né en 1223, il aurait fait partie d’un lot d’esclaves turcs du Kipčak achetés par le Sultan ayyūbide al-Malik al-Sālih.

3 Creswell. M.A.E. A ces constructions s’ajoutent encore : le pont sur le canal de Abu‛l-Munaǧǧā, le Régulateur à Illāhūn, et le ḥawš des Khalifes ‛Abbassides.

4 P. Casanova, Histoire et Description de la Citadelle du Caire, Le Caire, 1894, p. 616.

5 J.M. Rogers, op. cit., p. 449.

6 Creswell, op. cit., p. 175-176. Il y a sans doute lieu de rapprocher la conception de cette porte en avant-corps de celles de la mosquée de Baybars (cf. infra).

7 Ibid., p. 134.

8 Ibid., p. 155 et ss.

9 J.M. Rogers, Mosquées, in Encyclop. Islam, IV, p. 449-450.

10 Creswell, M.A.E., p. 159. Epaisseur des murs : 1,52 m. Les fenêtres furent garnies de claustra en plâtre ajouré semblables à ceux que Lagin fera restaurer à la mosquée d’lbn Ṭūlūn (1296). Le style fatimide continuera à susciter des imitations dans l’architecture mamelouke jusqu’à la restauration de la Mosquée d’al-Hākim par Baybars -al-Ğašankir (1304).

11 Ibid. Ce type de plafond demeura en honneur de 1211 à 1408.

12 Op. cit., p. 143, 147. Avant la fin de son règne, Baybars fit édifier une autre madrasa à Alep et une seconde madrasa Zāhirīya à Damas (1277-1281) ; cf. J.M. Rogers, Madrasas, in Encyclop. Islam, IV, p. 451.

13 A côté de la madrasa Ṣāliḥīya.

14 Creswell, op. cit. En face de la madrasa Zāhirīya s’élèvera ensuite le magnifique ensemble de Qalāwūn. Les emblèmes du Sultan (panthères) sont conservées au Musée de Victoria et d’Albert.

15 Cf. Creswell ; déjà en ruines sous Maqrīzī, la madrasa de Baybars fut, en majeure partie, démolie, entre 1871 et 1882, pour permettre de relier directement la rue Sūq al-Naḥās à la place Bayt al-Qādī. Un tableau de David Robert (1839) représente la façade du monument avant sa destruction.

16 Ibid., p. 168. Creswell compare les effets de l’invasion mongole du xiiie siècle à un feu de forêt poussant devant lui des foules de réfugiés. L’importance de cet exode vers le Caire fera augmenter le chiffre de la population de cette ville.
A l’autre extrémité de la Méditerranée, commençait, à la même époque, l’exode des Andalous dont l’influence se fera également sentir sur l’ornementation architecturale du Caire, notamment dans le décor de plâtre sculpté.

17 Ibid., selon Maqrīzī.

18 Ibid., p. 168-169. Herzfeld observe une influence prédominante de la Syrie sur l’architecture extérieure, au Caire, et une influence de la Perse plus forte à l’intérieur des constructions (faïences, stucs, etc.).

19 Ibid., p. 170. Migeon relève aussi l’influence artistique des artisans émigrés d’Orient sur la forme et le décor de nombreux objets — dont certains datés et signés — qu’ils exécutèrent au Caire (Musées du Caire et de Paris).

20 G. Wiet, l’Égypte arabe, p. 438-441 ; Hassanein Rabie, Kalāwūn, in Encyclop. Islam, IV, p. 505-507. Né dans « le pays des Turcs kipčak sur le littoral septentrional de la mer Noire ».

21 Ibid., p. 261. « Qalaoûn était beau de figure ; sa peau était blanche. Il parlait peu la langue arabe... »

22 P. Casanova, Histoire et Description de la Citadelle du Caire, Le Caire, 1894, p. 511. « La dynastie des Mamloûks ne présente que rarement la succession de plusieurs membres d’une même famille. Beaucoup de sultans meurent assassinés par leurs généraux, qui se proclament sultans à leur tour. Une seule famille, celle de Kalâoûn, put, à travers bien des péripéties d’ailleurs, conserver quelque temps le pouvoir ». Qalāwūn mourut en 1290.

23 D. Ayalon, art. Burḍjiyya, in Encyclop. Islam, I, p. 1365. Régiment « créé par le Sultan al-Mansūr Kalāwūn, qui choisit à cet effet 3 700 de ses propres Mamlūks et les logea dans des tours (abrag, sing. burg) de la citadelle du Caire ». Les grands émirs Mamluks se réunissaient en Conseil d’Etat pour assister le Sultan qui détenait un pouvoir absolu.
Cf. L. Hautecœur et G. Wiet, Les mosqués du Caire, I, Paris, 1932, p. 47 et ss. Les Mamelouks d’un émir ou d’un sultan étaient ses esclaves, sa propriété (en nombre variable). Origine des Mamelouks : surtout turcs et circassiens, sinon grecs, kurdes, turcomans ; « ...les Sultans mamlouks furent les seuls qui, dans toute l’histoire de l’Egypte, réussirent à fonder un grand empire ».

24 M. S. Briggs, Muhammadan Architecture, p. 98 et ss. Construction de l’ensemble māristān, mausolée et madrasa en 1284-5.
Cf. Hassanein Rabie, op. cit., p. 506.

25 Creswell, M.A.E., p. 86.

26 P. Coste, Architecture arabe ou Monuments du Kaire, Paris, 1839, p. 26 ; Creswell, pp. 198-199. Selon l’auteur, l’influence des Croisades se manifesta davantage sous la forme du roman que du gothique. Influence également des églises des Croisés en Syrie — dont il reste environ deux douzaines — Ainsi doit-on retenir les contreforts à sommet incliné, les triforium (fenêtres à trois ouvertures), et les fenêtres géminées à tête arrondie, groupées à l’intérieur d’un arc en ogive, au tympan percé d’un oculus.

27 G. Wiet, L’Egypte arabe, p. 479-498 ;
M.S. Briggs, op. cit., p. 95 ;
Casanova, op. cit., p. 619 ;
Creswell, op. cit., p. 223-234 ; il régna sans interruption de 1310 à 1341. Après sa mort, il fut inhumé au mausolée de son père, Qala‛un.

28 P. Casanova, op. cit., p. 619.

29 Ibid. « On peut dire qu’il était le souverain le plus puissant de l’islamisme et un des plus riches de l’époque. Il se distingua par un goût très vif pour le luxe et donna surtout une impulsion prodigieuse aux constructions... En dehors de l’enceinte fatimide, il se créa quatre ou cinq quartiers nouveaux sous son impulsion, et c’est seulement de ce temps que date la figure du Caire moderne, celui des Mamlouks et des Turcs... composé de trois villes... ».

30 Ibid., p. 616 ; P. Coste, op. cit., p. 25.

31 P. Casanova, op. cit., p. 619 : « On trouvera dans Aboû l-Mahâsin la liste interminable des ponts, canaux, palais, mosquées, etc., qu’il édifia et que ses émirs édifièrent à son exemple ».
Creswell, op. cit., pp. 237-239, 275-276 : « On doit à ce souverain la construction de la première madrasa à quatre rites (quatre liwans), avec le Mausolée du fondateur.
L. Hautecœur et G. Wiet, op. cit., p. 74 et ss. : Richesse considérable des grands officiers mamelouks.

32 P. Casanova, op. cit., p. 620 et ss.

33 Maqrīzī, Khitat. II, 209-10 cf. J.M. Rogers, Fortifications, in Encyclop. Islam, IV, p. 449.
Voir aussi : P. Casanova, Histoire et Description de la Citadelle du Caire, dans Mémoires publiés par les... membres de la mission archéol. française au Caire, t. 6, 1897, p. 509-781, pl. I-XV ; E. Pauty, o.c., p. 37, fig. 30, pl. Β (C) (a.b.) ; A. Lézine, ibid., pp. 66-68 ; La Description de l’Egypte, Etat moderne, Texte t. II (2e partie), 1822, p. 688 et planches vol. I, pl. 62, 70, 71, 72. Le palais comprenait au total, 94 colonnes « en dehors du péristyle » (E. Pauty, p. 38). « Le diamètre de la coupole du grand īwān était de l’ordre de 19 mètres ». Le clavage des arcs était bichrome... p. 69 « Le grans īwān » fut restauré au xve siècle, sous Qait-bay par l’architecte Mohamed b. al Kuwaiz ; la dépense s’éleva à 20 000 dinars, cf. L.A. Meyer, Islamic architects and theirs works, p. 98.

34 P. Casanova, op. cit., p. 664-5.

35 P. Casanova, op. cit., p. 635 et ss.

36 Ibid., p. 649 ou Dar al‛Adl, entre la Porte d’al-Moudarradj et celle du Secret.

37 Cf. Creswell, op. cit., p. 260. L’auteur souligne l’intérêt de la description contemporaine du Qasr al-Ablaq donnée par Casanova qui la découvrit dans un manuscrit du Maṣālik al-Abṣār de Šihāb al-Dīn al‛Umarī, mort en 1349. Traduction in Quatremère, Sultans Mamlouks, I, p. 44 et P. Casanova, Citadelle, p. 638-9. « Dans tous ces palais sont des canaux pour l’eau amenée du Nil par des dulabs actionnés par des bœufs. Les palais intérieurs communiquent avec le Ḥarīm et les appartements privés du Sultan. Les façades de ces palais sont bâties de pierres noires et jaunes, à l’intérieur desquelles sont des incrustations de marbre et de mosaïques en or (fusaifisā) rehaussées de nacre et de pâte colorée (ma‛ǧūn)... La lumière vient par des vitraux garnis de verres colorés chypriotes... Tous les sols sont pavés de marbre... »

38 De cette alternance d’assises bicolores vient le nom de « bigarré » attribué au palais de la Citadelle.

39 P. Casanova, op. cit., p. 637-638 : « Le Sultan donna une fête, où il réunit les quatre kadis, tous les émirs, et lut l’acte d’achèvement... ».

40 Ibid., Un palais semblable existait à Damas construit par Baybars en 665 (1266-67) et servit sans doute de modèle. Cf. A. Lézine, Les salles nobles des palais mamelouks, Le Caire, 1972, p. 70-71. L’auteur observe « qu’il existait sur place, dans l’île de Rodah, une salle antérieure d’un quart de siècle au palais de Damas et dont l’analogie avec celle de la Citadelle n’a pas besoin d’être soulignée... »

41 P. Casanova, op. cit., pp. 669-670, cite De Maillet, Description de l’Egypte 1692 -1708, p. 193.

42 Cette disposition correspond-elle aussi à celle d’un iṣṭabl que surmonte la grande salle de réception (qaṣr) ?

43 Orientation habituelle des salons et appartements destinée à y laisser pénétrer la brise rafraîchissante du Nord. Voir infra.

44 P. Casanova, op. cit. (Description de l’Egypte), p. 261. En 1734, Charles Thompson rapporte l’existence du palais avec les vestiges de très grands appartements, dont certains sont couverts de coupoles et décorés de mosaïques. Il est occupé actuellement, dit-il, par de nombreux artisans (Travels through Turkey in Asia, 1798).

45 H.J. Jomard, Description de l’Egypte, Etat moderne, II, 1822, pp. 688-9. Erreur de l’auteur dans l’attribution du Palais à Salah al-Din.

46 Ibid., La description du palais de la Citadelle est répétée, à la même époque, par Luigi Mayer (Views in Egypt, 1801, pp. 48-9). Le Vicomte Valentia fut sans doute le dernier à voir le palais avant sa destruction (explosion d’une poudrière en 1824). Il laissa un dessin de la grande qā‛a [fig. 144] exécuté par M. Salt’s. Les colonnes y sont égyptiennes, sauf quatre corinthiennes.

47 Creswell, M.A.E., p. 264.

48 On connaît aussi la prédilection que Baybars manifesta à l’égard des styles toulounide et fatimide. Leur survivance dans sa mosquée du Caire permet d’imaginer la fidélité d’une main d’œuvre locale importante à des types d’architecture imités des siècles précédents.

49 E. Pauty, op. cit., pp. 41-42 ; Creswell, op. cit., p. 276 ;
A. Lézine, op. cit., pp. 71-72 : « Avec les salles à colonnes que nous venons de décrire, un type d’architecture civile apparaît au Caire, sensiblement différent de celui qui avait été en honneur à l’époque fatimide après la création de la ville. La salle d’apparat à coupole comme celle du « Divan de Joseph » est venue remplacer l’īwān monumental mésopotamien dont l’existence dans le palais califal du Caire est attestée par les textes (īwān entièrement ouvert comme celui de Ctésiphon, et muni d’un grand voile. Cf. Maqrizi, trad. P. Casanova).
Parmi les hypothèses que l’on pourrait émettre pour expliquer l’origine de ces salles à coupoles, il ne faut pas écarter celle d’une influence de l’architecture religieuse sur l’architecture civile. Devant la coupole du « Divan de Joseph », on ne peut, en effet, s’empêcher de penser aux grandes coupoles de maqṣūra de certaines mosquées seljoukides, dont la mosquée de Beïbars notamment s’est manifestement inspirée au Caire ». Citant Ibn Iyas, P. Casanova précise que la coupole du « Divan de Joseph » était en bois recouverte de plomb et plaquée de faïence verte. Elle s’écroula en 1522. Celle de la mosquée d’An-Nāṣir s’était écroulée au siècle précédent.

Table des illustrations

Titre Planche H
Légende Palais de la Citadelle : le Grand īwān (d’après la Description).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3090/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Planche I
Légende Carte des palais et maisons du Caire (xiiie-xive siècles).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3090/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 567k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter