Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Palais et maisons du Caire. Tome I

 | 
Jean-Claude Garcin
, 
Bernard Maury
, 
Jacques Revault
, 
et al.

1re partie. L’architecture domestique au Caire à l’époque mamelouke (XIIIe-XVIe siècles)

Période Ayyoubide (1171-1250)

Texte intégral

  • 1 Cl. Cahen, art. Ayyūbides, in Encyclopédie Islam, I, 1960, p. 820-830 ; J.M. Rogers, art. al-Ḳāhir (...)

1A la suite des constructions urbaines réalisées sous le règne des Califes abbassides puis fatimides, une nouvelle architecture civile, militaire et religieuse est introduite au Caire par les Princes Ayyoubides qui y ont pris le pouvoir au xiie siècle1 (Pl. G).

  • 2 Max Van Berchem, Mémoires de la Mission archéologique française au Caire, Matériaux pour un Corpus (...)
  • 3 A la nouvelle enceinte enfermant les constructions de la citadelle considérée comme inexpugnable, (...)
  • 4 C. Enlart, Les monuments des Croisés dans le Royaume de Jérusalem, 2 vol., Paris, 1926-1927, p. 20 (...)
  • 5 Sur l’architecture croisée cf. Benvenisti, The crusaders in the Holy Land, Jérusalem, 1970.
  • 6 La Citadelle ou « Château de la Montagne » (Qal’at al ğabal), cf. Creswell, BIFAO, 23, p. 98 ; J.M (...)
  • 7 Van Berchem, op. cit., p. 268 : « Quoi qu’il en soit de son origine, le qasr est le prototype des (...)

2Préludant à l’œuvre des grands bâtisseurs mamelouks qui viendront après lui, et avant de retourner en Syrie pour y achever l’organisation et la défense du pays, Ṣalāḥ al-Dīn veut assurer solidement les fondations de sa nouvelle capitale en Egypte2. Afin de mettre celle-ci à l’abri des incursions ennemies, ce conquérant saura mettre à profit, pour l’édification d’une vaste enceinte fortifiée3, l’expérience qu’il a acquise dans l’art de bâtir, au contact des Croisés, des Byzantins et des Syriens4. Les tours et châteaux édifiés en pierres de taille savamment calibrées et assemblées, tels qu’il lui a été donné d’en admirer maints exemples et d’en apprécier la supériorité et la résistance5, l’inciteront alors à choisir, pour y installer sa forteresse au-dessus de la cité, le mont du Muqaṭṭam, comme l’endroit le plus élevé et le plus aisément défendable par des moyens semblables à ceux qui l’ont si durement défié6. Dès lors la volonté de construire de la même façon tout monument d’importance, quel qu’il soit, marquera également l’élévation d’un rempart, d’un palais (qaṣr), d’une mosquée (gāmi‛) ou d’un collège religieux (madrasa)7. Nous verrons l’application de ces nouvelles règles se maintenir durant le xiiie et le xive siècle et s’étendre aux riches demeures ainsi qu’à divers bâtiments d’intérêt public (fontaines, caravansérails, māristān, etc.).

Planche G

Planche G

Plan de la salle centrale (qā‛a) du Palais ayyoubide de l’Ile de Rawḍa (d’après la Description).

3Des transformations aussi sérieuses dans les modes de construction qui prévalent désormais au Caire ne feront pas oublier pour autant les éléments essentiels de l’architecture et du décor auxquels on demeure attaché, qu’ils soient d’inspiration traditionnelle ou d’origine orientale. On pourra constater dans l’examen des palais ayyoubides et mamelouks l’heureuse association des diverses influences alors en honneur, anciennes et nouvelles, locales ou extérieures.

La Citadelle

4Salah al-din entreprit la construction de la Citadelle élevée au Muqaṭṭam en 1176. Véritable cité fortifiée à l’intérieur de ses remparts à tours rondes, le nouveau château de la Montagne constitua une innovation semblable à celle que les souverains précédents avaient également tenu à réaliser en choisissant, sur la même rive du Nil, un lieu différent pour leurs résidences respectives.

5Pour sa part, Ṣalāḥ al-dīn, installé dans le palais du vizirat ne chercha pas à occuper le Palais des Califes fatimides qu’il partagea entre ses émirs. Nous verrons cependant qu’il ne témoigna pas toujours cette indifférence à l’égard d’autres quartiers moins beaux de l’ancienne ville, dans lesquels il jugea opportun d’affecter certains bâtiments au rôle religieux qui lui tenait à cœur.

  • 8 G. Wiet, Précis d’Histoire de l’Egypte, Le Caire, 1932, p. 229 : « Saladin fit également détruire (...)

6« Son premier soin fut de s’échapper du Caire, et, choisissant la pente du Mukattam, en un point d’où l’on embrassait d’un coup d’œil Fustat et le Caire, il fit édifier l’immense citadelle, qui a subsisté intacte, et qui devint, dans la suite, la résidence des Sultans Mamluks et des Pachas Ottomans. L’eunuque Karakush fut donc chargé de construire la citadelle et de réunir les deux villes par un mur d’enceinte. Pour celà, il fit démolir les petites pyramides de Guizeh, dont le nombre était fort grand, nous assure-t-on »8.

  • 9 Ravaisse, Mémoires de la Mission archéologique française au Caire, Tom-I-II ; cf. Gibb, The armies (...)

7Bien qu’il ne reste aujourd’hui aucune trace du Palais ayyoubide — démoli puis reconstruit par les Sultans mamelouks — nous en connaissons au moins la configuration générale. L’ensemble était divisé en deux parties, que séparait une grande place assez vaste pour permettre à une armée d’y défiler aisément. L’une était réservée aux bâtiments officiels, l’autre, plus petite, aux appartements privés9.

  • 10 G. Wiet, ibidem, p. 84.
  • 11 Creswell, M.A.E., p. 255 : « Le grand aqueduc ». Le plus ancien serait l’œuvre de Salah al-din. Il (...)

8La science des tours rondes, dont usèrent particulièrement les bâtisseurs de Ṣalāḥ al-dīn, a laissé, à l’intérieur de la Citadelle, un exemple remarquable avec l’aménagement d’un puits profond de 290 pieds, pourvu d’une rampe à mi-hauteur pour le fonctionnement d’une saqiyeh manœuvrée par des bœufs, le « Puits de Joseph »10. Toutefois, jugée insuffisante pour subvenir aux besoins de la Qal‛at al-Ğabal, la ressource en eau offerte par ce puits fut largement augmentée grâce à l’adjonction d’un premier aqueduc que Salah al-dīn fit partir des rives du Nil11.

  • 12 G. Salmon. La Kal’ at al Kabch et la Birkat ai-Fîl, Le Caire, 1902, p. II.

9On rapporte que la campagne environnante, que dominait la Citadelle, se trouvait, à ce moment, entièrement dégagée entre le mont Yachkour et l’ancienne ville fatimide. Ainsi, transformés en lieux de plaisance par les Ayyoubides, les alentours de la nouvelle cité fortifiée ne devaient pas en constituer l’agrément le moins apprécié12. Nous remarquerons, aux siècles suivants, l’intérêt que les émirs mamelouks ne manqueront pas de porter à ces jardins et aux espaces libres de toute construction pour y installer leurs somptueuses résidences.

  • 13 M.S. Briggs, op. cit., p. 82. Il mourut à Damas (mausolée près de la Mosquée des Ommeyades) après (...)

10Durant les années qu’il consacra à l’Egypte13 et à sa capitale, on dit que Ṣalāḥ al-dīn, ajouta à la construction de la Citadelle et des remparts de la ville, nombre de bâtiments militaires et d’édifices d’intérêt public — religieux et civils —. Il s’attacha notamment à doter Le Caire de collèges (madrasa) qu’il estimait indispensables à sa réforme religieuse et au rétablissement de l’orthodoxie musulmane.

  • 14 Creswell, M.A.E., II, p. 129 à 132. La Qamḥīya fut une des premières demeures (dār) aménagée par S (...)
  • 15 J.M. Rogers, op. cit., Madrasas, p. 451-462. « Presque toutes les madrasas mamlūkes du Caire sont (...)

11Dans sa hâte de faire disparaître le schisme shiite, on peut observer que le nouveau maître de l’Egypte choisit tout d’abord, à l’intérieur de l’ancienne cité, de belles demeures de type traditionnel avec cour et īwān, qu’il transforma en madrasa14. Désormais, lorsque seront édifiées de nouvelles madrasa, on les verra prendre modèle sur les premières adaptations de Ṣalāḥ al-dīn15 ; le même plan sera conservé par les riches demeures et les palais mamelouks dans les grandes salles d’apparat (qā‛a) entièrement fermées, conformément à l’exemple indiqué plus haut (qā‛a Dardīr). Nous pourrons observer que ces exemples d’affectation de luxueuses demeures à des madrasas (ou mosquées-madrasas) ne seront pas oubliés sous le règne des Sultans mamelouks, puisque des émirs et de pieux personnages n’hésiteront pas à faire don, à leur tour, d’une riche qā‛a de leur palais en vue d’une transformation de même nature. Le plan cruciforme avec cour et īwān sera également retenu pour certains couvents de soufis (ẖānqa). Nous savons que la même disposition déjà décrite dans l’ancien palais fatimide de Sayyīdat al-Mulk ne conviendra pas moins au Sultan Qalāwūn qui l’incorporera à son māristān (1284). Ali Bahgat bey, op. cit., p. 68-69 : « Herz, ayant vu au maristan de Kalaoun les éléments du palais fatimide... ne manqua pas d’être frappé de la similitude que présentait le plan obtenu avec celui de la madrasa. Il en conclut que le prototype de la madrasa à quatre iwans et de celle plus ancienne à deux iwâns n’est pas une importation directe de la Syrie... ». S’il estime qu’il s’agit bien là d’une adaptation du plan traditionnel à celui de la madrasa, par contre il reconnait que l’on ne dispose pas d’éléments suffisants pour déterminer les formes de l’architecture domestique ayyoubide.

Palais ayyoubide de l’Ile de Rawda

  • 16 Cl. Cahen, Encycl. Islam, I, p. 827.

12La Citadelle cessa momentanément d’être une résidence royale, avec le dernier successeur de Ṣalāḥ al-Dīn, son arrière petit neveu al-Malik al-Sāliḥ Ayyūb16. Celui-ci préféra, en effet, quitter les hauteurs du Muqaṭṭam pour s’établir, non loin de Fustât, dans une île située au milieu du Nil où il fit édifier à sa convenance un nouveau palais fortifié.

  • 17 Creswell, M.A.E., II, p. 84. The citadel and palace of sultan Ṣāliḥ on Rōḍa island, 638 h (1240/41 (...)

13Creswell nous rappelle que « d’autres palais et forteresses avaient déjà existé dans l’île de Rôda avant que le Sultan as-Salih Negm ad-Din décidât d’y construire à nouveau citadelle et palais en 1240-41 »17.

14Selon Maqrīzī, on fit alors démolir les palais, mosquées et habitations qui se trouvaient à cet endroit. Des sommes incalculables furent dépensées pour l’élévation de bâtiments neufs. A l’achèvement de ceux-ci, le Sultan quitta la Citadelle de la Montagne pour aller séjourner dans l’île avec son entourage, ses femmes et ses mamelouks.

  • 18 Ibid., p. 84-86. G. Wiet, Les mosquées du Caire, Paris, 1966, p. 104. Sāliḥ Ayyūb laissa au Caire (...)
  • 19 E. Pauty, op. cit., p. 37. Cf. Pl. G.

15Ce prince avait, dit-on, la manie de la construction. On rapporte que les travaux qu’il fit exécuter dans l’île de Rawda furent complétés par une enceinte pourvue de 60 tours. On utilisa à cet effet, un grand nombre de prisonniers capturés en Syrie parmi les Croisés18. Divers matériaux furent employés à la réalisation de ce vaste ensemble : briques, stucs et colonnes de remploi selon Ibn Duqmaq, belles pierres de taille d’après Marcel qui dressa, en 1812, un plan des ruines encore visibles au moment de l’Expédition d’Egypte19.

  • 20 Mameluks, Encyclopédie de l’Islam, III, 1936, p. 230 et ss. « On désignait du nom de Mameluks Baḥr (...)

16Le Sultan installa dans sa citadelle 800 à 1 000 mamelouks auxquels fut donné le nom de Baḥrī20.

  • 21 Creswell, op. cit., II, p. 134. L’auteur confirme l’emploi des Croisés, prisonniers de guerre, rap (...)
  • 22 Ibid., p. 263-264, Creswell place la Qā‘a du Sultan al Malik al Ṣāliḥ entre la Qā‘a ad-Dardīr (déb (...)
  • 23 A. Lézine, Les salles nobles des Palais mamelouks in Annales Islamologiques, Le Caire, 1972, pp. 6 (...)

17Des vestiges de l’ancien palais ayyoubide, on ne pourra guère retenir qu’une porte monumentale à arc brisé surhaussé21 et une salle d’apparat, dite qā‛a d’al-Malik al-Ṣāliḥ22. Dans son étude sur Les salles nobles des palais mamelouks, A. Lézine attache à celle-ci un intérêt particulier23. « Il n’est pas hors de propos, dit-il, de mentionner cette salle dans une étude de l’architecture mamelouke car elle semble avoir constitué un prototype dont se sont inspirés les architectes de cette époque...

  • 24 Creswell, op. cit., p. 208. La qā‘a du Sultan al Malik al Ṣāliḥ (1240-41) comportait deux liwân vo (...)

18Nous avons supposé ailleurs qu’elle pouvait être considérée comme un élément de transition entre la maison-type de Fusṭāṭ et la qā‛a mamelouke « classique »...24 (Pl. G).

  • 25 Groupes de trois colonnes d’angle.
  • 26 Dūrqā‘a.

19Le trait architectural le plus intéressant est ici l’ensemble formé par quatre groupes de colonnes25, détachés des murs et réunis par des arcs. L’espace central26 ainsi délimité aurait été couvert d’une coupole. Mais il est rectangulaire et c’est pourquoi, sans exclure entièrement l’hypothèse d’une coupole de plan elliptique, on pourrait plutôt penser à un lanterneau.

20Les deux īwāns qui s’ouvrent sur l’espace central ne sont pas identiques. Celui du Sud est plus profond que l’autre (6,50 m contre 5,00 m), la largeur de ces deux īwāns étant la même (5,00 m). Du fond d’un īwān à l’autre la longueur totale est de 27 m environ ».

  • 27 Van Berchem, Corpus, p. 107-109.
  • 28 Cl. Cahen, Enc. Islam., I, p. 828.
  • 29 Le corps du sultan fut d’abord déposé dans l’une des qâ’a de l’île de Rawda (1250). Son trône fut (...)
  • 30 C’est après sa victoire sur les Francs à Faraskūr que Tūrānšāh fut assassiné par les Memelouks.

21Il ne semble pas que le Sultan Ayyūb ait pu jouir longtemps, comme il l’avait sans doute espéré, de la magnifique résidence qu’il s’était fait aménager au milieu des jardins de l’île27. Son règne agité s’y opposa, rempli par les guerres civiles et la lutte contre les Francs28. Après sa mort à Manṣūra (1249), au cours de la 7e Croisade conduite par Saint-Louis29, l’assassinat de son fils Tūrānšāh mit tragiquement fin à la dynastie ayyoubide30.

Notes

1 Cl. Cahen, art. Ayyūbides, in Encyclopédie Islam, I, 1960, p. 820-830 ; J.M. Rogers, art. al-Ḳāhira, période ayyūbide, in Encyclop. Islam, IV, p. 448-449.

2 Max Van Berchem, Mémoires de la Mission archéologique française au Caire, Matériaux pour un Corpus inscriptionum arabicarum, Paris, 1903, p. 262. S. Lane Poole, A History of Egypt in the middle age, London, 1901. L’auteur distingue une période égyptienne de Saladin jusqu’en 1174 (p. 90) disant qu’il a seulement passé huit ans au Caire (p. 94) et qu’il l’a définitivement quitté en 1182 (p. 206).

3 A la nouvelle enceinte enfermant les constructions de la citadelle considérée comme inexpugnable, Saladin entreprit de réunir l’ancienne enceinte des Fatimides, cf. K.A.C. Creswell, The muslim architecture of Egypt, II, Ayyubide and early Bahrite Mamluks -1171-1326, Oxford, 1959, p. 132 : « La période ayyoubide : la période qui durera 79 ans débute avec l’architecture militaire de Salāḥ ad-Dīn et al-‘Adil, qui bâtirent une grande partie des murs actuels du Caire et la puissante Citadelle. Cela montre les progrès accomplis comme un résultat de la grande expérience militaire gagnée dans la guerre des Croisades ».

4 C. Enlart, Les monuments des Croisés dans le Royaume de Jérusalem, 2 vol., Paris, 1926-1927, p. 207-211 : « Les royaumes de Jérusalem et de Chypre furent des colonies qui implantèrent en Orient toute la civilisation occidentale, demeurèrent en liaison constante avec l’Occident, suivirent pas à pas l’évolution des mœurs et des arts en Europe ».

5 Sur l’architecture croisée cf. Benvenisti, The crusaders in the Holy Land, Jérusalem, 1970.

6 La Citadelle ou « Château de la Montagne » (Qal’at al ğabal), cf. Creswell, BIFAO, 23, p. 98 ; J.M. Rogers, op. cit. : « La Citadelle était destinée à la défense interne contre la possibilité d’une contre-attaque fâtimide ou d’une insurrection de la population d’al-Kahira. Une seconde forteresse ayyubide, destinée de la même façon à constituer un ensemble sûr de bâtiments royaux fut construite en 638/1240-1 à Rawda par al-Ṣāliḥ Nadjm al-dīn Ayyūb... »

7 Van Berchem, op. cit., p. 268 : « Quoi qu’il en soit de son origine, le qasr est le prototype des madrasahs égyptiennes. Est-il aussi leur ancêtre, par une filiation réelle et historique ? C’est fort possible. Si l’on songe que Saladin en a bâti plusieurs en Syrie avant de les introduire au Caire, qu’il apportait dans la vallée du Nil, avec la réforme religieuse, politique et militaire, de nouveaux principes de construction, d’architecture et de décoration trahissant leur origine syrienne, on admettra que les premières madrasahs cairotes ont été l’œuvre d’architectes syriens imbus de principes syro-persans, comme les ingénieurs militaires de Saladin étaient nourris de méthodes syro-françaises ».

8 G. Wiet, Précis d’Histoire de l’Egypte, Le Caire, 1932, p. 229 : « Saladin fit également détruire une muraille à Antinoé, chaque bateau descendant le Nil fut obligé de charger et de transporter au Caire une certaine quantité de pierres ».
Cf. M.S. Briggs, Muhammadan Architecture in Egypt and Palestine, Oxford, 1924, p. 78. On doit regretter surtout que, dans la construction de la Citadelle, les bâtisseurs de Saladin aient usé, comme d’une carrière, de la partie pyramide de Ğīza, pourtant très éloignée, plutôt que de recourir à la carrière naturelle qui se trouvait à leurs pieds.

9 Ravaisse, Mémoires de la Mission archéologique française au Caire, Tom-I-II ; cf. Gibb, The armies of Saladin.

10 G. Wiet, ibidem, p. 84.

11 Creswell, M.A.E., p. 255 : « Le grand aqueduc ». Le plus ancien serait l’œuvre de Salah al-din. Il sera repris et amélioré par Nāṣir Muḥammad ibn Qalāwūn (1340/41). Une tour hexagonale le terminait, près du Nil, auquel le reliait un tunnel, et comprenait, côté Est, six sāqiya avec rampe d’accès pour les bœufs.

12 G. Salmon. La Kal’ at al Kabch et la Birkat ai-Fîl, Le Caire, 1902, p. II.

13 M.S. Briggs, op. cit., p. 82. Il mourut à Damas (mausolée près de la Mosquée des Ommeyades) après s’être emparé de Jérusalem (1187).

14 Creswell, M.A.E., II, p. 129 à 132. La Qamḥīya fut une des premières demeures (dār) aménagée par Salāḥ al-dīn en madrasa malikite (1170) (Ibn Duqmaq, IV, p. 95,1. 7-11). Ainsi en fut-il également du Dār Ma’ mūn al-Baṭā’iḥī — constructeur de la Mosquée d’Al-Aqmar (début du xiie siècle) — affecté à l’enseignement hanéfite (1176) et des Manāzil al-’Izz-palais édifié sur les bords du Nil par la mère du Calife al-‘Azīz Billah — transformés en madrasa shafiite par Taqī al-Dīn ‘Umar (1183), neveu de Salāḥ al-dīn, etc. Les premières madrasas n’auraient comporté que deux liwāns. L’auteur cite des transformations semblables de maisons en madrasa à Damas.

15 J.M. Rogers, op. cit., Madrasas, p. 451-462. « Presque toutes les madrasas mamlūkes du Caire sont des modifications du type à deux iwāns. Même si l’on n’adopte pas la suggestion de Creswell selon laquelle ce plan a été entièrement influencé par l’architecture domestique du Caire, et en particulier par la ḳā‘a, on peut cependant admettre volontiers que l’architecture domestique et la madrasa évoluèrent de pair durant le règne des Mamlūks ».

16 Cl. Cahen, Encycl. Islam, I, p. 827.

17 Creswell, M.A.E., II, p. 84. The citadel and palace of sultan Ṣāliḥ on Rōḍa island, 638 h (1240/41).

18 Ibid., p. 84-86. G. Wiet, Les mosquées du Caire, Paris, 1966, p. 104. Sāliḥ Ayyūb laissa au Caire deux monuments de style fatimide élevés au voisinage l’un de l’autre : son mausolée et la première madrasa à quatre rites (1249) dont il ne subsiste aujourd’hui que la belle façade de pierre avec minaret et l’un des īwān. Creswell y relève (p. 96 et 104) la persistance de l’architecture fatimide. Pour la première fois en Egypte, nous trouvons des madrasas avec le mausolée du fondateur bâtis ensemble comme un seul monument. Herz, Bulletin du Comité de Conservation des Monuments de l’art arabe, 1904, p. 98-99 : « La Madrasah devait avoir dans ses grandes lignes la disposition des madâress (collèges) transplantées en Egypte par le grand Salah Eddyn, mais dont il ne reste plus aucun vestige, sauf la façade et le liouân ouest de. celle qui a été fondée par le dernier sultant ayyoubite Sâleh Negm el-Dyn... » J.M. Rogers, ibid., p. 449, 451. La première madrasa du Caire à plan cruciforme fut celle de Baybars.

19 E. Pauty, op. cit., p. 37. Cf. Pl. G.

20 Mameluks, Encyclopédie de l’Islam, III, 1936, p. 230 et ss. « On désignait du nom de Mameluks Baḥri la garde du Sultan Nadjm al-Dīn Ayyūb (1240-49) dont la caserne se trouvait alors dans l’île de Rôda... sur le Nil (Baḥr) ».

21 Creswell, op. cit., II, p. 134. L’auteur confirme l’emploi des Croisés, prisonniers de guerre, rapporté par Ibn Ğubayr, à la Citadelle et au Palais du Sultan al Malik al Ṣāliḥ de Rawda, où une porte d’entrée en parfait gothique existait encore au temps de l’Expédition Française.

22 Ibid., p. 263-264, Creswell place la Qā‘a du Sultan al Malik al Ṣāliḥ entre la Qā‘a ad-Dardīr (début XIIe s.) et la Qā‘a du Qaṣr al-Ablaq (1313-1314/15) (cf. Pl. G).

23 A. Lézine, Les salles nobles des Palais mamelouks in Annales Islamologiques, Le Caire, 1972, pp. 64-65.

24 Creswell, op. cit., p. 208. La qā‘a du Sultan al Malik al Ṣāliḥ (1240-41) comportait deux liwân voûtés et un centre à quatre arcs avec coupole, sans doute en bois. J.M. Rogers, op. cit., IV, p. 448 « Les bâtiments royaux édifiés dans l’île de Roda contenaient une kā‘a (Creswell, MAE, II, 84-7) avec une dūrḳā’a agrandie destinée à soutenir un dôme séparé, probablement en bois. Elle avait également un portail gothique, sculpté sans doute sur place par des prisonniers francs ramenés par al-Malik al-Ṣāliḥ de sa campagne de Syrie ».

25 Groupes de trois colonnes d’angle.

26 Dūrqā‘a.

27 Van Berchem, Corpus, p. 107-109.

28 Cl. Cahen, Enc. Islam., I, p. 828.

29 Le corps du sultan fut d’abord déposé dans l’une des qâ’a de l’île de Rawda (1250). Son trône fut occupé peu de temps par sa veuve, Šaǧar al-Durr, « Arbre de perles », épousée par Aybak qu’elle fit assassiner avant d’être elle-même exécutée et jetée dans les fossés de la Citadelle.

30 C’est après sa victoire sur les Francs à Faraskūr que Tūrānšāh fut assassiné par les Memelouks.

Table des illustrations

Titre Planche G
Légende Plan de la salle centrale (qā‛a) du Palais ayyoubide de l’Ile de Rawḍa (d’après la Description).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/3089/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 454k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter